Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Première partie. L'organisation de la profession (1900-1939)

Chapitre I. Les origines de la nouvelle organisation

Texte intégral

1L’industrialisation de la France au cours du XIXe siècle est marquée par la montée en puissance des industries métallurgiques et minières par rapport aux industries textiles qui ont longtemps dominé l’économie française. Pour autant, l’idée d’un rassemblement des entreprises de ces secteurs fort vastes rencontre une objection récurrente. Ces secteurs, souvent compartimentés et cloisonnés, développent des intérêts parfois contradictoires, par exemple entre producteurs et transformateurs de métaux ou entre producteurs et consommateurs de charbon. L’organisation patronale se trouve ainsi conduite peu à peu à construire un intérêt intermédiaire, qui ne soit ni trop particulier, ni trop général. Elle découvre qu’une de ses tâches est de convaincre d’adhérer et qu’une autre est de justifier, pour réaliser l’unité de comportement et l’action collective, le prix à payer : la fidélité aux dirigeants et la discipline. Pour pouvoir se développer, elle en vient à laisser assumer un certain nombre de tâches par d’autres organismes, notamment des chambres syndicales régionales ou nationales. Cette division du travail progressive, la passation régulière de compromis sont autant d’avancées pour une organisation qui a à asseoir sa légitimité.

2L’union ne pouvait être acceptée que parce qu’elle permettrait de faire face à des contraintes extérieures à l’entreprise et qu’elle présentait des avantages certains. Elle était synonyme de regroupement d’intérêts afin de régler un problème ponctuel. Puis, sous l’effet des mutations politiques, économiques et sociales, la nécessité d’avoir une organisation pérenne s’est imposée pour accéder à l’information, tenter de réguler les marchés, marchés de matières premières ou de produits mais aussi marché du travail, organiser la production, classer les produits et les hommes, et enfin négocier avec les pouvoirs publics.

Les premiers pas de l’organisation professionnelle

  • 1 F. Caron, « La croissance industrielle. Secteurs et branches », in F. Braudel et E. Labrousse (dir. (...)
  • 2 Il reste à connaître ce qui était entendu par travail des métaux et par métallurgie.
  • 3 B. Gille, La sidérurgie française au XIXe siècle, Genève, Droz, 1968.

3Après la crise des années 1880, la fin du XIXe siècle est marquée, par une reprise de la croissance industrielle à partir de 1891 pour la sidérurgie et de 1896 pour la métallurgie1. Cette croissance, accélérée au début du XXe siècle, s’accompagne d’une diversification des activités avec le dynamisme de nouveaux secteurs comme le cycle, l’automobile, les constructions métalliques liées aux aménagements urbains, la construction électrique et l’électrométallurgie. Des concentrations géographiques et financières s’en suivent. Le recensement des établissements industriels de 1906 montre que la métallurgie et les mines constituent les secteurs les plus concentrés. 96 % à 97 % des mineurs et des salariés de la métallurgie travaillent dans des établissements de plus de 100 salariés. Dans le travail des métaux2, la taille des entreprises est moins importante puisque plus de la moitié des salariés sont occupés dans des établissements de moins de 100 salariés et seulement 24 % dans les plus de 500. Cette situation très diverse selon la nature des produits fabriqués se perpétue. Dans la sidérurgie, quatorze firmes seulement contrôlent 81 % du capital en 19123. Dans les industries mécaniques, une trentaine de firmes fabriquent des turbines hydrauliques ou du petit outillage, mais on compte trois cents fabricants de cycles à la veille de la Première Guerre mondiale. Dans l’ensemble, les biens d’équipement et les produits semi-finis sont aux mains d’oligopoles. Des liens de dépendance s’établissent entre les grandes entreprises et les plus petites.

  • 4 É.Villey, L’organisation professionnelle des employeurs dans l’industrie française, Paris, Alcan, 1 (...)

4Dans ce contexte, les organisations professionnelles se constituent progressivement au cours du XIXe siècle. La législation révolutionnaire, le Code pénal de 1810 (article 419), puis la loi du 10 avril 1834 ont interdit les corporations, les associations professionnelles et les ententes. Cependant « un régime de fait » se juxtapose « au régime légal, permettant aux associations professionnelles de se constituer et de fonctionner malgré la prohibition, jusqu’à ce que la consécration légale vienne à nouveau mettre les textes en harmonie avec les faits… En réalité une continuité ininterrompue a mené du corporatisme ancien au syndicalisme moderne »4, spécifiquement dans la région capitale.

  • 5 A. Lincoln, « Le syndicalisme patronal à Paris de 1815 à 1848 : une étape dans la formation d’une c (...)
  • 6 G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 21.
  • 7 Rassemblant surtout des fabricants de métiers à tisser et de locomotives, ils ont des préoccupation (...)

5Les premières chambres syndicales apparaissent dans la métallurgie durant la première partie du XIXe siècle, comme la Chambre syndicale des fabricants et marchands de bronze en 18185. Ceux-ci souhaitent se protéger de la contrefaçon (« pillage des modèles »), réguler leur profession et s’entraider (« le bienfait d’un secours mutuel »). Leur association, dirigée par des responsables élus et financée par les cotisations des membres, semble avoir fonctionné avec beaucoup d’efficacité. Les métiers du bâtiment constituent, les premiers avec ceux de l’alimentation, des unions professionnelles, ainsi le Groupe de la Sainte-Chapelle formé à Paris en 1821 et qui s’élargit par la suite à d’autres secteurs. La Chambre syndicale des carrossiers, charrons et selliers y adhère dès sa création en 1844. Il s’agit alors de regrouper de métiers sur le plan local, notamment pour contrer les revendications salariales des ouvriers et établir des normes de qualité. Sur le plan national, des comités de maîtres de forges apparaissent dès 1828 pour défendre les intérêts généraux de leur branche. En 1833 un comité réunit quelques dirigeants des forges au coke (Bérard), des forges au bois (le marquis de Louvois), et des forges mixtes (Louis Boigues, de Fourchambault)6. Le Comité des intérêts métallurgiques, le Comité des houillères, l’Union des constructeurs de machines7, créés en 1840, se préoccupent avant tout des questions douanières et tentent de faire pression sur les pouvoirs publics par des démarches auprès des parlementaires et des ministres.

  • 8 Très hostile aux corporations, elle estime que les prud’hommes risquent de mener à une organisation (...)

