Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Première partie : structures et représentations de la population urbaine

Chapitre 1 : Population et bourgeoisie d’une ville moyenne des Pays-Bas espagnols

Texte intégral

1Vers 1550, les Pays-Bas espagnols, ensemble de 17 provinces placées sous l’autorité de l’empereur Charles Quint, constituent l’un des espaces les plus urbanisés de l’Europe avec les régions de l’Italie du nord et de Naples. Si le cœur des fortes densités de population se trouve depuis le Moyen âge en Flandre et Brabant, les provinces méridionales des Pays-Bas n’en restent pas moins marquées par le fait urbain. En Hainaut, seules Mons, la capitale du comté, et Valenciennes émergent nettement au-dessus du réseau des petites villes d’Ath, Leuze, Maubeuge ou Le Quesnoy. Elles s’inscrivent davantage dans un maillage qui place à équidistance les villes moyennes des Pays-Bas du sud. Valenciennes se situe, à vol d’oiseau, à 32 km de Mons, à 29 km de Tournai, à 45 km de Lille, chef-lieu de la Flandre wallonne, à 53 km d’Arras, capitale du comté d’Artois, et à 29 km de Cambrai, siège d’une principauté ecclésiastique neutre qui entre officiellement dans le cercle des provinces espagnoles en 1595. La frontière avec le royaume de France passe au sud du Cambrésis et du Hainaut, à une trentaine de kilomètres de Valenciennes.

2Un fleuve, l’Escaut, achève de structurer cet ensemble. Il prend sa source au sud du Cambrésis, coule vers le nord, traversant Cambrai, entre dans Valenciennes où il devient navigable, serpente ensuite vers Tournai, dessert la banlieue de Gand et s’élargit à Anvers, le grand port et entrepôt des Pays-Bas et de l’Europe du Nord-Ouest, avant de se jeter dans la mer du Nord.

Dénombrer une population urbaine

3Les données chiffrées pour connaître, mesurer et suivre l’évolution de la population de Valenciennes au cours du XVIe siècle font souvent défaut. Chroniqueurs et visiteurs contemporains retiennent la dimension visuelle ou monumentale de la ville, ainsi que les fastes des grandes cérémonies publiques, pour en évoquer l’importance.

Quelques critères d’appréciation dans les sources du XVIe siècle

  • 1 Calvete De Estrella Juan Cristoval, Le très heureux voyage fait par très haut et très puissant prin (...)
  • 2 Guicciardini Loys, La description de tous les Pays-Bas…, op. cit., p. 431-435. La première édition (...)

4Lorsque le prince héritier Philippe d’Espagne, ils de Charles Quint effectue une tournée aux Pays-Bas en 1549, un des nobles de sa suite note laconiquement que Valenciennes est une « grande et forte ville du comté de Hainaut ». Il s’étend davantage sur les décors somptueux et la participation de ses habitants au déroulement de la Joyeuse Entrée du prince, occasion pour la ville de faire la démonstration de sa richesse et de sa magnificence : ce sont mille hommes et une centaine de garçons en grande tenue qui vont à la rencontre du prince devant les murailles1. Un excellent connaisseur des Pays-Bas à la veille de la révolte politico-religieuse des années 1560, le marchand florentin Lodovico Guicciardini, décrit abondamment les fortifications de Valenciennes, s’attache ensuite à l’énumération des églises et des bâtiments civils, et présente l’hôtel de ville et les institutions municipales. Il achève sa présentation par les activités marchandes et productrices : une manufacture textile diversifiée de « drapperie, ostades, toiles, taffetas, changeans » et un commerce des vins, sources de « grande richesse » pour ses habitants2. Ces descriptions ne hiérarchisent pas les villes et leur potentiel humain. Mais l’hypothèse d’une population nombreuse se précise dans la mesure où les activités manufacturières textiles sont consommatrices de main-d’œuvre.

5Les auteurs locaux ne sont guère plus prolixes. Un officier du souverain, son receveur du comté de Hainaut, évoque en 1533 une Valenciennes « fort peuplée et pleine de menu peuple, et ville marchande », tandis que Henri Doultreman, prévôt de la ville décédé en 1605, auteur d’une Histoire locale, y reprend la présentation de Guicciardini, en introduisant une comparaison du périmètre fortifié avec celui des villes voisines. La circonférence des remparts de Valenciennes (15651 pieds de Hainaut) équivaut presque à celle de Mons et dépasse celle de Cambrai (de 1400 pieds). Mais les 90 hectares ainsi enclos par les fortifications ne coïncident pas totalement avec l’espace habité. C’est oublier l’urbanisation des faubourgs, étirés le long des routes menant des portes de la ville vers Tournai, Mons, Le Quesnoy, Cambrai et Douai, et les vides qui subsistent à l’intérieur des remparts.

  • 3 BMV, fac-similé du plan de Deventer, aussi édité par Ruelens Ch., Duverlaux E. et Van Den Gheyn J. (...)

6Le premier plan gravé de Valenciennes, dressé par le géographe Jacques De Deventer entre 1550 et 1560, ainsi que celui peint par Adrien De Montigny dans les Albums de Croÿ vers 1601, restituent de manière perspective les monuments, les habitations et les rues qui rayonnent autour de la grand-place (au centre, paroisse Saint-Géry) et des places secondaires (place du Rivage dans la paroisse Saint-Géry, place de la Croix-au-Neuf-Bourg dans la paroisse Saint-Vaast, place à Lille dans la paroisse Saint-Jacques, place de la Couture dans la paroisse Saint-Nicolas). Le réseau hydrographique dense avec l’Escaut et ses petits affluents (notamment la Rhônelle) qui forment un lacis complexe en arrière des maisons, constitue une seconde trame urbaine à l’intérieur de l’enceinte. Des espaces non bâtis se détachent, en particulier aux abords des remparts et sur la rive gauche de l’Escaut, dans le quartier excentré de la Tannerie3.

