Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nouvelle appellation de l’Union des industries métallurgiques et minières décidée le 11 juin 2001 e (...)

1Au cours de son histoire contemporaine et jusqu’à maintenant, le patronat a dû ferrailler pour se construire une représentation collective et agir de concert. En effet, il était difficile pour les chefs d’entreprise, chantres de l’individualisme, d’accepter d’adhérer à un syndicat. Parmi eux, les métallurgistes ont été les premiers à mettre sur pied des organisations importantes. L’Union des industries et métiers de la métallurgie1 est encore aujourd’hui l’une des confédérations patronales les plus puissantes de France même si, pour la première fois depuis sa création, elle n’a pas pu faire élire son candidat à la présidence du patronat français en juillet 2005.

2Les organisations patronales sont restées longtemps un champ d’étude marginal, en raison notamment de la conjonction des influences marxiste et libérale qui mettaient l’accent sur l’individualisme patronal, la coordination des intérêts individuels semblant passer par d’autres canaux que syndicaux (réseaux sociaux ou religieux, cartels, institutions financières et politiques). La difficulté d’accès aux sources justifiait aussi la rareté des études sur le sujet, le secret étant le garant de la confiance des adhérents des mouvements patronaux. Certes, cet obstacle pouvait être surmonté, le peu de coopération de certaines organisations patronales étant contourné par l’accès à d’autres sources. On peut ajouter que l’étude du monde ouvrier et de ses organisations a un temps paru attirer davantage les historiens de l’économie et du social que celle du mouvement patronal : la proximité des positions idéologiques s’ajoutant ici à la réticence des milieux patronaux face à la recherche universitaire. Le problème se pose différemment depuis quelques années. L’accès aux archives patronales, dont la consultation reste essentielle, est facilité non seulement par le dépôt d’une partie d’entre elles dans les centres d’archives publiques, mais aussi parce que les organisations patronales se montrent plus coopératives avec les chercheurs.

  • 2 H. W. Ehrmann, La politique du patronat français (1936-1955), Paris, Armand Colin, 1959.
  • 3 J.-N. Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du XXe si (...)
  • 4 J. Garrigues, Les patrons et la politique, de Schneider à Seillière, Paris, Perrin, 2002.
  • 5 R. F. Kuisel, Ernest Mercier. French technocrat, Berkeley, University of California Press, 1967; Ca (...)
  • 6 I. Kolboom, La revanche des patrons. Le patronat français face au Front populaire, Paris, Flammario (...)
  • 7 Concernant la phase préparatoire à la guerre, cf. P. Fridenson, « Le patronat français », in R. Rém (...)
  • 8 A. Soria, La Chambre de commerce de Lyon au XIXe siècle (1832-1908), thèse de doctorat d’histoire, (...)
  • 9 A. Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique (192 (...)
  • 10 G. Kerouredan, Un aspect de l’organisation patronale au XXe siècle : L’Association Nationale d’Expa (...)
  • 11 J.-M. Chapoulie, « Sur l’analyse sociologique des groupes professionnels », Revue française de soci (...)
  • 12 P. Bourdieu, M. de Saint Martin, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, mars- (...)

3Depuis cinquante ans, les historiens du patronat ont étudié essentiellement l’influence sur le pouvoir politique d’une part des milieux d’affaires, dans le sillage de l’ouvrage pionnier du politologue Henry W. Ehrmann2, des travaux de Jean Bouvier, de ceux de Jean-Noël Jeanneney3, puis plus récemment de Jean Garrigues4, d’autre part des grands patrons, avec, parmi d’autres, les biographies réalisées par Richard F. Kuisel, Jean-Noël Jeanneney ou Denis Woronoff5. Certains travaux sont axés sur des épisodes particulièrement sensibles de notre histoire, tels le Front populaire6 ou la Seconde Guerre mondiale7. Les nombreuses publications des organisations patronales de la métallurgie, notamment celles de l’UIMM, ont fréquemment servi de support à toutes ces analyses. D’autres études, sur des institutions comme les Chambres de commerce8, le Conseil national économique9 ou des associations économiques10, ont mis en évidence l’influence des représentants des organisations patronales dans l’espace public. Des chercheurs d’autres disciplines ont appréhendé le sujet sous des angles différents, celui de la sociologie économique ou celui des relations professionnelles11. Ainsi les études de Pierre Bourdieu, de Monique de Saint Martin et de Luc Boltanski12 ont-elles apporté aux historiens méthodes et outils pour analyser et comprendre les réseaux sociaux.

