Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Quatrième partie. Pour une réévaluation du poids de la Deuxième Guerre mondiale

Chapitre XV. Le mythe de la collaboration sociale

Texte intégral

  • 1 Le terme figure à la fin de l’année 1937 dans le « statut moderne du travail ». Ce projet gouvernem (...)

1L’instauration de la Révolution nationale et la Charte du Travail1 permettent momentanément aux organisations patronales de faire prévaloir leurs conceptions des relations professionnelles. Il ne s’agit plus de négocier avec les représentants des salariés, mais d’imposer un nouveau type de rapports sociaux dans le cadre de la Révolution nationale. La lutte des classes n’existe plus, le maître mot des relations industrielles est désormais la collaboration. Patrons, cadres, techniciens, ouvriers doivent se regrouper par branche d’industrie ou par profession à l’intérieur des corporations.

  • 2 Rapport de Lenté à l’UIMM sur la Charte du Travail, 6 novembre 1941. AIUMM. AWaline.
  • 3 CAC, 39 AS 379, Information, no 49, 17 novembre 1941.

2Le président Lenté participe, aux côtés d’autres représentants patronaux, au Comité d’organisation professionnelle qui a pour tâche de préparer la Charte. Il fait également partie du Conseil supérieur de la Charte constitué par le ministre René Belin. « Avec la bonne volonté de tous, je crois que cette loi doit avoir d’heureux résultats. Son but principal est d’introduire dans les rapports avec le personnel la confiance et la concorde. Donc avant tout, pas de manœuvre dans son application. […]. Ce que nous avons à vous demander […] : c’est du sentiment, c’est de la foi, c’est, laissez-moi prononcer le mot, de l’enthousiasme pour cette expérience que la France douloureuse nous demande de faire »2. Le GIM, qui dès sa création espérait une collaboration employeurs-salariés, appuie également la politique sociale du Maréchal : « L’adhésion de tous s’impose… »3. On ne trouve pas de déclarations similaires dans les séances de la CSIMR, mais sa politique est orientée dans le même sens.

  • 4 CAC, 39 AS 379. Ibid.
  • 5 CAC, 39 AS 973. Note sur les CSE du 7 novembre 1941.

3Outre la participation à la mise en œuvre de nouvelles institutions, les mouvements patronaux incitent au développement de la politique sociale au sein des entreprises, mais aussi à une modernisation de la gestion du personnel. En effet, le climat semble favorable à la mise en place de nouveaux rapports professionnels par le biais d’organismes paritaires, car la dissolution du parti communiste en 1939 a, selon le GIM, débarrassé les organisations ouvrières « du seul obstacle qui s’élevait, jusque-là, à la collaboration des syndicats »4. Les syndicats patronaux poussent à la constitution des comités sociaux d’établissement, non seulement afin de restaurer une forme de représentation du personnel, de l’associer plus étroitement au processus de production, mais aussi pour éviter l’intervention des comités sociaux locaux, extérieurs à l’entreprise5.

  • 6 P. Fridenson, J.-L. Robert, « Les ouvriers dans la France de la Seconde Guerre mondiale », Le Mouve (...)

4Comme l’ont souligné les historiens dans les années 19906, ces politiques associent « paternalisme, répression anti-ouvrière et modernisation de la gestion du personnel » et s’inscrivent dans une évolution à long terme. Comment les différentes organisations de la métallurgie vont-elles gérer les demandes de leurs adhérents confrontés à la réalité quotidienne ? Les prises de position des dirigeants de l’Union nationale font-elles débat dans les groupements régionaux ? Les relations professionnelles sont-elles durablement transformées ?

Le patronat de la métallurgie au cœur de la réorganisation sociale ?

5L’implication des dirigeants du patronat de la métallurgie se situe à la fois avec la construction de la Charte par en haut, au niveau national, et par en bas, au niveau de l’entreprise.

  • 7 Elle est présidée par Henri Moysset, secrétaire général de la présidence du Conseil et auteur de la (...)
  • 8 J.-P. Le Crom, Syndicats, nous voilà, Vichy et le corporatisme, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, (...)
  • 9 Les sections de la CGT se sont vidées au déclenchement du conflit et elle ne compte plus que 500 00 (...)
  • 10 G. Dumoulin estime même que la Charte est trop timide.
  • 11 On sait que Jouhaux et des membres du bureau confédéral, ainsi que Zirnheld et Tessier de la CFTC, (...)

6En février 1941, un Comité de l’organisation professionnelle se réunit pour élaborer une Charte du Travail. Composé de six hauts fonctionnaires, de sept employeurs dont Lenté, de onze syndicalistes salariés et de trois artisans7, il a pour tâche de réfléchir à de multiples questions : le type de syndicat (séparé ou mixte), l’obligation d’adhésion, l’indépendance des syndicats par rapport aux commissions mixtes, le mode de représentation des salariés. Les représentants des fédérations ouvrières et patronales dominent les débats8, le patronat étant uni pour l’essentiel autour de Georges-Jean Painvin, dirigeant d’Ugine, président de l’Union des industries chimiques et du CO de la chimie, et de Jacques Lenté. Les patrons préconisent un retour à un État fort où les discussions « d’homme à homme » doivent avoir lieu entre les élites ouvrières et les dirigeants patronaux. Les représentants ouvriers craignent que les corporations ou les associations professionnelles sans représentation ouvrière spécifique soient aux mains du patronat. L’élaboration et la promulgation de la Charte du Travail sont épiques, comme l’a montré Jacques Julliard. Elle est enfin signée le 4 octobre 1941. L’accueil du patronat est bienveillant. L’idéologie sociale de Vichy le séduit, la Charte ayant pour but « la détermination de rapports harmonieux et justes entre les patrons, les ouvriers, les techniciens, les artisans ». La mise à l’écart de la lutte des classes, la dénégation aux ouvriers du droit de grève, le rétablissement du pouvoir intégral du chef d’entreprise, avec cependant un désir d’encadrement et de consentement des salariés, les satisfont. Dissoute le 9 novembre 1940, la confédération CGT, principal interlocuteur du patronat jusqu’alors, ne constitue plus un obstacle à la « paix sociale »9. La collaboration avec le personnel est institutionnalisée. D’anciens syndicalistes, à commencer par René Belin et Georges Dumoulin10, œuvrent pour imposer la Révolution nationale11.

  • 12 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.
  • 13 AIUMM. AWaline. Exposé de Lenté sur la Charte du Travail, 6 novembre 1941.
  • 14 Ibid., La dissolution des syndicats est donc exceptionnelle, le regroupement des organisations deva (...)

7Lenté rend compte avec optimisme de ces discussions et de la loi du 4 octobre 1941 devant l’assemblée générale de l’Union12 : « Des deux côtés de la ligne de démarcation, on travaille en accord complet dans le sens marqué par la Charte ». Il insiste sur le « rapprochement social, multipliant à tous les échelons des contacts étroits, continus, entre employeurs et personnel »13. Reprenant ensuite les principaux points de la Charte, il les commente. Selon son exégèse, la plus large initiative est laissée à chaque profession « pour adapter le cadre à sa vie professionnelle propre », mais cela oblige à une discipline « dans une large structure uniforme » aménagée dans le cadre professionnel. L’unité sociale primaire est le plan local, et non pas l’entreprise estimée trop hétérogène. L’association de toutes les catégories de personnel est jugée positivement, notamment la place des cadres, qui « n’ont pas eu, ou n’ont pas joué, le rôle qui leur revient » et dont la « mission sociale dépasse en ampleur leur mission technique ». Lenté a visiblement en tête l’ouvrage de Lamirand et la floraison des mouvements de cadres après mai-juin 1936. Le principe le plus important pour lui réside dans l’encadrement des catégories professionnelles par leurs syndicats respectifs, unions, fédérations. Il se réjouit donc de leur maintien dans le texte de la Charte : « Aucune coordination de l’action des chefs d’entreprise, aucune discipline collective n’auraient été possibles si le groupement naturel des chefs de maison n’avait pas été reconnu. La disparition de nos organismes professionnels aurait créé entre nous la plus grande confusion. […] Il n’y a pas d’action sociale possible s’il n’y a pas, pour les employeurs d’une même profession, la possibilité de se réunir, de délibérer et d’étudier, à moins certes d’admettre la conception d’un régime dans lequel les chefs d’entreprises ne seraient plus que les instruments aveugles de l’État »14. La contrepartie est l’acceptation des syndicats pour les autres catégories professionnelles « par esprit de justice ». Mais l’esprit est différent : des syndicats professionnels et non interprofessionnels, « les unions ou fédérations locales n’étant que des groupements de chefs et non des groupements de troupes ». Enfin, « pour tenter de changer l’état des âmes », la Charte organise la participation collective aux bénéfices sous la forme d’une taxe professionnelle sur les bénéfices industriels et commerciaux. Discours défensif donc : l’essentiel est de sauvegarder les organismes existants face à la tentation du corporatisme intégral.

  • 15 CAC 39 AS 973. Projet de communication aux établissements sur la constitution et le fonctionnement (...)
  • 16 AIUMM. CD du 19 février 1942.

8« Les chefs d’entreprise doivent entrer de tout cœur dans la voie tracée par la Charte du Travail, en coopérant par tous les moyens en leur pouvoir à l’avènement de la collaboration au sein des entreprises »15, affirment au même moment les dirigeants du GIM, pour qui ces principes s’inscrivent dans la continuité de leur programme social de l’entre-deux-guerres. En 1942, Lenté affirme de nouveau « que le patronat s’emploie de toutes ses forces à aider à la mise en application et au succès de la Charte »16.

  • 17 AGIM, 12 février 1941.
  • 18 Le GIM souligne l’interchangeabilité du personnel des industries des métaux et notamment la présenc (...)
  • 19 AGIM. Note sur la situation des groupements régionaux, 23 avril 1941. Le GIM a même calculé la répa (...)
  • 20 AIUMM. CD du 18 juin 1942.

9Le GIM éprouve néanmoins le besoin de justifier son action auprès des nouveaux organismes. Il établit un programme de coordination de l’activité syndicale pour les industries des métaux de la région parisienne17, qu’il adresse aux présidents des CO. Il insiste sur la distinction à maintenir entre les problèmes sociaux qui se posent « par grandes familles professionnelles »18, et les problèmes économiques qui sont spécifiques aux spécialités, d’où la nécessité de coordination par le GIM. Pour son financement, il lui semble indispensable que les CO, qui possèdent « la responsabilité de la gestion industrielle et commerciale » et sont, « dans l’esprit des chefs d’entreprise, les collecteurs de la totalité des contributions nécessaires à l’organisation professionnelle »19, lui assurent en 1941 1,5 °/°° des salaires. En cas de refus, il devrait arrêter ses activités. L’affectation aux groupes régionaux est évaluée à 1/10e des sommes perçues par les CO. En 1942, le conseil de l’UIMM souhaite que les ressources syndicales ne dépendent pas des CO20.

  • 21 AGIM. Définition des catégories professionnelles. Résultats de la commission de l’UIMM à la suite d (...)

10La Charte ordonne la constitution des comités sociaux d’établissements au niveau de l’entreprise, des syndicats et des comités sociaux tripartites sur le plan professionnel. Un Conseil supérieur de la Charte se met en place en novembre 1941 pour élaborer les textes d’application. Georges-Jean Painvin et Jacques Lenté y représentent les employeurs, le conseil étant composé d’une majorité de membres de la Commission d’Organisation Professionnelle (COP). Il doit se pencher à la fois sur la délimitation et la réorganisation des organismes syndicaux et corporatifs et sur la classification des professions débutée lors de la négociation des conventions collectives en 1936. L’UIMM travaille particulièrement ce sujet et propose ses conclusions en octobre 194221. La COP envisage la création de deux branches dans la famille des métaux. Mais la répartition des professions, au point de vue économique et social, peut ne pas coïncider, les critères de classification étant différents, le produit final comptant pour le premier, le métier des hommes pour le second. Toute une réflexion, d’une part sur l’organisation professionnelle patronale, d’autre part sur l’articulation du social avec l’économique, se développe alors.