6La création des prud’hommes à Paris en mars 1806 constitue une autre étape dans l’évolution des relations de production et la constitution de la solidarité patronale. La Chambre de commerce s’y oppose jusqu’à la fin des années 1820, estimant que les institutions existantes comme le juge de paix ou le commissaire de police peuvent juger les différends8. C’est une pétition de notables en 1839 qui conduit à l’instauration d’un premier conseil dans les métaux en 1845, divisé en sections professionnelles. Une personnalité, élue par tous les patrons, y représente les intérêts de la profession. Les ouvriers éligibles appartiennent à l’élite ouvrière : contremaîtres ou ouvriers façonnés patentés. Les affaires traitées concernent surtout l’apprentissage et des problèmes de salaires.

  • 9 Elle rassemblait 55 chambres syndicales en 1869 dont É. Villey donne la liste, op. cit., p. 11.
  • 10 J. Dubos y voit l’une des origines de l’union du monde patronal. André Lebon, un homme d’affaires e (...)
  • 11 Approbation par l’empereur de l’abandon de la contrainte en matière d’association professionnelle p (...)

7Le retour à la liberté d’association est éphémère sous la Seconde République. Lors de la mise sur pied de la Commission du Luxembourg, Louis Blanc admet que la paix sociale ne peut être préservée que si les intérêts de chaque partie sont représentés. Il convoque les patrons des principales industries parisiennes qui doivent accepter la réduction par décret de la journée de travail à 10 heures à Paris et 11 heures en province et l’abolition du marchandage, mais aussi élire, comme les ouvriers, trois délégués par profession. Seules les plus grandes firmes sont en fait représentées. Leur mission est de valider les conventions négociées par profession ou par entreprise avec l’aide de la Commission. En mai, cette dernière est dissoute et la délégation patronale se sépare lors de l’écrasement de l’offensive ouvrière par le gouvernement Cavaignac. Le Second Empire n’interrompt pas la formation d’associations professionnelles. Les Chambres syndicales se multiplient. Celles des Ateliers de carrosserie et sellerie en novembre 1859, des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de Paris en avril 1861 se regroupent dans l’Union nationale du Commerce et de l’Industrie née en 18589. D’autres choisissent de rester isolées comme celles des Métaux (1862), de la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie, de la quincaillerie ou le Comité des Forges (1864). Le Groupe des Chambres syndicales de la ville de Paris (1859), puis le Comité central des Chambres syndicales (1867) essaient d’organiser des liens entre les divers syndicats10. Les unions syndicales parisiennes prennent le contrôle des élections à la Chambre et au Tribunal de commerce dès 1867. L’Exposition universelle de 1867 et la politique impériale qui suit montrent que les pouvoirs publics commencent à tenir compte de la nouvelle réalité11.

8Un certain nombre d’associations patronales apparaissent aussi en province, certaines d’une manière éphémère, comme les sidérurgistes de l’arrondissement de Thionville et de Briey en 1848, le Comité des Forges du Nord-Est (18701871), - d’autres d’une manière plus durable, comme l’Association métallurgique du Rhône, née en 1872. Ces associations prennent en compte les spécificités locales. Elles s’intéressent non seulement aux questions économiques, mais également aux problèmes sociaux, l’objectif étant de défendre les intérêts de la profession sur tous les fronts et d’obtenir une régulation favorable à leurs membres. Ces premières tentatives sont souvent vouées à l’échec car le regroupement est hétérogène, les patrons très individualistes, les intérêts divergents. Les cotisations étant peu élevées, le budget de ces organisations est dérisoire, les services réduits au minimum ; souvent il n’y a pas de secrétaire permanent. L’union est en fait affaire de circonstance. Mais progressivement, les convergences entre individus remplissant des fonctions identiques – producteur et employeur – imposent l’organisation patronale car il faut faire face à la structuration de l’organisation ouvrière et à l’ingérence des pouvoirs publics.

  • 12 Selon M. Bry, Traité de législation industrielle, cité in É. Villey, op. cit., p. 12
  • 13 Sur ces lois, cf. M.-G. Dezès, « Les patrons français : association versus syndicat », in C. Andrie (...)
  • 14 La loi et la pression du syndicalisme ouvrier ont ainsi poussé en 1884 à la création du Comité des (...)
  • 15 C’était le cas du Comité central des houillères de France, formé en 1887 à partir de la commission (...)
  • 16 É. Villey, op. cit., p. 43.
  • 17 D’après le Bulletin de l’Office du travail, 1894 (p. 7), 1903 (p. 725).
  • 18 É. Villey, op. cit., p. 74.

9Juste avant la promulgation de la loi sur les syndicats de 1884, il existe un peu moins de 300 syndicats patronaux, dont 185 à Paris groupant 25 000 membres12. La loi de 1884 et celle de 1901 sur les associations13 permettent l’établissement de nouvelles structures et donnent corps à deux types d’organisation, les Chambres syndicales nationales ou régionales qui groupent les établissements14 et les Unions ou Fédérations rassemblant les Chambres syndicales15. Sur le plan national, celles-ci ont comme « base de groupement la nature des travaux effectués »16 et se limitent « aux seules questions économiques, professionnelles ou techniques ». Sur le plan régional, elles rassemblent, pour un territoire donné, toutes les spécialités d’une branche industrielle. Dans le travail des métaux, le nombre des chambres syndicales dans le cadre de la loi de 1884 passe de 19 en 1893 à 181 en 190317. Parmi les plus importantes, les Chambres syndicales des constructeurs de matériel de chemin de fer et des constructeurs de navires voient le jour en 1899, celle des fabricants et constructeurs de matériel de guerre en 1903. La loi de 1901 permet la constitution de groupements primaires interprofessionnels (par exemple les groupements locaux de la région parisienne ou les associations constituées afin de résoudre un problème précis), alors que celle de 1884 ne prévoit la formation de syndicats qu’« entre personnes exerçant la même profession, des métiers similaires ou des professions connexes concourant à l’établissement de produits déterminés ». Selon Étienne Villey, la loi de 1901 joue « un rôle à peu près aussi important que la loi de 1884 dans l’ensemble de l’organisation professionnelle. Sa très grande souplesse a été utilisée dans les multiples combinaisons dont les circonstances faisaient apparaître l’utilité »18. Les associations peuvent désormais percevoir cotisations et subventions, ester en justice, posséder des biens. Favorisant les unions interprofessionnelles, elle ne profite pas qu’aux métallurgistes. L’Union des syndicats patronaux des industries textiles de France, la Fédération générale des chambres syndicales patronales françaises de l’industrie, du bâtiment et des travaux publics, le Comité des Armateurs de France, puis la Fédération des industriels et des commerçants français, constitués entre 1900 et 1903, tirent avantage de la nouvelle législation, le contexte économique, social et politique s’y prêtant.

