Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Première partie : structures et représentations de la population urbaine

Chapitre 3 : Hiérarchies bourgeoises : déclin du statut, mutation des regards

Texte intégral

  • 1 Pinol J.-L. (directeur), Histoire de l’Europe urbaine, tome I, éditions du Seuil, 2003, p. 711.

1Les villes des Pays-Bas, de France, de Suisse, de l’espace germanique ou italien ont codifié dès le XIIe-XIIIe siècle les pratiques d’acquisition de la bourgeoisie. S’il n’est pas né dans une famille de bourgeois, l’habitant peut se faire octroyer ce statut par les autorités municipales et son nom est inscrit dans le « registre des bourgeois », après paiement d’un droit. Au-delà d’un rituel en apparence répété depuis le Moyen âge, il faut saisir l’évolution du statut de bourgeoisie par rapport aux modes d’exercice du pouvoir et aux hiérarchies de la société urbaine1.

Entrer en bourgeoisie : les dessous de l’incorporation des nouveaux bourgeois

Un enregistrement sous contrôle du pouvoir échevinal

  • 2 BMV, ms. 680, fol. 12, « comment se faire ung bourgeois de la ville de Valentienne et du serment qu (...)

2Le rituel d’acquisition de la bourgeoisie à Valenciennes est presque immuable2. Les postulants, accompagnés de deux témoins bourgeois, se présentent devant le prévôt de la ville et formulent leur requête. Le prévôt vérifie qu’ils remplissent les conditions (un an de résidence en tenant ménage, ne pas avoir commis de méfait ou homicide avant leur arrivée en ville), et leur demande solennellement s’ils veulent devenir membres de la communauté civique. Les candidats peuvent alors prêter serment de garder les privilèges de la ville et d’assister les échevins dans les affaires judiciaires.

3Les troubles politico-religieux du règne de Philippe II entraînent l’introduction d’une clause de catholicisme, dès 1573 à Valenciennes, ville rebelle, et plus tardivement, en 1593 à Lille, ville loyaliste : les candidats doivent faire le serment de respecter « les ordonnances […] touchant le faict de la religion catholicque et romaine, sans adhérer à nulles sectes ou hérésies ». Dans les villes des Pays-Bas espagnols et catholiques, où s’appliquent les décrets du concile de Trente, la profession de foi religieuse prend alors une place au moins égale à celle qui prévalait depuis le Moyen âge, l’appartenance à une communauté d’habitants privilégiés. Le bourgeois du temps des Archiducs doit affirmer son identité catholique, alors que l’appartenance confessionnelle ne jouait pas dans les inscriptions à la bourgeoisie des villes marchandes des Pays-Bas à l’époque de Charles Quint.

Des entrées en bourgeoisie parrainées par les communautés professionnelles

4La simplicité formelle de la procédure ne doit pas occulter une possible sélection des nouveaux bourgeois. Le parrainage par deux témoins apporte ici une caution indispensable aux postulants. Il montre l’influence des communautés professionnelles dans les pratiques d’inscription à la bourgeoisie. Jusqu’à la révolte de 1566, entre la moitié et les deux tiers des nouveaux bourgeois sont introduits auprès des autorités par un confrère de même profession. À l’occasion, l’employeur sert d’intermédiaire, tel ce propriétaire d’un moulin à huile qui parraine deux de ses ouvriers en 1512 et 1527. Dans les années 1560, la pratique d’adhésions professionnelles groupées se diffuse : deux, trois ou cinq artisans du même corps de métier, mulquiniers ou cordiers, sont parfois inscrits simultanément.

  • 3 BM Cambrai, ms. 1135, fol. 44vo.
  • 4 ADN, 5B 517

5Les entrées en bourgeoisie sont-elles un reflet de la conjoncture économique locale ? Des affaires ponctuelles montrent un lien direct entre l’intervention des autorités municipales en matière économique et l’enregistrement de certains professionnels. Après le grand incendie de 1522 qui laisse de larges trouées dans le tissu urbain, la ville lance un appel à la main-d’œuvre des métiers du bâtiment, en l’exonérant des droits corporatifs pendant trois ans3. Les artisans concernés, qui forment 4 % des entrées en bourgeoisie de 1511 à 1520, assurent 6,5 % des inscriptions de 1521 à 1530, période de la reconstruction des quartiers sinistrés, pour retomber ensuite à 3 % jusqu’en 1550. L’établissement d’une nouvelle activité, à qui les autorités municipales accordent des chartes, peut aussi coïncider avec une inscription à la bourgeoisie. En 1548, Josse Nisse propose au conseil particulier de Valenciennes d’y établir l’activité de hautelisse et d’y teindre les étoffes produites en échange d’une aide de 300 florins : il est inscrit à la bourgeoisie locale en septembre, et les échevins acceptent d’ériger la hautelisse en corps de métier indépendant qui reçoit ses chartes en janvier 15494. Mais ce sont surtout les rythmes longs de l’économie manufacturière qui trouvent un reflet évident dans la composition professionnelle des entrées en bourgeoisie. L’âge d’or de la manufacture lainière dans les deux premiers tiers du XVIe siècle explique la réception de 271 sayetteurs à la bourgeoisie entre 1501 et 1566, le premier corps de métier représenté dans les listes avec 13,5 % des inscrits.

6Pourtant, il n’existe généralement pas de lien indéfectible entre communauté bourgeoise et communautés de métiers à Valenciennes. À part chez les fruitiers (1566) et les tanneurs (1582), les chartes des corporations montrent une tolérance importante envers les non-natifs de la ville et les non-bourgeois. Les chapeliers (1579) et les menuisiers (1582) accordent aux bourgeois une réduction des droits de maîtrise. Mais dans le cas général, seul le fils de maître est avantagé, qu’il soit ou non bourgeois. Cette dissociation juridique entre la bourgeoisie de statut et des corporations peu ségrégatives prend sa nature dans l’organisation politique de la communauté urbaine.

  • 5 Desportes Pierre, « Nouveaux bourgeois et métiers à Amiens au XVe siècle », in Revue du Nord, tome  (...)
  • 6 Boone Marc, « Diritto di borghesia e particolarismo urbano nelle Fiandre Borgognone e Asburgiche (1 (...)

