Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Première partie. L'organisation de la profession (1900-1939)

Chapitre III. La direction de l’Union, lieu de pouvoir, de compromis, d’échanges, de conflits

Texte intégral

  • 1 Pratique considérée comme indispensable au fonctionnement de l’organisation. On peut cependant s’ét (...)
  • 2 J. Boudet faisait aussi ce constat en 1952. (Le monde des affaires de 1830 à nos jours, Paris, SEDE (...)
  • 3 De J.-N. Jeanneney (L’argent caché, op. cit.) à J. Garrigues, sans compter les nombreux mémoires ou (...)
  • 4 Voir le dictionnaire des dirigeants patronaux et des permanents en annexe (CDROM).
  • 5 Développée dans la seconde partie de cet ouvrage.
  • 6 P. Bourdieu, La noblesse d’État. Grandes Écoles et esprit de corps. Paris, Les Éditions de minuit, (...)
  • 7 C. Lemercier, La Chambre de commerce de Paris, 1803-1852. Un « corps consultatif » entre représenta (...)
  • 8 A. Degenne, M. Forsé, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 1994, p. 11.
  • 9 Ibid., p. 15.
  • 10 A. Degenne, M. Forsé, op. cit. ; E. Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, PUF, 1998 (...)
  • 11 J.-N. Jeanneney, L’argent caché, op. cit., p. 37.

1L’UIMM est administrée par des industriels et dirigée par des permanents. Étudier ces dirigeants individuellement ne manque pas d’intérêt, mais se révèle insuffisant si l’on veut cerner plus étroitement le fonctionnement et les stratégies de l’organisation, comprendre les mécanismes du pouvoir. La première étape est la constitution d’une base biographique solide. La quête des informations est longue et parfois infructueuse, car la discrétion est cultivée dans le monde patronal1, et, conséquence de cette discrétion, les biographes ont plutôt été intéressés par le monde politique2 ou culturel. L’ouverture progressive des archives, la publication de mémoires, d’études historiques surtout depuis près de trente ans3, les multiples dictionnaires biographiques, les entretiens ont permis de constituer une base de données, certes non exhaustive, mais suffisante pour tracer le profil des dirigeants de l’Union4. Tous ces documents nous éclairent essentiellement sur les parcours professionnels des personnalités les plus importantes. Mais ces études de cas doivent être complétées par des études sociologiques plus systématiques si l’on veut tenter de démêler le fil des solidarités, l’objectif étant d’examiner les relations internes et externes5 à l’organisation. L’étude des réseaux de sociabilité est un pari difficile pour l’historien en raison de la difficulté d’accès aux informations, de l’appréciation à porter sur leur fiabilité et du choix des méthodes. Les sociologues pratiquent ces analyses depuis une trentaine d’années6, mais leurs outils doivent être adaptés aux sources et études historiques. Un certain nombre d’historiens s’y sont déjà essayés avec succès7. Comment combiner l’itinéraire individuel, l’intégration et l’impact du groupe ? Pour reprendre les propos d’Alain Degenne et Michel Forsé, « un réseau ne se réduit pas à une simple somme de relations »8. « L’analyse de réseau repose davantage sur une logique combinatoire que sur une logique purement agrégative »9. La lecture de mémoires ou de biographies le confirme. Le tissu de relations nouées par Pinot avant sa prise de fonction à la Chambre syndicale des constructeurs de matériel de chemin de fer, puis à l’UIMM est tout à fait symbolique du rôle des liens tissés aussi bien au niveau familial que lors de ses premiers postes, dans l’antichambre du Parlement ou au Musée social. Il faut aussi avoir conscience que les solidarités ne sont pas automatiques. Se pose toujours le problème de la surestimation ou de la sous-estimation du poids des logiques familiales. Des relations de parenté ne laissent pas forcément présager des relations étroites. Dans les grandes familles industrielles, la répartition des tâches au sein des fratries est évidente (chez de Wendel par exemple). Toutefois, si l’on désire cerner la position de chacun, il est nécessaire de mettre en évidence le type de fonction, de liens établis par chaque individu au sein des différents organes auxquels il participe. Les sociologues Alain Degenne et Michel Forsé, ou Emmanuel Lazega ont souligné l’importance de la coexistence entre différents types de réseaux : familiaux, amicaux, d’échange de conseils, d’informations… et des ressources que les individus pouvaient tirer d’une bonne gestion de la configuration d’ensemble issue de ces réseaux variés10. Les conséquences de l’interaction entre liens familiaux et d’association et la présence dans des institutions ne sont pas forcément évidentes à cerner. Les cartes relationnelles sont ainsi très complexes à établir. Des connivences entre les individus peuvent coexister avec des antagonismes violents sur certains thèmes, ou évoluer dans le temps, par exemple les relations entre Pinot et Millerand. Les mécanismes socio-politiques en mouvement ne peuvent être réellement compris que par des approches fines. « Plus les finalités d’une organisation patronale s’éloignent de la mission corporative que sa nature même lui assigne, moins elle peut préserver la solidarité de ses membres »11, excepté en cas de crise. Ainsi, reconstituer de façon pertinente les réseaux d’individus ou d’une institution n’a rien d’évident. Commenter trop hardiment tel ou tel lien retrouvé en l’absence d’information exhaustive peut mener à de fausses pistes, notamment à surestimer des logiques de réseau parfois présentées comme deus ex machina, avec une connotation souvent péjorative. On se bornera donc ici d’une part à étudier les différences et les ressemblances entre profils des dirigeants de l’UIMM, indices de clivages possibles, et d’autre part à présenter, à partir de quelques exemples suffisamment connus, des hypothèses quant au fonctionnement de formes de cooptation qui demanderaient de plus amples et exhaustives recherches pour être généralisées.

Les industriels

  • 12 Dépouillement systématique des CD et des annuaires de l’UIMM entre 1901 et 1950.

2Si des renseignements ont été réunis sur l’ensemble des membres des comités de direction durant une cinquantaine d’années12, l’étude est plus poussée pour les présidents, les vice-présidents, les secrétaires, les trésoriers, les délégués et secrétaires généraux, soit un corpus d’une soixantaine de personnes. L’appartenance au conseil de direction, et plus précisément au bureau, signifie à la fois un rôle actif, une position de pouvoir dans l’institution et un lieu de plus grande sociabilité entre les individus compte tenu de la périodicité des réunions et de l’appartenance aux réseaux économique et syndical.

  • 13 Sur les 59 individus de ce corpus, 7 ont occupé plusieurs postes, ils ont été étudiés dans leur fon (...)

3Entre 1901 et 1950, huit présidents, trente-neuf vice-présidents, sept secrétaires et cinq trésoriers se sont succédé13. Près des trois quarts (71 %) sont ingénieurs, dont 30,8 % de polytechniciens, 23 % de centraliens, 11,5 % de diplômés des Écoles des Mines et des Ponts. Le niveau élevé de leur formation correspond à la fois à l’importance des entreprises qu’ils dirigent et au haut niveau de technicité demandé par les différents secteurs. Le fait d’appartenir pour un certain nombre d’entre eux à de grandes familles de métallurgistes ne les a pas dispensés de longues études.

4La proportion des ingénieurs, dont une moitié de polytechniciens du Corps des Ponts, est un peu plus élevée chez les présidents (six sur huit). Jusqu’en 1925 la présidence est réservée aux polytechniciens, ensuite la diversité règne. Le centralien Pierre Richemond a laissé la place à des juristes comme Jacques Lenté ou Roland Labbé qui possède, en outre, un diplôme de sciences politiques. Ce dernier partage la présidence avec Marcel Meunier, diplômé des Arts et Métiers.

  • 14 Les 4 vice-présidents qui ont accédé à la présidence sont étudiés dans le premier groupe, soit 3 po (...)
  • 15 Ces hommes détiennent un capital social précieux par leurs relations avec les grands corps qui peup (...)
  • 16 Par exemple Robert de Wendel (J.-M. Moine indique qu’il est spécialiste des questions financières e (...)
  • 17 Sur 12 personnes, 8 (66,6 %) étaient ingénieurs, 1 licencié en droit et diplômé de l’École libre de (...)
  • 18 H. Morsel, « Louis Marlio, position idéologique et comportement politique, un dirigeant d’une grand (...)

574,3 % des 35 vice-présidents étudiés14 sont ingénieurs. Les centraliens l’emportent sur les polytechniciens (31,4 % contre 22,8 %). 75 % de ces derniers sortent des Grands Corps (Mines et Ponts)15. Il faut y ajouter cinq ingénieurs de l’École des Mines, un des Ponts, un des Arts et Métiers et un dont l’école n’est pas mentionnée. Ignorant le niveau de formation de 11 % des vice-présidents, on peut supposer qu’un certain nombre devaient être ingénieurs, à moins que la condition d’héritier ait prévalu16. Les polytechniciens sont majoritaires parmi les secrétaires et les trésoriers17. Certains vice-présidents cumulent les diplômes comme Louis Marlio18, qui non seulement est un X-Ponts, mais possède aussi un doctorat de droit, grade qu’il partage avec le centralien Alban de Canisy. Quelques parcours atypiques cependant comme celui d’Henry de Freycinet qui, passé par l’École navale, a quitté la marine pour entrer chez Schneider, ou Paul Doumer qui a fait la carrière politique que l’on sait avec une licence de sciences. Un seul est recensé comme autodidacte, Jules Niclausse.

Graphique 1-5. Formation des présidents et vice-présidents de l’UIMM

Graphique 1-5. Formation des présidents et vice-présidents de l’UIMM
  • 19 Cela confirme l’étude de J.-M. Moine sur les maîtres de forges lorrains, les héritiers accédant plu (...)
  • 20 Contrairement au constat de J.-M. Moine sur le fait que Polytechnique était en partie un moyen d’as (...)

6Fils de… Environ 40 % de l’ensemble du corpus, particulièrement les centraliens19, appartiennent à des familles d’industriels. Ce pourcentage devrait être certainement augmenté car un certain nombre d’individus à l’origine familiale inconnue sont à la tête d’entreprises personnelles. Les polytechniciens sont issus de la bourgeoisie20, mis à part Florent Guillain dont le père est menuisier, mais, selon l’annuaire de l’École polytechnique, il dirige une entreprise de menuiserie. Jules Niclausse se distingue là encore de ses collègues, car il est issu d’un milieu modeste, son père étant domestique et sa mère femme de ménage.

  • 21 Relations familiales, amicales, professionnelles. Cf. 2e partie.
  • 22 Les petites et moyennes entreprises n’ont pas de représentants dans ce corpus.
  • 23 Sur les 46 répertoriées à cette date. Cela démontre à la fois l’importance du CFF au sein de l’Unio (...)