La genèse de l’UIMM

  • 19 Le Comité n’est que la structure définitive de l’Association générale des maîtres de forges née en  (...)
  • 20 R. Pinot, « L’organisation syndicale de la sidérurgie française », in La sidérurgie française, op. (...)
  • 21 R. Pinot, La sidérurgie française, op. cit., p. 94.

10Fondé en 1864 par les maîtres de forges19 pour représenter les intérêts de l’industrie lourde, particulièrement à l’égard de la politique douanière, le Comité des Forges est bientôt l’une des chambres syndicales les plus connues. Il réunit alors la grande majorité des établissements sidérurgiques. Une de ses premières préoccupations est de constituer et diffuser une documentation aussi complète que possible sur toutes les questions concernant la sidérurgie tant en France qu’à l’étranger et de tenter d’harmoniser la classification des produits et des prix. Un bulletin mensuel est publié à cet effet dès le 15 juillet 1864. Il contient « toute une série de renseignements statistiques, économiques et commerciaux sur les sidérurgies française et étrangères ; il donne des comptes rendus des principaux articles parus dans les publications scientifiques et techniques et signale les multiples progrès réalisés dans l’élaboration et l’emploi des produits sidérurgiques20. Le Comité assure également les rapports avec les gouvernements. L’harmonie entre les membres est difficile à trouver, des crises surgissant surtout à propos des questions commerciales et douanières. Le Comité n’a pas d’existence légale et « se bornait à rédiger les pétitions que chacun de ses membres faisait suivre ensuite sous sa signature personnelle »21. Une refonte de l’organisation a lieu en 1880 pour en améliorer l’efficacité, mais sans produire les résultats escomptés.

  • 22 Le directeur général de Denain-Anzin, M. Martelet, la préside ; il est assisté d’Henri Schneider et (...)
  • 23 Le Comité des Forges et des Mines de Meurthe-et-Moselle lui succède en 1906.
  • 24 Le Comptoir de Longwy (1876), le Comptoir des ressorts (1892), les Comptoirs des poutrelles (1896), (...)
  • 25 « Malgré le prestige associé à ce nom, le CFF n’a pas eu pendant de longues années de réelle existe (...)
  • 26 R. Pinot, Le Comité des Forges au service de la nation (août 1914-novembre 1918), Paris, Armand Col (...)

11C’est seulement après la loi de 1884, que le CFF se dote de nouveaux statuts (1887-1888) et possède un fonctionnement moins cahoteux. Une commission de direction de quinze membres élus pour trois ans et représentant les grosses entreprises, même si la majorité des adhérents appartient aux entreprises moyennes, préside désormais à ses destinées22. Les liens se renforcent avec les comités régionaux, comme le Comité des Forges de l’Est23 (1891-1903) ou le Comité des Forges de la Loire, organisé officiellement en 1901. Des comptoirs de vente sont créés24. Même si son influence politique est loin d’être négligeable, du fait notamment des liens de ses dirigeants avec le pouvoir, il est cependant difficile pour le CFF de faire prévaloir ses vues devant une majorité parlementaire déterminée. Paralysé par des divergences d’intérêts, particulièrement entre les producteurs de matières premières ou de produits semi-finis et les transformateurs dans le domaine douanier, et par les combats d’arrière-garde de certains dirigeants aggravés par l’inertie de son président Robert de Wendel (1898-1903), son rôle demeure mineur jusqu’au début du XXe siècle. Selon Michael Rust, « in spite of the prestige associated with its name, the Comité des Forges for many years had no effective existence »25. Robert Pinot dit lui-même qu’après la présidence du Baron Reille : « ce comité tomba peu à peu dans une espèce de léthargie, si bien qu’un certain nombre d’adhérents estimèrent que leurs intérêts se trouvaient plus ou moins négligés, et formèrent en dehors de lui des chambres syndicales pour suivre de près certaines questions spéciales qui, d’ailleurs, ne relevaient pas immédiatement du Comité des Forges »26.

  • 27 A. Tasca, Les Conseils du travail en France, Paris, Giard et Brière, 1909 ; N. Olszak, « Les consei (...)

12Aux questions douanières s’ajoutent l’expansion du syndicalisme ouvrier, la multiplication des grèves, dont celles de 1899, l’arrivée du socialisme dans l’arène politique et l’attribution d’un ministère à Alexandre Millerand dans le gouvernement de « Défense républicaine ». Toutes ces raisons poussent le patronat à parfaire son organisation. Le 7 octobre 1899, le président du conseil Pierre Waldeck-Rousseau et son nouveau ministre du commerce et de l’industrie Alexandre Millerand reçoivent des délégations ouvrières et patronales pour tenter de restaurer la paix sociale en mettant sur pied une politique de régulation des rapports professionnels. Les discussions portent sur le problème de la liberté syndicale, sur l’instauration de délégués d’ateliers élus ayant pour mission de discuter avec la direction, sur le vote de la grève à majorité absolue. Ce programme réformiste, prélude à une législation affirmant l’interventionnisme étatique dans les relations patrons – ouvriers, choque le patronat. Les Conseils du travail27, première étape de la rénovation sociale, sont instaurés par le décret du 17 septembre 1900. Créés dans les régions industrielles, ils doivent émettre des avis sur les conditions de travail et arbitrer les conflits en cas d’échec des négociations. Le fonctionnement de ces conseils est prévu uniquement avec les représentants des syndicats ouvriers et patronaux, fait inadmissible aux yeux des dirigeants patronaux, pour qui les salariés syndiqués sont assimilés à des révolutionnaires.

  • 28 Edmond Duval (1824-1904), polytechnicien du Corps des Ponts et Chaussées, a débuté comme ingénieur (...)
  • 29 Avec un budget élevé (20 000 F/an). Fait inhabituel pour ce type d’organisation, son secrétaire, Ro (...)
  • 30 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, Paris, Armand Colin, 1927, p. 90. L’auteur é (...)
  • 31 Robert Pinot a en effet déployé une activité intense en quelques mois, ce qui a incité d’autres pro (...)
  • 32 Les Chambres syndicales des métaux (Président Ghesquière), des mécaniciens, chaudronniers et fondeu (...)
  • 33 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 1-2. Comme le montre cette cita (...)
  • 34 « La Chambre syndicale du matériel ferroviaire est restée le centre névralgique de l’Union, puisque (...)