  • 22 Le représentant des ouvriers, M. Roy, y est également opposé. Pour lui, « c’est une sorte de victoi (...)
  • 23 Il est depuis 1927 le directeur général de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Ho (...)
  • 24 Première réunion en novembre 1942. AIUMM. CD du 15 octobre 1942.
  • 25 AIUMM. CD du 19 novembre 1943.

11Sur le premier thème, la distinction entre « Métallurgie-sidérurgie » et « Transformation » se heurte à deux objections : premièrement, la rareté des établissements adonnés à la seule production des métaux car le plus souvent les travaux de production sont complétés par les premiers travaux de transformation, deuxièmement, les définitions proposées par la « Métallurgie-sidérurgie » incluent des travaux de transformation (Grosse forge, Gros emboutissage, Fonderie deuxième fusion)22. Léon Daum23, chargé de la Commission de la production des métaux, doit délimiter les frontières de la famille de la Production et former des sous-commissions régionales24. Certaines spécialités sont difficilement classables, comme la Fonderie rattachable aux deux familles. Finalement elle rejoint la Famille de transformation des métaux. Des désaccords apparaissent lors de la partition des représentants des employeurs, par exemple à Valenciennes. Léon Daum et Alban de Canisy essaient de minimiser l’incident en faisant observer que « la Charte permet facilement le rapprochement des deux familles »25.

  • 26 AGIM. Dossier Charte du travail. Organisation de la Famille professionnelle des métaux, 1er décembr (...)
  • 27 AGIM. Étude sur l’organisation professionnelle patronale (non datée, après 1938).

12Les métallurgistes soulignent que l’interpénétration des techniques oblige à une gestion sociale homogène26. Reprenant des études entamées antérieurement, notamment lors des discussions des conventions collectives, le GIM refuse de placer sous le mot « profession » toutes les formes de l’action collective : « On prétend obtenir ainsi, par la similitude des situations groupées l’une des conditions que doit remplir toute association pour être efficace, savoir : l’homogénéité des intérêts associés ». Or, pour le GIM, il est impossible « d’adopter un critérium unique de groupement » et l’analyse du mécanisme de l’action collective montre la nécessité d’une diversité des organismes syndicaux. Il n’y a pas de contradiction entre la réalisation d’une représentation homogène des responsables de la production nationale et le fait de trouver que le critère « professionnel » est beaucoup trop strict et tend à la désarticulation. La solution consiste à réaliser « à l’intérieur de l’organisation destinée à la satisfaction des besoins les plus larges, des sectionnements permettant à toutes les catégories d’intérêts spéciaux de trouver leur expression »27. Le GIM, estimant ainsi nécessaire une grande souplesse dans les possibilités de rapprochements entre les spécialités, est favorable au « sectionnement administratif » qui permet toutes les combinaisons de rapprochement.

  • 28 AGIM. Dossier Charte du travail. 1er décembre 1941.
  • 29 Ibid.
  • 30 AIUMM. CD du 18 juin 1942.

13Quant aux rapports entre l’économique et le social, le GIM les pense selon des principes abstraits pour justifier l’expression très concrète des intérêts des métallurgistes : « Le principe général qui s’impose avec évidence étant que le sectionnement économique doit être plus poussé que le sectionnement social, la concordance nécessaire sera obtenue en décidant que les divisions économiques constitueront les subdivisions administratives du découpage social »28. Il appuie sa démonstration sur l’histoire de sa propre création. Lorsque ce principe n’a pas prévalu comme en juin 1936 lors de la rédaction de la convention collective de l’aéronautique, les profondes différences de salaires et de conditions de travail avec les autres branches des métaux ont engendré moult perturbations (grèves, revendications et exode des ouvriers vers cette branche). Cette convention séparée a d’ailleurs été supprimée avec le programme d’armement de 1939. L’homogénéité du statut pour l’ensemble des ouvriers des métaux est indispensable. Affirmant que « l’excessive ampleur de groupements professionnels » n’est en rien contraire à l’ordre public, la conclusion se veut percutante : « Les institutions sont peu de choses, comparées à la mentalité et à l’état d’esprit des individus […]. Si le poison marxiste est extirpé, il n’y a rien à redouter, quelle que soit la forme des institutions. Si le poison marxiste n’est pas extirpé, aucune précaution de forme n’empêchera les méfaits de la lutte des classes »29. En 1942, l’UIMM semble vouloir clore le débat sur cette question de l’économique et du social en la renvoyant aux pouvoirs publics : « L’arbitrage doit revenir à l’État qui est seul qualifié, en l’état actuel des choses, pour apprécier l’intérêt général »30.

 

14Comme dans l’organisation économique, les dirigeants des syndicats patronaux se retrouvent dans les multiples commissions de la Charte. 78 % des employeurs de la Commission provisoire d’organisation de la Famille de la Production des métaux appartiennent au conseil de direction de l’UIMM, 86,6 % de la Famille de la Transformation siègent à ceux de l’UIMM, du GIM ou de la CSIMR. Ils occupent tous des fonctions syndicales et/ou dans des CO, excepté pour l’un de leurs membres. On y trouve les personnalités parmi les plus importantes de la branche.

 

  • 31 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.
  • 32 CAC, 39 AS 973. Note sur les CSE du 7 novembre 1941
  • 33 AIUMM. CD du 18 décembre 1941.
  • 34 Ils sont implantés dans 60 % des entreprises de plus de 100 salariés en janvier 1944 selon J.-P. Le (...)
  • 35 ACSIMR. CD du 16 janvier 1942.
  • 36 CAC, 39 AS 968. Rapport de l’Office des comités sociaux.
  • 37 AIUMM. CD du 16 avril 1942.

15La mise en place de la Charte se prolonge durant toute la guerre. Dans l’intervalle, les comités sociaux provisoires d’établissements (CSE) sont instaurés en vue de modifier le climat social dans les établissements de plus de 100 salariés, en attendant l’instauration des syndicats professionnels et des comités sociaux au niveau local, régional et national. L’UIMM et les groupes régionaux conseillent aux chefs d’établissement de se préoccuper dans l’immédiat de leur constitution afin de satisfaire le personnel et de ne pas les considérer « comme une revanche sur les délégués d’atelier »31. Devancer la création de comités sociaux locaux extérieurs à l’entreprise doit empêcher « l’intervention, souvent fâcheuse, des autorités administratives »32. Les représentants ouvriers souhaitent l’inverse33. En fait, les CSE se propage rapidement34. À la fin de l’année 1941, 130 CSE représentant un effectif de 17 000 ouvriers sont créés dans les établissements métallurgiques lyonnais35. Dans la Famille de la Transformation des métaux de la région parisienne, 112 établissements sont concernés en avril 1943, 605 en janvier 194436. Lenté exprime sa satisfaction. Les CSE sont sollicités sur les aménagements d’horaires et même sur les licenciements nécessaires : « Beaucoup d’ouvriers ont pris la parole, et la pondération de leur avis a été remarquable. La méthode conseillée a été celle-là même que la direction avait envisagée de son côté. Les effets de cette consultation ont été excellents sur le personnel ». Il en conclut que pour des questions importantes concernant le personnel, il convient de saisir le CSE, élargi à un plus grand nombre de travailleurs, « en réservant, bien entendu, la décision de la direction »37.

Tableau 4-1. Membres des Commissions provisoires d’organisation des familles professionnelles de la Production et de la Transformation des métaux appartenant aux organisations patronales de la métallurgie

Production des métaux

Transformation des métaux

Président
Léon Daum

Président
Robert Clément

Membres Employeurs
Georges Crancée
Jean Dupuis
André Lefort
Jacques Lenté
René Perrin
Henri Rogez

Membres Employeurs
Alban de Canisy
Robert Colomb
Fernand Courdier (CSIMR)
Jacques Daydé
André Garnier
Eugène Héral
Marcel Lambert
Jean Marcou
Marcel Meunier
Maurice Olivier
Jean-Pierre Peugeot
René Touchard

Autres membres

Autres membres

Frédéric Ledoux (Président de la Chambre syndicale des minerais et métaux bruts)

Charlemagne Broutin (Président de la Fédération française de la métallurgie de Lille)

Jacques Marmasse (Gérant de la Sté R. Bacholle et Cie)

Édouard Lecluse (Vice-président de la Chambre syndicale des industriels métallurgistes de l’arrondissement de Valenciennes)

Source : CAC, 39 AS 973, Arrêtés du 2 juillet 1942 (Production), 29 septembre 1942 (Transformation).

  • 38 AIUMM. CD du 17 décembre 1942.
  • 39 Vraisemblablement la Légion des volontaires français contre le bolchévisme dont certains adhérents (...)
  • 40 ACSIMR. CD du 16 janvier 1942.
  • 41 AIUMM. Feuille d’information aux adhérents, 15 avril 1942.
  • 42 Créée en avril 1942 pour la Famille de Transformation des métaux, elle réunit tous les représentant (...)
  • 43 CAC, 39 AS 971. Note sur la constitution et le fonctionnement des CSE, 28 décembre 1942.
  • 44 CAC, 39 AS 971. Réunion d’information sur les CSE du 18 février 1944.

16L’un des enjeux concerne le mode de recrutement des membres des comités, compte tenu du flou de la Charte qui n’évoque que « des représentants ». Si le bon fonctionnement des comités dépend de leur représentativité, cela ne signifie pas, pour Lenté, la présence de syndicalistes et le recours à des élections38. Le choix d’hommes ayant la confiance des représentés doit suffire. Le GIM et la CSIMR approuvent cette prise de position. Dans la pratique, les formes de désignations sont très diversifiées. À Lyon, le conseil d’administration de la Chambre syndicale est favorable à celles « des représentants des familles nombreuses, des anciens ouvriers et, au moins, un ancien Légionnaire »39, la Légion étant sans doute gage d’ordre. Les dirigeants patronaux refusent de donner aux comités sociaux les prérogatives des anciens délégués du personnel, particulièrement pour la transmission des réclamations, concédée par le secrétaire d’État au Travail40. En avril 1942, l’UIMM et le GIM finissent par admettre l’accès des anciens délégués, car ils semblent moins nuisibles à l’intérieur qu’à l’extérieur41. Les difficultés grandissantes pour trouver des candidats ouvriers contraignent le GIM à confier l’aval de la désignation à la Commission tripartite d’études sociales de la région parisienne42. Mais pour le successeur de René Belin au poste de ministre, Hubert Lagardelle, l’élection demeure l’une des solutions à la défiance ouvrière43. Jusqu’en 1944, l’UIMM continue de s’y opposer ; en février toutefois, le GIM l’accepte au premier degré44.

17Les CSE ont de multiples attributions fixées par la Charte. Symbolisant la collaboration sociale, ils doivent aider la direction de l’entreprise à résoudre toutes les questions relatives au travail et à la vie du personnel, réaliser des mesures d’entraide sociale. L’UIMM souhaite les cantonner à une mission sociale et leur interdire toute immixtion dans la conduite et la gestion de l’entreprise.

  • 45 AIUMM. CD du 8 juin 1942.
  • 46 La première réunion s’est tenue « dans une atmosphère excellente ». ACSIMR. CD du 15 mai 1942.
  • 47 CAC, 39 AS 968. Note sur l’OCS du 6 octobre 1942. En l’absence de documents de l’UIMM et de la CSIM (...)
  • 48 CAC, 39 AS 968. L’Atelier, 29 avril 1944.

