Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Première partie. L'organisation de la profession (1900-1939)

Chapitre II. Croissance et crise d’une organisation (1901-1940)

Texte intégral

1L’efficacité de l’organisation se mesure à l’afflux des adhésions dont l’importance varie en fonction de la conjoncture, la crise des années 1930 étant synonyme de stagnation. L’UIMM doit s’adapter en modifiant ses statuts, en multipliant les services offerts, ce qui passe par une augmentation de ses effectifs et de ses ressources, et en suscitant la création d’organismes spécialisés théoriquement indépendants, mais en fait qui lui sont étroitement liés.

Un nombre croissant d’adhérents

  • 1 En 1904, le Syndicat général des fondeurs en fer de France ; en 1908, 10 nouvelles Chambres (fabric (...)
  • 2 AUIMM. AWaline (27 11 11), Organisation générale des syndicats patronaux, 12 novembre 1919.

2L’Union souhaite rassembler, dès sa création, des organisations nationales professionnelles et des organisations regroupant dans un cadre territorial la totalité ou une partie des syndicats locaux. Aux dix chambres fondatrices s’ajoutent en 1903 celles de l’automobile, des forces hydrauliques et de l’industrie du gaz. Il n’y a alors qu’une seule chambre régionale, celle des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de Paris. Chaque année, des adhésions viennent renforcer le poids de l’UIMM1. Cette progression se poursuit inégalement durant la période étudiée, avec une croissance plus forte au moment des guerres. La multiplicité des conflits, les répercussions de plus en plus profondes des variations des modalités de travail conduisent ainsi les industriels à se grouper « en associations fortement constituées en vue d’assurer la meilleure défense de leurs intérêts par une étude méthodique des problèmes sociaux et une action concertée avec les syndicats ouvriers »2. La complexité accrue des questions à examiner et à résoudre nécessite une coordination méthodique des efforts pour atteindre une communauté d’attitudes avec un degré d’homogénéité suffisant, mais également une délimitation précise des domaines réservés aux compétences de chacun.

  • 3 Le nombre d’adhérents par chambre syndicale étant inconnu, il est impossible de quantifier le nombr (...)
  • 4 Cf. en annexe (CDROM), la liste des adhésions des chambres syndicales par année.

3La crise économique engendre un tassement du nombre d’organisations adhérentes : de 323 en 1931 à 297 en 19363. La reprise à la veille du deuxième conflit mondial ne provoque pas d’augmentation. Il est difficile de parler de reflux car il ne faut pas oublier les phénomènes de concentration dus à la crise. La comparaison avec deux syndicats régionaux de la région lyonnaise et parisienne ne nous éclaire pas vraiment : le premier connaît une régression continue de ses adhérents depuis 1920, le second, après une stagnation, un triplement en 19394.

Graphique 1-1. Les Chambres syndicales appartenant à l’UIMM (1901-1948)

Graphique 1-1. Les Chambres syndicales appartenant à l’UIMM (1901-1948)

Graphique 1-2. Les chambres syndicales appartenant à l’UIMM par secteurs, 1919-1925

Graphique 1-2. Les chambres syndicales appartenant à l’UIMM par secteurs, 1919-1925
  • 5 Cf. tableau des chambres syndicales en annexe CDROM.

4Le fait de connaître le détail par secteurs entre 1919 et 1925 montre l’importance croissante des transformateurs au détriment des producteurs5. Non seulement le nombre de syndicats de la petite métallurgie est multiplié par 2,6, mais les transformateurs sont majoritaires dans les chambres syndicales régionales, et leur nombre, comme nous le voyons sur les graphiques et le tableau, ne cesse de croître.

  • 6 Ils groupent des individus ou des entreprises d’une activité déterminée.
  • 7 AUIMM. AWaline. L’organisation syndicale patronale dans l’industrie des métaux (1936 ?).
  • 8 C’est le cas en février 1930, lorsque le Syndicat des fabricants d’articles métalliques se scinde e (...)
  • 9 Mécanique, Automobile, Petite Métallurgie, Construction électrique, Articles métalliques, Précision

5Les syndicats professionnels, dits primaires6, sont au début du XXe siècle d’une importance inégale, « les uns ne comprenant que quelques industriels ou quelques établissements d’une spécialité particulière, d’autres englobant au contraire des fabrications assez diverses »7. Excepté dans des industries très concentrées (mines, grosse métallurgie dont sidérurgie), où les adhérents représentent la quasi-totalité de la production, « la proportion des établissements inscrits dans les syndicats professionnels reste généralement très insuffisante ». Ils regroupent, à des fins exclusivement économiques, surtout les entreprises d’une certaine importance. Ceux qui ne réunissent qu’un petit nombre d’entreprises à faible effectif choisissent parfois de se rassembler dans des fédérations. L’augmentation du nombre des chambres syndicales est aussi causée par leur transformation8. Depuis la Première Guerre mondiale, des fédérations spécialisées9 dans la défense des intérêts économiques sont créées et rassemblent une fraction plus ou moins importante des syndicats professionnels nationaux adhérant par ailleurs à l’UIMM.

 

  • 10 AUIMM. AWaline (27 11 11). Conditions dans lesquelles un syndicat professionnel national ou régiona (...)

6Les syndicats locaux ou régionaux existent, certains depuis le XIXe siècle comme nous l’avons vu précédemment, surtout dans des centres métallurgiques importants ou dans ceux ayant connu de graves conflits ouvriers. « Certains d’entre eux sont d’ailleurs en sommeil dans l’intervalle de ces conflits. Bien que limités aux industries productrices et transformatrices des métaux, ces syndicats présentent, par comparaison avec les syndicats nationaux […] un caractère plus ou moins interprofessionnel »10 rassemblant des entreprises de toutes les branches des métaux existant dans leur zone géographique. Dans quelques villes (Lille, Saint-Étienne, Marseille…) coexistent plusieurs syndicats locaux ou régionaux de spécialité (fonderie, mécanique…) réunis dans une Fédération régionale, dans d’autres (Lyon, Bordeaux, Nantes, Le Havre) les diverses industries ne constituent qu’une Chambre syndicale divisée en sections professionnelles. Dans le Nord-Pas de Calais, la Fédération régionale groupe des syndicats spécialisés (Lille) et non spécialisés (Maubeuge, Valenciennes, Dunkerque…). La zone d’action des syndicats régionaux est très variable, de la ville ou du canton à plusieurs départements.

  • 11 Compte rendu de cette visite dans les archives de la CSIMR, Informations extérieures, visite du 1er(...)
  • 12 AUIMM CD du 16 décembre 1919.
  • 13 AUIMM. AWaline (27 11 11), Conditions dans lesquelles un syndicat professionnel national ou régiona (...)
  • 14 Puis à partir de 1936, l’examen des questions relatives aux congés payés.

7Lors de la réorganisation de l’UIMM au lendemain du premier conflit mondial, l’intensification des relations avec la province est à l’ordre du jour. L’objectif est à la fois de renforcer l’Union et de contrer les initiatives de la CGPF, née en juillet 1919, qui, avec la création de ses groupements par spécialités, risque de concurrencer l’organisation des métallurgistes sur le terrain social alors que jusqu’ici c’était le rôle des fédérations professionnelles. Cela nécessite une campagne d’explications auprès des chambres régionales. Au terme d’une tournée à Saint-Étienne, Grenoble, Lyon11, Dijon et Troyes en décembre 1919, le nouveau secrétaire général Alfred Lambert-Ribot expose au comité de direction les réactions de la province à ces nouvelles dispositions. Si la grande majorité des industriels rencontrés y sont favorables, un certain nombre préféreraient une fédération d’organisations régionales dans une Union corporative à Paris. « Il a été répondu qu’il était impossible de faire abstraction des syndicats nationaux […] ; il est indispensable qu’un industriel, même non adhérent à une chambre syndicale régionale, puisse défendre ses intérêts corporatifs par l’intermédiaire d’une Chambre syndicale professionnelle »12. Toute une réflexion est menée sur les liens entre syndicat professionnel national ou régional et chambre syndicale régionale. Le système retenu est celui de la constitution d’une chambre syndicale régionale au moyen d’adhésions individuelles avec autant de sections que d’industries représentées. « Un industriel adhérant en même temps par exemple à la Chambre syndicale des fondeurs de France, à la Chambre syndicale des chaudronniers mécaniciens et fondeurs de France, à la Chambre syndicale de la mécanique, à la Chambre syndicale de la boulonnerie, etc, relèverait encore, au sein de la Chambre syndicale régionale, d’une ou plusieurs sections selon que ses ouvriers appartiennent à une seule ou plusieurs professions. Mais il n’y aurait qu’une seule section par industrie et tout conflit serait ainsi évité. Unité de vue, rapidité dans la décision… Ce système fonctionne depuis longtemps dans toute la province »13. Cela correspond aussi à la structure de l’organisation ouvrière qui ne comporte qu’un syndicat d’industries similaires par localité. De plus, il ne s’agit pas d’abandonner une organisation ayant déjà fait ses preuves. La chambre régionale doit jouir d’une grande initiative, limitée cependant par la subordination aux directives générales émanant de la fédération nationale d’industries similaires. Elle peut examiner et instruire des affaires litigieuses, agir en justice pour la sauvegarde des intérêts collectifs de ses membres, représenter ceux-ci auprès du gouvernement et des administrations publiques, participer à l’organisation d’œuvres collectives, et surtout étudier les questions salariales. Ses adhérents peuvent la mandater pour conclure, avec les organisations ouvrières, des accords collectifs fixant les taux minima des différentes catégories de main-d’œuvre. La fixation des taux de salaires et des barèmes de vie chère puis l’établissement de conventions collectives14, le traitement des conflits régionaux sont communs aux diverses spécialités d’une même branche et du ressort de la localité ou de la région, les solutions ne pouvant pas être les mêmes dans les Ardennes ou le Bordelais.