  • 4 ADN, B 18005 et Arnould Maurice-A., Les dénombrements de foyers dans le comté de Hainaut (XIVe-XVIe(...)

7Enfin, la capacité fiscale de la ville, même grossièrement estimée à partir du potentiel humain, donne la première place à Valenciennes par rapport à Mons : la première doit acquitter le sixième des aides versées par la province à son prince, la seconde à peine le dixième4. La Valenciennes du XVIe siècle est considérée par ses contemporains comme la ville la plus riche et la plus peuplée du Hainaut.

Fiscalité et dénombrement de la population

  • 5 Craeybeckx Jan, « La portée fiscale et politique du 100e denier du duc d’Albe », in Acta Historica (...)

8La notion statistique apparaît tardivement au XVIe siècle pour des raisons fiscales : dénombrer une population, c’est connaître plus exactement le nombre de foyers taxables. La mise en place d’un nouvel impôt en 1569 par le duc d’Albe, nouveau gouverneur général chargé par le roi Philippe II de remettre au pas les Pays-Bas en révolte, entraîne les premiers dénombrements des fonds immobiliers dans la ville. Cet impôt, le 100e denier, est un prélèvement exceptionnel de 1 % de la valeur de tout capital immobilier5, levé de nouveau en 1577 et en 1602 à la demande des autorités municipales qui peinent à acquitter l’aide due par la ville à ses souverains. Cette taxe est encore complétée par un demi-100e en 1603 et par un 20e des loyers en 1605 dont les registres de collecte subsistent dans les archives locales. Ces sources fiscales sont bien entendu une base importante pour évaluer le potentiel démographique de la ville.

  • 6 AGR, chambre des comptes, no 16477, fol. 1vo ; Arnould Maurice-A., Les dénombrements de foyers…, op (...)
  • 7 ADN, B 18115.

9En 1569, le premier 100e rapporte 27630 Livres de Hainaut à Valenciennes, contre 23916 Livres pour Mons où sont dénombrés 2934 foyers en 15676. Cette différence de 15,5 % en faveur de Valenciennes permet d’y estimer à 3400 environ le nombre de foyers. Cette hypothèse est un minimum étant donné les contextes différents des deux villes à la fin des années 1560. Mons est restée loyaliste lors de la révolte de 1566. De son côté, Valenciennes subit le siège des troupes espagnoles en 1566-1567, la destruction de ses faubourgs, la fuite de centaines de ses habitants qui craignent les condamnations du Conseil des Troubles et les excès de la soldatesque qui y stationne jusqu’en 1577. Un bourgeois valenciennois résume en 1576 cette situation catastrophique en évoquant « la grande calamité ou se retroeuve ceste ville par la continuelle gendarmerie y estante en garnison que pour la dépopulation d’icelle »7. À raison de 4 ou 4,5 individus par foyer, Valenciennes, marquée par les stigmates de la répression et l’exode d’une partie de sa population, rassemble péniblement 13600 à 15000 habitants en 1569. Il est probable que la ville a compté 18000 habitants une décennie plus tôt, avant les troubles, dans un contexte général plus favorable, aboutissement d’un bon siècle de croissance démographique européenne (vers 1450-vers 1560).

10En 1602, le troisième 100e perçu à Valenciennes affiche des recettes nettes doubles de celles de 1569, avec 50224 Livres encaissées par les collecteurs. L’espace urbanisé est pourtant demeuré inchangé puisque la ville ne réalise pas d’extension de son enceinte pour aménager de nouveaux quartiers. La ventilation des recettes par paroisses montre une stabilité globale de leur part fiscale entre 1569 et 1602.

  • 8 La maison uni-familiale est la règle en Europe du nord-ouest. Dans les villes des Pays-Bas du XVIe  (...)
  • 9 Mols Roger, Introduction à la démographie historique des villes…, op. cit., p. 157-160 ; Posthumus (...)

11Au début du XVIIe siècle, Valenciennes totalise 3681 maisons dans ses murs et 608 dans ses faubourgs reconstruits, soit 4289 foyers8. Le gain n’est pas négligeable depuis les années noires du duc d’Albe : la ville comprend 889 foyers de plus qu’en 1569, soit une croissance de 20 %. Ce contexte très net de reprise justifie une évaluation à 5 personnes par maison. C’est un peu moins qu’à Leyde (densité de 5,3 en 1622), une cité manufacturière des Provinces-Unies dynamisée par l’immigration wallonne et par la relance de son industrie lainière au début du XVIIe siècle. Et c’est plus que dans la Valenciennes de la fin du XVIIe siècle (densité de 3,97 en 1699), lorsque la ville passée sous la souveraineté de la France entre dans une phase de marasme démographique persistant tout au long du XVIIIe sur fond de désindustrialisation urbaine9. Vers 1600, la population valenciennoise dépasse les 21000 habitants pour 4300 feux. Et cette estimation ne tient pas compte des ecclésiastiques qui peuplent les nombreux couvents masculins et féminins d’une ville gagnée à la Contre-Réforme catholique.

Tableau 1 – Répartition comparée des recettes du 100e denier dans les paroisses de Valenciennes (1569 et 1602)

Paroisses intra-muros et faubourgs

100e denier de 1569

100e denier de 1602

Unités d’habitation en 1602-1605

Saint-Géry

7674 Livres (30,5 %)

13316 Livres (26,5 %)

966 (22,5 %)

Saint-Nicolas

3448 Livres (13,5 %)

8879 Livres (17,5 %)

839 (19,5 %)

N-D de la Chaussée

3948 Livres (15,5 %)

711 (16,5 %)

Saint-Jacques

2933 Livres (11,5 %)

6615 Livres (13 %)

825 (19 %)

Saint-Vaast et N-D la Grande

2116 Livres (8,5 %)

4030 Livres (8 %)

340 (8 %)

Faubourgs de Tournai et de Lespaix

1669 Livres (9,5 %)

2779 Livres (5,5 %)

136 (3 %)

Faubourgs de Mons, Cardon et de Cambrai

2453 Livres (9 %)

472 (11 %)

Total (somme nette)

25199 Livres (100 %)

50224 Livres (100 %)

4289 (100 %)

Sources : AMV, CC 755 fol. 147-165r°, CC 174 fol. 7-8, CC 476, 478, 479, 480 et 442

  • 10 Morsa Denis, « L’urbanisation de la Belgique (1500-1800). Taille, hiérarchie et dynamique des ville (...)

