Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Seconde partie : hommes, institutions et pratiques politiques

Chapitre 5 : Continuités institutionnelles et ruptures politiques au siècle de la Réforme

Texte intégral

1Les progrès notables de l’influence de l’échevinage dans le domaine de la justice sont loin de démanteler l’autorité du souverain, qui s’exprime et se renforce par d’autres canaux. Le pacte qui lie la « bonne ville » à son prince connaît des ajustements par le haut. Et l’irruption à partir des années 1520 dans les Pays-Bas espagnols de la Réforme protestante, aussitôt combattue par Charles Quint, inaugure à Valenciennes une tension inédite des rapports politiques avec un prince qui, fort d’un catholicisme sans faille, entend extirper par le fer et le feu les nouvelles idées religieuses jugées hérétiques.

À l’aube de la modernité : une tutelle politique et financière du souverain sur le pouvoir municipal (1498)

Le prince, à l’origine du Magistrat et des institutions

  • 1 BMV, ms. 1205 fo 100vo.
  • 2 Guignet Philippe, Le pouvoir dans la ville…, op. cit., p. 42-72 et p. 318-328, et Saupin Guy, « Str (...)
  • 3 De Lusy Antoine, Le journal d’un bourgeois de Mons 1505-1536, édité par A. Louant, Bruxelles, 1969, (...)

2Le prince demeure le créateur des équipes municipales et l’ordonnateur des institutions. Chaque année, le 15 mai, le commissaire du prince (le plus souvent le grand-bailli du Hainaut) nomme le prévôt de la ville, qui à son tour lui soumet une liste de douze noms pour constituer l’échevinage ou Magistrat. La seule exception à cette règle d’un échevinage ordonné par le souverain s’est produite à la mort de Charles le Téméraire, en 1477. Dans ce contexte particulier d’affaiblissement de l’autorité bourguignonne aux Pays-Bas, les habitants de Valenciennes mettent sur pied un collège électoral de 37 personnes choisies au sein des paroisses pour créer le nouvel échevinage, mais cette procédure n’est pas renouvelée1. Il n’y a pas en règle commune, à Valenciennes, Mons ou Lille, d’assemblée électorale émanant de l’oligarchie urbaine. Seule la ville de Douai coopte ses nouveaux échevins, choisis par neuf grands électeurs désignés par les sortants2. Le choix du prévôt de ville est donc déterminant. Le grand bailli peut satisfaire le vivier politique municipal en nommant un des siens mais il peut tout autant placer un homme nouveau ou extérieur. Le choix du montois Olivier De Maulde en 1517 est ainsi fait « en despit de ceux de la ville, cart le bailli de Hainaut estoit en picque (=en désaccord) avec ceulx de Valentiennes »3. Homme nouveau ou homme du cru, il peut limiter ou favoriser la cooptation au sein du vivier échevinal constitué par le conseil particulier. Ce jeu complexe laisse une réelle marge de manœuvre au souverain.

3Celui-ci est aussi à l’origine de la législation générale du pays. Il peut intervenir dans l’organisation du pouvoir local et le réformer, tout en respectant en principe les franchises qui y ont cours. Les ducs de Bourgogne, au XVe siècle, ne se privent pourtant pas de supprimer à Valenciennes le duel judiciaire et l’abattis de maison, tout en ménageant et en confirmant les autres privilèges en échange de dons financiers importants. Les interventions s’accentuent sous leurs successeurs Habsbourg.

Le règlement de 1498 : un tournant dans les rapports entre les Habsbourg et la ville

4En 1498, l’archiduc Philippe le Beau, petit-fils de Charles le Téméraire, édicte un règlement qui met sous tutelle financière une ville lourdement endettée par l’entretien des fortifications, par les aides versées au souverain, par le poids des rentes et par la gabegie des responsables locaux. Il réorganise le budget et remanie les institutions. Des impôts sont créés ou augmentés sur les marchandises brutes ou manufacturées (vin, harengs, huile, cuirs, sel, alun, guède et garance, sayes et satins, draps forains, sayes du Quesnoy et laines). Les abus des échevins dans l’ordonnancement des dépenses sont limités par les prérogatives du grand conseil, qui renforce son droit de regard, et par la mise en place d’un second conseil. Ce dernier, le conseil particulier, échelon intermédiaire entre les échevins et le grand conseil, doit permettre de diluer la prise de décision du Magistrat dans un cercle élargi aux « notables personnages, bourgeois et marchands ».

  • 4 Du Plessis Robert S., Lille and the Dutch Revolt. Urban stability in an era of revolution 1500-1582 (...)

5L’organisation politique est subtilement amendée en maintenant les prérogatives communales mais en ouvrant davantage de possibilités d’intervention au grand-bailli de Hainaut. Le prince dispose ainsi d’un contrôle en amont, par la nomination du prévôt de la ville et du conseil particulier, et en aval par la surveillance des finances locales. Les comptes de la ville, tenus par les massards, sont vérifiés annuellement par des représentants du prince (son receveur de la Salle-le-comte, deux prélats et deux commis du grand-bailli de Hainaut) ainsi que par des marchands de la ville. L’immixtion de ces derniers dans les affaires financières municipales, contrepoids à l’action des échevins et à leur supposée corruption financière, est favorisée à Valenciennes comme à Lille par les premiers Habsbourg4. Déjà partie prenante des offices économiques et de l’affermage des impôts, les hommes du commerce se voient aussi associés à la gestion de la ville comme à celle de l’Aumône générale établie en 1531.

La parenthèse calviniste : un tiraillement entre loyalisme politique et liberté de conscience (années 1540-1560)

Une nouvelle Genève du Nord (années 1540-1567)

  • 5 BMV, ms. 1205, fol. 105, et ms. 699, fol. 44vo-45ro.
  • 6 Moreau Gérard, Histoire du protestantisme à Tournai jusqu’à la veille de la Révolution des Pays-Bas (...)
  • 7 AGR, État et Audience 1777/4, enquête publiée par Beuzart Paul, « La répression dans le diocèse d’A (...)

6Valenciennes est une ville intimement acquise à la Réforme protestante à partir des années 1540. En 1542, le prieur des Carmes de la ville doit abjurer ses « opinions erronées et héréticques », tandis que des « Libertins » de la mouvance anabaptiste sont condamnés à mort par les échevins5. Mais ce sont les disciples de Calvin qui drainent un public de plus en plus large, avec le passage à Valenciennes, Lille et Tournai de prédicateurs itinérants tel Pierre Brully6. Celui-ci met sur pied en 1544-1545 une première organisation clandestine. Malgré une série d’exécutions en 1545 et 1549 (la belle-fille d’un marchand de sayes est brûlée vive), les idées évangéliques se diffusent dans l’ensemble des couches de la société à Valenciennes. Une enquête ordonnée en 1555 par un Charles Quint vieillissant montre que règne dans la ville « une grande indévotion, […] les festes et dimenches se observent très mal, grand poeuple se promaine sur le marché et devant la maison de la ville ; […] peu de gens comparent au sainct service divin ny aulx prédications (et) font révérence quand on porte le St Sacrement dans les rues (alors que) beaucoup ne font cas ny estime du sacrement de pénitence ». Cette désaffection du culte catholique se double d’une attirance encore peu visible pour les nouvelles idées religieuses : l’enquêteur recommande d’introduire un espion dans les « assemblées secrètes » dont il a l’écho pour y juger des « propos quy souvent sont bien étranges »7.

