Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Deuxième partie. Un groupe de pression puissant

Chapitre VIII. Union patronale et connaissance de l’adversaire

Texte intégral

1Une politique active et efficace exige de fédérer le plus grand nombre de syndicats patronaux. Nous avons vu combien il était difficile parfois de faire converger les intérêts au sein d’une même branche. L’union des organisations patronales ne se réalise que lors de menaces ponctuelles ou lorsqu’elle est imposée de l’extérieur comme c’est le cas avec la CGPF. L’enjeu pour l’UIMM est à chaque fois de faire prévaloir ses vues et donc de tenter de jouer un rôle majeur.

2Se défendre contre les revendications des salariés impose une bonne connaissance de leurs organisations afin de mettre sur pied des parades adaptées qui vont de l’intimidation à l’appui donné à des syndicats jugés moins dangereux, voire utiles, dans la lutte contre les éléments révolutionnaires.

L’union patronale, une gageure

  • 1 Mémoires, Musée social, 1907, p. 97, in É. Villey, L’organisation professionnelle, op. cit., p. 352
  • 2 Particulièrement la grève de Crimmitschau en 1904. Les formations professionnelles allemandes se di (...)
  • 3 Hauptstelle deutscher Arbeitgeberverbände et Verein deutscher Arbeitgeberverbände. P. Fridenson, «  (...)
  • 4 Les organisations de défense patronale, p. 139, cité par É. Villey, L’organisation professionnelle, (...)
  • 5 H.-P. Ullmann, « Groupes de pression économiques en Allemagne », art. cit., p. 299-309.

3Les difficultés d’obtenir une cohésion patronale s’amplifient quand il s’agit d’unir l’ensemble du patronat. L’exemple souvent évoqué dans les archives et ouvrages patronaux est celui de l’Allemagne où l’union a été la plus précoce. Étienne Villey, reprenant les affirmations de Georges Blondel sur « la défense patronale en Allemagne »1, attribue cette précocité au « caractère méthodique et discipliné de son peuple » et à la nécessité de combattre l’agitation révolutionnaire du début du siècle2. En 1913 s’opère la fusion entre les deux organisations centrales3 pour constituer la Vereinigung deutscher Arbeitgeberverbände, très centralisée, très puissante et dont l’unité est parfaite selon Expert-Bezançon4. L’United Kingdom Employer’s Defence Union est formée à la même date, mais ne présente pas les mêmes qualités aux yeux des patrons français. En fait, les recherches récentes de Hans-Peter Ullmann montrent que les organisations allemandes ont en partie rencontré des difficultés similaires à celles des organisations françaises5.

  • 6 À l’UIMM, si des divergences existent au niveau idéologique, elles se manifestent très peu. Les CD (...)

4Tenter de fédérer les intérêts communs, de coordonner les actions et de faire respecter la discipline sur le plan national est une nécessité ressentie dans l’ensemble du patronat, mais les points de vue divergent souvent, d’autant que les groupements patronaux sont animés de courants de pensée et d’intérêts divers et successifs. Certes, la défense des valeurs établies, comme l’autorité ou la propriété, est commune à tous. Les nuances sont cependant notables tant sur le plan théorique6, entre les théories leplaysiennes de Robert Pinot, le militantisme religieux de l’Association des patrons catholiques du Nord, le corporatisme de Joseph Zamansky ou le courant des Nouveaux Cahiers d’Auguste Detoeuf, que sur le plan des hommes ou sur celui des options économiques.

  • 7 AUIMM, Structures patronales (27 11 11), Note interne, 1921.

5Les nouvelles lois sur le syndicalisme, puis sur les associations (1884 et 1901) ainsi que le contexte économique et socio-politique ont conduit le patronat à rechercher l’union contre un État de plus en plus interventionniste et un monde ouvrier mieux organisé. En 1921, l’UIMM distingue trois phases dans l’évolution de l’organisation patronale : 1884-1899, consécration légale du syndicalisme et période d’organisation ; 1900-1914 violences extrêmes du syndicalisme ouvrier – surtout entre 1900 et 1906 – et période de concentration patronale avec préoccupation défensive ; 1914-1921 besoin d’entente dans la production, mise en pratique de « l’Union sacrée » avec apparitions de préoccupations constructives. « De bonne ou mauvaise grâce, le monde patronal, comme les autres catégories économiques, va vers la profession organisée qui sera l’une des cellules de la société de demain. Dans ces conditions, rester à l’écart du mouvement est, à tous les points de vue, une erreur : mieux vaut chercher à l’orienter que le bouder »7. Comment s’est construite l’union patronale interprofessionnelle ? Les métallurgistes en sont-ils la cheville ouvrière, l’élément dominant, comme ils aiment à le laisser penser ? Quelles tactiques l’UIMM emploie-t-elle pour faire prévaloir ses vues ? Plus généralement, quels sont les liens entre les métallurgistes et les autres organisations patronales ?

6Les tentatives d’union se font à plusieurs niveaux. Pour un problème précis, souvent local ou régional, sont noués des contacts personnels entre les patrons, entre les organisations de branches différentes. La fédération entre les groupements, stade ultime, constitue un aspect essentiel à une époque où les conventions collectives prennent beaucoup d’importance.

  • 8 D. Fraboulet, « L’organisation patronale de la métallurgie dans le Rhône (1872-1939) », art. cit., (...)
  • 9 Il a été vice-président de 1893 à 1901. Il dirige l’entreprise, Aiguillerie, tréfilerie, Câblerie d (...)
  • 10 ACSIMR. CD du 20 octobre 1921.
  • 11 AUIMM. AG, 14 octobre 1919.

7Ces liens interprofessionnels ponctuels peuvent perdurer souvent dans des grands centres où un animateur se révèle comme à Lyon ou à Nantes. La plupart du temps, ils sont lâches, soit par absence de besoin (pas de conflit, activité jugée suffisante des chambres de commerce), soit à cause de rivalités de personnes ou même de questions de préséance entre les différentes branches industrielles, qui ont empêché tout rapprochement. À Lyon, l’union interprofessionnelle est précoce8. C’est, en novembre 1883, que l’élargissement du droit de suffrage pour les élections au tribunal de commerce a conduit les principales organisations patronales à s’allier pour préserver la répartition des sièges, alliance facilitée par la loi de 1884. L’Association métallurgique du Rhône a participé aux études du projet de l’Union des chambres syndicales lyonnaises, mais elle n’adhère qu’un an après la création de celle-ci en décembre 1886. Cette Union est dominée par la soierie, les métallurgistes lui fournissant cependant un président, Auguste Teste9 (1901-1909) et un vice-président, Tobie Robatel (19191923), - qui est parallèlement président de la CSIMR. En dehors des questions ouvrières et sociales, les combats communs concernent les problèmes économiques généraux (législation sur le commerce et l’industrie, fiscalité) et l’action politique. L’Union des chambres syndicales joue un rôle important dans le recrutement des membres de la Chambre de commerce. Elle remplit en quelque sorte le rôle national futur de la CGPF et la Fédération industrielle de l’Union des chambres celui du comité intersyndical10. Au Havre, la constitution de l’Association des employeurs de main-d’œuvre s’est faite en 1919 pour réaliser la liaison entre les différentes industries employant « des ouvriers similaires »11.

  • 12 Appelé aussi Olivier-Dewawrin. Il a repris en 1907 la société familiale Léon Olivier (fonderie et a (...)
  • 13 1883-1971. Ouvrier, devenu directeur de teinturerie, il rencontre Eugène Mathon (1860-1935) en 1918 (...)
  • 14 Créé en juillet 1919. D. Ley en est le secrétaire général et Joseph Wibaux le président. J. Dumorti (...)
  • 15 Cité par J. Dumortier, op. cit., p. 53.
  • 16 Ibid.
  • 17 Les ouvriers demandent la prise en charge de la cotisation ouvrière ou une hausse de salaires. Deva (...)
  • 18 J.-C. Daumas, art. cit., p. 184.

8Dans la région du Nord, les relations sont perturbées par les divergences qui opposent un des membres du conseil de direction Maurice Olivier12 à Désiré Ley13, cheville ouvrière du Consortium de l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing14. Les prises de position et les méthodes de Désiré Ley, favorable à une organisation corporative de l’économique et du social, sont contestées par la Chambre syndicale patronale métallurgique de Roubaix-Tourcoing dont Maurice Olivier est le secrétaire général en 1919, puis le président. Lors des négociations salariales de 1925, se désolidarisant du textile, ce dernier crée une autre caisse d’allocations familiales dépendant désormais du Groupement patronal interprofessionnel de Roubaix-Tourcoing qu’il a constitué. Les échanges de courrier ou de paroles entre les deux hommes donnent un exemple du climat qui règne au sein du patronat de la région. « Je suis hostile au genre d’esclavage que vous voulez sournoisement instaurer en plein XXe siècle et à votre emprise exagérée sur l’ouvrier, emprise qui fait litière de la dignité humaine »15, écrit Maurice Olivier à Désiré Ley en 1928. Celui-ci lui rend ses amabilités en affirmant : « M.O. est un danger pour la paix sociale »16. Les hostilités entre les deux organisations s’exacerbent en juillet 1931 à propos de l’application de la loi sur les assurances sociales17. Un certain nombre de patrons du textile rejoignent alors le Groupement dans lequel est organisée une section textile en 193618.

  • 19 Elle réunit 80 chambres primaires dont 11 nationales et 69 régionales.
  • 20 Par exemple, sur les questions fiscales, les dirigeants s’élèvent au lendemain de la Première Guerr (...)
  • 21 (1859-1938). Président de la Compagnie des Messageries maritimes, du Crédit foncier d’Algérie, admi (...)
  • 22 Le trésorier, Fernand Périer, banquier, est lié au groupe Schneider, en tant que vice-président de (...)
  • 23 Elle assure des services moyennant un abonnement. Étant donné l’interdiction des associations profe (...)
  • 24 J. Dubos signale qu’ils sont peu représentés dans le Comité directeur, « réservé presque exclusivem (...)
  • 25 Ibid., p. 266.
  • 26 Robert-S. Carmichaël, président de l’Union textile, vice-président de l’AIAF, en est membre.

9Au niveau national, les contacts s’établissent avec les autres organisations syndicales, comme celles du textile, regroupées depuis 1901 dans l’Union des syndicats patronaux du textile19, le Syndicat des produits chimiques ou la Fédération du bâtiment. Des commissions d’études sont éventuellement créées, des actions communes sont menées20, ce qui n’empêche pas les divergences. Les liens sont plus étroits avec le Comité central des armateurs de France, constitué le 13 janvier 1903 par André Lebon21 et dont le secrétaire général est Paul de Rousiers. Les positions, l’organisation et le fonctionnement sont proches de ceux de l’UIMM. André Lebon appartient à la Chambre syndicale des constructeurs de navires où il côtoie un membre du conseil de direction, Jules Charles-Roux. Paul de Rousiers est un ami de Pinot, rencontré au cercle de l’Abbé de Tourville. Lebon met aussi sur pied en 1903 la Fédération des industriels et des commerçants français (FICF)22. La fédération de groupements est une préoccupation ancienne : la première ébauche de confédération interprofessionnelle, l’Union nationale du commerce et de l’industrie, date de 1859 et se limite aux groupements parisiens23. Un Comité central des chambres syndicales (1867), puis l’Alliance syndicale du commerce et de l’industrie marquent un progrès dans la réalisation de l’union, mais l’élaboration de la notion de l’intérêt collectif est plus longue que pour les syndicats ouvriers. La FICF, quant à elle, entend combler les lacunes des organisations existantes, notamment en donnant une place importante aux intérêts régionaux, aux PME24 et en répartissant les adhérents en sections répondant aux divers aspects de l’activité syndicale. Réunissant des individus et des groupements, elle s’adresse aux chambres syndicales, aux associations professionnelles, aux unions et aussi aux chambres de commerce, à l’exemple du patronat allemand (350 000 membres en 1903). Elle a pour objet l’essor de l’industrie et du commerce de France en préconisant le protectionnisme, le développement du commerce extérieur et des colonies, mais aussi l’enseignement technique et l’union contre la menace ouvrière. Les hommes d’affaires ne doivent « compter que sur eux-mêmes et non sur l’État »25. La FICF organise régulièrement des banquets auxquels sont invitées des personnalités des mondes politique et économique et qui doivent développer un sentiment d’identité commune. Florent Guillain et Edmond Dupuis en sont les vice-présidents. Les liens évidents entre la métallurgie et le textile26 ont permis à des professions très organisées d’imposer une discipline et une solidarité à des secteurs qui ne l’étaient pas. Selon les travaux de Joël Dubos, les représentants de la métallurgie (appelée sidérurgie) composent seulement 22 % du comité directeur. Il faut y ajouter quelques représentants des travaux publics, qui sont aussi des métallurgistes (constructions métalliques)… Faut-il voir là une relative faiblesse de la métallurgie ? Joël Dubos, se référant à la présence d’un certain nombre de membres de la FICF au Comité intersyndical et à l’UIMM, en conclut à la puissance de la FICF. Ne faut-il pas prendre le problème à l’inverse : la volonté des unions professionnelles d’être présentes dans toute organisation patronale ? D’après les archives consultées, la présence de Guillain à partir de 1905 garantit certes l’appui des métallurgistes à la Fédération, mais elle permet aussi aux syndicats dont Guillain est le président d’assurer une plus large audience à leur politique. De la même manière, lorsque Raynald Legouez devient membre de la FICF en juin 1914, s’agit-il d’intensifier les relations avec la Chambre de commerce de Paris dont il est le trésorier, ou celles du Syndicat professionnel des Industries électriques, de l’UIMM ou du Comité central intersyndical dont il est membre ? D’ailleurs, un certain nombre de réunions de la FICF se tiennent au siège de l’UIMM comme sur les retraites ouvrières. Étienne Villey, s’il chante les louanges de la Fédération, n’en demeure pas moins critique, principalement sur le fait de regrouper des individus et des chambres syndicales. Rassembler des individus qui aspirent essentiellement à résoudre leurs intérêts personnels, va à l’encontre du principe même d’une Confédération qui se doit de faire émerger les intérêts collectifs. Au contraire les chambres syndicales ont, pour Villey, la fonction de dégager le point de vue d’une profession ou d’une région.