7Là où les corps politiques reposent sur l’organisation des arts et métiers, le lien entre accès à la bourgeoisie, exercice d’un métier et participation à la vie politique est d’une vigueur manifeste. À Amiens, où les mayeurs des corporations participent jusqu’au XIVe siècle à la désignation des magistrats communaux, les inscriptions à la bourgeoisie se font encore au XVe siècle dans la foulée de la réception à la maîtrise5. Dans les Pays-Bas espagnols, c’est la ville de Gand, en Flandre, qui incarne ce modèle politique dominé par les corporations jusqu’à la réforme de ses institutions en 1540. Les métiers y détiennent 20 des 26 mandats des deux conseils (les 6 autres étant détenus par la poorterij ou patriciat bourgeois), et l’adhésion aux métiers de la draperie est suffisante pour être reconnu bourgeois et jouir de ce droit. La Concession Caroline édictée par l’empereur après l’écrasement de la révolte de Gand en 1540 casse le pouvoir politique et les statuts héréditaires des corporations, et libère du même coup le droit d’accès à la bourgeoisie, réduit à une clause de résidence d’un an6.

8Valenciennes se situe, dès la mise en place des libertés communales au Moyen âge, dans le groupe des villes où les arts et métiers sont exclus de la structure du pouvoir. En Flandre wallonne (sauf à Douai) et en Hainaut, des commissaires du souverain nomment le corps échevinal qui exerce l’autorité sur les métiers, totalement subordonnés au politique. C’est là qu’il faut donc rechercher l’absence de lien organique entre bourgeoisie et corporation.

Les marchés municipaux : un terrain de contact privilégié entre la ville et ses nouveaux bourgeois

9Pourtant, les bourgeois ont à voir avec les structures économiques et financières qui sont sous le contrôle étroit de la municipalité. Les lieux d’étalages, les offices de contrôle du commerce alimentaire et le fermage des impôts sont un terrain privilégié de rencontre entre bourgeoisie de statut, municipalité et vie économique. La ville délègue à ses membres reconnus une partie des activités liées à la vie économique.

10Les étals de vente de fromage sur le grand marché comme ceux de la petite boucherie sont réservés aux bourgeois de statut, qui les achètent en viager à la ville. Celle-ci conserve ainsi un droit de regard sur l’exercice du travail et ses charges : assurer la salubrité des lieux et veiller à la continuité de l’approvisionnement au détail pour la population.

11La clause de bourgeoisie est aussi exigée pour plus de 150 offices viagers de vente, mesurage, transport, marquage ou inspection de marchandises en transit ou produites à Valenciennes, concernant le marché au poisson, la halle au blé, l’étape des vins, la sayetterie, le bétail, le cuir tanné, les graisses, le charbon et le bois, le déchargement des denrées au Rivage. L’acquisition de la bourgeoisie devient ici une clé d’accès à une activité économique sous contrôle municipal. Aussi retrouve-t-on, entre 1500 et 1566, 18,5 % de nouveaux bourgeois parmi les investisseurs acquéreurs de ces offices. Par exemple, le maître graissier Rasse Delobel, natif et manant de Valenciennes, se diversifie en investissant plus de 1660 Livres dans cinq marchés municipaux (à savoir déchargeur de vin, étal de fromager, déchargeur au Rivage, mesureur de fruit et sel, courtier de chevaux) au cours des années 1548 et 1549, tout en s’affiliant opportunément à la bourgeoisie en juillet 1549. Ce système est attractif, vu les prix d’achat, pour des artisans-marchands modestes ou moyennement aisés qui déboursent de 6 Livres à 1100 Livres pour se rendre propriétaires d’un office et dont l’adhésion à la bourgeoisie se trouve encouragée. Par contre, il se révèle sans intérêt pour les grands marchands ou négociants d’envergure : leurs affaires, qui dépassent l’aire urbaine, s’avèrent plus rentables que les offices économiques municipaux qu’ils dédaignent manifestement.

12La ville afferme sa fiscalité indirecte (assis et maltôtes) à des collecteurs privés sans exiger la qualité de bourgeois, leur solvabilité financière étant jugée suffisante. Pourtant, entre 1522 et 1566, le tiers des fermiers de l’assis des sayes (l’impôt le plus rentable de la manufacture textile) qui sont presque toujours marchands sayetteurs, marchands de draps, brasseurs et taverniers, se rattache à la nouvelle bourgeoisie. Mais leur enregistrement est en général antérieur de 10 à 20 ans à cette participation aux fermes d’impôts qui coïncide parfois avec une carrière échevinale. Comme pour les offices économiques, le système d’affermage des impôts. privilégie les personnes qui présentent un lien organique avec la ville.

Propriété, mariage, corps politiques et garde civique : les petites entrées en bourgeoisie

  • 7 Schmid Régula, « Comportarsi da buon borghese : le pratiche del diritto di borghesia a Zurigo e a B (...)

13L’affiliation à la bourgeoisie est donc une forme d’enracinement économique et social. Des liens plus personnels peuvent attacher le nouveau bourgeois à sa ville. L’investissement dans une propriété immobilière est parfois associé à cette affiliation, même si les villes des Pays-Bas, à la différence de celles de Suisse, n’obligent pas leurs bourgeois à posséder ou acquérir une maison7. Mais le nouveau bourgeois-propriétaire bénéficie ainsi de l’exemption de saisie par des créanciers étrangers et se place sous les règles de succession de sa ville d’adoption. Les liens familiaux et conjugaux peuvent favoriser l’intégration à la société locale, même si le mariage ne fait pas, à Valenciennes comme à Lille, le bourgeois. Seul y compte le jure soli, alors qu’à Bruges, Gand ou Amsterdam, la fille de bourgeois donne sa condition à son époux. Ainsi, l’écuyer et « honorable homme » Alixandre de Pittepan, natif de Binche, épouse en 1571 la veuve d’un avocat valenciennois, mais il n’adopte la bourgeoisie qu’en 1579, à l’occasion d’une nomination à l’échevinage, alors qu’il est déjà capitaine de compagnie bourgeoise depuis 1578. Le statut juridique importe donc peu tant qu’il n’y a pas d’implication directe dans les corps politiques de la ville.

