Version classiqueVersion mobile

Les vies de Pierre Naville

 | 
Françoise Blum

Rencontres et itinéraires croisés

Texte intégral

Ces souvenirs ont été évoqués lors d’une table ronde qui a réuni Maurice Nadeau, Jean-René Chauvin, Edwy Plenel, Paul Parisot, Edgar Morin, et Jean Risacher, tous peu ou prou compagnons ou amis de Naville. Gilles Martinet, déjà affaibli par la maladie, n’avait pu se déplacer. Nous publions ici le texte qu’il avait eu la gentillesse de nous envoyer.

1Pour rendre plus clairs certains de ces témoignages, quelques explications d’ordre familial et politique sont nécessaires. Familial, d’abord pour éclairer notamment les propos d’Edwy Plenel. Rappelons que Pierre Naville fut d’abord le mari de Denise, née Kahn. Cette dernière mourut en 1969. Pierre Naville épousa alors en seconde noce Violette, née Chapellaubeau, divorcée d’Edgar Morin et qui avait eu avec ce dernier deux filles : Véronique (Nahoum-Grappe) et Irène (Léothaud). Politique ensuite, pour rendre plus aisés à comprendre les propos de Jean-René Chauvin ou Maurice Nadeau sur le mouvement trotskyste. L’Opposition de gauche, aux origines du mouvement trotskyste, s’est constituée en France en 1929. Son organe est La Vérité. Après diverses ruptures et scissions est créée en 1936 une organisation unique : le Parti ouvrier internationaliste (POI). En 1937, un groupe dirigé par Raymond Molinier, qui a constitué le Parti communiste intrernationaliste (PCI) autour du journal La Commune se détache du POI. Peu après la fondation par Marceau Pivert du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP) en juin 1938, les membres du groupe Molinier y adhèrent. Le POI, quant à lui, propose au PSOP une fusion que la direction de ce dernier rejette. Le congrès du POI en janvier 1939 refuse l’entrée individuelle proposée par Trotsky, mais la minorité y adhère avant que le groupe de Molinier ne soit exclu pour activités fractionnelles. Un petit groupe maintient quelques mois un POI indépendant qui disparaît vite. Face à la guerre et la disparition du PSOP, chaque groupe se réorganise. Les trotskystes n’abandonnent pas la lutte et lancent des Comités pour la IVe Internationale. Début 1944, clandestinement, les trotskystes (sauf le groupe de Barta de l’Union communiste) s’unifient dans le Parti communiste internationaliste (PCI).[« Le mouvement trotskyste », in Congrès du monde ouvrier : guide des sources, Paris, Codhos Éditions, 2002, p. 130].

 

2Maurice Nadeau : Je lisais alors La Vérité. Je suis donc allé rue des Vinaigriers dans le but d’adhérer. Un homme était là, avec une dame qui pliait des journaux. Ces journaux étaient La Vérité. L’homme a dit « allons bon, encore un étudiant… », malgré tout le contact a été pris… C’était l’époque où on se réunissait à vingt au premier étage du café Saint-Sulpice. J’y étais alors tout nouveau. Malgré cela, quand j’ai été hospitalisé, qui vois-je arriver ? Naville lui-même. Mais Naville, pour moi qui sortais du Parti communiste, c’était le bras droit de Trotsky, c’était tout simplement extraordinaire de le voir là. Il est donc venu me voir à Lariboisière, et m’a demandé « comment ça va, mon vieux », vieux ! J’avais 18 ans mais c’est ainsi qu’on se parlait. Et puis j’ai appris à le connaître. C’est lui qui m’a initié au surréalisme. J’avais lu ses Reines de la main gauche, qui m’avait beaucoup intéressé. Il m’a dirigé, il me disait « on va voir Michel Leiris, on va voir Raymond Queneau, ils vont te raconter des choses ». Voilà l’homme que c’était… On le perçoit comme un peu « genevois », un peu froid, un peu sec… C’est peut-être vrai. Dans un Parti politique, une organisation, si petite soit-elle à l’époque, il était alors difficile de devenir amis. Or, avec Naville, cela s’est fait très facilement et ce, parce que je suis devenu son homme à tout faire. Il faisait La Vérité, et m’a demandé si je voulais l’aider. J’ai bien sûr acquiescé. Je quittais donc mon école et venais le jeudi matin à l’imprimerie. J’y faisais le correcteur, Trotsky trouvait qu’il y avait beaucoup de fautes dans ce journal. Naville m’a aidé à écrire des articles pour La Lutte de classes qui était sa revue. Il me trouvait des pseudonymes, qui le faisaient beaucoup rire. Mais c’était nécessaire pour moi qui étais aussi apprenti fonctionnaire. Au lieu de m’appeler Nadeau je m’appelais Dauna… Après cela je l’ai suivi un peu partout. En 1939, il m’a fait visiter en Suisse le château paternel dans la banlieue de Genève. Son père, avec qui il avait alors rompu, était banquier. Naville vivait lui-même très simplement, selon ses principes. Il avait la paye d’un ouvrier, il habitait un petit studio à Ménilmontant avec Denise. Ce n’était pas facile. Nous nous sommes vus au moment du pacte franco-soviétique, nous avons parlé, nous nous sommes vus pendant l’Occupation, en 1942, en 1943. Nous avons fait de la peinture ensemble. Nous sommes allé chercher du beurre en Bretagne tous les deux : ma femme était enceinte et il fallait manger. Nous avons ainsi passé un mois très agréable à Belle-Île-en-Terre et nous nous sommes très bien entendus. Je n’étais pas très doué pour la peinture, pas plus que pour la politique, pas plus que pour grand-chose… il m’a aidé de toutes les façons. Quand il a été libéré, j’étais dans la Résistance, une soit disant résistance. Quand on me disait qu’il fallait partir j’allais me réfugier chez ma mère en Saintonge. Naville venait m’y voir pour me parler des théories en cours sur le capitalisme d’État. Tout cela était très important. Mais nous parlions aussi de beaucoup d’autres choses. Il y avait Denise aussi, sa compagne, qui est devenue un peu popote sur la fin. Je l’aidais ou elle m’aidait à traduire de l’allemand : elle avait traduit Celan, elle avait traduit Hölderlin. C’était un grand esprit. Ma femme s’entendait très bien avec elle, ce qui, bien sûr, ne pouvait que resserrer les liens. Et c’est ainsi qu’avec Naville, nous nous sommes vus presque jusqu’à la fin.

