Version classiqueVersion mobile

Le blé, le sucre et le charbon

 | 
Francis Przybyla

Élites économiques nordistes et confiscation du pouvoir législatif

Introduction de la partie

Texte intégral

1De 1881 à 1889, le Nord envoie, au Parlement, 38 députés et 18 sénateurs. Compte tenu des 4 députés, Marcère, Girard, Cirier et Scrépel, passés de la Chambre des députés au Sénat, l’effectif se compose de 52 élus.

2Lors des élections législatives des 21 août et 14 septembre 1881, le Nord élit une forte majorité républicaine. Sur 18 élus, 13 républicains rejoignent les bancs de l’Assemblée. Le nombre de députés conservateurs est faible. Les trois élections partielles de la législature confortent la tendance : 2 républicains pour 3 députés élus.

  • 1 Dans le Nord, 4 listes sont en présence. La liste d’alliance conservatrice recueille 161 967 voix. (...)
  • 2 L’Indicateur de l’arrondissement d’Hazebrouck, « Election législative du 19 août 1888.
    Résultats com (...)

3En 1885, deux sièges supplémentaires sont attribués au Nord pour tenir compte de l’évolution démographique. Le 4 octobre 1885, en raison du scrutin de liste, de la combativité retrouvée des conservateurs, du recentrage de l’électorat vers la droite, de la sensible dégradation du contexte économique et de la multiplication des listes en présence,1 les députés conservateurs raflent la totalité des 20 sièges. Cependant, les 3 élections partielles suivantes inversent la tendance et 3 républicains entrent au Palais-Bourbon, rompant ainsi avec l’uniformité de la représentation nordiste. Enfin, lors des deux dernières partielles, les élections sont remportées par les candidats boulangistes extra-départementaux : le général Boulanger, élu par deux fois, et son colistier, Koechlin. Les conservateurs locaux n’ont pas présenté de candidat et les républicains de gouvernement sont assez sévèrement battus.2

4Au Sénat, les inamovibles nordistes continuent de peser lourdement dans la composition du groupe. Toutefois, dès les élections sénatoriales de 1879, la majorité devient républicaine. Le nombre de sénateurs de droite décroît, passant de cinq à quatre, sur un effectif composé de 12 sénateurs.

Notes

1 Dans le Nord, 4 listes sont en présence. La liste d’alliance conservatrice recueille 161 967 voix. La liste républicaine, ouvertement opportuniste, recueille 118 660 voix. La liste radicale et la liste socialiste révolutionnaire récupèrent 7 500 et 2 000 voix
Le Petit Nord, « L’enquête électorale », No 2540 du 29/10/1885
Pour ce journal, cinq raisons à l’échec des opportunistes aux législatives de 1885 : la crise économique, l’inertie des républicains (trop de réunions, pas assez de démarches et de visites), l’insuffisance des ressources (faible sacrifice financier), la forte propagande du clergé face à une neutralité administrative (fonctionnaires se tenant à l’écart, clergé intervenant par des démarches et des prédications en chaires), les promesses extravagantes des réactionnaires (fin de la crise, suppression des 28 jours et des 13 jours, réduction du service militaire à 18 mois)

2 L’Indicateur de l’arrondissement d’Hazebrouck, « Election législative du 19 août 1888.
Résultats complets. », No 4940 du 26/8/1888 Le général Boulanger et son colistier, Koechlin, obtiennent 55.6 % des voix. Les républicains, Desmoutiers et Moreau, obtiennent 41.7 % et les candidats du Parti Ouvrier moins de 2.7 %
A l’exception de l’arrondissement de Lille, tous les autres basculent.
La chute des opportunistes est réelle mais limitée dans l’Avesnois. Elle est sévère dans le Valenciennois et le Douaisis. C’est une déroute républicaine dans les arrondissements de Cambrai, Dunkerque et Hazebrouck. Dans ce dernier arrondissement, la victoire boulangiste est la plus éclatante. (Boulanger : 78 %, Desmoutiers : 22 %)

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search