Version classiqueVersion mobile

Les bourgeois de Valenciennes

 | 
Yves Junot

Introduction

Texte intégral

1Dans sa célèbre description des anciens Pays-Bas espagnols à la veille de la Révolte des années 1560, le marchand florentin Guicciardini constate de nombreuses similitudes avec sa terre d’origine italienne. Au milieu de campagnes fertiles s’étale un espace semé de villes, traversé et structuré par les cours d’eau et rivières, Escaut, Meuse et Rhin, et orienté vers la tête de pont de la nouvelle « économie-monde », Anvers, qui a supplanté depuis la fin du XVe siècle sa voisine brugeoise. Cette armature urbaine d’origine médiévale se nourrit d’un pouvoir municipal fort que Guicciardini reconnaît à travers la description des édifices publics civils, hôtel de ville, beffroi, horloge. Le caractère marchand des villes des anciens Pays-Bas est stimulé par des activités manufacturières souvent anciennes et en premier lieu textiles, avec des fortunes diverses selon les âges et les lieux. A l’essor manufacturier et commercial relevé par Guicciardini correspondent aussi des phénomènes sous-jacents, communs à une large partie de l’Europe du Nord-Ouest en ce début des Temps Modernes. Il s’agit de la croissance démographique, qui efface entre 1450 et 1560 environ les saignées de la Grande Peste de 1348 et de ses récurrences, pour renouer avec un « monde plein » particulièrement sensible dans les villes. L’évolution des mentalités accompagne aussi ce siècle de la Renaissance et de la Réforme protestante. Les sociétés urbaines connaîssent donc en retour des transformations qui affectent leurs hiérarchies anciennes et leur organisation traditionnelle.

  • 1 E. Crouzet-Pavan, « Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie) », d (...)
  • 2 L’État moderne et les élites XIIIe-XVIIIe siècles. Apports et limites de la méthode prosopographiq (...)

2L’histoire sociale, volet majeur de l’histoire urbaine, reste tributaire du poids des élites. Celles-ci peuvent constituer un groupe reconnu et distingué par l’ensemble de la communauté, et conscient de sa propre existence. Elles sont également un instrument de mesure pour les historiens qui reconstruisent et individualisent les strates supérieures de la société par des critères politiques, économiques ou symboliques1. La formation, la circulation et le renouvellement des élites sont au cœur de la dynamique sociale et constituent un sujet toujours débattu de l’historiographie, souvent dans le rapport à la formation de l’État2.

  • 3 B. Guenee, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen âge (vers 13 (...)
  • 4 M. Couturier, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun 1525-1789, Sevpen, 1969.
  • 5 J. Dewald, The Formation of a provincial Nobility : the Magistrates of the Parlement of Rouen, 149 (...)
  • 6 M. Jean, La chambre des comptes de Lille. L’institution et les hommes (1477-1667), Paris, 1992.

