Version classiqueVersion mobile

Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours

 | 
Isabelle Paresys

Paraître et apparences

Une introduction

Isabelle Paresys

Texte intégral

  • 1 Fr. Desprez, Recueil de la diversité des habits, qui se font de present en usage, tant es pays d’Eu (...)

« Sy tu veux voir de Femmes, Filles & d’Hommes Plusieurs pourtraits, le geste et vestements, Au naturel, en ce temps ou nous sommes, Pour recevoir d’esprit contentement, Ly en ce livre affectueusement, Et ton regard dessus ces pourtrais range Tu cognoistras les habits clairement Qui les humains font l’un de l’autre estrange »
François Desprez, 15621

  • 2 Sur le « poids » des apparences dans notre société contemporaine, voir J.-Fr. Amadieu, Le poids des (...)
  • 3 D. Le Breton, Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 2005 (4e éd.).

1Le souci du paraître et des apparences imprègne notre société occidentale contemporaine. Il suit, par exemple, de longer les rayons des marchands de journaux pour constater combien la presse a pu s’emparer de la question. Magazines de mode, d’esthétique et de body-building, magazines de décoration, etc., voire même les pages de couverture, désormais saisonnières, de la presse d’actualité font la promotion de nos modes de paraître. Inversement, des ouvrages de librairie dénoncent le « poids des apparences » ou la « dictature » de celles-ci. Certains prônent le retour au « naturel ». D’autres informent sur les enjeux de l’apparence dans la vie professionnelle ou proposent aux salariés les moyens de valoriser la leur2. Des organismes de conseils en image sensibilisent à cette question les hommes politiques quand des relookers modifient celle de qui a les moyens de s’offrir leurs services. L’être humain considère désormais son corps comme un espace non fini sur lequel il peut agir à volonté, par la grâce de quelques chirurgiens plasticiens ou poseurs d’implants3. La cosmétique et la mode sont élevées au rang d’industries.

2On pourrait multiplier les exemples à l’infini. Homme de son temps, l’historien des sociétés et cultures anciennes ne peut être indifférent à cette problématique qui trouve de nombreuses résonances dans le passé et qui se situe au carrefour de plusieurs disciplines des sciences humaines. L’espace européen occidental fut, dès le Moyen Âge, très actif dans l’élaboration de modes de paraître et d’apparences qui ont su s’étendre à d’autres espaces géographiques et culturels. Il est aussi un espace d’échanges internes intenses, lui-même soumis à des courants d’influence extérieurs qui ébranlent les représentations identitaires.

« Paraître » et « apparences »

3Les mots « paraître » et « apparences » sont souvent employés par ceux qui s’intéressent à ces questions. Pourtant ces notions fondamentales sont rarement définies. Chacun fait comme si le sens de ces mots allait de soi. Le plus fréquemment, par « apparences » on entend les vêtements ou le corps (apparence physique). Souvent, le « paraître » est employé pour les « apparences » et vice-versa. Ain d’éviter toute ambiguïté, il est nécessaire de définir ces notions dans le sens dans lequel nous avons souhaité les voir se développer.

  • 4 A. Rey (dir.), Le grand Robert de la langue française, Paris, Le Robert, 2001.

4Le verbe « paraître » a dans notre langue le sens de « se montrer » et de « se distinguer », tandis que les « apparences » désignent l’aspect extérieur et visible d’une chose, auquel d’ailleurs, sous l’influence de la morale chrétienne, on ajoute la plupart du temps le qualificatif de superficiel ou de trompeur4. Dans le cadre de cet ouvrage, « le paraître », en tant que substantif, est défini comme le système résultant du travail des apparences. Celles-ci sont entendues comme l’ensemble des signes corporels et matériels perceptibles par les sens, et parmi eux particulièrement celui de la vue, sens privilégié de la modernité. Les apparences sont donc des formes de communication non verbales, inhérentes à la relation entre deux individus et au jeu social. Les apparences participent à la présentation de soi, soumise au regard de l’autre. Elles sont une médiation aux autres et dessinent le moi social.

  • 5 A. d’Aubigné, Les aventures du baron de Faeneste (1617), éd. par Pr. Mérimée, Paris, Plon, 1855 : I (...)
  • 6 N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 ; G. Bartholeyns, « Sociologie de la (...)

5Le paraître et les apparences sont des « objets » historiques, dans la mesure où ils n’ont pas été définis une fois pour toutes dans le temps. Ils sont des constructions culturelles et sont par là même un caractère fondamental de la culture européenne occidentale. À la Renaissance, par exemple, le paraître tend à devenir une valeur cruciale qu’une minorité – au pouvoir ou/et enrichie par l’essor économique occidental – cultive en signe de distinction, en lui donnant un certain nombre de règles. Beaucoup le considèrent comme une maladie sociale. « Nous sommes malades du parestre aussi bien aux affaires générales que particulières » s’exclame Agrippa d’Aubigné en plein âge baroque5. Nombre de pratiques sont élaborées au sein de la société de cour, en plein essor en Europe depuis le XIIIe siècle, celle-ci étant relayée ou concurrencée par la Ville. Certaines règles sont également formulées dès le XIIIe siècle, comme la signalisation péjorative des individus ou les lois somptuaires. À partir du XIIe siècle, des traités d’éducation de novices d’ordres religieux réguliers forment un corpus précurseur aux manuels de civilité de la Renaissance puis traités de savoir-vivre. Le sociologue Norbert Elias fit d’ailleurs des manuels de la Renaissance le point de départ du processus de civilisation des mœurs pour ne pas avoir connu leurs équivalents médiévaux antérieurs, hormis les contenances de table6.

Au carrefour de plusieurs disciplines

  • 7 R. Barthes, Le système de la Mode, Paris, Seuil, 1967.
  • 8 J.-C. Flügel, The Psychology of Clothes, London, Hogarth Press, 1950.
  • 9 M. Mauss, « Notion de technique du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 365-3 (...)

