Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Quatrième partie. Pour une réévaluation du poids de la Deuxième Guerre mondiale

Chapitre XIV. Les métallurgistes et la nouvelle organisation de la production industrielle sous Vichy

Texte intégral

1À partir de la mi-mai 1940, les nouvelles du front sont mauvaises. Les soldats français en déroute arrivent à Paris début juin. Le gouvernement quitte la capitale le 10 juin et commence l’errance : la Touraine, le Bordelais… Lorsque les services de l’Armement se replient dans le Massif Central, l’UIMM s’installe à Saint-Nectaire.

  • 1 AIUMM. CD du 23 juillet 1940.
  • 2 AUIMM (01 01 58). Réunions des 4 et 6 juillet 1940.

2Dès l’armistice signé, les services de l’Union regagnent Paris tout en conservant un bureau de liaison dirigé par Pierre de Plument dans la zone occupée, à Vichy, ce qui permet de garder le contact avec les Chambres syndicales et les entreprises installées dans la zone sud1. L’arrêt des combats soulève des problèmes multiples. Il faut, dans un premier temps, récupérer les usines désertées lors de l’exode. Des entreprises sont réquisitionnées par les Allemands, du matériel est saisi, des ouvriers sont envoyés dans les usines de repli qu’ils n’ont d’ailleurs pas tous rejointes. Les entreprises aéronautiques, les arsenaux, les fabrications d’armement sont particulièrement touchés par la résiliation des marchés de guerre. Les industriels doivent donc faire redémarrer leurs usines, récupérer leurs salariés, tenter de sauvegarder leurs matériels et leurs stocks, trouver des matières premières et énergétiques, de nouveaux débouchés, résoudre les problèmes de transports et de liaison entre les deux zones, et enfin établir des relations avec le nouveau gouvernement français et avec l’occupant. La réorganisation de la production industrielle s’inscrit très rapidement au programme du nouveau régime. Plusieurs réunions entre les nouveaux dirigeants, comme le directeur de l’Économie nationale Olivier Moreau-Neret, et des métallurgistes, Raoul de Vitry, Henry Davezac, René Fould ou Pierre Champin, se tiennent les 4 et 6 juillet à Vichy pour liquider les marchés de guerre, établir un plan de travail par industrie et arrêter certaines fabrications2. Les organisations patronales doivent s’adapter à la volonté dirigiste de Vichy. Certes, durant l’entre-deux-guerres, des voix se sont élevées pour appeler à une organisation de la production, nous l’avons vu avec le projet Marchandeau-Flandin sur les accords professionnels en 1935, les ententes sur la stabilisation des prix ; quelques patrons ont adhéré au Comité central de l’organisation professionnelle né en juin-juillet 1936, au Centre des jeunes patrons en mai 1938, aux Nouveaux Cahiers d’Auguste Detoeuf, ou au groupe d’X-Crise de Jean Coutrot. Tous critiquaient le libéralisme orthodoxe, mais des divergences existaient entre les différents groupes, allant du corporatisme réformiste au corporatisme intégral en passant par l’économie « coordonnée » alliant « un secteur plané » et « un secteur libre » de Jean Coutrot. De plus, ils ne représentaient qu’une fraction minoritaire du patronat. En 1940, si ces débats existent toujours dans un cercle restreint proche du nouveau pouvoir, la gestion du court terme constitue la priorité pour la plupart des patrons : il faut résoudre au plus vite la crise due à la défaite et à l’Occupation. Le moyen terme les préoccupe ensuite : comment retrouver une dynamique économique durable ?

Les syndicats patronaux entre choc et réorganisation

  • 3 Pour certains établissements, comme les usines Renault, la levée de saisie pose plus de problèmes. (...)

3À la première réunion du conseil de direction de l’UIMM après l’invasion, le 23 juillet 1940, est dressé l’état des industries dans les différentes régions. Lenté expose le cas particulier des usines de l’Est, dont les sociétés sont majoritairement dépossédées, les établissements étant placés sous la direction d’administrateurs allemands, tout au moins dans la production des métaux. Le personnel non originaire de la région doit la quitter. Les sidérurgistes protestent vivement auprès du gouvernement français contre cette situation. Dans les autres zones, l’intérêt des autorités allemandes et françaises, mais également celui des métallurgistes, est de remettre en route le plus rapidement possible les outils de production. L’UIMM et les groupements régionaux s’emploient à résoudre les difficultés immédiates. Les établissements de la région parisienne s’adressent pour les levées de saisie à la préfecture de la Seine par l’intermédiaire de leur chambre professionnelle3. Les levées de réquisition interviennent rapidement, dans leur majorité durant l’été et l’automne. Quelques entreprises peuvent redémarrer immédiatement leurs fabrications en utilisant leurs stocks de matières premières et en réalisant des marchés privés antérieurs. Le retour des salariés s’effectue au même moment, mais ceux-ci ne retrouvent pas systématiquement leur emploi, en raison de l’arrêt brutal des commandes de guerre comme de la réorientation de la production.

  • 4 Ibid.
  • 5 AIUMM. CD du 29 juillet 1940.
  • 6 Ibid.

4Le conseil de l’UIMM se fait l’écho de l’inquiétude des patrons, surtout à propos de la situation des industries nationalisées, du devenir de l’organisation syndicale, de la production, de la réorientation des commandes et des futures relations commerciales. Les ateliers nationalisés vont-ils être considérés comme prise de guerre au même titre que les arsenaux ? Henri Davezac signale que les Allemands cherchent à mettre leur emprise sur l’industrie électrique, notamment sur les industries de la TSF4 : tentatives de direction ou d’éviction par les homologues allemands. La seule parade à ces manœuvres réside, pour le président, dans la force des organisations syndicales. Leur survie est un enjeu dans le contexte de la défaite. Il reçoit l’appui de Jean Lobstein pour qui, non seulement les groupements syndicaux ont un rôle à jouer pour la répartition de l’énergie, les transports, mais leur efficacité doit être renforcée, sinon ils risquent d’être supprimés par l’Occupant. Bien que les questions économiques ne constituent plus depuis 1918 son champ d’activité, l’UIMM décide d’adresser aux adhérents une circulaire insistant sur l’urgence de la reconstitution des cadres syndicaux et la reprise de fonctions des groupements pour faire face aux multiples difficultés. L’heure est au renforcement de la cohésion patronale. Cette action est approuvée par le ministère de la Production industrielle créé en juillet 1940 par le maréchal Pétain. Lambert-Ribot la résume ainsi : « Si les industriels ne font pas leur devoir, les chambres syndicales les remplaceront. Si celles-ci manquent à leur mission, le gouvernement prendra leur place et on expropriera les industriels en leur donnant une indemnité inférieure à l’indemnité légale. Cela montre que, si le ministre est libéral dans ses intentions, il les assujettit à un certain nombre d’indications comminatoires qui figurent dans le texte »5. Le gouvernement souhaite, lui semble-t-il, placer l’économie sous le contrôle des syndicats, tout en surveillant les conditions dans lesquelles leur action s’exerce. Lors d’une réunion à Vichy sur l’organisation syndicale, « tout le monde a été d’accord pour l’organisation syndicale obligatoire, le syndicat professionnel obligatoire »6.

  • 7 De Canisy. AIUMM. CD du 29 juillet 1940.

5L’essentiel est la reprise de l’activité industrielle qui passe pour la plupart des industries par la reconversion souvent problématique des fabrications. Les commandes de cycles reçues par des ateliers aéronautiques inquiètent la chambre syndicale du cycle. La reconversion vers des fabrications civiles des arsenaux, des usines d’armement nationalisées et des ateliers de chemins de fer concurrence directement les firmes privées. De plus, « dans ces ateliers, on pompe le personnel professionnel de quantité de maisons petites et moyennes. Dans ces ateliers, il y a des communistes et les Allemands y rentreront facilement »7. Lambert-Ribot évoque alors trois possibilités : le maintien des arsenaux, leur transfert à l’industrie privée ou la fermeture avec dispersion du personnel et du matériel. Dans le premier cas, la reconversion en fabrications civiles doit impliquer le contrôle des chambres syndicales concernées.

  • 8 AIUMM. Réponse au ministre de la Production industrielle sur la reprise de l’activité économique, 2 (...)
  • 9 Il est, en fait, aux commandes de la Confédération depuis le départ de Gignoux aux armées en septem (...)
  • 10 AUIMM, note de séance de la réunion du CD du 23 juillet 1940.

