Version classiqueVersion mobile

Les vies de Pierre Naville

 | 
Françoise Blum

Conclusions et perspectives

Christophe Charle

Texte intégral

Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe. Prise de vue réalisée par Nicolas Quenette, en septembre 2004.

1Les communications et les documents rassemblés ici par Françoise Blum apportent des réponses érudites, mais aussi posent des questions générales au-delà même de l’intérêt qu’on peut porter au personnage hors normes qu’elles ont placé en leur centre. Elles offrent des aperçus inédits sur la longue époque qu’il a traversée, sur les divers mouvements et institutions auxquels il a appartenu, mais aussi sur les différentes manières de pratiquer l’histoire des intellectuels et des sciences sociales et de comprendre l’histoire des débats intellectuels, sur les conditions enfin de cette histoire en fonction des archives et des sources disponibles.

Quel « intellectuel » ?

2Chez Pierre Naville, l’engagement politique est très précoce, dès la fin de l’adolescence, alors que rien dans son milieu d’origine grand bourgeois ne le laissait présager à lire la correspondance familiale sur laquelle s’appuie par exemple Rémy Ponton. Sur ce point, l’explication par le contexte (la révolution russe, la fin de la guerre et ses mouvements sociaux), fournie par l’intéressé et reprise par la plupart des chapitres, nous laisse un peu sur notre faim puisqu’on sait bien que le communisme ne toucha, dans ces années, que très peu d’intellectuels et que, même chez les surréalistes, l’engagement en ce sens fut difficile et traversé de crises multiples. Au sein de cette mouvance, Naville opta assez vite pour la forme la plus radicale du militantisme, l’adhésion au parti communiste, puis la dissidence du courant stalinien dominant avec le soutien à Trotsky. Peut-on réduire pour autant cette première phase de la vie de Naville à celle de l’intellectuel militant ? Là aussi quelques zones d’ombre subsistent comme le passage brusque de l’engagement total du révolutionnaire professionnel des années 1930 à l’attentisme de la période de guerre, pour des raisons de survie, de protection de son épouse d’origine juive et de rupture de tous les anciens réseaux.

3Est-on alors renvoyé à l’alternative figurant dans l’intitulé général du colloque : « les vies de Pierre Naville » ? En termes de figure de l’intellectuel militant, Naville aurait incarné plusieurs variantes successives de cette figure. Mais cette formulation elle-même, qui découpe la difficulté sans la résoudre, me paraît incapable de rendre compte du portrait complexe du militantisme navillien qui est en jeu. Naville n’est pas Sartre, passant de l’apolitisme au devoir d’engagement, puisque le devoir d’engagement est constant pratiquement d’un bout à l’autre de sa vie, sauf la brève interruption de la guerre. Naville n’est pas non plus un intellectuel dreyfusard, au sens de Pierre Vidal-Naquet, qui intervient lorsqu’une grande cause le requiert et utilise des moyens extra-politiques pour défendre des valeurs universelles. Au contraire, il est méfiant face aux formes « dreyfusardes » de l’action des intellectuels contre la guerre d’Algérie ou quand les jeunes intellectuels, notamment les étudiants, prétendent incarner la nouvelle force motrice de l’histoire autour de mai 1968. Il investit presque constamment dans la forme « parti » (en dernier lieu comme dirigeant du PSU) et se présente même aux élections. En ce sens, il serait un héritier paradoxal de Jaurès, intellectuel dans un parti pour être au contact des autres groupes sociaux.

4Il n’est pas pour autant un « intellectuel-de-parti » au sens des intellectuels communistes de l’époque stalinienne. Frédérique Matonti affirme dans la conclusion de l’étude qu’elle consacre à ce thème : « Ceux-ci sont, à ses yeux, des « monstres », c’est-à-dire, à proprement parler, le produit d’une conciliation impossible de positions opposées ». Par là, elle souligne que Naville entend, pour parler comme Pierre Bourdieu, préserver l’autonomie relative de la science, même si cette science doit et peut être utilisée par la suite pour éclairer et déterminer un engagement au service d’une cause ou de valeurs.