13Quelques membres du CFF comme Camille Cavallier, administrateur-directeur de Pont-à-Mousson, jugent les organisations patronales existantes incapables de faire face à la situation nouvelle. Toutefois l’impulsion vient de la Chambre syndicale des constructeurs de matériel de chemin de fer et tramways fondée par Edmond Duval28 le 4 mai 189929 : « La création de la Chambre syndicale des fabricants de matériel de chemin de fer […] signifie que les constructeurs en question ne se trouvent pas aussi bien éclairés, protégés, aidés qu’ils le souhaiteraient par le Comité des Forges, auquel appartiennent pourtant ses instigateurs et ses principaux membres »30. Ils sont suivis par les constructeurs de navires et de machines marines en décembre 1899, dirigés par Albert Jouët-Pastré, président de la Société des Forges et Chantiers de la Méditerranée. Face à la menace de l’institution de Conseils du travail, la mobilisation de deux syndicats professionnels semble insuffisante. C’est pourquoi Edmond Duval et son très actif secrétaire général31 invitent le vice-président du CFF, le baron de Nervo, les dirigeants du Comité des Houillères, le président Henry Darcy et le secrétaire Édouard Gruner ainsi que ceux de six autres chambres syndicales32 à se rassembler dans une organisation plus capable de cerner les problèmes et par là même de mener le combat. Le 26 novembre 1900 dans les locaux de la rue Mogador, ils forment un Comité d’union, doté d’un budget, dont la cheville ouvrière est Robert Pinot. « Ce petit homme râblé et robuste, parfaitement simple dans son vêtement et dans ses manières, s’imposait, d’emblée à l’attention. S’il prenait la parole, et il n’était jamais long à la prendre, il frappait tout de suite ses auditeurs… Il le frappait par l’originalité, la vigueur des formules qu’il employait, toujours courtoises, toujours pittoresques, souvent mordantes, par la lumière qu’il répandait, par le talent qu’il possédait de mettre au point, d’une façon presque immédiate, la question débattue, par la liberté et l’indépendance de jugement, le courage intellectuel, l’énergie morale, enfin par l’étonnante autorité qui émanait de son discours »33. Pour Michael J. Rust, “the effective nervous center of the Union remained the Railroad Matériel Association, since Duval was President of both and Pinot the common Secretary-General”34. Au début tout au moins.

 

  • 35 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 122.

14Ce comité provisoire devient, dès décembre 1900, une association permanente2, l’Union des industries métallurgiques et minières, légalement constituée au début mars 1901 et toujours dirigée par Edmond Duval et Robert Pinot. Celui-ci est secondé par Édouard Gruner, secrétaire du Comité des Houillères. Les deux hommes sont amis depuis leur rencontre à l’École de la Science sociale de l’abbé de Tourville. Pinot comprend vite l’importance d’un secrétariat général permanent. Les industriels étant trop accaparés par leurs affaires pour consacrer suffisamment de temps aux affaires syndicales, celles-ci étaient gérées jusqu’alors au coup par coup, souvent même sans secrétaire. Or, cette fonction se révèle indispensable, la qualité première d’un syndicat étant de toujours rester en éveil : « un résultat n’est, en quelque sorte, jamais définitif. Une administration ne se tient jamais pour battue […]. Une Chambre des députés rend la vie au projet qu’on avait cru enterré par la Chambre antérieure »35. Dès 1901, ayant besoin d’espace, la jeune organisation déménage au 90 rue de la Victoire.

  • 36 Les premiers statuts ont été adoptés le 10 décembre 1900.
  • 37 L’UIMM a notamment consulté sur le problème des élections Me de Ségogne, avocat au Conseil d’État e (...)
  • 38 Il était l’un des auteurs du texte. I. Moret-Lespinet, « Arthur Fontaine, grand commis de la nation (...)
  • 39 René Bérenger, Francis Charmes, Franck Chauveau, Charles Prevet, Charles-Nicolas Sébline. Ces sénat (...)
  • 40 L’Union des syndicats patronaux des industries textiles de France, avec comme président Robert S. C (...)
  • 41 Les non syndiqués peuvent être élus sous certaines conditions et les conseils doivent avoir un cara (...)

15Pinot, devenu secrétaire général, mène immédiatement la défense des métallurgistes à plusieurs niveaux. À la suite de l’étude minutieuse des décrets sur les Conseils du travail du 17 septembre 1900 et du36 janvier 190137, une note « explicative » est envoyée à la fois aux Chambres syndicales et au ministre du Commerce et de l’Industrie. Convaincre de la justesse des observations des métallurgistes nécessite des actions dans les deux directions. Une protestation de la toute jeune Union est adressée au ministre Millerand. Simultanément, des démarches sont entreprises auprès du puissant directeur du Travail, Arthur Fontaine38, et des sénateurs de la Gauche républicaine39, ainsi qu’auprès des syndicats patronaux du textile40. La presse est également informée des positions des métallurgistes. Ces pressions n’ayant pas abouti, Millerand ayant imposé son projet par décrets, l’Union décide alors de boycotter les élections aux Conseils du travail, prévues en septembre 1901 à Paris, et d’introduire auprès du Conseil d’État un recours en annulation desdits décrets. Parallèlement, le Sénat vote une nouvelle proposition de loi définissant de nouveaux critères d’élection41, plus conformes aux vœux des patrons. Le Conseil d’État ne suit pas les sénateurs et rend un avis favorable aux décrets initiaux. Malgré cette prise de position, les Conseils de travail ne voient jamais le jour.