  • 13 B. Gille, « Syndicalisme patronal dans la sidérurgie française », Revue d’histoire de la sidérurgie (...)
  • 14 S. Tolliday and J. Zeitlin (eds.), The Power to manage ? Employers and industrial relations in comp (...)
  • 15 M. J. Rust, Business and Politics in the Third Republic : the Comité des Forges and the French Stee (...)

4Plus rares sont les historiens, les sociologues ou les politologues qui ont centré leur recherche sur les organisations patronales elles-mêmes13. Les travaux les plus nombreux ont porté sur les branches économiques en tentant d’en cerner l’identité, la spécificité, l’espace d’action, le poids, la dynamique au cours du temps. Ceux qui ont traité des confédérations patronales ont mis en valeur la fragilité et les limites récurrentes de leur construction. D’autres chercheurs ont examiné leur rôle dans la gestion de la main-d’œuvre ou la politique sociale14. Pour la métallurgie, Michael J. Rust a ouvert la voie en étudiant le fonctionnement du Comité des Forges avant la Première Guerre mondiale15. Il a montré comment ce syndicat, né en 1864, est alors devenu une organisation multidimensionnelle rassemblant de nombreuses chambres syndicales, intervenant aussi sur le plan international par le biais des cartels et des comptoirs et se taillant une place dans le système politique.

  • 16 Notamment H. Mintzberg, Structure et dynamique des organisations, Paris, Éditions d’Organisation, 1 (...)
  • 17 P. Fridenson, « Les organisations, un nouvel objet », Annales E.S.C., novembre-décembre 1989, p. 14 (...)
  • 18 Ibid., p. 1463.

5Le travail de recherche présenté ici, qui analyse un ensemble d’institutions métallurgiques, se fonde d’abord sur des archives patronales, particulièrement celles de l’Union des industries métallurgiques et minières, de sa fondation au début du XXe siècle à la restructuration du mouvement patronal au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’UIMM naît avec le siècle, un Comité d’union étant créé à l’automne 1900 pour contrer plus efficacement l’action des syndicats ouvriers et du gouvernement Waldeck-Rousseau et particulièrement de son ministre Alexandre Millerand. Organisation nationale légalement constituée en mars 1901, elle réunit des chambres syndicales professionnelles et des syndicats régionaux. Elle devient très vite la plus importante et la plus puissante des organisations patronales en France, presque l’équivalent de la confédération allemande spécialisée dans le social : le BDA. Ne serait-ce que du fait de la nature de sa constitution, l’analyse de cette organisation a nécessité des approches multiples. Elle s’appuie sur ce que les autres sciences sociales ont apporté à l’étude des organisations depuis 198016. Patrick Fridenson a retenu une définition synthétique de l’organisation, qui se caractérise par ses « dispositifs cognitifs collectifs permettant à un groupe, par voie d’apprentissage collectif, d’atteindre des objectifs globaux d’efficacité minimale »17. Frederick W. Taylor et Max Weber, avant la Première Guerre mondiale, ont montré que l’efficacité des organisations dépendait d’un « ensemble inséparable de savoirs (savoirs individuels et collectifs) et de relations »18.

 

6Comprendre le fonctionnement des organisations patronales, en tenant compte de leur représentativité au sein de la branche, de leurs permanences et de leur dynamique interne, s’avère donc essentiel. La première question naturellement est celle des fondements de l’unité. Le recrutement et le parcours des dirigeants, la répartition des tâches entre les permanents et les membres des conseils, entre les représentants des grandes et des petites entreprises, la durée de leurs fonctions sont autant de paramètres qui permettent de saisir la plus ou moins grande efficacité, la continuité ou non de la politique, la cohésion plus ou moins importante de l’organisation. La collecte et la diffusion de l’information, la classification des produits ou de la main-d’œuvre, la défense des intérêts communs auprès du gouvernement ou du parlement, face aux autres partenaires sociaux, la participation à des instances paritaires sont autant de facettes dont l’historien doit évaluer l’importance.

