Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Troisième partie : hommes, territoires et stratégies de l'économie urbaine

Chapitre 9 : Production et négoce textile

Texte intégral

1La dimension commerciale de Valenciennes n’est que partiellement assurée par le négoce alimentaire, fût-il le transit international sur la grande voie d’échange qui lie la France aux Pays-Bas par l’Escaut. La fortune de la ville, comme nombre de ses voisines, vient de sa capacité à mettre sur le marché des produits manufacturés qu’elle fabrique ou dont elle assure les finitions. C’est du textile que vient la prospérité de Valenciennes, jusqu’à l’exploitation de la houille et le développement de la sidérurgie qui assurent la seconde aventure industrielle de la ville et de sa région du XVIIIe au XXe siècle.

  • 1 Guicciardini Loys, La description de touts les Pays-Bas…, op. cit., 1609, p. 433, et BMV, ms. 835, (...)

2Aux Temps Modernes, Valenciennes est à la croisée de deux aires de production textile, celle de la laine et celle du lin. Tous les chroniqueurs du XVIe et du XVIIe siècle relient la prospérité de la ville à sa manufacture textile. Elle est le premier secteur socioprofessionnel : 41 % des nouveaux bourgeois de Valenciennes relèvent d’une activité du textile ou de l’habillement entre 1500 et 1566. Guicciardini évoque vers 1560 une manufacture dévolue à la « drapperie, ostades, toiles aussi fines que celles de Cambray, taffetas, changeans et presque toute sorte de mercerie et autres choses nécessaires à un commun de ville ». Un demi-siècle plus tard, Simon Le Boucq montre ses concitoyens « addonnez au commerce et marchandise de toute sorte, spécialement de celles ouvrées en icelle ville comme sayes, bourats, draps, toilettes qui s’y besoignent en grand nombre »1. Pourtant, les pulsations et les transformations de la manufacture textile valenciennoise durant la période espagnole restent dans l’ombre : la sayetterie et la hautelisse (activités de la laine) dominent au XVIe siècle, remplacées par la mulquinerie (travail du lin) aux siècles suivants. Une reconversion manufacturière à l’époque des troubles est donc envisageable.

Les conditions matérielles d’une réussite : l’expérience, la laine, les filés, les teintures

Un centre ancien d’une production renouvelée de draperies

  • 2 Pirenne Henri, « Une crise industrielle au XVIe siècle : la draperie urbaine et la ‘nouvelle draper (...)

3Dès le XIe siècle, Valenciennes développe sa draperie. En 1067 est créée une juridiction de la Halle basse qui devient l’autorité de régulation des métiers de l’art de la laine. L’historiographie traditionnelle a longtemps relaté que la grande draperie médiévale (consommatrice de laines anglaises de qualité graissées pour être ouvrées) s’est effondrée au XVe siècle après avoir fait la prospérité des villes de Flandre, se retrouvant supplantée par la « nouvelle draperie »2.

  • 3 Munro John H., « The origins of the English ‘new draperies’ : the resurrection of an old flemish in (...)
  • 4 Maugis Edouard, « La saietrie à Amiens 1480-1587”, in Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaft (...)

4Or ces draperies légères de la famille des sayes, branche de la draperie sèche, sont attestées dès le XIIe siècle et font partie au XIIIe siècle du répertoire textile de Bruges, de Gand et des centres secondaires des Pays-Bas du sud comme Douai et Tournai3. Après un premier déclin au XIVe siècle, la sayetterie connaît une renaissance au XVe siècle : les échevins de Valenciennes reçoivent de leur comte le droit de fixer les règles de l’activité en 1406, des statuts de sayetterie sont accordés à Tournai en 1410, à Amiens en France et Lille en 1480 comme à Mons en 1481, en partie à la demande de sayetteurs d’Arras réfugiés depuis la prise et la destruction de leur ville, centre manufacturier majeur, par le roi de France Louis XI en 1479. Hondschoote, en Flandre, est le seul centre rural au sein de ce groupe de vieille tradition urbaine et industrielle. C’est donc dans une phase de renaissance et dans un espace lainier correspondant aux villes moyennes des Pays-Bas du Sud qu’il faut replacer la manufacture de Valenciennes à l’aube des temps modernes4.

  • 5 ADN, 5B 517, déposition d’un sayetteur-hautelisseur, janvier 1577.

5La réussite des activités textiles tient à la diversité, à la qualité et à l’adaptation constante des productions. Les artisans valenciennois de la nouvelle draperie reconnaissent les qualités de leur ville, « bien propice et comode pour lesdicts mestiers à cause des eauwes, teinctures et laynnes qui se y recoeuvrent pour les ouvrages »5. Le dynamisme manufacturier repose sur l’approvisionnement en matières premières, l’évolution des savoir-faire (innovation, simplification voire régression des techniques), le recrutement de la main-d’œuvre, l’adaptation à la demande et à la mode, l’habileté des marchands dans les circuits de commercialisation.

Diversité des approvisionnements en laine, diversité des qualités

  • 6 Cardon Dominique, La draperie au Moyen âge. Essor d’une grande industrie européenne, CNRS éditions, (...)
  • 7 Braure Maurice, « Étude économique sur les châtellenies de Lille, Douai et Orchies d’après les enqu (...)

6L’origine géographique des laines détermine leur qualité et leur processus de transformation, en fonction de la longueur et des caractéristiques des fibres propres à chaque race ovine. Différentes qualités de draperie supposent l’utilisation de laines d’origines variées6. La laine indigène est une réalité de la draperie de Valenciennes. Les campagnes du Hainaut (en Ostrevant) et de Flandre wallonne, où l’élevage ovin tient une place importante dans les structures agricoles7, garantissent un approvisionnement de proximité. Les pâturages des marais de Lespaix, le long de l’Escaut, permettent aussi la concentration de bêtes de boucherie aux portes de Valenciennes. Mais la mesure de l’usage des laines régionales reste délicate. Elles semblent reculer à la fin du Moyen âge dans certains grands centres textiles des Pays-Bas car elles sont, selon Guicciardin, « grossières et n’approchent en bonté de celles d’Espaigne et moins de celles d’Angleterre ».

  • 8 AMV, ms. 697, fol. 214, « ban touchant les laisnes de Rin », 1er avril 1506.
  • 9 Coornaert Emile, « Draperies rurales, draperies urbaines. L’évolution de l’industrie flamande au Mo (...)

7Les importations de laines anglaises de qualité supérieure reculent au XIVe siècle au profit des laines anglaises de qualité seconde, des laines écossaises et des laines espagnoles, utilisées pour la draperie légère dès le XVe siècle. Les laines de France et des pays germaniques sont encore peu utilisées à la fin du Moyen âge mais dès 1506 à Valenciennes, les laines germaniques, que « nouvellement et plus que parcidevant aucuns marchans se sont acoursez d’acheter au dehors et amener en ceste ville », font l’objet d’une réglementation municipale qui normalise leur usage8. Les ports de la mer du Nord, Calais (ville anglaise jusqu’en 1558), Bruges, Anvers et Veere en Zélande, constituent les plates-formes d’importation et de redistribution des laines vers les centres manufacturiers de l’arrière-pays9.

  • 10 AMV, J2/391, fol. 19ro, 61, 112ro, 116vo, 134ro, 135vo, 137.
  • 11 Duplessis Robert S., Transitions to capitalism in early modern Europe, Cambridge University Press, (...)
  • 12 AGR, chambre des comptes, no 23506 et 23507.

8La position de Valenciennes sur l’axe de l’Escaut fait d’Anvers un lieu d’approvisionnement extérieur important pour les lainiers valenciennois. Le contrôle de la qualité des laines amenées à Valenciennes entre 1557 et 1562 livre quelques indices sur l’origine et le parcours de cette matière première10. C’est du Nord-Est de l’Angleterre, autour de Newcastle, et de l’espace germanique (Rhin, Cologne, Hesse) que viennent les laines d’importation transformées à Valenciennes. Les laines anglaises cessent d’être exportées vers le continent à partir des années 1570 pour être réservées à la production nationale de nouvelle draperie, en plein essor. Le poids des régions du Rhin moyen se renforce alors, en compétition avec les laines espagnoles de plus en plus utilisées dans la sayetterie de Lille11. Livrées par grands sacs d’un poids de 1200 livres et d’une valeur moyenne de 400 Livres de Hainaut, les laines sont négociées directement par les lainiers valenciennois auprès des grossistes établis à Anvers. Ce commerce semble dédaigné par les négociants tels Michiel Herlin qui animent vers 1560 le grand commerce des vivres et des produits manufacturés sur la route de l’Escaut. Cette absence des grands marchands valenciennois se remarque déjà une vingtaine d’années plus tôt, en 1542-1543, dans le commerce de transit par Valenciennes des laines d’Autriche et de Brême exportées vers la France, dont les animateurs sont presque exclusivement les marchands de Lorraine établis à Anvers12.

Les deux temps de la consommation de laine

9Créée en 1498 et affermée à partir de 1520, la taxe sur la laine touche toutes les laines « amenées, offertes à vendre, vendues et mises en œuvre » dans la ville, à raison de 4 sols par centaine de livres de poids. Le produit de cet impôt constitue un indicateur du trend général de la manufacture lainière de Valenciennes.

10Deux grandes phases d’activité se dégagent et permettent de minorer l’impact économique des troubles politico-religieux du règne de Philippe II. La mise en œuvre de laine augmente globalement entre 1520 et la fin des années 1580. La quantité taxée double en 30 ans, pour dépasser à la veille des évènements de 1566 le poids moyen annuel de 421000 livres de laine, l’équivalent de 350 balles de marchandise. Le siège de la ville en 1566-1567 n’entraîne qu’une baisse limitée à 10 % de l’impôt par rapport à l’année précédente, mais inaugure des années 1570 plus difficiles avec la répression anti-calviniste, le sac de la ville par la garnison en 1572, les épidémies. Pourtant, le rétablissement est rapide : le fermage de l’impôt des laines dans les années 1580 dépasse de 13 % celui des années 1560 et efface la parenthèse des troubles. Le maximum séculaire est atteint en 1584, avec 725500 livres de poids taxées, soit 600 sacs de laine. Cependant, cette bonne santé retrouvée est éphémère et la restauration des années 1580 correspond à la fin d’un long cycle de croissance. Une baisse lente et saccadée s’amorce dès 1587, par paliers. En 1629, la ville ne taxe plus que 60000 livres de poids de laine, soit 50 sacs, douze fois moins qu’en 1584, deux fois moins qu’en 1521. C’est un effondrement du travail lainier qui frappe Valenciennes en quarante ans, à la fin du règne de Philippe II et sous les Archiducs Albert et Isabelle.

Tableau 15 – Indices décennaux de consommation de laine à Valenciennes (1520-1629)

Décennie

Indice

1520-1529

43

1530-1539

51

1540-1549

81

1552-1553, 1559

87

1560-1569

100

1570, 1572, 1578

80

1580-1589

113

1590-1599

92

1600-1609

76

1610-1619

58

1620-1629

31

Source : AMV, J2/387-10 à 400, J2/71, CC 751 à 755

  • 13 BMV, ms. 747, fol. 63vo.
  • 14 Woronoff Denis, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, éditions du Seuil, 19 (...)

11Les raisons de ce déclin sont multiples. Les lainiers doivent s’approvisionner à la halle aux laines, au premier étage de l’hôtel de ville, où ils acquittent des droits modestes pour le pesage de leur marchandise. Or, les chartes de 1594 les autorisent à « vendre leur laisne en leur bouticle sans plus estre subject les porter vendre en la halle à la laisne », marquant le recul de l’étape publique réglementée au profit de la boutique, moins contrôlée. Et une ordonnance de 1627 pointe aussi l’emploi de plus en plus courant d’ouvriers « hors la ville et banlieue » par les lainiers de Valenciennes13. La ruralisation de l’activité textile, en plein essor autour des zones manufacturières urbaines à partir des XVIe et XVIIe siècles14, échappe à la réglementation et à la fiscalité de la ville, et explique peut-être en partie la baisse du produit de l’impôt des laines. Ce déplacement du travail textile de la ville vers la campagne touche en particulier le filage. Ces conditions contribuent à minorer la place des lainiers de la ville dans le système marchand.

Les lainiers : petits marchands et « mécaniques » d’un métier modeste

  • 15 Sur le processus dans une manufacture concentrée du XVIIIe siècle, voir Gayot Gérard, Les draps de (...)
  • 16 BMV, ms. 747, fol. 62-63, chartes des lainiers de 1594 et fol. 46, ordonnance de 1624.

12Les lainiers valenciennois sont organisés en corps de métier à la charnière du commerce et de la production. À la fois « laisniers » et « marchants de laisne », ils sont avant tout acheteurs et fournisseurs des artisans de la draperie. Le lavage et le dégraissage des laines15 sont sans doute du ressort de certains d’entre eux. Quelques-uns montrent leur intérêt pour le charbon et le bois à brûler nécessaires pour chauffer l’eau des cuves de lavage, en faisant l’acquisition d’offices municipaux de mesureurs. Un autre apparaît sous la double appellation « foulon et lainier ». L’interdiction tardive, en 1624, de « fouler draps, frisettes, baies avec aucuns lavaiges de laine »16 montre la confusion, par économie de temps et de coût, de l’activité de lavage des laines brutes avec le dégraissage et le foulage des draps, et le manque de spécialisation des ateliers valenciennois du XVIe et du début du XVIIe siècle.

