Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Quatrième partie : organisation du travail, patrimoines et appropriation de l'espace urbain

Chapitre 10 : les Valenciennois dans le monde du travail

Texte intégral

  • 1 Coornaert Emile, Les corporations en France avant 1789, Gallimard, Paris, 1941, 306 p. ; Farr James (...)
  • 2 Coulet Noël, « Les confréries de métier en Provence au Moyen âge », in Travail et travailleurs en E (...)

1Du Moyen âge à la Révolution française (1791), l’économie des villes d’Ancien Régime prend forme dans la structure corporative1. Les corporations, appelées stils, sont une forme d’organisation sociale confortée par des privilèges, auto-administrée et tenue, à Valenciennes, sous l’autorité des échevins. Elles sont garantes de la qualité et des prix des marchandises, de la moralité et de la discipline professionnelle. En regroupant en théorie l’ensemble des artisans pratiquant une même activité en ville, elles protègent leurs membres de la concurrence extérieure et les unissent dans une logique économique égalitaire. Elles trouvent aussi une force particulière dans leur dimension religieuse, chaque corps de métier se doublant d’une confrérie qui siège dans la chapelle d’une des nombreuses églises de la ville et qui participe aux processions publiques2. Monopoles et règles économiques, contrôle social par les pouvoirs publics, solidarité et vie collective religieuse forment les trois dimensions des corporations. Ce système corporatif médiéval, partie prenante du modèle de la « bonne ville », connaît aussi les adaptations à la modernité du XVIe siècle. Comment les mutations politico-religieuses d’une part, la conjoncture économique générale et la dynamique sociale d’autre part, en modifient le fonctionnement ?

Le triomphe du modèle corporatif de Charles Quint à la Contre-Réforme

  • 3 Boone Marc, « Les métiers dans les villes flamandes au bas Moyen âge (XIVe-XVIe siècles) : images n (...)

2Loin d’être un carcan immuable, le système corporatif s’adapte et répond au dynamisme productif et commercial de la ville, qu’il s’agisse de la manufacture textile ou des métiers de l’alimentation3. La fracture religieuse des années 1560-1570 contribue aussi à Valenciennes à accélérer la rénovation des corps de métier.

La rénovation de corporations d’origine médiévale

  • 4 Le Boucq Simon, Mémoires de la procession de la ville de Valentienne, publiés par M. Bauchond, Vale (...)

3Valenciennes regroupe 50 corporations en 1653 et seulement 44 en 17564, car la désindustrialisation de l’époque française porte le coup de grâce aux métiers de la laine notamment. Créations ou disparitions, divorces ou fusions modifient le paysage au gré des grandes pulsations économiques. Le XVIe siècle correspond à une phase d’expansion corporative avec la multiplication des chartes accordées par les échevins valenciennois. Il s’agit le plus souvent de « réformation » des premières chartes datant des XIVe et XVe siècles.

Tableau 24 – Promulgation des chartes des métiers à Valenciennes (1500-1639)

Années

Nombre total de chartes

Dont fondation, union ou scission

1500-1519

4

1 fondation

1520-1539

9

1540-1559

9

2 scissions

1560-1579

8

2 scissions

1580-1599

24

1 union

1600-1619

7

1 fondation, 1 union, 1 scission

1620-1639

8

2 fondations, 1 scission

Source : AMV, fonds H2 ; BMV, ms. 698 à 706 et ms. 747

4Les fondations de métiers restent rares dans ce corpus de 69 textes : peut-être les meuniers en 1514, les joueurs d’instruments en 1617, les mesureurs de grain (anciens officiers de la municipalité) en 1623 et les amidonniers en 1636 (lors de l’expansion mulquinière). Les réaménagements de corporations plus anciennes sont donc le lot commun. La proximité des techniques et de l’outillage comme la volonté de réduire les charges financières pesant sur les confrères poussent les teinturiers, les calandreurs et les corroyeurs à fusionner en 1593, comme les pelletiers et les fourreurs d’habits en 1607. Les divorces sont plus courants, traduisant une augmentation de la masse d’ouvrages ou simplement celle du nombre de maîtres et de compagnons. Les hautelisseurs prennent leur autonomie en 1549 avec le lancement de la production des changeants, et quittent les sargeurs qui se voient réduits à la fabrication des couvertures. Les mandeliers travaillant l’osier se séparent en 1556 des artisans du bois de la branche de Saint-Joseph, les maréchaux en 1565 de la branche de Saint-Eloi (petite métallurgie), les chapeliers en 1579 de la branche de Sainte-Elisabeth (dominée par les grossiers et merciers). Les peintres, sculpteurs et verriers forment en 1608 la confrérie de Saint-Luc, désormais distincte de la branche de Saint-Georges (où demeurent les éperonniers, armuriers et selliers), et les verriers deviennent à leur tour indépendants de Saint-Luc en 1631.

  • 5 Morsa Denis, « Les métiers aux temps modernes, reflets de situations médiévales ? », in Les métiers (...)

5Mais ces transformations cachent parfois une pression accrue sur les matières premières, les difficultés de partage de la main-d’œuvre, un risque de congestion de l’activité et de faillite des plus petits ateliers5. C’est pourquoi les échevins veillent à la solvabilité et à la viabilité des corporations. Ils sont amenés par exemple en 1593 à refuser le divorce des épingliers d’avec les merciers de Sainte-Elisabeth, en raison du trop petit nombre de maîtres et de la difficulté financière qui en découlerait pour entretenir leur chapelle et le service religieux, participer aux processions, lutter contre la concurrence et défendre devant la justice les manquements aux règles du métier.

  • 6 AMV, ms. 704 fol. 210-217 (chartes des fripiers, 1582) et ms. 705 fol. 194-197 (chartes des meunier (...)

6La frénésie législative du pouvoir municipal envers les corporations à la fin du règne de Philippe II (avec vingt-quatre actes entre 1580 et 1599) correspond à une phase d’intense réorganisation du monde du travail. Les troubles et pillages des années de plomb (1566-1579) ont entraîné la disparition de nombre d’archives des métiers, d’où la nécessité de faire « remémorer par aulcuns les plus anchiens d’entre eulx les principaulx poinctz de leurs vieilles chartres » avant d’en obtenir de nouvelles. L’ancienneté des textes subsistants, « de force d’antiquité fort obscures et mal lisables », est aussi source de confusion en ce temps de reprise en main générale6. La hausse des prix du XVIe siècle, particulièrement marquée depuis les années 1570, nécessite aussi une réévaluation des droits d’accès (apprentissage et maîtrise) et de participation (droit de vente au détail d’une marchandise) et une remise à niveau des amendes. Leur montant inchangé depuis cinquante ou cent ans se retrouve par conséquent dévalué, alors que les charges des corps de métiers ne cessent d’augmenter. Le relèvement général des droits opérés à la fin du XVIe siècle doit permettre de réduire les déficits croissants des comptes des corps de métiers.

Le déficit structurel des métiers à l’époque des Archiducs

  • 7 AMV, HH sup. 657, H2/431, HH sup. 812.
  • 8 Guignet Philippe, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Perrin, 1999, p. 168-170.

7L’examen des comptes de corporations au temps des Archiducs montre l’ampleur des déficits : 1113 Livres d’arriéré chez les meuniers en 1599, 1102 Livres en 1625 et encore 709 Livres en 1631 pour les sayetteurs, 605 Livres pour les teinturiers en 1629, 494 Livres pour les brasseurs en 1620, 444 Livres pour les 41 cordonniers en 16257. Aucun secteur d’activité ne semble épargné. La précarité financière des corps de métiers des villes du Nord comme Lille et Valenciennes se retrouve tout au long du XVIIe siècle avant de s’aggraver au XVIIIe siècle sous les assauts de la fiscalité d’État de la monarchie française et sous le poids des dépenses judiciaires8.

8Le registre de la corporation des graissiers, qui couvre une longue période de 1556 à 1616, permet de suivre la dégradation des finances d’un métier pourtant aisé, inscrit à la fois dans la vente alimentaire (celle des corps gras, œufs, moutarde et vinaigre) et dans les fournitures manufacturières (avec le beurre de Frise et l’huile de navette pour le filage et le tissage, la fleur d’amidon pour empeser les toilettes de lin). Les recettes et dépenses du métier triplent brutalement en 1567 (passant de moins de 90 Livres à presque 300 Livres), quand les graissiers doivent remettre en état leur chapelle saccagée par les iconoclastes à l’été 1566. Si la hausse des frais reste maîtrisée dans les années 1570, le déficit se creuse doucement (24 % des recettes), et les dépenses explosent à partir de 1580, dépassant régulièrement les 500 Livres jusqu’en 1616. Tirées par cette flambée des dépenses, les recettes doivent suivre tant bien que mal (280 Livres dans les années 1580, plus de 300 Livres entre 1590 et 1616), créant un déficit structurel (environ 150 Livres par an). Pour rembourser la dette, la levée périodique de tailles sur tous les membres du métier s’impose. Si les graissiers sont des boutiquiers suffisamment aisés pour acquitter ces charges supplémentaires et ramener la dette à zéro en 1600 et 1613, il n’en est pas de même dans les métiers pauvres, comme celui des couturiers dont les déficits se creusent.

9La structure des dépenses des métiers change radicalement. Les charges traditionnelles (frais d’enterrement et de mariage des maîtres les plus éminents, salaires du connétable du métier et d’une servante) restent stables, de même que les frais judiciaires. Les graissiers engagent des actions peu coûteuses contre des confrères (tel ce maître qui tient deux boutiques) ou des alliés indélicats (sauniers, huiliers, savonniers, petits revendeurs au détail), contre la concurrence extérieure (à propos des tarifs de leurs transporteurs, les bateliers de Gand, ou de la délimitation des activités avec les ciriers). Mais lorsqu’un métier s’enferre dans une procédure longue, les frais explosent : les couturiers portent en appel à Malines, entre 1619 et 1623, un jugement perdu devant les échevins contre les fripiers, et engagent 980 Livres de frais de procédure en quatre ans, soit plus de 40 % des dépenses de leur métier. La santé financière du métier et de ses adhérents est alors altérée pour de nombreuses années.

Un service renforcé du prince et de l’Église catholique après la révolte protestante

10Ce sont des charges nouvelles qui justifient la flambée générale des dépenses corporatives après 1570. Les métiers doivent intégrer le modèle « hispano-tridentin » des « bonnes villes » réconciliées après la tourmente iconoclaste et ils sont soumis à un service renforcé du prince et de l’Église catholique.

  • 9 AMV, CC 151.
  • 10 L’Espagne reconnaît officiellement l’indépendance des Provinces-Unies en 1648.
  • 11 BMV, ms. 1205 fol. 169-170ro, et AMV, H2/250 fol. 325, 328-329.

11Ils sont tout d’abord sollicités pour contribuer aux charges financières de la ville et du souverain. Pour fournir les fonds, ils doivent constituer des rentes dont les annuités alourdissent les charges fixes dans leurs budgets. Vingt-six corps de métier doivent lever la somme de 9880 Livres au printemps 1576 pour combler le trou laissé par les troubles dans les caisses de l’hôtel de ville9. La guerre menée par le duc de Parme au nom du roi d’Espagne pour achever la reconquête des Pays-Bas du Sud justifie aussi de nouvelles charges financières : les graissiers de Valenciennes financent l’envoi de trois pionniers au siège de Bouchain en 1581 et le stationnement d’une compagnie de cavalerie en ville en 1588-1589. La Joyeuse Entrée des Archiducs Albert et Isabelle en 1600, épilogue de la reconquête et de la réconciliation, est mise en scène à Valenciennes par onze décors monumentaux animés, auxquels contribuent les métiers les plus riches (grossiers-merciers, graissiers, brasseurs, marchands de vin, drapiers, tanneurs). Les graissiers édifient le théâtre de bois devant l’église de Notre-Dame de la Chaussée, où l’archiduc Albert est figuré en armure, évoluant autour de dix-sept jeunes filles costumées qui portent les armoiries des 17 provinces des Pays-Bas, et menaçant de son glaive les provinces rebelles du Nord. Cette mise en scène très politique d’une reconquête qui ne se fera pas10 occasionne plus de 550 Livres de dépenses pour les graissiers en 1599 et 160011.

  • 12 Deyon Solange, Lottin Alain, Les « casseurs » de l’été 1566, op. cit.
  • 13 Exemple chez les graissiers : dépenses décoratives pour leur chapelle en 1580, 1596, 1611, 1615, ap (...)
  • 14 AMV, ms. 705 fol. 194-197ro.