  • 15 Conseils de Prud’hommes depuis leur création, Commissions de l’enseignement technique suite à la lo (...)

8Les Chambres syndicales régionales suivent les travaux des organismes locaux ou départementaux qui tendent à se multiplier en fonction de l’application de la législation15. Leurs représentants participent à diverses commissions aux côtés de ceux de l’administration, des ouvriers et parfois d’élus comme dans les Commissions départementales du travail. Celles-ci réglementent et contrôlent le fonctionnement des Offices de placement, les attributions ou la suppression des secours avec le concours de la Commission de contrôle des fonds de chômage, fixent le taux des allocations familiales et octroient les demandes d’agrément des caisses de compensation. Toutefois, les problèmes régionaux ne pouvant se résoudre sans tenir compte des conditions générales du travail et afin d’éviter toute rupture d’équilibre dans la situation de la main-d’œuvre, les chambres syndicales sont reliées à l’UIMM, organisme central, qui les renseigne sur ce qui se fait dans les autres régions comme au plan national et leur donne des directives.

  • 16 Annuaire du GIM, 1924. Ce groupe fait l’objet d’une étude spécifique (I, 4).
  • 17 Cité par O. Hardy-Hémery, op. cit., p. 1871.

9Cette réorganisation prend donc en compte deux contraintes : faire face aux organisations ouvrières et participer à des organismes administratifs, tout en gardant le foisonnement de niveaux de regroupement. Ces nouvelles orientations sont convaincantes, puisque les Chambres régionales adhèrent plus massivement dans les années 1920, que ce soit des chambres régionales de création ancienne ou de nouveaux groupes apparus à la fin et au lendemain de la guerre (graphique 1-1). C’est le cas de la région parisienne ou de certains groupes du Nord de la France dont celui du Valenciennois étudié par Odette Hardy-Hémery. Le Groupe des industriels de la région parisienne (GIRP) est constitué officieusement en 1917 à l’initiative de Louis Renault (officiellement en avril 1918 conformément à la loi du 21 mars 1884) pour maintenir un contact permanent entre les industriels de la région parisienne et le ministère de l’Armement au sujet des problèmes de main-d’œuvre. Le GIRP devient le GIM en 1920, syndicat professionnel régional à compétence sociale16. Dans le Nord, le groupement des industriels métallurgistes de l’arrondissement de Valenciennes, réuni pour la première fois en août 1919 pour faire face aux revendications ouvrières mais aussi pour « aider à la reprise économique des régions dévastées »17, n’est pas un syndicat, mais une association conforme à la loi de 1901.

  • 18 La situation est la même pour les syndicats professionnels. Il est difficile d’évaluer la proportio (...)

10À partir de 1922, les syndicats régionaux deviennent même plus nombreux que les chambres professionnelles. Cette situation se prolonge jusqu’en 1927 avant que le rapport ne s’inverse jusqu’en 1938. Ils sont nés de la volonté des industriels à l’échelon du département ou de l’arrondissement. Ils ne comptent pas toutes les entreprises des métaux du pays18, ni toutes celles qui sont affiliées aux syndicats nationaux. Lorsque la densité de ces entreprises est faible comme dans le Centre ou le Midi, ils sont souvent à cheval sur plusieurs départements. Dans le cas contraire, plusieurs chambres syndicales peuvent exister dans le même département comme dans le Nord (Lille, Roubaix-Tourcoing, Valenciennes, Maubeuge, Douai…).

Carte 1-1. Les chambres syndicales régionales adhérentes de l’UIMM en 1925

Carte 1-1. Les chambres syndicales régionales adhérentes de l’UIMM en 1925

Sources : annuaire de l’UIMM (1925 ; 1933)

Carte 1-2. Les chambres syndicales régionales adhérentes de l’UIMM en 1933.

Carte 1-2. Les chambres syndicales régionales adhérentes de l’UIMM en 1933.

Sources : annuaire de l’UIMM (1925 ; 1933)

  • 19 AUIMM. AWaline (27 11 11). Organisation générale des syndicats patronaux, 11 novembre 1919.

11Des liaisons locales ou régionales sont établies avec les syndicats d’autres branches afin de coordonner sur place l’action patronale, mais elles restent fragmentaires soit parce que le besoin ne s’en fait pas sentir (absence de conflits, de conventions collectives, activité des Chambres de commerce), soit en raison de rivalités de personnes. Pour l’Union, les contacts avec les autres professions ne peuvent concerner que l’étude de problèmes purement régionaux, comme la fixation des salaires de base applicables aux manœuvres, aux ouvriers communs à toutes les industries ou l’organisation d’une caisse de compensation. L’UIMM considère l’union régionale comme un lieu d’échanges de points de vue, mais elle ne doit jamais passer à l’action sans son accord. C’est en effet à l’organisation nationale de « faire respecter l’autonomie des différentes industries », de « conjurer l’influence réciproque qu’elles exercent l’une sur l’autre et résister à leur tendance continue vers une égalisation des salaires au taux le plus élevé »19. On constate là encore la marge de manœuvre relativement étroite entre la nécessité de ne pas empiéter sur les territoires des différentes professions, condition de l’existence même de l’Union, et celle d’établir une cohérence dans la politique et le respect de l’intérêt général.

  • 20 AUIMM. AWaline. L’organisation patronale dans les industries des métaux (brouillon non daté). I. Ko (...)

12Les grèves de 1936 obligent de nouveau les dirigeants à repenser leur organisation. La liaison entre tous les syndicats des métaux d’une même région « par une personne possédant l’autorité nécessaire et se considérant comme responsable de cette coordination »20 apparaît alors essentielle. Ce rôle est confié dans le nouveau Conseil de l’Union aux représentants des 21 régions. Tous les syndicats régionaux, mais aussi tous les syndicats professionnels nationaux, doivent faire partie de l’UIMM pour assurer l’unité de vues indispensable. Des unions interprofessionnelles des métallurgistes sont recommandées dans tous les centres industriels importants, leur zone d’action correspondant, dans beaucoup de cas, à une région économique. L’UIMM, tout en gardant la responsabilité des études et des interventions auprès des pouvoirs publics, consulte régulièrement les chambres syndicales professionnelles et régionales, et éventuellement les établissements. Les syndicats régionaux peuvent alerter les unions interprofessionnelles pour appuyer leurs revendications, soit directement, soit par l’intermédiaire des Chambres de commerce, auprès des parlementaires ou des autorités publiques de la région.

  • 21 Cf. 4e partie ; D. Fraboulet, « Les CO dans la métallurgie : des structures et des hommes nouveaux  (...)

13L’absence de documents ne permet pas de connaître le nombre d’adhérents durant le conflit de 1939-1945, mais il croît vraisemblablement pour deux raisons. Les chambres syndicales professionnelles subsistent parallèlement aux comités d’organisation21, et le paiement d’une cotisation globale conduit finalement à rendre la syndicalisation obligatoire. L’UIMM joue un rôle non négligeable dans l’organisation professionnelle sous le régime de Vichy. Il semble donc préférable pour l’ensemble des chambres d’être unies sous sa bannière. La croissance enregistrée en 1946 prouve également la nécessité de l’union dans un climat peu favorable au monde patronal.

  • 22 J. R. Horne, A Social Laboratory for Modern France. The Musée Social and the Rise of the Welfare St (...)

14L’augmentation du nombre des chambres syndicales et des terrains d’action se concrétise par l’adaptation des statuts et des ressources de l’organisation. Pinot en est l’artisan, bénéficiant de son expérience au Musée social de 1895 à 1897 et à la Chambre syndicale des fabricants de matériel de chemin de fer en 189922.

L’adaptation du cadre statutaire et financier

  • 23 Conformément à l’article 5 de la loi du 21 mars 1884.

15Formée pour 5 ans23 avec possibilité de renouvellement « pour des périodes d’égale durée par tacite reconduction », l’Union est administrée, à ses débuts, par un comité composé du président et d’un délégué spécial de chaque chambre syndicale adhérente, qui possède une voix. Elle est dirigée par un bureau, désigné chaque année qui comprend un président, trois, puis quatre vice-présidents, un trésorier et deux secrétaires. L’objectif de la toute jeune Union est alors :

  • 24 AUIMM. Rapport présenté à l’UIMM par le bureau du Comité de l’Union, 12 février 1903.

« 1  D’étudier en commun les questions économiques et sociales qui intéressent le développement et l’avenir des industries adhérentes et sur lesquelles un accord paraît pouvoir se faire ;
2 De déterminer à ce sujet la ligne de conduite qu’il serait intéressant et utile de voir suivre par toutes les Chambres syndicales de l’Union ;
3 De représenter les Chambres adhérentes dans toutes les questions où une action commune est jugée nécessaire »24.

16Les admissions de nouveaux membres sont examinées par le bureau, puis présentées devant le comité dont l’approbation se fait au scrutin secret. Les délibérations sont prises à la majorité absolue des membres présents pour des questions d’administration, à l’unanimité pour celles qui touchent à l’intérêt général des industries adhérentes. Mais si des chambres professent la même opinion, il leur est loisible « de se grouper pour manifester, en leur nom particulier, leurs sentiments et leurs vœux de sorte que minorité ou majorité demeurent libres dans l’exercice de leurs droits » (article 12).