3Dans les derniers siècles du Moyen âge et à l’époque moderne, quand l’appareil d’État et son administration s’affermissent en Occident, les villes qui abritent le siège d’institutions judiciaires et financières génèrent un monde de la robe et de l’office. Ces hommes de loi et de finance finissent par s’assurer une place prééminente dans la société et accèdent plus ou moins rapidement à un mode de vie et un statut nobiliaires. Cette nouvelle oligarchie s’impose dans l’administration davantage par ses compétences que par sa fortune3. Dans le royaume de France, cette élite administrative se repère aisément au sein des structures sociales de petites et moyennes villes de province, autour d’un tribunal subalterne, d’un grenier à sel, d’un bureau des aides ou d’un siège d’élection4. Dans les capitales provinciales, les officiers des cours souveraines forment un véritable patriciat ayant en commun un patrimoine culturel et intellectuel homogène. Ce patriciat s’agrège rapidement à l’ordre de la noblesse, à l’instar des parlementaires de Rouen ou Bordeaux5. Au nord de la France, dans les principautés des anciens Pays-Bas rassemblées à partir de 1384 sous l’autorité de princes français, les ducs de Bourgogne, puis de leurs successeurs les Habsbourg, rois d’Espagne, la construction de l’État moderne est visible dans la mise en place d’une administration centralisée, autour de chambres des comptes à Lille (1386), Bruxelles (1404) et La Haye (1447), d’un grand conseil de justice à Malines (1473), et des trois conseils centraux de gouvernement à Bruxelles (1531). Là aussi, la société urbaine est structurée par les personnels de l’administration centrale comme des institutions provinciales6. Mais dans les anciens Pays-Bas où le réseau urbain est dense, de nombreuses villes sont dépourvues de telles institutions représentatives du pouvoir princier. C’est le cas de Valenciennes en Hainaut. La capitale de ce comté est établie à Mons, où réside le gouverneur et où siège le conseil souverain de justice. Valenciennes, qui surpasse pourtant Mons par son poids démographique et par ses activités économiques, n’abrite d’autre corps politique que son échevinage : le pouvoir municipal y est donc la clé de voûte de son organisation politique mais ne peut se targuer de représenter le pouvoir souverain.

4Retracer la morphologie de la société urbaine et de ses élites à Valenciennes implique donc d’en rechercher le centre de gravité à un niveau différent de celui occupé par les nouvelles élites administratives liées à la construction de l’État moderne. C’est pourquoi cette étude de la société urbaine à Valenciennes est centrée sur la notion de « bourgeoisie ». À la croisée de l’histoire quantitative et de la prosopographie, il s’agit de faire sortir de l’ombre un groupe numériquement important de la société urbaine qui ne s’en distingue pas par les critères usuels des oligarchies. La « bourgeoisie » est au sens premier, depuis son apparition dans l’Europe médiévale aux XIIe-XIIIe siècles, à l’époque de la croissance et de l’émancipation politique des villes, une norme juridique d’appartenance à une communauté de ville. Elle n’est donc pas liée, pendant le moyen âge et la première modernité, à une question de propriété et de richesse. Elle correspond à une identité urbaine mais elle recoupe aussi, sous l’aspect apparemment uniforme et monolithe d’une communauté civique, une grande variété d’identités sociales. Cette « bourgeoisie » protéiforme couvre autant une société d’ordres qu’une société de classes, du petit peuple urbain aux patriciens.

  • 7 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982, et J.-C. Perrot, Ge (...)
  • 8 P. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique (...)
  • 9 Citons le travail pionnier de Ch. Paillard, Histoire des troubles religieux de Valenciennes 1560-1 (...)
  • 10 R. S. Duplessis, Lille under the Dutch Revolt. Urban stability in an era of revolution 1500-1582, (...)
  • 11 A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, 1984.
  • 12 Sur les rapports entre élites et luttes politiques au temps des guerres de religion, voir W. Kaise (...)