12Valenciennes est sans conteste une ville moyenne à l’orée du XVIIe siècle. Sixième dans la hiérarchie urbaine des Pays-Bas méridionaux10, elle se place sensiblement au niveau de Tournai (20000 habitants environ), dépasse Mons (16000 habitants), Arras, Cambrai (12 à 15000 habitants) et Douai. Mais elle arrive loin derrière les villes métropoles de Bruxelles (50000 habitants) et Anvers (qui compte encore, malgré son déclin depuis la révolte des Pays-Bas, 47000 habitants), et elle est nettement devancée par Gand (31000), Lille (peut-être 30000) et Bruges (27000).

Mouvement naturel et mouvement migratoire : les deux mamelles nourricières d’une ville manufacturière

La reprise démographique au premier temps des Archiducs (1598-1609)

13Au premier temps des Archiducs Albert et Isabelle, successeurs en 1598 du roi Philippe II d’Espagne, la reprise démographique est notable à Valenciennes après les années noires consécutives à la Révolte des Pays-Bas des années 1560-1570. Le nombre négligeable de maisons vides dans les dénombrements fiscaux de 1602-1605 témoigne d’un dynamisme démographique nouveau dans un pays pacifié après trois décennies de troubles et combats. Les plaies démographiques nées de la révolte semblent pansées.

14Valenciennes profite tout d’abord de la fin de l’insécurité militaire dans le Hainaut. En 1579, la ville rallie l’Union d’Arras, rassemblement des provinces du sud des Pays-Bas à majorité catholique, idèles à Philippe II. Si Cambrai tombe en 1581 aux mains du parti français du seigneur de Balagny, qui mène des incursions le long de l’Escaut jusqu’aux faubourgs de Valenciennes, le Cambrésis revient dans le giron espagnol après le siège de la cité en 1595. Le traité signé avec la France à Vervins en 1598 achève d’éloigner le spectre de la guerre. La paix est alors assurée dans les Pays-Bas méridionaux jusqu’en 1635. L’affrontement séculaire entre les monarchies espagnole et française reprend à cette date et aboutit aux conquêtes de Louis XIV qui s’empare de Valenciennes en 1677 et forge l’actuelle frontière nord de la France.

  • 11 Biraben Jean-Noël, in Les hommes et la peste en France et dans les pays méditerranéens, Paris-La Ha (...)
  • 12 AMV, Caf. 8725, 8705, 8735, 8709, et ADN, B 18286, lettre du 24 novembre 1594.

15Le début du XVIIe siècle est aussi marqué par une pause des épisodes pesteux ou contagieux. Ces derniers frappent périodiquement l’Europe du Nord-Ouest, depuis la Grande Peste de 1348-1352 jusqu’à l’ultime épidémie de nos régions en 1667-166811. Valenciennes est touchée en 1514-1516 (avec peut-être 6000 morts dont l’ancien prévôt de la ville Roland Chamart), en 1520-1522 (la municipalité doit acheter en 1521 une propriété suburbaine pour isoler les pestiférés, en aval de l’Escaut), et encore entre 1555 et 1558. Mais la fréquence épidémique devient particulièrement élevée dans le dernier tiers du siècle, de 1571 jusqu’à la « grande contagion » de 1597-1598. Les testaments évoquent la « maladie contagieuse » ou « maladie caducque » en 1571 et le receveur du roi déplore en 1594 l’activité perturbée et ralentie des moulins à blé « par la mortalité du grand nombre de gens » depuis les 14 à 15 ans « que la maladie contagieuse régnoit en ceste ville »12. Il faut attendre 1598 pour déceler, dans les premiers registres de sépulture conservés, la sortie de crise. Les inhumations dans la paroisse des artisans du lin, Saint-Nicolas, chutent (328 en 1595, 235 en 1596, 249 en 1597, encore 179 en 1598) puis la fourchette annuelle des enterrements oscille de 85 à 131 entre 1599 et 1607, soit une division de deux à trois du nombre de décès. L’arrêt des fortes mortalités épidémiques est suffisamment long pour produire ses effets sur le solde naturel.

  • 13 Phénomène similaire à Nantes (25000 habitants vers 1600) : la croissance du nombre de baptêmes intr (...)

16La natalité, perturbée après les évènements politiques de 1566-1567, opère son redressement dès la fin du siècle, en dépit de la guerre, de la maladie et des chertés céréalières13. La moyenne des baptêmes de la paroisse Saint-Nicolas grimpe de 165 à 198 par an entre 1576-1579 et 1601-1609, soit une hausse de 20 % qui se retrouve aussi dans la paroisse la plus peuplée de la ville, Saint-Géry, entre 1586-1590 et 1601-1609 : le curé y baptise alors annuellement 225 enfants. Les faubourgs ne restent pas à l’écart du mouvement des berceaux. À Saint-Vaast-là-haut, l’enregistrement des baptêmes fait un bond spectaculaire, passant d’une dizaine par an vers 1595-1598 à près de 100 en 1605-1606. C’est le signe d’une reconstruction et du repeuplement des rues et habitations situées en dehors de l’abri protecteur des remparts, après le rétablissement de la paix avec Cambrai et avec la France.

  • 14 Chartier R., Chaussinand-Nogaret G., Neveux H., Le Roy Ladurie E., Histoire de la France urbaine, t (...)