6Les marchés de guerre continuent toutefois à courir, à la condition de ne pas porter sur des engins à caractère offensif. Pour l’UIMM, l’essentiel est « de grouper les programmes de consommation et de dresser en regard les possibilités de production », de les centraliser et de communiquer les résultats au gouvernement. Elle propose un classement : production maximale annuelle, production annuelle moyenne avec programme envisagé, main-d’œuvre nécessaire, main-d’œuvre actuelle, matières nécessaires par mois (fonte, acier, métaux, charbon…)8. Elle obtient un accord ministériel pour le contrôle de toutes les commandes. Les industriels sont désormais tenus d’avertir leur syndicat professionnel et l’Union en cas de commandes allemandes directes ou indirectes, avant de donner leur réponse. Lenté recommande d’éviter tout rapport direct entre les établissements et les autorités allemandes. Le baron Petiet, président de la CGPF depuis avril 19409, insiste sur le rôle de l’autorité française qui doit donner son accord pour de tels marchés et même passer les commandes10.

  • 11 J.-F. Grevet, « Des turbines au Plan : la Marine au service de l’économie dirigée ou les ambitions (...)
  • 12 J. Sauvy, Les organismes professionnels français de l’automobile et leurs acteurs 1896-1979, Paris, (...)

7Quelques secteurs industriels soulèvent des problèmes particuliers comme les constructions navales et les firmes automobiles contrôlées étroitement par les autorités d’occupation. Les constructions navales, qui dépendent désormais du Corps du Génie maritime avec les ingénieurs généraux Norguet et Lamouche11, doivent se cantonner à la réalisation du programme de la marine marchande décidé en novembre 1939. Toutes les grandes firmes françaises d’automobiles passent sous le contrôle de firmes allemandes : Renault est coiffé par Daimler-Benz, Citroën par Auto-Union et Peugeot dans un premier temps par Adler. Simca est sous la tutelle d’un dirigeant de la filiale allemande de Fiat, Renken12. Aucun programme n’est donné, mais seule la fabrication de véhicules utilitaires est autorisée (pas de matières premières pour les voitures de tourisme).

  • 13 AIUMM. CD du 21 novembre 1940.

8À l’automne, les paiements commerciaux se traduisent par un aménagement des dettes sur les échéances proches, mais certaines difficultés perdurent (marchandises perdues, dommages de guerre, échanges entre les deux zones…). La reconstitution des trésoreries passe par le paiement par l’État des sommes dues. L’UIMM demande aux chambres syndicales d’user de leur autorité « pour la reprise des relations commerciales normales et pour le maintien des conditions de paiement »13. Elle se réserve de hâter la liquidation des marchés et la reprise du système d’avances de démarrage arrêté depuis l’invasion.

  • 14 AIUMM. CD du 23 juillet 1940.

9Le problème du financement du personnel au chômage technique se pose parallèlement. Les industriels doivent verser à la main-d’œuvre inoccupée des indemnités de chômage équivalentes à l’indemnité de réfugié. Ils peuvent se faire avancer ou rembourser ces sommes par les trésoriers-payeurs généraux. Les entreprises sont engagées à reprendre les démobilisés et à accorder le plus grand intérêt à la condition des collaborateurs14.

10Le nouveau régime issu de l’armistice se donne pour mission de rompre avec la IIIe République, accusée d’être responsable de la défaite, et de reconstruire la France politiquement et économiquement. Les rapports entre l’État, les entreprises et la société sont modifiés et placés dans les nouveaux cadres de la Révolution nationale et de la collaboration économique. La loi du 16 août 1940 réorganise provisoirement la production industrielle.

11L’article 1er prévoit la dissolution « par décret des groupements généraux rassemblant à l’échelle nationale les organisations professionnelles patronales et ouvrières ». Le décret du 9 novembre 1940 supprime effectivement le CFF, le Comité des Houillères, la CGPF ainsi que la CGT et la CFTC. Mais du côté patronal, les syndicats régionaux, comme le GIM ou la CSIMR, les syndicats professionnels patronaux nationaux et même l’UIMM subsistent. Ils jouent d’ailleurs un rôle non négligeable dans les nouvelles institutions de Vichy. Du côté ouvrier, la Fédération des métaux demeure l’interlocuteur des organisations patronales. La CGT se maintient au niveau local et prend part aux discussions comme dans le Rhône.

  • 15 UIMM, CD du 16 août 1940.
  • 16 AIUMM. CD du 24 avril 1941.

12Le rôle de l’Union et des groupements régionaux n’est donc pas contesté. L’UIMM participe ainsi à la réflexion concernant l’application de la loi du 16 août 1940. Elle estime, compte tenu de son organisation régionale et nationale, être « particulièrement préparée pour les coordinations nécessaires sur ce point »15. Elle organise une délégation à Vichy dès août 1940 pour assurer la liaison avec les chambres syndicales en zone occupée. Le recensement des informations sur les besoins en matières premières et en main-d’œuvre devient un de ses points forts. Elle rencontre cependant une certaine opposition de ses adhérents qui rechignent à livrer certains renseignements. La signature d’un bail avec promesse de vente16 le 12 mars 1941 pour la totalité de l’immeuble du 33, avenue Hoche témoigne de la recrudescence de son activité. Au conseil de direction du 18 décembre 1941, Lenté confirme que « la dissolution des syndicats sera exceptionnelle, le regroupement des organisations devant se faire par intégration. En ce qui concerne l’attribution des biens, le Président et la délégation patronale ont fait préciser qu’une partie du patrimoine serait réservée à l’organisation économique correspondante ».

 

  • 17 R. Vinen, The Politics of French Business, op. cit., 1991, p. 148-150 ; M. Margairaz, L’État, les f (...)
  • 18 Tous les CO sont désormais reliés au CII. AIUMM. CD du 19 juin 1941.
  • 19 L’Association industrielle, commerciale et agricole est la branche locale de l’Association national (...)
  • 20 ACSIMR. CA de l’UMR du 6 juin 1941.
  • 21 AIUMM. CD du 24 avril 1941.
  • 22 AIUMM. CD du 16 juin 1941.

13La réorganisation du mouvement patronal s’accomplit d’abord sur le plan économique. Les syndicats patronaux dissous survivent en fait dans de nouveaux organismes, le Comité d’information interprofessionnel (CII) constitué en juin 194117 et les comités d’organisation (CO)18. Le CII a un rôle de diffusion et de documentation unique pour tous les comités d’organisation et un rôle consultatif auprès du ministre de la Production industrielle. Il bénéficie des biens de la CGPF, tandis que ceux des anciens syndicats sont partagés entre les CO correspondants. Lorsque le ministre de la Production industrielle décide, début 1941, la constitution d’une organisation de liaison et de documentation pour les divers comités d’organisation professionnelle, Lenté insiste, dans un plaidoyer pro domo, sur la nécessité d’utiliser ce qui existe. Il reçoit l’appui des chambres syndicales qui estiment, comme le président lyonnais Georges Villiers « que des organismes existants, comme l’UIMM et l’AICA19 doivent être les éléments constitutifs de ce Centre d’Information Interprofessionnelle »20. Finalement, l’Union est chargée des fonctions d’information pour les comités groupant les industries des métaux et décide d’apporter « pour les comités qui ne peuvent être rattachés à un organisme existant sa documentation et ses études »21. Elle veille également à ce que le CII, dont la fonction principale est de documenter les CO sur les questions économiques, fiscales et juridiques, n’ait pas des services faisant double emploi avec les siens. Le ministère de la Production Industrielle accepte que les services concernés soient mis à la disposition du CII. Le secrétaire général de l’Union, Pierre Waline, est désigné pour s’occuper des liaisons avec le CII et les CO22. Le CII est administré par un conseil de trente membres, dont neuf pour la zone libre, parmi lesquels le président Georges Villiers. L’Union conserve donc le rôle central qu’elle occupait auprès de la CGPF.

  • 23 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.
  • 24 AIUMM. CD du 16 juillet 1942.

14La Commission d’organisation professionnelle ayant recommandé la constitution à côté de chaque CO d’un groupe d’administrés, pour qu’ils puissent se faire entendre, cela signifie pour Lenté le maintien des chambres syndicales existantes. Les chambres régionales ont, elles, leur place « comme organismes de démultiplication pour les comités […] et on peut envisager de leur déléguer certains pouvoirs en matière de répartition »23. Le décret du 30 mars 1942 montre que ce point de vue a convaincu Vichy. Il établit le régime provisoire des syndicats existants qui continuent d’assurer la représentation et la défense des intérêts de la profession dans le cadre des lois en vigueur. Ils disparaîtront lorsqu’il sera statué sur leur intégration dans la nouvelle organisation professionnelle24.