5Cette bourgeoisie de statut prend corps dans un système urbain : celui de la « bonne ville ». Entre le modèle de la « bonne ville » de la fin du Moyen âge et celui de la « ville moderne » qui prend forme à la fin de l’ancien Régime existe un espace occupé par les avatars de la première7. À l’époque où l’esprit baroque fleurit dans les Pays-Bas espagnols se développe le modèle « hispano-tridentin » de la « bonne ville », qui survit à la conquête française (entre 1640 et 1678) et à l’intégration des provinces méridionales de ces Pays-Bas à la monarchie centralisatrice et absolutiste de Louis XIV et de ses successeurs8. L’histoire politique des villes des anciens Pays-Bas, de l’époque de Charles Quint (au pouvoir de 1516 à 1556) jusqu’au règne conjoint des Archiducs Albert et Isabelle (de 1598 à 1621), est celle des délicats rapports entre la bourgeoisie de statut qui tient le pouvoir municipal en vertu des privilèges médiévaux, et les Habsbourg qui cherchent à imposer une armature centralisée aux 17 provinces. Ces rapports se compliquent encore au cours du XVIe siècle avec l’irruption de la question religieuse. Les Pays-Bas deviennent le terreau d’une Réforme protestante féconde refusée par des souverains espagnols viscéralement attachés au catholicisme, notamment Philippe II, fils de Charles Quint et roi de 1556 à 1598. Elle débouche sur la révolte de 1566 et la sécession officialisée en 1579 des provinces septentrionales qui deviendront la République des Provinces-Unies, détachées de la souveraineté espagnole. Les provinces du sud, dont fait partie le Hainaut, sont le berceau de la révolte marquée par l’iconoclasme, quand les protestants brisent frénétiquement les « images » dans les églises catholiques. L’histoire protestante de Valenciennes, largement retracée depuis le XIXe siècle, débute modestement dans les années 1540 et se clôture en 1579 avec la réconciliation avec le roi Philippe II et la foi catholique9. Les calvinistes valenciennois dominent par deux fois brièvement la scène politique, du début des années 1560 à 1567 et en 1578-1579. Ville rebelle, Valenciennes se distingue de sa voisine, Lille, relais du pouvoir espagnol qui connaît une relative stabilité politique dans cette période révolutionnaire10. Pourtant, les deux villes deviennent rapidement, à partir de la normalisation consécutive à la réconciliation de 1579 et durant la période baroque des Archiducs, des « citadelles de la Contre-Réforme »11, tournant définitivement la page du calvinisme. La présente recherche sur la construction d’une société urbaine, tout en retranchant la dimension strictement religieuse, devra identifier les continuités et les ruptures dans le modèle de la « bonne ville ». Le cadre chronologique choisi, des années 1500 aux années 1620, permet d’embrasser plus d’un siècle de vie urbaine sans focaliser uniquement sur les troubles des années 1560-157012. Car c’est en 1498 et en 1615 que le système politique de la « bonne ville » est amendé par deux règlements octroyés par les Habsbourg. Au-delà des révoltes protestantes à Valenciennes et de la terrible répression qui s’ensuit, qui n’épargne ni les personnes, ni les biens, il s’agit de prendre la mesure des choix individuels et collectifs de la population et de ses dirigeants, tout en mettant en valeur la lente transformation de la ville comme système politique.

  • 13 P. Guignet, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle, New-York, 1977.
  • 14 E. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers, fin XVe-XVIe siècle, Paris, 1961
  • 15 W. Brulez, De firma della Faille en de internationale handel van Vlaamse firma’s in de 16e eeuw, B (...)

6L’étude d’une société urbaine et ses dynamiques doit être mise en perspective avec son environnement économique. Valenciennes est connue dès le XIe siècle pour sa draperie, dans la grande tradition médiévale des « industries » lainières qui font la fortune des villes de Flandre, avec une chronologie très proche de celle de la conquête des libertés communales. Pourtant, c’est le négoce des toiles fines de lin qui assure la prospérité de sa bourgeoisie d’affaires au XVIIIe siècle13. Entre une fin de Moyen âge dévolue à la « nouvelle draperie » et la période française qui voit s’activer la « mulquinerie » (tissage du lin) jusqu’à la désindustrialisation urbaine du XVIIIe siècle, les orientations et les rythmes de la manufacture textile valenciennoise demeurent dans l’ombre. Or c’est un pilier d’une économie urbaine tournée vers les échanges par la voie de l’Escaut. Valenciennes valorise sa position au point de rupture de charge entre la route du sud venant de Cambrai et de la France, et l’Escaut que les bateaux à fond plat peuvent descendre ou remonter jusqu’à Anvers. C’est une étape du roulage international du poisson, du sel, du vin et des draps et tissus teints entre la France, la Lorraine et les anciens Pays-Bas. Le dynamisme commercial de la métropole anversoise se répercute en amont sur les villes de son bassin fluvial et de ses réseaux manufacturiers. La connexion avec Anvers est l’un des éléments de la croissance de Valenciennes au cours du XVIe siècle14. Et c’est au niveau des fabricants et des marchands de toute envergure qu’il faut centrer l’étude de la société valenciennoise. Les élites du grand commerce international sont aujourd’hui mieux connues. Les métropoles commerciales du XVIe siècle, villes de foire et de finance, bénéficient d’un éclairage sur cette frange au sommet du monde marchand, où les colonies étrangères sont particulièrement actives, comme à Anvers et à Lyon. Les villes portuaires, bénéficiaires de l’accroissement et de la diversification des échanges maritimes atlantiques, offrent aussi d’opportunes conditions de développement et d’autonomisation d’une classe marchande, comme à Rouen et Bilbao au XVIe siècle ou plus tardivement à Saint-Malo au siècle suivant15. Quels avantages et quels handicaps les bourgeois d’un centre manufacturier et commercial « moyen » tel que Valenciennes tirent-t-ils de sa connexion avec la métropole anversoise ou avec les grands courants d’échange entre la France et les anciens Pays-Bas ? Comment lier la dynamique sociale et la construction d’une identité urbaine avec le développement des affaires ?