6De par leur nature, le paraître et les apparences sont un objet d’étude hybride, situé au carrefour de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales. En voici quelques exemples. La sémiologie, science générale des signes, inspirée par la linguistique, envisage de nombreux objets culturels maniés par les hommes comme des systèmes de communication, donc de signification. Roland Barthes l’a appliquée au vêtement de mode dans lequel il perçut un système7. Cette conception du vêtement, et des apparences en général, comme un fait de communication se retrouve aussi en psychologie sociale8. L’anthropologie, envisageant le corps comme un objet culturel, a attiré l’attention sur les techniques du corps (Mauss), tels que les gestes qui définissent par exemple l’identité sexuelle, ou sur les sens (Simmel) qui permettent une appréhension de l’autre9. L’apport de l’anthropologie est par ailleurs fondamental dans l’attention portée aux relations entre l’homme et l’habitat, aux parures du corps ou aux manières de table.

  • 10 N. Elias, op. cit. et E. Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie fr (...)
  • 11 P. Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, p. 61
  • 12 E. Goffman, Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974.

7La sociologie, en s’interrogeant sur l’historicité et sur les formes de vie sociale du monde contemporain, a attiré l’attention sur la « civilité » et sur la notion de distinction10. Le paraître joue un rôle fondamental dans les modes de distinction entre groupes sociaux. Pierre Bourdieu mit en évidence le rôle du goût, ou des choix esthétiques, dans la distinction sociale. « La cosmétique corporelle, le vêtement ou la décoration domestique constituent autant d’occasions d’éprouver ou d’affirmer la position occupée dans l’espace social comme rang à tenir ou distance à maintenir »11. Erving Gofman analysa les règles de politesse en termes de rituels d’interaction dont la fonction essentielle est de préserver l’image de soi des individus engagés dans une relation12.

  • 13 M. de Ferrière le Vayer, « L’industrie du luxe et la mode : du temps des créateurs au temps des com (...)

8L’histoire de l’art a attiré l’attention sur la fonction du portrait dans le paraître d’un individu, tout objet d’art jouant d’ailleurs un rôle non négligeable dans la définition de celui-ci. La littérature et la philosophie abondent en réflexions et en écrits questionnant le paraître et les apparences. Beaucoup s’interrogent sur la part du vrai et du faux dans les apparences, sur la place de l’être dans le paraître. Dans une œuvre comme La princesse de Clèves (1678), par exemple, Madame de Lafayette aboutit à l’irréductibilité de l’être et du paraître. La discordance entre ce qui est et ce qui paraît préoccupe en effet de nombreux auteurs contemporains. Au XVIIIe siècle, on dénoncera l’hypertrophie du paraître, ruse trompeuse qui éloigne de la simplicité et de la transparence dans les attitudes sociales (chez Rousseau, par exemple). Deux siècles auparavant, ce qui importait pour Érasme, dans le façonnement des apparences, c’était la recherche d’une harmonie entre celles-ci et l’être qui y exprime son humanité. Enfin, le paraître et les apparences ne sont pas seulement des phénomènes culturels. Ils peuvent aussi être abordés dans une perspective économique. Toute une industrie et un commerce s’en sont emparés, avec la production des produits de luxe, par exemple, et dans les techniques de marketing destinées à inciter à la consommation13.

  • 14 Voir par exemple G. Vigarello, Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissanc (...)
  • 15 Voir par exemple J. Brewer & R. Porter (eds), Consumption and the World of Goods in the 17th and 18(...)

9Enfin, dans la dynamique lancée par l’anthropologie historique, des historiens ont commencé à se pencher, pour différentes époques, sur le corps, les gestes, l’habitat, l’alimentation, le vêtement ou sur la symbolique de cérémonies publiques comme celle des couleurs où se déploient certaines formes de paraître14. Ils s’intéressent aussi aux modes de production et à la consommation des objets qui participent à la constitution des apparences15.

Signes et espaces du paraître

10Dans cet ouvrage les auteurs, issus de différentes disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, histoire de l’art, sociologie, littérature, cultural et fashion studies), contribuent à enrichir la réflexion sur la sémiologie du paraître et sur ses espaces d’expression. Replacées dans leur contexte historique, depuis le Moyen Âge, différentes formes du paraître sont présentées ici, allant des vêtements aux décors de table et d’intérieur, en passant par les collections d’art, les accessoires de nouvelles technologies et les parfums ! Elles expriment combien le paraître et les apparences sont multiformes. Leur juxtaposition au sein de cet ouvrage ne relève pas d’un inventaire à la Prévert. Elle permet au contraire d’appréhender le paraître et les apparences comme un ensemble cohérent alors que ces dernières sont multiformes tant dans leurs manifestations matérielles, leurs modes de production que dans leurs modalités de diffusion dans la société et dans l’espace géographique. Jusqu’à présent le paraître et les apparences n’étaient généralement abordés que par le biais d’une de leurs expressions.

11Car si les apparences sont le produit d’un corps paré ou vêtu, animé par les gestes (et la parole), perceptible par l’odorat, selon les modes d’hygiène auxquelles il adhère, le paraître ne se réduit pourtant pas pour autant aux apparences corporelles. Il se met en scène dans un cadre matériel allant de l’habitat au mobilier en passant par la consommation alimentaire et les moyens de communication. Il prend aussi tout son sens en fonction des lieux et espaces où il s’exprime. Le rapport de l’homme aux objets et aux espaces dans lesquels il évolue ou se représente leur donne un sens. Il est au cœur de son être. Cet ensemble est capital dans la définition des identités : celle d’un individu et sa place dans la hiérarchie des fortunes et des rangs ; celles d’un groupe national, social (hommes, femmes, adolescents, enfants, etc.) ou professionnel, ou d’une société donnée.