  • 17 ADN, B 12697, fol. 1, confiscation de ses biens pour hérésie en 1564, créance globale de 269 Livres (...)

13Le peignage des laines, branche subordonnée du métier des lainiers, nécessite d’enduire les fibres de beurre fondu ou d’huile de navette (une plante oléagineuse) fournis par les graissiers de la ville. Les peigneurs doivent subir un apprentissage sous un maître lainier d’après les chartes du métier de 1594 (article 1er). Cette affiliation se confirme encore au détour des liens familiaux unissant lainiers et peigneurs. Ainsi, Sandrart Pincquart, peigneur de laine et nouveau bourgeois de Valenciennes en 1513, apparaît ensuite comme lainier entre 1527 et 1532, puis comme marchand en 1544. Il est le père de Jorge Pincquart (+entre 1566 et 1574), marchand lainier qui s’approvisionne sur le marché anversois vers 1560. La fille de Jehan De Bauchy, « marchand pisneur de sayette » en 1572, épouse le marchand lainier Loys Le Soing (+1614). Le peigneur est en fait au niveau d’un apprenti ou ouvrier lainier, alors que le maître lainier peut exercer son art dans sa seule envergure transactionnelle : Jacques De Leauwe (+1567), lainier ou marchand de laine, est un fournisseur important auprès de confrères lainiers17. Cette dichotomie entre marchands et « mécaniques » se vérifie à la lecture des origines des 39 peigneurs et 43 lainiers devenus bourgeois entre 1500 et 1566. Les peigneurs sont plutôt des ruraux originaires des villages compris entre Valenciennes, Cambrai et Le Quesnoy, et ils ne comptent que 28 % de natifs d’une ville. Par contre, 44 % des lainiers sont des citadins de naissance, rattachés au réseau urbain de tradition textile des Pays-Bas méridionaux et à quelques villes étrangères (Amiens, Hanovre et deux villes italiennes).

14L’importance sociale des lainiers reste cependant modeste dans le système urbain. Aucun ne devient échevin, mais ils participent activement aux fermes d’impôts et aux offices municipaux concernant la laine.

Crise ou fraude ? Fabrication déréglementée et exportation illégale des filés de laine

  • 18 Sur le peignage (fibres disposées parallèlement) et le cardage (fibres réparties en tout sens, dont (...)

15Le filage des laines permet d’obtenir les filés qui seront ourdis sur le métier à tisser ou ostille. L’« ancienne draperie », ointe, exige des laines peignées ou cardées, filées au grand kar (cariot ou chariot), c’est-à-dire au grand rouet en ayant préalablement graissé le fil à l’aide de beurre. La draperie sèche, et notamment la sayetterie, utilise un fil de sayette formé de laines peignées, dégraissées puis filées au petit rouet ou quenouille en étirant d’abord les fibres avant de les tordre18. À Valenciennes, la vente des « hocquets de fillet » se tient obligatoirement sur la place de la Croix au Neuf-Bourg, dans la paroisse Saint-Vaast. Les transactions s’effectuent au poids et occasionnent la perception d’un droit modeste. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, la diminution plus rapide de cette taxe sur les filés par rapport à l’impôt des laines témoigne de la constitution d’un marché noir de vente des filés, qui provoque les doléances répétées des sayetteurs de la ville.

  • 19 AMV, ms. 703, fol. 178vo-179, ordonnance pour les sayetteurs et les marchands de filés, 20 avril 15 (...)

16La faiblesse économique des fileurs, une main-d’œuvre souvent féminine qui n’est pas organisée en corps de métier, les place sous la coupe de donneurs d’ouvrages dans un processus de type proto-industriel. À Valenciennes, seuls les maîtres sayetteurs disposent, pour les besoins de leur atelier, du droit de leur donner la laine à filer. Ils réceptionnent les filés sur le marché de la Croix au Neuf-Bourg le matin. La réglementation leur garantit un approvisionnement prioritaire en interdisant l’accès de ce marché aux lainiers, peigneurs de sayette et marchands jusqu’à midi et en prohibant la vente des filés dans les maisons particulières. Dès 1566, les sayetteurs dénoncent les empiétements de plusieurs lainiers et graissiers qui « baillent laisnes à filler tant en la ville que villaiges voisins et après rechoipvent les filletz secrètement en leurs maisons au grant préjudice du pois et du marchiet et desdicts sayeteurs ». Une ordonnance municipale prise lors de la crise frumentaire d’avril 1566 permet cependant aux lainiers de donner l’ouvrage « en cas d’extrême povreté et nécessités des povres femmes, maisnages n’ayans argent ou puissance d’acheter laisne »19. Les autorités reconnaissent donc les prémices d’un système déréglementé de filage sur fond de dégradation des conditions de vie du menu peuple, selon le modèle du putting-out system commun dans les manufactures textiles des XVIIe et XVIIIe siècles. Les filés de laine et de sayette deviennent un produit de marché commandé par des donneurs d’ordre (qui fournissent la matière première aux fileurs), et vendu au plus offrant sur un circuit commercial large qui ne se limite plus aux seuls tisserands-sayetteurs de la ville.

  • 20 ADN, B 10035, fol. 19ro, et AMV, CC 757, fol. 8vo.
  • 21 AMV, H2/432, registre de la Halle basse, 1578-1579, fol. 14vo.
  • 22 AMV, HH sup. 763, 3e réponse des maîtres du métier des sayetteurs aux marchands de sayes de la vill (...)

17Cet intérêt marchand pour le fil pousse même un investisseur-entrepreneur atypique, le boulanger Gilles Boucquehault, marchand de bois et de blé, fermier des moulins du roi, à utiliser le cours d’eau traversant sa maison en amont du moulin Saint-Géry, pour « servir à faire tourner certain rouet et instrument propice à tordre fil » en 1561. Cette torderie de filé, la seule connue pour l’époque, fonctionne jusqu’en 1589, date de sa reconversion en calandre pour l’apprêt des étoffes de sayes20. Par ailleurs, les ventes clandestines de filés en dehors du marché de la Croix au Neuf-Bourg se multiplient, comme en témoignent les nombreuses saisies opérées en 1578, en particulier auprès de villageois des environs. Les sayetteurs sont dans le même temps victimes de ruptures d’approvisionnement sur le marché légal, si bien que « demye-heure devant les XI hoeures, ou bien le quart moins, il n’y a plus de fillet au marché »21. La qualité du fil devient aussi un problème récurrent. Les mélanges de laines et les caractéristiques hétérogènes des filés vendus publiquement contraignent les sayetteurs à se contenter d’un mauvais fil. À la fin du siècle, ces derniers ne peuvent plus « recouvrer les filletz pour faire et composer lesdictes pièces de sayetterie toutte d’une sorte desdits filletz », ce qui oblige les plus pauvres d’entre eux à acheter « ung hocquet de fillet d’une sorte de layne et filure et ung aultre d’aultre », en contradiction avec les normes qualitatives des chartes de leur métier22.

  • 23 Coornaert Emile, Un centre industriel d’autrefois…, op. cit., p. 265 ; Lottin Alain, Chavatte, ouvr (...)

18La pénurie de bon fil vient du développement des exportations clandestines vers d’autres manufactures. Ainsi, en août 1578, les contrôleurs de la Croix au Neuf-Bourg confisquent dans une maison un sac de filés qu’un marchand de la ville, Charles de Martegny, « avoit illecq envoyer pour le mener en la ville d’Anvers, lequel sacq contient plusieurs sortes de fillet tant de Valenchiennes que de dehors (achetés) en ladicte ville es maisons et à hoeures deffendues ». Cette collecte frauduleuse par des marchands exportateurs ne cesse pas dans les années 1590, au désespoir des sayetteurs pour lesquels « ne vient despieça […] au marché aultres filletz que de refus, et que les bons filletz se recoeuillent par les marchans filatiers et aultres pour les vendre et transporter hors de ces Pays Bas et en lieux estrangiers où se mecthent en œuvre ». Dans ce dernier quart du XVIe siècle et au début du XVIIe, le nouvel essor des draperies légères en Angleterre et dans les Provinces-Unies (à Leyde notamment) favorise l’exportation clandestine des précieux filés, phénomène qui touche aussi Hondschoote et les autres centres manufacturiers des Pays-Bas méridionaux. Une enquête générale sur la draperie menée en 1611 à Lille, Tournai et Valenciennes montre que ces deux dernières en sont davantage victimes que Lille, mais que la situation périclitante de la sayetterie valenciennoise est aussi causée par la mauvaise qualité de sa production23.

  • 24 Duplessis Robert S., « The light wollens of Tournai in the sixteenth and seventeenth centuries », i (...)

19Valenciennes amorce en effet à la fin des années 1580 un tournant différent dans ses activités lainières par rapport à ses voisines Lille et Tournai, qui présentent une conjoncture croissante à la fin du XVIe siècle. À Tournai, qui connaît les mêmes déboires politico-religieux que Valenciennes, la taxe sur les filés de laine est à la hausse pendant plus d’un siècle, des années 1520 à 1637, avec à peine un fléchissement consécutif aux deux sièges de la ville en 1566-1567 et en 1581. La décroissance commence à la fin des années 1630 et la prise de Tournai par les Français en 1667 porte le coup final24. Le déclin lainier de Valenciennes commence donc un demi-siècle plus tôt qu’à Tournai, quand le marché du fil, accaparé pour l’exportation, échappe au contrôle des artisans fabricants d’étoffes.

La mise en couleur des étoffes : un reflet amplifié du mouvement lainier

  • 25 Pastoureau Michel, Bleu. Histoire d’une couleur, éditions du Seuil, 2002, p. 56-64.

20À l’autre extrémité de la chaîne de la draperie, la teinture et les finitions assurent l’apparence et la qualité des tissus. Au Moyen âge et au début de l’époque moderne, les couleurs font l’objet d’une réglementation municipale pointue qui sépare les licites des illicites. Et l’activité est cloisonnée en plusieurs branches en fonction des deux matières de base (la garance pour le rouge et la guède pour la teinte en bleu, vert, violet et noir) et de la qualité de teinture (« en bouillon » avec utilisation d’un mordant, en « bon noir », et en « petit noir » meilleur marché)25.

  • 26 AGR, chambre des comptes, no 23084, droit levé sur les aluns arrivant par mer en 1521-1522, et no 2 (...)

21Le commerce des colorants demeure un des plus importants, en valeur, du monde pré-industriel. L’alun, un minéral servant de mordant pour fixer le rouge, provient principalement des États pontificaux (Tolfa, en Italie centrale). Il est importé aux Pays-Bas par voie maritime jusqu’à Anvers, ville d’étape depuis 1491, et aussi par voie terrestre. Vers 1590, l’alun utilisé à Valenciennes transite par Namur, une des étapes du sud des Pays-Bas avec Arras, Saint-Omer, Lille et Mons26.

  • 27 AMV, comptes des biens de la Tannerie, no 54 bis.
  • 28 Caster Gilles, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse de 1450 à environ 1561, Toulouse, (...)
  • 29 AGR, chambre des comptes, no 18312, fol. 1vo.

22Les plantes tinctoriales font partie des cultures industrielles des Pays-Bas. À Valenciennes, ce sont bien souvent les brasseurs et les taverniers qui font le commerce de la guède (qui ressemble à une salade) et de la garance, sans doute pour la commodité de leurs locaux près d’un point d’eau et la disposition de cuves et chaudières. L’inventaire de la « chambre et grenier à waide » du marchand brasseur Noël Le Francq en 1558 dénombre un stock de 75 cuves de guèdes revendues 770 Livres, une somme conséquente. Un barreau conservé au cellier permet de mesurer les livraisons de guède faites par des villageois de Montrécourt et Saulzoir, entre Le Quesnoy et Cambrai27. Valenciennes n’est donc pas dépendante des guèdes ou pastel importés des pays rhénans ou de la région d’Albi et de Toulouse qui fournit jusque vers 1560 l’un des tonnages les plus importants du commerce d’Anvers28 : le négociant Jehan Carlier, natif de Cambrai, bourgeois de Valenciennes en 1543, résident à Anvers, s’y fait confisquer en 1567 un stock de 2100 balles de pastel d’une valeur de 31200 Livres (quarante fois la valeur de la marchandise du brasseur Le Francq)29. De même, la garance, cultivée en Hainaut, en Cambrésis, en Flandre wallonne, en Zélande et sur les polders flamands, est transformée dans des fosses et des fours aux portes de Valenciennes.

  • 30 AMV, ms. 705, fol. 277vo-286ro, et ms. 706, fol. 165-169ro, et Pastoureau Michel, Bleu. Histoire d’ (...)

23À la fin du XVIe siècle, l’introduction de nouveaux colorants encourage la modification des techniques. Les chartes des teinturiers valenciennois de 1593 et 1629 avalisent l’usage du « bois d’Inde ou bois bleu » (c’est-à-dire l’indigo américain qui supplante rapidement la guède), de la cochenille introduite à Valenciennes vers 1615 et du brésil, tous deux utilisés pour les rouges, tandis que de nouvelles combinaisons de couleurs sont autorisées30.

