Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Quatrième partie. Pour une réévaluation du poids de la Deuxième Guerre mondiale

Chapitre XIII. Organisation patronale et mobilisation industrielle

Texte intégral

  • 1 R. Frankenstein, Le prix du réarmement français, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982 ; E. Chad (...)
  • 2 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles pendant la guerre, rapport de Lambert-Ribot (...)

1La mobilisation industrielle est préparée de longue date avec des résultats inégaux. Si l’on excepte le programme aéronautique débuté dès 1934-19351, le réarmement démarre réellement en 1937. L’effort de guerre allemand date, lui, de 1934. Bien que les métallurgistes soient très impliqués dans la préparation du conflit, l’investissement, l’intensité de l’effort, le degré d’initiative sont extrêmement variables selon les entreprises. Alors que la Première Guerre mondiale a suscité un sursaut patriotique, la perspective d’un nouveau conflit ne provoque guère d’enthousiasme de la part des industriels. Les dossiers de révision des marchés de guerre visés par la loi du 31 mai 1933 sont réactivés en 1937-1938, au moment où le gouvernement sollicite des industriels un engagement de plus en plus actif. La nationalisation des usines d’armement est un autre élément de démotivation pour le patronat. Toutefois, même si la politique contradictoire des différents gouvernements provoque les réticences patronales, les métallurgistes ne peuvent rester indifférents à la relance des affaires impulsée par le réarmement. Mais leur adhésion à l’effort de guerre n’est vraiment notable qu’après l’échec du Front populaire. Les organisations professionnelles sont sollicitées pour la mobilisation. Outre leur travail habituel vis-à-vis de leurs adhérents et de l’administration, elles interviennent de plus en plus activement « pour faire connaître le point de vue des producteurs et les nécessités de l’industrie »2. La participation à l’effort de guerre implique, selon elles, la « paix sociale », c’est-à-dire que les réformes de 1936 soient au moins mises entre parenthèses. Elle impose aussi une collaboration plus étroite avec les pouvoirs publics, particulièrement avec les services de la Défense nationale. Ce retour progressif à la croissance économique et au calme social ne risque-t-il pas d’être un danger pour le maintien de la cohésion patronale ?

Des organisations patronales indispensables à « l’administration des choses »3

  • 3 Terme employé par Lambert-Ribot, Ibid.

2Elles participent à la réflexion menée par les pouvoirs publics sur les divers aspects de la mobilisation industrielle : défense passive, répartition des commandes de la Défense nationale, intensification de la production, pénurie de main-d’œuvre.

  • 4 D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises, op. cit., p. 21-23.
  • 5 CAC, 39 AS 803. Bulletin périodique du GIRD, août 1938. Le décret du 13 juillet 1938 rattache la Dé (...)
  • 6 AGIRD. AG du 25 avril 1934.
  • 7 CAC, 39 AS 803. Réponse du GIM au GIRD, 16 septembre 1939.
  • 8 AIUMM. CD, mai 1940.

3Les pouvoirs publics se préoccupent de la défense passive dès les années 1930. Des liaisons s’établissent alors entre les organisations patronales, le Secrétariat permanent de la Défense passive et l’Inspection de la mobilisation industrielle. Les groupements régionaux et locaux relaient l’UIMM pour son organisation4. Dès l’automne 1932, le préfet de police de la Seine demande à certains employeurs de fournir un projet de défense pour leur entreprise. Un classement des établissements par catégorie est opéré : ceux qui travaillent pour la Défense nationale bénéficient de moyens de protection particuliers. Des circulaires et des décrets précisent par la suite les mesures à prendre : établissement d’un plan d’action (service de guet et d’alerte, service d’incendie, service sanitaire, abris et tranchées), extinction des lumières, instruction et entraînement du personnel actif5. Le personnel doit être équipé de masques à gaz, expérimentés lors d’alertes périodiques6, ce qui provoque des perturbations dans la marche des entreprises. Le coût et l’entretien de ce matériel est aussi un élément dissuasif, car ils sont à la charge des industriels. En 1938, ce matériel est limité au personnel actif, c’est-à-dire à celui qui remplit une fonction en cas d’alerte, soit environ 10 % de l’effectif. Avec la mobilisation, il s’applique aux affectés spéciaux et au personnel réquisitionné7. Dans les usines travaillant pour la Défense nationale, la totalité du personnel doit être équipé, mais dans ce cas les industriels ne sont pas dans l’obligation d’en assumer les frais. Malgré ces mesures précoces, le conseil de direction de l’Union envisage, en mai 1940, de nouvelles démarches pour sensibiliser le gouvernement à l’insuffisance de la protection des usines8.

  • 9 La réflexion débute dès 1927 avec un projet de loi adopté par la Chambre. Un autre projet inspiré d (...)
  • 10 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.

