Version classiqueVersion mobile

Le blé, le sucre et le charbon

 | 
Francis Przybyla

Élites économiques nordistes et confiscation du pouvoir législatif

La représentation parlementaire nordiste

Texte intégral

1Cette première partie souhaite contribuer modestement au débat historiographique qui agite les historiens depuis deux ou trois décennies et qui entend revisiter divers mythes tels que l’émergence de nouvelles couches politiques, la montée en puissance d’un nouveau personnel ou le cloisonnement des élites dans leur champ de compétences.

2Les informations collectées patiemment constituent un morceau de choix pour la connaissance des élites parlementaires nordistes des années « quatre-vingts ».

3Quels sont les traits communs qui rapprochent les membres si divers de la représentation parlementaire du Nord ? C’est par une observation minutieuse de leurs lieux de naissance, par la recherche de l’importance administrative des lieux où ils sont nés – et où, dans leur ensemble, ils ont vécu –, par l’observation des générations représentées au Parlement, et par le recensement des mandats locaux détenus, qu’il est possible de dégager un premier tableau d’ensemble, certes parcellaire, mais significatif.

Une implantation locale très majoritaire

4Les parlementaires du Nord sont, dans l’ensemble, issus du terroir. Cette proportion dépasse les deux tiers des élus, sans toutefois dépasser les trois quarts. (Cf. tableau 6)

5Cette tendance, qui culminait en 1876-1877, s’infléchit à la suite du scrutin de 1885. L’élection de deux députés boulangistes, extérieurs au département, et l’investiture accordée à des personnalités militaires ou industrielles, nées dans d’autres départements mais domiciliées dans le Nord, favorisent la dispersion des lieux de naissance.

6Cette baisse du recrutement local doit toutefois être nuancée. Alors qu’au fil des élections, les députés viennent d’horizons géographiques plus diversifiés, les sénateurs, dans une proportion inverse, se recrutent de plus en plus parmi les notables locaux. Cette situation est parfaitement illustrée, lors du renouvellement sénatorial de janvier 1888.

7De plus, à l’exception notable des élus boulangistes, la plupart des parlementaires issus d’horizons extra-départementaux, peuvent tous être solidement rattachés au Nord.

6. Lieu de naissance des parlementaires du Nord (1871-89)

6. Lieu de naissance des parlementaires du Nord (1871-89)

DEP : députés/SEN : sénateurs

8Honneur aux Parisiens ! Tout d’abord, deux situations bien particulières dues en grande partie aux fonctions politiques des ascendants.

 

9Georges Brame, bien que né à Paris, descend d’une très ancienne famille de paveurs lillois. Auditeur au Conseil d’état, il exerce ses fonctions dans la capitale. Mais Brame est bien connu des Lillois. Il est le fils du député Jules Brame, membre du tiers-parti sous le Second Empire et ministre de l’Instruction Publique et des Cultes durant l’éphémère ministère Palikao qui clôt le règne de Napoléon III.

  • 1 Édouard Charles de MARTIMPREY, sénateur en 1864, gouverneur des Invalides (1870-83)

10Edmond de Martimprey, le fils d’Edouard Charles de Martimprey, sénateur de l’Empire et gouverneur des Invalides,1 épouse, en 1876, la fille de l’industriel cambrésien Brabant qui fut élu bonapartiste du Nord à l’Assemblée Nationale de 1871.

11Viennent ensuite les parlementaires issus du Pas-de-Calais, le département voisin avec lequel les contacts politiques, économiques et commerciaux sont fréquents depuis toujours.

12Les parents de Pajot sont, tous deux, nés dans le Pas-de-Calais, l’un à Bapaume, l’autre à Arras. Les deux familles appartiennent à la bourgeoisie commerçante et le mariage de Pajot avec la Lilloise Camille Ridez lui permet de cultiver des attaches avec la préfecture du Nord, alors qu’il est notaire à Paris de 1837 à 1867. Fixé définitivement à Lille en 1867, il s’investit alors dans la politique locale et dans les associations charitables et religieuses, et entame une longue carrière politique.

13Les parents de Corne sont également du Pas-de-Calais voisin et la famille tire ses racines des villes administratives d’Arras et de Saint-Pol-sur-Ternoise. Sa carrière dans la magistrature lilloise puis douaisienne ainsi que son mariage avec Adélaïde Desmoutiers, sœur de député, qui appartient à l’une des familles nordistes les plus influentes, lui permettent une rapide intégration dans le substrat local.

14Morel est issu d’une famille arrageoise de négociants. Son mariage, en 1872, à Douai, lui permet de côtoyer les influentes familles Butruille et de Bailliencourt qui comptent notaires, juges de paix, magistrats et maîtres brasseurs dans leurs rangs. Une fois de plus, la greffe réussit.

15Delelis est né dans la périphérie de Béthune. La famille y est implantée depuis plusieurs générations. En 1852, Delelis épouse, à Dunkerque, Élise Adèle Boudin, petite fille du richissime patron textile lillois Colombier-Batteur.

16Restent les quelques provinciaux que leur carrière amène dans le Nord. Bergerot est originaire de Bordeaux. Il arrive dans le Nord, en 1846, comme vérificateur des douanes à Lille. En 1851, s’il contracte un riche mariage avec la Lilloise Caroline Huet, autre petite-fille du richissime patron textile Colombier-Batteur, il n’en est pas moins le descendant d’une riche famille parisienne.

17Giroud, natif d’Auch (Gers), durant ses 7 années de vie militaire, passe par Toulouse, Vincennes et Saint-Omer. Dans cette dernière ville, il s’éprend de Florentine Jansen, audomaroise d’origine et fille de maître-boulanger. Le mariage est célébré, à Saint-Omer, en 1835.

  • 2 AN. BB/6 (II)/123

18Il en est de même du député, puis sénateur, Marcère dont la famille est originaire de l’Orne. Accueilli dans la région, à la suite d’un avancement dans la carrière judiciaire, Marcère, au gré des promotions, exerce à Arras, Saint-Pol-sur-Ternoise, Avesnes-sur-Helpe puis Douai.2

19C’est le hasard des alliances familiales et des déménagements qui fait naître Le Gavrian, à Meung-sur-Loire, dans la région où vivent ses grands-parents maternels. Quant aux grands-parents paternels, ils appartiennent au milieu arrageois du négoce. Le 2 avril 1864, Le Gavrian épouse une Lilloise, Pauline Robillon, dont le père exploite, à Lille, une filature de lin.

  • 3 CARNOY, Dictionnaire biographique des hommes du Nord. Nord, Ardennes, Aisne, Somme, Pas-de-Calais e (...)

20Le parcours de Lefèvre-Pontalis est plus sinueux. Député de Seine-et-Oise, sous le Second Empire et à l’Assemblée Nationale de 1871, il tente de s’implanter, par deux fois, dans la circonscription d’Avesnes. Battu à deux reprises, en 1876 et en 1877, par le républicain Guillemin, il est porté en 1885 sur la liste conservatrice et doit son succès au scrutin de liste. Carnoy qui tente de justifier cette implantation souligne que ce Parisien de Paris voue une affection indéfectible pour le Nord et, qu’après tout, Paris est une ville septentrionale !3 Restent les situations atypiques et singulières où le hasard permet l’union de deux « maisons » totalement extérieures au département mais dont les activités professionnelles se déroulent dans le Nord.

  • 4 AD59 État-Civil. Lille
    COURTAUX Théodore, Histoire généalogique de la famille Bosquillon, d’Aubercou (...)
  • 5 AN. F/14/2176/2

21Le général Bosquillon de Frescheville, né dans un village près de Bayonne, a épousé une lointaine cousine, Marie Caroline Bosquillon de Jenlis.4 Le père de Marie Caroline, fils d’un ancien maire de Montdidier (Somme), jouit, dans le Nord, d’une importante situation. Édouard Louis Marie Bosquillon de Jenlis, directeur départemental du service des Ponts et Chaussées,5 est l’auteur d’importants travaux d’aménagement du port de Dunkerque et du projet de construction du chemin de fer de Paris sur l’Angleterre, sur son tronçon qui mène de Lille à Dunkerque. Il dirige aussi le service spécial de surveillance des rivières et canaux.