24Comme pour la laine, la taxation de l’alun, de la guède et de la garance permet de suivre leur consommation à Valenciennes, qui s’organise en deux temps : une hausse marquée entre 1520 et le milieu du XVIe siècle, une décroissance continue des années 1560 à 1629.

Graphique 10 – La consommation des produits de teinture (1520-1629)

Graphique 10 – La consommation des produits de teinture (1520-1629)
  • 31 AMV, HH sup. 763, 10e réponse des maîtres du métier des sayetteurs aux marchands de sayes de la vil (...)

25Le mouvement comparé des laines et des produits de teinture converge globalement, tant dans la croissance jusqu’aux années 1560 que dans la baisse commune à partir des années 1590. Les variations de la consommation en guède, garance et alun sont un miroir qui amplifie celle de la laine travaillée à Valenciennes, sauf pendant les années 1580 quand le pic de la consommation lainière n’est pas relayé. Le déclin un peu plus précoce des teintures donne un relief accru au problème d’exportation des filés de laine, qui s’effectue au détriment du tissage et de la mise en couleurs des étoffes. Il révèle aussi les adaptations du métier des teinturiers qui utilisent de nouveaux colorants et réutilisent les bains de teinture : les chartes de 1593 permettent la récupération des eaux de teinture en « bon noir » pour teindre en « petit noir » (article 25), réduisant ainsi les coûts en matière première. Enfin, l’exportation par les marchands de la ville des étoffes « blanches », c’est-à-dire non teintes31, contribue aussi à réduire l’activité des teinturiers.

Tableau 16 – Indices décennaux de consommation de produits de teinture et de laine à Valenciennes (1520-1629)

Décennie

Teinture

Laine

1520-1529

36

43

1530-1539

65

51

1540-1549

98

81

1552-1553

132

87

1560-1569

100

100

1570, 1572

68

75

1583-1589

57

113

1590-1599

51

92

1600-1609

46

76

1610-1619

25

58

1620-1629

11

31

Source : AMV, J2/387-10 à 400, J2/71, CC 751 à 755

Les teinturiers : une aristocratie de métier tardivement menacée par le reflux lainier et le refus de l’innovation

  • 32 AMV, CC 476 et 478, 100e denier de 1602.
  • 33 AMV, J2/389-5, fol. 9ro et J2/396, 12 février 1596.

26Les teinturiers forment une aristocratie des métiers pour le moins menacée par les mutations de la manufacture lainière à partir du dernier tiers du XVIe siècle. C’est à l’abri des murailles de la ville, le long des petites rivières du Bruisle et de Saint-François (paroisses Saint-Vaast, Notre-Dame et Saint-Jacques), que sont établis leurs ateliers, au nombre de dix au début du XVIIe siècle32. Les teintureries présentent des traits communs avec les brasseries : une valeur locative moyenne identique (163 Livres) et des exploitants qui sont propriétaires de leurs locaux. Il semble que le nombre d’ateliers de teinture ait diminué au cours du XVIe siècle, notamment dans les années 1570 avec l’édification de la redoute espagnole à l’extrémité des rues d’Anzin, de Glategnies et du Bruisle où travaillent nombre de teinturiers et de foulons. Ainsi, la teinturerie de la rue d’Anzin acquise en 1534 par le négociant en sayes Jehan Godin ne consiste plus en 1596 qu’en un terrain vague abandonné « sans édifices depuis XXV ans »33.

  • 34 AMV, J2/389-4 fol. 41ro, J2/273 fol. 47vo, J2/392 fol. 45ro.
  • 35 AMV, J2/389-10ter fol. 25vo, Caf. 2399 et 8623, CC 478 fol. 98ro, et ADN, B 12697 fol. 2vo et B 127 (...)

27Les ventes de teintureries sont relativement nombreuses au cours du XVIe siècle. À la mort du teinturier, ses héritiers ont tendance à céder l’établissement. Les teinturiers restent en effet mobiles, beaucoup plus que les brasseurs. Trente s’inscrivent à la bourgeoisie de Valenciennes entre 1501 et 1576 (dont une moitié née dans les villages du Hainaut), mais l’enracinement n’est pas garanti pour autant. Par exemple, Jehan Wisebonne (+1543), natif de Maastricht, devient bourgeois de la ville en 1530 et acquiert en 1533 des héritiers d’un confrère décédé une teinturerie dans la rue de Glategnies. Mais dès 1539, il revend les locaux avec les ustensiles au teinturier Franchois De Le Becque (+v1555) et il part s’établir au Quesnoy, petite ville voisine productrice de sayes qui étaient teintes à Valenciennes jusqu’en 153434. Si la continuité des établissements est donc assurée, celle des familles pratiquant le métier sur plusieurs générations est plus rare : citons les De Le Becque (durant tout le XVIe siècle), les Bendin (actifs de 1510 à 1565) et les Du Busquoy (de 1519 à 1566), les Stiefrize (de 1542 à 1570), les De Le Marlière (entre 1556 et le début du XVIIe siècle), les Le Juste et les Franchois (à partir des années 1570). Pierre Stiefrize, natif de Tournai, devient bourgeois de Valenciennes en 1542 et achète un héritage rue des Moriennes où il installe son atelier en 1544. Il s’allie à la famille du marchand de sayes Noël Le Boucq dont les filles Catherine et Marguerite épousent Pierre et son fils Guillaume (+v1570), qui reprend l’activité paternelle. Emportés avec la famille Le Boucq dans la tourmente iconoclaste de 1566, Pierre et Guillaume sont bannis et leurs biens sont confisqués. Marguerite Le Boucq reprend alors en location du roi la teinturerie confisquée, et veuve, se remarie en 1571 à Jehan Franchois, teinturier qui s’inscrit à la bourgeoisie de la ville en 1576. En 1602, la veuve Franchois est toujours aux commandes de l’atelier35.

  • 36 AMV, J2/398, années 1602 (vente du 5 février 1603), 1603 (vente du 16 septembre 1603) et CC 476 fol (...)

28Signe de crise, plusieurs teintureries perdent leur affectation au cours du XVIIe siècle. En 1603, le teinturier Pierre Flameng achète la brasserie « Saint-Vaast » rue de la porte Notre-Dame et revend peu après sa teinturerie aux Sœurs Grises dont le couvent est mitoyen. Et les locaux de la teinturerie de la « Tête Noire » (dont l’activité est attestée de 1508 à 1602) sont reconvertis en brasserie au XVIIe siècle36.

29Le revenu des teinturiers, payés à la pièce, dépend de la méthode et du nombre d’étoffes mises en couleur. À Valenciennes se traitent les draps de la production locale, mais aussi les satins et sayes du Quesnoy (par intermittence, de 1526 à 1533 puis des années 1570 jusqu’à la disparition de sa sayetterie dans les années 1620) et de Béthune, Saint-Pol sur Ternoise et Pernes en Artois (de la fin du XVIe siècle jusqu’aux années 1630). Mais aux 12000 sayes du Quesnoy amenées annuellement à Valenciennes vers 1530 ne correspondent plus que 3000 pièces de sayetterie artésienne et 700 du Quesnoy vers 1615. Les marchés extérieurs de teinture diminuent inexorablement.

  • 37 AMV, ms. 706, fol. 165-169ro, remontrance des teinturiers en octobre 1628 et ordonnance municipale (...)

30La stratégie de survie des teinturiers valenciennois au début du XVIIe siècle est basée sur l’innovation des méthodes et le mélange des couleurs, dans le secret de l’atelier, pour réduire les coûts de production37. Le teinturier Henry Gromet, « ayant mesme inventé plusieurs aultres belles couleurs incongneuts auparavant et dont il taint à beaucoup meilleur marché que les aultres taincturiers […] car les eauwes d’aulcunes peuvent servir à aultres sortes de tainctures », a apporté en ville l’art de teindre en cochenille ou cramoisi, et il traite plus de 100000 pièces de sayetterie en quatorze ans. Un autre, Pierre Plouvier, a appris le métier à Armentières d’où il ramène en 1619 la teinture « en la mode d’Armentière où le mélange des garanches avec le coxenil est practiqué ». Leurs confrères teinturiers dénoncent aux autorités municipales ces nouvelles pratiques prohibées par leurs chartes. Sollicités, les échevins de Valenciennes tranchent en 1629 en donnant tort aux innovateurs : un maître teinturier ne peut posséder qu’un seul atelier et ne doit pas avoir en stock des bases de couleurs complémentaires (cochenille/garance et brésil par exemple). Déçu, Plouvier exprime son amertume : « vrayment, voilà quelque chose de beau, je croy qu’on veult faire de Vallenciennes ung villaige, bien sy nous ne les pouvons icy faire, les yront faire hors de la ville ». L’économie administrée s’affermit sur fond de déclin des activités lainières, en réaffirmant les règles traditionnelles.

  • 38 Comme dans la région de Toulouse à la même époque où la laine joue un rôle majeur par rapport au pa (...)

31Le commerce et la mise en œuvre des matières premières de la manufacture lainière de Valenciennes se caractérisent donc par l’absence de mainmise des négociants d’envergure de la ville. La faible valeur marchande des laines et surtout des plantes tinctoriales38 laisse le champ libre pour les métiers artisanaux moyens (lainiers) ou aisés (brasseurs et teinturiers propriétaires de leur atelier) qui s’approvisionnent dans la région comme à Anvers. Cette indépendance n’est qu’une façade. Lainiers et teinturiers sont sous la coupe des négociants locaux qui assurent la commercialisation des productions de draperie, de sayetterie et de hautelisse tout en demeurant détachés du processus de fabrication. Le seul enjeu capitaliste autour des matières premières, à la fin du XVIe siècle, concerne le fil qui voit sa fabrication glisser vers les campagnes et qui devient un produit d’exportation au détriment des métiers à tisser de la ville.

Une cohabitation concurrentielle, une trajectoire liée dans la manufacture lainière : draperie, sayetterie et hautelisse

32Les métiers à tisser de Valenciennes battent pour plusieurs branches de la manufacture lainière : draperie ancienne, draperie nouvelle et draperie légère. Ces branches se distinguent par des différences de matières premières et de mise en œuvre des laines.

Une production drapière renouvelée par la nouvelle draperie

  • 39 BMV, ms. 747, fol. 38 et 42vo-45ro, chartes et ordonnances concernant les foulons, 1532, 1606, 1624
  • 40 Van Der Wee H., « Structural changes and specialization in the industry of the Southern Netherlands (...)

33Les tisserands de la draperie ancienne utilisent des laines graissées et cardées et confectionnent des draps de qualité qui nécessitent les finitions les plus longues de la manufacture entre les ciseaux des tondeurs et les cuves des foulons39. Les draps de laine anglaise sont foulés pendant trois à cinq jours. Mais leur production cesse quand l’Angleterre interrompt ses exportations de laine vers le continent dans les années 1560-1570. Vers 1600, ce sont les bayes, les frisettes, les estamettes et les couvertures qui ont pris le relais, avec une laine graissée et cardée de moindre qualité et des procédés de finition allégés en temps et en coût (deux à trois jours de foulage) : il s’agit donc d’un glissement vers la « nouvelle draperie »40.

Tableau 17 – Caractéristiques des draps de laine grasse de Valenciennes

Type de drap

Nombre de fils

Longueur en aune avant foulage

Longueur en aune après foulage

Drap écru de laine

1700

28 à 30

anglaise

1800

26 à 27

Bayes

616 à 682

44

37 à 38 (sur 1,25)

50 à partir de 1624

44

Frisettes ou bayes

45

36 à 37

frisées

616

44 à partir de 1624

37

Estamettes

2800

30

20 (sur 2)

Source : BMV, ms. 747, fol. 38, 42v°-45r° et 46v°

  • 41 Thijs A. K. L., « Les textiles du marché anversois au XVIe siècle », in Textiles of the Low Countri (...)
  • 42 AMV, H2/260, sentence concernant les marchands grossiers, mars 1565, et Duplessis Robert S., « One (...)
  • 43 AMV, H2/348 et BMV, ms. 747, fol. 44vo-45ro, requêtes, sentence et ordonnance du Magistrat, 1600 à  (...)

34Estamettes et frisettes sont à l’origine des étoffes venant d’Angleterre et d’Écosse et importées massivement aux Pays-Bas et à Anvers41. Certaines sont acheminées à Valenciennes et vendues dans les boutiques des marchands grossiers, des détaillants de drap et chaussetiers qui ne tardent pas à les copier et à les faire fabriquer, comme cela se pratique à Lille dès les années 1530-155042. La production de ces draps à Valenciennes est donc en concurrence avec celle des autres centres manufacturiers des Pays-Bas du sud et avec celle de l’étranger dont elle imite les modèles. Ses résultats semblent médiocres, comme ceux de la production des couvertures tissées vers 1600. La réglementation municipale protège le tissage de couvertures de fibres mêlées (fil de laine sur chaîne de lin ou de chanvre) confectionnées par les sargeurs, dépendants du métier de la hautelisse. Mais les tisserands de drap gardent le droit de fabriquer des couvertures de pure laine, notamment de la meilleure sorte dite d’Espagne (mesurant entre 2,5 et 4 aunes de long). Un marchand lainier de la ville relance leur production au début du XVIIe siècle, en faisant fabriquer pour le marché local des couvertures d’Espagne sans respecter la longueur et la largeur imposées par la législation sur les métiers. Condamné par les échevins à la demande des tisserands de drap, il trouve un nouveau créneau : la fabrication de couvertures d’enfant, de petite taille (1,375 aune de long sur 1,125 de large) et d’un prix de revient modeste (moins de 2 Livres teinture incluse)43.