16Face à cet enjeu, l’UIMM parvient à mettre en œuvre une gamme variée de moyens de pression : la presse (utilité des réseaux personnels), le boycott, qui démontre l’influence de la jeune Union et surtout des Chambres syndicales la composant sur leurs adhérents, l’alliance avec d’autres syndicats patronaux (textile), qui dénote un sens aigu du parti à tirer de la pluralité du patronat, et enfin le recours administratif, qui nécessite la personnalité juridique et des collaborateurs compétents. Devant ce succès, la stratégie définie par Pinot s’applique désormais à toutes les grandes questions à l’ordre du jour. Il importe parallèlement de surmonter les divergences d’intérêts, les conflits de personnes et de mobiliser le plus grand nombre de chambres syndicales au sein d’un même organisme. De la réussite de la fédération des intérêts dépendent la légitimité et la pérennité de l’organisation. En effet, à elle de constituer, grâce à l’union, un groupe de pression efficace et permanent afin de contrecarrer l’ingérence de l’État républicain dans le domaine social face aux syndicats ouvriers. Branche la mieux organisée, la métallurgie possède, de ce fait, une influence qui dépassera largement la profession ; elle détient une place prépondérante au sein des confédérations patronales en cours d’affirmation et devient l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics dans toutes les négociations sociales.

 

  • 42 Pour les mines : la Chambre syndicale des mines de fer de France, la Chambre syndicale des mines mé (...)

17L’Union s’affirme progressivement au début du siècle et améliore l’organisation de la profession. L’industrie des métaux est divisée en trois parties : la grosse métallurgie, la petite métallurgie et la construction. La première s’organise autour du CFF et regroupe des comités régionaux (Comité des Forges de l’Est, de la Loire…), la deuxième autour du Syndicat général des fondeurs de France, la troisième rassemble des syndicats de constructeurs de chacune des branches principales (mécanique, construction de matériel de chemin de fer, automobile, construction électrique…). Les unions et les fédérations se préoccupent des questions d’ordre général, une distinction étant faite entre les questions économiques et les questions ouvrières. Les premières sont débattues au sein d’une série de fédérations par groupe de fabrications42, l’Union des industries métallurgiques et minières se chargeant plus spécifiquement des secondes.

 

  • 43 R. Pinot, La sidérurgie française, op. cit., p. 453.

18L’Union est créée pour secouer la léthargie du CFF, même si la version officielle mentionne que ce dernier « tint à s’associer à cette création »43 en faisant élire son propre président, Robert de Wendel comme vice-président. À la mort de celui-ci en 1903, les liens entre les organisations se renforcent, le baron de Nervo devenant vice-président à la fois du CFF et de l’UIMM. Le CFF est enclin au rapprochement car nombre de ses adhérents sont attirés par les nouvelles chambres syndicales, sentant que la formation d’un bloc homogène face à un monde extérieur hostile permettrait de surmonter la dispersion des activités de la métallurgie.

  • 44 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 141-142.
  • 45 Maurice Lichtenberger (Schneider) et Léopold Pralon (Denain-Anzin) assistent aussi aux négociations
  • 46 Il faut y ajouter en 1906 les Forges et Mines de fer de Meurthe-et-Moselle.
  • 47 A. François-Poncet, op. cit., p. 149.

19André François-Poncet a raconté comment se sont modifiées les relations entre les deux organisations : « Pouvait-on admettre que deux organismes parallèles accomplissent simultanément la même besogne ? […] Sacrifier l’un des deux était difficile […]. Pouvait-on d’autre part, raisonnablement, sacrifier le CFF ? C’eût été à la fois impie et maladroit »44. En janvier 1904, à l’initiative de Robert de Nervo, les présidents Edmond Duval, Albert Jouet-Pastré et Léon Lévy, demandent à une petite commission d’établir les bases d’un accord reposant sur l’étroite coopération du CFF, des Chambres syndicales du matériel ferroviaire, des constructeurs de navires et des fabricants de matériel de guerre et de l’UIMM. Elles conservent, de manière autonome, leurs budgets, leurs directions, leurs bulletins et leurs circulaires. Conclu en février45, cet arrangement se concrétise par la nomination de Pinot comme secrétaire général commun. Cet homme centralise désormais le secrétariat des cinq organisations métallurgiques les plus importantes46. « Il avait sous ses ordres des bureaux et une administration, communs à toute la maison ; il agissait selon les circonstances, tantôt pour l’un des syndicats individuellement, tantôt pour l’ensemble ; il était la synthèse vivante des intérêts dont il avait la garde ; il était la clef de voûte du système »47. Les services de toutes les organisations se réunissent désormais au 63 boulevard Haussmann, siège du CFF. Florent Guillain succède à Edmond Duval à la tête de l’Union et de la Chambre syndicale du matériel ferroviaire, puis à la présidence du CFF en 1907. Les mêmes hommes se trouvent ainsi à la tête des syndicats les plus importants, matériel ferroviaire, constructeurs de navires et matériel de guerre. Le renforcement des liens avec le Comité des Houillères rencontre la réticence d’Henry Darcy, pour qui la toute puissance de l’industrie de l’acier peut nuire aux intérêts des groupes miniers.

20Cette concentration des syndicats patronaux dans les mains de quelques hommes induit l’augmentation des moyens et la poursuite de l’union, ce qui implique la recherche d’adhérents et parallèlement la reconnaissance de la diversification de la branche avec la multiplication des syndicats. La Première Guerre, en changeant la nature des besoins, accélère l’évolution.

L’impact de la Première Guerre mondiale

  • 48 Dès les premières semaines de la guerre, l’industrie métallurgique et minière française est privée (...)
  • 49 En temps de paix, les établissements militaires dépendant de la direction de l’Artillerie assurent (...)
  • 50 Une société a été formée par les représentants des grandes entreprises allemandes avec pour mission (...)
  • 51 AUIMM. PV de la réunion du Comité, 22 décembre 1915.

21Dès l’été 1914, il apparaît que la France n’a pas de ressources suffisantes en armes et en munitions. La collaboration des syndicats de la métallurgie est sollicitée par le gouvernement pour organiser le ravitaillement en produits semi-finis des usines métallurgiques privées de leurs producteurs du Nord et de l’Est48, augmenter et répartir la production, ainsi que pour organiser le travail et la paix sociale dans les usines. Les entreprises privées, devant répondre aux demandes croissantes d’armement, sont confrontées à la réorientation de leurs productions et à la mise en place de méthodes nouvelles de fabrication49. Le comité de l’UIMM consacre l’essentiel de ses réunions aux problèmes économiques des entreprises (suspension éventuelle des marchés en cours, révision des marchés de guerre, contrats avec les belligérants, indemnité aux sinistrés et évaluation des dommages, reprise de l’activité dans les régions envahies, très difficile après le pillage et le déménagement de l’outillage industriel entrepris par les Allemands50). Le but est de trouver des moyens pour que les usines françaises ne soient pas dans l’impossibilité à la fin de la guerre de reprendre leurs fabrications et de contrer la concurrence allemande. Le bureau de l’Union transmet les revendications des métallurgistes et demande notamment une indemnité à l’Allemagne afin de compenser les destructions et l’immobilisation due à la réfection de l’outillage. L’impôt sur les bénéfices de guerre fait également débat dès 191551. Le Comité, s’il n’en discute pas les principes, demande à ce qu’ils s’accordent avec ceux de la loi sur l’impôt sur le revenu.