7Les raisons du succès de la prédication protestante sont multiples et complexes. Si l’angoisse du salut est un moteur général de la fracture religieuse dans l’Occident catholique, des explications plus spécifiques à Valenciennes peuvent être dégagées. Les structures de l’Église catholique y sont inadaptées. La ville relève de deux diocèses différents : celui d’Arras supervise les paroisses de la rive gauche de l’Escaut (Saint-Jacques et Saint-Vaast) sur lesquelles porte l’enquête de 1555, tandis que le reste de la ville est sous le contrôle spirituel de l’évêque de Cambrai. La croissance démographique du XVIe siècle rend encore plus inopérantes ces structures ecclésiastiques, de même que l’essor du textile, qui va de pair avec des mouvements migratoires importants. Il existe en effet un lien préférentiel mais non exclusif entre protestantisme et ouvriers et paysans des régions textiles des anciens Pays-Bas (campagnes flamandes autour d’Hondschoote, plaine de la Lys, Cambrésis, villes lainières comme Tournai et Valenciennes). Le cadre civique offert par la bourgeoisie de statut de la ville jusqu’en 1566, vivace et socialement très ouvert, offre aussi une grande correspondance avec l’esprit communautaire des tenants de la nouvelle religion. En l’espace d’une vingtaine d’années, la greffe du protestantisme prend dans ce système urbain très autonome.

8Les années 1560 marquent l’affirmation d’une communauté calviniste structurée, animée par de nouveaux prédicants d’envergure formés en France ou à Genève, véritables missionnaires de Calvin (Guy De Bray, auteur de la Confessio Belgica, Paul Milet dit Chevalier, Mathieu De Lannoy, Pérégrin Delagrange). Aux assemblées secrètes s’ajoutent les premières actions publiques, permises à Valenciennes par l’attitude conciliante des autorités municipales qui ont la haute main sur la justice. L’enquête de 1555 déplorait déjà le blocage des échevins lors d’actions d’inquisition ou de punition entamées par les évêques de Cambrai ou d’Arras en matière d’hérésie, et elle recommandait de placer un commissaire du prince « quy eult la superintendance par desseure la justice ordinaire ». Des « chanteries » des Psaumes de David sont organisées de nuit puis de jour dans les rues de Tournai et Valenciennes en septembre 1561, montrant que les protestants sont de plus en plus conscients de leur force pour investir l’espace public. Elles provoquent une vive réaction de la gouvernante des Pays-Bas, Marguerite de Parme. Les échevins valenciennois sont cette fois sommés d’agir, et deux calvinistes sont condamnés au bûcher en avril 1562. Mais la foule, sous l’œil passif de l’échevinage et en l’absence du gouverneur, délivre in extremis ces « maubrulez ». La surveillance s’accentue. La ville doit accepter une garnison et la commission d’inquisiteurs prononce de lourdes peines.

  • 8 Deyon Solange, Lottin Alain, Les « casseurs » de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Paris, Hac (...)

9Ces mesures ne stoppent en rien le prosélytisme et la multiplication des prêches des champs qui culminent au printemps et à l’été 1566, rassemblant hors de la ville de 3 à 12000 participants souvent en armes. Dans le contexte révolutionnaire qui affecte l’ensemble des provinces méridionales des Pays-Bas, Valenciennes suit la furie iconoclaste qui débute le 10 août 1566 en Flandre. Le 24 août, les calvinistes de la ville, menés par leur consistoire, brisent systématiquement les images, reliques et décorations des églises catholiques dont plusieurs sont converties en temple8. Débordée par cette vague de violence, Marguerite de Parme concède ce 24 août la liberté de prêches et demande aux grands nobles confédérés, partisans de la tolérance religieuse, de négocier celle-ci dans les provinces dont ils ont la charge. À Valenciennes, les ministres Delagrange et De Bray et les marchands du consistoire détiennent à la fois l’autorité religieuse et politique. Ils négocient en vain avec le nouveau gouverneur provincial, le seigneur de Noircarmes, la reconnaissance d’un lieu pour ériger leur temple. Et ils participent à hauteur de 20000 florins à la requête des trois millions de florins proposés à Philippe II par les communautés protestantes des Pays-Bas en échange d’un édit de tolérance religieuse leur accordant liberté de conscience et liberté de culte.

10Le refus sans appel du roi d’Espagne marque un tournant général dans la révolte aux Pays-Bas. La rupture est consommée à Valenciennes le 20 novembre avec les menaces de Noircarmes contre les habitants qui refusent de recevoir une garnison royale. La rébellion est effective le 14 décembre quand le consistoire fait fermer les portes de la ville. Unie avec sa voisine Tournai dans ce bras de fer, Valenciennes se retrouve rapidement isolée. Marguerite de Parme annule le 12 décembre les concessions du mois d’août tandis que le soutien des grands nobles (notamment du comte de Nassau, frère de Guillaume d’Orange) fait défaut aux villes révoltées et que les secours mobilisés dans les campagnes de la Lys et de la Flandre wallonne sont mis en pièce par le gouverneur de Lille Rassenghien et par Noircarmes (fin décembre). Dans l’ensemble des Pays-Bas, le camp calviniste se délite face à la réaction espagnole. Tournai doit accepter une garnison royale dès le 2 janvier 1567. Jusqu’au-boutiste, Valenciennes tient le siège des troupes de Noircarmes jusqu’à la reddition du 24 mars 1567, terme de l’expérience radicale de pax calvinista menée depuis août 1566.

Une participation masquée des calvinistes et des modérés au sein de l’échevinage avant 1566

  • 9 Clarck C. W., An urban study during the Revolt of the Netherlands : Valenciennes 1540-1572, Columbi (...)
  • 10 ADN, B 12700, mention marginale, juin 1568.

11Le bref succès des calvinistes valenciennois, des prêches de 1566 jusqu’à la chute de la ville en 1567, et la constitution d’une nouvelle « Genève » dans les Pays-Bas espagnols montrent l’affaiblissement de l’autorité centrale sur la question religieuse face aux pouvoirs locaux. Le rôle des élites municipales semble crucial pour expliquer le basculement valenciennois. La participation masquée de calvinistes et de catholiques modérés dans les échevinages au cours de la décennie précédant la révolte en est une raison essentielle. La violence de la première répression des années 1540 a effrayé la riche bourgeoisie marchande, choquée par l’exécution par le feu de Michielle de Caignoncle, belle-fille du marchand de sayes Jehan Leclercq, en 1549. Et la volonté d’introduire l’inquisition en 1562 est vécue par les dirigeants municipaux, indépendamment de leurs opinions religieuses, comme une atteinte à leurs prérogatives, de même que les menaces de confiscation de biens des bourgeois et l’installation d’une garnison9. La radicalisation de l’automne 1566 cristallise les positions : les catholiques modérés, hostiles à la répression religieuse, doivent se décider sur leur loyauté envers le souverain. Sur instruction de Marguerite de Parme, Noircarmes lance un ultimatum aux responsables de la ville qui ont jusqu’au 30 novembre 1566 pour se démettre de leurs charges, quitter la ville et faire allégeance à Philippe II. Les comptes de confiscation des biens des rebelles établis à partir de 1567 permettent rétroactivement de mesurer les engagements de chacun : « tous les bourgeois d’icelle ville sont coupables, n’est qu’ilz preoient s’estre absentez de sy bonne heure et aussy catholicquement vescus qu’ilz ne puissent estre chargez de la rébellion »10.