 

12Les vingt-et-une contributions de notre ouvrage abordent un large éventail de modes de paraître dans différents contextes historiques, du XIVe siècle à nos jours. Elles privilégient l’Europe occidentale – France essentiellement mais aussi anciens Pays-Bas et Italie – tout en laissant la place à la comparaison avec d’autres espaces géographiques et culturels tels que l’Afrique du Nord ou l’Asie. Pour des raisons de clarté, ces contributions sont groupées en deux grandes thématiques. La première, celles des signes et codes du paraître, aborde divers objets emblématiques, comme la coiffe régionale, les arts de la table et le vêtement du dimanche. On décline ensuite leur relation avec certains âges de la vie (adolescence, veuvage), ainsi qu’avec certains corps professionnels (religieux, universitaires et policiers) avant de s’intéresser à la question de l’apprentissage des codes du paraître et à celle du refus des apparences, dans une comparaison entre l’Inde ancienne et l’Occident.

13La deuxième partie de l’ouvrage vise à replacer les différentes formes du paraître et des apparences dans une perspective spatiale. Cette perspective, plus familière aux géographes, apparaît souvent en filigrane des recherches sur le paraître. Nous souhaitons la mettre davantage en exergue dans cet ouvrage qui aborde, tout d’abord, la question des échanges de modes de paraître entre deux espaces (Pays-Bas et Italie ; nord et sud de la Méditerranée ; France et Philippines), puis celle du discours sur les apparences des peuples à travers la cartographie ancienne et les récits de voyage. Le livre s’achève sur l’identification d’une ville emblématique – Paris – à un espace d’innovation et enfin sur l’expression du paraître dans le micro-espace des intérieurs bourgeois et aristocratiques.

 

14Il y aura autant de regards possibles que de lecteurs sur les différents chapitres de ce volume. En guise d’introduction, je livre le mien qui pourra être reconsidéré à l’envi, tant les informations apportées par chacun des auteurs sont riches. Et mon regard se porte tout d’abord sur la grande variété des signes du paraître et des apparences rencontrés dans cet ouvrage, qui sont polymorphes à la fois dans l’espace et dans le temps. Le vêtement du corps reste l’objet privilégié des études sur les apparences. On l’aborde ici depuis le tailleur Chanel démodé offert à la domestique philippine (L. Mozère), le blouson noir des années 50 et 60 (F. Tamagne) ou le caraco algérois (L. Belkaid Néri), jusqu’à la robe des universitaires médiévaux (A. Destemberg) ou celle des moines réformés renaissants (B. Pierre), en passant par la vêture des cours médiévales (G. Bartholeyns), par l’habit du dandy romantique (C. Doudet), par les livrées des sergents de ville du XVIIIe siècle (C. Denys) et par l’infinité variété des costumes des peuples ornementant les atlas baroques d’Europe du nord (I. Paresys). Compléments non accessoires de la vêture, les coiffes sont mises à l’honneur : barrettes des docteurs de l’université médiévale (A. Destemberg), voile/mezzaro de Gênes (L. Belkaid Néri), bonnets à becs des Alsaciennes (L. Prigent), ou crêpes des veuves des XIXe et début XXe siècle (J.-P. Barrière). Aujourd’hui le téléphone portable, outil de communication devenu indispensable, peut être porté comme un accessoire de mode (C. Martin). Le parfum participe à la recherche d’un paraître élégant qui, au XIXe siècle, se définissait moins en terme de puissance olfactive qu’en terme d’image de marque dont le prestige s’est renforcé, depuis les années 1920, par l’alliance féconde de la parfumerie et de la mode (E. Briot). Mais l’Homme, dans son paraître, évolue aussi dans un cadre matériel dont nous avons un aperçu à travers le mobilier et la décoration des hôtels particuliers de l’aristocratie provinciale du XVIIIe siècle (C. Fleury et M. Goulliart), la recherche d’antiquités et meubles rustiques pour les intérieurs parisiens du XIXe siècle (M. Charpy) et, à la même époque, la fabrication de lourds surtouts de table d’orfèvrerie pour les villes allemandes et pour la riche bourgeoisie et l’aristocratie françaises (C. Kanowski). Tous ces signes sont essentiels pour le marquage et la perception des identités.

Une question d’identités et de regards

15Dans leurs différents contextes historiques, les signes et codes du paraître sont autant de langages qui parlent d’identités. D’identités sexuelles tout d’abord, perceptibles bien sûr à travers le vêtement féminin, notamment la coiffure de tête, tel l’élégant mezzaro d’indienne porté par les Génoises jusqu’au début du XXe siècle (L. Belkaid Néri). En ce domaine la fonction d’identifiant sexuel des apparences vestimentaires occidentales est sans doute plus marquée pour les femmes que pour les hommes, non seulement à cause de l’inventivité de la mode qui peut faire atteindre à certaines parures des dimensions considérables – le bicorne des Alsaciennes du début du XVIIIe siècle ou les amples vertugadins de la Renaissance, par exemple (L. Prigent, I. Paresys) – mais aussi parce que les changements d’états (filles/épouses/veuves) sont pour elles l’objet d’une attention et d’une surveillance sociales accrues. On relève par exemple les crânes tondus des jeunes filles et les bonnets phalliques des femmes mariées biscayennes des atlas et recueils d’habits du XVIe siècle (I. Paresys). Au XIXe siècle, et pendant encore une bonne partie du siècle suivant, la durée du deuil et le poids des prescriptions vestimentaires concernant les veuves sont plus lourds pour celles-ci, instituées gardiennes de la mémoire familiale, que pour les veufs. Un véritable commerce des articles de deuil est d’ailleurs mis en place, dans des boutiques spécialisées diffusant des modèles prêts-à-porter à partir de la fin du siècle, à mesure que se développe un marché de masse pour ces produits, qui s’évanouit dans les années 1940 en Angleterre et en France (J.-P. Barrière).