  • 25 M. Margairaz, L’État, les finances, op. cit., p. 510, et F. Denord, Genèse et institutionnalisation (...)
  • 26 ACAMT. Les archives du CO des demi-produits en métaux et alliages non ferreux – CODP – (2000 030 00 (...)
  • 27 M. Margairaz y fait allusion dans L’État, les finances, op. cit., p. 511-523 et 560-588. Je l’ai mo (...)

15La loi du 16 août 1940 est finalement bénéfique pour les dirigeants patronaux de la métallurgie, car elle les associe plus étroitement à la direction de l’économie. En effet, celle-ci est dévolue au patronat, plus spécifiquement aux grands patrons, la gestion des CO étant trop lourde pour les dirigeants des petites et moyennes entreprises, ce qui provoque souvent leurs contestations. Des métallurgistes se retrouvent dans les diverses institutions, comme Auguste Detoeuf et Henri Davezac qui participent, avec des hauts fonctionnaires et des économistes, au Conseil d’études économiques, créé par le décret du 15 mai 1941 pour préparer la politique gouvernementale dans ce domaine et établir une concertation entre les responsables économiques et politiques25. La continuité de direction entre les syndicats et les CO est maintes fois signalée, mais le dépouillement de nouvelles archives26 révèle une symbiose encore plus étroite : la coexistence de bon nombre de syndicats et des CO, souvent sous le même toit, durant toute l’Occupation27. Les procès-verbaux de deux organismes permettent d’examiner la répartition des tâches entre les anciennes et nouvelles institutions, puis de mesurer l’impact de la nouvelle organisation et des tentatives de régulation sur quelques secteurs métallurgiques.

Les mêmes hommes à la direction des affaires

  • 28 H. Joly, « Prosopographie », art. cit., p. 246-247. Elle est faite ici à partir de la consultation (...)
  • 29 Parmi les CO de la métallurgie et des mines, 12 ont été recensés en 1940, 23 en 1941, 38 en 1942, 4 (...)

16Une étude prosopographique systématique est rendue difficile par la multiplicité des structures et l’importance des effectifs28 : environ 200 CO pour la métropole, 1 512 titulaires nommés en 4 ans pour les CO relevant du ministère de la Production industrielle (MPI), auxquels il faut ajouter les sections de l’Office central de répartition des produits industriels (OCRPI), créé le 10 septembre 1940. Le nombre de CO varie lui-même dans le temps29. Les entreprises métallurgiques dépendent de plusieurs directions du MPI : celles des Industries mécaniques et électriques (DIME), des Mines, du Bâtiment et des matériaux de construction, etc. Le recensement des membres des syndicats professionnels et régionaux porte essentiellement sur les branches relevant de la DIME.

  • 30 J.-G. Mérigot, Essai sur les Comités d’organisation professionnels, Paris, R. Pichon & R. Durand-Au (...)
  • 31 Selon M. Margairaz, L’État, les finances, op. cit., p. 513.
  • 32 Ils sont nommés le 30 septembre 1940. Jean Bichelonne demande au baron Petiet d’exercer la fonction (...)

17On trouve deux types de comités30 : les comités démocratiques ou à forme délibérative et les comités autoritaires. Plus de 80 % de la quarantaine de comités métallurgiques recensés appartiennent au premier cas, ce qui serait le signe de secteurs bien organisés31. Ils sont constitués d’une assemblée délibérante et d’un organe d’exécution aux mains d’un président ou d’un délégué général, assistés parfois, comme pour celui de l’aluminium et du magnésium, d’une commission consultative. Dans la dizaine de CO de type autoritaire, tous les pouvoirs sont dévolus à un directeur responsable, aidé par une commission consultative. François Lehideux remplit ce rôle au CO de l’automobile et du cycle, le baron Petiet étant le président de la commission consultative32 jusqu’en mai 1943.

  • 33 CAMT, 70 AQ 430, Arbel, dossier Matfer.
  • 34 Ibid. Propos du président Lebert à la réunion du 8 octobre 1940. En fait, Lehideux n’a pas été dési (...)
  • 35 CAMT, 70 AQ 430. La commission consultative, composée d’une douzaine de membres, est divisée en deu (...)
  • 36 Décret du 16 septembre 1941. La situation est compliquée : le directeur responsable, Louis Champeix (...)

18La situation est parfois plus complexe. Les constructeurs de matériel ferroviaire33 choisissent et rémunèrent le directeur du COMATFER, Maurice Roy, ingénieur du corps des Mines. Ils refusent de la situation des constructeurs automobiles qui, selon eux, ont désigné « un véritable dictateur de la profession, en la personne de Monsieur Lehideux »34. Ils contestent du même coup les pouvoirs des directeurs, qui ont toute latitude pour traiter seul à seul avec le ministre, « un homme seul pouvant se tromper dans son jugement »35. Le COMATFER, apparemment de structure autoritaire, ne l’est donc pas vraiment. Certains CO passent aussi d’un type de composition à l’autre : le CO des ferrailles fonctionnant dans un premier temps sur le mode démocratique a ainsi changé de régime36. Un comité général peut coiffer plusieurs CO d’un même secteur : le comité général de la mécanique regroupe ainsi 16 CO de branches.

  • 37 De 3 au CO des tubes d’acier à 37 dans celui de l’automobile et des cycles.
  • 38 Ils sont nommés généralement par décret (le président est nommé par le ministre parmi les membres o (...)
  • 39 « Économie dirigée, mais non étatisée », selon J.-G. Mérigot, Essai, op. cit., p. 296.
  • 40 P. Pucheu, Ma vie, Paris, Deterna, 1948.
  • 41 Il était avant la guerre président de la Chambre syndicale des constructeurs français de machines a (...)

19L’extrême variété du nombre de membres37 ne dépend pas de l’importance du secteur d’activité. Bien que nommés par l’État38, ils ne sont pas fonctionnaires39. Toutefois, lorsqu’ils cumulent cette fonction avec celle de répartiteur d’une section de l’OCRPI, ils leur sont assimilés. Huit présidents ou membres d’un des CO de la mécanique sont ainsi membres d’une section de l’OCRPI. Parmi eux, Pierre Pucheu40, président responsable du comité général et répartiteur des sections charbon et fontes, fer et aciers, devient ensuite secrétaire d’État à la Production industrielle. Son remplaçant à ces deux postes, Émile Taudière, préside aussi le CO du machinisme agricole et est membre des sections fontes, fer et aciers et charbon41. Le vice-président délégué général du CO de la fonderie, Pierre Ricard, appartient parallèlement aux sections fontes, fer et aciers, pétrole et métaux non ferreux. D’où la complexité du statut et la détention de pouvoirs importants du fait du mélange des fonctions. Peu nombreux sont ceux qui, comme le président de Thomson-Houston et administrateur délégué d’Alsthom, Auguste Detœuf, refusant d’être à la fois chef d’entreprise et d’avoir le pouvoir de réglementer la profession, abandonnent leurs fonctions dans l’industrie.

20Un commissaire représente le gouvernement au CO avec une fonction de contrôle ou de coopération. Les commissaires, fréquemment directeurs du ministère, cumulent les CO : René Norguet, directeur des Industries mécaniques et électriques, siège dans tous les CO dépendant de sa direction jusqu’en août 1943, date de son arrestation. Il est cependant difficile de mesurer son influence réelle.

  • 42 M. Margairaz reprenant la statistique de 1942 (L’État et les finances, op. cit., p. 522) et les étu (...)
  • 43 J. Berthon, Le rôle des syndicats dans l’organisation industrielle en France depuis 1940, Paris, PU (...)

21La multiplicité des CO induit une diversité du recrutement de leurs membres. Des études de l’époque reprises par les historiens soulignent que quatre présidents sur cinq se recrutent « parmi les dirigeants d’anciens organismes patronaux ou les chefs d’industrie »42. Il ne s’agit pas « d’anciens organismes » puisque les syndicats perdurent durant toute la période. Ils ne disparaissent que si « leur activité se révèle nuisible ou opposée à celle des CO »43. Le croisement des listes des membres des CO avec les annuaires de 1939-1940 du CFF, de l’UIMM et du GIM permet de quantifier le degré d’importance de l’emprise syndicale sur les CO.

  • 44 Cela dépasse très largement les calculs d’H. Joly à partir du seul annuaire de la CGPF. Il a consta (...)