12La reconstitution des engagements politico-religieux des équipes municipales de 1556 à 1566 montre les choix lisibles qui s’ordonnent autour de trois figures : le calviniste rebelle (puni dès 1567), le catholique et loyaliste sans faille (digne de figurer à l’échevinage à partir du rétablissement des franchises urbaines en 1574), et le catholique modéré qui ne bascule cependant pas dans la rébellion (non sanctionné en 1567, mais privé à l’avenir de toute charge publique).

Tableau 8 – Les choix politico-religieux des élites municipales valenciennoises (1556-1566)

Echevinage

Connétablies de rue

Aumône générale

Bannis, exécutés ou exilés

18/102 (17,5 %)

8/30 (26,5 %)

9/24 (37,5 %)

Sans condamnation ou retirés

42/102 (41 %)

14/30 (46,5 %)

7/24 (29 %)

Sortis de la ville avant le 30-11-1566

10/102 (9,5 %)

1/30 (3,5 %)

2/24 (8 %)

Echevins entre 1574 et 1579

20/102 (19,5 %)

5/30 (16,5 %)

5/24 (21 %)

Décédés avant 1567

13/102 (12,5 %)

2/30 (7 %)

1/24 (4 %)

Total des personnes

102 (100 %)

30 (100 %)

24 (100 %)

  • 11 Paillard Charles, Histoire des troubles religieux à Valenciennes, op. cit., tome 4, p. 308-309 ; AM (...)

1380 % des cadres échevinaux en charge avant la révolte n’exercent plus aucune fonction après le rétablissement de l’échevinage en 1574. Seule une infime proportion disparaît du fait de son grand âge ou d’une mort naturelle. C’est le signe indéniable d’une épuration massive de la sphère municipale. Près de 18 % d’entre eux se sont engagés directement dans l’aventure calviniste, et ont fait l’objet de poursuites qui ont abouti à leur mort ou à leur départ définitif. Mais ils sont 50 % à être épargnés par la répression tout en se retirant des charges officielles, par retraite volontaire ou par mise à l’écart par une autorité princière qui n’est pas dupe de l’ambiguïté de leur position avant 1566. Ainsi, maître Jehan Delattre, marchand de teinture et tavernier, huit fois échevin entre 1533 et 1559, prévôt de la ville en 1562, sort de Valenciennes avant la date butoir du 30 novembre 1566 et il meurt catholiquement en 1578. Sa disparition de l’hôtel de ville à l’issue des troubles tient au fait que ses deux fils Jehan et Arnoul Delattre, présents aux prêches des champs en 1562, ont participé à l’iconoclasme et à la défense de la ville contre Philippe II en 1566-1567, ce qui vaut la mort pour le premier et un exil définitif pour le second11. Cet exemple peut être multiplié. C’est toute une frange d’échevins catholiques jugés trop tièdes ou compromis avec les rebelles, qui est écartée définitivement de l’hôtel de ville.

La confessionnalisation de la garde bourgeoise et de l’assistance municipale à la veille de la révolte

14Les pourcentages de compromission directe sont encore plus élevés (du quart au tiers) dans les organes para-municipaux comme les connétablies de rue (en charge de la sécurité urbaine), les capitaineries des compagnies bourgeoises (créées pour la défense de la ville) et la superintendance de l’Aumône générale. Ils révèlent une confessionnalisation avancée des gardes bourgeoises et de l’assistance municipale à la veille de la révolte de 1566.

  • 12 ADN, B 12744, fol. 27.

15Les trois compagnies bourgeoises levées en 1565 pour remplacer la garnison sont confiées aux anciens échevins Claude De Le Hove, Jehan Pottier et Michiel Herlin, le plus riche marchand de la ville. Seul De Le Hove a un profil sans tâche. La femme de Pottier, Magdeleine Spinola, sera bannie à l’issue des troubles et se réfugiera dans un pays protestant. De Le Hove et Pottier se démettent de leur charge et quittent la ville avant le 30 novembre 1566, à la veille de l’ultimatum des autorités centrales. Herlin refuse quant à lui et devient l’animateur de la résistance armée lors du siège. Il est décapité le 31 mai 1567 avec son fils Michiel, membre du consistoire, et les deux ministres De Bray et Delagrange. Omniprésent, Herlin s’illustre aussi comme gestionnaire de l’Aumône générale. Ses pratiques charitables s’exercent aussi à titre privé. Il est le donateur le plus généreux lors de la difficile année 1565-1566, marquée par une crise de subsistance sérieuse, et il loge une dizaine de familles pauvres dans un béguinage qu’il a aménagé paroisse Saint-Jacques12. Deux de ses cinq collègues superintendants sont notoirement calvinistes (à savoir Vinchant Resteau, banni à l’issue des troubles de 1579, et Bertrand Gruel, banni en 1568). Et 56 des 206 notables donateurs de l’Aumône (27 %) font l’objet de condamnations après 1567. La visibilité des protestants auprès de la population est à son zénith.

  • 13 Paillard Charles, Histoire des troubles…, op. cit., tome 4, p. 225.

16Les contributions publiques et privées des marchands calvinistes à la charité municipale, au moment même où se tiennent les grands prêches du printemps 1566, sont un formidable moyen de canalisation du mécontentement populaire. Dès 1564, la gouvernante Marguerite de Parme s’inquiète de leur investissement dans l’assistance aux pauvres : « au moyen d’icelle, aucuns suspectez ont tasché d’attirer les povres à leur cordelle (= à leur discrétion), et privant par ce desdictes aulmosnes ceulx qu’estoient tenuz pour catholicques »13. La cohésion du mouvement protestant qui recrute dans l’ensemble des couches de la société urbaine doit sans doute beaucoup à cette solidarité organisée entre frères de confession, en période de dégradation de la conjoncture économique et de cherté des prix.

17La participation officieuse des calvinistes aux structures de la politique municipale, jointe à à la tiédeur des catholiques modérés, permet à la veille de la révolte de 1566 d’établir de solides réseaux clandestins de fidélité et de solidarité, prélude aux actions publiques et violentes de « l’année des merveilles ». Elle prépare un rapport de force complètement dominé par des protestants de plus en plus sûrs d’eux. L’absence de grands officiers royaux leur laisse aussi le champ libre. Il n’y a pas à Valenciennes de pôle catholique capable d’y contrebalancer l’action protestante. À Lille, l’échevinage reste fidèle à Philippe II, sous la houlette du gouverneur Rassenghien et des officiers de justice de la gouvernance, hostiles à toute concession en faveur des réformés. Les institutions comme les fidélités personnelles sont donc déterminantes pour expliquer le basculement.