 

3Paul Parisot : J’étais alors à la SFIO. J’y ai été reconnu comme Bolchévik-Léniniste. Un jour de novembre 1934, une délégation m’a demandé de me présenter. Cette délégation comprenait Alfred Bardin qui apparemment la présidait, Raymond Molinier et quelqu’un d’autre dont je ne me souviens plus. Ils m’ont remis la carte du groupe bolchévique-léniniste. C’est ainsi que je suis devenu un révolutionnaire reconnu, ce que j’ai cessé plus ou moins d’être depuis. J’ai interrogé Naville, qui était une sorte de professeur pour les lycéens de l’organisation. Le 9e sous-groupe des étudiants socialistes regroupait les lycéens de la Rive droite de Paris. Ce groupe comprenait des gens dont quelques-uns viennent de mourir récemment, et dont certains ont joué un rôle important : il y avait par exemple Lucien Schmitt qui a été un des grands résistants de Grenoble et des environs, et qui a fini sa carrière publique comme responsable à l’épuration au comité départemental de libération de l’Isère. Naville nous prenait par groupe de cinq ou six, et nous pouvions lui poser toutes les questions qui nous venaient à l’esprit. Il se montrait très prudent, même sceptique à l’égard de ce que nous pouvions arriver à faire à l’intérieur de la SFIO. Il avait adopté une formule, ou peut-être la lui avaiton prêtée, qui était : « Tout processus qui n’est pas moléculaire est indigne d’être vécu ». Nos rapports sont restés très confiants et très amicaux jusqu’au moment où il s’est aperçu que j’étais associé à une fraction ouvriériste de l’organisation, qui, pour des raisons que j’ignore, ne lui plaisait pas… à lui qui était pourtant déjà si préoccupé de la réalité sociologique du travail. C’était en 1937 ou début 38, aux côtés des frères Bardin, Johannes Bardin qui était un militant des PTT et Alfred, plus connu sous le nom de Fred, qui fut plus tard le président du Comité patriotique d’entreprises qui a livré les usines Berliet à l’État français, à la République française libérée en 1944. Naville les considérait comme des trade-unionistes, alors même qu’il s’agissait de révolutionnaires intransigeants qui ont continué, en dehors même de la IVe Internationale, à avoir une influence syndicale, notamment dans la région lyonnaise. Toujours est-il que les rapports avec Naville se sont quelque peu distendus… Nous nous sommes cependant retrouvés brièvement quelques jours, peut-être quelques semaines : nous étions tous les deux hostiles à l’entrée dans le PSOP en 1939. Nous étions là tous les deux, il n’y avait plus personne et nous avons fini par dire : « Allons voir au PSOP ce qui se passe ». Gérard Bloch et moi-même avons été « balancés » comme délégués au congrès. Cela s’est terminé là parce que j’ai été mobilisé. J’ai appris que Naville l’était aussi. Je ne l’ai revu qu’après sa libération. Hic m’a encouragé à aller le voir en pensant qu’il serait possible d’établir et de garder des liens avec lui. J’y suis donc allé, Naville a tout simplement esquivé la question. Il me semble qu’il était entièrement dominé par l’idée qu’il fallait sauver sa femme car il se rendait parfaitement compte de ce qu’étaient les lois de Vichy contre les Juifs. Ensuite, en 1946, nous avons essayé de renouer. Le Parti communiste internationaliste avait été soustrait à l’influence de Frank et de quelques autres qui représentaient pour nous une ligne ultra-sectaire, en tout cas la ligne de ceux qui avaient empêché les trotskystes d’avoir le moindre contact avec la Résistance. Moi-même au contraire, n’avais eu de cesse d’obtenir de Hic l’autorisation de me lier à ce qui devenu ensuite le LMN et qui était le réseau franc tireur. J’ai donc été voir Naville, ainsi que beaucoup d’anciens en leur disant que nous étions devenus majoritaires dans l’organisation, que nous y avions adopté une politique entièrement différente. Craipeau jouerait, en quelque sorte, le rôle de Président directeur général. Demazière administrerait le parti et j’effectuerais le secrétariat politique. Naville nous a opposés une fin de non-recevoir, en nous traitant « d’épigones ». Cela n’a pas empêché que, lorsque par la suite, nous nous croisions par hasard, il soit resté très amical. Il savait que nous étions dorénavant dans des camps différents. J’étais effectivement passé du côté de ceux qui pensaient qu’il fallait accepter le plan Marshall, qu’il fallait aller de l’avant. À l’époque, j’étais très intéressé par ce qui se passait en Allemagne et, en particulier, par la politique menée par Willy Brandt dans les relations avec l’Est. J’ai écrit dans Preuves alors que Naville écrivait dans le petit journal du premier PSU, lequel n’a vécu qu’avec les fonds qui provenaient du Carrefour Châteaudun. Dans les dernières années précédant sa mort, je n’ai guère vu Naville. Quand c’est arrivé, sur un pas-de-porte, nous avons bu un verre et avons eu une conversation où nous avons essayé de nous situer l’un par rapport à l’autre : je faisais du journalisme, et lui était devenu un universitaire. Il était entré à l’UGS alors que j’étais dans l’entourage de Mendès France. Par contre, j’ignore tout de la vie personnelle de Naville, après la mort de Denise.