  • 27 AUIMM. AWaline. Lettre du Groupement intersyndical, signée par G. Grangé, 1er août 1917.
  • 28 Ibid., Un document est joint : « Schéma d’une discussion sur les mesures à prendre, après la guerre (...)

10Parmi les autres projets d’unions interprofessionnelles, un Groupement intersyndical pour l’étude des conditions de paix et des questions d’après guerre voit le jour en juillet 1917. Dirigé par Georges Grangé, vice-président du Syndicat des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de France et membre de l’UIMM, il groupe 41 présidents à sa création. L’un des deux vice-présidents, Maris-Besnard, dirige la Chambre syndicale des constructeurs de machines agricoles. Il s’affilie à la Fédération des Ligues nationales, qui agit avec le Comité national d’action fondé par un ingénieur, Léon Francq, dont l’objectif était de faire proclamer « le droit à la réparation des dommages et de provoquer la reprise et le développement économiques dans les régions envahies »27. C’est un mouvement anti-allemand et xénophobe28.

  • 29 Ministre du commerce et de l’industrie dans les cabinets Briand, Painlevé depuis octobre 1915.
  • 30 Il commence d’ailleurs à mettre sur pied une stratégie d’union dès 1917. C. Druelle-Korn, Un labora (...)
  • 31 Par exemple l’union du Conseil supérieur de l’industrie et du commerce et du Comité consultatif des (...)
  • 32 Bulletin de la Chambre de Commerce de Paris, no 9, 1er mars 1919, p. 219-225. Cité in A. Chatriot, (...)
  • 33 P. Waline, Un patron, op. cit., p. 28.

11Toute une réflexion sur le rôle économique de l’État est menée durant la Première Guerre mondiale. Étienne Clémentel29 doit réorganiser les services de son ministère qui a connu une extension importante et réclame un rassemblement des producteurs et des commerçants30. Parmi les possibilités qui s’offrent à lui, il préfère créer un nouvel organisme plutôt que de transformer ceux qui existent31. Au lendemain du conflit, le souci de régulation des relations professionnelles est renforcé par la mise en œuvre de la charte de l’Organisation Internationale du Travail. « Mon intention est, dans le dessein de mettre en œuvre cette politique de collaboration, de demander aux syndicats de se grouper de manière à pouvoir assurer aux groupements, représentant l’ensemble des intérêts professionnels d’une même catégorie, une représentation officielle, effective et permanente auprès des pouvoirs publics »32, réaffirme Clémentel, toujours ministre du Commerce et de l’Industrie dans le cabinet Clemenceau. Pierre Waline privilégie dans la volonté ministérielle l’aspect international en insistant sur le rôle de la désignation de la délégation patronale envoyée à Washington en 1919 dans la création de la CGPF33.

  • 34 Elle n’est pas la seule : la Chambre de commerce de Paris et l’assemblée des présidents y sont égal (...)
  • 35 AUIMM. CD du 18 novembre 1919.
  • 36 Ibid.
  • 37 AUIMM. AWaline. Quelques observations sur les groupements patronaux, 17 novembre 1919.

12L’UIMM, si elle ressent la nécessité de grouper les organisations patronales pour discuter des problèmes ouvriers et sociaux, est réticente face à ce projet34, car l’initiative revient au ministre du Commerce. Même si celui-ci dit vouloir s’appuyer sur les organisations patronales les plus puissantes, elle craint une subordination du patronat aux pouvoirs publics. Un certain nombre d’arguments sont utilisés pour justifier sa position. La nouvelle confédération ne lui paraît pas « répondre aux conditions que doit remplir un pareil groupement en ce qui concerne les questions ouvrières et sociales »35. Le premier problème réside dans la réunion, dans une même organisation, de producteurs employant une main-d’œuvre considérable et de commerçants dont le nombre d’employés est relativement restreint « et dont les salaires sont en général, dans la détermination du prix de revient, d’un tout autre ordre que ceux payés aux ouvriers »36. L’Union entame une série d’études sur le sujet, en espérant influer sur l’organisation de la CGPF. Elle critique la nomination des présidents de certains groupements, par exemple celui du commerce des fers, Cabaud, dans le groupement X « Grosse métallurgie », alors qu’il n’est pas producteur37. Estimant qu’il règne une certaine confusion dans la répartition des syndicats dans les divers groupements, elle propose une restructuration des groupes dans le sens de la simplification, en reprenant en partie ses propres subdivisions. Une autre note du 24 novembre 1919 pose le problème de la réunion dans un même groupement économique de chambres syndicales professionnelles et de chambres syndicales régionales qui n’ont pas les mêmes intérêts. L’Union conseille donc de se limiter au regroupement des chambres professionnelles, les chambres régionales réussissant à faire entendre leur voix par l’intermédiaire de leurs adhérents qui appartiennent aussi à une chambre professionnelle.

  • 38 Fédération du Bâtiment, Union textile, Union syndicale des tissus, matières textiles et habillement (...)
  • 39 H. Darcy a été le premier président de la CGPF (1919-1925).
  • 40 AUIMM (27 11 11). Structure patronale générale, 12 mai 1939.
  • 41 AUIMM. AWaline, L’organisation syndicale patronale dans l’industrie des métaux, (brouillon non daté (...)
  • 42 AUIMM. AWaline. Conférence de Pichon à la Société d’économie sociale, 26 mars 1928.
  • 43 Conférence faite à la Semaine sociale de France en 1922, citée par M. Brelet, La crise de la métall (...)
  • 44 Ibid., p. 174.
  • 45 Électricité et éclairage public (Président : Gabriel Cordier), Industrie minière (Henry Darcy), Pet (...)
  • 46 AUIMM. AWaline, Note de 1936.
  • 47 M. Brelet, qui assimile toujours CFF et UIMM, op. cit., p. 177.

13Pinot propose une solution de rechange : un bureau d’études entre les différentes fédérations patronales qui suffirait pour examiner les problèmes d’ordre général et déterminer une ligne de conduite commune. Des réunions ont déjà eu lieu entre les représentants de produits chimiques, des cuirs et peaux, de l’alimentation, des armateurs, du livre. Ce bureau, qui finalement voit le jour, n’a ni statuts, ni consistance juridique. Il se limite en fait à une réunion mensuelle des représentants de toutes les industries38 pour examiner les questions d’actualité, particulièrement dans le domaine social, et pour essayer de trouver des solutions communes. Surtout il n’empêche pas la constitution de la CGPF. Il ne reste à l’UIMM que le ralliement, d’autant qu’elle entend jouer un rôle de premier plan dans la nouvelle organisation, notamment par l’intermédiaire d’Henri Darcy39, de François de Wendel et du baron Petiet. En 1926, elle « remet » à la CGPF son organe de coordination, le Bureau intersyndical, en accord avec les autres industriels employant beaucoup de main-d’œuvre40. « Disposant d’une organisation ancienne et éprouvée pour suivre les questions ouvrières et sociales », l’Union en fait alors bénéficier la CGPF aussi souvent que « cela pouvait être désirable »41. Pour le secrétaire général de l’Union, Pichon, ce bureau, « simple endroit où l’on échange des vues, sans prendre de décision…, a apporté un résultat considérable autour de l’Union des industries métallurgiques et minières »42 pour établir la coordination sur différentes questions intersyndicales, étudiées ensuite en commun avec la commission de la CGPF. Selon l’abbé Danset, « la réunion mensuelle du comité directeur de la Confédération générale de la production française paraît bien n’avoir de raison d’être que de prêter au conseil intersyndical de la rue de Madrid l’organe d’un porte-parole accrédité. C’est encore un résultat, mais, avouons-le, on pourrait l’atteindre à moins de frais »43. Les solutions proposées semblent toujours conformes aux intérêts de la métallurgie. Malgré cela, les représentants des différentes industries reconnaissent la qualité de l’état-major de la rue de Madrid et le fait « que c’est au Comité intersyndical que s’élabore la politique générale du patronat à l’égard des ouvriers »44. La liaison avec les autres organisations patronales est désormais assurée par les deux organismes, les principaux adhérents de la Confédération et bien sûr son secrétaire général participant au Comité intersyndical. L’UIMM, étroitement liée à la CGPF, n’en fait pas directement partie, n’entrant dans aucun de ses groupes professionnels. Les industries métallurgiques se répartissent entre sept groupes45. Leur nombre total passe de 21 en 1919 à 28 en 1935 (27 pour les grandes fédérations professionnelles, la 28e étant formée des délégués des unions interprofessionnelles régionales existantes46, ce qui correspond à 1500 syndicats). Chaque groupement a un comité de direction et un président. L’ensemble des présidents forme le Conseil central de la CGPF. L’activité de l’UIMM semble avoir porté ses fruits : grouper autour de la métallurgie l’ensemble du patronat avec l’objectif de subordonner son point de vue au sien47.

  • 48 G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 63.
  • 49 AUIMM (27 11 11). Structure patronale générale, 12 mai 1939, p. 6.

14De plus, les neuf dixièmes des fonds de la CGPF proviennent du Comité des Houillères, de l’UIMM et de l’Union des industries chimiques48. L’UIMM juge qu’elle en fournit l’essentiel : « La collaboration confiante et quotidienne de l’Union avec la CGP a sans doute pallié, dans une large mesure, (les) inconvénients qui pouvaient résulter pour la CGP de l’insuffisance de ses ressources. Elle a permis en tout cas à la CGP de se consacrer davantage à l’étude des questions économiques et financières »49. Les cadres dirigeants, ses infrastructures et les ressources financières de la CGPF sont ceux de l’Union. Par son intermédiaire, le grand patronat la domine. Compte tenu de ce rôle primordial, l’UIMM aurait souhaité que le président de la CGPF soit le même que celui de l’Union. Pourquoi n’en a-t-il pas été ainsi ? Le problème n’est pas évoqué dans les archives consultées.

Le syndicalisme patronal en question

  • 50 A. Chatriot, La démocratie sociale, op. cit ; F. Denord, Genèse et institutionnalisation du néolibé (...)

15La crise économique des années 1930 suscite chez un certain nombre de patrons des réflexions qui portent à la fois sur leur propre organisation, la nécessité de régulation face à la gravité de la situation industrielle, les relations professionnelles et leur rapport à l’État50.

  • 51 « Les professions déjà organisées resteraient en dehors du plan projeté ; les professions qui voudr (...)
  • 52 AUIMM. CD du 15 novembre 1934.
  • 53 Morsel, « Louis Marlio… », art. cit., p. 106-124.
  • 54 Son siège se situe tout près de celui de l’Union, au 28 rue de Madrid. Il regroupe des personnes ve (...)
  • 55 Il a publié « Les ententes industrielles », Revue de Paris, 15 février 1930, no 4, p. 823-852. R. F (...)
  • 56 AUIMM. CD du 17 janvier 1935.
  • 57 AUIMM. CD des 19 décembre 1935 et 20 février 1936.
  • 58 AUIMM. CD du 19 mars 1936.
  • 59 Les industriels avaient sollicité des détaxes à l’exportation. Les ouvriers ont alors demandé l’ins (...)