7Appartenir à une grande entreprise est un facteur essentiel. Les grands patrons dominent les principaux syndicats professionnels représentés au bureau de l’Union, que ce soit la Chambre syndicale du matériel de chemin de fer, le Comité des Houillères ou le CFF. Ces positions induisent l’appartenance à des réseaux de relations extrêmement utiles21. L’entreprise prise en compte est celle de l’entrée en fonction dans le poste. Par simplification, nous avons discerné deux catégories, les grosses entreprises22 et les groupes industriels, qui peuvent aussi être familiaux, mais financés en partie avec des capitaux extérieurs. Il est parfois difficile de mesurer l’importance d’une société : le capital social, les effectifs employés, le nombre d’usines sont les principaux critères, encore faut-il les connaître. Les annuaires du CFF donnent des renseignements précieux, mais nous n’avons retrouvé que dix-sept entreprises23 y adhérant en 1939. Elles disposent alors d’un capital social variant de 2 à 344 millions de francs. Parmi les membres du bureau de l’Union, 36,5 % dirigent de grosses entreprises, familiales pour la plupart, 57,7 % administrent des groupes importants. 5,8 % ne travaillent pas dans une entreprise précise, mais siègent dans de multiples conseils d’administration.

Tableau 1-3. Formation et origine familiale des présidents (noms en gras italique) et vice-présidents (1901-1950)

Tableau 1-3. Formation et origine familiale des présidents (noms en gras italique) et vice-présidents (1901-1950)

XP : Corps des Ponts ; XM : Corps des Mines ; * Pinard est mentionné dans l’annuaire de Centrale, mais il y a doute sur les prénoms.

  • 24 Duval, Cordier, Richemond, Lenté, Meunier.
  • 25 La Compagnie des chemins de fer de l’Est pour le premier, la Compagnie des chemins de fer de la Cei (...)

8Six présidents sur huit exercent des fonctions de direction dans des entreprises industrielles24 lors de leur accès à la présidence. Pierre Richemond et Jacques Lenté travaillent dans des entreprises familiales d’une certaine importance. Le premier est ingénieur, puis administrateur délégué dans l’entreprise Weyher et Richemond, qui occupe 620 salariés en 1920. Le second gère l’entreprise de son oncle Louis et de son beau-père J. Laveissière avant de devenir le secrétaire général du groupe, Escaut et Meuse, dans laquelle la société Laveissière est majoritaire. Edmond Duval, Gabriel Cordier, après quelques années au service de l’État (travaux de navigation et chemin de fer), travaillent ensuite dans des compagnies ferroviaires25 avant de diriger Fives-Lille pour l’un, d’administrer des sociétés d’énergie électrique et le groupe Alais, Froges et Camargue (futur Péchiney) pour l’autre. Marcel Meunier dirige la Compagnie des ascenseurs Hamm et Roland Labbé, appartenant à une famille de maîtres de forges, exerce les fonctions d’administrateur et de président de la Société des Forges de Saulnes et Gorcy et de Lorraine-Escaut. Les deux présidents restants, Florent Guillain et Charles Laurent, ont fait des carrières dans la haute fonction publique et même dans la politique, le premier dans le service des routes et de la navigation, le second dans les finances, avant d’entrer dans leur cinquantième année dans le monde des affaires. Florent Guillain est l’un des administrateurs, puis le président de Thomson-Houston ; son successeur, Charles Laurent est également membre du conseil d’administration de treize sociétés.

951,4 % des vice-présidents sont employés dans des groupes industriels et 45,7 % dans de grosses entreprises. Seul Jules Aubrun n’est pas en fonction lors de son accession à la vice-présidence, mais il a été directeur général du Groupe Schneider du Creusot et secrétaire du conseil de l’Union de 1922 à 1929.

 

  • 26 Cordier, Richemond, Labbé, après avoir été membres du conseil de direction, sont dans un premier te (...)
  • 27 Gros appareillage électrique (C. Laurent), Industries électriques (F. Guillain), Constructions élec (...)

10L’accession au poste de président s’est faite par cooptation, apparemment sans discussion, à plus de 50 ans (7 sur 8), et pour moitié à plus de 60 ans. Quatre futurs présidents ont gravi les échelons au sein du comité de direction26, un a seulement été vice-président pendant quelques mois, trois ont assumé directement la présidence, Edmond Duval, Jacques Lenté et Marcel Meunier qui a, les deux années précédentes (1945-1947), présidé le conseil de la Transformation des métaux. Tous dirigeaient auparavant un ou plusieurs syndicats professionnels, ce qui était la condition pour participer au conseil de direction de l’Union. Les fabricants de matériel ferroviaire sont représentés par Edmond Duval et Florent Guillain. Trois présidents ont dirigé des syndicats des industries de l’électricité27. Ceux des Forces hydrauliques, des Mécaniciens, Chaudronniers et Fondeurs de Paris et de France, des Tubes en fer et sans soudure, des Industries téléphoniques, des Tréfileurs et dénaturateurs de fils en acier et de la Sidérurgie de l’Est ont eu chacun un président. Très tôt, les secteurs nouveaux et en pleine expansion sont donc présents au plus haut niveau, avec Florent Guillain, Charles Laurent pour les industries électriques, Gabriel Cordier pour les Forces hydrauliques. Deux hommes représentent les intérêts du CFF : Florent Guillain qui a, comme nous l’avons vu, cumulé les deux présidences, et Gabriel Cordier qui compte parmi les administrateurs de quatre sociétés dépendant du CFF. En fait, les deux organismes sont liés plus étroitement puisqu’ils ont le même délégué général.

11Pierre Richemond dirige parallèlement le groupement régional le plus important, celui de la région parisienne (1920-1936). Trois présidents appartiennent conjointement à la CGPF (Charles Laurent) ou après la Seconde Guerre mondiale au CNPF (Marcel Meunier et Roland Labbé).

  • 28 A. Thépot, Les ingénieurs des mines, op. cit., p. 327. L’auteur n’avait comptabilisé sa présence qu (...)

12Pour l’ensemble de la période, le CFF et les syndicats de la grosse métallurgie ont 38,6 % de représentants parmi les présidents et les vice-présidents, les nouveaux secteurs liés à l’électricité 13,6 %, les constructions mécaniques 11,4 %. Les syndicats régionaux (27 %) ont pris de plus en plus d’importance, la direction de l’UIMM devant tenir compte des adhésions massives des chambres régionales. Jusqu’à son départ, le Comité des Houillères est représenté par son président, Henry Darcy, et par les secrétaires du conseil, Édouard Gruner et Henri de Peyerimhoff. Le secrétariat est occupé de 1918 à 1936, par les directeurs généraux de la firme Schneider (Achille Fournier, Jules Aubrun et André Vicaire). Après 1936, Maurice Spitzer y officie comme représentant des constructeurs de l’Isère. De 1901 à 1917, les trésoriers font partie des Syndicats des Industries électriques et des Forces électriques, puis, de 1918 à la guerre, du CFF avec Théodore Laurent. Polytechnicien du Corps des mines, directeur général puis président de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt, ce dernier cumule les postes dans les conseils d’administration (une cinquantaine au total) et dans sept syndicats professionnels, ce qui est un record. Selon André Thépot, il était l’« un des plus brillants industriels issus du Corps des mines »28.

13Tous les membres du conseil de l’Union participent au conseil de direction de plusieurs syndicats professionnels, voire interprofessionnels, soit en moyenne deux syndicats par individu, les présidents en représentant plus de trois et demi. Cette polyvalence des membres du conseil, particulièrement des présidents, est à mettre au compte de la polyvalence de la métallurgie. Celle-ci comporte en effet des secteurs très divers, et une même entreprise adhère fréquemment à plusieurs syndicats professionnels et régionaux, d’où la multiplicité des liens horizontaux qui favorisent la circulation des informations. Nous pouvons également noter que les syndicats représentés au bureau servent les intérêts à la fois des secteurs et des entreprises importants. La présence d’un même homme à la tête de plusieurs syndicats peut aussi être interprétée comme une volonté de renforcement de la cohésion patronale.

  • 29 Le Crédit national, le Crédit foncier et la Caisse foncière de crédit comptent deux présidents parm (...)

14Tous les présidents ont des activités multiples et siègent notamment dans de nombreux conseils d’administration non seulement de sociétés métallurgiques, mais aussi des banques29. Guillain est censeur de la Banque de France, Cordier régent. Richemond est le seul à avoir des responsabilités à la Chambre (vice-président) et au Tribunal de commerce (juge) de Paris et de la Seine. Il est également membre du Conseil national économique. La présence dans ces conseils et organismes divers signifie que l’individu est reconnu dans le monde des affaires. Plus il l’est, plus il est sollicité. Dans le même temps, cela accroît son réseau au sens large, et cela explique donc qu’on le coopte de plus en plus. Autrement dit, ce sont ceux qui ont le plus de capital (social ou autre) qui sont choisis, et ainsi de suite.

15Le mandat des présidents varie de 4 à 13 ans. Duval et Guillain restent à ce poste jusqu’à leur mort, les autres quittent la présidence du fait de leur grand âge (Richemond) ou parce qu’ils sont appelés à d’autres fonctions. C’est le cas de Charles Laurent qui part en 1920 comme ambassadeur à Berlin.

 

16L’UIMM a bien sûr bénéficié de ces personnalités connues en dehors de la profession. Le choix d’une partie d’entre elles est vraisemblablement motivé par la volonté d’asseoir la stratégie de l’UIMM et de renforcer son pouvoir. Le profil de ces présidents est aisé à dégager : grand patron ayant une solide formation, majoritairement scientifique, recruté parmi les professionnels, excepté les deuxième et troisième présidents qui viennent du monde politique.

  • 30 Ces variables sont ici la formation, le type d’entreprise, les autres fonctions tenues… Cf. la list (...)
  • 31 Je remercie Claire Lemercier pour son aide dans la réalisation de cette analyse (cf. http://lemerci (...)

17Pour esquisser un profil des vice-présidents, bien plus nombreux, il faut passer à une analyse plus statistique, sans négliger le rappel de cas individuels. En l’espèce, une analyse factorielle s’avère utile pour dégager les différentes caractéristiques sociologiques coexistant au sein du bureau de l’UIMM et répondant sans doute à des logiques différentes de recrutement. Certains types d’analyse factorielle, en l’espèce l’« analyse des correspondances multiples », ont, en effet, pour but à la fois de détecter des grandes corrélations entre variables individuelles à l’échelle d’un groupe, même à effectif réduit30, et de caractériser chaque individu de ce groupe en fonction de sa proximité plus ou moins grande avec les quelques grands « types » ou « profils » ainsi détectés31.

18L’objectif de l’analyse factorielle est ainsi de classer un ensemble d’individus – ici les membres du bureau de l’UIMM – en fonction d’un ensemble de variables qui les rapprochent ou les différencient. En particulier, l’analyse permet de distinguer quelles sont les variables (ou associations de variables) qui opposent le plus nettement des profils individuels bien distincts. Pour cela, l’ordinateur recherche en fait toutes les corrélations (ou absences de corrélations) entre les variables connues, prises deux à deux. Par exemple, les polytechniciens sont-ils plutôt issus d’entreprises familiales, de grands groupes, ou sont-ils répartis entre ces types d’entreprises de la même façon que les non polytechniciens ? À partir de toutes ces corrélations entre variables prises deux à deux, l’ordinateur propose un graphique (Graphique 1-6) qui fournit deux types de résultats intéressants.

  • 32 Notons que les variables peu « clivantes » au sein de l’échantillon, qui auraient été représentées (...)