22Plus tard, à partir de son installation à Cassel, le général de Frescheville dirige un important domaine agricole de plus de 250 ha, situé en grande partie dans la région des Moëres, ce qui lui vaut d’être choisi comme président de la Société d’Agriculture de Dunkerque.

  • 6 La Vraie France, 31/7/1888

23Quant au boulangiste, Koechlin, il prétend se raccrocher au Nord en affirmant dans une interview accordée au journal Le Gaulois, retranscrite dans la presse locale, qu’il avait, autrefois, vécu dans le Nord et y avait conservé de nombreuses attaches.6 Mais rien ne permet de confirmer ces dires.

24On le voit donc, à l’exception d’un ou de deux députés boulangistes, tous les parlementaires nordistes ont un lien bien réel avec la région.

25Si l’on change d’échelle, pour passer du département d’élection à la circonscription électorale, la corrélation entre lieu de naissance et circonscription d’élection est encore plus significative de l’enracinement dans un terroir. La conclusion est sans appel : deux élus sur trois (65 %) ont un lien fort avec leur circonscription électorale de naissance.

26Quant aux autres, ils sont élus dans la circonscription électorale de naissance de leur épouse. (10 sur 17) Très peu sont nés hors département. (3 sur 17) Le parlementaire élu hors de sa circonscription électorale de naissance est très souvent député et appartient à la Droite (14 sur 27). Rares sont les républicains à réussir l’exploit d’une élection hors terroir (3 sur 25). Pour être élu républicain, il faut de vigoureuses racines plongeant profondément dans le terroir.

  • 7 APP Ba/1176
    Dép. du Nord : Sénatoriales de 1879 (étiquettes politiques et résultats de la Préf. de P (...)

27Le mode d’élection des sénateurs, très tributaire des réseaux d’élus locaux, barre la route aux élus à faible implantation locale. Lors des sénatoriales de 1879, le maire de Lille, Jules Dutilleul, obtient le meilleur score de la liste républicaine.7

  • 8 dont celui du ministre nordiste Lambrecht

28Demeure néanmoins le cas atypique du sénateur Casimir Fournier qui exerce, dans la capitale, ses fonctions d’avocat au Conseil d’État et à la Cour de Cassation. Nommé chef de cabinet de plusieurs ministres de l’Intérieur,8 il poursuit une carrière éminemment parisienne. Les grands électeurs ont, à coup sûr, pris en compte les rares et utiles qualités juridiques de ce docteur en droit, apte à défendre les intérêts départementaux devant la Haute assemblée. L’élection s’avère néanmoins plus difficile : lors des sénatoriales de 1879, Casimir Fournier est élu dernier de la liste républicaine. 16 voix le séparent du baron des Rotours, candidat conservateur le mieux placé.

29En définitive, même si l’enracinement est plus généralisé chez les républicains, les conservateurs sont également des autochtones. Il ne semble pas y avoir, durant les deux législatures étudiées, l’important décalage, constaté lors des élections de 1871, lorsque des parlementaires comme Vente, Tircuy de Corcelles ou de Mérode, et dans une moindre mesure, Roger du Nord, disposaient d’un domicile principal hors de leur département d’élection.

Une implantation urbaine écrasante

30Les parlementaires nordistes sont nés, de façon massive, dans la France urbaine. L’écrasante domination des citadins permet de parler de surreprésentation urbaine et accompagne la forte urbanisation du département.

7. Typologie des lieux de naissance des parlementaires du Nord (1871-89)

7. Typologie des lieux de naissance des parlementaires du Nord (1871-89)
  • 9 JOANNE Adolphe, Géographie du Nord, Paris, Hachette & Cie, 1873
    LAROUSSE Pierre, Nouveau dictionnair (...)
  • 10 PRZYBYLA Francis, « L’enracinement local », Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe R (...)

31Par le recours à des sources contemporaines9, il est aisé de préciser le poids démographique et administratif des lieux de naissance des parlementaires. Près de 90 % des élus sont nés dans un chef-lieu de canton, ou dans une commune de plus de 2000 hab. Au début de la Troisième République, et dans un laps de temps qui englobe la période 1881-89, l’enracinement des élus nordistes dans la France rurale n’est, en aucun cas, l’une des caractéristiques du groupe. Entre 1871 et 1889, deux élus sur trois sont nés dans une commune de plus de 10 000 habitants. Ils ne sont que 27 % à avoir vu le jour dans une commune de moins de 5 000 habitants.10 Ce facteur constitue un élément de cohésion qui englobe élus conservateurs et républicains dans un même type de civilisation.

32Les sénateurs sont encore davantage des citadins. Durant la mandature 1879-88, c’est dans la ville la plus importante de l’arrondissement, du département ou dans la capitale que se trouve le lieu de naissance des sénateurs. (13 sur 15)

 

33Le choix des grands électeurs semble traduire la volonté de n’accorder le mandat sénatorial qu’à des élus en charge d’une ville importante, tant sur le plan démographique que politique. Les communes périurbaines, les bourgs avoisinants et les campagnes profondes font confiance au maire de la préfecture ou de la sous-préfecture réputé avoir une meilleure connaissance des arcanes et des rouages de la vie politique.

34L’ampleur du phénomène permet de souligner l’importance de la ville et de la considérer comme l’un des facteurs déterminants de la socialisation politique du futur parlementaire et de l’émergence des futures élites politiques.

Une moyenne d’âge plutôt élevée

3551 années séparent Kolb-Bernard, le doyen d’âge de la cohorte, né en 1798, d’Outters, le benjamin, qui voit le jour en 1849. Le premier, né sous le Directoire, atteint ses vingt ans sous le règne de Louis XVIII. Le dernier, né durant la Seconde République, entre dans sa vingtième année sous le Second Empire, un an avant que la guerre de 1870 n’en sonne le glas. Les années de naissance se distribuent autour d’un pivot central, aux environs des années 1815-1830 qui mènent de la Restauration à la Monarchie de Juillet.

  • 11 GIRARD Louis, La politique intérieure de la IIIe République (1871-1893), Paris, C.D.U., multigr.

36La différence d’âge et la succession des régimes éclairent singulièrement les différences de comportement. Les graphiques 10 et 11 reprennent l’ensemble des données, les agrègent ou les décomposent sur la période d’activité parlementaire 1881-89 et les étendent à la période 1871-89. Un graphique d’ensemble reprend les 78 parlementaires élus entre 1871 et 1889. (tableau 10a) Durant les deux décennies, de 1871 à 1889, le Nord se situe précisément dans la moyenne d’âge que L. Girard a calculée pour le début de la Troisième République et qui avoisine les 53 ans.11

  • 12 GUILLAUME Sylvie (sous la dir.) Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIe République (1870-1 (...)

37En l’absence d’indicateurs fiables pour les autres régions françaises, il n’est guère aisé de mener une comparaison extra-départementale. Les données de l’équipe de recherche de Bordeaux penchent en faveur de députés aquitains plus jeunes, tout particulièrement durant la législature 1885-89.12

8. Années de naissance des parlementaires du Nord (1881-89)

8. Années de naissance des parlementaires du Nord (1881-89)
  • 13 Sénat élu en 1888, renouvelé en 1897. La 1re partie de la période a été retenue. (1888-93)

Note 313

38Le tableau 9 permet de mieux comprendre le poids de l’héritage laissé par l’Assemblée nationale de 1871. (colonne D1871) Durant cette législature, indépendamment des tractations partisanes, le grand âge des élus nordistes est un élément déterminant dans la nomination d’un nombre conséquent de sénateurs inamovibles issus du Nord.

9. Moyenne d’âge des parlementaires (1871-89) Comparaison Nord/Aquitaine, par législature.

9. Moyenne d’âge des parlementaires (1871-89) Comparaison Nord/Aquitaine, par législature.

CHAMBRE DES DEPUTES/SENAT
D : Chambre des Députés. S : Sénat.
Moy : Moyenne sur l'ensemble de la période

39En 1881, la différence entre Nordistes et Aquitains ne dépasse guère un an et la moyenne d’âge des députés nordistes se situe un an au-dessous de la moyenne nationale. Le rajeunissement réel traduit l’arrivée au Parlement d’une nouvelle génération majoritairement républicaine.