16Le problème des ententes fait débat. En 1934 Maurice Olivier, différenciant trois catégories de professions51, propose au conseil de direction de l’UIMM d’imposer l’organisation aux professions où la libre entente est impossible, un certain nombre d’industries travaillant en dessous de leur prix de revient. Le conseil exprime majoritairement son désaccord. Il a déjà repoussé un avant-projet de la CGPF élaboré pour servir de base aux demandes de l’industrie textile, qui tendait à instituer « une sorte de statut de l’organisation professionnelle, et à donner à la profession ainsi organisée certains pouvoirs, notamment en matière d’entente »52. Louis Marlio53 montre que les ententes obligatoires, synonymes de monopole sans limites, entraîneront des contestations qui forceront l’État à intervenir sur la fixation des prix, des salaires, ce qui finalement amènera une participation ouvrière à la gestion de l’entente. De plus, les divergences patronales ne pourraient qu’être accentuées par le degré plus ou moins grand de concentration des secteurs. Cependant Louis Marlio, qui participe, depuis sa création en 1927, au Redressement français54 avec Ernest Mercier, souhaite trouver des solutions pour corriger l’économie libérale en l’organisant par cartels et concertations diverses55. Mais cette « économie organisée » doit être antiétatique. Lambert-Ribot est au contraire partisan d’un libéralisme total56 et opposé, avec l’ensemble du conseil, au caractère obligatoire de l’organisation professionnelle. Le projet déposé par le gouvernement Flandin sur les accords professionnels obligatoires est jugé dangereux d’autant qu’il introduit des clauses sociales dans les ententes et un contrôle auquel participent tous les partenaires sociaux (difficilement supportable pour le patronat)57. La commission de législation du Sénat ayant donné un avis défavorable au projet de loi en mars 1936, une réunion est organisée à l’UIMM pour connaître l’avis des industriels sur son remaniement. Tout en pensant qu’il n’y a pas lieu de presser une décision du Parlement, la plupart des représentants des industries pensent, en raison de la crise économique, qu’il faut « un régime permettant les ententes obligatoires, sauf à chercher à limiter autant que possible les dangers inhérents à un régime de cette nature et dont la gravité n’échappe à personne »58. S’appuyant sur l’exemple du textile, Lambert-Ribot fait remarquer de façon critique que « toutes les fois qu’une industrie demandera l’intervention des pouvoirs publics en vue de faciliter la production, l’institution d’un régime social plus rigoureux sera réclamé en contrepartie »59.

  • 60 AG constitutive du CCOP (A.N., 468 AP 4 dr 1), cité in O. Dard, op. cit., p. 272. R. Boulat, « Le C (...)
  • 61 Jean Lobstein et René Stremler le rejoignent cependant.

17En 1936, Maurice Olivier et ses amis, plus persuadés que jamais de l’utilité de leurs propositions, réunissent les partisans de « l’organisation de la profession par la profession » le 8 juillet 1936 dans le Comité central de l’organisation professionnelle (CCOP). L’objectif est de « rétablir l’harmonie entre le capital et le travail »60 par les ententes professionnelles qui doivent se situer au centre de la réorganisation de l’État. Olivier Dard a montré que Jean Coutrot et Maurice Olivier ont travaillé à convaincre les responsables politiques de faire voter un projet de loi sur les ententes. L’évolution d’Olivier vers le néo-corporatisme n’est pas partagée par la majorité des membres du comité de direction de l’Union61. Aucune allusion au CCOP n’est faite dans les réunions en 1936 et 1937.

  • 62 Sur les Nouveaux Cahiers, cf. O. Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, (...)
  • 63 Guillaume de Tarde, maître des requêtes honoraire au Conseil d’État, administrateur des Chemins de (...)
  • 64 Conférence du 17 janvier 1938.
  • 65 Animateur du Comité central d’organisation professionnelle dont l’objectif est de rationaliser la p (...)
  • 66 Selon F. Ceyrac, Detoeuf ne s’exprimait qu’avant ou après les conseils bien qu’il fût un bon orateu (...)

18Les partisans d’une économie concertée se retrouvent dans le groupe des Nouveaux Cahiers constitué à l’automne 193662. Auguste Detoeuf, Guillaume de Tarde et André Isambert63 assurent la direction de ce mouvement qui réunit des personnes d’horizons très divers (industriels, universitaires, ouvriers) pour tenter de trouver des solutions à un certain nombre de problèmes (logement ouvrier, embauchage, licenciement, réforme des sociétés anonymes…). Detoeuf prêche pour un syndicalisme « unique, obligatoire et apolitique »64. « L’organisation professionnelle est un moyen de plus en plus indispensable, un des piliers de l’action sociale du patron… Le devoir social est de remplacer la haine par la compréhension, la lutte par l’explication et parfois par la transaction. Et ceci n’est possible que si les patrons s’entendent, se comprennent, s’accordent entre eux ». Outre Detoeuf, des membres du conseil de direction en sont les principaux animateurs : Henry Davezac, Jacques Lobstein65. Là encore, ces réflexions sont absentes des procès-verbaux du conseil de direction66.

 

  • 67 Cf. graphique 1-1.
  • 68 AUIMM. AWaline, L’organisation syndicale patronale dans l’industrie des métaux, (brouillon non daté (...)
  • 69 AUIMM (27 11 11). Structure patronale générale, p. 11.

19Si la plupart des chefs d’entreprise ne suivent pas ces courants novateurs, ils manifestent leur mécontentement à l’égard de leurs organisations. En effet, à la suite des grèves de mai-juin 1936, de la discussion des conventions collectives qui en sont une des conséquences sociales et de l’entrée en application des nouvelles lois, les milieux industriels, surtout extérieurs à la métallurgie selon Waline, se plaignent de l’insuffisance du syndicalisme patronal, notamment au niveau régional. Dans l’industrie des métaux, des syndicats régionaux sont créés partout où ils n’existent pas67. L’UIMM assiste les chambres syndicales régionales dans l’élaboration des conventions collectives. « Il est donc légitime de tenir compte des services rendus par les groupements existants en dressant un plan rationnel d’organisation patronale »68. Des unions interprofessionnelles, organes de liaison, de coordination et de propagande beaucoup plus que d’études, sont encore à implanter dans tous les centres industriels importants, leur zone d’action pouvant correspondre à la région économique, leur mission se déroulant sur le terrain économique local et éventuellement sur le terrain social. L’UIMM craint une perte de pouvoir face à la CGPF réorganisée : elle recommande en effet aux syndicats affiliés de « considérer qu’ils sont représentés par l’Union auprès de cette Confédération pour les questions ouvrières, sociales et fiscales »69. Les industriels n’ont pas directement à adhérer aux Unions interprofessionnelles régionales. L’Union redoute aussi les risques de double emploi entre les comités régionaux d’entente du commerce et de l’industrie, le Comité national d’entente né comme nous l’avons vu en juillet 1936 et leurs éléments constitutifs (syndicats patronaux et chambres de commerce). Il faut limiter ces organismes à un rôle de coordination dans les circonstances graves.

  • 70 AUIMM. CD du 15 octobre 1936.
  • 71 AUIMM. AWaline, L’organisation syndicale patronale dans l’industrie des métaux, (brouillon non daté (...)
  • 72 Note confidentielle envoyée le 14 avril 1938 à Louis Poughon par le Comité régional d’entente de Sa (...)

20À l’automne 1936, les groupes patronaux centraux procèdent à leur réorganisation. Pour les dirigeants de l’Union70, la CGPF doit assurer l’exécution des projets d’ensemble élaborés au Comité d’entente. L’UIMM doit garder la responsabilité des études et des interventions auprès des pouvoirs publics. Elle peut agir en liaison soit avec la CGPF, soit avec les syndicats professionnels ou régionaux de la métallurgie. Ces derniers peuvent alerter leurs unions professionnelles régionales pour les appuyer, directement ou par l’intermédiaire des chambres de commerce, auprès des parlementaires ou des autorités publiques de la région. Pour l’application des lois et des règlements, l’Union donne la ligne de conduite à suivre : elle peut saisir pour « toute question grave intéressant la politique patronale » la CGPF, qui contacte alors les autres groupements industriels et les unions interprofessionnelles régionales71. L’Union doit également suivre cette procédure pour les conflits. L’insistance manifestée sur une bonne pratique des relations entre l’UIMM et la CGPF suggère que la réalité est différente72.

  • 73 AUIMM. AWaline, Revue générale des industries radio-électriques, no 35, mai 1937.

21La CGPF invite les Chambres syndicales primaires à faire voter par leurs adhérents le versement d’une cotisation annuelle de 1 % des salaires servant à rémunérer les services de toutes les organisations syndicales à divers échelons. La répartition doit être modulée en fonction des services rendus par les divers organismes73. Ainsi en cas d’absence de service des questions ouvrières dans une chambre professionnelle ou une région, le patron peut s’adresser directement à la CGPF qui récupère alors une cotisation plus élevée (3 °/°° du 1 %). Ce n’est pas vraiment le cas des syndicats de la métallurgie. Les industriels de cette branche ont rarement des relations directes avec la CGPF. La Chambre syndicale des industries électriques, toujours critique, conclut que la fixation de la répartition des cotisations entre les divers syndicats devrait être faite après examen de l’organisation de leur profession, mais qu’il faut hâter la création d’éléments intersyndicaux quand ils n’existent pas afin que la CGPF ne soit qu’un organisme de coordination entre les groupements interprofessionnels régionaux.

  • 74 Ibid., p. 2.
  • 75 Il y reçoit l’appui de L. Renault qui s’insurge contre l’incapacité des organisations patronales à (...)
  • 76 AUIMM. AWaline. Document non signé, mais dont les termes peuvent être attribués à P. Brenot.
  • 77 AUIMM. AWaline. « Réalisation d’un nouveau programme d’action intersyndicale sur le plan national » (...)

22Les événements de 1936 incitent également les patrons à repenser les relations professionnelles. Les industries radio-électriques mettent l’accent sur « la nécessité absolue d’atténuer ou de supprimer les luttes de classes, en rétablissant par la compréhension mutuelle, la confiance, qui doit régner entre le patronat et ses collaborateurs »74. Le porte-parole de ce courant, qui s’oppose au libéralisme du grand patronat de l’industrie lourde, est Paul Brenot, administrateur-directeur de la Société française radio-électrique, président depuis sa création (1934) de la Chambre syndicale des industries radio-électriques et membre du conseil d’administration du GIM. Il propose à l’assemblée générale du 9 juillet 1936 la constitution d’un Comité intersyndical spécialisé dans ces questions75 qu’il tente d’imposer à l’intérieur de la CGPF. Une note du 18 juillet, intitulée « Création à la CGP d’un Comité de prévoyance et d’action sociales »76, suggère l’institution immédiate d’un comité de trente membres dont l’action « s’exercerait tant au profit du patronat qu’à celui des ouvriers selon les directives suivantes : recueillir tous les renseignements et toute la documentation […], instruire les employés, les ouvriers et le pays tout entier des conditions d’existence et de développement des industries modernes […]. Les travaux de ce comité seraient effectivement conduits par un état-major d’élite composé d’hommes jeunes, bien rémunérés qui seraient placés à la tête de services principaux […] ». Des services de renseignements pour salariés et petits patrons et de propagande sont prévus. Profitant des oppositions au sein de la CGPF, Brenot devient plus pressant : « Ces décisions ne tendent nullement à créer une scission dans l’organisation du patronat, mais seulement à combler les grandes lacunes dans cette organisation […]. Si dans un très court délai, la Confédération générale du patronat français (ou un autre groupement similaire) ne réalise pas l’organisation indispensable […] il faudra bien créer l’Union du patronat nécessaire »77.

23Les travaux des historiens et des politistes ont montré que cette offensive n’a pas réussi à atteindre tous ses objectifs. Il n’en reste pas moins qu’un certain nombre d’organismes patronaux apparaissent et que l’UIMM doit trouver ses marques face à elle.

  • 78 Il a son siège au 98 bd Malesherbes. Il doit coordonner l’action de comités régionaux. S. Trist, Re (...)
  • 79 I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 250.
  • 80 Ancien ministre des Finances, Germain-Martin est aussi un ancien du Musée social : il a pris la sui (...)
  • 81 AUIMM. AWaline, Revue générale des industries radio-électriques, no 35, mai 1937.
  • 82 AUIMM. AWaline. Liste des adhérents communiqués par Detoeuf à Lambert-Ribot le 19 novembre 1936.
  • 83 CAC, 39 AS 1002. Dossier sur le patronat à l’action rassemblant des articles du Populaire de l’auto (...)
  • 84 CAC, 39 AS 1002. Le Populaire du 30 septembre 1937.
  • 85 Intervention de L. Germain-Martin à la réunion de propagande du CPAS tenue le 8 avril 1937 au Centr (...)
  • 86 J. Garrigues, Les patrons et la politique, op. cit., p. 191.