22Sur les 319 membres des vingt-sept CO dépendant de la DIME et relevant du MPI, 37,6 % sont syndiqués avant la guerre et 62 % des présidents de CO occupent la présidence ou la vice-présidence d’un syndicat44. Les 10 CO réunissant les demi-produits non ferreux, la fonderie, les fabricants de tubes, le tréfilage, étirage, les vieux métaux et les constructions électriques comptent parmi leurs membres 44,6 % de syndiqués et même 80 % parmi les présidents (60 % de ceux-ci présidant un syndicat). Sur les 17 CO dépendant du comité général de la mécanique, 37 % des membres appartenaient auparavant à des syndicats professionnels, mais 44 % des présidents sont et continuent d’être présidents de syndicats. Si l’on ajoute les présidents de CO, vice-président d’un syndicat, le taux s’élève à 61 % de présidents qui exerçaient ou continuent d’exercer des responsabilités syndicales importantes. La situation est très diverse selon les secteurs : 80 % des membres syndiqués dans le travail des métaux, 5 % dans le matériel de bureau.

  • 45 CAMT, 2000 030 0085, réunion du 15 octobre 1940.
  • 46 CAMT, 2000 030 0084, PV des séances du 11 novembre 1940 au 19 septembre 1944.
  • 47 Ingénieur civil des mines, administrateur délégué, puis président de la Compagnie générale d’électr (...)

23Nous pouvons faire l’hypothèse que la variation du nombre de syndiqués dans les CO coïncide avec le taux de syndicalisation des professions. En effet, ce taux est plus élevé dans les secteurs réunissant de grosses entreprises, car les industriels ont traditionnellement l’habitude d’adhérer à un syndicat. Dans les branches très concentrées, le CO n’est souvent que le syndicat transformé. Dans celui des minerais et métaux bruts, le président Frédéric Ledoux, le comité directeur et le délégué général sont les mêmes que ceux de la Chambre syndicale française des mines métalliques45, avec cependant quelques nouveaux venus. Syndicat et comité siègent dans le même immeuble. Le cas est similaire au CO des demi-produits non ferreux (CODP)46, qui est en fait l’émanation de la Chambre syndicale des métaux. Sur 9 membres à la création en décembre 1940, 6 appartiennent à celle-ci, dont le président René Painvin47 et le délégué général de la Chambre Max Auboin, qui n’occupe au comité que le poste de délégué général adjoint. Jusqu’en janvier 1945, le président Painvin continue d’assurer la présidence du syndicat, Auboin d’être le délégué général. Quant aux autres membres du CO, Georges Desbrière est un des vice-présidents du syndicat des fabricants de tubes, Eugène Pernod, qui représente le CO en zone non occupée (1940-1942), le directeur de la CSIMR. Un nouvel élément, le délégué général du CO, Louis Cruchon-Dupeyrat, occupe le poste d’administrateur-directeur général à la Compagnie générale d’électro-métallurgie… sous la présidence de René Painvin.

  • 48 Parmi les présidents et les directeurs, près de 24 % de polytechniciens dont 16,6 % d’anciens servi (...)
  • 49 Certes, certaines absences sont notables comme celles de Schneider ou de de Wendel qui dominaient l (...)

24Quant au type d’entreprises représentées et au cursus de leurs dirigeants, cela dépend là aussi du secteur et reflète dans une large mesure la situation dans les syndicats avant la guerre. Sur les 29 présidents des CO dépendant de la DIME, plus de la moitié sont ingénieurs dont 54 % de polytechniciens, soit 24 % de l’ensemble48. Mais nous ignorons la formation de 31 % d’entre eux. Certains CO sont des fiefs polytechniciens, comme le CO de la construction électrique (4 membres sur 9) ou le COMATFER (8 polytechniciens et 1 centralien sur 11 membres). 6 d’entre eux font partie de la Chambre syndicale de matériel roulant et 1 du Syndicat des industries mécaniques. Il y a donc peu d’évolution d’une structure à l’autre. Ces hommes sont à la direction de grosses entreprises (Schneider, Compagnie franco-belge de matériel ferroviaire, Compagnie générale de constructions de locomotives, de Dietrich & Compagnie, etc.). La surreprésentation des grandes entreprises correspond à la domination traditionnelle des grosses sociétés dans les secteurs-clés de l’économie qui le restent durant le conflit (production des métaux et certaines branches de la transformation des métaux)49. L’exemple du CODP confirme ce constat : les dirigeants de la Compagnie électro-mécanique voisinent avec ceux des Tréfileries et laminoirs du Havre, de la Compagnie française des métaux, de la Société métallurgique de Bonneville, etc., à la tête du syndicat et du CO. Dans les branches moins concentrées comme l’industrie de la montre ou du matériel d’incendie, les entreprises sont plus petites et familiales, ce qui n’empêche pas la domination des plus importantes à l’échelle du secteur.

25Se dégager de la gestion quotidienne pour consacrer du temps à la défense de la profession est plus facile lorsque le chef d’entreprise dirige une firme importante. Cet engagement peut également servir ses intérêts, ne serait-ce qu’en développant ses réseaux et ceux de l’organisation patronale.

  • 50 Administrateur, puis président de la Société des chantiers et ateliers de Saint-Nazaire en 1936 (Pe (...)

26Les relations souvent étroites entre les dirigeants de l’industrie et les instances gouvernementales et administratives ne sont pas nouvelles. Une partie du personnel des ministères a certes changé. Mais les hauts fonctionnaires et les dirigeants d’entreprise se recrutent depuis longtemps en majorité dans les mêmes viviers. Les réseaux de sociabilité tissés avant la guerre ne sont pas tous interrompus, certains se sont distendus, d’autres se sont intensifiés, par exemple, ceux des patrons réformateurs d’X-Crise. Le commissaire du gouvernement omniprésent dans les comités de la mécanique, René Norguet, n’est pas inconnu des industriels. Ingénieur du Génie maritime, il a travaillé à la section des constructions neuves de l’arsenal de Brest avant d’être appelé au service technique des constructions navales où il est promu en 1937 ingénieur général du Génie maritime. À ce poste, il est en contact permanent avec les firmes de construction navale, et notamment avec le président de la Chambre syndicale des constructeurs de navires et de machines marines, René Fould50. Après la guerre, René Norguet occupe des postes dans l’industrie privée et succède à René Fould à la Chambre syndicale, devenant aussi un des responsables du CNPF. Carrières publiques et privées continuent d’être mêlées.

27La composition des CO apparaît ainsi comme une reproduction des tendances dominantes dans la grande entreprise, sans qu’on puisse aujourd’hui considérer que Vichy ait renforcé ce phénomène.

Des syndicats, « entrepreneurs de services »51 et des CO initiateurs d’un nouvel ordre professionnel ?

  • 51 L’expression de Pucheu (« Le syndicalisme patronal depuis les hostilités », Droit social, no 2, 194 (...)
  • 52 « Groupement d’initiative privée à base contractuelle », Ibid., p. 331.

28La compétence des CO correspond souvent à celle d’un syndicat ou d’une famille de syndicats. Si souvent les mêmes hommes se retrouvent aux commandes, les nouveaux gouvernants se méfient pourtant des organisations patronales dont les objectifs sont de représenter et de défendre des intérêts privés et qui sont, selon eux, incapables de discipliner la profession du fait de la liberté d’adhésion ou de démission des membres52, la seule sanction étant la radiation. Les CO ont, au contraire, la mission d’organiser et de concilier des intérêts privés au nom de l’intérêt général. C’est pourquoi les premiers doivent être étroitement soumis aux seconds.

  • 53 J. Berthon, Le rôle, op. cit., p. 24.
  • 54 « Comités d’organisation et Chambres syndicales », in L’organisation de la production industrielle, (...)
  • 55 Ibid., p. 46.

29Pourquoi alors laisser subsister les syndicats ? Leur existence « a eu le grand mérite de créer le climat psychologique qui a permis, après l’armistice de 1940, le passage d’une économie de type libéral à une économie dirigée à tendance étatique rendue indispensable par des circonstances exceptionnelles »53. Un bouleversement rapide des structures est, de toute façon, difficilement envisageable sans s’appuyer sur ce qui existe. « Puisque l’une des tâches essentielles des CO sera de contribuer à construire un ordre professionnel nouveau, il nous a paru logique et raisonnable de faire concourir à la construction d’un nouvel édifice tout ce qui pouvait exister de valable et de positif dans les anciens matériaux », dit Pierre Pucheu54. Ce dernier, qui parle alors du CO des industries mécaniques, estime que le syndicat général et les chambres primaires doivent être « des entrepreneurs de services » et avoir un rôle d’information et d’exécution des décisions prises par les CO. Ils sont donc les employés des CO qui utilisent leurs installations et leur personnel. Les dirigeants de l’économie nouvelle, tout en ayant supprimé les principes syndicaux découlant de la loi de 1884, souhaitent démontrer que « loin de nuire au syndicalisme, ils l’[ont] renforcé »55, l’objectif étant de ne pas s’aliéner des syndicats qui peuvent être un obstacle au développement de l’étatisme.