10. Années de naissance des députés du Nord au début de la IIIe République (1871-1889).

10. Années de naissance des députés du Nord au début de la IIIe République (1871-1889).
  • 14 Bottieau, Baucarne-Leroux et Lefèvre-Pontalis

40En 1885, les élections conduisent à la Chambre une liste conservatrice, plus âgée, dont la moyenne d’âge se rapproche sensiblement de celle de l’Assemblée Nationale de 1871. En 1885, la différence d’âge entre élus nordistes et aquitains passe à 6 ans et éclaire en partie les multiples décès nordistes durant la législature. La liste conservatrice aux élus vieillissants ayant siégé sous la monarchie ou sous l’empire, (Plichon) et aux multiples ""anciens" de l’Assemblée Nationale de 1871,14 comprend moins d’élus nés entre 1845 et 1849 – les plus jeunes ! – que sous la précédente législature de 1881-85.

41Dans l’esprit des parlementaires, la présentation de candidats âgés ne constitue nullement un handicap. En 1888, les républicains opposent vainement à Boulanger, Desmoutiers, le « doyen de la démocratie du Nord », alors âgé de 78 ans.

42La moyenne d’âge des sénateurs dépasse 65 ans sur l’ensemble de la période 1876-93. Très élevée lors de l’élection sénatoriale de 1876, la moyenne chute brutalement en 1879, (baisse de 5 ans) en raison du renouvellement partiel de la Chambre haute. En 1888, une nouvelle tendance au vieillissement s’affirme sans toutefois atteindre le pic de 1876.

11. Années de naissance des sénateurs du Nord au début de la IIIe République (1875-1893)

11. Années de naissance des sénateurs du Nord au début de la IIIe République (1875-1893)

43La comparaison de la moyenne d’âge entre députés et sénateurs fait apparaître un écart de plus de 11 ans. L’élection au Sénat est souvent l’aboutissement de la carrière parlementaire. Claeys, Dutilleul, Fiévet, Fournier et Géry Legrand, plus jeunes, et élus sans avoir été député, ne représentent que le quart de l’effectif sénatorial. Ces sénateurs admis directement au Sénat sont souvent des candidats malheureux aux législatives. Tel est le cas de Géry-Legrand, de Claeys et de Fiévet.

44Tous ces chiffres traduisent la stabilité et le vieillissement du personnel parlementaire nordiste aux environs des années 1885-89. Ce crépuscule annonce l’émergence d’un nouveau personnel parlementaire lors du renouvellement de 1889. (57 % d’élus nouveaux à la Chambre)

45À la Chambre des Députés, l’écart d’âge entre le doyen et le benjamin des nordistes demeure étonnamment stable : l’écart de 35,5 ans en 1871 reste le même jusque 1881, puis passe à 39,5 ans en raison de l’élection d’Outters, âgé de 32 ans. En 1885, l’écart repasse à 35,5 ans, Plichon devenant le doyen d’âge et Martimprey le benjamin.

46Au Sénat, l’écart va croissant, près d’un sénateur sur deux est un inamovible. Cet écart qui est de 30 ans en 1876, grimpe à 40 ans en 1879 et culmine à 45 ans en 1888.

47Le portrait-type de l’élu de la période 1881-1889 pourrait être le suivant : un député de base âgé de 50-55 ans dans une fourchette oscillant entre 32-36 ans pour le benjamin et 71 ans pour le doyen d’âge. Au Sénat, cet intervalle oscille entre 42-44 ans pour le plus jeune et 81-90 ans pour le doyen.

48Un élu sur deux est né avant 1828. Chez les sénateurs, on atteint même les trois-quarts. Pour cette raison, on ne peut faire l’impasse sur l’importance des représentations mentales et du rapport que les élus entretiennent avec le mythe fondateur de la Révolution française.

49Le martyre de plusieurs ascendants d’élus durant la tourmente révolutionnaire ainsi que les difficultés tragiques ou romanesques liées à leur opposition au régime républicain ont dû fortement marquer des élus dont la jeunesse plonge dans le premier tiers du XIXe siècle. À ce titre, plusieurs familles de conservateurs ou de républicains modérés ont eu maille à partir avec l’administration révolutionnaire.

  • 15 Notes de M. Devienne, s.d. s.l., 48 p.
    Opuscule manuscrit détenu par les héritiers de Corne, relatan (...)
  • 16 MAILLARD René, Notice nécrologique sur M. Hyacinthe Corne, par M. René Maillard, avocat, Douai, 188

50Corne dispose dans sa bibliothèque personnelle d’un manuscrit, intitulé « Notes de M. Devienne », opuscule relatant la tourmente révolutionnaire à Arras et qui recense les atrocités locales de la Révolution.15 René Maillard, dans une notice nécrologique, précise que « M. Corne, né à Arras, appartient à une famille qui a souffert sous la Révolution, l’exil, la prison et dont plusieurs membres même ont péri sur l’échafaud. »16

51Le jurisconsulte et député François Corne, père d’Hyacinthe, a également eu des démêlés, sous le Directoire, avec l’administration centrale du Pas-de-Calais. En fructidor an VII, il est inculpé de faux et de fraude au préjudice de la République, dans la liquidation de la succession Mayoul alors que les héritiers avaient émigré. François Corne est accusé d’avoir fait admettre, dans cette succession, des dettes contractées depuis l’émigration, et d’avoir contribué à faire augmenter, de moitié et artificiellement, le passif de la succession et d’avoir fait lever le séquestre sur les biens successoraux.

52Les ancêtres de Thellier de Poncheville paient un lourd tribut à la Révolution. Bernard Guillaume Thellier de Poncheville, ancien subdélégué de l’intendance de Flandres et Artois, devenu procureur général, meurt en prison, à Arras, sous la Terreur, tandis que sa femme est guillotinée en avril 1794. La tante, âgée de 90 ans, meurt dans les geôles arrageoises, après 11 mois de captivité. Deux fils et une fille périssent également sur l’échafaud. Un troisième fils meurt en exil dans les rangs de l’armée de Condé.

  • 17 THELLIER de PONCHEVILLE Ch., Vieux Papiers et vieux souvenirs 1788. Les lettres de mon grand-père 1 (...)

53Un autre des fils ouvre, en 1791, une souscription en faveur des prêtres qui refusent d’apostasier. Arrêté en mars 1793, il s’évade à la faveur d’un mouvement populaire et rejoint les rangs de l’émigration. C’est ce dernier qui est le grand-père de Charles Thellier de Poncheville.17

54L’épouse de Joseph Anatole Bosquillon de Frescheville descend de la famille Lenglé de Schoebecque qui paie également un lourd tribut à la Révolution. Pierre François Lenglé de Schoebecque occupe, en 1789, le poste important de subdélégué général de la Flandre maritime. Il meurt sur l’échafaud révolutionnaire, à Paris, le 3 octobre 1793, tandis qu’une autre branche de la famille, les de Hau de Staplande, futurs parlementaires, émigrent en Allemagne.

  • 18 COURTAUX Théodore, op. cit.

55Le grand-père du général de Frescheville, commandant du génie à Cambrai, émigre durant la Révolution, attend le Consulat pour rentrer en France, et s’établit alors à Amiens.18

56Toujours durant la Terreur, le grand-père de Wallon, le maîtreperruquier valenciennois Caffiaux, se déguise en paysan et convoie des émigrés dans des charrettes à foin pour leur faire passer la frontière. La deuxième épouse de Wallon, Pauline Marie Boulan, appartient au même milieu, puisque le grand-père Paillot, tanneur à Condé-sur-Escaut, émigre en 1794.

  • 19 La famille Mesnard de Chouzy détenait, sous l’Ancien Régime, 290 ha de terres sur la seule commune (...)