18Les CSE ne sont que le premier maillon de l’édifice. L’élaboration des autres instances s’effectue avec la collaboration des organisations patronales. Les diverses professions se répartissent en vingt-neuf familles professionnelles, chacune d’elles étant formée d’établissements exerçant des activités analogues. Pour les industries des métaux, le décret du 16 mai 1942 institue deux familles, production et transformation et indique les CO leur correspondant. Une entreprise affiliée à plusieurs comités doit appartenir à la famille du comité principal. L’UIMM est sollicitée par le secrétaire général du Travail et de la Main-d’œuvre au ministère pour proposer une liste d’employeurs susceptibles de participer à la composition des commissions d’organisation des Familles professionnelles, qui mettent en place les syndicats et les comités sociaux tripartites. Elle se borne à coordonner les propositions des organisations syndicales45. Le décret du 30 mars 1942 fixe le régime provisoire des syndicats existants, qui continuent d’assurer, dans le cadre de la nouvelle organisation professionnelle, la représentation et la défense des intérêts de la profession. L’UIMM insiste sur la nécessité des liaisons entre les deux familles professionnelles pour l’organisation régionale. Les Commissions tripartites professionnelles créées au printemps 1942 paraissent donner toute satisfaction à Paris et à Lyon46. Les syndicats patronaux de la métallurgie ont besoin de leur appui face aux commissions tripartites interprofessionnelles formées au même moment sur tout le territoire par l’Office provisoire des comités sociaux. Créé en avril 1942, celui-ci travaille en étroite liaison avec l’inspecteur du Travail, ce qui provoque la méfiance des dirigeants patronaux, pour qui les organismes interprofessionnels doivent être formés par les organismes professionnels préalablement créés. Le GIM exprime particulièrement cette hostilité : il craint la suppression des syndicats existants en cas de mise en place d’organisations interprofessionnelles émanant des CSE et supervisées par l’Office, c’est-à-dire par le secrétariat d’État au Travail47. Lorsqu’un nouvel Office, doté de la personnalité civile, remplace l’Office provisoire en 1944, les syndicalistes ouvriers48 et l’administration vichyste se réjouissent pourtant, estimant que l’ancien était trop soumis au patronat !

  • 49 Président de l’Union des industries chimiques, il ne fait pas partie de l’UIMM, mais il est adminis (...)
  • 50 A.N. F 22 1837,1838 et 1840. Cité par Y. Poulle, « Le Conseil supérieur du travail (1943-1944) », i (...)
  • 51 Une commission particulière, créée en son sein avec Lenté et de Canisy, en est chargée.
  • 52 Rapport du 7 août 1944. Cité par Y. Poulle, « Le Conseil », art. cit., p. 259.
  • 53 A. Weexsteen, « La Commission Générale d’Organisation scientifique du travail », art. cit., p. 203. (...)
  • 54 AIUMM. CD du 17 décembre 1943.

19Au niveau national, Jacques Lenté, Alban de Canisy et Georges-Jean Painvin49 continuent leur activité au Conseil supérieur du travail50, nouvel organisme créé par la loi du 23 décembre 1943, qui prend la suite du Conseil supérieur de la Charte en vue de son application51. Présidé par le secrétaire d’État au Travail et surtout par son vice-président Gérard Bardet, il comprend quatre-vingt-douze membres dont trente employeurs et représente la nouvelle organisation professionnelle des vingt-neuf familles. Il doit être consulté sur la législation du travail et les conditions de vie des travailleurs et réfléchir, avec une commission du Conseil supérieur de l’économie présidée aussi par Bardet, au projet d’union de l’économique et du social. En août 1944, les deux conseils s’accordent pour que la fonction de représentation économique des entreprises soit l’apanage des syndicats de la Charte au niveau de la Fédération, au sein des commissions de travail, émanation des sections professionnelles et des CO52. Au Conseil supérieur du travail les idées « révolutionnaires » de Gérard Bardet, qui demande la suppression de l’UIMM53, effraient les représentants patronaux. Ils redoutent un contrôle accru de l’administration sur les familles professionnelles, avec la nomination d’un commissaire du gouvernement auprès de chacune d’elles. Lenté met en garde Bardet en insistant sur le caractère professionnel que doivent garder les décisions des familles : celui-ci « a paru prêter attention à cette observation »54.

  • 55 AIUMM. Circulaire d’information, 1er mars 1944.
  • 56 AIUMM. CD du 17 décembre 1943.

20La mise en place des organismes provisoires de la Charte, en particulier les Comités sociaux nationaux provisoires, induit des changements dans l’organisation de l’Union. En décembre 1943, deux conseils de direction, l’un pour la production des métaux, l’autre pour la transformation sont constitués. « Ces deux conseils se réuniront séparément… Chacun de ces deux conseils remplira provisoirement, auprès de la délégation patronale de chacun des deux comités sociaux nationaux, le rôle dévolu par la loi du 4 octobre 1941 aux conseils d’administration des Fédérations »55. Leur mission est d’apporter un appui aux délégations patronales des Comités sociaux nationaux provisoires. La dissolution de l’Union ne pourrait être envisagée qu’après la formation des Fédérations définitives. Lambert-Ribot remet alors son siège de vice-président délégué à la disposition du conseil : « Cet acte classe un homme » estime Lenté56.

21Robert Clément, président du GIM et membre de l’ancien conseil de direction de l’Union, est choisi comme président de la Fédération de la transformation des métaux, Pierre Waline, secrétaire général de l’Union, comme secrétaire patronal. Les commissions des questions ouvrières et sociales, d’apprentissage, de prévention des accidents ne sont pas modifiées, mais en décembre 1943 est établie une commission spécifique des salaires.

 

  • 57 ACSIMR. CD du 25 février 1944.

22Un syndicat unique et obligatoire pour chaque catégorie professionnelle est prévu par famille selon un découpage géographique. Une Union régionale doit grouper les syndicats locaux d’une même catégorie professionnelle, une Fédération nationale, les Unions régionales. Sur les plans local, régional et national, un Comité social tripartite doit réunir les organisations syndicales de la famille. Pour accélérer l’application de la Charte, la loi du 24 août 1943 et l’arrêté du 12 novembre 1943 ont prévu l’instauration des comités sociaux provisoires (régional et national) de la Transformation des métaux. Les Chambres syndicales patronales et les groupements régionaux contribuent largement à la mise en route et au fonctionnement des comités. Le nombre de places réservées aux organisations patronales de la métallurgie du Rhône dans le conseil du Syndicat unique (25 membres au maximum) est déterminé à partir des effectifs des divers CO. La désignation des membres dépend de certains critères : activité exercée à la Chambre syndicale, dans la création de nouveaux organismes ou dans leur branche d’activité57.

  • 58 Loi du 24 août 1943 pour les comités sociaux régionaux provisoires de la Transformation des métaux, (...)
  • 59 AGIM. Dossier Charte du Travail.

23Les comités sociaux régionaux (CSR) et le comité social national voient le jour en 194358. La composition des premiers est similaire à celle des commissions tripartites et ne pose donc pas de problème majeur, mais à partir de juin 1944, la présence de l’inspecteur divisionnaire du Travail aux réunions de celui de la région parisienne est ressentie par les patrons comme une atteinte à leur indépendance. Les quelques procès-verbaux du CSR de la région parisienne traduisent les discussions entre les différentes catégories socio-professionnelles et les conflits d’autorité entre le CSR et les CSE59. Éviter l’ingérence des pouvoirs publics et affirmer la prépondérance des voix patronales demeurent les deux préoccupations centrales des métallurgistes.

24En juin 1944, la constitution des syndicats uniques de chacune des cinq catégories constituant la famille professionnelle (employeurs, ouvriers, employés, agents de maîtrise, ingénieurs, cadres administratifs et commerciaux) est toujours en cours. La formation des syndicats patronaux étant la plus avancée, les unions régionales patronales sont alors envisagées. Des différends existent entre les catégories professionnelles à propos de leur représentation respective au sein des comités sociaux à propos de la rédaction de circulaires, ainsi que des conflits d’autorité entre les CSE et le CSR. L’UIMM privilégie toujours les organismes professionnels, se méfiant des offices interprofessionnels.

25Au cours de la guerre, si le paternalisme vichyste satisfait bon nombre de patrons, le corporatisme et surtout l’étatisme effraient. Mais l’application fort lente de la Charte ne compromet pas l’existence de l’Union. Les CSE sont souvent utilisés par les organisations patronales pour favoriser l’essor des œuvres sociales dans les entreprises.

La gestion sociale au quotidien : des tentatives de préservation aux nouvelles mesures

26La vie dans la France occupée représente un défi pour les habitants. Dès l’été 1940, les conditions de travail et de vie se dégradent pour la majorité de la population. L’érosion du pouvoir d’achat s’amplifie, les réajustements salariaux étant beaucoup trop faibles pour compenser l’augmentation du coût de la vie. Les industriels, aidés par les organisations patronales, y répondent par la création et l’accroissement des mesures sociales dans deux directions : l’assistance et le désir de préserver, voire d’améliorer les conditions de travail. Se développent des œuvres de circonstance, la politique sociale traditionnelle s’adaptant parallèlement à la situation nouvelle.

  • 60 AIUMM. CD des 24 avril et 15 mai 1941.

27Certaines œuvres sociales sont spécifiques à l’état de guerre comme les comités d’entraide aux mobilisés, aux prisonniers et à leurs familles, le ravitaillement. D’autres existent depuis longtemps, mais elles prennent une extension particulière durant le conflit. Les œuvres sociales passent progressivement sous le contrôle des comités sociaux lors de leur mise en place. L’UIMM et les organisations régionales continuent, comme par le passé, à informer, coordonner, impulser l’action et servir de lien avec les pouvoirs publics. À partir de 1941, l’Union organise, par exemple, une journée d’étude des services sociaux par trimestre et met sur pied un centre de formation rapide pour les femmes chargées d’un service social60.

  • 61 AIUMM. CD du 17 octobre 1940.

28Dès 1939, des services d’entraide aux familles de mobilisés sont créés, relayés, au printemps 1940, par l’entraide aux prisonniers, puis aux travailleurs partis en Allemagne et à leurs familles. Le problème de la famille des prisonniers et de leur retour à l’emploi préoccupe l’UIMM. Certaines caisses de compensation sont obligées de suspendre les allocations versées aux familles. Alors l’Union effectue un certain nombre de démarches auprès des pouvoirs publics pour mettre ces allocations plutôt à la charge de l’État qu’à celle des caisses. Mais c’est en vain61.

  • 62 Une démarche de la Chambre de commerce auprès de l’administration préfectorale permet d’octroyer 1k (...)
  • 63 AIUMM. CD du 20 février 1941.
  • 64 AIUMM. CD du 20 mars 1941.
  • 65 AIUMM. CD du 18 décembre 1941.
  • 66 L’exemple de Peugeot donné par F. Marcot peut être généralisé. « Les ouvriers de Peugeot, le patron (...)
  • 67 ACSIMR. CD du 18 décembre 1942.

