Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Deuxième partie. Un groupe de pression puissant

Chapitre VI. L’importance des réseaux de sociabilité

Texto completo

  • 1 Sur ce sujet cf. « Les réseaux de solidarités du patronat face au pouvoir politique, 1870-1914 », i (...)

1Là encore, Pinot est novateur en systématisant l’utilisation des relations et en renforçant les liens avec le monde politique1. Il sait tirer parti, avec une maestria certaine, des relations tissées lors de son parcours antérieur. Fils de polytechnicien, admis à l’École des Mines, il a accès aux réseaux des Grandes Écoles. Démissionnaire, il suit, parallèlement à son travail de rédacteur à la Caisse des Dépôts et Consignations, les cours de l’École Libre des Sciences politiques où il gagne l’amitié et la protection du directeur Émile Boutmy. Ses postes de secrétaire des députés monarchistes de l’Orne Georges-Henri Roulleaux (1885-1889), puis, à la mort de celui-ci, du Baron de Mackau, rallié à la République en 1892, lui font fréquenter le monde politique, en particulier le mouvement des Ralliés, où il rencontre deux industriels, Henri Schneider et le baron Reille, ainsi que le président de la Société des agriculteurs de France, Jean-Melchior de Voguë.

  • 2 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 13.

2« C’est de là que date la profonde connaissance qu’il avait du monde politique et du personnel des grandes administrations de l’État. Un vaste champ s’ouvrait à lui. R. Pinot pouvait y exercer son étonnante mémoire. Mémoire visuelle, mémoire des êtres plus que des choses, mémoire animée. Il n’oubliait personne qu’il eût une fois rencontré, fût-ce seulement en chemin de fer. Et sur chaque figure connue, il pouvait immédiatement mettre un nom… Il possédait cette qualité qu’il devait développer et qui lui fut si précieuse dans la suite de sa vie, qualité difficile à définir et qu’on appelle : l’entregent »2.

  • 3 Sur les réseaux du Musée social, cf la deuxième partie de l’ouvrage de J. R. Horne Janet R. (Le Mus (...)

3Ses relations d’enfance avec Joseph Caillaux et Raymond Poincaré, fils de condisciples de son père à l’École polytechnique et devenus des personnalités politiques de premier plan, celles du Musée social et de l’école leplaysienne, contribuent aussi à enrichir le carnet d’adresses du secrétaire général. Il rencontre au Musée social notamment Albert Gigot, directeur de la Compagnie d’Alais jusqu’en 1904 et fondateur-directeur de la Caisse d’assurance mutuelle contre les accidents du travail du CFF (1891-1907), Arthur Fontaine devenu le directeur du Travail du cabinet Millerand en 1899 resté en fonction jusqu’en 1920 et qu’il retrouve ensuite au BIT, le ministre Léon Bourgeois, défenseur de l’école sociologique du solidarisme et le conseiller d’État, professeur à l’École polytechnique Clément Colson3.

  • 4 D. Woronoff, François de Wendel, op. cit., p. 38.

4L’ensemble des dirigeants de l’UIMM dispose pareillement d’un fort capital scolaire et d’un fort capital de relations, hérité ou accumulé durant leur enfance et leur formation, provenant souvent pour les héritiers des dynasties bourgeoises du parcours professionnel dans l’entreprise familiale, et pour les autres du passage dans l’administration et les grands Corps de l’État ou les cabinets ministériels. Utiliser les réseaux de sociabilité, d’influence de ses adhérents et plus spécialement de ses dirigeants en direction des institutions politiques et économiques, constitue un axe essentiel de la stratégie de l’Union. Effectivement, le réseau est le point d’articulation fondamental entre le fonctionnement interne et le monde extérieur. Il est indispensable pour accomplir la mission du groupe. Les relations s’établissent à plusieurs niveaux. Avec les autorités politiques et administratives, elles sont soit personnelles, soit institutionnalisées sous la forme de représentants au Conseil supérieur du Travail, puis au Conseil national économique ou dans les Chambres de commerce. Mais, dans ces contacts, comment différencier la défense des intérêts particuliers de celle des intérêts du groupe ? Dans le cas des permanents du syndicalisme patronal, on peut estimer, outre le fait que cela aide à leur propre promotion, qu’ils se servent de leurs réseaux pour défendre la politique des organisations pour lesquelles ils travaillent. Mais quand, comme Pinot, ils représentent plusieurs organisations dont les intérêts ne sont pas toujours similaires, comment le choix s’opère-t-il ? Nous avons vu un exemple de cette complexité lors de l’affaire Niclausse. En ce qui concerne les industriels, la situation est encore plus compliquée. Ainsi, lorsque, durant la Première Guerre mondiale, Albert Thomas désigne Humbert de Wendel pour s’occuper des achats d’aciers et de combustibles en Angleterre, François de Wendel pour suivre le dossier des fabrications d’armement pour le ministère de la Guerre ou Jules Exbrayat, ancien directeur de la Banque Demachy-Seillière, pour contrôler la régularité des transactions4, cela sert avant tout les intérêts de la famille de Wendel, même si le CFF en retire quelques bénéfices.