4La loi du 11 juillet 1938 sur « l’organisation de la nation en temps de guerre » est une étape importante dans la préparation du conflit9. L’article 49 (qui tire visiblement les leçons de la Grande Guerre) prévoit la constitution, sous le contrôle de l’État, de « groupements de producteurs et de commerçants patentés », chargés de rassembler et de répartir chacun une catégorie déterminée de ressources10. Lors de l’agression allemande contre la Tchécoslovaquie, certains groupements sont prêts à fonctionner. En octobre 1939, trente-quatre sont constitués sous le contrôle du ministère de l’Armement et quatorze sous celui des Travaux publics. On en distingue trois types : simples offices de statistiques, groupes de répartition rapprochant le vendeur de l’acheteur et groupements « vendeur unique » centralisant toutes les commandes et les répartissant entre leurs membres. Les syndicats leur fournissent le personnel dirigeant. Avec l’afflux des commandes, les groupements hiérarchisent les priorités et aident l’État de leurs conseils pour instituer des contingentements. Sur le plan national, certains syndicats, comme la Fédération de la mécanique, forment des groupements, qui font des études diversifiées sur l’outillage, l’approvisionnement, les délais et les prix, mais aussi sur les mesures de rationalisation. C’est le cas des groupes de fabricants d’obus, de fabricants de machines-outils et de fabricants de calibres. D’autres, comme le Syndicat général de la construction électrique, se contentent de mettre à la disposition de la Défense nationale leur service de statistiques et de répartition.

  • 11 Ibid.
  • 12 AIUMM. AWaline. Rôle des groupements patronaux de la métallurgie du Rhône dans les productions d’ar (...)

5Mais cette réorganisation s’opère surtout dans un cadre régional. En mars 1939, l’Union demande aux syndicats régionaux d’établir la liste des établissements n’ayant pas encore de commandes d’armement et de ceux susceptibles d’en prendre. Un catalogue donne par région une documentation précise sur les petits et moyens producteurs des industries des métaux. Les difficultés ne sont pas résolues pour autant. Si les contrats sont facilement passés avec les grandes entreprises, ils le sont plus difficilement avec les petites, soit parce que leur équipement est insuffisant pour pouvoir effectuer à elles seules tous les éléments d’une commande, soit car elles ne présentent pas toutes les garanties de solvabilité. Toutefois les groupements professionnels s’efforcent de rapprocher les « industries similaires et connexes et qui constituent de véritables « familles de producteurs »11. Dans les régions du Nord-Pas de Calais, de Bourges et de Saint-Étienne, les moyens et petits industriels se regroupent autour de gros établissements titulaires de commandes. Dans d’autres, l’impulsion vient des organisations régionales, comme dans le Rhône où la CSIMR réunit la Chambre syndicale patronale lyonnaise, le Syndicat des fers et métaux et la Chambre syndicale des carrossiers : ainsi naît l’Union de la métallurgie du Rhône (UMR)12. Un service d’entraide industrielle recense les industriels susceptibles d’exécuter des commandes de guerre, mais aussi le matériel non utilisé. Un fichier donnant les caractéristiques des bâtiments et l’énumération de l’outillage est constitué. Un comité de coordination entre les représentants du commerce et de l’industrie, de la Chambre de commerce, de l’Inspection des Forges, de l’état-major, du gouverneur militaire, de la préfecture et de la municipalité est parallèlement mis sur pied.

  • 13 AIUMM. AWaline. Extrait d’un rapport du Syndicat des industries mécaniques de France à l’UIMM, 1938

6Malgré ces initiatives, la production est insuffisante. Les organisations patronales l’expliquent par les contraintes diverses auxquelles sont soumises les firmes qui doivent souvent abandonner une partie du marché aux concurrents étrangers13 comme les constructeurs français de machines-outils, qui ne peuvent fournir, en juin 1938, qu’une partie des commandes importantes du ministère de l’Air (200 sur 300 millions de F).

7Certains patrons sont réticents face au programme de mobilisation industrielle. Les dossiers de révision des marchés de guerre, les taxations sur les bénéfices réalisés sur les commandes d’armement, auxquelles s’ajoutent les nationalisations d’une partie des usines d’armement en 1936, ne les incitent guère à l’empressement. Pour les motiver, l’UIMM demande l’assouplissement du régime de prélèvement sur les bénéfices des établissements travaillant pour la défense nationale, ainsi que l’imputation aux frais généraux des allocations aux mobilisés. Si les chefs d’entreprise ne restent pas insensibles à la reprise des affaires, la réorientation des productions vers l’armement demande souvent des investissements que des firmes aux trésoreries atteintes par la crise peuvent difficilement fournir. L’UIMM intervient alors pour faciliter l’attribution d’avances pour les commandes d’armement, le financement et l’amortissement des installations nouvelles. Mais les fonds de la Caisse des marchés de l’État, créée à cette fin en août 1936, n’augmentent qu’à partir du printemps 1938, et les acomptes ne sont distribués que durant l’été et surtout le printemps suivant.

  • 14 J.-L. Crémieux-Brilhac, Les Français de l’an 40. Ouvriers et soldats. Paris, Gallimard, 1990, p. 10 (...)
  • 15 Fondateur en 1926 de la Chambre syndicale des fabricants de tubes en fer et en acier soudés et sans (...)
  • 16 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations patronales pendant la guerre, document du 10 octobre 1939.

