Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Deuxième partie. Un groupe de pression puissant

Chapitre VII. L’action auprès des pouvoirs publics

Texte intégral

  • 1 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre, op. cit., p. 159-160.
  • 2 J.-N. Jeanneney, François de Wendel…, op. cit., p. 43.

1En dehors des relations personnelles entre le monde des affaires et le monde politique, la volonté de peser sur les décisions passe par des choix tactiques : « Être où il faut, quand il faut, en sachant parfaitement de quoi il s’agit et ce qu’il y a lieu de dire »1. Un certain nombre de difficultés se posent alors. La détermination des problèmes sur lesquels doit porter l’action du syndicalisme patronal est bien sûr calquée sur la vie législative et sociale. Mais parallèlement, l’interaction inévitable des problèmes, les priorités souvent différentes entre les adhérents, la sensibilité politique du moment, et la rivalité éventuelle entre les divers éléments institutionnels doivent être prises en compte. L’intervention ne doit pas non plus affecter la cohésion du groupe. « Ce jeu des pouvoirs dans les milieux d’affaires s’entremêle souvent intimement avec ceux eux-mêmes divisés de l’administration »2. Pour aboutir à des prises de décision favorables aux intérêts des métallurgistes, plusieurs types d’interventions sont possibles : les interventions directes auprès des pouvoirs publics, les interventions indirectes par l’intermédiaire des institutions économiques ou des associations spécialisées. La cause doit également être défendue sur le plan international, la reconstruction après la Première Guerre mettant en jeu des intérêts importants. Les dirigeants de l’UIMM sont très actifs au sein de deux organismes internationaux nés après la guerre : l’Organisation Internationale du Travail et le Bureau International du Travail.

Représentation et action auprès des Chambres, des gouvernements, des ministères et des municipalités

  • 3 AUIMM. Rapport du Bureau, 1er février 1908.
  • 4 Par exemple, Renault déjeune avec Millerand et reçoit dans sa propriété d’Herqueville Briand, Fland (...)

2La conquête d’un accès effectif aux centres décisionnels constitue la préoccupation centrale des dirigeants. Les moyens varient en fonction de la structure et du mode de fonctionnement de ces institutions, des dispositions des détenteurs du pouvoir, des circonstances (guerre ou paix), mais aussi de l’image que les métallurgistes ont d’eux-mêmes et en retour, de celle qu’ils veulent donner à l’opinion. Cela implique une adaptation des dispositifs de l’organisation aux vicissitudes de la vie politique : dépôts de nombreux projets de lois, souvent abandonnés puis repris, votés par la Chambre, amendés par le Sénat, etc. L’UIMM fustige cette prolifération législative : il suffit qu’une idée soit lancée dans un journal, une réunion ou un congrès, « un sénateur ou un député s’en empare et, sans se préoccuper parfois des conséquences qu’entraînerait l’application, il rédige un texte qu’il dépose comme proposition de loi […]. Un événement quelconque la rend d’actualité, elle est aussitôt portée à l’ordre du jour, et présentée comme une réforme depuis longtemps attendue […] »3. Une vigilance constante s’impose donc. Différentes tactiques sont employées conjointement, afin de nouer des relations permanentes. Les réseaux sont évidemment utilisés : contacts personnels, démarches individuelles ou collectives répétées, invitations4 et participation à diverses manifestations. Des subventions sont également octroyées à des individus ou à des organismes. La présence ponctuelle ou constante dans les institutions paraît indispensable, mais moins avec une volonté de manipulation que de présence, d’écoute, d’information, de rapports avec des hommes venant de mondes différents. Les fonctions, la plupart du temps gratuites, prennent du temps, ce qui demande de la motivation et explique la désaffection certaine des dirigeants pour les mandats politiques. D’ailleurs qu’apportent-ils au chef d’entreprise qui peut disposer d’autres moyens de pression, y compris auprès des pouvoirs en place, souvent par ses alliances ? Outre le prestige inhérent aux fonctions politiques, si les retombées personnelles ne sont pas forcément très fréquentes, le fait de participer à un certain nombre d’institutions permet de défendre indirectement ses intérêts en les élargissant à un secteur, en entrant en contact avec les autorités. Pinot en est venu à considérer que l’efficacité dépendait de la constance des rapports, sans cesse à renforcer ou tout au moins à stabiliser : être informé immédiatement pour pouvoir discuter, faire valoir son point de vue, proposer des projets, convaincre, se résigner éventuellement à quelques concessions permettant de sauvegarder l’essentiel. Cela forme une grande partie de l’activité des dirigeants de l’Union, mais aussi des membres des administrations et des parlementaires. Ces contacts prennent différentes formes : entretiens, délégations, audiences accordées par le président du Conseil ou les ministres, correspondance, téléphone. Ils sont soit très secrets, soit divulgués dans les journaux afin d’évaluer le climat, d’inciter d’autres groupes à agir, et de rallier les hésitants.

  • 5 M. Brelet, La crise de la métallurgie, op. cit., p. 206.

3Le premier moyen d’influencer la législation passe directement par le Parlement. Son découpage en commissions spécialisées facilite les liaisons qui ne sont pas à sens unique. Les responsables des décisions ont également besoin de connaître les positions de leurs interlocuteurs, voire leur coopération afin de mettre en œuvre la politique choisie. Les comités de direction mentionnent la fréquence des réunions entre les parlementaires, les représentants des différents ministères, de l’administration et les métallurgistes. Selon M. Brelet, les parlementaires « sont plus ou moins intéressés dans les affaires privées, dont le sort est justement en jeu. Quant aux représentants du ministère, ou ils sont intéressés aussi, ou ils hésitent entre la pression des industriels et la crainte d’une interpellation »5. On peut ajouter que les promesses de soutien pour les futures campagnes électorales sont un élément non négligeable dans les prises de position desdits parlementaires.

  • 6 AUIMM. Comité de l’Union, 19 décembre 1904.
  • 7 AUIMM. Comité de l’Union du 18 avril 1907.

4Les textes déposés au Parlement sont d’abord envoyés aux commissions pour rapport. La démarche est alors quasiment toujours la même. Par exemple, la proposition de loi sur les retraites ouvrières, confiée au bureau de la Chambre des députés à la fin de l’année 1904, est immédiatement étudiée par le Comité de l’Union, qui réunit les présidents des grands groupements industriels, commerciaux et agricoles6 : une commission chargée d’examiner le projet et de rédiger un rapport critique est nommée. Une lettre commune est adressée le 8 juillet 1905 à tous les députés afin de défendre le libre développement de la mutualité. Parallèlement, forte de l’estime de ses analyses auprès des politiques, l’UIMM propose des études techniques et des enquêtes auprès des intéressés à la commission parlementaire pour l’« éclairer » sur la question7. Cette phase est donc fort importante car ladite commission apporte toutes les modifications jugées nécessaires et peut même élaborer des contre-projets. C’est sur ses propositions que s’engage la discussion en séance plénière. Les commissions contrôlent également l’activité des ministères qui leur correspondent, d’où l’intérêt des dirigeants de l’UIMM pour ce travail et la nécessité d’y être représenté et défendu.

5Le parlementaire, par ses contacts avec les membres des commissions, les ministres et divers fonctionnaires, constitue ainsi pour les dirigeants de l’Union une source d’informations essentielle sur les projets du gouvernement ou sur les manœuvres des rivaux. Il peut fournir d’utiles conseils sur la préparation des campagnes en fonction du climat politique. Une information fournie au bon moment permet de préparer immédiatement une riposte, d’entamer une réflexion sur toute nouvelle initiative législative pour déposer en temps voulu des propositions conformes aux intérêts des métallurgistes. Enfin, le parlementaire peut présenter les positions du groupe dans les débats et s’en faire l’avocat à la tribune. Le sénateur de l’Aisne, Eugène Touron, remplit cet office pendant son mandat de 1905 à 1924. Toutes ces interventions sont reprises par les journaux professionnels, qui analysent les propositions, mentionnent les points de convergences éventuelles entre l’avis des parlementaires et les objectifs visés. La presse, utilisée conjointement, permet de faire monter la pression.

  • 8 AUIMM. Comités de l’Union, 22 mars 1909 et 5 novembre 1909.

6La procédure parlementaire donne aussi le moyen de différer ou de bloquer des prises de décision. Pinot et les dirigeants de l’UIMM essaient de profiter des rivalités entre les institutions. Le Sénat et le Conseil d’État sont beaucoup plus favorables au patronat que la Chambre des députés. Ainsi, sur les retraites ouvrières en 1909, le sénateur Touron, appuyé par le Comité de l’Union, s’oppose à la Chambre, puis au Gouvernement, qui demande la capitalisation des versements patronaux et le recouvrement des cotisations ouvrières par des retenues sur salaires et non par l’intermédiaire des sociétés de secours mutuels8. La même situation se reproduit lors du débat sur la réduction de la journée de travail à huit heures.

  • 9 J. Meynaud, op. cit., p. 201.

7Des relations étroites avec un ou plusieurs ministres constituent un atout supplémentaire, surtout s’il occupe un ministère clé. Cela est facilité par les bonnes relations entretenues avec le directeur et le chef de cabinet. « L’instabilité de l’exécutif paraît devoir renforcer le pouvoir de « marchandage » des groupes de pression », souligne Jean Meynaud9. La prise d’un décret peut ainsi éventuellement être retardée.

  • 10 AUIMM. Comité de l’Union du 20 juillet 1910.
  • 11 AUIMM. Comité de l’Union du 26 janvier 1911.
  • 12 G. Chaussinand-Nogaret, J.-M. Constant, C. Durandin, A. Jouanna, Histoire des élites en France du X (...)