22La politique sociale s’efface devant les questions conjoncturelles, le travail législatif étant en veilleuse. La mobilisation et la pénurie de main-d’œuvre qui s’en suit nécessitent la mise en place de mesures en collaboration avec les pouvoirs publics : rappel d’ouvriers et d’ingénieurs mobilisés, recours aux réfugiés, à la main-d’œuvre féminine, allègement des règlements de protection du travail. En avril 1916, se pose la question de la réparation des accidents causés aux ouvriers par faits de guerre. L’UIMM estime qu’il ne s’agit pas d’accidents du travail, la réparation devant être à la charge de la nation. À la fin du conflit, le social revient en force, les discussions du comité de l’Union portent de nouveau sur les salaires, l’apprentissage avec le projet de loi Astier, la lutte contre la tuberculose, l’alcoolisme…

  • 52 J. F. Godfrey John, Capitalism at war. Industrial policy and bureaucracy in France, 1914-1918, Leam (...)
  • 53 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 228.

23Cette période difficile engendre une augmentation de 10 % des adhésions à l’UIMM entre 1914 et 1919, ce qui n’est pas le cas au CFF et à la Chambre syndicale du matériel de guerre52. Selon André François-Poncet53, ces chambres ont refusé durant la guerre toute adhésion nouvelle pour montrer qu’elles servaient gratuitement la nation et qu’aucune obligation ne devait résulter de leurs services.

  • 54 Cependant, elle peut s’intéresser encore aux questions économiques si elle est saisie par les Chamb (...)
  • 55 Cf. le terme « merger » employé par M. J. Rust. Toutefois ce dernier semble entendre par là la rela (...)
  • 56 M. Brelet, La crise de la métallurgie. La politique économique et sociale du Comité des Forges, Par (...)

24La guerre provoque également une réorganisation de l’UIMM, entre autres avec une redéfinition de ses objectifs et la création de groupes régionaux. Alors que les premiers statuts mentionnaient, tout en les distinguant, ses compétences économiques et sociales, ceux de 1919 les limitent aux questions sociales, ouvrières et fiscales54. En effet, la politique menée durant le conflit par ses dirigeants favorisait les producteurs au détriment des constructeurs, d’où un certain nombre d’incidents et le problème de sa relation avec le CFF. Selon certains contemporains et certains historiens, ce dernier serait devenu l’élément dominant. Le rassemblement s’est-il donc fait à son profit ? S’agit-il vraiment de fusion55 ou même d’absorption des chambres syndicales par le Comité ? D’après les archives consultées, la question paraît plus complexe et varie dans le temps. Certes, le secrétaire et le secrétariat sont communs, mais, selon Pinot, cela n’empêche pas la spécificité de chacun des syndicats professionnels. Il semble même que cette restructuration de la profession donne au vieux CFF une nouvelle jeunesse jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, lui permettant d’intégrer l’industrie lourde française aux cartels européens. Les grosses entreprises de production dont certaines transforment aussi le métal sont dans un premier temps privilégiées, le régime douanier adopté en 1910 en fournissant un bon exemple. Le CFF domine donc l’Union de 1904 à 1918 et encore plus longtemps pour M. Brelet qui écrit en 1923 : « L’Union des industries métallurgiques et minières, me dit une personnalité qui a appartenu au Comité des Forges, n’était avant la guerre qu’un petit meuble placé dans le cabinet de travail d’un des secrétaires du Comité des Forges. Il ne contenait guère que du papier blanc avec l’en-tête de l’UIMM. Lorsque l’on avait à écrire à un ministre, on se servait de ce papier pour donner plus de poids à la demande qu’on lui adressait »56. Cela signifie-t-il que l’image de l’Union a plus de crédit que celle du CFF, justement parce qu’elle a le pouvoir de rassembler un nombre plus important de chambres syndicales ? Autrement dit, selon la cause à défendre, la tactique employée varie, l’essentiel n’étant pas forcément les moyens financiers ni même les réseaux. Cela contredirait donc l’idée que l’Union est une organisation de second ordre.

  • 57 É. Villey, op. cit., p. 45.
  • 58 Traitée infra.
  • 59 Si de nombreux syndicats de la transformation des métaux s’insurgent contre des droits de douanes t (...)

25Néanmoins les intérêts de l’ensemble des métallurgistes paraissent subordonnés à ceux du CFF, idée qu’Étienne Villey, directeur du Groupement des industries métallurgiques de la région parisienne, réfute : « On confond souvent l’Union des industries métallurgiques et minières avec le Comité des Forges de France ; elle s’en distingue cependant, comme le tout de sa partie. M. Brelet, dans sa thèse sur « La crise de la métallurgie », est tombé dans cette erreur ; il a fait de cette assimilation la base d’une partie de ses développements. Il fonde son opinion sur l’identité de sièges des deux groupements et la présence des mêmes personnalités dans leurs services centraux. Ces considérations sont sans portée : des circonstances toutes formelles, comme celles-là, n’ont rien à voir avec le domaine d’activité et les buts des organisations envisagées : là réside le seul critérium de valeur, permettant de les comparer »57. Il faut dire que le GIM représente majoritairement des entreprises de transformation des métaux, et donc son directeur ne peut laisser supposer que les intérêts de ses adhérents sont mal défendus. Les comptes rendus des réunions de l’UIMM montrent que si l’on ne peut nier la domination des forges durant le conflit, c’est néanmoins l’opposition de certains métallurgistes (affaire Niclausse58) qui provoque la réorganisation d’après-guerre59. L’Union tente alors d’accentuer son rôle fédérateur, son pouvoir se renforçant avec l’afflux des adhésions, alors que les intérêts du Comité vont souvent à l’encontre de ceux des autres secteurs de la métallurgie. La croissance des adhérents contribue donc au changement des relations entre le Comité et l’Union.