8Raoul Dautry, à son arrivée au ministère de l’Armement le 13 septembre 1939, dresse alors un bilan très négatif de la situation dans l’industrie de guerre. Il met en place de nouvelles structures et tente de galvaniser les énergies. « Le recours à Dautry marque l’entrée en force des élites techniques dans le personnel gouvernemental français »14. Il s’entoure d’une équipe de techniciens et de novateurs de la pensée économique des années 1930, et parmi eux des dirigeants des syndicats de la métallurgie. Sont associés aux ingénieurs de l’Armement des représentants de l’industrie, particulièrement Alfred Lambert-Ribot, délégué général du CFF et de l’UIMM, et des industriels comme un des deux administrateurs-délégués de Louis Renault, François Lehideux et l’un des dirigeants d’Alais, Froges et Camargue, Raoul de Vitry. Les 2 et 7 octobre, Dautry réunit les délégués patronaux et ouvriers du BIT, Lambert-Ribot et Jouhaux, auxquels se joignent Lenté15 et Chevalme, secrétaire de la Fédération des métaux CGT. Un communiqué publié dans la presse insiste sur la « collaboration confiante entre les différents partenaires », afin de « fournir aux armées de la République les moyens d’une victoire acquise aux moindres souffrances ». Il s’agit de rassurer l’opinion publique. Tous sont d’accord pour affirmer que, à la différence de l’avant-guerre, la réalisation de ce programme ne peut laisser place « à la poursuite d’intérêts égoïstes et à la lutte des classes, mais exige un rassemblement définitif pour une étroite et complète collaboration »16.

9La production est entravée particulièrement par le manque d’outillage très sensible alors que les hostilités débutent. Une enquête de mars 1939 faite par l’UIMM dans l’industrie des métaux le signalait déjà. Les réquisitions opérées à l’automne 1939 dans les entreprises ne travaillant pas pour la défense sont très mal perçues par les petits industriels. S’y ajoutent celles des camions et véhicules industriels par l’armée qui privent les industriels de tout moyen de transport.

  • 17 AN307AP/89A Fonds Dautry. J.-L. Crémieux-Brilhac, Les Français, op. cit., p. 110.
  • 18 AIUMM. AWaline. Commission rogatoire Watteau, 1942. Il répond alors à l’attente de ceux qui ont pro (...)

10Les organisations patronales rejettent la responsabilité des difficultés rencontrées dans la production d’armement sur les services du ministère de la Guerre. Il semble que les groupements constitués pour prendre des commandes directes n’en ont pas toujours reçu lors du déclenchement du conflit et que les outillages existants sont rarement utilisables pour les exécuter. Lambert-Ribot, devenu le commis voyageur du ministre de l’Armement, affirme en octobre 1939 lors de réunions dans le Nord : « Un grand désordre règne dans les commandes de la Marine, de l’Air et du Génie qui interfèrent avec celles de l’Armement… Cail, à Denain, a des commandes de carrés de 140 destinés aux obus de 155 pour lesquels il n’est pas outillé, alors qu’il l’est pour les obus de 220… »17. Il le réaffirme lors de sa déposition au procès de Riom : « Les commandes de mobilisation ne correspondaient ni en nature ni en volume aux possibilités des établissements […] et, malgré l’insistance des industriels, elles n’étaient pas au point au 31 août 1939. Enfin, aucune indication précise de priorité n’avait été donnée aux intéressés […]. Des difficultés considérables sont apparues en ce qui concerne les matières premières […], l’outillage et la main-d’œuvre »18. Il en profite également pour attribuer à l’administration une répartition des commandes défavorable aux petites et moyennes entreprises, et ainsi à l’Union le rôle de défenseur des intérêts de l’ensemble de ses adhérents.

  • 19 Le général Gamelin s’est opposé à la création d’un ministère des industries de Défense nationale pe (...)

11La complexité des relations entre trois ministères, la Guerre, le Travail et les Finances, ainsi que les problèmes suscités par les rivalités entre les différentes armes contribuent aussi à ralentir l’effort de guerre19.

  • 20 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.
  • 21 AIUMM. AWaline. Déposition au procès de Riom, Commission rogatoire Watteau, 1942.

12Dans un rapport du 4 mars 1940 sur la situation avant la déclaration de guerre, l’UIMM se plaint d’être tenue à l’écart des besoins jusqu’à la fin de 1938, alors qu’elle siège, avec d’autres représentants patronaux, à la Commission consultative des Fabrications de guerre : « Le programme d’armement ayant naturellement un caractère secret, on n’avait pas cru devoir mettre les groupements au courant des éléments de ces programmes pour lesquels ils auraient pu rendre des services ; par ailleurs, au point de vue des prix, les administrations avaient conservé une certaine méfiance à l’égard des ententes industrielles »20. Il en résulte l’impossibilité pour les industriels d’établir des plans de fabrication « selon un régime rationnel. Chaque industriel soumissionne sans savoir le volume total d’affaires qui finirait par lui être accordé »21. L’autre grief réside dans le manque de systématisation des commandes, empêchant de donner à la main-d’œuvre une expérience durable de la fabrication. L’apprentissage est à recommencer à chaque commande.

13Les décrets du 1er septembre 1939 et du 1er juin 1940, qui définissent les rapports avec l’ennemi, inquiètent également les industriels, qui se voient éventuellement privés de leur source d’approvisionnement ou de leur marché. Les établissements situés en France ou dans un pays allié, mais indépendants d’un siège social situé en pays occupé, ne sont pas considérés comme ennemis.

  • 22 AIUMM. CD du 16 novembre 1939.
  • 23 AIUMM. CD du 27 septembre 1939.
  • 24 AIUMM. CD du 19 octobre 1939.