Draps locaux et draps importés

35Face à une production locale qui cherche laborieusement des voies de développement, les importations de drap de laine ou de soie ne cessent : ces draps forains comprennent, au début du XVIIe siècle, les catelognes (parentes des couvertures d’Espagne), les draps de hayon, les sayes drapées (réalisées avec un fil de trame graissé) d’Hondschoote et d’ailleurs, les casées, estamettes et frisettes des îles britanniques, tous de pure laine, et les camelots de Turquie, les bourats, les velours, les caffas, les taffetas, les satins, les damas et les armoisins (tissus de luxe utilisés comme draps d’autel ou rideaux de chapelle), qui sont des draps mixtes de laine et de soie. Les taxes prélevées par la ville sur ces draps importés permettent d’en estimer les volumes. Entre les années 1520 et les troubles de 1566, les importations de draps de laine s’élèvent lentement et passent de 2000/2500 pièces à 3000/4000 pièces par an. Le ralentissement de la consommation urbaine dans une ville marquée par les séquelles de la révolte de 1566 se vérifie avec moins de 1500 draps importés en 1572. La reprise est nette dès les années 1580, et de la fin du XVIe siècle aux années 1620, ce sont environ 5000 pièces qui arrivent chaque année dans les boutiques des grossiers valenciennois.

36Une seule production de draperie nouvelle à destination d’Anvers et de ses multiples débouchés permet aux tisserands de sortir de la médiocrité d’un marché valenciennois largement approvisionné par les draps forains de toutes qualités. Il s’agit des draps de doublure et des secquelets.

  • 44 Deyon Pierre, Lottin Alain, « L’évolution de la production textile à Lille aux XVIe et XVIIe siècle (...)
  • 45 Guignet Philippe, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle, op. cit., p. 5 (...)

37Cette catégorie de draps, taxée par la ville à partir de 1576, connaît son apogée entre 1606 et 1621, quand il s’en fabrique plus de 5000 par an. Ces bonnes années correspondent au pic séculaire des exportations de Séville et du trafic atlantique (1608), et elles cessent avec la crise générale du textile nord-européen (subie par la draperie légère de Lille et Hondschoote aux Pays-Bas, Leyde dans les Provinces-Unies, Amiens et Reims en France), contemporaine de la rupture de la trêve entre l’Espagne et les Provinces-Unies en 162144. Le déclin est brutal : à la fin des années 1620, leur production est divisée par deux, prélude de la disparition totale de la draperie nouvelle de Valenciennes dans le courant du siècle. L’intégration à la France en 1677 ne fait que donner le coup de grâce à une activité déjà bien fragilisée45.

Tableau 18 – Caractéristiques des draps de doublure et secquelets de Valenciennes

Type de drap

Nombre de fils

Longueur en aune avant foulage

Longueur en aune après foulage

Secquelez

1100

28

21 à 22 (sur 1,75)

1300

32

23 à 24 (sur 1,875)

Draps de doublure

1300

32

23 à 24

Source : BMV, ms 747

38Parente mineure de la manufacture de Valenciennes, la draperie traditionnelle ou « vieille draperie » survit tant bien que mal jusqu’au premier tiers du XVIIe siècle, limitée d’un côté par la régularité des importations, entretenue de l’autre par la « nouvelle draperie ». Mais le secteur demeure très concurrentiel dans les Pays-Bas méridionaux, et Lille et ses campagnes de Flandre wallonne devancent les manufactures voisines.

Une production d’ampleur : la sayetterie (XVIe siècle)

39C’est dans la draperie légère ou sèche, branche de la nouvelle draperie, que se fait l’expansion du textile à Valenciennes et dans les centres manufacturiers des Pays-Bas au cours du XVIe siècle. Les vêtements et articles textiles issus de la sayetterie répondent à une demande importante par leurs prix inférieurs obtenus grâce aux laines non graissées de qualité seconde et à la réduction des finitions. Le tableau ci-dessous montre que les pièces de sayes diminuent très peu de longueur suite à leur passage chez le foulon : les activités de finition sont réduites au maximum.

40La sayetterie, réapparue à Valenciennes au XVe siècle, produit une grande variété de tissus : sayes, satins de sayes et cornettes dominent du XVe jusqu’aux années 1560, les reversetz sont abondamment cités des années 1520 aux années 1610, les changeants sont « une marchandise fort requise et ayant cours au temps présent » en 1577, les quarreaux sont taxés à partir des années 1580 et les grograins et bouffez exemptés en 1609 pour lancer leur production. La gamme se renouvelle donc périodiquement en fonction des goûts et des modes.

Tableau 19 – Caractéristiques des pièces de sayetterie de Valenciennes

Type de drap

Longueur avant foulage

Longueur après foulage

Largeur

Satins et reversets

20 aunes

19 aunes

0,75 aune (étroits)
1 aune (larges)

Source : AMV, ms. 701, fol. 82v°-83r°, 1489 et 1554

  • 46 ADN, 5B 519, citation d’un article du statut de la sayetterie de 1489 ; BMV, ms. 747, fol. 4vo, ord (...)

41À la différence de la draperie ancienne et de ses variantes modernes, la sayetterie valenciennoise bénéficie d’un protectionnisme municipal renforcé face à la concurrence de Mons, Tournai ou Lille. Dès 1489, les pièces de sayes foraines ne peuvent être mêlées à celles de Valenciennes pour être commercialisées, et il est interdit aux artisans foulons, teinturiers et calandreurs locaux d’en assurer les finitions, sauf pour les sayes du Quesnoy. En 1533, un mandement de Charles Quint prohibe « d’achapter sayes de dehors […] pour les vendre en cette ville au grand préjudice de semblables pièces qui se font en cette ditte ville »46. Cette production locale protégée est soumise à la fiscalité municipale à partir de 1498 (à raison de 2 sols par pièce). Le produit de cet impôt permet d’estimer les résultats de la manufacture de sayes du début du XVIe siècle jusqu’aux années 1620.

Tableau 20 – Estimation de la production annuelle de sayes à Valenciennes (1504-1630) et comparaison des indices de production de Valenciennes et de Lille

Période

Nombre moyen annuel de pièces de sayetterie

Indice
valenc.

Indice
lillois

1504

19370

46

1518, 1520

48500

115,5

1522-1525

37800

90

44

1526-1530

35940

85,5

46,5

1531-1535

45120

107,5

64,5

1536-1540

57530

137

77

1541-1545

51740

123

82

1546-1549

58330

139

85

1552-1553

47650

113,5

120

1559-1560

44800

106,5

82

1561-1565

4200

100

100

1566-1570

37310

89

119

1572

22010

52,5

116

1576, 1578, 1580

20960

50

149

1582-1584

17730

42

133

1586-1590

21320

50

136

1591-1595

28980

69

128

1596-1600

24520

58,5

139,5

1601-1605

17340

41,5

137

1606-1610

17210

41

136

1611-1615

16330

39

116

1616-1620

14900

35,5

85

1621-1625

12310

29,5

79,5

1626-1630

12350

29,5

112

En gras : base 100 en 1561-1565 et indices minimum et maximum

42Malgré la lacune des sources, les années 1505-1520 apparaissent comme celles de l’accélération de la production de sayes, confortée par l’inscription d’une centaine de sayetteurs à la bourgeoisie de la ville. L’« âge d’or » de l’activité s’étend de 1520 environ à la fin des années 1560, avec une production annuelle fluctuant entre 32000 et 62000 pièces. Le seuil de 50000 pièces est dépassé onze fois jusqu’en 1549, puis un tassement se fait sentir des années 1550 à la révolte de 1566. La rupture n’est pas directement liée aux évènements de 1566-1567 : l’incidence du siège reste limitée et provisoire, puisque les résultats se maintiennent avec plus de 35000 sayes en 1568 et 41000 en 1569, soit autant qu’au début de la décennie. Cependant, les années 1570 ouvrent la rupture. La décroissance est nette, avec un premier palier à 22000 pièces produites en 1572 comme en 1600, malgré une timide embellie sans lendemain entre 1589 et 1594 (30000 pièces). Un second palier est franchi en 1601, sous la barre des 20000 sayes annuelles, et au terme de trois décennies de déclin, la sayetterie des années 1620 ne produit plus que 12000 pièces par an, soit cinq fois moins que pendant les fastes années 1546-1549.

Graphique 11 – Estimation de la production de sayetterie à Valenciennes (1518-1629)

Graphique 11 – Estimation de la production de sayetterie à Valenciennes (1518-1629)
  • 47 Maugis E., « La saietrie à Amiens 1480-1587 », in op. cit., p. 98.
  • 48 Coornaert E., Un centre industriel d’autrefois. La draperie sayetterie d’Hondschoote, op. cit., p.  (...)
  • 49 Vanhaeck M., Histoire de la sayetterie à Lille, op. cit., p. 206 et 351, et Deyon P., Lottin A., «  (...)

43L’ampleur et le rythme de production de la sayetterie de Valenciennes montrent une certaine originalité par rapport aux manufactures des villes des Pays-Bas espagnols. Douai et Mons restent des centres très secondaires au XVIe siècle. Juste avant 1550, avec 60000 pièces par an, Valenciennes dépasse Amiens (30 à 40000 pièces)47, Hondschoote en Flandre (45000 pièces) et Lille (26 à 27000 pièces). Cette primauté est déjà battue en brèche à la veille de la révolte de 1566. La production d’Hondschoote s’envole alors (95000 pièces), avant de souffrir des troubles religieux flamands des années 1570 et de la destruction de la ville en 1582, mais elle renaît et prospère jusque vers 1640 (passant de 21000 pièces en 1600 à 60000 en 1630)48. À Lille, la croissance est plus tardive, et l’égalité avec Valenciennes est atteinte en 1566-1570, avec 37000 pièces. Un haut niveau de production lilloise se maintient des années 1560 à 1610, et l’effondrement intervient tardivement, à partir de 1635 (année qui marque l’entrée de la France et de l’Espagne dans la guerre européenne de Trente Ans). L’annexion de Lille à la France en 1667 (dix ans avant Valenciennes) accentue les difficultés d’écoulement des articles de sayetterie sur ses marchés traditionnels d’exportation, sans mettre un terme à l’activité qui survit médiocrement tout au long du XVIIIe siècle49. Au déclin précoce de la sayetterie de Valenciennes s’oppose donc le succès durable de la sayetterie d’Hondschoote et de Lille dans la seconde moitié du XVIe siècle et dans un bon tiers du XVIIe siècle. La sayetterie valenciennoise ne connaît pas de restauration à l’issue des guerres de religion.

Les causes politiques et commerciales du déclin de la sayetterie valenciennoise

  • 50 AGR, chambre des comptes, no 18313, fol. 23vo-24, 32, 68vo, 69vo, 80vo, 113-116, confiscation des b (...)
  • 51 ADN, B 18197 : la veuve de Michiel père, Jehenne Le Boucq, meurt à Sedan, enclave protestante, en 1 (...)
  • 52 Cornaert E., Un centre industriel d’autrefois…, op.cit, p. 196.

44La divergence de Valenciennes s’opère lors des troubles politico-religieux du règne de Philippe II. Le siège de la ville en 1566-1567 ne provoque pas d’effondrement immédiat de la production, mais la répression qui s’ensuit, avec la confiscation des biens, l’exil ou l’élimination des marchands calvinistes, désorganise durablement le négoce des sayes. Le relevé des marchands actifs à la veille de la révolte s’amoindrit considérablement ensuite. Les survivants des familles Vivien (autour de Nicolas, mort en 1568), Le Boucq (Noël, décédé en 1568, ses fils Roland, exécuté en 1568, et Noël, réfugié à Londres, et ses beaux-fils Stiefrize, teinturiers bannis), De Le Flecquière (Rolland, exécuté en 1568, et son frère Jehan, réfugié à Southampton), Jazon De Lespine doivent attendre le pardon général de 1574 pour rentrer à Valenciennes et reprendre leurs activités. D’autres (Franchois Saumon, Franchois Voisin, membre du consistoire calviniste) ne réintègrent pas la ville. Le cercle des grands négociants généralistes positionnés à Anvers50 est particulièrement touché par cet effacement définitif, comme les Herlin51, les Godin (voir tableau généalogique), les Senglier, les De Faloize, dont les membres glissent dans le dernier tiers du XVIe siècle vers l’Angleterre, vers Cologne, Aix-la-Chapelle ou d’autres places germaniques. Franchois Godin, gendre d’un influent négociant lillois, doit quitter Anvers à l’époque des troubles, et il meurt en 1587 à Frankenthal (Palatinat), ville qui devient en cette fin de siècle un nouveau centre de draperie-sayetterie52. Les grands marchands calvinistes de Valenciennes qui ont survécu à la vague de répression de la fin des années 1560 opèrent désormais sur d’autres plates-formes européennes de manufacture et de commerce.