7La deuxième question porte sur une contradiction inhérente à la vie des organisations. Toute organisation est un lieu de conflits internes, de lutte pour la prise du pouvoir ou pour le maintien de l’équilibre entre les pouvoirs. C’est également un espace de discussion, d’échanges sur de nombreux sujets. Pour maintenir la cohésion, l’Union doit-elle tout assumer ou bien laisser la conduite de certaines affaires à d’autres institutions (chambres régionales, de branche, chambres de commerce) ?

  • 19 Pour reprendre la démarche illustrée par J. Revel (dir.), Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’exp (...)
  • 20 Il faudrait explorer systématiquement les archives patronales dans les autres régions.
  • 21 L’étude de la région lyonnaise a été entamée dans le cadre d’un travail d’équipe avec les chercheur (...)
  • 22 D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Saint-Deni (...)

8L’historien est ainsi conduit à un troisième type d’interrogation, qui nécessite un « jeu d’échelles »19. L’analyse des ramifications sur le plan régional et local permet de mesurer l’implantation, de cerner la répartition des tâches et des pouvoirs entre les différents niveaux, les rapports avec les divers acteurs régionaux, les adhérents, les autres syndicats, les municipalités et autres institutions. Deux régions très industrialisées ont donc été particulièrement étudiées20 : d’une part la région lyonnaise où le syndicat est de création ancienne, l’Association métallurgique du Rhône, devenue la Chambre syndicale des industries métallurgiques du Rhône (CSIMR)21, d’autre part la région parisienne avec le Groupe des industries métallurgiques et mécaniques (GIM), né pendant la Première Guerre mondiale, et les Groupes locaux de banlieue22. L’UIMM reçoit pour mission au plan national d’insister sur les intérêts communs, mais là encore la multiplicité des échelles entraîne parfois soit la primauté des logiques professionnelles soit celles des logiques régionales où prévalent des solidarités spécifiques.

9Les rapports entre l’Union et l’espace extérieur forment une quatrième dimension de l’enquête historique. L’organisation influe sur son environnement (et dans certains cas le délimite elle-même), en même temps qu’elle s’y adapte en partie. Ainsi se forme un espace d’échanges vaste et complexe : relations avec les autres groupes patronaux, avec les syndicats de salariés, avec les pouvoirs publics, relations individuelles et collectives, définition de stratégies d’affrontement, de conciliation, d’attente.

 

10Dans cette perspective, la première partie de l’ouvrage montre les conditions de la formation de l’Union et la dynamique de croissance de l’organisation, avec l’augmentation des adhésions, les tensions internes et l’adaptation des structures. L’étude des dirigeants, axée sur leur profil et leurs réseaux, permet de mieux appréhender le fonctionnement de l’UIMM. Le passage à l’échelle régionale s’impose pour comprendre les rapports entre une Union nationale et ses adhérents, pour définir les moyens dont elle dispose pour concilier l’unité et la diversité, et en définitive pour construire, grâce au syndicalisme, une profession.

11La seconde partie s’intéresse à la politique de communication interne et externe et à l’action déployée par l’UIMM auprès des pouvoirs publics, des administrations et des diverses organisations économiques nationales et internationales. La cohérence du groupe d’intérêts passe par des techniques d’action, définies par le premier secrétaire général Robert Pinot en particulier par l’intermédiaire de réseaux de sociabilité de plus en plus développés entre élites politiques et élites économiques. L’intensité croissante des travaux législatifs, le suivi des décisions gouvernementales incitent le secrétariat de l’Union à exercer une vigilance de tous les instants et à entreprendre des enquêtes approfondies sur les questions en cours. L’UIMM table aussi sur la fédération des intérêts patronaux, tâche souvent difficile et fruit de compromis, et sur une bonne connaissance de l’adversaire et de ses pratiques.