24Le Comité interpatronal de Prévoyance et d’Action sociale (CPAS78) est finalement fondé le 15 septembre 1936. Les représentants des petites et moyennes entreprises devaient être majoritaires à la direction, en fait c’est le grand patronat qui domine79. Parmi les membres du bureau, Gabriel Bonnet, président de l’Association syndicale des industriels de Suresnes-Puteaux, administrateur délégué des automobiles Saurer, s’occupe de l’information ; Paul Valentin, directeur de la Société Petrier, Tissot, Raybaud (Lyon) et vice-président du Syndicat de l’appareillage électrique, est chargé de la propagande. Louis Germain-Martin80 préside le Comité à partir de janvier 1937. « Son programme est d’utiliser tous les moyens de diffusion de la pensée pour présenter la vérité à l’opinion publique, aux pouvoirs publics, à la classe ouvrière, pour supprimer les malentendus, barrer la route aux mensonges, et rétablir ainsi la confiance au maintien de la paix sociale. Un tel rôle ne peut être rempli que par une organisation très souple, à l’action rapide, c’est-à-dire extra-syndicale »81. Soixante-treize entreprises – essentiellement métallurgiques – y adhèrent en septembre-octobre82. « La machine à recueillir des milliards » selon le socialiste Jules Moch83 : le CPAS perçoit 4 °/°° du 1 % versé par chaque adhérent aux services patronaux. Cette somme est répartie entre le Comité central et les comités régionaux. Un rapprochement avec la CGPF s’étant opéré dès octobre 1936, sur les 4 °/°°, 0,5 °/°° retourne à la CGPF « pour diverses collaborations sur le plan national ». Jules Moch calcule que, pour une usine d’automobiles de 40 000 ouvriers, avec un salaire annuel de 20 000 F par ouvrier, les organisations patronales touchent 8 millions de francs dont 4 800 000 F pour la CGPF (redistribuées en partie entre les chambres syndicales) et 3 200 000 F au CPAS84. Les 8/9e de ces fonds, selon Le Populaire, sont affectés à Paris, aux renseignements et à la préparation de la lutte. L’une des premières actions du service de propagande de la CPAS est « de dresser en face du communisme et du marxisme les énergies nationales largement conçues »85. Germain-Martin entreprend une série de conférences dans la région parisienne et en province. Le CPAS lance l’hebdomadaire L’Élan social qui recommande la constitution de syndicats jaunes afin de lutter plus efficacement contre le syndicalisme communiste. Le Comité « aurait versé des subsides au Parti populaire français en échange de renseignements hebdomadaires sur les activités des groupements communistes »86, soutien qui cesse lorsque Germain-Martin apprend que Doriot est soutenu par Mussolini.

  • 87 Premier tract du CJP. P. Bernoux, Les nouveaux patrons. Le Centre des jeunes dirigeants d’entrepris (...)
  • 88 In G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 264 et surtout P. Bernoux, op. cit.

25Le Centre des Jeunes Patrons, créé en 1938, souhaite de son côté une nouvelle organisation professionnelle, qui s’inscrirait dans des préoccupations plus vastes, établir « une nation intérieurement plus forte, c’est-à-dire économiquement plus ordonnée et socialement plus équilibrée »87. Le président, Jean Mersch, précise : « Notre but essentiel est d’aider à la formation d’une élite patronale capable de jouer efficacement son rôle dans l’ordre professionnel nouveau dont nous voyons les jalons posés ». Ce mouvement a regroupé une centaine de membres en 1939 (200 000 salariés répartis dans le Nord et l’Est)88. On y trouve des membres de l’Union dont le président d’honneur, Jacques de Nervo, le secrétaire, Édouard Gabriel Laffly, membre du bureau du syndicat des fondeurs d’aluminium, Guy Erwyn-Marin, vice-président de la Chambre syndicale des fondeurs.

 

  • 89 Et inversement. S’il y a des soutiens concrets à des mouvements ou à des partis divers, ils n’appar (...)

26Ces patrons, traumatisés par la crise et par le Front populaire, cherchent des solutions nouvelles. Si les métallurgistes sont les animateurs de ces groupes de réflexion, il est difficile de mesurer leur impact sur le fonctionnement et les orientations de l’UIMM89. Les procès-verbaux des conseils de direction évoquent parfois des débats, mais ce sont toujours sur des problèmes ponctuels et non sur des questions de fond. Il est possible qu’il y ait eu un écart entre ce qui a été dit en séance et la transcription écrite. Cette dernière est rédigée de manière à marteler l’idée de l’union. Ce sont les conservateurs qui gardent les rênes.

Cerner le mouvement ouvrier

  • 90 AUIMM. AWaline « Les organisations de résistance du patronat », Le Peuple, 13 décembre 1923. Articl (...)

27L’UIMM est fondée en 1900 essentiellement pour lutter contre les syndicats ouvriers. Dans cette lutte, elle s’appuie sur les groupements régionaux qui lui fournissent des informations et sont des relais efficaces. Vis-à-vis du monde ouvrier, les techniques sont les mêmes que face aux pouvoirs publics : bien connaître l’adversaire, montrer sa force, intimider, dissocier les chefs de la masse, démontrer les contradictions, les erreurs du passé, louer les objectifs patronaux. La connaissance du mouvement ouvrier est recherchée afin de fournir les possibilités à l’organisation de lutter efficacement contre les diverses manifestations de mécontentement. De l’autre côté, les dirigeants ouvriers ont fait la même analyse : « Pour augmenter ses chances de vaincre un adversaire, il est de bonne tactique d’étudier sérieusement les moyens dont il peut disposer dans une lutte à prévoir »90. Mais leurs moyens d’investigation sont beaucoup plus restreints.

  • 91 É. Villey, L’organisation professionnelle, op. cit., p. 367.
  • 92 Fédération des Bourses du travail en 1890, Confédération générale du travail créée en 1895 et compl (...)
  • 93 L’Humanité, 25 mars 1921, sur le rôle important du Comité intersyndical dans l’organisation des grè (...)

28L’évolution et l’organisation du mouvement ouvrier fascinent les patrons, qui constatent leur retard. Ils l’attribuent à la complexité des buts des employeurs, due à la diversité des situations qui impliquent des intérêts parfois divergents. L’organisation ouvrière est ainsi l’objet de multiples études, non seulement parce que la connaissance de l’adversaire est le préalable à l’organisation de la lutte mais aussi parce qu’elle constitue un modèle. Villey y décèle les caractéristiques fondamentales du mouvement professionnel : « tendance à la fédération des groupements […] jusqu’à former, presque partout, des organismes supérieurs, chargés de coordonner toutes les forces syndicales d’un pays, jusqu’à s’unir même par-delà les frontières pour réaliser des ententes internationales […] ; tendance à la spécialisation, corollaire du développement du syndicalisme auquel s’applique la loi de la division du travail, qui est la loi du progrès ; tendance à l’intervention dans la vie du pays »91. La concentration92, imposée par les circonstances comme chez les employeurs, est systématisée par les dirigeants : la CGT a été conçue pour consolider la cohésion de l’ensemble de l’édifice, la participation à la Fédération nationale n’étant autorisée qu’à la condition d’être rattaché à une fédération professionnelle et à une fédération régionale (article 2 des statuts). La centralisation se retrouve dans les statuts des syndicats primaires, comme dans celui du Syndicat général unitaire des ouvriers et ouvrières sur métaux de la région parisienne (article 5) : « Afin de concourir efficacement à la réalisation de ces différents points et aussi pour affirmer les principes de solidarité, le Syndicat est adhérent à la Fédération des ouvriers sur métaux de France et à l’Union des syndicats de la Seine et, par la Fédération, aux organisations internationales ». La formation et le développement dans les années 1920 de Comités intersyndicaux à l’intérieur d’une Union départementale contribuent aussi à l’efficacité de l’action ouvrière, notamment à l’occasion des grèves locales93. Modèle à suivre donc.

  • 94 AUIMM (27 21 12). PV de réunions, éléments budgétaires, etc.
  • 95 CAC, 39 AS 1000. Par exemple, des séries statistiques sur la progression des cellules locales, des (...)

29Tout au long de la période sont réunis des dossiers sur le fonctionnement94 l’évolution de l’organisation et des effectifs des syndicats ouvriers95, essentiellement pour la CGTU, la CGT, le parti communiste et les cellules d’entreprise, jugés les plus dangereux, afin de déterminer les progrès réalisés et le degré d’influence sur les salariés. Les informations proviennent majoritairement de la presse : collecte systématique d’articles classés thématiquement selon l’origine (presse nationale, régionale et locale, publications soviétiques, feuilles de cellules pour les journaux communistes). Des enquêtes faites régulièrement à tous les niveaux de l’organisation fournissent aussi des renseignements notamment sur l’état de la propagande communiste dans les régions.

  • 96 AGIM. Projet du Bulletin d’octobre 1937, V – Le Mouvement ouvrier dans la région parisienne : la pr (...)
  • 97 AUIMM (27 31 62). Note sur l’organisation communiste, mars 1925.
  • 98 AUIMM (27 31 62). Information sociale du 18 février 1926.
  • 99 Note sur le rôle de Robert Doury et du syndicat parisien des métaux de la CGT réunifiée jugés à l’a (...)

30D’après les analyses patronales, le mouvement syndical ouvrier a pu se défendre avec la Charte d’Amiens (1906) contre l’intrusion politique jusqu’en 1920. Si la reconnaissance du droit de grève en 1864 a donné au monde du travail un moyen de défense contre les abus des patrons, la mainmise progressive de la politique sur le syndicalisme a conduit à transformer la grève économique en grève politique pouvant aboutir à l’insurrection, la grève ayant été définie par Lénine comme arme révolutionnaire. La SFIO et le PC, toujours selon le patronat, ont compris l’importance du rôle du mouvement syndical, mais leurs stratégies diffèrent. La SFIO recherche des électeurs dans son électorat habituel : petits bourgeois, fonctionnaires, ouvriers de métier. Le PC a décidé de « coloniser » les entreprises pour recruter des soldats afin de faire la guerre au régime capitaliste et d’établir la dictature du prolétariat96. L’UIMM s’inquiète des rapports étroits entre le parti communiste et la CGTU, particulièrement à partir de 1924 avec la création des cellules d’entreprise, « véritables sociétés secrètes ». « On a pu constater de suite dans les ateliers où elles fonctionnent une recrudescence de l’agitation »97. Les dirigeants patronaux estiment le parti communiste très dangereux car il tend à substituer à l’adhésion pure et simple l’obligation pour l’adhérent de faire connaître le lieu de son travail et d’y constituer un rouage élémentaire devant servir de base à l’action et à la propagande. Les propos du secrétaire de l’Union des syndicats unitaires de la région parisienne, Henri Raynaud, qui réclame au Comité confédéral national de la CGTU de janvier-février 1926 « une direction unique des syndicats et du parti communiste »98, ne peuvent qu’aviver l’inquiétude des patrons. Les différents documents collectés mettent l’accent sur les relations très étroites entre les militants des cellules et les dirigeants du parti99 auxquels sont communiquées, au niveau du rayon, les listes des sympathisants, des ennemis, des indifférents, les possibilités d’action.

  • 100 Particulièrement la forte augmentation entre octobre 1934 (264) et octobre 1935 (374). A. Prost, La (...)
  • 101 Portant la mention « Service spécial ». CAC, 39 AS 1000.

31La marche vers l’unité avec la SFIO et la réunification syndicale sont observées de près. Selon les sources patronales, le PC, sachant qu’il serait en minorité dans la nouvelle CGT réunifiée, profite de la création de syndicats nouveaux lors des événements de 1936 pour noyauter cette dernière en utilisant les cadres formés par la CGTU et le PC. La multiplication des cellules d’entreprises dans la région parisienne en témoigne100. Un document du 30 août 1937101 relate que, dans des réunions de cellules d’entreprise, des membres du Comité central du PCF demandent, entre autres, « que la propagande soit accentuée en vue des élections cantonales ». Cette recrudescence de l’activité du PC et l’attitude passive des socialistes « qui observent la manœuvre » inquiètent le GIM.

 

  • 102 CAC, 39 AS 1000. Note sur les cellules communistes, 12 septembre 1924.
  • 103 Ibid., L’usine est le rouage élémentaire qui s’intègre ensuite au premier échelon (la commune et à (...)