Graphique 12 – Tableau généalogique : une famille de négociants, les Godin

Graphique 12 – Tableau généalogique : une famille de négociants, les Godin

45Au total, une vingtaine de marchands de sayes et de négociants est frappée par les poursuites après 1566 et seulement quatre d’entre eux reprennent leur négoce après les années 1570. Du côté des marchands loyalistes, à peine une dizaine d’individus émerge, comme Vairon, Lestrelin, Mangon, Jacques De Boulogne (+1607), Jehan De La Deuze, Pierre De Le Fontaine dit Wicart (+1593), Mathis De Bracq (+v1607) et les familles Haynuyer et Le Francq (issues de la brasserie), tous hommes de moindre envergure. Leur structuration commerciale en réseau familial étroit et leur assise géographique sur l’axe Valenciennes-Anvers sont nettement plus faibles, et ils n’entrent qu’à partir des années 1540-1550 dans le commerce des sayes pour l’abandonner vers 1570-1580 au profit du grand commerce d’importation des vins, sans doute plus rentable.

  • 53 Lottin Alain, Histoire de Lille, de Charles Quint à la conquête française (1500-1715), sous la dire (...)

46C’est donc une force d’action commerciale sur Anvers, la ville-entrepôt de l’Europe nord-atlantique au XVIe siècle, qui est perdue par les Valenciennois et par les Tournaisiens à la faveur de la révolte de 1566. Le châtiment brise la capacité financière des négociants calvinistes de Valenciennes, liés de près au consistoire publiquement établi à l’automne 1566. La répression ampute directement leurs structures professionnelles et familiales étroitement imbriquées. Leurs confrères de Lille, une ville où le basculement ne s’est pas opéré et où les églises sont restées intactes, échappent de ce fait à une purge de l’ampleur de celle de Valenciennes.53 Cela leur permet de renforcer leur position sur les marchés d’exportation des manufactures du sud des Pays-Bas, en profitant de l’effacement de leurs concurrents des villes rebelles.

  • 54 AMV, ms. 698 fol. 76vo, ban du 11 juin 1507 et ms. 703 fol. 63vo, ordonnance du 8 mai 1563 sur le m (...)

47Cependant, les mutations économiques expliquent aussi le déclin de la sayetterie valenciennoise dès les années 1560-1570. Au problème de l’exportation illégale du fil de sayette s’ajoute celui d’une baisse de la qualité des étoffes tissées en ville. Les infractions les plus courantes à la réglementation municipale sont le non-respect des dimensions ainsi que l’absence des plombs. Ceux-ci permettent d’identifier le tisserand-fabricant et valident l’inspection sur le métier à tisser par le ferreur de sayes ainsi que le contrôle du produit fini par les esgards de la sayetterie54.

  • 55 AMV, H2/432, mars 1579.
  • 56 AMV, HH sup. 763, non daté, observations des marchands, réponses des sayetteurs et recommandations (...)
  • 57 Howell Martha, Du Plessis Robert S., « Reconsidering the early modern urban economy : the cases of (...)
  • 58 À l’exemple de Bauduin Doultreman (+1522), sayetteur et marchand de sayes en 1503.
  • 59 Loys Paucquet, qui s’intitule « marchand sayeteur » dans son testament en 1581, est un maître-fabri (...)

48Les inspections sont réalisées par les hommes de la Halle basse, le plus souvent à la demande des marchands qui déplorent que « les pièches quy se vendent journellement sont merveilleusement courtes »55. L’enquête générale menée à la fin du XVIe siècle, vers 1591-1595, montre l’exacerbation des conflits d’intérêt entre les artisans-fabricants et les marchands-négociants56. Ces derniers réclament un meilleur exercice des offices de contrôle, dévalorisés et sous-traités à des artisans sayetteurs peu enclins à recaler pour malfaçon les étoffes confectionnées par leurs confrères. Ils dénoncent toujours les dimensions insuffisantes, mais aussi les imperfections du tissage. De leur côté, les sayetteurs se plaignent de l’exportation des filés de sayette et de la commercialisation des étoffes en gros et le plus souvent non teintes. Les marchands de sayes sont en effet dégagés d’une production atomisée. Ils ne s’impliquent ni dans le commerce des matières premières (laine, fil, colorants), ni dans le processus de fabrication : le filage se ruralise, le tissage et les finitions restent aux mains des artisans urbains spécialisés dans une structure plutôt atomisée57. Si quelques marchands de sayes de la première moitié du XVIe siècle ont été sayetteurs au début de leur vie professionnelle58, leurs homologues de la seconde moitié du siècle n’apparaissent jamais comme tels59. Purs marchands, ils achètent les étoffes auprès des maîtres-sayetteurs fabricants, sans pour autant prendre le contrôle des activités de finition accomplies dans des ateliers outillés. Sur les dix teintureries encore en activité à Valenciennes au début du XVIIe siècle, une seule appartient à un marchand de sayes, Jacques De Hénin, les autres étant la propriété directe des maîtres teinturiers y œuvrant. Cette situation est sensiblement la même vers 1566 : les confiscations des biens des marchands ne laissent qu’exceptionnellement entrevoir la possession d’une calandre ou d’un atelier de foulon.

Figure 4 – Marques de fabricants, numéros d’inscription et noms de sayetteurs valenciennois relevés lors d’une inspection de pièces de textile en 1526

Figure 4 – Marques de fabricants, numéros d’inscription et noms de sayetteurs valenciennois relevés lors d’une inspection de pièces de textile en 1526

ADN, 5B 65, cliché de l’auteur.

  • 60 ADN, 5B 483, comptes de la curatelle de ses biens, 1498 à 1501.
  • 61 ADN, B 12702 fol. 270vo; AMV, J2/387-9 fol. 14ro et Caf. 8363.

49Seuls deux exemples atténuent le désintérêt des grands marchands pour l’appareil manufacturier lors de la phase de croissance de la production de sayetterie (1re moitié du XVIe siècle). Jacques De Le Fontaine dit Wicart (+v1520), marchand de sayes vers 1500, possède une « maison et foullerie » louée à un foulon, fournit la garance à un teinturier contre argent et mise en couleurs des sayes. Il est aussi titulaire de l’office de ferrage des sayes sous-loué à un sayetteur. Les finitions, le contrôle et le négoce sont ici sous la houlette du marchand60. En 1568, le négociant Franchois Godin (v1520 +1587) se voit confisquer une calandre laissée en location à un maître calandreur. Cet atelier, qui ne survit pas aux troubles, est édifié dans la paroisse Saint-Jacques sur un terrain acquis en 1520 par son père Jehan Godin, qui achète aussi dans ce quartier bordant l’Escaut une foulerie en 1526 et une teinturerie en 153461.

50Mais loin d’être des entrepreneurs engagés dans le processus manufacturier, les marchands de sayes de Valenciennes deviennent au cours du XVIe siècle de purs marchands, sans doute de plus en plus généralistes dans leurs trafics. Ils trouvent avantage dans cette organisation de la draperie légère qui n’immobilise pas leurs capitaux dans l’entretien des ateliers et du matériel ni dans l’achat des matières premières. Ils achètent en gros le produit semi-fini aux sayetteurs et leur imposent le prix, profitant des défauts manifestes ou de la piètre qualité des étoffes appartenant à un créneau bas de gamme. Les sayetteurs rapportent dans l’enquête des années 1590 que les marchands « n’ont tant de regard au faict desdites pièches […] qu’ilz ont de les avoir et achapter à bon marché, […] à vil pris ». Les marchands ne regardent que quatre à six pièces pour acheter un lot, et préfèrent les sayes « blanches », c’est-à-dire non teintes, au prétexte d’une rapidité d’examen. Mais les maîtres-fabricants y voient plutôt une facilité pour des marchands qui « auroient beaucoulp plus de moien et ouverture d’habuser desdites pièches, tant pour les faire transporter ainsy blanches audehors que aultrement, […] au grant préjudice tant des taincturiers, coureurs que calandreurs […] et conséquamment à la tottalle ruyne desdits stils (=métiers) et diminution de la républicque ». Le prix d’achat le plus faible, une qualité passable, des étoffes non teintes constituent un seuil suffisant pour les marchands qui en assurent la commercialisation.

51La dégradation de la qualité et de la quantité des sayes valenciennoises à partir des années 1570 est en partie contrebalancée par le décollage de la production d’étoffes de hautelisse, une branche de la draperie légère qui mêle fil de sayette, lin et soie. Pourtant, la hautelisse de Valenciennes ne montre jamais la vigueur de celle de Lille, qui tire vers le haut toute la draperie légère de cette ville et de son arrière-pays au cours du dernier tiers du XVIe siècle et du XVIIe siècle.

La hautelisse de Valenciennes, un relais de la sayetterie à la traîne derrière Lille

  • 62 AMV, H2/348, chartes des sargeurs, 1534.
  • 63 ADN, 5B 517, extraits non foliotés des chartes du métier et des registres du Conseil particulier (d (...)

52Si la hautelisse reçoit ses premiers statuts à Amiens dès 1492 et à Lille en 1496 (sous le nom de bourgetterie), il faut attendre 1549 à Valenciennes pour la voir érigée en activité autonome, après avoir été une branche très secondaire du métier des sargeurs62. Ce sont des initiatives privées qui en sont à l’origine. En 1548, le hautelisseur Josse Nisse propose au conseil particulier de Valenciennes de faire travailler plus de quarante métiers à tisser dans les trois ans et de teindre à prix raisonnable les étoffes, et le Lillois Loys Picavet, hautelisseur et teinturier, expose un projet semblable (avec trois chaudières à teinture et dix métiers). Répondent-ils à une initiative de la ville ? En tout cas, les autorités municipales donnent une suite favorable. Nisse est inscrit à la bourgeoisie en septembre 1548 et les chartes du métier sont édictées en janvier 154963. La vente de hautelisses foraines en ville est aussi prohibée dans la foulée, comme dans le cas des sayes, pour protéger la production locale. Les standards valenciennois de fabrication sont alignés en 1566 sur ceux de Lille, et les dimensions précisées en 1584 pour se conformer à celles des autres manufactures et aux habitudes des marchands nationaux et étrangers, afin de faciliter leur commercialisation sur les grands marchés d’exportation.

Tableau 21 – Caractéristiques des pièces de hautelisse de Valenciennes

Type de drap

Longueur après foulage

Largeur

Grograins et bourats
étroits

18,5 aunes

0,75 aune

Bourats larges

18,5 aunes

0,9375 ou 1 ou 1,16 aune

Source : AMV, ms. 704, chartes des hautelisseurs, 1584

  • 64 Lottin Alain, Chavatte, ouvrier lillois, op. cit., p. 42-43.
  • 65 ADN, 5B 517, auditions de janvier 1577 dans le cadre du procès en appel à Malines des sayetteurs co (...)

53L’indépendance du nouveau métier suscite la jalousie de la corporation des sayetteurs, dont les techniques de tissage sont très semblables64. En 1550, les échevins autorisent les maîtres sayetteurs à pratiquer la hautelisse sans apprentissage. Cette passerelle va permettre un véritable transfert de main-d’œuvre de la sayetterie vers la hautelisse dans les années 1560-1570, d’autant que la fabrication des changeants, étoffes à la mode, est exclusivement réservée aux hautelisseurs par une ordonnance municipale de 1566. Une enquête de 1577 révèle les modalités de ce glissement65. Jehan Coppin, « de son stil primitif sayetteur et présentement hautelicheur » affirme avoir passé le chef-d’œuvre de ce second métier en 1566 « afin de librement povoir ouvrer de tous lesdicts deux métiers […] mais auroit laissé d’ouvrer de la sayetterie » depuis 1572-1573. Un autre maître sayetteur-hautelisseur exerce tantôt l’un, tantôt l’autre « selon qu’il en pensoit tirer le plus grand prouffit ». Au gré de la dégradation de la conjoncture de la sayetterie, les maîtres sayetteurs se tournent vers la nouvelle activité en pleine croissance.

  • 66 Deyon P., Lottin A., « L’évolution de la production textile à Lille… », in op. cit., réédition, 200 (...)

54Taxée à partir de 1584, la production des bourats valenciennois s’élève de 4000 jusqu’à 8000 pièces par an entre 1590 et 1600, et elle atteint sa plénitude dans les années 1600-1620 avec un maximum de 24000 pièces en 1621. La décrue est ensuite rapide : 16000 étoffes par an entre 1625 et 1629, 8000 au début des années 1630, 5000 en 1636. Ce rythme est calqué sur celui de Lille et de Tournai66. Mais les quantités produites laissent Valenciennes loin à la traîne : 60000 pièces sont taxées à Tournai et 170000 à Lille en 1615-1616, contre 20000 seulement à Valenciennes. La ville n’est plus qu’un centre mineur de production qui gravite dans la sphère de Lille. La similitude des rythmes de production de la bourgetterie-hautelisse dans ces trois villes de la fin du XVIe siècle jusqu’à la crise amorcée dans les années 1620, témoigne d’un débouché commun à l’exportation, l’écoulement sur les marchés européens et coloniaux d’Amérique latine.

55Le recul massif de la sayetterie dans le dernier tiers du XVIe siècle, la performance médiocre de la hautelisse sont révélateurs d’un changement structurel majeur de la manufacture textile de Valenciennes. Cette mutation est une récession du travail de la laine au profit de celui du lin.