16Nombreux sont les chapitres à aborder la fonction d’identificateur de l’appartenance sociale du paraître. Balzac donna un nom à la science qui étudie ces rapports entre les apparences vestimentaires et l’état social du porteur, celui de la vestignomonie, fondamentale dans son œuvre pour la construction morale et sociale de ses personnages. Néanmoins les signes identificateurs dépassent la simple coupe de l’habit puisqu’on les trouve aussi dans la manière de le porter et d’y être à l’aise (C. Doudet). L’identité sociale passe aussi par d’autres signes matériels de l’appartenance à un groupe donné. Elle s’exprime dans les intérieurs de l’aristocratie arrageoise du XVIIIe siècle qui y déploie plus d’apparat que dans ses résidences de campagne, avec une timide percée, cependant, des nouveautés parisiennes (commodes, bergères, tons pastels des tissus d’ameublement), chez les plus fortunés seulement, les autres restant encore fort attachés à un décor traditionnel (tapisseries murales, couleurs verte et rouge, collections de portraits d’ancêtres et de peintres des écoles du nord). En revanche, à la fin du siècle, si chez les nouveaux nobles le raffinement des intérieurs est un moyen de signifier leur ascension sociale, c’est dans le clergé (chanoines, évêque) que les intérieurs sont les plus luxueux et que les collections de tableaux témoignent d’un plus grand intérêt pour l’art français contemporain (C. Fleury et M. Goulliart).

17Outre l’état social, les apparences peuvent définir l’identité d’un groupe d’âge donné, comme en témoignent deux articles sur les jeunes. Amateurs de la toute récente musique rock, les « blousons noirs » des années 1950 et 1960 adoptent cet emblème vestimentaire qui les relie au groupe, à la bande ou au quartier, mais qui est perçu comme un signe subversif par les médias et la police : celui de la délinquance juvénile et de la culture rock (F. Tamagne). Chez les adolescents des années 2000, le téléphone portable, outil de leur autonomie, est devenu une véritable extension de leur moi corporel, personnalisé par des pendeloques et sonneries et porté comme un véritable accessoire de mode (C. Martin). Le paraître est encore un puissant identifiant de l’appartenance à un groupe social donné ou d’une ascension sociale en marche. La riche bourgeoisie financière en pleine ascension sociale au XIXe siècle pallie l’absence de vieux services d’argenterie de famille, transmise dans l’ancienne aristocratie de génération en génération, en achetant chez Odiot ou chez Cristofle à Paris, de somptueuses commandes de style « néo Louis »-XVIIIe siècle, quand leurs homologues allemands se réfèrent plutôt aux arts décoratifs néogothiques ou Renaissance (C. Kanowski).

  • 16 Voir le passionnant catalogue de l’exposition Des habits et nous. Vêtir nos identités, sous la dir. (...)

18D’une grande plasticité dans le temps, les apparences définissent enfin des identités régionales auxquelles furent consacrés à Rennes en 2007 un colloque et une très belle exposition16. La coiffe des Alsaciennes en est un exemple dans cet ouvrage. Bien avant de se figer dans le grand nœud frontal, emblème de nos représentations de la province depuis le XIXe siècle, « la » coiffe des Alsaciennes était multiple aux XVIIe et XVIIIe siècles (bicorne, bonnet de fourrure, bonnet à becs). Il est bien difficile d’y associer « une » identité régionale dans la mesure où les similitudes sont grandes entre les coiffes d’Alsace et celles des pays rhénans voisins. Tant et si bien qu’en 1793, vues de la Convention nationale, les coiffes à becs des Strasbourgeoises sont perçues comme « allemandes » et invitées, pour cette raison, à quitter leurs têtes et à remplir patriotiquement les caisses de la Révolution qui récupère, à cette occasion, les métaux précieux qui les composent (L. Prigent).

 

19En matière de paraître et d’apparences, le sens de la vue est déterminant. C’est par celui-ci que se perçoivent les différences identitaires. Par le regard porté sur les cartes ornementées de figures en costumes, le lecteur d’atlas des XVIe et premier XVIIe siècles prend non seulement la mesure de la distance géographique qui le sépare des espaces contemplés, mais aussi de la distance culturelle qui le tient éloigné des peuples représentés, qu’ils soient européens ou fort lointains (I. Paresys). C’est à travers le regard porté sur les contrées traversées par les voyageurs de l’époque romantique que se définit l’idée de la couleur locale qu’ils perçoivent chez les autochtones des provinces françaises, à l’affût de leur étrangeté dans leurs formes corporelles, leur hygiène et leur gestuelle. La culture de ces voyageurs romantiques pervertit cependant le regard porté, tel celui de Théophile Gauthier recherchant chez les femmes du nord de la France les silhouettes des Rubens des musées (O. Parsis-Barubé). L’exemple des Illusions perdues de Balzac développe le rôle capital du regard dans l’incorporation des normes par le biais de l’observation d’autrui. Le travail des apparences entrepris par Rubempré, passant de celles du provincial à celles du dandy, se fait grâce à son sens de l’observation et à son don de mimétisme, à partir de son arrivée à Paris. Le regard des autres est cependant aussi capital. C’est aussi aux regards portés sur sa personne par de jeunes élégants que Rubempré prend conscience de la distance qui le sépare d’eux. Ayant acquis les apparences du dandy, il devient enfin l’objet du regard et des désirs féminins qui le consacrent dans celles-ci (C. Doudet). En des temps plus lointains, la question des apparences des universitaires médiévaux renvoie elle aussi à l’importance du regard qui est celui par lequel se perçoit leur honneur. Celui-ci doit en effet être apparent : il doit être vu pour être su, selon le principe de la nécessaire adéquation entre l’être et le paraître (A. Destemberg).

Brouillage, confusion et rejet des apparences

  • 17 Voir par exemple I. Paresys, « Paraître et se vêtir au XVIe siècle : morales vestimentaires » et J. (...)