8Autre objet de sollicitude, l’administration, qui possède une force plus ou moins grande selon la personnalité du ministre et de la durée de son mandat, mais aussi selon celle des hauts fonctionnaires. Disposer de bons contacts est précieux, car de la rédaction des règlements dépend telle ou telle interprétation de la loi. Dans le cas des retraites ouvrières, à peine la loi est-elle votée le 5 avril 1910 que l’UIMM réunit, avec les autres unions patronales, une commission chargée de représenter les intérêts du commerce et de l’industrie10. Les projets de règlements étant transmis au Conseil d’État, la commission patronale saisit les rapporteurs « des observations auxquelles suite n’a pas été donnée par la Commission interministérielle »11. Le débat se poursuit lors des modifications apportées en 1912 (abaissement de l’âge de la retraite, augmentation de l’allocation de l’État). Les contacts sont facilités par les méthodes de travail des ministères à vocation technique et aussi parce que fonctionnaires et patrons ont souvent une formation intellectuelle identique et évoluent dans le même milieu social. Plusieurs directeurs de ministères et hauts fonctionnaires sortent de l’École polytechnique, du Corps des Mines ou des Ponts et Chaussées. Ils comprennent ainsi plus aisément les arguments techniques, mais cette communauté de vues ne garantit pas forcément le succès des démarches, les supérieurs ayant des préoccupations plus générales. Le fonctionnaire peut aussi avoir besoin du concours des organisations privées pour faire appliquer les décisions efficacement, mais aussi pour se faire appuyer dans les rivalités entre ministères ou entre services. Le contraire se produit également : le ministre qui souhaite résister aux revendications des groupes tente de trouver des points d’appui dans son administration. Dans d’autres cas, l’homme politique l’emporte sur l’administrateur. Certains patrons débutent leurs carrières dans l’administration, pour entrer ensuite dans de grandes entreprises métallurgiques. Ainsi Théodore Laurent, ingénieur des mines à Moulins, puis à Angers, prend la direction des Forges de la Marine et d’Homécourt après avoir travaillé dans des compagnies ferroviaires. Il choisit un autre X-Mines, Léon Daum, qui a suivi le même parcours que le sien pour lui succéder comme directeur général. Il y a également, parmi les membres du bureau de l’Union, d’anciens auditeurs et des maîtres de requêtes du Conseil d’État : le vice-président Henry Darcy ou le secrétaire Henri de Peyerimhoff. Ces hommes connaissent bien les rouages de l’administration, le langage, les concessions indispensables à faire… Ils y ont éventuellement conservé des amis. Le pantouflage est un moyen pour le secteur privé de renforcer son emprise sur la puissance publique et « un indice de la circulation des élites »12.

 

  • 13 L’influence d’un groupe de pression sur un parti peut aussi être un élément négatif en renforçant l (...)
  • 14 Cf. E. Beau de Loménie, Les responsabilités des dynasties bourgeoises, Paris, La librairie français (...)

9Agir auprès d’un groupe ou d’un parti politique est une autre possibilité soit par l’intermédiaire de personnalités appartenant à la fois au monde des affaires et à la politique, soit en finançant les campagnes électorales et en mobilisant les voix (notamment par l’entremise de la presse), soit en partageant une idéologie commune13. L’étude du financement des partis politiques se révèle particulièrement difficile du fait du manque de sources et du secret entourant ces tractations. Bien sûr, les interventions dans les campagnes électorales existent. Si peu de membres des organes directeurs se présente aux élections, l’Union appuie certaines candidatures, espérant en retour de la compréhension et du dévouement à l’égard de ses intérêts. L’aide financière revêt des formes multiples : distribution à des candidats individuels ou à des partis, les capitaux provenant soit de grosses sociétés, soit de groupes, soit de caisses centrales constituées à cet effet comme le Comité républicain du commerce et de l’industrie, intermédiaire au moins jusqu’en 1911 entre le patronat et le parti radical ou comme l’Union des intérêts économiques (UIE)14.

10Le Comité républicain du commerce et de l’industrie, fondé en mars 1899 par Alfred Mascuraud, fondateur de la Chambre syndicale de la bijouterie française, apporte ainsi son soutien au gouvernement de Défense républicaine de René Waldeck-Rousseau. Mascuraud, élu sénateur en 1905, souhaite l’entrée au Parlement d’un plus grand nombre d’industriels, mais les grands dirigeants de la métallurgie se reconnaissent peu dans cet organisme qui recrute surtout chez les petits patrons. Il y a d’ailleurs durant l’été 1904 des dissensions avec Paul Doumer qui aboutissent à son exclusion du parti radical en juillet 1905. Cela n’empêche pas les contacts quand cela se révèle nécessaire par exemple lors des discussions sur la révision des tarifs douaniers.

  • 15 Le président de l’Union syndicale des Compagnies d’assurances, Matignon, en 1919 puis le sénateur B (...)
  • 16 G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 69. Il ne cite pas ses sources.
  • 17 C. Bellanger et alii, Histoire générale de la presse, Paris, PUF, 1972, tome III, p. 493.
  • 18 J. Garrigues, Les patrons et la politique, op. cit., p. 157-158.
  • 19 J.-N. Jeanneney, François de Wendel, op. cit., p. 256.

11L’UIMM préfère l’UIE qui se présente comme un organe de défense patronale sur les terrains politique, économique et social. Des membres de l’UIMM font partie de son conseil d’administration : Robert Delaunay-Belleville vice-président en 1919, Henri de Peyerimhoff, membre du bureau en 192415. Avant la constitution de la CGPF (1919), elle agit auprès du gouvernement et des parlementaires en tant que représentante des commerçants et des industriels. Selon l’historien et ancien syndicaliste CGT Georges Lefranc, « François de Wendel aurait été un des gros bailleurs de fonds de l’UIE. Mais ces versements (seraient) passés par Robert Pinot et Lambert-Ribot, du Comité des Forges, et de Peyerimhoff, du Comité des Houillères, qui les répartissent à titre privé. Ils ne figurent en aucune manière au budget des organisations patronales »16. Effectivement, la fonction principale de l’UIE est de distribuer l’argent des patrons aux candidats et aux mouvements politiques favorables à leurs intérêts. Elle tient un rôle important dans la préparation des élections de 1919 à 1924 pour lesquelles elle aurait octroyé 30 millions de F aux candidats « modérés »17. André Tardieu, lors du banquet de l’UIE du 19 novembre 1930, la remercie de son action en déclarant que les intérêts représentés par l’UIE sont « ceux de la France »18. Il n’est pas le seul homme politique à avoir assisté à ces banquets. La Fédération républicaine19 est largement financée par cet organisme.

  • 20 A.N. 91 AQ 16, cité dans P. Fridenson, Histoire des usines Renault, op. cit., p. 322.

12Ce mode de financement existe aussi en province. La lettre du directeur général de Peugeot à François Lehideux, le 4 septembre 1936, en témoigne : « Les industriels lyonnais (département Rhône réglé, celui Loire en cours) ont créé au capital de 50 000 F une société anonyme régulière (raison sociale SA pour le commerce et l’industrie) qui, en concentrant tous les budgets de subventions de la région, aura de 8 à 10 M à distribuer par an à toutes les organisations d’ordre de l’Action Française à Doriot pour la seule ville de Lyon et région. Cette société a pour objet officiel une partie de la publicité commerciale courante. M. J.-P. Peugeot pense que cette formule serait à employer pour l’organisme nouveau différent des rues Lauriston, Madrid, Messine, Presbourg, etc., à pousser sous l’égide de D. (Dalbouze) »20.

  • 21 J.-M. Moine ajoute que les barons du fer sont « près de leurs sous », op. cit., p. 253.
  • 22 Voir Journal Officiel de la République française, Documentation parlementaire, Chambre des députés, (...)
  • 23 J. Garrigues, Les patrons et la politique, op. cit., p. 169. Il se réfère aux papiers d’Alexandre M (...)

13Parallèlement des candidats sont financés directement : « les organisations sollicitaient leurs adhérents au moment des consultations et répartissaient ensuite les fonds collectés »21. Devant la Commission d’enquête parlementaire de 1925 sur les fonds électoraux22, Pinot nie que le CFF et l’UIMM aient versé de l’argent en tant que tels, tout en admettant que les industriels les ont priés, « à titre d’intermédiaires et gracieusement », de remettre des subventions à des candidats. Les fonds collectés par le CFF sont déposés sur le compte de l’UIMM à la banque Mirabaud. Parmi les bénéficiaires se trouvent la Fédération républicaine de Louis Marin et de François de Wendel, l’Union républicaine et sociale et les Jeunesses patriotes de Pierre Taittinger. La Ligue républicaine nationale, créée en novembre 1924 par Millerand pour lutter contre la politique du Cartel des gauches sur le plan fiscal, est financée largement en 1925 et 1926 par des métallurgistes comme le baron Petiet au nom de l’industrie automobile, Théodore Laurent pour le CFF ou François de Wendel23.

  • 24 J. Dubos, « Gaullistes et patrons : prolégomènes à une histoire impossible ? », Cahiers de la Fonda (...)

14Après la Deuxième Guerre mondiale, ces méthodes se poursuivent. René Fould, président de la Chambre syndicale des constructeurs de navires et de machines marines, est l’un des patrons, président de plusieurs organisations, qui est sollicité pour financer l’Union privée pour l’aide à l’action nationale du Général de Gaulle (UPANG) fondée en novembre 194924.

15Si la préoccupation politique peut être à l’origine d’un regroupement, la plupart du temps l’intensification de l’action patronale sur un point particulier motive la fondation d’une association. La Compagnie marocaine (anciennement Société des Établissements Gautsch créée en 1902) voit le jour pour faciliter la pénétration des intérêts français au Maroc. Pinot siège au conseil d’administration (vice-président) aux côtés du vice-président du Comité des armateurs Armand. En décembre 1903, Guillain fonde avec Eugène Étienne le Comité du Maroc lié au Comité de l’Afrique française.

  • 25 Archives du Groupement patronal de Pantin-Aubervilliers. CA du 27 mai 1926.

16La prédominance des interventions auprès du pouvoir central, du fait de la centralisation, n’exclut pas la mise en œuvre de pressions au niveau de la vie locale, municipale ou départementale. La subvention d’un certain nombre d’organismes permet aux chefs d’entreprise de mieux se faire entendre. Quand le maire détient une fonction parlementaire ou gouvernementale, les démarches sont d’autant plus efficaces. À peine créé, le groupement de Pantin-Aubervilliers est reçu en mai 1926 par Pierre Laval, alors ministre de la Justice, qui réserve un bon accueil à certaines revendications, particulièrement à la fondation d’une caisse de crédit immobilier qui favorise « la construction de logements pour la population ouvrière de la région ». En revanche, l’allègement des charges, particulièrement de l’octroi, n’est pas retenu « dans les conjonctures présentes »25. L’octroi est une question récurrente qui suscite constamment des actions diverses des groupements de banlieue durant l’entre-deux-guerres.