29La dégradation des conditions de vie et l’aggravation de l’état sanitaire de la population imposent le développement de l’assistance. Les objectifs productifs sont bien sûr toujours sous-jacents : désamorcer les revendications, éviter le plus possible le départ du personnel, lutter contre l’affaiblissement physique et moral des travailleurs doivent permettre, sinon d’améliorer le rendement, du moins de freiner son fléchissement. L’UIMM et les groupements régionaux s’attaquent au problème du ravitaillement en conseillant et informant leurs adhérents. Ils mettent leurs services à la disposition des employeurs pour étudier la création ou l’extension des cantines et des restaurants d’entreprise ou interentreprises. Ils sont très actifs auprès des autorités pour l’obtention d’agréments, d’exonérations fiscales, de facilités d’approvisionnements. Une circulaire du 31 décembre 1941 donne un véritable statut aux cantines d’établissement qui peuvent alors se ravitailler plus facilement. Selon le GIM, 90 % des cantines sont organisées en 1940-1941. Les usines à horaire continu de la région lyonnaise distribuent seulement des soupes, service que le manque de légumes contraint parfois à interrompre62, distribution effectuée dans tous les établissements à partir de juin 1942 vu la dégradation de l’état sanitaire des travailleurs. Une enquête de l’Union montre un écart croissant entre les grands établissements, qui réussissent à ravitailler leur personnel grâce à leur contact avec la province, et les plus modestes, qui n’y parviennent pas63. En région parisienne, beaucoup n’obtiennent pas de carte d’acheteur pour le marché parisien, d’ailleurs mal approvisionné. Des groupements de banlieue constituent un organisme central d’achats pouvant aller chercher du ravitaillement à une certaine distance. Se multiplient aussi les jardins ouvriers, les coopératives et les cultures collectives. L’Union organise un terrain potager commun aux environs de Paris ; elle a trouvé des semences et obtenu l’autorisation de faire entrer les produits cultivés64. Léon Daum suggère que les établissements développent eux-mêmes des exploitations collectives, mais il faut alors résoudre les questions des récoltes, de l’expédition et de la réception et faire des démarches auprès des préfets65. L’implication du patronat pour régler au mieux le ravitaillement s’explique en partie par la volonté de montrer à la population ouvrière que la précarité des conditions de vie ne peut lui être imputée66 et qu’au contraire, les chefs d’entreprise multiplient les actions pour soulager leur personnel. Cela ne peut que désamorcer les dénonciations de l’« ennemi de classe ». Dans le Rhône, la CSIMR s’implique aussi dans le Secours national, en relation avec Georges Villiers devenu maire de Lyon. Elle favorise les liens avec les CSE qui peuvent bénéficier de ses services, par exemple la distribution de vêtements67.

  • 68 ACSIMR. CD du 17 juillet 1942.
  • 69 ACSIMR. CD du 9 octobre 1942.
  • 70 D’après la conférence de J. Bichelonne à Lyon. Ibid.
  • 71 Composée notamment de l’Inspecteur général de la Production et de l’Inspecteur divisionnaire du Tra (...)
  • 72 Ibid.
  • 73 ACSIMR. CD du 15 janvier 1943.
  • 74 AIUMM. CD du 19 novembre 1943.
  • 75 AIUMM. CD du 15 octobre 1942.
  • 76 R. Phelip. Ibid.
  • 77 ACSIMR. CD du 16 février 1943.

30Sur les ponctions de main-d’œuvre par l’occupant, peu évoquées dans les procès-verbaux de l’UIMM, plus développées dans ceux du GIM ou de la CSIMR, les chefs d’entreprise sont invités à s’abstenir de toute intervention dans le recrutement de travailleurs « volontaires ». Les dirigeants lyonnais se contentent d’informer leurs adhérents des décisions gouvernementales sur la Relève, des besoins allemands « en se gardant d’une pression quelconque sur le personnel et en laissant jouer le volontariat »68 pour éviter les mesures de coercition en cas d’échec de cette politique. La CSIMR juge tout de même nécessaire d’expliquer les raisons de l’intervention gouvernementale et demande aux employeurs « d’assurer une transmission objective et loyale des ordres reçus et fournir aux fonctionnaires responsables les états de personnel demandés dans les délais les plus courts afin de ne pas compliquer leur tâche »69. Face aux appels pressants à la collaboration du préfet et de Jean Bichelonne, son président Robert Phelip insiste pour que leur attitude « d’information loyale ne soit pas considérée comme une position défavorable en face du problème posé, sinon le but que nous nous sommes proposés ne serait pas atteint et nous risquerions de porter une responsabilité pour le cas où l’échec de l’opération aurait pour la France des conséquences tragiques que nous ne pouvons ni concevoir, ni mesurer »70. Les demandes très précises des firmes allemandes sont rassemblées par une commission centrale franco-allemande siégeant à Paris, qui répartit les demandes dans chaque région par l’intermédiaire d’une commission régionale71. La zone non occupée a l’obligation de fournir la totalité des effectifs demandés ; en cas d’échec, la zone occupée envoie les ouvriers manquants. La désignation des entreprises est déterminée en fonction des besoins allemands et de la nécessité « d’apporter le moins de trouble possible dans le fonctionnement des entreprises françaises et dans la bonne marche de la branche industrielle intéressée ». L’inspecteur du Travail établit la liste du personnel désigné à l’aide des états de recensement nominatifs et recueille les adhésions volontaires. Chaque ouvrier désigné signe un contrat de travail ; en cas de refus, l’inspecteur lui remet un contrat non signé et le contraint au départ. Des équipes de travail, encadrées par un ingénieur pour cinquante hommes ou un contremaître pour vingt-cinq hommes, doivent être constituées. La région lyonnaise fournit 19 000 à 20 200 ouvriers sur les 93 000 demandés. La CSIMR, tout en protestant contre cette taxation « qui ne paraît pas tenir compte de la répartition exacte de l’industrie métallurgique », conseille aux employeurs de tenir le personnel au courant des exigences allemandes et « de lui donner la possibilité de contrôler la sincérité des états par l’affichage de l’état de recensement nominatif »72. L’envoi de main-d’œuvre en Allemagne se fait parfois difficilement : arrestation d’ouvriers et de patrons, « conditions désastreuses dans lesquelles s’effectuent les départs »73. En février 1943, les industriels doivent procurer aux autorités allemandes l’état de leur personnel de 18 à 50 ans et leur carnet de commandes. Les syndicats patronaux leur conseillent d’insister sur les commandes allemandes directes ou indirectes. Au 10 mars 1943, la moitié des 24 000 ouvriers demandés dans la région lyonnaise est partie. Face aux pressions allemandes de plus en plus importantes, les dirigeants refusent toujours de faire des désignations personnelles74, d’autant que le maintien en Allemagne des ouvriers arrivés en fin de contrat soulève des contestations. Les organisations patronales incitent aussi les industriels à maintenir un lien avec leurs salariés travaillant en Allemagne (correspondance, colis, visites) et à les encadrer75. « Le patronat aura ainsi mieux marqué vis-à-vis des pouvoirs publics son souci de ne pas laisser mal interpréter son attitude et les patrons auront entièrement accompli leur devoir de chef d’entreprise »76. Un comité tripartite national de solidarité pour le personnel des métaux tient un fichier des travailleurs partis en Allemagne à partir de novembre 1942. Toutefois, les contacts avec les ouvriers partis en Allemagne s’avérant difficiles, des maisons guides « c’est-à-dire des maisons françaises qui étaient déjà en rapports commerciaux avec des industries allemandes […] ou des maisons françaises qui sont représentées par le plus grand nombre d’ouvriers français » sont mises en place pour maintenir les relations77.

 

  • 78 AGIM. Réalisation pratique de l’esprit de collaboration au sein des entreprises, janvier 1941. J.-C (...)

31Pour ceux qui parviennent à rester au travail en France, le patronat métallurgiste multiplie les initiatives pour améliorer « le facteur humain au travail »78.

  • 79 CAC, 39 AS 382. Services sociaux et médicaux. Note du 1er décembre 1941.
  • 80 Une circulaire du GIM du 1er juin 1940 recommandait leur création.
  • 81 CAC, 39 AS 803. Réponse du GIM à Georges Aubagnac, président du GIRD, 18 septembre 1940.
  • 82 AGIM. Historique du centre médico-social, AISP, mai 1945. Le succès du centre a un impact sur l’ess (...)
  • 83 Elle prépare une brochure de propagande et de documentation pour répondre à la demande en assistant (...)
  • 84 Institués par la loi du 16 octobre 1940, ils disposent de trois niveaux d’attribution : sanitaire e (...)
  • 85 Lambert-Ribot. AIUMM. CD de mai 1941.
  • 86 CAC, 39 AS 380.
  • 87 AIUMM. CD du 19 novembre 1943.

32Elles portent en premier lieu sur la médecine du travail et l’assistance sociale au sein des entreprises79. La création des services médico-sociaux, imposée par la loi du 28 juillet 1942 à raison d’un médecin pour 3 000 salariés, est précédée par toute une série d’actions des organisations patronales. Le directeur du GIM et la directrice du service social de la Caisse de compensation de la région parisienne ont organisé dès 1940 dans Paris et sa banlieue des centres médico-sociaux interentreprises80. Une dizaine d’assistantes du service social familial de la Caisse sont détachées pour se consacrer aux questions du travail. L’effort est interrompu par l’invasion allemande. À l’automne 1940, le maintien en activité des centres sociaux passe par les groupes de banlieue sollicités pour prendre à leur charge les institutions existantes ou par le service social de la Caisse qui organise des permanences avec le service des visiteuses du secteur81. Suresnes-Puteaux est une des premières communes dotée de ce type de centre. Simple permanence sociale à ses débuts, le centre se développe rapidement pour répondre aux exigences du moment : distribution de biscuits caséinés aux jeunes gens, coopérative ouvrière de consommation, cantine interentreprises, service médical du travail secours aux victimes de raids aériens, propagande pour le pécule du prisonnier de guerre, pour l’aide aux travailleurs en Allemagne, pour la lutte contre la tuberculose, etc82. L’UIMM pousse à développer ces services dans les industries des métaux83, en particulier pour contrer l’action des directeurs régionaux de la Famille et de la Santé84. Les craintes d’une ingérence extérieure s’expriment également lors de la création, en mai 1941, d’une véritable inspection médicale à côté de l’inspection du Travail : « Il faut veiller à ce que le service social ne soit pas subordonné au service médical dont l’origine et l’inspiration sont toutes différentes »85. En 1943, 111 établissements de la région parisienne bénéficient d’un service social et 191 d’un service médical. À côté des services propres aux établissements, fonctionnent 35 centres médico-sociaux interentreprises organisés par le GIM et la Caisse de compensation86. Le regroupement des entreprises de moins de 500 personnes est encouragé sous l’égide des comités sociaux. Les médecins du travail pratiquent désormais des examens médicaux périodiques, surveillent constamment les jeunes ouvriers ou les apprentis, contrôlent les conditions de travail et d’hygiène dans les ateliers. Certains dirigeants, tel Jules Lange, sont cependant réticents face à l’application de la loi : « efficacité douteuse », « difficultés considérables »87. Le traitement des médecins leur semble disproportionné par rapport à celui des collaborateurs.

  • 88 AUIMM, rapport sur les travaux de l’exercice 1944. L’argument avancé s’explique par la date du rapp (...)
  • 89 G. Brucy, Histoire des diplômes, op. cit., p. 123.
  • 90 CAC, 39 AS 968. Organisation de l’hygiène et de la sécurité du travail, mai 1944.

33Durant l’Occupation, la fréquence des accidents croît malgré l’obligation, suite à la loi du 4 août 1941 complétée par des textes ultérieurs, d’instaurer des comités de sécurité, d’hygiène et de prévention dans les entreprises de plus de cinquante salariés dans la métallurgie. Le chef d’établissement craint que le comité formé d’un chef de service, du médecin d’usine s’il y en a un, d’un contremaître et de deux délégués du personnel ne conteste son autorité. La commission de sécurité de l’Union prône comme solution la collaboration avec les ouvriers et les cadres comme pour l’apprentissage. Les progrès dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité sont extrêmement lents, lenteur que l’UIMM justifie ainsi à la fin de la guerre : « Aucune propagande efficace n’a pu être faite auprès du personnel des entreprises pendant l’occupation allemande, toute amélioration dans le travail étant susceptible de profiter à l’ennemi. L’UIMM a donc fait porter son action essentiellement sur ce qui pouvait servir le plus utilement à préparer la reprise de la lutte contre les accidents »88. La collecte de statistiques et l’instruction du personnel en collaboration avec la direction de l’Enseignement technique se poursuivent. Une interrogation sur la prévention des accidents du travail est insérée dans les épreuves pour le CAP masculin et intitulée en décembre 1943 « Hygiène pratique et législation, prévention des accidents »89. Cela n’empêche pas la Commission tripartite d’études sociales des métaux d’appeler en mai 1944 à un effort plus important, l’hygiène et la sécurité correspondant à « un devoir humain évident et primordial » et procurant « des économies de gestion »90.