5Les relations avec les autres groupes patronaux sont fondées sur l’appartenance aux mêmes types de réseaux, ce qui bien sûr peut engendrer des connivences ou de la coopération, mais aussi de l’indifférence ou des rivalités. Les luttes entre groupes occupent une partie de l’activité des organisations et sont un facteur d’affaiblissement.

Les mêmes viviers

  • 5 Dictionnaire des dirigeants patronaux en annexe.

6Une des bases de la constitution des réseaux est le recrutement dans les mêmes viviers, la famille, l’école, les loisirs. Les liens personnels servent évidemment l’organisation, comme les liens familiaux avec des parlementaires dont voici quelques exemples. Justin Perchot, député (1910-1912) et sénateur (1912-1929) des Basses-Alpes, est allié aux Raty et aux Labbé (Roland Labbé est marié à Raymonde Perchot). Il est parallèlement administrateur des Aciéries de Longwy et vice-président délégué de la Société minière et métallurgique. Maurice Ferry est marié à Marguerite Humblot, fille du président du Conseil général de Haute-Marne et sénateur (1920-1931). Louis Bazire, gendre de Jacques Marcellot, est député de Vendée (1919-1923) et directeur des forges d’Eurville. Pierre de Montaigu, député de la Loire-Inférieure (1898-1910), puis sénateur (1920-1927), est le gendre de Charles de Wendel. Claudius Magnin, directeur général puis vice-président (1913) de la Compagnie des Forges et Aciéries de Marine-Homécourt, est le fils du sénateur Joseph Magnin (1824-1910). Il cumule l’appartenance au conseil de direction (1904) puis à la commission exécutive (1914) du CFF, la vice-présidence de la Chambre syndicale des constructeurs de matériel de guerre (1909-1911), la présidence de la Chambre syndicale des Mines de fer de France (1906-1913) et un siège au Comité de l’UIMM (1911), etc5.

  • 6 Sur la mise en évidence des liens, la spécificité des réseaux, leur classification, Alain Degenne e (...)
  • 7 J.-M. Moine, op. cit., p. 245.

7La similitude du milieu rend éventuellement les hommes politiques ou les agents de l’État plus réceptifs aux positions et aux demandes des chefs d’entreprise, d’où la portée des relations nouées au cours de la formation ou dans « le monde ». Il ne faut cependant pas les surestimer : l’identité de milieu n’empêche pas les hauts fonctionnaires de porter souvent un jugement défavorable sur les responsables d’affaires privées et sur leur volonté d’obtenir de l’État une protection généralisée et, inversement, les chefs d’entreprise émettent souvent des critiques sur la conduite de l’administration. Néanmoins l’instauration de relations socialement homogènes permet une perméabilité entre secteurs privé et public. La répartition des tâches au sein des fratries la renforce6. Mais rien ne prouve, comme le dit J.-M. Moine, que ces liens de sang (« politique matrimoniale ») et les liens économiques « aient toujours joué un rôle de relais politique décisif et efficace pour la défense des intérêts particuliers des firmes ou des intérêts généraux de la profession »7.

  • 8 Il est membre du CD en 1906, trésorier en 1912, vice-président de 1918 à 1920, puis président de 19 (...)
  • 9 S’y ajoutent des sociétés dans l’énergie électrique, l’immobilier et le transport.
  • 10 Administrateur de la Banque nationale de crédit (puis vice-président, et président), de la Caisse f (...)

8Les relations professionnelles jouent également un rôle non négligeable. La participation d’un dirigeant à divers conseils d’administration et dans des branches non métallurgiques constitue l’une des mesures du pouvoir qu’il exerce dans le champ économique. Au bureau de l’Union, si la majorité des membres occupent des sièges dans des sociétés métallurgiques et minières, 38 % sont administrateurs de sociétés étrangères à ces branches, et plus de 28 % d’au moins une banque. Il s’agit des dirigeants appartenant aux profils B et D (cf. supra). Souvent polytechniciens (profil B), ils cumulent les participations. Le président Gabriel Cordier8, ingénieur du Corps des Ponts, administrateur de dix-huit sociétés métallurgiques et minières, majoritairement dans le secteur de la distribution d’électricité, administre aussi cinq sociétés de transport, quatre compagnies d’assurances et trois banques, sans compter les établissements thermaux de Vichy et d’Évian. Théodore Laurent, ingénieur du Corps des Mines, outre son poste de directeur général puis de président directeur général de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt, préside ou administre cinquante et une sociétés, essentiellement métallurgiques9, et trois banques, la Société générale, la Banque des Pays du Nord, la Société de crédit à l’industrie française. Quant au centralien Pierre Richemond (profil D), il est présent dans seize conseils d’administration dont ceux de quatre banques10 et de cinq sociétés appartenant à des secteurs divers comme la chimie, le caoutchouc ou la Société industrielle de réalisation artistique.

