Version classiqueVersion mobile

Les armuriers de l’État

 | 
Patrick Mortal

– 1 – De la fabrique à la manufacture royale

Texte intégral

Magasin royal des armes de l’Arsenal de la Bastille

Magasin royal des armes de l’Arsenal de la Bastille

Gravure publiée par Surirey de Saint Rémy, Mémoires d’artillerie, Jean Anisson, Imprimerie royale, Paris, 1697, 2 vol., p. 300. Conservé, exposé et mis en ligne par la BNF, Bibliothèque de l’Arsenal.

  • 1 Sur ce sujet, Joël Cornette : Le roi de guerre, essai sur la souveraineté dans la France du Grand S (...)

1Pendant trois siècles, L’Europe est travaillée par l’effort de construction des états-nations concurrents. La guerre exprime la puissance terrifiante et protectrice du souverain, fût-il, à l’extrême, le peuple1, délimite des frontières linéaires qui se substituent peu à peu aux mosaïques indéfendables des relations de suzeraineté, contribue à unifier les peuples. Elle est indissociable des révolutions industrielles, de l’émergence du capitalisme, de l’existence de la classe ouvrière.

  • 2 Lucien Bely, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Thémis, PUF, Paris, 199 (...)
  • 3 André Corvisier, Philippe Contamine, Ss dir., Histoire militaire de la France, t. 1, PUF, 1992. And (...)
  • 4 Carl Von Clausewitz, De la Guerre, traduction de D. Naville, Éditions de Minuit, Paris, 1970, 755 p

2En 1709, Louis XIV, fait publier un appel au peuple très éprouvé déjà par la guerre de Succession d’Espagne, justifiant son refus de la paix que propose l’ennemi2 : « Mais quoique ma tendresse pour mes peuples ne soit pas moins vive que celle que j’aie pour mes propres enfants (…) je crois qu’ils s’opposeraient eux-mêmes à la recevoir à des conditions également contraires à la justice et à l’honneur du nom français ». Il annonce ainsi l’ère des levées en masse qui sauveront la première République. C’est le temps des grandes armées. Le nombre de soldats3, que l’on comptait par dizaines de milliers, atteint les 100 000 dans la décennie 1670, les 400 000 à la fin du règne. En 1760, les auteurs évaluent encore les troupes françaises autour des 250 000. A partir de l’ordonnance de 1688, la levée de la milice par paroisse contribue au recrutement. « L’armement du peuple » sera théorisé par Clausewitz : à propos de « l’accroissement inouï de la masse des armées grâce à ce système [des réquisitions] et à la conscription universelle, et l’emploi de milices », il note : « la nation qui fait un usage judicieux de ces moyens acquerra une supériorité sur ceux qui négligent de s’en servir »4. A la veille de 1789, la France a environ 150 000 hommes sous les armes, effectif élevé jusqu’à 250 000 en temps de guerre, 500 000 en 1793. Les effectifs ne diminuent que très provisoirement après 1815 : l’armée du Second Empire comprend 650 000 hommes dont 250 000 en état d’entrer en campagne. L’ère des armées nationales annonce ainsi celle des mobilisations générales, mais s’en distingue nettement.

  • 5 André Corvisier, Philippe Contamine, Ss dir., Histoire militaire… op. cit.

3Les régiments multipliés sont organisés, uniformisés, contrôlés. En France, du « Secrétariat de la guerre » au XVIIe siècle, au « Conseil » puis au « Comité de la guerre », plus secret, au XVIIIe, la guerre est la prérogative d’un petit nombre autour du souverain. C’est le temps d’une intense mise en ordre par les textes, notamment après 1673, en partie sous l’impulsion de Vauban : « 25 ordonnances par an avec un maximum de 56 pour l’année 1684 » et des milliers de lettres et documents5.

4La guerre elle même est « réglée ». Le « De Jure ac Pacis » d’Hugo Grotius paraît en 1625, le « Droit de la Nature et des Gens » de Pufendorf en 1672. Le droit contribue à mettre la guerre en forme, on dirait presque en scène. La stratégie trouve bientôt ses principes universels, résultat de l’apparition d’écoles d’officiers, dont le modèle est donné en 1616 par la Schola militaris ouverte par Jean de Nassau dans sa capitale, Siegen, à 75 kilomètres de la confluence de la Sieg et du Rhin. L’École militaire de Paris ouvre en 1751. La théorie est fixée pour l’essentiel, tardivement, par l’ouvrage de Carl Von Clausewitz qu’on vient d’évoquer, paru inachevé après sa mort en 1831 : « De la Guerre ». La supériorité de la défensive, le principe de la concentration des moyens pour l’offensive, le concept de point culminant de la victoire, la notion d’usure, celle de l’interactivité des adversaires, l’idée enfin que l’action sanglante n’est qu’un prolongement de la politique et n’a pas de limite à priori peuvent se lire comme l’analyse de la guerre des combats à portée de tir visible, qui reste une guerre de campagnes. Mais il s’agit bien d’une vision globale des objectifs et des moyens : pas un art, pas une science, une théorie. Jusque-là, les ouvrages militaires apparaissaient plus comme la mise en forme d’un art de l’engagement et de l’organisation d’une campagne, déjà fixé par le duc de Rohan en 1636 dans son « Traité de la Guerre » et par Montecuccoli dans un livre portant le même titre en 1645.

  • 6 Voir sur ce sujet :
    Lucien Bely, Jean Beranger, André Corvisier, Guerre et paix dans l’Europe du XVI (...)

5La cohérence de cette période tient en effet plus à la tactique qu’à la stratégie, même si elle valorise le mouvement et la bataille au détriment de la dialectique des sièges. Le « Kriegsbuch » de Jean de Nassau donne souvent, déjà, l’impression de cette « extraordinaire attention aux détails » que revendiquera Napoléon. Au fil des guerres de religions, c’est dans le monde protestant que naît une nouvelle conception de l’organisation des troupes, expérimentée par le Stathouder Maurice de Nassau lors des combats pour l’indépendance des Provinces-Unies. Cette expérience est consignée dans les « Exercicia Mauriciana », ensemble de manuels destinés à la formation des militaires. Ces conceptions seront appliquées en de vastes épopées parcourant le continent par les rois de Suède Gustave Adolphe et Charles XII au début des XVIIe, puis XVIIIe siècles, par Turenne, Maurice de Saxe, Frédéric II, Napoléon Bonaparte… et ses ennemis6.

  • 7 Cité par P. Nardin, p. 46. Faut-il voir dans cette conception l’origine de l’expression pourtant ta (...)

6La puissance de feu qui fait la décision est donnée par l’artillerie de campagne et le fusil à baïonnette. Evolution suivie avec prudence en France. Le Régiment des fusiliers du Roi n’a guère qu’une fonction expérimentale au XVIIe siècle et des ordonnances de 1665 et 1666 interdisent l’usage du fusil, contre l’avis des soldats qui l’ont expérimenté. Il faut attendre le lendemain de la guerre de Sept Ans (1763), pour voir Gribeauval, nommé inspecteur général d’Artillerie par Choiseul, proposer un système d’artillerie légère contre le « système Vallière », encore marqué par l’ère des grosses pièces de la guerre de sièges. Ce qu’il attend d’un canon est assez bien rendu par la critique qu’il fait d’une arme prussienne : « (…) un boulet aussi léger poussé par une pièce si courte ne saurait pénétrer dans un corps d’infanterie ou de cavalerie, surtout s’il arrive en tombant de haut. (…) Le canon prussien (…) manque de justesse et de portée pour tirer d’écharpe ou prendre des flancs sur une ligne ; ils n’ont pas assez de violence pour pénétrer dans des corps profonds. Aussi ces pièces sont hors d’état de remplir les grands objets auxquels l’artillerie est destinée »7. L’une des qualités essentielles de l’arme est dès lors sa mobilité pour être approchée de l’ennemi à bonne portée de tir. L’ordonnance décidée en Conseil le 13 août 1765 entérine l’allègement et le raccourcissement des pièces qui suivent les régiments en ligne, la standardisation des affûts et le réglage de la hausse par une vis de maniement rapide. La puissance de feu en est doublée. Mais l’ordonnance reste manuscrite, est remise en cause en 1772, le système n’étant définitivement adopté qu’à la veille de la Révolution.

  • 8 Les cavaliers sont des « carabins ».

7Jusqu’à la guerre de Trente Ans, le modèle du corps d’infanterie avait été celui du carré de piquiers plus ou moins fourni en arquebusiers ou mousquetaires, du type des « tercios » espagnols. Ce hérisson était attaqué par la cavalerie en « caracole » (on vient vider deux pistolets, un « poitrinal », ou une carabine8 – une arquebuse à canon rayé – à portée de tir, avant de tourner bride), et par l’infanterie… à l’usure des balles et à la fatigue des bras ! La raison de cette formation tient à ses armes. Cela peut s’énoncer comme un problème élémentaire, le calcul mathématique de la fréquence de tir étant ici trop aléatoire. Sachant :

  • qu’il faut 36 mouvements pour charger par le canon un mousquet de 5 à 8 kg, pousser la balle avec une baguette, utiliser un étui de poudre différente pour verser sans la renverser l’amorce dans le bassinet, le tout sans lâcher la mèche enflammée aux deux bouts qu’il faut enfin accrocher (en soufflant dessus) au serpentin assurant la mise à feu, planter la fourquine qui supporte le poids de l’arme pendant qu’on vise,

  • que la portée utile est estimée à 200 mètres mais que l’on recommande de ne pas tirer avant de voir le blanc des yeux de l’adversaire,

  • que même harnaché de cuirasses un homme met moins d’une minute pour parcourir cette même distance,

  • combien de fois le mousquetaire isolé peut-il espérer utiliser son arme ?

  • s’il est entouré de piquiers, quel intérêt l’ennemi a-t-il à s’en approcher ?

  • 9 Vélasquez, La reddition de Breda, tableau de 1635, détail, Musée du Prado, Madrid. La bataille eut (...)
  • 10 HJC. Von Grimmelshausen : Les aventures de Simplicimus, traducteur : J. Amsler, Fayard, 1990. L’ori (...)

8L’affrontement des corps de troupe se résume souvent à une mousqueterie où chacun, inabordable de près grâce à ses piques, tend à éprouver suffisamment l’autre pour espérer enfin le rompre par une charge, ou par la panique de celui qui en devine l’imminence alors qu’il est affaibli. La documentation de l’époque montre clairement ce dont il s’agit ; ainsi les « lances » du tableau de Velázquez9 sont-elles accompagnées de mousquetaires, et le rire de Grimmelshausen est le fruit d’une expérience bien précise10 : « Les piquiers sont si inefficaces et si inoffensifs que celui qui tue un piquier qu’il aurait pu épargner assassine un innocent. Car même si ces malheureux tâcherons ont été créés pour protéger leurs brigades contre les attaques de cavalerie en terrain découvert, ils ne peuvent blesser personne, et si d’aventure quelqu’un est touché malgré tout par une pique, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même, car pourquoi est-il allé se jeter contre ? ».

  • 11 Mécanisme de mise à feu commandé par la détente.