57Quant à Edmond de Martimprey, il est le fils de Louise Mesnard de Chouzy dont les ancêtres font partie de la Cour du roi Louis XVI et possèdent château et immense domaine à Chouzy-sur-Cissé (Loir-et-Cher).19 Didier François Mesnard, comte de Chouzy, commissaire au bureau de la dépense à Versailles est condamné à mort, le 29 germinal an II, pour conspiration. Son fils Jean Didier, contrôleur général de la bouche, sous Louis XVI, est condamné le même jour pour les mêmes motifs. Tous deux sont guillotinés sous la Terreur.

58Que le poids du passé ait eu une influence directe sur l’éveil politique de ces élus ne peut guère être contesté. L’histoire familiale, les aléas dans les parcours individuels forgent les mentalités des descendants et influent directement sur leurs sensibilités et leurs choix politiques.

Une représentation tout en modération

59Plusieurs monarchistes ont subi, au travers de leurs ancêtres, les affres de la Révolution française. On ne s’étonnera pas de les retrouver dans les rangs monarchistes. Mais le poids du passé plane aussi dans les rangs républicains.

60Certains, tant conservateurs que républicains, ont bénéficié, durant la période révolutionnaire, des redistributions foncières et immobilières liées aux reventes des biens d’église ou de nobles émigrés. L’ampleur de ces acquisitions n’a pas été chiffrée précisément, mais on sent bien, dès la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle que la richesse foncière a permis à certains « coqs de village » d’arrondir le patrimoine familial, de briguer les suffrages de leurs concitoyens, et d’engranger, génération après génération, mandats locaux et départementaux comme autant de trésors susceptibles de fructification. Les Chombart, les Desmoutiers, les Heddebault, les Coget participent de cette ascension, parmi bien d’autres. Certes, les situations locales sont diverses, liées aux modes de constitution de la propriété foncière, différentes selon les terroirs et leur histoire ancienne, mais il n’en demeure pas moins que l’ascension sociale et politique accompagne presque toujours, dans un premier temps, une réussite foncière et agricole qui permet aux familles de s’arracher à leur humble position sociale.

61Plusieurs parlementaires comptent dans leurs lignées des ancêtres qui ont appartenu aux assemblées révolutionnaires. Les conventionnels Lepoutre, Pilat, de Kydspotter, Wartel, et Scheppers, peuvent tous être rattachés aux élus de 1881-89. Il en est de même des anciens députés de la période révolutionnaire ou du Premier Empire comme Corne, Plichon, Vernimmen de Vinckhof, Lefebvre ou encore Béthune, tous élus du Nord ou du Pas-de-Calais et très proches parents de nos parlementaires.

62D’autres familles d’élus, de la noblesse ou des milieux industriels, ont su bénéficier des largesses de l’Empire, tandis que d’autres sont restées fidèles à la cause monarchiste.

63Dans le Nord, les factions rivales, tant légitimistes, qu’orléanistes ou bonapartistes, au tournant des années « quatre-vingts » semblent avoir réussi à estomper leurs différences pour créer un vaste courant conservateur qui aboutit, en 1885, à la constitution d’une liste représentative de toutes les tendances. Notons aussi qu’aucun élu ne fait véritablement partie des instances dirigeantes nationales de l’une ou l’autre composante. Le tempérament modéré des élus, leur ancrage proche des milieux orléanistes est à l’opposé des crispations propres à la mouvance légitimiste. Il n’y a guère que quelques sénateurs inamovibles âgés comme Pajot, Théry et Kolb-Bernard – et ce dernier dans une moindre mesure – à demeurer avec leurs souvenirs, dans un passé légitimiste suranné et révolu.

64Les élus issus de la noblesse ont trop souvent accepté les compromissions avec les différents régimes pour revendiquer un légitimisme qui ne correspond guère aux sensibilités modérées d’une grande partie de l’électorat. L’ascension sociale des familles Martimprey, Thellier de Poncheville, des Rotours, et Bosquillon de Frescheville se poursuit tout au long du XIXe siècle sans que l’on puisse constater de réel frein politique à cette élévation.

  • 20 APP Ba/1257
  • 21 Ibid.

65D’ailleurs, en 1882, des Rotours ne s’y trompe pas et participe indistinctement à la messe bonapartiste pour l’anniversaire de la mort du prince impérial et à celle pour le 89e anniversaire de la mort de Louis XVI.20 Un rapport du contrôle général de la Préfecture de Police le range même parmi les membres du Comité royaliste du Nord.21

 

66Si l’histoire familiale est un élément déterminant dans l’émergence d’une sensibilité politique, le parcours scolaire et universitaire en est l’un des autres piliers. Ce parcours nous mène à la recherche des éléments communs vécus hors du cercle familial et qui ont pu rassembler les futurs élus.

Un bagage juridique omniprésent

67L’itinéraire scolaire des députés est assez bien connu. Il est très précis dès que le candidat a poursuivi des études universitaires. Dans ce cas, celui-ci s’en prévaut souvent dans sa profession de foi et les biographies et compilations collectives, s’en font alors l’écho.

68Le cursus scolaire est connu dans 85 % des cas. En ajoutant les deux notaires (Pajot et Outters) pour lesquels aucune indication n’a pu être trouvée, on peut affirmer que plus de deux élus sur trois (71 %) ont fait des études supérieures, chiffre en sensible augmentation par rapport aux trois législatures précédentes (+ 9 %)

69Les sources imprimées sont muettes sur le cursus de 15 % des élus. Cette méconnaissance touche surtout trois sous-groupes sociaux.

70Les familles des bourgeoisies industrielles tourquennoises et roubaisiennes offrent de solides études classiques à leurs enfants, sans que ceux-ci n’entament de cursus universitaire. Le conservateur Jonglez, fils de manufacturier tourquennois, arrête ses études dès l’obtention du baccalauréat. Le républicain Scrépel quitte le collège à l’âge de 18 ans. Obtient-il son baccalauréat ? Cas singulier, le républicain Cirier, fils de fabricant de coton et de laines, mais du terroir voisin du Cambrésis, poursuit des études de droit à Paris.

71L’embourgeoisement familial, la notoriété, la taille importante des entreprises textiles pourvoyeuses de travail et la précoce mono industrialisation textile des agglomérations tourquennoises et roubaisiennes ont constitué d’importants moyens de pression sur l’électorat.

12. Itinéraire scolaire des Parlementaires du Nord (1881-89)

12. Itinéraire scolaire des Parlementaires du Nord (1881-89)
  • 22 Masure, reçu à l’École Centrale des Arts et Manufactures, tombe gravement malade et n’intègre jamai (...)

Note 122

72Le cursus des maîtres brasseurs élus députés (Claeys-Dutilleul) est également peu connu : là aussi existe une rente de situation. Héritiers de l’affaire familiale, ils ont un avenir tracé dès leur jeunesse. La parfaite connaissance du milieu local, l’instauration de réseaux de convivialité, la possession d’un nombre non négligeable de cafés et estaminets, le quadrillage serré des aires électorales et l’utilisation des tenanciers comme autant d’agents électoraux constituent le secret des batailles électorales victorieuses et de l’entrée au Parlement.

  • 23 Industriels textiles probablement dépourvus de diplômes universitaires : Jonglez – Scrépel – Debuch (...)

73Notons également que si les industriels textiles de l’échantillon sont plutôt conservateurs, les maîtres brasseurs, eux, sont franchement républicains.23

74C’est enfin le cas du cursus scolaire de certains notaires, plus difficile à cerner lorsque ceux-ci sont entrés dans la profession par le biais d’un poste de clerc notarial. Dans ce dernier cas, même si la charge notariale nécessite un apport de capitaux non négligeable, il faudrait se pencher sur la possible promotion interne dans les milieux notariaux.

75L’importance, dans les rangs parlementaires, d’une bourgeoisie diplômée et l’omniprésence du groupe des juristes ne peuvent guère être contestées.

  • 24 PRZYBYLA Francis, op. cit.
  • 25 GAUDEMET Yves-Henri, Les juristes et la vie politique de la IIIe République, Paris, Presses Univers (...)

76Nombreux sont les élus passés par les facultés de droit. Un sur deux (46 %) a obtenu soit une licence, soit un doctorat dans cette discipline. Alors qu’au début de la IIIe République, les juristes nordistes sont sous-représentés par rapport à la moyenne nationale,24 la tendance s’inverse ensuite pour dépasser légèrement la moyenne nationale (+ 1 à + 5 %).25

  • 26 Docteurs en droit : Fournier, Girard, Guillemin, Lecomte, Lefèvre-Pontalis, L. Legrand, Lepoutre, L (...)