  • 11 Le Conseil de régence se compose de 15 membres dont six recrutés parmi les industriels, élus par l’ (...)
  • 12 La loi du 26 juillet 1936 réforme la Banque de France, qui est désormais dirigée par un Conseil gén (...)
  • 13 13 mars 1936, cité in D. Woronoff, François de Wendel, op. cit., p. 92.
  • 14 L. Boltanski, « L’espace positionnel », art. cit., p. 24.

9La participation au Conseil de régence de la Banque de France11 est faible, concernant seulement quatre membres du bureau : Florent Guillain en tant que censeur, Robert de Wendel, Gabriel Cordier et François de Wendel comme régents. Ils font partie de ceux qui cumulent de nombreuses fonctions, en plus de celles de président de l’UIMM pour Guillain et Cordier et du CFF pour les de Wendel. La position de régent de François de Wendel entre 1913 et 193612 contribue à en faire la cible favorite des attaques contre les « deux cents familles » : « C’est le magnat de l’acier qui donne les directives générales et nuance à son gré la politique de la Banque » écrit Galtier-Boissière dans Vendredi13. Cumulant des responsabilités économiques et politiques, il lui est reproché de préférer le crédit à bas prix plutôt que la défense du franc. On retrouve ici une propriété analysée par le sociologue Luc Boltanski : « La multipositionnalité procure […] à la classe dominante un premier avantage par soi non négligeable, en lui permettant de tenir (au sens militaire du terme) un nombre élevé de positions élevées avec un nombre restreint d’individus »14.

 

  • 15 P. Bourdieu, La noblesse d’État, op. cit., p. 440-443.
  • 16 Sur l’ensemble des polytechniciens étudiés, 62,5 % sont issus du Corps des Mines, 25 % du Corps des (...)

10Les caractéristiques du patronat, observées par Pierre Bourdieu une cinquantaine d’années plus tard15, prennent leurs racines dans celui de l’entre-deux-guerres. Les polytechniciens et les diplômés de l’École libre des sciences politiques, qui sont issus de la bourgeoisie d’affaires, ont plus de chances de siéger dans les conseils de sociétés importantes. La douzaine de membres du bureau qui détient ainsi les postes d’administrateurs (plus de douze conseils) sont à 61,5 % polytechniciens, et à 73 %16 si on prend seulement en compte les sociétés non métallurgiques et minières. L’appartenance à de grandes familles industrielles constitue le facteur commun aux autres membres qui ont des formations diverses (droit et sciences politiques, École des Mines). Les ingénieurs des Corps des Mines et des Ponts ont un accès privilégié aux conseils d’administrations, vraisemblablement aussi parce qu’ils détiennent un capital social précieux, du fait que nombre de leurs condisciples peuplent les cabinets ministériels, les ministères et autres institutions. Une exception, le centralien Pierre Richemond, sans doute parce que ses postes aux directions du GIM, puis de l’UIMM ont favorisé les sollicitations.

Tableau 2-1. Membres du bureau de l’UIMM, membres du conseil d’administration d’au moins une banque, selon leur formation

Polytechniciens 47,4 %*

Juristes 26,3 %*

Centraliens 26,3 %*

Aubrun

Labbé

Dalbouze

Cordier

Lambert-Ribot

Desbrière

Daum

Peyerimhoff

R. Fould

Guillain

Pichon

M.E. Lambert

C. Laurent

Pinot

Richemond

T. Laurent

Marlio

Pralon

Ricard

* Des membres du bureau présents dans des conseils d’administration des banques.
Les 3/5
e des juristes appartenaient au Conseil d’État (Lambert-Ribot, Peyerimhoff, Pichon).

Tableau 2-2. Membres du bureau de l’UIMM, administrateurs d’au moins une entreprise n’appartenant ni au secteur bancaire, ni à la métallurgie, selon leur formation

Polytechniciens 42,9 % *

Autre formation 19,05 % *

Centraliens 19,05 % *

Juristes 9,5 % *

Autres ingénieurs 9,5 %*

Aubrun

Freycinet

Ernault

Darcy

F. de Wendel

Cordier

R. Nervo

M. Lambert

Lambert-

M. de Wendel

Guillain

Pucheu

C. Petiet

Ribot

Lange

R. de Wendel

Richemond

C. Laurent

T. Laurent

Marlio

Pralon

Ricard

* Des membres du bureau présents dans des CA de telles entreprises.

Tableau 2-3. Membres du bureau de l’UIMM, administrateurs de dix entreprises métallurgiques et plus, selon leur formation

Polytechniciens 60 %

Juristes 20 %

Autres ingénieurs 20 %

Aubrun

Labbé

F. de Wendel

Cordier

Lenté

M. de Wendel

Daum

T. Laurent

Marlio

Pralon

Sources : cf. dictionnaire des dirigeants patronaux CDROM.

Tableau 2-4. Membres du bureau de l’UIMM, administrateurs de moins de dix entreprises métallurgiques, selon leur formation

Centraliens 30 %

Polytechniciens 27 %

Autres ingénieurs 20 %

Autre formation 13 %

Juristes 10 %

Clément

Bélugou

Damour

D’Auvigny

Darcy

Dalbouze

Chaleil

Diebold

Fournier

Peyerimhoff

Desbrière

Gruner

Dupin

Freycinet

Pinot

Ernault

Guillain

Meunier

R. de Wendel

Hochstetter

Lange

Sartiaux

M. Lambert

C. Laurent

Villiers

A. Pinard

Ricard

Richemond

Vicaire

Venot

Sources : cf. dictionnaire des dirigeants patronaux CDROM.

