Version classiqueVersion mobile

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Préface

Patrick Fridenson

Texte intégral

  • 1 Hartmut Kaelble et Werner Plumpe, Piero Craveri, Howell John Harris, Haruhito Takeda, Alastair Rei (...)

1Il y a un retard dans l’étude historique des organisations patronales en France par rapport à ce qui a été fait par les chercheurs pour l’Allemagne, l’Italie, la Grande-Bretagne, les États-Unis ou le Japon1. Le résultat en est très souvent des présentations erronées ou caricaturales dans les médias ou l’enseignement, qui, sans doute inconsciemment, reprennent peu ou prou les vieilles thèses avancées jadis par des essayistes ou pamphlétaires se situant aux extrêmes de l’échiquier politique comme feu Emmanuel Beau de Loménie et Henry Coston. Certains auteurs d’aujourd’hui en viennent alors à affirmer que la France ne dispose d’aucune organisation patronale puissante et que cette lacune est à l’image de son capitalisme qui serait soit structurellement en retard sur les autres, soit en déclin, seul ou du fait de l’État, selon les auteurs. Les historiens ont beau avoir régulièrement essayé de tordre le cou à ces représentations erronées, ils doivent bien constater que les mauvaises herbes ont la vie dure.

  • 2 E. Pezet, La négociation sur les classifications dans la métallurgie 1968-1975, mémoire de DEA d’h (...)

2Pour exprimer des appréciations fondées sur l’histoire des organisations patronales françaises, il faut donc pouvoir juger sur pièces. Cependant très rares ont été les historiens qui en ont donné les moyens aux lecteurs. Il faut signaler parmi eux le travail précurseur, mais toujours non publié, réalisé en 1973 par l’historien américain Michael J. Rust sur le Comité des Forges de 1896 à 1914, et le coup de projecteur sur les structures et le rôle de l’UIMM depuis 1945 donné dans un mémoire d’histoire en 1997 par Éric Pezet2. C’est pourquoi il convient de marquer d’une pierre blanche la parution du livre de Danièle Fraboulet-Rousselier sur le premier demi-siècle de l’Union des Industries Métallurgiques et Minières (UIMM, devenue récemment l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie). Il traite en effet de la plus puissante des organisations patronales de France. Il le fait sur la base des archives de l’organisation, ouvertes sans restriction et confrontées par l’auteure à d’autres sources, publiques et privées. Il en offre une histoire et une interprétation rédigées avec la liberté et l’esprit critique qui sont la marque du bon historien. À tous ces égards, il s’agit donc d’un livre pionnier.

3Tous ceux – historiens, sociologues, économistes, gestionnaires, anthropologues et politistes – qui s’intéressent aux corps intermédiaires, aussi bien dans l’économie que dans la politique, en sauront gré à la fois à l’auteure et à l’Union, en particulier à son délégué général, Denis Gautier-Sauvagnac, et à la directrice de ses services d’archives, Sylvie Cambier. Ayant été un des tous premiers à accéder à ces archives lors de la recherche que j’ai menée sur le baron Charles Petiet, je tiens à saluer la lutte que Sylvie Cambier a su mener contre des vagues périodiques de destructions inconsidérées. Sans son courage, ce livre n’aurait tout simplement pas été possible.

4Les contributions principales de ce livre vont bien au-delà de son objet propre, si important soit-il. Elles me paraissent de quatre ordres : le système des affaires français, l’État, les grandes questions de société, les deux guerres mondiales.

  • 3 C. S. Maier, In search of stability, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.
  • 4 P. Rosanvallon, Le modèle politique français, Paris, Le Seuil, 2004.