Le noyautage des institutions municipales par le consistoire calviniste (automne-hiver 1566)

  • 14 S. Deyon, A. Lotin, Les casseurs…, op. cit., p. 140 et suivantes.

18Le bris des images le 24 août 1566 constitue à la fois une prise de possession des églises catholiques et des rouages de l’administration par les calvinistes. L’iconoclasme donne droit de cité à la communauté calviniste14. Dès le 26, le consistoire comparaît devant les échevins et en devient l’interlocuteur incontournable.

Tableau 9 – Le premier cercle du consistoire calviniste (1566-1567)

Identité

état

fonctions publiques

revenu confisqué

sort après les troubles

Bizou Jacques + après 1603

marchand

1229 Livres

banni 1568-retour 1574-ref. Aix-la-Chapelle 1603

Copin Guillaume + avant 1577

marchand drapier

échevin 1537, 1540, 1557, 1562, M

96 Livres

banni — ref. Southampton 1567

De Faloize Wolfgang

marchand

54 Livres

banni — ref. Londres 1567

De La Haye Mathieu v1533 + 1568

chaussetier

0 Livre

exécuté

De Le Flecquière Roland v1524 + 1568

marchand de vins et de sayes

338 Livres

exécuté

De Le Rue Pierre ils v1533 + 1568

cirier

436 Livres

exécuté

Herlin Michiel fils + 1567

marchand

100 Livres

exécuté

Le Boucq Roland + 1568

marchand de sayes

100 Livres

exécuté

Le Josne Géry

tanneur

0 Livre

banni

Le Mesureur Jehan + av. 1581

receveur de St-Saulve

échevin 1547, 1559, 1563, AG 1548

1311 Livres

banni — ref. Southampton 1567

Le Thieullier Jehan v1518 + 1568

marchand de sayes

AG 1550

2391 Livres

exécuté

Machon Nicolas

boucher

20 Livres

fugitif

Morrena Antoine

marchand NB1565

280 Livres

banni

Muchet Philippe + av. 1588

cirier

162 Livres

banni — ref. étranger

Patoul Franchois + 1568

marchand mercier

200 Livres

exécuté

Légende des abréviations : NB = nouveau bourgeois, AG = Aumône générale, M = milice bourgeoise, ref. = refuge

Tableau 10 – Les collaborateurs du consistoire calviniste (1566-1567)

Bar Allard v1528 + 1568

marchand de drap et de houblon

46 Livres

exécuté

De Wallers Jacques + av.1600

marchand

M

370 Livres

banni

Gellée Jacques + ap.1580

marchand de toiles et de vin

M

0 Livre

banni ref. Angleterre 1569 Flessingue 1580

Godin Jehan

marchand

échevin 1565

142 Livres

prisonnier 1568 ref. Anvers 1581-83 réconcilié av. 1586

Herlin Michiel v1512 + 1567

marchand NB

échevin 1562, AG 1550, 1565, M 1565-

7200 Livres

exécuté

Joffroy Jacques

hôtelier

54 Livres

banni 1568 et 1580 ref. Londres puis Hollande

Logier Simon v1530 + ap.1572

greffier

échevin 1558

290 Livres

banni ref. Londres 1572, Hollande

Mahieu Jehan + 1567

marchand de vin

505 Livres

exécuté

Resteau Vinchant + 1593

marchand NB1551

échevin 1563, AG 1565

1328 Livres

banni 1568 et 1580

Stecquelin Jehan + ap.1584

marchand

échevin 1540, 1550, 1553, 1557

 ?

certificat de sortie 1566

Vivien Claude + 1568

marchand de sayes

140 Livres

exécuté

Vivien Nicolas + 1568

marchand de sayes

échevin 1559, AG 1561

650 Livres

biens confisqués 1568

Voisin Franchois

marchand de sayes

503 Livres

banni ref. Londres 1571

Warghin Jehan

marchand de sayes

0 Livre

banni

19Le consistoire regroupe autour des ministres De Bray et Delagrange un noyau de neuf bourgeois marchands-négociants (le fils Herlin, Roland De Le Flecquière, Jehan Le Thieullier, Roland Le Boucq, Jehan Le Mesureur, Jacques Bizou entre autres) et quelques marchands-artisans (le mercier Patou, deux ciriers, un chaussetier, un tanneur et un boucher), assistés par un second cercle composé de treize grands marchands (parmi lesquels figurent Herlin père, Jehan Godin, Vinchant Resteau, les Vivien) et du greffier de la ville Simon Logier. Membres de l’élite du commerce valenciennois en relation avec la métropole anversoise, ces hommes ne sont liés qu’en partie au pouvoir municipal (8 sur 29 ont été échevins et cinq sont administrateurs de l’Aumône générale). Ces représentants civils calvinistes vont rapidement imposer leurs volontés aux autorités municipales.

  • 15 Beuzart Paul, La répression à Valenciennes après les troubles religieux de 1566, Paris, 1930, « bes (...)

20Siégeant dans la maison d’un marchand de la grand-place en face des fenêtres de l’hôtel de ville, le consistoire s’érige en troisième conseil, en sus du conseil particulier et du grand conseil. Il participe à leurs réunions, transmet des requêtes aux échevins et délibère dans le secret des autorités légales15. Sans disjoindre les affaires religieuses des affaires politiques, il envoie en septembre 1566 ses propres députés négocier avec le gouverneur Noircarmes. Et il impose la confessionnalisation de l’assistance en novembre, en nommant quatre administrateurs (Herlin père, Jehan Le Mesureur, Jehan Le Thieullier et Jehan Godin) d’une Aumône spécifique aux protestants, et en versant à cette caisse le produit des quêtes faites lors des prêches. Il profite du départ des autorités loyalistes avant le 30 novembre pour achever le noyautage des institutions : les rares échevins qui n’ont pas quitté la ville voient leurs ordonnances ouvertement violées par les calvinistes. Le grand conseil ou assemblée des bourgeois profite de l’affaiblissement du petit conseil : il légitime l’action du consistoire et en devient la vitrine légale en collectant des fonds pour financer les soldats (les « Tout-Nudz ») et pour mettre la ville en défense.

  • 16 Marnef Guido, « The dynamics of Reformed religious militancy… », op. cit., p. 57-58.

21Le rôle traditionnel d’un consistoire calviniste concerne les affaires internes de son Église, comme l’encadrement religieux et moral des fidèles et l’assistance, et à Anvers ou Middelburg, les affaires politiques de l’automne 1566 sont confiées à un comité dirigeant de députés officiels16. Mais à Tournai et Valenciennes, les deux villes rebelles et radicales du sud des Pays-Bas, cette distinction entre le religieux et le politique n’est pas faite.

La question de la soumission au roi (1566-1567)

  • 17 Van Gelderen Martin, The political thought of the Dutch Revolt 1555-1590, Cambridge University Pres (...)

22L’option de la résistance à Philippe II n’exclut cependant pas le débat sur l’obéissance au roi, mise dans la balance avec la question de la liberté de conscience religieuse17. Par deux fois, les calvinistes valenciennois se sentent obligés de justifier leur action en faisant imprimer clandestinement leur point de vue dans un court fascicule.

