Version classiqueVersion mobile

Les vies de Pierre Naville

 | 
Françoise Blum

Quatrième partie. L'orienteur et le sociologue

Pierre Naville et la « passion dans le calcul » : de la métrologie sociale à la sociologique1

François Vatin

Texte intégral

  • 1 Je remercie Pierre Rolle et Gwenaële Rot pour une première lecture de ce texte et pour m’avoir fait (...)

« La logique du calcul est libre.
L’explosif le plus énergique,
c’est peut-être la passion dans le calcul.
 »
Pierre Naville (1982).

Que faire de l’œuvre sociologique de Pierre Naville ?

1Du fait de son arrivée tardive dans l’univers académique (après la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il est déjà quarantenaire), du statut historique qui lui est reconnu dans d’autres sphères (la littérature avec le mouvement surréaliste, la politique comme compagnon de Trotsky), de la variété de ses intérêts intellectuels et de ses contributions académiques (la psychologie béhavioriste, la philosophie du xviiie siècle français, la polémologie, la sociologie du travail…), mais aussi de son ancrage dans un marxisme qui fait aujourd’hui figure de repoussoir épistémologique, Pierre Naville est souvent perçu comme un dilettante de la sociologie.

2Sans doute le personnage n’est pas pour rien dans une telle réputation. Naville n’a pas su (pas voulu ?) créer autour de lui une véritable école, qui aurait pu entretenir une pensée dûment estampillée. Son œuvre éditée, considérable en volume, peut déconcerter un lecteur moderne qui cherche à en saisir l’unité problématique. Beaucoup de ses ouvrages ont été mal publiés, sans toujours le travail requis de correction, de mise en forme, d’établissement conventionnel des références. On pourrait alors penser que, chez lui, une boulimie de l’écriture l’aurait emporté sur la rigueur du travail d’investigation sociologique ; qu’une curiosité intellectuelle toujours en éveil l’aurait empêché de mener une œuvre patiente et sérieuse à l’intention ferme.

3Ce serait une façon superficielle de considérer le personnage et l’ouvre. La diversité des thématiques ne dément pas en effet chez Naville une grande constance dans la démarche. Le caractère apparemment « bâclé » de certains de ses ouvrages (qu’il parvenait de plus difficilement à publier), ne doit pas conduire à sous-estimer le travail minutieux qui était le sien dans la recherche des sources et leur traitement. Mais surtout, contrairement à ce que la variété des titres pourrait laisser croire, il y a bien un authentique et constant projet dans l’œuvre de Naville : trouver les cadres épistémologiques d’une véritable science du social, science qu’il ne saurait concevoir que conforme aux canons de la raison mathématique moderne. La sociologie de Naville est en quelque sorte une moderne « arithmétique » ou « mathématique sociale », pour employer une formulation du xviiie siècle, sa période de prédilection. Il regrettait ainsi que Marx ait préféré Hegel à la mathématique sociale :

  • 2 Extraits choisis par Michel Éliard des Cahiers manuscrits (1955-1990) in « Pierre Naville, 1942-196 (...)

« On peut regretter que Marx n’ait jamais considéré Condorcet, ni Quételet et se soit embarrassé de Hegel. Comme Condorcet, il relève Petty comme fondateur de cette mathématique, mais il se fourvoie dans la critique des mathématiques que fait Hegel, et ne s’intéresse qu’au calcul différentiel, et nullement à la probabilité. Ce qui le fait bafouiller »2.

  • 3 L. Tanguy, « Pierre Naville, 1942-1960 : une sociologie des relations », in Michel Éliard, Naville, (...)
  • 4 Pierre Naville, Sociologie et logique. Esquisse d’une théorie des relations, Paris, PUF, 1982, 280  (...)

4À cet égard, l’écart n’a probablement cessé de croître entre les préoccupations scientifiques de Naville et le centre de gravité de la sociologie française, de son entrée dans ce milieu au début des années 1950 à sa mort en 1993, et encore depuis celle-ci3. Comme le notait déjà Lucie Tanguy en 1994 : « Toute son œuvre est traversée par cette préoccupation commune aux sciences de la nature d’administrer la preuve et de tendre vers l’expérimentation. En cela il s’écarte très fortement du courant relativiste qui se répand aujourd’hui dans les sciences sociales… ». De plus, à l’évidence, présentée ainsi, c’est-à-dire si on prend la mesure de l’ampleur d’un tel projet, l’œuvre de Naville peut être considérée comme un échec. Une grammaire générale de la science sociale reste à écrire, si tant est quelle soit possible, et ceux qui, aujourd’hui, travaillent peu ou prou dans un tel esprit ignorent l’œuvre de Naville, ou, s’ils la connaissent, ne la considèrent pas comme un point d’appui solide. Ainsi son dernier grand livre : Sociologie et logique4, n’a pu trouver de commentateur lors du colloque dont est issu le présent ouvrage.