 

4Jean-René Chauvin : Au congrès de Royan du Parti socialiste, la Gauche révolutionnaire dirigée par Marceau Pivert était menacée d’exclusion. Alors nous avons reçu de Paris, de la direction du Parti ouvrier internationaliste, pour nous diriger, un maître d’œuvre qui est arrivé chargé d’une petite machine à écrire portable. C’est là que j’ai fait la connaissance de Naville. Je l’avais déjà écouté dans un congrès mais c’était un peu lointain, j’avais trouvé qu’il était très pédagogue, il était aussi assez cassant. Je dois dire que je découvrais dans les jeunesses socialistes révolutionnaires un milieu extrêmement politisé, cultivé du point de vue politique, beaucoup plus que nous ne l’avions été dans les jeunesses socialistes de la Gironde. J’étais donc assez enthousiaste et j’étais intimidé de parler, d’intervenir devant des gens et des camarades qui étaient politiquement beaucoup plus cultivés que moi. Avec Naville, le contact était tout à fait naturel, il était habillé comme un prolétaire, il n’avait rien d’un dirigeant ni social-démocrate, ni autre. Il ne nous dirigeait d’ailleurs pas, il analysait les rapports que les camarades venaient lui apporter. En effet, nous avions, à l’intérieur du Parti socialiste, des camarades qui participaient au courant de la Gauche révolutionnaire et qui nous informaient de la façon dont le congrès se déroulait. Il était évident que la Gauche révolutionnaire allait être exclue, et c’est d’ailleurs exactement ce qui s’est passé. La proposition officielle du POI était la fusion mais naturellement une organisation, telle que la Gauche révolutionnaire, dont on pensait à l’origine qu’elle pourrait rassembler 10000 personnes (en fait elle en a réuni plus tard au maximum 6000) derrière Marceau Pivert, Daniel Guérin et les autres n’en éprouvait aucunement le besoin. Lorsque nous avons tenu un congrès du PCI et POI, il y a eu deux tendances, l’une, majoritaire, animée par Naville, l’autre, minoritaire, dont j’étais, animée par Jean Rous, Yvan Craipeau, Yvan Chiliatre. Cette dernière préconisait l’adhésion au PSOP de façon à participer à la naissance d’un parti qui ne serait pas un parti bolchévique mais dans lequel nous pourrions jouer un rôle politique et constituer une tendance. C’est ce qui est arrivé… Quand je suis revenu de déportation, après bien des aventures, Naville a été l’un des tout premiers camarades avec qui j’ai repris contact. Il n’était pas d’accord avec moi sur le plan politique mais était néanmoins très content de me voir séjourner à Paris. En fait il était surtout préoccupé d’écrire. Nous avons néanmoins gardé d’excellents contacts amicaux. Il préparait la publication de la Revue internationale et m’a demandé si j’étais d’accord pour la diffuser. C’est ainsi que j’ai été, tout en étant membre du PCI, diffuseur de la Revue internationale dont le niveau politique était bien supérieur à celui de notre journal. Quelque temps plus tard, il y a eu scission dans notre organisation. J’ai alors eu des rapports personnels avec Naville. Nous nous voyions assez souvent, et nous nous sommes retrouvés dans le premier PSU.

 

5Gilles Martinet : Mes rapports avec Pierre Naville ont été d’abord de nature politique avant de devenir une véritable amitié. Je l’avais rencontré à la fin de l’année 1944 chez Charles Bettelheim. Il avait quitté la IVe Internationale, suivi par quelques amis fidèles. Il conservait une immense admiration pour Trotsky mais il ne croyait plus à l’avenir des petits groupes trotskystes. Il souhaitait créer un pôle d’influence marxiste qui rallierait tous ceux qui rejetaient à la fois le stalinisme et la social-démocratie. Ce fut la Revue internationale dont il fut le principal animateur. J’étais frappé par l’étendue de ses connaissances. C’était un véritable encyclopédiste. Il pouvait parler des philosophes des Lumières, de Hobbes, de Clausewitz, des surréalistes comme du béhaviorisme ou de l’automation. À son retour de déportation, David Rousset vint nous rejoindre et c’est dans la Revue internationale qu’il publia « L’Univers concentrationnaire ».

6La revue attirait des signatures brillantes mais elle connaissait des difficultés financières. Elle disparut au début des années cinquante. La relève venait d’être prise par un hebdomadaire qui s’appelait l’Observateur. Pierre Naville y collabora sous son nom mais, le plus souvent, il utilisait des pseudonymes (comme celui de Rossel). Ce qui n’était pas sans créer de confusions. Nous publiâmes un jour un article élogieux mais comportant plusieurs critiques sur le dernier livre de Braudel. Celui-ci prit mal la chose et attribua à Naville la paternité de l’article dont le véritable auteur était François Furet, écrivant bien entendu sous un pseudonyme – car il était le meilleur élève de Braudel ! C’est cependant un article, signé cette fois de Pierre Naville sur la pièce Nekrassov qui entraîna la rupture avec Sartre qui était, pour un court moment, devenu le très naïf compagnon de route du « camp de la paix ».