  • 91 Les deux décrets-lois (24 avril et 30 mai 1940), instituant une assurance obligatoire des risques d (...)
  • 92 AIUMM. Législation sociale de 1942.
  • 93 Loi du 3 avril et décret d’application du 20 octobre 1942.

34Après une période d’incertitude sur l’assurance des accidents du travail dus à la guerre ainsi que sur le partage de la responsabilité et de la réparation91, la loi du 24 octobre 1940 donne satisfaction aux patrons92. Les cotisations des employeurs pour le fonds de garantie augmentent en 194293, les allocations aux victimes des accidents du travail ou à leurs ayants droit étant majorées.

 

  • 94 Il n’est plus question de discuter le principe des congés payés, l’une des solutions étant la fixat (...)
  • 95 Loi du 11 octobre 1940. J. Desmarest, La politique de la main-d’œuvre, op. cit., p. 126-137.
  • 96 Arrêté préfectoral du 21 octobre 1940.
  • 97 AGIM. CA du 20 juin 1941.
  • 98 ACSIMR. CA de la CSIMR et de l’UMR du 4 mars 1941.
  • 99 ACSIMR. CA de la CSIMR et de l’UMR du 3 avril 1941.

35La période incite les patrons métallurgistes à faire face à deux menaces simultanées et opposées : le chômage et la pénurie de main-d’œuvre. L’invasion et l’exode provoquent une forte augmentation du chômage durant l’été et l’automne 1940. La répartition du travail entre un plus grand nombre de salariés et donc la limitation de la durée du travail, sont les premières réponses du gouvernement94. Si les 40 heures sont rétablies avec interdiction d’heures supplémentaires95, des aménagements départementaux en fonction du marché du travail peuvent être ordonnés par les préfets. Dans la Seine, la durée légale du travail dans l’industrie des métaux est fixée à 30 heures par semaine en octobre 194096, à 48 heures en mars 1941, mais la durée effective d’après le GIM varie alors entre 40 et 45 heures97. L’irrégularité des approvisionnements et des transports, les coupures de courant, les alertes perturbent les horaires de travail et l’organisation de la production. La marche des entreprises à la production rationalisée est particulièrement perturbée. Pour la région lyonnaise, le président Georges Villiers souligne le décalage entre les établissements qui font 30 heures par semaine et ceux qui font 40 heures, « l’ouvrier allant du premier au second pour gagner davantage »98. Pour éviter les pratiques de débauchage, il propose de créer, comme dans la teinture, la soierie et le bâtiment, une caisse de compensation permettant au personnel des usines travaillant plus de 30 heures de venir en aide à ceux qui travaillent moins99. Des sanctions sont également prévues à l’encontre des industriels qui commettent des infractions aux directives syndicales.

  • 100 AIUMM. CD du 19 septembre 1940.
  • 101 AIUMM. CD du 17 octobre 1940.
  • 102 La loi du 16 janvier 1943 transforme le Commissariat en Office de reclassement professionnel, charg (...)
  • 103 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.
  • 104 Pour l’ensemble de la zone libre, le nombre de chômeurs passe de 30 000 à la fin de 1940 à moins de (...)
  • 105 ACSIMR. CA de la CSIMR et de l’UMR du 13 février 1941.

36L’organisation de travaux pour l’occupation des chômeurs est une autre solution. L’UIMM est sollicitée par le Commissaire à la lutte contre le chômage, François Lehideux. Occuper sur place tous les chômeurs de la région parisienne se révèle impossible, compte tenu de leur grand nombre (120 000 métallurgistes sans emploi en 1940). L’Union s’intéresse donc aux transferts par entreprise des travailleurs en province pour les occuper à des travaux ruraux et forestiers. Lenté propose au ministre de la Production industrielle des contrats entre l’administration et des établissements industriels pour faire exécuter des travaux, qui ne donneraient lieu « à aucun bénéfice, les dépenses réelles étant remboursées par l’État »100. Certains industriels sont favorables au maintien des liens entre les établissements et leur main-d’œuvre, même lorsque celle-ci est inoccupée. À l’inscription des chômeurs dans un bureau de recrutement géré par le GIM101, Lehideux préfère l’utilisation des bureaux d’embauche des grands établissements de la région parisienne. Par la suite l’UIMM et le GIM collaborent avec le Commissariat à la lutte contre le chômage102, créé en octobre 1940 afin de substituer au système des allocations des méthodes plus actives et de créer un service médical chargé de déceler les aptitudes. Ils regroupent en équipe les chômeurs des petites entreprises par région, recrutent des chefs de groupe et passent des contrats pour l’ouverture de chantiers tout en incitant au développement de l’artisanat rural103. Le Comité pour la formation professionnelle des chômeurs fonctionne sous l’égide de l’Union. Le chômage décroît rapidement en zone libre104 : à Lyon, « il n’y a pratiquement pas de chômage » au début de 1941105. La Chambre syndicale doit plutôt faire face à la pénurie.

  • 106 Lois des 27 juillet 1942 et 3 mai 1943. Quantin, président de la commission d’apprentissage, a part (...)
  • 107 AIUMM. CD du 19 novembre 1942.
  • 108 AIUMM. Feuille d’informations no 1, 27 mars 1944.
  • 109 La loi du 26 septembre 1942 accorde des avantages financiers aux travailleurs spécialistes particip (...)

37Malgré une activité ralentie, la métallurgie manque, en effet, toujours de travailleurs qualifiés. Des rapports étroits sont tissés entre l’Union et le Secrétariat général de la Jeunesse. Le gouvernement crée des centres de jeunesse aux objectifs avant tout idéologiques et favorise l’extension des centres de formation professionnelle lancés en 1939. Il pousse parallèlement au développement de l’apprentissage dans les entreprises. Le décret du 6 février 1941 fixe à 6 % des ouvriers et employés qualifiés le pourcentage d’apprentis à former. L’article 31 de la Charte fait entrer l’apprentissage dans les attributions des comités sociaux. L’élaboration de la Charte étant fort longue, il faut trouver des solutions plus rapides. Une nouvelle législation106 crée une organisation collective de l’apprentissage sur une base tripartite par famille professionnelle, dotée d’une Commission nationale d’apprentissage orientant et coordonnant les travaux de groupements collectifs régionaux. Ces derniers doivent former des apprentis soit dans leurs propres centres soit dans des écoles publiques. L’Union, sans attendre les décrets d’application, organise une commission tripartite pour s’occuper des questions d’apprentissage dans l’industrie des métaux : « Il n’y a pas en effet de question où la collaboration soit plus justifiée et plus sûre »107. Fidèle à sa stratégie, elle milite pour la création anticipée d’institutions dont la prise en compte, une fois les décrets passés, ne peut que profiter aux intérêts de la profession. Néanmoins des difficultés s’accumulent, du fait notamment de l’opposition des services publics et privés ; en février 1944, les discussions continuent sur les modalités d’application. La fixation du nombre d’apprentis à former s’avère aussi complexe qu’avant la guerre. Si tous sont d’accord sur le fait qu’il doit être en rapport avec le nombre d’ouvriers qualifiés, l’UIMM estime logique la détermination de nombre d’apprentis selon les besoins réels de chaque branche108. La question de la formation est toujours aussi cruciale car il faut d’une part remplacer les effectifs partis en Allemagne109, d’autre part faire face à la concurrence des usines dirigées par les occupants, qui pratiquent des salaires plus élevés pour attirer les spécialistes.

  • 110 Le BIT s’y est intéressé dès 1927 avec la création d’une Commission consultative des travailleurs i (...)
  • 111 A. Moutet, « Sous le gouvernement du Front populaire : problèmes humains de la rationalisation et a (...)
  • 112 AGIM. Recommandation concernant les cadres du 2 décembre 1937 reprise par la Plaquette bleue publié (...)
  • 113 Cf. aussi des articles dans la presse, particulièrement ceux de Jacques Saint-Germain sur le statut (...)
  • 114 CAC, 39 AS 861. Définition, préparation et entretien du rôle social des cadres, août 1943.
  • 115 Ibid.
  • 116 Une Notice (no 8) est publiée le 4 juillet 1941.
  • 117 ACSIMR. CD du 16 février 1943.

38Former les cadres est un autre sujet de réflexion, car ces catégories110 entrent dans le programme de transformation des relations professionnelles et dans la rationalisation du facteur humain111. Pour sensibiliser les chefs d’entreprises à la fonction sociale des cadres, des études débutées en 1937112 s’intensifient à partir de 1941113, notamment au GIM. Elles réunissent des chefs du personnel, des ingénieurs et des responsables du Groupe afin de pouvoir présenter aux divers échelons des comités sociaux un canevas de travail pour l’application pratique. « L’action des cadres est à la base même des rapports du travail […]. On peut dire, sans exagération, que du sens de l’intervention des cadres dépend la paix sociale – facteur essentiel du bonheur de tous et de la prospérité économique – ou le mécontentement, le désordre et la régression de la production »114. Les cadres sont classés en deux groupes : les agents de maîtrise (chefs d’équipe, contremaîtres, chefs d’atelier et les agents assimilables à ces fonctions pour les travaux de bureau), les chefs de service pour l’encadrement supérieur. Les patrons sont invités à ne pas commettre certaines « fautes » comme privilégier les considérations techniques et financières au détriment du facteur humain aussi important pour la production, encourager la « brutalité » qui semblait jusqu’à présent être l’expression normale de l’autorité et enfin céder au favoritisme ou au népotisme pour le classement ou le recrutement de cette catégorie de personnel. Il faut associer les cadres à la préparation des éléments du statut ouvrier. Cette nouvelle mission nécessite une formation complémentaire. Aux fonctions traditionnelles d’information et de conseil de la direction, d’incitation à l’augmentation du rendement, s’ajoute désormais le respect de la condition humaine des agents de travail. « Se mettre dans la peau de l’exécutant. Matériellement, veiller constamment à l’installation, à la sécurité, à l’hygiène, à la lutte contre la fatigue et à l’adaptation aussi complète que possible des aptitudes de chacun aux tâches qui lui sont confiées. Moralement, développer l’esprit d’équipe »115 : telles sont les nouvelles aptitudes et tâches à demander aux cadres. Le GIM prévoit des développements monographiques dans les Informations à l’usage des cadres et la publication d’une Notice bleue par le service social116. Mais il regrette qu’aucune école (Grandes Écoles ou Écoles professionnelles) ne prévoit de façon sérieuse « l’aspect social et humain du travail ». Il forme une commission d’étude et organise des stages réguliers pour les cadres en place et ceux sortis du rang. Certains ont lieu dans la région lyonnaise en 1943. Les groupes régionaux sensibilisent les employeurs à cette question par leurs publications, par des réunions et des conférences. Le président de la CSIMR déplore à plusieurs reprises le peu de succès de ces conférences117.

  • 118 CAC, 39 AS 861. Définition, préparation et entretien du rôle social des cadres, août 1943.
  • 119 Ibid.

39Parallèlement le recrutement des cadres doit requérir la vigilance des employeurs. Il faut désormais les sélectionner « en raison de leur intelligence et de leur mérite, de leur aptitude au commandement, et de leurs vertus »118 (instruction, courage, distinction, honneur, esprit d’apostolat, enthousiasme). La Charte du travail reconnaît le rôle des cadres, puisqu’ils sont représentés dans tous les organismes paritaires aux côtés des autres salariés. Compte tenu de l’importance de leur fonction, les représentants des collaborateurs (FIATIM) en profitent pour demander en 1941 un relèvement de salaires s’appuyant sur la convention collective des collaborateurs récemment conclue avec le GIM. À plusieurs reprises au cours de la guerre, la situation salariale des collaborateurs retient l’attention des dirigeants qui estiment nécessaire de « marquer par rapport aux salaires l’écart voulu pour assurer aux cadres l’autorité nécessaire »119 et de prendre en compte les différences de valeurs et de fonctions dans l’échelle des appointements. Le GIM met sur pied une commission pour étudier les normes de rémunération du travail, mais les contraintes auxquelles sont soumises les entreprises avec les réquisitions du personnel et les prescriptions allemandes sur l’organisation du travail entravent les travaux. L’UIMM et le GIM conseillent « une appréciation généreuse de l’appointement fixe et la généralisation des compléments de rémunération basés sur les résultats de l’activité des intéressés » ainsi qu’une prise en charge de l’insécurité (maladie, chômage, vieillesse).

