Version classiqueVersion mobile

Le blé, le sucre et le charbon

 | 
Francis Przybyla

Alfred Koechlin, J.O. Débats. Chambre des députés

Texte intégral

1« Cet engourdissement moral s’est étendu de la politique à la nation, qui ne voyant rien faire, ni rien venir, se lasse, s’énerve, se décourage, prend peur, en arrive à se leurrer peu à peu avec des théories malsaines ou décevantes, ou se rejette dans un mysticisme enfantin qui amollit les cœurs et alourdit les courages. Pour justifier son inaction et son renoncement, cette timidité politique si fertile en sophismes, si habile à se déguiser sous les illusions les plus naïves, les paralogismes les plus absurdes, évoque maintenant à tout propos la justice providentielle de l’histoire. Il n’y a pas de justice au sens humanitaire et mystique, dans la marche de l’histoire. La seule justice assurée, c’est le châtiment de l’égoïsme individuel, de la mollesse nationale ; la disparition tôt ou tard assurée du peuple qui s’abandonne et qui, ayant commencé à déchoir, roule sans se relever vers la décadence. »

2Alfred KOECHLIN, J.O. Débats. Chambre des députés. Séance du 13 novembre 1888

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search