17Les conditions démographiques sont donc particulièrement favorables à l’aube du XVIIe siècle. La baisse de la mortalité et la hausse de la natalité dopent le solde naturel. À Saint-Nicolas, paroisse forte de 839 habitations en 1603, un excédent naturel se dégage à partir de 1598, après une décennie noire (la paroisse perd 143 habitants pendant la crise de subsistances de 1595). L’excédent annuel des baptêmes sur les sépultures s’y traduit par 64 à 119 individus supplémentaires jusqu’en 1607, et se maintient jusqu’à la fin des années 1610, à peine érodé par l’épidémie de 1616-1619 durant laquelle la mort ne l’emporte sur la vie qu’une seule année. La décennie 1620-1629 se révèle plus instable et l’épidémie meurtrière de 1626-1628 gomme les gains naturels des années précédentes. C’est alors que se casse définitivement la dynamique démographique de la ville jusqu’à l’époque industrielle. Au XVIIIe siècle, alors que la population des villes françaises connaît une croissance moyenne d’environ 40 %, celle de Valenciennes stagne14. Il ne naît pas plus d’enfants dans ses trois principales paroisses (Saint-Géry, Saint-Nicolas et Saint-Jacques) en 1737-1749 qu’en 1601-1609.

18Les deux premiers tiers du XVIe siècle et le sursaut du début du XVIIe siècle marquent sans conteste l’âge d’or de la population valenciennoise qui rivalise presque avec Lille. Au milieu du XVIe siècle, Lille n’est sans doute pas beaucoup plus peuplée que Valenciennes. Après la première fracture des années 1560, celle de la révolte qui épargne Lille, l’écart se creuse en faveur de cette dernière, deux fois plus peuplée au milieu du XVIIe siècle que Valenciennes. Au XVIIIe, elle l’est trois fois plus. La hiérarchie urbaine de la région s’est mise en place précocement, dès l’époque des guerres de religion.

Un apport migratoire indéniable

  • 15 Perrot Jean-Claude, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, 1975, tome 1, p. 153- (...)

19Le tableau de la population ne peut être complet sans y inclure le rôle de l’apport migratoire. Le solde naturel d’une ville de l’Ancien Régime, souvent déficitaire, ne peut à lui seul justifier l’augmentation du nombre d’habitants. La ville manufacturière est attractive. Les visiteurs du XVIe siècle comme Guicciardini remarquent tous que la fortune de Valenciennes est bâtie sur les activités textiles de la ville et sur son commerce. Le système urbain tire sa régulation, sa cohérence et sa prospérité des liens réciproques entre activités économiques, travail, et potentiel démographique : la ville dynamique est aussi un espace d’accueil des migrants15.

  • 16 Mols Roger, Introduction à la démographie historique des villes…, op. cit., tome II, p. 360 et suiv (...)

20L’immigration dans les villes des Pays-Bas au siècle de Charles Quint peut être indirectement et partiellement appréhendée par la lecture des registres de bourgeoisie. Un étranger venu y résider renonce à son statut d’origine pour intégrer la communauté civique et devenir « bourgeois » de droit de sa ville d’accueil. A Valenciennes, les registres « des bourgeois et choses communes » tenus par les autorités municipales recensent avec une précision à peu près constante l’identité, la profession et le lieu de naissance des nouveaux bourgeois qui doivent justifier d’au moins un an et un jour de résidence. Ces listes ne sont pas exemptes de problèmes pour analyser l’immigration16. Restent dans l’ombre la taille de la cellule familiale (puisque seul le chef de famille est enregistré), le temps écoulé entre l’arrivée en ville et la réception à la bourgeoisie, ainsi que le lieu d’origine immédiate qui ne correspond pas toujours au lieu de naissance. En dépit de ces réserves, le profil de l’immigrant nouveau bourgeois se dessine.

21La reconstitution des âges (possible pour une cinquantaine de cas s’étalant de 17 à 49 ans) donne une moyenne de 29 ans. Il s’agit d’hommes encore jeunes, statutairement mariés puisqu’il leur faut tenir ménage, et souvent pères de jeunes enfants. L’analyse des lieux de naissance des nouveaux bourgeois montre que l’aire d’attraction migratoire de Valenciennes dépasse le simple cadre régional.

Tableau 2 – Lieu de naissance des nouveaux bourgeois de Valenciennes (1501-1637)

Lieu de naissance

Nombre

Pourcentage

Valenciennes

332

14 %

Prévôté de Valenciennes

347

15 %

Reste du Hainaut

697

30 %

Cambrésis

214

9 %

Artois

114

5 %

Flandre wallonne et Tournaisis

101 + 77

7,5 %

Reste des Pays-Bas et Liège

190

8 %

France et pays étrangers

67 + 16

3,5 %

Total des localisations

2155 sur 2325

92 %

Source : AMV, ms. 698 à 705 et J2/253 à 274

22Le recrutement est avant tout provincial : 60 % de l’effectif est né dans le Hainaut, dont la moitié à Valenciennes même et dans le ressort de sa prévôté qui regroupe une trentaine de villages autour du chef-lieu. Les provinces voisines méridionales (le Cambrésis, l’Artois, la Flandre wallonne avec Lille, Douai et Orchies, le Tournaisis) et dans une moindre mesure le versant oriental des Pays-Bas espagnols (le comté de Namur, le duché de Brabant et la principauté indépendante de Liège) élargissent cette aire hennuyère (25 %). Le nouveau bourgeois de Valenciennes est donc avant tout un « bourguignon » des Pays-Bas, partageant une même fidélité dynastique et une même langue francophone (wallonne ou picarde). Les provinces de langue flamande ou germanique sont en effet peu représentées avec à peine 3 % de natifs du comté de Flandre (qui est pourtant l’espace le plus densément peuplé des Pays-Bas) et moins de 1 % dans les provinces du nord (la Zélande, la Hollande, la Gueldre et la Frise).