32Cette bonne connaissance du mouvement ouvrier permet d’informer précisément et régulièrement les industriels. En septembre 1924, Villey adresse une note sur les cellules d’entreprises à une quarantaine d’entreprises et à tous les groupements locaux afin de les sensibiliser aux dernières directives venues de Moscou pour la formation des militants. « Bien qu’il s’agisse d’une question politique au point de départ, elle est trop intimement liée – comme toutes les questions d’action communiste d’ailleurs – à l’organisation et à la vie des établissements industriels, pour que ceux-ci n’en soient pas exactement informés […]. Le problème n’intéresse guère que la région parisienne, dans laquelle ont été pratiquement concentrés les efforts des dirigeants communistes »102. Des informations sont données sur les motifs, l’organisation, notamment sa base géographique103, les moyens d’action et l’état de l’organisation dans la région parisienne en mentionnant les établissements touchés. Au même moment, l’UIMM envoie à ses adhérents copie des instructions du parti communiste aux militants sur les « moyens pratiques d’éviter et de contrecarrer les représailles patronales ».

33En 1939, les dix bulletins Informations qui présentent l’histoire du syndicat ouvrier sont également mis à leur disposition.

 

  • 104 Note du GIM. CAC, 39 AS 1000.
  • 105 J.-P. Depretto et S. Schweitzer, Le communisme à l’usine. Vie ouvrière et mouvement ouvrier chez Re (...)

34Pour l’UIMM, les militants syndicalistes (ou politiques) poussent toujours à la revendication et n’expriment pas vraiment les aspirations de l’ensemble des ouvriers. Sauf dans des cas très précis au niveau national ou régional, elle refuse donc de leur donner le monopole de la représentation. Selon un rapport du GIM de décembre 1924, un nombre considérable d’ouvriers sont opposés à la cessation de travail et ne marchent que par crainte des représailles : 80 à 90 % des ouvriers ont ainsi besoin d’être protégés. En 1930, c’est la solidarité qui est mise en avant : « l’ouvrier, en présence d’une réclamation en son nom, même si lui-même n’y tient pas, estime que ce serait de sa part un manquement à la solidarité de ne pas participer »104. Le succès des délégués communistes aux élections comme en 1939 chez Citroën et Renault est attribué, non pas à l’opposition des salariés à l’assouplissement des 40 heures, mais à la propagande communiste (séances de cinéma gratuites, réunions des commerçants et artisans sur le poids de l’impôt)105.

  • 106 Ibid., Note sur la propagande communiste, 12 décembre 1939.

35Les dirigeants patronaux tentent de s’opposer à celle-ci, en endiguant au mieux la contestation, en présentant un front uni lors des grèves et en soutenant des organisations anti-communistes ou anti-cegétistes. Soutenir des organisations ouvrières non communistes ou les éléments réformistes de la CGT réunifiée constitue ainsi un autre volet de la politique patronale. L’appui ponctuel aux réformistes de la CGT permet de jouer sur les dissensions internes. En décembre 1939, le GIM demande à ses adhérents de ne pas contrer la propagande des éléments réformistes de la Fédération des métaux qui ont engagé une lutte contre les « éléments staliniens au sein des entreprises de la métallurgie ». « Il serait malhabile que des industriels prennent des sanctions contre des travailleurs qui s’efforceraient de combattre, par leur activité, le néfaste travail des éléments staliniens ». D’autant que la Fédération des métaux estime que les industriels détiennent le meilleur moyen « d’éviter que les arguments des staliniens portent et soient préjudiciables aux intérêts du pays », en appliquant « avec mansuétude et sans exagération » la législation sociale de guerre. « On enlève par ce fait une arme redoutable aux communistes »106. Suivent une série de conseils donnés par la Fédération aux patrons pour une application avec « discernement » des décrets Reynaud de 1938.

S’appuyer sur les syndicats chrétiens, s’allier les cadres moyens et supérieurs

36Les patrons pensent un moment que les syndicats chrétiens sont la solution pour contrer les syndicats révolutionnaires, notamment la CFTC à partir de novembre 1919.

  • 107 AUIMM (27 21 13). Note pour Poughon, 23 mai 1921.
  • 108 Dû en partie aussi à la relative jeunesse des organisations. La première a été le syndicat parisien (...)

37Ces tentatives de collaboration avec les syndicats chrétiens se révèlent décevantes et se soldent parfois par des échecs. L’affiliation à la Confédération française des travailleurs chrétiens exige que les syndicats, et donc les syndiqués, donnent des garanties suffisantes au niveau confessionnel107. Cela contribue à la faiblesse des effectifs108. Autre sujet de mécontentement pour les patrons : des prises de position et des alliances parfois surprenantes.

Tableau 2-9. Les syndicats de salariés

Tableau 2-9. Les syndicats de salariés

* La Documentation catholique attribue les chiffres de 1935 à l’année 1932, mais avec un total inférieur (154 000). En italique : chiffres de la CGTU au premier semestre 1931.

Sources : AUIMM (27 21 13) CFTC.

  • 109 Publications de la Sorbonne, 1986.
  • 110 Une modification de la convention en octobre 1919 augmente les salaires de 25 %. D’après les syndic (...)
  • 111 AUIMM (27 21 13). Note de la région Nord-Pas de Calais, non signée (vraisemblablement du Consortium (...)
  • 112 AUIMM (27 21 13). Ibid., p. 5.
  • 113 AUIMM (27 21 13). Les patrons devant les syndicats (non daté, non signé).

38L’UIMM suit particulièrement la situation des industriels du Nord, confrontés à des syndicats catholiques très implantés particulièrement dans le textile et dans la verrerie. Elle se renseigne auprès de Désiré Ley et Eugène Mathon109. Après les grèves du printemps 1919 dans les régions libérées, un abbé désigné par l’évêque a pour mission de développer des syndicats chrétiens à Roubaix-Tourcoing. Il refuse tout contact avec les patrons, et, selon eux, offre de s’unir à la CGT sur les problèmes des salaires110. Un nouvel abbé, Paul Six, est nommé en 1920 pour s’occuper du mouvement social. Mais rien ne change puisqu’il signe aussitôt, sous un pseudonyme, des articles dans le journal de Roubaix : « L’avenir est à la participation aux bénéfices, aux conseils d’usine. Il termine l’article en 1885 à nos jours, Paris, Desclée, 1984 ; La CFTC : origines et développement, 1919-1940, Paris, déclarant que c’est là la doctrine de l’Église »111. Les patrons protestent auprès de l’évêque, lui reprochant de ne plus contrôler ni son clergé ni sa presse, la Croix du Nord étant devenue leur tribune. « Les catholiques sociaux veulent attirer à eux la foule sous le prétexte de saisir les âmes ; mais il n’y a aucune liaison entre le syndicat et la vie religieuse. Ils se sont piqués au jeu et sont à la recherche de tout ce qui peut asseoir leur popularité, ils sont devenus de véritables politiciens à la recherche d’une plate-forme électorale »112. Le patronat estime, quant à lui, avoir suivi les recommandations du pape Léon XIII qui considère le syndicat comme une œuvre d’union et non un instrument de lutte, puisqu’il a multiplié les œuvres destinées à opérer un rapprochement de classes113.

  • 114 Administrateur-directeur des Établissements Joya de Grenoble, Secrétaire général du Syndicat des co (...)
  • 115 AUIMM (27 21 13). Lettre de Romanet à Siméon, 23 novembre 1921. Il semble qu’à Laignelet, un ecclés (...)
  • 116 AUIMM (27 21 13). Réponse de Siméon du 9 décembre 1921.
  • 117 Curieusement ce dernier argument n’est pas employé dans la réponse de l’UIMM.
  • 118 AUIMM (27 21 13). Réponse de Romanet du 12 décembre 1921.
  • 119 AUIMM (27 21 13). Lettre de Vialis à Siméon, 22 novembre 1921.
  • 120 Directeur général et administrateur-délégué des Usines A. Pétolat. Président du Syndicat des indust (...)
  • 121 AUIMM (27 21 13). Lettre de Pétolat à Siméon, 21 novembre 1921.
  • 122 AUIMM (27 21 13). « Le Congrès de la confédération française des travailleurs chrétiens », L’Inform (...)

39Cette polémique se poursuit au même moment dans d’autres secteurs. L’UIMM envoie en 1921 une documentation sur cette question à ses adhérents. L’un d’eux, Émile Romanet114, l’initiateur des allocations familiales, prend la défense des syndicats chrétiens : « Je ne sais exactement quelles sont les intentions de l’Union métallurgique et minière à ce sujet. Il paraîtrait toutefois curieux qu’elle intervienne dans un conflit qui ne touche pas la métallurgie, mais la verrerie… »115. Henri Siméon, directeur du service des questions ouvrières et sociales, répond que, après enquête, les syndicats chrétiens de la région de Grenoble font exception. Il ajoute que c’est le rôle de l’Union de contrôler ces faits, de les signaler pour pouvoir y parer116, d’autant que cela risque d’entraîner des dissensions au niveau patronal117. Romanet n’est pas convaincu par l’argumentation : « Nous nous trouvons en face de deux organisations : la CGT et les syndicats chrétiens. Nous connaissons le programme destructeur de la première et nous connaissons le programme reconstructeur des seconds. Ceux-ci sont dignes d’estime et ce ne serait pas faciliter leur besogne que d’envoyer aux syndicats adhérents à l’Union métallurgique et minière des documents dans le genre que j’ai reçus, sans leur donner une documentation intégrale leur permettant de juger les questions qui leur sont soumises »118. Un de ses « amis » du Syndicat des constructeurs de l’Isère, P. Vialis, a l’avis exactement inverse, estimant que justement le syndicat chrétien de la métallurgie de Grenoble déploie une activité débordante et fait des adeptes : « Pour conclure, je suis de ceux qui, n’ayant pas confiance dans le traitement homéopathique, n’osent croire que le syndicat catholique soit le remède au syndicat communiste »119. Alfred Pétolat120 renchérit affirmant qu’il y a, à Dijon, un jeune abbé qui est « parfaitement capable de nous gêner autant que les pires communistes de notre région, avec cette différence que l’on se méfiera moins de lui que des autres »121. La CFTC constate non sans amertume l’attitude souvent hostile des milieux patronaux : « Si les milieux cégétistes accueillirent notre mouvement naissant par le mépris pour le supporter ensuite avec quelque dépit, les milieux patronaux, à part de rares exceptions, ne lui firent pas meilleur accueil »122.

  • 123 AUIMM (27 21 13). Sacrée Congrégation du Concile, Rome, 5 juin 1928. C. Paillat, Les dossiers de l’ (...)
  • 124 AUIMM (27 21 13). H. du Passage, « Sur le syndicalisme chrétien », Revue catholique d’intérêt génér (...)

40Dans le Nord, les tensions ne s’apaisent pas. Le 5 juin 1928, l’évêque administrateur apostolique de Lille, Mgr Jansonne, saisi depuis 1924 d’un recours d’Eugène Mathon, rend ce jugement sur le conflit entre le Consortium et les syndicats ouvriers chrétiens : la Sacrée Congrégation du Concile estime qu’après enquête, les accusations d’un esprit marxiste et favorable à un socialisme d’État portées sur les syndicats chrétiens « sont entièrement dépourvues de fondement et injustes », même si ceux-ci ont commis quelques « erreurs tactiques »123. L’évêque est soutenu par certains catholiques qui s’élèvent contre les méthodes du Consortium et livrent, sous le titre « Notes confidentielles », des informations très subjectives sur les incidents survenus avec les syndicats chrétiens124.

  • 125 AUIMM, (27 21 13).
  • 126 D’après la même source, la CGT comptait alors 679 715 adhérents et la CGTU, 287 988. Selon cette Co (...)
  • 127 CAC, 39 AS 1002. « À la conquête des masses », Le Populaire, 1er octobre 1937.

41Il existe donc des différences notables de points de vue entre les dirigeants CFTC et les responsables patronaux. Les premiers, ne voulant pas être catalogués par leurs militants comme des syndicalistes jaunes, prennent souvent leurs distances avec le patronat, qui les accusent de se préoccuper avant tout de « recruter des membres par des moyens et des arguments copiés sur la CGT ». Un patron souligne qu’« on trouve même plus d’honnêteté chez certains secrétaires de syndicats rouges que chez celui de syndiqués chrétiens »125. Dans l’ensemble, les espoirs de collaboration loyale du patronat sont déçus. L’implantation des syndicats chrétiens est relativement faible dans l’industrie des métaux (8 000 métallurgistes et 10 100 mineurs, sur 154 000 adhérents de la CFTC en 1932, d’après la Documentation catholique126). Selon le socialiste Jules Moch, la CFTC, dont le caractère confessionnel limite les possibilités de recrutement, « est ravagée par des luttes intestines […] Le patronat la laisse donc choir »127.