  • 25 AUIMM. Comité de l’Union du 28 novembre 1908.
  • 26 AUIMM. La modification des statuts est entérinée le 5 novembre 1909.
  • 27 Arrondissement du Havre, Roubaix-Tourcoing et environs, Lille et environs, Grenoble et la région, C (...)

17En 1908, à la requête des représentants de la construction mécanique, Jules Niclausse et Fernand Wauquier, les syndicats d’une même spécialité obtiennent la permission de se réunir en section25, les dirigeants exigeant cependant « de maintenir l’unité de vues indispensable au bon fonctionnement de l’Union et de faire profiter autant que possible les sections de l’appui moral de l’Union toute entière »26. Ces sections, créées uniquement à la demande, délibèrent sur les problèmes spécifiques à leur spécialité. Elles ont le droit d’utiliser les services administratifs, sans toutefois avoir la possibilité d’engager des dépenses si elles ne peuvent les financer. La première section est celle des constructions mécaniques. L’article 8 prévoit que les présidents des sections sont vice-présidents de droit de l’UIMM. Jules Niclausse devient le président de la première section : mécanique et chaudronnerie, qui réunit six chambres syndicales27. L’étude des conditions générales des marchés est au centre de ses préoccupations.

  • 28 Les modifications les plus importantes des statuts ont lieu le 18 avril 1918, le 5 novembre 1936 et (...)

18Les principales réformes ont lieu au lendemain des conflits mondiaux et lors de la tourmente de 193628.

  • 29 AUIMM. Comité de l’Union, 16 octobre 1917.
  • 30 AUIMM. AG du 18 février 1919, p. 4.

19La Première Guerre mondiale transforme l’organisation du travail et les rapports professionnels. En 1917, l’Union s’en inquiète : « L’élément ouvrier se sera renforcé, les concessions qu’il aura obtenues pendant la guerre, les salaires élevés auxquels il aura été habitué, le manque de main-d’œuvre qui se fera partout sentir, lui auront donné une cohésion nouvelle »29. Sur la proposition du président, Charles Laurent, une commission est nommée pour élaborer un projet de réforme ayant pour objet de concentrer davantage les pouvoirs au sein d’un organisme plus souple aux compétences plus précisément délimitées. « C’est pour cela qu’il a été admis que dans l’ordre technique, économique ou professionnel, l’Union n’interviendrait que du consentement des intéressés, avec le but unique de chercher à réaliser entre eux un accord, tandis qu’au contraire, elle s’efforcerait, à propos des problèmes fiscaux, ouvriers ou sociaux d’intérêt général, de déterminer une ligne de conduite à indiquer aux industriels adhérents »30.

  • 31 AUIMM. Comité de l’Union, 16 octobre 1917, Jean Borderel est le délégué spécial de la Chambre syndi (...)
  • 32 Raynald Legouez (ancien président du syndicat professionnel des Industries Électriques qu’ils repré (...)
  • 33 AUIMM, Comité de l’Union, 12 février 1918.
  • 34 Dans ce débat, le président est appuyé par le secrétaire général du Comité des Houillères, Henri de (...)

20Le modèle proposé par certains membres, dont Jean Borderel, est celui des syndicats ouvriers : « l’importance des syndicats ouvriers et les succès qu’ils ont obtenus tiennent, tout d’abord, à leur discipline parfaite et ensuite, à ce fait que les initiatives viennent d’un petit nombre, dont les décisions sont rigoureusement observées »31. Les références au mouvement ouvrier sont fréquentes lors des conflits : les patrons, notamment ceux de l’automobile qui sont confrontés à des grèves importantes, rêvent momentanément à une organisation hiérarchisée et disciplinée32. La mise sur pied de ces nouveaux statuts suscite des discussions animées. Certains, comme Daniel Berthelot, au nom du Syndicat professionnel des producteurs et distributeurs d’énergie électrique, estiment que les concessionnaires de services publics auront « leur liberté d’action entravée », et des difficultés à se plier aux directives de l’Union avec la discipline voulue ; il remet donc en question leur adhésion. Le président, Charles Laurent, réfute cette argumentation en démontrant qu’il ne s’agit pas de substituer les directives de l’UIMM aux engagements spéciaux contractés par certains de ses adhérents. Au contraire les industriels concernés pourront s’appuyer sur celle-ci pour faire prévaloir leurs vues33. De plus l’article 2 des statuts précise bien que l’UIMM étudiant les questions d’intérêt général, laisse les intérêts particuliers à chaque spécialité34. Entre la volonté de certains industriels de mettre en avant la discipline et la peur de la plupart des patrons de perdre une part de leur pouvoir, l’UIMM choisit la seconde voie tout en sachant qu’elle se prive éventuellement d’efficacité, mais elle est une fédération de chefs d’entreprise et non d’ouvriers.

  • 35 AUIMM. AG du 18 février 1919, p. 5. J. R. Horne, Labour at war. France and Britain 1914-1918, Oxfor (...)

21La première de ses attributions concerne toujours les questions ouvrières qui, souvent locales au début des hostilités, se généralisent à la fin du conflit : « dans tous les pays, le monde ouvrier entend, en effet, profiter des circonstances exceptionnelles que nous traversons pour arriver à obtenir des réformes »35 (8 heures, contrats collectifs…). Le deuxième grand problème commun à toutes les entreprises est la demande gouvernementale d’un effort financier supplémentaire, pour gérer une situation budgétaire très préoccupante. Les problèmes fiscaux exigent une défense concertée.

22Le Comité de l’Union, dénommé désormais Assemblée générale, est chargé d’élire pour trois ans un conseil de direction formé d’un président, de trois à quatre vice-présidents, et de quatorze représentants des cinq groupes correspondant aux différentes industries compte tenu de leur importance relative. La répartition des sièges est calculée en fonction du nombre d’ouvriers lors du recouvrement des cotisations : deux représentants pour les mines, trois pour la grosse métallurgie, deux pour la petite métallurgie, cinq pour les constructions mécanique, électrique et métallique et deux pour les industries régionales et diverses. Si 100 % des syndicats miniers sont présents au conseil de direction en 1920, les autres syndicats, notamment ceux de la petite métallurgie avec 15,4 % et les groupes régionaux avec moins de 8 % sont sous-représentés par rapport au nombre de leurs adhérents. Ces derniers peuvent néanmoins compter en fait, un représentant supplémentaire, André Lefort, président du syndicat ardennais, qui siège dans le groupe de la petite métallurgie. Le passage d’une représentation automatique, un syndicat égale une voix, à une représentation soumise à des pondérations peut ainsi ouvrir la voie à d’autres types d’alliances au sein du conseil.

Tableau 1-1. Conseil de direction de 1920 (21 personnes dont 3 présidents d’honneur)

Tableau 1-1. Conseil de direction de 1920 (21 personnes dont 3 présidents d’honneur)

PH : président d’honneur ; P : président ; VP : vice-président ; CM : constructions mécaniques, CÉ : constructions électriques.
Les noms en italique correspondent aux présidents des syndicats.

  • 36 AUIMM. AG du 18 avril 1918. Ce dernier amendement est demandé par le syndicat des constructeurs-méc (...)
  • 37 AUIMM. AG du 18 février 1919.

23Dans la pratique, le Conseil constitue une liste, proposée ensuite à l’Assemblée qui se contente de l’approuver. Les questions de compétences personnelles, de notoriété pèsent-elles plus que la représentativité ? Les sources ne nous permettent pas vraiment de répondre à cette question. Les réunions du Conseil se tiennent dix fois par an. Il a tous pouvoirs pour statuer sur les dépenses jugées utiles, sans en référer à l’assemblée36. Robert Pinot, ayant désormais le titre de délégué général, est secondé par Alfred Lambert-Ribot, qui a pour mission « de maintenir la cohésion entre les divers services »37. Deux départements reflètent les nouvelles orientations, celui des questions ouvrières, dirigé par Henri Siméon, et celui des questions fiscales, dirigé par le secrétaire général en personne. Un service de documentation, particulièrement de documentation étrangère, est à l’étude. Compte tenu de ses ressources nouvelles, l’UIMM s’installe alors au 2e étage de la rue de Madrid, dans le même immeuble que le CFF, mais bénéficiant désormais de services indépendants. La réforme n’empêche pas la continuité de gestion. Les syndicats fondateurs sont toujours présents et collaborent désormais avec de nouveaux secteurs comme ceux de l’électricité et de l’automobile. Par suite de la démission du Comité central des Houillères, le groupe des mines, n’étant plus composé que de la Chambre syndicale des mines de fer, réduit sa représentation à un délégué. Au niveau régional, seules la région parisienne et la Loire sont représentées. Comme durant toute la période, les dirigeants des grandes entreprises détiennent le pouvoir.

 

  • 38 En 1935, 8,7 % des groupes régionaux ont un représentant. Stabilité donc par rapport à 1920.

24Le conseil de direction s’agrandit en fonction de l’augmentation des adhésions. Le groupe « des autres chambres syndicales », formé d’importants groupements régionaux, obtient par la suite trois, puis six délégués38. Il compte vingt-sept personnes en 1934 (vice-présidents et présidents d’honneur inclus).

  • 39 AUIMM. CD des 7 août et15 octobre1936.
  • 40 Renouvelable par quart tous les ans. L’ordre de sortie des membres est fixé par tirage au sort lors (...)
  • 41 1) Mines, Grosse métallurgie, Électro-métallurgie, Métallurgie autres que le fer : 7 représentants  (...)
  • 42 Ces régions ne correspondent pas aux régions économiques prévues par le décret du 23 juillet 1936 p (...)
  • 43 AUIMM. CD du 15 avril 1937.