30Les CO utilisent-ils réellement les syndicats ou les syndicats réussissent-ils à freiner et à noyauter les CO ? Les réponses sont à nuancer selon les tâches et les secteurs.

  • 56 Cf. les enquêtes régulières de l’UIMM sur les sujets sociaux, celles des chambres régionales (par e (...)
  • 57 J. Berthon, Le rôle, op. cit., p. 49.

31Le rôle des syndicats se révèle important lors de la création des CO, non seulement du fait du recrutement du personnel comme nous l’avons vu, mais aussi parce qu’ils sont les seuls à posséder des renseignements précis sur les entreprises et leurs productions56. Ils l’ont démontré durant la préparation du conflit comme lors de la remise en marche des entreprises après la défaite. La mise en place de nouvelles institutions ne peut se faire sans eux. « Le recensement [des entreprises] fut encore facilité quand le syndicat fut transformé en comité »57. Intermédiaires entre les CO et des industriels peu enclins à accepter le dirigisme, les syndicats poursuivent une partie de leurs tâches précédentes.

  • 58 Deux hommes sont proposés par le CODP : Henri Rogez, chef du département de la métallurgie aux Tréf (...)

32Le rôle de la Chambre des métaux est ainsi d’exécuter les ordres du CODP, mais pas uniquement. Elle continue d’informer les adhérents sur les questions douanières, les questions fiscales et le plan comptable, les transports et les assurances. Ses études sur les problèmes du commerce extérieur, de la main-d’œuvre servent de base aux travaux du CO. La mise en place de la Charte du travail se fait conjointement avec lui. Elle est consultée sur les nominations à la commission provisoire d’organisation en juin 1943, lors de la création de la famille professionnelle de la transformation des métaux58. Si les attributions du CO et de la chambre sont différenciées dans les procès-verbaux des séances, il est néanmoins difficile de connaître précisément le partage des tâches, les mêmes hommes étant à la direction des deux institutions.

  • 59 ACSIMR. CD du 24 octobre 1941.

33Au niveau régional, la CSIMR traite toujours de la situation économique et sociale de la profession. Ainsi, en octobre 1941, elle transmet au ministre de la Production industrielle François Lehideux les doléances de la métallurgie lyonnaise et des demandes de modification de l’organisation économique59.

  • 60 CAMT, Arbel, 70 AQ 428. Réunion du 25 octobre 1940 du Syndicat des industries mécaniques de France.
  • 61 Président de la Chambre syndicale des constructeurs français de machines agricoles avant la guerre, (...)
  • 62 CAMT, Arbel, 70 AQ 430. Réunion des constructeurs et réparateurs de locomotives, voitures et wagons (...)
  • 63 Ibid.
  • 64 CAMT, 2000300058. CO des minerais et métaux bruts. Réunion du 15 octobre 1940.
  • 65 En décembre 1942, Frédéric Ledoux démissionne en raison de charges multiples et est remplacé par An (...)

34Les structures nouvelles provoquent-elles l’évolution des anciennes ? Lorsque la spécialisation syndicale ne correspond qu’imparfaitement à la spécialisation professionnelle, le syndicat doit d’autant plus s’adapter qu’il est menacé de dissolution. Dès l’automne 1940 la réorganisation de la profession fait l’objet de discussion. Jules Quantin, président du Syndicat des industries mécaniques de France, demande « de réaliser toutes modifications nécessaires dans la structure du Syndicat, afin de modeler celui-ci plus exactement sur les cadres des CO, de coordonner plus étroitement son action avec celle des autres Chambres syndicales associées avec lui dans lesdits comités et enfin de doter le nouvel organisme des services généraux communs à l’ensemble des professions groupées en son sein »60. Le comité général d’organisation de la mécanique, dirigé par Émile Taudière61, tente de remédier aux chevauchements de compétences et à l’insuffisance de chambres primaires ; le syndicat général modifie ses statuts pour faire entrer dans son comité de direction tous les présidents de CO. Ces réaménagements suscitent des débats dans certaines chambres syndicales, en particulier sur les regroupements envisagés : « Le gouvernement entend grouper ensemble un maximum d’activités afin de n’être en rapport qu’avec un nombre restreint de chefs […] et aussi afin de limiter le nombre de fonctionnaires chargés de la surveillance des groupes constitués »62. La proposition de René Fould de rassembler tous les constructeurs de moyens de transport n’est pas retenue, malgré l’argument avancé qu’un seul fonctionnaire affecté à un vaste ensemble aurait moins d’emprise sur les diverses parties de cet ensemble. Jules Lange, PDG de la Société française de constructions mécaniques (anciens Établissements Cail), estime, quant à lui, que l’influence de l’État risque d’être plus importante dans un comité plus vaste, car « la diversité des intérêts en cause l’amènera nécessairement à faire très souvent fonction d’arbitre ». Finalement, les constructeurs de matériel ferroviaire s’accordent sur la formation de deux comités, celui des locomotives intégrant les fournisseurs de matériel, et celui des voitures, wagons et tenders. Leur objectif est de « faire en sorte que le gouvernement n’ait pas à diriger, mais simplement à arbitrer dans quelques cas »63. Dans le secteur des minerais et métaux bruts, comme le champ du CO est plus étendu, la Chambre syndicale a intégré des activités qui « jusqu’à présent n’en faisaient pas partie »64. Est ainsi créée une Chambre syndicale des minerais et métaux bruts qui se substitue à celle des mines métalliques et à divers groupements professionnels, notamment à la Chambre syndicale des fondeurs de plomb et au Syndicat des producteurs de zinc. Elle se divise en sections correspondant à celles du CO. Les mêmes personnalités que celles du CO la dirigent65.

  • 66 Centre d’information interprofessionnel, Monographie grosse forge, Emboutissage, exemplaire no 11 r (...)

35Malgré ces nombreux réajustements, la complexité de l’organisation syndicale de la métallurgie due à la polyvalence des entreprises se retrouve dans les CO. Ainsi, la grosse forge est rattachée pour 18 ateliers au CO de la sidérurgie, pour 27 aux CO de la mécanique et le gros emboutissage pour 4 ateliers à la sidérurgie, pour 25 aux CO de la mécanique, et pour 9 au CO de l’automobile. S’y ajoutent les ateliers « intégrés » du CO de l’automobile (11), du COMATFER (2), du CO de la construction navale (5), du CO des industries aéronautique (12), du CO des industries thermiques (3)66. Certes, avant la guerre, une entreprise aux fabrications multiples pouvait adhérer à plusieurs chambres syndicales professionnelles, mais cette adhésion était librement consentie. L’appartenance obligatoire à une multitude de CO complique considérablement la vie du chef d’entreprise, d’autant que les nouvelles structures ne sont pas toujours identiques aux anciennes et qu’il est submergé de questionnaires. Les grosses sociétés doivent même créer un service spécial pour y répondre.

  • 67 ACSIMR. CD du 19 juin 1942.
  • 68 ACSIMR. CD du 17 juillet 1942.

36Jean Bichelonne, lors d’une rencontre avec les responsables de la CSIMR, Robert Phelip et Eugène Pernod, réaffirme en juin 1942 le rôle des syndicats régionaux : « Les Chambres syndicales régionales conserveront dans la nouvelle organisation une double activité sociale et économique, la liaison des deux plans à l’échelon national et à l’échelon régional est prévue et ménage cette double action pour des organismes semblables aux nôtres »67. Toutefois le décret du 30 mars 1942 sur le régime transitoire de fonctionnement des syndicats « limite leur capacité civile aux actes de simple administration, leur interdit d’aliéner tout ou partie de leur patrimoine ou d’en modifier la composition, de recevoir des dons et legs, de faire d’autres dépenses que celles que nécessitent l’entretien des locaux, le fonctionnement des services ou celui des œuvres ou institutions subventionnées. Si cette limitation s’avérait préjudiciable aux intérêts des adhérents, la Chambre syndicale s’efforcerait d’obtenir les dérogations nécessaires »68.

  • 69 D. Rousselier-Fraboulet, « Un syndicat patronal face à la Seconde Guerre mondiale », art. cit.
  • 70 D’ailleurs elle s’agrandit et loue un nouvel immeuble (Palais de la Foire). ACSIMR. CD de la CSIMR (...)
  • 71 ACSIMR. CD du 15 mai 1942.
  • 72 ACSIMR. CD du 7 juin 1945. Le retour au taux de 0,50 % s’effectue en 1945.