20Ce principe de l’adéquation de l’être et du paraître imprègne l’histoire occidentale : le paraître est le reflet de l’être ; les apparences corporelles reflètent les qualités de l’âme, si l’on se place dans une perspective néoplatonicienne. Corps social en pleine affirmation à partir du XIIIe siècle, les universitaires veillent à ce que les apparences des maîtres et écoliers identifient leur honneur de clercs séculiers. Leur devoir d’humilité et de décence est cependant bien contraignant pour ces intellectuels qui cherchent à s’imposer, et leur rigueur normative, qui condamne l’adoption des modes laïques, finit par s’assouplir, autorisant certaines fourrures et couleurs (A. Destemberg). Dans les communautés religieuses réformées au temps de la Réforme catholique, le choix d’habits très simples illustre cette volonté d’adéquation entre le paraître et l’être qui a choisi la pauvreté évangélique, voire l’identification au Christ soufrant. Les Feuillants, à la fin du XVIe siècle, adoptent de ce fait un costume unique pour le cloître, le chœur et l’extérieur, se ceignent la taille d’une simple corde sur un habit blanc en tissu grossier, laissant à l’air libre la tête, les jambes et les pieds du moine par mortification (B. Pierre). À la même époque, nombreux sont les moralistes à rappeler aux laïcs la même exigence d’adéquation entre l’être et ses apparences17.

21En effet, grande est la hantise du brouillage et de la confusion des apparences ainsi que celle de l’apparition de signes subversifs, troublant les repères de l’identification des êtres par leur paraître. Dans les villes des Pays-Bas français et autrichiens de la fin du XVIIIe siècle, se pose la question du renforcement de la visibilité de la police urbaine qui ne se distingue des citadins que par quelques marques (marque au chapeau, bandoulière) et parfois par un habit aux couleurs voyantes. Il s’agit non seulement d’éviter la confusion des apparences en développant la mise en uniforme paramilitaire des sergents de ville, mais aussi de profiter de celle-là grâce une police « déguisée » d’informateurs, se confondant avec les civils (C. Denys). Mais, utilisées à des fins d’illusion, les apparences vestimentaires faussent le jeu social en faisant paraître ce que l’on n’est pas. Bien que fils d’apothicaire et criblé de dettes, Lucien de Rubempré finit par paraître dans le Monde, sous le nom aristocratique de sa mère, une fois assimilés les codes de la société élégante dont il adopte la vêture et les manières (C. Doudet).

22La confusion des apparences a ses adeptes comme ses détracteurs. Elle donne lieu au XVIe siècle à de nombreuses querelles entre les ordres religieux réformés mendiants, soucieux de défendre leurs codes vestimentaires distinctifs et de protéger leur habit contre les plagiats d’autres ordres monastiques en concurrence avec eux auprès des populations (B. Pierre). Au XIXe siècle, l’habit du dimanche adopté par les ouvriers est dénoncé par les milieux ecclésiastiques et philanthropes après 1830. Sur les promenades publiques, il rend l’ouvrier endimanché difficilement distinguable de la bourgeoisie. Certains trouvent aussi subversifs pour l’ordre social ces ouvriers au paraître de bourgeois (R. Beck). Des signes du paraître peuvent en effet être perçus comme subversifs. Le blouson noir, vêtement au départ fonctionnel (aviateur, conducteur d’engin), devient, via le cinéma des années 1950, le signe du jeune rebelle et la métaphore de la délinquance juvénile. Le look de ses adeptes, avec leurs cheveux longs et leurs pantalons moulants, brouille les repères identificateurs des sexes de l’époque et renforce l’idée de la subversivité de leur apparence perçue comme un contre-modèle homoérotique de la masculinité (F. Tamagne). Autre accessoire du paraître, le téléphone portable est un objet social qui dérange. Son usage dans les lieux publics fermés (train, restaurant) remet en question les règles de civilité et de présentation de soi ainsi que la notion du respect de l’intimité. Il renvoie à l’impolitesse, au sans-gêne et à la servitude du « banché » totalement dépendant de l’objet (C. Martin).

23Parce qu’on peut en jouer par le brouillage et parce qu’elles peuvent être subversives, les apparences ont de tout temps leurs détracteurs. Cependant depuis l’Antiquité, elles sont non seulement l’objet d’analyse et de condamnations pour les excès auxquels elles mènent mais aussi parce qu’elles sont instables par essence et parce qu’elles éloignent l’être humain de son être. Toute l’ambiguïté de la pensée occidentale est dans l’insistance sur la nécessité d’être ce que l’on paraît et dans l’affirmation, en parallèle, que la réalité, qui seule compte, ne se voit pas, et qu’il faut aller au-delà des apparences. C’est ce que propose le perfectionnement spirituel chrétien en Occident, afin de libérer l’âme des entraves qui la relient au monde. En Inde cependant, où, comme en Occident, la dualité entre l’être et les apparences est au cœur de la tradition philosophique, le yogin va plus loin encore. Son renoncement aux apparences tend à une désincarnation, à une dépersonnification et à une désocialisation complètes, démarche radicale de laquelle s’est pourtant rapproché le mystique espagnol Saint Jean de la Croix au XVIe siècle (D. Dubuisson).

Espaces du paraître

24La question de l’espace est latente dans les vingt-et-une contributions de ce livre. Elle s’y décline sur plusieurs échelles, allant de la circulation des modes de paraître entre espaces intercontinentaux – dans le bassin méditerranéen par exemple ou entre Asie et Europe – ou encore intracontinentaux jusqu’aux micro-espaces du paraître que sont les intérieurs domestiques, en passant par la ville emblématique du paraître occidental qu’est Paris.