9Il existe bien aussi l’arquebuse, plus ancienne, dotée au XVIIe siècle d’une platine à rouet11, c’est à dire un mécanisme à ressort remontable comme une montre, qui provoque des étincelles par la pression d’une pyrite sur une molette cannelée en rotation rapide. Plus maniable, elle supporte mal l’usure, les chocs et les intempéries, et elle peine à percer les cuirasses. C’est donc le mousquet qui assure la puissance de feu des corps d’infanterie.

10Le fusil – de « foisil » ou « focile » (italien) = pierre à feu – est une platine à silex. Celle-ci semble être véritablement mise au point vers 1610, par les frères Le Bourgeois, arquebusiers à Lisieux et Paris. Les étincelles sont produites par le choc d’un silex sur une batterie basculante et tombent dans le bassinet rempli de poudre, en contact avec la charge par une lumière percée dans le canon. Une gâchette retient le chien, armé du silex, et soumis à la pression d’un grand ressort. La pression sur la détente libère le chien. Cette arme permet de tirer 2 coups par minute, avec une portée utile de 200 à 300 mètres. D’abord fichée dans le canon, la baïonnette trouve sa douille en 1684, son cran de fixation en 1687, et une ordonnance de 1689 dote toute l’infanterie française du fusil à baïonnette.

11Cela change tout. En alignant plusieurs rangs de fusiliers on obtient une puissance de feu qui fait la décision. La tactique peut alors imaginer de multiples combinaisons aux différentes échelles : pour l’ensemble, l’ordre mince, l’ordre oblique, et d’autres, pour le détail, la ligne, le rang ou la file, la colonne, la formation en tirailleurs, etc. L’art de la guerre est à refaire. La discipline et l’uniformité des gestes des soldats sont essentielles, et donc l’obéissance, littéralement, à la baguette. L’exercice nécessaire à la cohésion décompose des gestes infiniment répétés – 23 pour le tir au fusil au XVIIe siècle. Clausewitz réclame explicitement une application mécanique des comportements réglementaires à la base de l’armée, l’initiative n’existant, au mieux, qu’au niveau de l’état-major.

  • 12 Littéralement, le tonnerre est la partie du canon où se place la charge, près de la culasse, soumis (...)

12L’armement connaît ensuite fort peu de changements. Le modèle 1717 équipe en France les soldats du roi, puis celui de 1777 assure les campagnes de l’Empire. On raccourcit bien un peu le canon, car le soldat est petit, le chargement difficile ; mais pour conserver la portée, il faut un tonnerre12 assez long (la poussée de l’explosion est ainsi plus longtemps appliquée à la balle), et le tir sur plusieurs rangs impose une dimension suffisante pour ne pas estropier ceux de devant. La cartouche est adoptée en 1738, sachet de papier qu’on déchire avec les dents et qui contient la poudre et la balle, le conditionnement servant de bourre. Il faut attendre 1840 pour que soit adopté la platine « à percussion » : la capsule de fulminate de mercure percutée par le chien allume l’explosion par une cheminée conduisant au tonnerre ; celle-ci est placée au dessus de l’arme et non plus sur le côté.

13Tout cela fait évidemment monter le prix de la guerre. A. Corvisier, constate le doublement des dépenses militaires dans la décennie 1690. En 1789, le service de la dette (qui est pour l’essentiel une dépense de guerre) et les dépenses militaires égalent ou dépassent ensemble les ressources de la monarchie selon les choix de présentation comptable. Les chiffres astronomiques sont controversés, mais l’on peut estimer que le déficit est multiplié par plus de 40 en 1793. C’est d’alors que date l’acte de naissance d’une « véritable industrie », selon l’expression de François Bonnefoy.

La constitution du système étatique, œuvre de l’entrepreneur général Maximilien Titon

  • 13 F. Bonnefoy, op. cit.

14Cela commence comme la saga d’une famille dont l’ascension accompagne celle de l’État qu’elle sert. Descendant d’artisans brodeurs et fleuristes au service de la Cour, Maximilien Titon (1632-1711) est le fils destiné à s’élever. Il est tenu sur les fonds baptismaux par le duc de Sully, Grand-Maître de l’Artillerie, et on lui fait apprendre le métier d’armurier. Après avoir vendu des armes sur le pont Notre Dame, il connaît des fortunes diverses. Mais il rédige un mémoire adressé au Roi qui lui suggère de se doter de fabriques et de magasins d’armes. Telle est justement l’intention de Michel le Tellier et de son fils Louvois. En 1665, la création du Magasin royal de la Bastille vise à uniformiser l’équipement. Toutes les armes, commandées exclusivement à Charleville et Saint-Étienne, y seront entreposées et éprouvées avant d’être fournies aux troupes, à qui tout autre fournisseur est en principe interdit. La direction est confiée à Maximilien Titon, entrepreneur général. A sa mort, Titon est écuyer, seigneur d’Ognon et Villers Saint Frambourg, plusieurs fois baron, conseiller secrétaire du roi (charge anoblissante, 1672), directeur général des magasins d’armes, et conseiller de Paris. Il est riche de plus de 3 millions de livres. A une moindre échelle, un de ses fils et son petit-fils conservent des intérêts dans les armes. Mais en conformité avec l’idée qu’on se fait alors de la réussite, c’est vers la Robe qu’il oriente ses autres enfants13.

  • 14 Lettre de novembre 1667, signée Blondel par ordre du ministre, Archives de Charleville, EE 6, citée (...)
  • 15 Canonier : orthographe des documents d’époque quand le mot désigne un ouvrier qui fait des canons d (...)

15La mission dont il s’acquitte pendant tant d’années se résume en un objectif : rassembler au service du roi des ouvriers, des entreprises et des techniques éparses, hétéroclites, rares et souvent exclusivement étrangères, en bref assurer le monopole royal sur le calibre de guerre et capter des technologies. Charleville est avec Sedan la seule ville française en prise dès le milieu du siècle sur la révolution technologique engagée dans le bassin rhénan, les principautés métallurgiques d’Allemagne, du Luxembourg et de Liége. Des liégeois gyrovagues y viennent s’embaucher quand le travail manque dans la vallée de l’Ourthe. Ce sont les meilleurs techniciens du temps. D’abord, Louvois demande au Conseil de Ville de garantir le monopole de Titon : l’on doit travailler pour lui « préférablement à tous les autres »14. Puis il demande au Conseil de regrouper les ouvriers dans une jurande réglementée et placée sous le contrôle de « maîtres-égards » désignés par le prince de Gonzague, seigneur du lieu. Jusque là, les canoniers15 désignaient un « égard » chargé de l’épreuve des armes, qui prêtait serment devant le magistrat. Quand le Conseil de Ville envisage de désigner un arquebusier, un marchand par conséquent, pour le superviser, six maîtres rédigent une protestation. Sans succès : l’épreuve aura lieu en présence des deux maîtres, le canonier et l’arquebusier.

16En 1675 Titon s’accorde avec les Fournier, les plus puissants des notables carolopolitains, pour ouvrir un Magasin royal des armes dont Toussaint Fournier est directeur. Victor Fournier reçoit en 1688, par Lettres patentes du roi, le monopole qui en fait le premier entrepreneur de la désormais Manufacture royale, dont il partage la propriété avec Titon. Les ateliers de la ville et bientôt ceux de Sedan passent alors contrat avec la manufacture. C’est ainsi que les maîtres monteurs Colissart, entrepreneurs privés jusque là, s’engagent à ne plus travailler que pour la manufacture dès octobre 1688. En fait, en 1667 déjà, les canoniers s’avouaient trop peu nombreux pour faire face aux commandes de l’État. L’abandon de leur liberté est ici largement compensé par l’aubaine que constituent ce marché gigantesque et la garantie contre la concurrence. 3 usines sont créées par l’entreprise qui tend à employer toute l’armurerie de la vallée de la Meuse.

17La défense d’un monopole sur une production dont on domine mal la technologie reste cependant difficile. En témoigne encore en 1702 la correspondance de Titon avec le Grand-Maître de l’Artillerie. C’est le début de la guerre de Succession d’Espagne et Titon se désole à propos du « grand nombre de fusils que vous m’avez ordonné » : il « est assez difficile de faire plus grande diligence par le peu d’ouvriers capables d’en faire les platines » (13 mai) ; on en fait venir de Liège, au risque de « tout retarder » (17 juin). Le 1er août, on apprend que Titon a un commissaire à Liège qui l’informe qu’on y travaille pour un particulier à faire des pistolets et des mousquetons. Soupçon : le doublerait-on ? « Les ouvriers de ce pays là sont à qui plus leur donne, et quand ils sont pressés de plusieurs convoitises, ils ne font rien qui vaille et renchérissent leurs ouvrages autant qu’ils peuvent (…) mais il est plus avantageux d’entretenir les fabriques de France que d’envoyer son argent à ces étrangers, et ce n’est que dans un grand besoin que je me suis obligé d’en tirer des platines de fusil (…) j’espère dans la suite tirer nombre d’ouvriers du pays, des connivences de Liège, qui sont terre hollandaise, où se font ces platines de fusil, ne s’en faisant point dans la ville de Liège, je vous prie très humblement, Monseigneur, si vous jugez nécessaire de tirer des armes de ce pays là de me les ordonner, qui est le seul moyen de ne rien déranger des ordres que vous m’avez donnés, à l’égard du prix (…) ».

18« Terre hollandaise » ? Les marchands liégeois exploitent donc le savoir faire des canoniers locaux, et leurs « connivences » avec d’autres villes ? Sans doute ces villes de métallurgistes et d’armuriers, Solingen et Siegen, dans le duché des Nassau, une branche sœur des Orange-Nassau ; certes, le roi d’Angleterre Guillaume III, ex-stathouder des Provinces-Unies, est mort le 16 mars 1702. Mais la coalition qu’il a inspirée contre la France tient : le Saint Empire, la Hollande, bref les platines viennent d’une terre ennemie !

19Comble de malheur, l’été qui s’approche tarit les sources dans le Stéphanois. On est tellement pressé de produire des fusils pour ces troupes qui n’ont été « ci-devant armées que de mousquets et de piques » (13 mai) que l’on envisage de construire des « foureries à bras pour continuer l’ouvrage » (17 juin). Et de protester : le nonce du pape a demandé un passeport pour « 300 fusils, 200 hallebardes et 100 fourniments », « des marchands font faire des armes pour les pays étrangers. Il en est sorti de Saint-Étienne plusieurs armes et principalement des platines (…) ; « (…) l’on m’écrit de Saint-Étienne que Monsieur l’Intendant de Lyon n’y a pas envoyé l’ordonnance, tant que les ouvriers auront liberté d’y travailler pour des particuliers qui ne font point éprouver les canons ils les préféreront et le service ne se fera pas ». Dubois, commissaire des guerres, écrit d’ailleurs en novembre de la même année qu’il faudrait donner les armes et non de l’argent aux régiments si l’on veut éviter qu’ils ne passent commande aux marchands.

  • 16 Cité par Raymond Dubessy. Raymond Dubessy est un officier, directeur de la MAS, qui rédige en 1900 (...)

