Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Troisième partie : hommes, territoires et stratégies de l'économie urbaine

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1Les Pays-Bas espagnols sont au cœur de la nouvelle économie-monde qui prospère au cours du XVIe siècle. La construction d’un empire mondial par les Habsbourg (avec les royaumes ibériques et leurs colonies d’Amérique, les Pays-Bas, les territoires italiens et d’Europe centrale) participe au développement d’une Europe qui acquiert la primauté politique et économique. Le déplacement du centre de gravité du commerce international de la Méditerranée vers l’Atlantique et la mer du Nord dynamise les villes portuaires de Séville, sur le Guadalquivir, et d’Anvers, sur l’Escaut. Les Pays-Bas sont particulièrement avantagés. Anvers, centre du commerce maritime et du transport terrestre dans l’Europe du Nord-Ouest jusqu’aux dernières décennies du siècle, travaille en relais avec les villes de l’intérieur. Valenciennes profite assurément de cette croissance et trouve ses débouchés vers la mer du Nord jusqu’aux conquêtes de Louis XIV.

  • 1 ADN, 5B 511, audition d’Adrien de La Croix, 1533 ; Guicciardini L., La description de touts les Pay (...)

2Les témoignages sont concordants sur la prospérité avant le changement de souveraineté du XVIIe siècle. « Ville marchande » dont la vitalité doit autant aux habitants qu’aux « estrangiers et marchans forains hantans et commersans en icelle ville » (1533), Valenciennes reste à la veille de la révolte des Pays-Bas « addonnez à la marchandise et aux méchaniques, en quoy (ses habitants) sont tant industrieux et si bons maîtres qu’ils en tirent grandes richesses et entretiennent plusieurs personnes mercenaires ». Commerce et manufacture sont-ils touchés par les troubles du règne de Philippe II ? Les mémorialistes locaux du XVIIe siècle, comme Simon Le Boucq, fils de marchand, n’en font pas écho, décrivant toujours un « traficq et commerce de toutte sorte de marchandise par terre et par mer par sa rivière d’Escault », notamment celles « ouvrées en icelle ville […] qui s’y besoignent en grand nombre pour tant d’ouvriers et d’artisans qui en gaignent leurs vies, dont le menu peuple est soustenu et alimenté »1. Quelles stratégies économiques sont en jeu derrière ce siècle de croissance apparente ?

Notes

1 ADN, 5B 511, audition d’Adrien de La Croix, 1533 ; Guicciardini L., La description de touts les Pays-Bas…, op. cit., p. 433 ; BMV, ms. 835, fol. 65 et suiv.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search