19D’une part, par convention, les variables qui s’opposent le plus (qui sont le moins corrélées entre elles) se retrouvent placées aux deux extrémités de l’axe horizontal. Ainsi, l’analyse nous indique que rares sont les centraliens de notre corpus à avoir tenu des postes gouvernementaux, ou encore que rares sont les parlementaires de notre corpus à être issus d’un syndicat régional. L’axe vertical oppose de la même manière des variables rarement corrélées entre elles (comme le poste de délégué général de l’UIMM et celui de dirigeant de la Banque de France) ; mais l’opposition entre elles est un peu moins tranchée que sur l’axe horizontal32.

20D’autre part et dans le même mouvement, on peut interpréter les proximités entre les points représentant les variables sur le graphique comme autant d’indices d’une probable corrélation entre ces variables (même s’il faut toujours revenir aux données pour vérifier et surtout comprendre de telles corrélations). Ainsi des groupes de variables proches finissent-ils par dessiner des profils bien individualisés.

21Pour donner plus de sens historique à ces résultats, il est utile de revenir à l’échelle individuelle, ce que permet le graphique 1-7, produit par la même analyse. Ce graphique a en réalité les mêmes axes que le précédent : ils sont superposables et n’ont été séparés ici que pour des raisons de lisibilité. Ils nous montrent deux facettes d’une même réalité : d’un côté le point de vue des variables, corrélées ou non entre elles ; de l’autre celui des individus, similaires ou non du point de vue des propriétés sociales envisagées ici. Si deux hommes sont représentés dans le même secteur du graphique 1-7, c’est qu’ils présentent des traits communs. Ces profils ont été rendus plus lisible par une délimitation visuelle sur le graphique. Celle-ci n’est pas un résultat direct de l’analyse statistique, mais une première interprétation de notre part : les frontières des « profils » ne peuvent être fixées exactement, mais leur existence est indubitable.

22Enfin, la confrontation des graphiques 1-6 et 1-7 permet de compléter la description de ces « profils ». Lambert-Ribot, par exemple, est placé dans le secteur du graphique 1-7 qui correspond, sur le graphique 1-6, aux propriétés « non chef d’entreprise », « délégué général » et « juriste », notamment : cela signifie qu’il est en conformité avec le profil défini par ces propriétés et qu’il en possède personnellement plusieurs.

Graphique 1-6. Les membres du bureau de l’UIMM

Graphique 1-6. Les membres du bureau de l’UIMM

Analyse des correspondances multiples.
Seules sont représentées les variables qui pèsent sur la définition des deux premiers axes.
En gras : période d’entrée, utilisée comme variable supplémentaire.
Ddn inconnue : date de naissance inconnue ; fam. Inconnue : profession du père inconnue ; autre ingé. : autre école d’ingénieur.
CA M + : membre d’au moins dix conseils d’administrations d’entreprises métallurgique ou minières ; CA M- : membre d’aucun conseil d’administration d’entreprise métallurgique ou minière ; CA B + : membre d’au moins un conseil d’administration de banque ; CA B- : membre d’aucun conseil d’administration de banque ; CA A + : membre d’au moins un conseil d’administration d’un autre type d’entreprise.
Ese fam. : entreprise familiale ; non chef ese : non chef d’entreprise.
Poste synd./sans poste synd. : dirigeant ou non d’au moins un syndicat ou organisme syndical. BdF : dirigeant Banque de France ; éco. national : poste dans une institution économique locale (Chambre de commerce…).
Parl. : parlementaire ; poste gouv. : poste gouvernemental (ministère, cabinet…) ; autre adm. : autre poste administratif, non économique (Conseil d’État…).

Graphique 1-7. Les membres du bureau de l’UIMM (suite)

Graphique 1-7. Les membres du bureau de l’UIMM (suite)

Analyse des correspondances multiples : positions des individus dans le plan factoriel défini par les variables représentées en page précédente. Les individus constituent des variables supplémentaires dans l’analyse. Les individus les plus proches du centre du graphique (moins bien décrits par les variables mises en évidence ici) n’ont pas été représentés en détail : ils constitutent le profil D.

  • 33 Cette information n’a pas été prise en compte comme variable pour l’analyse factorielle. Durées moy (...)

23Que pouvons-nous donc conclure de cette analyse ? Les points qui se détachent le plus graphiquement, tant pour les variables que pour les individus, sont ceux situés en haut et à droite (« profil C »). Il s’agit avant tout des secrétaires généraux et délégués généraux, des permanents aux caractéristiques bien particulières, détaillées ci-après, toutefois partagées par quelques autres membres. Mais les autres industriels, membres du bureau, sont loin d’être indifférenciés. C’est principalement le long de l’axe horizontal qu’ils se distinguent : on peut ainsi opposer un profil A, à gauche de cet axe (au sein duquel on isolera en « A + » les membres les plus caractéristiques), et un profil B, à droite. Enfin, les hommes se retrouvant au centre du graphique (profil D) présentent des profils plus variés, échappant à cette typologie simple ou intermédiaire. On remarque que nombre des secrétaires se retrouvent dans cette catégorie plus atypique. Peut-être sont-ils en partie choisis pour cette capacité à relier des mondes différents. Notons aussi que les hommes qui entrent le moins dans des typologies précises (profil D, et dans une moindre mesure profil A, par opposition au profil A +) sont ceux qui demeurent le moins longtemps en poste au comité de l’UIMM. Au contraire, les représentants des profils A +, C et surtout B, aux caractéristiques plus tranchées, sont ceux qui y siègent de longues années33. Aussi est-il d’autant plus intéressant de se pencher sur leurs origines et sur les postes qu’ils ont occupés durant leur carrière.

  • 34 Pour élaborer ce commentaire, les résultats de l’analyse factorielle concernant les variables pesan (...)

24Sur quoi reposent donc ces distinctions entre deux profils pour les industriels34 ?

  • 35 Une exception : Richemond, à la tête d’une entreprise familiale.
  • 36 Au capital de 2 millions de francs en 1939.

25Le profil A regroupe des individus dont on ignore souvent la date de naissance ou les origines familiales : c’est peut-être un artefact, mais cela peut aussi tout simplement signaler que ces hommes n’ont pas connu une notoriété nationale durable. De façon plus substantielle, ils partagent certaines caractéristiques : ils sont plutôt issus de grosses entreprises familiales (à 70 %, voire 90 % pour les A +) que de groupes industriels et viennent de syndicats régionaux (pour les trois quarts dans le profil A +) ou de syndicats de la construction mécanique – deux types de syndicats quasi absents des autres groupes. En revanche, électricité et grosse métallurgie y sont très peu présentes. Ils tiennent également des postes dans des institutions économiques locales (Chambres de commerce…), qui sont l’apanage quasi exclusif de ce groupe. Plus fréquemment centraliens (c’est le cas des trois quarts des A +, contre moins de 20 % de l’ensemble du bureau) et moins polytechniciens (aucun parmi les A +), ils sont plus souvent des « héritiers » de familles d’industriels (c’est le cas d’au moins la moitié des A +) – on a déjà évoqué cette association entre héritage et passage par Centrale. Ils occupent moins de postes dans tous les types de conseils d’administration et sont pratiquement absents des directions d’organismes d’origine syndicale. Plus souvent vice-présidents (à plus de 80 %), ces hommes n’accèdent jamais à la présidence de l’UIMM. Ainsi, le constat que l’on avait fait à propos du quasi-monopole35 des groupes industriels sur cette présidence se complète et s’enrichit. Des hommes, dont la légitimité semble plus locale, ancrée dans une entreprise ou un syndicat régionaux, mais assez peu dans le monde des finances ou des institutions publiques nationales, parviennent néanmoins au bureau de l’UIMM. On ne les trouve pas au plus haut niveau de l’organisation, pour lequel il faut sans doute disposer d’un autre type de capital social (bien affirmé au sein du profil B). Parmi les archétypes de ce profil A (et même A +), on trouve René Hochstetter, Alban de Canisy, Robert Clément, Étienne Diébold. Ils représentent deux régions – la région parisienne, avec un président et un vice-président du GIM, et l’Est – et la transformation des métaux. Étienne Diébold, ingénieur, le seul non centralien, symbolise le parcours des individus de ce groupe : il prend la direction de l’entreprise familiale de constructions mécaniques et de chaudronnerie36 et parallèlement entre dans le syndicat régional qu’il préside rapidement. Bien implanté localement (à la Chambre de commerce), il devient président du Syndicat unique des employeurs de la transformation des métaux de la région de Nancy en 1944 et conserve une position importante dans les syndicats régionaux et nationaux (UIMM et CNPF) au lendemain de la guerre.

 

  • 37 L. Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de cl (...)

26Le profil B, lui, présente des caractéristiques en partie inverses, avec le cumul de postes politiques (locaux et surtout nationaux), administratifs ou dans des institutions nationales de l’économie, de positions dans des conseils d’administrations ou des organismes d’origine syndicale. Ainsi, plus des deux tiers des hommes du profil B sont présents dans plus de dix conseils d’administration d’entreprises métallurgiques ou minières, cas qui ne se présente jamais pour le profil A. C’est donc à la fois au cœur des activités économiques représentées par l’UIMM et dans de nombreux autres champs de pouvoir, plutôt à l’échelle nationale, que ces hommes occupent des positions considérables au cours de leur carrière. Soulignons toutefois que les données utilisées ne permettent pas de préciser lesquelles de ces positions sont tenues avant, pendant ou après le passage au bureau de l’UIMM (même si, compte tenu des âges d’entrée et de la durée de présence au bureau, une certaine simultanéité est plus que probable). On retrouve bien là la figure classique d’un cumul de différents types de capital37. Il faut toutefois souligner que ce cumul ne concerne qu’une partie des membres du bureau. Il n’a donc rien de mécanique. Il est ainsi intéressant de faire des hypothèses sur ses ressorts : mode de choix des présidents, utilisation des liens externes ainsi fournis à l’organisation avec les mondes politique et économique. On peut aussi compléter la description de ces hommes qui cumulent les positions de pouvoir.

27Comme on l’a dit, le profil B mène plus que les autres à la présidence de l’UIMM et aux fonctions de trésorier. Tous ces hommes sont issus de grands groupes industriels et viennent massivement des syndicats de l’électricité ou, surtout, des forges (à plus de 70 %). Ils sont souvent polytechniciens (pour plus de la moitié), aucun n’est centralien et un seul issu d’une autre école d’ingénieurs. On compte en revanche parmi eux une forte minorité de juristes. Ils sont entrés plus jeunes que la moyenne au bureau de l’UIMM. Notons enfin qu’il est probable que les données recueillies sur les clubs, qui nous les montrent plus insérés que la moyenne dans la société mondaine, contiennent une part de vérité malgré leur caractère parcellaire. Cela ajouterait à leur répertoire de ressources relationnelles couvrant l’ensemble des élites françaises, alors que celles des membres du profil A apparaissent plus concentrées sur un secteur et/ou une région. La formation de ces hommes, qui sont loin d’être tous des héritiers, joue sans doute un rôle dans cette intégration parmi les élites issues des grandes écoles et qui essaiment dans des secteurs différents : conclusion bien sûr classique s’agissant de la France, mais à nuancer du fait que, encore une fois, la présence des hommes du profil B au bureau de l’Union est loin d’être hégémonique. Pour des raisons de consensus et/ou d’efficacité, ils travaillent avec d’autres qui ne relèvent pas de la « noblesse d’État ».