  • 120 L’ouvrier spécialiste employé à des travaux de déblaiement après un bombardement perçoit la plupart (...)
  • 121 À partir du 1er décembre 1940, les salaires y sont augmentés de 20 %, voire de 100 %. La différence (...)

40Pour toutes les catégories de personnel, les salaires sont un élément essentiel dans la gestion des hommes. Les conseils de direction des différents groupes évoquent cette question quasiment à chaque séance. Les salariés connaissent une diminution de leurs revenus provoquée par la baisse de la durée du travail (heures perdues lors des alertes, etc.) et la déqualification120, alors qu’ils doivent faire face à l’augmentation du coût de la vie. Les patrons n’interviennent plus dans la fixation des salaires ; de toute façon ils ne pourraient pas répercuter sur les prix une augmentation de leurs charges. En effet, le gouvernement de Vichy maintient le blocage des prix et des salaires, institué en septembre 1939. L’occupant l’exige, pensant ainsi obtenir plus facilement le transfert de main-d’œuvre vers l’Allemagne ou vers des établissements travaillant pour elle121. Comment donc les organisations patronales gèrent-elles ces demandes contradictoires et pourtant essentielles, alors que la collaboration à l’intérieur de l’entreprise est à l’ordre du jour ?

  • 122 AIUMM. CD des 21 novembre et 19 décembre 1940.

41Comme les entreprises doivent respecter les taux de salaires imposés, elles n’ont que trois possibilités pour essayer de maintenir le niveau de vie des salariés : l’allongement de la durée du travail difficilement possible vu l’accentuation des contraintes, le paiement de primes, l’augmentation des allocations familiales et leur extension aux chômeurs partiels. Mais les caisses de compensation éprouvent des difficultés à payer ces dernières aux chômeurs. En octobre 1940 l’UIMM sollicite du gouvernement le versement de subventions. Elle conseille aux chambres syndicales en premier lieu de respecter rigoureusement la législation en vigueur et de ne pas fixer des taux des salaires en dessous de ceux prévus par les conventions collectives, en second lieu d’apporter la plus grande attention « à tout ce qui peut réduire un salaire déjà si gravement atteint par la diminution du temps de travail »122, ce qui signifie de toute évidence que certains employeurs profitent de la situation.

  • 123 AIUMM. CD du 12 mars 1941.
  • 124 AIUMM. CD des 24 avril et 15 mai 1941.
  • 125 CAC, 39 AS 853. CA du 20 juin 1941.
  • 126 Le GIM constate un écrasement des salaires moyens depuis 1936 avec un maximum à la fin de 1938. CAC (...)
  • 127 ACSIMR. CD du 16 février 1942.
  • 128 Ibid.
  • 129 ACSIMR. CD du 15 mars 1942.
  • 130 AIUMM. CD du 17 avril 1942.
  • 131 CAC, 39 AS 789. Réunion des correspondants des liaisons locales, 7 septembre 1942.
  • 132 ACSIMR. CD du 18 décembre 1942.
  • 133 ACSIMR. CD du 16 février 1943.
  • 134 ACSIMR. CD du 14 mai 1943.

42Saisie d’une demande des responsables ouvriers de la Fédération des métaux au début de l’année 1941, l’Union propose une démarche commune auprès du gouvernement. Les dirigeants patronaux se mettent d’accord sur une majoration fondée sur les conventions collectives, et non sur les salaires effectifs, sur le fait de laisser aux Caisses le soin d’aménager les allocations familiales et de réduire l’écart entre les ouvriers travaillant à horaire plein et ceux qui travaillent à horaire réduit123. La Fédération des métaux désire une indemnité de vie chère identique pour tous les travailleurs. Des débats se poursuivent au conseil de l’UIMM sur la méthode à employer : certains (dont Lenté et Lobstein) estiment que le seul relèvement des allocations familiales ne répond plus à la situation, alors que d’autres (Daydé et Painvin) sont toujours favorables à ce système124. L’accord s’établit sur l’allongement du temps de travail et la suppression de la contribution nationale extraordinaire de 5 %. La loi du 23 mai 1941 prévoit finalement une allocation supplémentaire de 1 F quelle que soit la catégorie des ouvriers. Elle ne satisfait pas les patrons pour trois raisons essentielles : le blocage des prix de vente, la limitation à une fraction du personnel qui engendre le mécontentement des cadres125 et l’écrasement des salaires126. Le président lyonnais Robert Phelip signale que le salaire minimum de l’ouvrier hautement qualifié est de 137 % de celui du manœuvre, alors qu’en 1936 il était de 154 %. Le rétablissement de la proportionnalité par rapport à la situation avant la loi de mai 1941 conduirait à une augmentation moyenne de 5 % environ des salaires127, et beaucoup plus importante par rapport à 1936. Les dirigeants parisiens et lyonnais préconisent enfin plutôt une amélioration du ravitaillement qu’une faible augmentation du pouvoir d’achat : ils font des démarches dans ce sens auprès du préfet et de la Chambre de commerce. Mais le préfet du Rhône révise les salaires en les augmentant de 5,33 %, soit plus de 6 % avec les charges, ce qui convainc le président « que les pouvoirs publics ne consultaient les organisations qu’à titre d’indication »128. La CSIMR conseille à ses adhérents d’appliquer l’augmentation imposée par l’arrêté préfectoral du 12 février 1942 en pourcentage du salaire minimum de la convention collective et non du salaire réel, afin de ne pas continuer à creuser l’écart entre les établissements qui versent des salaires élevés et les autres129. Certaines entreprises ne respectent pas les accords : une usine d’aviation de Lyon augmente les salaires de 12 %130. Des rappels à l’ordre ont lieu également dans la région parisienne, où il semble y avoir un nombre croissant de débauchages par surenchère131. D’autres entreprises du Rhône pratiquent des salaires en dessous des salaires moyens. L’écart entre les salaires parisiens et lyonnais est en moyenne en décembre 1942 de 30 % en faveur des premiers, alors qu’il ne s’élevait en 1936 qu’à 17, 5 %132. Les dirigeants lyonnais demandent aux industriels d’ajuster le salaire de leurs ouvriers sur les salaires moyens réellement pratiqués dans la région133. Une démarche des différentes organisations professionnelles auprès du préfet est néanmoins prévue pour attirer l’attention sur l’urgence d’une augmentation. Les allocations familiales croissent dans la région lyonnaise à partir d’avril 1943. La CSIMR, appuyée par les syndicats des régions voisines et le GIM, recommande fortement d’appliquer les salaires moyens de la profession134.

 

  • 135 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.
  • 136 Arrêté du 23 juin 1941.
  • 137 AIUMM. AWaline. Exposé de Lenté sur la Charte du Travail, 6 novembre 1941.
  • 138 AIUMM. CD du 18 décembre 1941.
  • 139 CAC, 39 AS 973. Rapport de la commission des salaires de l’UIMM, 10 mai 1942.
  • 140 Le GIM fait référence aux travaux de Dubreuil et Rimailho. CAC, 39 AS 861. Politique patronale, 23 (...)
  • 141 AIUMM. CD du 16 avril 1942.

43Toute une réflexion sur la fixation de la rémunération est menée parallèlement. Dans le cadre de la Charte du Travail, une commission spéciale présidée par Jules Lange se réunit à l’Union pour réfléchir sur les critères de la rémunération : le barème à prévoir pour la qualification professionnelle, la fixation d’un maximum éventuel aussi bien pour les salaires ouvriers que pour les traitements des collaborateurs135. Le salaire minimum vital est fixé par le gouvernement136, par région ou par département suivant les différences du coût de la vie, sur la proposition d’un Comité supérieur des salaires fonctionnant au Secrétariat d’État au Travail. Le supplément de salaire dû à la qualification professionnelle ressort du Comité social national de la profession sous la forme d’un coefficient applicable au salaire minimum vital137. Le ton habituellement bienveillant de Lenté à l’égard du régime devient plus critique sur la politique suivie en matière de salaires, qualifiée de confuse et contradictoire : « Elle repose sur des fictions. Le principe du blocage des prix entraîne le blocage des salaires, et pourtant on laisse monter les prix »138. Selon les principes de la Charte, le gouvernement ne devrait se préoccuper que du minimum vital, les autres éléments du salaire étant réservés aux comités sociaux. Les patrons espèrent beaucoup du paragraphe 3 de l’article 54 de la Charte qui prévoit des suppléments individuels en fonction de « la valeur personnelle » et du « rendement », principes déjà en vigueur depuis l’instauration des conventions collectives139. Le GIM pense qu’une étude doit être faite paritairement pour « une adaptation parfaitement équitable de la rémunération à l’activité et à l’apport personnel des salariés » et pour mettre au point « des formules de primes au rendement et de primes aux économies »140. La détermination des définitions de la qualification professionnelle par la Commission des salaires s’avère complexe ; le ralliement à des grandes catégories (manouvres, ouvriers spécialisés, ouvriers professionnels), en laissant le soin aux organismes régionaux et locaux de répartir les métiers entre les catégories, soulève quelques critiques, principalement un cadre trop large141.

  • 142 CAC, 39 AS 307. Information, no 95, 8 juillet 1943.
  • 143 ACSIMR. CD du 25 février 1944.

44Le régime des salaires est réglé par l’arrêté du 21 juin 1943 qui reprend l’ordonnance allemande du 2 février 1943. Il fixe un salaire moyen maximal pour les huit catégories nouvellement définies142 avec un minimum garanti et les bases de la hiérarchie professionnelle à la place des comités sociaux nationaux qui n’existent pas encore. Après leur institution, ces derniers sont chargés d’établir les coefficients de qualification professionnelle par rapport au salaire minimum vital. Des réunions de la Commission des salaires du Comité social national de la Transformation des métaux ont lieu à Paris. Les dirigeants patronaux se plaignent des exigences de la délégation ouvrière qui demande au patronat d’utiliser au maximum les possibilités de l’arrêté du 21 juin 1943. Après d’âpres discussions, un accord est trouvé sur deux points : généralisation du taux de 120 % dans l’application de l’arrêté du 21 juin 1943 et obligation pour les employeurs de donner aux femmes et aux jeunes gens remplaçant les hommes et fournissant le même travail un salaire égal143. Quand le salaire pratiqué est déjà égal au nouveau taux, le GIM conseille l’amélioration du salarié en augmentant la part du salaire payé au rendement, éventuellement en rémunérant au rendement des travaux payés au temps.

  • 144 Pour une étude précise des salaires dans la région parisienne, D. Rousselier-Fraboulet, Les entrepr (...)

45Dans les régions particulièrement menacées par les bombardements et les alertes, des primes sont distribuées ce qui est considéré comme une source d’inégalité. Au printemps 1944, le décalage des barèmes entre les différentes branches de la métallurgie se creuse, certains adhérents ne respectant pas les directives de leurs chambres syndicales144.

 

  • 145 Il est modifié par la loi du 6 janvier 1942 : sont immatriculés aux assurances sociales les ouvrier (...)
  • 146 AIUMM. CD du 17 décembre 1943.
  • 147 Par exemple la CSIMR ne mentionne pas les mouvements contre les opérations de la Relève et du STO c (...)