7La première partie de cette étude s’attache aux « structures et représentations de la population urbaine ». La bourgeoisie de statut définit un cercle variable d’habitants dotés de droits judiciaires, fiscaux, politiques et militaires. Il faut en délimiter les contours juridiques et numériques, de même que les modalités et les rythmes d’admission des nouveaux venus, et discerner les évolutions du statut. Si la bourgeoisie marque une identité civique en apparence uniforme, une appartenance communale, elle n’en cache pas moins différents statuts constitutifs d’une société bourgeoise très stratifiée dont il faut mettre en lumière les échelons internes.

8La dimension politique qui sous-tend la bourgeoisie de statut est celle d’un pouvoir municipal fort, objet de la seconde partie de cet ouvrage (« Hommes, institutions, pratiques politiques »). À la fois espace et corps politique privilégié, la ville s’administre, associe les bourgeois à son gouvernement, maintient l’ordre social et défend l’exclusivité de ses prérogatives sur son territoire. Mais la construction visible d’un pouvoir centralisé par les ducs de Bourgogne, Charles Quint, Philippe II et les Archiducs, tout comme l’émergence de la nouvelle foi chrétienne réformée, viennent tirailler et secouer le subtil édifice de la « bonne ville ». Si la révolte de 1566, conjugaison du choix du calvinisme avec le refus d’accueillir une garnison royale, marque une rupture, celle-ci n’est que temporaire. Les institutions municipales font preuve d’une remarquable stabilité et le modèle de la « bonne ville » réconciliée est de nouveau mis en scène lors des somptueuses fêtes de la Joyeuse Entrée des archiducs Albert et Isabelle en 1600. Quel est le prix de cette stabilité et de cette réconciliation ? Comment les élites détentrices du pouvoir municipal sont-elles sélectionnées et renouvelées ? Il s’agit d’éclairer les pratiques visant à maintenir un équilibre politique entre le pouvoir central des Habsbourg dont la tutelle se renforce, et les équipes municipales jalouses de leur liberté d’action.

9La troisième partie, intitulée « hommes, territoires et stratégies de l’économie urbaine », montre l’emprise de la ville et de sa bourgeoisie d’affaires sur les activités économiques. Objet d’un contrôle par la municipalité, ces activités sont le support essentiel de sa fiscalité. Les besoins croissants d’une population plus nombreuse posent le problème de l’approvisionnement, du prix des denrées et de leur circulation. Pain et bière, vin et poisson constituent les supports d’activités marchandes non négligeables. Mais la spécificité de Valenciennes est sa manufacture textile qui est intégrée aux circuits d’échanges internationaux. Elle est le champ d’exercice d’une main-d’œuvre nombreuse, d’artisans plus ou moins qualifiés, de marchands en connexion étroite avec Anvers. La dynamique sociale agit dans le monde des artisans entrepreneurs et des marchands, en écho aux mutations profondes de la manufacture qui subit les troubles de la fin du XVIe siècle. Le poids de l’évènement politique, ici la révolte de 1566 et ses séquelles, doit être évalué dans ses répercussions sur l’économie urbaine et sur sa bourgeoisie d’affaires.