  • 128 AUIMM, (27 21 23). Note du 20 mai 1937.

42En 1937, le constat demeure le même. Malgré l’organisation de ses cadres et 200 000 membres, l’UIMM considère que le caractère confessionnel limite ses possibilités de recrutement, que son programme rejoint celui de la CGT et enfin qu’« au cours des incidents de ces derniers mois, ses délégués n’ont pas hésité, dans un but non déguisé de propagande, à recourir à des manœuvres plutôt que de faciliter la tâche du patronat »128.

 

  • 129 AUIMM. AWaline, CNE, sommaire d’un rapport sur le problème des techniciens, 19 mars 1937.
  • 130 AUIMM. AWaline. CNE, Ibid., p. 5. M. Descostes et J.-L. Robert (dir.), Clefs pour une histoire du s (...)
  • 131 Appelée dans un premier temps Confédération nationale de la Production, puis CIPF pour éviter toute (...)

43S’appuyer sur les cadres et les techniciens apparaît comme un élément stratégique supplémentaire dans la lutte contre les syndicats ouvriers. Selon leur habitude, les dirigeants de l’Union étudient l’évolution de ces catégories dont les effectifs croissent entre les deux guerres avec la progression de la rationalisation du travail. Là aussi, la CGT, après 1918 et surtout l’été 1936, est très présente, par exemple dans la Fédération des techniciens (50 000 syndiqués répartis en 53 syndicats locaux et régionaux). La convention des collaborateurs des industries des métaux de la région parisienne est conclue « sous la garantie de l’Union syndicale des travailleurs de la région parisienne affiliée à la CGT »129. Il s’agit donc de soutenir des syndicats d’une autre obédience, même s’ils présentent des revendications professionnelles identiques, car ils le font « dans un esprit nettement différent ». Il semble souhaitable à l’UIMM que les chefs d’entreprise s’appuient sur les échelons intermédiaires dont les aspirations et les besoins sont distincts du monde ouvrier, et que, dans la masse des collaborateurs, des distinctions soient faites entre les ingénieurs, les techniciens et les employés. Pour l’UIMM, ces groupes professionnels, qui exercent une fonction de commandement, doivent être pris en considération avec un large esprit de compréhension, notamment par des discussions lors de l’établissement des conventions collectives ou lors des conflits. Ainsi, « lorsque les conflits mettent en cause des ingénieurs ou agents de maîtrise, les chefs d’établissements (doivent soutenir) l’incompétence des commissions arbitrales où ne sont pas représentés ces techniciens »130. Définir un statut des différentes catégories de collaborateurs en tenant le plus possible compte de leurs exigences conduit certainement à un alourdissement des charges financières des employeurs, mais ceux-ci doivent les assumer en raison du rôle fondamental de ces catégories dans le maintien de la paix sociale. C’est pourquoi l’Union constitue des dossiers pour évaluer l’évolution de la syndicalisation dans ces catégories. Par exemple, la Confédération de l’Intelligence et de la Production française131, fondée à la fin de 1919 par Georges Valois, attire l’attention de Lambert-Ribot qui demande, en mai 1923, à la CGPF des renseignements sur cette organisation. La réunion dans une même confédération des patrons, ouvriers et intellectuels peut favoriser le règlement « par discussion entre les compétences intéressées, hors de l’ingérence des pouvoirs publics de toutes les questions d’organisation de la production française ». De plus les prises de position très hostiles aux organisations corporatives, notamment à la CGT et à la CGTU, sont perçues favorablement. Toutefois son caractère nettement monarchiste (avec des attaches très étroites avec l’Action française) s’oppose, pour les patrons, au développement de son influence dans les milieux patronaux et ouvriers. Il semble que les relations avec la Fédération française des syndicats chrétiens d’employés soient plus sereines. Des échanges de courrier sur la situation des dessinateurs en novembre 1930 le prouvent.

  • 132 AUIMM. 27 21 23. Groupements intermédiaires.
  • 133 Le SIS est une émanation de l’USIC regroupant les ingénieurs catholiques (4 000 à 5 000 adhérents a (...)
  • 134 A. Grelon (dir.), Les ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, Éd (...)

44Les événements de 1936 relancent l’intérêt de l’UIMM, d’autant que de nouvelles organisations prolifèrent. Des notes sont rédigées sur chaque syndicat (origine et date de création, effectifs, tendance, noms des présidents) et donnent l’avis de l’Union sur ceux qu’il importe d’appuyer132. Parmi les syndicats d’ingénieurs, la Fédération nationale des syndicats d’ingénieurs a regroupé, au début de 1937, trois syndicats : celui des ingénieurs salariés (SIS) créé le 12 juin 1936 (9 200 ingénieurs diplômés et assimilés), le Syndicat professionnel des ingénieurs diplômés français créé le 23 juin 1936 (SPID, 7 000 à 9 000 adhérents) et le plus ancien, datant des années 1920, l’Union des syndicats des ingénieurs français (USIF), recrutant essentiellement dans le secteur chimique. Pour l’UIMM, les deux premiers méritent d’être soutenus : le SIS133, signataire de la convention collective, et le SPID qui, regroupant des ingénieurs de direction, est favorable à l’influence patronale. L’UIMM est plus réticente face à l’USIF, car elle est divisée en deux tendances, l’une SIS, l’autre CGT. Bien sûr, il convient de soutenir globalement la Fédération contre les deux syndicats d’ingénieurs affiliés à la CGT : le Syndicat national des ingénieurs et l’Association générale des employés supérieurs134.

  • 135 AUIMM. 27 21 23. Groupements intermédiaires. Note du 20 mai 1937. Présidé par Marcel Bois, il const (...)
  • 136 AUIMM. 27 21 23. Groupements intermédiaires. Présidée par Portalier, elle est « une sorte de cartel (...)
  • 137 Ibid.

45Parmi les syndicats rassemblant les ingénieurs, les agents de maîtrise et les techniciens, le SACIAT, dont la Société amicale des chefs de service et contremaîtres des industries métallurgiques créée en 1881, est d’abord bien accueilli par l’UIMM : « Ce groupement a un esprit de collaboration excellent, et doit être favorisé à fond »135. Signataire de la convention collective de la région parisienne en 1936, il intensifie son recrutement (5 000 à 6 000 membres) et s’étend en province. L’Union fédérale des employés, qui provient de la transformation du Conseil professionnel de la législation sociale du travail et regroupe 50 000 membres, essentiellement en Alsace et dans l’Est, « mérite d’être suivie »136. L’Union nationale des ingénieurs et agents de maîtrise anciens combattants intéresse aussi l’UIMM, car elle a organisé un service central de recrutement de la main-d’œuvre, qui propose « de rassembler des éléments sains, pondérés et compétents, dans les usines, sans les obliger à adhérer à un parti quelconque ». Il est procédé à des enquêtes sur le candidat à l’emploi qui doit être « sérieux, à mentalité saine » et apporté dans son établissement un soutien efficace à ses camarades « contre les brimades des éléments communo-fascistes ». Elle recrute du personnel essentiellement par l’intermédiaire de l’Union nationale des combattants, l’Association générale des mutilés de la guerre, le Parti populaire français et le Parti social français. « Ce groupement paraît animé d’un esprit de collaboration qu’il serait intéressant et utile d’encourager »137.

  • 138 A. Kéchichian, Les Croix de Feu à l’âge des fascismes. Travail, famille, patrie, Seyssel, Champ Val (...)
  • 139 CAC, 39 AS 1002. « À la conquête des masses », Le Populaire, 1er octobre 1937. P. Machefer, « Les s (...)

46En 1936, certains employeurs appuient les syndicats professionnels français, en liaison avec le PSF138 ; d’autres ont des contacts avec le PPF de Doriot. Très marqués politiquement, ces syndicats n’ont pas un recrutement de masse. Selon Jules Moch, les patrons soutiennent l’Union corporative des travailleurs et producteurs de France, « jaune parmi les jaunes », et les syndicats de techniciens, comme la Confédération des cadres de l’économie française qui se développe dans l’aéronautique et les houillères139. Mais, pour les dirigeants de l’Union, leur création est trop récente (quelques personnes du côté patronal, pas de développement du côté ouvrier) pour être très efficace.

  • 140 AUIMM. 27 21 23. Note du 20 mai 1937.

47Parmi les confédérations importantes, la Confédération Générale des Cadres, fondée en 1937 à l’initiative du SIAM et du Syndicat des cadres de l’aéronautique, a pris contact avec Gignoux, pour présenter son programme et affirmer sa volonté de participer à l’organisation sociale et économique du pays afin d’en assurer la prospérité dans l’ordre. L’UIMM ne fait aucun commentaire. Elle semble préférer afficher son soutien à la Confédération française du travail, groupant des syndicats d’employés (90 000 membres) et d’ouvriers (89 500 qui viennent de l’UCTPF et de l’UCTF). Proche de l’Action française, « cette confédération, dégagée de toute attache confessionnelle ou patronale, est appelée à trouver auprès des salariés le meilleur accueil »140. La Confédération des syndicats professionnels français, rassemblant les syndicats professionnels du PSF (250 000 membres), dont le Syndicat professionnel français des cadres de direction et de maîtrise de la métallurgie de la région parisienne, paraît présenter des possibilités de développement limitées, d’autant qu’un mouvement dissident la prive de 40 000 de ses membres en 1937.

  • 141 Ibid.

48Quelques groupements comprennent des collaborateurs et des ouvriers. L’Union des syndicats professionnels d’agents de maîtrise, de techniciens, d’employés et d’ouvriers de la métallurgie, implantée dans quelques grosses entreprises automobiles (Renault, Peugeot, SEV…) et présidée par Bourdin, groupe 3 000 adhérents ; elle a créé une « filiale » dans la région parisienne, mais qui n’a que peu de succès. La Confédération générale ouvrière, dirigée par un ancien ouvrier communiste de la chimie, Crémieux, possède peu de syndiqués dans la métallurgie, « mais son évolution doit être surveillée très attentivement, car il semble que son organisation conviendrait parfaitement aux ouvriers et collaborateurs déçus par la CGT, qui cependant refuseraient de s’inscrire à un syndicat réputé, à tort ou à raison, comme affilié à un parti politique trop en évidence »141. Il convient par contre de se méfier de la Confédération générale autonome, dont le dirigeant est aussi un ancien communiste, Loridan, qui est un « esprit illuminé », dont la politique demeure révolutionnaire.

  • 142 Demande adressée à Richemond le 5 mai 1920. Son intention est d’obtenir de faire financer par le GI (...)

49Des liens sont tissés, depuis sa création, avec la Confédération nationale du travail (CNT), ancienne Bourse libre du Travail fondée en 1911. Elle est formée d’un certain nombre de syndicats : Syndicat national des contremaîtres et chefs de services de la métallurgie, Syndicat national des métallurgistes, Syndicat national des mécaniciens-électriciens, Syndicat national des charpentiers en fer. On retrouve dans les archives du GIM des demandes de subventions, notamment pour des campagnes de propagande devant « répondre à la provocation des révolutionnaires qui cherchaient à entraîner les corporations métallurgistes dans un mouvement de grève générale »142. Malgré son ancienneté et ses « qualités », l’absence de programme et les difficultés internes de la CNT ne lui donnent qu’une audience limitée, et, par conséquent, elle ne peut être considérée comme un véritable appui.

 

50Ces contre-feux semblent bien décevants pour les dirigeants de l’Union, même s’ils ne doivent pas être négligés.

 

51Être présent sur tous les fronts : la méthode Pinot est appliquée par ses successeurs avec plus ou moins de bonheur. Une organisation professionnelle soudée autour de l’UIMM, à l’allemande ou à l’image des syndicats ouvriers, semble toujours un rêve à la veille du second conflit mondial. Parallèlement l’UIMM ne cesse de développer son rôle de groupe de pression. Cette évolution est favorisée d’une part par l’État, qui intervient dans des domaines de plus en plus nombreux et, par conséquent, doit travailler avec ceux qui disposent de l’information, d’autre part par le besoin ressenti par les patrons eux-mêmes. Ils constatent en effet que la défense de leurs intérêts, de plus en plus diversifiés, dans un contexte souvent troublé, ne peut passer que par l’organisation. Si l’UIMM pénètre de plus en plus les centres de décision, si elle est de plus en plus impliquée dans l’élaboration de la législation du travail, cela se traduit-il toujours par des résultats probants pour les métallurgistes ? Est-elle un contre-pouvoir efficace ? Si elle a influencé la politique sociale, l’ensemble du patronat de la métallurgie en a-t-il bénéficié ? L’étude des questions sociales débattues dans la première partie du XXe siècle peut nous donner quelques clefs.