Un puissant relais de développement de l’activité manufacturière : la mulquinerie

  • 67 AMV, H2/294, chirographes de 1431 et 1478 concernant la mulquinerie. Le mémorialiste Le Boucq cite (...)
  • 68 Malotet A., « L’industrie et le commerce des toiles fines à Valenciennes dans les temps modernes », (...)

56Le travail du lin est une activité ancienne mais secondaire à Valenciennes jusqu’aux troubles religieux des années 1560. Les deux métiers du lin, les toiliers et les mulquiniers spécialisés dans les ouvrages fins ou toilettes, y reçoivent chartes et ordonnances dès les XIVe et XVe siècles67. Valenciennes se trouve dans une vaste aire toilière incluant la Picardie, le Cambrésis, le Hainaut, la Flandre et la Hollande. Les plaines humides de la Scarpe et de l’Escaut favorisent la culture du lin et du chanvre et la constitution d’un marché toilier important dans les villes du comté de Hainaut dès le XIIIe siècle. Mais le triomphe de la toilerie flamande à la fin du XVe et au début du XVIe siècle semble coïncider avec la régression de cette activité dans la province hennuyère68.

Mulquinerie et toilerie : des activités anciennes mais secondaires jusqu’à la période des troubles

57L’examen des registres des nouveaux bourgeois confirme l’écrasante primauté lainière des années 1500-1566 : 589 inscrits se rattachent au travail de la laine, contre seulement 73 à celui du lin.

58Les étapes plus complexes et plus urbanisées du filage et des finitions (tonte, foulonnage, teinture et lustrage) des étoffes de laine expliquent l’écart numérique manifeste entre les deux manufactures. Du point de vue du seul tissage, les tisserands de laine (34 tisserands de drap, 272 sayetteurs, 5 hautelisseurs) forment 82 % des bataillons face aux tisserands de lin (26 toiliers, 3 tisserands de nappe et 40 mulquiniers). Mais dans les années 1560-1566, un mouvement ascendant de la main-d’œuvre du lin s’opère, avec 45 % des tisserands enregistrés à la bourgeoisie (24 mulquiniers et 6 toiliers pour 27 sayetteurs, 7 tisserands de drap et 3 hautelisseurs). Cependant, le caractère secondaire de la manufacture linière explique l’absence de prélèvement d’impôts par la ville sur sa production jusqu’en 1576 et 1582.

Tableau 22 – Profession des nouveaux bourgeois dans les métiers de la laine et du lin (1500-1566)

Étapes

Laine

Lin

Fournitures et filage

83

1

Tissage

314

69

Finitions

137

2

Confection et vente

55

1

Total

589

73

Source : AMV, registres de bourgeoisie

  • 69 AGR, chambre des comptes, no 23505 à 23508 : les exportations toilières se montent à 11765 Livres d (...)
  • 70 À l’exemple de Jacques Gellée, marchand de vin, qui réceptionne les toiles d’un marchand de Troyes, (...)

59Le transit de toiles sur l’axe commercial de l’Escaut constitue aussi une concurrence pour la production locale. En 1542-1543, lors de la guerre entre Charles Quint et François Ier, des toiles d’Ath sont exportées vers la France par Valenciennes par les marchands de Cambrai et de Lorraine, tandis que dans l’autre sens, les marchands valenciennois Michiel Herlin et Jacques Senglier importent aux Pays-Bas des canevas, linceuls et toiles du Barrois et de Lorraine69. Si Herlin préfère adopter une logique très généraliste dans le négoce entre la France et les Pays-Bas (importations de vins français et de toiles contre exportations de harengs, de houblon et de cuir), Senglier tend à se spécialiser. Fils du négociant Pierre Senglier (né à Paris vers 1472, bourgeois de Valenciennes en 1502, mort sans doute à Paris vers 1545), Jacques trafique des années 1530 à 1560 sur l’axe Paris-Valenciennes-Anvers, et il réside dans ce port des bouches de l’Escaut à partir de 1559. Echevin de Valenciennes en 1542 et 1545, il est marié à la fille de Robert Conrart (v1492 +1544), échevin et marchand toilier, aussi en relation avec Anvers. Un autre gendre de Robert Conrart est Pierre De Saint-Vaast, fils du négociant cambrésien Loys (exporteur des toiles d’Ath en 1542-1543), qui devient bourgeois de Valenciennes en 1556 puis d’Anvers en 1560. Autour des toiles dont les Conrart ont fait leur métier (de toiliers-fabricants) puis leur commerce, se construit un réseau de négoce à structure familiale relié à d’autres places marchandes comme Paris et Cambrai. D’autres Valenciennois servent d’intermédiaires et de facteurs pour les marchands étrangers envoyant leurs toiles à Anvers70.

L’envolée de la production de toiles et toilettes sous Philippe II et les Archiducs

  • 71 Prevot Victor, « Une grande industrie d’exportation… », op. cit., p. 206-209, et Guignet Philippe, (...)

60La reconversion linière de Valenciennes s’opère dans la seconde moitié du XVIe siècle, en s’appuyant tant sur une production locale croissante que sur les toiles foraines amenées en ville pour y être blanchies et commercialisées. Les taxes perçues à partir de 1576 et 1582 touchent en effet toutes les gammes d’articles indépendamment de leur origine : toiles, nappes et serviettes communes de lin et de chanvre, blanches, grises, noires ou perses, rayées ou unies, de Paris, du Barrois ou d’Allemagne, et articles de linge destinés à la maison ou à la parure vestimentaire comme les toilettes à couvre-chef, les batistes et les toiles fines qui sont issues de la mulquinerie et dont la mode triomphe jusqu’au XVIIIe siècle71.

61Le volume estimé des toiles locales et foraines double lentement entre 1580 et 1610, mais il demeure le parent pauvre des recettes fiscales touchant le lin : avec un maximum d’environ 1000 Livres vers 1610, les toiles rapportent deux fois et demi moins que les toilettes à couvre-chef (2500 Livres de taxes) et près de quatorze fois moins que les toiles fines (13900 Livres). Les deux taxes de la mulquinerie présentent une croissance impétueuse et sans accroc, avec un produit multiplié par six entre 1590 et 1625, et elles dépassent le produit fiscal sur la sayetterie et la hautelisse à partir de 1588-1590. Alors qu’à son âge d’or, vers 1540, la ville encaisse 6000 Livres d’impôts sur les sayes, la ferme sur les toilettes rapporte régulièrement 17 à 24000 Livres par an à partir de 1616, ce qui la place à hauteur de la maltôte sur les vins.

Tableau 23 – Indice des impôts affermés sur les toiles et toilettes à Valenciennes (1576-1636)

Années

Toiles

Toilettes à couvre-chef

Toiles fines et batistes

1576, 1578, 1580

57,5

6

-

1582-1584

50,5

24

-

1586-1590

50,5

19

20

1591-1595

69

48,5

34

1596-1600

62

65

45

1601-1605

95,5

62,5

1606-1610

103,5

82

1611-1615

112

88,5

73,5

1616-1620

100

100

100

1621-1625

96,5

122,5

116

1626-1630

70

107,5

98

1631-1635

105,5

Source : AMV, CC 151 à 158, 168 à 181, J2/396 bis à 420

Graphique 13 – Évolution de la production de mulquinerie à Valenciennes (1576-1637)

Graphique 13 – Évolution de la production de mulquinerie à Valenciennes (1576-1637)

La greffe réussie de la main-d’œuvre et des marchands du Cambrésis (fin du XVIe siècle)

62Le sextuplement des volumes commercialisés d’articles de mulquinerie à Valenciennes à l’époque des Archiducs s’explique par le recrutement d’une main-d’œuvre vouée au tissage urbain et par la constitution de nouveaux réseaux de négociants actifs sur les filières d’exportation.

  • 72 Sur l’organisation et la réglementation du travail du lin en Cambrésis, qui remonte au moins au XII (...)
  • 73 BMV, ms. 262, fol. 8vo-9ro.

63À défaut de registres du métier des mulquiniers, ce sont encore les listes de bourgeoisie qui fournissent quelques informations sur l’origine des tisserands de lin fin. Entre 1540 et 1600, les trente-neuf mulquiniers nouveaux bourgeois de Valenciennes proviennent pour la plupart du Cambrésis voisin, en particulier de Cambrai (dont Guicciardini vante vers 1560 l’abondance de la production de toiles fines) et du Cateau-Cambrésis72. Au détour d’un banal récit de bagarre de rue en 1582 apparaissent quatre jeunes compagnons mulquiniers travaillant en ville et natifs de Nivelles en Brabant, où le travail du lin décline73. Si la sayetterie valenciennoise a beaucoup recruté dans les rangs de la population locale et de celle des villages voisins sans débaucher les maîtres des autres centres manufacturiers concurrents, le développement de la mulquinerie s’accompagne d’une greffe de la main-d’œuvre et des marchands originaires du Cambrésis voisin, greffe réalisée en deux temps. Une première vague est décelable avant les troubles, en 1560-1566 (avec vingt-quatre mulquiniers inscrits à la bourgeoisie). Mais c’est la révolte religieuse des Pays-Bas méridionaux, combinée au passage de Cambrai dans l’orbite française de 1581 à 1595, qui entraîne une migration-refuge vers Valenciennes, où s’installent les familles négociantes Balicq, Bleuse, De Hénin, Vairier, liées aux familles Creton et De Martegny arrivées dans les années 1540-1560. La position de Cambrai, terre d’Empire entre la France et les Pays-Bas, en fait un des points de transit du grand commerce général entre Anvers et le sud, sur la même route de l’Escaut que Valenciennes. Mais il y existe bien un noyau d’acteurs voués au négoce des articles de lin produits en Cambrésis.

  • 74 AMV, Caf. 8620.
  • 75 ADN, 5B 65, procès entre le curateur de la maison mortuaire du marchand anversois Georges Boureye e (...)

64Andrieu Bleuse, marié à Valenciennes en 1584 à une fille Balicq, y prend la bourgeoisie en 1586 et y exerce son activité de marchand de toilettes jusqu’au début du XVIIe siècle74. La famille De Hénin est peut-être la plus remarquable dans cette communauté. Claude, marchand de toilettes actif à Valenciennes dès 1589, y gravit tous les échelons de la réussite sociale : seigneur de Warlaing en 1595, superintendant de l’Aumône générale entre 1600 et 1624, échevin puis prévôt de la ville à partir de 1614, il finit anobli avec le titre de chevalier. Il est parent de Jehan, docteur en médecine réfugié de Cambrai, bourgeois et échevin de Valenciennes en 1585, et de son frère Anthoine, marchand de toilettes actif des années 1580 à 1610, échevin en 1615. Anthoine réside tout d’abord à Saint-Quentin, en France, en 1589, où il agit comme facteur du marchand Margerin pour exporter des toiles fines de Cambrai vers les Provinces-Unies et l’Angleterre. Il reçoit à ce titre 3000 écus (9000 Livres de France) « pour emploier en son nom en thoilettes clères et baptistes, et icelles envoier à Douvre pays d’Angleterre […] et aultrement besongner en son nom comme facteur et agent, et moyennant deux pour cent de sallaire ». Il doit acheter, faire blanchir et empeser, emballer et envoyer la marchandise à un facteur du port de Calais qui la convoie lui-même à un correspondant résidant à Douvres. Il fait parvenir à Calais 700 pièces de toile entre juillet 1589 et novembre 1590, et quitte Saint-Quentin pour Valenciennes en octobre 1589 où il rejoint son parent et associé Claude De Hénin75. Il est probable que le marchand trouve plus facilement à Valenciennes, en pleine phase de décollage de la production de toiles fines et batistes, les fameuses toilettes à la façon de Cambrai qu’il doit expédier en Angleterre.

  • 76 Sabbe Étienne, Histoire de l’industrie linière…, op. cit., p. 24-25.
  • 77 Guillerme André, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin IIIe- (...)

65Une production en phase d’envol, un réseau de parents et associés réfugiés de Cambrai qui s’intègrent rapidement dans l’économie, la bourgeoisie et l’administration municipale constituent des éléments de succès du négoce des toiles fines à Valenciennes, où les négociants et marchands de sayes calvinistes et orangistes, frappés par la répression et l’exil entre 1566 et 1580, ont laissé un vide à combler. Le contexte général des guerres de religion aux Pays-Bas comme en France modifie la carte des manufactures de lin, avec l’affaiblissement de la toilerie flamande de Courtrai et d’Alost, l’exode de ses artisans vers la France (Saint-Quentin) et la Hollande (Haarlem)76, et un transfert similaire des forces vives de la mulquinerie de Cambrai vers la France (en particulier vers Saint-Quentin et Amiens77) et vers le Hainaut avec Valenciennes qui trouve le relais indispensable à son activité textile.

Mulquiniers, facteurs de toilettes, blanchisseurs au service d’une manufacture intégrée

  • 78 AMV, H2/295, ordonnance du 8 juin 1570.
  • 79 AMV, ms. 704 fol. 113vo.
  • 80 Goubert Pierre, Familles marchandes sous l’Ancien Régime : les Danse et les Motte de Beauvais, Pari (...)