12La manifestation de la fidélité politique renouvelée des corporations, visible dans les sacrifices financiers consentis, s’accompagne aussi d’un volet religieux. Les dépenses liées aux pratiques cultuelles collectives augmentent après la défaite du calvinisme. Les chapelles des confréries de métier abritent la chasse du saint patron, les torches de procession, un coffre aux chandelles et aux archives qui peut aussi servir de tronc à aumône. Et en échange de la célébration du culte et du droit d’inhumation, les métiers payent le décor (statuaire, ornementation murale, verrière) et l’entretien des murs et toitures de leur chapelle. Or ces lieux de culte et de réunion ont été méthodiquement mis en pièce et vidés en août 1566 par les calvinistes iconoclastes12. Dès le rétablissement de l’autorité espagnole, les réparations commencent et grèvent les budgets des communautés de métier. Mais cet effort se poursuit, et l’embellissement des chapelles devient une norme après 158013. Même pour les métiers aux faibles ressources, la pression des établissements religieux est forte. Les Franciscains exhortent en 1589 les meuniers à assurer la reprise de la messe dominicale, manifestement abandonnée, et à réparer la châsse-reliquaire de saint Victor dont les vestiges sont gardés par les moines depuis 156614. Boiseries, draps d’autel en damas ou armoisin, rideaux, peintures murales, statues de saints et d’anges deviennent les nouveaux décors colorés d’une piété baroque, financée par les métiers.

  • 15 Chartier Roger, « La ville dominante et soumise », in La ville des temps modernes de la Renaissance (...)
  • 16 AMV, H2/422, années 1617 à 1619 ; Druelle Christine, Le culte populaire des saints anti-pesteux (sa (...)

13La foi rénovée par le concile de Trente passe aussi par un nouvel ordre collectif mis en scène au cours de processions, pour reconquérir un espace public où les protestants se sont montrés particulièrement plus actifs que les catholiques dans les années 156015. Après un temps de contrition qui suit la reprise de Valenciennes en 1567, l’ordre hispano-tridentin se met en place dans les années 1580. Les devoirs religieux des métiers sont fermement rappelés dans les chartes accordées par les échevins : présence obligatoire des maîtres et compagnons à la messe du jour du saint patron et à la procession de la ville le 8 septembre, ainsi qu’à l’offrande de la messe sans pouvoir se retirer avant la fin, interdiction d’y paraître en tenue de travail ou d’ouvrir l’atelier un jour férié. Les amendes sont considérablement augmentées pour lutter contre l’absentéisme. Les processions et festivités publiques, suivies de banquets, se multiplient. Les graissiers, qui participent à quatre à cinq processions générales chaque année vers 1580, en assurent quatorze en 1583, suivies de libations rendues coûteuses par la cherté des vivres. L’inflation des frais de processions et d’agapes se tasse au début du XVIIe siècle : gantiers et boulangers ne défilent alors que deux fois par an. Il faut attendre le fléau de la peste entre 1616 et 1619 pour retrouver une activation des processions extraordinaires des corps de métier. Les soixante fripiers, placés sous le vocable de saint Roch invoqué contre l’épidémie, financent en particulier les messes pour l’apaisement de la contagion16.

14La multiplicité et la chronicité des frais somptuaires et processionnels à partir des années 1580 signent l’engagement des communautés professionnelles dans la rénovation de la « cité idéale ». Au nom du « bien public », les corporations sont remises au service de la « bonne ville » dont elles portent la nouvelle cohésion économique, politique et religieuse.

Éthique, sociabilité et ouverture des communautés de métier de Valenciennes

  • 17 AMV, CC 757 fol. 55vo et CC 759 fol. 65vo.
  • 18 AMV, H2/317, préambule de la charte des passementiers, 1592.

15Les corporations de Valenciennes n’ont jamais disposé du pouvoir politique propre aux bannières professionnelles de Gand ou de Tournai jusqu’aux réformes de Charles Quint. Leur sujétion au pouvoir municipal est totale, et leurs budgets demeurent dérisoires par rapport aux ressources fiscales de la ville (quelques centaines de Livres à peine contre 120 à 190000 Livres de recettes de la massarderie en 1608-1610)17. Les responsables du métier sont élus en assemblée plénière des maîtres et compagnons (les modalités de cette élection restent dans l’ombre), sauf chez les teinturiers, les orfèvres, les chapeliers et les fripiers pour qui les échevins désignent le connétable et les deux maîtres tenant les comptes. La tutelle du Magistrat demeure cependant complète, qu’il s’agisse de l’examen des comptes, l’octroi des tailles, le relèvement des droits et amendes, les normes de fabrication, la nomination des esgards inspectant les marchandises. Les échevins légifèrent et contrôlent la sphère économique, dans l’intérêt de la « républicque » urbaine et pour le « plus grand prouffit des bourgeois et commung poeuple »18.

Une éthique renforcée par l’apprentissage et le chef-d’œuvre

16L’éthique corporative implique aussi l’exigence d’assurer au public le « bel ouvrage ». Le XVIe siècle consacre à Valenciennes l’obligation de l’apprentissage et celle du chef-d’œuvre pour accéder à la maîtrise. La sélection s’opère désormais par une épreuve technique et pratique. L’apprentissage, qui débute à l’âge de 13-15 ans, dure d’une à deux années en général. Il est plus long dans les métiers de haute technicité (c’est le cas des peintres, sculpteurs, verriers et orfèvres pour lesquels il atteint trois à quatre ans). Il est par contre réduit dans certaines professions du petit commerce : il n’y a pas d’apprentissage chez les fruitiers, et six mois seulement chez les graissiers. En dépit des inégalités de temps, le dispositif de formation reste commun. Y figurent un nombre d’apprentis limité dans chaque atelier (un à deux, exceptionnellement trois chez les maîtres épingliers qui sont trop peu nombreux), l’invalidation en cas d’absentéisme ou de rupture, un traitement correct sans « rudesses et maltraitements » de la part du maître, et un salaire raisonnable en sorte que l’apprenti « ne soit constrainct d’aller mendier (son) pain ».

  • 19 AMV, H2/317, chartes des passementiers, 1604.
  • 20 AMV, HH sup. 685, chartes des brasseurs, 1598, et ADN, 5B 517, enquête de 1577.
  • 21 Comme ailleurs : Garden Maurice, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, p. 234 et 361, (...)

17L’apprenti devenu compagnon peut ensuite briguer le rang de maître, c’est-à-dire tenir en toute indépendance un ouvroir ou atelier de travail. Il est interdit aux nouveaux maîtres de « tenir ouvroir soubz la maing d’aultruy »19. La pratique du chef-d’œuvre se répand à Valenciennes au XVe siècle. Elle est parachevée à la fin du XVIe siècle quand l’absence de cet « acte d’expérience » est considérée comme anachronique et préjudiciable à la bonne réputation de la ville et de ses productions. En 1577, un maître sayetteur explique que « les chiefz d’œuvres et maistrises sont introduitcz et mises sus en chacun mestier afin que les ouvriers et maistres desdicts mestiers soient tant plus expérimentez et certains de faire bonnes ouvraiges »20. À l’époque des Archiducs, 90 % des corporations imposent la réalisation du chef-d’œuvre. Seuls les fruitiers, les fripiers, les meuniers, les lainiers et peut-être les grossiers-merciers s’en dispensent. Mais l’absence ou la mise en place tardive du chef-d’œuvre ne doit pas occulter la réalité sélective de l’accès à la maîtrise, intimement liée à la faculté de disposer d’un local de travail et donc à la propriété immobilière. L’obligation du chef-d’œuvre à partir de 1542 pour les maîtres boulangers et de 1598 pour les maîtres brasseurs, ne modifie pas le caractère familial du métier dans lequel le fils formé par le père hérite aussi de l’huisine. Chez les bouchers, il est impossible d’exercer sans tenir un étal de vente qui se transmet héréditairement pour la « grande boucherie » ou qui s’achète en viager de la ville pour la « petite boucherie » : le métier est donc très marqué par son aspect fermé et héréditaire21.

  • 22 Sur le débauchage de main d’œuvre, voir Delsalle Paul, « Du billet de congé au carnet d’apprentissa (...)

18Enfin, le reste de la législation échevinale définit les modes de production et les caractéristiques techniques du chef-d’œuvre. Seuls les métiers du secteur lainier, sous le contrôle de la Halle basse, sont soumis à une définition précise des productions destinées à l’exportation (nombre de fils, dimensions, couleurs, etc.). Pour les autres, le « bel ouvrage » reste à l’appréciation des maîtres du métier. Tout au plus, les règlements prévoient que l’ouvrier ne peut quitter son maître sans avoir achevé l’ouvrage déjà commencé22, et que le travail ne doit pas s’accomplir de nuit, à la lueur d’une chandelle, mais au vu du public, dans un ouvroir donnant sur la rue. La définition de l’activité et des productions ou services apparaît primordiale pour affirmer les délimitations entre corps de métiers voisins, mais elle n’empêche pas des conflits parfois répétitifs entre graissiers et ciriers, entre fripiers, couturiers et chaussetiers, entre sayetteurs et hautelisseurs (confrontation portée en appel devant le grand conseil de Malines en 1577 et en 1624) ou entre gantiers et bourreliers.

La hausse générale des droits et des charges à l’époque des Archiducs

  • 23 AMV, ms. 697 fol. 107-108, ms 747, ms. 702 fol. 21-26.

19La communauté professionnelle se soude autant dans cette lutte contre les concurrents que dans différentes formes de sociabilité : fête patronale, partage de valeurs transmises dès l’apprentissage, solidarité entre ses membres. Pourtant, les pratiques d’assistance mutuelle semblent peu entretenues au fil du XVIe siècle. Une cotisation est demandée aux maçons et charpentiers (3 deniers par semaine en 1504), aux foulons (3 deniers par semaine et par maître en 1532), aux taillandiers (un « petit don » hebdomadaire en 1559) pour alimenter une caisse de secours pour les confrères « non ayans bien pour eulx alimenter sy tomboient en impotence par vieillesse, maladie ou aultre accident »23. Mais les résistances à acquitter cette cotisation, l’absence même de dispositifs semblables dans les autres chartes de métiers ou dans leurs livres de comptes portent à croire que le rôle assistanciel et confraternel des corporations s’estompe, à l’heure de la création de l’Aumône générale par la municipalité en 1531 et de la hausse des charges financières pesant sur les maîtres et ouvriers à la fin du siècle.

20La consolidation du cadre corporatif et la rénovation des devoirs religieux entraînent une hausse sensible des droits et frais levés sur les apprentis et les nouveaux maîtres. Cette hausse transforme-t-elle la composition sociale des communautés professionnelles ?

Tableau 25 – Classification des droits et frais d’apprentissage dans les métiers valenciennois (1500-1635)

Coût

Métiers (par ordre chronologique)

- de 2 Livres

Bonnetiers-foulons (avant 1525), savetiers (1527), sargeurs-hautelisseurs (1534), cordiers (1535), couvreurs de tuiles (1575), couturiers (avant 1583), gantiers (1593)

2 Livres

Chaussetiers (1516), hautelisseurs (1549), mandeliers (1556), taillandiers (1559), fourreurs d’habit (1559), chaudronniers (1560), fripiers (1582), couturiers (1585), lainiers (1594)

3 Livres

Cuveliers (1549), graissiers (1556), menuisiers (1582), hautelisseurs (1584), potiers de terre (1585), chaussetiers (fin XVIe), épingliers (1593), mandeliers (1595), fripiers (1602), couturiers (1615)

4 Livres

Foulons (1535), maréchaux (1565), chapeliers (1579), branche St-Georges (1588), boulangers (avant 1607), fripiers (1615)

5 à 9 Livres

Tanneurs (1582), teinturiers (1593), branche St-Eloi (1600), pelletiers (1607), peintres-sculpteurs (1608), fripiers (1617), joueurs d’instrument (1617), gantiers (1620)

12 Livres

Brasseurs (1598)

21La tarification de l’apprentissage hiérarchise les métiers. À la fin du XVIe siècle, le coût de l’apprentissage s’élève en moyenne à 3,63 Livres (pour dix-sept métiers soumis à révision des chartes entre 1575 et 1600), mais il en coûte huit fois plus à l’apprenti brasseur qu’à l’apprenti gantier.