Notes

1 Mémoires, Musée social, 1907, p. 97, in É. Villey, L’organisation professionnelle, op. cit., p. 352.

2 Particulièrement la grève de Crimmitschau en 1904. Les formations professionnelles allemandes se divisent en organes commerciaux (trusts et cartels), organes d’études et de défense économiques, et en organes spécialisés dans les questions ouvrières.

3 Hauptstelle deutscher Arbeitgeberverbände et Verein deutscher Arbeitgeberverbände. P. Fridenson, « Les patronats français et allemand au XXe siècle. Essai de comparaison », in R. Hudemann und G.-H. Soutou (dir.), Élites en France et en Allemagne aux XIXe et XXe siècles, Munich, Oldenbourg, 1994, p. 153-167.

4 Les organisations de défense patronale, p. 139, cité par É. Villey, L’organisation professionnelle, op. cit., p. 355.

5 H.-P. Ullmann, « Groupes de pression économiques en Allemagne », art. cit., p. 299-309.

6 À l’UIMM, si des divergences existent au niveau idéologique, elles se manifestent très peu. Les CD ont surtout vu apparaître des divergences d’intérêts.

7 AUIMM, Structures patronales (27 11 11), Note interne, 1921.

8 D. Fraboulet, « L’organisation patronale de la métallurgie dans le Rhône (1872-1939) », art. cit., p. 137 ; H. Joly, « L’Union des chambres syndicales lyonnaises (1885-1914) », art. cit., p. 145-167.

9 Il a été vice-président de 1893 à 1901. Il dirige l’entreprise, Aiguillerie, tréfilerie, Câblerie de Lyon-Vaise (600 ouvriers en 1890) devenue les Établissements A. Teste et Cie. Il est aussi membre de la Chambre de Commerce de Lyon 1895-1912 et membre du Conseil supérieur du travail.

10 ACSIMR. CD du 20 octobre 1921.

11 AUIMM. AG, 14 octobre 1919.

12 Appelé aussi Olivier-Dewawrin. Il a repris en 1907 la société familiale Léon Olivier (fonderie et atelier de constructions de machines). Outre un rôle régional important, il assume des fonctions nationales : fondateur de la Fédération de la mécanique (1919), président du Syndicat des Fondeurs de France (1933) et de la Fédération des syndicats de la petite métallurgie (1934). Il est membre de l’UIMM (1924) puis du CD en tant que représentant le Groupe de la Petite métallurgie (1935-1943).

13 1883-1971. Ouvrier, devenu directeur de teinturerie, il rencontre Eugène Mathon (1860-1935) en 1918 qui le charge de l’organisation des allocations familiales dans le textile. Influencé par René de La Tour du Pin et par l’Action française, Eugène Mathon préside depuis 1908 le Syndicat des fabricants de tissus de Roubaix-Tourcoing. Il est partisan de l’instauration d’une corporation économique dont la mission est d’organiser la production sous l’égide du patronat et d’une corporation sociale dirigée par un conseil paritaire. H.-L. Dubly, Vers un ordre économique et social. Eugène Mathon, 1860-1935. Sa vie. Ses idées. Ses œuvres. Paris, Blondin, 1946.

14 Créé en juillet 1919. D. Ley en est le secrétaire général et Joseph Wibaux le président. J. Dumortier, Le syndicat patronal textile de Roubaix-Tourcoing de 1942 à 1972, Lille, Imprimerie Morel & Corduant, 1975, p. 37-51 ; J.-C. Daumas, « Le Consortium de l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing », in P. Vernus (dir), Les organisations patronales. Une approche locale (XIXe-XXe siècles), Cahiers du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale no 1, Université Lumière – Lyon II, CNRS, 2002, p. 168-186.

15 Cité par J. Dumortier, op. cit., p. 53.

16 Ibid.

17 Les ouvriers demandent la prise en charge de la cotisation ouvrière ou une hausse de salaires. Devant le refus du Consortium, des grèves sont déclenchées. Après moult péripéties, le Groupement patronal de Maurice Olivier signe un accord avec les organisations ouvrières, ce qui provoque la colère du Consortium.

18 J.-C. Daumas, art. cit., p. 184.

19 Elle réunit 80 chambres primaires dont 11 nationales et 69 régionales.

20 Par exemple, sur les questions fiscales, les dirigeants s’élèvent au lendemain de la Première Guerre mondiale contre l’application de la taxe sur les matières premières et la fourniture de force motrice. Ils entreprennent des démarches communes. AUIMM. AG, 18 février 1919.

21 (1859-1938). Président de la Compagnie des Messageries maritimes, du Crédit foncier d’Algérie, administrateur du Crédit foncier de France, président du Comité des Armateurs, membre de la Chambre syndicale des constructeurs de navires, membre des Comités de l’Afrique et de l’Asie françaises.

22 Le trésorier, Fernand Périer, banquier, est lié au groupe Schneider, en tant que vice-président de la Société anonyme des Chantiers et Ateliers de la Gironde. M..J. Rust, op. cit., p. 120. La Fédération a également eu comme initiateur Georges Blondel, « expert incontesté de « l’Allemagne moderne », formé à l’école leplaysienne, membre de la Société d’économie sociale, correspondant régulier de la Réforme sociale depuis 1895… ». J. Dubos, André Lebon. Un homme d’affaires en politique (1859-1938). Le patriotisme et l’influence. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 257.

23 Elle assure des services moyennant un abonnement. Étant donné l’interdiction des associations professionnelles, c’est une agence privée transformée en 1876 en société anonyme.

24 J. Dubos signale qu’ils sont peu représentés dans le Comité directeur, « réservé presque exclusivement aux représentants des grands secteurs », Ibid., p. 272.

25 Ibid., p. 266.

26 Robert-S. Carmichaël, président de l’Union textile, vice-président de l’AIAF, en est membre.

27 AUIMM. AWaline. Lettre du Groupement intersyndical, signée par G. Grangé, 1er août 1917.

28 Ibid., Un document est joint : « Schéma d’une discussion sur les mesures à prendre, après la guerre, pour conserver aux Français la propriété de leur sol national ».

29 Ministre du commerce et de l’industrie dans les cabinets Briand, Painlevé depuis octobre 1915.

30 Il commence d’ailleurs à mettre sur pied une stratégie d’union dès 1917. C. Druelle-Korn, Un laboratoire réformateur, op. cit. et « Le temps de la guerre, un temps d’expérimentation pour l’État et les producteurs : retour sur la création de la Confédération générale de la production française », in Michèle Saboly et Ludovic Cailluet (dir.), Conflits, Toulouse, Presses de l’université de Toulouse I, 2003, p. 395-407.

31 Par exemple l’union du Conseil supérieur de l’industrie et du commerce et du Comité consultatif des Arts et Manufactures proposée dans un premier temps par Pinot ou la transformation de l’ANEE. C. Druelle-Korn, art. cit., p. 402-405.

32 Bulletin de la Chambre de Commerce de Paris, no 9, 1er mars 1919, p. 219-225. Cité in A. Chatriot, La démocratie sociale, op. cit., p. 38.

33 P. Waline, Un patron, op. cit., p. 28.

34 Elle n’est pas la seule : la Chambre de commerce de Paris et l’assemblée des présidents y sont également opposées. C. Druelle-Korn, art. cit.

35 AUIMM. CD du 18 novembre 1919.

36 Ibid.

37 AUIMM. AWaline. Quelques observations sur les groupements patronaux, 17 novembre 1919.

38 Fédération du Bâtiment, Union textile, Union syndicale des tissus, matières textiles et habillement, Union des produits chimiques… M. Brelet, La crise de la métallurgie, op. cit., p. 173.

39 H. Darcy a été le premier président de la CGPF (1919-1925).

40 AUIMM (27 11 11). Structure patronale générale, 12 mai 1939.

41 AUIMM. AWaline, L’organisation syndicale patronale dans l’industrie des métaux, (brouillon non daté).

42 AUIMM. AWaline. Conférence de Pichon à la Société d’économie sociale, 26 mars 1928.

43 Conférence faite à la Semaine sociale de France en 1922, citée par M. Brelet, La crise de la métallurgie, op. cit., p. 176-177.

44 Ibid., p. 174.

45 Électricité et éclairage public (Président : Gabriel Cordier), Industrie minière (Henry Darcy), Petite Métallurgie (Servant ?), Aéronautique, Automobile et Cycles (le baron Petiet), Mécaniciens, Chaudronniers, Fondeurs (Jules Niclausse), Grosse métallurgie (François de Wendel), Construction mécanique et électrique (Charles Laurent).

46 AUIMM. AWaline, Note de 1936.

47 M. Brelet, qui assimile toujours CFF et UIMM, op. cit., p. 177.

48 G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 63.

49 AUIMM (27 11 11). Structure patronale générale, 12 mai 1939, p. 6.

50 A. Chatriot, La démocratie sociale, op. cit ; F. Denord, Genèse et institutionnalisation du néolibéralisme en France (années 1930-années 1950), thèse de doctorat de sociologie, EHESS, 2003.

51 « Les professions déjà organisées resteraient en dehors du plan projeté ; les professions qui voudraient s’organiser trouveraient dans l’éventualité d’une intervention le motif déterminant pour les ententes nécessaires ; c’est pour les professions où une libre entente est en fait impossible, par suite de diverses circonstances que le pouvoir professionnel interviendrait… ». AUIMM. CD du 15 novembre 1934.

52 AUIMM. CD du 15 novembre 1934.

53 Morsel, « Louis Marlio… », art. cit., p. 106-124.

54 Son siège se situe tout près de celui de l’Union, au 28 rue de Madrid. Il regroupe des personnes venues d’horizons divers (Oualid, Clémentel, Mireaux), mais surtout des patrons. Il dispose d’un certain nombre de publications, dont des Cahiers traitant de sujets précis : La réorganisation industrielle de Detoeuf, L’aspect social de la rationalisation de Mercier… Si l’Union ne finance pas directement cet organisme (cela passe par l’UIE), des groupements locaux, comme celui de Pantin-Aubervilliers, l’ont fait. Le Redressement est très lié à Gautherot, le rédacteur de La Vague Rouge, anciennement La Revue antibolchévique, qui, elle, est subventionnée par le CFF.

55 Il a publié « Les ententes industrielles », Revue de Paris, 15 février 1930, no 4, p. 823-852. R. F. Kuisel, Ernest Mercier. French technocrat, Berkeley, University of California Press, 1967.

56 AUIMM. CD du 17 janvier 1935.

57 AUIMM. CD des 19 décembre 1935 et 20 février 1936.

58 AUIMM. CD du 19 mars 1936.

59 Les industriels avaient sollicité des détaxes à l’exportation. Les ouvriers ont alors demandé l’institution d’un contrat collectif et l’abaissement de la durée du travail (70 % des ouvriers travaillaient alors 48 heures par semaine). Les patrons ont à ce moment renoncé à leur demande. AUIMM. CD du 19 mars 1936.

60 AG constitutive du CCOP (A.N., 468 AP 4 dr 1), cité in O. Dard, op. cit., p. 272. R. Boulat, « Le CCOP, le fonctionnement syndical et la formation des permanents patronaux (1936-1941) », in O. Dard, G. Richard (dir.), Les permanents patronaux, op. cit., p. 171-198.

61 Jean Lobstein et René Stremler le rejoignent cependant.

62 Sur les Nouveaux Cahiers, cf. O. Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, PUF, 2002.

63 Guillaume de Tarde, maître des requêtes honoraire au Conseil d’État, administrateur des Chemins de fer Paris-Orléans, puis vice-président du conseil d’administration de la SNCF à sa création ; André Isambert, direction de la Compagnie générale d’électricité.

64 Conférence du 17 janvier 1938.

65 Animateur du Comité central d’organisation professionnelle dont l’objectif est de rationaliser la production par branche, de limiter la concurrence entre les entreprises. Est-ce-le même que Jean, membre de l’UIMM ?

66 Selon F. Ceyrac, Detoeuf ne s’exprimait qu’avant ou après les conseils bien qu’il fût un bon orateur. Il pensait que l’organisation professionnelle était paralysée par sa masse même et que l’action ne pouvait passer que par de petits groupes. Entretien du 11 avril 2005.