37Les syndicats tirent quelques avantages de la nouvelle organisation industrielle, essentiellement l’afflux des adhérents. Avant la guerre, accroître le nombre des syndiqués formait l’une des préoccupations des dirigeants syndicaux. Or, avec les nouvelles structures, la cotisation aux CO devient obligatoire. Si l’inscription au syndicat est facultative, tous ont l’obligation de participer aux frais. Il n’y a donc aucun avantage à être non syndiqué. Dans les faits, se syndiquer devient la règle. Le Syndicat des industries mécaniques mentionne dans sa réunion d’octobre 1940 42 nouveaux adhérents. Le GIM connaît également une forte augmentation (5 087 en août 1942)69. À Lyon, l’activité économique de la Chambre syndicale prend de plus en plus d’ampleur, car elle doit mettre ses services, ses locaux et son personnel à la disposition des CO, qui participent pour leur part aux dépenses communes70. Sa santé financière semble bonne puisque le trésorier propose une réduction de la cotisation de 0,50 % à 0,30 % du chiffre d’affaire pour 194271. En fait, la diminution du taux de la cotisation doit réduire les réserves existantes, les budgets étant en déficit. Le but est « d’éviter que la dévolution des biens syndicaux prévue par la Charte du Travail ne mette nos réserves à la disposition d’un Syndicat unique »72.

38La majorité des syndicats ont-ils participé loyalement à la mission des CO ? Là aussi la situation est complexe. Certains CO, abusant de leurs pouvoirs de tutelle, ont tendance à étouffer les syndicats ; d’autres leur en délèguent une partie pour qu’ils remplissent certaines fonctions sous leur autorité. Les initiatives des syndicats sont généralement limitées par les CO. Appelés à disparaître, ils ne doivent être que de simples exécutants, ce qu’ils n’ont pas toujours été.

  • 73 D. Fraboulet, « L’organisation patronale de la métallurgie dans le Rhône », art. cit., p. 139-144.

39Mais les CO n’ont-ils pas aussi pour mission d’exécuter les décisions de l’Occupant ? Intermédiaire entre l’État et les entreprises dont ils ont la charge, ils ont en vérité deux fonctions : en premier lieu, recenser les entreprises, les stocks, la main-d’œuvre, sous-répartir les matières premières, en second lieu définir les programmes de production, réguler les marchés des produits et de la main-d’œuvre. L’Office Central de Répartition des Produits Industriels s’occupe de contingenter le volume des produits à distribuer. Le personnel de l’Office et des CO est souvent interchangeable. Dans le nouvel ordre économique imposé par Vichy, la marge de manœuvre des CO se révèle plus étroite que celle des syndicats avant la guerre dont une partie importante des fonctions consistait à réguler et à défendre la profession73.

40Mais que signifie rationaliser une profession quand il faut à la fois se plier aux exigences allemandes, à la tutelle française et gérer les pénuries ? Le recensement des entreprises et les réorganisations successives d’un secteur ont peut-être comme motif cette volonté de rationalisation, mais, avant tout, il s’agit d’imposer aux entreprises des quotas de production, de répartir la pénurie de matières premières et de main-d’œuvre.

  • 74 Notamment ceux d’H. Rousso : Les comités d’organisation, aspects structurels et économiques, mémoir (...)
  • 75 CAMT, 2000 030 0084, PV du 22 juin 1942.
  • 76 Ibid., PV des 18 février 1941, 24 avril 1942 et 16 juin 1942.
  • 77 L’instauration du Service du travail obligatoire a renforcé la concentration des entreprises du fai (...)
  • 78 CAMT, 2000 030 0084, PV du 12 janvier 1942.
  • 79 Ibid., PV du 20 avril 1943.

41L’étude des procès-verbaux du CO des demi-produits non ferreux (CODP), constitué en novembre 1940, confirme les travaux antérieurs74. Entre 1940 et 1942, l’organisation interne, le recensement des entreprises complété à chaque séance, la sous-répartition des matières premières attribuées par l’OCRPI et des commandes (après les autorités allemandes) sont au centre des préoccupations. Les deux zones sont également sollicitées, mais, du fait du manque de matières premières, l’occupant tend à réclamer plutôt l’exécution de ses commandes en zone sud. Il joue des rivalités entre les industriels des deux zones. La gestion des centres de distribution, qui partagent les commandes et certains stocks de métaux entre les ressortissants du CO, est l’une des questions régulièrement évoquées. Les contestations engendrées par ces contraintes ne sont que très peu mentionnées dans les procès-verbaux. Lorsque les répartitions des quantités de travail entre les entreprises sont mises en cause, le CO s’en remet généralement à la décision d’un expert75. Le problème de l’aryanisation ne figure que dans trois séances du CODP, lors de la désignation d’administrateurs provisoires76 et de la liquidation de l’entreprise Achille Weill. À partir de janvier 1942, si les tâches précédentes continuent d’occuper le conseil, le plan d’aménagement de la production promulgué en décembre 1941, qui a pour objectif des économies d’énergie, de matières premières et une redistribution de la main-d’œuvre77, devient l’une des priorités. Si « le concours du CO est pleinement acquis », René Painvin recommande « de prendre des mesures d’aménagement dans un esprit de totale solidarité entre les entreprises. Les entreprises en activité devront travailler pour les usines arrêtées et mettre à leur disposition au prix de revient les tonnages correspondant aux coefficients (de production) de celles-ci »78. En avril 1942, les autorités d’occupation demandent de préparer la fermeture des petites usines non modernes. Même si le CO incite les entreprises à conclure entre elles des accords de concentration sans attendre les décisions de fermeture, son rôle se borne la plupart du temps à établir des listes des fabrications suspendues ou à suspendre selon les propositions des groupes. Le pouvoir de décision revient de toute façon aux Allemands : « En zone sud, la première étape du plan d’aménagement, revue par Monsieur Gindre, est actuellement prête à être appliquée […]. Toutefois le comité décide qu’il est préférable de connaître au préalable le plan de concentration des services économiques allemands »79. Le CODP parvient parfois à faire différer les fermetures. Il obtient aussi que le statut des entreprises fermées sur l’ordre des autorités d’occupation soit le même que celui des établissements dont l’activité est suspendue. L’indemnité de fermeture est prélevée sous la forme d’une taxe spéciale sur toutes les usines demeurées en activité. Lorsqu’il s’agit de donner un accord pour des installations nouvelles, là aussi le CO entérine le plus souvent les décisions de l’occupant. Dans un certain nombre de cas (Desnoyers Frères, TLH, etc.), la concordance entre l’appartenance au CO et l’obtention de commandes ou l’exclusion des plans de fermetures est à souligner. Cela mériterait une étude systématique.

  • 80 CII, Monographie Grosse Forge, Emboutissage, op. cit.

42Des programmes d’organisation et de rationalisation paraissent être menés avec plus de détermination au CO de la grosse forge et du gros emboutissage. Il crée d’abord des sous-groupes de liaison technique et commerciale dans chacune des deux branches qui assurent des fabrications comparables, afin d’améliorer la qualité, d’abaisser les coûts de revient et de répartir les travaux d’études et de recherches. Cela a pour corollaire une spécialisation plus poussée des ateliers, une réglementation imposée, un contrôle des prix des pièces forgées et embouties et l’imposition d’« un mode d’établissement et de présentation uniformes des prix de manière à permettre une comparaison facile des éléments des prix imposés par les ateliers consultés pour une même fourniture »80. On saisit ici le progrès des méthodes de rationalisation de la production et de la gestion à la faveur de l’Occupation, dans une perspective analogue à celle de la CEGOS. Le CO exige également une collaboration technique entre les ateliers : réunion de documentation par des rapporteurs désignés, réflexion commune sur des programmes d’études destinés à faire progresser les fabrications. Cependant nous ne disposons ici que d’une source officielle, la monographie établie par le CII. Il faudrait examiner les archives du CO et des entreprises pour apprécier les réalisations et les retombées de ces programmes.

  • 81 « Il s’agit surtout d’usines qui font une mauvaise utilisation des matières premières mises à leur (...)
  • 82 D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises, op. cit., p. 223-224. Sur le plan de l’aménagement de la (...)