20Le contrôle de la seconde fabrique qui fournit le Magasin n’est, on s’en rend compte, jamais total à l’époque de l’entrepreneur général. C’est qu’à la différence de Charleville, la fabrique forézienne est déjà fortement structurée, et dispose d’un marché propre important. En 1700, une « supplique » adressée au « contrôleur général » par les « marchands et ouvriers de Saint-Étienne », autrement dit les fabricants, montre que la marche au monopole, pour engagée et douloureuse qu’elle soit, n’est pourtant pas encore à son terme16. En effet, dit le texte, « Dès le commencement de la guerre, le sieur Dubois, commissaire, s’empare de toute notre fabrique des armes avec une autorité absolue ; les marchands se voient dépouillés tout à coup de leur négoce le plus considérable et les ouvriers furent réduits, comme des esclaves, à travailler au delà de leurs forces et à donner leurs ouvrages pour le prix qu’on voulut y imposer ». Au bout du compte, « il n’y a eu que deux ou trois familles qui se sont enrichies pendant la guerre et qui ont profité du travail de nos artisans et des sueurs de nos ouvriers. Leur avidité pour le gain est si excessive que, non contents de fournir toutes les armes pour les troupes de sa majesté, ils rançonnaient les ouvriers en voulant leurs ouvrages à « discrétion » ; ils s’attiraient secrètement nos correspondants en leur envoyant des armes pendant le plus fort de la guerre, afin d’avoir leur pratique. (…) Notre fabrique, si nécessaire à l’État est diminuée de moitié et presque ruinée ; la plupart des ouvriers sont morts de nécessité, les autres ont déserté ou se sont allés établir ailleurs, et même dans les pays étrangers ». Deux ou trois familles, ce n’est pas le monopole, et l’on voit qu’elles ne travaillent pas que pour le roi, malgré l’interdit !

21La soigneuse distinction entre « travail des artisans » et « sueur des ouvriers », et celle entre « marchands et ouvriers » décrivent la « fabrique » : donneurs d’ordres, maîtres dirigeants d’ateliers, ouvriers. On notera aussi que la question de l’épreuve des armes de commerce n’est pas une innovation du temps de Gribeauval, contrairement à ce que peut laisser croire Ken Alder : « le comte de Verdun, commandant de notre province, surpris et poussé par nos ennemis, veut nous obliger de lui rendre compte des armes que nous lui envoyons et de les faire toutes éprouver par un commis (…) la liberté et le secret sont l’âme du négoce et (…) quelque plausible que paraisse une épreuve générale et forcée, elle est, dans le fond, fort inutile, puisqu’on ne veut point acheter nos armes, dans les foires et ailleurs, sans les faire éprouver de nouveau, et qu’on ne se fie point à la marque de notre éprouveur de Saint-Étienne.(…) tous ces prétextes spécieux de l’intérêt de l’État et du bien public ne tendent visiblement qu’à un monopole pour s’attirer tout le profit de notre fabrique, lequel devrait être également partagé entre les marchands et les ouvriers de toute notre ville (…) ».

22Les griefs sont tous là, qui seront maintes fois répétés : refus de l’épreuve imposée à toutes les armes, y compris celles destinées au commerce, et refus du monopole. Les protestations ne sont pas inutiles d’ailleurs, d’autant plus qu’une pétition des ouvriers informera les bureaux de l’action rapace de « courretiers » au service des commissaires du Magasin. Ceux-là court-circuitent manifestement les fabricants donneurs d’ordre de la place, paient mal, et cassent la solidarité corporative. En 1716, le Conseil de la Guerre décide de se passer d’entrepreneur général et de commissionnaires… et attribue directement le marché du modèle 1717 de fusil d’infanterie à 3 entrepreneurs : Girard, Carrier, Faye, déjà fournisseurs de Titon, sauf le dernier qui passe aussitôt la main à des tiers. Pourtant, c’est bien le processus enclenché par Maximilien Titon qui conduit à la formation du système des arsenaux royaux. Il est en fait, à mi-chemin de deux solutions alors possibles, le plus conforme à la nature même de l’Ancien Régime.

  • 17 Cité par Jean Peter, Maîtres de forges et Maîtres fondeurs de la Marine sous Louis XIV, Samuel Dali (...)
  • 18 Cité par Pierre Nardin, op. cit.
  • 19 Disponible sur le site de l’office de tourisme de la Ville en 2005.

23Il existe en effet d’autres modèles. Ainsi le roi entretient-il une relation commerciale avec des fondeurs qui travaillent pour la marine et l’artillerie. Cette relation est bien décrite par l’attitude d’un homme qui doit sa fortune à Colbert et à son fils Seignelay, Landouillette de Logivière, qui produit aussi, un moment, des armes portatives, en Angoumois, à Planchemenier. L’intendant écrit au ministre à son propos en 1690 : « N’ayant pu encore obtenir ses titres de noblesse qu’il souhaite avec une passion extraordinaire, il prétend que si ses enfants ne se trouvaient pas capables de soutenir ses forges et ses fourneaux, ou que les temps vinssent à changer par la suite, ils se trouveraient réduits à payer la taille, et qu’ainsi le bien qu’il aurait acheté leur serait à charge et leur ôterait dans le même temps les moyens de se pousser dans leur profession ». A cette date, Landouillette traînait les pieds pour répondre aux sollicitations du ministre à investir, et faisait le malade. Il reçoit les fameuses lettres quelques mois plus tard17. Plus libre, il est moins privilégié que Fournier. En fait ce sont dans ce domaine les habiles artisans que recherchent alors les ministres, mais cela suppose de s’attacher les meilleurs en contrôlant les autres fournisseurs. Une ordonnance de 1695 crée une fonction de commissaire des fontes18, dont le titulaire doit résider dans la fonderie de l’arsenal de Paris. Ce technicien, parfois doté de grands pouvoirs, n’est pourtant pas un entrepreneur. La principale fonderie est bientôt installée à l’arsenal de Strasbourg, entre la ville et la citadelle, un ensemble de bâtiments soigneusement rangés qui apparaît sur un plan de 175019. C’est là que seront expérimentées les innovations en ce domaine. L’entrepreneur est dans ce cas très étroitement soumis à la hiérarchie de l’Artillerie. Le cas extrême est celui des compagnies d’ouvriers militaires qui construisent et entretiennent les attirails et autres affûts de canons. Elles sont composées de soldats qui accompagnent les régiments au combat.

  • 20 Y. Cayre, op. cit., Roubeyrie, Résumé de la conférence du 14 mars 1998, l’histoire de la manufactur (...)

24Mais c’est bien le modèle de l’entreprise privilégiée dont le propriétaire est pourvu d’un monopole par Lettres patentes qui est le cadre de la construction du complexe militaro-industriel au cours du XVIIIe siècle. C’est tout d’abord un habile ouvrier de Charleville, Robert Daretz, que l’on envoie créer dans l’urgence de la guerre un nouvel établissement sur les bords de la Sambre et qui devient entrepreneur de la manufacture de Maubeuge par Lettres de 1701. C’est son modèle qui sera retenu pour le fusil de 1717. L’association de l’argent et de la compétence technique est parfois celle de deux hommes entreprenants. La manufacture de Tulle est formée en 1690 à l’initiative de Martial Fénis de Lacombe, qui détient la charge de Procureur du Roi au Présidial de la ville, et descend d’une famille de marchands repérés dès la fin du XVIe siècle. Héritant d’un moulin qu’il va transformer en moulin à canons de fusil, il s’associe à Michel Pauphile, qui a hérité, lui, du métier d’arquebusier et du moulin de Souliat, c’est à dire Souilhac, actuel emplacement de l’établissement. Mais la suite est un peu injuste : Pauphile meurt à 58 ans et sa descendance s’efface bientôt de l’histoire de l’entreprise. Fénis de Lacombe en revanche voit sa noblesse confirmée en 1701, et son descendant Fénis de Saint-Victour reçoit en 1777 les Lettres patentes lui accordant le monopole héréditaire. Le projet industriel est d’exploiter le marché ouvert en 1666 par l’arsenal maritime du Ponant : Tulle travaille alors pour la Marine, et ses « fusils boucaniers » sont éprouvées à Rochefort et non à Paris. L’Amérique passera aussi des commandes, même après la guerre d’Indépendance. On travaille ici l’excellent métal de la Dordogne (Hautefort, Excideuil), même si l’on trouve quelques forges locales (la Grènerie)20.

  • 21 Paul Leuilliot, En Alsace après 1815 : Huningue et Klingenthal, Strasbourg, Éditions F.-X. Le Roux, (...)

25Un peu différent est le cas de la famille Anthès, qui reçoit en 1730 les Lettres patentes pour la manufacture d’armes blanches qu’elle construit au Klingenthal, à Obernai. Elle possède déjà une « manufacture royale de fer blanc » à Masevaux, pour laquelle elle a aussi des Lettres patentes. Le fondateur est maître de forges à Rothau. Il est annobli dès 1731. Il s’agit ici encore de capter les technologies allemandes. Jusque là, la France s’approvisionne à Solingen. Anthès commence par faire venir de là six maîtres et quatre compagnons, qui sont le noyau avec lequel il construit la manufacture. La vallée prend alors son nom qui regroupe les 3 communes de Boërsche, Ottrot et Obernai21. « L’état », ou dénombrement des ouvriers du Klingenthal de 1749, porte 80 noms, dont 11 natifs de Solingen, 4 de divers pays allemands, et 58 alsaciens. En 1806, une liste des ouvriers ayant 20 ans de service signée de l’officier inspecteur de la manufacture porte 73 noms : 67 résident au Klingenthal ; 18 y sont nés ; 24 sont nés à Ottrot le Haut ou le Bas, village quasiment intégré à la manufacture. Tous les autres sont nés dans des villages alsaciens proches. Au début du XIXe siècle, il n’y aurait selon Leuilliot que 43 habitants des 3 communes qui n’appartiendraient pas à la manufacture. Les ouvriers allemands sont ainsi plus stables que les Liégeois. Peu nombreux sont ceux qui se déplacent en Alsace, et ils font souche en s’établissant. L’essentiel du personnel reste pourtant composé d’ouvriers locaux. En revanche, les liens professionnels et commerciaux demeurent ceux d’une région européenne : on utilise le fer de Siegen ou des forges luxembourgeoises. C’est la qualité des hommes, l’univers traditionnel et professionnel où ils vivent, qui fixe l’industrie ; on connaît la « bonté » – comme l’on dit – d’un fer, mais on ne sait pas scientifiquement l’éprouver. Donc, on garde ses fournisseurs.

  • 22 Dubessy, op. cit. et Bonnefoy, op. cit., P. Nardin, op. cit.

26La manufacture de Saint-Étienne résiste plus longtemps à la pression de l’État : l’attachement des fabricants à leur liberté commerciale n’empêche pourtant pas la concentration industrielle des fournisseurs du roi quand Choiseul et Gribeauval décident de normaliser la situation. En 1763, ils peuvent s’appuyer sur le corps des inspecteurs des manufactures. Sous leur pression, une société de 9 entrepreneurs, dont 3 Carrier, reçoit la promesse des Lettres patentes en échange de l’investissement dans un corps de manufacture. Un nouvel inspecteur est nommé, de Bellegarde, qui réduit d’abord à 5 le nombre d’entrepreneurs, puis propose de n’en garder qu’un seul, Carrier de Monthieu (ou Montieu), qui est le plus riche (400 000 Livres) et possède déjà les bâtiments. Il n’y aurait plus alors « d’obstacle à la perfection des armes ». C’est à lui que vont les Lettres patentes de 1769. L’alliance de l’inspecteur avec la sœur de l’entrepreneur, conclue sans demander l’accord de la hiérarchie, montre comment se construisent à la fois un pouvoir local et une stratégie familiale22.

