Version classiqueVersion mobile

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Troisième partie. Les métallurgistes dans les grands débats sociaux. (1901-1939)

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Par exemple le corporatisme chrétien de R. La Tour du Pin ou le catholicisme social d’Albert de Mun
  • 2 F. Ewald, L’État-Providence, Paris, Grasset, 1986, p. 126-129 ; G. Noiriel, « Du « patronage » au « (...)
  • 3 Une quarantaine de jeunes diplômés des Écoles polytechnique, centrale, des mines et de la Faculté d (...)
  • 4 De Tourville a établi un système de classification des faits sociaux qu’il a appelé sa Nomenclature
  • 5 F. Le Play, Vues générales sur la statistique, suivies d’un aperçu de statistique générale de la Fr (...)
  • 6 A. François-Poncet, op. cit., p. 103.
  • 7 Entre autres chez Léopold Pralon. Avec d’autres Leplaysiens (Cheysson, Demolins), Pinot et Pralon f (...)
  • 8 Sur les relations entre « l’autorité dirigeante et le devoir social » durant la seconde industriali (...)

1Au XIXe siècle, l’état physique et moral des ouvriers commence à alarmer les dirigeants, souvent pour des problèmes d’ordre public. Des enquêtes sociales se multiplient. Elles apportent à la fois des connaissances sur la société, des données statistiques et des problématiques de réformes. Les plus retentissantes sont, dans la première moitié du siècle, celle de Louis-René Villermé et, dans la seconde, celles de l’ingénieur catholique social Frédéric Le Play et de ses disciples. Les patrons, avant l’État, se sentent concernés par la question sociale. Les solutions apportées ponctuellement varient beaucoup selon les métiers. La conception paternaliste des relations professionnelles, avec un certain nombre de variantes1, domine le monde patronal depuis le XIXe siècle. Les positions de l’UIMM s’inscrivent dans la continuité de ces courants de pensée. Elles sont marquées fortement au début du siècle par la doctrine leplaysienne, qui tente de concilier le besoin de réforme sociale et le souci de préserver l’autorité et l’indépendance du chef d’entreprise2. Dans cette perspective, les exigences de l’économie ne sont pas en contradiction avec celles de la morale, bien au contraire. Le patron a la responsabilité générale de ses ouvriers et assure donc leur sécurité et les protège, au besoin contre eux-mêmes. Cela implique la sédentarité et la fidélité de la main-d’œuvre à l’entreprise, la reconnaissance et le respect du patron. Le secrétaire général de l’UIMM, Robert Pinot, est impressionné par les œuvres de Le Play, qu’un cours du professeur de science sociale Edmond Demolins à la Société de géographie en 1884 lui a fait connaître3. Demolins lui présente l’un des héritiers spirituels de Le Play, l’abbé Henri de Tourville, dont il devient un fervent disciple. Tourville a créé en 1883 une École de la Science sociale, qui enseigne les théories de Le Play revisitées par ses propres réflexions4. En 1886, il fonde sa propre revue La Science sociale. Pinot en devient un des rédacteurs principaux, puis, quelques années plus tard, il est chargé d’enseigner la méthode de la science sociale. Les monographies de familles ouvrières, établies par Le Play à partir d’enquêtes et de statistiques5, font mieux prendre conscience des réalités sociales. Elles sont riches d’enseignement pour Pinot, qui fait de l’établissement de données chiffrées la base même du travail d’une organisation patronale. Dans cette lignée de pensée, une élite a un devoir social à remplir et la formation de celle-ci doit prendre en compte l’apprentissage du devoir de patronage vis-à-vis des ouvriers, de Tourville soulignant que les exigences du catholicisme et des sciences sociales ne se trouvent pas en conflit. Le libéralisme économique n’est pas remis en cause explicitement, mais il faut mettre fin aux maux de la condition ouvrière et aux abus en multipliant les initiatives sociales. Pinot adhère avec enthousiasme à ces théories qui l’inspirent dans la définition de la politique patronale ; il est convaincu de la nécessité du rôle du patronat dans la régulation de la question sociale. « Pinot aime l’ouvrier ; il comprend ses aspirations ; il en admet dans une certaine mesure le bien-fondé ; il est imbu de l’idée de la responsabilité de la classe dirigeante et des devoirs du patronage », affirme André François-Poncet6. Trouvant un écho à ses propres réflexions chez un certain nombre de dirigeants de la métallurgie7, il oriente la politique de l’UIMM dans ce sens. Ses successeurs à la tête de l’Union suivent le chemin tracé, mais la mise en place progressive de l’État-Providence les oblige à se tenir constamment sur le qui-vive et à accepter des compromis entre les logiques patronale, politique et sociale8. Peu nombreux sont les patrons qui souhaitent rénover les relations professionnelles. Les courants nés dans les années 1920 et surtout dans les années 1930 sont très minoritaires à l’Union, qui se contente la plupart du temps de rester sur la défensive et de maintenir les avantages acquis.

2Quelques grands thèmes de l’action sociale de l’UIMM se dégagent : la régulation du marché du travail, l’organisation du travail, les œuvres sociales et la gestion des conflits. Le discours patronal varie peu, mais les orientations stratégiques évoluent en fonction des changements économiques, des relations avec les autres interlocuteurs sociaux et politiques. L’Union se veut pragmatique dans ses rapports avec les pouvoirs publics qui s’institutionnalisent avec la Première Guerre mondiale et s’intensifient à partir du Front populaire. Quand le contexte est défavorable, l’acceptation d’une nouvelle législation s’impose, mais le combat continue pour influencer l’application. L’intervention de l’État peut aussi être jugée intéressante dans d’autres domaines : participation financière à la formation, contre les grèves…

Notes

1 Par exemple le corporatisme chrétien de R. La Tour du Pin ou le catholicisme social d’Albert de Mun.

2 F. Ewald, L’État-Providence, Paris, Grasset, 1986, p. 126-129 ; G. Noiriel, « Du « patronage » au « paternalisme » : la restructuration des formes de domination de la main-d’œuvre ouvrière dans l’industrie métallurgique française », Le Mouvement social, no 144, juillet-septembre 1988, p. 17-35.

3 Une quarantaine de jeunes diplômés des Écoles polytechnique, centrale, des mines et de la Faculté de droit y assiste. A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 35. Demolins est le directeur de La Réforme sociale, créée en 1881 du vivant de Le Play, poste dont il doit démissionner après la mort de celui-ci, en 1885, les disciples du maître n’étant pas tous d’accord avec son approche très liée à celle de Tourville.

4 De Tourville a établi un système de classification des faits sociaux qu’il a appelé sa Nomenclature

5 F. Le Play, Vues générales sur la statistique, suivies d’un aperçu de statistique générale de la France, Paris, Martinet, 1840.

6 A. François-Poncet, op. cit., p. 103.

7 Entre autres chez Léopold Pralon. Avec d’autres Leplaysiens (Cheysson, Demolins), Pinot et Pralon fréquentent les déjeuners de G. Le Bon où la réforme de l’éducation des élites est l’un des sujets de réflexion. B. Marpeau, « Capitalisme et « psychologie de l’éducation » : Gustave Le Bon et les milieux d’affaires au début du XXe siècle », Le Mouvement Social no 191, avril-juin 2000, p. 7-24.

8 Sur les relations entre « l’autorité dirigeante et le devoir social » durant la seconde industrialisation, J.-P. Daviet, La société industrielle en France 1814-1914, Paris, Le Seuil, 1997, p. 127-132.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search