43Selon la CSIMR, la concentration industrielle, qui provoque la fermeture de 1 300 établissements sur l’ensemble de la France81 en juin 1942, n’affecte pas sensiblement les industries métallurgiques. Elle s’intègre en fait, non pas dans un programme de modernisation, mais dans une gestion à très court terme de la pénurie et dans la satisfaction des besoins allemands. Dans le Rhône comme dans la région parisienne, la métallurgie est très sollicitée, seules disparaissent de petites entreprises dont les difficultés sont anciennes et aggravées par la guerre et qui ne sont pas jugées « utiles » à l’effort de guerre allemand82.

44Finalement, les CO ont un pouvoir limité et servent essentiellement de courroie de transmission aux exigences allemandes. Mais la domination des élites économiques traditionnelles est préservée.

  • 83 AIUMM. CD du 15 mai 1941.
  • 84 Il est le directeur depuis 1939 et l’un des administrateurs de la Compagnie des produits chimiques, (...)
  • 85 AIUMM. CD du 16 février 1942.
  • 86 AIUMM. CD du 16 juillet 1942.

45L’UIMM poursuit ses activités antérieures dans les autres domaines. Sur le plan fiscal, elle suit l’application de la loi sur la limitation des dividendes et les travaux de la commission chargée d’élaborer un cadre comptable général83. Pour Jean Dupin84, les auteurs du plan comptable sont dominés d’une part « par le souci de déterminer avec précision le prix de revient ; cette préoccupation ne paraît pas répondre à la condition dans laquelle se trouve actuellement notre pays », d’autre part par la volonté d’étendre les affaires « par voie d’appel à du capital nouveau, ce qui augmenterait l’instabilité des entreprises et les rendrait plus sensibles aux crises »85. L’accent mis sur le particularisme français révèle des réticences face aux pratiques anglo-saxonnes et la hantise de la crise des années 1930. Dans l’immédiat, l’Union intervient auprès de l’administration des Finances afin d’obtenir des délais supplémentaires pour le versement provisionnel des impôts pour les petites et moyennes entreprises créancières de l’État (exécution de marchés de guerre ou remboursement d’indemnités de repliement et de licenciement)86.

  • 87 AIUMM. CD du 5 septembre 1940.

46Sur le plan économique, la continuité par rapport à l’avant-guerre est certaine dans la direction de la profession. Le rôle des organisations patronales de la métallurgie, renforcé lors de la préparation du conflit, n’est amoindri ni par la défaite, ni par l’instauration du nouveau régime. Non seulement la quasi-totalité des syndicats patronaux ne disparaît pas, mais la réorganisation de la production industrielle leur est confiée, la reprise de l’activité ne pouvant se faire sans leur concours. Les membres des conseils de direction occupent rapidement des responsabilités importantes dans les différents organismes mis en place par la Révolution nationale. Un certain nombre d’entre eux cultivent des rapports privilégiés avec les pouvoirs publics et participent aux réflexions engagées sur une nouvelle organisation de la production et de la société. On les retrouve omniprésents dans les comités d’organisation. Mais leurs projets de réformes à long terme sont le plus souvent abandonnés, car, soumis aux contraintes du court terme, ils doivent se contenter de gérer la pénurie ou les difficultés diverses et de satisfaire les besoins de l’occupant. L’UIMM a plutôt tendance à étendre ses activités, notamment dans le domaine économique, où elle joue un rôle de concertation entre les différents CO. Mais elle insiste sur la nécessité d’une séparation entre l’organisation économique et la vie sociale : une commission est créée pour y réfléchir87. S’occupant prioritairement des questions sociales, elle participe encore plus activement à la mise en place de la Charte du Travail.

Notes

1 AIUMM. CD du 23 juillet 1940.

2 AUIMM (01 01 58). Réunions des 4 et 6 juillet 1940.

3 Pour certains établissements, comme les usines Renault, la levée de saisie pose plus de problèmes. AIUMM. CD du 23 juillet 1940.

4 Ibid.

5 AIUMM. CD du 29 juillet 1940.

6 Ibid.

7 De Canisy. AIUMM. CD du 29 juillet 1940.

8 AIUMM. Réponse au ministre de la Production industrielle sur la reprise de l’activité économique, 29 juillet 1940.

9 Il est, en fait, aux commandes de la Confédération depuis le départ de Gignoux aux armées en septembre 1939.

10 AUIMM, note de séance de la réunion du CD du 23 juillet 1940.

11 J.-F. Grevet, « Des turbines au Plan : la Marine au service de l’économie dirigée ou les ambitions des ingénieurs du Génie maritime à la Direction des Industries Mécaniques et Électriques (1940-1944) », in J.-P. Barrière et M. de Ferrière (dir.), Aéronautique, marchés, entreprises. Mélange en mémoire d’Emmanuel Chadeau, Douai, Pagines Éditions, 2003, p. 473-513.

12 J. Sauvy, Les organismes professionnels français de l’automobile et leurs acteurs 1896-1979, Paris, CCFA, 1998, p. 161 et 164.

13 AIUMM. CD du 21 novembre 1940.

14 AIUMM. CD du 23 juillet 1940.

15 UIMM, CD du 16 août 1940.

16 AIUMM. CD du 24 avril 1941.

17 R. Vinen, The Politics of French Business, op. cit., 1991, p. 148-150 ; M. Margairaz, L’État, les finances, op. cit., p. 519-520 ; A. Weexsteen, « La Commission Générale d’Organisation scientifique du travail (CEGOS) sous l’Occupation, 1940-1944 », in O. Dard, J.-C. Daumas et F. Marcot (dir.), L’Occupation, op. cit., p. 200-204 (particulièrement sur les relations entre le CII et la CEGOS).

18 Tous les CO sont désormais reliés au CII. AIUMM. CD du 19 juin 1941.

19 L’Association industrielle, commerciale et agricole est la branche locale de l’Association nationale d’expansion économique.

20 ACSIMR. CA de l’UMR du 6 juin 1941.

21 AIUMM. CD du 24 avril 1941.

22 AIUMM. CD du 16 juin 1941.

23 AIUMM. CD du 20 novembre 1941.

24 AIUMM. CD du 16 juillet 1942.

25 M. Margairaz, L’État, les finances, op. cit., p. 510, et F. Denord, Genèse et institutionnalisation du néo-libéralisme en France (années 1930-années 1950), thèse de doctorat de sociologie, EHESS, 2003.

26 ACAMT. Les archives du CO des demi-produits en métaux et alliages non ferreux – CODP – (2000 030 0084) et du CO des minerais et métaux bruts COMMB (2000 030 0085) y sont conservées depuis 2000.

27 M. Margairaz y fait allusion dans L’État, les finances, op. cit., p. 511-523 et 560-588. Je l’ai moi-même constaté pour le GIM (Les entreprises sous l’Occupation, op. cit., p. 93-94 et « Un syndicat patronal face à la seconde guerre mondiale : le Groupe des industries métallurgiques et mécaniques de la région parisienne », Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, no 13, 1992, p. 45-60) ; H. Joly, « Prosopographie des dirigeants des CO », in O. Dard, J.-C. Daumas, F. Marcot (dir.), L’Occupation, op. cit., p. 252-253. Une exception intéressante : le Comité d’Organisation Automobile. P. Fridenson, « Les entreprises automobiles sous l’Occupation », in O. Dard, J.-C. Daumas, F. Marcot (dir.), L’Occupation, op. cit., p. 317-330.

28 H. Joly, « Prosopographie », art. cit., p. 246-247. Elle est faite ici à partir de la consultation des annuaires professionnels (Annuaires du CFF, de l’UIMM 1939-1940 et 1948-1950, du GIM de 1936), de dictionnaires biographiques (particulièrement celui d’O. Lesourd, Guide économique et corporatif, Paris, éd. O. Lesourd, Paris, 1944 et de la Liste des comités d’organisation, leurs dirigeants et leurs adresses dans les deux zones, Paris, Centre d’information interprofessionnel 1942,1943,1944), complétée par la base de données des membres de CO, aimablement mise à ma disposition par H. Joly.

29 Parmi les CO de la métallurgie et des mines, 12 ont été recensés en 1940, 23 en 1941, 38 en 1942, 41 en 1943 et 40 en 1944.

30 J.-G. Mérigot, Essai sur les Comités d’organisation professionnels, Paris, R. Pichon & R. Durand-Auzias, 1943.

31 Selon M. Margairaz, L’État, les finances, op. cit., p. 513.

32 Ils sont nommés le 30 septembre 1940. Jean Bichelonne demande au baron Petiet d’exercer la fonction de directeur le 8 août, mais finalement c’est François Lehideux qui occupe cette fonction. En novembre 1941, la Chambre syndicale doit libérer les locaux du 2 rue de Presbourg pour laisser de la place au COA ; elle se replie alors au siège de l’UCPMI. Archives du CCFA, utilisées par J. Sauvy, Les organismes professionnels, op. cit., p. 116, 158-159,161,165-167 et P. Fridenson, « Les entreprises automobiles sous l’Occupation », in O. Dard, J.-C. Daumas, F. Marcot (dir.), op. cit., p. 319-325.