27Au milieu du XVIIIe siècle, l’État se trouve ainsi à la tête d’un vaste ensemble de manufactures militaires privilégiées, dirigée par des entrepreneurs qui exploitent un monopole.

L’univers des fabriques, des usines et des boutiques

28Les manufactures sont proches des troupes mais surtout d’un univers technologique déjà établi. Saint-Étienne et Tulle ont leur histoire propre. La première possède une tradition armurière attestée dès le XVIe siècle par les terriers et par la trace d’un envoyé de François 1er. (1532 ?). Dubessy mentionne un statut de 1659 approuvé par le roi pour une « corporation des maîtres fourbisseurs, enrichisseurs, limeurs et forgeurs de gardes d’épée ». Une délibération des Consuls en date du 7 juin 1636 fait apparaître parmi eux deux Girard, arquebusiers. Enfin sur les 28 000 habitants de 1669, 50 sont canoniers et 600 armuriers. A Tulle aussi, la tradition d’arquebuserie est attestée, ainsi que le grand nombre de moulins à canons. Yves Cayre en cite une vingtaine pour la période du XVIIe siècle qui précède la formation de la Manufacture. Ils font à la St. Jean une sorte de fantasia en tirant du haut des tourelles de la cathédrale. La proximité des ouvriers liégeois tend à fixer les manufactures du Nord-Est. A Maubeuge, en 1781, on recense 120 étrangers sur 545 ouvriers. A Charleville Gribeauval estime leur nombre à 300 en 1769, en période de faible activité. Un état de 1806 recense 45 originaires de la vallée de l’Ourthe sur 365 ayant-droit à la retraite, et donc au moins trente ans d’ancienneté.

29Mais qu’il s’agisse, selon la distinction établie par l’Encyclopédie, de manufactures « réunies » ou « dispersées », un autre facteur détermine ces localisations : la présence des premières communautés d’arquebusiers doit beaucoup elle-même à la vigueur de l’eau. Liège, Charleville, Saint-Étienne et Tulle sont en bordure de massifs anciens, Maubeuge dans la vallée de la Sambre. La Meuse, descendue des Vosges, creuse une vallée ponctuée de villages dont l’importance justifiera une avancée de la frontière au nord de Charleville : les usines sont installées sur des cours d’eau secondaires, la Goutelle et la Vence. Tulle est à la confluence de la Montane, de la Solane, de la Céronne et de la Corrèze. Saint-Étienne est traversée par un ruisseau au nom de colère, le Furan, que l’on écrit parfois de nos jours et toujours avant 1789, « Furens ». Sénèque, auteur d’une tragédie intitulée « Hercules Furens » serait sans doute bien déçu du tumulte modéré de ses eaux, maintenant régulé par un ensemble de barrages dont le plus notoire est celui de 1866 qui fut en son temps le plus haut du monde, mais c’est tout de même un petit torrent, capable d’inonder le quartier de Chavanelle un mauvais jour. L’Ehn, qui anime les meules du Klingenthal, est un ruisseau capricieux descendu du Mont Saint Odile vers l’Ill et le Rhin. A Tulle comme à Saint-Étienne, une légende veut que les eaux locales soient particulièrement propres à la trempe du fer. Sans doute en est-il de l’eau comme de la matière : on ne change rien aux procédés, par prudence, sans trop savoir. Mais c’est bien la force motrice qui compte. Rivières aux eaux rapides plus qu’abondantes, dont les étiages sont générateurs de chômage. Y. Cayre donne quelques éléments à propos de la Céronne avant sa confluence avec la Corrèze, à Souilhac, là où se trouve la manufacture : sur 1 100 mètres, une dénivellation de 13,44 m (1,22 m sur 100 m en moyenne) et un débit compris selon les saisons entre 100 et 450. Les moulins sont abondants sur les cours d’eaux de l’endroit, livrés à divers usages.

  • 23 Référence 2005 : http//ww.chez.com/klingenthal.

30Les sites s’organisent ainsi le long de la rivière. Les visiteurs réels ou virtuels du musée du Klingenthal pourront constater les trésors d’ingéniosité déployés pour capter l’énergie en toute saison23. Le long de la Meuse, les usines de Moulin Leblanc en amont et Nouzon en aval encadrent l’établissement central de Charleville. Une usine supplémentaire est un moment établie dans le village de Prix. La complexité des travaux hydrauliques est bien montrée par une carte de l’usine de Nouzon conservée par les archives départementales : un premier bassin retient les eaux, qui alimentent un premier rang d’ateliers, pour se déverser dans un bassin intérieur qui alimente d’autres machines.

L’atelier de Nouzon

L’atelier de Nouzon

Carte conservée par les AD des Ardennes, détail, publiée en entier par Henri Manceau, op. cit.

31A Tulle, un premier barrage est construit en 1783 pour constituer un réservoir, et l’eau est dirigée par une dérivation. A Saint-Étienne, l’ingénieur de l’Académie Royale Cusset constate dans un rapport de 1688 que la sécheresse met au chômage 4 à 5 000 personnes. Il est chargé de travaux visant à accroître le débit du Furan de « 300 pouces », en captant le cours de divers ruisselets. L’inspecteur Dubois fait construire un réservoir qui tiendra jusqu’à l’orage de 1694. Une carte nous est parvenue, probablement de la main du maréchal de Montrenes ou Montreux ( ?) dont elle accompagne une lettre conservée à la page de l’année 1703 de la correspondance du commandement du Languedoc et du Périgord Noir. Les différents ateliers d’émoulage apparaissent avec les noms de leurs maîtres. On notera aussi les dimensions réduites données à ce qui apparaît plus comme un gros bourg qu’une ville. La finition des canons de mousquet, puis de fusil se fait par alésage puis meulage extérieur : les ouvriers dont les noms correspondent aux « émoulières » sont cités avec la classe à laquelle ils appartiennent au sein de la manufacture. Ils ne sont pas les seuls installés le long de la rivière : le rapport de 1688 mentionne 80 « artifices » de la fabrique de canons, lames d’épée et couteaux. Chaque moulin emploie 5 ou 6 chefs de famille.

[Détail agrandi]

32La vue d’ensemble montre la dispersion secondaire dans les villages avoisinant Saint-Étienne : Saint-Héant La Fouillouse, Vilars, Montaud, etc. Là le nombre de forges de campagne, essentiellement des ateliers de platineurs, ne cesse de croître au cours du XVIIIe siècle, et même au-delà. A moindre échelle, le phénomène se retrouve dans les autres manufactures : autour de Charleville, de Maubeuge, répartie en quatre sites à moins d’un kilomètre de la ville et des villages de Ferrière-la-Grande et Louvroil, de Tulle dont une grande partie des boutiques sont certes proches du moulin de Souilhac, mais néanmoins réparties le long de la rue principale de Laguenne, lieu-dit limitrophe.

33La boutique, c’est à la fois le lieu de travail, au rez-de-chaussée, et la pièce d’habitation à l’étage, parfois sur deux niveaux. La surface au sol est variable, de plus de 30 m2 (Charleville ou Maubeuge) à plus de 50 (Klingenthal). Elle peut être individuelle, en ville ou dans les villages, ou installée dans des bâtiments collectifs à l’aspect de caserne. L’usine la plus concentrée, le Klingenthal, rassemble tout ce qui est nécessaire à une petite communauté : des bâtiments d’exploitation, martinets, macka (gros marteau mécanique), foreries à douilles de baïonnettes, aiguiseries, atelier de montage, des corps de bâtiments regroupant des boutiques spécifiques, la « caserne » et le « Raspelerhaus » (maison des limeurs), un bâtiment de la recette avec des magasins, mais aussi le logement des autorités de l’établissement, une école, une église, et au début du XIXe siècle seulement un temple protestant – mais dès l’arrivée des premiers ouvriers, le « maître d’école » est en réalité un pasteur – un four à pain et des « fours banaux », une écurie, des étables... Alentours, des jardins, prairies et terres labourables sont exploités par le personnel ou l’encadrement. Dans les manufactures d’armes à feu, le vieux quartier urbain des corporations armurières demeure une concentration de boutiques individuelles : Notre-Dame à Charleville, Chavanelle à Saint-Étienne. C’est là que sont installés la recette, où les armuriers vont se garnir de commandes et rapporter leur ouvrage, le bâtiment de l’épreuve des canons de fusil, divers magasins, la maison de l’entrepreneur. Mais les usines construites à l’initiative des entrepreneurs constituent des ensembles proches de celui de la vallée de l’Ehn. Nouzon a ainsi l’aspect d’un village ouvrier avec son église et ses petits commerçants aux tarifs réglementés, village tôt fortifié.

  • 24 Les auteurs les plus complets sont pour la forge des canons R. Dubessy, et pour la fabrication des (...)

34Le canon est la pièce essentielle, celle qui subit la contrainte lors du coup de feu. Le canonier est donc l’ouvrier clé de la profession des armuriers. Le mot « canon » n’est d’ailleurs pas un hasard, mais le signe de la règle. Le procès de fabrication des canons de fusil évolue peu, malgré la difficile introduction des forges liégeoises qui remplacent un marteleur par un marteau mécanique. La planche 1 de l’article « Fabrique des armes, fusil de munition » de l’Encyclopédie rend plus concrètes les opérations décrites24.

35Les lames de fer sont d’abord soudées ensemble par martelage pour n’en faire plus qu’une seule. La lame est ensuite enroulée autour d’une broche. Pour cela, le maître canonnier en chauffe une partie après l’autre « au blanc soudant », et la martèle avec ses compagnons pour lui donner sa forme. Ils progressent ainsi de « chauffe » en « chauffe », une soixantaine pour un fusil d’infanterie. Les lèvres de la lame se soudent donc sans apport de matière, par contact droit, ou, selon la méthode liégeoise en œuvre dans les manufactures du nord, en biseau, un côté couvrant l’autre. La planche va un peu vite en montrant les étapes de fabrication de la culasse, forgée, filetée, trempée et vissée dans le canon taraudé. Avant de procéder à cette opération, il faut forer – nous dirions aléser – le canon, opération qui exige la force hydraulique des moulins. Cela se fait sur des bancs de forage, selon la représentation de la planche 3 de l’article de l’Encyclopédie. Les forets utilisés sont pyramidaux, et ce sont les arrêtes vives de la base de la pyramide qui attaquent la matière. On passe des forêts de plus en plus gros jusqu’à l’obtention du calibre. Le canon doit aussi être aiguisé extérieurement pour trouver sa forme. Certains canons sont également rayés avec une machine à rayer.

36Le canon n’est pourtant pas terminé. Pour être parfaitement droit, il doit être « dressé ». Deux méthodes de vérification existent : le cordeau, qui doit toucher toute la surface intérieure du tube, et la méthode la plus prisée, celle du « cierge ». Cela se fait à l’œil, le dresseur regardant l’ombre portée par le rebord d’une fenêtre dans le tube. La forme de cette projection permet de repérer des défauts infimes, de l’ordre de quelques microns. La correction est effectuée le plus souvent au marteau ou par pression, à l’étau et à la fin du XIXe siècle à l’aide d’une machine à volant.