7En 1948, Naville, Pierre Stibbe et moi décidâmes d’adhérer à un petit parti socialiste de gauche qui avait pour nom le Parti socialiste unitaire (c’était le premier PSU). Il réunissait un certain nombre de militants syndicalistes qui n’avaient pas accepté la scission de la CGT et la création de Force ouvrière, des socialistes de gauche appartenant au sein de la SFIO à la tendance de la bataille socialiste, et un nombre non négligeable de compagnons de route. Naville et moi fûmes chargés d’établir le programme. Il était d’un marxisme assez classique avec quelques phrases sur les contradictions existant au sein de la société soviétique Cela nous valut les foudres du Parti communiste et le soutien de la majorité des militants. Les communistes revinrent à la charge et nous demandèrent de condamner le « fasciste Tito ». Nous refusâmes, mais cette fois, les militants ne nous suivirent pas. Ils nous disaient : « Les communistes ont toujours eu des traîtres. Comment savez-vous que Tito n’en est pas un ? ». Nous fûmes battus et nous quittâmes le PSU qui ne tarda pas à disparaître. L’Observateur (bientôt contraint de s’appeler France Observateur) devint notre seul point de ralliement. Cependant, autour du journal se formaient des groupes de militants qui donnèrent naissance à la Nouvelle Gauche : à l’Union de la gauche socialiste puis, finalement, au Parti socialiste unifié (le deuxième PSU). Naville devait rester jusqu’au bout dans ce parti qui connut cependant des phases très différentes : la période Depreux-Martinet, de 1960 à 1967, la période Rocard qui s’étend également sur sept années puis ce qu’on peut appeler la survie du PSU de 1974 (date de l’entrée de Michel Rocard au Parti socialiste) à 1990, où les derniers militants procédèrent à la dissolution du parti. À ce moment-là, il y avait dans le gouvernement de Michel Rocard onze ministres et secrétaires d’État ayant appartenu au PSU.

8Pierre Naville souhaitait voir s’affirmer une « troisième voie », entre communisme et social-démocratie, mais il redoutait que cette attitude conduise à un ralliement à la social-démocratie alors qu’il espérait beaucoup des évolutions qui se faisaient jour dans le camp soviétique. De ce point de vue, son dernier livre, consacré à l’expérience Gorbatchev, est particulièrement intéressant. Il a compris que Gorbatchev ne voulait pas détruire le communisme mais seulement le réformer. En quoi il a échoué.

9Dans les dernières années de sa vie, Pierre Naville s’est trouvé relativement isolé sur le plan politique mais il voulait se tenir au courant de tout ce qui se passait en France et dans le monde. C’était là le thème de nos déjeuners hebdomadaires auxquels participaient Iole, ma femme, et Violette qui avait une influence apaisante sur Pierre. Nous étions souvent d’accord sur les analyses mais pas toujours sur les conclusions. Naville n’a jamais complètement oublié les certitudes de sa jeunesse.

 

10Edgar Morin : Je n’ai pas vécu les aventures, les expériences trotskystes. J’ai eu plusieurs engagements politiques, gauchistes, mais j’ai adhéré au Parti communiste pendant la guerre, sous l’Occupation. Quand je rencontre Naville en 1950, je me dis toujours communiste mais je n’ose pas dire que je n’ai pas repris ma carte du Parti depuis deux ans. Cela se passe au cours du colloque Villes et campagnes, organisé par Georges Friedmann, et tenu au Centre d’études sociologiques, colloque où, du reste, il s’amusait beaucoup, c’est-à-dire qu’il ne prenait pas au sérieux ce qui était dit. On a beaucoup sympathisé et il me dit à la fin du colloque : « Est-ce que tu peux faire l’article pour l’Observateur ? ». L’Observateur n’est pas l’Observateur nouveau d’aujourd’hui mais l’ancien Observateur, France Observateur. Bien entendu, j’ai un moment d’hésitation, que je surmonte en me disant « je ne vais pas avoir peur d’écrire dans ce journal ». J’ai donc fait un article relatant les problèmes de ce colloque Villes et campagnes. Cela m’a valu mon exclusion, du fait d’avoir collaboré au journal de l’Intelligence service puisque, d’après la personne qui m’excluait, Claude Bourdet était un agent patenté de l’Intelligence service. J’ai voulu dire que n’étant pas moi-même l’Intelligence service je ne pouvais pas le savoir mais enfin… Disons que c’était la période. En tout cas, une amitié était née. Naville avait d’abord été responsable d’un événement heureux qui m’avait permis de sortir d’équivoques terribles. L’amitié s’est vraiment approfondie avec, de ma part, une admiration de plus en plus grande : Au cours de ces années cinquante, je me reprochais mon silence quand devant moi dans le parti on attaquait, on calomniait – dirais-je plutôt – le trotskysme. Je me souviens très bien que celui qui me cadrait, de la Commission des cadres du Parti, un jour m’a dit : « Que penses-tu des trotskystes ? » et, après un moment d’hésitation, j’ai répondu « ils sont objectivement traîtres » ce qui est en soi une parole assez lamentable et il a ajouté : « et même subjectivement ». Cela ne m’a pas empêché d’avoir, après, de très bons rapports avec René Chauvin. Je me suis dit qu’il fallait quand même que je plie le genou devant la grande figure de Trotsky. Toute l’aventure intellectuelle de Naville m’est apparue alors dans son caractère quasi légendaire, il est devenu l’un de mes héros, un modèle, non pas que j’imitais, mais un modèle de rectitude, de rigueur. Cette sorte d’indifférence qu’il avait à être reconnu, à être populaire, cette rigueur, mais cette rigueur interne qu’il ne faut pas confondre avec la rigidité qu’il avait quand même dans certains domaines doctrinaux. Car il y avait aussi en lui une sorte de calvinisme marxiste. Il y avait chez lui des compartiments séparés, mais qu’il vivait tous intensément. Cela me fait penser à un autre ami très cher qui était Jacques Monod, lui aussi parpaillot, et qui s’était du reste converti à la biologie moléculaire parce qu’il aimait trop la musique quand il était jeune. Il m’a dit : « si je fais une vocation, etc. je vais me perdre dans les choses sensuelles alors je vais faire la rigueur scientifique », il y a une sorte de conversion à la rigueur scientifique qui est, disons, parallèle disons à la conversion, à la rigueur trotskyste. Mais il y avait toujours une présence très vive de la personne même de Naville, ce qui rejoint des indications de son journal, des choses dites par les uns et par les autres et qui font ressortir l’être affectif. Il avait un véritable amour pour Trotsky, c’était de l’amour, une amitié d’une force inouïe. La présence poétique de Denise à côté de lui était aussi quelque chose de très profond. Il aimait la musique, il aimait la poésie, il faisait de la poésie, il faisait de la peinture et tout ceci n’apparaissait que comme des hobbies, comme des aspects secondaires alors qu’à mon sens cela faisait partie de l’être principal. Quand il a finalement publié le premier livre du Temps du surréel, le premier livre de ses souvenirs, il a commencé à réassumer le surréalisme, qui n’avait jamais été mort en lui, mais qui avait été inhibé. Et c’est là le Naville que j’ai aimé, c’est le Naville qui transcende tous les aspects contenus dans le surréalisme, le trotskysme, la science. Il avait aussi le goût de la stratégie militaire. Il avait fait traduire Clausewitz par Denise, il a fait des chroniques dans l’Observateur sur la guerre du Vietnam, il adorait faire de la stratégie, sinon en chambre, mais du moins à travers ce journal. Il était cet être absolument multiple. Naville, homme multidimensionnel, grand homme, grand destin qu’il nous faut respecter et aimer.