25Les mutations du paraître et des apparences sont issues d’échanges et de circulation d’hommes et de marchandises au sein même de l’espace européen ou entre espaces continentaux. En provenance de leur archipel asiatique, les employées de maison philippines travaillant aujourd’hui à Paris endossent, durant leur transfert vers l’Europe, des formes de paraître susceptibles de leur assurer la réussite de leur entreprise migratoire. Discrétion vestimentaire et attitude calquée sur celle d’autres passagers leur permettent de se rendre invisibles et de ne pas passer pour de fausses touristes. Au travail, elles s’imprègnent des modes de paraître de leurs employeurs, qui appartiennent aux couches supérieures de la société, et, de retour au pays, elles deviennent les ambassadrices du goût parisien (L. Mozère). La configuration de l’espace méditerranéen et l’histoire de celui-ci ont favorisé les échanges et l’hybridation de la vêture entre Asie mineure, Europe et Afrique. À Alger, la veste algéroise, la ghila, introduite à la fin du XVIe siècle par le commerce avec l’Orient méditerranéen, se transforme en caraco – beaucoup plus ajusté au corps – au XIXe siècle, sous l’influence des colons français. En Italie, le mezzaro génois, protégeant les femmes du vent et du soleil, aurait été emprunté entre les XIe et XIIIe siècles à un voile du sud et de l’est de la Méditerranée. À dominante noire depuis la fin du XVIe siècle, puis rouge, il bénéficie d’une véritable renaissance vers le milieu du XVIIIe siècle avec l’introduction des toiles d’indiennes polychromes en Europe, et il est porté jusqu’au début du XIXe siècle (L. Belkaid Néri). Au sein même de ce continent, les réseaux dynastico politiques et les échanges marchands ont permis, aux XIIIe -XIVe siècles, la diffusion de textiles de luxe et de l’art de vivre des cours du nord (Brabant) vers l’Empire et la Méditerranée via, par exemple, la cour de Savoie. Cette cour de taille moyenne est alors un véritable carrefour des influences entre ces espaces, ce qui relativise le modèle diffusionniste traditionnel qui considère les grandes cours comme leaders et les cours secondaires comme suiveurs en matière de paraître (G. Bartholeyns).

26Certains médias diffusant les modes de paraître d’un espace à l’autre apparaissent dans les contributions à cet ouvrage. On sait que les hommes eux-mêmes sont d’excellents vecteurs. On l’a vu précédemment dans le cas des colons français à Alger ou des domestiques philippines. On le voit au XIVe siècle à la cour de Savoie à travers l’influence de Marie de Brabant, épouse du duc régnant (G. Bartholeyns). On le voit encore dans le cas des écrivains romantiques et bohêmes, des peintres étrangers séjournant à Paris, ou des demi-mondaines qui diffusent le goût des antiquités médiévales, renaissances et rococos dans les intérieurs au XIXe siècle (M. Charpy). Recueils d’habits, atlas ornementés de la fin de la Renaissance et de l’âge baroque ou lithographies régionales du XIXe siècle informent des apparences des peuples lointains ou plus proches (L. Prigent, I. Paresys, O. Parsis-Barubé). L’image, qui peut être assortie d’un discours, comme on le voit dans l’exemple de la presse de mode, est un puissant média diffusant, par exemple, les normes de la mode des deuils Belle-Époque (J.-P. Barrière) ou le chic dit intemporel de la Parisienne (A. Rocamora). L’image lithographique puis photographique, à partir des années 1850, rend plus facile la copie à l’identique de meubles anciens – très recherchés – par les brocanteurs, et diffuse les manières de les disposer dans les appartements parisiens et depuis Paris vers la province, sans compter le goût de l’éclectisme dans la deuxième partie du siècle (M. Charpy). L’image est aussi mise à profit par le marketing de l’entreprise d’orfèvrerie Cristofle, très moderne au XIXe siècle, avec ses succursales, ses revendeurs dans le monde entier, sa participation aux expositions nationales et internationales et ses catalogues de vente (C. Kanowski).

27Biens matériels, parfums ou tenues du corps, les signes des apparences expriment tout leur sens dans ce que l’on peut appeler des micro espaces, qu’ils soient publics ou privés. À travers l’étude des intérieurs domestiques de la noblesse arrageoise du XVIIIe siècle se pose la question de l’influence du « goût parisien » sur les élites d’une capitale provinciale et de la manière avec laquelle elles aménagent ce micro espace du paraître urbain qu’est leur hôtel particulier (C. Fleury et M. Goulliart). Un siècle plus tard, la bourgeoisie parisienne décore ses appartements d’objets chinés chez les antiquaires ou brocanteurs, par engouement pour l’objet ancien rustique ou exotique. Un véritable commerce des apparences du passé, c’est-à-dire de l’authentique et du faux, alimente le paraître bourgeois et dessine une topographie commerciale particulière, entre les boulevards et les quais, notamment autour de l’hôtel des ventes Drouot, achevé en 1858 (M. Charpy). Dans la ville, des lieux publics se dessinent dans l’histoire comme des lieux importants du jeu du paraître. Dans le Paris des XVIIIe et XIXe siècles, les Tuileries par exemple sont le lieu de promenade par excellence des élégants, celui où il faut se montrer (R. Beck, C. Doudet). Investies par la bourgeoisie et le peuple endimanché dès les dernières décennies de l’Ancien Régime jusqu’au Second Empire, elles sont ensuite rendues aux élites (R. Beck). Le restaurant est un autre de ces micro espaces souvent cités. L’étude de l’usage du téléphone portable témoigne de la modulation des modes de paraître selon l’espace où l’on évolue. Sa norme d’usage varie en effet en fonction du type de lieu public fréquenté, selon que l’on estime que l’« être ensemble » y est important ou non (café, restaurant/rue) et selon le respect d’une distance préservant l’intimité (C. Martin).