5Doit-on alors se replier sur des interprétations encore plus générales et s’en tenir à l’idée que Naville a dû s’adapter d’abord au changement des époques qu’il a traversées et donc que les figures successives d’intellectuels militants qu’il a adoptées sont avant tout des produits des circonstances ? Mais, en ce cas, on ne comprend pas pourquoi il apparaît toujours légèrement décalé face aux figures dominantes de chaque moment historique. Intellectuel révolutionnaire quand l’humeur régnante est au simple compagnonnage dans les années 1920-1930, prônant obstinément le Front populaire dans les années 1950 alors que les composantes de la gauche sont en état de guerre froide, réservé en revanche face à l’union de la gauche quand celle-ci se met progressivement en place dans les années 1960.

6Surgit alors l’hypothèse de l’éternel dissident, autre figure possible et relativement fréquente de l’intellectuel militant. Pourtant, d’autres données déjouent également cette interprétation : la constance de l’engagement en faveur des dominés dans leur globalité que ce soient les ouvriers ou les pays en voie de décolonisation, la dénonciation marxiste du système capitaliste, la volonté d’adaptation scientifique de la doctrine aux nouvelles réalités sociales pour ne pas se faire piéger par les idées à la mode diffusées par les journalistes (discussion autour des effets de l’automation sur le travail ouvrier et les hiérarchies professionnelles). Une telle construction intellectuelle élaborée continûment à partir de recherches empiriques, diffusée par les livres (essais ou travaux savants), les articles scientifiques ou de circonstance ne peut être le fruit d’une simple révolte, si radicale soit-elle. La science est une longue patience. La volonté de publier dans tous les types de support et quel que soit l’insuccès ou le manque d’écho suppose un optimisme fondamental dans les chances sur le long terme de trouver un public pour diffuser ses idées.

7Serait-on alors renvoyé à la figure de l’utopiste, au sens de celui qui a raison trop tôt à l’instar des socialistes du premier xixe siècle ? Sortons de l’histoire. Le programme que Naville proposait à l’UGS, puis au PSU (35 heures, retraite à 60 ans, autogestion), dès la fin des années 1950 alors que la France manquait de bras, ce sont les idées reprises dans le programme commun de la gauche de 1971 et partiellement appliquées après 1981 et 1997 dans un contexte, inverse, de pénurie relative d’emplois. Son intérêt pour la grande stratégie et les guerres (voir l’entreprise commune avec Denise Naville de traduction et de publication du De la guerre de Clausewitz) anticipe sur l’actuelle réalité d’une mondialisation de plus en plus conflictuelle où les intellectuels redécouvrent la géopolitique et les forces transnationales (altermondialisme) après avoir oscillé entre l’enfermement des querelles entre chapelles marxistes parisiennes ou l’alignement aveugle sur des pays phares lointains, censés incarner la « fin de l’histoire » au double sens du mot. Son grand livre en sept volumes sur Le Nouveau Leviathan entendait répondre à l’énigme du stalinisme et proposer une interprétation de l’histoire du système soviétique alternative à la commode mais incomplète théorie du totalitarisme, comme l’explique Pierre Rolle. Cette théorie reste à poursuivre, surtout avec le recul qui nous sépare maintenant de la sortie très inégale du soviétisme dans les anciens pays du Pacte de Varsovie et le retour, malgré la mise en place d’économies de marché, de nouvelles formes d’autoritarisme politique et d’économies administrées dont la filiation stalinienne n’est que trop évidente.

8Cette fonction militante de l’utopie s’insère elle-même dans une conception globale de la position des intellectuels dans la société. Un extrait de la préface à l’ouvrage d’Andrée Andrieux et Jean Lignon, L’ouvrier d’aujourd’hui, sur les changements dans la condition et la conscience ouvrières, peut nous donner une idée indirecte de la représentation que Naville se faisait de la société dans son ensemble, des limites mais aussi des fonctions de la position des intellectuels :

« Nul ne consent volontiers que ses intérêts comptent seulement comme fin particulière ou vouloir-vivre limité à soi. Les bourgeois ne se considèrent pas comme tels, mais comme l’élite du corps économique général, et le levain de la culture de tous ; l’armée se prend pour la nation ; les classes moyennes pensent qu’elles symbolisent l’équilibre social par excellence ; les paysans sont à leurs propres yeux le passé et l’avenir de la race ; les Églises se croient éternelles. Les intellectuels ? Ils pensent à tout… Les fonctionnaires ? Ils sont tout. Et les ouvriers ? Ils incarnent, ou croyaient incarner, l’humanité de demain. »