22L’amplitude est encore plus marquée dans le grade supérieur, où il faut ajouter les salaires des examinateurs et les frais du banquet offert par le nouveau maître à ses pairs à l’issue de l’inspection du chef-d’œuvre.

23La hiérarchie des maîtres est encore plus nette. Un brasseur dépense 130 Livres lors de sa réception à la maîtrise, soit plus de vingt et une fois le prix demandé à un gantier. Entre 1575 et 1600, quelques métiers ploutocratiques se détachent bien au-dessus d’une moyenne de 22,6 Livres (pour vingt métiers rénovés) : brasseurs, tanneurs et teinturiers doivent posséder un capital d’installation comprenant des droits et frais de maîtrise élevés, le coût de location d’un atelier outillé avoisinant les 165 Livres et le prix des matières premières et des sources d’énergie indispensables à leur activité. Un groupe médian réunit les branches de Saint-Eloi et de la confection. Tous les autres métiers exigent des droits d’installation inférieurs à la moyenne. Converties en salaire d’un manouvrier sur un chantier de construction, ces moyennes représentent vers 1600 plus de cinq journées de travail pour l’apprentissage et plus de trente-deux journées pour la maîtrise.

Tableau 26 – Classification des droits et frais de maîtrise dans les métiers valenciennois (1499-1635)

Coût

Métiers (par ordre chronologique)

2 Livres

Savetiers-cordonniers (1503)

3 Livres

Savetiers (1527), meuniers (avant 1588), gantiers (avant 1593)

4 Livres

Fourreurs d’habit (1559), couvreurs de tuiles (1575), menuisiers (avant 1582)

5-9 Livres

Sayetteurs (1499), bonnetiers-foulons (avant 1525), sargeurs-hautelisseurs (1534), cordiers (1535), cuveliers (1549), hautelisseurs (1549), mandeliers (1556), menuisiers (1582), couturiers (avant 1583), meuniers (1588), gantiers (1593), gantiers (1620)

10-19 Livres

Chaussetiers (1516), foulons (1532), graissiers (1556), taillandiers (1559), chaudronniers (1560), maréchaux (1565), chapeliers (1579), fripiers (1582), toiliers (1583), hautelisseurs (1584), branche St-Georges (1588), passementiers (1592), épingliers (1593), lainiers (1594), mandeliers (1595), boulangers (avant 1607), joueurs d’instrument (1617)

20-29 Livres

Chaussetiers (fin XVIe), couturiers (1583), potiers de terre (1585), branche St-Eloi (1600), fripiers (1602), pelletiers (1607), graissiers (1611), toiliers (1635)

30-39 Livres

Teinturiers (1593), couturiers (1615), fripiers (1615), boulangers (1617)

40-49 Livres

Peintres-sculpteurs (1608), fripiers (1617)

+ 49 Livres

Tanneurs (1582), brasseurs (1598)

  • 24 AMV, J2/401, embriévures, 27 février 1609.

24Le compagnonnage s’avère donc peu onéreux et largement accessible alors que la maîtrise nécessite une épargne importante, indispensable pour assurer l’indépendance de l’atelier. Un compagnon hautelisseur ne peut ainsi en 1609 devenir maître à cause des dettes accumulées « pendant la grande chereté de vivre du temps » qui l’a « constraint de travailler en dessoubz d’aultruy » comme serviteur, sans avoir moyen « d’eslever hostilles ne se pourveoir en marchandise de soye, qui est de grande importance pour povoir sostenir et employer en sa maison serviteurs et ouvriers »24. Une barrière réglementaire et financière régule nettement l’ouverture des ateliers en ville.

  • 25 AMV, HH 221 et HH 422, 1605-1606 et 1614-1615.

25Le relèvement général des droits et frais d’apprentissage et de maîtrise au début du XVIIe siècle modifie la hiérarchie des métiers de la fin du siècle précédent. Le coût financier pour l’apprenti passe de cinq à plus de six jours d’équivalent salaire d’un manœuvre local du bâtiment, et il faut une journée et demi de plus pour accéder à la maîtrise (soit 34 jours pour la période 1602-1635 au lieu de 32,3 pour les années 1575-1600). La répercussion de cette hausse n’est pas uniforme selon les corps de métier. Le groupe des métiers médians s’étoffe après 1600, et il faut de 34 à 52,5 jours d’équivalent salaire d’un manœuvre pour accéder à la maîtrise des toiliers, des couturiers, des boulangers, des fripiers et des peintres et sculpteurs de Saint-Luc. Cependant, il faut distinguer les boulangers (qui tiennent une « huisine » avec four) et les peintres-sculpteurs (dépendants des commandes des établissements religieux, des corps municipaux et des riches bourgeois), membres de métiers aisés et sélectifs, des corporations du textile qui se trouvent dans une mauvaise passe financière sur fond de concurrence exacerbée. La maîtrise de fripier passe ainsi de 10 Livres à 20 en 1602, 30 en 1615 et 40 en 1617, pour payer les lourdes dépenses judiciaires engagées contre le métier par les couturiers dont les droits subissent également une inflation25.

  • 26 AMV, HH sup. 812.

26L’attractivité d’un métier dépend des droits d’apprentissage et de maîtrise, mais aussi des charges courantes pesant sur ses membres. L’endettement croissant des corporations les pousse à lever des tailles. Les communautés numériquement nombreuses s’en sortent relativement bien. Les couturiers, forts d’une centaine de maîtres, cotisent à hauteur de 35 sols en 1610, et les maîtres, compagnons et revendeurs graissiers, soit une autre centaine de personnes, payent une taille modulée en fonction de la situation de chacun (2 Livres en moyenne dans une fourchette de 0,5 à 8 Livres vers 1615), sans susciter de doléances particulières. Par contre, la situation devient critique dans les petites communautés endettées. Les cordonniers, avec trente-deux maîtres et neuf compagnons seulement en 1625, doivent acquitter une taille de 12,2 Livres par maître et 6,1 Livres par compagnon, mais la « pauvreté du temps et le peu de gaignaige » rendent cette taxation insupportable et le métier peine à recruter, perdant toute attractivité26.

Ouverture et hérédité au sein des métiers valenciennois

  • 27 Sosson J.-P., « Les métiers : norme et réalité. L’exemple des anciens Pays-Bas méridionaux aux XIVe(...)

27Les charges financières ne peuvent justifier seules le nombre de reçus à chaque grade. Il faut tenir compte des vécus socio-économiques, c’est-à-dire de variables tels le niveau des prix et des salaires, le mode de rémunération, la conjoncture locale, qui modifient le discours réglementaire des corporations27. L’ouverture et l’hérédité pratiquées au sein des métiers interfèrent aussi dans la régulation des admissions.

  • 28 Thys A. K. L., Van « werkwinkel » tot « fabriek ». De textielnijverheid te Antwerpen (einde 15de-be (...)

28À Valenciennes, la lecture des courbes de réception des apprentis et des maîtres au sein de deux métiers entre 1595 et 1624 révèle des politiques d’intégration différentes. Graissiers et couturiers pratiquent des tarifs d’entrée de même ordre (3 Livres pour l’apprentissage, 14 à 22 Livres pour la maîtrise de graisserie, 20 à 30 Livres pour celle de couturier). Pourtant, les couturiers acceptent un nombre beaucoup plus élevé d’apprentis (en moyenne 19 par an contre 8 pour les graissiers) tout en présentant un effectif de nouveaux maîtres presque équivalent (6 contre 8 pour les graissiers). L’apprenti graissier, souvent marié et jeune père de famille, passe son chef-d’œuvre dans l’année et a vocation à devenir maître et à ouvrir sa boutique. Seuls 3,5 % des apprentis du métier ne figurent dans les listes de récipiendaires de la maîtrise, et la strate des compagnons graissiers est quasi-inexistante. Or chez les couturiers, 67,5 % des apprentis demeurent de simples compagnons et forment un vivier de main-d’œuvre pour les maîtres tenant un atelier de quatre à cinq personnes (le maître, un ou deux compagnons, deux apprentis), structure commune dans les activités textiles urbaines au XVIe siècle28. L’organisation du travail et de la production rythme les flux d’entrée en apprentissage, resserrés pour les boutiquiers indépendants comme les graissiers, ouverts pour les ateliers demandeurs de « petites mains ». Elle détermine l’accès à la maîtrise, soit par une promotion générale au rang de maître dans le cas des apprentis boutiquiers, soit par la sélection avec un tiers des apprentis couturiers choisis pour former l’armature dirigeante des ateliers.

  • 29 Lardin Philippe, « Le niveau de vie des ouvriers du bâtiment en Normandie orientale dans la seconde (...)

29La sélection s’opère donc à des niveaux différents : à l’entrée en apprentissage pour les graissiers, à la préparation du chef-d’œuvre pour les couturiers. Le barrage fiscal ne joue qu’un rôle modéré à Valenciennes où les fils de maître bénéficient d’un rabais de moitié des droits. Le critère du sol et du sang est très variable selon les métiers, les villes et les périodes. À Rouen, dans le contexte florissant des années 1470-1500, les nouveaux maîtres plombiers-étainiers (70 % des compagnons, rapidement promus) sont majoritairement des nouveaux venus, non-fils de maîtres, mais à partir de 1530, le métier se ferme avec moins de nouveaux maîtres et une moitié de fils de maître parmi eux. À Gand, la baisse des possibilités de travail et la croissance des exclusives dans le recrutement affectent les nouveaux maîtres brasseurs (76 % de fils de maître avant 1450, 94 % avant 1479, 100 % entre 1510 et 1539) et dans une moindre mesure les forgerons, les charpentiers et les maçons. À Namur, à partir de 1606, les étrangers acquittent un droit près de sept fois supérieur à celui des fils de maître pour tenir une brasserie, dans un métier jusque-là peu cher et faiblement marqué par l’hérédité (qui ne concerne qu’un tiers des nouveaux maîtres entre 1577 et 1606). Cependant, dans les secteurs lucratifs ou en croissance, la mobilité reste grande, comme chez les tonneliers brugeois du XVe siècle (30 % de fils de maître seulement en dépit de droits d’accès onze fois moins élevés)29. Quel est le poids de l’hérédité professionnelle chez les graissiers et les couturiers de Valenciennes ?

Tableau 27 – Réception des fils de maître à la maîtrise (1556-années 1620)

Fils de maître

1556 à 1616

1556 à 1594

1595 à 1616/1624

Chez les graissiers

41 % (178/434)

34,5 % (90/261)

50,9 % (88/173)

Chez les couturiers

-

-

21 % (39/185)

Source : AMV, H2/250 et 221

  • 30 AMV, H2/137, 17 fils de maîtres sur 32 nouveaux maîtres entre 1607 et 1619.

30La pratique de l’hérédité diffère grandement entre les deux métiers qui intègrent un nombre global presque similaire de nouveaux maîtres. À l’époque des Archiducs, un nouveau graissier sur deux est fils de maître alors que cette proportion tombe à un sur cinq chez les couturiers. Le renforcement de l’hérédité professionnelle chez les graissiers à la fin du XVIe siècle correspond à une stabilisation du nombre de boutiques. C’est un moyen de régulation de l’activité, comme chez les boulangers qui présentent le même taux de fils de maîtres30. L’habitude est aussi prise à l’époque des Archiducs de voir plusieurs frères, fils de maître, obtenir le grade paternel simultanément ou presque, ce qui permet à une famille de maîtres-entrepreneurs de poursuivre son développement commercial sans buter sur la limitation à une seule boutique par maître imposée par les règlements corporatifs. L’hérédité professionnelle devient le signe de bonne santé du commerce local pour les graissiers.

  • 31 Sur la mosaïque des statuts tantôt favorables, tantôt défavorables, dans la France d’Ancien Régime, (...)

31Globalement, l’insertion et l’intégration des étrangers au sein des métiers valenciennois ne rencontrent pas d’obstacles légaux dans une ville où la culture civique laisse ouvert l’accès à la bourgeoisie de statut31. Chez les apothicaires, les étainiers, les couturiers ou les graissiers, des confrères natifs de l’extérieur et figurant dans les registres de bourgeoisie, se retrouvent connétables ou maîtres élus, preuve que la xénophobie corporative n’est pas de mise dans la Valenciennes du XVIe siècle. Les hommes nouveaux trouvent sans difficulté leur place dans les communautés professionnelles.