Notes

1 F. Caron, « La croissance industrielle. Secteurs et branches », in F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, 1880-1950, tome IV, volume I, Paris, PUF, réédition 1993, p. 301.

2 Il reste à connaître ce qui était entendu par travail des métaux et par métallurgie.

3 B. Gille, La sidérurgie française au XIXe siècle, Genève, Droz, 1968.

4 É.Villey, L’organisation professionnelle des employeurs dans l’industrie française, Paris, Alcan, 1923, p. 8. Villey est le directeur du GIM.

5 A. Lincoln, « Le syndicalisme patronal à Paris de 1815 à 1848 : une étape dans la formation d’une classe patronale », Le Mouvement Social, janvier-mars 1981, no 114, p. 11-34.

6 G. Lefranc, Les organisations patronales, op. cit., p. 21.

7 Rassemblant surtout des fabricants de métiers à tisser et de locomotives, ils ont des préoccupations diverses : les premiers souhaitent un abaissement des tarifs notamment sur les machines anglaises, les seconds veulent protéger le marché national.

8 Très hostile aux corporations, elle estime que les prud’hommes risquent de mener à une organisation par professions. Mais devant la montée de la question sociale dans les années 1830, les prud’hommes apparaissent alors comme une solution. A. Cottereau, « Cent quatre-vingts années d’activité prud’hommale », Le Mouvement Social no 141, octobre-décembre 1987, p. 3-8 ; C. Lemercier, Un si discret pouvoir, op. cit.

9 Elle rassemblait 55 chambres syndicales en 1869 dont É. Villey donne la liste, op. cit., p. 11.

10 J. Dubos y voit l’une des origines de l’union du monde patronal. André Lebon, un homme d’affaires en république (1859-1938). Le patriotisme et l’influence, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 253.

11 Approbation par l’empereur de l’abandon de la contrainte en matière d’association professionnelle proposée par le ministre du Commerce et de l’Industrie, publiée dans Le Moniteur du 31 mars 1868, in É. Villey, op. cit., p. 12.

12 Selon M. Bry, Traité de législation industrielle, cité in É. Villey, op. cit., p. 12

13 Sur ces lois, cf. M.-G. Dezès, « Les patrons français : association versus syndicat », in C. Andrieu et D. Tartakowsky (dir.), Associations et champ politique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

14 La loi et la pression du syndicalisme ouvrier ont ainsi poussé en 1884 à la création du Comité des houillères du Nord et du Pas-de-Calais réunissant 26 compagnies. Après l’effondrement du Comité, le flambeau est repris en 1897 par la Chambre des Houillères du NPC. M. Gillet, Les charbonnages du Nord de la France au XIXe siècle, op. cit., p. 186-187 ; O. Hardy-Hémery, Industries, patronat et ouvriers du Valenciennois pendant le premier XXe siècle. Développement et restructurations capitalistes à l’âge du charbon et de l’acier, thèse de doctorat d’État, Université de Paris I, 1981, p. 1870.

15 C’était le cas du Comité central des houillères de France, formé en 1887 à partir de la commission d’études des questions charbonnières et qui réunissait avec certaines difficultés les comités régionaux

16 É. Villey, op. cit., p. 43.

17 D’après le Bulletin de l’Office du travail, 1894 (p. 7), 1903 (p. 725).

18 É. Villey, op. cit., p. 74.

19 Le Comité n’est que la structure définitive de l’Association générale des maîtres de forges née en 1850. Sur la création du CFF, voir principalement : La sidérurgie française 1864-1914, Paris, CFF, 1914, p. 440-451 ; M. J. Rust, Business and Politics, op. cit., p. 7-16. J.-M. Moine, Les barons du fer. Les maîtres de forges en Lorraine, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1989, p. 171.

20 R. Pinot, « L’organisation syndicale de la sidérurgie française », in La sidérurgie française, op. cit., p. 439 et suiv ; É. Villey, op. cit., p. 108.

21 R. Pinot, La sidérurgie française, op. cit., p. 94.

22 Le directeur général de Denain-Anzin, M. Martelet, la préside ; il est assisté d’Henri Schneider et de Robert de Wendel. Les principaux groupes régionaux sont représentés proportionnellement à leur importance (6 membres pour le groupe du Centre, Ouest et Midi, 5 pour celui du Nord et du bassin de Paris, 4 pour celui de l’Est). La sidérurgie française, op. cit., p. 446.

23 Le Comité des Forges et des Mines de Meurthe-et-Moselle lui succède en 1906.

24 Le Comptoir de Longwy (1876), le Comptoir des ressorts (1892), les Comptoirs des poutrelles (1896), le Comptoir d’exportation des produits métallurgiques (1904)… Société anonyme, le comptoir s’occupe des ventes d’un même produit selon des quanta établis selon la productivité des associés. Francis Laur, De l’accaparement. Les comptoirs et syndicats français dans les mines et la métallurgie, Paris, 1907.

25 « Malgré le prestige associé à ce nom, le CFF n’a pas eu pendant de longues années de réelle existence ». M. J. Rust, Business and Politics, op. cit. Sur « a moribond club of notables », cf. chapitre III, p. 64 et suiv.

26 R. Pinot, Le Comité des Forges au service de la nation (août 1914-novembre 1918), Paris, Armand Colin, 1919, p. 4.

27 A. Tasca, Les Conseils du travail en France, Paris, Giard et Brière, 1909 ; N. Olszak, « Les conseils du travail en France (1892-1908) : représentation syndicale ou représentation élective des intérêts professionnels ? », in H. Van Goethem, L. Waelkens et K. Breugelmans (dir.), Libertés, pluralisme et droit, une approche historique, Société d’histoire du droit, actes du colloque d’Anvers (mai 1993), Bruxelles, Bruylant, 1995, p. 239-252.

28 Edmond Duval (1824-1904), polytechnicien du Corps des Ponts et Chaussées, a débuté comme ingénieur au service de l’État (travaux de navigation et de chemin de fer), puis à la Cie des Chemins de fer d’Orléans (1857). Il est ensuite chargé par son beau-frère Krantz des constructions métalliques des expositions universelles de 1867 et 1878. Puis il est devenu directeur, administrateur général (1899) et enfin président honoraire de la Compagnie Fives-Lille.

29 Avec un budget élevé (20 000 F/an). Fait inhabituel pour ce type d’organisation, son secrétaire, Robert Pinot était maître de conférences à l’École libre des sciences politiques. Sur la création de cette Chambre, voir M. Rust, op. cit., p. 81-90.