 

  • 38 Son parcours est examiné en 2e partie. Il sort comme P. Ricard de l’École polytechnique, mais il a (...)
  • 39 C’est ce que fait A. Chatriot, « Henri de Peyerimhoff, le gentleman du charbon », in O. Dard et G. (...)

28Le profil C, enfin, regroupe les permanents, dont le statut peut expliquer aisément les spécificités, mais auxquels ressemblent, par certains traits, un secrétaire (Henri de Peyerimhoff), un vice-président (Pierre Ricard) et un président (Charles Laurent38). Nous pouvons d’ailleurs nous demander s’il ne convient pas de classer Henri de Peyerimhoff parmi les fonctionnaires patronaux39. Avocat puis auditeur au Conseil d’État, il est devenu en 1907 le secrétaire du Comité central des Houillères avant de parvenir à la présidence (1925-1940). Il cumule les présidences de conseil d’administration de grandes sociétés minières et de banques. Pierre Ricard, comme tous les polytechniciens du Corps des mines, a commencé sa carrière dans l’administration avant de se consacrer à l’industrie. Il est le directeur de la Société générale de Fonderie en 1941, et préside lui aussi de nombreux conseils d’administration. Après la guerre, il occupe des fonctions importantes dans les instances européennes.

29Parmi les traits bien particuliers des hommes du profil C, on peut noter un âge moins élevé à l’entrée au bureau (en général avant 50 ans), une formation souvent juridique, parfois assortie d’un passage au Conseil d’État, le fait de ne pas être issu d’une famille d’industriels, de ne pas ou ne plus être rattaché à une entreprise. Les syndicats des forges sont nettement sur-représentés dans ce groupe et paraissent ainsi être le lieu principal du lien entre le syndicalisme de la métallurgie et l’administration. Les hommes du profil C sont aussi assez présents dans les organismes d’origine syndicale et surtout dans les institutions nationales de l’économie, voire dans les cabinets ministériels. Sans même entrer dans la chronologie précise de ces parcours, on peut ainsi envisager une circulation de ces hommes détenant un certain type de connaissances techniques sur les politiques économiques entre les lieux où se négocient ces politiques. Enfin, leur présence dans les conseils d’administration est moyenne, sauf pour ce qui concerne les banques, où ils sont particulièrement présents. Cela s’explique aisément pour l’inspecteur des finances Charles Laurent, mais aussi pour Pierre Ricard, dont la formation à l’École des mines a développé ce type d’aptitudes.

 

30Si l’on s’intéresse enfin aux dates d’entrée au bureau de l’ensemble de ses membres (représentées comme variables supplémentaires sur le premier graphique), on observe que les cassures entre périodes ne sont pas extrêmement nettes. Il s’agit donc plutôt de coexistence à chaque moment que d’une succession dans le temps de types d’hommes bien différents. Toutefois le profil B est un peu surreprésenté parmi les hommes entrés dans la première période avant 1918 et bien moins présent après 1939, au profit du profil A (en particulier du profil A + après 1939). Un certain glissement vers une légitimité plus locale et une moins grande insertion dans les milieux politiques nationaux, voire dans les grands groupes industriels, serait donc perceptible. Comme nous l’avons vu précédemment, cela est lié à l’augmentation du poids des chambres régionales au sein de l’Union.

Les permanents

  • 40 AUIMM. CD du 20 novembre 1918. Pinot le fut pendant 8 ans, Lambert-Ribot et Pichon pendant 13 ans e (...)

31Les secrétaires et délégués généraux, surtout le premier, Robert Pinot, jouent un rôle important. Seules quatre personnes occupent ces postes entre 1901 et 1968 : Robert Pinot, Alfred Lambert-Ribot, Adolphe Pichon et Pierre Waline, et il nous faudra interpréter cette grande stabilité dans la direction des affaires de l’UIMM : les mandats sont très longs, de 20 à 29 ans si les fonctions successives de secrétaire général et délégué général sont prises en compte. La fonction de délégué général est créée pour Pinot40.

  • 41 Pinot, reçu à l’École des mines en 1883, a dû démissionner faute de moyens financiers et trouver un (...)
  • 42 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 13.

32Excepté Waline, normalien et agrégé d’histoire, ils sont juristes de formation, cumulant des études de droit et de sciences politiques41. Les trois premiers ont commencé leur carrière dans divers organismes : Caisse des dépôts et Musée social pour Pinot, Conseil d’État pour Lambert-Ribot et Pichon. Certains ont aussi occupé des postes qui les ont mis en contact avec le monde politique : Pinot a été secrétaire des députés monarchistes de l’Orne Georges-Henri Roulleaux-Dugage et le baron de Mackau42, Lambert-Ribot, chef de cabinet adjoint du ministre du Travail, Albert Métin, en 1913, puis de celui des Travaux Publics, Claveille, en 1917. Seul Waline a fait toute sa carrière à l’Union.

  • 43 AIUMM. CD du 16 décembre 1918.
  • 44 AIUMM. CD extraordinaire du 20 avril 1926.

33Nous disposons de peu de renseignements sur la manière dont ils ont été choisis. Pinot s’est imposé pour avoir déployé son énergie et son savoir-faire au Syndicat du matériel ferroviaire, prenant appui sur ses multiples expériences professionnelles antérieures. Les secrétaires et délégués généraux suivants sont désignés par cooptation ou peut-être par choix du président, mais nous ne possédons aucune information sur ce point. Les critères de sélection semblent reposer sur une solide formation et, bien sûr, sur des relations dans le milieu patronal. Ainsi, en novembre et décembre 1918, après un examen de candidatures par le conseil de direction, « le président présente au conseil de direction M. Lambert-Ribot, auditeur au Conseil d’État, qui a été désigné comme secrétaire général de l’Union »43. En 1926, « À l’unanimité, le conseil décide de nommer M. Lambert-Ribot, délégué général de l’Union des industries métallurgiques et minières. Pour remplacer M. Lambert-Ribot dans les fonctions de secrétaire général, M. le Président propose de faire appel au concours de M. Adolphe Pichon, maître des requêtes au Conseil d’État. À l’unanimité, les membres du conseil de direction approuvent cette proposition »44.

  • 45 Délégué général du CFF, des constructeurs de matériel de chemin de fer, des Forces hydrauliques, du (...)

34Seuls les deux premiers secrétaires – délégués généraux multiplient des fonctions identiques au sein des syndicats professionnels. Pinot détient ces postes dans huit Chambres syndicales : celles des constructeurs de matériel de chemin de fer (1899), de navires et de machines marines, de matériel de guerre, du CFF (1904) et de celui de Meurthe et Moselle, des Forces hydrauliques, de l’Électrométallurgie et de l’Electro-chimie et enfin des mines de fer de France. On retrouve Lambert-Ribot dans quasiment les mêmes syndicats45, neuf au total. Tous, excepté Pichon, siègent au Bureau International du Travail, Pinot et Lambert-Ribot au Conseil national économique.

35Quant à leur implication dans les sociétés métallurgiques, leur souci d’indépendance les conduit à ne pas accepter de sièges dans les conseils d’administration (sauf pour Pinot à la Société Babcok et Wilcox). Mais ils sont administrateurs d’un certain nombre de banques, le Crédit national, la Caisse foncière de crédit, l’Union industrielle de crédit pour la reconstruction (Pinot), la Société de crédit à l’industrie française (Lambert-Ribot, Pichon). Lambert-Ribot participe aussi aux conseils d’administration de la Société de développement de l’outillage national, de l’Union financière et industrielle pour l’outillage de l’Indochine. Pichon, Waline n’exercent pas ce type de fonctions. Sans doute, l’extension de l’Union et le développement de la législation sociale leur commandent de centrer leurs efforts.

 

36Qui, des délégués généraux ou des présidents, détient le pouvoir décisionnel ?

  • 46 Ce changement se retrouve nettement sur les graphiques de l’analyse factorielle : alors que le prem (...)
  • 47 Pinot a dû se souvenir des difficultés en 1900 et 1901 avec les ministres des Colonies pour les obl (...)

37Robert Pinot est secrétaire général, puis délégué général sous quatre présidents : Edmond Duval, Florent Guillain, Charles Laurent et Gabriel Cordier, les deuxième et troisième étant des personnalités venues de la fonction publique et du monde politique, et n’ayant exercé que tardivement des fonctions dans des sociétés métallurgiques ou dans des syndicats professionnels. Il semble qu’après la mort du fondateur Edmond Duval, Robert Pinot et le conseil de direction choisissent des hommes qui, par leurs hautes fonctions extra-industrielles, peuvent donner à la jeune Union suffisamment de poids pour jouer efficacement son rôle de lobby46. Pinot, qui n’était ni un ingénieur ni un homme du sérail, n’a-t-il pas été retenu pour ces raisons par les industriels de la métallurgie ? Opter pour un ancien ministre des Colonies, outre la personnalité de Florent Guillain, n’est certainement pas étranger à l’importance des marchés coloniaux pour l’industrie métallurgique47. Quant à Gabriel Cordier, étant membre du conseil de direction depuis 1906 et ayant été trésorier et vice-président, il a l’habitude de travailler avec Pinot ; d’autre part il siège dans de multiples conseils d’administration et est régent de la Banque de France.

  • 48 Cf. les critiques de François de Wendel et de Camille Cavallier (archives de Pont-à-Mousson, cote 7 (...)
  • 49 J.-N. Jeanneney, L’argent caché, op. cit., p. 33.
  • 50 J.-N. Jeanneney citant F. de Wendel : « ce goût immodéré de paraître », cette « manie de vouloir se (...)

38Compte tenu de la personnalité de Pinot et du rôle qu’il a joué dans la fondation et l’organisation de l’UIMM, nous pouvons estimer qu’il détient le pouvoir, d’autant qu’il cumule les postes dans les syndicats les plus importants. Pinot a été très marqué par ses contacts avec les disciples de Le Play dont Henri de Tourville. La mise en avant des faits sociaux, de la responsabilité sociale des classes dirigeantes, de la morale dans l’économie politique a fourni un guide et un outil très précieux à l’homme qui allait forger un nouveau type de syndicat patronal. Ses qualités, son caractère et son comportement, tout en suscitant de l’admiration pour l’œuvre accomplie, irritent un certain nombre de patrons : « un agent aussi brillant qu’omniprésent […] qui savait admirablement jouer des antagonismes entre ses mandants pour élargir sa propre influence »48. Selon Jean-Noël Jeanneney, « Robert Pinot, forte personnalité du Comité des Forges, était passé maître à ce jeu : non sans tension et rancœurs en retour »49. Les frictions sont plus fréquentes au CFF avec l’arrivée à la présidence de François de Wendel (1918-1940)50.