23La France fournit l’essentiel de l’apport d’étrangers nés hors des anciens Pays-Bas. Un réservoir (avec 50 des 67 Français recensés) s’inscrit jusqu’aux années 1540 sur les terres de Picardie et du Beauvaisis, proches de la frontière. Mais ce flux se tarit ensuite, sans doute à cause de la multiplication des opérations militaires entre Charles Quint et François Ier puis entre leurs successeurs. Les autres Français sont nés à Paris (deux marchands et un orfèvre) et dans les villes-étapes des routes marchandes liées aux anciens Pays-Bas (comme les ports de Rouen, Dieppe et Calais, Compiègne en Picardie et Reims en Champagne), et de manière isolée à Quimper et Valence. L’Europe du sud fournit un seul Castillan (un marchand inscrit en 1530), mais son versant italien pèse beaucoup plus avec sept Piémontais et Savoyards (dont un marchand, un lainier, un peigneur de sayette, un prêteur sur gages, un écuyer), un Napolitain (lainier de son état) et un natif de Bologne. L’espace germanique est d’abord représenté par les régions des fleuves aboutissant aux Pays-Bas, c’est-à-dire les vallées de la Meuse et du Rhin (Maastricht, le duché de Clèves et Cologne, ville natale du sculpteur Adam Lottman, bourgeois de Valenciennes en 1631), sporadiquement par Hanovre en Brunswick (un lainier) et Breslau en Silésie, autre territoire dans la mouvance des Habsbourg. Aucun Anglais ne figure dans les registres de bourgeoisie, en dépit des liens commerciaux importants liant Angleterre et Pays-Bas par la mer du Nord.

  • 17 Dal Arlette, La bourgeoisie de Lille (1565 à 1792), étude juridique et statistique, mémoire de maît (...)

24L’aire d’attraction migratoire de Valenciennes reste donc ancrée dans le sud des Pays-Bas, dans un espace traversé par l’Escaut et limité par les villes d’Anvers, Bruxelles, Liège, Saint-Quentin, Amiens et Abbeville. Au-delà de ce cercle, l’attraction s’effondre et n’est plus représentée que par des cas isolés. Cette géographie du recrutement ressemble énormément à celle de Lille : 60 % de ses nouveaux bourgeois viennent de Flandre wallonne, 15 % de l’Artois voisine et moins de 5 % de l’étranger avant la conquête française du temps de Louis XIV17. Le même étalement en cercles de moins en moins fournis se détache, mais Lille et Valenciennes s’échangent très peu de nouveaux bourgeois. Les deux réseaux urbains ne s’interpénètrent pas, signe d’une concurrence précoce ou d’une disposition sur des circuits économiques et commerciaux distincts, sans complémentarité particulière.

Carte 1 – Les lieux de naissance des nouveaux bourgeois nés hors des Pays-Bas (1501-1637)

Carte 1 – Les lieux de naissance des nouveaux bourgeois nés hors des Pays-Bas (1501-1637)

Le profil professionnel des immigrants

  • 18 Arnould Maurice-A., Les dénombrements de foyers…, op. cit., p. 310.

25Les natifs du Hainaut, comté au taux d’urbanisation d’environ 40 % au milieu du XVI e siècle18, sont majoritairement des ruraux des campagnes environnantes. Sur les 45 % de nouveaux bourgeois nés en Hainaut, moins du tiers est issu des vingt et une « villes franches » de la province (c’est-à-dire les bourgs et petites villes), manifestement sous-représentées. Inversement, en intégrant tous les citadins de naissance, de Valenciennes et des villes des Pays-Bas et de l’étranger, la proportion des urbains atteint 45 % de l’effectif des nouveaux bourgeois. Les villes de Cambrai et du Cateau-Cambrésis fournissent respectivement 82 et 43 des 214 inscrits originaires de la province du Cambrésis, soit 58 %. Et 42 % des natifs de l’Artois ont vu le jour à Arras. Les migrations interurbaines amènent donc près de la moitié des nouveaux bourgeois de Valenciennes : la ville se nourrit, au regard de ses bourgeois, autant des autres villes que de la campagne proche.

  • 19 Le Roy Ladurie Emmanuel, L’Europe de Thomas Platter. France, Angleterre, Pays-Bas 1599-1600 (Le siè (...)

26L’activité professionnelle des nouveaux bourgeois ne justifie pas à elle seule la direction des courants migratoires. La manufacture lainière recrute ses tisserands sur place (ainsi, 31 % des 271 bourgeois sayetteurs inscrits jusqu’en 1566 sont nés à Valenciennes) ou dans les proches campagnes. Il est curieux de constater que très peu d’entre eux sont issus des autres centres urbains de sayetterie des Pays-Bas méridionaux ou de Picardie française : un seul d’Amiens (en France) et de Bergues-Saint-Winoc (Flandre), deux d’Hondschoote (Flandre), quatre de Douai (Flandre wallonne), six de Mons (Hainaut), sept de Lille (Flandre wallonne) et huit d’Arras (Artois). Par contre, les trois quarts de la cinquantaine de tisserands de lin ou mulquiniers apparaissant dans les registres de bourgeoisie jusqu’en 1593 sont originaires du Cambrésis où le travail du lin est traditionnel depuis au moins le XIIIe siècle. Le phénomène est suffisamment structuré, avec des inscriptions groupées à la bourgeoisie sous le patronage d’un marchand, pour apparaître comme une migration de métier, liée au transfert de l’activité de mulquinerie de Cambrai vers d’autres villes à la suite des guerres de religion du dernier tiers du XVIe siècle19.

  • 20 Paillard Charles, Histoire des troubles religieux de Valenciennes 1560-1567, Paris-Valenciennes-Bru (...)