14Les problèmes de comptabilité de guerre et d’imposition sont une autre source de mécontentement. Les organisations syndicales essaient d’aider les industriels à les résoudre. Les décrets du 20 juillet 1939 prévoient l’établissement d’une comptabilité spéciale pour les entreprises travaillant pour la Défense nationale. Les industriels se plaignent de ne pouvoir l’assurer, leurs employés étant mobilisés. L’UIMM suggère de remplacer cette comptabilité « par la généralisation de la règle proportionnelle et la présentation au contrôleur par les entreprises d’un plan de comptabilité permettant une appréciation des divers éléments du bénéfice »22. L’établissement des premiers bilans de guerre posant aussi la question des stocks, l’Union propose l’ouverture d’un compte de fluctuations des stocks non soumis à l’impôt des bénéfices industriels et commerciaux23. La législation sur les bénéfices de guerre ne s’appliquant qu’à la déclaration du conflit, les bilans doivent donc être arrêtés au 31 août. Marcel Crozet-Fourneyron attire l’attention du conseil de direction de l’UIMM sur le fait que l’industriel garde la responsabilité totale des pertes sans pouvoir trouver la contrepartie dans des bénéfices strictement limités et sans connaître les prix qu’il pourra fixer. Il lui est donc difficile d’équilibrer « sa fabrication »24. L’UIMM demande aux ministères de l’Armement et des Finances que la disposition selon laquelle il est tenu compte du bénéfice moyen des trois dernières années ne soit pas limitée aux industries ne travaillant pas pour la Défense nationale.

  • 25 Pourtant les moyens financiers consacrés au réarmement sont très importants depuis le Front populai (...)
  • 26 Décret-loi et décret d’application du 24 avril 1940. AIUMM. CD du 23 mai 1940.

15La question financière n’est pas totalement résolue au début de 1940, puisque l’obtention d’avances suscite toujours des difficultés25, auxquelles s’ajoutent les retards dans les paiements. Les organisations syndicales nationales s’efforcent de régler avec l’État la question du prix des produits et de leur révision éventuelle. Des mesures d’assouplissement sur la législation et la réglementation du régime fiscal pour les entreprises travaillant pour la Défense Nationale ne sont obtenues qu’en avril 1940 : suppression de la comptabilité par marchés ou groupes de marchés, de l’inventaire permanent, des règles concernant l’évaluation des stocks, définition des sous-commandes26.

  • 27 Le colloque organisé sur l’œuvre du gouvernement Daladier par la Fondation des Sciences politiques (...)
  • 28 P. Fridenson, « Le patronat français », art. cit., p. 150.

16Les ratés de la mobilisation incombent en grande partie selon les responsables de l’Union aux pouvoirs publics27. Cette dernière souhaite donner l’image d’une conduite patronale irréprochable. C’est oublier les craintes patronales de prendre des risques et d’hypothéquer l’avenir, les freins idéologiques28 et la frilosité face à la modernisation, même si la logique de production l’emporte au printemps 1940. La pénurie de main-d’œuvre et les syndicats ouvriers ont aussi, selon l’UIMM, perturbé la marche des entreprises travaillant pour la Défense nationale depuis 1936.

Des organisations patronales indispensables au « gouvernement des personnes »29 ?

  • 29 Terme employé par Lambert-Ribot. AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles pendant la (...)
  • 30 AGIM. Note sur la situation du travail dans l’industrie des métaux, 23 novembre 1938.
  • 31 AIUMM. AWaline. Déposition de Lambert-Ribot au procès de Riom, 1942.

17Outre l’organisation technique et financière de la production, l’autre grande question est le manque de main-d’œuvre qualifiée, aggravé par la mobilisation. L’une des solutions, déjà largement pratiquée, est l’allongement de la durée effective de travail. L’UIMM profite de ces tensions sur le marché du travail pour revenir sur les réformes de 1936 et demander un assouplissement des réductions du temps de travail accordées. Les dérogations aux 40 heures suscitent l’hostilité des dirigeants du syndicalisme ouvrier et provoquent des conflits, comme c’est le cas à l’automne 1938 dans la région parisienne30. Selon Léon Daum, la pratique des heures supplémentaires, limitée aux fabrications intéressant la Défense nationale, suscite des difficultés dans les établissements qui font en même temps d’autres fabrications. Les syndicalistes ouvriers peuvent en profiter, comme à la Société d’Escaut et Meuse où, selon son président, Jacques Lenté, ils ont justifié le refus des heures supplémentaires en affirmant qu’elles n’étaient pas destinées à la Défense, mais à l’étranger. Lenté les a poursuivis en diffamation. Les patrons se plaignent aussi du surpaiement des heures supplémentaires dans des proportions jugées incompatibles avec le maintien des prix de vente. Les « difficultés rencontrées au point de vue du rendement du travail », notamment dans les usines travaillant pour la Défense nationale, sont attribuées « à la mauvaise volonté générale des dirigeants des syndicats ouvriers entraînant en particulier l’impossibilité d’appliquer un horaire de travail raisonnable »31.

  • 32 AIUMM. CD des 16 mars, 20 avril et 25 mai 1939. Elle dénonce également les salaires pratiqués dans (...)
  • 33 AIUMM. AWaline. Réponse du cabinet du ministre de la Guerre à Lambert-Ribot, 10 juillet 1937. Annex (...)