77Les deux tiers des juristes ont fréquenté une université parisienne. La formation juridique est particulièrement solide : 11 élus au moins sont titulaires d’un doctorat en droit.26

  • 27 PRZYBYLA Francis, op. cit.

78Comme durant les précédentes législatures,27 conservateurs et républicains se partagent équitablement les diplômes juridiques : 13 élus de droite et 11 républicains ont au moins une licence en droit.

79Chez les élus républicains, les études de droit mènent très fréquemment à la profession d’avocat (7 sur 11). Quatre d’entre eux seulement, Corne, Fournier, Marcère et Massiet du Biest, ont eu le désir ou l’opportunité d’entrer dans la magistrature.

80Chez les élus de droite l’éventail est plus large : 5 avocats, 3 magistrats, 3 hauts fonctionnaires au Conseil d’état, 1 conseiller de préfecture et 1 industriel. Encore faut-il minorer le nombre des avocats car Plichon et Théry semblent avoir été surtout des avocats d’affaires, laissant à d’autres le soin de plaider les dossiers de procédure pénale. En 1882, Thery est toujours l’avocat de la ville de Lille. Dans un procès qui oppose la ville républicaine à l’Université catholique, on reproche à Théry d’avoir mal défendu les intérêts lillois.

81Parmi les traditions établies, il est d’usage d’insister sur le nombre conséquent de médecins qui peuplent le Parlement. Cette analyse ne vaut guère pour le Nord qui n’envoie siéger qu’un seul docteur en médecine, l’ophtalmologue Testelin.

 

82Quatre militaires siègent au Parlement, ce qui gonfle l’importance des anciens élèves de Saint-Cyr et de Polytechnique.

83Faidherbe est issu d’une famille lilloise plutôt modeste. Remarqué par ses brillants résultats en mathématiques, il est autorisé à préparer Polytechnique comme boursier. Il prépare le concours au collège de Douai et, en 1838, il est admis dans la prestigieuse école. Spécialisé dans le génie et après être passé par l’école d’application de Metz, il participe dès 1844 à l’aventure coloniale.

84Martimprey, Boulanger et Bosquillon de Frescheville réussissent également un parcours militaire qui passe par Saint-Cyr ou Polytechnique.

85Deux anciens élèves de l’École Normale Supérieure font également partie du Parlement.

  • 28 GIARD Alfred, Notice sur les travaux scientifiques de M. Alfred Giard…, Lille, Imp. de L. Danel, 18 (...)
  • 29 BNF : 137 doc. imprimés

86Le professeur Giard cumule les diplômes. En août 1867, il entre à Normale Sup. En 1869, il est reçu aux licences de mathématiques, de sciences physique et de sciences naturelles. Enfin en 1872, il est nommé docteur ès sciences naturelles.28 Les communications scientifiques, livres et brochures diverses dont il est l’auteur occupent de nombreuses pages du catalogue de la Bibliothèque Nationale.29

  • 30 BNF : 150 doc. imprimés

87Henri Wallon est élève de la prestigieuse école de 1831 à 1834. Après avoir été tenté par la profession d’avocat, il choisit l’enseignement de l’histoire. En 1837, il soutient ses deux thèses : une thèse latine sur l’immortalité de l’âme et une autre sur le droit d’asile. En 1840, il est reçu au concours de l’agrégation. De 1834 à 1846, il enseigne dans deux collèges parisiens mais les rapports d’inspection ne sont guère élogieux. Lui aussi est un auteur prolixe aux nombreux ouvrages religieux, documents politiques et communications historiques.30

88Enfin quatre députés conservateurs, Kolb-Bernard, Masure, Renard et Le Gavrian, se sont orientés vers une formation d’ingénieur.

89Kolb-Bernard, après avoir fréquenté un lycée parisien, poursuit deux années d’études scientifiques et sort avec le brevet d’ingénieur et le titre de sous-inspecteur des manufactures royales de tabac. En 1829, il devient associé dans la raffinerie de sucre « Bernard frères » dirigée par ses beaux-frères. Son esprit scientifique et sa formation d’ingénieur lui permettent d’apporter de nombreuses améliorations dans la fabrication et le raffinage des sucres.

90Léon Renard qui fait de brillantes études à l’École centrale des Arts et Manufactures, en sort premier avec le diplôme d’ingénieur chimiste en poche. Il dirige alors à Fresnes-sur-Escaut l’importante verrerie paternelle. Il est l’inventeur d’un procédé breveté qui préserve tous les verres de l’irisation (décomposition par l’air humide).

91Paul Le Gavrian sort brillamment de l’École Centrale des Arts et Manufactures avec le titre d’ingénieur mécanicien. Il est vrai qu’avec un père constructeur et mécanicien, le chemin est tout tracé. Lui aussi dépose plusieurs brevets. Il perfectionne les nouvelles machines à vapeur qui remplacent les anciennes, dites à balancier, et exploite le brevet Corliss qui améliore considérablement les machines utilisées en France. Le succès est tel que Le Gavrian peut revendre ses droits d’exploitation sur plusieurs régions françaises pour se concentrer sur la diffusion dans le nord de la France.

  • 31 VERLY Hippolyte, Essai d’une biographie lilloise contemporaine (1800-1869), Lille, Leleu, 1869

92Quant à Masure, il échoue au concours d’entrée à Polytechnique. Alors qu’il vient juste d’être admis à l’École centrale des Arts et Manufactures, il tombe gravement malade. Pendant sa convalescence, il écrit des articles pour Le Mémorial de Lille, et entame alors une longue carrière de journaliste politique républicain.31 Il est par la suite co-fondateur du Progrès du Nord.

93Un seul député quitte l’école très jeune. Il est le représentant unique d’une promotion sociale menée tambour battant, constituant un cas atypique de « self-made-man » parvenu au faîte de la richesse et des honneurs républicains.

  • 32 Trystram fut accusé d’être « un vendeur de chair à canon »

94Jean-Baptiste Trystram sort de l’école communale, dès 10 ans. Le père est simple douanier appointé à 48 F par mois. La mère ne sait ni lire ni écrire. L’enfant entre en apprentissage chez un tailleur. À 12 ans, on le retrouve dans une fabrique de sucre à Dunkerque. Il travaille ensuite dans une maison de commerce et, à 18 ans, trouve un emploi d’agent d’assurances spécialisé dans le remplacement militaire, ce qui lui est beaucoup reproché pendant les campagnes électorales.32 Associé à un autre employé, il rachète l’entreprise. C’est cet associé qui contribue le plus à la socialisation politique de Trystram. L’hagiographie républicaine fait de Trystram un autodidacte avide de connaissances et toujours prêt à les parfaire grâce à ses nombreuses lectures.

  • 33 Le Petit Nord, « Portraits à la plume. Nos conseillers généraux. XVI. M. Trystram », no 307. 15/9/1 (...)
  • 34 GAUDART DE SOULAGES Michel, Dictionnaire des francs-maçons français, Lumière et Tradition, Ed. Alba (...)

95Tout en courant pour ses assurances, il achète et revend aux gens de la campagne des pois, des haricots, des pommes de terre, des œufs, des bœufs, Il trafique avec l’Angleterre, y exporte des lapins, et réalise sûrement, mais sans qu’on puisse le prouver, de substantiels bénéfices de contrebande.33 L’appartenance de Trystram à la franc-maçonnerie est un autre élément explicatif de cette fulgurante ascension.34

 

96Le parcours scolaire est un facteur déterminant qui permet de forger la personnalité des élites parlementaires. Le parcours spirituel et religieux détermine tout autant les sensibilités individuelles et mérite un détour circonstancié.