5Faut-il alors jeter l’œuvre sociologique de Pierre Naville « aux orties » ? Ou ne la considérer que via des fragments qui resteraient par eux-mêmes suggestifs ? En effet, Naville reste connu et reconnu par les psychologues et sociologues de l’orientation professionnelle. De même, sa réflexion sur l’automation, oubliée dans les années 1970, est redevenue un classique de la sociologie du travail. Ainsi, malgré ses faiblesses, l’œuvre de Naville semble « résister au temps », bien qu’inégalement. Ce constat invite à revenir sur ce qui fait son unité et donc son heuristique. S’il est vrai que le projet d’ensemble n’a pas abouti, il constitue néanmoins un moment important et négligé de l’histoire de la sociologie française de la seconde moitié du xxe siècle. Les questions posées par Naville ne sont pas résolues aujourd’hui ; examiner les réponses qu’il tente de leur apporter n’est donc pas une tâche inutile.

Du marxisme rationaliste à la sociologie scientifique

  • 5 Michel Huteau, « Pierre Naville : marxisme, psychologie et orientation professionnelle », L’Orienta (...)
  • 6 Alain Drouard, Une inconnue des sciences sociales : la fondation Alexis Carel 1941-1954, Paris, Édi (...)
  • 7 Lors de sa publication, il en critiqua toutefois la méthodologie : Pierre Naville, « Remarques sur (...)
  • 8 Ibid., p. 201. Voir aussi Annick Ohayon, L’impossible rencontre. Psychologie et psychanalyse en Fra (...)
  • 9 Pierre Naville avait traduit pendant la guerre un traité de psychométrie américain. Il publie sa tr (...)

6Pierre Naville n’accède à l’espace universitaire que par accident, quand il entre au CNRS au début de l’année 1945, comme boursier en psychologie sur les conseils d’Henri Piéron et Henri Wallon ; ce n’est qu’en 1948 qu’il devient attaché de recherche5. « Activiste » littéraire puis politique dans l’entre-deux-guerres, Naville entame toutefois des travaux de nature académique dès la période de la guerre et ce sur deux modes. D’une part, alors qu’il est d’abord mobilisé à Paris en 1939, il a le temps de suivre des enseignements de psychologie à la Sorbonne pour obtenir le certificat de licence qui lui manquait. Il est ensuite envoyé sur le front dans un régiment disciplinaire en raison de son passé politique et est fait prisonnier par les Allemands. Après sa démobilisation en janvier 1941, il suit les cours de l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP) et obtient son diplôme en juin 1942. Il est d’abord engagé (novembre 1942) comme psychotechnicien par la Fondation Alexis Carrel pour l’étude des problèmes humains6, puis devient, dès le début de l’année 1943, directeur du Centre d’orientation professionnelle du Lot-et-Garonne à Agen, où il restera jusqu’en décembre 1944. C’est à ce titre qu’il participa à la grande enquête sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire, lancée sous le Front populaire, reprise par la Fondation Carrel et finalement publiée en 19507. Dans ce contexte, il publie avec son ami Jean Beaussier le Bulletin d’orientation professionnelle, revue à la fois scientifique et professionnelle (cinq livraisons paraîtront sous sa direction d’octobre 1943 à juin 1945)8. Il développe ses recherches sur la psychologie de l’enfant dans les perspectives ouvertes par Jean Piaget et Henri Wallon, mais aussi sur la psychologie différentielle dans la tradition d’Henri Piéron. C’est via la psychologie qu’il étudie alors la statistique dont il fera un usage abondant dans ses travaux sociologiques9.

  • 10 Pierre Naville, La psychologie, science du comportement. Le béhaviorisme de Watson, Paris, Gallimar (...)
  • 11 Henri De Man, Au delà du Marxisme, Bruxelles, L’Églantine, 1926, 1ère éd. (allemande), Iéna, 1926, (...)
  • 12 Selon Michel Huteau (« Pierre Naville : marxisme… », loc. cit., p. 198-200.) qui soutient l’idée qu (...)

7Par ailleurs, Naville publie pendant la guerre deux importants ouvrages chez Gallimard, où travaillait son ami et cousin par alliance Raymond Queneau : - une présentation et défense de la psychologie béhavioriste de Watson (à défaut de pouvoir publier, dans les circonstances de la guerre, la traduction de Psychologie from the Standpoint of a Behaviorist, 1919, qu’il avait préparée lors de ses études de psychologie en 1939) ; - un exposé érudit de la philosophie matérialiste française du xviiie siècle à travers la figure mal connue du baron d’Holbach10. Cette activité éditoriale répondait sans doute en partie à la nécessité pour Naville d’améliorer ses « fins de mois » en cette période difficile. Elle visait probablement aussi à combler son impérieux besoin d’activité, après la fièvre d’avant-guerre et les désillusions du présent. Mais ces deux publications n’en ont pas moins un sens idéologique clair. Il s’agit pour Naville de poursuivre, dans le contexte de l’Occupation, son combat pour une pensée matérialiste rationaliste. Il n’était pas question, dans ces circonstances politiques, de publier sa critique d’Henri De Man préparée avant-guerre, qui constituait une défense de sa conception rationaliste du marxisme contre le « révisionnisme » de cet auteur et de quelques autres qui avaient prétendu, dans les années 1920, aller « au delà du marxisme », ce qui les avait conduit pour certains, tel De Man, à adhérer finalement à l’idéologie fasciste11. Naville choisit donc des terrains politiquement admissibles : la pensée du xviiie siècle qui restera l’un de ses terrains privilégiés ; le béhaviorisme de Watson, qu’il ne cessera de défendre contre les multiples et vives critiques, car il y voit le fondement possible d’une psychologie matérialiste, débarrassée de la question métaphysique de la « conscience »12.