18Pour l’Union, le manque de personnel qualifié est imputé à la concurrence des établissements d’État qui n’hésitent pas à débaucher les ouvriers des entreprises privées, alors que celles-ci les ont formés32. Ils attirent les ouvriers par voie de presse en leur faisant miroiter un certain nombre d’avantages, notamment la sécurité de l’emploi. Le ministère de la Guerre rétorque que « les difficultés du recrutement des ouvriers spécialistes dans l’industrie proviennent bien plus de leur rareté que de la concurrence des établissements de l’État »33 et conteste l’ampleur des transferts décrite par l’Union. Celle-ci fournit alors un état des débauchages dans la métallurgie (286) et les industries mécaniques (623 à la fin d’octobre 1937), où plus de 13,2 % des ouvriers sont partis travailler dans des établissements dépendant du ministère de la Défense nationale et de la Marine, et 63,6 % à la SNCF. Cette accusation est réitérée après le déclenchement de la guerre. La préparation du conflit avec l’Allemagne ne gomme pas les frontières entre les entreprises publiques et privées, du moins dans les mentalités.

  • 34 Réglementation d’administration publique du 28 novembre 1938, décret-loi du 12 avril et décret d’ap (...)
  • 35 CAC, 39 AS 951. Note sur l’utilisation du GIM pour la préparation de la mobilisation industrielle e (...)

19La pénurie ne peut que s’accroître avec la mobilisation. Pourtant la loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation de la nation en temps de guerre, complétée par différents décrets et réglementations34, semble avoir tout prévu : l’ensemble de la main-d’œuvre, en cas de conflit, doit dépendre d’un ministère unique chargé de la répartir entre les entreprises intéressées et celle qui n’est pas soumise aux obligations militaires doit être recensée. Les organisations patronales ont la mission de coordonner ce recensement par région et d’évaluer des besoins des entreprises. Ces renseignements, quoiqu’approximatifs, doivent permettre aux pouvoirs publics de mesurer l’effort à accomplir et les moyens à employer. En fait, dès 1934, le GIM a tenu à jour un fichier par des enquêtes périodiques auprès des établissements à partir des feuilles des assurés sociaux. Seul le personnel non soumis au régime des assurances sociales échappe à ce recensement. Le groupe parisien est particulièrement actif. Il demande en 1935 la constitution d’une commission de liaison avec l’Inspection de la mobilisation industrielle, afin de déterminer précisément les appellations et les qualifications professionnelles35. En janvier 1939, cette commission n’est toujours pas créée.

  • 36 Plus de 430 000 femmes travaillaient dans l’industrie d’armement. G. Hardach, « La mobilisation ind (...)
  • 37 AIUMM. CD du 19 octobre 1939.
  • 38 R. Baudouï, Un grand commis de l’État, Raoul Dautry, 1880-1951, thèse de doctorat, Institut d’étude (...)
  • 39 CAC, 39 AS 952. Note du GIM du 22 avril 1940.

20Le recrutement de la main-d’œuvre civile ressort au ministère du Travail jusqu’au début des hostilités ; ensuite l’affectation des ressources et la fixation des conditions de travail sont partagées avec le ministère de l’Armement. Un organisme spécial couvrant tout le territoire est chargé de préparer l’affectation des travailleurs. Les réquisitions collectives et individuelles, l’engagement volontaire sont les moyens juridiques envisagés. Les entreprises travaillant pour la Défense nationale doivent normalement bénéficier d’affectés spéciaux, généralement des cadres ou des spécialistes, de personnel dégagé des obligations militaires, des jeunes de 16 à 18 ans, de la main-d’œuvre coloniale et des étrangers et éventuellement de travailleurs appartenant à des usines non mobilisées. Il doit également être fait appel aux femmes. Le recours à la main-d’œuvre féminine, qui a joué un rôle essentiel durant la Première Guerre mondiale36, est peu usité chez les métallurgistes : en août 1939, le nombre moyen des femmes employées dans l’industrie des métaux ne dépasse pas 10 à 12 %, mais il tend à croître du fait du développement de la technique, qui facilite l’accès à certains emplois, et de la législation. Le président de l’UIMM souhaite « autant que possible que la femme puisse être laissée chez elle où sa place est particulièrement nécessaire dans les circonstances actuelles »37. Lorsque Dautry insiste pour développer les emplois féminins avec des horaires différents38, le GIM souligne la difficulté de cet aménagement, particulièrement en cas d’équipes mixtes. Toutefois, il propose de couper la journée par de courts temps de repos et d’aménager, comme durant la Première Guerre, des facilités pour les gardes d’enfants, etc. L’emploi des jeunes gens ne donne pas non plus satisfaction : il faut les former et certains, selon le GIM, ne pensent qu’à se distraire compte tenu de leurs salaires élevés39 !

21Les chambres syndicales tiennent, en outre, leur rôle traditionnel en restant en relations constantes avec les offices de placement pour s’informer sur les demandes d’emploi, qu’elles transmettent ensuite à leurs adhérents.

  • 40 Sur 1 100 000 ouvriers métallurgistes, 550 000 sont mobilisés. J.-L. Crémieux-Brilhac, op. cit., p. (...)
  • 41 Rémi Baudouï, Un grand commis de l’État, op. cit., p. 444.
  • 42 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.