Les contours d’une élite au sein de la corporation des graissiers

32Un rapport subtil existe entre hérédité professionnelle, fonctions dirigeantes et réussite économique. Les comptes des graissiers permettent la confrontation, sous un angle prosopographique, de ces trois facteurs, en suivant, lors des tailles levées en 1580, en 1600 et en 1616, la dizaine de maîtres les plus taxés sur la centaine de membres affiliés à la corporation.

33En 1580, un noyau familial se détache dans ce groupe le plus taxé. La famille Delobel, qui fournit occasionnellement des responsables des comptes du métier, comprend alors (2e génération dans l’activité) les frères Jehan (+1609), par ailleurs déchargeur de vin, et Jacques (+1596), aussi mesureur de sel et de charbon, reçus à la maîtrise dans les années 1560, leur sœur la veuve Despretz, et leur beau-frère Adam Dath, mesureur de grain et fils d’un marchand drapier. Mais trois autres graissiers, Bauldry, Dubois et De Gueugnies, reçus dans les années 1570, n’ont aucune attache familiale dans le métier et n’y exerceront aucune responsabilité. Le profil du groupe est contrasté, avec une moitié de fils ou gendres de maîtres, et une moitié concernée par les charges dirigeantes corporatives. En 1600, parmi les quatorze graissiers les plus taxés se retrouvent quatre maîtres déjà présents dans le groupe de 1580 (Jehan Delobel, Jehan De Gueugnies, Valentin Mathieu et Warin Duchasteau) et deux autres qui cotisaient dans une tranche plus faible en 1580 (Guillaume Doye et Laurent Leleu, qui ne sont pas fils de maître, et qui sont ou seront chargés de tenir les comptes du métier). Les autres sont entrés depuis moins de vingt ans dans le métier et en exercent régulièrement les fonctions dirigeantes, comme Franchois Coppin, reçu maître en 1591, chargé des comptes en 1597, 1598 et 1613 avant d’être choisi comme connétable des graissiers en 1614. Seulement trois sur huit sont fils de maître (Rasse Delobel, Charles Dubois et son beau-fils Pierre Wiart). En ce début de siècle, le retour de la sécurité aux portes de la ville permet un regain d’exploitation des moulins à huile qui bordent l’Escaut, et une partie de cette élite des graissiers tient en propriété ou en cense ces grands tordoirs. En 1616, la hiérarchie socioprofessionnelle des graissiers reste stable, avec cinq membres du groupe de 1600 toujours présents (De Gueugnies, Gilles Martin, Guillaume Doye, Pierre Legrant et Pierre Wiart). Des maîtres plus âgés sortent du palmarès : ils sont moins taxés car ils ont sans doute réduit leurs activités, comme Rasse Delobel et Laurent Leleu. Mais parmi les nouveaux, cinq sont des héritiers comme les fils de Laurent Leleu, Jean (reçu au métier en 1593) et Laurent le jeune (maître depuis 1604). Au total, cinq des onze maîtres les plus imposés par le métier en 1616 exercent des responsabilités corporatives et six sont fils de maître.

  • 32 Boone Marc, « Gestion urbaine, gestion d’entreprises : l’élite urbaine entre pouvoir d’état, solida (...)
  • 33 AMV, H2/250, fol. 178ro, 1580-1581, requête aux échevins « affin d’avoir ung connestable et maîtres (...)

34Les graissiers les plus riches du fait de leur activité professionnelle forment certes un noyau stable mais sans exclusivité familiale (les fils de maître sont quatre sur dix en 1580, cinq sur quatorze en 1600, six sur onze en 1616). Il ressort en outre que les fonctions d’administration du métier ne sont pas monopolisées par le noyau ploutocratique constitué par les propriétaires-exploitants des moulins à huile de la ville et de ses environs. Elles sont délaissées aux maîtres moyens ou intermédiaires en âge et en fortune, selon un roulement très ouvert. Les responsabilités corporatives ne sont jamais, à Valenciennes, une antichambre du pouvoir politique municipal, et elles ne présentent pas non plus d’intérêt financier car elles sont faiblement rémunérées, au contraire des petits métiers de la ville de Gand à la fin du Moyen âge32. À défaut de richesse, le connétable et les maîtres élus du métier ne retirent que l’honneur et la considération de leurs confrères, d’où le peu d’empressement parfois à exercer ces charges33.

  • 34 Voir les récentes enquêtes sur ces groupes médians dans les villes moyennes des XVIIe et XVIIIe siè (...)

35Si le métier des graissiers comporte en son sommet un groupe stable, circonscrit par la propriété des moulins à huile, conforté par l’hérédité et les alliances matrimoniales tout en restant ouvert aux hommes nouveaux, le partage des responsabilités corporatives gomme l’inégalité des situations socioéconomiques dans la profession et maintient l’idéal égalitaire et confraternel des membres de la communauté. Les maîtres des métiers constituent bien une strate intermédiaire entre les élites et le petit peuple de la ville, une « couche moyenne » dans la société urbaine34, liée par la relation corporative, mais ouverte aux trajectoires familiales et individuelles.

Hors des corporations : fabrication domestique, artisanat privilégié et monde marchand

36En dépit du triomphe du modèle corporatif, rénové dans ses statuts, renforcé par son rôle religieux, les corps de métiers sont loin de concentrer l’ensemble des acteurs du monde du travail. Les activités libres de production au sein des habitations privées et celles qui disposent de franchises particulières maintiennent une situation concurrentielle, et le dynamisme des marchands de toutes catégories constitue l’expression d’un système ouvert qui domine le monde des corporations.

Le travail textile au sein de la maison et du couvent

  • 35 BMV, ms. 747 fol. 62vo (article 7 des chartes des lainiers de 1594) et ms. 704 fol. 206-207 (articl (...)
  • 36 AMV, Caf. 8729 (Rasse Delobel, 1572) et 6483 (Daniel Lestrelin, 1618).
  • 37 AMV, H2/221, années 1600 et 1601, poursuites contre une couturière de Mons qui a fait requête aux é (...)

37Les activités peu ou pas qualifiées, notamment dans le textile, trouvent un premier complément de main-d’œuvre hors de l’ouvroir des maîtres, dans l’univers domestique de la maison. Le poids économique réel du travail textile domestique demeure impossible à évaluer, mais son existence est reconnue par les normes corporatives. Le travail de la laine à domicile est exempté de droit pour toute personne qui « met à point et laboure laisnes pour son usage et famille », de même que les pièces cousues réalisées par les « serviteurs, servantes ou domestiques quy feroient quelque ouvraige dudict stil (de couturier) pour leurs maistres et dames »35. Il n’est pas rare de voir, au détour des testaments, un marchand graissier laisser à son serviteur une ostille de sayetterie qu’il a en sa maison ou un avocat récompenser sa servante « actendu que elle, estant en sa dicte maison, a thiré gaing et prouffict de ses travaulx journaliers qu’elle pooit faire à filler et aultrement »36. Mais qu’une couturière professionnelle se place sous ce statut domestique pour œuvrer hors des règlements, et la corporation entame une action judiciaire37. La sous-traitance ou la concurrence entre maisons particulières et ouvroirs professionnels existe de fait, et marchands et sayetteurs de la fin du XVIe siècle se fournissent souvent en fil auprès des particuliers, sollicitant une production domestique occulte mais incontournable.

  • 38 AMV, H2/221, 2 cas seulement (1 fille en 1595, un garçon en 1603).
  • 39 AGR, chambre des comptes no 40044 fo 67 : près de 20 cas en 1628 pour un coût par individu variant (...)
  • 40 Lottin Alain, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ?, op. cit., p. 115-116, et AMV, comptabilité d (...)
  • 41 Guignet Philippe, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle…, op. cit., et (...)

38Le travail textile trouve aussi sa main-d’œuvre au sein des établissements religieux féminins et des institutions charitables. Les adolescents de l’Aumône générale sont certes exemptés des droits d’apprentissage du métier des couturiers, mais trop peu figurent dans les listes d’apprentis de la corporation38. Qu’en est-il chez les sayetteurs ou les mulquiniers, tisserands les plus nombreux de la manufacture textile ? Le recours aux enfants orphelins ou assistés ne doit pas y être inconnu, comme à Tournai où la ville paye aux maîtres hautelisseurs la table, le gîte et l’apprentissage des pensionnaires sortant des Enfants Trouvés à l’âge de quinze ou seize ans39. Les Sœurs Grises, des franciscaines non cloîtrées implantées dans les villes des Pays-Bas depuis le XVe siècle, font des travaux de couture, complément indispensable de leurs faibles revenus rentiers : elles fournissent ainsi des chemises pour les pauvres assistés en 155040. Et au XVIIe siècle, le milieu dévot et tridentin favorise la mise au travail des enfants et des femmes pauvres. L’art de la dentelle, pratiqué dans un couvent de Valenciennes dès 1611, connaîtra dans les années 1640-1660 l’impulsion de Françoise Badar, qui fonde un ouvroir puis crée la communauté de la Sainte Famille où des jeunes filles pauvres ou orphelines reçoivent une éducation religieuse en plus d’une formation de dentellière41.

  • 42 Exemple des villes toscanes par Mazzi Maria Serena, « Ai margini del lavoro : i mestieri per campar (...)

39Ce travail des sans-grades, filles, femmes seules, servantes ou pauvres, encouragé par les autorités politiques et religieuses, trouve sa place aux marges du système corporatif, sans susciter l’opposition des maîtres artisans42.

Confréries de métier et confréries militaires : privilège contre privilège

40La véritable concurrence vient de l’intérieur du monde des corporations. Les limites de la solidarité corporative sont mises en lumière par les artisans qui se rattachent à plusieurs communautés de métier.

41La double appartenance professionnelle est fréquente dans le secteur textile. Les sayetteurs des années 1560-1570 deviennent volontiers hautelisseurs et pratiquent les deux activités en fonction de leurs intérêts propres, au gré de la conjoncture manufacturière. Payant les droits aux deux métiers, ils participent à leurs assemblées respectives où ils sont témoins de la « vindication et hayne » de la direction des sayetteurs contre les hautelisseurs lors de la guerre judiciaire qui oppose les deux communautés de 1566 à 1577, lorsque le déclin de la sayetterie est entamé. Le couplage du métier de graissier est aussi fréquent avec une autre activité réglementée, comme la sayetterie ou la hautelisse, la teinturerie, la chapellerie ou la plomberie : il concerne des maîtres moyens qui modulent leurs activités au gré des commandes, des variations du volume de travail ou des prix, pour maintenir leur niveau de vie. Les activités urbaines ne sont pas exemptes des respirations saisonnières qui affectent le volume de l’emploi et poussent à la mobilité interprofessionnelle. Les travaux des champs en été mobilisent ainsi les bras des compagnons citadins, débauchés pour l’occasion. La main-d’œuvre n’est donc pas cloisonnée dans les structures corporatives. La ville intègre facilement les artisans forains, favorise la mobilité et véhicule une masse flottante de travailleurs aux prises avec un travail discontinu, dont la présence permet de faire face aux périodes de forte demande et de contenir les salaires.

  • 43 AMV, HH 249 (copie ordonnance des canonniers de 1417) et EE 60 (sentence échevinale, 1490).

42Les confréries militaires des Serments cristallisent les ressentiments des corps de métiers. Aussi anciennes que les corporations et organisées comme elles en confréries religieuses, elles constituent des corps francs peuplés de bons bourgeois miliciens qui ont leur place dans les processions de la ville. Leurs privilèges sont conséquents, notamment l’exemption des droits corporatifs et de l’apprentissage43. Or les Serments sont intimement liés au milieu des artisans : une liste d’une cinquantaine de membres des trois Serments de 1545 recense des artisans du cuir (savetiers-cordonniers principalement), du bois, du métal (armuriers et serruriers en tête), du textile (du lin, de la laine et de la confection vestimentaire), mais aussi un brasseur, des cordiers et des ciriers, dont une moitié de nouveaux bourgeois récemment immatriculés dans les registres municipaux. L’adhésion aux Serments permet-elle de contourner les filtres d’entrée dans les communautés professionnelles ?

43Les corporations luttent de manière récurrente contre les privilèges des Serments. Les multiples procès des années 1539-1553 montrent la volonté de soumettre ces « resquilleurs » à la loi commune du métier, en utilisant tous les moyens de contrainte possibles : levée des droits et tailles, séquestre des marchandises voire fermeture autoritaire de l’atelier. Les tribunaux sont saisis. Les métiers reçoivent en général l’appui du pouvoir municipal, mais les sentences de Valenciennes sont contestées en appel devant le Grand Conseil de Malines où les Serments bénéficient du soutien du pouvoir central. La solution de cette guerre judiciaire est celle du compromis. En 1553, l’apprentissage s’impose aux gens des milices. Ils demeurent exemptés de droit d’apprenti et d’apprentissage du métier des graissiers s’ils se contentent de revendre au détail les marchandises toutes faites, mais l’apprentissage devient obligatoire pour toute « œuvre manuelle ». C’est une confirmation du triomphe du modèle corporatif et de sa discipline du travail organisé.