  • 17 P. Bourdieu signale, pour une période beaucoup plus récente, que « la plupart des membres de l’esta (...)
  • 18 P. Bourdieu, op. cit., p. 447. Mais peut-être est-ce dû à la jeunesse de ces clubs ?
  • 19 Il a également fondé l’Aéro-Club de France. En outre, il est membre du Cercle d’Anjou, du Cercle du (...)
  • 20 M. de Saint Martin, L’espace de la noblesse, Paris, Éditions Métailié, 1993, p. 131-180.

11L’appartenance à un ou plusieurs clubs est une autre voie pour mesurer la surface sociale des individus. Les affinités s’y renforcent, le style de vie s’y affirme. Onze membres du bureau (18,3 %) fréquentent au moins un club, notamment le Cercle interallié, le Cercle du Bois de Boulogne et l’Union artistique interalliée, ce qui est un pourcentage supérieur à celui de l’ensemble des membres du conseil de direction (6,6 %). Cette faible fréquentation s’explique à la fois par la non-exhaustivité de nos sources17 et sans doute par la lourdeur et la diversité des tâches des dirigeants de l’organisation. Mais quand on examine les multiples participations de Théodore Laurent, cette dernière explication n’est guère convaincante, à moins que l’on ne considère celui-ci comme un cas exceptionnel. Les dirigeants issus de la grande bourgeoisie font-ils davantage partie de ces clubs que ceux issus de classes plus modestes ? La remarque de Pierre Bourdieu sur la conjonction entre l’ancienneté des entreprises, le milieu social, et l’appartenance à des clubs souvent liés à la pratique d’un sport (Automobile-Club, Yacht Club, Aéroclub) ne se vérifie que partiellement à cette époque18. Certes, l’Automobile-Club, fondé en 1895 par le marquis Jules de Dion19 et le baron de Vilaine, constitue l’un des clubs les plus prisés par les membres du conseil de direction (2,2 % de la totalité des membres et 34,3 % de ceux qui fréquentent un club), même s’il l’est moins par ceux du bureau (respectivement 3,3 % et 18,2 %). Mais les dynasties d’affaires les plus anciennes et les plus importantes comme les Dreux, les Labbé, les Petiet ou les Schneider s’y mêlent à une bourgeoisie plus récente (Renault), voire plus modeste (Villiers). Certains patrons multiplient les inscriptions : Georges Desbrière, Georges Villiers et surtout Louis Renault (6 clubs). Le Cercle du Bois de Boulogne, le Nouveau Cercle ou le Jockey Club recrutent une clientèle plus aristocratique20.

12Dans quelle mesure l’adhésion à un club, si elle augmente le réseau relationnel, contribue-t-elle à augmenter ou à asseoir le pouvoir de l’individu ? N’est-elle pas aussi le reflet d’un pouvoir établi, une capacité à se faire reconnaître ? L’étude systématique et le recensement des membres des différents clubs apporteraient vraisemblablement des informations sur l’apport ou non de ces fréquentations à l’extension des réseaux de sociabilité.

Tableau 2-5. Clubs fréquentés par les membres du bureau du conseil de direction

Cercle Bois de Boulogne

D’Auvigny
Desbrière
Lambert-Ribot

Club Interallié

T. Laurent
Villiers
Lambert-Ribot

Nouveau Cercle

Desbrière
D’Auvigny
Darcy

Union artistique interalliée

Lange
T. Laurent

Saint-Hubert

Desbrière

Automobile Club

Labbé
Villiers

Yacht Club

Villiers

Amis de l’X

Pralon

Rotary

Villiers

Cercle franco-allemand

Daum
(fondateur)

Sources : cf. dictionnaire CDROM

13Appartenir à une famille de bourgeoisie ancienne ou sortir d’un grand corps prédispose à une importante vie de relations et à occuper des positions éminentes dans certaines institutions : Conseil d’État, Cour des comptes, Inspection des finances, cabinets ministériels.

Des rapports privilégiés avec les autres « mondes »

14Les relations avec le monde politique sont souvent difficiles à étudier du fait de leur complexité. Là encore, le partage entre la défense des intérêts personnels et celui de la profession n’est pas toujours possible. On peut toutefois estimer que les responsabilités politiques prises par les métallurgistes participent de leur pouvoir sur l’ensemble du corps social et appuient majoritairement les stratégies de l’organisation. Différents types de liens sont à distinguer : les rapports directs par l’exercice de mandats politiques à tous niveaux, les rapports indirects avec des hommes politiques via les réseaux, le financement de partis politiques ou de candidats soit par les organisations patronales soit par les individus, sans parler des pressions diverses étudiées au chapitre suivant.

15La moitié des présidents de l’UIMM exerce ces fonctions à tous les niveaux, de celle de maire du village de Gorcy pour Roland Labbé à celle de ministre des Colonies pour Florent Guillain.