14En effet, 103 personnes figurent à la fois sur les listes de nouveaux bourgeois et sur celles des 566 échevins renouvelés chaque année entre 1500 et 1631, ce qui fait une proportion de 18 % de bourgeois reçus contre 82 % de bourgeois naturels dans l’échevinage. Et sur cette centaine d’individus, un tiers seulement accède simultanément aux responsabilités municipales et à la bourgeoisie (principalement des nobles et des gens de robe), les autres étant bourgeois de plus longue date qui présentent des carrières professionnelles d’artisans aisés ou de marchands, parfois étoffées par la participation aux marchés municipaux.

  • 8 AMV, J2/264, fol. 46vo et H2/249, listes nominales de confrères des serments en 1524 et 1545.

15À la lisière du monde politique et du monde professionnel, la garde civique reste un terrain très fréquenté par les nouveaux bourgeois jusqu’aux années 1560. Les Serments recrutent dans de larges fractions du monde artisanal (métiers du bois, du cuir, du textile, du métal)8, et le système de parrainage par un confrère archer, arbalétrier ou canonnier, facilite l’entrée en bourgeoisie. C’est un échelon de la petite bourgeoisie qui se dessine avec cette appartenance aux Serments : les confrères-bourgeois participent au service des armes mais restent absents des milieux échevinaux, des offices économiques municipaux et fermes d’impôts les plus prestigieux et coûteux.

16Les entrées en bourgeoisie empruntent donc des chemins diversifiés pour un statut commun, et dessinent une hiérarchie des positions à l’intérieur de la communauté bourgeoise. La petite bourgeoisie, groupant des compagnons et maîtres des métiers, est attirée par les marchés municipaux modestes (étalages de vente, petits offices économiques) et par les Serments militaires, puissant levier d’intégration dans la société urbaine dans la première moitié du XVIe siècle. Un échelon moyen de la bourgeoisie, constitué de maîtres des métiers dynamiques et de marchands locaux, investit et se diversifie dans les offices économiques, les fermes d’impôts, et accède parfois aux fonctions échevinales où il côtoie les clercs et gens de robe. Enfin, une grande bourgeoisie réunit les négociants souvent issus d’autres centres urbains, qui recherchent le statut bourgeois en garantie de leur personne et de leurs marchandises, sans pour autant briguer les longues carrières échevinales ou les offices économiques. La noblesse, la plupart du temps inscrite à la bourgeoisie pour siéger à l’échevinage, tient une place à part au sommet de cette hiérarchie bourgeoise.

Le déclin de la pratique d’incorporation après la révolte de 1566

17Entre 1500 et le passage de la ville sous l’autorité de Louis XIV en 1677, Valenciennes intègre dans sa bourgeoisie plus de 3100 chefs de famille, soit environ 20 entrées par an. L’observation des lux d’entrées montre que la révolte de 1566 marque une rupture nette et remet en cause le statut bourgeois : les moyennes annuelles d’admission passent alors de 35 individus à 8 seulement après cette date.

Autour de la révolte de 1566 : fluctuations et déclin de la pratique d’incorporation

18Jusqu’aux années 1560, les nouveaux bourgeois représentent presque tous les secteurs professionnels. Avec 79 entrées en 1560 (le record du siècle), 37 nouveaux bourgeois se rattachent aux métiers du bois, du cuir, de la construction, à l’administration, aux activités agricoles et alimentaires (soit une trentaine de métiers), tandis que les activités du textile et de l’habillement (avec une dizaine de métiers) forment le gros des bataillons, avec 42 inscrits. La ville manufacturière et populeuse fait la part belle aux « mécaniques ». Mais le début des troubles religieux (dès 1562) ainsi que la crise de subsistance de 1565-1566, font chuter le nombre d’adhésion. Et aucun résident ne prend plus le risque de briguer la bourgeoisie d’une ville en rupture avec l’autorité espagnole à la fin de 1566. Le rétablissement des privilèges urbains en 1573-1574 ne signifie pas le retour d’un niveau élevé d’incorporation de bourgeois. La restriction est avant tout numérique, et partiellement qualitative : la main-d’œuvre du textile recule nettement, alors que la part des catégories sociales supérieures double.

Graphique 1 – Réception de nouveaux bourgeois à Valenciennes (1501-1631)

Graphique 1 – Réception de nouveaux bourgeois à Valenciennes (1501-1631)

19Il ne s’agit cependant pas d’une fermeture oligarchique. Le ralentissement net du rythme des entrées joint au relèvement des catégories sociales après 1566 traduit un moindre attrait du statut bourgeois pour les catégories populaires. Les barrières légales d’admission n’existent pas et le prix d’entrée reste invariable depuis 1498, fixé à 1 Livre (à peine équivalent aux droits d’apprentissage les plus faibles pratiqués en ville). La chasse aux protestants ouverte à partir de 1567 n’explique pas seule ce recul. Ce sont les vecteurs traditionnels d’intégration dans la société urbaine qui s’affaiblissent. Les marchés et offices municipaux n’attirent plus que 3 % de nouveaux bourgeois dans le dernier tiers du siècle (contre 18 % avant 1566) et le parrainage des entrées par les communautés professionnelles disparaît, remplacé par celui plus formel des sergents de l’hôtel de ville. Le statut bourgeois ne garde son intérêt que pour l’exercice des fonctions politiques et intéresse encore les négociants.

Tableau 5 – Évolution des entrées en bourgeoisie des catégories sociales supérieures

Catégories socioprofessionnelles

1501-1566 (57 listes) en % (sur 1985 bourgeois reçus)

1573-1631 (30 listes) en % (sur 342 bourgeois reçus)

Cadres administratifs

2,5 % (56)

3,5 % (12)

Médecins et chirurgiens

1 % (25)

2 % (7)

Marchands-négociants

3,5 % (64)

6 % (21)

Noblesse et assimilé

1 % (24)

3 % (10)

Autres notables échevins

-de 0,5 % (6)

1,75 % (6)

Total en %

8,5 % (175)

16,25 % (56)

La pratique comparée : Valenciennes et les autres villes

20Le déclin des entrées en bourgeoisie détecté à Valenciennes à partir du règne de Philippe II n’est pas commun à toutes les villes des Pays-Bas ou de l’Europe du Nord-Ouest. Comparons dans une optique démographique et économique le cas valenciennois à un échantillon d’autres villes de l’aire des anciens Pays-Bas et de l’Europe germanique.

  • 9 Thoen E., « Immigration to Bruges during the late Middle Ages », in Le migrazioni in Europa secoli (...)