251936 est une année de bouleversements, de remise en question et d’une nouvelle grande réforme39. Le conseil de direction s’élargit dorénavant à quarante-deux voire quarante-six membres, désignés pour quatre ans40, moitié par les chambres syndicales nationales et par les chambres régionales. Les premières se répartissent en quatre groupes41, les secondes en 21 régions42 avec chacune un délégué, excepté la région parisienne qui en dispose de deux. Le conseil choisit parmi ses membres un président et au moins quatre vice-présidents représentant également les Chambres nationales et régionales. À la demande des chambres syndicales régionales, des suppléants sont désignés en janvier 1937 pour remplacer les titulaires en cas d’absence. Cela ne se justifie pas pour les chambres nationales, leurs représentants habitant Paris. La direction craint cependant que la nomination de suppléants ne diminue « l’autorité des délibérations et des décisions prises ». Pour donner plus d’autorité au délégué général dans les discussions et les négociations, il lui est octroyé le titre de vice-président43.

  • 44 AUIMM. AWaline. Note sur l’organisation syndicale, 17 novembre 1936.

26Une fois de plus, l’UIMM précise sa position. Premièrement, elle unifie l’action des chambres professionnelles sur les plans économiques, ouvriers et fiscaux, « en procédant à l’examen de toutes les propositions et projets de loi et en représentant auprès des Pouvoirs publics les industries des métaux ». Deuxièmement, elle agit « comme organe de liaison entre les différentes régions, en vue d’assurer, autant que possible, une politique générale ouvrière adaptée aux situations locales et d’éviter toute rupture d’équilibre dans la situation de la main-d’œuvre »44.

 

  • 45 Malheureusement le budget de l’UIMM n’a pas pu être étudié au-delà de 1917 faute d’archives, une gr (...)
  • 46 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 272.
  • 47 La dépense totale de l’exercice s’élevait à « 2 689,75 F en excédent de 916,70 F sur les recettes e (...)
  • 48 L’Union compte alors 16 chambres syndicales, les recettes s’élèvent donc à 8 000 F. L’année suivant (...)

27La croissance du nombre d’adhérents signifie une croissance des ressources qui permet un fonctionnement plus efficace45. Même si la possibilité de prélever des ressources extraordinaires existait, il semble qu’avant la Première Guerre mondiale, le budget de l’UIMM ait été « très mince » pour reprendre l’expression d’André François-Poncet46. Le premier budget est déficitaire47. Un triplement est envisagé dès 1902, tout en restreignant au maximum les dépenses, notamment de personnel en utilisant celui de la Chambre syndicale des fabricants et constructeurs de chemins de fer. La cotisation annuelle est alors fixée à cinq cents francs et est modifiable chaque année par le Comité48. Ces petits budgets – même s’ils sont compensés par des partages de locaux ou de personnels – paraissent difficilement compatibles avec les ambitions de la jeune Union. Certes Pinot semble jouer à l’homme-orchestre, mais le développement des terrains d’action engendre la multiplicité des études, des modalités d’intervention, il faut donc disposer d’un financement adéquat. Jusqu’en 1906, puis en 1914 et en 1916, les ressources proviennent exclusivement des cotisations. Ensuite leur montant varie selon les années : autour de 90 % en 1907, 1908, 1915 et 1917, entre 40 et 65 % les autres années. En 1912, il n’atteint que 29 % du budget. Pourquoi ? D’où proviennent les autres ressources ? Les archives consultées n’apportent pas de réponse.

Graphiques : 1-3. Le budget et les ressources de l’UIMM 1902-1917

Graphiques : 1-3. Le budget et les ressources de l’UIMM 1902-1917

Graphique 1-4. Les permanents de l’UIMM 1920-1952

Graphique 1-4. Les permanents de l’UIMM 1920-1952

(Sources : chiffres donnés par le service des archives de l’UIMM)

  • 49 AUIMM. AG du 12 mars 1917. Article 15 des nouveaux statuts de 1918, article 18 des statuts de 1936. (...)
  • 50 La totalité des archives du service du personnel ayant brûlé, il n’a pas été possible de connaître (...)
  • 51 Par exemple les métallurgistes du Rhône, devant déjà faire face à l’augmentation des cotisations po (...)
  • 52 La direction met en avant les frais d’impression des circulaires qui se multiplient du fait des mod (...)

28Au lendemain de la guerre, le budget est jugé ne pas correspondre à l’importance du groupement car il ne lui donne pas les moyens d’action nécessaires49 pour réaliser un programme ambitieux. La réorganisation de 1918-1919 doit permettre de disposer de recettes beaucoup plus importantes, et par là même d’étoffer les services, de recruter un personnel expérimenté50, d’intensifier la circulation des informations communiquées aux adhérents, de suivre au plus près les travaux législatifs afin de pouvoir déclencher immédiatement la contre-offensive… Elle peut également exprimer la volonté d’émancipation de l’Union par rapport au CFF. Le projet d’établir un système de cotisations assez élevé, basé sur le nombre d’ouvriers et employés occupés par chaque adhérent des chambres syndicales ne fait pas l’unanimité51. Mais le budget devant passer de 14 000 F à environ 400 000 F, minimum jugé indispensable, une cotisation extraordinaire est exigée en 1918 de 10 F pour les établissements de moins de 500 ouvriers et de 20 F pour les autres, ce qui multiplie par quatre le barème des cotisations et par vingt-huit les ressources de l’UIMM. En 1920, la cotisation ordinaire double du fait du développement des services et de la hausse des prix52.

  • 53 Elle souhaite transformer la cotisation payée par ses membres en cotisation forfaitaire versée par (...)

29La réévaluation périodique des cotisations entraîne souvent contestations et marchandages. En juillet 1921, le Syndicat des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de France obtient d’être dispensé de la cotisation personnelle forfaitaire pour les membres n’appartenant pas à d’autres chambres syndicales affiliées à l’Union ainsi que pour les adhérents du GIM. Pour les autres, l’Union reste libre de fixer, conformément à ses statuts, leur cotisation individuelle, ce qui suscite des récriminations, notamment de la CSIMR53.

  • 54 AUIMM. CD du 17 février 1931.
  • 55 AUIMM. CD du 14 février 1933.
  • 56 Une nouvelle augmentation est programmée en 1937. CD du 10 février 1937.

30La crise économique mondiale provoque de sérieux problèmes de financement. En février 1931, le conseil de direction estime que les circonstances ne permettent pas de demander un complément de cotisation. La reconstitution des réserves ne devrait se faire que « lorsque celles-ci se trouveraient réduites au-dessous du chiffre représentant les dépenses d’une année »54. Un grave déficit se produit ainsi en 1932, dû à la disparition totale des versements, traditionnellement très importants, faits au titre de la main-d’œuvre étrangère et à la réduction considérable du montant des cotisations suite à la diminution des effectifs des établissements industriels. Réformer les bases de perception des cotisations s’impose d’urgence, d’autant qu’il n’est pas question d’augmenter les mesures de compression des effectifs et des traitements du personnel de l’Union prises dès 1932 « sans porter atteinte la plus sérieuse au caractère de l’activité de l’Union et à l’efficacité de celle-ci »55. Il est donc décidé, lors de l’assemblée générale de 1933, de substituer la base des salaires à celle des effectifs. Le droit fixe est désormais de 30 F par an, et le taux de contribution est calculé en fonction du montant total des appointements, salaires et rétributions. Six tranches de cotisants sont définies avec un tarif progressif de 0,15 F pour la première tranche de 1 à 500 000 F à 0, 725 F au-dessus de 25 000 000 F. Les dépenses de l’Union, comprimées durant les années de crise, ne s’élèvent qu’à 2 225 000 F en 1935, mais elles passent à 2 714 000 F en 1936 compte tenu de l’engagement de nouveaux collaborateurs. Le développement constant de l’activité des chambres entraîne une croissance des frais (impression, correspondance, déplacements en province, surtout à l’occasion des conventions collectives…) induisant celle des ressources (entre 4 millions et 5 millions pour 193756).

31L’origine de celles-ci n’a pu être étudiée que pour l’année 1935. L’Union n’a pas perçu toutes les cotisations espérées (1 635 contre plusieurs milliers). Les trois quarts des recettes proviennent de 82 établissements, et les neuf dixièmes de 237. La moitié est versée par les quatre premiers groupes (Forges, Constructions navales, Matériel de chemin de fer, Forces hydrauliques), qui réunissent de très grosses entreprises.

Tableau 1-2. Répartition des cotisations en 1935 (90 % des cotisants)

Secteurs représentés

Répartition entre les 82 établis

Répartition entre les 82 établissements (%)

Répartition entre les 237 établissements.

Répartition entre les 237 établissements (%)

1 Forges

35

42,68 %

86

36,28 %

2 Constructions navales

8

9,75 %

11

4,64 %

3 Matériel de chemin de fer

8

9,75 %

15

6,33 %

4 Forces hydr./électro

6

7,31 %

21

8,86

5 Construction mécanique

7

8,54 %

32

13,5 %

6 Automobile

7

8,54 %

8

3,37%

7 Construction électrique

3

3,66 %

3,37 %

8 Petite métallurgie

3

8

3,37 %

9 Aéronautique

1

1

0,44 %

10 Divers

4

4,9 %

15

6,33 %

11 Métaux

40

16,88 %

Secteurs 1, 2, 3 et 4

1 122 000 F soit + de

50 % des cotisations

100 %

1 285000 F

100 %

Note sur le régime des cotisations à l’Union.