9Ce texte et la page qui suit mériteraient un long commentaire. Limitons-nous aux intellectuels. Certes la phrase est ironique. Les intellectuels voudraient penser à tout (ce sont les années où Sartre publie la Critique de la raison dialectique précédée du célèbre et controversé Questions de méthode). Ils sont évidemment loin du compte, mais la multiplicité des formes d’engagement de Naville est une expression de ce penchant collectif des intellectuels dont il est conscient. En même temps, pour penser à tout, il faudrait pouvoir sortir des limitations inhérentes à la position des intellectuels, acquérir ce que détiennent les autres classes citées sans avoir à le penser : la domination économique et culturelle de la bourgeoisie, l’éternité historique du clerc d’Église, l’enracinement du paysan, la capacité d’incarner le point de vue « moyen » des classes moyennes, les moyens d’action généraux du fonctionnaire, la confiance dans l’avenir des ouvriers militants. Au fond, les diverses figures d’intellectuel militant présentes dans le parcours de Naville sont peut-être, en abrégé, l’expérimentation de ce kaléidoscope d’attributs que l’intellectuel devrait détenir pour être à même de penser l’universel, qu’il soit social (sociologie), politique (militantisme), historique (penser la guerre et la révolution mondiale). Il est licite de rapprocher cette conception de certaines analyses de Pierre Bourdieu trente ans plus tard où il rappelait à la fois que les intellectuels avaient vocation à être « fonctionnaires de l’universel », mais devaient aussi pratiquer leur autoanalyse pour déterminer quelles limitations la structure du champ social imposait à leur capacité de perception et d’action sur le monde. Il y plaidait aussi que les outils des sciences sociales permettaient d’appréhender indirectement les expériences sociales des autres groupes et de construire les autres champs afin de se situer au point de vue englobant nécessaire à l’action sur le monde. Mais, pour passer de ce savoir théorique, toujours menacé du théoricisme, à une forme d’intervention critique susceptible d’une efficacité sociale, il fallait ajouter un élément supplémentaire, l’intellectuel collectif. Or historiquement, du fait de l’héritage individualiste issu de la conception littéraire et philosophique des intellectuels au xixe siècle, cette conception de l’intellectuel collectif a toujours été la plus difficile à mettre en œuvre, en raison des rapports de pouvoir qu’elle introduit immanquablement entre les intellectuels concernés.

Quel rôle social ?

10Tout au long de ses différentes « vies », Pierre Naville a fait l’expérience de ces problèmes d’articulation entre savoir et pouvoir, expertise et mise en œuvre sociale, hiérarchie intellectuelle et hiérarchie institutionnelle. On le voit, par exemple, dans les communications de Gérard Roche, « Naville créateur et animateur de revues », de Gilles Vergnon, « Pierre Naville chroniqueur politique… », de Cédric Lomba, « Naville et le CNRS […] », de Jean-René Tréanton sur la difficile publication du Traité de sociologie du travail, dans le style de direction de la recherche enfin, qui était le sien, qu’évoquent ses anciens collaborateurs, Pierre Rolle (« Compagnon de Pierre Naville ») et Lucie Tanguy (« Leçons d’un homme de science hétéronome »).

11Pour Gérard Roche, le modèle sous-jacent de l’activité de Naville serait celui du philosophe au sens du xviiie siècle, présent sur tous les fronts, des plus politiques aux plus théoriques, et l’instrument de cette omniprésence, c’est la revue et le périodique grâce auxquels l’intellectuel peut être présent au monde dans tous ses aspects et surtout rassembler un collectif polyvalent. Pour Gilles Vergnon en revanche, les catégories pertinentes ne sont ni celle de l’éditorialiste militant de la première « vie » de Pierre Naville, ni celle de l’« intellectuel spécifique » des années 1950-1960 utilisant la sociologie pour éclairer les débats politiques et les enjeux du présent, mais, en dernier lieu, l’« intellectuel trotskyste », expression paradoxale par laquelle il désigne un type d’intellectuel qui cherche dans le couple guerre-révolution, à l’œuvre dans l’histoire du xxe siècle, la clé du sens de l’histoire et la boussole de l’action politique.