Facteur de cohésion et affirmation d’une identité, une grande réputation de foi

  • 35 Le Petit Nord, « Situation nette » No 2485. 4/9/1885

97La liste conservatrice qui brigue les suffrages des électeurs en 1885 présente une dimension religieuse qui, si elle n’est pas toujours affichée, est plus que certaine. Ces élus catholiques ont presque tous un engagement militant dans leur paroisse. Le Petit Nord dénonce ce caractère religieux de la liste nordiste.35

98Que dire des autres candidats ? Edmond de Martimprey est d’abord un militaire, lui-même fils de général de division, gouverneur de l’Algérie, ancien sénateur du Second Empire, puis gouverneur des Invalides. L’oncle, qui est aussi général de division, a participé aux campagnes d’Algérie, puis d’Italie, puis à la guerre de 1870.

99Martimprey embrasse la carrière des armes et fait preuve de courage. Prisonnier de guerre à Metz, en octobre 1870, il reste en captivité 4 mois, puis poursuit une carrière qui aurait dû le mener au faîte des honneurs.

  • 36 Qualificatif d’un journaliste anonyme
  • 37 APP Ba/1174 ainsi que Paris-Journal, 18/11/1880

100Mais la carrière du « bouillonnant »36 capitaine s’interrompt brutalement, en 1880, lorsque passe sous ses fenêtres un religieux « poursuivi sous les huées d’une bande de voyous », alors qu’est ordonnée l’expulsion des dominicains parisiens du Faubourg St-Honoré.37 Descendant dans la rue, il « prend sous sa protection le religieux abandonné sans défense aux outrages, aux menaces de la canaille…, s’efforçant de contenir les voyous hurlant après les chausses du dominicain. »

101Le ministre de la Guerre, le général Farre, place Martimprey en non-activité. La mesure est rapportée six mois plus tard. Martimprey reprend du service, en Tunisie, à l’état-major du général Japy.

  • 38 AD75 DQ8/1799 DQ7/12250
  • 39 AD59 M/121/4

102Martimprey se détourne alors de la vie militaire pour privilégier les activités industrielles au côté de son beau-père Jules Brabant, ancien maire de Cambrai et député du Nord de 1871 à 1876, dans la blanchisserie Saint-Roch, située à Cambrai. L’ancien capitaine détient une importante participation de 225 000 F dans cette blanchisserie,38 spécialisée dans « la production de batiste et de tous les tissus de fils », et qui compte, dès 1867, près de 500 employés39

  • 40 AD59 3Q/338/87 3Q/318/202 3Q/318/203 3Q/318/208

103Le sénateur Pajot fait aussi partie de la mouvance ultramontaine. Il est à l’Assemblée Nationale de 1871 l’un des 4 rapporteurs des pétitions catholiques qui ont demandé une intervention de la France dans la question romaine. Dans sa succession, il lègue à son fils « le projet de chapelle de Notre-Dame de la Treille encadré ainsi que le diplôme de fondateur de l’Université catholique de Lille encadré également ». Sa fille hérite « d’un tableau appelé La Jeune Mère, un prie-dieu en chêne, un christ et d’autres objets de piété ». Le beau-frère reçoit deux gravures, l’une représentant « Jésus bénissant les petits enfants », l’autre « La résurrection de Lazare ». Et la fabrique de l’église St-Etienne de Lille perçoit la coquette somme de 3 000 F.40

  • 41 Silhouettes lilloises extraites du journal « Le diable rose », 1873

104Les journaux satiriques qualifient le sénateur Théry d’« adorateur du trône et de l’autel qui se trouvait tout naturellement désigné pour faire partie du bouquet de lys blancs qui devait faire la paix. »41 Le journaliste fait référence à l’événement de 1872, lorsque le fils de Théry est choisi pour remettre au comte de Chambord le drapeau de satin blanc fleurdelisé que les dames françaises ont fait broder en son honneur. La tradition familiale est bien ancrée. Un saut en arrière de deux générations nous replonge dans une famille de 9 enfants fort pieuse, puisque cinq d’entre eux entrent en religion.

  • 42 BAUNARD (Mgr), Kolb-Bernard, sénateur du Nord, Lille, 1890 « L’association est formée entre les fam (...)

105Kolb-Bernard, converti au catholicisme, obtient la conversion de son père pourtant luthérien convaincu. Deux des sœurs du sénateur deviennent religieuses du Sacré-Cœur et deux de ses neveux jésuites. Effrayé tant par la progression des naissances illégitimes dans les centres industriels que par l’énorme proportion des aliénations mentales ou par l’affaiblissement physique de la race dans les mêmes milieux ou encore par la criminalité exorbitante des régions où dominent les ouvriers d’usine, Kolb-Bernard fonde, organise, préside et dirige pendant un demi-siècle les Conférences de Saint-Vincent de Paul qui apportent une aide matérielle et spirituelle aux classes laborieuses.42 Kolb-Bernard approche Louis Veuillot, le directeur de L’Univers et participe également à la création et à la diffusion de la presse catholique régionale.

  • 43 GUIBERT Henri, Essai sur les idées, les goûts, la vie familiale d’Henri Alexandre WAL-LON (1812-190 (...)
  • 44 APP Ba/1298

106Wallon subit la double influence d’un père voltairien et républicain et d’une mère catholique fervente. L’influence de son ancien professeur de français, entré au séminaire de Saint-Sulpice en 1836, est également déterminante. Wallon suit aussi, à Paris, les conférences du père de Ravignan et celles de Lacordaire.43 Ardent partisan de l’abolition de l’esclavage, Wallon est un écrivain très prolifique, auteur de nombreux ouvrages religieux. Parmi bien d’autres, on peut citer « La vie de Jésus et son nouvel historien », « Jeanne d’Arc », « Saint-Louis »… Catholique fervent, le « père de la Constitution » est de ceux qui assistent, en 1877, en la chapelle expiatoire, à la messe d’anniversaire de la mort de Louis XVI.44, illustrant toute la difficulté de tenter de classifier selon des critères rationnels propres à notre époque.

107Les élus qui comme Masure et Testelin sont libre-penseur ou athées sont peu nombreux. Lorsque Masure décède, la famille très catholique du député ne tient pas compte de ses dernières volontés. Le Petit Nord s’en offusque :

  • 45 Le Petit Nord, « Les funérailles de M. Masure », No 2896 du 20/10/1886

Le Petit Nord : « La famille du défunt a décidé de donner aux obsèques un caractère religieux… Mais nous avons le devoir de le dire ; Masure est resté, jusqu’à la dernière heure, fidèle à ses opinions philosophiques, fidèle à sa vie, fidèle à sa cause. Il est mort comme il a vécu, en libre-penseur. Même à l’heure où les facultés s’affaiblissent, cet honnête homme est demeuré pur de toute défaillance morale. »45

108Testelin, le républicain de la première heure, est le seul à tourner ouvertement le dos à la foi catholique. Selon ses dernières volontés, il est incinéré au Père Lachaise.

  • 46 APP Ba/1131

109Dans les rangs boulangistes, Koechlin, issu d’une famille protestante, préside la Société de crémation qui œuvre en faveur de l’incinération. Protestant et franc-maçon, il illustre fort à propos l’ambiguïté des relations entre politique et religion. Koechlin, maire d’un arrondissement de Paris, s’oppose à la laïcisation de l’hôpital Beaujon et à celle des maisons de secours.46 C’est lui qui procède, en 1888, au mariage du prince royal de Danemark et de la fille du duc de Chartres. Son attitude trop courtoise, trop déférente lui vaut d’être révoqué par Floquet. Koechlin n’a-t-il pas osé s’adresser au couple princier en leur donnant du « Vos altesses royales » !

110Même si certains autres élus s’opposent ouvertement au parti clérical et à l’Église, aucun ne refuse les derniers sacrements et l’enterrement religieux. Les temps demeurent au conformisme religieux. L’appartenance à la franc-maçonnerie reste cachée. Le passage à l’église demeure un rite obligatoire.

 

  • 47 TAXIL Léo, Liste des francs-maçons sénateurs et députés, Paris, Petite Guerre, 1887
  • 48 HERVIEU Fabrice, L’Histoire, « Catholiques contre francs-maçons : l’extravagante affaire Léo TAXIL  (...)