 

11Jean Risacher : Pierre Naville joua un grand rôle dans ma vie militante et mes engagements politiques dès le début des années cinquante.

12Outre la lecture de certains de ses ouvrages et articles concernant la sociologie du travail et la vie sociale, ses analyses politiques des problèmes suscités par les conséquences du colonialisme, les conflits mondiaux et les débats autour du marxisme, j’ai eu de nombreuses occasions de rencontrer Pierre Naville dès 1952 ou 1953. Tout d’abord au Comité d’action des Intellectuels pour la Défense des Libertés, puis dans des meetings ou lors de réunions où se retrouvaient de nombreux militants « divers gauches », déçus par les grands partis, PC ou SFIO, ou refusant leur ligne politique, notamment au CAGI (Centre d’action des Gauches indépendantes), dans les diverses organisations préparant la Nouvelle Gauche en 1954-1957, auxquelles il adhéra avec la Fédération de la Seine du PSG (Parti socialiste de gauche) dès janvier 1954, puis à l’UGS (Union de la Gauche socialiste) de 1957 à 1960. Nous nous sommes aussi rencontrés à d’autres manifestations liées aux nombreux problèmes politiques de l’époque, colonialisme et autres. Mais c’est surtout, à partir de 1960, au Centre d’Études socialistes (CES) et à EDI (Études et Documentation Internationales) que nous avons eu de nombreux contacts, bien que j’aie refusé de le suivre au PSU (Parti socialiste unifié) où se retrouvait la majorité de l’UGS, ce dont il ne m’a jamais tenu rigueur.

13Il prononça plusieurs conférences au CES, dont deux ont été éditées sous forme de brochures dans les Cahiers du CES (CCES) dès 1961 : L’armée et l’État en France et Lois sociologiques et actions de masses. Il a participé à des débats et colloques, où se rencontraient des personnalités très diverses comme Edgar Morin ou Denis Woronoff, et qui jouaient un rôle important dans la vie politique et sociale et dans des domaines très différents comme André Barjonnet, Lelio Basso, Jean Baumgarten, Jean Bénard, Manuel Bridier, Yvan Craipeau, Henri Denis, Albert Detraz, Jean Duret, Yves Durrieu, Arghiri Emmanuel, Joseph Fisera, Robert Fossaert, André Gorz, Michel Guttelmann, André Hauriou, Claude Lefort, Antonio Lettieri, Serge Mallet, Ernest Mandel, Livio Mascarello, Claude Meillassoux, Pierre Mendès France, Gérard Sender, Katia Solamito, Jean-Marie Vincent, etc. Plusieurs de ces rencontres ont été publiées également dans les CCES. Les plus importantes furent un colloque international de trois jours en octobre 1963, consacré à L’Intégration européenne et le mouvement ouvrier, qui réunit des militants belges, français, italiens, communistes et socialistes, syndicalistes CGT ou CFTC, puis en 1965 et 1966, plusieurs tables rondes sur Les problèmes de la planification socialiste.

14J’ai été frappé, entre autres, par la richesse de ses idées éditoriales. Dès la création des éditions EDI, en 1962, il nous a proposé divers projets : l’un était la réédition, selon des thèmes précis, de plusieurs de ses études publiées sous forme d’articles ou chroniques entre 1949 et 1956, ce que semblaient souhaiter de nombreux militants, l’autre, la publication de classiques du marxisme, auxquels il était souvent fait référence, mais épuisés ou non publiés en France, ce qui correspondait à l’un des objectifs primordiaux de la maison d’édition et l’une de ses raisons d’être.

15Dans la première série, intitulée « Questions du socialisme », le premier volume analysait les problèmes de La classe ouvrière et le régime gaulliste (1964). Le deuxième, La Guerre et la Révolution, I. Guerres d’Asie, consacré à la seconde phase de la guerre franco-vietnamienne et la guerre de Corée, concluait, en prenant aussi d’autres exemples, que la guerre et la paix se jouaient autour de la révolution internationale (1966). Face à des difficultés financières, la série dut s’interrompre. Mais plus tard, en 1974, Pierre Naville nous aida à publier un troisième ouvrage, considérable (628 p. en 16x24), sur L’Entre-deux-Guerres. La Lutte des Classes en France, 1926-1939, reprenant des chroniques publiées durant cette période. Ce livre inaugurait une nouvelle série, Matériaux pour l’histoire du mouvement communiste en France, dont le second volume, en préparation, De la IIIe à la IVe Internationale, n’a jamais vu le jour, l’un de mes plus grands regrets, car il aurait répondu à beaucoup des questions que se posaient de nombreux militants de cette époque.