Source : Annexe au procès-verbal de la séance du CD du 10 février 1937.

32La proportion des non-paiements est faible chez les adhérents employant la main-d’œuvre la plus nombreuse. La progressivité des cotisations ne peut pas être remise en question, car sa disparition nécessiterait un relèvement important de celles des petites et moyennes entreprises. Un fléchissement important a lieu en 1936 (1 600 000 F), qui est mis sur le compte de la demande, par l’Assemblée générale du 25 juin, d’une cotisation exceptionnelle de 20 F par ouvrier et employé, décidée en raison des grandes grèves. Cela exige un gros effort des établissements qui éprouvent ensuite des difficultés à régler la cotisation normale. L’UIMM ne peut alors équilibrer son budget qu’à l’aide de subventions extraordinaires.

  • 57 AUIMM. Note sur le régime des cotisations de l’Union, annexe au PV du CD du 10 février 1937.
  • 58 AUIMM. CD du 10 février 1937.

33Toute une réflexion sur le système de cotisation s’engage alors. Le paiement direct à l’Union ne semble pas devoir être remis en question, car les principaux cotisants sont en rapport direct avec elle. Le problème est très différent pour les entreprises petites et moyennes. Des dérogations à la règle générale sont consenties et 31 syndicats obtiennent des forfaits libérant du paiement des cotisations à l’UIMM la totalité ou une partie de leurs adhérents. Faut-il étendre le système du forfait ? L’avantage est la simplification, le renforcement du rôle et des moyens des syndicats, mais les inconvénients peuvent l’emporter, notamment pour les établissements les plus importants qui font partie de plusieurs syndicats. De plus, les Chambres syndicales devront gérer des sommes beaucoup plus considérables, ce qui engendrera une extension de leur secrétariat. L’UIMM s’oriente donc vers un système mixte différenciant les gros établissements, qui continuent comme par le passé à régler directement leur cotisation calculée en fonction des salaires de l’année précédente selon un barème progressif, et les autres, qui passeront par leurs syndicats et auront à s’acquitter d’une cotisation unique. L’UIMM espère que les ressources « autres que les cotisations directes des grands établissements devraient en principe provenir à égalité des Chambres syndicales nationales et des Chambres syndicales régionales »57. Lambert-Ribot craint qu’« avec un système d’organisation purement régional, il n’y aura plus de solidarité patronale, et que le même travail sera fait partout à la fois et sans coordination »58. Les cotisations doublent finalement par rapport à 1933 : le droit fixe est porté à 60 F, et la contribution proportionnelle aux salaires passe de 0,30 °/°° pour la première tranche à 1,45 °/°° pour la sixième.

  • 59 AUIMM. CD du 20 octobre 1938.

34La question des cotisations patronales se pose de nouveau en juin 1937 du fait de l’appel de la CGPF. En juillet, l’UIMM envoie une circulaire à tous ses adhérents les informant de son accord sur le principe de 1 % des salaires. Pour la perception, elle reste fidèle à ce qui a été établi précédemment. L’UIMM est chargée par la CGPF de coordonner et progressivement de contrôler la répartition et la perception des cotisations patronales (1 %) auprès des chambres syndicales régionales des métaux59.

35Cette croissance des ressources rend possible la multiplication des structures collectives.

Diversité des structures collectives et des actions menées

  • 60 Agriculture, assurances sociales institutions patronales, associations ouvrières et coopératives, d (...)

36L’organisation interne de l’Union est une question débattue dès l’origine à l’instigation de Robert Pinot Son passage au Musée social et à la Chambre syndicale des fabricants de matériel de chemin de fer a révélé ses talents d’organisateur. Il a doté le Musée d’une structure complexe en créant sept sections s’occupant chacune de questions particulières60, en ayant des correspondants à l’étranger, en offrant différents services (bibliothèque, conférences), et une publication annuelle. Pinot a transféré ce modèle à la Chambre syndicale, puis à l’UIMM.

  • 61 Commissions des Assurances sociales, des Coopératives, ou des Cadres en novembre 1920.

37Des commissions, créées ponctuellement pour assurer l’examen des questions à l’ordre du jour, proposent des solutions au conseil de direction. Ainsi, une commission d’études tente de résoudre certains problèmes de main-d’œuvre posés par la guerre. Elle est subdivisée en quatre sous-commissions dont deux se préoccupent de la lutte contre la tuberculose et l’alcoolisme, une de l’hygiène de l’enfance et une du logement ouvrier. Une autre commission dite du traité de paix propose au gouvernement, en décembre 1918, l’insertion d’un certain nombre de clauses concernant le charbon et les droits de douane. Lors de la discussion de la loi Astier et de la proposition Verlot en octobre 1919, une commission sur l’apprentissage est instituée. On peut ainsi multiplier les exemples61. Une partie de ces institutions perdure quand les questions à traiter sont récurrentes, comme celle de l’apprentissage, ou se transforme en organismes particuliers liés à l’UIMM, telle l’Association métallurgique et minière contre la tuberculose. Cette plasticité des structures semble se figer par la suite comme si une certaine incapacité se faisait jour à résoudre les problèmes, produite par une bureaucratisation de l’organisation.

  • 62 Docteur en droit, diplômé de l’École libre des sciences politiques en 1911, il est auditeur puis ma (...)
  • 63 AIUMM. CD du 18 février 1919.
  • 64 AIUMM. AWaline (27 11 11). L’organisation patronale en France, 15 janvier 1935.

38Lors de la réorganisation de 1919, comme nous l’avons vu, deux départements sont constitués. Celui des questions ouvrières, dirigé par Henri Siméon, doit fournir des informations et établir des relations plus fréquentes avec les industriels. Pinot s’occupe personnellement de celui des questions fiscales. Il continue d’assumer la direction des services administratifs, désormais en tant que secrétaire général, nouveau poste qui doit assurer la cohésion des trois services. Il est secondé par Lambert-Ribot62. Deux nouveaux collaborateurs, docteurs en droit, les rejoignent : Louis Poughon, chargé des contacts avec les industriels, et Henri Weber, chargé des questions fiscales63. Une Commission des questions ouvrières et sociales comprenant des représentants des chambres syndicales régionales et professionnelles se réunit une fois par mois. La documentation tenue constamment à jour est mise à la disposition des adhérents non seulement par l’envoi de circulaires mais aussi par l’intermédiaire d’une revue mensuelle et d’un manuel de législation sociale, ouvrière et fiscale64. Un service de documentation s’intéressant notamment à la situation à l’étranger publie, à partir de 1921, une Revue mensuelle des questions sociales, ouvrières et fiscales. En 1923, un service de la main-d’œuvre étrangère en France s’occupe particulièrement de la venue des Polonais et des Tchécoslovaques.

  • 65 Cf. en annexe (CDROM).
  • 66 Secrétaire, puis administrateur de la Caisse syndicale d’assurance mutuelle des Forges de France co (...)

39Onze organismes liés à l’UIMM fonctionnent jusqu’en 1940 comme mutuelles, associations selon la loi de 1901 ou sociétés anonymes65. À leur création et souvent pour longtemps, la quasi-totalité de leurs sièges se situe au 7 rue de Madrid. Les présidents et les administrateurs de ces sociétés se recrutent parmi les principaux animateurs de l’UIMM, Alexandre Dreux, Léopold Pralon, Gabriel Cordier, Pierre Richemond… et bien sûr jusqu’en 1926, l’incontournable Robert Pinot66, remplacé à sa mort par le nouveau délégué général, Alfred Lambert-Ribot.

  • 67 Sous la présidence de J. Le Blanc, président de la Chambre syndicale. AIUMM. Annuaire de 1907-1908.
  • 68 S. Sirot fait référence à une expérience antérieure : une caisse organisée à la fin du XIXe siècle (...)
  • 69 Annuaire de l’UIMM 1908-1909, p. 59.
  • 70 A. Gigot, directeur de la Caisse syndicale des Forges, de Ségogne, avocat au Conseil d’État et à la (...)
  • 71 Celles de la Construction mécanique et électrique, du Matériel de chemin de fer, de la Forge, de la (...)
  • 72 Annuaire de l’UIMM 1908-1909, p. 60.
  • 73 Le capital assuré ne pouvait pas être supérieur au total annuel des frais généraux évalués pour l’é (...)
  • 74 Annuaire de l’UIMM 1908-1909.
  • 75 Dirigée par A. Maumet, polytechnicien, chef d’escadron d’artillerie en retraite. Un conseil de troi (...)
  • 76 AIUMM. Comité de l’Union du 13 décembre 1906.