21Le développement économique, commercial et démographique des métropoles d’Anvers sous Charles Quint (100000 habitants vers 1560) puis d’Amsterdam au Siècle d’Or (54000 habitants vers 1600, 150000 vers 1650), tout comme la relance des activités lainières à Leyde à partir de la fin du XVIe, se traduisent par des entrées massives dans leur bourgeoisie, en dépit de droits élevés et rehaussés. Inversement, le déclin progressif du port de Bruges, le recul de sa draperie et le départ de ses marchands étrangers expliquent la chute des admissions détectée dès les années 14709. Comme la Guerre de Trente Ans (1618-1648) pour Strasbourg, les évènements politico-religieux de la révolte des Pays-Bas frappent particulièrement Valenciennes à compter des années 1560, mais aussi Anvers à partir de la reconquête espagnole du duc de Parme en 1585, qui entraîne l’exil des marchands protestants et le blocage de l’Escaut par les Provinces-Unies. Le contraste est flagrant avec Lille, restée loyale pendant les Guerres de religion : elle continue d’intégrer un nombre élevé et stable de nouveaux bourgeois même si les droits d’entrée y sont passés de 3 à 25,5 Livres en 1566. En dépit d’un profil commun manufacturier, Lille et Valenciennes prennent des chemins différents : la pratique d’incorporation des bourgeois valenciennois décline, devient résiduelle à la fin de la période espagnole et disparaît au XVIIIe siècle, alors qu’elle se maintient à Lille jusqu’à la Révolution française et la fin de l’Ancien Régime.

  • 1 Dal Arlete, op. cit., mémoire de maîtrise inédit, p. 63-64 et p. 241 ; Bruneel Claude, « L’apport d (...)

Tableau 6 – Moyennes annuelles d’admission à la bourgeoisie par achat1

Tableau 6 – Moyennes annuelles d’admission à la bourgeoisie par achat1

22La guerre ou les difficultés économiques ne peuvent expliquer sur le long terme cette évolution. La non revalorisation des droits d’entrée en bourgeoisie, à la différence des villes où le nombre d’enregistrements augmente, est une politique propre à Valenciennes qui n’inscrit pas non plus les reliefs (le fait de relever officiellement la bourgeoisie de son père) : son statut bourgeois (de naissance et d’achat) tombe alors volontairement en désuétude dès le dernier tiers du XVIe siècle.

23Cette dynamique interne à la ville peut correspondre à une transformation de l’esprit municipal et civique comme à l’émergence de nouvelles valeurs sociales qui voient le mode de vie l’emporter sur le statut, l’honorable homme prendre le pas sur le bourgeois.

Le regard des bourgeois sur leur statut et leur place dans la société urbaine

24Le statut bourgeois, unitaire et identique pour la fraction de population privilégiée qui le partage, est rendu hétérogène par la diversité des niveaux socio-économiques et culturels de ses bénéficiaires comme par le prestige politique de ceux qui accèdent aux charges municipales. Quels usages les bourgeois font-ils de leur statut et titre dans les actes de la vie courante ?

L’utilisation de la titulature bourgeoise : vers une promotion marchande

  • 10 AMV, fonds Caffiaux.
  • 11 Couturier Marcel, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun 1525-1789, Sevpen, Paris, 19 (...)

25La titulature bourgeoise, marque de l’estime de soi, s’étale au seuil de la mort. C’est dans les testaments10 que se détecte le mieux l’emploi de l’épithète d’honneur de bourgeois. Rare et sélectif sous Charles Quint, son usage se diffuse sous Philippe II, de plus en plus associé à celui de marchand. Dans un échantillon de 38 testaments passés à Valenciennes entre 1570 et 1574, 34 % des testateurs se présentent comme bourgeois (alors que presque tous le sont du point de vue du statut), 37 % comme marchands (avec mention ou non d’une spécialisation), 16 % comme maîtres de métier, avec, inclus en lisière des deux premières catégories, 8 % de marchands et bourgeois. Leur réalité socioprofessionnelle est autre : 71 % s’avèrent être des maîtres de métier (toile, saye, cuir, métal, bois, alimentation) et seulement 11 % sont effectivement de purs marchands dégagés des activités de production (commerce des sayes et toiles, du vin, du sel, débit de boisson). Le second échantillon de 79 testaments rédigés entre 1600 et 1610 confirme et amplifie ce mode de représentation, avec 35 % de bourgeois, 49 % de marchands, 14 % de maîtres de métier, et surtout une sous-catégorie étoffée de 21 % de marchands et bourgeois, alors que le tiers des testateurs est issu du monde marchand et la moitié du système corporatif. L’association du commerce (le petit, celui de la boutique et de « l’ouvroir ») à la qualité bourgeoise, qui occulte l’appartenance corporative aux métiers urbains, émerge après 1550, quand l’économie urbaine est dynamisée par l’essor de la sayetterie puis par celui de la mulquinerie : le glissement sémantique lie de plus en plus la promotion bourgeoise à l’arrière-plan économique11.

  • 12 ADN, B 18115.
  • 13 Chaussinand-Nogaret Guy (dir.), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle. L’honneur – le (...)

26L’usage du terme de bourgeois, désormais délaissé par le patriciat noble et bourgeois, se généralise parmi des cercles plus larges liés aux activités commerciales et productrices. Il est le corollaire d’un glissement sémantique. Au cours du XVIe siècle, le mode de vie, plus que le statut, devient le centre de gravité de la nouvelle dignité bourgeoise. Le bourgeois devient celui qui n’exerce pas de travail manuel jugé vil, laborieux, caractéristique du « commun peuple », des « méchaniques » ou même des boutiquiers vendant au détail. Franchois Grumelier, qui prend en fermage en 1576 le moulin à blé du Fossart, propriété du roi, « ne s’est jamais entremis audict stil de mosnier et est home vivant comme bourgeois de ceste ville de ses rentes », délaissant en sous-location l’activité de mouture à un meunier de profession12. Soucieux de ses possessions matérielles, le bourgeois est un investisseur attiré par les marchés municipaux, l’immobilier urbain, le commerce en gros, la terre et les rentes constituées par la ville ou le prince. Il peut être aussi l’homme retiré des affaires, un « bourgeois jadis marchand et à présent vivant de ses rentes », ou bien un négociant qui traite ses affaires à l’abri des regards, comme ce marchand de toilettes employant des facteurs et « revendant en gros en chambre close par 10, 15, 20, 30, 40 ou 50 pièces à la fois », dans les années 163013. Le développement de cette mentalité parmi l’élite commerciale valenciennoise à l’époque des Archiducs, conciliant profit et honneur, occultant progressivement la pratique professionnelle sans forcément la délaisser, permet d’afficher un mode de vie ouvert au loisir et à l’érudition, à la façon de l’écuyer Henri Doultreman ou du prévôt Simon Le Boucq, historiographes de leur ville.