16La seconde série commença en 1965 avec l’ouvrage d’Eugène Préobrajensky, La nouvelle économique, dont il fut le préfacier et Ernest Mandel l’introducteur, suivi en 1966 par L’Économie politique du rentier. Critique de l’Économie marginaliste, de Nicolas Boukharine, qui avait été traduit par Denise Naville et préfacé par lui. Puis en 1972 Léon Trotsky, Défense du marxisme, URSS, marxisme et bureaucratie, ouvrage difficile s’il en fut, préfacé par lui et introduit par Jean-Jacques Marie et enfin, en 1976 et 1977, de nouveau Boukharine, Économique de la période de transition : notes marginales de Lénine, et L’impérialisme et l’accumulation du Capital, suivi de La Question du programme, également préfacés ou introduits par Pierre Naville.

17Ces ouvrages ont été fort appréciés et réédités. De plus, ils ont apporté une satisfaction inattendue à la fille de Nicolas Boukharine qui en ignorait l’existence et les a découverts lors d’un colloque à la Mutualité, heureuse de les connaître et de leur publication en français.

18Si nous avions pu, ce sont des dizaines d’ouvrages que nous aurions publiés avec Pierre Naville, voire même de lui. Ses lettres étaient en général annonciatrices de nouveaux projets. Mais elles arrivaient souvent dans des périodes très difficiles, surtout au début des années quatre-vingt, d’abord avec l’attentat subi en novembre 1981, puis la rupture avec l’Institut Léon Trotsky, que nous avions animé de 1977 à 1982 avec la publication des douze premiers volumes des Œuvres et dont Pierre Naville était membre du comité de parrainage.

19Il est difficile de dire quels aspects de sa personnalité l’on pouvait apprécier le plus. Il y en avait tellement.

20Il avait aussi une très grande ouverture d’esprit. Lorsque nous n’étions pas d’accord sur certains problèmes, il respectait toujours mes raisons, lorsqu’elles étaient argumentées, bien sûr. C’est une qualité fort appréciable dans nos milieux militants, souvent perturbés par des discussions sans fin ni conclusions !

21En particulier, jamais le fait de ne pas l’avoir suivi, comme la majorité des militants, de l’UGS au PSU, n’a causé le moindre préjudice à nos relations.

22Il était toujours, de plus, de bon conseil et chaleureux. Je me souviens en particulier que, lors de l’attentat dont nous fûmes victimes en novembre 1981, dont les responsables ne furent jamais retrouvés, ce qui donna lieu à des hypothèses parfois saugrenues, en fonction de leurs origines politiques, il fut l’un des premiers à venir nous soutenir et nous rendre visite régulièrement.

23L’un de mes grands regrets est de ne pas avoir travaillé davantage avec lui et de n’avoir pu lui rendre visite plus régulièrement comme il me le demandait souvent lors des dernières années de sa vie.

 