23La Déclaration sommaire du faict de ceux de la ville de Vallencienne, en 9 pages sans doute rédigées par le ministre De Bray au début décembre 1566, rappelle les négociations tendues entre les députés du consistoire et Noircarmes pour établir un ou plusieurs temples en dehors des murs de la ville. Noircarmes donne son accord verbal le 20 octobre, sans avoir l’intention de l’appliquer, et il se présente aux portes de Valenciennes le 20 novembre en « menassant la ville d’une calamité extrême avant dix jours » si elle n’accepte pas une garnison royale. Or « lesdicts de Vallencienne ne seroyent capables de recevoir ladicte gendarmerie pour punition » et sont prêts à tenir la ville « close et fermez » contre la « violence, force, oppression et envahissemens faits à leurs biens et vies » par la soldatesque. Le prédicant réfute l’accusation de rébellion et réitère la reconnaissance de l’autorité royale : la ville « n’entend et ne prétend aucunement contrevenir à l’obéissance due à la majesté de son Roi ». Mais il s’abstient d’évoquer la question religieuse, absente du discours, et il demande le dialogue et le compromis pour ne pas « faire surmonter la raison par force effrenée et démesurée ». Cette justification, tentative de sauvegarde des relations entre une « bonne ville » et son prince naturel, est évidemment rejetée par Marguerite de Parme qui déclare l’état de rébellion le 14 décembre.

24La ville est investie, et le siège de Valenciennes amène les calvinistes, de plus en plus isolés, à faire paraître une seconde Remonstrance et supplication de ceus de l’Église Réformée de la ville de Valencenes sur le mandement de Son Altesse, fait contre eus le 14 jour de Décembre 1566, adressée aux nobles du Conseil d’État à Bruxelles. Au refus de la gendarmerie s’ajoute cette fois-ci une argumentation sur l’exercice de la religion réformée et sur le rapport du religieux au politique. Le maintien des ministres, la poursuite des prêches et la célébration de la Cène demeurent des points fondamentaux pour les calvinistes qui ne veulent pas renoncer aux acquis cultuels de l’été 1566. S’ils demeurent en principe idèles au roi en soulignant que « tous indifféremment doivent obéir aus puissances (politiques) supérieures non seulement pour crainte d’estre punis mais aussi pour la conscience », ils n’en fixent pas moins une limite : « quand le Magistrat commanderoit chose contre la parole de Dieu et par conséquent contre la conscience et le salut des âmes, (ils seront) tous obligez […] d’obéir à Dieu plus qu’aux hommes ». L’individualisme naissant et la conscience religieuse s’opposent à la res publica urbaine.

Figure 3 – Prise de Valenciennes par les armées de Philippe II en mars 1567

Figure 3 – Prise de Valenciennes par les armées de Philippe II en mars 1567

Gravure d’après Hogenberg.

Collection de l’auteur.

25La résistance de Valenciennes est vécue comme une action indispensable au maintien de la liberté de conscience. La défection des alliés extérieurs (autres communautés calvinistes, nobles confédérés) pendant l’hiver 1566-1567 rend vaine cette voie tortueuse. Valenciennes en paye le prix fort à partir du printemps 1567.

La douloureuse restauration de l’autorité espagnole et catholique (1567-1615)

  • 18 Parker Geofrey, The Dutch Revolt, op. cit, p. 118-198, et Lottin Alain, Guignet Philippe, Histoire (...)

26La prise de Valenciennes en mars 1567 ouvre aux Pays-Bas une période de répression sanglante qui alimente de nouveaux soubresauts et conduit, après 1579, à la sécession des provinces du nord (futures Provinces Unies), tandis que celles du sud (dont le Hainaut) se réorganisent autour de la figure du roi et d’une Église catholique rénovée par le concile de Trente18.

Une épuration radicale (1567-1574)

  • 19 Decavele Jan (éd.), Gent. Apologie van een rebelse stad, Antwerpen, 1989, et Dambruyne Johan, « Ide (...)

27L’échec des protestants valenciennois face à Philippe II entraîne la suspension des privilèges en avril 1567, sitôt le siège de la ville terminé. Les échevins et officiers municipaux sont déposés le 9 avril, les biens des rebelles confisqués au proit du roi par ordonnance du 26 avril. La ville, déchue de ses privilèges, est placée sous l’administration d’exception de quatre commissaires royaux munis des pleins pouvoirs administratifs, Coronel, Deleval, Lebrun et Villain, un Valenciennois issu de l’administration de la prévôté-le-comte. Les institutions sont suspendues, la trésorerie et l’Aumône générale confiées à des hommes idèles. Ces sanctions politiques s’avèrent provisoires et limitées. La révolte de Gand contre Charles Quint en 1539-1540, dernier grand soulèvement urbain aux Pays-Bas avant les troubles de 1566, s’est traduite par une refonte complète du système municipal : l’enjeu des Gantois était la défense du particularisme urbain et du poids politique des corporations, qui se retrouvent définitivement cassés par la Concession Caroline de 154019. Or Valenciennes est déjà sous la tutelle institutionnelle du prince et les motifs de sa révolte concernent la question de la tolérance religieuse et non celle de son organisation politique. Le châtiment de la ville passe alors par un contrôle plus pointu des élites municipales et de la population urbaine.

  • 20 Listes nominales : BMV, ms. 1205, fol. 133-150, BM Cambrai, ms. 1135, fol. 106-110, et Verheyden A. (...)

28Ce contrôle des hommes s’exerce par une épuration radicale et par l’établissement d’une garnison dans les murs de la ville. Les arrestations débutent dès l’entrée des troupes de Noircarmes en ville. Les meneurs sont rapidement arrêtés et jugés : les deux ministres du consistoire et les deux Herlin inaugurent le 31 mai 1567 une longue série d’exécutions publiques. La mise en place du Conseil des troubles par le duc d’Albe, remplaçant de Marguerite de Parme, en septembre 1567, accélère les rafles et les procédures judiciaires contre les iconoclastes, les rebelles et les habitants fugitifs. Entre 1567 et 1569, ce sont 437 Valenciennois qui sont poursuivis, ce qui représente près de 13 % des chefs de famille dans cette ville d’environ 3400 foyers. 233 personnes sont bannies (souvent par contumace) en 1568, 51 exécutées la même année et encore 70 en 156920. Les marchands calvinistes gravitant autour du consistoire sont particulièrement ciblés : neuf sont punis de mort, les autres ne doivent leur salut qu’au refuge en Angleterre, à Londres et Southampton notamment.

29La répression économique est un autre moyen de sanction. Les biens des condamnés et des fugitifs sont confisqués au profit du roi par ordonnance du 26 avril 1567, ce qui appauvrit les familles et empêche l’entraide financière aux exilés. Une garnison prend ses quartiers chez l’habitant dès mars 1567, en attendant l’édification d’une citadelle entre les deux bras de l’Escaut, aux ponts de la porte d’Anzin, sur le flanc de la ville. Les difficultés financières retardent la construction et les soldats allemands et espagnols laissés sans solde mettent la ville en coupe réglée pendant plusieurs années.