17Le préfet, informateur et agent du pouvoir central, est également sollicité, surtout lors des conflits pour des opérations de maintien de l’ordre.

Agir au sein des Chambres de commerce

  • 26 C. Lemercier, Un si discret pouvoir, op. cit. ; P. Lacombrade, La Chambre de commerce de Paris et l (...)

18Bien que sous la tutelle de l’État, les chambres de commerce prennent une importance de plus en plus grande dans la représentation des intérêts économiques régionaux. Purement consultatives, elles informent les gouvernants sur l’état de l’économie, mais elles sont en fait associées à l’élaboration des lois et de la réglementation. Au début du XIXe siècle, la Chambre de commerce de Paris est le passage obligé pour toute carrière au sein du système des institutions économiques (Banque de France, Tribunal de commerce et conseil municipal)26. Au milieu du siècle, les chambres doivent accepter une forme de représentation des professions organisées, alors qu’elles étaient à la pointe du combat contre les corporations. Elles servent désormais de relais des chambres syndicales, qui prennent de plus en plus de pouvoirs, notamment dans l’élaboration et l’application des normes. À la fin des années 1860 à Paris, la Chambre recrute ses membres selon le secteur d’activité, en suivant les propositions des chambres syndicales. La réorganisation de 1898 dégage partiellement les chambres de commerce de la tutelle de l’État. Elles assurent dans chaque département la défense des intérêts économiques et des fonctions administratives. Une Assemblée des chambres de commerce et d’industrie, composée des présidents des différentes chambres et présidée par celui de Paris, se réunit à partir de 1899. Les secrétaires généraux des régions économiques y assistent à partir de leur création en 1919 par Étienne Clémentel. Dans la première moitié du XXe siècle, les élections consulaires, la présidence d’une chambre de commerce sont-elles des enjeux toujours aussi importants pour les dirigeants patronaux ? Pour répondre à cette question nous avons à nouveau interrogé la base de données biographique que nous avons constituée.

Tableau 2-8. Membres du conseil de direction de l’UIMM ayant des fonctions consulaires

Tableau 2-8. Membres du conseil de direction de l’UIMM ayant des fonctions consulaires
  • 27 J. Dubos, op. cit., p. 277. J. Borderel : celui qui siège à la Chambre de commerce travaille dans l (...)

Membres du Bureau de l’UIMM. Tableau effectué à partir des données du dictionnaire biographique (CDROM). Pdt : président, VP : vice-président.
Note 2727

  • 28 Certains membres (C. Petiet, P.-E. Dalbouze en 1932) appartiennent aussi aux chambres consultatives (...)
  • 29 Centralien, il dirige les Établissements Dalbouze, Bachet et Cie. Président du Syndicat des industr (...)
  • 30 Membre depuis 1926, trésorier en 1930, il devient président de la Chambre de commerce de Paris en 1 (...)

196 % des membres du conseil de direction de l’UIMM siègent aussi dans les Chambres de commerce28, Paris comptant le plus de représentants. Ce chiffre s’élève à 16,66 % si l’on ne prend en compte que les membres du bureau. Un des vice-présidents de l’UIMM, Pierre-Ernest Dalbouze29, préside celle de Paris de janvier à novembre 1936, date de son décès. Il est précédé par deux autres métallurgistes formés aussi à l’École centrale, André Baudet et Henri Garnier30. Le premier préside la Chambre syndicale de la quincaillerie qu’il représente au conseil de l’UIMM, le second appartient au conseil d’administration du GIM, mais pas de l’Union. Au niveau de l’UIMM, il y a peu de cumul entre les Chambres et les tribunaux de commerce.

  • 31 J.-M. Moine, « Un patriciat économique ? Recrutement et représentativité dans les chambres de comme (...)
  • 32 Les mandats consulaires sont plus longs que les mandats présidentiels. Huit membres du syndicat des (...)
  • 33 ACSIMR. CD du 12 avril 1922.
  • 34 ACSIMR. Fauché (1887-1889), P. Dupont (1923-1925), P. Bardot (années 1930). Pour accéder à la prési (...)
  • 35 Les fonctions de juges sont astreignantes et ne permettent pas forcément les cumuls de fonction.
  • 36 À trois exceptions postérieures à 1852. Audrey Soria, La Chambre de commerce de Lyon au XIXe siècle (...)

20Quant aux groupements régionaux, les deux exemples étudiés ne permettent guère de généralisation. Le cas du GIM est très particulier, les membres de la Chambre de commerce de Paris appartenant à la fois au groupe régional et à l’Union. L’exemple du groupement lyonnais est lui aussi singulier, la métallurgie y étant très minoritaire : un seul siège, puis deux entre 1895 et 1908 et entre 1926 et 1953. En effet, la répartition des candidatures entre les différentes branches est décidée par l’Union des chambres syndicales lyonnaises31 dominée par les soyeux. Les métallurgistes protestent à plusieurs reprises contre la faiblesse de leur représentation même si, à partir de 1913, leur président occupe un siège : Tobie Robatel (1913-1923), Edmond Weitz (1924-1943), puis Georges Villiers (1946-1953)32. Il est difficile d’apprécier l’influence de l’organisation régionale sur cette institution. Aux conseils de direction de la CSIMR, sont surtout mentionnés les conflits internes à propos de l’apprentissage33. Les décisions de la Chambre de commerce sont d’autant plus contestées que celle-ci estime ne pas avoir à prendre l’avis des syndicats intéressés. Sur les onze métallurgistes siégeant au tribunal de commerce, trois accèdent à la présidence34. Cette fonction honorifique et prenante35 peut conduire à siéger à la Chambre de commerce. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, tous les présidents du tribunal de commerce de Lyon sont membres de la Chambre36. Une certaine hiérarchie existe entre les deux institutions : Paul Dupont, président du tribunal entre 1923 et 1925, devient ensuite vice-président de la Chambre. Tribunal et Chambre de commerce conjuguent fréquemment leurs efforts auprès des pouvoirs publics pour tenter de résoudre divers problèmes.

  • 37 I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 95.

21Une étude régionale plus systématique permettrait de préciser dans quelle mesure la chambre de commerce est « un groupe de pression entre les mains des patrons de province et un moyen de s’opposer aux organisations de la grande industrie et de l’industrie lourde, une instance qui faisait prévaloir plus énergiquement les intérêts des entreprises du commerce et de l’industrie, non représentées au sein de la CGPF »37.

  • 38 AUIMM. Comité de l’UIMM, 13 juin 1914.
  • 39 AUIMM. AWaline. Note du 21 juin 1933 d’Alexandre de Lavergne, secrétaire général de la CGPF, à Lamb (...)

22Les élections consulaires constituent donc un enjeu pour l’UIMM avec trois préoccupations : le choix des candidats, la représentativité des différents secteurs, la réforme du système. En 1914, la désignation des candidats oppose les chambres syndicales à l’Union. Celle-ci veut rendre son aval indispensable estimant que « la présentation de candidats à la Chambre de commerce est un des actes les plus importants de la vie syndicale »38. En 1933, la CGPF et l’UIMM présentent un projet de réforme du comité des élections39.

  • 40 AUIMM. CD du 14 mars 1933.
  • 41 P. Fridenson a été le premier à le montrer à partir des archives Renault.
  • 42 AUIMM (27 11 11). Commentaire anonyme des décisions de l’Assemblée des présidents (réunion extraord (...)
  • 43 AUIMM. AWaline. Réunion des présidents et représentants des chambres de commerce de France et d’Alg (...)
  • 44 Réunissant des patrons de PME (notamment de la radio-électricité), la CGLF lutte contre les trusts (...)
  • 45 Duchemin rappelle qu’avant de présider les établissements Kuhlmann, il a été petit patron d’une soc (...)
  • 46 Lambert-Ribot, Magdelenat et Petiet font partie de la commission exécutive de 20 membres. Le sénate (...)

23En dehors des élections consulaires, les procès-verbaux des conseils de direction de l’UIMM recèlent peu d’informations sur ses rapports avec la Chambre de commerce de Paris avant les années 1930. Les relations s’intensifient avec la crise. En mars 1933, à la suite d’une entrevue avec le président de la Chambre de commerce, Henri Garnier, Lambert-Ribot insiste auprès des chambres syndicales sur la nécessité de coordination et propose d’appuyer la Chambre40. Mais il faut attendre les bouleversements sociaux et politiques du printemps 1936 pour qu’en juillet, sur l’initiative de Pierre-Ernest Dalbouze, le patronat organisé prenne vraiment conscience de l’urgence d’une collaboration plus étroite avec les chambres de commerce41 qui passe par la formation d’un Comité national d’entente42. Composé des délégués de l’assemblée des Chambres de commerce ou des régions économiques d’une part, des représentants de la CGPF et des grands syndicats patronaux d’autre part, il a pour mission de coordonner l’action de défense des patrons face aux intérêts publics et d’être un pont entre les deux types d’organismes. « Pourquoi appartenait-il à l’assemblée des Présidents des Chambres de commerce de prendre (cette) initiative ? Parce que les événements récents ont créé dans les faits et dans l’épreuve la solidarité de tous les chefs d’entreprise […]. Parce qu’il s’agit, dans toute la force du terme, des intérêts publics du commerce et de l’industrie » déclare Dalbouze le 20 juillet 193643. « L’assemblée des présidents des chambres de commerce revendique très vivement le droit de parler au nom des classes moyennes du commerce et de l’industrie dont elle est largement issu ». La réunion est houleuse, boycottée par certains patrons (Roubaix-Tourcoing), quittée par d’autres, notamment, par Marcel Bidault, secrétaire général de la Confédération générale du labeur français44. Si ce dernier accepte une réorganisation du patronat sous l’égide des chambres de commerce, il demande, en parallèle, la dissolution de la CGPF. René-Paul Duchemin réagit vivement à ces propos, en démontrant que la CGPF ne représente pas que le grand patronat45 et en insistant sur le danger de la dispersion. Il faut simplement donner à la CGPF les moyens de mener une politique efficace. La réunion débouche cependant sur la constitution du Comité national d’entente, qui se réunit pour la première fois le 3 août 1936 sous la présidence de Pierre-Ernest Dalbouze. Alfred Lambert-Ribot, Charles Petiet, René de Peyrecave, Henry Coville, René Fould et Jean Lobstein y sont les délégués des groupements professionnels de la métallurgie46.