L’honorabilité noble et patricienne : une bourgeoisie « première »

  • 14 Janssens Paul, L’évolution de la noblesse belge depuis la fin du Moyen âge, Crédit Communal de Belg (...)

27Pourtant, le rapport de la bourgeoisie à l’état d’honorabilité ne se limite pas à la sphère économique. Une bourgeoisie « première » existe de plus longue date, recouvrant l’honorabilité noble et patricienne. La noblesse des Pays-Bas et du Hainaut, comme ailleurs, se distingue par des critères de sang, de fonction (service du souverain) et de mode de vie, et bénéficie de certains privilèges (exemption de certaines taxes, participation en tant qu’ordre ou état social aux assemblées d’États provinciaux)14. Cette condition particulière est compatible avec le statut bourgeois, et Valenciennes intègre entre 1501 et 1637 dans le corps de sa bourgeoisie une quarantaine de nobles non titrés, pour moitié écuyers, plus rarement chevaliers. Ceux-ci appartiennent à la noblesse traditionnelle, caractérisée par le service des armes et la propriété de seigneuries rurales. Anthoine d’Ailly de Sains, seigneur de Beaudignies, bourgeois en 1508, prévôt de la ville en 1512 et 1515, est devenu chevalier en sauvant la vie de Philippe de Clèves-Ravenstein, parent des ducs de Bourgogne, lors d’une expédition en mer Égée contre les Ottomans en 1500. Andrieu de Bouzanton (+1580), chevalier et seigneur de Quérénaing, bourgeois de Valenciennes en 1559, plusieurs fois prévôt, capitaine de compagnie bourgeoise de 1574 à sa mort, est fils d’un écuyer natif de Tours en France, enregistré à la bourgeoisie de Valenciennes en 1509 puis établi à Mons. Par contre, Bauduin De Le Salle (+ vers 1561), bourgeois en 1519, échevin en 1529, devenu chevalier et seigneur de la Thour, est un roturier d’origine artésienne, fils d’un marchand de sayes devenu bourgeois en 1506. C’est le service du souverain qui le distingue : il devient lieutenant du prévôt-le-comte à partir de 1531, prélude de son accession à l’ordre nobiliaire.

  • 15 Ce que de nombreuses villes françaises garantissent à leurs édiles : à Nantes, avant la Réformation (...)

28La noblesse de cloche n’existe pas dans les Pays-Bas espagnols. Le passage par l’échevinage n’y fait pas le noble15 mais contribue à la notoriété d’une famille, possible tremplin vers l’anoblissement. Les familles de juristes associées à l’administration comtale ou municipale en sont les premières bénéficiaires, au début du XVIe siècle (comme les Bauduin, seigneurs d’Arondeau, et les Chamart, seigneurs de Wargny, venus de Mons,) ou encore à l’époque des Archiducs (avec les de Pittepan, seigneurs de Montauban, et les Roze, seigneurs de Lespinoy). Nobles de race, anoblis récents ou acquéreurs d’une seigneurie, la moitié des nobles inscrits à la bourgeoisie de Valenciennes exercent, de suite ou à terme, des fonctions publiques à l’hôtel de ville.

  • 16 Jean Mireille, La Chambre des Comptes de Lille (1477-1667). L’institution et les hommes, Genève, Dr (...)

29Valenciennes est une ville a priori peu attractive pour la noblesse. Au contraire de Lille et de Mons, capitales de la Flandre wallonne et du Hainaut, elle est dépourvue des institutions provinciales judiciaires ou financières promptes à anoblir leurs officiers ou à attirer une noblesse de service vite enracinée16. Si l’aristocratie des Croÿ, Hénin-Liétard ou Noircarmes, liée à la haute administration militaire et provinciale, séjourne parfois à Valenciennes, elle n’est pas associée à la bourgeoisie de statut. Aristocratie et bourgeoisie ne se confondent jamais.

30Chevaliers, écuyers ou simples seigneurs forment différents échelons de la petite noblesse valenciennoise. Toutes sources confondues (listes d’échevins, registres de bourgeoisie, transactions immobilières, contrats de mariage et testaments, épitaphes, chroniques locales), ils se rattachent à 87 familles patronymiques entre 1500 et 1639. Au premier abord, les dynasties sont rares : 56 familles ne sont représentées que par un seul adulte mâle, signe d’un renouvellement accentué et d’une insertion non pérenne dans la société urbaine. La fréquence d’apparition dans les sources permet de distinguer trois périodes.

Graphique 2 – Fréquence d’apparition des nobles valenciennois (1500-1639)

Graphique 2 – Fréquence d’apparition des nobles valenciennois (1500-1639)

31Jusqu’en 1540, l’implantation nobiliaire est élevée à Valenciennes, avec vingt-trois écuyers, cinq seigneurs, deux chevaliers. De 1540 à la fin des troubles en 1579, cette fréquence se réduit drastiquement et passe à huit écuyers, cinq seigneurs et un seul chevalier. Enfin, à la fin du règne de Philippe II et sous les Archiducs, loin devant les écuyers (11) et les chevaliers (un seul), le groupe des seigneurs prend les devants avec vingt et un représentants.

  • 17 AMV, II 45, lettres de confirmation de noblesse, 17 juillet 1556.