  • 21 Parker Geoffrey, The Dutch Revolt, op. cit., p. 136-137, et BM Cambrai, ms. 1135, fol. 116vo.

30La dégradation de la situation générale politique et militaire aux Pays-Bas à partir de 1572 se répercute aussi sur les provinces du sud, victimes des actions des partisans de Guillaume d’Orange et des Gueux désormais basés en Hollande, et de celles des huguenots de France qui agissent depuis la frontière sud. En mai 1572, un coup de main mené conjointement par le comte de Nassau, frère de Guillaume d’Orange, par des Français et par des exilés valenciennois (dont Charles de Liévin, seigneur de Famars, et le greffier Simon Logier) réussit à Mons puis à Valenciennes où les Gueux ne peuvent se maintenir que quelques jours. Les soldats espagnols reprennent le contrôle de la ville et en profitent pour la mettre à sac21. La politique ultra-répressive du duc d’Albe est cependant un échec, et son successeur Luis de Requesens, nouveau gouverneur général nommé en 1573, change de cap. Il lâche du lest et favorise la rémission politique des provinces méridionales qu’il contrôle encore.

Graphique 6 – La répression contre les protestants (1531-1593)

Graphique 6 – La répression contre les protestants (1531-1593)

Une rémission politique provisoire (1574-1577)

  • 22 BM Cambrai, ms. 1135, fol. 120 et AGR, État et Audience 809/29, octobre 1574.

31Avec le pardon général proclamé aux Pays-Bas en juin 1574, Valenciennes retrouve ses compagnies bourgeoises et l’échevinage est remis en place le 10 décembre 1574. La parenthèse ouverte en 1566 est refermée, mais le souverain en profite pour renforcer son contrôle politique. Les échevins retrouvent leurs prérogatives, mais les poursuites judiciaires contre les hérétiques leur échappent au profit du représentant local du souverain, le prévôt-le-comte, et d’une commission inquisitoriale. Et le renouvellement de l’échevinage est ralenti puisque six échevins « demeureront en leurs estatz l’année ensuyvante, au choix et discrétion dudict grand bailly, […] et les six autres en sortiront », pour favoriser la stabilité et le contrôle des nouvelles équipes municipales22.

32Dissoute en 1566, la garde civique forte de 800 bourgeois reprend du service sous la direction de quatre patriciens et nobles à la fidélité sans tâche. C’est le grand-bailli qui nomme désormais les capitaines des compagnies bourgeoises, piliers de la sécurité urbaine. La garnison espagnole quitte enfin la ville en novembre 1576 et la démolition de la citadelle commence en 1577, dans l’allégresse générale. Le pardon général de 1574 permet aussi le retour des bannis — à condition de vivre catholiquement – et la rétrocession des biens confisqués.

33L’ordre est rétabli en apparence, mais les déchirements entre Philippe II et les États généraux représentant les provinces des Pays-Bas remettent rapidement en cause cette fragile paix civile, alors que le débat sur la paix de religion est loin d’être clos.

  • 23 Histoire des troubles à cause des hérésies 1562-1579, tirée de plusieurs écrits en 1699 par P. J. L (...)

34La Pacification de Gand, signée en novembre 1576 par les États généraux, gèle la situation politique et religieuse, avec un régime calviniste en Hollande et Zélande, et un régime catholique partout ailleurs. Elle suspend la législation anti-hérétique et achève la restitution des biens entamée avec le pardon de 1574. L’oubli des évènements de 1566-1567 est exigé, ce que les Valenciennois s’empressent de réaliser en détruisant les registres criminels. Le registre de la massarderie de 1566, encore conservé aujourd’hui, porte toujours les ratures et les rajouts faits pour masquer les compromissions. Une mention de dépenses concernant des marchands éminents du consistoire (« À Nicollas Vivien le père, Vinchant Resteau, Jacques Bizou, Jehan Godin et Philippes Muchet, requis et députez de la part du consistoire de ceulx de ladicte Religion suyvant la conclusion dudict conseil ») est grossièrement maquillée (aux mêmes « requis et députez de la part ----- de ladicte ---- ville de Vallenciennes suyvant la conclusion dudict conseil »)23.

35L’amnistie, mêlant pardon et oubli, doit préparer la réconciliation aux Pays-Bas et mettre fin à une guerre de religion qui est avant tout une guerre civile dont les acteurs cherchent à façonner l’État à leur image.

L’échec des tentatives orangistes (1578-1579)

36Mais la question de la tolérance refait surface. Dans les Pays-Bas du Sud, les crypto-protestants espèrent obtenir la liberté de conscience et de culte comme en 1566, et certains catholiques « Mécontents » ou « patriotes » se détournent du pouvoir espagnol et de ses exigences financières.

  • 24 BM Cambrai, ms. 1135, fol. 131-136, et Histoire des troubles à cause des hérésies…, op. cit.

37Le comte de Lalaing, grand-bailli de Hainaut, offre ainsi son soutien en 1577 à l’archiduc Mathias de Habsbourg, reconnu gouverneur général par les États généraux à la place du représentant de Philippe II, don Juan, replié à Namur. À Valenciennes, la collusion est patente entre les partisans calvinistes du prince d’Orange et ceux de l’archiduc Mathias, tandis que les échevins catholiques hésitent entre l’ordre espagnol, les États généraux et même le duc d’Alençon, frère du roi de France Henri III, brièvement tenté par une hypothétique couronne aux Pays-Bas. Les orangistes, dirigés par de rares rescapés des instances de 1566 comme le marchand Vinchant Resteau et l’hôtelier Joffroy, reprennent l’initiative pour obtenir le basculement de leur ville. La venue en août 1578 du seigneur de Harchies, envoyé de l’archiduc Mathias, manque de provoquer une bataille rangée entre les factions en armes. La contestation reprend en septembre contre les capitaines des compagnies bourgeoises, piliers de l’ordre catholique dans la ville et bras armé des échevins. Les orangistes réclament leur départ et leur remplacement ainsi que la parité au sein du conseil particulier afin qu’y siègent avec les catholiques « ceulx qui sont retourné en la ville » après 1574 et ceux « desquelz on at opinion qu’ilz soient affectionné à la nouvelle religion (pour) vivre en bonne paix et union, les uns avecq les aultres, et oster toutte dissidence ». Ce projet de concorde civile dans une ville divisée demeure lettre morte : les échevins catholiques restent fermes et refusent de céder au chantage24.

38Le contexte général des Pays-Bas évolue rapidement. Les actions trop radicales des calvinistes en Flandre et la « Paix de religion » voulue par le prince d’Orange, accordant la liberté de conscience là où cent familles la demandent, poussent les États des provinces méridionales à défendre l’exclusivité de la foi catholique. Les orangistes sont arrêtés à Arras et Lille en octobre et novembre 1578, et Lille en bannit plus de 300 dans la foulée. Les États d’Artois et du Hainaut signent le 6 janvier 1579 l’Union d’Arras, bientôt ralliée par la Flandre wallonne et les nobles « Mécontents ». Le traité d’Arras du 17 mai marque la reconnaissance de la pleine autorité de Philippe II et de son nouveau gouverneur général, Alexandre Farnèse, fils de Marguerite de Parme.