46Compte tenu des problèmes salariaux, l’extension des sociétés de secours mutuel, du régime des assurances sociales145 et le développement de nombreuses œuvres sociales parviennent-ils à soulager le monde du travail ? Les conflits ne sont pas un indicateur adéquat du mécontentement d’une part parce que les sources sont peu bavardes sur le sujet, d’autre part parce que Vichy interdit la grève et réprime toute contestation avec le soutien de l’occupant, fréquemment présent dans les usines. Quelques mouvements, comme la grève de juin 1941 dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais et dans quelques établissements industriels ou ceux des régions parisienne et lyonnaise (Citroën) à la fin de 1943 conduisent l’Union à s’interroger sur la conduite à tenir. Les incertitudes de la jurisprudence sur la rupture du contrat de travail, les dispositions de la Charte sur la grève et l’arbitrage, la privation de la liberté d’embauchage et de débauchage pour les chefs d’entreprises et enfin, depuis 1942, l’impossibilité de licencier les ouvriers « qui seraient aussitôt repris par les services du travail obligatoire »146 sont à prendre en compte. Finalement, l’intervention immédiate de l’Inspection du Travail et de l’autorité publique paraît être la mesure la plus efficace. Les archives patronales, discrètes sur les mouvements protestataires, préfèrent insister sur la volonté de concertation des syndicats ouvriers147, sans doute par volonté de privilégier des rapports négociés notamment dans le cadre des CSE.

 

  • 148 CAC, 39 AS 968. Note sur la politique patronale du 4 juillet 1944.
  • 149 Villey s’en plaint lorsqu’il a fait le bilan des CSE. A.N., 39 AS 971.
  • 150 CAC, 39 AS 861. Politique patronale, 23 juin 1943.

47Les organisations patronales de la métallurgie soutiennent la volonté de rénovation sociale impulsée par la Charte tant que celle-ci ne remet pas en cause l’organisation patronale elle-même et la liberté d’action des employeurs. L’UIMM, mais aussi les autres organisations patronales, fonctionnent efficacement durant cette période. Elle enregistre même de nouvelles adhésions en 1943 et 1944. Toutefois elle affronte quelques difficultés financières, le recouvrement des cotisations s’étant interrompu avec certains adhérents, ceux de la zone interdite par exemple, et les liaisons entre tous les départements engendrant des dépenses supplémentaires. Mais l’orientation corporatiste du régime, qui implique une intervention croissante de l’État, heurte bon nombre de patrons. Les rapports professionnels ne sont-ils pas cependant transformés par les nouvelles institutions et l’action sociale du patronat ? Le GIM dresse en juillet 1944 un bilan négatif : « Un grand nombre d’employeurs n’ont pas réellement accepté, au fond, le régime de collaboration sociale »148. D’autres raisons sont avancées pour expliquer l’échec de la Charte : le dysfonctionnement du régime, la mauvaise volonté patronale, voire l’hostilité d’un certain nombre de dirigeants très conservateurs à toute représentation ouvrière149, et enfin la réticence ou l’opposition des travailleurs aux nouvelles institutions. Toutefois, les années 1940 n’ont-elles pas tout de même innové dans le champ social ? Effectivement, toute une réflexion sur la politique patronale a continué, notamment « sur la nécessité de poursuivre sous la forme paritaire l’étude et la recherche des solutions des différentes questions » et sur celle de « substituer l’esprit de compréhension à l’esprit d’autorité absolue ». Une condition manquait cependant : « une sincérité et une confiance complètes » de part et d’autre150. En février 1944, la direction du GIM veut encore croire aux changements en continuant d’inciter les chefs d’entreprise à adhérer à ces améliorations, inspirées en partie des idées du mouvement Jeune patron. Jusqu’au débarquement du 6 juin 1944, les discussions sur l’application de la Charte continuent.

48Mais de nouveaux rapports de travail peuvent-ils exister sans aborder les problèmes réels des travailleurs qui sont exclus des discussions salariales, qui ne disposent pas de la liberté d’organisation ou de négociation ?

Notes

1 Le terme figure à la fin de l’année 1937 dans le « statut moderne du travail ». Ce projet gouvernemental sur les procédures de conciliation et d’arbitrage est alors rejeté par les patrons. A. Chatriot, La démocratie sociale, op. cit.

2 Rapport de Lenté à l’UIMM sur la Charte du Travail, 6 novembre 1941. AIUMM. AWaline.

3 CAC, 39 AS 379, Information, no 49, 17 novembre 1941.

4 CAC, 39 AS 379. Ibid.

5 CAC, 39 AS 973. Note sur les CSE du 7 novembre 1941.

6 P. Fridenson, J.-L. Robert, « Les ouvriers dans la France de la Seconde Guerre mondiale », Le Mouvement Social, janvier-mars 1992, no 158, p. 138-140 ; nos propres travaux : « Un syndicat patronal face à la Seconde guerre mondiale », art. cit., p. 45-60, « Du comité social au comité d’entreprise : l’exemple de la Compagnie de constructions mécaniques Sulzer », in G. Mouradian (dir.), L’enfance des comités d’entreprises, Roubaix, Centre des Archives du Monde du Travail, 1997, p. 120-133 ; Les entreprises, op. cit., p. 139-168 ; J.-C. Daumas, « La Révolution nationale à l’usine. Les politiques sociales des entreprises sous l’Occupation », in O. Dard, J.-C. Daumas et F. Marcot (dir.), L’Occupation, op. cit., p. 181.

7 Elle est présidée par Henri Moysset, secrétaire général de la présidence du Conseil et auteur de la célèbre formule sur « les vieux Romains » et les « jeunes cyclistes » au sein du régime de Vichy. AIUMM. Exposé de Lenté sur la Charte du Travail, 6 novembre 1941.

8 J.-P. Le Crom, Syndicats, nous voilà, Vichy et le corporatisme, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, p. 134-139. Maurice Roy, ancien secrétaire fédéral de la tendance Syndicats et proche de Belin, est l’un des principaux représentants ouvriers. M. Margairaz, « La Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT sous l’Occupation ou les échelles de la « présence » », Colloque Institut CGT d’histoire sociale, Université de Paris 8, Le syndicalisme sous la botte, Paris, 1er-2 décembre 2005, p. 193-201, à paraître.

9 Les sections de la CGT se sont vidées au déclenchement du conflit et elle ne compte plus que 500 000 adhérents durant la drôle de guerre. A. Prost, La CGT à l’époque du Front populaire, 1934-1939, Paris, Armand Colin, 1964.

10 G. Dumoulin estime même que la Charte est trop timide.

11 On sait que Jouhaux et des membres du bureau confédéral, ainsi que Zirnheld et Tessier de la CFTC, signent en novembre 1940 le manifeste des Douze pour affirmer le principe de l’indépendance syndicale.

12 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.

13 AIUMM. AWaline. Exposé de Lenté sur la Charte du Travail, 6 novembre 1941.

14 Ibid., La dissolution des syndicats est donc exceptionnelle, le regroupement des organisations devant se faire essentiellement par intégration, les biens étant réservés à l’organisation économique correspondante. En revanche, comme nous l’avons vu, la CGPF, le CFF, celui des Houillères ont été dissous par Vichy symétriquement à la CGT le 9 novembre 1940. CD du 18 décembre 1941.

15 CAC 39 AS 973. Projet de communication aux établissements sur la constitution et le fonctionnement des comités sociaux d’établissement, 18 novembre 1941. M. Roy exhorte dans les mêmes termes les adhérents de la Fédération des métaux : « Nous adhérons sans réserve à la politique sociale du Maréchal ; ses nobles paroles ont été pour nous un réconfort et nous sentons fort bien la nécessité d’instituer un ordre nouveau ». Archives FSM/CGT, archives métaux 1940-1944, cité par M. Margairaz, « La Fédération des métaux », art. cit.

16 AIUMM. CD du 19 février 1942.

17 AGIM, 12 février 1941.

18 Le GIM souligne l’interchangeabilité du personnel des industries des métaux et notamment la présence des mêmes métiers dans toutes les spécialités de fabrications.

19 AGIM. Note sur la situation des groupements régionaux, 23 avril 1941. Le GIM a même calculé la répartition entre les différents CO.

20 AIUMM. CD du 18 juin 1942.

21 AGIM. Définition des catégories professionnelles. Résultats de la commission de l’UIMM à la suite de sa réunion du 22 octobre 1942

22 Le représentant des ouvriers, M. Roy, y est également opposé. Pour lui, « c’est une sorte de victoire posthume du CFF, qui, alors que les forges et laminoirs apparaissent minoritaires dans l’ensemble de la métallurgie, parvient par ce biais à tenir toutes les autres industries « en coupe réglée » », M. Margairaz, « La Fédération des métaux », art. cit. L’opposition d’une grande partie des patrons montrent alors la perte de puissance du CFF au sein de l’UIMM.

23 Il est depuis 1927 le directeur général de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt. Pressenti en 1937 pour succéder à Richemond à la présidence de l’UIMM, il a alors refusé ; il devient vice-président en 1943. Il appartient aux CO des mines et de la sidérurgie.

24 Première réunion en novembre 1942. AIUMM. CD du 15 octobre 1942.

25 AIUMM. CD du 19 novembre 1943.

26 AGIM. Dossier Charte du travail. Organisation de la Famille professionnelle des métaux, 1er décembre 1941.

27 AGIM. Étude sur l’organisation professionnelle patronale (non datée, après 1938).

28 AGIM. Dossier Charte du travail. 1er décembre 1941.

29 Ibid.

30 AIUMM. CD du 18 juin 1942.

31 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.

32 CAC, 39 AS 973. Note sur les CSE du 7 novembre 1941

33 AIUMM. CD du 18 décembre 1941.

34 Ils sont implantés dans 60 % des entreprises de plus de 100 salariés en janvier 1944 selon J.-P. Le Crom, L’organisation des relations professionnelles en France (1940-1944). Corporatisme et Charte du travail, thèse de doctorat de droit, Université de Nantes, 1992, p. 478.

35 ACSIMR. CD du 16 janvier 1942.

36 CAC, 39 AS 968. Rapport de l’Office des comités sociaux.

37 AIUMM. CD du 16 avril 1942.

38 AIUMM. CD du 17 décembre 1942.

39 Vraisemblablement la Légion des volontaires français contre le bolchévisme dont certains adhérents vantent les activités économiques et sociales. ACSIMR. CA de l’UMR du 6 juin1941.

40 ACSIMR. CD du 16 janvier 1942.

41 AIUMM. Feuille d’information aux adhérents, 15 avril 1942.

42 Créée en avril 1942 pour la Famille de Transformation des métaux, elle réunit tous les représentants des organisations professionnelles signataires des conventions collectives de 1936. Elle conseille les entreprises sur la constitution des CSE en attendant la mise en place des comités sociaux locaux et du comité social régional. Elle défend la profession par rapport aux organismes interprofessionnels comme l’Office provisoire de comités sociaux, également créé en avril 1942. CAC, 39 AS 379.

43 CAC, 39 AS 971. Note sur la constitution et le fonctionnement des CSE, 28 décembre 1942.

44 CAC, 39 AS 971. Réunion d’information sur les CSE du 18 février 1944.

45 AIUMM. CD du 8 juin 1942.

46 La première réunion s’est tenue « dans une atmosphère excellente ». ACSIMR. CD du 15 mai 1942.

47 CAC, 39 AS 968. Note sur l’OCS du 6 octobre 1942. En l’absence de documents de l’UIMM et de la CSIMR sur cette période, il est difficile de dire si c’est une position spécifique au groupe parisien. Sur les relations entre le GIM et l’Office, D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises, op. cit., p. 150-151.

48 CAC, 39 AS 968. L’Atelier, 29 avril 1944.

49 Président de l’Union des industries chimiques, il ne fait pas partie de l’UIMM, mais il est administrateur du CFF (1939-1940), de sociétés métallurgiques et peut-être du GIM.