5La notion de système des affaires nous vient des historiens japonais, en particulier Yoshitaka Suzuki et Tsunehiko Yui. Elle a été conçue en réaction aux analyses des historiens américains qui se sont longtemps limités à ne prendre en considération que le couple entreprise-marchés. Elle engage à analyser aux niveaux local, régional, et national non seulement les entreprises, mais encore les institutions financières, toutes les organisations professionnelles, les chambres de commerce, les associations et les pouvoirs publics, ainsi que les organisations internationales. Cette perspective, que j’ai introduite en Europe il y a onze ans, offre un cadre pour comprendre à la fois la création du rôle de l’Union et sa dilatation au cours du temps, ainsi que la place des organisations locales, départementales ou régionales, dont pour le Rhône et l’Ile-de-France Danièle Fraboulet-Rousselier nous offre pour la première fois l’histoire. Les fondateurs de l’Union, Robert Pinot en tête, ont pris la mesure des modifications du système des affaires national au début du XXe siècle et ont voulu les stabiliser3 par une innovation : l’introduction d’un acteur vite majeur, l’Union. Le présent livre montre qu’ils ont rencontré certes des difficultés (le départ des houillères) et des crises internes, mais que, en associant – au sein d’une structure de type confédéral – des PME et les grandes firmes de ce qu’on appelle alors « l’industrie lourde », leur projet progressivement adapté est parvenu dans l’ensemble à s’ancrer dans la société et l’économie françaises. Il en est devenu une pièce maîtresse, au point que même la dictature qu’a été le régime de Vichy lui a épargné la dissolution, alors qu’elle faisait disparaître le 9 novembre 1940 la Confédération Générale du Patronat Français, le Comité des Houillères et celui des Forges. Il est non moins évident que l’Union devient une composante essentielle du « modèle politique français »4, par sa documentation, sa connaissance des réalités, sa présence dans les Conseils de la République, ses actions de lobbying, par son rôle en matière de presse et de communication, ses rapports avec l’administration et les hommes politiques, et par ses positions et propositions.

  • 5 O. Dard et G. Richard (dir.), Les permanents patronaux : éléments pour l’histoire de l’organisatio (...)
  • 6 A. Harris et A. de Sédouy, Les patrons, Paris, Le Seuil, 1977, p. 46-56 et 233-244. Et ses entreti (...)

6Il n’est cependant, pour les historiens, pas de système sans des hommes et des femmes pour le faire vivre et pour s’y affronter ou s’y accorder. Les deux niveaux de l’organisation patronale sont nettement campés dans l’ouvrage : les permanents salariés – et ici le livre poursuit le travail d’exploration de ce groupe professionnel (moins connu que son homologue, les permanents syndicaux ouvriers), qu’avait entamé un récent ouvrage issu d’un colloque et auquel Danièle Fraboulet-Rousselier avait apporté une contribution remarquée5 – et les patrons qui les dirigent. On trouvera dans le livre et dans le cédérom qui l’accompagne des portraits de personnalités comme Henri Darcy, Pierre Richemond, Charles Petiet, Jacques Lenté pour les seconds, Robert Pinot, Alfred Lambert-Ribot, les normaliens Pierre Waline ou André François-Poncet pour les premiers, qui sont d’un grand intérêt. On gardera présent à l’esprit que c’est à l’Union que François Ceyrac, devenu de 1972 à 1981 le « patron des patrons », a fait ses débuts en 1936 et qu’il en est toujours membre6.

  • 7 A. Chatriot, O. Join-Lambert et V. Viet (dir.), Les politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, in (...)

7L’État est partie prenante d’un système des affaires ainsi défini. Mais, à la différence de la Révolution française telle que la voyait Clemenceau, l’État n’est pas un bloc. Le livre apporte un éclairage très neuf sur l’interlocuteur le plus régulier de l’Union, le ministère du Travail, créé par le même Clemenceau en 1906 et dont on vient d’étudier l’histoire à l’occasion de son centenaire7. Il met aussi en évidence les multiples connexions entre l’Union et une partie des parlementaires. En revanche, les archives disponibles ne permettent pas encore d’avoir la même connaissance des relations de l’Union avec la Présidence du Conseil, à l’Hôtel Matignon, ou avec d’autres ministères comme l’Intérieur, le Commerce et l’Industrie, les Finances ou les Affaires Étrangères.

  • 8 Cf. H. Frouard, Les politiques patronales de logement en France (1894-1944) : de l’initiative priv (...)
  • 9 M. Taccolini, Una crisa annunciata ? L’inchiesta sulla produzione del Bureau International du Trav (...)
  • 10 S. Tolliday and J. Zeitlin, « Conclusion. National models and international variations in labour m (...)