39À Valenciennes, qui n’a pas encore adhéré à l’Union d’Arras, les orangistes jouent leurs dernières cartes. Ils approchent le comte de Lalaing à la veille du renouvellement de l’échevinage en mai 1579, pour essayer d’y placer les leurs de manière paritaire. Le grand-bailli les exclut au profit des partisans de la réconciliation avec Philippe II et des capitaines des compagnies bourgeoises Andrieu de Bouzanton et Alixandre Pittepan. Le nouvel échevinage est donc verrouillé contre l’immixtion des orangistes dont le dernier espoir vient de l’extérieur. Le prince d’Epinoy, gouverneur de Tournai, rangé sous la bannière des États-Généraux affaiblis et du prince d’Orange, tente une démonstration de force en entrant avec ses hommes à Valenciennes où l’attendent Resteau et les calvinistes. La réaction rapide et ferme des échevins et des capitaines de la garde civique fait échouer le coup de force : « tu sortiras la ville promptement ou il t’en prendra mal ! » lance un des capitaines catholiques, l’écuyer Pierre Le Poivre, au prince d’Epinoy qui plie bagage. À la différence de 1566, une force catholique s’est structurée et empêche un nouveau basculement.

  • 25 BMV, ms. 704, fol. 140, 142.

40Le sort de Valenciennes est joué. La ville adhère à l’Union d’Arras le 24 octobre 1579. Une seconde vague d’épuration se solde par 64 bannissements, dont les derniers meneurs d’envergure de la mouvance calviniste comme Resteau25. Moins violente que celle opérée par le Conseil des troubles 1567-1568, elle n’en scelle pas moins la disparition définitive d’une élite calviniste active dans la sphère politique à Valenciennes.

Une normalisation politique plus douce (1579-1615)

  • 26 Lottin Alain, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, 1984, 517 p.

41La normalisation politique se poursuit en douceur. La reprise par les Espagnols de Tournai en 1581 et de Cambrai en 1595 sécurise la province. La Joyeuse Entrée des Archiducs Albert et Isabelle, héritiers de Philippe II, en 1600, renoue avec la grande tradition des rituels civiques et politiques de l’époque de Charles Quint, scellant la réconciliation de la « bonne ville » et de son prince naturel sous le signe du catholicisme et de la paix. La société hispano-tridentine se met en place, avec ses « citadelles de la Contre-Réforme »26. L’arrivée des Jésuites à Valenciennes en 1584 contribue à gommer progressivement, par la prédication et l’éducation, les dernières traces d’un protestantisme militant tandis que la fidélité au roi d’Espagne se renforce entre 1635 et 1677 dans les guerres contre la France qui a le tort, aux yeux des habitants des Pays-Bas espagnols, d’avoir accepté le compromis avec ses protestants depuis l’édit de Nantes de 1598.

  • 27 Monnet Pierre, « Elites et conflits urbains dans les villes allemandes de la fin du Moyen âge », in(...)
  • 28 BM Douai, ms. 1183.
  • 29 Archives de l’État à Mons, ms. 89, copie contemporaine partielle.
  • 30 BMV, ms. 689, recopié par Pierre-Joseph Le Boucq et publié à Bruxelles en 1864.
  • 31 BM Cambrai, ms. 1134 et 1135, et BMV, ms. 673 publié en 1844 par A. Dinaux.

42Un autre volet important de la restauration catholique et politique passe par l’écriture. La multiplication des écrits historiographiques à la fin du XVIe et au XVIIe siècle est aussi une justification de fidélité et une œuvre de réconciliation collant au nouveau cadre hispano-tridentin27. Si les précurseurs de cette tradition ne manquent pas à Valenciennes, avec les indiciaires des ducs de Bourgogne au XVe siècle ou avec Loys De Le Fontaine dit Wicart, auteur d’un Recoeil des antiquitez de la ville de Vallenciennes illustré par Hubert Cailleau en 155228, les témoins directs des troubles et la génération suivante se sont lancés dans l’écriture historique. Se détachent maître Henri Doultreman (1546 + 1605), échevin et prévôt, auteur de l’Histoire de la ville et comté de Valentienne que son fils jésuite fera publier en 1639, maître Jehan Cocqueau (+1597), conseiller pensionnaire de la ville, auteur vers 1588 d’un « livre de mémoires » dont la matière est puisée dans les archives de l’hôtel de ville29, le clerc de l’église de la Chaussée, Jean Doudelet (+1621), auteur d’une Histoire particulière des troubles advenues à Valenciennes à cause des hérésies depuis l’an 1562 jusque l’an 1579 rédigée vers 1606 à partir des mémoires de vieux témoins non compromis30, et le prévôt Simon Le Boucq (1591 + 1657), dont le grand-père et six oncles ont été impliqués dans les troubles de 1566, qui dresse une œuvre en deux volets, l’un politique, les Antiquitez et mémoires… de la ville et comté de Valentienne achevées en 1643, l’autre religieux, l’Histoire ecclésiastique de la ville et comté de Valentienne dédiée à la Vierge en 165031.

43En inscrivant les troubles dans la longue durée historique, ces mémorialistes pour la plupart issus du vivier municipal soulignent la continuité entretenue par la ville avec ses souverains depuis les héros légendaires de l’Antiquité, Brennus et Valentianus, jusqu’aux Archiducs. Ils minimisent du coup la rupture constituée par la Réforme et soulignent leur capacité d’exercer le « bon gouvernement » dans le cadre d’une soumission renouvelée au prince.

44L’achèvement de la restauration politique, toujours par le biais de l’interventionnisme politico-financier, est opéré par le nouveau règlement des Archiducs Albert et Isabelle de mars 1615. Ce texte est dans la continuité de l’œuvre politique de Charles Quint et Philippe II : il conclut la réorganisation et la modernisation des institutions politiques dans les villes des Pays-Bas réconciliés. Le dispositif de 1615 traque tout d’abord des abus traditionnels. La composition de l’échevinage et du conseil particulier est surveillée pour empêcher le népotisme et le cumul des charges. De proches parents, père et fils, oncle et neveu, deux frères ne peuvent plus siéger conjointement dans l’une ou l’autre assemblée, et les officiers permanents, pensionnaires ou greffiers, ne peuvent avoir de parents ou alliés « assis avec eux en l’un et l’autre banc ». Les barrières sont renforcées entre fonctions administratives et judiciaires et gestion financière de la ville. Les émoluments de chacun sont spécifiés. La gestion des deniers communaux fait l’objet d’une attention particulière. Les dépenses qui pèsent habituellement le plus, à savoir la garde, les soldats à gages et les rentes viagères, sont plafonnées. La réduction nette des frais de fonctionnement de l’hôtel de ville est imposée, qu’il s’agisse des chandelles et du bois, des vins bus à l’issue des passations de marché et des réunions, des voyages et délégations, des dons. Un meilleur encadrement des massards est prévu : leur mandat ne peut excéder trois ans, les comptes doivent être purgés à leur sortie d’exercice et les registres annuels sont désormais directement examinés par la chambre des comptes à Lille.