  • 47 AUIMM. AWaline. Réunion des présidents…, p. 4.
  • 48 AUIMM. AWaline. Circulaire du ministre du Travail du 3 juillet 1936.
  • 49 AUIMM (27 11 11). Commentaire des décisions de l’Assemblée des présidents (réunion extraordinaire d (...)

24Différents problèmes surgissent immédiatement : composition du Comité, répartition des tâches et des pouvoirs entre syndicats et chambres de commerce d’une part, entre le Comité et la CGPF d’autre part. Dalbouze souligne « qu’il ne s’agit pas de tracer une ligne de démarcation rigoureuse » et que chacun des acteurs ont des caractéristiques distinctes. Les chambres, personnes morales de droit public, dotées d’un privilège représentatif (élection au suffrage universel sur l’ensemble du territoire), sont les « mandataires, les gardiennes et les serviteurs des intérêts du Commerce et de l’Industrie »47. Les groupements syndicaux, personnes morales de droit privé ayant pour fondement la profession, sont libres et ont toute latitude pour l’organisation de la profession et la défense de ses intérêts. Enfin, les groupements intersyndicaux sont des organes privés interprofessionnels, alors que les Chambres de commerce sont des « organes publics supraprofessionnels ». Autrement dit, les premiers défendent les intérêts communs, car ils se retrouvent dans des professions multiples, les seconds les défendent aussi, mais parce qu’ils conditionnent l’activité économique de la région. Au total, les moyens d’action sont différents mais doivent être coordonnés. Aux syndicats de créer des comptoirs de vente, de décider des restrictions de débouchés ou de discuter avec les syndicats ouvriers, aux Chambres de commerce de déployer des activités consultatives et administratives (intervention pour la constitution des conseils de prud’hommes, des conseils consultatifs du Travail, proposition de liste d’experts en douane, pour la désignation des employeurs aux Commissions départementales paritaires de conciliation48). L’UIMM estime que c’est aux chambres de commerce d’intervenir en cas de conflit, uniquement avec occupation d’usine, puisque c’est une atteinte au droit de propriété, par conséquent « l’intérêt public du Commerce et de l’Industrie est directement en cause »49.

  • 50 AUIMM. AWaline. Réunion du bureau et de la commission exécutive du 4 novembre 1936.

25Le partage des attributions entre le Comité et la CGPF est, quant à lui, défini dès les premières réunions. Le Comité national d’entente doit être « un aiguillage de répartition entre la compétence consulaire et la compétence syndicale », un lieu de réunion pour l’examen des questions d’intérêt général50. Parlant au nom de l’ensemble du patronat, ses interventions auprès du pouvoir politique ont plus de poids. Mais Lambert-Ribot fait adopter le principe de la préparation des dossiers par les dirigeants syndicaux : les signataires de l’Accord Matignon ne sont-ils pas les mieux placés pour régler son application ? La puissance des métallurgistes est ainsi sauvegardée. Cependant à partir de décembre 1936 le rôle du Comité s’effrite sous l’effet du moindre charisme d’Anatole Manceau et du dynamisme accru de la CGPF dirigée par le successeur de Duchemin, Claude-Joseph Gignoux. Les tendances centrifuges au sein du patronat y ont aussi contribué.

  • 51 Née de la fusion en 1892 entre l’Association de l’industrie française, fondée en 1878 par le présid (...)
  • 52 G. Kerouredan, Un aspect de l’organisation patronale au XXe siècle, op. cit., p. 481.
  • 53 Article 2 des statuts.
  • 54 AUIMM. Comité de l’Union du 11 avril 1916.
  • 55 AUIMM. Comité de l’Union, 11 avril 1916. Elle verse une cotisation de 1 000 F en 1916 et 1917.
  • 56 AUIMM. CD du 19 septembre 1916. Cf. C. Druelle-Korn, Un laboratoire réformateur, le Département du (...)
  • 57 Propos de R. Pinot tenu le 16 mars 1921 au comité directeur de l’AIAF à propos d’une lettre de l’AN (...)

26Les adhérents de l’UIMM participent aussi à un certain nombre d’associations patronnées par les chambres de commerce. Mise à part l’Association de l’Industrie et de l’Agriculture Française51, présidée par Jules Méline, elles apparaissent essentiellement au cours de la Première Guerre mondiale. Parmi les plus importantes, l’Association nationale pour l’expansion économique (ANEE) est créée en 1915 par le ministre du Commerce Étienne Clémentel et Étienne Fougère pour établir une meilleure coordination entre l’État et les agents de l’économie. Ces deux hommes souhaitent réunir la majorité des chambres de commerce et des gros exportateurs sous le patronage de la Chambre de commerce de Paris. Mise sur pied avec l’appui du CFF52, l’ANEE a pour objet « d’étudier et de mettre en œuvre tout ce qui peut contribuer à l’expansion économique de la France sur les marchés du monde »53 et notamment de prendre « la large part de la place que les Allemands occupaient »54. Présidée par le président de la Chambre de commerce de Paris Arthur David-Mennet, son Comité exécutif de 15 membres comprend plus de la moitié de métallurgistes. L’UIMM engage les chambres syndicales à adhérer à cette association55 et collabore à une étude sur la politique économique à mener lors du rétablissement de la paix, notamment en coordonnant les réponses au questionnaire lancé par le ministère du Commerce sur les besoins de l’industrie française56. Les liens se distendent les années suivantes, le CFF et l’UIMM étant en désaccord sur le traitement des questions de l’exportation « trop spéciales pour être traitées par des tiers […] »57.

  • 58 AUIMM. Comité de l’Union, 22 décembre 1915.
  • 59 Présidée par David-Mennet. 42 syndicats y sont présents. L’ensemble de leurs délégués forment un co (...)

27Toujours dans la même perspective, Arthur David-Mennet préside l’Union nationale pour l’unification des marques collectives fondée à la fin de l’année 1915 afin de créer et défendre « une marque destinée à authentifier les produits de l’industrie française »58. Le vice-président de la Chambre de commerce de Paris, Raynald Legouez, est le rapporteur du projet devant le comité de l’Union dont il est membre. Une fois la paix revenue, il s’agit d’empêcher de vendre un produit allemand sous une marque commerciale française, non seulement sur le marché français, mais aussi sur les marchés étrangers. Les débats portent sur la définition d’une société française, d’un produit français : quelle importance doit-on accorder aux capitaux étrangers, au pourcentage de pièces de fabrication étrangère ? Il faut une marque aisément reconnaissable et contrôlée par les syndicats patronaux, qui connaissent le mieux les variations incessantes des produits et des procédés de fabrication. Cela implique également l’entente entre les diverses industries pour uniformiser ladite marque, et entre les divers syndicats pour donner la plus large publicité à celle-ci. L’Union nationale intersyndicale, constituée le 9 décembre 1915 à l’initiative de Legouez lors d’une réunion à la Chambre de commerce de Paris59, doit œuvrer dans ce sens. Après plusieurs propositions, le choix se porte sur « UNIS-France » associée à la marque syndicale ou à la marque personnelle du fabricant. Les syndicats sont invités à se renseigner sur les industriels intéressés à apposer cette marque sur leurs produits et à les inciter à la vigilance « pour déjouer les multiples combinaisons qui dissimuleront les marques étrangères ». Une cotisation de 24 F par an est demandée, le syndicat devant verser à l’UNIS les deux tiers des cotisations et un droit fixe de 100 F pour la première année, 50 F pour les suivantes pour couvrir les frais de contentieux et de publicité. L’UNIS espérait réformer le statut des marques collectives reconnu par la Conférence de Washington. L’UIMM demande à tous les syndicats de prêter leur concours à la nouvelle organisation. Le problème de la marque nationale sera repris régulièrement au cours du XXe siècle.

  • 60 AUIMM. AG du 11 avril 1916.

28L’une des questions essentielles pour les industriels, au travers des Chambres de commerce mais aussi avec le concours d’autres associations, est alors la régulation de la concurrence à leur profit en anticipant sur l’issue du conflit. Ainsi, l’Association centrale pour la reprise de l’activité économique dans les régions envahies (1916), présidée par Charles Laurent, en instance de devenir président de l’UIMM60, réunit les industriels qui ont des établissements dans les régions envahies et ceux qui sont « de l’autre côté du front », afin de provoquer par tous les moyens la restauration des capacités de production.

Intervenir au Conseil National Économique

  • 61 Léon Bourgeois, Georges Clemenceau, Édouard Lockroy, Gustave Mesureur. Cf. A. Ziegler, « Un Parleme (...)
  • 62 Il dépend ensuite du ministère du Travail, à la création de celui-ci en 1906.

29Le dialogue entre les partenaires sociaux est un autre domaine important où les pouvoirs publics sont susceptibles d’intervenir. Il a lieu au sein d’un certain nombre d’organismes intermédiaires, lieux de négociation, de discussion, d’expertise et de représentation. Très attentive à ces créations, l’Union craint toujours les empiètements des pouvoirs publics sur ses prérogatives. Le Conseil supérieur du travail est créé le 22 janvier 1891 à l’initiative des radicaux61 auprès du ministère du Commerce et de l’Industrie62 afin de mieux prendre en compte les besoins de la population. Prévu à l’origine avec les représentants ouvriers, il s’élargit ensuite à l’ensemble du monde du travail. Henry Darcy, Léopold Pralon, Jules Quantin y participent, ces deux derniers se succédant à la vice-présidence. Léopold Pralon siège à la Commission permanente en 1910 qu’il préside de 1923 à 1937. Les patrons s’y estiment souvent desservis car, n’étant pas majoritaires, les vœux émis à l’issue de la réunion annuelle leur conviennent rarement.