22Malgré toutes ces dispositions, un nombre inconsidéré d’ouvriers, de techniciens, de cadres sont appelés à l’automne 1939 sous les drapeaux40 et les nominations d’affectés spéciaux dans les entreprises travaillant pour la Défense nationale sont très insuffisantes ou inadaptées. Dautry, conscient de cet échec, décide d’agir sur plusieurs fronts : amélioration de la redistribution de la main-d’œuvre, mise à contribution pour l’armement de toutes les forces disponibles, notamment les femmes, et renforcement de la rationalisation dans les entreprises 41. Il fait revenir des armées, par le système des affectations spéciales, les ouvriers qualifiés jugés indispensables. Les industriels doivent alors s’adresser à leurs organisations ou aux Chambres de commerce pour appuyer leurs demandes et contrôler les procédures. Lorsqu’ils réussissent à récupérer du personnel, les employeurs se plaignent surtout du défaut de qualification. L’évaluation des besoins est complexe, la proportion des ouvriers professionnels par rapport au total du personnel variant d’une profession à l’autre : 3 % pour la fabrication de ressorts, mais 80 % pour celle de machines-outils. Dans l’industrie des métaux, l’évaluation se situe entre 25 et 50 % des effectifs, d’après une enquête de 193142.

  • 43 CAC, 39 AS 952. Note sur le rendement du travail, 22 avril 1940. Le GIM insiste aussi sur le danger (...)
  • 44 AIUMM. CD du 15 février 1940.

23Le décret du 29 février 1940 impose l’embauche des femmes dans certaines professions afin de libérer du personnel masculin qui doit accéder à des emplois plus qualifiés par une formation rapide. Cette embauche progresse à partir de mars 1940, car il n’y a plus d’hommes sur le marché du travail et la récupération de mobilisés s’avère désormais improbable. L’UIMM et le GIM, ralliés à cette solution, doivent désormais vaincre les réticences de leurs adhérents : tout en insistant sur « la nature particulière de cette main-d’œuvre et la nécessité de ne rien faire qui puisse compromettre la santé des femmes, ni mettre en péril grave l’équilibre de leur foyer »43, ils vantent leur conscience professionnelle et leur bonne volonté. Néanmoins, les industriels les cantonnent dans des tâches subalternes, à quelques exceptions près comme dans l’une des usines de Jacques de Nervo à Saut-du-Tarn où 50 % de la main-d’œuvre est féminine et « donne les meilleurs résultats »44.

  • 45 AIUMM. CD des 11 et 27 septembre 1939.

24Un problème financier se pose parallèlement aux entreprises : les allocations au personnel mobilisé. L’Union obtient de l’administration l’imputation aux frais généraux des sommes versées pour une somme allant jusqu’à concurrence du tiers des traitements versés aux collaborateurs, ainsi que pour les secours distribués aux ouvriers, « dans des conditions raisonnables », puisque ceux-ci touchent le plus souvent des allocations militaires45. De multiples difficultés surgissent ensuite : déséquilibre du taux des allocations militaires, notamment entre les diverses communes faisant partie d’une même agglomération industrielle, retard dans les paiements, maintien ou non des allocations familiales.

  • 46 Décret du 20 septembre 1939. J. Fombonne, Personnel et DRH, op. cit., p. 433-443 et 714.
  • 47 AIUMM. AWaline. Rôle des groupements patronaux de la métallurgie du Rhône dans les productions d’ar (...)

25En dehors de l’affection spéciale, le seul remède est la formation professionnelle. L’UIMM comptabilise avant la guerre environ 40 000 apprentis pour 500 000 professionnels dans l’industrie des métaux, soit 8 %. Des centres de formation professionnelle sont créés, à titre provisoire46, pour dispenser une préparation accélérée de professions qualifiées. Le décret du 3 novembre 1939 fixe à 9 % le rapport minimal entre le nombre d’apprentis et celui d’ouvriers ; celui du 20 septembre fonde des centres de formation professionnelle que l’Union, sur la demande du ministère du Travail, doit contrôler. Parallèlement, l’Union continue de s’occuper de la promotion ouvrière : outre la rééducation des chômeurs entamée depuis 1935, le décret du 27 janvier 1940 intensifie la formation accélérée pour les ouvriers les plus doués. Les organisations professionnelles prennent le relais dans les régions. Dans le Rhône, l’UMR organise un atelier pour entraîner à la pratique du travail du tournage des obus, selon la méthode Carrard, des manœuvres adressés par les Offices de placement ou par l’Inspection du travail (particulièrement des femmes et des jeunes gens)47.

26Les organisations professionnelles continuent de jouer un rôle important dans le recrutement de la main-d’œuvre étrangère, « indigène et coloniale ». Pourtant, le personnel manque toujours au printemps 1940.

  • 48 AUIMM, 58 12 11.
  • 49 AIUMM. CD du 14 mars 1940.
  • 50 Cf. article 3 du décret du 27 octobre 1939.

27Le ministère et l’inspection du Travail s’inquiètent, en janvier 1940, des répercussions de l’augmentation de la durée du travail, de la suspension du repos hebdomadaire et de la pratique du travail de nuit sur la santé des travailleurs et aussi sur leur rendement48. Ils préconisent d’aménager des temps de repos au cours de la journée et de la semaine, de contrôler l’aptitude physique des travailleurs en développant la surveillance médicale, de s’assurer de la salubrité des locaux. Selon l’UIMM, l’augmentation de la durée du travail n’a pas vraiment d’influence, sauf pour les jeunes gens. Si le nombre d’accidents tend à augmenter, cela est dû « à l’éclairage défectueux de la défense passive »49. Le problème est l’élimination du short-time : les salaires ne peuvent absorber l’augmentation du coût de la vie et l’Union refuse tout relèvement. Elle envisage d’autres solutions : déplacement de la main-d’œuvre, emploi d’une partie du prélèvement de 40 % sur les heures supplémentaires50 et institution d’une allocation familiale supplémentaire pour les ouvriers qui font de trop courtes journées.