  • 44 AMV, EE 113 et 123.

44Ces soubresauts, qui reprennent dans les années 1620, ne sont pas qu’un simple épisode de concurrence économique mais prennent une dimension politique. Ils surviennent dans les périodes de renforcement de la tutelle politico-financière du pouvoir central sur le pouvoir municipal, après la rédaction des coutumes de 1534 et 1540 et la publication du règlement de 1615. Globalement, en bons tuteurs, les échevins épaulent fidèlement les corps de métiers et limitent ainsi les interventions judiciaires de l’autorité centrale des Pays-Bas. La présence des Serments dans le monde du travail connaît aussi ses limites au début du XVIIe siècle. L’effectif concerné, à peine une centaine de personnes, reste marginal par rapport à l’ensemble de la main-d’œuvre disponible. Et la désaffection frappe aussi les compagnies sermentées : leurs membres fuient l’association lorsque les charges financières deviennent trop lourdes44.

Les articulations entre monde corporatif et monde marchand

  • 45 Lottin Alain, Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, op. cit.

45Les corporations, à l’origine de la production, sont en même temps à la base du commerce urbain. L’ouvroir du maître est aussi une boutique donnant sur la rue, où le travail se fait à la vue de tous. Le maître qui tient un tel atelier peut fabriquer lui-même, à l’instar du maître-sayetteur lillois Chavatte (qui a laissé une chronique de sa vie quotidienne et professionnelle au XVIIe siècle)45, ou faire fabriquer par les compagnons ouvriers qu’il emploie. Il est alors un marchand-fabriquant. Il peut aussi abandonner la production au profit du seul commerce. C’est toute une gradation dans la division du travail qui définit le type du marchand urbain.

46Dans les métiers de l’alimentation, les maîtres boulangers, brasseurs et graissiers sont à la fois acheteurs, producteurs et vendeurs. Leur clientèle est avant tout locale, de proximité. Mais les relations d’affaires tissées en amont le sont à différents niveaux géographiques : local, mais surtout régional, et plus exceptionnellement avec Anvers pour certains approvisionnements. Pour la manufacture textile, matières premières et produits finis empruntent les circuits internationaux d’une économie-monde naissante. Comment s’articule le rapport complexe entre producteurs et marchands ? À quel moment la spécialisation marchande rompt-elle le lien avec les corporations ?

  • 46 Jeannin Pierre, Les marchands au XVIe siècle, éditions du Seuil, 1957, p. 42-44.

47Les corporations valenciennoises sont ouvertes aux marchands de tout type en échange d’un simple droit à verser, d’une valeur inférieure au prix de la maîtrise. Ainsi, outre les graissiers, le droit de revente au détail du beurre, des œufs et du fromage intéresse de petits artisans du bois et du textile, quelques maîtres des métiers aisés de la tannerie, quelques grands marchands de la ville associés au négoce du vin, des sayes ou des toiles fines ou des marchands étrangers, signe d’un éventail socioprofessionnel très large. Boutiquiers et détaillants font partie, avec les artisans, de l’univers corporatif et ils constituent le milieu hétérogène des petits marchands46.

  • 47 Chartres J.-A., « Les hôtelleries en Angleterre à la fin du Moyen âge et aux Temps Modernes », in L (...)
  • 48 Pelus-Kaplan Marie-Louise, « Entreprises amiénoises dans le grand commerce au XVIe siècle », in Le (...)

48D’autres activités tendent vers le négoce et se placent au-dessus des métiers constitués. C’est le cas des hôteliers, qui n’ont pas de chartes corporatives. Ils débitent bière et vin (d’où le contrôle tatillon des autorités qui en tirent de juteuses taxes), servent à manger, hébergent hommes, attelages et marchandises, favorisent l’échange d’informations ainsi que les relations d’affaires et fournissent occasionnellement les armées de passage en vivres et chevaux d’attelage47. Comme à Amiens, autre place de transit du grand commerce France-Pays-Bas, ces « hostelains » peuvent servir à l’occasion de courtiers, comme témoins et garants des transactions qui ont lieu dans leurs établissements, et de commissionnaires qui reçoivent ou expédient en leur nom des marchandises48. Valenciennes compte une vingtaine d’hôtelleries vers 1600, dont cinq aux portes de la ville, les autres le long des grandes rues ou sur la grand-place, sur le passage des négociants voyageant entre la France et la mer du Nord. Ce sont des immeubles de prix, en tête des valeurs du patrimoine immobilier urbain du début du XVIIe siècle. Avec une valeur locative moyenne de 256 Livres par an, les hôtelleries dépassent les brasseries (167 Livres), les teintureries (163 Livres) et les cabarets (100 à 120 Livres), et les plus prestigieuses atteignent 400 Livres dans la rue Tournaisienne, et jusqu’à 500 Livres sur la grand-place avec le « Cygne ».

49Les hôteliers, très majoritairement propriétaires de leur établissement, forment un milieu social original. L’apport extérieur n’est pas négligeable, avec vingt hôteliers, sept taverniers et trente cabaretiers inscrits à la bourgeoisie de Valenciennes entre 1500 et 1590. Les premiers sont issus des villes voisines des Pays-Bas du Sud, alors que les cabaretiers, plus modestes, viennent des campagnes du Hainaut, de l’Artois et du Cambrésis. L’activité passe en général par l’acquisition immobilière. Ainsi, dans la rue Tournaisienne, grande voie de circulation marchande, l’hôtellerie de « l’Ours » appartient successivement à un boucher, puis à un cuvelier, et enfin en 1544 à un voiturier dont la famille est toujours aux commandes vers 1600. À côté, Aymery Bettrema (vers 1500 +1569) achète le « Hure » en 1540 et le « Lyon d’Or », vendu en 1560 par les héritiers d’un marchand de sayes qui l’avait acquis en 1509. Ses deux filles tiennent toujours les établissements en question au début du XVIIe siècle. Dans les faubourgs, le « Pourchelet » passe en 1546 des mains des enfants du marchand Jacques Doultreman à celles d’un marchand de bêtes et de chevaux. Les maîtres aisés des métiers de l’alimentation (graissiers, brasseurs) et des transports (voituriers) sont nombreux parmi les acquéreurs. Cette diversité des appartenances au monde de l’artisanat et de la boutique est encore plus marquée chez les taverniers et les cabaretiers. Le sayetteur Hutin Rogier (mort en 1547) devient cabaretier dans les années 1520, puis marchand. Denis Moerdesoif est simultanément libraire et cabaretier au cours des décennies 1520 et 1530, le marché du livre à Valenciennes n’étant suffisant pour garantir la pérennité de ce commerce. Des peintres en fin de carrière se reconvertissent aussi dans cette activité, comme Jacques Le May (+1566) et Paris Prévost (vers 1554 +1648), peintre et sculpteur actif de 1594 à 1627, hôtelier du « Cygne » à sa mort. Pour compléter ce tableau, il faut aussi signaler la présence, au début du XVIe siècle, de quelques patriciens et grands négociants parmi les propriétaires d’hôtelleries : la femme du seigneur d’Escarmain Jehan de Quaroube est propriétaire du « Paon », un établissement disparu dans l’incendie de 1522, et Jacques Godin (+1535) de celui des « Trois Roix », à côté du « Cygne » sur la grand-place.

50La collusion professionnelle et familiale est forte entre hôteliers-taverniers et marchands de toutes catégories. Elle peut mener en une ou deux générations à une ascension sociale de l’hôtellerie vers le négoce, surtout avant les années 1560. Nicolas Thoillier (v1513 + après 1568) est tout d’abord sayetteur dans les années 1540, puis apparaît comme tavernier, déchargeur, courtier et marchand de vin. Nicolas Lanvin (v1492 +1566), couturier entre 1512 et 1524, devient cabaretier dès 1519, courtier de vin à partir de 1528 et n’est plus cité que comme marchand de 1535 jusqu’à sa mort. Chez les De Le Flecquière, succèdent au père Guillaume (+v1518), tavernier dans la rue de Lenghennerie à la « taverne de Paris », ses fils Aymery (+v1546) et Franchois (+1540), marchands taverniers et marchands de sayes, le second étant de surcroît courtier de vins et de chevaux. Rolland (v1524 + exécuté 1568), fils d’Aymery, est un marchand qui fait commerce de vin et de hautelisse, tout en étant gestionnaire de l’Aumône générale et membre du consistoire calviniste en 1566. Son cousin Jehan (v1520 + v1581), fils de Franchois, est à la fois marchand-fabricant de sayes et marchand de vin, une carrière entravée par la confiscation de ses biens et son exil à Southampton en 1567. Les Gruel offrent un parcours tout à fait similaire de la taverne vers le négoce. Bertran (+1537) laisse deux fils, Pierre (v1520 +1581 Middelburg), marchand de vin et de harengs, et Bertran, impliqué dans la manufacture textile, ainsi qu’un gendre, Thomas Despretz, fils de la tenancière des tavernes de « l’Oliffant » et de « l’Escache » sur la grand-place. Là encore, leur compromission dans la révolte valenciennoise et leur exil dans les Pays-Bas du Nord viennent clore leur carrière marchande à Valenciennes.

51Mais plus souvent, l’hôtellerie reste liée au commerce local et à la sphère municipale, par le biais des offices économiques (étape des vins et poissonnerie de mer) et du fermage des impôts pesant sur la bière et le vin. Il n’est donc pas étonnant de retrouver, à l’époque de Charles Quint, une vingtaine d’hôteliers sur les bancs de l’échevinage, avec des carrières politiques étoffées. Passés les troubles, la baisse des exportations de poissons vers la France, la concentration des importations des vins français entre les mains d’un groupe réduit de négociants de plus en plus indépendants de l’étape locale, la perte de vitesse des marchands de sayes et l’émergence d’un nouveau noyau de négociants de toilettes de lin transforment le milieu du commerce valenciennois. Les écarts entre le monde artisanal et le négoce s’accroissent, comme ceux entre les différentes catégories de marchands. Et les passerelles, efficaces pendant une bonne partie du XVIe siècle avec le groupe des hôteliers, se réduisent ensuite et limitent les opportunités de mobilité vers le grand commerce.

L’organisation spatiale du grand commerce : les réseaux d’hommes à l’époque de Charles Quint

52Le grand commerce combine un rayon d’action géographique plus ou moins étendu dans et hors du pays et un réseau d’associés, de commis, de connaissances utiles pour brasser des affaires diverses. Les négociants valenciennois du XVIe siècle se positionnent évidemment sur l’axe France-Pays-Bas-Anvers. Mais quelle est leur emprise spatiale et humaine ?

  • 49 BMV, ms 489. Sur le sujet, voir Klaus Herbers, « Roumieux, jacquaires et paumiers », in Pélerinages (...)

53Un document indirect jette une lumière sur ce sujet. Il s’agit du récit d’un pèlerinage en Terre Sainte réalisé par le marchand Pierre Le Boucq en 154849. Le Boucq (v1523 + avant 1571) est représentatif de la promotion sociale marchande du temps de Charles Quint. Son père Pierre (+1549), fils de cirier, et lui-même cirier à ses débuts, a obliqué vers le commerce des chevaux et du vin à partir des années 1520. Sa sœur Jehanne Le Boucq (vers 1520 +1583) est mariée à l’emblématique négociant Michiel Herlin dont Pierre épouse à son tour la sœur, Marie Herlin.