111L’appartenance à la franc-maçonnerie et aux sociétés de libre-pensée est difficile à cerner. Le sujet passionne à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Plusieurs ouvrages sont des succès de librairie. Léo Taxil fait scandale en publiant des listes de francs-maçons célèbres.47 Ces ouvrages doivent être compulsés avec une extrême circonspection car ils n’ont qu’un fondement partisan, tronqué, orienté et parcellaire.48

  • 49 GAUDART de SOULAGES Michel, Dictionnaire des francs-maçons français, Lumière et Tradition, Éditions (...)
  • 50 Répertoire maçonnique contenant les 30 000 francs-maçons, noms relevés dans les archives de l’assoc (...)

112Michel Gaudart de Soulages, dans son ouvrage bien documenté,49 cite Giard, Lecomte, Testelin et Trystram, tous quatre situés à gauche de l’échiquier politique. Le Répertoire Maçonnique confirme ces indications.50

  • 51 APP Ba/1131

113Achille Testelin semble avoir appartenu à la loge La Fidélité, dès avant 1852. Il fonde en 1878, à Lille, la loge L’Étoile du Nord dont il est un instant le vénérable. La préfecture de Police rapporte que Koechlin est, en 1878, le vénérable de la loge parisienne Le Progrès, affiliée au Grand-Orient de France.51

  • 52 AD59 3Q 135 34 3Q 132 88

114Au hasard des recherches, on apprend que le député Parsy, apparenté au sénateur républicain Girard, prête à la loge maçonnique de Cambrai la somme de 1 800 F.52

  • 53 Le Figaro, 15/1/1890, mais aussi APP Ba/1150

115Un article du Figaro classe Pierre Legrand parmi les francs-maçons,53 et Léo Taxil fait de même. Ce dernier cite encore Marcère et Merlin mais cette appartenance, plus que plausible, reste à prouver.

116Le Nord envoie au Parlement un faible contingent de francs-maçons, se situant dans une fourchette de l’ordre de 7 à 13 %.. Ce nombre se révèle plus faible encore, en 1885, lorsque le scrutin de liste permet l’élection d’une liste conservatrice homogène formée d’un gros bataillon d’élus catholiques militants.

Des globe-trotters devant l’Éternel

117Pour certains élus, en prévision de leurs futures activités professionnelles, les familles ont encouragé le goût des voyages d’études pour leur assurer un utile complément de formation. L’époque est au développement de la navigation et le XIXe siècle est friand d’aventures maritimes.

  • 54 A. Min. Aff. Etrang. Mémoires et documents. Tunis et Tripoli. Tome 1. (1835-1855). « Mémoire sur la (...)

118En 1841, Guizot confie au jeune Plichon une mission diplomatique officieuse de bons offices à Tunis et à Tripoli.54 Plichon visite l’Égypte et monte jusqu’à la première cataracte. Rançonné par des bédouins, il poursuit ce voyage mouvementé jusqu’à Constantinople.

119Le général Boulanger a fait le tour du monde, étant revenu par les Indes de sa mission aux États-Unis lors du centenaire de l’indépendance.

120Jonglez s’expatrie en Angleterre pour apprendre la langue et s’initier au commerce des laines. Le Gavrian entreprend un voyage d’études à Manchester pour parfaire sa formation d’ingénieur mécanicien. Koechlin, pendant sa jeunesse, visite l’Orient, fait un long séjour aux Indes-Orientales et au Cachemire. Plus tard, il visite la Russie, la Sibérie, le Caucase et la Laponie, alliant voyage d’études et frasques extraconjugales.

121Certains élus sont aussi tributaires d’engagements ou de nominations professionnelles hors des frontières métropolitaines.

122En 1840, Testelin passe un an en Algérie comme chirurgien militaire, alors qu’il vient de terminer son doctorat en médecine.

123Plusieurs participent à l’administration coloniale, tant militaire que civile. Fournier est nommé directeur du service de l’Algérie et conseiller d’État en service extraordinaire. Son expérience du terrain est mise à contribution dès son entrée au Sénat.

124Bergerot participe, durant 4 ans, en qualité de secrétaire du directeur des affaires civiles, à l’administration civile du pays, à une époque où tout est à organiser.

  • 55 FROELICHER Émile, Trois colonisateurs : Bugeaud, Faidherbe, Galliéni, Paris, H. Charles-Lavauzelle, (...)

125Trois des quatre militaires de haut rang ont une solide expérience de l’Afrique. Faidherbe, gouverneur du Sénégal, organise l’administration du pays. Il est à l’origine de l’École des otages qui forme les élites autochtones et développe aussi un enseignement laïc concurrent des congréganistes. La création des ports de Rufisque et de Dakar permet de développer l’économie du pays. En 1865, il commande la subdivision algérienne de Bône. Élu député du Nord en 1871, il démissionne aussitôt. Érudit, polyglotte, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, chargé d’une mission scientifique en Haute-Égypte,55 il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les dialectes locaux.

126Le capitaine Martimprey est nommé à l’état-major du général Japy en 1881 et participe à la campagne de Tunisie. Il est promu chevalier de la Légion d’honneur au titre du ministère de la guerre, dès 1882.

  • 56 CAMBON Paul, Ibid Lettre à Mme Paul Cambon du 24/6/1884, écrite à La Marsa (Tunisie) « Mme Boulange (...)

127Boulanger participe à la campagne de la Grande Kabylie et fait campagne en Cochinchine. En 1884, il prend la tête de la division d’occupation de Tunisie et entre en conflit avec le résident général Paul Cambon qui obtient le rappel en métropole du remuant général. Paul Cambon, dans sa correspondance, dresse un portrait mitigé du couple Boulanger et plus particulièrement de Lucie Renouard, la bavarde et autoritaire épouse du général.56

128Au poids des voyages, il faut ajouter l’importance de l’attraction exercée par Paris, véritable bouillon de culture dans cette Europe des révolutions. Un élu sur deux, au moins, a effectué tout ou partie de sa scolarité à Paris. Lors de la Révolution de 1848, plus d’un élu sur trois se situe dans la tranche d’âge 18-30 ans. Un élu sur huit se situe dans cette tranche d’âge lors de celle de 1830. Les idées propagées par ces deux révolutions ont, sans nul doute, influencé ceux qui menaient leurs études à Paris durant ces événements.

129À l’évidence, les parlementaires du Nord disposent d’une solide instruction et sont même parfois des érudits. Leur éducation est celle des classes les plus aisées de la société. L’élitisme du recrutement des élus nordistes se renforce même durant la législature 1885-89, période pendant laquelle les diplômes atteignent un niveau jamais égalé sous la IIIe République.

Notes

1 Édouard Charles de MARTIMPREY, sénateur en 1864, gouverneur des Invalides (1870-83)

2 AN. BB/6 (II)/123

3 CARNOY, Dictionnaire biographique des hommes du Nord. Nord, Ardennes, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Oise. Paris, Impr. de l’Armorial français, 1899

4 AD59 État-Civil. Lille
COURTAUX Théodore, Histoire généalogique de la famille Bosquillon, d’Aubercourt, de Bouchoir, du Fay, de Fontenay, de Frescheville, de Jarcy, de Jenlis, de Marigny. Picardie, Beauvaisis et Ile-de-France 1464-1892, Paris. Cabinet de l’Historiographe, 1894 La famille Bosquillon de Jenlis est un rameau de la famille Bosquillon, originaire de Montdidier. La famille se fractionne en plusieurs rameaux. Un Bosquillon de Marigny fut député au Conseil des Anciens. L’oncle de Marie Caroline, Joseph Louis Marie Bosquillon d’Aubercourt est sous-préfet à Montdidier.

5 AN. F/14/2176/2

6 La Vraie France, 31/7/1888

7 APP Ba/1176
Dép. du Nord : Sénatoriales de 1879 (étiquettes politiques et résultats de la Préf. de Police de Paris)
802 inscrits/798 votants

Dutilleul, rép., 438 voix, ÉLU, Massiet du biest, rép., 422 voix, ÉLU, Faidherbe, rép., 420 voix, ÉLU, Merlin, rép., 417 voix, ÉLU, Fournier, rép., 413 voix, ÉLU, Rotours, bonap., 397 voix, Plichon, orléan., 383 voix, Mailliet, orléan., 367 voix, d’Hespel, orléan., 357 voix, Crespin-Delinselle, orléan., 353 voix.

