Version classiqueVersion mobile

Le blé, le sucre et le charbon

 | 
Francis Przybyla

Charles Peguy. « Reprise politique parlementaire »

Texte intégral

1« Peut-être assistons-nous ici au phénomène le plus important de toute l’histoire parlementaire contemporaine : le peuple des électeurs entend et parle un certain langage politique presque sincère ; la foule des élus entend et parle un autre langage politique, un langage convenu, tout à fait différent du premier, mais correspondant au premier, formé des mêmes mots que le premier. Si le peuple politique des électeurs et la foule politique des élus parlaient deux langages politiques totalement différents, il n’y aurait qu’un moindre mal ; ces deux parties de la nation vivraient séparément, et par suite assez indépendamment ; si le langage politique des élus n’était pas formé des mêmes mots que le langage des électeurs, les électeurs continueraient à ne rien savoir, mais au moins ils sauraient qu’ils ne savent rien ; ils se trouveraient en présence d’une langue étrangère, mais qu’ils connaîtraient pour étrangère.

2Ce qui fait presque tout le danger de la situation politique parlementaire actuelle, c’est que le langage politique parlementaire des élus et le langage politique des électeurs sont deux langages parallèles, correspondants, à la fois totalement étrangers pour le sens, et pourtant formés des mêmes mots, deux langages où les mêmes mots figurent, soutiennent les mêmes rapports, mais en des sens totalement différents, totalement étrangers. Ainsi le peuple croit savoir, et il ne sait pas, et il ne sait pas qu’il ne sait pas. Le peuple suit des discours entiers, des sessions entières, des législatures entières, des régimes entiers sans y entendre un mot ; mais il croit qu’il entend parce qu’il suit tous les mots et toutes les relations formelles des mots entre eux. Il y a ainsi entre le pays et sa représentation non pas un inentendu, ce qui serait grave, non pas un malentendu, ce qui serait plus grave, mais un faux entendu perpétuel et universel, à qui on est sûr que rien ne peut échapper. Le peuple et les parlementaires disent la République, la liberté, la révolution ; mais ce n’est ni la même République, ni la même liberté, ni la même révolution….

3La distance qu’il y a du langage parlementaire au langage français mesure à chaque instant le bénéfice de l’opération, puisque les parlementaires promettent au peuple en langage parlementaire et que le peuple tient aux parlementaires en langage français. Les parlementaires promettent les réformes ou les révolutions en langage parlementaire ; le peuple paie l’impôt en langage français ? Les parlementaires promettent les monopoles en langage parlementaire ; le peuple fournit son travail en langage français. Les parlementaires font des lois en langage parlementaire ; le peuple les subit en langage français. Les meneurs parlementaires exercent leurs entraînements en langage parlementaire ; le peuple reçoit les coups en langage français. Le peuple des grévistes se fait fusiller en français. »

4Charles PEGUY. « Reprise politique parlementaire » in Œuvres en prose complètes. Paris, Gallimard, 1987

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search