40Les premiers organismes sont liés à la protection des industriels, victimes des grèves et des premières mesures législatives sur les accidents de travail et les retraites. Ils prennent la forme de caisses d’assurances. Pour les dirigeants patronaux, les relations professionnelles ont évolué d’une manière très défavorable depuis le début du XXe siècle du fait de la montée en puissance de la CGT. Le nombre d’établissements industriels touchés a effectivement beaucoup augmenté. L’ensemble d’une corporation est désormais affecté par ces mouvements comme c’est le cas lors de la lutte pour la journée de huit heures. L’initiative revient à la Chambre syndicale des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de Paris, « le mouvement révolutionnaire du 1er mai » pour la journée de huit heures l’ayant conduite à fonder une permanence pour prodiguer des conseils à tous ses adhérents et à convoquer tous les industriels de la région parisienne victimes du mouvement. Une trentaine de syndicats de la métallurgie se rencontrent le 16 mai 1906 à l’Hôtel des ingénieurs civils67 afin de trouver une solution à la prolifération des conflits. Les fondateurs des caisses d’assurance se sont inspirés des exemples anglais, allemands (première expérience en 190468) et américains tout en les adaptant « à la législation de notre pays et au tempérament de notre race »69. Plusieurs réunions au siège de l’UIMM et l’aide d’une commission de juristes présidée par Florent Guillain sont nécessaires pour rédiger les statuts70. Ces organismes, indépendants des Chambres syndicales, doivent couvrir les établissements adhérents des pertes subies du fait de la cessation du travail, « notamment de tout ou partie des frais généraux qui ont continué à courir pendant le temps de la grève », les grèves étant assimilées à des risques généraux, comme l’incendie. Six sociétés d’assurances mutuelles, les caisses primaires, voient le jour en 1907, deux autres apparaissent par la suite71. Elles ont pour fonction d’« apporter à l’industriel, victime d’une grève une réparation matérielle et un appui moral », mais aussi de l’empêcher « de consentir des concessions dangereuses ou injustifiées »72. Les industriels peuvent être indemnisés des frais généraux73 qui continuent à courir malgré l’arrêt total ou partiel du travail, et soutenus en cas d’actions judiciaires intentées par leurs salariés lors des conflits. Les diverses sociétés ont la possibilité de s’assurer « contre les risques d’insuffisance de ressources »74 à une Caisse centrale métallurgique75 dont l’objectif est la solidarité entre les caisses. Un comité central composé de six personnes, renouvelables par tiers chaque année, choisies « en raison de leur haute honorabilité, de la situation qu’elles ont occupée dans l’industrie et de leur éloignement actuel des affaires », est désigné par le bureau du comité de l’Union. Il est chargé d’étudier des mesures préventives pour éviter toute cause de conflit et de rechercher « si la grève a été volontairement provoquée par le patron dans le but de profiter de l’assurance »76. L’amélioration de l’organisation du travail, des règlements d’ateliers et le bon fonctionnement des institutions ouvrières de prévoyance font partie de ses tâches.

  • 77 Le fonctionnement de ces Caisses est développé dans la troisième partie de cet ouvrage.
  • 78 Article 4 des statuts. Annuaire de l’UIMM 1912-1913.

41L’usage des Caisses d’assurances contre les accidents du travail et pour les retraites77, créées par le CFF en 1891 et en 1894, s’étend à tous les adhérents de l’UIMM. Ces caisses doivent s’adapter à la législation. La Caisse syndicale contre les accidents du travail garantit, « dans les termes et dans les limites de la loi du 9 avril 1898 et ses annexes, ses membres des conséquences pécuniaires des accidents survenus aux ouvriers et aux employés » et la prise en charge des « conséquences des accidents entraînant une incapacité temporaire d’une durée supérieure à 10 jours »78. Une classification des risques et des tarifs applicables à chacun d’eux est établie. Les tâches de cette caisse s’étendent à la prévention, à la création d’hôpitaux et de dispensaires. La Caisse syndicale des retraites, société anonyme, est autorisée par le décret du 12 juillet 1911 à effectuer les opérations prévues par la loi sur les retraites ouvrières du 5 avril 1910 pour tous les membres affiliés à l’Union, sous réserve de modifications de ses statuts. Elle prend alors le nom de Caisse syndicale de retraites des Forges, de la Construction mécanique, des Industries électriques et de celles qui s’y rattachent.

  • 79 AWaline, Documents sur l’histoire de l’Union avant 1940, note s. d.
  • 80 Radical, ministre du Travail du cinquième ministère Briand (1912-1913), il s’est particulièrement i (...)
  • 81 En 1914, 85 000 décès sur un total de 700 000. Le taux de mortalité par tuberculose pulmonaire étai (...)
  • 82 AIUMM. CD des 14 novembre 1916 et 16 janvier 1917.

42À partir de la Première Guerre mondiale, le nombre de ces organismes se multiplie. L’UIMM patronne ainsi l’Association métallurgique et minière contre la tuberculose et la Caisse foncière de crédit. La première se propose « de rechercher toutes les mesures propres à améliorer l’hygiène des travailleurs et d’enrayer ainsi le développement de la tuberculose dans les centres industriels »79. L’impulsion est donnée par le ministre d’État Léon Bourgeois80, qui appelle les industriels dans une conférence en novembre 1916 à se mobiliser contre la tuberculose aggravée par les privations de la guerre, en insistant sur les incidences de cette maladie sur la réduction de la main-d’œuvre81. Une souscription auprès des chambres syndicales est ouverte pour créer des sanatoriums destinés durant la guerre aux militaires tuberculeux et ensuite aux ouvriers métallurgistes. L’UIMM nomme un Comité de patronage de lutte contre la tuberculose et une commission d’études, présidée par Charles Laurent82 qui réunit aussi des spécialistes de cette maladie pour mettre sur pied un programme de lutte dans l’industrie. Elle donne naissance à l’Association métallurgique, reconnue d’utilité publique par décret du 10 mars 1918. Des dispensaires anti-tuberculeux, organisés à son instigation dans les principaux centres industriels, proposent gratuitement des soins préventifs. Les industriels peuvent utiliser leurs services par des contrats établis sur la base d’un versement de 10 centimes pour 100 F de salaires payés. L’hygiène sociale dans les milieux ouvriers est la troisième de ses préoccupations : hygiène dans les ateliers, lutte contre l’alcoolisme, contre les maladies vénériennes, assistance à la maternité, problème des logements malsains qui prend des proportions inquiétantes avec les destructions de la guerre. L’UIMM partage ce type d’action avec les groupes régionaux, ce qui permet de proposer aux industriels des services à moindre coût et entre dans le cadre traditionnel du patronage.

  • 83 Cf. infra ; H. Frouard, Les politiques patronales du logement en France (1894-1944) : de l’initiati (...)
  • 84 Annuaire de l’UIMM, 1925, p. 248. Cf. J. Fombonne, Personnel et DRH. L’affirmation de la fonction p (...)
  • 85 AIUMM. AG du 18 février 1919, p. 4.
  • 86 H. Frouard, op. cit., p. 107.

43La Caisse foncière de crédit83, fondée en 1918, met à la disposition des industriels des capitaux pour édifier des maisons ouvrières. L’amélioration du logement des personnels est jugée importante, car « touchant non seulement à la moralité et à l’hygiène, mais à la conservation et à la stabilisation de la main-d’œuvre »84. Jusqu’à la création de cette caisse, la recherche de crédit se révélait difficile, les banquiers estimant que les fonds engagés dans les constructions ouvrières, œuvre philanthropique, n’étaient pas un placement lucratif. L’UIMM souhaite parallèlement aider les industriels à ne pas recourir à l’aide de l’État. Le Comptoir général du logement économique complète le dispositif en 1919 en offrant la possibilité d’améliorer le logement ouvrier notamment en donnant des avis techniques et en s’entremettant « pour la fourniture de matériaux (et d’outillage) aux conditions les plus avantageuses »85. Il fonctionne jusqu’en 1920 comme un organisme d’achats en commun, puis, les transactions commerciales étant de nouveau régies par la loi de l’offre et de la demande, il se spécialise dans la réalisation de cités ouvrières aux meilleurs prix, notamment sous la forme de prise d’intérêts, de participations, de subventions ou autres dans des sociétés se consacrant à cet objectif86.

44La Société de secours mutuels de l’UIMM est instituée le 16 avril 1918 au profit des employés des institutions syndicales et des administrations centrales des établissements industriels affiliés par le biais de leurs groupements à l’UIMM. Administrée par les intéressés, elle fonctionne comme les autres sociétés de secours mutuels. Pour appliquer la loi sur les Assurances sociales de 1928, elle gère la Caisse primaire de l’UIMM, qui traite les risques dits de répartition (maladie, maternité, invalidité, décès) pour le personnel administratif.

  • 87 Annuaire de l’UIMM, 1925, p. 221. Cf. S. Pedersen, Family, Dependence, and the Origins of the Welfa (...)

45L’Union abrite le Comité central des allocations familiales (1921) qui établit un lien entre les caises de compensation et tente de susciter l’adhésion à l’institution des allocations familiales des Groupements locaux et des industriels. Il s’agit de résoudre « la situation déficitaire de notre natalité ouvrière », et montrer « l’importance de l’aide spontanément consentie par les patrons en faveur de ceux (encore trop peu nombreux) de leurs ouvriers qui, à la valeur de travail, ajoutent la valeur sociale que représente la famille »87.

46En 1932, un groupe d’industriels met sur pied une caisse mutuelle d’assurances sur la vie pour la métallurgie, les houillères et les mines, alimentée par les employeurs et leurs personnels permettant à tous les agents exclus des assurances sociales de s’assurer sur la vie.

  • 88 Association loi 1901, dirigée par Jules Quantin, vice-président du Syndicat des industries mécaniqu (...)

47Le combat contre le chômage prend la forme en 1934 d’un Comité pour la formation professionnelle des jeunes chômeurs88. Son but est d’ouvrir des ateliers à Paris pour les jeunes gens n’ayant pas trouvé de place dans les usines ou dans les écoles techniques. Les industriels, qui subventionnent le comité, ont la possibilité d’être exemptés de la taxe d’apprentissage.

  • 89 Annuaire de l’UIMM, 1925, p. 258.