32Le port de la qualité seigneuriale, si fréquent, est souvent le prélude à une entrée officielle dans l’ordre nobiliaire orchestrée par le souverain qui accorde soit des lettres d’anoblissement et de chevalerie, soit une reconnaissance ou réhabilitation de noblesse. Rares au XVIe siècle, ces actes officiels se multiplient entre 1590 et 1660. Quelques familles marchandes, comme les Doultreman et les Godin, associées aux honneurs de l’échevinage, orientent une partie de leur progéniture vers la robe et l’administration et inaugurent de nouvelles unions matrimoniales. La parenté par alliance avec les Chamart et le passage au conseil provincial de Namur pèsent beaucoup en 1556 dans la promotion nobiliaire du juriste Jan Doultreman et de sa famille, déjà détachée du négoce. Aucun de ses frères n’apparaît plus comme marchand, puisque l’un est greffier puis conseiller-pensionnaire de sa ville, un autre officier de justice à Namur, tandis que l’aîné est pudiquement paré du titre de « bourgeois »17. La génération suivante conforte l’évolution vers la noblesse et la robe : le prévôt mémorialiste Henri est écuyer et seigneur de Rombies, ses cousines sont unies à des juristes licenciés.

  • 18 AGR, fonds des familles, Godin, no 8.

33Chez les Godin, la carrière de robe d’un fils de négociant (et son passage avant 1540 par le grand conseil de Malines, principale institution judiciaire des Pays-Bas espagnols), assure la noblesse en 1589 pour la génération suivante18. Les cousins valenciennois, restés dans le négoce et compromis dans les troubles des années 1560, n’affichent une qualité seigneuriale qu’au début du XVIIe siècle, en attendant un anoblissement octroyé par le pouvoir souverain en 1623.

Graphique 3 – Tableau généalogique : la famille Doultreman, du commerce des sayes à la noblesse

Graphique 3 – Tableau généalogique : la famille Doultreman, du commerce des sayes à la noblesse
  • 19 Au nombre de 26 (dont 17 à la faveur de l’anoblissement collectif de l’échevinage après le siège so (...)
  • 20 Baury Roger, « La quête d’Enée de la noblesse lilloise à l’époque moderne », in Société et Religion (...)

34C’est en effet entre 1620 et 1660 qu’une vingtaine de grandes familles marchandes de Valenciennes intègrent officiellement la noblesse19. Toutes font valoir leurs services d’échevins, leur « vie honorable » de longue date, établie par la possession de fiefs. Mais elles sont le produit d’une ascension sociale brillante s’étendant sur trois ou quatre générations, et plongeant ses racines dans la bourgeoisie corporative et marchande. Ainsi, Jean Haynuyer, seigneur de Hazencourt, anobli en 1643, descend de Pierre, un brasseur né dans le Brabant rural et inscrit à la bourgeoisie de Valenciennes en 1517. Dans son testament en 1540, ce dernier laisse, outre sa brasserie, la somme coquette de 3200 Livres en argent à ses enfants, qui se tournent vers le commerce des sayes et accèdent à l’échevinage dans les années 1580. La quatrième génération, anoblie avec Jean, n’est plus associée au négoce : après avoir engrangé les bénéfices de ses activités commerciales et politiques, elle cherche une adéquation nouvelle entre mode de vie, statut et estime sociale. Cette quête conduit parfois à enjoliver une généalogie pour créer une origine noble totalement fictive mais crédible20. Les lettres d’anoblissement de Simon Le Boucq (1591 + 1657), prévôt et historiographe de la ville, évoquent un ancien statut noble interrompu par la ruine et par le passage au commerce à l’époque du règne de Charles Quint. Or cette dérogeance est pure invention. Le grand-père de Simon, Noël Le Boucq (+1568), frère d’un cirier et d’un drapier-marchand de chevaux, est un marchand-sayetteur des années 1520 devenu un marchand en sayes dégagé de l’atelier. Il est le père d’une famille prolifique active dans le négoce et l’administration municipale. Profitant pleinement de la croissance économique du XVIe siècle et du dynamisme commercial de leur ville d’attache, les Le Boucq abandonnent le rang de maîtres de métier aisés, accèdent à l’honorabilité marchande puis, à la fin de la période espagnole, à l’honorabilité noble.

  • 21 ADN, 5B 551.
  • 22 La pratique des armes constitue l’une des sources de la vertu nobiliaire au XVIe siècle. Voir Eller (...)
  • 23 Janssens Paul, L’évolution de la noblesse belge…, op. cit., p. 495.

35Pourtant, la contestation du caractère noble d’anciens marchands n’est pas absente du discours de la noblesse présente à Valenciennes. Un procès en appel devant le grand conseil de Malines en 1633-1635 oppose le lieutenant du prévôt-le-comte, Henri de Bardoul, écuyer issu de la noblesse militaire, à Jean De Hénin, écuyer et seigneur de la Cour d’Aulnoit, fils d’un marchand de toilettes de lin21. L’officier du prince, garant du respect des édits nobiliaires de 1595 et 1616, reproche au second la pratique du négoce. Le père a vendu « publicquement marchandises » et a placé son ils en apprentissage vers l’âge de quinze ans « pour s’entendre et cognoistre en la marchandise de thoilettes ». Et le ils ne porte aucun signe apparent de noblesse, « allant et marchant sans porter espée ny valet avecq luy »22. La défense de Jean De Hénin consiste classiquement à réaffirmer sa « descente et extraction noble » en jouant de l’homonymie avec une grande maison et en reprenant l’argument des caprices de la fortune, comme chez les Le Boucq. Le gentilhomme prétend aussi ne pas déroger. Son père a exercé son activité commerciale non pas publiquement et au détail mais « en gros et en chambre close ». Le travail manuel de l’artisan et le commerce de détail du boutiquier sont considérés comme professions viles et dérogeantes à la noblesse (édit de 1616), mais pas le grand commerce. En Artois et en Flandre wallonne, le droit admet la notion de « noblesse dormante » : la noblesse ne se perd pas mais est suspendue le temps de l’exercice d’une profession lucrative et jusqu’à la reprise d’un mode de vie noble23. Pour Jean De Hénin, les lettres de réhabilitation de noblesse ne sont donc pas nécessaires.

36La multiplication des faveurs nobiliaires envers les familles du grand commerce valenciennois dans les années 1640-1650 témoigne de l’accord global du pouvoir central avec les processus d’ascension sociale vers la noblesse.

L’égalité bourgeoise : un mythe mis à mal par la dynamique sociale

37Le statut bourgeois présuppose une égalité entre ses membres. Ce statut est fragilisé au XVIIe siècle avec les velléités nobiliaires des familles de l’oligarchie économique urbaine, sans choquer la société puisque l’égalité bourgeoise s’avère un mythe écorné dès le Moyen âge.