30La multiplication de tous ces conseils à partir de la Première Guerre mondiale favorise la pénétration des intérêts privés dans le système gouvernemental, mais parallèlement elle a sans doute conduit à une clarification des positions compensant des interventions plus officieuses et donc à davantage de compromis. Toujours est-il que la mise en place des instances de concertation par l’État permet au patronat de contribuer à l’élaboration des règlements ou de les modifier en fonction de ses intérêts, voire d’en retarder l’application.

  • 63 A. Chatriot, op. cit., notamment p. 66-69 sur la création.
  • 64 L’Humanité, 24 juin 1925.
  • 65 Sur l’évolution de ce problème, cf. H. Frouard, Les politiques patronales du logement en France, op (...)
  • 66 Premier rapport de P. Richemond, session de février 1927, A. Chatriot, op. cit., p. 137.
  • 67 AUIMM. CD du 15 février 1927.
  • 68 Cf. les articles de Pierre Waline dans la Journée Industrielle.
  • 69 AUIMM. CD du 14 février 1928.
  • 70 A. Chatriot, op. cit., p. 129.
  • 71 Ibid., p. 173.
  • 72 PV de la Commission permanente, 7 mars 1932, in A. Chatriot, op. cit., p. 172.
  • 73 AUIMM. CD du 18 décembre 1928.
  • 74 AUIMM. CD du 13 mai1930.

31L’UIMM se montre très réticente sur la constitution du Conseil national économique demandé dès 1918 par la CGT, finalement créé en janvier 192563. Non consultée, elle accepte néanmoins d’y participer. Les vice-présidents Robert Pinot et Léon Jouhaux, secrétaire général de la CGT, (« Duo symbolique »64) président alternativement la Commission permanente de 10 membres, organe directeur du CNE. Siègent au conseil dans la catégorie travail – industrie le baron Petiet, dans celle du capital industriel et commercial de Peyerimhoff, président du Comité central des Houillères, Pinot pour le CFF et la CGPF, puis Richemond pour l’UIMM et la production française à partir du 23 avril 1926. Le CFF et l’UIMM mettent à la disposition du CNE, pour son premier rapport, des dactylographes, ce qui prouve, une fois encore, combien la rue de Madrid est indispensable, mais cette aide momentanée ne présage en rien d’une influence prédominante des métallurgistes sur le Conseil. Toute loi d’ordre économique peut entraîner la consultation du Conseil pour l’élaboration des règlements d’administration publique nécessaires à son application. Les conclusions des délibérations du CNE sont ensuite publiées au Journal Officiel sous forme de rapports ou de recommandations. L’une des premières questions débattues concerne le logement. L’UIMM, comme toujours, défend les politiques sociales des entreprises. Les propositions sont centrées sur un programme de construction et la mise en place d’une caisse nationale du logement65. Pour les deux grandes enquêtes suivantes qui portent sur l’outillage national et sur la rationalisation, les positions de Richemond sont moins tranchées puisqu’il admet le rôle d’expert et de conseil du CNE66, l’État s’occupant de l’exécution. Il lui semble néanmoins indispensable de définir au préalable une attitude patronale commune67. Quant au problème de la rationalisation, Paul Devinat, collaborateur d’Albert Thomas au BIT, mentionne qu’il y a eu des résistances du côté patronal68. Effectivement, Lambert-Ribot obtient en février 1928 que l’examen des questions sociales liées à la rationalisation « ne soit plus qu’une des parties de l’enquête économique générale et soit incorporé à celle-ci »69. En fait, comme pour les autres sujets, le patronat accepte l’enquête, la collaboration avec la CGT, mais refuse tout contrôle, étatique ou ouvrier. Lambert-Ribot propose, à partir de monographies industrielles, de faire un bilan sur les contrats collectifs et donc sur l’organisation des rapports entre patrons et ouvriers, ce qui témoigne de la volonté d’instaurer de nouvelles relations professionnelles. Léon Jouhaux défend quant à lui l’engagement réformiste de la CGT. Alain Chatriot estime que le CNE a mis un certain temps à s’affirmer (1925-1929), compte tenu des divergences entre les partisans d’un organe délibératif sur la base du modèle parlementaire et ceux qui préfèrent une commission d’experts70. La méfiance des représentants patronaux est une des difficultés récurrentes de cette période. Ainsi, Henri de Peyerimhoff s’inquiète du fait que les rapporteurs, les « experts »71, puissent devenir un nouveau corps de fonctionnaires, s’interposant « entre les professions organisées et le gouvernement »72. Autre sujet d’inquiétude : la domination des préoccupations politiques sur les considérations techniques chez les fonctionnaires et les ouvriers. La délégation patronale saisit le président du Conseil et menace de se retirer du CNE en décembre 1928, à propos des rapports sur l’aéronautique, l’épargne et les PTT73. De vives polémiques éclatent également au printemps 1930 à propos du rapport sur l’industrie de la construction navale, les délégués ouvriers ayant obtenu de faire voter des conclusions en faveur de l’application des conventions collectives. Les patrons obtiennent seulement que leurs réserves soient inscrites sur le texte officiel du rapport74.

  • 75 AUIMM. CD printemps 1934 – hiver 1936.
  • 76 A. Chatriot, La démocratie sociale, op. cit., p. 308-318, citant notamment le Rapport fait au nom d (...)
  • 77 Ibid.
  • 78 AUIMM. CD du 17 mai1934.
  • 79 AUIMM. CD du 21 juin 1934.
  • 80 AUIMM. CD du 18 octobre 1934.
  • 81 Ibid.
  • 82 En réponse à R. Fould qui proposait la création à l’intérieur des organisations syndicales d’une so (...)
  • 83 O. Dard, Jean Coutrot, de l’ingénieur au prophète, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises (...)

32La réflexion sur les relations entre le politique et l’économique prend une acuité particulière lors des crises politiques des années 1930. Suite au 6 février 1934, Gaston Doumergue, formant un gouvernement d’union nationale, souhaite trouver des remèdes au malaise de l’État. Les projets de réforme abondent alors ; l’UIMM et le CFF participent aux débats75. Paul Ramadier (Union socialiste républicaine) envisage de donner plus d’importance au Conseil national économique76, notamment en lui octroyant la gestion des rapports entre les différents groupements patronaux du ressort de la CGPF, ce qui soulève « les objections les plus graves » de celle-ci. Préférant une meilleure organisation des comités techniques auprès des ministères et du Sénat, Lambert-Ribot réfute toute création de commissions mixtes où se trouveraient à la fois des représentants du Parlement et des intérêts économiques : « des organismes de cette nature ne pourraient que faciliter une immixtion dangereuse dans la conduite des affaires »77. Il faut éviter « tout ce qui tendrait à augmenter l’intervention des pouvoirs publics dans la gestion de l’économie du pays ». L’UIMM et la CGPF écartent la création d’un Parlement professionnel ayant autorité législative, ainsi que toute institution d’un corporatisme d’État, le CNE ne devant « à aucun titre servir d’écran entre l’État et les groupements, ni intervenir dans la direction de la production ». Cette position renvoie à leur opposition aux conventions collectives et à un certain type d’entente. La CGPF, dans sa réponse à la Commission, conclut « que les organisations économiques ne doivent avoir aucun pouvoir de décision, que l’État doit être fort et que le gouvernement, défenseur de l’intérêt général, doit rester l’arbitre entre les intérêts particuliers »78. Quant à la réorganisation du CNE, la création de sections professionnelles, ayant le pouvoir d’organiser la production et les échanges, d’intervenir dans les conventions collectives et dans les ententes économiques « bouleverserait l’organisation économique et syndicale »79. Les mesures envisagées (« institution du syndicat obligatoire, établissement d’une taxe obligatoire perçue par l’organisation syndicale avec une sorte de délégation de la puissance publique, institution d’un véritable arbitrage qui serait prononcé par une juridiction professionnelle, peut-être sous la présidence d’un magistrat »80) sont récusées en raison de la gravité de la situation industrielle, de la nécessité d’y remédier et des dangers de l’intervention de l’État dont « il est impossible de prévoir l’étendue et la forme »81. Différentes tendances marquent la discussion à l’UIMM : face à ceux qui prônent la liberté avant tout (Georges Vésier, représentant de la Grosse métallurgie), d’autres (Maurice Olivier, pour la Petite métallurgie) signalent que l’organisation peut être une nécessité, tout en souhaitant une intervention minimum mais indispensable de l’État. Lambert-Ribot, tout en appuyant Vésier, appelle à prendre en compte l’opinion de tous « pour éviter des mesures arbitraires imposées par la puissance publique ». Parallèlement, il attire l’attention sur ce qui pourrait faire reconnaître aux ouvriers les mêmes droits et pouvoirs qu’aux employeurs82. On est loin de l’antilibéralisme des dirigeants d’X-Crise et de leur ralliement à l’économie dirigée. Les rédacteurs du Plan du 9 juillet 1934 (Coutrot et certains membres d’X-Crise) proposent, au contraire, que le CNE soit obligatoirement consulté « sur les projets et propositions présentant un intérêt économique ou financier – y compris le projet de budget » et qu’il soit « une sorte de tuteur du Parlement en matière économique », ce qui révèle, selon la formule d’Olivier Dard, « une défiance à l’égard du personnel politique considéré comme largement incapable en matière économique »83 et la volonté d’organiser un État de type nouveau d’orientation corporatiste. Ces propositions séduisent alors peu les hommes politiques et le patronat, ce qui ne signifie pas que ce dernier est uni pour s’opposer aux propositions gouvernementales.

  • 84 AUIMM. CD du 20 février 1936. Elles ont été finalement mises sur pied durant l’été 1936.

33La réorganisation du CNE, adoptée par la Chambre des députés au début 1936, ne remet pas en cause la présence de l’UIMM à la Commission permanente avec Dalbouze et Lambert-Ribot ; de Peyerimhoff a remplacé Pinot décédé en 1926. Elle l’est aussi dans les vingt sections spécialisées (Léon Daum, Paul Chaleil, Henry Davezac, René Fould, le Baron Petiet et Maurice Olivier), dont la création avait suscité les réserves de l’UIMM (elles « constitueraient un véritable élément de régime corporatif et pourraient conduire à l’institution de contrats collectifs »84).

  • 85 A. Chatriot, La démocratie sociale, op. cit., p. 457.