30 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, Paris, Armand Colin, 1927, p. 90. L’auteur évoque les difficultés spécifiques de ces fabricants qui doivent faire face à l’irrégularité des commandes des compagnies ferroviaires et des difficultés communes à l’ensemble de la métallurgie, notamment « la pression croissante de la concurrence étrangère » et la législation sociale de la IIIe République.

31 Robert Pinot a en effet déployé une activité intense en quelques mois, ce qui a incité d’autres professionnels de la métallurgie à constituer leur propre syndicat et à lui demander d’assumer le secrétariat général.

32 Les Chambres syndicales des métaux (Président Ghesquière), des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de Paris (F. Dehaître), des entrepreneurs de constructions métalliques (Roussel), le Syndicat général des fondeurs en fer (A. Pinard), les Syndicats professionnels des industries électriques (E. Sartiaux), des usines d’électricité (E. Genty).

33 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 1-2. Comme le montre cette citation, ce livre est une hagiographie.

34 « La Chambre syndicale du matériel ferroviaire est restée le centre névralgique de l’Union, puisque Duval présidait les deux institutions et que Pinot en était le secrétaire général ». M. J. Rust, op. cit., p. 106.

35 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 122.

36 Les premiers statuts ont été adoptés le 10 décembre 1900.

37 L’UIMM a notamment consulté sur le problème des élections Me de Ségogne, avocat au Conseil d’État et à la Cour de Cassation, et Me Max Botton, avocat à la Cour d’appel. Rapport du bureau du comité de l’Union, 20 février 1902. AUIMM.

38 Il était l’un des auteurs du texte. I. Moret-Lespinet, « Arthur Fontaine, grand commis de la nation et ambassadeur du travail », Histoire et Sociétés, no 6, avril 2003, p. 111-120.

39 René Bérenger, Francis Charmes, Franck Chauveau, Charles Prevet, Charles-Nicolas Sébline. Ces sénateurs conservateurs proches de Méline étaient hostiles à la politique de Millerand. Sur la tactique déployée. M. J. Rust, Business and Politics, op. cit., p. 101-102.

40 L’Union des syndicats patronaux des industries textiles de France, avec comme président Robert S. Carmichaël, est créée en mai 1900 et s’est développée parallèlement à l’UIMM. Sur l’alliance avec l’Union, cf. M. J. Rust, Business and Politics, op. cit., p. 102-104.

41 Les non syndiqués peuvent être élus sous certaines conditions et les conseils doivent avoir un caractère uniquement consultatif, en cela les positions de l’UIMM sont adoptées.

42 Pour les mines : la Chambre syndicale des mines de fer de France, la Chambre syndicale des mines métalliques, le Comité central des houillères de France. Pour la production des métaux : le CFF. Pour la transformation des métaux : la Fédération des syndicats de la petite métallurgie, la Fédération des syndicats de la construction mécanique, électrique et métallique de France, la Fédération du cycle et de l’automobile, la Fédération nationale des patrons maréchaux, charrons, forgerons et partie similaire.

43 R. Pinot, La sidérurgie française, op. cit., p. 453.

44 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 141-142.

45 Maurice Lichtenberger (Schneider) et Léopold Pralon (Denain-Anzin) assistent aussi aux négociations.

46 Il faut y ajouter en 1906 les Forges et Mines de fer de Meurthe-et-Moselle.

47 A. François-Poncet, op. cit., p. 149.

48 Dès les premières semaines de la guerre, l’industrie métallurgique et minière française est privée d’une grande partie de sa production : 70 % pour la houille, 80 % pour le coke et le minerai de fer, 64 % pour la fonte et 62 % pour l’acier. 85 hauts fourneaux sur 170 tombent aux mains des Allemands. R. Pinot « L’effort de la métallurgie française », Revue de l’artillerie, avril 1921, p. 237-251.

49 En temps de paix, les établissements militaires dépendant de la direction de l’Artillerie assurent seuls la fabrication de l’armement, les entreprises privées se contentant de fournir les matières premières ou les produits semi-finis. R. Pinot, art. cit., p. 241. Au lendemain du conflit, Pinot multiplie les conférences, et écrit des articles ainsi qu’un livre sur la participation très active des métallurgistes à la défense du pays. Il s’agit de défendre la métallurgie contre les accusations visant les maîtres de forges dont les intérêts sont des deux côtés du front (affaire du bassin de Briey).

50 Une société a été formée par les représentants des grandes entreprises allemandes avec pour mission de faire l’inventaire de toutes les machines des usines des régions envahies. Les machines les plus importantes ont été expédiées à Cologne et ensuite distribuées aux usines qui en ont le plus besoin. AUIMM. Comité de l’Union, 3 mai 1915.

51 AUIMM. PV de la réunion du Comité, 22 décembre 1915.

52 J. F. Godfrey John, Capitalism at war. Industrial policy and bureaucracy in France, 1914-1918, Leamington Spa, Berg, 1987, p. 221-228.

53 A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 228.

54 Cependant, elle peut s’intéresser encore aux questions économiques si elle est saisie par les Chambres syndicales sur une question précise.

55 Cf. le terme « merger » employé par M. J. Rust. Toutefois ce dernier semble entendre par là la relation entre le CFF et la Chambre syndicale du matériel ferroviaire en mars 1904. Ce terme de « fusion » est repris et généralisé à une période plus vaste par J. Garrigues, in Les patrons et la politique. De Schneider à Seillières, Paris, Perrin, 2002, p. 92. Voir PAM/6659, Henry à Cavallier, 19 mars 1904.

56 M. Brelet, La crise de la métallurgie. La politique économique et sociale du Comité des Forges, Paris, Librairie nouvelle de droit et de jurisprudence E. Sagot et Cie, 1923, p. 170.

57 É. Villey, op. cit., p. 45.

58 Traitée infra.

59 Si de nombreux syndicats de la transformation des métaux s’insurgent contre des droits de douanes trop élevés synonymes d’entraves à la reprise de leurs activités, notamment après la guerre, d’autres, comme le Syndicat de l’optique de précision, demandent un relèvement des tarifs douaniers, qui doivent permettre la reconversion de cette industrie à l’abri de la concurrence allemande. AUIMM. AWaline, Situation de l’industrie mécanique avant et après la guerre de 1914, note de Louis Doignon du 22 janvier 1917.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540