39Dans l’ensemble, Pinot rencontre peu de résistance de la part des présidents de l’UIMM, d’une part parce qu’ils sont choisis sinon par lui, du moins avec son assentiment, d’autre part, parce qu’il connaît mieux que quiconque les couloirs de la rue de Madrid, des ministères et du Parlement. Les archives de l’UIMM ne font pas allusion aux différends certainement inévitables entre les fonctionnaires patronaux et les industriels.

  • 51 AIUMM. CD du 17 février 1925.
  • 52 Les autres rapporteurs sont Siméon et Pichon.

40Alfred Lambert-Ribot travaille sous la présidence de deux industriels, Pierre Richemond et Jacques Lenté. Le premier, dirigeant précédemment un syndicat professionnel et le GIM tout en étant vice-président de l’UIMM depuis 1918, est proposé à la présidence par Cordier car « il lui semble désirable que les divers groupements soient successivement représentés »51. Il est difficile de savoir qui exerce alors la réalité du pouvoir. Dans les comptes rendus des séances du conseil de direction, Lambert-Ribot rapporte sur la plupart des projets52, les interventions des uns et des autres sont rarement notées. La fréquentation des séances du conseil est-il un indice suffisant ? Rien n’est moins sûr. Une présence quasi permanente aux conseils de direction ne gage pas du pouvoir souverain des présidents. Il appartient en effet à leurs fonctions de présider le conseil de direction.

Tensions et conflits internes

  • 53 AIUMM. Lettre de Darcy au président de l’UIMM, 3 mai 1921. CD du 24 mai 1921.

41À l’UIMM, comme dans d’autres organisations patronales, des tensions aux origines diverses, peuvent paralyser l’action. Outre les différends peu visibles dans les archives consultées entre les patrons très accaparés par leurs affaires et les fonctionnaires patronaux qui, du fait de leur présence constante dans l’organisation, tirent parti des divergences pour accroître leur pouvoir, elles existent entre chambres syndicales, entre industriels selon la taille de l’entreprise et selon les secteurs. Les terrains de dissensions peuvent être classés en trois ordres, interactifs entre eux : la politique douanière, les points de vue divergents entre les petites et les grandes entreprises, les différends conjoncturels. Le premier problème se pose essentiellement avant la réorganisation de l’Union en 1918 et se résout par la séparation des questions économiques et sociales. La vie de l’Union est rythmée par les deux autres. Si l’intérêt incite à la solidarité, notamment en cas de crise, les chefs d’entreprise sont très souvent concurrents sur le terrain des affaires. Les questions économiques entraînent des divergences entre les adhérents, non seulement entre les producteurs et les transformateurs, mais aussi parmi ces derniers. Les procès-verbaux conservent le témoignage de discussions sans les retracer. Seuls les conflits les plus importants – qui, parfois, conduisent à la scission – sont mentionnés. C’est le cas, en décembre 1915, du Syndicat des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de France, puis en mai 1921 du Comité Central des Houillères de France qui manifeste son désir « de poursuivre de façon distincte, à côté de l’Union, l’étude des questions ouvrières et sociales »53 puisque selon son président H. Darcy, celles-ci se posent différemment dans cette branche plus soumise aux « liens administratifs ». En octobre 1937, c’est le tour de la Chambre syndicale des industries aéronautiques en raison de la nationalisation de l’industrie des cellules. Deux des trois syndicats cités réintègrent l’Union peu de temps après.

 

  • 54 AIUMM. AG du 11 avril 1916, p. 9. Les Allemands jouissaient du traitement de la nation la plus favo (...)
  • 55 Notamment les constructeurs des régions du Nord et de Lyon.
  • 56 Le CFF a obtenu le maintien des droits élevés accordés par la loi de 1892, alors que les conditions (...)
  • 57 Pinot communique alors au comité des extraits de séances de la section présidée par Niclausse (17 f (...)
  • 58 Charles Laurent, réunion du comité et AG du 11 avril 1916, p. 10.
  • 59 Jean Plichon, député du Nord à partir de 1889 (Action libérale), est le rapporteur de la commission (...)

42« L’Affaire Niclausse » mérite que l’on s’y arrête, car elle provoque des remous importants en pleine Première Guerre mondiale. Elle oppose Jules Niclausse au comité de direction à propos des questions douanières. Il préside le Syndicat des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de France, et exerce parallèlement les fonctions de vice-président de l’Union et de président de la section de construction mécanique. La plupart des traités et conventions de la France en matière douanière arrivant à expiration en 1906, les négociations débutent dès 1904. Elles sont très laborieuses avec la Suisse et débouchent finalement sur un nouveau tarif beaucoup plus élevé que l’ancien. Aux yeux des dirigeants de l’Union, le traité franco-suisse de 1906 est très dangereux pour l’industrie française, notamment pour l’industrie de la construction mécanique, car les Allemands peuvent alors profiter de tous les abaissements accordés aux Suisses54. Avec quelques syndicats patronaux55, l’UIMM entame une action, qui se poursuit lors de la révision de 1910. Ils militent pour un relèvement des tarifs sur les articles de construction mécanique afin de les harmoniser avec ceux des produits métallurgiques semi-finis56. Mais ils se heurtent à la volonté gouvernementale de ne pas toucher à la Convention franco-suisse. Les démarches reprennent au lendemain du vote de la loi de 1910 et paraissent devoir aboutir, lorsque la guerre commence. Jules Niclausse fait alors cause commune avec la direction de l’UIMM, ce qu’il paraît nier par la suite57. L’échec de leur action suscite des débats animés essentiellement par les chambres régionales. Certains adhérents se demandent si la cause de la construction mécanique a été vraiment bien défendue ; ils ont plutôt l’impression qu’elle a été sacrifiée « à une aînée plus exigeante et mieux écoutée »58. Le CFF et l’UIMM, représentés par Pinot, sont accusés d’avoir négocié avec le gouvernement au nom de la métallurgie toute entière sans en référer aux autres syndicats, ce qui provoque une protestation du Syndicat des constructions électriques contre le rapport Plichon59 qui approuvait les majorations de droit proposées par le CFF et pensait que celui-ci avait joué un rôle de conciliateur entre les différents intérêts des métallurgistes.

  • 60 Ce qui, d’après le comité, allait à l’encontre de son action antérieure.
  • 61 AIUMM. Réunion du comité du 22 décembre 1915, p. 6
  • 62 AIUMM. Ibid., lettres des 7 et 17 décembre 1915.

43De son côté, Niclausse, qui a pris ses distances avec la direction de l’UIMM, demande aux pouvoirs publics, la suppression des droits de douane60 sur tous les produits métallurgiques jusqu’à la fin de la guerre, c’est-à-dire pendant une période indéfinie. Cette requête s’oppose aux intérêts du CFF et met en péril l’Union des métallurgistes. La défense du CFF est conduite par son vice-président Léopold Pralon qui est également vice-président de l’UIMM. Il milite pour « sauvegarder autant que possible (notre) maîtrise douanière » (pas de précédent fâcheux), et pour ne pas « priver les pouvoirs publics de la perception de droits de douane sans contrepartie et, par suite, sans aucun intérêt pour le consommateur, puisqu’on a observé que des mesures de ce genre ne profitaient qu’aux importateurs ». Pralon rappelle que l’invasion, qui a immobilisé 80 % des forges françaises entre les mains de l’ennemi, et les difficultés de transport ont restreint la quantité de matières disponibles. « La suppression des droits de douane ne changerait rien à cette situation » et pourrait s’étendre à d’autres produits, y compris ceux des constructeurs. De plus elle avantagerait les États-Unis, qui profitaient déjà suffisamment de la situation. Et enfin, « nous ne serions pas assez sots pour vouloir le mal des constructeurs, qui sont nos clients […] dont la prospérité importe absolument à la prospérité de notre industrie »61. La polémique est violente. Niclausse et le secrétariat du syndicat ne sont pas convaincus et envoient leur démission en décembre 191562.

  • 63 Le Bulletin aurait simplement évoqué des échanges épistolaires entre le CFF et le ministre ; Niclau (...)
  • 64 Le Syndicat des fondeurs en cuivre du Nord, la Chambre syndicale métallurgique de Lille (Spilliaert (...)
  • 65 AIUMM. AG du 11 avril 1916, p. 3.

44L’affaire Niclausse est révélatrice des dissensions profondes entre les membres de l’Union : l’opposition entre les transformateurs et les producteurs, la fronde contre le CFF dont les dirigeants de l’UIMM prennent la défense en cherchant des alliés parmi les constructeurs. Dans cette affaire, Pinot agit au nom du Comité. Si, comme nous l’avons signalé, le fait d’avoir les mêmes hommes à la tête de plusieurs syndicats peut être synonyme de cohésion, le jeu d’équilibriste est parfois une position difficile à tenir. Le débat, porté à la connaissance de tous les adhérents, vise à blanchir le CFF, qui « n’a jamais abusé du nom de l’UIMM et n’a jamais fait quoi que ce soit de contraire au maintien de l’entente […] », ni « tenu le Syndicat de constructeurs en dehors des projets de travaux qui avaient été demandés par la Guerre, au moment où le gouvernement s’est retiré à Bordeaux… ». Pralon montre au contraire la bonne conduite des Forges qui, lors de la mise en marche de la fabrication d’obus entre septembre et décembre 1914, ont fait appel au concours de tous, même des non adhérents. L’UIMM, menacée d’éclatement, se défend d’un soutien inconditionnel au Comité63. Parmi les partisans du CFF et de la direction de l’Union, se trouvent Pierre Richemond au nom du GIM et Tobie Robatel pour l’Association métallurgique du Rhône, rejoints par un certain nombre de groupements de la construction mécanique et de la chaudronnerie64, les Chambres syndicales des constructeurs de matériel de chemin de fer, de la construction navale, des constructeurs automobiles. Au total seize chambres syndicales, dont onze régionales, continuent d’appartenir à l’UIMM. Niclausse n’entraîne avec lui qu’une minorité des constructeurs : une chambre syndicale sur les trente-trois chambres de la Construction mécanique fait sécession65. L’Union insiste sur les dissensions au sein même du syndicat en dissidence. Tous semblent regretter l’absence d’un véritable débat avant la démission. Pralon, tout en rappelant la doctrine de l’UIMM en matière de droits de douane, invite à tirer les leçons de ce conflit : nécessité de la discipline syndicale (l’obligation pour tout syndicat adhérent d’en référer à l’Union avant de prendre une décision quelconque) et respect des statuts (article 12, puis 15) qui aurait pu empêcher la démission.

  • 66 Le CFF demandait un coefficient 3, ce que la commission interministérielle n’a pas accepté. Le décr (...)
  • 67 Interpellation d’Édouard Barthe, député socialiste de l’Hérault, à la Chambre des députés au cours (...)