  • 51 AIUMM. CD du 19 octobre 1939.
  • 52 AIUMM. AG du 16 novembre 1939.

28Le régime du travail institué en septembre 1939, l’allongement de sa durée, le blocage des salaires et le remplacement des anciens délégués du personnel, même si cela pose des problèmes particuliers, répondent aux désirs patronaux de revanche de 1936. Le conseil de l’UIMM du 19 octobre 1939 conclut ainsi : « Le président retient de l’échange de vues auquel il vient d’être procédé le point essentiel sur lequel s’est faite l’unanimité : le désir de profiter des circonstances actuelles pour chercher à fonder et à pratiquer avec la prudence nécessaire une collaboration souhaitable »51. Toutefois les dirigeants espèrent une transformation des rapports professionnels. « Il faut tout faire pour créer dès maintenant une atmosphère nouvelle autour des relations entre patrons et ouvriers pour préparer le terrain en vue d’une collaboration dont la lutte des classes serait exclue »52. L’instauration de cette collaboration n’est pas chose facile, car l’effort demandé aux ouvriers est d’autant plus mal supporté qu’il remet en cause des réformes durement acquises et n’entraîne pas de hausses salariales. En plus du prélèvement de 40 % sur heures supplémentaires, les salariés doivent s’acquitter de l’impôt cédulaire et d’une contribution extraordinaire. Les salaires sont bloqués depuis le 1er septembre 1939, ce qui réduit la marge de manœuvre des organisations patronales, qui n’ont plus le pouvoir de les négocier. De la même manière, l’organisation des conditions de travail leur échappe dans les établissements travaillant pour la Défense nationale (décret du 10 novembre). L’initiative des organisations professionnelles est donc limitée, au profit de l’État.

  • 53 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.

29L’Union semble accepter cette situation liée à l’état de guerre, estimant que « l’organisation professionnelle […] reste maître en réalité des bases essentielles sur lesquelles repose la situation de la main-d’œuvre »53. Effectivement, les ouvres sociales demeurent une activité importante. En dehors des activités traditionnelles, qui se perpétuent et prennent de l’essor, des œuvres de circonstance apparaissent : par exemple, l’aide aux mobilisés avec parfois la constitution d’une Caisse syndicale de secours comme dans l’Aisne ou dans le Loiret.

 

  • 54 AIUMM. AWaline. Lambert-Ribot, Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.
  • 55 CAC, 39 AS 789. Réunions des correspondants, 27 février, 3 mars, 30 octobre 1939.

30Les syndicats patronaux de la métallurgie sont omniprésents lors de la préparation du conflit et lors de la Drôle de Guerre. Ils veulent montrer qu’une bonne organisation professionnelle rend à l’État et aux entreprises « les plus grands services »54. Se posant en intermédiaires entre l’État et les industriels, ils sont incontournables, particulièrement dans des temps difficiles. La défense de cette image leur semble nécessaire par rapport à leurs adhérents, 1936 ayant laissé des traces. Lors des réunions des correspondants de la région parisienne, les dirigeants du GIM ne manquent pas de rappeler qu’il y a nécessité de rester en alerte, de transmettre tout indice d’agitation et de mécontentement, de renforcer l’aide mutuelle sur le plan local, de perfectionner les rouages de l’organisation, de maintenir une unité et une discipline parfaites : « Pas de relâchement. Il ne faut pas laisser supposer à la CGT, et encore moins au gouvernement, que l’unité patronale s’effrite […]. Montrer sa force pour ne pas avoir à s’en servir »55.

31La défaite de mai-juin 1940 perturbe la marche des entreprises et désorganise les fabrications. Les industriels sont soumis à une double tutelle, celle de l’Occupant et du régime de Vichy. Celui-ci impose un bouleversement de l’organisation économique et sociale auquel les syndicats patronaux de la métallurgie doivent s’adapter. Ils contribuent même dans une certaine mesure à le mettre en place.

Notes

1 R. Frankenstein, Le prix du réarmement français, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982 ; E. Chadeau, L’industrie aéronautique en France 1900-1950, de Blériot à Dassault, Paris, Fayard, 1987.

2 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles pendant la guerre, rapport de Lambert-Ribot, 4 mars 1940.

3 Terme employé par Lambert-Ribot, Ibid.

4 D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises, op. cit., p. 21-23.

5 CAC, 39 AS 803. Bulletin périodique du GIRD, août 1938. Le décret du 13 juillet 1938 rattache la Défense passive au département de la Guerre.

6 AGIRD. AG du 25 avril 1934.

7 CAC, 39 AS 803. Réponse du GIM au GIRD, 16 septembre 1939.

8 AIUMM. CD, mai 1940.

9 La réflexion débute dès 1927 avec un projet de loi adopté par la Chambre. Un autre projet inspiré du précédent est déposé en 1935, mais ne fait pas l’objet de discussion. Enfin René Richard dépose un rapport sur cette question en mars 1937. AUIMM (75 65 02).

10 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.

11 Ibid.

12 AIUMM. AWaline. Rôle des groupements patronaux de la métallurgie du Rhône dans les productions d’armement, 4 mars 1940.

