Version classiqueVersion mobile

Les vies de Pierre Naville

 | 
Françoise Blum

La logique de l’expérience

Véronique Nahoum-Grappe

Texte intégral

1Avec quelqu’un comme Pierre Naville, il n’était pas question dans ces entretiens de s’approcher de son « moi » intime et réflexif : tout échange suppose une acceptation des distances entre les interlocuteurs. Il nous fallait l’inventer, entre moi, fille de sa seconde femme et modeste chercheur(e) en sciences sociales, et lui, personnage central de notre famille d’une part, et grande figure historique, intimidante pour moi, dont les multiples facettes formaient un immense éventail déroutant entre art et politique, entre besoin de poésie et désir de science. Il ne pouvait s’agir d’un récit de vie entre proches, ni d’un partage de considérations de fond entre générations.

2C’était dans les années quatre-vingt du xxe siècle : je participais à une vaste enquête sociologique et historique sur les récits de vie, dirigée par Jacques Ozouf, André Burguière et Joseph Goy (dans le cadre du Centre de Recherches Historique de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales). J’ai trouvé tout naturel de demander à Pierre Naville d’accepter de répondre à ma grille souple de questions pour des entretiens sur son itinéraire intellectuel et politique, entretien dénué de tout autre but que lui-même.

3Il y a des frontières autour des espaces privés entre interlocuteurs dont le franchissement est impensable, à cause du croisement des yeux : le regard bleu si direct, gai et sérieux, caustique et gentil, exigeant et aussi un peu ailleurs de Naville ne peut pas être oublié par ceux qui l’ont connu, je crois. Ce regard intensément ouvert sur le moment qui suivait, surligné avec décision par le trait des sourcils (si bien redessiné par Violette Naville), obligeait à garder et respecter les distances et les blancs entre les phrases à cause de son exigence d’acuité dénuée de toute morgue. Sans doute sa culture protestante oubliée, et son éthique de scientifique marxiste lui interdisaient toute complaisance psychologique ou narcissique.

4Il a eu la générosité d’accepter cette demande un peu « culottée » venue de quelqu’un qui n’avait pas du tout pris conscience de la valeur historique de sa biographie : j’étais une sorte de bleue, à peine sortie d’une vaste adolescence gyrovague, absolument dénuée de toute arrière-pensée, et même de toute référence autre que celle d’un respect puissamment affectif, et totalement non pensé : je sentais l’exception du bloc d’identité que j’avais en face de moi.

5Mon interrogation était donc floue, concrète, et ouverte : c’était le comment qui était ici en jeu. Je crois maintenant que ce flou dénué d’intention a convenu à Naville, qui avait pourtant l’expérience de bien d’autres interlocuteurs. On était tranquilles, il sentait sans doute mon absence radicale d’arrière-fond, à cause de mon inculture, mais aussi de l’espèce de gravité un peu sombre d’une jeunesse hors champ, d’où je n’avais pas conscience de parler.

6L’établi était bien dégagé.

7La fragile ligne de crête sur laquelle se tenir était donc celle de l’itinéraire intellectuel et politique : comment s’effectuent les bifurcations dans une démarche de pensée qui s’inscrit dans le temps de « la vie », toujours quotidienne, réelle, avec ses soirs et ses matins ? Comment articuler les rencontres fortuites, par exemple entre un regard et un livre, par exemple sous les arcades de l’Odéon entre le jeune Naville étudiant et le Manifeste de Marx (alors qu’à la Sorbonne il n’entendait parler que de Bergson), avec les choix politiques à venir, décisifs ?

8En fait, suivre une pensée à sa trace dans la mémoire dans l’autre sens du temps était le but : la pensée qui prend en compte quasi expérimentalement les occurrences de « la vie » : le mot « pensée » ici doit donc être pris dans son sens global de rapport au monde pensable dans son articulation à l’action possible – pour le changer.

9D’où pour moi la découverte grâce à Pierre Naville du lien qui existe entre :

  1. une exigence de savoir ancré sur la prise en compte permanente de l’état des données des sciences du moment : d’où un matérialisme scientifique logique, puisque pour le moment, c’est l’expérimentation de quelque chose, au sens large de prise en charge par la logique de ce qui se passe (d’où l’idée de définir l’histoire comme l’expérimentation sociologique), qui permet seule la formation de la moindre hypothèse. Et cette formation appelée pensée n’est pas aléatoire, elle est captée et cadrée par l’équipement en logique perceptive et démonstrative du cerveau humain. Le matérialiste ici consiste à ne pas déréaliser les données de bases, telles que non seulement les sensations humaines mais aussi tout le travail d’élucidation scientifique collectif permettent au cours de l’histoire, qui aboutit au xxe siècle entre autre à définir la matière comme l’inimaginable radical, donc va de paire avec l’étude de la logique formelle, de la musique, des mathématiques, et de la psychologie expérimentale ;
  2. la nécessité politique de refuser, réduire, rabattre les constructions dialectiques séduisantes au plan moral politique ou tout autre plan, mais plausiblement non fondées : d’où le rejet du Marx hégélien, du stalinisme falsificateur, de la morale comme étendard, des mains sur le cœur des inquisiteurs de tous ordres qui pour vous sauver, aiment trop vous détruire. Par contre si « l’expérimentation en sociologie c’est la politique », ne pas se tromper dans l’épistémologie des sciences sociales est directement lié à la valeur des pratiques politiques. Le militant doit absolument refuser les falsifications de sa propre pensée, et seule la déontologie scientifique matérialiste peut l’aider dans cette exigence.

10C’est la même exigence de sérieux dans la qualité de ce que l’on peut demander à un savoir, qu’il ne soit pas instrumentalisé et tordu à des fins idéologiques, qui fonde aussi l’urgence politique à penser l’action politique un tant soit peu possible, sérieuse : c’est la valeur de l’exigence scientifique de connaissance, qui s’articule précisément avec la possibilité enfin sérieuse de penser le changement politique, dans la sphère économique par exemple, ou militaire. C’est ainsi que la curiosité linguistique, l’interrogation formidable de la poésie comme action majeure et première, quasi anthropologie, visant à l’élargissement progressif du champ de la sémiologie collective, va de pair avec l’urgence à faire de la politique, à s’engager dans la production de programme qui soit étayé, articulé à la meilleure prise en compte possible de l’état des savoirs du moment. C’est la dimension expérimentale de l’art qui est aussi ici au cœur de la passion pour la peinture de Naville.

11Les entretiens donnés à lire ici tournent différemment autour d’une personne et d’un siècle ; et les quelques réflexions ci-dessus sont une tentative maladroite de restituer quelque chose qui m’a formidablement aidée, un axe de ce que j’ai cru comprendre d’une forme de pensée.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search