27D’autres sources confirment et précisent les détours migratoires d’artisans dont seule une fraction finit par se faire enregistrer comme bourgeois. Une enquête demandée en 1560 aux autorités municipales sur les étrangers résidant à Valenciennes montre qu’il y a « bien petit nombre de Franchois et de la ville d’Amyens seullement (qui) n’estoient venuz en ceste ville que pour ouvrer de leur mestier de saietrie ». Et l’interrogatoire d’un artisan du lin mulquinier de Nivelles en Brabant, compromis dans les troubles religieux de 1562, retrace le départ de sa ville vers 1560 pour Valenciennes car « il (y) faisoit meilleur vivre : il se partit […] avec sa femme pour aller demorer à Valenciennes et y besoigner de son stil de mulkenier, aiant durant ledict temps quelquefois esté à Cambray et aussi au Chasteau-en-Cambrésis pour y besoingner de sondict stil »20. Le caractère attractif de la ville est confirmé mais l’établissement de main-d’œuvre en ville peut s’avérer provisoire du fait de la concurrence et de la proximité des centres urbains de tradition textile qui entretiennent la mobilité des hommes et leur circulation de ville en ville au gré de la conjoncture de l’emploi.

  • 21 Prak Maarten, « Cittadini, abitanti e forestieri. Una classificazione della popolazione di Amsterda (...)

28Au total, Valenciennes intègre en une centaine d’années plus de 2400 chefs de famille dans sa bourgeoisie, à près de 90 % nés à l’extérieur et issus de l’immigration. Quel peut être le poids global de l’immigration dans la société urbaine ? Dans une métropole à forte croissance démographique comme Amsterdam au cours des années 1616-1630, 10 à 11 % des 4500 immigrants annuels finalisent leur intégration à la ville en rejoignant les rangs de la bourgeoisie de statut21. Sur cette base hypothétique de 10 % de nouveaux venus briguant la bourgeoisie, Valenciennes recevrait près de 200 étrangers chaque année. Et la chute des enregistrements à partir de la fin du XVIe ne doit pas minorer le phénomène d’immigration. Les indices conjoncturels et démographiques, comme l’envolée de la production de mulquinerie et de toiles fines de lin à Valenciennes entre 1590 et 1625 ainsi que les 21000 habitants dénombrés au début du XVIIe siècle, sont indissociables d’un lux conséquent de main-d’œuvre venue de l’extérieur, même si le nombre de nouveaux bourgeois enregistrés se tasse inexorablement à cette époque.

Manants, bourgeois, élites urbaines : le problème des proportions

29Dans la société d’ancien régime, les manants sont de simples habitants de la ville, à la différence des bourgeois qui constituent une part juridiquement distincte de la population urbaine. Les bourgeois eux-mêmes, au-delà de leur statut ou état juridique commun, se répartissent dans les différentes classes sociales urbaines en fonction de leur type d’activité, de leur niveau de richesse, d’honorabilité ou de responsabilité collective ou politique. Dénombrer et classer les individus composant une société urbaine toujours complexe et hiérarchisée est un exercice difficile. Prenons deux critères aisément chiffrables pour dénombrer des classes internes à cette bourgeoisie de statut : la participation à la sécurité de la ville (la force numérique) et la contribution au système de charité municipale (la capacité financière).

La masse des bourgeois en armes

  • 22 Paillard Charles, Histoire des troubles religieux de Valenciennes…, op. cit., tome 4, p. 398-406 et (...)
  • 23 5000 personnes (à raison de 4 par foyer) sur les 32600 habitants, selon Arlette Dal, op. cit., p. 7 (...)
  • 24 Descimon Robert, « Milice bourgeoise et identité urbaine à Paris au temps de la Ligue », in Annales (...)

30Le service militaire est l’une des obligations incombant aux bourgeois d’une ville des Temps Modernes. À Valenciennes, les premières compagnies bourgeoises mises sur pied en 1564 ne comptent que 300 hommes (non payés), suppléés par 100 soldats à gages (payés). Elles sont étoffées après la révolte de la ville et portées en 1574 à « huict cens bourgeois des plus zelectz non suspectz des troubles passez » choisis par le gouverneur du Hainaut, puis à 1800 hommes à partir de 1578. La ville est en état d’envoyer en 1595 de 5 à 600 bourgeois de ses compagnies pour assister l’armée espagnole qui assiège Cambrai22. Ces 1800 hommes en armes, forces vives de la bourgeoisie de statut, représentent vers 1600 environ 9 % des habitants de Valenciennes. Par extension à la cellule familiale, le corps de la bourgeoisie atteint au moins le tiers de la population, un chiffre important au regard des 16 % de bourgeois dénombrés vers 1617 à Lille23. Si les capitaines de ces compagnies bourgeoises appartiennent à un cercle étroit de notables proches de l’hôtel de ville, le recrutement social des hommes de troupes n’a rien d’élitiste, comme à Paris. Le monde artisanal, frange supérieure du petit peuple urbain, y trouve un moyen de rehausser son statut social et en constitue la masse corporelle24.

Les franges supérieures de la bourgeoisie

31En glissant du statut juridique de bourgeoisie à celui de classes sociales, une stratification se dessine. La strate supérieure de la bourgeoisie se distingue par sa pratique du don d’argent ou de blé à destination des pauvres. Les listes de donateurs laïcs inscrits dans les registres de l’Aumône générale, institution caritative gérée par la ville, sont un bon marqueur des couches supérieures de la société placées devant une obligation morale et religieuse de charité vis-à-vis des plus démunis. Combien de « bons bourgeois » se distinguent en faisant montre de générosité ?

Tableau 3 – Dénombrement des donateurs de l’Aumône générale de Valenciennes (1547-1599)

Tableau 3 – Dénombrement des donateurs de l’Aumône générale de Valenciennes (1547-1599)

Source : AMV, 2E, registres annuels de la comptabilité de l’Aumône générale – ecclésiastiques non compris

  • 25 Crouzet-Pavan Elisabeth, « Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie (...)