66La manufacture des toiles fines de Valenciennes présente des traits distincts de l’organisation du travail lainier. Le filage du lin reste avant tout une activité rurale sur les lieux même de culture de la plante. Les paysannes amènent les filés de lin au marché au lin, dans la paroisse Saint-Nicolas de la ville, où les mulquiniers s’approvisionnent car ils n’ont pas le droit « d’aller ou d’envoyer sur les villaiges distans à 7 lieuwes prez ceste ville […] à intention d’acheter aulcuns filletz dudict stil » pour éviter tout accaparement de ce matériau78. Le tissage est une activité urbaine à la fin du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle, concentrée dans la paroisse Saint-Nicolas. Mais la manufacture reste marquée par des mouvements saisonniers de sa main-d’œuvre. Ainsi, en février 1579, un mulquinier demeurant au faubourg de la porte Cambrésienne rencontre au cabaret un laboureur « à intention de marchander […] de faire l’aoust prochain », c’est-à-dire la moisson79. Et si les paysans du Beauvaisis tissent dès le XVIe siècle nappes, serviettes, chemises et toiles à couvre-chef, la ruralisation du tissage, commune autour de Cambrai et Saint-Quentin, ne semble débuter que dans la seconde moitié du XVIIe siècle à Valenciennes pour aboutir à l’éradication du tissage urbain au XVIIIe80.

  • 81 ADN, 5B 24, procès entre le lieutenant-le-comte et le fils de Jean De Hénin, 1633.

67Vers 1630, à Valenciennes comme à Cambrai, il existe un échelon intermédiaire entre les marchands de toilettes et les mulquiniers-fabricants, celui des courtiers ou facteurs de toilettes. Les négociants font du commerce en gros en s’appuyant sur ces auxiliaires qui rabattent les articles de lin directement auprès des artisans. Paul Dauvergne déclare faire « marchandise de toilettes en gros en la ville, faisant achapter par son facteur et par après les revendt en gros par 2, 3, 4, 10, 20, 30, 40 et 50 pièces […] à la comodité des marchans », comme son confrère Jean De Hénin qui négocie « non publicquement, ny en détaille ou débit, mais en gros et en chambre close ». Ce dernier emploie un facteur qui est chargé des micro-transactions en ville, comme de « vendre des thoilettes blanches qu’il avoit en sa maison et en acheter des grises des deniers venans du vendage des blanches »81. Les facteurs sont d’honorables mulquiniers devenus petits marchands-fabricants au service des négociants qui imposent leurs vues sur le type ou la façon des pièces et maintiennent un souci de qualité. Le facteur de Jean De Hénin fait aussi travailler dans son atelier le fils de son employeur, comme apprenti pour l’initier à la connaissance des toiles fines. Intermédiaire entre la fabrique et le négoce, le facteur de toilettes du XVIIe annonce le courtier du siècle suivant qui assure la liaison entre producteurs ruraux et négociants urbains.

68Sans conteste, Valenciennes s’impose pour la finition et l’apprêt des toiles des mulquiniers de la ville et de la région. Le blanchiment est une étape déterminante pour la qualité et le prix des textiles destinés à l’exportation. Il s’effectue dans des ateliers spécialisés ou « bueries », en bordure d’un courant d’eau claire, et nécessite, vers 1750, cinq à six semaines par toile du fait de la succession et répétition des étapes d’un processus qui ignore encore le chlorage : lessives à la cendre de potasse, frottages, rinçages, arrosages et séchages successifs dans les prés.

  • 82 AMV, J2/396, année 1595 fol. 10vo, et CC 476 fol. 52vo-63vo, 93vo et 99vo, en 1602.
  • 83 ADN, 5B 428, procès entre les héritiers Gruel et ceux de Le Juste, 1622-1626.

69Les « bueries » du début du XVIIe siècle sont sans doute plus sommaires que les blanchisseries de la fin de l’Ancien Régime. Les négociants y investissent et rénovent, après la reprise de Cambrai en 1595 qui met fin aux incursions françaises, les équipements situés hors les murs. Claude De Hénin acquiert cette année un terrain dont les édifices ont été ruinés par la construction de la citadelle espagnole, le long de l’Escaut. Il y fait bâtir une blanchisserie louée à un professionnel. Les « bueries », dont la valeur immobilière comprise entre 200 et 350 Livres par an dépasse celle des teintureries et des brasseries, se concentrent dans la paroisse Saint-Vaast (deux établissements le long de l’Escaut) et dans le faubourg Notre-Dame, avant l’entrée de la rivière dans l’espace urbain (cinq blanchisseries)82. Six sont la propriété de grands marchands non exploitants, et une seule celle d’un blanchisseur qui y travaille. Cette implantation des blanchisseurs et des amidonniers dans le faubourg Notre-Dame y confère un surcroît de valeur aux terrains car le blanchiment nécessite d’immenses surfaces en plein air pour étendre les toilettes. Le marchand et courtier de vin Victor Le Juste (v1546 + v1619) obtient en 1574 une grande parcelle (édifiée d’un petit cabaret de faubourg) abandonnée par ses propriétaires calvinistes, les Gruel, réfugiés à Middelburg. Une blanchisserie y est aménagée et la valeur du terrain bâti quadruple (sans compter les bacs et ustensiles de travail) lors de sa revente à un blanchisseur en 1617, passant de 913 à 3435 Livres83.

  • 84 Goubert Pierre, Familles marchandes sous l’Ancien Régime…, op. cit., p. 43-47, et Guignet Philippe, (...)

70La maturité de la manufacture dans l’art des finitions de mulquinerie est acquise à Valenciennes dans le premier tiers du XVIIe siècle, avec presque une dizaine de blanchisseries en activité en 1602 et l’organisation officielle des amidonniers en corps de métier en 1636. L’originalité de son organisation est l’implication directe des grands marchands dans le développement des ateliers qu’ils financent et dont ils gardent la propriété et le contrôle. Cette forme de concentration verticale, décelée aussi à Beauvais au milieu du XVIIe siècle, est sans doute propre à cette phase première de développement de la manufacture de lin. À l’apogée de leur activité, au XVIIIe siècle, les négociants de toiles et de toilettes de Valenciennes n’ont plus de velléité de prendre en charge les finitions des articles qu’ils commercialisent84.

71L’économie valenciennoise de l’époque espagnole s’inscrit dans deux aires géographiques. Au niveau régional s’organise le marché des subsistances céréalières, plutôt négligé par les grands marchands. Ce sont sans conteste les brasseurs qui profitent d’une conjoncture exceptionnelle liée à l’envolée de la consommation de bière pour réaliser de bonnes affaires, accédant du même coup à de nouvelles opportunités commerciales (dans le textile par exemple) et fiscales.

72À un échelon supérieur, le développement du transit de marchandises entre la France et la mer du Nord affirme le rôle des grands marchands valenciennois qui parviennent à contrôler les importations de vins français dans les Pays-Bas méridionaux comme l’exportation vers la France des harengs encaqués en Hollande. Les retombées locales pour le commerce de détail sont moindres, et l’écart se creuse entre les négociants non spécialisés, qui maintiennent leurs revenus en dépit de la baisse générale de la consommation de vin et du ralentissement des exportations de poisson, et les petits détaillants incorporés au système des offices économiques municipaux. Les rapports belliqueux entre la France et les territoires des Habsbourg au fil du XVIe et du XVIIe siècle, renforcent probablement les notions de frontière terrestre, soumise à des restrictions périodiques de circulation. C’est dire que Valenciennes est de plus en plus tournée vers le nord et vers Anvers, débouché des produits de sa manufacture textile. La réussite de la sayetterie à l’époque de Charles Quint, commercialisée par les fabricants locaux et par les marchands venus des villes voisines de Cambrai, Mons et Arras, est un autre support de l’émergence du négociant, figure de plus en plus détachée de la fabrique. Cependant, un demi-siècle plus tard, vers 1590, le déclin de la manufacture de laine est patent, précipité par l’exil des marchands protestants et par la concurrence de Lille. Les troubles religieux accélèrent un phénomène de reconversion manufacturière propre à Valenciennes qui se relève par la manufacture des toiles fines de lin issue d’une délocalisation de Cambrai, ville durablement touchée par le conflit franco-espagnol. Or Lille et même Tournai (pourtant punie par deux fois pour ses engagements) connaissent une seconde prospérité toujours basée sur le travail de la laine. Les conséquences globales des guerres de religion dans l’espace sud des anciens Pays-Bas y modifient de manière très différenciée les territoires manufacturiers et les stratégies des hommes du grand commerce.

Notes

1 Guicciardini Loys, La description de touts les Pays-Bas…, op. cit., 1609, p. 433, et BMV, ms. 835, second cahier, description de Vallentiennes.

2 Pirenne Henri, « Une crise industrielle au XVIe siècle : la draperie urbaine et la ‘nouvelle draperie’ en Flandre », in Bulletin de l’Académie Royale de Belgique, classe des Lettres, 1905, réédité par E. Coornaert in Histoire économique de l’occident médiéval, Bruges, 1951, p. 621-643.

3 Munro John H., « The origins of the English ‘new draperies’ : the resurrection of an old flemish industry, 1270-1570”, in The New Draperies in the Low Countries and England, 1300-1800, edited by Negley B. Harte, Oxford University Press, 1997, p. 35-127.

4 Maugis Edouard, « La saietrie à Amiens 1480-1587”, in Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, V Band, Berlin-Stuttgart-Leipzig, 1907, p. 1-5, Vanhaeck Maurice, Histoire de la sayetterie de Lille, Lille, 1910, volume II, p. 1-2, Coornaert Emile, Un centre industriel d’autrefois. La draperie sayetterie d’Hondschoote (XIVe-XVIIIe siècles), PUF, Paris, 1930, p. 27, et Chorley Patrick, « The ‘draperies légères’ of Lille, Arras, Tournai, Valenciennes : new materials for new markets ? », in La draperie ancienne des Pays-Bas : débouchés et stratégies de survie (14e-16e siècles), actes du colloque tenu à Gand le 28 avril 1992, édités par M. Boone et W. Prevenier, Garant, Leuven-Apeldoorn, 1993, p. 151-159.

5 ADN, 5B 517, déposition d’un sayetteur-hautelisseur, janvier 1577.

6 Cardon Dominique, La draperie au Moyen âge. Essor d’une grande industrie européenne, CNRS éditions, Paris, 1999, p. 39-223.

7 Braure Maurice, « Étude économique sur les châtellenies de Lille, Douai et Orchies d’après les enquêtes fiscales des XVe et XVIe siècles », in Revue du Nord, tome XIV, 1928, p. 185.

8 AMV, ms. 697, fol. 214, « ban touchant les laisnes de Rin », 1er avril 1506.

9 Coornaert Emile, « Draperies rurales, draperies urbaines. L’évolution de l’industrie flamande au Moyen âge et au XVIe siècle », in Revue belge de Philologie et d’Histoire, XXVIII, 1950, p. 64 ; Verhulst Adriaan E., « La laine indigène dans les anciens Pays-Bas entre le XIIe et le XVIIe siècle. Mise en œuvre industrielle, production et commerce », in La lana come materia prima. I fenomeni della sua produzione e circulazione nei secoli XIII-XVII, atti della prima settimana di studio del instituto internazionale di storia economica ‘F. Datini’, Prato, aprile 1969, a cura di M. Spallanzani, Firenze, 1974, p. 11-42 ; Guicciardini L., La description de touts les Pays-Bas…, op. cit., p. 12.

10 AMV, J2/391, fol. 19ro, 61, 112ro, 116vo, 134ro, 135vo, 137.

11 Duplessis Robert S., Transitions to capitalism in early modern Europe, Cambridge University Press, 1997, p. 111 ; Pohl Hans, « Zur Geschichte von Wollproduktion and Wollhandel im Rheinland, in Westfalen und Hessen vom 12. bis zum 17. Jahrhundert », in La lana come materia prima…, op. cit., p. 89-96 ; Lottin Alain, Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Flammarion, Paris, 1979, p. 40-41.

12 AGR, chambre des comptes, no 23506 et 23507.

13 BMV, ms. 747, fol. 63vo.

14 Woronoff Denis, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, éditions du Seuil, 1998, p. 77-87.

15 Sur le processus dans une manufacture concentrée du XVIIIe siècle, voir Gayot Gérard, Les draps de Sedan 1646-1870, éditions EHESS-Terres Ardennaises, Paris, 1998, p. 100-102.

16 BMV, ms. 747, fol. 62-63, chartes des lainiers de 1594 et fol. 46, ordonnance de 1624.

17 ADN, B 12697, fol. 1, confiscation de ses biens pour hérésie en 1564, créance globale de 269 Livres sur 4 petits lainiers pour livraisons de laine.

18 Sur le peignage (fibres disposées parallèlement) et le cardage (fibres réparties en tout sens, dont le filé résulte d’un étirage et d’une torsion simultanés), voir Cardon Dominique, La draperie au Moyen âge…, op. cit., p. 145-275, et Delsalle Paul, « L’apport des réfugiés wallons en matière de technique du peignage manuel de la laine en Angleterre et en Hollande à la fin du XVIe siècle et au XVIIe siècle », in Echanges et cultures textiles dans l’Europe pré-industrielle, Revue du Nord, hors-série, collection Histoire, no 12, Lille, 1996, p. 61-71.