45Le règlement de 1615 parachève celui de 1498. La faiblesse d’action des officiers comtaux à Valenciennes est compensée par la haute main gardée par le prince sur la nomination des échevins et sur les finances municipales, et par l’activation des deux conseils qui secondent l’échevinage. Le rapport délicat entre un État central en construction et ses « bonnes villes » se consolide. Les troubles religieux des années 1560-1570, pendant lesquels Valenciennes fait figure aux yeux de Marguerite de Parme de « mauvaise ville » temporairement et lourdement sanctionnée de 1567 à 1574, ne bouleversent pas durablement ce schéma directeur.

46Au-delà de la stabilité des institutions de la ville, confortées par les interventions du prince, la Réforme se vit à Valenciennes sous un angle nouveau : les limites de la soumission et de l’obédience au roi sont posées de manière inédite par la question de la liberté individuelle de conscience. La rébellion de 1566-1567 et les troubles de 1578-1579 sont les deux temps forts de ce débat qui exprime l’irruption de la question religieuse dans l’État moderne, le problème du salut de l’âme pour lequel l’individu va se battre, et la sauvegarde du groupe cimenté par les solidarités collectives anciennes de la république urbaine. La contestation politique vient alors de la base, des organes collectifs de la bourgeoisie de statut, grand conseil et bourgeois de la garde civique, qui marginalisent l’influence du groupe oligarchique constitué par l’échevinage et le conseil particulier. Mais ces soubresauts ne peuvent contrarier durablement une évolution ancienne caractérisée par la montée en puissance des assemblées restreintes. Le poids politique des équipes échevinales ne cesse de s’affirmer, sous l’œil attentif de l’autorité princière.

Notes

1 BMV, ms. 1205 fo 100vo.

2 Guignet Philippe, Le pouvoir dans la ville…, op. cit., p. 42-72 et p. 318-328, et Saupin Guy, « Stratification sociale et désignation des corps de ville dans les grandes villes françaises (XVIe-XVIIIe siècle) », in Les élites locales et l’État dans l’Espagne moderne XVIe-XIXe siècle, CNRS Éditions, 1993, p. 193-209.

3 De Lusy Antoine, Le journal d’un bourgeois de Mons 1505-1536, édité par A. Louant, Bruxelles, 1969, p. 118.

4 Du Plessis Robert S., Lille and the Dutch Revolt. Urban stability in an era of revolution 1500-1582, Cambridge University Press, 1991, p. 315.

5 BMV, ms. 1205, fol. 105, et ms. 699, fol. 44vo-45ro.

6 Moreau Gérard, Histoire du protestantisme à Tournai jusqu’à la veille de la Révolution des Pays-Bas, Paris, 1962, chap. II.

7 AGR, État et Audience 1777/4, enquête publiée par Beuzart Paul, « La répression dans le diocèse d’Arras en 1555 d’après un document inédit », in Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, tome LXXVI, 1927, p. 474-475.

8 Deyon Solange, Lottin Alain, Les « casseurs » de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Paris, Hachette, 1981, 255 p., Parker Geoffrey, The Dutch Revolt, Penguin Books, 1990, p. 68-117, Marnef Guido, « The dynamics of Reformed Religious Militancy : the Netherlands 1566-1585”, in Reformation, Revolt and Civil War in France and the Netherlands 1555-1585, Proceedings of the colloquium of Amsterdam, 29-31 october 1997, edited by Ph. Benedict, G. Marnef, H. Van Nierop and M. Vénard, Amsterdam, 1999, p. 51-68.

9 Clarck C. W., An urban study during the Revolt of the Netherlands : Valenciennes 1540-1572, Columbia University, 1972, p. 218-260.

10 ADN, B 12700, mention marginale, juin 1568.

11 Paillard Charles, Histoire des troubles religieux à Valenciennes, op. cit., tome 4, p. 308-309 ; AMV, Caf. 8638, et ADN, B 12698, fol. 34 et B 12702, fol. 56-57.

12 ADN, B 12744, fol. 27.

13 Paillard Charles, Histoire des troubles…, op. cit., tome 4, p. 225.

14 S. Deyon, A. Lotin, Les casseurs…, op. cit., p. 140 et suivantes.

15 Beuzart Paul, La répression à Valenciennes après les troubles religieux de 1566, Paris, 1930, « besoigné des commissaires » p. 118-119 et BMV, ms. 1205, fol. 129ro ; ADN, B 12704, fol 125 et B 12705, fol. 95vo.

16 Marnef Guido, « The dynamics of Reformed religious militancy… », op. cit., p. 57-58.

17 Van Gelderen Martin, The political thought of the Dutch Revolt 1555-1590, Cambridge University Press, 1992, p. 89-90.

18 Parker Geofrey, The Dutch Revolt, op. cit, p. 118-198, et Lottin Alain, Guignet Philippe, Histoire des provinces françaises du Nord. De Charles Quint à la Révolution française (1500-1789), Artois Presses Université, 2006, p. 94-110.

19 Decavele Jan (éd.), Gent. Apologie van een rebelse stad, Antwerpen, 1989, et Dambruyne Johan, « Identité urbaine et culture politique à Gand », in Carolus, Charles Quint 1500-1558, op. cit., p. 114-120.

20 Listes nominales : BMV, ms. 1205, fol. 133-150, BM Cambrai, ms. 1135, fol. 106-110, et Verheyden A. L. E., Le Conseil des troubles, liste des condamnés (1567-1573), Bruxelles, 1961, 596 p., qui recense 12200 noms dans l’ensemble des Pays-Bas, dont 1063 à Tournai et 525 à Anvers, seulement 241 et 69 à Mons et Lille.

21 Parker Geoffrey, The Dutch Revolt, op. cit., p. 136-137, et BM Cambrai, ms. 1135, fol. 116vo.

22 BM Cambrai, ms. 1135, fol. 120 et AGR, État et Audience 809/29, octobre 1574.

23 Histoire des troubles à cause des hérésies 1562-1579, tirée de plusieurs écrits en 1699 par P. J. Le Boucq, Bruxelles, 1864, p. 169-170 ; ADN, 5B 241, dépositions des clercs de l’hôtel de ville en 1606, et AMV, CC 753, fol. 245ro.

24 BM Cambrai, ms. 1135, fol. 131-136, et Histoire des troubles à cause des hérésies…, op. cit.

25 BMV, ms. 704, fol. 140, 142.

26 Lottin Alain, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, 1984, 517 p.

27 Monnet Pierre, « Elites et conflits urbains dans les villes allemandes de la fin du Moyen âge », in Elites en conflits, Cahiers d’histoire, tome 45, no 4, 2000, p. 533-561.

28 BM Douai, ms. 1183.

29 Archives de l’État à Mons, ms. 89, copie contemporaine partielle.

30 BMV, ms. 689, recopié par Pierre-Joseph Le Boucq et publié à Bruxelles en 1864.

31 BM Cambrai, ms. 1134 et 1135, et BMV, ms. 673 publié en 1844 par A. Dinaux.

Table des illustrations

Titre Figure 3 – Prise de Valenciennes par les armées de Philippe II en mars 1567
Légende Gravure d’après Hogenberg.
Crédits Collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Graphique 6 – La répression contre les protestants (1531-1593)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search