37Les canons sont ensuite enculassés et éprouvés au banc d’épreuve, représenté en bas de la planche. Le feu est mis à Saint-Étienne par une platine qui allume une traînée de poudre. Après l’explosion, les canons sont vérifiés, reçus ou rebutés. Ils sont démontés, lavés, et sèchent environ un mois dans une « chambre d’humidité » avant d’être montés.

38Les pièces de platine sont très nombreuses comme le montre la planche suivante, qui accompagne l’article « Arquebusier ». La forge des ébauches, ou maquettes, est réalisée par formatage au pilon mu par l’eau, martinet ou maka. La finition et l’ajustage, c’est le travail du platineur. Les pièces doivent ensuite être trempées, et sans doute recuites pour certaines. Le monteur aura à assembler ces pièces avec la crosse, la baguette rangée sous le canon, et une infinité de pièces de garniture. Le fusil monté sera éprouvé une seconde fois au magasin de la Bastille, ou, pour ceux produits à Tulle, à Rochefort.

39La fabrication des armes blanches commence par le raffinage de l’acier, obtenu par chauffage et martelage. Les raffineurs font recevoir leur matière qui est ensuite confiée au macteur qui produit la maquette avec sa machine, ou au forgeur. La pièce doit ensuite être meulée pour trouver sa forme définitive, trempée, aiguisée et fourbie. Cette opération se fait avec des meules sèches en grès, plus tardivement avec des meules humides. La planche de l’Encyclopédie donne un aperçu d’un atelier d’aiguiserie, mais la position des ouvriers peut varier, et en fin de période, l’aiguisage se fera toujours debout. Le titre de la planche ci-dessous est « Fourbisseur, machine à fourbir ». On notera le mécanisme d’entraînement des meules par courroies transmettant le mouvement produit par une roue à augets. La garde des armes de poing doit ensuite être réalisée. Les baïonnettes sont faites en deux pièces, car les exigences de trempe sont différentes pour la lame et la fixation. La douille est donc soudée et ajustée sur la lame.

40Dans tous les cas, chaque opération est suivie d’une vérification par un réviseur, et chaque partie achevée par un contrôleur.

41Chaque pièce réclame l’usage de nombreux outils. Ceux-ci appartiennent parfois à l’armurier et à sa boutique, mais souvent ils lui sont confiés par la manufacture. C’est ainsi que pendant la Révolution des ouvriers de Chavanelle, qui travaillaient « pour l’affermissement de la République », et dont les outils sont emportés par l’inondation, doivent des comptes aux entrepreneurs ; ils réclament une indemnité aux administrateurs du District pour ces outils et quelques uns leur appartenant, ainsi que pour les matières perdues. Ce matériel est très cher.

  • 25 P. Maguin, Les Armes de Saint-Etienne, Archives stéphanoises, 1994.

42L’ambiance du travail peut s’imaginer : le bruit de fond est celui d’un courant d’eau vive brassant les augets, entraînant des rouages de bois et des courroies qui claquent. Le souffle des forges s’entend assez loin, de même que le choc sourd des marteaux hydrauliques. Les marteaux à main battent le fer au rythme d’un même savoir-faire, sonnant régulièrement sur l’enclume au repos du bras. A Chavanelle, Souilhac ou Notre-Dame on sursaute lors de l’explosion en rafale de l’épreuve toute proche. Le charbon et la sueur se mêlent à la chaleur des forges et des muscles ; on estime qu’un canonier et ses aides peuvent forger 3 canons dans une journée. Cela fait 180 chauffes, peut-être 1 800 coups, 600 chacun, de quoi se gonfler les bras ! Les canoniers de Tulle ont conservé aux manuchards le surnom de « nez noirs », et K. Alder cite une lettre de Roland qui décrit en 1778 au milieu des visages noirs les yeux blancs suivant le horsain traversant Saint-Étienne. Dans les ateliers d’aiguiserie, la situation est bien pire, les meules sèches laissant échapper leurs grains siliceux dans l’air en un brouillard permanent. Parfois une meule éclate, blessant l’ouvrier, traversant même à l’occasion le plancher du logement au-dessus25.

43Le procès de travail des manufactures d’armes à feu implique au total un grand nombre de professions. Les recensements de 1782 (1792 pour Tulle) nous les rendent proches. Trois métiers sont au cœur du processus et représentent ensemble la majorité des ouvriers : les canoniers, les platineurs et les monteurs.

Répartition par profession

Répartition par profession

Sources : Bonnefoy, op. cit., Manceau, op. cit., et SHAT, Xd 230 et suivants, ADC L 258

  • 26 Le calibre de la balle s’exprime en nombre de balles par livre de plomb. Cela fait selon P. Nardin (...)

44La division accrue du travail à Saint-Étienne ne renvoie pas essentiellement à un progrès technique, puisqu’elle n’affecte pas les professions clés qui conservent une maîtrise concentrée de leur partie. L’interchangeabilité des pièces, souci constant, à peu près réussie pour les trains d’équipage de l’artillerie sous Gribeauval, ne sera jamais effective pour les fusils, même si on ne fabrique plus depuis 1717 que des armes de calibre 16 pour la balle de 1826. L’ajustement de l’ensemble reste dû à la main du monteur. Pour les platines, les expériences tentées ne permettent pas de généraliser l’interchangeabilité : on fait une platine entière, dont on ajuste chaque pièce à l’ensemble. Si en revanche les « ouvriers faiseurs de baguette » ont une hiérarchie comprenant maîtres, forgeurs, étireurs d’acier, aiguiseurs, celle des ouvriers en baïonnette maîtres, manœuvres, limeurs, aiguiseurs, et si les « ouvriers en garniture » se divisent en « Espèces » (en vis, en dessous de boucle grenadière, en boucle, en virolle de baïonnette, en tire bourre, en sous-garde de détente, fondeurs, etc.) et si cette différenciation s’accroît, c’est notamment parce que multiplier les métiers échelonne les dignités et favorise les stratégies familiales en multipliant les maîtres, les boutiques, les places. Les différences de comportement hiérarchique des professions centrales selon les manufactures et les métiers s’expliqueraient par les mêmes soucis, traduisant des compromis entre les exigences du contrôle, les stratégies familiales et sans doute les dignités urbaines.

Répartition hiérarchique par manufacture et par profession (1782, 1792 pour Tulle)

Répartition hiérarchique par manufacture et par profession (1782, 1792 pour Tulle)

Sources : Dénombrements généraux des ouvriers des manufactures, SHAT, archives de l’Artillerie, série Xd, ex 4f5 reclassée, ADC, L 258)

45Les maîtres sont en plus grande proportion dans les boutiques des manufactures dispersées que dans les usines du Nord-Est : la difficulté d’un contrôle y est plus grande, les résistances plus fortes. Une lettre de Dubois du 5 novembre 1702 signale d’ailleurs qu’à Saint-Étienne « il n’y a point de maîtrise qui oblige les ouvriers à faire aucun chef d’œuvre pour être reçus maîtres », alors que l’instruction des ouvriers est chose indispensable. En 1784 encore, un rapport d’Inspection pose le problème d’une école en ville pour former les futurs maîtres ruraux. Il s’agit surtout dans ce cas des platineurs, ici plus souvent qu’ailleurs maîtres : cela renvoie à cette dispersion plus forte qui éloigne du contrôle et rend nécessaire l’encadrement de multiples petites boutiques ; le savoir-faire s’est pour une part spontanément transmis dans les campagnes. Les canoniers ne prennent guère d’apprentis, et les 13 de Tulle sont tous maîtres ! Ancienne, cette profession correspond dans cette dernière ville à une dignité reconnue, toujours soigneusement portée sur les actes divers. On en réserve la transmission à ses enfants. La proportion des maîtres monteurs, techniciens finaux, traduit aussi la plus grande autonomie des boutiques des villes où se maintient longtemps l’héritage de la fabrique, où ils restent proches du marché des armes de commerce.

  • 27 Ce terme, qui tend à faire de l’époque antérieure à la société industrielle une préhistoire de l’in (...)

46La prééminence des stratégies familiales, habituelle dans la proto-industrie27, se lit encore plus clairement dans les patronymes et pour Saint-Étienne dans la composition des boutiques représentée sur le registre par des accolades. Le maître assume les relations avec la manufacture et distribue leur salaire aux compagnons. C’est souvent le père, parfois l’un des frères, et un cousin ou un fils d’un autre maître tient parfois le rôle de compagnon au côté ou à la place du fils de la maison. Fréquente est la mention « son fils » ou « untel fils ». La boutique des monteurs Gerbont comprend 4 maîtres dont l’un noté « cadet », et deux « Gerbont fils ». 2 boutiques de « canoniers en ville » regroupent 5 Blachon dont les 2 maîtres, et un sixième ouvrier ; l’un de ces Blachon, canonier et dresseur, sera nommé contrôleur en 1798. Voici encore 2 boutiques du même métier dirigées chacune par un Lyonnel, dont l’un n’a que des Lyonnel pour 3 compagnons. Au lieu-dit La Croix travaillent 3 maîtres platineurs et un compagnon du nom de Rapay. En revanche, 3 maîtres canoniers Doron n’ont pas trouvé d’homonyme à embaucher et chez les 6 maîtres canoniers Mérieux, un seul fils figure parmi les apprentis. L’on trouvera encore 4 Sauvinel, 8 Javelle… Un patronyme isolé est peut-être révélateur : Martine Héant, compagnon platineur à Saint-Héant, suggère les raisons pour lesquelles quelques femmes travaillent pour la manufacture : on lui aura donné le nom du village à défaut d’un autre et cette enfant perdue n’a que ses bras pour soutenir son existence. A Tulle, 141 personnes sur 249 ont au moins un homonyme dans la liste, on compte 13 Saugon, 4 Amat… Il n’est pas surprenant que la diversité des patronymes soit plus grande à Charleville, dont l’aire de recrutement est vaste. On n’y trouve pas moins la famille Locare, où le maître équipeur-monteur est âgé de 38 ans, le compagnon de 25, les 2 apprentis de 16 et 11 ans. Chez les forgerons d’outils pionniers, le maître Baradet a 58 ans, les apprentis 16 et 17. Même profil à Maubeuge, avec des Germain répartis entre Louvroil et Maubeuge, ou des Sugueriau, maître, compagnon, élève… 5 platineurs s’appellent Delegue, 4 Gillon. A Charleville en 1806, on trouvera 6 Clause de 32 à 70 ans, et 6 Cosson de 35 à 59…

47Pour Charleville et Tulle l’état civil et les âges sont indiqués. Les âges extrêmes sont trompeurs par excès : de 9 à plus de 50 ans pour les apprentis de Charleville, où exerce un maître de 17 ans, et un de 79. Dans ces deux manufactures les célibataires sont un peu plus de 50 %, ce qui traduit des phénomènes connus pour l’époque : mariage tardif et précocité de l’embauche. Les apprentis sont généralement âgés de 12 à 21 ans, les maîtres en majorité de plus de 40. Plus de 75 % des maîtres sont mariés ou veufs, mais moins de la moitié des compagnons, et quelques rares apprentis, pas nécessairement les plus âgés. La situation des célibataires est parfois complexe : à Charleville, Damuzeau, un maître de 60 ans, « garçon », a pour compagnon un homonyme de 22 ans. On le voit, la situation du maître chef de famille est l’espoir des armuriers, s’établir comprenant épousailles et maîtrise. Si l’admission de l’apprenti est sujette à autorisation de l’inspecteur, le chef d’œuvre qui en fait un compagnon vérifié par un réviseur et contrôlé, les conditions du passage à la maîtrise paraissent plus aléatoires. Enfin, on reste longtemps au service de l’État : à Charleville, 5 ouvriers dont 4 septuagénaires ont 60 ans d’ancienneté.