12La troisième partie est axée sur le rôle du patronat dans la régulation de la question sociale jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, dont quelques grands thèmes se dégagent : le marché et l’organisation du travail, les œuvres sociales et la gestion des conflits. Les réponses se font sur différents terrains et les orientations stratégiques varient en fonction des changements économiques comme des relations avec les autres interlocuteurs sociaux et politiques. Celles-ci s’institutionnalisent à partir de la Première Guerre mondiale, avec un nouveau renforcement du rôle de l’État à partir de 1936. Si les modalités des rapports avec les pouvoirs publics évoluent, le discours est beaucoup plus rigide. Les prises de position, elles, sont avant tout pragmatiques. Quand le contexte est défavorable, l’acceptation d’une nouvelle législation s’impose, mais le combat continue pour influencer l’application. L’intervention de l’État peut aussi présenter un intérêt dans d’autres domaines : participation financière à la formation professionnelle, à la lutte contre les grèves.

13Enfin, la dernière partie couvre la période du deuxième conflit mondial. Les liens entre l’Union et le gouvernement se resserrent lors de la mobilisation industrielle, la métallurgie étant le secteur industriel le plus concerné. La désorganisation du pays et donc de la production place l’Union au premier plan lors de la reprise de l’activité durant les premiers mois de l’Occupation. La réorganisation du syndicalisme voulue par le nouveau régime, qui prévoit la suppression des confédérations syndicales, ne touche ni l’UIMM ni les autres organisations patronales de la métallurgie. Elles survivent provisoirement en attendant la nouvelle organisation de la production et du travail. Elles participent activement à la mise en place des nouvelles structures. La Libération, qui rompt avec celles-ci, est un moment difficile vite surmonté. La métallurgie étant au cœur de la reconstruction du pays, les organisations patronales retrouvent rapidement, moyennant quelques réformes de structures, leur place au sein du mouvement patronal et comme interlocuteur privilégié des pouvoirs publics.

  • 23 H. Mintzberg, B. Ahlstrand, J. Lampel, Safari en pays stratégie. L’exploration des grands courants (...)
  • 24 L’impulsion est donnée par le colloque de l’IHTP en 1986 (A. Beltran, R. Frank, H. Rousso (dir.), L (...)

14Cette démarche en quatre volets a permis de comprendre les fonctions peu à peu exercées par une organisation comme l’UIMM : fonctions de régulation du marché du travail, de participation à la construction de la législation et du cadre institutionnel, mais aussi fonctions d’information interne (du local au national et inversement) et externe. Ces diverses activités ont répondu plus ou moins à l’attente des adhérents et plus globalement à celle des industriels. L’UIMM a dû gérer le partage entre la revendication de la liberté d’entreprendre et le désir de règles qui devaient assurer un cadre stable aux activités de production et d’échanges. Elle a dû élaborer des stratégies « délibérées », « irréalisées » ou « émergentes » selon le classement du chercheur canadien Henry Mintzberg, dont une partie n’ont fait « l’objet d’aucune formulation rationnelle au départ »23. Le degré de puissance et d’influence de l’Union a varié selon la période et selon les problèmes posés. Il a fluctué aussi selon les orientations personnelles et politiques des dirigeants. Les moments de crise connus par la France ont influé sur la permanence ou le ralentissement éventuel de ses actions, les structures des organisations. L’instauration de la Révolution nationale, avec notamment la « loi » du 16 août 1940 qui prévoyait la suppression des confédérations syndicales, augurait de la disparition de l’Union, ce qui ne fut pas le cas. La consultation d’archives inaccessibles jusqu’ici conduit à expliquer comment une grande partie des syndicats faisant partie de l’UIMM ont pu maintenir leurs activités24. Les rapports de forces les favorisaient alors. Le patronat, particulièrement celui de la métallurgie, a utilisé les structures imposées par le régime de Vichy pour essayer de mettre en place une réorganisation de la profession et de nouvelles relations professionnelles, fondées sur la collaboration institutionnalisée avec l’ensemble des salariés et le développement des œuvres sociales, le tout s’inscrivant dans la logique de production. Les organisations patronales de la métallurgie de ce fait ont abordé la Libération en étant handicapées par une image de collaboration. Les problèmes de la Reconstruction ont incité les autorités à vouloir une recomposition du mouvement patronal dans lequel il s’avéra vite que les métallurgistes jouaient toujours un rôle essentiel. L’ensemble des organisations patronales de la métallurgie, reflétant en cela les pratiques de leurs adhérents, a montré une capacité certaine d’adaptation. La réflexion sur la politique patronale, entamée par un groupe de dirigeants dans les années 1930, a conduit finalement à une appréhension nouvelle des relations professionnelles, certes pas totalement dans le sens désiré par les patrons, mais qui s’inscrivait cependant dans le sens de la coopération, ce qui n’excluait pas les conflits. Ainsi les pratiques et les stratégies déployées par l’UIMM durant cette période ont-elles montré la faculté d’adaptation essentielle à la survie de ce type d’organisation.