54Lors de la première partie de son voyage vers le Levant, Pierre emprunte les grandes routes européennes du commerce. Parti de Valenciennes, il passe par Mons et Bruxelles pour gagner Anvers, où l’expédition s’organise. Le groupe part ensuite pour Maastricht, Aix-la-Chapelle et Cologne, remonte la vallée du Rhin, oblique par Ulm et Augsbourg vers l’Autriche, franchit les Alpes par Innsbruck, Bolzano et Trente et atteint Venise, port d’embarquement des pèlerins européens pour Jaffa et Jérusalem. De l’espace européen traversé en un mois, Pierre Le Boucq ne connaît que les Pays-Bas espagnols et il débute ses descriptions des villes et paysages avec Maastricht, porte du monde germanique. Dans les villes des Pays-Bas, Pierre et ses compagnons sont reçus ou visités par des connaissances : le receveur général du comté de Hainaut à Mons, les patriciens Quentin Corret (prince de Plaisance lors de la dernière fête de ce nom de 1548) et Henri d’Aymericourt, tous deux échevins de Valenciennes en 1547, et venus de Bruxelles pour la circonstance. Mais c’est la métropole anversoise qui concentre le groupe le plus nombreux de Valenciennois résidents ou simplement de passage pour leurs affaires. Il s’agit d’un cousin comme Simon Le Boucq (+ v1557), un cirier de Valenciennes qui fait le trafic de sel depuis Anvers où il loge notre voyageur, de marchands comme Vinchant De Beaulieu, drapier ou encore le courtier de Michiel Herlin. Les auberges du grand port de l’Escaut servent aussi de point de rencontre avec les marchands de Lille, de Mons (comme les Malapert) et de Cambrai (avec Jehan Colpin).

  • 50 Emile Coornaert, Les Français et le commerce international…, op. cit., tome I, p. 187, Pierre Jeann (...)

55Mais sortis d’Anvers et des Pays-Bas, nos pèlerins-marchands de Valenciennes entrent en terre inconnue. Quand le français ne suffit plus, c’est en latin qu’ils conversent avec les étrangers rencontrés sur la route ou dans les auberges. Et les rendez-vous avec des compatriotes se raréfient. À Cologne, Le Boucq retrouve un oncle Herlin, étudiant dans la cité rhénane, et il prend contact par lettres avec Martin Hureau, un négociant de grande envergure qui développe ses activités dans l’espace germanique et en Baltique, et qui s’installera finalement à Venise où il meurt en 1578. Ce dernier est le fils d’un marchand de sayes valenciennois établi à Anvers dès le décollage de la métropole, au début du XVIe siècle50. Sur la route de Francfort-sur-le-Main, un hôtelier connaît un confrère de Le Boucq, Jehan De Rantre (+1551), négociant de Valenciennes, et divers marchands de Mons et d’Arras qui y fréquentent les foires de grande réputation. Enfin, la présence de la cour impériale en cette année 1548 à Augsbourg où Charles Quint doit présider la Diète qui réorganisera ses territoires, draine soldats, serviteurs et écuyers accourus des Pays-Bas, comme le couturier de la comtesse de Boussu, épouse du prévôt-le-comte, et le panetier Nicolas De Cordes, frère d’Arnoul (v1495 +v1566), seigneur de Maubray et échevin de Valenciennes. Passées les terres de l’Empire germanique, les Valenciennois sortent complètement de leur réseau relationnel. Ils ne connaissent aucun Italien et aucun expatrié. Leur réseau de parents, amis et confrères marchands en déplacement ou « montés » à Anvers, d’hôteliers et d’agents de cour aux relations multiples, reste principalement circonscrit à la partie sud des Pays-Bas espagnols (le Nord de la France et la Belgique actuelle), sans être vraiment internationalisé.

56Ce réseau géographiquement centré sur les Pays-Bas méridionaux correspond à celui des alliances matrimoniales des mêmes marchands pendant tout le XVIe siècle. C’est à Mons, Cambrai, parfois Tournai et Arras, plus rarement Lille et Paris qu’ils prennent femme ou marient leurs filles. Nombre de négociants originaires de ces villes ont trouvé un ancrage à la fois professionnel et familial à Valenciennes en s’y mariant au sein d’une famille locale du négoce. Citons l’intégration par mariage de Pierre Senglier, natif de Paris, vers 1500, de Michiel Herlin, originaire d’Arras, vers 1535, de Christoffle Resteau, de Mons, dans les années 1520, de son neveu Vinchant Resteau et de leur cousin de Cambrai Franchois Resteau dans les années 1540, des frères Creton de Cambrai à la même période, et après les troubles, de Charles De Monstroeul, natif d’Arras, et de Claude De Hénin, de Cambrai au cours des années 1580.

  • 51 Voir tableau généalogique.
  • 52 Duplessis Robert, Lille and the dutch revolt…, op. cit., p. 80 et p. 330-331.
  • 53 Marnef Guido, Antwerp in the age of Reformation…, op. cit., p. 146-152, et Thimme Hermann, « Der Ha (...)

57À une endogamie sociale nette s’accole une exogamie géographique qui conforte les relations d’affaires entre les villes wallonnes. Chez les Godin, éminente famille de patriciens et de négociants, la branche de Jacques I (+1535) soigne ses alliances avec Cambrai sur trois générations. Le fils, Jacques II (+1547), épouse Marie Creton, sœur de Jehan, marchand qui devient bourgeois de Valenciennes en 1538. Les filles nées de ce mariage trouvent leur époux à Valenciennes (dans les familles Le Mesureur, Senglier, Lefebvre), mais le fils Jacques III s’unit à Laurence Resteau, fille du marchand cambrésien Jehan et sœur de Franchois qui s’installe à Valenciennes vers 1540. Lors des années noires consécutives au siège de 1566, Jacques Godin, catholique loyaliste, se réfugie à Cambrai où il meurt en 1572. Une de ses filles, Jenne, y est mariée au négociant Claude De Hénin, qui transfère à son tour son activité de Cambrai à Valenciennes au cours des années 1580. Dans l’autre branche des Godin, issue de Jehan I (+1537), frère de Jacques I, l’emprise géographique des alliances est plus large51. Catherine (+1563), fille de Jehan, est mariée à Christoffle Resteau (+1552), né à Mons et bourgeois de Valenciennes en 1526. Le frère de Catherine, Jehan II, mort prématurément avant leur père, laisse huit enfants presque tous actifs sur la place de commerce d’Anvers dans les années 1560. Jehan III (v1519 +1601) devient le gendre du marchand de sayes valenciennois Nicolas Vivien (+ v1568) et de Barbe Malapert (+ v1583), elle-même fille du marchand de Mons Jehan Malapert. Franchois Godin (v1520 +1587) a pour beau-père Pol Castellain, grand marchand lillois52 : il conclut la seule alliance matrimoniale répertoriée durant ce siècle entre les deux places de négoce, signe que les réseaux de Valenciennes et de Lille ne s’interpénètrent quasiment pas. Franchois réside à Anvers dès 1562, fait partie du consistoire calviniste de la ville et fuit vers 1567, pour se réfugier à Nuremberg et Frankenthal, en Palatinat, où il décède. Trois autres enfants de Jehan II Godin s’allient aux branches montoises et cambrésiennes de la famille Resteau. La dynamique du commerce européen et la large compromission de cette famille dans l’aventure calviniste des années 1560 déracinent ce réseau familial dont les biens sont confisqués à Valenciennes et à Anvers. La génération suivante se retrouve dispersée dans le dernier tiers du XVIe siècle entre Valenciennes, Anvers, et surtout Cologne et Londres53.

58Les alliances matrimoniales au sein des familles du négoce sont essentielles au développement des affaires commerciales. Les deniers comptants et les rentes apportés dans les contrats de mariage servent de support financier à un grand commerce qui conserve un aspect largement familial.

L’organisation interne du grand commerce : formation des négociants, techniques commerciales et sociétés de marchandises

  • 54 Roch Jean-Louis, « De la nature du drapier médiéval. L’exemple rouennais », in Revue historique, no(...)
  • 55 Howell Martha, Du Plessis Robert, « Reconsidering the early modern urban economy : the cases of Lei (...)

59Le grand marchand de sayes du XVIe siècle et le marchand de toilettes du XVIIe siècle, personnages de premier plan de la manufacture textile de Valenciennes, ne fabriquent pas eux-mêmes, comme tant d’entrepreneurs du secteur dès le Moyen âge54. Les maîtres-ouvriers, travaillant sur l’hostille, et les maîtres-fabricants, qui font travailler les compagnons, sont à la tête de micro-unités de production et ils écoulent leurs tissus auprès des marchands de la ville qui se chargent ensuite de leur exportation. L’atomisation des structures de production, limitées à deux métiers par atelier à Valenciennes, est un facteur de paix sociale et d’adaptation au marché dans la plupart des villes textiles des Pays-Bas55. Elle permet aux marchands-fabricants de se placer en aval du processus et de ne contrôler que les finitions (couleurs, apprêts) ou simplement la commercialisation des produits finis. La connaissance de ce produit est un élément essentiel du travail du marchand. C’est pourquoi ce dernier passe souvent au début de sa carrière par le monde corporatif et par l’ouvroir. Tel marchand de sayes de la première moitié du XVIe siècle est mentionné comme « sayetteur » dans ses jeunes années, pour avoir tenu un atelier. Au XVIIe siècle, le marchand de toilettes envoie plus discrètement son fils se former en apprentissage auprès d’un maître mulquinier. Savoir reconnaître une variété d’étoffe et repérer ses défauts de fabrication, expertiser rapidement ses dimensions (terrain éminent de fraude), juger un lot entier à la vue de quelques pièces et fixer un tarif sont des qualités indispensables au négociant.

  • 56 AMV, J2/272 bis fo 3ro, et ADN, 5B 65.

60Formé sur le tas auprès des ouvriers-fabricants, le jeune marchand passe aussi par le métier de facteur d’un négociant établi. Ce dernier, souvent un parent ou un ami de la famille, confie argent comptant ou marchandises au facteur, à charge pour lui de mener l’affaire à l’occasion d’une foire ou d’un déplacement dans une autre ville manufacturière. En 1537, la veuve de Grard De Le Fontaine dit Wicart, marchand de sayes, dédommage la veuve du négociant Jacques Godin pour une dette importante de 1200 Livres dont son fils Thomas Wicart est redevable « pour raison du train de certain marchandise de sayes que ledit Thomas faisoit comme facteur dudit Godin que lors demoroit en sadite maison », peut-être à Anvers. En 1589, c’est le jeune Anthoine De Hénin qui reçoit de Jean Margerin de Saint-Quentin 3000 écus pour acheter et exporter vers l’Angleterre des toiles fines et batistes, à raison de 2 % de salaire. Cette mission de facteur permet à De Hénin de s’implanter à Valenciennes, où il se fournit en marchandise, et d’y négocier pour son propre compte56.

61Un autre aspect de la formation des grands marchands de Valenciennes passe par les métiers de gestion et de comptabilité auprès de la municipalité, des institutions charitables et des grands seigneurs laïcs ou ecclésiastiques. Si les négociants sont peu représentés à l’échevinage, ils se retrouvent plus volontiers trésoriers-massards de la ville ou superintendants de l’Aumône générale. D’autres exercent les fonctions de receveurs des domaines du prince ou des grandes abbayes régionales, comme officiers chargés de la recette des rentes et censes, de la vente des blés, et des dépenses d’entretien des ouvrages. Le fils du marchand de sayes Simon Le Mesureur (+1507), Pierre Le Mesureur (v1486 +1553), marchand, devient receveur du domaine de Bouchain (une des recettes particulières du comté de Hainaut) et receveur de l’abbaye de Saint-Saulve, fonction qui passe ensuite à son fils Jehan, aussi marchand. Un autre fils, Franchois (v1519 + v1580), lui-même bailli de Trith et Maing dans les années 1570, est le père de Charles (+1595), receveur de la Salle-le-Comte de Valenciennes (autre recette domaniale du Hainaut) de 1571 à sa mort. Gilles Marin (v1536 +1588) cumule aussi les fonctions de marchand importateur de vins et receveur de l’abbaye de Saint-Saulve lors de son inscription à la bourgeoisie en 1585. Compter, manier l’argent, percevoir les droits, tenir un registre de recettes et dépenses sont des aptitudes prisées autant par les administrations que par les hommes du commerce.

  • 57 De Roover Raymond, « Aux origines d’une technique intellectuelle. Formation et expansion de la comp (...)
  • 58 Jeannin Pierre, « Les manuels de comptabilité », in Marchands d’Europe.., op. cit., p. 348-351.
  • 59 AMV, J2/391 fo 20ro et ADN, 5B 506.
  • 60 Pelus-Kaplan Marie-Louise, « Entreprises amiénoises dans le grand commerce… ». op. cit., p. 111-112 (...)