  • 21 J.-M. Moine, Les barons du fer, op. cit., p. 228. Pour une vue complémentaire, D. M. Gordon, « Le l (...)

16Outre Roland Labbé, deux autres membres du bureau exercent un mandat de maire : André Damour à Gourzon (Haute-Marne) et Georges Villiers à Lyon (1941-1942). D’après l’état actuel de nos recherches, le pourcentage de maires sur l’ensemble du conseil de direction est très faible (2 %). Dans la majorité des cas, il s’agit de petites villes ou de villages dans lesquels les industriels sont implantés depuis très longtemps. Ainsi Jacques Marcellot dirige Eurville (Haute-Marne) pendant 58 ans (1887-1944) et Roland Labbé, Gorcy (Meurthe-et-Moselle) pendant 45 ans (1928-1973). La commune leur appartient (emplois, œuvres sociales, etc.), ce qui signifie une perméabilité certaine entre les actions du chef d’entreprise et celles du maire. Seuls André Faure, Émile Marot et surtout Georges Villiers gèrent des villes plus importantes (respectivement Limoges, Niort et Lyon). D’autres industriels se contentent de contrôler des municipalités par l’intermédiaire de leurs employés avec souvent pour objectif de maintenir l’ordre : Jean-Marie Moine cite le cas de Joeuf où, en 1908, près de la moitié des conseillers municipaux dont le maire travaillait chez de Wendel21. Le contrôle peut aussi prendre un aspect financier par la prise en charge d’une partie des dépenses municipales. Il est, de toute façon, social car les grosses entreprises métallurgiques fournissent fréquemment l’essentiel des emplois dans une cité ou une région. Les œuvres caritatives reposant sur la religion sont également un moyen d’asseoir leur pouvoir sur la communauté. Les épouses y secondent généralement leur mari, comme c’est le cas de Claire Marcellot, née Vingtain, à Eurville.

17Certains patrons refusent de s’ingérer officiellement dans la vie municipale, ce qui ne les empêche pas d’y peser lorsque leurs intérêts sont en jeu.

Tableau 2-6. Mandats politiques des membres du conseil de direction

Tableau 2-6. Mandats politiques des membres du conseil de direction

UN : Union nationale ; UD : Union démocratique ; R : radical1 ; P : Progressistes ; AL : Action libérale ;
C : droite conservatrice ; I : Indépendants ; FR : Fédération républicaine

Tableau 2-7. Mandats et fonctions politiques des membres du bureau de l’UIMM

Tableau 2-7. Mandats et fonctions politiques des membres du bureau de l’UIMM

18Les mandats de conseiller d’arrondissement ou de conseiller général ouvrent de plus larges perspectives : possibilités d’agir sur l’organisation des transports, l’hygiène publique, etc., mais aussi étape pour la députation et/ou pour le Sénat. Ils marquent également une implantation familiale dans la région comme celle d’Émile Taudière dans les Deux-Sèvres en 1919, qui prend la suite de son grand-père et de son père.

  • 22 Il appartient ensuite à l’Action libérale.
  • 23 En 1925, P. Doumer fait partie de la commission sénatoriale de l’Armée, J. de Dion de celles du Com (...)
  • 24 Guillain renonce ainsi à briguer un nouveau mandat parlementaire aux élections législatives de 1910
  • 25 Mattei Dogan, « Les filières de la carrière politique en France », Revue française de sociologie, 8 (...)
  • 26 Il fonde, à l’automne 1924, la Fédération nationale catholique. Y adhèrent P. Henriot, X. Vallat… C (...)
  • 27 Sur les péripéties de l’élection de F. de Wendel, voir J.-M. Moine, Les barons du fer, op. cit., p. (...)
  • 28 La Fédération est, à sa création en novembre 1903, dirigée par Eugène Motte. Louis Marin, député de (...)
  • 29 Il rassemble les progressistes de la Fédération républicaine, divers nationalistes (Barrès), les cl (...)
  • 30 183 élus dans la Chambre bleu horizon, 104 et 131 dans les deux suivantes jusqu’à la scission de 19 (...)

19Un peu plus nombreux (2,26 % des membres du conseil de direction), les députés représentent des appuis précieux pour les organisations patronales. Ils siègent en plus grand nombre entre 1898 et 1910, appartenant à la droite conservatrice comme le baron Xavier Reille ou aux modérés. Député du Nord à partir de 1889, rapporteur pour les droits de douane sur les produits sidérurgiques, membre du Comité des Houillères, Jean Plichon se fait l’avocat du CFF, plus que de l’UIMM, lors des négociations douanières22. Jules de Dion, député de Nantes sur la liste d’Union nationale, inscrit au Groupe des Indépendants (1902-1923), ardent défenseur des libertés religieuses, est aussi proche de la Ligue des contribuables fondée en 1898-1899 par Jules Roche qui lutte contre l’instauration de l’impôt sur le revenu. Après la guerre, de 1919 à 1932, les métallurgistes ne disposent plus que de deux députés et de trois sénateurs23. Les industriels sont, de toute façon, minoritaires, la fonction de chef d’entreprise semblant difficilement conciliable avec celle de parlementaire24. Ainsi en 1919 ils ne représentent que 8,5 % des membres de la Chambre25. Parmi eux, Jacques Marcellot, l’un des fondateurs avec Jacques Piou de l’Action libérale (1903), siège de 1919 à 1924 comme député de la Haute-Marne. Catholique ardent, admirateur de Léon Harmel et leplaysien, il se spécialise dans les questions sociales. Après la défaite électorale de 1924, il devient le président départemental de la Fédération nationale catholique fondée par le général de Castelnau26. François de Wendel27, finalement élu en 1914, est la voix du CFF. Il rejoint le groupe de la Fédération républicaine28 et il s’affilie, en 1919, au groupe parlementaire de l’Entente républicaine 29. À partir de 1924, ce groupe se nomme Union républicaine et démocratique30.

