Version classiqueVersion mobile

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Quatrième partie. Pour une réévaluation du poids de la Deuxième Guerre mondiale

Introduction de la quatrième partie

Texte intégral

  • 1 Après le colloque de l’IHTP en 1986 (A. Beltran, R. Frank, H. Rousso (dir.), La vie des entreprises (...)
  • 2 H. Joly (dir.), Les comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de Vichy, Caen, CRHQ, 20 (...)

1L’histoire des entreprises et du patronat durant la Deuxième Guerre mondiale a été renouvelée depuis une quinzaine d’années par des approches différentes qui ont bénéficié du dépouillement d’archives jusqu’ici inaccessibles1. Les dossiers de l’UIMM concernant l’occupation ayant malencontreusement brûlé et ceux des Groupements locaux ayant disparu, l’activité des organisations patronales de la métallurgie durant la période de la guerre peut être retracée au niveau national au travers des Conseils de direction, des publications patronales et des archives de Pierre Waline, et au niveau régional grâce aux sources du GIM et de la CSIMR. La consultation récente des archives des comités d’organisation2 permet de suivre les dirigeants patronaux et l’évolution de leurs organisations.

  • 3 L’expression est de J.-C. Daumas, « La Révolution nationale à l’usine. Les politiques sociales des (...)

2Le 3 septembre 1939, à 17 heures, l’Empire français est entré en guerre. Stupeur, consternation sont les sentiments dominants dans la population. Le Conseil de direction de l’UIMM ne fait aucun commentaire sur les événements. Français et Britanniques prévoient une guerre longue dans laquelle la bataille de la production doit être l’élément essentiel. Les liens entre l’Union et le gouvernement se resserrent, la métallurgie étant le secteur industriel le plus concerné par l’effet de la guerre. Durant les premiers mois du conflit, la préoccupation essentielle concerne la pénurie de main-d’œuvre, d’autant plus importante qu’il faut faire face à l’augmentation de la production. L’offensive allemande déclenchée le 10 mai 1940 désorganise le pays. Plus de deux millions de personnes fuient la région parisienne ; les principales organisations parisiennes se replient momentanément en province. Les dirigeants patronaux et leurs syndicats veillent à la reprise de l’activité durant les premiers mois de l’Occupation. L’instauration d’un nouveau régime, après l’armistice, provoque une réorganisation de la production industrielle. La loi du 16 août 1940 prévoit dans son premier article la suppression des organisations syndicales. En fait, si le Comité des Houillères et le CFF sont officiellement supprimés, l’UIMM et les autres organisations patronales de la métallurgie survivent provisoirement en attendant la mise en place d’une nouvelle organisation de la production et du travail. Dans quelle mesure la Révolution nationale et l’Occupation transforment-elles les syndicats patronaux et leurs pratiques, notamment leurs relations avec leurs adhérents, les autres partenaires sociaux et les pouvoirs publics ? La volonté d’organisation du nouveau régime répond-elle à celle des syndicats patronaux, et à celle de l’ensemble de leurs adhérents ? Quelle part prennent-ils dans la mise en place des nouvelles institutions et relations professionnelles ? Le clivage entre les intérêts des grandes et des petites entreprises s’est-il accentué ? Le développement considérable des œuvres sociales, la « collaboration » institutionnalisée avec l’ensemble des salariés s’inscrivent-ils durablement dans la logique de production ? Les années 1940 ont-elles constitué un « laboratoire social »3 ? La « survie » ayant duré toute la guerre, comment l’Union aborde-t-elle la Libération et la Reconstruction ? La collaboration des dirigeants patronaux à la Révolution nationale constitue-t-elle alors un handicap ?

Notes

1 Après le colloque de l’IHTP en 1986 (A. Beltran, R. Frank, H. Rousso (dir.), La vie des entreprises, op. cit), d’autres colloques ont suivi : Besançon en 1999 (O. Dard, J.-C. Daumas, F. Marcot (dir.), L’Occupation, l’État français et les entreprises, op. cit.), et ceux du GDR 2539 Les entreprises françaises sous l’Occupation (2002-2008). Un certain nombre d’articles ont parallèlement été publiés, parmi eux : M. Margairaz et H. Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », Histoire, Économie et Société, 3e trimestre 1992, p. 337-367 ; M. Margairaz, « Instruments, relais et cadres du régime : les décideurs publics et privés et l’économie : contraintes, convergences et résistances », in J.-P. Azéma et F. Bédarida (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1992, p. 329-344 ; P. Fridenson, « French enterprises under German Occupation, 1940-1944 », in J. and J. Tanser (eds.), Enterprise in the period of fascism in Europe, Aldershot, Ashgate, 2002, p. 259-269.

2 H. Joly (dir.), Les comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de Vichy, Caen, CRHQ, 2004.

3 L’expression est de J.-C. Daumas, « La Révolution nationale à l’usine. Les politiques sociales des entreprises sous l’Occupation », in O. Dard, J.-C. Daumas, F. Marcot (dir.), L’Occupation, op. cit., p. 195.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search