  • 28 Voir annexe.

48Ces constatations sont d’autant plus nettes que le nombre des ouvriers inscrits reste limité jusqu’aux guerres révolutionnaires : en chiffres arrondis, pour les seules manufactures, jamais plus de 2 500 au total28.

L’entrepreneur, l’inspecteur et le réviseur

  • 29 R. Dubessy, d’après « Beneyton » (?). Il s’agirait d’une satire en vers rédigée par un contrôleur, (...)

49Les lettres patentes accordent au récipiendaire le privilège héréditaire de la production pour une région délimitée largement, une exonération d’impôt pour ses fournitures, un monopole de la main d’œuvre, et des obligations envers l’État. Elles dispensent les fournitures de tous droits, y compris d’octroi, et les inspecteurs contrôlent la provenance des fers. Les contrevenants à ces monopoles risquent leur production et de lourdes amendes à partager entre le roi, l’entrepreneur lésé et la charité publique. Les Lettres donnent le droit aux établissements, dont les gardes revêtissent la livrée, de porter le titre de Manufacture Royale. Au départ, le Roi contrôle l’activité des entrepreneurs par ses intendants dans les provinces. Les entrepreneurs des diverses manufactures et fonderies sont des professionnels ambitieux qui ont gagné la confiance du pouvoir par leur compétence technique, leur capacité financière et leurs qualités de gestionnaires. Ils sont parfois d’origine ouvrière, c’est à dire maîtres artisans, propriétaires d’un ou plusieurs ateliers ; quand ils sont remarqués, leur fortune a déjà commencé et ils ont une capacité de production suffisante. C’est le cas, à Saint-Étienne, de Girard dont un libelle raille la faible habileté à l’établi quand il y était29 – il est mal aimé pour son exigence, qui lui vaut d’être jugé par Vallière, selon Bonnefoy, « bon ouvrier » et « ses ouvrages (…) mieux finis ». Les ascendants de Carrier sont du même milieu. Ils appartiennent en ce sens à cette bourgeoisie de métier qui cherche à s’élever en même temps qu’à s’enrichir en mettant ses propres affaires au service du roi. Ils ne se différencient guère des autres entrepreneurs de manufactures privilégiées que par leur production, que l’esprit du temps associe plus facilement à la noblesse. Ils constituent ainsi une part des clientèles des ministres, des Le Tellier de Louvois au XVIIe siècle, de Choiseul au cœur du XVIIIe. La transmission du privilège est effective : à Charleville, les Fournier restent à l’entreprise jusqu’en 1733, et le second de la dynastie, anobli en 1704, finit sa vie à Paris avec le titre d’écuyer. Il laisse 900 000 livres à son fils en plus du tiers de la manufacture. Les héritiers de la manufacture de Maubeuge, les Daretz, restent en place jusqu’à l’An IV, année où ils cèdent la place à la famille Félix. Le dernier entrepreneur du Klingenthal, un Coulaux, rachètera les locaux en 1835 après en avoir réussi la conversion ; un descendant sera maire de Strasbourg.

50Le monopole d’état sur les productions stratégiques n’est pas une nouveauté ; il a même un modèle, celui des poudres, dont les commissaires et contrôleurs existent depuis 1582, tandis que la ferme des poudres et salpêtres est créée la même année que le magasin de la Bastille, en 1665. Dans les manufactures, c’est l’entrepreneur qui est en quelque sorte le garant du monopole. Mais il n’est pas seulement cela. L’investissement est partagé de fait : les entrepreneurs demandent de l’aide à l’État, parfois plus que de besoin, et marchandent le prix de l’arme. Mais ils apportent beaucoup. Tulle est construite par l’entreprise ; un inventaire de 1801 estime la valeur des immobilisations, stocks inclus, à 144 377 F. Charleville appartient en 1716 pour les 2/3 à l’héritier de Titon, oublié dans le traité avec J. B. Fournier, et donc obligé d’aller en justice. L’établissement est ainsi le produit d’une collaboration entre entreprise générale et entreprise locale. Les de Félix – particule tardive – conservent la propriété de Maubeuge jusqu’après la fermeture. A Saint-Étienne, selon Dubessy, une note anonyme conservée dans les archives de l’établissement semble répondre à une demande d’inventaire de l’An II et recense 81 propriétaires différents susceptibles de travailler pour la manufacture. Les propriétaires de celle-ci possèdent les 3 grandes usines, et l’un d’eux, Jovin, deux autres à titre personnel. L’État décidant alors la construction de « limeries » en conserve la propriété, si bien qu’en 1804, la manufacture a pour propriétaire l’État et les entrepreneurs (nouvelle association : 6 usines), et loue en outre une part des bâtiments qu’elle utilise.

51La fortune de l’entrepreneur, constituée grâce à son privilège, est une forme d’assurance sur les risques de la production et... de la guerre. A Tulle Saint Victour doit vendre une part de ses biens-fonds et s’associer en 1779, à la suite d’un incident : un séisme, à Saint-Domingue, en 1770, a entraîné la perte d’une cargaison d’armes impayées ; les Lettres patentes lui sont alors personnellement accordées, à l’évidence pour lui garantir de conserver la main sur l’établissement, et préserver la cohésion de celui-ci. Les premiers associés, en 1779 sont un Secrétaire du Roi et un Administrateur général des Domaines et Bois du Roi ; on comprend pourquoi un article des Lettres patentes réserve explicitement le privilège de l’exploitation, en cas de cession ou de transmission, à des personnes « élevé(e)s et formé(e)s dans ladite manufacture » et qui « auront leur résidence dans ladite ville de Tulle ». Situation inconfortable pour les autres actionnaires : il faut trouver de nouveaux associés en 1783. En 1799 cette nouvelle société est en faillite virtuelle. Les causes relevées par Yves Cayre sont éclairantes : les retards de paiement de l’État pour les années 1782-1789 engendrent des intérêts pour près de 110 000 livres, la perte de ressources pour cause de dépréciation des assignats avec lesquels sont remboursées les avances des entrepreneurs est estimée à presque 290 000 livres, et la société a inconsidérément aidé Charleville, Indret, et quelques autres forges pour 557 000 livres.

  • 30 Titon, lettre du 29 mai 1702.

52En fait, le principe est que l’entrepreneur produit à ses frais pendant les guerres ou quand on change de modèle d’arme, et se fait ensuite payer, quand le Trésor peut et veut. Cette sorte de prêt, ou si l’on préfère, d’emprunt d’État, a, bien sûr, un prix, qui se retrouve dans celui de l’arme. Le risque ainsi réparti est diffus et étalé dans le temps. L’entrepreneur avance autant que possible. Titon, en 1702, écrit au ministre qu’il ne peut plus faire l’avance des salaires hebdomadaires si on ne lui paie pas ce qu’on lui doit : « (…) je ne puis pourtant le faire qu’en me servant de ce qui m’est du, les officiers me doivent plus de 200 000 livres dont je ne saurais être payé, et dont je ne tire aucun intérêt, j’ai des manufactures proches de Charleville qui me coûtent plus de 150 000 livres (…) »30... Ce sont cependant 600 000 fusils qu’il faudra produire ! Fournier est dans le même cas en 1732, victime du bas prix de l’arme imposé par la Régence et des séquelles inflationnistes de la faillite de Law. Ce sont encore les entrepreneurs de Saint-Étienne qui écrivent en 1762 qu’ils ont frôlé la faillite en 1759, « n’ayant pu acquitter leurs billets, ni même les salaires dus aux ouvriers » et ont été contraints de solliciter des « arrêts de surséances ». C’est enfin Daretz, la même année, qui engage 80 000 livres appartenant à sa femme alors que le Roi lui en doit 200 000. Choiseul paie ensuite les dettes de l’État, mais le service de la dette privée continue longtemps à courir. Le système doit cependant évoluer.

  • 31 Cité par René Sédillot, Deux cent cinquante ans d’industrie en Lorraine, La Maison de Wendel de 170 (...)

53François Ignace de Wendel, officier et maître de forges à Hayange, possède la compétence technique, l’esprit des lumières et la volonté d’investir. Il reçoit de Choiseul, le 4 septembre 1768, l’ordre de « parcourir les forges du royaume et même de l’étranger » pour parfaire ses connaissances. La famille et les affaires vont toujours de pair : le savant métallurgiste épouse la fille de l’inspecteur de la manufacture de Charleville, Françoise Cécile du Tertre. Mais surtout, détaché à Indret, nouvelle forge où l’on recherche vainement le secret de la fonte au coke, déjà connu des anglais, c’est à ses frais et – du moins l’espère-t-il – à son profit – qu’il la remet en état. Un bail signé le 7 avril 1780 pour 15 ans stipule : « Comme la fonderie d’Indret ne peut se soutenir qu’au moyen de hauts fourneaux qui lui procurent les fontes neuves dont l’entrepreneur a besoin, et que le Roi ne veut point faire de nouvelles dépenses relatives à la fonderie d’Indret, le sieur Wendel se procurera les matières premières en construisant à ses frais les hauts fourneaux nécessaires à son exploitation, et dont par conséquent il sera propriétaire »31. En réalité, l’ampleur croissante des investissements conduit à une tentative de concentration de l’entreprise et l’on fait appel à de riches financeurs : les intérêts privés ne sont pas alors contradictoires avec les charges publiques et les missions nationales.

  • 32 Jean Peter, Maîtres... op. cit.
  • 33 La répartition des parts est donnée par Yves Cayre. Appartiennent à la famille de Wendel, outre Fra (...)

54De plus en plus les manufactures sont gérées par des sociétés, et certains hommes peuvent jouer un rôle charnière. Pour la fonderie c’est le cas dès le XVIIe siècle ; protégé de Colbert, Dalies De La Tour est à la tête d’un groupe de 15 entreprises dans 4 provinces ; les diverses sociétés sont homogènes par province et regroupent au total 8 associés. Dalies a le monopole de la fonte des canons pour la marine du Levant32. La concentration n’est jamais telle dans les manufactures, depuis la fin de l’entreprise générale. Mais à l’époque de Gribeauval, François Ignace de Wendel, joue un rôle capital comme technicien dans un ensemble dont le schéma est reproduit ci-dessous. A Tulle c’est Bettinger qui gère, à Charleville c’est de Wendel, occasionnellement Pressol. Ils sont pourtant sous la dépendance de financiers, par ailleurs détenteurs de hautes charges, loin des questions industrielles. La monarchie n’est pas en mesure de se passer de ceux-là. Mais de Wendel est aussi l’un des principaux administrateurs des forges du Creusot. Le véritable système d’entreprise alors mis en place peut être représenté comme suit pour ce qui concerne ces sociétés33 (voir tableau p. 40).

  • 34 Il s’agit ici de Constantin Perier, qui crée à cette époque une usine à Chaillot.