33 CAMT, 70 AQ 430, Arbel, dossier Matfer.

34 Ibid. Propos du président Lebert à la réunion du 8 octobre 1940. En fait, Lehideux n’a pas été désigné par les constructeurs automobiles. F. Lehideux, De Renault à Pétain. Mémoires, Pygmalion, 2001.

35 CAMT, 70 AQ 430. La commission consultative, composée d’une douzaine de membres, est divisée en deux sous-commissions, celle du matériel moteur et celle du matériel roulant.

36 Décret du 16 septembre 1941. La situation est compliquée : le directeur responsable, Louis Champeix, a laissé la place en 1943 à un autre directeur, Pierre Bardoux, et à un président, Marcel Sciandra, qui est devenu, un an plus tard, directeur responsable avec Bardoux pour adjoint.

37 De 3 au CO des tubes d’acier à 37 dans celui de l’automobile et des cycles.

38 Ils sont nommés généralement par décret (le président est nommé par le ministre parmi les membres ou non du comité) et sans limitation de durée.

39 « Économie dirigée, mais non étatisée », selon J.-G. Mérigot, Essai, op. cit., p. 296.

40 P. Pucheu, Ma vie, Paris, Deterna, 1948.

41 Il était avant la guerre président de la Chambre syndicale des constructeurs français de machines agricoles et membre de l’UIMM.

42 M. Margairaz reprenant la statistique de 1942 (L’État et les finances, op. cit., p. 522) et les études d’H. Ehrmann et d’H. Rousso.

43 J. Berthon, Le rôle des syndicats dans l’organisation industrielle en France depuis 1940, Paris, PUF, 1943, p. 41.

44 Cela dépasse très largement les calculs d’H. Joly à partir du seul annuaire de la CGPF. Il a constaté qu’un tiers des premiers titulaires de la direction d’un CO avaient été présidents d’un syndicat, « Prosopographie », art. cit., p. 252.

45 CAMT, 2000 030 0085, réunion du 15 octobre 1940.

46 CAMT, 2000 030 0084, PV des séances du 11 novembre 1940 au 19 septembre 1944.

47 Ingénieur civil des mines, administrateur délégué, puis président de la Compagnie générale d’électro-métallurgie, il est aussi membre de l’UIMM depuis 1924 et de son CD depuis 1938. Il est en outre président de la Chambre syndicale des constructions mécaniques et navales de Nantes et de la Loire-Inférieure.

48 Parmi les présidents et les directeurs, près de 24 % de polytechniciens dont 16,6 % d’anciens serviteurs de l’État et 13,5 % de hauts fonctionnaires civils avec une grande disparité entre les secteurs, écrit H. Joly, « Prosopographie », art. cit., p. 254-255.

49 Certes, certaines absences sont notables comme celles de Schneider ou de de Wendel qui dominaient le CFF, mais celui-ci est reconstitué officieusement avec une commission générale de 27 membres, créée en décembre 1940. P. Mioche. La sidérurgie et l’État en France des années quarante aux années soixante, thèse de doctorat d’État, Université de Paris IV, 1992, p. 525,528.

50 Administrateur, puis président de la Société des chantiers et ateliers de Saint-Nazaire en 1936 (Penhoët), membre du conseil d’administration (1936-1940), puis vice-président (1940-1947) des Ateliers et chantiers de la Loire. Sur R. Norguet, cf. également J.-F. Grevet, art. cit.

51 L’expression de Pucheu (« Le syndicalisme patronal depuis les hostilités », Droit social, no 2, 1941) est reprise par J. Berthon, Le rôle, op. cit., p. 41 et par J.-G. Mérigot, Essai, op. cit., p. 335.

52 « Groupement d’initiative privée à base contractuelle », Ibid., p. 331.

53 J. Berthon, Le rôle, op. cit., p. 24.

54 « Comités d’organisation et Chambres syndicales », in L’organisation de la production industrielle, Collection Droit Social, no VII, [1941], cité par J. Berthon, Le rôle, op. cit., p. 41.

55 Ibid., p. 46.

56 Cf. les enquêtes régulières de l’UIMM sur les sujets sociaux, celles des chambres régionales (par exemple, du GIM) sur l’état des salaires, les effectifs, etc., ou celles des chambres professionnelles sur la production.

57 J. Berthon, Le rôle, op. cit., p. 49.

58 Deux hommes sont proposés par le CODP : Henri Rogez, chef du département de la métallurgie aux Tréfileries et Laminoirs du Havre, et Bertrand du Pouget, directeur général des usines de Navarre et, depuis avril 1942, commissaire auprès du centre de distribution de cuivre et alliages. Il n’est pas un inconnu sur le plan syndical puisqu’il a été membre du CD de l’UIMM (décembre 1936-1938), et membre du conseil, puis vice-président de la Fédération des syndicats patronaux de l’Eure. En 1945, il devient vice-président de la Chambre syndicale des métaux.

59 ACSIMR. CD du 24 octobre 1941.

60 CAMT, Arbel, 70 AQ 428. Réunion du 25 octobre 1940 du Syndicat des industries mécaniques de France.

61 Président de la Chambre syndicale des constructeurs français de machines agricoles avant la guerre, membre du CD de l’UIMM (novembre 1938-1941), il préside le comité de branche du machinisme agricole (janvier 1941-juillet 1943) et le comité général de mars 1941 à mai 1942.

62 CAMT, Arbel, 70 AQ 430. Réunion des constructeurs et réparateurs de locomotives, voitures et wagons, 7 septembre 1940.

63 Ibid.

64 CAMT, 2000300058. CO des minerais et métaux bruts. Réunion du 15 octobre 1940.

65 En décembre 1942, Frédéric Ledoux démissionne en raison de charges multiples et est remplacé par André Bélugou.

66 Centre d’information interprofessionnel, Monographie grosse forge, Emboutissage, exemplaire no 11 remis à Rostislaw Donn (transmis aimablement par Régis Boulat).

67 ACSIMR. CD du 19 juin 1942.

68 ACSIMR. CD du 17 juillet 1942.

69 D. Rousselier-Fraboulet, « Un syndicat patronal face à la Seconde Guerre mondiale », art. cit.

70 D’ailleurs elle s’agrandit et loue un nouvel immeuble (Palais de la Foire). ACSIMR. CD de la CSIMR et de l’UMR du 5 février 1941.

71 ACSIMR. CD du 15 mai 1942.

72 ACSIMR. CD du 7 juin 1945. Le retour au taux de 0,50 % s’effectue en 1945.

73 D. Fraboulet, « L’organisation patronale de la métallurgie dans le Rhône », art. cit., p. 139-144.

74 Notamment ceux d’H. Rousso : Les comités d’organisation, aspects structurels et économiques, mémoire de maîtrise, Université de Paris I, 1976 ; « L’organisation industrielle de Vichy », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, no 116, 1979, p. 27-44.

75 CAMT, 2000 030 0084, PV du 22 juin 1942.

76 Ibid., PV des 18 février 1941, 24 avril 1942 et 16 juin 1942.

77 L’instauration du Service du travail obligatoire a renforcé la concentration des entreprises du fait de la pénurie de main-d’œuvre ; M. Margairaz et H. Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », Histoire, économie et société, no spécial Stratégies industrielles sous l’Occupation, 1992, no 3, p. 352.

78 CAMT, 2000 030 0084, PV du 12 janvier 1942.

79 Ibid., PV du 20 avril 1943.

80 CII, Monographie Grosse Forge, Emboutissage, op. cit.

81 « Il s’agit surtout d’usines qui font une mauvaise utilisation des matières premières mises à leur disposition ». ACSIMR. CD du 19 juin 1942.

82 D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises, op. cit., p. 223-224. Sur le plan de l’aménagement de la production, A. Beltran Alain, R. Frank, H. Rousso (dir.), La vie des entreprises, op. cit., p. 51, 55-59.

83 AIUMM. CD du 15 mai 1941.

84 Il est le directeur depuis 1939 et l’un des administrateurs de la Compagnie des produits chimiques, électro-métallurgiques Alais, Froges et Camargue. Pendant la guerre, il est membre du CO des métaux non ferreux.

85 AIUMM. CD du 16 février 1942.

86 AIUMM. CD du 16 juillet 1942.

87 AIUMM. CD du 5 septembre 1940.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540