24Edwy Plenel : Pierre Naville c’est d’abord Claude Naville, son frère, dont la tombe est pour moi une notice du Maitron, du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. Claude Naville est mort en décembre 1935. Il était lui aussi militant trotskyste. Il a juste eu le temps, avant de mourir en sanatorium, d’écrire un texte sur Gide auprès duquel il avait travaillé. Bien avant de le rencontrer par Véronique, par Edgar, par Violette, j’avais lu Pierre Naville mais je ne le connaissais pas. Par contre je connaissais le fils de Claude Naville, mort lui-même avant que ce fils naisse, nommé Claude comme son père : Le neveu donc de Pierre Naville, mort en Finlande l’an dernier. On l’appelait Claude Naville « à nous làbas ». Il est mort en metteur en scène, en artiste qu’il était. C’était un très vieil ami que j’ai connu dans les années soixante-dix, alors qu’il venait tout juste de quitter les cercles sympathisants d’une autre organisation trotskyste que celle à laquelle j’appartenais. J’étais à la Ligue communiste, et, lui, venait d’abandonner le secteur des militants du spectacle de l’organisation dite lambertiste, c’est-à-dire de l’OCI, l’organisation de Jean-Jacques Marie aujourd’hui ou de Lionel Jospin hier. Il y a là pour moi comme un point d’interrogation : pourquoi Claude n’a-t-il jamais réussi à nouer la relation avec Pierrot, avec Pierre. C’est moi qui ai appris à Claude Naville la vie de son père grâce au Maitron, en lui montrant un jour la notice du dictionnaire. Quant à Pierre Naville, je voudrais dire le souvenir que j’en ai gardé à travers trois images, trois scènes, trois moments. Les mots qui me viennent spontanément quand je pense à lui sont « vie intérieure ». C’est assez rare de rencontrer chez un être tant de personnalité, c’est rare de rencontrer quelqu’un dont on sent que ce qui le fait tenir est quelque chose de très intérieur. Cela ne veut pas dire qu’il n’avait pas besoin des autres mais il avait quelque chose qui tenait « debout dedans » et qui n’était pas lié à la relation aux autres, une sorte de force, de tranquillité qui lui donnait en quelque sorte une forme de hauteur. Cela excluait et c’était évident dès qu’on le rencontrait, toute bassesse, toute mesquinerie, toute petitesse, il y avait en lui une sorte de fermeté d’âme qui allait avec une grande élégance dans la relation. Les trois moments, les trois images, les trois souvenirs que je vais évoquer sont les suivants : Tout d’abord, notre première rencontre. C’était lors de vacances avec Véronique, toute la famille, au bord du lac Majeur et il était là avec Violette, sa seconde femme, la mère de Véronique, Violette a été la femme d’Edgar, pour tous ceux qui ne connaîtraient pas ce fil biographique. Il était là, au bord du lac Majeur, en marcel et avec sa gitane maïs aux lèvres et toutes sortes de journaux, dans toutes sortes de langues, en train de les découper, de les déchirer, de prendre des bouts par là et de dire « c’est le Vieux qui m’a écrit, qui m’a appris à lire la presse ». Il n’avait pas ce rapport forcément distant à l’égard de la presse ou du journalisme qui est aujourd’hui bien porté, pour lui il fallait savoir bien lire la presse. Et bien sûr on pose des questions, on est curieux, on est avide de cette histoire, on a là un morceau d’une histoire et en l’occurrence de notre histoire, pour ceux qui ont été militants. Je me souviens d’un déjeuner où je le poussais à l’anecdote en lui rappelant les lettres de Léon Trotsky quand il a eu sa passade amoureuse avec Frida Kalho. Il y avait eu ces lettres publiées chez Gallimard dont certaines étaient très intimes avec en particulier quelques passages où Trotsky exprimait à Natalia son désir d’elle et donc empreints d’une sensualité explicite. Je me souviens d’avoir pensé – mais, comme me l’a expliqué Véronique, c’était un contresens – mais cet homme est prude. La vérité est qu’en fait il y avait chez lui une forme de réserve vis-à-vis de l’intimité. Il n’a pas du tout voulu me suivre sur ce terrain-là, ce qui m’étonnait par rapport à l’image, fausse d’ailleurs, que nous avions du surréalisme. La deuxième image que je garde de lui est liée à la Pérestroïka. Quand la Pérestroïka est arrivée en Union soviétique, nous avons tous eu l’idée – et je pense que Pierre Naville l’a eue aussi – que tout d’un coup au bout de 70 ans, il y avait quelque chose qui se levait, un couvercle qui se soulevait, qu’on allait retrouver enfin le fil de cette histoire interrompue, et le retrouver notamment en ouvrant des tiroirs, en découvrant des manuscrits, en découvrant des textes, en reprenant le fil authentiquement révolutionnaire, authentiquement marxiste révolutionnaire qui n’aurait pas été brisé, qui n’aurait pas été assassiné, qui n’aurait pas été détruit, asséché par le stalinisme. Et, on le sait tous aujourd’hui, il n’y avait pas grand-chose dans les tiroirs, ils étaient largement vides. En revanche, il y avait un livre que j’ai publié en français, j’avais une collection à l’époque, le livre de Larina Boukharina, les mémoires de la jeune femme de Boukharine, cette femme qui était moins âgée que lui et qui racontait le stalinisme vu à hauteur d’une jeune fille. La scène se passe dans une sorte d’ancien hôtel où les dirigeants soviétiques, bolchéviques plutôt disait-on à l’époque, habitaient au début des années vingt. Elle était la fille de Larine, un collaborateur de Boukharine, et elle était amoureuse de cet « enfant chéri du parti », elle était amoureuse comme l’est une adolescente et elle court, c’est une scène très visuelle de cinéma, elle court dans un grand couloir porter son premier billet doux à Boukharine et elle tombe sur une sorte de masse. Elle se relève et se retrouve nez à nez avec Staline, qui lui dit « mais j’habite tout près du camarade Boukharine, donne-moi le mot » et le mot est passé par les mains de l’assassin. C’est Larina Boukharina, qui ayant appris par cœur le testament de Boukharine, a permis de revenir sur sa véritable pensée au moment des procès, dans son double jeu tragique au procès. Quand elle est venue à Paris, je l’ai accompagné voir Pierre Naville. Je me souviens de cette rencontre. Elle fumait elle aussi, pas mal, c’était une très belle femme. Ce temps fort m’a permis de comprendre combien ce moment des années vingt-trente, était un moment totalement vivant, totalement présent. C’est ce qui a produit l’illusion – une illusion biographique – du dernier livre de Naville, dernier livre dont je fus, comme Thierry Paquot, et à cause de ma collection, destinataire du manuscrit. Je l’ai renvoyé vers une collection militante à l’époque, une maison d’édition proche de la Ligue communiste, je l’ai renvoyé en disant « Je ne sais pas tout à fait ce que je pense, ce que je ressens, ce n’est pas pour ma collection » et j’ai reçu en réponse un mot, j’allais dire un peu vexé mais peut-être simplement avec hauteur de Pierre Naville, avant qu’il ne le publie à la Pensée universelle. Ce que disait ce livre c’était