48L’UIMM s’occupe aussi de questions économiques en fondant par exemple la Caisse industrielle d’assurance maritime et de transports en mars 1917, dont la mission est de faciliter l’approvisionnement des entreprises sidérurgiques. Celles qui transportent elles-mêmes leurs produits doivent s’assurer contre les risques maritimes, particulièrement les risques de guerre, ce que refusent les compagnies d’assurances. Les industriels, qui souhaitent en même temps se défaire de l’emprise des assureurs « commerciaux »89, choisissent le principe d’une caisse mutualiste. La réparation des dommages subis au cours de transports maritimes ou terrestres est garantie, les risques étant répartis en quinze groupes auxquels correspond une tarification spéciale de cotisations. Les prix pratiqués sont nettement inférieurs à ceux des sociétés d’assurances privées, le capital social de la caisse n’étant pas rémunéré et les commissions données aux intermédiaires pour l’acquisition d’affaires n’ayant pas lieu d’être. Son fonctionnement donne satisfaction puisque de 1917 à décembre 1922, le total des cotisations s’élève à 76 millions de F, les excédents bénéficiaires permettent de distribuer aux sociétaires 9 millions de F et de constituer 15 millions de F de réserves. Les frais généraux n’atteignent que 7 % des cotisations.

 

  • 90 G. Noiriel, « Du « patronage » au « paternalisme » : la restructuration des formes de domination de (...)

49La prolifération de tous ces organismes témoigne de la multiplicité des actions suscitées la plupart du temps par une adaptation à la législation et d’un certain dynamisme de l’union patronale entre les deux guerres. Le développement des œuvres sociales est toujours un des axes essentiels de la politique patronale et s’inscrit dans la continuité du paternalisme qui s’exerce désormais collectivement. Cela permet à la fois d’attirer des adhérents en les faisant bénéficier de services communs, synonymes d’allègement des coûts, d’assurer une meilleure défense des chefs d’entreprise et enfin de contrer les syndicats ouvriers qui, de plus en plus, concurrencent les syndicats patronaux sur le terrain social. Cela s’inscrit également dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre qui conduit le patronat à faire des efforts pour le recrutement, la formation et la conservation du personnel90. Les PME sont les principales bénéficiaires des organismes proposant des œuvres sociales car, seules, elles n’ont pas les moyens financiers de les proposer à leurs salariés.

50Un petit nombre d’hommes sont à la tête de toutes ces organisations et détiennent la réalité du pouvoir. Partage des tâches, mais non du pouvoir.

Notes

1 En 1904, le Syndicat général des fondeurs en fer de France ; en 1908, 10 nouvelles Chambres (fabricants de robinetterie et tourneurs en cuivre, d’outils d’agriculture de France, et de limes, du commerce et de la fabrication de quincaillerie) dont 2 régionales (les métallurgistes ardennais et les fondeurs en fer, acier et aluminium de Paris et du département de la Seine).

2 AUIMM. AWaline (27 11 11), Organisation générale des syndicats patronaux, 12 novembre 1919.

3 Le nombre d’adhérents par chambre syndicale étant inconnu, il est impossible de quantifier le nombre d’entreprises adhérentes à l’UIMM.

4 Cf. en annexe (CDROM), la liste des adhésions des chambres syndicales par année.

5 Cf. tableau des chambres syndicales en annexe CDROM.

6 Ils groupent des individus ou des entreprises d’une activité déterminée.

7 AUIMM. AWaline. L’organisation syndicale patronale dans l’industrie des métaux (1936 ?).

8 C’est le cas en février 1930, lorsque le Syndicat des fabricants d’articles métalliques se scinde en 29 chambres syndicales nouvelles qui ont demandé leur adhésion à l’Union. AUIMM. CD du 18 février 1930.

9 Mécanique, Automobile, Petite Métallurgie, Construction électrique, Articles métalliques, Précision.

10 AUIMM. AWaline (27 11 11). Conditions dans lesquelles un syndicat professionnel national ou régional peut apporter son concours à une chambre syndicale régionale, 10 octobre 1919.

11 Compte rendu de cette visite dans les archives de la CSIMR, Informations extérieures, visite du 1er décembre 1919.

12 AUIMM CD du 16 décembre 1919.

13 AUIMM. AWaline (27 11 11), Conditions dans lesquelles un syndicat professionnel national ou régional peut apporter son concours à une chambre syndicale régionale, 10 octobre 1919.

14 Puis à partir de 1936, l’examen des questions relatives aux congés payés.

15 Conseils de Prud’hommes depuis leur création, Commissions de l’enseignement technique suite à la loi Astier (1919), du coût de la vie (dont les 22 membres, nommés par arrêté ministériel, sont choisis parmi des parlementaires, des fonctionnaires des ministères intéressés et des représentants des organismes industriels, agricoles, commerciaux ou coopératifs), des mutilés (Loi du 26 avril 1924), etc.

16 Annuaire du GIM, 1924. Ce groupe fait l’objet d’une étude spécifique (I, 4).

17 Cité par O. Hardy-Hémery, op. cit., p. 1871.

18 La situation est la même pour les syndicats professionnels. Il est difficile d’évaluer la proportion de syndiqués.

19 AUIMM. AWaline (27 11 11). Organisation générale des syndicats patronaux, 11 novembre 1919.

20 AUIMM. AWaline. L’organisation patronale dans les industries des métaux (brouillon non daté). I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 122.

21 Cf. 4e partie ; D. Fraboulet, « Les CO dans la métallurgie : des structures et des hommes nouveaux ? » in H. Joly (dir.), Les Comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de Vichy, Caen, CRHQ, 2004, p. 109-120.

22 J. R. Horne, A Social Laboratory for Modern France. The Musée Social and the Rise of the Welfare State, Durham, Duke University Press, 2002.

23 Conformément à l’article 5 de la loi du 21 mars 1884.

24 AUIMM. Rapport présenté à l’UIMM par le bureau du Comité de l’Union, 12 février 1903.

25 AUIMM. Comité de l’Union du 28 novembre 1908.

26 AUIMM. La modification des statuts est entérinée le 5 novembre 1909.

27 Arrondissement du Havre, Roubaix-Tourcoing et environs, Lille et environs, Grenoble et la région, Côte d’or, et le Syndicat des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de France. Comité de l’Union, 24 janvier 1910.

28 Les modifications les plus importantes des statuts ont lieu le 18 avril 1918, le 5 novembre 1936 et le 13 mai 1937.

29 AUIMM. Comité de l’Union, 16 octobre 1917.

30 AUIMM. AG du 18 février 1919, p. 4.

31 AUIMM. Comité de l’Union, 16 octobre 1917, Jean Borderel est le délégué spécial de la Chambre syndicale de l’automobile (CSA). Suite à la suppression du salon de 1909, il y a eu scission à la Chambre syndicale de l’automobile : la CSA et la Chambre syndicale des constructeurs automobiles qui réunit en 1910 une vingtaine de maisons produisant des moteurs et des châssis. P. Fridenson, Histoire des usines Renault. Naissance de la grande entreprise, 1898-1939. Le Seuil, 1972, p. 27-28.

32 Raynald Legouez (ancien président du syndicat professionnel des Industries Électriques qu’ils représentent à l’Union) et Henri Cézanne (délégué spécial de la Chambre syndicale des constructeurs automobiles) insistent également sur la nécessité d’une discipline patronale à la réunion du comité du 16 octobre 1917.

33 AUIMM, Comité de l’Union, 12 février 1918.

34 Dans ce débat, le président est appuyé par le secrétaire général du Comité des Houillères, Henri de Peyerimhoff et le Président de la Chambre syndicale des industries aéronautiques, Robert Esnault-Pelterie.

35 AUIMM. AG du 18 février 1919, p. 5. J. R. Horne, Labour at war. France and Britain 1914-1918, Oxford, Oxford University Press, 1991, pour une comparaison entre la France et la Grande-Bretagne de 1914 à 1918.

36 AUIMM. AG du 18 avril 1918. Ce dernier amendement est demandé par le syndicat des constructeurs-mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de l’Isère.

37 AUIMM. AG du 18 février 1919.

38 En 1935, 8,7 % des groupes régionaux ont un représentant. Stabilité donc par rapport à 1920.

39 AUIMM. CD des 7 août et15 octobre1936.

40 Renouvelable par quart tous les ans. L’ordre de sortie des membres est fixé par tirage au sort lors de la première séance du Conseil. Annuaire de l’UIMM, 1936.

41 1) Mines, Grosse métallurgie, Électro-métallurgie, Métallurgie autres que le fer : 7 représentants ; 2) Constructions mécanique, électrique, métallique : 8 représentants ; 3) petite métallurgie : 5 représentants ; 4) Industries diverses : 1 représentant.

42 Ces régions ne correspondent pas aux régions économiques prévues par le décret du 23 juillet 1936 pour l’élection des délégués des Chambres de commerce, des représentants à l’assemblée générale du Conseil National Économique. Ainsi, la région parisienne constitue les deux premières régions : 1e Seine et une partie de la Seine-et-Oise, 2e l’autre partie de la Seine-et-Oise, Oise, Seine-et-Marne. Sur le découpage en régions économiques, I. Kolboom, La revanche…, op. cit., p. 94-95 ; A. Chatriot, « Les « Régions Économiques » d’une guerre à l’autre : aménagement du territoire, discours, projets et pratiques », in P. Caro, O. Dard et J.-C. Daumas (dir.), La politique d’aménagement du territoire. Racines, logiques et résultats, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 53-64 : sur le découpage de 1936, p. 62-64. Un décret de septembre 1938 a ramené les régions de 20 à 19.