13 AIUMM. AWaline. Extrait d’un rapport du Syndicat des industries mécaniques de France à l’UIMM, 1938.

14 J.-L. Crémieux-Brilhac, Les Français de l’an 40. Ouvriers et soldats. Paris, Gallimard, 1990, p. 106 ; R. Baudouï, Raoul Dautry, le technocrate de la République, Paris, Balland, 1992.

15 Fondateur en 1926 de la Chambre syndicale des fabricants de tubes en fer et en acier soudés et sans soudure, il préside l’Union depuis octobre 1937.

16 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations patronales pendant la guerre, document du 10 octobre 1939.

17 AN307AP/89A Fonds Dautry. J.-L. Crémieux-Brilhac, Les Français, op. cit., p. 110.

18 AIUMM. AWaline. Commission rogatoire Watteau, 1942. Il répond alors à l’attente de ceux qui ont provoqué le procès de Riom, afin d’obtenir la condamnation de la IIIe République.

19 Le général Gamelin s’est opposé à la création d’un ministère des industries de Défense nationale pendant la crise tchécoslovaque.

20 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.

21 AIUMM. AWaline. Déposition au procès de Riom, Commission rogatoire Watteau, 1942.

22 AIUMM. CD du 16 novembre 1939.

23 AIUMM. CD du 27 septembre 1939.

24 AIUMM. CD du 19 octobre 1939.

25 Pourtant les moyens financiers consacrés au réarmement sont très importants depuis le Front populaire. R. Frankenstein, Le prix du réarmement français, op. cit., p. 222, 311-313.

26 Décret-loi et décret d’application du 24 avril 1940. AIUMM. CD du 23 mai 1940.

27 Le colloque organisé sur l’œuvre du gouvernement Daladier par la Fondation des Sciences politiques en 1975 a montré la complexité de l’analyse et s’est gardé de conclure à l’incapacité du régime à organiser l’effort de guerre. R. Rémond et J. Bourdin (dir.), Édouard Daladier, chef de gouvernement 1938-1939, Paris, PFNSP, 1977.

28 P. Fridenson, « Le patronat français », art. cit., p. 150.

29 Terme employé par Lambert-Ribot. AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles pendant la guerre, 4 mars 1940.

30 AGIM. Note sur la situation du travail dans l’industrie des métaux, 23 novembre 1938.

31 AIUMM. AWaline. Déposition de Lambert-Ribot au procès de Riom, 1942.

32 AIUMM. CD des 16 mars, 20 avril et 25 mai 1939. Elle dénonce également les salaires pratiqués dans l’aéronautique. La réadhésion de l’Union syndicale des industries aéronautiques à l’UIMM (mai 1939) ne peut que résoudre le problème, ces industries étant désormais soumises à la même convention collective que les autres industries des métaux.

33 AIUMM. AWaline. Réponse du cabinet du ministre de la Guerre à Lambert-Ribot, 10 juillet 1937. Annexe IV à la déposition au procès de Riom, 1942.

34 Réglementation d’administration publique du 28 novembre 1938, décret-loi du 12 avril et décret d’application du 19 avril 1939.

35 CAC, 39 AS 951. Note sur l’utilisation du GIM pour la préparation de la mobilisation industrielle et pour le fonctionnement des fabrications de guerre, 2 avril 1935.

36 Plus de 430 000 femmes travaillaient dans l’industrie d’armement. G. Hardach, « La mobilisation industrielle en 1914-1918 : production, planification et idéologie », in P. Fridenson (dir.), 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977, p. 81-108 ; L. L. Downs, L’inégalité à la chaîne, op. cit.

37 AIUMM. CD du 19 octobre 1939.

38 R. Baudouï, Un grand commis de l’État, Raoul Dautry, 1880-1951, thèse de doctorat, Institut d’études politiques de Paris, 1991, p. 414, 422-465.

39 CAC, 39 AS 952. Note du GIM du 22 avril 1940.

40 Sur 1 100 000 ouvriers métallurgistes, 550 000 sont mobilisés. J.-L. Crémieux-Brilhac, op. cit., p. 85. J. Desmarest comptabilise 23 % de mobilisés dans la métallurgie. La politique de la main-d’œuvre en France, Paris, PUF, 1946.

41 Rémi Baudouï, Un grand commis de l’État, op. cit., p. 444.

42 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.

43 CAC, 39 AS 952. Note sur le rendement du travail, 22 avril 1940. Le GIM insiste aussi sur le danger de découragement des femmes que peut engendrer l’infériorité de leurs salaires.

44 AIUMM. CD du 15 février 1940.

45 AIUMM. CD des 11 et 27 septembre 1939.

46 Décret du 20 septembre 1939. J. Fombonne, Personnel et DRH, op. cit., p. 433-443 et 714.

47 AIUMM. AWaline. Rôle des groupements patronaux de la métallurgie du Rhône dans les productions d’armement (non daté, mais dans un dossier de mars 1940).

48 AUIMM, 58 12 11.

49 AIUMM. CD du 14 mars 1940.

50 Cf. article 3 du décret du 27 octobre 1939.

51 AIUMM. CD du 19 octobre 1939.

52 AIUMM. AG du 16 novembre 1939.

53 AIUMM. AWaline. Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.

54 AIUMM. AWaline. Lambert-Ribot, Rôle des organisations professionnelles, 4 mars 1940.

55 CAC, 39 AS 789. Réunions des correspondants, 27 février, 3 mars, 30 octobre 1939.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540