justement l’idée que l’histoire allait recommencer. En lisant la presse, il croyait donc que l’histoire allait recommencer. Or on a vu le paradoxe d’un Gorbatchev voulant réformer le système et en précipitant ainsi évidemment la chute, comme s’il y avait une sorte de trou noir du système lui-même, avec derrière, encore une fois, des tiroirs largement vides, les tiroirs d’une histoire interrompue, d’une histoire piétinée, coupée, etc. Tout cela me renvoie à la question du style chez Naville. Quand je lis le Trotsky vivant, quand je lis les écrits de Naville sur le surréalisme ou, a contrario, d’autres livres de Naville, je suis frappé par le fait qu’il y a un style, il y a un ton, il y a une musique très forte et qui emporte, il y a quelque chose qui passe et qui est de l’ordre justement de la musique dans l’écriture, dès qu’il est dans les souvenirs, dès qu’il est au cœur de cette histoire alors que, autant le dire, dans d’autres livres le style n’est pas au rendez-vous – probablement délibérément – et du coup, il y a assèchement, une distance est créée. Le troisième souvenir dont je voudrais rendre compte est, je crois, important. C’est un remords, une absence. J’ai appartenu à la même organisation que Jean-René Chauvin, à la Ligue communiste, et je me souviens d’un moment, d’une période où jeune membre de son comité central, je suis intervenu, je ne sais plus sur quoi, dans le contexte du moment et probablement avec le sectarisme et le côté catégorique ou activiste du moment. La personne qui incarnait au fond la tradition, qui incarnait l’histoire dont il a été question ici vient me voir après et me tient des propos de raison. Cette personne c’était Pierre Frank. Évidemment, après, bien longtemps après, j’ai travaillé, comme d’autres, sur cette histoire et j’ai relu, revu l’histoire des frères Molinier, de Pierre Frank, de Naville, de Naville et Rosmer, des humiliations, de Trotsky prenant le parti des frères Molinier et de Frank, puis après la rupture avec les frères Molinier, dont la femme de l’un avait une histoire avec le fils de Trotsky, le procès fait à Trotsky pour la garde de l’enfant, quand même des histoires terribles quand on repense au contexte. Je me rends compte, en pensant à tout cela, à quel point nous avons manqué Naville, à quel point nous avons manqué l’homme, nous avons manqué une histoire qui pouvait être transmise. Mais, pourquoi l’avons-nous manqué ? Cela a à voir avec ces années trente. À ce propos, je voudrais juste citer ce passage de Trotsky vivant : « Je ne sais s’il est aujourd’hui possible de faire comprendre ce que chez les bolchéviques, comme chez Marx, on appelle petits bourgeois ou le genre philistin. C’est tout ce qui n’est ni l’ami, ni l’ennemi, la courte vue, l’hypocrisie, la satisfaction de soi, la phrase. L’intellectuel est par définition un petitbourgeois. LD (Léon Davidovitch, Trotsky) est lui-même un révélateur chimique extrêmement sensible de tout ce qui est petit bourgeois chez autrui ». On saisit là le Naville, critique de l’intellectuel, le Naville que l’on retrouvera dans L’Intellectuel communiste. Et encore : « Un jour, voulant vaincre une de mes résistances il me dit, dans un chuchotement, en saisissant un bouton de ma veste, ce geste physique : Tenez P. voilà un intellectuel petit-bourgeois, vous avez 10 % de P. J’en ai les larmes aux yeux », écrit, le secret, réservé, froid, suisse, Genevois, Naville. « Je réplique : Si c’est vous qui le dites, que puis-je répondre ? Eh bien ! cela se corrige ». Je cite cela parce qu’il me semble que, courant en filigrane dans toute l’histoire politique, intellectuelle de Naville, il y a une vraie question qui est celle de l’intellectuel et de l’action, du rapport entre l’intellectuel et l’action. À propos de l’activisme, je pense à ce que j’ai pu qualifier de moliniérisme, et je sais que Jean-Jacques Marie ne sera probablement pas d’accord, en tant que mélange de cynisme et d’anti-intellectualisme, qu’il ne faut pas tout prendre en bloc dans le regard de Naville, par exemple tout ce que l’on trouve dans L’Intellectuel communiste, cette réponse à Sartre sur l’intellectuel, cette critique des intellectuels justement opportunistes ou un peu au fil de l’eau. Il y a quelque chose de plus complexe que Naville a vécu aussi dans sa chair de manière compliquée : entre l’activisme militant et la façon dont il peut s’accompagner d’un anti-intellectualisme qui fait qu’il y a une sorte de brutalité, de non réflexion, etc. En conclusion, je voudrais juste suivre ce fil, je pense qu’on a là une figure qui illustre, avec mes mots et je sais que l’expression peut, pour certains, ne rien vouloir dire, ce que j’ai appelé le trotskysme culturel, cette façon d’être capable de penser contre soimême. Il y a dans la thèse d’Alain Cuenot une information que je ne connaissais pas. Cette information est dans les archives mais n’avait jamais été publiée. Il s’agit d’un texte de 1944, où Naville critique tout ce qui a été la ligne dominante, hélas, en partie malgré des actes de résistance et de dissidence au sein du trotskysme que certains ont payé de leur vie, je pense à Marcel Hic évidemment. Cette ligne dominante consistait à comparer la Seconde Guerre mondiale avec la Première, à être dans la répétition. Et, là, en novembre 1944 Naville écrit « … mais les différences énormes entre 14 et 44 » [c’est là une critique de Trotsky lui-même qui était parti dans cette comparaison] « ont été complètement inaperçues, même niées par les groupes qui se réclament de la IVe Internationale, c’est leur principale faiblesse, répéter durant des années que le dilemme immédiat est socialisme ou barbarie ne fait pas avancer la question d’un pouce, ce dilemme est celui de toute époque historique ». Il continue « l’enseignement de Trotsky n’a rien d’un dogme, y chercher des formules toutes faites, des garanties c’est ne rien comprendre à son esprit ». Et il dit quelque chose de très intéressant même aujourd’hui : « une cristallisation », c’est une formule de lui « du trotskysme comme théorie politique spécifique est une erreur et une absurdité, une canonisation absurde, une fossilisation sénile ». C’est donc cela aussi Naville, une personne intellectuelle qui voyait l’engagement, pourrait-on dire – alors que cela peut paraître péjoratif – comme un aristocratisme mais aussi comme une distance, comme une différence, comme une distinction, ce qui renvoie à sa personne. On retrouve des pages là-dessus, autour de l’héroïsme moral intellectuel. Pour moi, au bout du compte, Naville était une personnalité solitaire, ce qui ne veut pas dire isolée. Il y avait quelque chose de solitaire chez cet homme. Pour terminer, je suggérerais une autre étude, qui serait assez conforme à la transdisciplinarité qu’incarne l’homme de la pensée complexe, qui permettrait de mêler d’autres disciplines : Naville a un double dans l’histoire du trotskisme et ce double est Jean Van Heijenoort…

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search