62La maîtrise d’outils commerciaux modernes est un aspect déterminant du développement du capitalisme marchand dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. Les marchands italiens de la fin du Moyen âge sont les pionniers en la matière. Ils sont à l’origine de la comptabilité à partie double (avec une colonne crédit et une colonne débit pour chaque client), qui se diffuse tardivement dans le nord de l’Europe à partir du XVIe siècle57. Il semble que les méthodes comptables des marchands de Valenciennes soient restées relativement rudimentaires, comparées aux modèles proposés dans nombre de manuels de l’époque. C’est pourtant à Anvers puis dans les Provinces-Unies qu’il s’imprime le plus de manuels de comptabilité en Europe entre 1550 et 1650, signe du transfert des savoirs comptables58. Aucune comptabilité marchande n’a été conservée pour la Valenciennes des Habsbourg. Les mentions de livres de compte existent, comme chez ce marchand-grossier qui conserve la trace écrite de ses achats textiles à Anvers dans son « livre de marchandise » (1558). Lorsque le négociant Jehan De Rantre, que ses affaires mènent à Orléans, Reims et Francfort-sur-le-Main, meurt en 1551, une série désordonnée de papiers comptables nourrit un procès entre ses héritiers : un sac contenant divers papiers dont un « mémorial », feuille pliée et usée portant des sommes versées à son frère pour employer en marchandises, et un « livre marchand » portant le reliquat de cette créance59. Le livre marchand du XVIe siècle, dans les villes moyennes de commerce comme Valenciennes et Amiens, ressemble davantage à un journal des transactions et à un livre de dettes et de créances. Il s’agit en l’occurrence d’une comptabilité simple et souvent fractionnée, rédigée quand il faut calculer le solde d’une négociation à l’occasion d’un décès ou de la fin d’une société60.

  • 61 Pelus-Kaplan Marie-Louise, Wolter von Holsten, marchand lubeckois de la seconde moitié du XVIe sièc (...)
  • 62 AMV, J2/391 fo 32ro.

63Qu’en est-il des modes de transaction financière ? Le troc est durablement utilisé par les acteurs du grand commerce de Valenciennes, comme ailleurs61. En 1620 encore, Antoine De Monstrœul donne en paiement de trente-huit pièces de vins français livrées à Arras une cassette de toiles batistes envoyée à Rouen et représentant la moitié de la valeur de la transaction, le reste étant payable par lettre de change à quatre mois. Quant à la circulation d’argent sonnant sur la route entre Valenciennes et Anvers, elle est toujours attestée au milieu du XVIe siècle, avec tous les risques imaginables. En 1558, un marchand de toilettes en déplacement à Anvers confie un coffret contenant diverses espèces monétaires (dalders, philippes d’argent, monnaie d’Espagne) à un charretier de Tenremonde, à charge de le livrer chez lui à Valenciennes. Mais la livraison n’a pas lieu et le marchand récupère sa caisse un mois plus tard chez un batelier de Tenremonde. Il ne peut que constater la disparition de l’argent, la serrure ayant été forcée62. Le développement manufacturier de Valenciennes et le gonflement des volumes d’affaires en Europe du Nord-Ouest poussent les négociants à utiliser de plus en plus les instruments modernes de transfert de fonds, de paiement et de crédit, qui offrent une plus grande sécurité et une souplesse indispensables aux affaires.

  • 63 Van Der Wee Herman (directeur), La banque en Occident, Fonds Mercator, 1991, p. 180-187.
  • 64 Pelus-Kaplan Marie-Louise, « Entreprises amiénoises dans le grand commerce… ». op. cit., p. 108-109
  • 65 Van Der Wee Herman (directeur), La banque en Occident, op. cit., p. 94-103.
  • 66 ADN, 5B 550.

64Les cédules ou lettres d’obligations sont des reconnaissances de dettes comportant une promesse de remboursement avec une date d’échéance. Elles constituent un moyen de crédit largement utilisé dans le commerce intérieur des Pays-Bas du XVIe siècle. L’introduction d’une clause au porteur y permet de ne plus faire nécessairement le paiement en espèces et de transférer la créance sur un tiers63. Y a-t-il un retard technique des marchands du Nord qui semblent préférer les lettres d’obligations aux lettres de change pendant une bonne partie du siècle ? L’exemple d’Amiens, comparable à Valenciennes, montre qu’il faut relativiser ce retard : les marchands d’Amiens se familiarisent avec la lettre de change dès la seconde moitié du XVIe siècle64. La lettre de change est une autre invention des marchands italiens du XIVe siècle. Elle sert à effectuer des paiements entre des aires monétaires différentes, puis, de plus en plus à partir du XVIe siècle, entre des lieux éloignés appartenant à la même zone monétaire. Elle met en relation quatre acteurs, à savoir les marchands (le donneur et le preneur, qui ont besoin d’un outil de paiement) et les marchands-banquiers (le tireur et le tiré, cambistes qui spéculent sur le change), autour d’une grande place commerciale et financière65. C’est à Anvers que les marchands valenciennois s’initient à l’usage de cet outil. Sa rédaction suit un modèle classique, dont témoigne cet exemple sur papier66 :

  • 67 Compte tenu de l’insécurité d’acheminement du courier, le marchand tireur peut établir plusieurs ex (...)

« Louanges à Dieu, le 20 décembre 1597, Anvers, pour £ 202 – à 15 jours, de veu vous plaira paier par ceste premier67 de change au Sr Antoine Ysengrin deux cents deux Livres de gros pour la valleur receu de Gouynart
Cornilles, faict bon paiement et Dieu de mal vous garde.
Votre en service Mathieu De Vasseure »

Figure 5 – Lettre de change valenciennoise établie à Anvers (1597)

Figure 5 – Lettre de change valenciennoise établie à Anvers (1597)

65et au dos :

« Au sr Guerart Despres marchant demeurant à Vallencenne »
« a achapté le 24 décembre le contenu de ceste » (suivi de sa signature)

  • 68 AMV, J2/398, embriévures 23 octobre 1601 et ADN, 5B 550.

66Le bénéficiaire ou marchand preneur est ici le Valenciennois Ysengrin, et le donneur ou marchand remettant Gouynart Cornilles, qui a acheté de la marchandise au premier. De Vasseure sert de cambiste tireur, qui établit contre espèces la lettre au donneur à Anvers. Au dos apparaît le quatrième homme, le tiré, chargé de remettre au bénéficiaire la somme mentionnée, soit 202 Livres de gros qui font 2424 Livres de Hainaut. Il s’agit de Despretz (+1601), marchand et courtier de vin, bourgeois de Valenciennes, qui n’est pas un véritable marchand-banquier mais plutôt un spéculateur affairiste qui tire de l’argent en change à Anvers, à Cologne et dans les Provinces-Unies et endosse les lettres à Anvers pour les payer dans la quinzaine à Valenciennes auprès de ses confrères marchands. Or les paiements ne sont pas effectués, et plusieurs plaignants ayant lettres à son nom le traînent en justice devant l’échevinage de Valenciennes qui le condamne en 1598 : il devient un homme « sans crédit et tenu en voie de rompture »68.

67Malgré ces malversations, la pratique du change s’acclimate dans le milieu du grand commerce, et les marchands valenciennois importateurs de vins français dans les années 1620-1640 utilisent familièrement la lettre de change comme moyen de paiement.

  • 69 AMV, Caf. 8969, J2/391 fo 69ro, Caf. 8629, HHsup. 658.

68Pour trouver les fonds permettant de lancer leurs affaires, les grands marchands valenciennois du siècle de Charles Quint ont largement recours au capital de la famille. Exporter les articles textiles produits localement et importer vins et poissons restent une affaire familiale. Les formes les plus élaborées d’organisation commerciale de l’époque sont les sociétés de marchandise. Peu nombreuses, elles n’impliquent que la poignée de familles du négoce, pour une durée et un objet limités. Elles n’ont pas laissé d’archives propres mais elles apparaissent notamment au détour de testaments ou de contrats de mariage. Jacques Godin laisse par testament en 1547 une somme de 3000 Livres pour ses enfants mineurs, à charge pour sa veuve de les « tenir et mettre en marchandise avecq et en la bourse commune d’entre elle et Jehan Creton son frère comme ilz sont à présent, en cas que ladicte société et train de marchandise s’entretienne ». Jacques Senglier quitte Valenciennes pour Anvers vers 1560 à cause des malversations de son beau-frère Pierre Conrart dans la société de marchandise qu’ils tiennent ensemble. Franchois Resteau et son fils Jehan sont associés en 1565 au sein d’une même compagnie, comme les Vivien en 1592. En 1581, Jehan de Helmont apporte par contrat de mariage une somme de 1200 Livres à employer avec son futur beau-père Pierre De Le Fontaine dit Wicart, marchand de sayes et de vin, pour « entremesler ensemble et sociément en marchandises ainsi qu’ils trouveront pour le mieux à leur profit ». À la fin du siècle, Jehan Haynuyer affirme avoir fait le négoce des sayes pendant vingt-cinq ans d’abord du vivant de sa mère puis « par compaignie avec ses frères », avant de s’en retirer en 159269.

  • 70 Gascon Richard, Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., p. 280-291, et Carmona Maurice, « Aspects (...)
  • 71 Goubert Pierre, « Types de marchands amiénois au début du XVIIe siècle », in XVIIe siècle, no 33, d (...)

69Les contours juridiques et la durée d’existence de ces associations restent flous. Elles impliquent la coopération entre leurs membres, la concentration de capitaux familiaux, parfois l’utilisation de facteurs, courtiers ou mandataires, pour des durées courtes (le temps d’une foire) ou plus longues. Le côté très familial des associations valenciennoises de marchandise, qui regroupent un père et son fils ou son gendre, deux frères ou deux beaux-frères, peut coïncider avec une relative stabilité de la plupart d’entre elles. Mais elles ne peuvent être assimilées aux compagnies familiales ou en commandite à l’italienne, ni aux sociétés commerciales de type capitaliste dans lesquelles les bailleurs de fonds ont une voix dominante sur les associés70. Valenciennes est encore une fois sur ce point plus proche d’Amiens, place moyenne de commerce71, que des métropoles de Lyon ou d’Anvers.

Notes

1 Coornaert Emile, Les corporations en France avant 1789, Gallimard, Paris, 1941, 306 p. ; Farr James R., Hands of honor : Artisans and their world in Dijon, 1550-1650, Ithaca, New-York, 1988. Bilan pour les Pays-Bas dans Lambrechts Pascale, « L’historiographie des métiers dans les principautés des anciens Pays-Bas : acquis et perspectives de recherches », in Les métiers au Moyen âge. Aspects économiques et sociaux, actes du colloque de Louvain-la-Neuve octobre 1993, édités par P. Lambrechts et J.-P. Sosson, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 143-155.

2 Coulet Noël, « Les confréries de métier en Provence au Moyen âge », in Travail et travailleurs en Europe au Moyen âge et au début des temps modernes, textes réunis par C. Dolan, Toronto, 1991, p. 21-46.

3 Boone Marc, « Les métiers dans les villes flamandes au bas Moyen âge (XIVe-XVIe siècles) : images normatives, réalités socio-politiques et économiques », in Les métiers au Moyen âge…, op. cit., p. 1-21.

4 Le Boucq Simon, Mémoires de la procession de la ville de Valentienne, publiés par M. Bauchond, Valenciennes, Giard, 1908, chap. VI (procession générale de 1653), et ADN, B 19651.

5 Morsa Denis, « Les métiers aux temps modernes, reflets de situations médiévales ? », in Les métiers au Moyen âge. Aspects économiques et sociaux, actes du colloque international de Louvain-la-Neuve (7-9 octobre 1993), édités par P. Lambrechts et J.-P. Sosson, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 237.

6 AMV, ms. 704 fol. 210-217 (chartes des fripiers, 1582) et ms. 705 fol. 194-197 (chartes des meuniers, 1589).

7 AMV, HH sup. 657, H2/431, HH sup. 812.

8 Guignet Philippe, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Perrin, 1999, p. 168-170.

9 AMV, CC 151.

10 L’Espagne reconnaît officiellement l’indépendance des Provinces-Unies en 1648.

11 BMV, ms. 1205 fol. 169-170ro, et AMV, H2/250 fol. 325, 328-329.

12 Deyon Solange, Lottin Alain, Les « casseurs » de l’été 1566, op. cit.

13 Exemple chez les graissiers : dépenses décoratives pour leur chapelle en 1580, 1596, 1611, 1615, après la réfection de 1567 d’un coût de 154 Livres (AMV, H2/250).