  • 24 Doultreman Henri, op. cit., p. 383-390.
  • 25 Dollinger Philippe, « Patriciat noble et patriciat bourgeois à Strasbourg au XIVe siècle », in Revu (...)

38Une catégorie supérieure de bourgeois, « l’ancienne bourgeoisie », est reconnue comme telle avant de se fondre progressivement dans la noblesse à l’époque espagnole. L’écuyer et chroniqueur Henri Doultreman, petit-fils de marchand, évoque, dans un chapitre de son Histoire de Valentiennes intitulé « richesses et magnificences des Bourgeois », le négoce choisi « plus volontiers qu’aucune autre profession […] pour la douceur du gain », l’ancienneté des « riches et honorables familles » qu’il fait remonter à l’époque de la première charte communale au XIIe siècle, l’exercice des « premières charges et offices de la ville », leur réussite sociale et économique aichée par « la magnificence en leurs personnes, maisons et crédit », et leur « réputation près la noblesse qui ne faisoit aucun refus de s’allier avec eux »24. L’auteur donne là une définition du patriciat bourgeois, riche, politiquement influent, bénéficiant de l’estime collective25.

  • 26 BMV, ms. 1205, fol. 15vo-16, et ms. 1201, fol. 2vo-8vo, recueil de 52 blasons.
  • 27 Van Den Neste Evelyne, Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen â (...)
  • 28 BM Cambrai, ms. 1135, fol. 40.

39Le vivier patricien valenciennois regroupe à la fin du Moyen âge une cinquantaine de lignages qualifiés de notables anchiens bourgeois ou encore de nobles damoiseaus bourgeois dans les sources des XVIe-XVIIe siècles26. Il n’en reste, au début du XVIe siècle, que quatorze sur les cinquante-deux cités (Quaroube, Du Gardin, Le Poivre, Grébert, Razoir, Bredeau, Du Martroit, Creste, Faloize, Lamelin, De Wargny, Bruneau, Hureau, De Le Croix), dont cinq sont déjà assimilés à la noblesse comme écuyers ou seigneurs. Un siècle plus tard, leur nombre s’est encore réduit à trois lignages (Le Poivre, Razoir, Bruneau), tous agrégés à la noblesse. Les autres sont soit éteints, soit partis pour d’autres centres de négoce (comme les Hureau établis à Anvers dès le début du XVIe siècle) ou par compromission dans les troubles des années 1560 (c’est le cas des Faloize et d’un rameau des Grébert). Malgré la réduction de son effectif, le patriciat bourgeois se maintient aux yeux de la société urbaine par les rituels chevaleresques et les cérémonies publiques auxquels il est toujours associé. Rejoint par les nouvelles familles nobles, il constitue l’armature de la confrérie réservée des Damoiseaux de Notre-Dame des Miracles qui défile en tête des autres confréries lors de la procession annuelle de la ville, le 8 septembre. Et les joutes des fêtes de l’Epinette à Lille et de la Principauté de Plaisance à Valenciennes (célébrée une dernière fois en 1548) sont l’occasion de parader à cheval, en tenues somptueuses, d’arborer les blasons armoriés, de se parer de titres glorieux rappelant les fastes de la cour de Bourgogne, les chevaliers de la Toison d’Or et les légendes du Roi Arthur27. Même les familles bourgeoises de moindre rang s’en inspirent. Le prévôt anobli Simon Le Boucq rappelle dans ses chroniques la fondation en 1520 par son grand-père, le marchand de sayes Noël Le Boucq, d’une confrérie mariale recrutant parmi les bourgeois connétables de rue et s’organisant comme un ordre de chevalerie28.

  • 29 Modèle différent avec des frontières culturelles incluant les « mécaniques » dans Hanlon Grégory, L (...)
  • 30 AMV, man. 704 fo 231ro.

40La sémantique bourgeoise se diversifie avec le recul des inscriptions à la bourgeoisie après les années 1580, et s’ordonne autour des modèles nouveaux du marchand en gros, du rentier, de l’homme noble, tous gens de bien. L’échelle sociale se creuse29. Les franges populaires de la bourgeoisie de statut, exclues de cette bourgeoisie d’honneur, conservent un dernier refuge de leur identité : les compagnies bourgeoises. La fierté d’y servir est réelle, et elle s’exprime parfois violemment par le rejet des forains et des ruraux. En 1583, une querelle mortelle oppose au retour de la garde deux soldats bourgeois, l’un passementier, l’autre laboureur dans les faubourgs de la ville. Le second touche le premier, lui disant : « l’on ne set icy passer pour ce, bourgeois ». Le passementier répond « qu’il estoit bourgeois et soldatz », qualité que fait aussi valoir le laboureur. Le passementier lui assène alors un « tu a menty, tu n’est que ung paysan », suivi d’un coup fatal30. Cette fierté bourgeoise de servir par les armes n’est pourtant pas partagée par tous. La désertion du service de milice par les élites, qui rechignent à effectuer leur service de commandement et de garde des portes de la ville en dépit des amendes et obligations rappelées dans les règlements de 1579 et 1622, et le mercenariat (un bourgeois paie un remplaçant et la ville recrute des soldats à gages), font perdre progressivement la cohésion et l’esprit civique de la garde bourgeoise.

41Ville moyenne, Valenciennes offre à sa bourgeoisie institutionnelle de réels privilèges judiciaires, fiscaux, politiques, militaires. Ce droit de bourgeoisie est ouvert sans restriction apparente jusqu’aux troubles de 1566. Après la révolte calviniste, le déclin de l’enregistrement de nouveaux bourgeois correspond à une logique de contrôle politique et catholique. Mais la dynamique sociale demeure le facteur majeur d’affaiblissement de l’identité bourgeoise. Les élites du commerce et de l’administration sont attirées par des valeurs plus individualistes, parfois à connotation nobiliaire, tandis que le peuple des artisans et boutiquiers essaie de maintenir les idéaux bourgeois, notamment au travers de l’autodéfense urbaine. La bourgeoisie de statut perd définitivement au XVIIe siècle ses lieux d’expression traditionnels, y compris dans le système politique municipal.

