Version classiqueVersion mobile

Le blé, le sucre et le charbon

 | 
Francis Przybyla

Libertés démocratiques, débat constitutionnel, et action régalienne de l'État

Introduction de la partie

Texte intégral

  • 1 Il existe une abondante littérature satirique. Quelques titres pour appréhender l’ampleur de la cri (...)

1Si les députés de la IIIe République ont souvent été dénigrés et vilipendés par leurs contemporains en raison de leur médiocrité, de leur manque de travail, ou de leur stérile logorrhée verbale il n’en est pas moins vrai que le procédé relève, plus souvent, du procès d’intention, de l’amalgame ou de la généralisation abusive.1

2Certes, les « muets » ou les « inexistants » sont plus nombreux que les « hyperactifs », les « médiocres » plus fréquents que les « brillants », les « leaders et chefs de file » plus rares que les « fantassins ou hommes de troupe », mais il en est ainsi de tout groupe constitué selon des critères plus ou moins aléatoires !

3Le présent propos souhaiterait tordre le cou à diverses représentations mentales abusives qui traduisent, au long des décennies, le désamour entre la société civile et ses hommes politiques.

4La lecture cursive de dizaine de milliers de pages des Annales Parlementaires et la lecture plus analytique de milliers d’entre elles permettent de sérier deux grands domaines d’intervention, déjà clairement mis en relief dans l’analyse quantitative.

5Le premier volet nous mène sur les chemins de la conquête des libertés démocratiques, de la bataille scolaire et de la mise en œuvre, au quotidien, de l’action régalienne de l’État. La seconde partie nous conduit sur la route des luttes économiques et sociales et, de manière plus générale, sur celle de l’implication parlementaire dans la direction des affaires agricoles, industrielles et commerciales de la France.

6On pourrait reprocher l’aspect arbitraire de cette dichotomie si elle ne s’appuyait sur une solide analyse statistique de l’activité des élus nordistes. Rappelons que, dans les discours les plus longs de la Chambre, 46,5 % de l’activité oratoire déployée par les députés est consacrée à la thématique économique. Si cette caractéristique est moins flagrante au Palais du Luxembourg, il n’y a cependant pas matière à révision déchirante en raison de la faible activité des sénateurs, à peine le quart de celle des députés. Par ailleurs, au risque de l’anachronisme rhétorique, la politique d’affaires n’est pas la politique politicienne ! De cela tous les contemporains en sont persuadés, – ou presque. C’est du moins ce qu’affirment les élus nordistes en ces « années quatre-vingts » !

Notes

1 Il existe une abondante littérature satirique. Quelques titres pour appréhender l’ampleur de la critique, à travers les âges…
BOSCQ Paul, Le guignol parlementaire, Paris, Ed. F. Juven, 1902
AUBERT Octave, Le moulin parlementaire, plus de son que de farine, Paris, Ed. A. Quillet, 1933
DAUDET Léon, Les effondrements sociaux. Termites parlementaires, Paris, Ed. du Capitole, 1930
de PUYSEGUR A., Les sangsues de Marianne : Nos parlementaires. Paris, Baudinière, 1943
PONTEIL Félix, La monarchie parlementaire : 1815-1843, Libr. A. Colin, 1949
BACHASSON de MONTALIVET Mathe-Camille (comte), Rien. Dix-huit années de gouvernement parlementaire, Paris, Levy frères, 1864
PIOCH Georges, 15 000. La foire électorale. Paris, Paul Ollendorff, 1914

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search