12Pourtant la pratique professionnelle de Naville, en tant qu’animateur d’équipe au CNRS ou engagé dans l’administration de celui-ci, ne cadre pas tellement avec cette interprétation, très politique, de l’intellectuel collectif. Cédric Lomba souligne l’investissement de Naville dans le travail collectif mais aussi sa résistance à un pouvoir excessif tant des « mandarins » (J. Stoetzel, G. Friedmann) que des instances syndicales ou des comités auto-proclamés en 1968 dans la définition des recrutements et des programmes scientifiques. Pierre Rolle et Lucie Tanguy, à partir d’une expérience personnelle, bien différente de ce que peuvent livrer les archives sur lesquelles s’appuie C. Lomba, confirment ce style à part de Naville dans le travail scientifique comme dans le travail de direction de travaux. Ayant toujours refusé, depuis le départ, la fonction professorale, Naville, même doté de titres universitaires qui pourraient le qualifier pour l’exercer (le doctorat ès lettres), en refuse les usages académiques et les travers, notamment la parole d’autorité, la généralisation hâtive, la prétention à répondre à tout face à des jeunes apprenti(e)s chercheur(e)s facilement impressionnables et soumi(se)s par position aux décisions des chercheurs établis. Cette honnêteté et cette distance au rôle social du chercheur « arrivé » ont évidemment été préjudiciables à la constitution d’une « école » de disciples qui auraient assuré l’avenir d’une œuvre et transmis le souvenir d’un apport scientifique largement méconnus selon Pierre Rolle, Lucie Tanguy ou Jean-René Tréanton.

13Cette distance à l’habitus de l’homo academicus ordinarius peut être mise en relation sans doute avec les origines grandes bourgeoises de Naville, dans ce milieu de chercheurs plutôt formé de mobiles sociaux, dans la somme de ses expériences antérieures à l’entrée au CNRS qui lui ont beaucoup appris sur les conventions de chaque univers, dans le caractère encore peu institutionnalisé de cet organisme de recherche, en particulier dans le secteur des sciences humaines, et dans sa position seconde, jusqu’aux années 1970, par rapport aux facultés traditionnelles et surtout aux « grands établissements ». Malgré sa fidélité au CNRS, qui contraste avec l’utilisation générale comme lieu de passage de cet organisme par la plupart de ses contemporains, Naville n’entend pas pour autant se laisser enfermer dans une seule discipline, voire sous-discipline, puisqu’il continue de publier dans d’autres genres que les articles purement scientifiques, les comptes rendus d’enquête ou les traités savants. Cette attitude n’a pas nui à sa carrière, mais va à l’encontre de celle des sociologues contemporains qui adhèrent pour l’essentiel au modèle académique professionnel, même quand ils sont des chercheurs engagés.

14Le panorama est encore compliqué si l’on reprend le parcours politique de Naville retracé par Gilles Morin pour l’après-guerre. En dépit de la succession d’échecs enregistrés par toutes les formations minoritaires auxquelles Naville a adhéré ou même qu’il a dirigées partiellement, celui-ci, jusqu’aux années 1970, semble continuer de penser que l’action de l’intellectuel engagé ne peut se passer de cette instance alors qu’à la même époque nombre d’intellectuels, en particulier Foucault, commencent à critiquer les anciennes formes de l’engagement politique partisan caractéristiques du premier xxe siècle. Ce nouveau décalage avec la génération suivante ne renvoie pas, me semble-t-il, à un effet de génération, puisqu’une génération plus tard on reverra certains intellectuels se rapprocher des partis de gauche dans la phase ascendante de l’union de la gauche ou au lendemain de la victoire de mai 1981. Ce qu’apprécie probablement Naville dans la forme parti, c’est, outre la dimension collective et transclasse, sa capacité d’intervention sur tous les sujets ce que ne permettent pas forcément les groupes spéciaux choisis par les intellectuels les plus connus des années 1968 et suivantes pour faire avancer la cause de certaines « minorités ».

Quelle histoire des intellectuels ?