8Les grandes questions sur lesquelles ce livre sera une référence indispensable quant à ses informations et ses interprétations sont vastes : le droit du travail, les œuvres sociales et les assurances du même nom, la santé, l’apprentissage et la formation professionnelle, le logement8, et même l’histoire de la presse ou celle de l’implantation du Parti Communiste dans les entreprises… On a là une preuve éclatante de la vitalité de l’histoire économique aujourd’hui. C’est souvent chez elle, et donc dans ce livre, qu’il faut chercher les réponses les plus originales aux questions que se pose aussi bien la société civile que le monde de la recherche. Mais, dira-t-on, pourquoi l’Union a-t-elle agi ou pris position dans tous ces domaines ? A priori pour une organisation aussi favorable au respect du territoire des entreprises cela peut surprendre. On peut présenter ici deux explications. D’une part il y a une dynamique de fonction caractéristique de beaucoup d’organisations patronales dans le monde entier. Fondées pour riposter à la fois aux grèves comme à l’action des organisations ouvrières et à l’expansion du rôle de l’État, elles ne tardent pas à aller au-delà d’une activité défensive. La disponibilité de leurs capacités organisationnelles et leur politique de présence les engagent dans des compromis et même dans la création de services, de dispositifs et bien souvent de connaissances (même si l’Union a parfois combattu les enquêtes des autres, par exemple celle du BIT sur la production)9. D’autre part il y a le fait que, comme dans le reste du monde, la métallurgie et les mines ont souvent créé de grandes concentrations de main-d’œuvre. Cela a fait de la sidérurgie et même de la métallurgie en France, comme les historiens Bertrand Gille, Jean Vial et Denis Woronoff l’ont tour à tour souligné, un symbole de la puissance française. Sans doute est-ce par l’addition de ces deux ensembles de raisons que ce syndicalisme patronal, qui n’en avait pas la vocation, et dont deux historiens anglo-saxons ont suggéré qu’il est souvent freiné par les positions les plus faibles de chacune de ses branches10, a cependant développé peu à peu une exubérance sociétale.

  • 11 R. Porte, La mobilisation industrielle, un « premier front » pour la Grande Guerre ?, Saint-Cloud, (...)
  • 12 S. Pedersen, Family, dependence, and the origins of the Welfare State. Britain and France 1914-194 (...)
  • 13 Archives Nationales, 70 AQ 418, allocution du président Petiet à la Fédération des Associations Ré (...)

9Enfin ce livre apporte un éclairage très neuf sur les deux guerres mondiales du XXe siècle qui ont été toutes les deux une épreuve pour la population française et, pour la première, une incitation à l’industrialisation11. Or il se trouve que, pour chacune des deux guerres, le rôle des organisations patronales est ignoré ou sous-estimé, alors qu’il est au fond social et même politique. La Grande Guerre incite l’UIMM à s’ouvrir à une nouvelle conscience du social (à la fin de la guerre, elle abandonne ses fonctions économiques). Les représentations que les ouvriers et les ouvrières se font de leur travail, de leur famille12 et de leur rôle dans la nation apparaissent aux syndicalistes patronaux comme un élément clé du moral des Français. D’où la promotion de nouveaux services et l’entrée de l’Union dans des structures tripartites, qu’elle n’aurait pas imaginées avant-guerre, et dont une partie disparaîtront après-guerre. Quant à la Seconde Guerre mondiale, l’Union, ayant en mémoire les tensions de la Grande Guerre, cherche très vite à faire un pacte avec les syndicats légaux puis, sous l’Occupation allemande et italienne, elle s’efforce de ménager les sections syndicales locales. On trouve un exemple frappant de ces préoccupations dans les déclarations du baron Charles Petiet, membre depuis 1918 précisément du comité de direction de l’Union, le 20 octobre 1939 (même s’il s’exprime dans un autre cadre que celui de l’Union) : « Vis-à-vis des ouvriers en général », il « incite à beaucoup de modération : que les employeurs qui se sont montrés énergiques s’amollissent un peu, que ceux qui avaient tout permis pensent que l’heure est au travail et à la modération à la discipline. Sous aucun prétexte ne faire que les ouvriers puissent penser qu’on voudrait profiter des circonstances pour reprendre ce qu’on leur a donné. […] Sur les rapports entre syndicats patronaux et organisations ouvrières, il pense […] que c’est à chaque occasion qu’il faut pratiquer, avec les modalités opportunes, la politique de collaboration avec les éléments sains »13. Chaque guerre mondiale est un moment où l’Union ne se soucie pas seulement du rapport de force, mais plus largement tente de maintenir le tissu social de la nation.

  • 14 P. Fridenson, « Les patronats allemand et français au XXe siècle. Essai de comparaison », in R. Hu (...)
  • 15 C. Dufour (dir.), « La représentation patronale en Europe », Chronique Internationale, no 72, octo (...)