  • 31 « Le prestige personnel dont Guillain jouissait, au-delà de l’industrie qu’il représentait, lui con (...)

20Deux présidents et un vice-président de l’Union viennent du monde politique : Florent Guillain, Charles Laurent et Paul Doumer. La nomination de Florent Guillain à la tête de l’UIMM est exemplaire de la stratégie politique des groupes patronaux. Guillain, ingénieur du corps des Ponts et Chaussées, est entré en politique après une carrière dans la fonction publique : conseiller général et député du département du Nord en 1893, il siège à la Chambre des députés jusqu’en 1910 dans le groupe des républicains progressistes, il est ministre des Colonies dans les cabinets Dupuy (1898-1899). Membre puis vice-président du groupe colonial en 1902, il appartient aux comités de l’Afrique française, de l’Asie française dont il est le vice-président, et du Maroc. Il est un proche de Jules Méline et est membre du Conseil général de la Ligue des contribuables. Opposé à la législation sociale du gouvernement Waldeck-Rousseau qu’il considère comme très négative pour le développement économique, il combat la loi sur la journée de huit heures, incompatible selon lui avec la compétition internationale, notamment pour la production charbonnière. Il entame une carrière industrielle à partir de 1906, deux années après être entré à la Chambre syndicale des constructeurs de matériel ferroviaire et à l’UIMM. Les dirigeants de ces organisations ont très vite perçu, étant donné les prises de position antérieures de l’homme politique, tout le parti à tirer de son élection à la direction des organisations patronales. Il est également désigné, en 1907, président du CFF. Donc, communauté de direction entre les trois organisations qui, désormais, ont un porte-parole de premier plan au Parlement et, en leur sein, un grand connaisseur des rouages de l’administration. Sa présence à la tête de ces organisations coïncide avec la persistance d’un climat politique défavorable au monde patronal sur le plan intérieur. Sur le plan extérieur, « Guillain’s personal prestige outside the industry conferred on him both an additional authority and the character of a somewhat neutral figure. He was thus well qualified to act as an arbiter and an initiator within the councils of the associations without offending the acute sensibilities of the members or upsetting rules of preseance »31. Son rôle au sein du groupe colonial et des divers comités a également été primordial pour la défense des intérêts de l’industrie métallurgique dans les colonies. Cette volonté d’affermir les liens avec le monde politique s’inscrit dans l’évolution de la société française et le développement du rôle de l’État. Cela démontre également la faculté d’adaptation des organisations patronales.

  • 32 Il a été gouverneur général de l’Indochine (1896-1902), et membre du Comité de l’Afrique française (...)

21Charles Laurent, comme Florent Guillain, débute par une carrière politique. Polytechnicien, inspecteur des Finances en 1882, après une mission au Tonkin en 1886, il est nommé chef de cabinet du ministre des Finances Peytral en 1888. Adjoint au chef de service de l’Inspection (1890), il redevient chef de cabinet en 1893, avant d’accéder aux différentes directions du ministère des Finances. La nomination, en 1911, comme vice-président de l’UIMM, de Paul Doumer, ami de Robert Pinot, mais aussi ancien ministre des Finances (1895) et haut fonctionnaire colonial32, témoigne une fois de plus du besoin de l’Union de se donner des politiques comme dirigeants, ces porte-parole ajoutant leur crédit personnel à celui de l’organisation.

  • 33 Ainsi que dans des sociétés par actions ayant exclusivement un but financier et faisant appel au cr (...)

22Inversement, des parlementaires ou des membres du gouvernement peuvent exercer la fonction d’administrateur dans des affaires privées. En fait, il est interdit au parlementaire au cours de son mandat d’accepter des fonctions de directeur, d’administrateur, de membre du conseil de surveillance dans les entreprises jouissant de subventions ou d’avantages financiers assurés par l’État, mais s’il remplit ces fonctions avant d’être élu, il peut les conserver33. On peut présumer que cette activité les rend plus sensibles aux propositions et aux revendications des groupes patronaux. Pour évaluer cette interpénétration, il faudrait dresser la liste des conseils d’administration des sociétés les plus importantes.

