Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Première partie. L'organisation de la profession (1900-1939)

Introduction de la première partie

Texte intégral

1En France comme ailleurs, l’ascension du patronat organisé est un processus complexe, périodiquement remis en cause, et récusé même par une partie des patrons. Bref, ce n’est pas une évidence comme le proverbe très ancien « L’union fait la force » pourrait le laisser croire. C’est au contraire un problème à résoudre pour l’historien.

2Des raisons propres à la France et d’autres propres aux entreprises contribuent à expliquer les réticences multiples auxquelles l’idée même de syndicalisme patronal se heurte.

3Trois traits spécifiquement français entrent en jeu. Il y a d’abord la construction d’un espace public de libres entreprises par la Révolution française. Le décret Le Chapelier de 1791 a fait de « l’anéantissement de toutes les espèces de corporations de citoyens du même état et profession (l’une) des bases fondamentales de la Constitution française ». L’exception constituée par les tribunaux de commerce et les Chambres de commerce, créés par l’État sous le Premier Empire, n’altère pas la vision libérale profonde que la France hérite de la Révolution. Ce sont des institutions dont le patronat libéral n’est pas le maître. L’économie française n’a donc pas beaucoup de corps intermédiaires à sa disposition. En second lieu, la France reste marquée par sa diversité. Les espaces économiques régionaux sont différents, et les travaux des historiens économistes n’ont cessé de placer de plus en plus tard dans le temps la constitution d’un marché national unifié. Des pays et des provinces de l’Ancien Régime nombre de Français gardent la représentation de fortes spécificités locales et régionales et le soupçon à l’égard de ce qui vient de Paris. En troisième lieu, la composition du tissu économique français ne pousse pas spontanément à la structuration d’organisations patronales. L’importance des petites et moyennes entreprises est une source structurelle de dispersion patronale. L’absence pendant longtemps de marchés de masse isole les grandes entreprises d’une part dans les secteurs de base (charbon, acier, première transformation des métaux) et d’autre part dans des secteurs de luxe à l’origine voués aux consommateurs pionniers (par exemple l’automobile). Par conséquent syndicalisme patronal rime longtemps avec éparpillement.

  • 1 D. Barjot (dir.), International cartels revisited. Vues nouvelles sur les cartels internationaux (1 (...)

4Quant aux entreprises, elles ont vis-à-vis du syndicalisme des arbitrages délicats à opérer. D’un côté, leur individualisme, la pratique du secret des affaires, la concurrence sur chacun de leurs produits ou services ne militent pas en faveur de leur entrée dans des ensembles qui les dépassent. D’un autre côté, la concurrence étrangère, la fraude et la contrefaçon, l’extension du domaine des pouvoirs publics, la montée des conflits sociaux et des organisations de salariés ne plaident pas en faveur du splendide isolement. Des travaux d’historiens ont montré que même sur le plan économique la concurrence peut être compatible avec des formes ou des degrés de coopération, au-delà de l’alternative classique entre marché et hiérarchie1. Par conséquent, chaque entreprise a une appréciation à porter sans cesse sur les coûts d’un syndicalisme patronal (par rapport à ses marges de manœuvres, à ses dépenses, à la prise en compte de ses spécificités) en regard des bénéfices à en retirer (en terme d’information, de cohésion, de services rendus, de présence dans l’espace public). Inversement, chaque organisation patronale est ainsi amenée à réaliser un travail perpétuel de consolidation et de réaménagement de son territoire.

5En conséquence, du moment où naît une organisation patronale, elle est confrontée à des enjeux de principe : quelles compétences lui sont reconnues ? Sont-elles économiques et sociales ou ont-elles seulement une de ces deux dimensions ? Comment les entreprises admettent-elles ou valident-elles la délégation de pouvoirs qu’elles consentent à l’organisation ? Comment s’opère leur représentation ? Quelles règles de vie commune leur paraissent acceptables ? Comment faire face à ces deux éléments majeurs du fonctionnement des démocraties que sont le droit et la politique ? Mais l’organisation patronale est aussi confrontée à des enjeux de développement : l’apprentissage de ses possibilités, l’équilibrage entre PME et grandes entreprises, le dilemme bureaucratisation – écoute de la diversité de ses composants, la remise en jeu de la légitimité.

  • 2 P. Fridenson, « Le patronat », in A. Burguière et J. Revel, Histoire de la France, t. V : Les confl (...)

6Cette problématique appliquée à l’Union des industries métallurgiques et minières nous amène à examiner l’implantation de celle-ci sous quatre angles. Il s’agit d’abord de saisir les conditions de la formation de l’Union au milieu de poussées fragmentaires et éparses de mouvements patronaux à l’échelon régional ou national2. Il convient ensuite de cerner la dynamique de croissance de l’organisation, avec l’augmentation des adhésions, les tensions internes et l’adaptation des structures. Il est nécessaire, en troisième lieu, de s’attacher aux dirigeants qui incarnent le pouvoir au sein de l’Union, en recherchant leur profil, leurs réseaux, leur capacité à affronter les conflits. Enfin le passage à l’échelle régionale, par l’étude de deux groupements, ceux du Rhône et de la région parisienne (avec, dans ce cas, la mise en place de ramifications locales), s’impose pour comprendre les rapports entre une Union nationale et ses adhérents, entre un sommet et une base, mais aussi les moyens de concilier l’unité et la diversité, et en définitive la construction, grâce au syndicalisme, d’une profession.

Notes

1 D. Barjot (dir.), International cartels revisited. Vues nouvelles sur les cartels internationaux (1880-1980), Caen, Éditions-Diffusion du Lys, 1994.

2 P. Fridenson, « Le patronat », in A. Burguière et J. Revel, Histoire de la France, t. V : Les conflits, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 467-472.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540