50 A.N. F 22 1837,1838 et 1840. Cité par Y. Poulle, « Le Conseil supérieur du travail (1943-1944) », in D. Peschanski et J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, IHTP, 1992, p. 257.

51 Une commission particulière, créée en son sein avec Lenté et de Canisy, en est chargée.

52 Rapport du 7 août 1944. Cité par Y. Poulle, « Le Conseil », art. cit., p. 259.

53 A. Weexsteen, « La Commission Générale d’Organisation scientifique du travail », art. cit., p. 203. Sur G. Bardet dans cette période, R. de Rochebrune et J.-C. Hazera, Les patrons sous l’Occupation, Éditions Odile Jacob, 2e éd. augmentée, 1997, p. 723-781.

54 AIUMM. CD du 17 décembre 1943.

55 AIUMM. Circulaire d’information, 1er mars 1944.

56 AIUMM. CD du 17 décembre 1943.

57 ACSIMR. CD du 25 février 1944.

58 Loi du 24 août 1943 pour les comités sociaux régionaux provisoires de la Transformation des métaux, arrêté du 12 novembre 1943 pour le comité social national provisoire.

59 AGIM. Dossier Charte du Travail.

60 AIUMM. CD des 24 avril et 15 mai 1941.

61 AIUMM. CD du 17 octobre 1940.

62 Une démarche de la Chambre de commerce auprès de l’administration préfectorale permet d’octroyer 1kg de pommes de terre, 50 grammes de légumes secs et 50 grammes de pâtes par semaine et par ration. ACSIMR. CD du 6 février 1942.

63 AIUMM. CD du 20 février 1941.

64 AIUMM. CD du 20 mars 1941.

65 AIUMM. CD du 18 décembre 1941.

66 L’exemple de Peugeot donné par F. Marcot peut être généralisé. « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », in D. Peschanski et J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers, op. cit., p. 249 ; F. Marcot, « La direction de Peugeot sous l’Occupation : pétainisme, réticence, opposition et résistance », Le Mouvement Social, no 189, 1999, p. 27-46.

67 ACSIMR. CD du 18 décembre 1942.

68 ACSIMR. CD du 17 juillet 1942.

69 ACSIMR. CD du 9 octobre 1942.

70 D’après la conférence de J. Bichelonne à Lyon. Ibid.

71 Composée notamment de l’Inspecteur général de la Production et de l’Inspecteur divisionnaire du Travail. ACSIMR. CD du 9 octobre 1942.

72 Ibid.

73 ACSIMR. CD du 15 janvier 1943.

74 AIUMM. CD du 19 novembre 1943.

75 AIUMM. CD du 15 octobre 1942.

76 R. Phelip. Ibid.

77 ACSIMR. CD du 16 février 1943.

78 AGIM. Réalisation pratique de l’esprit de collaboration au sein des entreprises, janvier 1941. J.-C. Daumas, « La Révolution nationale à l’Usine », art. cit., p. 190.

79 CAC, 39 AS 382. Services sociaux et médicaux. Note du 1er décembre 1941.

80 Une circulaire du GIM du 1er juin 1940 recommandait leur création.

81 CAC, 39 AS 803. Réponse du GIM à Georges Aubagnac, président du GIRD, 18 septembre 1940.

82 AGIM. Historique du centre médico-social, AISP, mai 1945. Le succès du centre a un impact sur l’essor de l’Association des industriels de Suresnes-Puteaux, qui passe de 72 membres en 1941 (11 418 salariés) à 120 membres en 1944 (20 000 salariés).

83 Elle prépare une brochure de propagande et de documentation pour répondre à la demande en assistantes sociales. AIUMM. CD du 17 juillet 1941.

84 Institués par la loi du 16 octobre 1940, ils disposent de trois niveaux d’attribution : sanitaire et hospitalier, médico-social et assistance sociale.

85 Lambert-Ribot. AIUMM. CD de mai 1941.

86 CAC, 39 AS 380.

87 AIUMM. CD du 19 novembre 1943.

88 AUIMM, rapport sur les travaux de l’exercice 1944. L’argument avancé s’explique par la date du rapport (1945) !

89 G. Brucy, Histoire des diplômes, op. cit., p. 123.

90 CAC, 39 AS 968. Organisation de l’hygiène et de la sécurité du travail, mai 1944.

91 Les deux décrets-lois (24 avril et 30 mai 1940), instituant une assurance obligatoire des risques d’incapacité permanente et de mort et une assurance facultative des risques d’incapacité temporaire, sont suspendus par Vichy à partir du 10 août 1940. L’UIMM souligne la position inconfortable des employeurs, tenus de réparer alors qu’ils sont dans l’impossibilité de s’assurer.

92 AIUMM. Législation sociale de 1942.

93 Loi du 3 avril et décret d’application du 20 octobre 1942.

94 Il n’est plus question de discuter le principe des congés payés, l’une des solutions étant la fixation d’une indemnité forfaitaire, ne variant pas en fonction de la durée du travail. L’UIMM souhaite le maintien du régime en vigueur et non pas une acquisition mois par mois du droit au congé. AIUMM. CD du 15 janvier 1942.

95 Loi du 11 octobre 1940. J. Desmarest, La politique de la main-d’œuvre, op. cit., p. 126-137.

96 Arrêté préfectoral du 21 octobre 1940.

97 AGIM. CA du 20 juin 1941.

98 ACSIMR. CA de la CSIMR et de l’UMR du 4 mars 1941.

99 ACSIMR. CA de la CSIMR et de l’UMR du 3 avril 1941.

100 AIUMM. CD du 19 septembre 1940.

101 AIUMM. CD du 17 octobre 1940.

102 La loi du 16 janvier 1943 transforme le Commissariat en Office de reclassement professionnel, chargé de gérer les centres publics de rééducation et de reclassement des travailleurs et de contrôler les centres privés. L’Office est dissous le 1er mai 1943.

103 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.

104 Pour l’ensemble de la zone libre, le nombre de chômeurs passe de 30 000 à la fin de 1940 à moins de 15 000 en juillet 1941. J. Desmarest, La politique, op. cit., p. 146.

105 ACSIMR. CA de la CSIMR et de l’UMR du 13 février 1941.

106 Lois des 27 juillet 1942 et 3 mai 1943. Quantin, président de la commission d’apprentissage, a participé à l’élaboration de ces lois.

107 AIUMM. CD du 19 novembre 1942.

108 AIUMM. Feuille d’informations no 1, 27 mars 1944.

109 La loi du 26 septembre 1942 accorde des avantages financiers aux travailleurs spécialistes participant volontairement à la Relève et au STO.

110 Le BIT s’y est intéressé dès 1927 avec la création d’une Commission consultative des travailleurs intellectuels (décembre 1927) dont Lambert-Ribot a fait partie. La progression des syndicats d’ingénieurs puis de techniciens contribue également à faire connaître leur point de vue. Note sur la commission consultative des travailleurs intellectuels, instituée par le conseil d’administration du BIT. AIUMM. Dossier cadres (27 21 23). A. Chatriot, La notion de « chômeur intellectuel » et l’action de la CTI (Confédération des travailleurs intellectuels) en France pendant les années 1930, mémoire de maîtrise sous la direction de C. Charle et R. Sanson, Université Paris I, 1996.

111 A. Moutet, « Sous le gouvernement du Front populaire : problèmes humains de la rationalisation et action ouvrière », in Y. Cohen et R. Baudouï (dir.), Les chantiers de la paix sociale (1900-1940), Fontenay-aux-Roses, ENS Édition, 1996, p. 287, 299-302.

112 AGIM. Recommandation concernant les cadres du 2 décembre 1937 reprise par la Plaquette bleue publiée par le Groupe en janvier 1941. Alexandre Goineau, secrétaire général de Schneider, a alors rédigé un rapport présenté aux Journées d’études de la CEGOS sur « le problème de la fonction sociale des cadres ». Georges Lamirand republie : Le rôle social de l’ingénieur (1932). I. Kolboom, « Patronat et cadres : la contribution patronale à la formation du groupe des cadres (1936-1938) », Le Mouvement Social, no 212, octobre-décembre 1982, p. 71-95 ; J.-C. Daumas, « La Révolution nationale à l’usine », art. cit., p. 193 ; J. Fombonne, Personnel et DRH, op. cit., p. 337-339.

113 Cf. aussi des articles dans la presse, particulièrement ceux de Jacques Saint-Germain sur le statut social des cadres dans Les Nouveaux Temps (20 novembre 1940, « L’heure des cadres », 2 janvier 1941, « Au secours de nos élites scientifiques »). AIUMM. Dossier cadres (27 21 23).

114 CAC, 39 AS 861. Définition, préparation et entretien du rôle social des cadres, août 1943.

115 Ibid.

116 Une Notice (no 8) est publiée le 4 juillet 1941.

117 ACSIMR. CD du 16 février 1943.

118 CAC, 39 AS 861. Définition, préparation et entretien du rôle social des cadres, août 1943.

119 Ibid.

120 L’ouvrier spécialiste employé à des travaux de déblaiement après un bombardement perçoit la plupart du temps un salaire de manœuvre.

121 À partir du 1er décembre 1940, les salaires y sont augmentés de 20 %, voire de 100 %. La différence est d’autant plus sensible que la durée du travail est supérieure à celle des établissements français. D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises, op. cit., p. 123 ; A. Radtke, « La politique salariale de Vichy », in D. Peschanski et J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 266.

122 AIUMM. CD des 21 novembre et 19 décembre 1940.

123 AIUMM. CD du 12 mars 1941.

124 AIUMM. CD des 24 avril et 15 mai 1941.

125 CAC, 39 AS 853. CA du 20 juin 1941.

126 Le GIM constate un écrasement des salaires moyens depuis 1936 avec un maximum à la fin de 1938. CAC, 39 AS 973. Note sur le nivellement des salaires dans les industries des métaux de la région parisienne, 1er juillet 1941.

127 ACSIMR. CD du 16 février 1942.

128 Ibid.

129 ACSIMR. CD du 15 mars 1942.

130 AIUMM. CD du 17 avril 1942.

131 CAC, 39 AS 789. Réunion des correspondants des liaisons locales, 7 septembre 1942.

132 ACSIMR. CD du 18 décembre 1942.

133 ACSIMR. CD du 16 février 1943.

134 ACSIMR. CD du 14 mai 1943.

135 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.

136 Arrêté du 23 juin 1941.

137 AIUMM. AWaline. Exposé de Lenté sur la Charte du Travail, 6 novembre 1941.

138 AIUMM. CD du 18 décembre 1941.

139 CAC, 39 AS 973. Rapport de la commission des salaires de l’UIMM, 10 mai 1942.

140 Le GIM fait référence aux travaux de Dubreuil et Rimailho. CAC, 39 AS 861. Politique patronale, 23 juin 1943.

141 AIUMM. CD du 16 avril 1942.

142 CAC, 39 AS 307. Information, no 95, 8 juillet 1943.

143 ACSIMR. CD du 25 février 1944.

144 Pour une étude précise des salaires dans la région parisienne, D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises, op. cit., p. 122-131.

145 Il est modifié par la loi du 6 janvier 1942 : sont immatriculés aux assurances sociales les ouvriers, quel que soit leur salaire, et les collaborateurs jusqu’à 42 000 F. AIUMM. CD de mars et mai 1942.

146 AIUMM. CD du 17 décembre 1943.

147 Par exemple la CSIMR ne mentionne pas les mouvements contre les opérations de la Relève et du STO chez Berliet, à la SOMUA ou chez Rochet-Schneider, mais insiste sur la demande de contacts réguliers par la CGT. ACSIMR. CD du19 juin 1942.

148 CAC, 39 AS 968. Note sur la politique patronale du 4 juillet 1944.

149 Villey s’en plaint lorsqu’il a fait le bilan des CSE. A.N., 39 AS 971.

150 CAC, 39 AS 861. Politique patronale, 23 juin 1943.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540