10Le dernier volet, « organisation du travail, patrimoines et appropriation de l’espace », aborde la dimension humaine du travail et du cadre urbain. Corporations et marchands cohabitent dans un monde du travail étroitement encadré par la ville, et donc soumis à la transformation du modèle politique. La conjoncture économique globalement favorable d’une bonne partie du XVIe siècle, marquée par la croissance des productions manufacturières et par la hausse des prix, produit des effets contrastés sur le pouvoir d’achat de la main-d’œuvre et sur l’accumulation des fortunes marchandes. La dynamique sociale s’opère de manière de plus en plus différenciée. L’appropriation de l’espace urbain est un autre marqueur des écarts sociaux qui se creusent. À la transformation de la société répond une modification de la présence des hommes dans l’espace urbain : les courants migratoires, la valorisation du patrimoine immobilier et le renforcement de la ségrégation sociale entre quartiers deviennent le reflet visible d’une société en mouvement.

Notes

1 E. Crouzet-Pavan, « Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie) », dans Les élites urbaines au Moyen âge, XXVIIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur (Rome, mai 1996), Paris, 1997, p. 10-11.

2 L’État moderne et les élites XIIIe-XVIIIe siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, actes du colloque international CNRS-Paris I 16-19 octobre 1991, édités par J.-P. Genet et G. Lottes, Publications de la Sorbonne, Paris, 1996.

3 B. Guenee, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen âge (vers 1380-vers 1550), Paris, 1963, p. 367.

4 M. Couturier, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun 1525-1789, Sevpen, 1969.

5 J. Dewald, The Formation of a provincial Nobility : the Magistrates of the Parlement of Rouen, 1499-1610, Princeton, 1980 ; A.-M. Cocula, « Formation et affirmation d’un patriciat : le Parlement de Bordeaux au XVIe siècle », dans Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, coordonné par C. Petitfrère, Tours, 1999, p. 283-296.

6 M. Jean, La chambre des comptes de Lille. L’institution et les hommes (1477-1667), Paris, 1992.

7 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982, et J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, 1975.

8 P. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, 1990.

9 Citons le travail pionnier de Ch. Paillard, Histoire des troubles religieux de Valenciennes 1560-1567, Paris-Valenciennes-Bruxelles, 1874-1876, 4 tomes.

10 R. S. Duplessis, Lille under the Dutch Revolt. Urban stability in an era of revolution 1500-1582, Cambridge University Press, 1991.

11 A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, 1984.

12 Sur les rapports entre élites et luttes politiques au temps des guerres de religion, voir W. Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et lutte de factions, Paris, 1992, S. Gal, Grenoble au temps de la Ligue : étude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise (vers 1562-vers 1598), Presses Universitaires de Grenoble, 2000. Plus proche du système municipal des villes des anciens Pays-Bas, mais avec des engagements religieux différents, O. Carpi, Une République imaginaire : Amiens pendant les troubles de religion, 1559-1597, Belin, 2005.

13 P. Guignet, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle, New-York, 1977.

14 E. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers, fin XVe-XVIe siècle, Paris, 1961.

15 W. Brulez, De firma della Faille en de internationale handel van Vlaamse firma’s in de 16e eeuw, Brussel, 1959 ; R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520-environs de 1580), Sevpen, 1971 ; J.-P. Priotti, Bilbao et ses marchands au XVIe siècle. Genèse d’une croissance, Presses Universitaires du Septentrion, 2004 et A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Presses Universitaires de Rennes, 1997.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search