Emblèmes de l’espace et espaces emblématiques du paraître

28Le rapport du paraître à l’espace passe aussi par une identification des apparences des peuples à un espace donné. Cette identification du vêtir à l’espace est littéralement mise en images et en carte par les grands atlas de la fin de la Renaissance et de l’âge baroque de l’Europe du Nord-Ouest. Les figures costumées des peuples y deviennent les emblèmes de l’espace cartographié, qu’il soit urbain, régional ou provincial, qu’elles identifient au même titre que sa topographie (I. Paresys). L’appréhension des apparences de l’Autre ne se fait pas uniquement par le biais du voyage en chambre. Elle passe aussi par le déplacement sur le terrain que permet le voyage. Dans les récits de voyage en France du premier XIXe siècle, se dessine une perception d’une géographie de la particularité des apparences des autochtones, d’une couleur locale qui n’est perceptible qu’à une certaine distance de Paris, allant croissant vers la périphérie du pays, antichambre en demi-teinte de l’étrangeté et du dépaysement. Le voyageur romantique est convaincu d’un déterminisme : celui des lieux et du climat qui influencent l’apparence vestimentaire des habitants (O. Parsis-Barubé). Plus d’un siècle plus tard, ce discours du déterminisme de l’espace en matière d’apparences se retrouve à la fois dans la presse de mode française et dans les logiques opératoires de jeunes créateurs étrangers venant s’installer à Paris. Cette ville est représentée comme un creuset de talents créatifs, comme une source d’inspiration, comme si elle même les fabriquait. Cette position symbolique très forte draine vers Paris des stylistes étrangers qui, par leurs créations, alimentent paradoxalement le mythe du « style parisien » en y injectant de la nouveauté, ce qui donne une production culturelle de mode très diasporique (W. Ling). La presse de mode française – Vogue en tête – contribue au processus, en développant un discours sur l’esprit créatif de la capitale, et fait de la Parisienne la figure emblématique d’une élégance transcendante, inspirée par la ville elle-même, anthropomorphisée par le discours de mode (A. Rocamora).

29Paris cultive cette image de pôle particulièrement inventif en matière de paraître, de centre de l’élégance (le chic parisien, la French touch) et de lieu offert au commerce à la consommation de luxe, dans lequel de véritables parcours-shopping vendus en librairie permettent au voyageur de s’y retrouver, dès le XVIIIe siècle. C’est à partir de cette époque en effet que Paris s’est affirmée dans ce rôle, à coup de conquêtes de marchés par différentes industries du paraître, comme celle de la mode bien sûr, mais aussi du parfum. Grâce à une véritable guerre commerciale, Paris se construit au XIXe siècle son image de capitale des élégances olfactives. Elle se promeut la capitale de la production, du commerce et de l’exportation de la parfumerie de prestige en combattant à la fois sur le front international, contre les parfumeurs anglais puis allemands, et sur le front national, en captant pour elle-même l’aura de centres de production comme Grasse (plantes à parfum) ou Marseille (savonnerie) (E. Briot). Balzac a pu dire que Paris est la ville fashionable par excellence, celle dont les modes de paraître sont convoités par les aristocrates de province, comme ceux d’Angoulême, qui échouent dans cet effort pour n’en être que des caricatures. Rubempré en prend rapidement conscience lorsque, parvenu dans la capitale, ses apparences qui faisaient encore illusion là-bas, sont ici perçues péjorativement comme « provinciales » (C. Doudet). Inversement, dans le jeu des apparences entre Paris et province au XIXe siècle, les brocanteurs parisiens et les amateurs d’antiquités se mettent à chiner hors des circuits commerciaux de la capitale pour chercher la singularité en banlieue, tout d’abord, puis dans la province rurale, vaste territoire où l’on recherche le pittoresque et l’intemporalité opposés à la ville industrieuse et mutante (M. Charpy).

*

  • 18 Et ceci grâce au soutien scientifique et financier de l’ACI (action concertée incitative) « Espaces (...)
  • 19 Voir la liste des interventions sur le site internet d’IRHiS : http://irhis.recherche.univ-lille3.f (...)
  • 20 http://apparences.revues.org/

30Avant de laisser désormais le lecteur porter son propre regard sur la richesse et la diversité des contributions de cet ouvrage, avant de le laisser contempler, tel son homologue de la Renaissance, ces apparences « Qui les humains font l’un de l’autre estrange » pour reprendre un vers de François Desprez, cité en ouverture à cette introduction, je tiens à préciser que le contenu de ce livre a mûri au sein du programme de recherche « Paraître et Apparences dans l’histoire en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours » (2004-2006). C’est l’occasion pour moi de remercier tous les participants aux sessions du programme qui eurent lieu à Lille et à Tours entre 2004 et 2006. Regroupant au départ une poignée d’historiens de deux centres de recherche universitaires, le CeHVi (Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine) de Tours et l’IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion) de Lille 3, le programme a pu accueillir des chercheurs confirmés ou doctorants de diverses disciplines des sciences humaines et sociales, provenant de différents pays (Allemagne, Belgique, Canada, États-Unis, France, Grèce, Grande-Bretagne, Pays-Bas)18. Déjà spécialisés dans les questions du paraître ou venant, dans ces sessions, croiser leurs domaines de recherche d’origine avec les thématiques du programme, tous – ils furent une petite soixantaine – ont contribué à la richesse et à la diversité de ces journées19. La plupart de leurs travaux sont publiés dans ce livre. D’autres ont commencé à l’être, ou le seront un peu plus tard, après évaluation, dans la micro-revue électronique, Apparence(s), élaborée à l’initiative du programme de recherche et désormais en ligne sur le portail fédératif de revues en sciences humaines et sociales, « revues.org »20.

31Enfin, pour leurs encouragements, leur soutien et l’aide apportée à un moment ou à un autre de ce programme, je voudrais chaleureusement remercier : Marc de Ferrière et Philippe Chassaigne au CeHVi à Tours ; Jean-Paul Barrière, Anne Bonzon, Catherine Denys, Estelle Doudet, Corinne Hélin, Élodie Lecuppre-Desjardins, Christine Lefèvre, Odile Parsis-Barubé, Bertrand Schnerb et Florence Tamagne à l’IRHiS à Lille 3 ; Anne Boissière à Lille 3 ; Fanny Cosandey (EHESS, Paris) et Gil Bartholeyns (Bruxelles, EHESS Paris) ; Jean-Claude Daumas (Besançon), Gabriele Mentges (Dortmund), Ruth Möhrmann (Münster) et Herman Roodenburg (Amsterdam) ; et enfin Martine Aubry et Daniel Dubuisson (IRHiS), Robert Muchembled (Paris 13), Daniel Roche (Paris, collège de France) et Martin Zerlang (Copenhague).