32Jusqu’en 1566, ce sont près de 200 « bons personnages », hommes et femmes veuves chefs de famille, qui se distinguent aux yeux de leurs concitoyens par une promesse nominale de dons. Cette générosité aichée délimite un noyau stable de familles contribuables qui peuvent être assimilées à l’élite urbaine. Les critères de délimitation de celle-ci25 sont économiques (par la capacité de versements réguliers), politiques et symboliques : le devoir individuel de charité chrétienne va de pair avec le souci de maintenir le bon ordre dans la ville, d’apaiser les tensions sociales et d’afficher le prestige d’une personne ou d’une famille assumant des responsabilités publiques.

33La lecture des listes de dons montre une diminution drastique et durable du nombre de donateurs à partir des années 1570. Les évènements politiques particuliers de Valenciennes y ont leur part. Cette baisse s’explique en partie par le renouvellement des familles de la haute bourgeoisie dans les années 1570-1590, avec l’émigration massive des familles calvinistes et l’arrivée plus limitée de nouvelles familles marchandes ou nobles. Mais elle est aussi le signe d’une mutation des pratiques charitables qui fait reculer le don nominal au profit du don anonyme, et qui oriente l’argent vers d’autres institutions, ecclésiastiques en particulier. Ceci rend moins lisible, au regard de la charité sous contrôle municipal, l’espace occupé par ces « bons bourgeois ». Mais il ne faut donc pas voir dans cette évolution de la fin du XVIe siècle une fermeture ou une restriction numérique de l’élite bourgeoise.

Le profil socioprofessionnel des 200 « bons bourgeois » de la ville

  • 26 Ces fiches font l’objet d’un volume à part dans la version originale de cette thèse. Elles ne peuve (...)

34Revenons sur les contours professionnels et politiques des 206 contribuables de l’Aumône générale en 1565. Le recoupement entre les listes des donateurs de l’Aumône générale de la ville et les fiches prosopographiques établies par le dépouillement général des sources26 permet de préciser les profils socioprofessionnels. Sous quelle qualité ou quelle activité sont connus les donateurs ? Dans quelle mesure participent-ils au premier cercle du pouvoir municipal, sachant que l’Aumône est sous le contrôle des échevins ?

  • 27 P. Jeannin, Les marchands au XVIe siècle, éditions du Seuil, 1957, p. 37-40.

35Quatre groupes constituent l’armature d’une élite dont 40 % des membres font un passage sur les bancs de l’échevinage de la ville. La noblesse et un patriciat urbain qui s’en donne les apparences, par un titre d’écuyer ou la possession d’une seigneurie, forment 10 % de l’effectif et cumulent les hautes fonctions municipales. Le monde des marchands fournit un noyau dur de 40 %. Ce groupe est très diversifié ou hétérogène, avec des différences de domaine (spécialisé ou généraliste), de volume et type d’affaires (commerce de gros ou de détail) et d’aire d’activité (locale, régionale, internationale)27. Les plus généreux sont les négociants spécialisés en productions textiles et en vins, et les négociants généralistes, tous inscrits dans les échanges France-Pays-Bas-Anvers. Mais le groupe comprend aussi les marchands de bois, de blé, de sel, de teinture, de bêtes, spécialisés et tournés vers le marché régional et local. Les maîtres aisés des corporations artisanales et les boutiquiers (drapiers, teinturiers, lainiers, tanneurs, brasseurs, graissiers), auxquels s’adjoignent les hôteliers et taverniers, regroupent tout de même 25 % des donateurs de l’assistance, mais sont moins présents dans l’échevinage. Le dernier groupe (16,5 % des donateurs) rassemble les hommes de loi qui sont à la fois appréciés pour leurs compétences juridiques ou financières et très sollicités dans les institutions politiques locales.

Tableau 4 – Profil socioprofessionnel des « bons personnages » de l’Aumône générale (1565)

Tableau 4 – Profil socioprofessionnel des « bons personnages » de l’Aumône générale (1565)

36Cette élite quadripartite, liée à la direction politique de la ville et à celle des aspects productifs et commerciaux de son économie, est centrée sur 200 familles ou 1000 personnes. Elle ne rassemble pas plus de 5 à 6 % de la population de la ville à la veille des troubles de 1566.

Notes

1 Calvete De Estrella Juan Cristoval, Le très heureux voyage fait par très haut et très puissant prince Don Philippe ils du grand empereur Charles Quint depuis l’Espagne jusqu’à ses domaines de la Basse Allemagne, avec la description de tous les états de Brabant et de Flandre, traduit par Jules Petit, tome 3, Bruxelles, 1876, p. 67-74.

2 Guicciardini Loys, La description de tous les Pays-Bas…, op. cit., p. 431-435. La première édition de cet ouvrage à succès (pas moins de 58 éditions) remonte à 1567.

3 BMV, fac-similé du plan de Deventer, aussi édité par Ruelens Ch., Duverlaux E. et Van Den Gheyn J. in Atlas des villes de la Belgique au XVIe siècle, Bruxelles, 1884-1924, et Albums de Croÿ, tome XXV, Fleuves et Rivières. Escaut et Scarpe, édité par Duvosquel J.-M., Crédit Communal de Belgique, 1991, planche XIV. Voir aussi Mereau Jean, « Valenciennes dans les plans et la peinture du XVe au XVIIIe siècle », in Valenciennes. Les canonniers, Institut français d’architecture, Norma, 1998, p. 59-73.

4 ADN, B 18005 et Arnould Maurice-A., Les dénombrements de foyers dans le comté de Hainaut (XIVe-XVIe siècle), Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1956, p. 304.

5 Craeybeckx Jan, « La portée fiscale et politique du 100e denier du duc d’Albe », in Acta Historica Bruxellensia, I, Bruxelles, 1967, p. 342-374, et Grapperhuis F. M. G., Alva en de tiende penning, Zutphen, 1982.