  • 25 P. Vernus (dir.), Les organisations…, op. cit., p. 20.
  • 26 P. Fridenson, « Les organisations… », art. cit., p. 1474.

15En définitive, l’étude de telles organisations permet de cerner plus précisément la pensée, les activités et les pratiques du patronat organisé et de mesurer le degré de son autonomie d’action, qui résulte de compromis internes entre les divers intérêts présents au sein de la branche et pas uniquement de « la pression des forces du marché » ou « d’un intérêt de classe monolithique »25. L’écueil que l’historien doit éviter est de « rester dans l’univers des discours explicites tenus par (les) acteurs »26 ; mais il lui faut chercher en même temps à comprendre les multiples dimensions et les diverses significations de ces discours.

Notes

1 Nouvelle appellation de l’Union des industries métallurgiques et minières décidée le 11 juin 2001 et appliquée le 2 juillet.

2 H. W. Ehrmann, La politique du patronat français (1936-1955), Paris, Armand Colin, 1959.

3 J.-N. Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du XXe siècle, Paris, Fayard, 1981, rééd. Le Seuil, 1984.

4 J. Garrigues, Les patrons et la politique, de Schneider à Seillière, Paris, Perrin, 2002.

5 R. F. Kuisel, Ernest Mercier. French technocrat, Berkeley, University of California Press, 1967; Carol Kent, Camille Cavallier and Pont-à-Mousson: an industrialist of the Third Republic, thèse de Ph. D, Oxford, St. Antony’s College, 1972; J.-N. Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir 1914-1940, Paris, Le Seuil, 1976, rééd. Perrin 2004 ; D. Woronoff, François de Wendel, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

6 I. Kolboom, La revanche des patrons. Le patronat français face au Front populaire, Paris, Flammarion, 1986.

7 Concernant la phase préparatoire à la guerre, cf. P. Fridenson, « Le patronat français », in R. Rémond et J. Bourdin (dir.), La France et les Français en 1938-1939, Paris, Presses de la FNSP, 1978, p. 139-158. Sur la période du conflit, cf. R. Vinen, The politics of French business 1936-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1991 ; P. Mioche, « Les sidérurgistes » in J.-P. Azéma, F. Bédarida (dir.), Le régime de Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1992, p. 601-612.

8 A. Soria, La Chambre de commerce de Lyon au XIXe siècle (1832-1908), thèse de doctorat d’histoire, Université Lumière Lyon II, 1997 ; P. Lacombrade, La Chambre de commerce de Paris et le capitalisme français (1890-1914), thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris X, 2002 ; C. Lemercier, Un si discret pouvoir. Aux origines de la Chambre de commerce de Paris, Paris, La Découverte, 2003.

9 A. Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique (1924-1940), Paris, La Découverte, 2002.

10 G. Kerouredan, Un aspect de l’organisation patronale au XXe siècle : L’Association Nationale d’Expansion Économique (décembre 1915-mars 1951), thèse de 3e cycle d’histoire, Université de Paris I, 1986 ; Histoire, Économie et Société, numéro spécial sur « Les associations économiques et groupes de pressions en Europe aux XIXe et XXe siècles », avril-juin 1997.

11 J.-M. Chapoulie, « Sur l’analyse sociologique des groupes professionnels », Revue française de sociologie, janvier-mars 1973, pp. 86-114 ; J. Bunel, J. Saglio, L’action patronale, du CNPF au petit patron, Paris, PUF, 1979 ; A. Degenne, M. Forsé, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 1994 ; E. Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, 1998 ; V. Lemieux, Les coalitions. Liens, transactions et contrôles, Paris, PUF, 1998.