45Charles Laurent remplace Niclausse à la tête de la section de construction mécanique de l’Union et devient donc vice-président, puis immédiatement président en 1916. Le choix de faire accéder à la présidence un représentant de la construction mécanique signifie-t-il un effacement relatif du CFF ? la victoire des transformateurs ? En fait, Charles Laurent préside comme son prédécesseur Florent Guillain la Compagnie Thomson Houston et représente le gros appareillage électrique. Il est vrai que le CFF affronte certaines difficultés. Malgré le retour à la liberté commerciale, il ne retrouve pas des conditions aussi avantageuses que durant l’avant-guerre, l’augmentation des prix à la fin de l’année 1919 et au début de l’année 1920 diminuant l’efficacité de la protection douanière et l’opposition des transformateurs ayant attiré l’attention des pouvoirs publics. Nonobstant ses demandes réitérées, il n’obtient pas une révision suffisamment importante des coefficients de majoration66. De plus, il est mis en cause pour son comportement durant le conflit (Affaire de Briey)67. L’unité retrouvée n’est sans doute pas étrangère à cette polémique. Une lettre est adressée au ministre de la Reconstitution industrielle, Louis Loucheur, par les quinze grandes chambres syndicales de la construction mécanique. L’assemblée générale de l’UIMM affirme sa solidarité avec le CFF contre « une campagne menée contre la métallurgie française par quelques parlementaires mal renseignés, et derrière lesquels on devine des passions particulières (qui) risquent d’égarer l’opinion publique ». C’est surtout l’orientation désormais sociale de l’UIMM qui contribue à apaiser les querelles et attire de nombreux syndicats de transformateurs. Le Syndicat des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de France, alors dirigé par Henri Ernault, réintègre l’UIMM en mars 1920.

  • 68 En fait, J.-M. Moine a montré que, sur les 250 adhérents du CFF, les grosses entreprises ne sont pa (...)
  • 69 AIUMM. CD du 18 novembre 1919.
  • 70 J. Meynaud, Les groupes de pression en France, Paris, Armand Colin, 1958, p. 24.

46Faut-il voir aussi dans cette fronde contre le CFF une opposition entre les grandes et petites entreprises, les syndicats de la construction mécanique rassemblant un nombre important de PME ? On pourrait le penser, une certaine homogénéité se dégageant du bureau de l’Union, dominé par les patrons de grandes sociétés, dont les intérêts semblent privilégiés. Effectivement, l’Union, à sa création, regroupe une quinzaine de chambres syndicales, dont celles des constructeurs de matériel ferroviaire, de matériel de guerre, du CFF…, qui réunissent essentiellement de grosses firmes68. Les dirigeants de certaines de ces sociétés se retrouvent au comité de direction de l’Union : Robert de Wendel, Florent Guillain, vice-président de Marine-Homécourt en 1906, ou Édouard Gruner pour Châtillon-Commentry. Après la Première Guerre mondiale, avec l’arrivée massive des chambres syndicales régionales qui groupent un nombre important de PME, d’autres voix se font entendre. Jules Niclausse aurait ainsi ouvert la voie. En 1919, les petits patrons marseillais admettent difficilement que le nombre de voix dont ils disposent à l’UIMM soit proportionnel au nombre d’ouvriers employés. Pinot pense alors résoudre le problème en mettant en conformité les statuts des chambres syndicales avec ceux de l’Union69. En fait, cette contestation des petits et moyens entrepreneurs n’est vraiment entendue qu’à partir de 1936, ce qui n’empêche pas le bureau de l’Union de continuer à être dominé par la grande entreprise. Jean Meynaud note cependant que la tactique des organisations patronales est de donner une large place apparente aux représentants des petites et moyennes entreprises, car « dans la vie politique française la défense ostensible des « gros » est difficile », il est donc préférable de s’abriter derrière les « petits ». Toutefois, « le moment venu […], la hiérarchie d’influence conforme au poids respectif des partenaires en présence »70 est rétablie. Cela ne se vérifie pas au niveau national pour la métallurgie. En revanche, les PME beaucoup plus nombreuses dans les groupements régionaux et dans certains syndicats de la transformation des métaux peuvent mieux y exercer leur influence. Cela explique les divergences d’opinion sur la politique à mener et les difficultés, pour les dirigeants, de ne se préoccuper que de ce qui unit sans prendre parti autrement que par voie d’un arbitrage amiable sur les problèmes susceptibles de les diviser. Trop de prudence constitue un autre danger, les syndicats risquant de se voir taxer d’inutilité. Il est cependant difficile pour l’historien de déterminer exactement la position des uns et des autres sur un problème précis.

  • 71 Lettre de Gaston Japy à Charles Dufour à propos d’un article de ce dernier dans L’Usine sur les Syn (...)
  • 72 Il entendait ainsi réunir les Syndicats des Forges, Laminoirs, Aciéries Martin, des Fondeurs de Fra (...)
  • 73 Lettre de Charles Dufour à Gaston Japy, publiée dans L’Usine du 29 mars 1929. ACSIMR.

47Les transformateurs continuent d’affirmer leurs intérêts après le conflit et élaborent des projets de défense contre les producteurs de métaux. Les industries transformatrices de métaux, qui emploient, à la fin des années 1920, 935 000 ouvriers pour un chiffre d’affaires annuel de 25 milliards de F, représentent une force importante ; mais elles adhèrent à des « fédérations et syndicats sans union et souvent sans programme défini »71, alors que les producteurs sont bien encadrés par le CFF. Gaston Japy, président de la Fédération métallurgique française et sénateur, propose ainsi « l’entrée de tous les syndicats et fédérations de la petite métallurgie dans une seule fédération, la Fédération des transformateurs et répartiteurs de produits métallurgiques »72, afin de mieux « faire entendre leurs justes observations aux pouvoirs publics » et de contrer plus efficacement le CFF sur un certain nombre de problèmes. Si Charles Dufour, président de la Fédération de la petite métallurgie, fait le même diagnostic sur les faiblesses de l’organisation et accepte le principe d’une discussion avec le président du Syndicat des industries mécaniques de France, Pierre-Ernest Dalbouze, il est réservé sur le projet lui-même73.

  • 74 Les causes en sont diverses et souvent mineures : non respect des décisions, des statuts, etc..
  • 75 AIUMM. CD du 18 novembre 1919.

48L’histoire de l’UIMM est émaillée de ces divergences plus ou moins graves74. L’unité de direction ne suffit pas toujours à sauvegarder la cohésion. L’une des solutions, selon Pinot, est le maintien de contacts très étroits avec les organisations provinciales (notamment par la multiplication des visites en province), mais « l’une des principales difficultés résulte de ce fait que les petits industriels sont souvent portés à ne pas tenir compte des intérêts généraux des grandes firmes et que celles-ci ont d’autre part une certaine tendance à agir isolément »75.

  • 76 Crozet-Fourneyron est délégué spécial de la Chambre syndicale des constructeurs mécaniciens, chaudr (...)
  • 77 AUIMM, CD du 17 décembre 1936.
  • 78 Entretien avec F. Ceyrac, 11 avril 2005.

49La crise de 1936-1937 est plus profonde. Elle se manifeste par la voix d’un nouveau venu au conseil, Marcel Crozet-Fourneyron76, qui participe pour la première fois « à la célébration de (vos) mystères. S’il a un respect infini pour (vos) grands prêtres, il ne connaît pas les rites. […] Étonnamment anxieux des patrons d’une lointaine province, conscients du pressant danger, décidés à se défendre et à vaincre et qui croient apercevoir dans votre attitude, à tort je l’espère, une sorte de résignation fataliste, presque une abdication. » Il expose alors « le résultat de six mois de folies » (désordre, économie expirante, semaine des quatre jeudis, déficit budgétaire, isolement international, climat de guerre civile…). Ses reproches concernent les hommes et les méthodes. Les dirigeants, accusés « de devenir les fonctionnaires irresponsables d’un étatisme généralisé, de ceux qui ont une mentalité d’employés et non pas de patrons », s’opposent aux « vrais patrons qui considèrent la responsabilité comme un honneur lié à leur autorité et dont le travail, l’épargne et l’initiative font vivre la grande majorité des travailleurs ». Crozet-Fourneyron est persuadé que les grèves et les occupations d’usines, « attentats à la propriété, à la liberté du travail » sont dues à « la perte de contact réel, personnel, humain des grands chefs avec leurs hommes et même avec leurs employés » et que le temps n’est plus à la négociation. L’UIMM a le devoir de rassembler et de « mener à la victoire les 25 000 patrons de la métallurgie, petits, moyens, gros, qu’importe ! mais tout prêts à collaborer loyalement, humainement avec les travailleurs, tous convaincus que l’intérêt général doit passer avant toute chose, et calmement résolus à opposer le bloc de leur volonté unanime à tous ceux qui portent atteinte à la grandeur de la patrie. Messieurs, pour permettre à nos chambres syndicales de faire ce recrutement et de demander aux adhérents les fonds dont vous avez besoin, il est nécessaire que nous leur disions dans quel sens vous allez agir et ce que vous comptez faire »77. Rhétorique du « vrai » patron en contact avec les réalités. En effet, Marcel Crozet-Fourneyron est à la tête d’une entreprise familiale, les Ateliers et Fonderies Crozet-Fourneyron et Cie au Chambon-Feugerolles situé « dans une illustre région métallurgique »78.

  • 79 Ibid.

50On peut se demander pourquoi ses interventions sont reproduites de façon aussi détaillée dans les procès-verbaux des séances alors que généralement les débats y sont relatés d’une manière très succincte. Est-ce pour montrer que la voix de la province est bien entendue à Paris, que les décisions font l’objet de longs débats pour en faire oublier d’autres, prises antérieurement sans concertation ? Il faut tenir la barre dans la tourmente de 1936. Est-ce une simple répartition des rôles entre les membres du comité ou cela recouvre-t-il des conceptions radicalement différentes de l’action patronale, tout ceci s’inscrivant alors dans l’évolution générale de la société ? Nous avons discuté de ces hypothèses avec François Ceyrac, qui, entré à l’UIMM durant l’été 1936, a bien connu tous les protagonistes. Il confirme la première et ajoute que Crozet-Fourneyron avait un talent oratoire certain, ce qui lui a permis d’être le porte-parole efficace de la province79.

  • 80 Il est alors président du Syndicat des Fondeurs de France depuis 1933 et il vient de créer le Comit (...)

51Lambert-Ribot assure la défense de la direction en insistant sur les intérêts communs et en soulignant la nécessité de la discipline : « il suffit d’une seule défaillance pour que tout cède ». Maurice Olivier80 pense cependant qu’il manque au patronat un grand plan d’organisation. Cette crise débouche sur la création de deux commissions : l’une dirigée par Louis Vergniaud pour étudier les sanctions et garantir la discipline syndicale, l’autre par Léon Daum pour étudier les différentes formes d’adaptation des salaires au mouvement des prix. Les mesures envisagées ne paraissent pas devoir figurer aux statuts, mais faire l’objet d’un règlement séparé.

  • 81 AIUMM. CD du 10 février 1937.

