Version classiqueVersion mobile

Le blé, le sucre et le charbon

 | 
Francis Przybyla

Au chevet de la politique d'affaires : l'interventionnisme économique et social

Introduction de la partie

Texte intégral

1La situation économique de la France des années « quatre-vingts » se caractérise par une longue stagnation. Cette apathie, cette morosité, dont les prémices débutent vers 1860, perdure au moins jusqu’en 1890. Le creux de la dépression est atteint dans les années 1880, à un moment où le revenu intérieur brut demeure presque stationnaire.

  • 1 LEVY-LEBOYER M. et BOURGUIGNON F., L’économie française au XIXe siècle. Analyse macro-économique., (...)

2À la fin du XIXe siècle, les consommations alimentaires absorbent encore 60 % des revenus, ralentissant la diversification et la réorientation de la demande, et pénalisant d’autant le commerce et les services. Durant la même période, alors que les échanges internationaux s’accélèrent, la compétitivité française chute. L’industrie française perd 5 à 6 % de ses parts de marché de produits manufacturés.1

3Cette difficulté à pénétrer les marchés européens s’accompagne d’un mouvement d’importation de produits agricoles dont le volume atteint le quart du marché intérieur. À ces facteurs, s’ajoute une faiblesse de l’investissement : les conséquences de la guerre de 1870 et le financement par l’État du plan Freycinet de travaux publics drainent l’épargne française, détournant les capacités d’investissement du financement de l’activité industrielle et de l’innovation technique.

4Les parlementaires ont longuement « planché » sur les questions économiques, glosant à l’infini sur les causes mais tentant bien souvent de juguler les effets de la crise à coups de remèdes homéopathiques.

 

5Embrasser la totalité de l’activité parlementaire sur les questions économiques et sociales, c’est donc se pencher sur les multiples constats, stratégies et remèdes qui s’essaient à guérir les symptômes plutôt qu’à enrayer la maladie.

6Structurer ce vaste panorama, c’est scruter, sur fond d’interventionnisme et de protectionnisme, les questions commerciales. Ensuite, c’est s’intéresser aux questions agricoles. Enfin, un dernier pan de ce tableau permet d’évoquer les questions industrielles, sur fond de régulation des rapports entre patrons et ouvriers.

Notes

1 LEVY-LEBOYER M. et BOURGUIGNON F., L’économie française au XIXe siècle. Analyse macro-économique., Paris, Economica, 1985

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search