34Le CNE a donc été un des lieux où se sont exprimés les différents acteurs économiques sur la régulation de l’activité économique et l’élaboration de la politique sociale. L’UIMM, ayant senti le danger potentiel de ce lieu d’expertise émettant « des avis négociés »85, y a délégué ses principaux dirigeants pour y présenter ses propres données statistiques et y défendre ses thèses habituelles. Elle y a été confrontée non seulement à ses adversaires traditionnels, mais aussi aux divergences patronales. On ne peut qu’être frappé par le temps que les dirigeants de l’Union ont consacré à cette instance, et faire l’hypothèse qu’ils y ont élargi leurs contacts et appris à tenir compte de nouveaux points de vue.

35En dehors de sa participation aux organismes nationaux, l’Union entend jouer un rôle dans les organismes internationaux mis en place au lendemain de la Première Guerre.

La participation aux organisations internationales

  • 86 « Les employeurs français préfèrent un socialiste français plutôt qu’un bourgeois britannique ». G. (...)
  • 87 Application de la partie XIII du Traité de Versailles. Ce sont ainsi les hommes qui ont mené la mob (...)
  • 88 AUIMM. AG du 17 février 1920.
  • 89 AUIMM. CD du 17 février 1920. En fait, des contacts ont été noués à l’occasion d’une Exposition de (...)

36Le patronat français considère avec une certaine défiance, tout en y participant, la création de l’Organisation internationale du travail (OIT), qui a pour mission de favoriser les contacts entre syndicats patronaux et ouvriers au niveau national et international. Il contribue même à faire élire comme directeur, le socialiste Albert Thomas, pour contrer le candidat britannique, Harold Butler86. Le délégué général, Robert Pinot, et le secrétaire général de l’Union, Alfred Lambert-Ribot, participent régulièrement à partir de 1919 aux délibérations de la Conférence Internationale du travail87, au titre de délégués de la CGPF, qui les a également choisis pour la représenter au Bureau international du travail. Leurs premiers soins sont « d’établir le lien entre les délégués patronaux des différents pays alliés, afin de les amener à adopter une ligne de conduite identique »88. Dans l’optique de la réunion de la Conférence Internationale du Travail à Washington en octobre 1919, l’UIMM se met en rapport avec les présidents des groupements patronaux des pays alliés, notamment de la Belgique et de l’Italie, afin de faire éventuellement une déclaration commune. À Washington, il est entendu entre les patrons que serait constitué, à Bruxelles, un bureau de documentation industrielle sur la situation ouvrière dans les divers pays, et que s’y tiendraient des réunions périodiques dont le principe avait été imaginé avant-guerre89. Un secrétariat s’installe dans les locaux du Comité central industriel de Belgique. À Paris, le secrétariat de la Délégation patronale française est installé rue de Madrid. Les dirigeants des organisations patronales de la métallurgie française sont ainsi omniprésents, signe de la puissance de ce secteur économique et de sa bonne organisation.

  • 90 AUIMM. CD du 19 octobre 1920.
  • 91 P. Waline, Un patron, op. cit., p. 28.
  • 92 AUIMM. AWaline. Copie d’un discours prononcé à l’occasion d’une remise de décoration devant les pat (...)

37Pinot assiste, en qualité de délégué des employeurs français, à des réunions de l’Association à Bruxelles90. La première assemblée générale de l’Organisation internationale des employeurs industriels se tient en novembre 1920. Elle groupe dix-sept pays, dont trois Extra-Européens (Afrique du Sud, Argentine, Japon). Pour Pierre Waline, « la création du BIT a été l’élément décisif, qui a déclenché la réalisation d’une confédération internationale des employeurs »91. La préoccupation première de défense patronale se double d’une volonté de prévention des conflits, liée à l’établissement de relations nouvelles avec les travailleurs. Waline, qui siège au BIT de 1922 à 1976, souligne cependant l’intérêt de l’institution : « On sollicite nos avis sous de multiples formes, dans de très nombreux comités, mais toujours à titre consultatif. Les pouvoirs publics sont libres de ne pas s’y arrêter, et c’est une constatation que nous sommes appelés à faire trop souvent. Il n’y a qu’un lieu où notre voix compte effectivement dans la décision, c’est au Bureau international du travail : soit au Conseil d’administration, soit dans les conférences, le patronat dispose en effet d’une voix à l’égal des organisations ouvrières, contre deux voix attribuées à chaque gouvernement »92.

  • 93 AUIMM. CD du 18 octobre 1921.

38Le grand souci des dirigeants patronaux est la limitation du pouvoir d’enquête et de l’importance grandissante du BIT, qui s’occupe de domaines de plus en plus variés. Ils tentent vainement de présenter une motion restreignant les pouvoirs du directeur. Par exemple, les patrons estiment que le BIT n’a aucune qualité pour être représenté dans la commission du Désarmement. Pinot réfute aussi la compétence du bureau en matière agricole, le Traité de paix ayant limité son action aux matières d’ordre industriel. Il partage ce point de vue avec la Commission de l’agriculture du Sénat et espère que le gouvernement français se rangera à cet avis. À propos de la non-ratification de la convention de Washington sur la journée de huit heures par l’Angleterre, le directeur du BIT, Albert Thomas a, là encore pour Pinot, outrepassé les pouvoirs qu’il tient des traités de paix, en particulier « en s’attribuant le droit d’interpréter les termes de la convention ». « Il n’a aucune qualité pour autoriser, sous prétexte d’interprétation, des adoucissements au texte voté »93.

  • 94 AUIMM. CD du 13 juin 1922.

39Autre sujet de mécontentement pour la délégation patronale : les projets de conventions ou de recommandations adoptés à la conférence internationale de Genève en 1921 (chômage, protection des femmes et des enfants…). Pinot souligne le « trop grand nombre de questions abordées, ce qui multiplie à l’excès les projets soumis à la ratification des Parlements et retarde évidemment leur adoption ». Dans l’ensemble, le délégué général de l’Union pense que la Conférence a nettement tendance à aborder des questions qui dépassent ses attributions, « qu’il s’agisse de questions économiques… ou qu’il s’agisse de certaines catégories de travailleurs qui échappent à la juridiction de l’Organisation permanente (agriculteurs, travailleurs intellectuels, mutilés…) ». Il proteste aussi, en juin 1922, contre la propagande du BIT, « des feuilles volantes, éditées et distribuées sans que le conseil d’administration en ait eu connaissance » demandant « aux syndicats ouvriers d’obliger les gouvernements à ratifier et à appliquer les projets de convention de la Conférence internationale du Travail. Il y a là une tentative de pression inadmissible de la part d’un organisme international, dont l’action ne devrait s’exercer que par l’entremise des gouvernements de chaque pays »94. Finalement les patrons estiment qu’ils ont à lutter non seulement contre l’expansion excessive des institutions politiques nationales, mais aussi contre celle d’une institution supranationale.

  • 95 AUIMM. CD du 13 novembre 1923.

40Le conseil d’administration, nommé pour trois ans à Washington, est renouvelé, sans changement pour la délégation patronale, au cours de la 4e conférence internationale du Travail à Genève du 18 octobre au 3 novembre 1922. La vigilance sur les empiètements de compétence du BIT est toujours à l’ordre du jour. En 1923, les représentants patronaux s’opposent vainement au traitement par le Bureau du placement des mutilés. Pinot exprime cependant sa satisfaction, à la 5e conférence internationale du travail, sur la cohésion du groupe patronal qui « s’affirme d’année en année, alors que des fissures se produisent dans le bloc ouvrier. L’attitude des gouvernements s’est de plus sensiblement modifiée en faveur des patrons »95.

  • 96 Le directeur adjoint Butler le remplace après son décès le 2 juillet 1932.
  • 97 P. Waline, Un patron, op. cit., p. 23-24.
  • 98 Article de Waline, Journée industrielle du 8 juillet 1933. I. Moret-Lespinet, « Arthur Fontaine, gr (...)
  • 99 P. Waline, Un patron, op. cit., p. 20.

41Des liens personnels entre les membres des diverses délégations se tissent au fil des années. Les réunions et les conseils sont, pour Waline, des lieux qui permettent de mieux se connaître, voire de s’estimer. Il accompagne pour la première fois en janvier 1922 Pinot et Lambert-Ribot à la 11e session du conseil d’administration du BIT présidé par l’ancien directeur du Travail Arthur Fontaine (1919-1929), l’ancien ministre socialiste de l’Armement Albert Thomas étant le directeur96. Il dit avoir apprécié particulièrement la fréquentation des deux hommes. Thomas « était une personnalité hors série : homme d’idées et d’action à la fois, ardent dans ses aspirations, curieux de tout, habile à deviner et à prévenir les réactions possibles de ses interlocuteurs… Tel est l’homme qui dirige le BIT depuis deux ans quand, au début de 1922, je l’observe, à Genève, ainsi que je le ferai à travers dix années, l’admirant toujours davantage et surtout le comprenant mieux »97. Waline ne tarit pas d’éloges sur Arthur Fontaine : « On vit rarement président d’intelligence aussi alerte, aussi curieuse de faire le tour des problèmes pour les considérer sous des jours divers, et d’aussi charmante et objective courtoisie »98. « L’estime exceptionnelle dont (Arthur Fontaine) jouissait pouvait s’expliquer par le fait que ce polytechnicien, ingénieur au corps des mines, avait, depuis 1891, animé l’Office du travail de son pays, faisant faire d’immenses progrès à la législation française… Arthur Fontaine ne compta que des amis dans le Conseil tripartite du BIT »99. Certes, ces appréciations ont un côté rhétorique, d’autant que ces paroles ont été les unes prononcées lors de l’inauguration d’un buste d’Arthur Fontaine, les autres écrites une quarantaine d’années plus tard, mais on ne saurait mettre en doute une estime certaine entre ces hommes.

  • 100 Au moins jusqu’en juin 1926 où l’attitude nouvelle des représentants patronaux anglais qui se sont (...)
  • 101 AUIMM. AG du 16 février 1926, p. 23. P. Fridenson, « La multiplicité des processus de décision de r (...)
  • 102 AUIMM. CD du 17 juin 1930.