67 Cf. graphique 1-1.

68 AUIMM. AWaline, L’organisation syndicale patronale dans l’industrie des métaux, (brouillon non daté).

69 AUIMM (27 11 11). Structure patronale générale, p. 11.

70 AUIMM. CD du 15 octobre 1936.

71 AUIMM. AWaline, L’organisation syndicale patronale dans l’industrie des métaux, (brouillon non daté).

72 Note confidentielle envoyée le 14 avril 1938 à Louis Poughon par le Comité régional d’entente de Saint-Étienne et Montbrison. AUIMM. AWaline.

73 AUIMM. AWaline, Revue générale des industries radio-électriques, no 35, mai 1937.

74 Ibid., p. 2.

75 Il y reçoit l’appui de L. Renault qui s’insurge contre l’incapacité des organisations patronales à organiser une propagande efficace. Sur les positions de L. Renault, cf. P. Fridenson, Histoire des usines Renault, op. cit. ; sur celles de P. Brenot, cf. H.W. Ehrmann, La politique du patronat français, op. cit., et I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit.

76 AUIMM. AWaline. Document non signé, mais dont les termes peuvent être attribués à P. Brenot.

77 AUIMM. AWaline. « Réalisation d’un nouveau programme d’action intersyndicale sur le plan national », 30 juillet 1936.

78 Il a son siège au 98 bd Malesherbes. Il doit coordonner l’action de comités régionaux. S. Trist, Revenge for Matignon ? A Study of the Comité de prévoyance et d’action sociales, 1936-1939, Final honours thesis, La Trobe University, 1983 ; I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 241-262 ; R. Vinen, The politics of French business 1936-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 38-44.

79 I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 250.

80 Ancien ministre des Finances, Germain-Martin est aussi un ancien du Musée social : il a pris la suite de Pinot comme secrétaire général de 1897 à 1899. I. Kolboom, op. cit., p. 256-257. O. Dard, « Louis Germain-Martin (1872-1948) de la nébuleuse réformatrice au CPAS : le sens d’un itinéraire », in O. Dard et G. Richard (dir.), Les permanents patronaux, op. cit., p. 108-124.

81 AUIMM. AWaline, Revue générale des industries radio-électriques, no 35, mai 1937.

82 AUIMM. AWaline. Liste des adhérents communiqués par Detoeuf à Lambert-Ribot le 19 novembre 1936.

83 CAC, 39 AS 1002. Dossier sur le patronat à l’action rassemblant des articles du Populaire de l’automne 1937. Sur J. Moch, É. Mechoulan, Jules Moch : un socialiste dérangeant, Bruxelles/Paris, Bruylant/LGDJ, 1999.

84 CAC, 39 AS 1002. Le Populaire du 30 septembre 1937.

85 Intervention de L. Germain-Martin à la réunion de propagande du CPAS tenue le 8 avril 1937 au Centre Marcelin-Berthelot.

86 J. Garrigues, Les patrons et la politique, op. cit., p. 191.

87 Premier tract du CJP. P. Bernoux, Les nouveaux patrons. Le Centre des jeunes dirigeants d’entreprise, Paris, Éditions ouvrières, 1974.

88 In G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 264 et surtout P. Bernoux, op. cit.

89 Et inversement. S’il y a des soutiens concrets à des mouvements ou à des partis divers, ils n’apparaissent pas dans les archives consultées, sauf celui du Groupement de Pantin-Aubervilliers au Redressement français. Archives du Groupement. AG du 22 mai 1930.

90 AUIMM. AWaline « Les organisations de résistance du patronat », Le Peuple, 13 décembre 1923. Article de Francis Million sur le livre de Villey.

91 É. Villey, L’organisation professionnelle, op. cit., p. 367.

92 Fédération des Bourses du travail en 1890, Confédération générale du travail créée en 1895 et complètement organisée en 1902 au Congrès de Montpellier, ce qui permet de regrouper en 1914 la presque totalité des ouvriers syndiqués, soit près d’un million de cotisants.

93 L’Humanité, 25 mars 1921, sur le rôle important du Comité intersyndical dans l’organisation des grèves dans la Seine.

94 AUIMM (27 21 12). PV de réunions, éléments budgétaires, etc.

95 CAC, 39 AS 1000. Par exemple, des séries statistiques sur la progression des cellules locales, des cellules d’usines, du comité de rayons dans les différents quartiers de Paris et dans quelques régions entre octobre 1934 et octobre 1935.

96 AGIM. Projet du Bulletin d’octobre 1937, V – Le Mouvement ouvrier dans la région parisienne : la première partie s’intitule : « La colonisation du mouvement syndical ». Le correcteur mentionne dans la marge : « à souligner ».

97 AUIMM (27 31 62). Note sur l’organisation communiste, mars 1925.

98 AUIMM (27 31 62). Information sociale du 18 février 1926.

99 Note sur le rôle de Robert Doury et du syndicat parisien des métaux de la CGT réunifiée jugés à l’avant-garde de l’agitation communiste dans les grèves de novembre 1938 (la grève chez Renault le 23 novembre n’ayant comporté, selon le GIM, aucune réclamation du personnel), CAC, 39AS 1000.

100 Particulièrement la forte augmentation entre octobre 1934 (264) et octobre 1935 (374). A. Prost, La CGT à l’époque du Front populaire, 1934-1939, Paris, Armand Colin, 1964.

101 Portant la mention « Service spécial ». CAC, 39 AS 1000.

102 CAC, 39 AS 1000. Note sur les cellules communistes, 12 septembre 1924.

103 Ibid., L’usine est le rouage élémentaire qui s’intègre ensuite au premier échelon (la commune et à Paris, la rue, le quartier…), l’ensemble du pays étant divisé en 24 « ententes ». Sur les cellules, B. Badie, Stratégie de la grève…, op. cit. ; H. Heldman, « Lutte politique et action syndicale : élaboration d’une stratégie (1931-1934) », Communisme, 1, 1982, p. 47-74 ; Les fils du peuple de Staline à Gorbatchev. Aristocratie ouvrière Communisme et industrialisation en France et en URSS, Paris, chez l’auteur, 1989 ; J. Dragoni, Les journaux de cellule du PC au début de la bolchévisation : 1924, 1925, 1926, Maîtrise sous la direction de C. Willard, Paris VIII, 1976.

104 Note du GIM. CAC, 39 AS 1000.

105 J.-P. Depretto et S. Schweitzer, Le communisme à l’usine. Vie ouvrière et mouvement ouvrier chez Renault (1920-1939), Roubaix, EDIRES, 1984.

106 Ibid., Note sur la propagande communiste, 12 décembre 1939.

107 AUIMM (27 21 13). Note pour Poughon, 23 mai 1921.

108 Dû en partie aussi à la relative jeunesse des organisations. La première a été le syndicat parisien des employés du commerce et de l’industrie (le Syndicat des Petits Carreaux, fondé en 1887), suivi peu après par le syndicat des ouvriers. Ce n’est qu’en novembre 1919 que s’est constituée une organisation centrale nationale (CFTC), dirigée par Jules Zirnheld, président, et Gaston Teissier, secrétaire général. M. Launay, Le Syndicalisme chrétien en France de

109 Publications de la Sorbonne, 1986.

AUIMM (27 21 13). Lettre de Siméon à Mathon, président du Consortium des patrons de la région de Roubaix-Tourcoing, 4 juin 1921.

110 Une modification de la convention en octobre 1919 augmente les salaires de 25 %. D’après les syndicats ouvriers, le Consortium a donné une interprétation arbitraire et a lock-outé pendant plusieurs jours les usines de Tourcoing. Le Nord Social, mars 1921.

111 AUIMM (27 21 13). Note de la région Nord-Pas de Calais, non signée (vraisemblablement du Consortium de l’industrie textile). La polémique est violente, plusieurs courriers sont échangés dont une lettre de l’Union des syndicats libres de Roubaix-Tourcoing aux patrons s’élevant contre les insinuations jetant le discrédit sur leurs actions (signée Léon Beausire, non datée). Un article de Veyssié, « Du syndicalisme ouvrier à la clientèle politique » dans la Journée industrielle du 22 août 1921 critique l’action des syndicats chrétiens à propos leur action dans la verrerie à Laignelet. J.-C. Daumas, « Le Consortium… », art. cit., p. 68-186.

112 AUIMM (27 21 13). Ibid., p. 5.

113 AUIMM (27 21 13). Les patrons devant les syndicats (non daté, non signé).

114 Administrateur-directeur des Établissements Joya de Grenoble, Secrétaire général du Syndicat des constructeurs-mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de l’Isère.

115 AUIMM (27 21 13). Lettre de Romanet à Siméon, 23 novembre 1921. Il semble qu’à Laignelet, un ecclésiastique prône la grève, la haine du patron et une alliance avec le syndicat rouge.

116 AUIMM (27 21 13). Réponse de Siméon du 9 décembre 1921.

117 Curieusement ce dernier argument n’est pas employé dans la réponse de l’UIMM.

118 AUIMM (27 21 13). Réponse de Romanet du 12 décembre 1921.

119 AUIMM (27 21 13). Lettre de Vialis à Siméon, 22 novembre 1921.

120 Directeur général et administrateur-délégué des Usines A. Pétolat. Président du Syndicat des industries métallurgiques, mécaniques, métalliques et connexes du département de la Côte-d’Or.

121 AUIMM (27 21 13). Lettre de Pétolat à Siméon, 21 novembre 1921.

122 AUIMM (27 21 13). « Le Congrès de la confédération française des travailleurs chrétiens », L’Information sociale, 22 juin 1922.

123 AUIMM (27 21 13). Sacrée Congrégation du Concile, Rome, 5 juin 1928. C. Paillat, Les dossiers de l’Église de France, Paris, Presses de la Cité, 1967 et Dossiers secrets de la France contemporaine – Tome II : La victoire perdue 1920-1929, Paris, Robert Laffont, 1980.

124 AUIMM (27 21 13). H. du Passage, « Sur le syndicalisme chrétien », Revue catholique d’intérêt général, 20 octobre 1929.

125 AUIMM, (27 21 13).

126 D’après la même source, la CGT comptait alors 679 715 adhérents et la CGTU, 287 988. Selon cette Confédération, la Fédération des métaux avait 19 375 adhérents sur un total de 294 300 unitaires au premier semestre 1931. M. Launay, La CFTC : origines et développement 1919-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986.

127 CAC, 39 AS 1002. « À la conquête des masses », Le Populaire, 1er octobre 1937.

128 AUIMM, (27 21 23). Note du 20 mai 1937.

129 AUIMM. AWaline, CNE, sommaire d’un rapport sur le problème des techniciens, 19 mars 1937.

130 AUIMM. AWaline. CNE, Ibid., p. 5. M. Descostes et J.-L. Robert (dir.), Clefs pour une histoire du syndicalisme cadre, Paris Éditions ouvrières, 1984.

131 Appelée dans un premier temps Confédération nationale de la Production, puis CIPF pour éviter toute confusion avec la CGPF. AUIMM. 27 21 23.

132 AUIMM. 27 21 23. Groupements intermédiaires.

133 Le SIS est une émanation de l’USIC regroupant les ingénieurs catholiques (4 000 à 5 000 adhérents avant 1914).

134 A. Grelon (dir.), Les ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1986.

135 AUIMM. 27 21 23. Groupements intermédiaires. Note du 20 mai 1937. Présidé par Marcel Bois, il constitue l’élément principal de la Fédération des syndicats de chefs de service, ingénieurs, agents de maîtrise et techniciens des industries métallurgiques, mécaniques et connexes de France (FIATIM).

136 AUIMM. 27 21 23. Groupements intermédiaires. Présidée par Portalier, elle est « une sorte de cartel des syndicats chrétiens ».

137 Ibid.

138 A. Kéchichian, Les Croix de Feu à l’âge des fascismes. Travail, famille, patrie, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

139 CAC, 39 AS 1002. « À la conquête des masses », Le Populaire, 1er octobre 1937. P. Machefer, « Les syndicats professionnels français 1936-1939 », Le Mouvement social no 119 octobre-décembre 1982, p. 91-112.

140 AUIMM. 27 21 23. Note du 20 mai 1937.

141 Ibid.

142 Demande adressée à Richemond le 5 mai 1920. Son intention est d’obtenir de faire financer par le GIM l’édition d’une affiche à 10 000 exemplaires, car son budget ne lui permet pas de faire face à une telle dépense. On ne sait si le GIM a répondu positivement. CAC, 39 AS 1002.

Table des illustrations

Titre Tableau 2-9. Les syndicats de salariés
Légende * La Documentation catholique attribue les chiffres de 1935 à l’année 1932, mais avec un total inférieur (154 000). En italique : chiffres de la CGTU au premier semestre 1931.
Crédits Sources : AUIMM (27 21 13) CFTC.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540