8 dont celui du ministre nordiste Lambrecht

9 JOANNE Adolphe, Géographie du Nord, Paris, Hachette & Cie, 1873
LAROUSSE Pierre, Nouveau dictionnaire illustré, Paris, Larousse, 1912
République Française. Ministère du Commerce et de l’Industrie, Statistique générale de la France. Résultats statistiques du dénombrement de 1886, Berger-Levrault & Cie, Paris, 1888

10 PRZYBYLA Francis, « L’enracinement local », Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République », Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, Université Charles de Gaulle – Lille 3, Villeneuve d’Ascq, 2000, pp 37-48

11 GIRARD Louis, La politique intérieure de la IIIe République (1871-1893), Paris, C.D.U., multigr.

12 GUILLAUME Sylvie (sous la dir.) Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIe République (1870-1940). Portrait de groupe, Talence, Edts de la maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

13 Sénat élu en 1888, renouvelé en 1897. La 1re partie de la période a été retenue. (1888-93)

14 Bottieau, Baucarne-Leroux et Lefèvre-Pontalis

15 Notes de M. Devienne, s.d. s.l., 48 p.
Opuscule manuscrit détenu par les héritiers de Corne, relatant la tourmente révolutionnaire à Arras et Cambrai et comptabilisant les « suppliciés ». Robespierre, qualifié de dictateur, de Diable, présenté comme un « vampire » assoiffé de sang, est accusé d’être l’avocat des plaideurs de mauvaise foi et le patron des causes honteuses

16 MAILLARD René, Notice nécrologique sur M. Hyacinthe Corne, par M. René Maillard, avocat, Douai, 1888

17 THELLIER de PONCHEVILLE Ch., Vieux Papiers et vieux souvenirs 1788. Les lettres de mon grand-père 1789-1795. Un magistrat d’autrefois 1795-1837, Société de Saint-Augustin, Imp. de Desclée de Brouwer et Cie, Lille, 1888

18 COURTAUX Théodore, op. cit.

19 La famille Mesnard de Chouzy détenait, sous l’Ancien Régime, 290 ha de terres sur la seule commune de Chouzy-sur-Cissé

20 APP Ba/1257

21 Ibid.

22 Masure, reçu à l’École Centrale des Arts et Manufactures, tombe gravement malade et n’intègre jamais l’École

23 Industriels textiles probablement dépourvus de diplômes universitaires : Jonglez – Scrépel – Debuchy – Koechlin

24 PRZYBYLA Francis, op. cit.

25 GAUDEMET Yves-Henri, Les juristes et la vie politique de la IIIe République, Paris, Presses Univers. de France, 1970
Chambre de 1881-85 : 560 députés/229 juristes

26 Docteurs en droit : Fournier, Girard, Guillemin, Lecomte, Lefèvre-Pontalis, L. Legrand, Lepoutre, Le Roy, Plichon, Rotours, Thellier de Poncheville

27 PRZYBYLA Francis, op. cit.

28 GIARD Alfred, Notice sur les travaux scientifiques de M. Alfred Giard…, Lille, Imp. de L. Danel, 1879

29 BNF : 137 doc. imprimés

30 BNF : 150 doc. imprimés

31 VERLY Hippolyte, Essai d’une biographie lilloise contemporaine (1800-1869), Lille, Leleu, 1869

32 Trystram fut accusé d’être « un vendeur de chair à canon »

33 Le Petit Nord, « Portraits à la plume. Nos conseillers généraux. XVI. M. Trystram », no 307. 15/9/1879

34 GAUDART DE SOULAGES Michel, Dictionnaire des francs-maçons français, Lumière et Tradition, Ed. Albatros, 1981

35 Le Petit Nord, « Situation nette » No 2485. 4/9/1885

36 Qualificatif d’un journaliste anonyme

37 APP Ba/1174 ainsi que Paris-Journal, 18/11/1880

38 AD75 DQ8/1799 DQ7/12250

39 AD59 M/121/4

40 AD59 3Q/338/87 3Q/318/202 3Q/318/203 3Q/318/208

41 Silhouettes lilloises extraites du journal « Le diable rose », 1873

42 BAUNARD (Mgr), Kolb-Bernard, sénateur du Nord, Lille, 1890 « L’association est formée entre les familles de la classe ouvrière dans le but de les faire sortir de leur isolement, en établissant entre elles une union de prières, des liens d’affection et d’assistance réciproque. » L’œuvre de St-Vincent de Paul développe le prêt d’ouvrages (création de la bibliothèque des Bons Livres), lutte contre l’endettement (caisse d’économie et caisse de loyers) et aide les populations en difficulté par la distribution quotidienne de soupe aux indigents (Cercle du Bouillon)

43 GUIBERT Henri, Essai sur les idées, les goûts, la vie familiale d’Henri Alexandre WAL-LON (1812-1904), doc. dactyl., non publié

44 APP Ba/1298

45 Le Petit Nord, « Les funérailles de M. Masure », No 2896 du 20/10/1886

46 APP Ba/1131

47 TAXIL Léo, Liste des francs-maçons sénateurs et députés, Paris, Petite Guerre, 1887

48 HERVIEU Fabrice, L’Histoire, « Catholiques contre francs-maçons : l’extravagante affaire Léo TAXIL », Paris, no 145, juin 1991

49 GAUDART de SOULAGES Michel, Dictionnaire des francs-maçons français, Lumière et Tradition, Éditions Albatros, 1981

50 Répertoire maçonnique contenant les 30 000 francs-maçons, noms relevés dans les archives de l’association antimaçonnique de France, Paris, 1908

51 APP Ba/1131

52 AD59 3Q 135 34 3Q 132 88

53 Le Figaro, 15/1/1890, mais aussi APP Ba/1150

54 A. Min. Aff. Etrang. Mémoires et documents. Tunis et Tripoli. Tome 1. (1835-1855). « Mémoire sur la régence de Tripoli, présenté en 1842, à Son Excellence M. Guizot, par Ignace Plichon, docteur en droit de la faculté de Paris »
Voir aussi : EMERIT Marcel, Revue du Nord, « Du saint-simonisme au catholicisme, Ignace Plichon, député du Nord », Tome LVI, no 220, 1974

55 FROELICHER Émile, Trois colonisateurs : Bugeaud, Faidherbe, Galliéni, Paris, H. Charles-Lavauzelle, 1903

56 CAMBON Paul, Ibid Lettre à Mme Paul Cambon du 24/6/1884, écrite à La Marsa (Tunisie) « Mme Boulanger est évidemment une personne qui se croit d’une intelligence supérieure. Elle parle beaucoup et de tout à tort et à travers avec une voix un peu forte et un ton qui ne semble pas admettre la réplique. Le général cause peu. Les deux jeunes filles sont laides, mais bien élevées, elles n’ouvrent pas la bouche…. Robin qui n’y va pas par quatre chemins malgré sa bonté d’âme et qui se trouvait dans le wagon avec Mme Boulanger a résumé son impression en disant : « Quelle dinde ! ». Après déjeuner, nous nous sommes livrés avec Mme Boulanger qui croit tout savoir à une grande discussion sur l’Islamisme. »

Table des illustrations

Titre 6. Lieu de naissance des parlementaires du Nord (1871-89)
Légende DEP : députés/SEN : sénateurs
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 7. Typologie des lieux de naissance des parlementaires du Nord (1871-89)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 8. Années de naissance des parlementaires du Nord (1881-89)
Légende Note 313
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 9. Moyenne d’âge des parlementaires (1871-89) Comparaison Nord/Aquitaine, par législature.
Légende CHAMBRE DES DEPUTES/SENAT D : Chambre des Députés. S : Sénat. Moy : Moyenne sur l'ensemble de la période
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 10. Années de naissance des députés du Nord au début de la IIIe République (1871-1889).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56991/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56991/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 11. Années de naissance des sénateurs du Nord au début de la IIIe République (1875-1893)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56991/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 12. Itinéraire scolaire des Parlementaires du Nord (1881-89)
Légende Note 122
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56991/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search