42Si, d’année en année, l’esprit de collaboration au sein du groupe patronal international progresse100, les difficultés rencontrées sont cependant importantes. Les ratifications des conventions par les 56 États membres se font lentement ou pas du tout : 16 sur 185 en 1925. Parmi celles-ci, la convention des huit heures, qui pour les patrons est l’une des plus importantes et dont on a pu écrire que les gouvernements français voyaient en elle l’amorce d’une Europe sociale n’est ratifiée par aucun grand État industriel européen, en dehors de la Tchécoslovaquie101. En conséquence, le patronat demande au Sénat d’attendre les résultats notamment la ratification par l’Allemagne pour se prononcer sur le projet de loi adopté par la Chambre en juillet 1925. Les critiques patronales portent également sur le programme trop ambitieux et les méthodes employées pour l’élaboration hâtive des conventions. Ainsi en octobre 1925, pour l’étude internationale comparative sur la durée du travail, les salaires, les congés annuels dans l’industrie houillère, l’UIMM estime que le BIT « ne dispose ni de la compétence ni des moyens d’investigation nécessaires pour procéder à une enquête économique de ce genre ». Lambert-Ribot repose le problème régulièrement et, en juin 1930, propose la création d’une commission dont la tâche serait de planifier sur deux ou trois ans les ordres du jour des conférences ce qui éviterait le hasard ou la surprise devant les questions abordées102. Si le directeur du BIT semble favorable à ces suggestions, son conseil d’administration du BIT ne prend finalement pas position.

43Le fonctionnement interne de l’organisation internationale suscite aussi de vaines contestations comme la substitution en juin 1926 à la procédure de la double lecture d’un système de double discussion, ou l’institution de comité d’experts extérieurs pour examiner les rapports adressés au BIT par les gouvernements ayant ratifié les conventions.

44Malgré les problèmes évoqués, l’UIMM se dit intéressée par l’ensemble des travaux du BIT et par la conception d’une organisation économique internationale qui pourrait être le substratum de l’organisation sociale. Elle veille à défendre ses positions et à « éclairer » l’opinion publique dans la presse.

  • 103 Par exemple, au CD du 19 novembre 1936, Lambert-Ribot se contente de dire qu’« aucun des sujets qui (...)
  • 104 « Amers souvenirs », P. Waline, Un patron, op. cit., p. 98-100.
  • 105 A. Wiewiorka (dir.), Justin Godart, un homme dans son siècle (1871-1956), Paris, CNRS Éditions, 200 (...)

45À partir de 1936, les conseils de direction de l’Union deviennent très laconiques sur les réunions du BIT103 en partie car peu de projets aboutissent, les réunions étant seulement animées par les controverses « entre Français », notamment entre Pierre Waline104, Léon Jouhaux et Justin Godart105.

 

46L’activité de la délégation patronale sur le plan international est donc de la même nature que sur le plan national. Elle a dans de nombreux domaines une attitude défensive, essayant de maintenir ses positions et de retarder au maximum la mise en place de la législation sociale. Elle est très attentive à se servir des difficultés qui interviennent dans le fonctionnement du système gouvernemental et international. Elle travaille aussi, au nom de l’ensemble des employeurs européens, à concilier logiques économiques nationale et internationale et logique sociale, tâche difficile vu la multiplicité des paramètres à prendre en compte, notamment l’évolution de l’économie mondiale, les clivages qui ne manquent pas d’intervenir dans la structure des groupes patronaux et la combativité des organisations de salariés.

Notes

1 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre, op. cit., p. 159-160.

2 J.-N. Jeanneney, François de Wendel…, op. cit., p. 43.

3 AUIMM. Rapport du Bureau, 1er février 1908.

4 Par exemple, Renault déjeune avec Millerand et reçoit dans sa propriété d’Herqueville Briand, Flandin, etc. E. Chadeau, Louis Renault, Paris, Plon, 1998, p. 45.

5 M. Brelet, La crise de la métallurgie, op. cit., p. 206.

6 AUIMM. Comité de l’Union, 19 décembre 1904.

7 AUIMM. Comité de l’Union du 18 avril 1907.

8 AUIMM. Comités de l’Union, 22 mars 1909 et 5 novembre 1909.

9 J. Meynaud, op. cit., p. 201.

10 AUIMM. Comité de l’Union du 20 juillet 1910.

11 AUIMM. Comité de l’Union du 26 janvier 1911.

12 G. Chaussinand-Nogaret, J.-M. Constant, C. Durandin, A. Jouanna, Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Tallandier, 1991, p. 430-431. Le terme pantouflage date de 1880 et a été lancé par les polytechniciens dont les démissions à la sortie de l’École sont passées de 42,9 % en 1872 à 78,8 % en 1914-1919.

13 L’influence d’un groupe de pression sur un parti peut aussi être un élément négatif en renforçant les conflits d’intérêts à l’intérieur du parti. H. P. Ullmann, « Groupes de pression économiques en Allemagne entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle », Histoire, Économie et Société, 1997, no 2, p. 299-309.

14 Cf. E. Beau de Loménie, Les responsabilités des dynasties bourgeoises, Paris, La librairie française, tome III, 1954 : élections de 1919, p. 216-246, élections de 1924, p. 438-455 ; R. Rémond, Les droites, op. cit., et surtout G. Le Béguec, L’entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), thèse de doctorat d’État, Université de Paris X, 1989, p. 1473,1523, et J.-N. Jeanneney, L’argent caché, op. cit., p. 30.

15 Le président de l’Union syndicale des Compagnies d’assurances, Matignon, en 1919 puis le sénateur Billiet, en 1924, l’ont présidé. Ce dernier en était le secrétaire général depuis 1910. Issu d’une famille d’industriels lyonnais, il commence sa carrière comme journaliste, puis est choisi pour organiser le Syndicat professionnel des agents d’assurances. Il est aussi maire d’Asnières à partir de 1919, et sénateur de la Seine (1920-1927).

16 G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 69. Il ne cite pas ses sources.

17 C. Bellanger et alii, Histoire générale de la presse, Paris, PUF, 1972, tome III, p. 493.

18 J. Garrigues, Les patrons et la politique, op. cit., p. 157-158.

19 J.-N. Jeanneney, François de Wendel, op. cit., p. 256.

20 A.N. 91 AQ 16, cité dans P. Fridenson, Histoire des usines Renault, op. cit., p. 322.

21 J.-M. Moine ajoute que les barons du fer sont « près de leurs sous », op. cit., p. 253.

22 Voir Journal Officiel de la République française, Documentation parlementaire, Chambre des députés, rapport de la commission d’enquête parlementaire sur le financement des élections, 1925, p. 176. H. W. Ehrmann, La politique du patronat français, 1936-1955, Paris, Armand Colin, 1959, p. 193.

23 J. Garrigues, Les patrons et la politique, op. cit., p. 169. Il se réfère aux papiers d’Alexandre Millerand (A. N. 470 AP 87).

24 J. Dubos, « Gaullistes et patrons : prolégomènes à une histoire impossible ? », Cahiers de la Fondation Charles de Gaulle, no 10, 2001, p. 131-151. R. Fould figure comme 39 présidents d’organisations patronales sollicités pour le financement. On ne sait s’il s’est exécuté.

25 Archives du Groupement patronal de Pantin-Aubervilliers. CA du 27 mai 1926.

26 C. Lemercier, Un si discret pouvoir, op. cit. ; P. Lacombrade, La Chambre de commerce de Paris et le capitalisme français (1890-1914), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de F. Démier, Université de Paris X, 2002 et « Les présidents de la Chambre de commerce de Paris de 1890 à 1914 », Revue d’histoire consulaire, no 20, p. 12-15.

27 J. Dubos, op. cit., p. 277. J. Borderel : celui qui siège à la Chambre de commerce travaille dans les travaux publics. Le délégué spécial de la Chambre syndicale de l’automobile se nomme également Borderel.

28 Certains membres (C. Petiet, P.-E. Dalbouze en 1932) appartiennent aussi aux chambres consultatives des arts et manufactures, instituées par la loi du 22 germinal an XI pour faire connaître les besoins et moyens d’amélioration des manufactures, fabriques, arts et métiers. Elles ont en 1932 les mêmes attributions que celles des chambres de commerce et sont composées de membres élus pour 6 ans (lois des 19 février et 14 mars 1908). Leur rôle est de plus en plus effacé et en diminution, disparaissant là où les chambres de commerce sont instituées.

29 Centralien, il dirige les Établissements Dalbouze, Bachet et Cie. Président du Syndicat des industries mécaniques de France, il est membre depuis 1927, trésorier en 1928 de la Chambre de commerce.

30 Membre depuis 1926, trésorier en 1930, il devient président de la Chambre de commerce de Paris en 1932. Il est le directeur, puis l’administrateur-directeur (1902) de la SA des Ateliers Moisant, Laurent, Savey (constructions métalliques et serrurerie) employant 540 ouvriers en 1920. Il est aussi administrateur du Groupe des industriels de la région parisienne, puis vice-président de la section Constructions métalliques et serrurerie du GIM et administrateur de la Chambre syndicale des entrepreneurs de constructions métalliques de France.

31 J.-M. Moine, « Un patriciat économique ? Recrutement et représentativité dans les chambres de commerce en France aux XIXe et XXe siècles » texte multigraphié, 1999. Sur les débuts de l’Union, H. Joly, « L’Union des chambres syndicales lyonnaises (1885-1914) : une organisation interprofessionnelle pionnière », in P. Vernus (dir.), Les organisations patronales, op. cit., p 145-168.

32 Les mandats consulaires sont plus longs que les mandats présidentiels. Huit membres du syndicat des métallurgistes du Rhône appartiennent à la Chambre de commerce entre 1872 et 1950.

33 ACSIMR. CD du 12 avril 1922.

34 ACSIMR. Fauché (1887-1889), P. Dupont (1923-1925), P. Bardot (années 1930). Pour accéder à la présidence, il faut avoir été juge. J.-M. Moine « Un patriciat économique ? », op. cit.