55René Sédillot et Jacques Marseille mentionnent de plus une nouvelle société fondée le 18 décembre 1782, Perier, Bettinger et Cie34, dans laquelle le Trésor royal serait intéressé pour 1/12e et s’engagerait à mettre 600 000 livres en 1783 et 1785. Il est clair que dans tous les cas ce sont les plus gros détenteurs d’argent, le Trésor et le trésorier général de la Guerre de Sérilly, qui ont le contrôle de l’ensemble, surtout qu’ici encore, il faut tenir compte de la confusion des intérêts des grands officiers avec ceux de l’État. L’influence de la famille de Wendel peut toutefois s’enrichir de ses autres propriétés, les forges d’Hayange qui travaillent en priorité pour l’armée, des parts de l’entreprise de Charleville héritées du beau-père d’Ignace, la forge de Berschiwé au Luxembourg, qui alimente en fer les manufactures françaises ; enfin les forges du Creusot seraient, selon la même source, gérées depuis le 1er janvier 1787 par une société nouvelle au capital de 10 millions de livres divisé en 4 000 actions au porteur, la « Manufacture des fonderies royales d’Indret et de Montcenis et des cristalleries de la Reine » ; Ignace est l’un des 7 administrateurs, et, selon Jacques Marseille, le directeur de cet ensemble regroupant Indret, le Creusot, et plusieurs mines de fer. Sans se suffire ni constituer un monopole au sens strict, la famille de Wendel est ainsi indispensable tant sur le plan technique que du point de vue du contrôle du capital. François Ignace porte aussi le titre d’inspecteur général, concentrant ainsi l’autorité de l’État et celle de l’argent, situation extrême qui restera unique.

  • 35 1716, selon une majorité d’auteurs dont R. Dubessy, et non 1720 comme le laisserait supposer Chesna (...)

56L’Inspection des manufactures est en effet une institution destinée à contrôler l’entreprise et le travail créée sous la Régence, en 1716, par le Conseil de la Guerre35, un inspecteur, officier d’artillerie, étant attaché à chaque établissement au moment même où les commandes sont mises en adjudication. L’ouverture de l’École des ingénieurs de l’artillerie s’inscrit en 1720 au début de la longue série des écoles d’ingénieurs, de celles des Ponts et Chaussées en 1747 à celle du génie militaire en 1749. L’entrepreneur n’est dès lors responsable ni des règles du travail, ni de celles de la discipline, définies et garanties par l’État et l’inspecteur. Le conflit entre les deux autorités était inévitable. Il prend une importance croissante avec la montée en puissance de l’Inspection, et singulièrement lorsque Gribeauval dirige l’effort de modernisation de l’armement. A Charleville, à la fin des années 1760, l’inspecteur Montbeillard s’entend bien avec l’entrepreneur Cotheret, mais pas du tout avec les contrôleurs, qui s’adressent aux bureaux de la guerre. Des armes en grand nombre ou des pièces d’armes rebutées par eux sont pourtant admises par les deux autorités de l’établissement. Les inspections de Gribeauval conduisent Choiseul à annoncer la fermeture aux ouvriers et à la ville, ce qui mobilise immédiatement la population, le corps municipal, etc. Cette étrange affaire n’est pas aujourd’hui tout à fait close : heureusement sans se rencontrer, Henri Manceau défend sa ville et parle d’une « machination dont devait sortir la fermeture de la fabrique de Charleville » et Pierre Nardin soutient Gribeauval qui serait victime d’une manœuvre de Cotheret alors qu’il tente de convaincre le ministre que l’établissement peut être rétabli. C’est que Charleville sera plus tard en effet fermée, et que plus vite encore la vengeance de l’entrepreneur surpris donnera le prétexte initial du règlement de comptes resté sous le nom de « procès des Invalides ». Eternel conflit du notable local accusant les manigances des bureaux, et de l’ingénieur de l’État apaisant de sa science les rougeurs que fait naître l’inconstance… de l’État !

Le système d’entreprise à la fin du XVIIIe siècle

Le système d’entreprise à la fin du XVIIIe siècle

Société de SERILLY, en indivision avec FENIS de St VICTOUR : 45 actions F. de ST VICTOUR : 15 (De SERILLY et BETTINGER possèdent de plus la totalité des outils)

  • 36 Sur cet épisode, l’auteur de référence est P. Nardin, op. cit. Pour le contexte, Guy Chaussinand-No (...)
  • 37 Pour K. Alder, il s’agit là d’un épisode du conflit autour de la méthode de production : jaugées pa (...)

57Le « procès des Invalides » est un épisode de la lutte qui oppose les officiers du parti « rouge », plus traditionalistes, à ceux du parti « bleu », que nous dirions modernistes, dont Gribeauval est le plus connu, et Choiseul le protecteur36. La chute de ce dernier laisse en 1772 les « bleus » à découvert. Carrier de Montieu, l’entrepreneur de Saint-Étienne, a seul accepté de se charger de réparer et d’écouler les fusils rebutés à l’occasion d’une vaste opération de réforme destinée à libérer les magasins. Mais c’est Bellegarde, son inspecteur de beau-frère, qui procède à cette élimination. L’un et l’autre sont alors accusés de réformer à l’excès, à seule fin de revendre au roi des armes recyclées pour des neuves, au lieu de les envoyer le plus loin possible comme prévu. Condamnés en 1773, lourdement, ils sont réhabilités en 1778-177937.

58Gribeauval s’entoure en fait de techniciens intégrés à l’Inspection. Maritz, l’inspecteur général des fonderies, débordant parfois de ses fonctions, peut en être l’exemple, et le remplacement de Montbeillard par Bellegarde à Saint-Étienne est causé par l’opinion de l’inspecteur général sur le premier : ignorant en ce qui concerne la métallurgie. Ce tournant est achevé quand Gribeauval, de retour de disgrâce dès 1776, prend à la direction de l’Artillerie le titre de premier Inspecteur général, donnant clairement une tête au corps de l’Inspection. Malgré la réaction nobiliaire, la formation des officiers d’Artillerie progresse d’ailleurs, comme l’organisation du commandement (1783, premier état-major permanent) ; le temps arrive des officiers-ingénieurs. Auparavant, on pouvait avoir à Saint-Étienne un inspecteur de 95 ans et un autre vivant au couvent pendant que les contrôleurs vendaient leur poinçon aux ouvriers comme à l’entrepreneur. Ensuite, l’inspecteur apparaît de plus en plus comme directeur effectif des travaux, en relation constante avec les réviseurs et contrôleurs issus des rangs ouvriers.

  • 38 Louis André Gau de Vaumarin a reçu les Lettres patentes de Choiseul le 20 avril 1765. Le ministre v (...)

59Cela ne signifie pas qu’il soit facilement accepté. Ainsi, au Klingenthal, dans la décennie 1780, l’entrepreneur Gau38 s’affronte à plusieurs inspecteurs, obtient le renvoi de l’un d’eux, monte avec des ouvriers une cabale contre son successeur, et, s’étant retiré à son tour, continue à réclamer des dédommagements. Gribeauval enquête et réunit un dossier où il démontre que l’entrepreneur s’est, par diverses malversations, fait payer indûment plus de 235 000 livres. Ses cabales avaient pour but de cacher ses combines. Après la mort de Gribeauval, pourtant, les héritiers conserveront l’argent et obtiendront même un dédommagement.

  • 39 On trouvera des exemples de poinçons dans F. Bonnefoy, op. cit., d’après Lindsay ed., Histoire des (...)

60Le contrôle direct du travail est l’affaire de réviseurs et de contrôleurs pris parmi les maîtres ouvriers. Vauban recevant de nombreuses plaintes des officiers sur la défaillance des armes, estime en 1673 qu’il faut un contrôle par quelqu’un qui ne soit pas « intéressé dans la fabrique ». C’est alors l’intendant qui nomme un contrôleur par manufacture. Mais le Conseil de la Guerre attache en 1716 à chaque manufacture, avec l’inspecteur, trois contrôleurs-éprouveurs, un pour les canons, un pour les platines, et un pour l’arme montée qui semble avoir autorité sur les deux autres. Ils sont payés par l’État. En 1728, Vallière renouvelle largement le corps des contrôleurs. Les contrôleurs et réviseurs ont pour mission, selon les règlements, d’instruire les ouvriers, si nécessaire « les outils à la main ». Les contrôleurs marquent toutes les pièces et toutes les armes de leur poinçon39 après les avoir acceptées à chaque étape de fabrication, après l’épreuve pour les canons par exemple, et finalement à la recette. Les armes rebutées connaissent un sort de plus en plus rigoureux, et sont finalement détruites. Il faut dire qu’au XVIIe siècle encore, il est fréquent que l’ouvrier utilise la matière donnée pour faire des armes pour le roi, produise une arme légèrement défectueuse, et la revende au commerce. Le contrôle est d’ailleurs un exercice difficile, en un temps où les connaissances sont limitées, et ce n’est pas un hasard si le procès des Invalides et sa révision donnent lieu à des jugements variables sur les armes litigieuses. Les contrôleurs sont certes astreints à une certaine sévérité envers les ouvriers, et chargés de missions pénibles, comme de permettre à un canonier de « se garnir » de matière et de commandes à proportion de la quantité d’ouvrage qu’il a réussi. Ceux qui rebutent trop d’armes sont dénoncés dans les revendications ouvrières, mais comme la réception définitive se fait en présence de l’inspecteur, c’est lui qui est souvent mis en cause. C’est surtout la dureté de leur ton qui, parfois, déplaît.

61Les contrôleurs semblent pourtant globalement acceptés. Sous l’autorité de l’intendant, puis de l’inspecteur, ils peuvent être un recours contre l’entrepreneur. C’est sans doute pourquoi les frères Carrier, commis de Titon à Saint-Étienne en 1703, montent littéralement un « coup » pour déconsidérer un contrôleur de platines trop proche des ouvriers : le commissaire des guerres Dubois relate cette affaire où l’on voit les entrepreneurs détériorer après contrôle des platines marquées comme bonnes par le contrôleur Chanevat et présenter mensongèrement des platines excellentes comme rebutées par lui. Ces pièces à conviction fabriquées ont été envoyées au ministre. La supercherie découverte, le commissaire des guerres estime qu’il s’agit d’une tentative d’éliminer un contrôleur qui s’efforce d’instruire les ouvriers, ce qui leur permet d’échapper à l’arbitraire des jugements des entrepreneurs sur la qualité des travaux qu’ils leur rendent. Il arrive aussi aux contrôleurs d’être un recours de l’État contre un entrepreneur. En 1767, c’est une lettre anonyme écrite par un contrôleur de Charleville qui dénonce les malversations de l’entrepreneur et la complicité de l’inspecteur.

62Le contrôle n’a donc pas que des inconvénients pour les ouvriers. A la fin de l’Ancien Régime, des gratifications sont accordées aux maîtres qui forment des élèves. Les entrepreneurs de Saint-Étienne demandent d’ailleurs, en février 1789, que la part du Roi qu’ils doivent avancer sur ces primes porte à intérêt ! Mais les Inspecteurs sont favorables à cette initiative, qui renforce évidemment les pouvoirs des contrôleurs et réviseurs qui se prononcent en pratique sur les apprentis. De même, à Saint-Étienne, des gratifications sont accordées pour chaque canon « bon de meule » (aiguisé sans le secours de la lime), et un mémoire approuvé par Gribeauval et rédigé par l’inspecteur de Saint-Étienne signale que cette mesure a doublé la production contrôlée bonne.

