Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand les patrons s’organisent

 | 
Danièle Fraboulet

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre constitue la version remaniée du mémoire d’habilitation à diriger des recherches soutenu en mai 2004 à l’Université de Paris VIII. Que Michel Margairaz, Patrick Fridenson et Jean-Claude Daumas, qui ont accompagné ce projet avec bienveillance et m’ont prodigué encouragements, conseils, suggestions soient sincèrement remerciés.

2Je veux dire aussi ma reconnaissance aux membres de mon jury, Dominique Barjot, Philippe Mioche, Catherine Omnès et Denis Woronoff.

3Ma profonde gratitude s’adresse également à Claire Lemercier et à Alain Chatriot pour leur soutien amical et constant et notamment leur lecture critique de la première version de ce travail. Que Claire soit aussi remerciée pour son aide à dénouer les méandres de l’analyse factorielle et de la représentation graphique ; qu’Alexandra Laclau, du Laboratoire de graphique de l’EHESS, le soit aussi pour ses conseils toujours judicieux.

4Deux équipes de recherche m’ont accueillie au long de ces années : celle dirigée par Catherine Omnès sur l’histoire de l’inaptitude au travail, et le GDR (groupe de recherche CNRS) sur les entreprises en France sous l’Occupation, fondé par Dominique Barjot, Patrick Fridenson, Michel Margairaz et dirigé par Hervé Joly. Les échanges avec leurs membres ont été particulièrement fructueux. Merci aux enseignants-chercheurs, chercheurs et ingénieurs de l’équipe Pierre Léon du Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes pour leur appui dans mes recherches lyonnaises et leur intérêt permanent pour l’histoire du syndicalisme patronal.

5Merci à Olivier Dard, Hervé Joly et Georges Ribeill, qui, très amicalement, m’ont aidée à enrichir le dictionnaire patronal. Merci aux archivistes du Centre des Archives contemporaines, du Centre des Archives du monde du Travail, deux composantes des Archives nationales et à ceux des Archives de la Fondation nationale des Sciences politiques, qui m’ont reçue.

6J’adresse mes remerciements à l’Union des industries et métiers de la métallurgie (nouveau nom de l’Union des industries métallurgiques et minières), particulièrement à Mademoiselle Sylvie Cambier, directrice du service d’archives, et au personnel de ce service (Thomas Leduc), au Groupe des industries métallurgiques et mécaniques de la région parisienne (Monsieur Christian Rossignol), à la Chambre syndicale des industries métallurgiques du Rhône (Madame Gindre), aux directeurs des Groupements locaux de Saint-Denis et de Pantin-Aubervilliers (GIRNOP), qui m’ont ouvert leurs archives et ont permis ce travail. Ce livre n’aurait pas pu être publié sans l’aide de l’UIMM et l’accueil bienveillant du directeur des Presses universitaires du Septentrion, Jérôme Vaillant. Enfin, je ne saurais trop remercier mes proches, particulièrement mes filles Adeline et Ariane, mes parents et amis, qui m’ont supportée et secondée durant ces laborieuses années.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540