10Au total, le livre de Danièle Fraboulet-Rousselier est donc assurément et pour la première fois la présentation au grand jour de l’histoire de la plus grande organisation patronale française à tous ses niveaux (local, régional, national). C’est déjà beaucoup, mais son contenu est en fait plus vaste. Il permet aussi de comprendre la constitution et la transformation du modèle social français contemporain, tant les initiatives de l’Union ont eu un impact à la fois sur le marché du travail, les relations professionnelles et la politique sociale. Il donne également à voir le fonctionnement concerté de l’État républicain, perméable aux forces sociales. Au-delà de l’hexagone, il autorise une comparaison nouvelle entre la France et l’Allemagne dans le premier XXe siècle. Il manifeste comment, face à un identique besoin d’unité des employeurs, devant la montée des organisations syndicales et politiques de salariés, la France est capable de solutions différentes de celles de l’Allemagne14. Si l’Allemagne se dote très tôt d’une confédération patronale pour l’ensemble du social, en France c’est l’UIMM seule qui assume de fait ce rôle. Si les organisations patronales allemandes sont longtemps plus puissantes que leurs homologues d’outre-Rhin, elles connaissent cependant depuis une décennie une érosion et pour certaines un fractionnement. Enfin ce livre permet de faire entendre dans la nécessaire comparaison des organisations patronales d’Europe d’aujourd’hui à laquelle sociologues et politistes ont tant apporté15 la voix des historiens, qui éclaire ici le long terme.

Notes

1 Hartmut Kaelble et Werner Plumpe, Piero Craveri, Howell John Harris, Haruhito Takeda, Alastair Reid et Jonathan Zeitlin sont quelques-uns des chercheurs les plus connus dans ce domaine.

2 E. Pezet, La négociation sur les classifications dans la métallurgie 1968-1975, mémoire de DEA d’histoire, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1997, 1re partie.

3 C. S. Maier, In search of stability, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

4 P. Rosanvallon, Le modèle politique français, Paris, Le Seuil, 2004.

5 O. Dard et G. Richard (dir.), Les permanents patronaux : éléments pour l’histoire de l’organisation du patronat en France dans la première moitié du XXe siècle, Metz, Centre de recherche Histoire et civilisation de l’Université Paul Verlaine, 2005.

6 A. Harris et A. de Sédouy, Les patrons, Paris, Le Seuil, 1977, p. 46-56 et 233-244. Et ses entretiens ultérieurs avec H. Weber, Le parti des patrons. Le CNPF (1946-1986), Paris, Le Seuil, 1986, p. 196-197, moi-même (en mai 1997), et avec B. Colasse et F. Pavé, « François Ceyrac, le patron du social », Gérer et Comprendre, juin 2004, p. 4-7.

7 A. Chatriot, O. Join-Lambert et V. Viet (dir.), Les politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, institutions et réseaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

8 Cf. H. Frouard, Les politiques patronales de logement en France (1894-1944) : de l’initiative privée au devoir patronal, thèse de doctorat d’histoire de l’art, Université Paris I, 2003.

9 M. Taccolini, Una crisa annunciata ? L’inchiesta sulla produzione del Bureau International du Travail (1920-1925), Milan, Vita e Pensiero, 2001. T. Cayet, Organiser le travail, organiser le monde. Etude d’un milieu international d’organisateurs-rationalisateurs dans l’entre-deux-guerres, thèse de doctorat d’histoire, Institut Universitaire Européen, 2005.

10 S. Tolliday and J. Zeitlin, « Conclusion. National models and international variations in labour management and employer organization », in eidem (eds.), The power to manage ? Employers and industrial relations in comparative-historical perspectives, Londres, Routledge, 1991, p. 308-309.

11 R. Porte, La mobilisation industrielle, un « premier front » pour la Grande Guerre ?, Saint-Cloud, 14-18 Éditions, 2006.

12 S. Pedersen, Family, dependence, and the origins of the Welfare State. Britain and France 1914-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

13 Archives Nationales, 70 AQ 418, allocution du président Petiet à la Fédération des Associations Régionales de la Confédération Générale du Patronat Français, 20 octobre 1939. Je remercie Danièle Fraboulet-Rousselier de m’avoir communiqué ce document.

14 P. Fridenson, « Les patronats allemand et français au XXe siècle. Essai de comparaison », in R. Hudemann und G.-H. Soutou (Hg.), Eliten in Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Strukturen und Beziehungen, t. I, Munich, Oldenbourg Verlag, 1994, p. 153-167. V. R. Berghahn, S. Vitols (Hg.), Gibt es einen deutschen Kapitalismus ? Tradition und globale Perspektiven der sozialen Marktwirtschaft, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, 2006.

15 C. Dufour (dir.), « La représentation patronale en Europe », Chronique Internationale, no 72, octobre 2001. F. Traxler, S. Blaschke, F. Kittel, National labour relations in internationalised markets. A cross-national analysis of institutional patterns, change and performance, Oxford, Oxford University Press, 2001. J. Greenwood (ed.), The effectiveness of EU business associations, Basingstoke, Palgrave, 2002.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search