52Le 10 février 1937, Crozet-Fourneyron récidive, lors de la séance sur les ressources de l’Union, en insistant sur le manque de cohésion patronale et l’abdication devant le gouvernement. « Ce sont ces réflexions que font beaucoup de ceux auxquels vous allez demander de l’argent. Et ils se demandent comment vous allez l’employer. Depuis plus de six mois, je prie cette grande et respectable maison de nous faire connaître sa doctrine et le sens dans lequel elle entend conduire son action, parce que je crois que c’est le seul moyen qui lui permettra de grouper autour d’elle les énergies qui ne demandent qu’à s’employer, qui leur permettra de créer la cohésion et la solidarité nécessaires. Vous m’avez répondu, Monsieur Lambert-Ribot, au début avec douceur, comme on parle à un maniaque, puis avec une courtoisie impatiente que vous estimiez politique de garder un silence prudent. Vous êtes certainement meilleur diplomate que moi. Mais ne croyez-vous pas qu’une courageuse franchise soit indispensable pour rallier les bonnes volontés et maintenir la discipline ?… Je crois que le patronat français est chargé de rétablir la paix sociale, et pour y parvenir, de prouver aux travailleurs sa compréhension de leur sort, sa sollicitude et même son affection. Il n’est pas un patron digne de ce nom qui ne soit persuadé que le progrès social est possible et nécessaire. Nous savons bien tous qu’un ouvrier français n’est ni un numéro ni une machine, et qu’un chef a le devoir, en lui laissant sa liberté et sa pleine indépendance, en respectant sa dignité d’homme, de satisfaire à ses besoins et d’encourager ses aspirations quand elles sont justifiées. Nous le savons bien tous. Mais n’avons-nous pas donné l’impression, à certains moments du moins, que ce n’était que par la force qu’on pouvait nous arracher chaque morceau de progrès social ? »81. Il redemande ensuite que l’UIMM définisse un programme d’action et groupe les patrons « dans une discipline nécessaire pour opposer résolument et courageusement leur bloc à toutes les mesures qui portent atteinte à la fonction patronale ». La floraison d’organismes patronaux prouve « que le patronat français est bien vivant et qu’il sent la nécessité de défendre le patrimoine économique et moral de la France ». Tout en déclarant être en communion d’idées avec Crozet-Fourneyron, Lambert-Ribot répond avoir suffisamment affirmé la doctrine patronale (défense de l’ordre et de l’autorité), ajoutant que l’action sociale ne peut se faire par les patrons seuls, que la direction et le contrôle ne sont pas forcément acceptés facilement.

  • 82 I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 86.

53Malgré la prise en compte des industries de la métallurgie légère, de la construction mécanique et électrique, on peut estimer avec Ingo Kolboom82, que l’industrie lourde continue à avoir une place très importante dans les sphères dirigeantes de l’Union.

  • 83 AIUMM. CD du 25 mai1939.

54En 1937, l’UIMM doit accepter la démission de la Chambre syndicale des industries aéronautiques qui maintient cependant ses liens avec l’Union. Son président Henry de L’Escaille la justifie par la situation particulière de ces industries et par les modifications subies par les plus importantes du fait de la nationalisation d’une partie de ce secteur. En mai 1939, la raison essentielle de la démission ayant disparu, les industries aéronautiques étant soumises à la même convention collective que les autres industries des métaux, l’Union syndicale des industries aéronautiques ré-adhère à l’UIMM83, malgré l’opposition de Crozet-Fourneyron, toujours lui, qui estime que les industries de l’aéronautique sont des exploitations d’un tout autre type que celles qui sont représentées à l’Union.

 

55Divergences d’intérêts entre producteurs et transformateurs, entre grandes et petites entreprises, entre secteurs, la préservation de la cohésion patronale est un exercice difficile, mais la direction ne se sent pas profondément remise en cause. L’UIMM accepte des réformes structurelles, des ajustements dans la défense des intérêts des différentes chambres syndicales. Elle propose des arbitrages amiables, de multiples services aux adhérents, mais aussi un renforcement de la discipline et une politique de rassemblement et de construction de liens étroits entre l’UIMM et ses adhérents. Les implantations régionale et locale en constituent des outils indispensables. L’étude de deux chambres régionales, celles du Rhône et de la région parisienne, nous éclaire sur ces stratégies.

Notes

1 Pratique considérée comme indispensable au fonctionnement de l’organisation. On peut cependant s’étonner qu’il n’y ait dans les archives aucune notice biographique sur les présidents ou vice-présidents, si ce n’est, et encore pour une minorité d’entre eux, les discours prononcés lors de leur disparition et qui retracent succinctement leurs carrières.

2 J. Boudet faisait aussi ce constat en 1952. (Le monde des affaires de 1830 à nos jours, Paris, SEDE, 1952). Excepté le livre d’A. François-Poncet sur R. Pinot, il faut attendre une période plus récente pour que des acteurs, par exemple P. Waline (Un patron au BIT, Éditions France-Empire, 1976), ou des historiens (comme J.-N. Jeanneney – 1976 – ou D. Woronoff – 2001 – sur François de Wendel) se penchent sur les patrons de la métallurgie.

3 De J.-N. Jeanneney (L’argent caché, op. cit.) à J. Garrigues, sans compter les nombreux mémoires ou réflexions des acteurs : Pinot, Villey, François-Poncet, Waline pour ne citer que les plus significatifs pour notre étude.

4 Voir le dictionnaire des dirigeants patronaux et des permanents en annexe (CDROM).

5 Développée dans la seconde partie de cet ouvrage.

6 P. Bourdieu, La noblesse d’État. Grandes Écoles et esprit de corps. Paris, Les Éditions de minuit, 1989, notamment la quatrième partie.

7 C. Lemercier, La Chambre de commerce de Paris, 1803-1852. Un « corps consultatif » entre représentation et informations Économiques, Thèse de doctorat, EHESS, décembre 2001, p. 141-165 ; « Analyse de réseaux en histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine 52-2, avril-juin 2005, p. 88-112. P.-P. Zalio, Grandes familles de Marseille au XXe siècle. Enquête sur l’identité économique d’un territoire portuaire, Paris, Belin, 1999, et « Un monde patronal régional dans les années 1930. Une perspective configurationnelle », texte présenté lors du colloque « Nomenclatures et classifications. Produits, administrations et professions », ENS Cachan, 19-20 juin 2003.

8 A. Degenne, M. Forsé, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 1994, p. 11.

9 Ibid., p. 15.

10 A. Degenne, M. Forsé, op. cit. ; E. Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, PUF, 1998. Voir aussi J.-P. Hirsch Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Éditions de l’EHESS, Paris, 1991 sur les stratégies familiales.

11 J.-N. Jeanneney, L’argent caché, op. cit., p. 37.

12 Dépouillement systématique des CD et des annuaires de l’UIMM entre 1901 et 1950.

13 Sur les 59 individus de ce corpus, 7 ont occupé plusieurs postes, ils ont été étudiés dans leur fonction la plus éminente.

14 Les 4 vice-présidents qui ont accédé à la présidence sont étudiés dans le premier groupe, soit 3 polytechniciens, Florent Guillain et Gabriel Cordier du corps des Ponts, Charles Laurent ainsi qu’un centralien, Pierre Richemond.

15 Ces hommes détiennent un capital social précieux par leurs relations avec les grands corps qui peuplaient les ministères et les autres organes de l’État. J.-M. Moine, op. cit., p. 253. A. Thépot Les ingénieurs des mines du XIXe siècle. Histoire d’un corps technique d’État, tome I, 1810-1914, Paris, Éditions Eska, 1998, p. 453 et suivantes.

16 Par exemple Robert de Wendel (J.-M. Moine indique qu’il est spécialiste des questions financières et commerciales, ce qui n’est pas très explicite sur sa formation, op. cit., p. 101) ou Robert de Nervo.

17 Sur 12 personnes, 8 (66,6 %) étaient ingénieurs, 1 licencié en droit et diplômé de l’École libre des Sciences politiques (8,33 %), 3 (25 %) de formation inconnue. Quatre d’entre eux ont occupé ces postes avant d’accéder à la vice-présidence, et même à la présidence pour Gabriel Cordier.

18 H. Morsel, « Louis Marlio, position idéologique et comportement politique, un dirigeant d’une grande entreprise dans la première moitié du XXe siècle », in I. Grinberg et F. Hachez-Leroy (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale de la fin du XIXe siècle à nos jours, l’âge de l’aluminium. Paris, Armand Colin 1997, p. 106-124.

19 Cela confirme l’étude de J.-M. Moine sur les maîtres de forges lorrains, les héritiers accédant plus facilement à l’École centrale.

20 Contrairement au constat de J.-M. Moine sur le fait que Polytechnique était en partie un moyen d’ascension pour des catégories relativement modestes, op. cit., p. 104.

21 Relations familiales, amicales, professionnelles. Cf. 2e partie.

22 Les petites et moyennes entreprises n’ont pas de représentants dans ce corpus.

23 Sur les 46 répertoriées à cette date. Cela démontre à la fois l’importance du CFF au sein de l’Union, et celle des entreprises. Le dépouillement systématique des archives syndicales professionnelles devrait donner des renseignements sur leurs adhérents et donc permettre de combler petit à petit ces lacunes. Les placards publicitaires insérés dans les premiers annuaires de l’UIMM donnent aussi ce type de renseignements ; malheureusement, ils sont plus la

24 Duval, Cordier, Richemond, Lenté, Meunier.

25 La Compagnie des chemins de fer de l’Est pour le premier, la Compagnie des chemins de fer de la Ceinture de Paris et la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest pour le second.

26 Cordier, Richemond, Labbé, après avoir été membres du conseil de direction, sont dans un premier temps vice-présidents. Cordier ayant en plus assumé la charge de trésorier pendant cinq ans. C. Laurent a présidé la section Mécanique et Chaudronnerie en 1915.

27 Gros appareillage électrique (C. Laurent), Industries électriques (F. Guillain), Constructions électriques (M. Meunier).

28 A. Thépot, Les ingénieurs des mines, op. cit., p. 327. L’auteur n’avait comptabilisé sa présence que dans 26 conseils d’administration. Nous en avons trouvé beaucoup plus.

29 Le Crédit national, le Crédit foncier et la Caisse foncière de crédit comptent deux présidents parmi leurs administrateurs, la Banque des Pays du Nord, la Banque nationale du Commerce extérieur, le Crédit industriel et commercial un seul. Richemond préside la Banque nationale de crédit. Le Crédit national, constitué en 1919 afin de permettre le relèvement des régions libérées en consentant des prêts gagés sur le produit des indemnités pour dommage de guerre, émet des obligations dont l’intérêt est garanti par l’État. Le capital de 100 millions est fourni par les banques (60 millions) et les industriels (40 millions). P. Baubeau, A. Lavit d’Hautefort, M. Lescure, Le Crédit National 1919-1994. Histoire publique d’une société privée, Paris, J.-C. Lattès, 1994.

30 Ces variables sont ici la formation, le type d’entreprise, les autres fonctions tenues… Cf. la liste des variables utilisées en annexe.

31 Je remercie Claire Lemercier pour son aide dans la réalisation de cette analyse (cf. http://lemercier.ouvaton.org et un manuel à paraître prochainement, écrit avec Claire Zalc, sur les usages du quantitatif en histoire). Sur l’analyse factorielle en général, cf. Philippe Ci-bois, Les méthodes d’analyse d’enquêtes, Paris, PUF, Que sais-je ?, 2007.