35 Les fonctions de juges sont astreignantes et ne permettent pas forcément les cumuls de fonction.

36 À trois exceptions postérieures à 1852. Audrey Soria, La Chambre de commerce de Lyon au XIXe siècle (1832-1908), thèse d’histoire sous la direction d’Y. Lequin, Université de Lyon II, 1997

37 I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 95.

38 AUIMM. Comité de l’UIMM, 13 juin 1914.

39 AUIMM. AWaline. Note du 21 juin 1933 d’Alexandre de Lavergne, secrétaire général de la CGPF, à Lambert-Ribot. Nous n’en avons pas trouvé le résultat.

40 AUIMM. CD du 14 mars 1933.

41 P. Fridenson a été le premier à le montrer à partir des archives Renault.

42 AUIMM (27 11 11). Commentaire anonyme des décisions de l’Assemblée des présidents (réunion extraordinaire du 20 juillet 1936). Et P. Fridenson, Histoire…, op. cit., p. 255-258. A. Rossiter, Experiments with Corporatist Politics in Republican France, 1916-1939, Ph. D, Oxford, Nuffield College, 1986, p. 288-293.

43 AUIMM. AWaline. Réunion des présidents et représentants des chambres de commerce de France et d’Algérie, des régions économiques des groupements professionnels, régionaux et nationaux, 20 juillet 1936. Discours de P.-E. Dalbouze.

44 Réunissant des patrons de PME (notamment de la radio-électricité), la CGLF lutte contre les trusts et contre la CGT marxiste. Sur la CGLF, I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 139-160.

45 Duchemin rappelle qu’avant de présider les établissements Kuhlmann, il a été petit patron d’une société en nom collectif qui employait 150 ouvriers.

46 Lambert-Ribot, Magdelenat et Petiet font partie de la commission exécutive de 20 membres. Le sénateur et président de la chambre de commerce de Cholet Anatole Manceau succède à P.-E. Dalbouze, à la mort de celui-ci. R. de Peyrecave est un des deux administrateurs délégués de Renault. AUIMM. AWaline.

47 AUIMM. AWaline. Réunion des présidents…, p. 4.

48 AUIMM. AWaline. Circulaire du ministre du Travail du 3 juillet 1936.

49 AUIMM (27 11 11). Commentaire des décisions de l’Assemblée des présidents (réunion extraordinaire du 20 juillet 1936), p. 7.

50 AUIMM. AWaline. Réunion du bureau et de la commission exécutive du 4 novembre 1936.

51 Née de la fusion en 1892 entre l’Association de l’industrie française, fondée en 1878 par le président de la Chambre de commerce de Rouen et du Syndicat des industries textiles et de la Société des agriculteurs de France.

52 G. Kerouredan, Un aspect de l’organisation patronale au XXe siècle, op. cit., p. 481.

53 Article 2 des statuts.

54 AUIMM. Comité de l’Union du 11 avril 1916.

55 AUIMM. Comité de l’Union, 11 avril 1916. Elle verse une cotisation de 1 000 F en 1916 et 1917.

56 AUIMM. CD du 19 septembre 1916. Cf. C. Druelle-Korn, Un laboratoire réformateur, le Département du Commerce en France et aux États-Unis de la Grande guerre aux années Vingt, thèse de doctorat d’histoire, IEP de Paris, 2004.

57 Propos de R. Pinot tenu le 16 mars 1921 au comité directeur de l’AIAF à propos d’une lettre de l’ANEE invitant l’AIAF à la Semaine du commerce extérieur. Cité par G. Kerouredan, op. cit., p. 483.

58 AUIMM. Comité de l’Union, 22 décembre 1915.

59 Présidée par David-Mennet. 42 syndicats y sont présents. L’ensemble de leurs délégués forment un comité supérieur qui désigne un conseil d’administration. AUIMM. Comité de l’Union du 22 décembre 1915.

60 AUIMM. AG du 11 avril 1916.

61 Léon Bourgeois, Georges Clemenceau, Édouard Lockroy, Gustave Mesureur. Cf. A. Ziegler, « Un Parlement social », Revue française des affaires sociales, 2, avril-juin, et 4, octobre-novembre 1973, p. 60-176 ; P. Rosanvallon, Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998, p. 257-261 ; I. Moret-Lespinet, Théories et pratiques républicaines de la Réforme sociale : l’Office du travail 1891-1914, 2 vol., thèse de doctorat, Université de Paris X, 1997, et « Rencontres autour de la question sociale : le Conseil supérieur du travail entre 1891 et 1914 », in C. Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps, Paris, Presse de l’ENS, 1998, p. 269-280 ; A. Chatriot, La démocratie sociale op. cit., Paris, La Découverte, 2002, p. 32-33.

62 Il dépend ensuite du ministère du Travail, à la création de celui-ci en 1906.

63 A. Chatriot, op. cit., notamment p. 66-69 sur la création.

64 L’Humanité, 24 juin 1925.

65 Sur l’évolution de ce problème, cf. H. Frouard, Les politiques patronales du logement en France, op. cit., particulièrement les chapitres IV-VI.

66 Premier rapport de P. Richemond, session de février 1927, A. Chatriot, op. cit., p. 137.

67 AUIMM. CD du 15 février 1927.

68 Cf. les articles de Pierre Waline dans la Journée Industrielle.

69 AUIMM. CD du 14 février 1928.

70 A. Chatriot, op. cit., p. 129.

71 Ibid., p. 173.

72 PV de la Commission permanente, 7 mars 1932, in A. Chatriot, op. cit., p. 172.

73 AUIMM. CD du 18 décembre 1928.

74 AUIMM. CD du 13 mai1930.

75 AUIMM. CD printemps 1934 – hiver 1936.

76 A. Chatriot, La démocratie sociale, op. cit., p. 308-318, citant notamment le Rapport fait au nom de la Commission de la réforme de l’État chargée d’examiner le projet de loi portant institution, organisation et fonctionnement d’un Conseil national économique de P. Ramadier, no 3537, Chambre des députés, annexe au PV de la séance du 7 juin 1934, p. 312.

77 Ibid.

78 AUIMM. CD du 17 mai1934.

79 AUIMM. CD du 21 juin 1934.

80 AUIMM. CD du 18 octobre 1934.

81 Ibid.

82 En réponse à R. Fould qui proposait la création à l’intérieur des organisations syndicales d’une sorte de tribunal arbitral libre, sans caractère obligatoire.

83 O. Dard, Jean Coutrot, de l’ingénieur au prophète, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 1999, p. 162-164.

84 AUIMM. CD du 20 février 1936. Elles ont été finalement mises sur pied durant l’été 1936.

85 A. Chatriot, La démocratie sociale, op. cit., p. 457.

86 « Les employeurs français préfèrent un socialiste français plutôt qu’un bourgeois britannique ». G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 91. Waline corrobore cette affirmation en faisant un portrait louangeur d’Albert Thomas : Un patron au bureau international du travail, Paris, Éditions France-Empire, 1976, p. 23-24.

87 Application de la partie XIII du Traité de Versailles. Ce sont ainsi les hommes qui ont mené la mobilisation industrielle durant le conflit qui se retrouvent à la tête de la Conférence internationale du Travail.

88 AUIMM. AG du 17 février 1920.

89 AUIMM. CD du 17 février 1920. En fait, des contacts ont été noués à l’occasion d’une Exposition de l’industrie et du travail à Turin en 1911 entre les patrons français, anglais, autrichiens, suédois, belges et italiens. Ils ont décidé de maintenir des contacts pour faire face à la croissance du syndicalisme ouvrier et au développement de la législation sociale dans leurs pays respectifs. Deux Belges, un industriel, Jules Carlier, et un jeune avocat bruxellois, Jules Lecocq, ont été chargés d’étudier le projet d’un groupement international des employeurs. Ces études ont été interrompues par la guerre. Carlier et Lecocq sont choisis naturellement comme président et secrétaire du groupe des employeurs lors de la Conférence de Washington en octobre 1919. P. Waline, Un patron, op. cit., p. 29-30.

90 AUIMM. CD du 19 octobre 1920.

91 P. Waline, Un patron, op. cit., p. 28.

92 AUIMM. AWaline. Copie d’un discours prononcé à l’occasion d’une remise de décoration devant les patrons de la Loire. Non daté : vraisemblablement 1928-1930.

93 AUIMM. CD du 18 octobre 1921.

94 AUIMM. CD du 13 juin 1922.

95 AUIMM. CD du 13 novembre 1923.

96 Le directeur adjoint Butler le remplace après son décès le 2 juillet 1932.

97 P. Waline, Un patron, op. cit., p. 23-24.

98 Article de Waline, Journée industrielle du 8 juillet 1933. I. Moret-Lespinet, « Arthur Fontaine, grand commis de la nation et ambassadeur du travail », Histoire et sociétés, avril 2003, p. 111-120.

99 P. Waline, Un patron, op. cit., p. 20.

100 Au moins jusqu’en juin 1926 où l’attitude nouvelle des représentants patronaux anglais qui se sont séparés de leurs collègues fait apparaître des préoccupations de politique nationale au sein du conseil d’administration du BIT. AUIMM. CD du 15 juin 1926.

101 AUIMM. AG du 16 février 1926, p. 23. P. Fridenson, « La multiplicité des processus de décision de réduction de la durée du travail de 1814 à 1932 : négociations, luttes, textes et pratiques », in P. Fridenson et B. Reynaud (dir.), La France et le temps de travail (1814 – 2004), Paris, Odile Jacob, 2004, p. 57, 59, 71, 72.

102 AUIMM. CD du 17 juin 1930.

103 Par exemple, au CD du 19 novembre 1936, Lambert-Ribot se contente de dire qu’« aucun des sujets qui y ont été examinés ne présente un intérêt particulier et direct au point de vue des questions dont s’occupe l’Union ». Dans ses mémoires, Waline intitule le paragraphe sur les années d’avant-guerre : « sept années de palabres : maigres résultats ». Op. cit., p. 95.

104 « Amers souvenirs », P. Waline, Un patron, op. cit., p. 98-100.

105 A. Wiewiorka (dir.), Justin Godart, un homme dans son siècle (1871-1956), Paris, CNRS Éditions, 2004.

Table des illustrations

Titre Tableau 2-8. Membres du conseil de direction de l’UIMM ayant des fonctions consulaires
Légende Membres du Bureau de l’UIMM. Tableau effectué à partir des données du dictionnaire biographique (CDROM). Pdt : président, VP : vice-président. Note 2727
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540