19 AMV, ms. 703, fol. 178vo-179, ordonnance pour les sayetteurs et les marchands de filés, 20 avril 1566.

20 ADN, B 10035, fol. 19ro, et AMV, CC 757, fol. 8vo.

21 AMV, H2/432, registre de la Halle basse, 1578-1579, fol. 14vo.

22 AMV, HH sup. 763, 3e réponse des maîtres du métier des sayetteurs aux marchands de sayes de la ville, vers 1591-1595.

23 Coornaert Emile, Un centre industriel d’autrefois…, op. cit., p. 265 ; Lottin Alain, Chavatte, ouvrier lillois…, op. cit., p. 40-41 ; Duplessis Robert S., « One theory, two draperies, three provinces, and a multitud of fabrics : the new drapery of French Flanders, Hainaut, and Tournaisis c.1500-c.1800”, in The new draperies in the Low Countries and England…, op. cit., p. 135-136 et p. 140.

24 Duplessis Robert S., « The light wollens of Tournai in the sixteenth and seventeenth centuries », in Textiles of the Low Countries in european economic history, proceedings of 10th international economic history congress, Leuven, august 1990, edited by F. Aerts and J. H. Munro, Leuven University Press, 1990, p. 66-75.

25 Pastoureau Michel, Bleu. Histoire d’une couleur, éditions du Seuil, 2002, p. 56-64.

26 AGR, chambre des comptes, no 23084, droit levé sur les aluns arrivant par mer en 1521-1522, et no 23085, droit levé sur les aluns importés de 1588 à 1591.

27 AMV, comptes des biens de la Tannerie, no 54 bis.

28 Caster Gilles, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse de 1450 à environ 1561, Toulouse, Privat, 1962 ; Brumont Francis, « La commercialisation du pastel toulousain (1350-1600)”, in Annales du Midi, tome 106, 1994, p. 25-40 ; Coornaert Emile, Les Français et le commerce international à Anvers, op. cit., volume 2, p. 104.

29 AGR, chambre des comptes, no 18312, fol. 1vo.

30 AMV, ms. 705, fol. 277vo-286ro, et ms. 706, fol. 165-169ro, et Pastoureau Michel, Bleu. Histoire d’une couleur, op. cit., p. 108-114.

31 AMV, HH sup. 763, 10e réponse des maîtres du métier des sayetteurs aux marchands de sayes de la ville, vers 1591-1595.

32 AMV, CC 476 et 478, 100e denier de 1602.

33 AMV, J2/389-5, fol. 9ro et J2/396, 12 février 1596.

34 AMV, J2/389-4 fol. 41ro, J2/273 fol. 47vo, J2/392 fol. 45ro.

35 AMV, J2/389-10ter fol. 25vo, Caf. 2399 et 8623, CC 478 fol. 98ro, et ADN, B 12697 fol. 2vo et B 12702 fol. 80-81.

36 AMV, J2/398, années 1602 (vente du 5 février 1603), 1603 (vente du 16 septembre 1603) et CC 476 fol. 78vo; Maliet Vincent et Tixador Arnaud, Valenciennes à cœur ouvert. 1989-1999, dix ans d’archéologie urbaine, catalogue d’exposition du musée des Beaux-Arts de Valenciennes, juin-octobre 1999, p. 100.

37 AMV, ms. 706, fol. 165-169ro, remontrance des teinturiers en octobre 1628 et ordonnance municipale d’avril 1629.

38 Comme dans la région de Toulouse à la même époque où la laine joue un rôle majeur par rapport au pastel pour se procurer du crédit. Voir Larguier Gilbert, « L’or blanc au pays de cocagne. Laine et pastel en Lauragais dans la 1re moitié du XVIe siècle », in Annales du Midi, tome 113, no 236, octobre-décembre 2001, p. 481-496.

39 BMV, ms. 747, fol. 38 et 42vo-45ro, chartes et ordonnances concernant les foulons, 1532, 1606, 1624.

40 Van Der Wee H., « Structural changes and specialization in the industry of the Southern Netherlands, 1100-1600”, in Economic History Review, 1975, volume 28, p. 203-221, réédité in The Low Countries in the early modern world, Variorum, Cambridge University Press, 1993, p. 201-222.

41 Thijs A. K. L., « Les textiles du marché anversois au XVIe siècle », in Textiles of the Low Countries in european economic history, op. cit., 1990, p. 81-84.

42 AMV, H2/260, sentence concernant les marchands grossiers, mars 1565, et Duplessis Robert S., « One theory, two draperies, three provinces and a multitude of fabrics : the new draperies of French Flanders, Hainaut, and the Tournaisis… », in The new draperies…, op. cit., p. 132-133.

43 AMV, H2/348 et BMV, ms. 747, fol. 44vo-45ro, requêtes, sentence et ordonnance du Magistrat, 1600 à 1607.

44 Deyon Pierre, Lottin Alain, « L’évolution de la production textile à Lille aux XVIe et XVIIe siècles », in Revue du Nord, tome XLIX, no 192, janvier-mars 1967, réédité par A. Lottin in Être et croire à Lille et en Flandre XVIe-XVIIIe siècle, Artois Presses Université, 2000, p. 174-175, et Chaunu Pierre, Séville et l’Atlantique, Paris, 1955, tome 8.

45 Guignet Philippe, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle, op. cit., p. 52-56.

46 ADN, 5B 519, citation d’un article du statut de la sayetterie de 1489 ; BMV, ms. 747, fol. 4vo, ordonnance de 1499 ; AMV, H 1126, mandement du 1er décembre 1533.

47 Maugis E., « La saietrie à Amiens 1480-1587 », in op. cit., p. 98.

48 Coornaert E., Un centre industriel d’autrefois. La draperie sayetterie d’Hondschoote, op. cit., p. 493-495.

49 Vanhaeck M., Histoire de la sayetterie à Lille, op. cit., p. 206 et 351, et Deyon P., Lottin A., « L’évolution de la production textile à Lille… », in op. cit., réédition, 2000, p. 170-182. L’impôt levé sur les sayes lilloises, base de cette estimation, n’inclut pas les changeants, produits à partir des années 1530 et taxés dans la bourgetterie depuis les années 1540. Les changeants de Valenciennes sont par contre évalués dans l’impôt des sayes.

50 AGR, chambre des comptes, no 18313, fol. 23vo-24, 32, 68vo, 69vo, 80vo, 113-116, confiscation des biens anversois de Franchois Godin, Jehan Le Thieullier, Vinchant Resteau et Jehan Clauwet, tous trois beaux-frères de Godin, Mathieu Sohier, Jehan Carlier, Jehan Warghin, Daniel De La Deuze et des deux Michiel Herlin père et fils.

51 ADN, B 18197 : la veuve de Michiel père, Jehenne Le Boucq, meurt à Sedan, enclave protestante, en 1583, et ses petits-enfants sont élevés catholiquement à Lille.

52 Cornaert E., Un centre industriel d’autrefois…, op.cit, p. 196.

53 Lottin Alain, Histoire de Lille, de Charles Quint à la conquête française (1500-1715), sous la direction de L. Trénard, tome 2, Privat, 1981, p. 119-122.

54 AMV, ms. 698 fol. 76vo, ban du 11 juin 1507 et ms. 703 fol. 63vo, ordonnance du 8 mai 1563 sur le marquage des pièces, ms. 701 fol. 82vo-83ro, ordonnance du 12 mai 1554 rappelant les longueur et largeur des pièces tissées.

55 AMV, H2/432, mars 1579.

56 AMV, HH sup. 763, non daté, observations des marchands, réponses des sayetteurs et recommandations de la Halle basse aux échevins.

57 Howell Martha, Du Plessis Robert S., « Reconsidering the early modern urban economy : the cases of Leiden and Lille », in Past and Present, no 94, 1982, p. 49-84.

58 À l’exemple de Bauduin Doultreman (+1522), sayetteur et marchand de sayes en 1503.

59 Loys Paucquet, qui s’intitule « marchand sayeteur » dans son testament en 1581, est un maître-fabricant laissant deux métiers à tisser sur l’un desquels il travaille journellement (AMV, Caf. 8626).

60 ADN, 5B 483, comptes de la curatelle de ses biens, 1498 à 1501.

61 ADN, B 12702 fol. 270vo; AMV, J2/387-9 fol. 14ro et Caf. 8363.

62 AMV, H2/348, chartes des sargeurs, 1534.

63 ADN, 5B 517, extraits non foliotés des chartes du métier et des registres du Conseil particulier (disparus).

64 Lottin Alain, Chavatte, ouvrier lillois, op. cit., p. 42-43.

65 ADN, 5B 517, auditions de janvier 1577 dans le cadre du procès en appel à Malines des sayetteurs contre les hautelisseurs.

66 Deyon P., Lottin A., « L’évolution de la production textile à Lille… », in op. cit., réédition, 2000, p. 178-182, Duplessis Robert S., « The light woollens of Tournai in the sixteenth and seventeenth centuries », in Textiles of the Low Countries in european economic history, op. cit., 1990, p. 66-73 et « One theory, two draperies, three provinces and a multitude of fabrics : the new draperies of French Flanders, Hainaut, and the Tournaisis… », in The new draperies…, op. cit., p. 137-138 (Lille) et p. 141 (Tournai).

67 AMV, H2/294, chirographes de 1431 et 1478 concernant la mulquinerie. Le mémorialiste Le Boucq cite une ordonnance de 1381 et des chartes de 1487 pour les toiliers, in Mémoires de la procession de la ville de Valenciennes, op. cit., p. 49.

68 Malotet A., « L’industrie et le commerce des toiles fines à Valenciennes dans les temps modernes », in Revue du Nord, 1910, p. 281-320 ; Sabbe Étienne, De Belgische vlasnijverheid, Brugge, 1943, 424 p., résumé en français, Histoire de l’industrie linière en Belgique, Bruxelles, 1945, 90 p. ; Prevot Victor, « Une grande industrie d’exportation : l’industrie linière dans le nord de la France sous l’Ancien Régime », in Revue du Nord, octobre-décembre 1957, tome XXXIX, p. 205-226, et Cauchies Jean-Marie, La législation princière pour le comté de Hainaut…, op. cit., p. 450-456.

69 AGR, chambre des comptes, no 23505 à 23508 : les exportations toilières se montent à 11765 Livres de 40 gros, et les importations à 5818 Livres de 40 gros (dont 93,5 % par les négociants de Valenciennes).

70 À l’exemple de Jacques Gellée, marchand de vin, qui réceptionne les toiles d’un marchand de Troyes, ensuite amenées par bateau à Anvers en 1560 (AMV, J2/391 fol. 91).

71 Prevot Victor, « Une grande industrie d’exportation… », op. cit., p. 206-209, et Guignet Philippe, Mines, manufactures et ouvriers…, op. cit., p. 33-39 et p. 49-52. La dentelle valenciennoise ne connaît une impulsion sérieuse qu’à partir des années 1640, pour triompher des années 1730 à 1770.

72 Sur l’organisation et la réglementation du travail du lin en Cambrésis, qui remonte au moins au XIIIe siècle, voir la thèse de droit de André Dolez, La mulquinerie à Cambray, des origines à 1789. Essai d’histoire économique, Lille, 1932, 160 p.

73 BMV, ms. 262, fol. 8vo-9ro.

74 AMV, Caf. 8620.

75 ADN, 5B 65, procès entre le curateur de la maison mortuaire du marchand anversois Georges Boureye et Anthoine de Hénin, pour fraudes du droit des licences d’exportation entre 1589 et 1594.

76 Sabbe Étienne, Histoire de l’industrie linière…, op. cit., p. 24-25.

77 Guillerme André, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin IIIe-début XIXe siècle, Champ Vallon, p. 154. Le blanchiment des toiles nécessite d’énormes quantités d’eau fournies par les rivières lentes et régulières, et les prairies périurbaines des bords de Somme accueillent au début du XVIIe siècle les premières blanchisseries d’Amiens.

78 AMV, H2/295, ordonnance du 8 juin 1570.

79 AMV, ms. 704 fol. 113vo.

80 Goubert Pierre, Familles marchandes sous l’Ancien Régime : les Danse et les Motte de Beauvais, Paris, Sevpen, 1959, p. 4-6 ; Terrier Didier, Les deux âges de la proto-industrie : les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois 1730-1880, Paris, EHESS, 1996, 311 p. ; Guignet Philippe, Mines, manufactures et ouvriers…, op. cit., p. 172-178 et p. 198-199.

81 ADN, 5B 24, procès entre le lieutenant-le-comte et le fils de Jean De Hénin, 1633.

82 AMV, J2/396, année 1595 fol. 10vo, et CC 476 fol. 52vo-63vo, 93vo et 99vo, en 1602.

83 ADN, 5B 428, procès entre les héritiers Gruel et ceux de Le Juste, 1622-1626.

84 Goubert Pierre, Familles marchandes sous l’Ancien Régime…, op. cit., p. 43-47, et Guignet Philippe, Mines, manufactures et ouvriers…, op. cit., p. 46 et 179.

Table des illustrations

Titre Graphique 10 – La consommation des produits de teinture (1520-1629)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 11 – Estimation de la production de sayetterie à Valenciennes (1518-1629)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 12 – Tableau généalogique : une famille de négociants, les Godin
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 4 – Marques de fabricants, numéros d’inscription et noms de sayetteurs valenciennois relevés lors d’une inspection de pièces de textile en 1526
Crédits ADN, 5B 65, cliché de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Graphique 13 – Évolution de la production de mulquinerie à Valenciennes (1576-1637)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search