Notes

1 Fr. Desprez, Recueil de la diversité des habits, qui se font de present en usage, tant es pays d’Europe, Asie, Afrique & Isles Sauvage, le tout fait apres le naturel, Paris, Richard Breton, 1562 : Épître au lecteur.

2 Sur le « poids » des apparences dans notre société contemporaine, voir J.-Fr. Amadieu, Le poids des apparences. Beauté, amour et gloire, Paris, Odile Jacob, 2001.

3 D. Le Breton, Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 2005 (4e éd.).

4 A. Rey (dir.), Le grand Robert de la langue française, Paris, Le Robert, 2001.

5 A. d’Aubigné, Les aventures du baron de Faeneste (1617), éd. par Pr. Mérimée, Paris, Plon, 1855 : I, 7.

6 N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 ; G. Bartholeyns, « Sociologie de la contrainte en Histoire. Grands modèles et petites traces », Revue Historique, no 642, avril 2007, p. 290.

7 R. Barthes, Le système de la Mode, Paris, Seuil, 1967.

8 J.-C. Flügel, The Psychology of Clothes, London, Hogarth Press, 1950.

9 M. Mauss, « Notion de technique du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 365-386 et G. Simmel, La sociologie des sens (1912) dans Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, 1981.

10 N. Elias, op. cit. et E. Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Paris, Félix Alcan, 1925 : IV-La mode.

11 P. Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, p. 61

12 E. Goffman, Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974.

13 M. de Ferrière le Vayer, « L’industrie du luxe et la mode : du temps des créateurs au temps des communicants (fin XIXe, fin XXe siècle) », Apparence(s), no 1, mis en ligne le 25 mai 2007. URL : http://apparences.revues.org/document61.html. Consulté le 21 juin 2007.

14 Voir par exemple G. Vigarello, Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Seuil, 2004 ou encore C. Aribaud et S. Mouysset (pub.), Vêture & Pouvoir XIIIe-XXe siècle, Toulouse, Framespa, 2003 et M. Pastoureau (dir.), La couleur, regards croisés sur la couleur du Moyen-âge au XXe siècle, Paris, Léopard d’or, 1994 ou J.-Cl. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990 et J. Bremmer et H. Roodenburg (dir.), A Cultural History of Gesture from the Antiquity to the present day, Cambridge, Polity Press, 1991.

15 Voir par exemple J. Brewer & R. Porter (eds), Consumption and the World of Goods in the 17th and 18th Centuries, London and New York, Routledge, 1993 et D. Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement XVIIe -XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1989.

16 Voir le passionnant catalogue de l’exposition Des habits et nous. Vêtir nos identités, sous la dir. de J.-P. Lethuillier, Rennes, PU de Rennes, 2007.

17 Voir par exemple I. Paresys, « Paraître et se vêtir au XVIe siècle : morales vestimentaires » et J.-M. Laspéras, « Quand l’habit faisait le péché : mode et morale en Espagne du Siècle d’Or », dans Paraître et se vêtir au XVIe siècle, Actes du XIIIe colloque du Puy-en-Velay, études réunies par M. Viallon, Saint-Étienne, Pub. de l’université de Saint-Étienne, 2006, p. 11-36 et p. 159-172.

18 Et ceci grâce au soutien scientifique et financier de l’ACI (action concertée incitative) « Espaces et territoires » Société, Économie, Cultures, Langages, Représentations (2004-2007), Fondation Nationale pour la Recherche - Ministère délégué à la recherche et aux nouvelles technologies ; grâce aussi aux subventions du Ministère des affaires étrangères, de la Maison des Sciences de l’Homme Nord-Pas-de-Calais et du département du Nord.

19 Voir la liste des interventions sur le site internet d’IRHiS : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/ACI-ParaitreSession.html. Je cite simplement ici les noms des intervenants : Christine Bousquet (Tours), Christine Bard (Angers), Jean-Paul Barrière (Lille 3), Gil Bartholeyns (Bruxelles et Paris, EHESS), Robert Beck (Tours), Leyla Belkaid Neri (Genève), Eugénie Briot (Paris, CNAM), Séverine Carausse (Paris, EHESS), Olivier Caporossi (Pau), Sophie Caratini (Tours), Marie Casset (Lorient), Manuel Charpy (Tours), Cyrille Debris (Paris 1), Catherine Denys (Lille 3), Antoine Destemberg (Paris 1), Christine Dousset (Toulouse), Caroline Doudet (Limoges), Daniel Dubuisson (CNRS), Sylvène Édouard (Lyon 3), Cécile Fallateuf (Limoges), Célia Fleury (Lille), Muriel Gaude-Ferragu (Paris 13), Nadège Gaufre (Lyon), Maïté Goulliart (Lille), Jean-Louis Guereña (Tours), Bernard Jacqué (Rixheim), Claudia Kanowski (Berlin), Isabelle Lamy (Angers), Marie-Joëlle Louison-Lassablière (Saint-Étienne), Aurélia Mardon (Montpellier 1), Eugenia Paulicelli (New York), Benoist Pierre (Tours), Catherine Lanoé (Orléans), Sylvain Leteux (Lille 3), Wessie Ling (Londres), Robert Marcoux (Laval, Canada), Corinne Martin (Metz), Olivier Mauco (Paris 1), Gabriele Mentges (Dortmund), Anne Monjaret (CNRS), Liane Mozère (Metz), Isabelle Paresys (Lille 3), Odile Parsis-Barubé (Lille 3), Nicole Pellegrin (CNRS), Joëlle Philippot (Bruxelles), Léone Prigent (Strasbourg), Éric Pujalet-Plaa (Paris), Agnès Rocamora (Londres), Herman Roodenburg (Amsterdam), Diane Roussel (Paris 13), Elena Rozoumniak (Paris 4), Antigone Samiou (Athènes), Bénédicte Sere (Paris 1), Bérangère Soustre de Condat (Paris 1), Florence Tamagne (Lille 3), Jérôme Thomas (Montpellier 3), Denise Turrel (Poitiers), Alexandra Zvereva (Paris).

20 http://apparences.revues.org/

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search