23Le cas d’Alexandre Millerand est plus surprenant. Après qu’il ait été âprement combattu par Pinot lors des discussions sur les Conseils du Travail, de bonnes relations s’établissent entre les deux hommes. Avocat de formation, après sa carrière ministérielle, Millerand devient l’avocat-conseil du CFF et du syndicat des armateurs, et en 1907 il se met au service de la maison de Wendel, ce qui ne l’empêche pas d’être le conseil de Schneider dans l’affaire des mines d’Ouenza en 1908.

  • 34 Il a réussi à maintenir le droit de 15 F sur les fontes.
  • 35 Il est aussi président de l’AIAF.
  • 36 C. Bouneau et P. Lacombrade, « Préoccupations internationales et action locale (1890-1914) », in La (...)

24D’autres hommes politiques sont à l’occasion la voix des métallurgistes auprès du monde politique. Alfred Mézières (1826-1915), député de 1881 à 1900, sénateur de 1900 à 1915, joue un rôle important dans la commission des Douanes avant le vote du tarif Méline34. Son successeur comme député de Briey, Albert Lebrun (1871-1950), ingénieur des mines, appartenant à la gauche démocratique, même s’il n’a participé dans un premier temps à aucun conseil d’administration, intervient ponctuellement en faveur de la métallurgie au Parlement. Le député lorrain Louis Marin (1871-1960), président de la Fédération républicaine, ministre des Régions libérées (1924), des Pensions (1926), puis de la Santé (1934), est un ami de François de Wendel. Le sénateur de l’Aisne (gauche républicaine) Eugène Touron, défenseur permanent de la grande industrie et donc des intérêts métallurgistes, appartient aux milieux patronaux. Il dirige l’importante filature de coton familiale et fonde l’Union des syndicats patronaux des industries textiles en 190135. Il est aussi secrétaire de l’Association de l’industrie et de l’agriculture françaises et président de la Chambre de commerce de Saint-Quentin en 190936.

25Ceci dit, les liaisons entre le monde politique et le monde des affaires se révèlent très complexes. L’indépendance du personnel politique fixe certaines limites. Des députés que l’UIMM a pu contribuer à faire élire ne tiennent pas toujours leurs engagements, d’abord parce qu’ils bénéficient d’autres appuis. Ainsi l’accès de Raymond Poincaré ou d’Albert Lebrun à la présidence de la République est davantage lié à leur appartenance au centre qu’à leurs liens avec des sociétés métallurgiques. L’action auprès des pouvoirs publics emprunte parallèlement d’autres voies. Une surveillance constante s’exerce sur le travail législatif et réglementaire des institutions politiques nationales et locales. Pour mieux faire entendre leur voix, les syndicats patronaux s’appuient ou tentent de s’appuyer sur des institutions économiques nationales ou internationales.

Notas

1 Sur ce sujet cf. « Les réseaux de solidarités du patronat face au pouvoir politique, 1870-1914 », in P. Guillaume (dir.), Les solidarités. Le lien social dans tous ses états, Talence, Éditions de la MSH d’Aquitaine, 2001, p. 405-418.

2 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 13.

3 Sur les réseaux du Musée social, cf la deuxième partie de l’ouvrage de J. R. Horne Janet R. (Le Musée social, op. cit.).

4 D. Woronoff, François de Wendel, op. cit., p. 38.

5 Dictionnaire des dirigeants patronaux en annexe.

6 Sur la mise en évidence des liens, la spécificité des réseaux, leur classification, Alain Degenne et Michel Forsé, Les réseaux sociaux, op. cit. ; E. Lazega, Réseaux sociaux, op. cit. J.-P. Hirsch donne des exemples de stratégies familiales dans Les deux rêves du commerce, op. cit.

7 J.-M. Moine, op. cit., p. 245.

8 Il est membre du CD en 1906, trésorier en 1912, vice-président de 1918 à 1920, puis président de 1920 à 1925.

9 S’y ajoutent des sociétés dans l’énergie électrique, l’immobilier et le transport.

10 Administrateur de la Banque nationale de crédit (puis vice-président, et président), de la Caisse foncière de crédit, du Crédit foncier et colonial.

11 Le Conseil de régence se compose de 15 membres dont six recrutés parmi les industriels, élus par l’assemblée générale composée des 200 plus gros actionnaires, les « deux cents familles » selon l’expression d’E. Daladier, reprise avec succès.

12 La loi du 26 juillet 1936 réforme la Banque de France, qui est désormais dirigée par un Conseil général de 20 membres nommés par les pouvoirs publics.

13 13 mars 1936, cité in D. Woronoff, François de Wendel, op. cit., p. 92.

14 L. Boltanski, « L’espace positionnel », art. cit., p. 24.

15 P. Bourdieu, La noblesse d’État, op. cit., p. 440-443.

16 Sur l’ensemble des polytechniciens étudiés, 62,5 % sont issus du Corps des Mines, 25 % du Corps des Ponts.

17 P. Bourdieu signale, pour une période beaucoup plus récente, que « la plupart des membres de l’establishment […] omettent de mentionner dans le Who’s Who leur appartenance à un club, entendant sans doute par là qu’ils sont au-dessus de ces formes d’association ». La noblesse d’État, op. cit., p. 452.