14 AMV, ms. 705 fol. 194-197ro.

15 Chartier Roger, « La ville dominante et soumise », in La ville des temps modernes de la Renaissance aux Révolutions, Histoire de la France urbaine, tome III, op. cit., p. 96-99.

16 AMV, H2/422, années 1617 à 1619 ; Druelle Christine, Le culte populaire des saints anti-pesteux (saint Sébastien, saint Roch et saint Charles Borromée) à Douai et à Lille du XVIe au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université de Lille III, 1986, 125 p., et Lottin Alain, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), op. cit., p. 271-275.

17 AMV, CC 757 fol. 55vo et CC 759 fol. 65vo.

18 AMV, H2/317, préambule de la charte des passementiers, 1592.

19 AMV, H2/317, chartes des passementiers, 1604.

20 AMV, HH sup. 685, chartes des brasseurs, 1598, et ADN, 5B 517, enquête de 1577.

21 Comme ailleurs : Garden Maurice, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, p. 234 et 361, Mathieu Grégory, « La corporation des bouchers de Namur au XVIIIe siècle : étude sociale d’un milieu fermé », in Corporations de métiers à Namur au XVIIIe siècle, sous la direction de J. Toussaint, 1998, p. 90-103.

22 Sur le débauchage de main d’œuvre, voir Delsalle Paul, « Du billet de congé au carnet d’apprentissage : les archives des livrets d’employés et d’ouvriers (XVIe-XIXe siècle) », in Revue du Nord, tome LXXV, no 300, avril-juin 1993, p. 285-301.

23 AMV, ms. 697 fol. 107-108, ms 747, ms. 702 fol. 21-26.

24 AMV, J2/401, embriévures, 27 février 1609.

25 AMV, HH 221 et HH 422, 1605-1606 et 1614-1615.

26 AMV, HH sup. 812.

27 Sosson J.-P., « Les métiers : norme et réalité. L’exemple des anciens Pays-Bas méridionaux aux XIVe et XVe siècles », in Le travail au Moyen âge. Une approche interdisciplinaire, actes du colloque international de Louvain-la-Neuve 21-23 mai 1987, édités par J. Hamesse et C. Muraille-Samaran, Louvain-la-Neuve, 1990, p. 344-348.

28 Thys A. K. L., Van « werkwinkel » tot « fabriek ». De textielnijverheid te Antwerpen (einde 15de-begin 19de eeuw), Brussels, 1987, p. 221 (4,4 personnes par atelier du secteur drapier d’Anvers en 1540).

29 Lardin Philippe, « Le niveau de vie des ouvriers du bâtiment en Normandie orientale dans la seconde moitié du XVe siècle », in Les niveaux de vie au Moyen âge. Mesures, perceptions et représentations, actes du colloque de Spa, 21-25 octobre 1998, édités par J.-P. Sosson, Cl. Thiry, S. Thonon, T. Van Hemelryck, Academia-Bruylant, 1999, p. 160-162 ; Prevenier Walter, Blockmans Wim, Les Pays-Bas bourguignons, Fonds Mercator, Anvers, 1983, p. 164-165 ; Libert Marc, « Le métier des brasseurs de Namur (1376-1606)”, in Corporations de métiers à Namur…, op. cit., p. 112-115 ; Sosson Jean-Pierre, « La structure sociale de la corporation médiévale. L’exemple des tonneliers de Bruges de 1350 à 1500 », in Revue belge de philologie et d’histoire, tome 44, 1966, p. 457-478.

30 AMV, H2/137, 17 fils de maîtres sur 32 nouveaux maîtres entre 1607 et 1619.

31 Sur la mosaïque des statuts tantôt favorables, tantôt défavorables, dans la France d’Ancien Régime, voir Menjot Denis, Pinol Jean-Luc (éditeurs), Les immigrants et la ville. Insertion, intégration, discrimination (XIIe, XIXe siècles), Paris, L’Harmattan, 1996, 232 p.

32 Boone Marc, « Gestion urbaine, gestion d’entreprises : l’élite urbaine entre pouvoir d’état, solidarité communale et intérêts privés dans les Pays-Bas méridionaux à l’époque bourguignonne (XIVe-XVIe siècles) », in L’impresa. Industria, comercio et banca, secoli XIII-XVIII, atti della 22o settimana di studi del instituto internazionale di storia economica F. Datini, 30 aprile-4 maggio 1990, édités par S. Cavaciocchi, Firenze, 1991, p. 850-851.

33 AMV, H2/250, fol. 178ro, 1580-1581, requête aux échevins « affin d’avoir ung connestable et maîtres audict mestier à raison que lesdictz estatz estoient vacantz ».

34 Voir les récentes enquêtes sur ces groupes médians dans les villes moyennes des XVIIe et XVIIIe siècles : Barry Jonathan, « Identité urbaine et classes moyennes dans l’Angleterre moderne », in Annales E. S. C., juillet-août 1993, no 4, p. 853-883 ; Ruggiu François-Joseph, « Les maîtres des métiers dans les villes françaises et anglaises. Une enquête d’histoire sociale et ses premiers résultats », in Le peuple des villes dans l’Europe du nord-ouest de la fin du Moyen âge à 1945, actes du colloque de Villeneuve d’Ascq 23-25 novembre 2000, Presses Universitaires du Septentrion, 2003 ; Cerutti Simona, La ville et les métiers…, op. cit. (sur les tailleurs turinois du XVIIe siècle).

35 BMV, ms. 747 fol. 62vo (article 7 des chartes des lainiers de 1594) et ms. 704 fol. 206-207 (article 6 des chartes des couturiers de 1583).

36 AMV, Caf. 8729 (Rasse Delobel, 1572) et 6483 (Daniel Lestrelin, 1618).

37 AMV, H2/221, années 1600 et 1601, poursuites contre une couturière de Mons qui a fait requête aux échevins de Valenciennes de « besoingner en ceste ville es maisons des bourgeois directement, contre les chartes ».

38 AMV, H2/221, 2 cas seulement (1 fille en 1595, un garçon en 1603).

39 AGR, chambre des comptes no 40044 fo 67 : près de 20 cas en 1628 pour un coût par individu variant de 24 à 54 Livres l’année.

40 Lottin Alain, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ?, op. cit., p. 115-116, et AMV, comptabilité de l’Aumône générale, 1549 a.s., fol. 53-54ro.

41 Guignet Philippe, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle…, op. cit., et du même, « Les chemins de la vie dévote dans les villes des Pays-Bas méridionaux au temps de la Contre-Réforme. Réflexions sur quelques exemples lillois, valenciennois et arrageois », in Société et religion en France et aux Pays-Bas, XVe-XIXe siècle, Mélanges en l’honneur d’Alain Lottin, textes réunis par G. Deregnaucourt, Artois Presses Université, 2000, p. 439-464.

42 Exemple des villes toscanes par Mazzi Maria Serena, « Ai margini del lavoro : i mestieri per campare la vita », in Travail et travailleurs en Europe au Moyen âge et au début des Temps Modernes, textes présentés par C. Dolan, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Toronto, 1991, p. 253-270.

43 AMV, HH 249 (copie ordonnance des canonniers de 1417) et EE 60 (sentence échevinale, 1490).

44 AMV, EE 113 et 123.

45 Lottin Alain, Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, op. cit.

46 Jeannin Pierre, Les marchands au XVIe siècle, éditions du Seuil, 1957, p. 42-44.

47 Chartres J.-A., « Les hôtelleries en Angleterre à la fin du Moyen âge et aux Temps Modernes », in L’homme et la route en Europe occidentale, au Moyen âge et aux Temps Modernes, Centre culturel de l’abbaye de Flaran 1980, Auch, 1982, p. 207-228 et Bottin Jacques, « La présence flamande à Rouen : l’hôte, l’auberge, la maison », in Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen âge à l’époque moderne, sous la direction de J. Bottin et D. Calabi, Paris, 1999, p. 283-298.

48 Pelus-Kaplan Marie-Louise, « Entreprises amiénoises dans le grand commerce au XVIe siècle », in Le négoce international XIIIe-XXe siècle, sous la direction de François Crouzet, Economica, Paris, 1989, p. 103-105.

49 BMV, ms 489. Sur le sujet, voir Klaus Herbers, « Roumieux, jacquaires et paumiers », in Pélerinages. Compostelle, Jérusalem, Rome, sous la direction de Paolo Caucci von Saucken, Zodiaque-Desclée de Brouwer, 1999, p. 103-133 et Marco Tangheroni, « Itinéraires maritimes vers Jérusalem », in ibidem, p. 213-256 ; Marie-Christine Gomez-Geraud, Le crépuscule du grand voyage : les récits des pèlerins à Jérusalem 1458-1612, Paris, Champion, 2000.

50 Emile Coornaert, Les Français et le commerce international…, op. cit., tome I, p. 187, Pierre Jeannin, « Voies maritimes du Nord et routes continentales aux XVIe et XVIIe siècles », in Marchands du Nord…, op. cit., p. 106, et Wilfrid Brulez, Marchands flamands à Venise 1568-1605, Bruxelles-Rome, 1965, p. 477.

51 Voir tableau généalogique.

52 Duplessis Robert, Lille and the dutch revolt…, op. cit., p. 80 et p. 330-331.

53 Marnef Guido, Antwerp in the age of Reformation…, op. cit., p. 146-152, et Thimme Hermann, « Der Handel Kölns am Ende des 16. Jahrhunderts und die internationale Zusammensetzung der Köolner Kaufmannschaft », in Westdeutsche Zeitschrift für Geschichte und Kunst, vol. 31, Trier, 1912, p. 453-454 et p. 460-462.

54 Roch Jean-Louis, « De la nature du drapier médiéval. L’exemple rouennais », in Revue historique, no 613, janvier-mars 2000, p. 3-31.

55 Howell Martha, Du Plessis Robert, « Reconsidering the early modern urban economy : the cases of Leiden and Lille », in Past and Present, no 94, 1982, p. 49-84.

56 AMV, J2/272 bis fo 3ro, et ADN, 5B 65.

57 De Roover Raymond, « Aux origines d’une technique intellectuelle. Formation et expansion de la comptabilité à partie double », in Annales d’Histoire économique et sociale, 1937, p. 171-193 et p. 270-298, et Jeannin Pierre, « La profession de négociant entre le XVIe et le XVIIIe siècle », in Marchands d’Europe. Pratiques et savoirs à l’époque moderne, textes réunis par Jacques Bottin et Marie-Louise Pelus-Kaplan, éditions ENS, 2002, p. 286-297 (les savoirs du négoce).

58 Jeannin Pierre, « Les manuels de comptabilité », in Marchands d’Europe.., op. cit., p. 348-351.

59 AMV, J2/391 fo 20ro et ADN, 5B 506.

60 Pelus-Kaplan Marie-Louise, « Entreprises amiénoises dans le grand commerce… ». op. cit., p. 111-112 et Jeannin Pierre, « La profession de négociant… », op. cit., p. 291.

61 Pelus-Kaplan Marie-Louise, Wolter von Holsten, marchand lubeckois de la seconde moitié du XVIe siècle. Contribution à l’étude des relations commerciales entre Lübeck et les villes livoniennes, Paris, 1981, p. 368-369.

62 AMV, J2/391 fo 32ro.

63 Van Der Wee Herman (directeur), La banque en Occident, Fonds Mercator, 1991, p. 180-187.

64 Pelus-Kaplan Marie-Louise, « Entreprises amiénoises dans le grand commerce… ». op. cit., p. 108-109.

65 Van Der Wee Herman (directeur), La banque en Occident, op. cit., p. 94-103.

66 ADN, 5B 550.

67 Compte tenu de l’insécurité d’acheminement du courier, le marchand tireur peut établir plusieurs exemplaires de la lettre.

68 AMV, J2/398, embriévures 23 octobre 1601 et ADN, 5B 550.

69 AMV, Caf. 8969, J2/391 fo 69ro, Caf. 8629, HHsup. 658.

70 Gascon Richard, Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., p. 280-291, et Carmona Maurice, « Aspects du capitalisme toscan aux XVIe et XVIIe siècles. Les sociétés en commandite à Florence et Lucques », in Revue d’Histoire moderne et contemporaine, tome XI, janvier-mai 1964, p. 81-108.

71 Goubert Pierre, « Types de marchands amiénois au début du XVIIe siècle », in XVIIe siècle, no 33, décembre 1956, p. 668-669.

Table des illustrations

Titre Figure 5 – Lettre de change valenciennoise établie à Anvers (1597)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search