6 AGR, chambre des comptes, no 16477, fol. 1vo ; Arnould Maurice-A., Les dénombrements de foyers…, op. cit., p. 304-305 et p. 649, Verbeemen M.-J., « Évolution démographique d’une ville wallonne : Mons (1283-1766) », in L’intermédiaire des généalogistes, no 55, janvier 1955, p. 22-25.

7 ADN, B 18115.

8 La maison uni-familiale est la règle en Europe du nord-ouest. Dans les villes des Pays-Bas du XVIe siècle, une faible proportion de maisons abrite plus d’un ménage : 10 % à Bruxelles en 1526, 12 % à Namur vers 1550, 17,4 % à Leyde en 1581, 20 % à Anvers en 1526. Voir Mols Roger, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du XIVe au XVIIIe siècle, tome 2, Louvain, 1955, p. 131-138.

9 Mols Roger, Introduction à la démographie historique des villes…, op. cit., p. 157-160 ; Posthumus N. W., De geschiedenis van de Leidsche Lakenindustrie. Bronnen tot de geschiedenis van de Leidsche textiel ni juerheid, tome II, S’Gravenhage, p. 154-156 ; Guignet Philippe, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle, New-York, 1977, p. 251-273. Valenciennes compte 17236 habitants répartis dans 4217 maisons selon le dénombrement de 1699 (AMV, 1J/11).

10 Morsa Denis, « L’urbanisation de la Belgique (1500-1800). Taille, hiérarchie et dynamique des villes », in Revue du Nord, tome 79, no 320-321, avril-septembre 1997, p. 303-329, et base de données de De Vries Jan, European urbanization 1500-1800, London, 1984, qui donne, p. 272, seulement 15000 habitants à Valenciennes vers 1600.

11 Biraben Jean-Noël, in Les hommes et la peste en France et dans les pays méditerranéens, Paris-La Haye, 2 volumes, 1975-1976, recense 7 grandes poussées de peste dans la France du XVIe siècle : 1502, 1522, 1531, 1545, 1564, 1586 et 1596. La chronologie pesteuse de Lille correspond à celle de Valenciennes : 1514-1515, 1519-1522, 1533-1534 (épidémie mineure), 1538-1539 (mineure), 1544-1545, 1554-1557 (importante), 1573-1577, 1580-1584, 1596-1599, 1617-1619, 1628, 1635-1636 (Lottin Alain, Histoire de Lille, de Charles Quint à la conquête française 1500-1715, sous la direction de L. Trénard, tome II, Privat, 1981, p. 44, 47-50).

12 AMV, Caf. 8725, 8705, 8735, 8709, et ADN, B 18286, lettre du 24 novembre 1594.

13 Phénomène similaire à Nantes (25000 habitants vers 1600) : la croissance du nombre de baptêmes intra-muros est de 20 % entre 1561-1570 et 1601-1610, en dépit des guerres de religion et de l’action de la Ligue (Croix Alain, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie – La mort – La foi, Maloine, 1981, tome I, p. 174-183).

14 Chartier R., Chaussinand-Nogaret G., Neveux H., Le Roy Ladurie E., Histoire de la France urbaine, tome 3, La ville des temps modernes de la Renaissance aux Révolutions, Éditions du Seuil, 1998, p. 293-296.

15 Perrot Jean-Claude, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, 1975, tome 1, p. 153-169, et Roche Daniel (directeur), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (in XVIIe-début XIXe siècle), Fayard, 2000, p. 10-13.

16 Mols Roger, Introduction à la démographie historique des villes…, op. cit., tome II, p. 360 et suivantes.

17 Dal Arlette, La bourgeoisie de Lille (1565 à 1792), étude juridique et statistique, mémoire de maîtrise inédit sous la direction de Pierre Deyon, université de Lille III, 1971, p. 171-177.

18 Arnould Maurice-A., Les dénombrements de foyers…, op. cit., p. 310.

19 Le Roy Ladurie Emmanuel, L’Europe de Thomas Platter. France, Angleterre, Pays-Bas 1599-1600 (Le siècle des Platter III), Fayard, 2006, p. 462.

20 Paillard Charles, Histoire des troubles religieux de Valenciennes 1560-1567, Paris-Valenciennes-Bruxelles, tome 2, 1875, p. 23 (lettre du Magistrat de Valenciennes à la gouvernante Marguerite de Parme, décembre 1560), et tome 1, 1874, p. 303.

21 Prak Maarten, « Cittadini, abitanti e forestieri. Una classificazione della popolazione di Amsterdam nella prima età moderna », in Quaderni Storici, 89, anno XXX, no 2, agosto 1995, p. 344-345.

22 Paillard Charles, Histoire des troubles religieux de Valenciennes…, op. cit., tome 4, p. 398-406 et BM Cambrai, ms. 1135, fol. 120, 128r°, 129r°, 144v° et 148.

23 5000 personnes (à raison de 4 par foyer) sur les 32600 habitants, selon Arlette Dal, op. cit., p. 77.

24 Descimon Robert, « Milice bourgeoise et identité urbaine à Paris au temps de la Ligue », in Annales ESC, juillet-août 1993, no 4, p. 892-893.

25 Crouzet-Pavan Elisabeth, « Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie) », in Les élites urbaines au Moyen âge, XVIIe congrès de la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur (Rome, mai 1996), Paris, 1997, p. 9-28.

26 Ces fiches font l’objet d’un volume à part dans la version originale de cette thèse. Elles ne peuvent être reproduites dans sa version abrégée.

27 P. Jeannin, Les marchands au XVIe siècle, éditions du Seuil, 1957, p. 37-40.

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Les lieux de naissance des nouveaux bourgeois nés hors des Pays-Bas (1501-1637)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 3 – Dénombrement des donateurs de l’Aumône générale de Valenciennes (1547-1599)
Crédits Source : AMV, 2E, registres annuels de la comptabilité de l’Aumône générale – ecclésiastiques non compris
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 4 – Profil socioprofessionnel des « bons personnages » de l’Aumône générale (1565)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search