12 P. Bourdieu, M. de Saint Martin, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, mars-avril 1978 ; L. Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, janvier-mars 1973, p. 3-26.

13 B. Gille, « Syndicalisme patronal dans la sidérurgie française », Revue d’histoire de la sidérurgie, 5, 1964, p. 209-250 ; P. Bernoux, Les Nouveaux Patrons. Le Centre des jeunes dirigeants d’entreprise, Paris, Éditions ouvrières, 1974 ; J. Dumortier, Le syndicat patronal du textile de Roubaix-Tourcoing 1942-1972, Lille, 1975 ; G. Lefranc, Les organisations patronales en France : du passé au présent, Paris, Payot, 1976 ; H. Weber, Le parti des patrons. Le CNPF (1946-1986), Paris, Seuil, 1986, nouvelle édition 1991. Il existe aussi quelques travaux sur une période plus récente, tels ceux de D. Barjot, « La Fédération des travaux publics », in H. Rousso (dir.), La planification en crise 1965-1985, Paris, Éditions du CNRS, 1986.

14 S. Tolliday and J. Zeitlin (eds.), The Power to manage ? Employers and industrial relations in comparative-historical perspective, Londres, Routledge, 1991 ; M.-G. Dezès, K. Lunn, A. McIvor, K. Tenfelde, « Patronat et syndicats à la fin du XIXe siècle en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne » in J.-L. Robert, F. Boll, A. Prost (dir.), L’invention des syndicalismes. Le syndicalisme en Europe occidentale à la fin du XIXe siècle, Paris Publications de la Sorbonne, 1997, p. 255-268 ; D. Fraboulet, « Les organisations patronales de la métallurgie face au syndicalisme communiste dans l’entre-deux-guerres », in Jacques Girault (dir.), Des communistes en France (années 1920-années 1960), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 261-278.

15 M. J. Rust, Business and Politics in the Third Republic : the Comité des Forges and the French Steel Industry, 1896-1914, thèse de Ph. D, Princeton University, 1973. Le Comité des Houillères quant à lui, n’est pas au centre de l’étude de M. Gillet (Les charbonnages du Nord de la France au XIXe siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1973).

16 Notamment H. Mintzberg, Structure et dynamique des organisations, Paris, Éditions d’Organisation, 1982.

17 P. Fridenson, « Les organisations, un nouvel objet », Annales E.S.C., novembre-décembre 1989, p. 1461-1490.

18 Ibid., p. 1463.

19 Pour reprendre la démarche illustrée par J. Revel (dir.), Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Seuil, 1996.

20 Il faudrait explorer systématiquement les archives patronales dans les autres régions.

21 L’étude de la région lyonnaise a été entamée dans le cadre d’un travail d’équipe avec les chercheurs du Centre Pierre Léon et a donné lieu à une journée d’études le 29 mars 2002 à l’Institut des sciences de l’homme de Lyon. P. Vernus (dir.), Les organisations patronales. Une approche locale (XIXe-XXe siècles), Cahiers du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale no 1, Université Lumière-Lyon II/CNRS, 2002.

22 D. Rousselier-Fraboulet, Les entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Saint-Denis, Paris, CNRS Éditions, 1998.

23 H. Mintzberg, B. Ahlstrand, J. Lampel, Safari en pays stratégie. L’exploration des grands courants de la pensée stratégique, Paris, Éditions Village mondial, 1999.

24 L’impulsion est donnée par le colloque de l’IHTP en 1986 (A. Beltran, R. Frank, H. Rousso (dir.), La vie des entreprises sous l’Occupation, Paris, Belin, 1994). Il est suivi en 1999 par celui de Besançon (O. Dard, J.-C. Daumas, F. Marcot (dir.), L’Occupation, l’État français et les entreprises, Paris, ADHE, 2000), puis actuellement par les travaux du GDR du CNRS, Les entreprises françaises sous l’Occupation.

25 P. Vernus (dir.), Les organisations…, op. cit., p. 20.

26 P. Fridenson, « Les organisations… », art. cit., p. 1474.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540