Version classiqueVersion mobile

Les armuriers de l’État

 | 
Patrick Mortal

Préface. « Travailleurs de l’État… »

Jean-Louis Naudet

Texte intégral

1Voilà une appellation qui ne manque pas de susciter, de nos jours encore, bien des interrogations quand l’État se montre de plus en plus impuissant au point de se désagréger sous les assauts des nouvelles féodalités financières qui mènent le bal de la mobilisation capitaliste, sous la férule de leurs actionnaires apatrides.

2Que savons-nous de ces communautés de salariés qui ont façonné plus de 3 Siècles et demi d’histoire industrielle, sociale, politique, de l’ouverture en 1665 du magasin royal d’armes de la Bastille aux ex-manufactures d’armes et autres ateliers de construction de la terre emportés dans le tourbillon de la désétatisation promulguée et appliquée en 1989 et depuis ?

3Des générations entières ont, au fil de toutes ces périodes, contribué à façonner une conscience de classe à bien des égards révolutionnaire qui s’est toujours mêlée étroitement à une conscience nationale indéfectible.

4Aujourd’hui encore, celles et ceux qui tiennent à ce qu’on les respecte en tant qu’Ouvrier(e)s de l’État, portent dans leur cœur, l’amour du travail bien fait, la valeur du travail, le sens du devoir à accomplir au service de la Nation, c’est-à-dire de la collectivité consciente et légitime, à la place qui est la leur, mais sans abdiquer leur devoir de critique.

5Ils savent, mieux que quiconque, que ce qu’ils étudient et fabriquent, essaient et réparent ne peut pas être mis entre toutes les mains et certainement pas dans celles des marchands de canons sans scrupules et sans frontières.

 

6Longue existence que celle de ces salariés plus anciens que les fonctionnaires, qui se sont donnés très tôt les moyens de leur défense, refusés alors aux autres travailleurs.

7Ils auront contribué à créer une exceptionnalité française en jetant les bases d’un syndicalisme de classe et de masse, au sein d’une corporation particulière : celle qui fabrique les armes dont l’État a besoin pour assurer sa souveraineté, son indépendance et la liberté de son Peuple.

8Imposer le Syndicat et obtenir le droit de grève au sein de l’institution militaire, bien avant que le droit syndical ne soit rendu légal, constitue l’une des marques originales de ces communautés successives de salariés de l’État.

9Ils auront souvent eu le rôle de défricheurs dans les conquêtes sociales au point par exemple d’obtenir en 1792 la garantie d’une retraite à 50 ans d’âge et 30 ans d’ancienneté, ou bien encore celle en 1897, d’une retraite versée après 30 ans de services à 60 ans pour les hommes et 55 pour les femmes.

10Garanties sociales inimitées à ces époques pour des ouvriers et qui ramènent à leurs plus simples expressions les cris d’orfraie de nos gouvernants actuels sur les raisons qui pousseraient à reculer l’âge du droit à la retraite à 65, 67 ans ou peut être plus !

11L’arsenal ou l’atelier de construction est vu comme l’école de la République, le syndicalisme comme celle de la vie au service de l’intérêt général.

12Nul ne peut ignorer les combats de ces Ouvrier(e)s de l’État, dressés contre les guerres coloniales ou autres. Ce qui vaudra à nombre d’entre-eux, d’être arrêtés, condamnés, révoqués.

13On les retrouvera à la pointe de la reconstruction industrielle du pays, pour la bataille des productions de guerre, puis pour la reconversion civile.

14Sans toujours le savoir, lorsqu’ils soutiennent la proposition d’un Pôle Public National de Défense, les Ouvrier(e)s d’État sont ainsi les dignes héritiers de leur centenaire Fédération Nationale des Travailleurs de l’État CGT. Ils en poursuivent l’évolution, pour toujours mieux répondre aux attentes des syndiqué(e)s et des salarié(e)s.

15Ces Ouvriers de l’État des arsenaux de la terre, d’hier et d’aujourd’hui, ont été ou sont, aux côtés de leurs camarades de la Marine, de l’Air, des Poudres ou des établissements d’État du Ministère de la Défense, à leur manière des porteurs d’avenir et de bâtisseurs de paix, au travers de plusieurs siècles.

 

16Au-delà de la rudesse des coups portés au cours de leur longue existence, ils sont toujours debout en ces temps de résistance. Ils ne sont pas prêts à se rendre au nom d’une modernité trompeuse, tendant à faire d’eux une espèce en voie de disparition.

17« Les travailleurs des arsenaux terrestres en France : un groupe de référence pourtant mal connu », a écrit Patrick Mortal, dans la revue Histoire et Sociétés parue au 1er trimestre 2006…

18Le présent Ouvrage donne à comprendre ce que sont réellement ces Travailleurs de l’État, d’hier et d’aujourd’hui, le sens de leurs combats, la portée de leurs droits sociaux, la valeur de leur engagement pour l’émancipation sociale des salariés et pour une Culture de Paix.

Auteur

Secrétaire Général de la Fédération Nationale des Travailleurs de l’État-CGT

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search