18 P. Bourdieu, op. cit., p. 447. Mais peut-être est-ce dû à la jeunesse de ces clubs ?

19 Il a également fondé l’Aéro-Club de France. En outre, il est membre du Cercle d’Anjou, du Cercle du Bois de Boulogne, de l’Union interalliée, du Jockey Club, du Nouveau cercle et de l’Union artistique.

20 M. de Saint Martin, L’espace de la noblesse, Paris, Éditions Métailié, 1993, p. 131-180.

21 J.-M. Moine, Les barons du fer, op. cit., p. 228. Pour une vue complémentaire, D. M. Gordon, « Le libéralisme dans l’empire du fer : François de Wendel et la Lorraine industrielle 1900-1914 », Le Mouvement Social, avril-juin 1996, p. 79-111.

22 Il appartient ensuite à l’Action libérale.

23 En 1925, P. Doumer fait partie de la commission sénatoriale de l’Armée, J. de Dion de celles du Commerce, Industrie, Travail et Postes, G. Japy de celles des Chemins de fer, Transport et Outillage national et de celle des Douanes. À la Chambre des députés, F. de Wendel participe à la commission des Affaires étrangères, de l’assurance et de la prévoyance sociales et des Mines, A. François-Poncet à celle du Commerce et de l’Industrie. Certes, Doumer n’appartient plus au CD de l’UIMM, mais il est président d’honneur de la CS du matériel de chemin de fer, et François-Poncet a quitté l’Union en 1924. On peut également signaler que Guy de Wendel siège aux commissions de l’Armée et d’Assurance et de prévoyance sociale de la Chambre. Annuaire de l’UIMM, 1925.

24 Guillain renonce ainsi à briguer un nouveau mandat parlementaire aux élections législatives de 1910.

25 Mattei Dogan, « Les filières de la carrière politique en France », Revue française de sociologie, 8, 1967, p. 472.

26 Il fonde, à l’automne 1924, la Fédération nationale catholique. Y adhèrent P. Henriot, X. Vallat… C. Bonafoux-Verrax, A la droite de Dieu : La fédération nationale catholique (1924-1944), Paris, Fayard, 2004.

27 Sur les péripéties de l’élection de F. de Wendel, voir J.-M. Moine, Les barons du fer, op. cit., p. 235-241, et D. M. Gordon, art. cit.

28 La Fédération est, à sa création en novembre 1903, dirigée par Eugène Motte. Louis Marin, député de Meurthe-et-Moselle, succède à Auguste Isaac après sa défaite électorale de 1924. G. Le Béguec, J. Prévotat, « 1898-1919 : l'éveil à la modernité politique », in J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Paris, Gallimard, 1992, p. 214-219. Selon E. Beau de Loménie, F. de Wendel en devient le chef, Marin n’étant que le chef apparent de la Fédération, (op. cit., tome V, 1973, p. 266). J. Vavasseur-Desperriers, Culture, structures, stratégie d’une organisation de la droite parlementaire entre les deux guerres : la Fédération Républicaine de 1919 à 1940, thèse de doctorat d’État, Université Lille 3, 1999.

29 Il rassemble les progressistes de la Fédération républicaine, divers nationalistes (Barrès), les cléricaux de l’Action libérale, des catholiques traditionnels comme le général de Castelnau. D. Woronoff, François de Wendel, op. cit., p. 101.

30 183 élus dans la Chambre bleu horizon, 104 et 131 dans les deux suivantes jusqu’à la scission de 1932 (44 députés).

31 « Le prestige personnel dont Guillain jouissait, au-delà de l’industrie qu’il représentait, lui conférait une autorité supplémentaire ainsi qu’une certaine neutralité. Il était de ce fait en bonne position pour agir en arbitre et initiateur au sein des conseils des associations, sans froisser les susceptibilités des membres ni aller à l’encontre des règles de préséance ». M. J. Rust, op. cit., p. 111.

32 Il a été gouverneur général de l’Indochine (1896-1902), et membre du Comité de l’Afrique française et de celui de l’Asie française.

33 Ainsi que dans des sociétés par actions ayant exclusivement un but financier et faisant appel au crédit. M. Prélot, Institutions politiques et droit constitutionnel, Paris, Dalloz, 1951, p. 368-370.

34 Il a réussi à maintenir le droit de 15 F sur les fontes.

35 Il est aussi président de l’AIAF.

36 C. Bouneau et P. Lacombrade, « Préoccupations internationales et action locale (1890-1914) », in La Chambre de commerce et d’industrie de Paris (1803-2003). Histoire d’une institution, Genève, Librairie Droz, 2003, p. 131-175.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 2-6. Mandats politiques des membres du conseil de direction
Leyenda UN : Union nationale ; UD : Union démocratique ; R : radical1 ; P : Progressistes ; AL : Action libérale ; C : droite conservatrice ; I : Indépendants ; FR : Fédération républicaine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57273/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 236k
Título Tableau 2-7. Mandats et fonctions politiques des membres du bureau de l’UIMM
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57273/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 269k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540