Notes

1 Pinol J.-L. (directeur), Histoire de l’Europe urbaine, tome I, éditions du Seuil, 2003, p. 711.

2 BMV, ms. 680, fol. 12, « comment se faire ung bourgeois de la ville de Valentienne et du serment qu’il faict ».

3 BM Cambrai, ms. 1135, fol. 44vo.

4 ADN, 5B 517

5 Desportes Pierre, « Nouveaux bourgeois et métiers à Amiens au XVe siècle », in Revue du Nord, tome LXIV, no 252, janvier-mars 1982, p. 34.

6 Boone Marc, « Diritto di borghesia e particolarismo urbano nelle Fiandre Borgognone e Asburgiche (1384-1585) », in Quaderni Storici, 89, a. XXX, no 2, agosto 1995, p. 290, et Dambruyne Johan, « Identité urbaine et culture politique à Gand », in Carolus, Charles Quint 1500-1558, sous la coordination de Hugo Soly et Johan Van De Wiele, Snoeck-Ducaju & Zoon, 1999, p. 114-115 et p. 186.

7 Schmid Régula, « Comportarsi da buon borghese : le pratiche del diritto di borghesia a Zurigo e a Berna (1450-1550) », in Quaderni Storici, 89, a. XXX, no 2, agosto 1995, p. 315-317.

8 AMV, J2/264, fol. 46vo et H2/249, listes nominales de confrères des serments en 1524 et 1545.

9 Thoen E., « Immigration to Bruges during the late Middle Ages », in Le migrazioni in Europa secoli XIII-XVIII. Atti della 20o settimana di studi 3-8 maggio 1993, Prato, Istituto Internazionale di Storia Economica F. Datini, 1994, p. 337.

10 AMV, fonds Caffiaux.

11 Couturier Marcel, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun 1525-1789, Sevpen, Paris, 1969, p. 216-226 : usage croissant du terme de marchand par les maîtres de métier entre 1550 et 1650, multiplication des mentions conjointes marchand/bourgeois in XVIe et début XVIIe, et emploi du bourgeois seul à partir de 1625.

12 ADN, B 18115.

13 Chaussinand-Nogaret Guy (dir.), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle. L’honneur – le mérite – l’argent, Tallandier, 1991, p. 28 (par A. Jouanna), et ADN, 5B 241 et 5B 24.

14 Janssens Paul, L’évolution de la noblesse belge depuis la fin du Moyen âge, Crédit Communal de Belgique, 1998, p. 147-156.

15 Ce que de nombreuses villes françaises garantissent à leurs édiles : à Nantes, avant la Réformation de la noblesse de 1667, de 33 % à 45 % des familles échevinales utilisent les privilèges anoblissants de leur fonction (Saupin Guy, Nantes au XVIIe…, op. cit., p. 297-321).

16 Jean Mireille, La Chambre des Comptes de Lille (1477-1667). L’institution et les hommes, Genève, Droz, 1992, et Junot Yves, Le gouverneur et les officiers de la Gouvernance de Lille 1516-1667, mémoire inédit de DEA, Lille III, 1994, p. 42-65.

17 AMV, II 45, lettres de confirmation de noblesse, 17 juillet 1556.

18 AGR, fonds des familles, Godin, no 8.

19 Au nombre de 26 (dont 17 à la faveur de l’anoblissement collectif de l’échevinage après le siège soutenu contre les Français en 1656) répertoriées par Le Boucq De Ternas Amédée, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d’Artois, Douai, 1884.

20 Baury Roger, « La quête d’Enée de la noblesse lilloise à l’époque moderne », in Société et Religion en France et aux Pays-Bas XVe-XIXe siècle, Mélanges en l’honneur d’Alain Lottin, Artois Presse Université, 2000, p. 99-111.

21 ADN, 5B 551.

22 La pratique des armes constitue l’une des sources de la vertu nobiliaire au XVIe siècle. Voir Ellery Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Champ Vallon, 1996, 189 p.

23 Janssens Paul, L’évolution de la noblesse belge…, op. cit., p. 495.

24 Doultreman Henri, op. cit., p. 383-390.

25 Dollinger Philippe, « Patriciat noble et patriciat bourgeois à Strasbourg au XIVe siècle », in Revue d’Alsace, Delle-Strasbourg-Colmar, tome 90, 1950-1951, p. 52-82, Lestocquoy Jean, Les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvernement des patriciens, XIe-XVe siècles, Paris, 1952, p. 13, et plus généralement Petitfrere Claude (coordinateur), Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, actes du colloque de Tours septembre 1998, Centre d’Histoire de la ville moderne et contemporaine, 1999, 579 p.

26 BMV, ms. 1205, fol. 15vo-16, et ms. 1201, fol. 2vo-8vo, recueil de 52 blasons.

27 Van Den Neste Evelyne, Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen âge (1300-1486), Paris, École des Chartes, 1996, p. 87-144 et p. 199-208 ; BMV, ms. 1205, fol. 111-114ro.

28 BM Cambrai, ms. 1135, fol. 40.

29 Modèle différent avec des frontières culturelles incluant les « mécaniques » dans Hanlon Grégory, L’univers des gens de bien. Culture et comportements des élites urbaines en Agenais-Condomois au XVIIe siècle, Presses Universitaires de Bordeaux, 1989, 387 p.

30 AMV, man. 704 fo 231ro.

Notes de fin

1 Dal Arlete, op. cit., mémoire de maîtrise inédit, p. 63-64 et p. 241 ; Bruneel Claude, « L’apport des listes de bourgeois à la démographie historique. Réflexions critiques à partir de l’exemple d’Anvers », fin Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, no 172, 1990/2, p. 102-103 ; Prak Maarten, « Citadini, abitanti e forestieri. Una classificazione della popolazione di Amsterdam… », fin Quaderni storici, op. cit., p. 336 et 343 ; Mols Roger, Introduction à la démographie historique des villes…, op. cit., tome 3, p. 233-234 ; Kintz Jean-Pierre, La société strasbourgeoise du milieu du XVIe siècle à la fin de la Guerre de Trente Ans 1560-1650. Essai d’histoire démographique, économique et sociale, Paris, 1984, p. 119-123.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Réception de nouveaux bourgeois à Valenciennes (1501-1631)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 6 – Moyennes annuelles d’admission à la bourgeoisie par achat1
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 2 – Fréquence d’apparition des nobles valenciennois (1500-1639)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 3 – Tableau généalogique : la famille Doultreman, du commerce des sayes à la noblesse
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search