32 Notons que les variables peu « clivantes » au sein de l’échantillon, qui auraient été représentées au milieu du graphe (indice du fait qu’elles sont peu corrélées avec les variables « clivantes » situées tout à fait à gauche, à droite, en haut ou en bas) n’ont pas été représentées ici, pour plus de lisibilité.

33 Cette information n’a pas été prise en compte comme variable pour l’analyse factorielle. Durées moyennes de présence au comité de l’UIMM : 8,3 ans pour le profil D, 8,6 ans pour le profil A, 13,7 ans pour le profil A +, 16,4 ans pour le profil C, 18,8 ans pour le profil B.

34 Pour élaborer ce commentaire, les résultats de l’analyse factorielle concernant les variables pesant le plus sur chaque axe (cf. graphique représentant l’analyse des correspondances multiples) sont complétés par un calcul systématique des croisements entre chaque variable et les profils définis à partir de l’analyse factorielle (cf. tableaux de pourcentages).

35 Une exception : Richemond, à la tête d’une entreprise familiale.

36 Au capital de 2 millions de francs en 1939.

37 L. Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, janvier-mars 1973, p. 3-26 ; P. Bourdieu, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, mars-avril 1978, p. 3-82, et La noblesse d’État, op. cit., notamment p. 428-440.

38 Son parcours est examiné en 2e partie. Il sort comme P. Ricard de l’École polytechnique, mais il a choisi ensuite l’inspection des finances.

39 C’est ce que fait A. Chatriot, « Henri de Peyerimhoff, le gentleman du charbon », in O. Dard et G. Richard, Les permanents patronaux : éléments pour l’histoire de l’organisation du patronat en France dans la première moitié du XXe siècle, Metz, Centre de recherche histoire et civilisation de l’Université Paul Verlaine de Metz, 2005, p. 45-74.

40 AUIMM. CD du 20 novembre 1918. Pinot le fut pendant 8 ans, Lambert-Ribot et Pichon pendant 13 ans et Waline pendant 16 ans.

41 Pinot, reçu à l’École des mines en 1883, a dû démissionner faute de moyens financiers et trouver un emploi. Nous ne connaissons pas le cursus de Pichon. Comme il est maître des requêtes au Conseil d’État, nous supposons qu’il a une formation de juriste.

42 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 13.

43 AIUMM. CD du 16 décembre 1918.

44 AIUMM. CD extraordinaire du 20 avril 1926.

45 Délégué général du CFF, des constructeurs de matériel de chemin de fer, des Forces hydrauliques, du Comité des Forges et mines de fer de l’Est, des constructeurs de matériel de guerre, des Mines de fer de France, de celles de l’Ouest, des Industries annexes à la construction de matériel de chemin de fer. Il participe également à la CGPF.

46 Ce changement se retrouve nettement sur les graphiques de l’analyse factorielle : alors que le premier président ne se détachait guère suivant les typologies évoquées, le second se situe très nettement dans le profil B, caractérisé par le cumul de fonctions diverses.

47 Pinot a dû se souvenir des difficultés en 1900 et 1901 avec les ministres des Colonies pour les obliger à inclure l’obligation de commandes à l’industrie française lors de l’octroi de concessions en Afrique ou en Guyane.

48 Cf. les critiques de François de Wendel et de Camille Cavallier (archives de Pont-à-Mousson, cote 7246), évoquées par J.-N. Jeanneney, François de Wendel, op. cit., p. 138-140, J.-M. Moine, Les barons…, op. cit., p. 174-175.

49 J.-N. Jeanneney, L’argent caché, op. cit., p. 33.

50 J.-N. Jeanneney citant F. de Wendel : « ce goût immodéré de paraître », cette « manie de vouloir se mettre partout en avant et se donner toujours l’air d’avoir tout fait ». François de Wendel, op. cit., p. 138.

51 AIUMM. CD du 17 février 1925.

52 Les autres rapporteurs sont Siméon et Pichon.

53 AIUMM. Lettre de Darcy au président de l’UIMM, 3 mai 1921. CD du 24 mai 1921.

54 AIUMM. AG du 11 avril 1916, p. 9. Les Allemands jouissaient du traitement de la nation la plus favorisée en vertu de l’article 11 du traité de Francfort.

55 Notamment les constructeurs des régions du Nord et de Lyon.

56 Le CFF a obtenu le maintien des droits élevés accordés par la loi de 1892, alors que les conditions se sont améliorées avec la mise en valeur du Bassin de Briey. Avant la guerre, « le tarif douanier des fontes atteignait 27 % de leur valeur et celui des aciers et tôles 60 à 70 % alors que l’ensemble de l’industrie n’avait que 15 % de protection et la mécanique 6 % ». Rapport du Groupement XI de la CGPF sur la question douanière (1922), cité dans M. Brelet, op. cit., p. 113.

57 Pinot communique alors au comité des extraits de séances de la section présidée par Niclausse (17 février, 14 avril, 12 juin 1913) où il est question d’une délégation auprès de la Commission des douanes du Sénat.

58 Charles Laurent, réunion du comité et AG du 11 avril 1916, p. 10.

59 Jean Plichon, député du Nord à partir de 1889 (Action libérale), est le rapporteur de la commission des douanes de la Chambre en 1910. La majoration des droits atteint de plein fouet les consommateurs de produits métallurgiques.

60 Ce qui, d’après le comité, allait à l’encontre de son action antérieure.

61 AIUMM. Réunion du comité du 22 décembre 1915, p. 6

62 AIUMM. Ibid., lettres des 7 et 17 décembre 1915.

63 Le Bulletin aurait simplement évoqué des échanges épistolaires entre le CFF et le ministre ; Niclausse en a pris ombrage en insistant sur le fait que l’article est signé par Pinot, certes secrétaire du CFF, mais aussi secrétaire de l’UIMM.

64 Le Syndicat des fondeurs en cuivre du Nord, la Chambre syndicale métallurgique de Lille (Spilliaert), le Syndicat des industriels ardennais (Boutmy), les constructeurs-mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de la Loire, de la Côte-d’Or, de Grenoble, de Saint-Étienne, de l’Ouest, du Sud-Ouest, puis, avec plus de réticences, les Constructeurs du Havre et la majorité des Parisiens.

65 AIUMM. AG du 11 avril 1916, p. 3.

66 Le CFF demandait un coefficient 3, ce que la commission interministérielle n’a pas accepté. Le décret n’étant pas paru avant janvier 1923, tout est à renégocier puisque, à partir de cette date, « les attributions confiées au gouvernement par la loi de 1916 ont cessé, la question douanière doit être désormais discutée devant le Parlement », M. Brelet, op. cit., p. 118.

67 Interpellation d’Édouard Barthe, député socialiste de l’Hérault, à la Chambre des députés au cours des séances des 24 et 31 janvier, du 14 février 1919. AUIMM. AG du 18 février 1919. J.- N. Jeanneney, François de Wendel, op. cit., p. 71 ; D. Woronoff, François de Wendel, Paris, Presses de Sciences Po, 2001, p. 29, 56-66.

68 En fait, J.-M. Moine a montré que, sur les 250 adhérents du CFF, les grosses entreprises ne sont pas majoritaires, mais la répartition des sièges est faite de telle façon que la commission de direction représente les plus grosses entreprises au début du siècle : Marine-Homécourt, Châtillon-Commentry-Neuves-Maisons, Longwy, Micheville, Schneider, puis de Wendel après la première guerre, disposent de deux sièges. Les Barons du fer, op. cit., p. 172.

69 AIUMM. CD du 18 novembre 1919.

70 J. Meynaud, Les groupes de pression en France, Paris, Armand Colin, 1958, p. 24.

71 Lettre de Gaston Japy à Charles Dufour à propos d’un article de ce dernier dans L’Usine sur les Syndicats et Fédérations métallurgiques, 20 mars 1929, ACSIMR.

72 Il entendait ainsi réunir les Syndicats des Forges, Laminoirs, Aciéries Martin, des Fondeurs de France, de la Mécanique et de la Construction, des Transformateurs de métaux en feuille, de la Boulonnerie et des Tréfilés, Clouterie, Visserie, Pitonnerie, l’Union du commerce et de l’industrie de la métallurgie, toutes les chambres syndicales, unions des transformateurs de la métallurgie de Paris et de province. Ibid.

73 Lettre de Charles Dufour à Gaston Japy, publiée dans L’Usine du 29 mars 1929. ACSIMR.

74 Les causes en sont diverses et souvent mineures : non respect des décisions, des statuts, etc..

75 AIUMM. CD du 18 novembre 1919.

76 Crozet-Fourneyron est délégué spécial de la Chambre syndicale des constructeurs mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de la Loire à l’UIMM en 1924, puis membre du Conseil de direction de l’UIMM en décembre 1936. AIUMM. CD du 17 décembre 1936.

77 AUIMM, CD du 17 décembre 1936.

78 Entretien avec F. Ceyrac, 11 avril 2005.

79 Ibid.

80 Il est alors président du Syndicat des Fondeurs de France depuis 1933 et il vient de créer le Comité Central d’Organisation Professionnelle (1936).

81 AIUMM. CD du 10 février 1937.

82 I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 86.

83 AIUMM. CD du 25 mai1939.

Table des illustrations

Titre Graphique 1-5. Formation des présidents et vice-présidents de l’UIMM
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 1-3. Formation et origine familiale des présidents (noms en gras italique) et vice-présidents (1901-1950)
Légende XP : Corps des Ponts ; XM : Corps des Mines ; * Pinard est mentionné dans l’annuaire de Centrale, mais il y a doute sur les prénoms.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Graphique 1-6. Les membres du bureau de l’UIMM
Légende Analyse des correspondances multiples. Seules sont représentées les variables qui pèsent sur la définition des deux premiers axes. En gras : période d’entrée, utilisée comme variable supplémentaire. Ddn inconnue : date de naissance inconnue ; fam. Inconnue : profession du père inconnue ; autre ingé. : autre école d’ingénieur. CA M + : membre d’au moins dix conseils d’administrations d’entreprises métallurgique ou minières ; CA M- : membre d’aucun conseil d’administration d’entreprise métallurgique ou minière ; CA B + : membre d’au moins un conseil d’administration de banque ; CA B- : membre d’aucun conseil d’administration de banque ; CA A + : membre d’au moins un conseil d’administration d’un autre type d’entreprise. Ese fam. : entreprise familiale ; non chef ese : non chef d’entreprise. Poste synd./sans poste synd. : dirigeant ou non d’au moins un syndicat ou organisme syndical. BdF : dirigeant Banque de France ; éco. national : poste dans une institution économique locale (Chambre de commerce…). Parl. : parlementaire ; poste gouv. : poste gouvernemental (ministère, cabinet…) ; autre adm. : autre poste administratif, non économique (Conseil d’État…).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57240/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 1-7. Les membres du bureau de l’UIMM (suite)
Légende Analyse des correspondances multiples : positions des individus dans le plan factoriel défini par les variables représentées en page précédente. Les individus constituent des variables supplémentaires dans l’analyse. Les individus les plus proches du centre du graphique (moins bien décrits par les variables mises en évidence ici) n’ont pas été représentés en détail : ils constitutent le profil D.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57240/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540