43 AUIMM. CD du 15 avril 1937.

44 AUIMM. AWaline. Note sur l’organisation syndicale, 17 novembre 1936.

45 Malheureusement le budget de l’UIMM n’a pas pu être étudié au-delà de 1917 faute d’archives, une grande partie de celles-ci ayant brûlé lors de l’incendie du dépôt du Havre en août 1997.

46 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 272.

47 La dépense totale de l’exercice s’élevait à « 2 689,75 F en excédent de 916,70 F sur les recettes effectuées ». Rapport du bureau du Comité de l’Union, 20 février 1902.

48 L’Union compte alors 16 chambres syndicales, les recettes s’élèvent donc à 8 000 F. L’année suivante, le nombre des chambres n’est plus que de 14. Heureusement pour l’Union, ce n’est qu’une diminution momentanée. Ainsi en 1909, les 24 chambres syndicales apportent une recette de 12 000 F.

49 AUIMM. AG du 12 mars 1917. Article 15 des nouveaux statuts de 1918, article 18 des statuts de 1936. Un droit d’entrée est exigé des nouvelles chambres syndicales adhérentes.

50 La totalité des archives du service du personnel ayant brûlé, il n’a pas été possible de connaître les effectifs de l’UIMM depuis sa création.

51 Par exemple les métallurgistes du Rhône, devant déjà faire face à l’augmentation des cotisations pour une réorganisation sur le plan régional, s’opposent à l’augmentation du taux du barème des cotisations exceptionnelles. AG extraordinaire du 12 février 1918.

52 La direction met en avant les frais d’impression des circulaires qui se multiplient du fait des modifications incessantes de la législation ouvrière et fiscale. AG du 17 février 1920.

53 Elle souhaite transformer la cotisation payée par ses membres en cotisation forfaitaire versée par le syndicat lui-même, ce que refuse l’UIMM qui veut maintenir le versement des deux cotisations forfaitaire et individuelle. Un compromis intervient en octobre 1923 : une cotisation forfaitaire, calculée selon un pourcentage convenu des cotisations encaissées par le Syndicat des mécaniciens, dispense de toute cotisation directe leurs adhérents exclusifs et ceux du GIM.

54 AUIMM. CD du 17 février 1931.

55 AUIMM. CD du 14 février 1933.

56 Une nouvelle augmentation est programmée en 1937. CD du 10 février 1937.

57 AUIMM. Note sur le régime des cotisations de l’Union, annexe au PV du CD du 10 février 1937.

58 AUIMM. CD du 10 février 1937.

59 AUIMM. CD du 20 octobre 1938.

60 Agriculture, assurances sociales institutions patronales, associations ouvrières et coopératives, domaine juridique, missions et enquêtes, relations extérieures. J.-R. Horne, op. cit.

61 Commissions des Assurances sociales, des Coopératives, ou des Cadres en novembre 1920.

62 Docteur en droit, diplômé de l’École libre des sciences politiques en 1911, il est auditeur puis maÎtre des requêtes honoraire au Conseil d’État. Il devient chef adjoint au Cabinet du ministre du Travail, Albert Métin, en 1913. Mobilisé en 1914, il est détaché en 1917 comme chef adjoint du Cabinet du ministre des Travaux publics, Claveille. Il rejoint l’UIMM en 1919.

63 AIUMM. CD du 18 février 1919.

64 AIUMM. AWaline (27 11 11). L’organisation patronale en France, 15 janvier 1935.

65 Cf. en annexe (CDROM).

66 Secrétaire, puis administrateur de la Caisse syndicale d’assurance mutuelle des Forges de France contre les accidents du travail (1912,1925). Administrateur de la Caisse syndicale de retraites des forges, de la construction mécanique, des industries électriques et de celles qui s’y rattachent (1925). Administrateur de la Caisse foncière de crédit pour l’amélioration du logement dans l’industrie (1925). Vice-président du Comptoir général du logement économique (1925). Administrateur de la Caisse industrielle d’assurance maritime et de transports (1925). Trésorier de l’Association métallurgique et minière contre la tuberculose.

67 Sous la présidence de J. Le Blanc, président de la Chambre syndicale. AIUMM. Annuaire de 1907-1908.

68 S. Sirot fait référence à une expérience antérieure : une caisse organisée à la fin du XIXe siècle dans les Compagnies houillères du Nord-Pas de Calais (La Grève en France, une histoire sociale (XIXe-XXe siècle), Paris, Odile Jacob, 2002, p. 201). Citée aussi par J. Michel, Le mouvement ouvrier chez les mineurs d’Europe occidentale (Grande-Bretagne, Belgique, France, Allemagne). Étude comparative des années 1880 à 1914, thèse d’État, Université de Lyon II, 1987, p. 1588.

69 Annuaire de l’UIMM 1908-1909, p. 59.

70 A. Gigot, directeur de la Caisse syndicale des Forges, de Ségogne, avocat au Conseil d’État et à la Cour de Cassation, Quérenet, avocat à la Cour d’appel, Malandrin, avoué, Grignon, notaire, et Saint-Girons, directeur aux Établissements Schneider.

71 Celles de la Construction mécanique et électrique, du Matériel de chemin de fer, de la Forge, de la construction métallique, de la fonderie, de la Métallurgie ardennaise, puis en 1913 celles de l’électro-chimie et électro-métallurgie, et en 1920 celle de l’automobile. La mutuelle de la Forge n’admet que les membres du syndicat, les autres mutuelles acceptent les membres de tous les syndicats affiliés à l’UIMM.

72 Annuaire de l’UIMM 1908-1909, p. 60.

73 Le capital assuré ne pouvait pas être supérieur au total annuel des frais généraux évalués pour l’établissement assuré (article 8 des statuts de la Société La Forge, Annuaire de l’UIMM 1912-1913, p. 134). Cf. 3e partie et Graphiques 3-2, 3-3.

74 Annuaire de l’UIMM 1908-1909.

75 Dirigée par A. Maumet, polytechnicien, chef d’escadron d’artillerie en retraite. Un conseil de trois à dix membres, choisis parmi les sociétés assurées et ayant un minimum de 500 000 F de valeurs assurées, est nommé par l’assemblée générale pour administrer la Caisse (article 19 des statuts).

76 AIUMM. Comité de l’Union du 13 décembre 1906.

77 Le fonctionnement de ces Caisses est développé dans la troisième partie de cet ouvrage.

78 Article 4 des statuts. Annuaire de l’UIMM 1912-1913.

79 AWaline, Documents sur l’histoire de l’Union avant 1940, note s. d.

80 Radical, ministre du Travail du cinquième ministère Briand (1912-1913), il s’est particulièrement intéressé à l’hygiène sociale. Il a créé un Comité central d’assistance aux anciens militaires tuberculeux.

81 En 1914, 85 000 décès sur un total de 700 000. Le taux de mortalité par tuberculose pulmonaire était plus important en France que dans les autres pays européens (1,76 °/∞ contre 1,30 °/∞ en Allemagne, 1,04 en Angleterre, 0,93 °/∞ en Belgique). L’équipement en dispensaires anti-tuberculeux et en sanatoriums était très insuffisant. P. Guillaume, Du désespoir au salut : les tuberculeux aux XIX-XXe siècles, Paris, Aubier, 1986.

82 AIUMM. CD des 14 novembre 1916 et 16 janvier 1917.

83 Cf. infra ; H. Frouard, Les politiques patronales du logement en France (1894-1944) : de l’initiative privée au devoir national, thèse de doctorat d’histoire de l’art, Université de Paris I, 2003, p. 106-108.

84 Annuaire de l’UIMM, 1925, p. 248. Cf. J. Fombonne, Personnel et DRH. L’affirmation de la fonction personnel dans les entreprises (France, 1830-1990), Paris, Éditions Vuibert, 2001.

85 AIUMM. AG du 18 février 1919, p. 4.

86 H. Frouard, op. cit., p. 107.

87 Annuaire de l’UIMM, 1925, p. 221. Cf. S. Pedersen, Family, Dependence, and the Origins of the Welfare State. Britain and France 1914-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1993

88 Association loi 1901, dirigée par Jules Quantin, vice-président du Syndicat des industries mécaniques de France.

89 Annuaire de l’UIMM, 1925, p. 258.

90 G. Noiriel, « Du « patronage » au « paternalisme » : la restructuration des formes de domination de la main-d’œuvre ouvrière dans l’industrie métallurgique française », Le Mouvement Social, no 144, juillet-septembre 1988, p. 17-35. J. Fombonne, op. cit.

Table des illustrations

Titre Graphique 1-1. Les Chambres syndicales appartenant à l’UIMM (1901-1948)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 1-2. Les chambres syndicales appartenant à l’UIMM par secteurs, 1919-1925
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 1-1. Les chambres syndicales régionales adhérentes de l’UIMM en 1925
Crédits Sources : annuaire de l’UIMM (1925 ; 1933)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Carte 1-2. Les chambres syndicales régionales adhérentes de l’UIMM en 1933.
Crédits Sources : annuaire de l’UIMM (1925 ; 1933)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 1-1. Conseil de direction de 1920 (21 personnes dont 3 présidents d’honneur)
Légende PH : président d’honneur ; P : président ; VP : vice-président ; CM : constructions mécaniques, CÉ : constructions électriques. Les noms en italique correspondent aux présidents des syndicats.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57234/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Graphiques : 1-3. Le budget et les ressources de l’UIMM 1902-1917
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57234/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 1-4. Les permanents de l’UIMM 1920-1952
Crédits (Sources : chiffres donnés par le service des archives de l’UIMM)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57234/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540