15Cette lecture partielle des multiples apports de ce volume n’en épuise pas toutes les richesses mais indique une autre contribution indirecte de cet intellectuel collectif essayant de rendre compte des vies multiples d’un intellectuel tourné vers le collectif. Chaque communication, même la plus spéciale, est amenée à pratiquer des comparaisons avec d’autres intellectuels, d’autres œuvres, d’autres méthodes, d’autres approches possibles des intellectuels. La diversité des rapports des auteurs à l’objet (depuis le témoin ou le presque parent jusqu’au chercheur qui ne travaille que sur sources écrites), la multiplicité des matériaux disponibles (archives privées, archives officielles, documents imprimés, périodiques, livres, témoignages, entretiens, documents iconographiques) sont caractéristiques de la nouvelle histoire des intellectuels au xxe siècle que de telles rencontres mettent peu à peu en œuvre. Après l’histoire bataille et synthèse, après la monographie individuelle ou de petit groupe, voici l’histoire polyphonique, pluridisciplinaire, polyméthodique et même transnationale. L’histoire des intellectuels français du xxe siècle est en effet largement tributaire des rapports transformés de la France au monde au cours de la crise des sociétés impériales, de l’émergence des superpuissances, de l’émancipation des mondes coloniaux, des multiples diasporas et émigrations intellectuelles ou non que ces bouleversements ont suscités.

16Certains textes laissent entrevoir ces mouvements globaux qui bousculent les configurations mises en place au xixe siècle. Le rapport à la traduction, évoquée par Isabelle Kalinowski, notamment des travaux et auteurs allemands mais aussi américains, l’interférence avec la vie politique et intellectuelle soviétique (à travers les relations Trotsky-Naville), l’ouverture au Tiers Monde (avec les analyses des guerres de libération nationale), les transferts de technologie avec l’influence des méthodes de travail en usine venues d’Amérique, voici quelques-unes des interactions entre ces grandes transformations et certains aspects de la vie intellectuelle et politique de Pierre Naville.

17Il en résulte que la nouvelle histoire intellectuelle et des intellectuels, ici en construction, exige de la part de ceux qui la pratiquent non pas une spécialisation croissante, à l’image de ce qui se passe dans d’autres sous-disciplines historiques, mais, au contraire, une maîtrise encyclopédique de multiples domaines : histoire comparée des sciences sociales, histoire croisée des transferts culturels, histoire sociale des divers contextes institutionnels dans lesquels agissent les intellectuels concernés : le CNRS de l’époque de Pierre Naville a peu à voir avec le CNRS actuel, la sociologie des années 1950 doit être recontextualisée comme l’histoire du marxisme ou l’histoire des revues intellectuelles et des éditeurs, etc. Or l’histoire de tous ces environnements, nécessaires à connaître pour comprendre les intellectuels que l’on veut étudier, reste très largement en friche puisque l’histoire des intellectuels du xxe siècle a surtout privilégié l’histoire bataille et l’histoire politique, l’histoire morale et l’histoire des grandes figures, méprisant tout ce soubassement matériel (histoire de l’édition, des médias, des institutions d’enseignement, des modes de survie et de rétribution des intellectuels, etc.) que les historiens des mêmes objets au xixe siècle viennent à peine de finir d’explorer.

18Il ne s’agit pas seulement des travers de jeunesse d’une « jeune pousse » en croissance. Il y a toujours plus de profit à reproduire les manières canoniques de parler de ses prédécesseurs qu’à prendre des postures critiques ou décalées, sauf si c’est avec une volonté de scandale désacralisateur d’une figure dominante en phase d’entrée dans le purgatoire au bout d’une ou deux décennies. L’avantage – ou le désavantage – de Pierre Naville est de n’avoir jamais connu ni cet excès d’honneur, ni cette indignité. Son « souci de soi », pour citer Foucault à contretemps, et sa volonté de transparence archivistique dont témoignent les papiers déposés au Cedias-Musée social ne renvoient pas qu’à un certain narcissisme « gidien », explicable par cette tradition de l’autobiographie si répandue dans la culture protestante de sa famille, ni peut-être seulement à une volonté de revanche contre un monde intellectuel qui ne l’a pas entièrement reconnu à sa juste place. Ils peuvent s’interpréter, à mon sens, comme la perception de la fragilité intrinsèque de l’histoire de la vie intellectuelle, si des sources primaires, non trafiquées, ne sont pas préservées par les acteurs euxmêmes attachés à un idéal de connaissance rationnelle et critique, ce que sont bien peu d’intellectuels, quand il s’agit de transmettre leur propre image.

Table des illustrations

Crédits Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe. Prise de vue réalisée par Nicolas Quenette, en septembre 2004.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search