  • 40 F. Bonnefoy, op. cit.

63La conception qu’ont parfois certains contrôleurs de leur fonction en fait pourtant de véritables « fripons ». A plusieurs reprises, des contrôleurs se font rétribuer pour chaque fusil poinçonné. Le fait est avéré à Maubeuge avant 1728, avant 1763 à Saint-Étienne, tandis qu’à Charleville un autre vend des armes aux troupes pour son propre compte. Marginaux, ces faits n’en montrent pas moins une difficulté de percevoir les frontières du droit. Ces anciens maîtres ont toujours vendu leur production, et le passage à un autre mode de rétribution n’est pas évident : la dépendance du sujet envers l’État n’est pas contradictoire avec les intérêts personnels sous l’Ancien Régime, en un temps où les officiers profitent à titre privé de leurs charges publiques. Sans doute les coupables se savent-ils en faute. Mais peut-être ne mesurent-ils pas pourquoi ce qu’ils font ne se fait pas. La rigueur de la majorité d’entre eux est un signe de changement des mentalités, de l’émergence d’une forme de dévouement envers l’État qui est en train de naître, ici aux frontières du monde ouvrier40.

Bibliographie

Les sources de ce chapitre sont :

– Les monographies et ouvrages cités en bibliographie de Nardin, Bonnefoy, Peter, Maguin, Stintzi, Cayre, Roubeyrie, Manceau, Leuilliot, Dubessy.

– Sources originales : SHAT, A1 1613, notamment pièces 25, 36, 42, 65, 84 et A1 1707, 53 ; correspondance des contrôleurs généraux, lettre 65 ; Xd 234, 238, 239 et 239 bis.

– Egalement : ADL, L 933, L 949 ; ADC L 258.

Notes

1 Sur ce sujet, Joël Cornette : Le roi de guerre, essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Payot, Paris, 1993, 488 p.

2 Lucien Bely, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Thémis, PUF, Paris, 1992, 731 p.

3 André Corvisier, Philippe Contamine, Ss dir., Histoire militaire de la France, t. 1, PUF, 1992. André Corvisier, « Evolution de l’art militaire », in L. Bely, J. Beranger, A. Corvisier, Guerre et paix dans l’Europe du XVIIe siècle, SEDES, Paris, 1991, t. 1, 455 p.

4 Carl Von Clausewitz, De la Guerre, traduction de D. Naville, Éditions de Minuit, Paris, 1970, 755 p.

5 André Corvisier, Philippe Contamine, Ss dir., Histoire militaire… op. cit.

6 Voir sur ce sujet :
Lucien Bely, Jean Beranger, André Corvisier, Guerre et paix dans l’Europe du XVIIe siècle, SEDES, Paris, 1991, 3 volumes.
Joël Cornette, « Naissance de l’armée moderne », L’Histoire no 267, juillet-août 2002, p. 38 à 43.

7 Cité par P. Nardin, p. 46. Faut-il voir dans cette conception l’origine de l’expression pourtant tardive de « chair à canon » ?

8 Les cavaliers sont des « carabins ».

9 Vélasquez, La reddition de Breda, tableau de 1635, détail, Musée du Prado, Madrid. La bataille eut lieu en 1625.

10 HJC. Von Grimmelshausen : Les aventures de Simplicimus, traducteur : J. Amsler, Fayard, 1990. L’original date de 1669.

11 Mécanisme de mise à feu commandé par la détente.

12 Littéralement, le tonnerre est la partie du canon où se place la charge, près de la culasse, soumise à un effort maximum lors de l’explosion. Aussi le terme tend-il à désigner parfois la longueur du canon où s’exerce la poussée initiale du projectile, partie qui exige la plus haute compétence du canonier et fait l’objet des vérifications les plus attentives.

13 F. Bonnefoy, op. cit.

14 Lettre de novembre 1667, signée Blondel par ordre du ministre, Archives de Charleville, EE 6, citée par H. Manceau, op. cit.

15 Canonier : orthographe des documents d’époque quand le mot désigne un ouvrier qui fait des canons de fusil.

16 Cité par Raymond Dubessy. Raymond Dubessy est un officier, directeur de la MAS, qui rédige en 1900 une remarquable histoire de son établissement.

17 Cité par Jean Peter, Maîtres de forges et Maîtres fondeurs de la Marine sous Louis XIV, Samuel Dalies de La Tour et les frères René et Pierre Landouillette de Logivière, Economica, Paris, 1996.

18 Cité par Pierre Nardin, op. cit.

19 Disponible sur le site de l’office de tourisme de la Ville en 2005.

20 Y. Cayre, op. cit., Roubeyrie, Résumé de la conférence du 14 mars 1998, l’histoire de la manufacture de Tulle, Chameyrat Culture et Loisirs, Chameyrat, 1998, ADC.

21 Paul Leuilliot, En Alsace après 1815 : Huningue et Klingenthal, Strasbourg, Éditions F.-X. Le Roux, SSARE, tirage à part, 20 pages extraites de L’Alsace contemporaine, études politiques, économiques, sociales, Paris, Strasbourg, 1951, et ibidem 1947.
Paul Stintzi, Klingenthal ou la vallée des lames, imp. Heiligenstein, Strasbourg, 1984, 36 p.

22 Dubessy, op. cit. et Bonnefoy, op. cit., P. Nardin, op. cit.

23 Référence 2005 : http//ww.chez.com/klingenthal.

24 Les auteurs les plus complets sont pour la forge des canons R. Dubessy, et pour la fabrication des platines K. Alder, op. cit.

25 P. Maguin, Les Armes de Saint-Etienne, Archives stéphanoises, 1994.

26 Le calibre de la balle s’exprime en nombre de balles par livre de plomb. Cela fait selon P. Nardin 16 mm de diamètre, alors que le calibre du canon est de 7 lignes ¾, soit 17,5 mm, ce qui laisse un « vent » de 1,5 mm. Le canon du modèle 1717 mesure 1,19 m de longueur.

27 Ce terme, qui tend à faire de l’époque antérieure à la société industrielle une préhistoire de l’industrie, doit être utilisé avec précaution. Certains auteurs font en effet commencer l’âge industriel avec la floraison des moulins au XVe siècle finissant. A ce sujet, voir Isaac Joshua, La face cachée du Moyen Age, les premiers pas du capital, La Brèche, Paris, 1988, 377 p. Il n’est pas nécessairement anachronique d’étendre aux époques suivantes la conclusion de ce livre : « La modification des rapports de production précède et commande celle des forces productives ».

28 Voir annexe.

29 R. Dubessy, d’après « Beneyton » (?). Il s’agirait d’une satire en vers rédigée par un contrôleur, Ducasse, reprise à leur compte par les ouvriers.

30 Titon, lettre du 29 mai 1702.

31 Cité par René Sédillot, Deux cent cinquante ans d’industrie en Lorraine, La Maison de Wendel de 1704 à nos jours, Riss et Cie Édition, Paris, 1958, 409 p. et annexes.
François Ignace de Wendel (3 septembre 1741-2 mai 1795) est décrit par cet auteur, qui a eu accès aux archives de la famille, comme un homme des Lumières, un peu en marge de la gestion des affaires familiales. La nécessité d’alimenter les forges d’Indret est à l’origine de la fondation des établissements du Creusot.

32 Jean Peter, Maîtres... op. cit.

33 La répartition des parts est donnée par Yves Cayre. Appartiennent à la famille de Wendel, outre François Ignace, de Veymerange et Longlaville, soit 26 actions pour la famille, autant que pour Serilly, mais Bettinger est le premier commis de ce dernier, et suffit donc à lui assurer une majorité. Nulle trace ne permet de confirmer le chiffre des ¾ de la manufacture de Tulle que détiendrait de Wendel selon Sédillot. L’ouvrage récent de Jacques Marseille confirme la société de 1782, avec des associés déjà présents dans celle de 1780. Ce schéma est établi en recoupant les informations données par Bonnefoy, Sédillot et par les monographies.
Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Seuil, Paris, 1994, 664 p.
J.P. Poussou, in Levy-Leboyer, Ss. dir., Histoire de la France industrielle, Larousse, Paris, 1996, 550 p.
Jn. Jeanneney, François de Wendel en République, l’argent et le pouvoir, 1914-1940, thèse, Librairie H. Champion, Paris, 1975, 2 volumes et un volume d’annexes, 1510 p.
Jacques Marseille, Les Wendel, 1704-2004, Perrin, Paris, 2004, 351 p.

34 Il s’agit ici de Constantin Perier, qui crée à cette époque une usine à Chaillot.

35 1716, selon une majorité d’auteurs dont R. Dubessy, et non 1720 comme le laisserait supposer Chesnais et Serfati. 1720 est toutefois bien la date de l’ouverture de l’École des ingénieurs de l’Artillerie.
François Chesnais et Claude Serfati, L’armement en France… op. cit., p. 16.

36 Sur cet épisode, l’auteur de référence est P. Nardin, op. cit. Pour le contexte, Guy Chaussinand-Nogaret, Choiseul (1719-1785) naissance de la gauche, Paris : le Grand livre du mois, 1998, 362 p.
Pour l’ensemble de ce passage, Bonnefoy, Nardin, Manceau, Alder, op. cit.

37 Pour K. Alder, il s’agit là d’un épisode du conflit autour de la méthode de production : jaugées par un « Vallièriste » ou par un « Gribeauvaliste » les armes ne sont pas soumises aux mêmes exigences.

38 Louis André Gau de Vaumarin a reçu les Lettres patentes de Choiseul le 20 avril 1765. Le ministre veut alors relancer une manufacture que l’on tendait à délaisser au profit d’un fournisseur de Saarbrück, moins cher mais moins habile. Est-ce par souci de qualité ? Choiseul, en faisant rénover les installations, leur adjoint une maison des inspecteurs, dès lors sur place comme l’entrepreneur. Stintzi, op. cit.

39 On trouvera des exemples de poinçons dans F. Bonnefoy, op. cit., d’après Lindsay ed., Histoire des armes à feu, 1972 et Guérin, mémoire sur la fabrication des canons, 1727.

40 F. Bonnefoy, op. cit.

Table des illustrations

Titre Magasin royal des armes de l’Arsenal de la Bastille
Crédits Gravure publiée par Surirey de Saint Rémy, Mémoires d’artillerie, Jean Anisson, Imprimerie royale, Paris, 1697, 2 vol., p. 300. Conservé, exposé et mis en ligne par la BNF, Bibliothèque de l’Arsenal.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre L’atelier de Nouzon
Crédits Carte conservée par les AD des Ardennes, détail, publiée en entier par Henri Manceau, op. cit.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende [Détail agrandi]
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Répartition par profession
Crédits Sources : Bonnefoy, op. cit., Manceau, op. cit., et SHAT, Xd 230 et suivants, ADC L 258
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Répartition hiérarchique par manufacture et par profession (1782, 1792 pour Tulle)
Crédits Sources : Dénombrements généraux des ouvriers des manufactures, SHAT, archives de l’Artillerie, série Xd, ex 4f5 reclassée, ADC, L 258)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Le système d’entreprise à la fin du XVIIIe siècle
Légende Société de SERILLY, en indivision avec FENIS de St VICTOUR : 45 actions F. de ST VICTOUR : 15 (De SERILLY et BETTINGER possèdent de plus la totalité des outils)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/57135/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search