Version classiqueVersion mobile

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Deuxième partie. Un groupe de pression puissant

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Sur la naissance du terme groupe de pression, W.J.M. Mackenzie, « Pressure Group : The Conceptual w (...)

1« Le groupe de pression est toujours un groupe d’intérêt […]. Le groupe d’intérêt n’est pas nécessairement un groupe de pression dans la mesure où les positions qu’il exprime sont susceptibles de recevoir satisfaction autrement que par la voie gouvernementale »1. Cette définition s’applique à l’UIMM, groupe d’intérêt formé pour peser sur les mesures gouvernementales, et, en conséquence, groupe de pression, dont la puissance dépend en partie de la cohérence du groupe d’intérêt. Des techniques d’action sont définies par Robert Pinot dès les débuts de l’organisation. Puis l’Union les adapte à l’évolution sociale et politique. L’accentuation des travaux législatifs, le suivi des décisions gouvernementales obligent son secrétariat à exercer une vigilance de tous les instants et à entreprendre des enquêtes approfondies sur les questions en cours. Se développe ainsi une stratégie de communication, à destination des adhérents et du monde extérieur, incluant information et propagande. Divers moyens d’action sont employés : utilisation de la presse, échanges de courrier, démarches auprès des ministres, des parlementaires, des commissions législatives, participation de métallurgistes aux différentes institutions politiques et économiques. Homme de réseaux, Robert Pinot utilise les relations nouées dans ses postes antérieurs pour tenter de faire prendre en compte les options patronales. Cette méthode, sans cesse perfectionnée, est poursuivie par ses successeurs.

2Les liens étroits entre élites politiques et économiques ne sont pas nouveaux, mais ils se sont transformés et développés à la fin du XIXe et au début XXe siècles. Puis ils se sont institutionnalisés à partir de la Première Guerre mondiale du fait de l’interventionnisme croissant de l’État et de l’essor des organisations patronales. Celles-ci tablent sur la fédération des intérêts patronaux, tâche souvent difficile et fruit de compromis, et sur une bonne connaissance de l’adversaire et de ses pratiques. Nous tenterons de mesurer ici l’intensité et la variabilité des liens, la rivalité ou éventuellement les alliances avec les partis, les autres syndicats et la presse.

Notes

1 Sur la naissance du terme groupe de pression, W.J.M. Mackenzie, « Pressure Group : The Conceptual work frame », Political Studies, octobre 1955, p. 249, et sur les concepts de groupe d’intérêt, groupe de pression, J. Meynaud, Les groupes de pression en France, Paris, Armand Colin, 1958, p. 11-41.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search