  • 13 Pierre Naville, Psychologie, marxisme, matérialisme. Essai critique, Paris, Marcel Rivière, coll. « (...)
  • 14 Pierre Naville, Psychologie, marxisme, matérialisme, op. cit., p 12sq.
  • 15 Ibid., p. 124sq.
  • 16 Ibid., p. 151.
  • 17 Pierre Naville, « Après Bergson », Cahiers du Sud (1945), repris in Pierre Naville, Psychologie, ma (...)
  • 18 Pierre Naville, Les conditions de la liberté, Paris, Éditions du Sagittaire, 1947, 193 p. Naville c (...)
  • 19 J.-P. Sartre, L’existencialisme est un humanisme (1945), Paris, Gallimard, 1996, 113 p. On trouve d (...)
  • 20 Sur le bergsonisme du jeune Naville, voir ses Mémoires imparfaites, Paris, La Découverte, 1987, p.  (...)

8Après la guerre, Naville va poursuivre ce combat idéologique, cette fois à découvert. Il publie alors sa critique de De Man13, ouvrage dans lequel il formule très clairement sa conception du marxisme comme un « rationalisme moderne » et combat symétriquement « la vieille étiquette fatiguée d’humanisme »14. Contre De Man, il récuse toute recherche d’une « causalité psychique » substantiellement distincte de la « causalité matérielle » et s’appuie pour cela, déjà, sur Watson15, mais aussi sur la psychanalyse de Freud dont il souligne les apports à « une véritable psychologie matérialiste »16. C’est un même combat pour un marxisme rationaliste, qui conduit Naville à cette époque, à régler ses comptes avec son engouement de jeunesse pour Bergson17, mais aussi à s’attaquer à la phénoménologie de Husserl, à l’« existencialisme » de Sartre et Merleau-Ponty18 et par dessus tout à l’interprétation humaniste du marxisme que de telles philosophies pouvaient soutenir. Cet engagement « anti-humaniste » de Naville reste associé à sa célèbre polémique publique avec Sartre, lors de la conférence « L’existencialisme est un humanisme » que Sartre avait donnée le 29 octobre 194519. Il est amusant de souligner à cet égard le « pas de deux » opéré par les deux fondateurs de la sociologie française du travail : Georges Friedmann et Pierre Naville. Navile s’attaque en effet aux interprétations humanistes du marxisme, alimentées par la publication des œuvres de jeunesse de Marx, au moment où, de son côté, Georges Friedmann, pourfendeur avant-guerre, au nom d’un marxisme intransigeant, de l’humanisme bergsonien, se range de son côté à cette philosophie tempérée. Or Naville avait été selon son propre témoignage un bergsonien passionné dans son adolescence20.

  • 21 Jean-Michel Berthelot souligne aussi que Naville « est le premier à avoir introduit la conception d (...)
  • 22 Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), cité par Pierr (...)

9C’est donc avec un double bagage de psychologue statisticien et de philosophe marxiste rationaliste que Naville entre véritablement en sociologie après sa brouille avec Henri Piéron qui fait suite à la publication en 1945 de sa Théorie de l’orientation professionnelle. Cet ouvrage, comme le petit fascicule qui suit sur La formation professionnelle et l’école sont déjà largement « sociologiques » dans leurs orientations. En effet, Naville y critique la mesure psychologique des « aptitudes » en montrant, comme le fera plus tard Pierre Bourdieu pour le jugement scolaire, que celle-ci est surdéterminée par la logique de hiérarchisation sociale21. Il peut à cet égard citer Adam Smith qui déjà affirmait en 1776 que « la différence des talents parmi les individus n’est pas tant la cause que l’effet de la division du travail »22. À cet égard, la prétention des psychotechniciens à fonder l’orientation sur une mesure « objective » des aptitudes lui paraît l’expression d’une myopie aveuglante :

  • 23 Ibid., p. 143.

« Pour M. Piéron et pour toute son école, l’aptitude spécifique, héréditaire même, est la base saine de l’orientation. […] Or les postulats qui sont à la base de la théorie classique (c’est ainsi que nous désignons celle de M. Piéron reprise par tous les praticiens) sont loin d’être clairement définis et même reconnus. »23

  • 24 La psychotechnique visait en effet à fournir un instrument objectif d’évaluation afin de combattre (...)

10Le positivisme métrologique des psychotechniciens, si bien intentionné soit-il24, lui paraît donc un relais de la « domination sociale », pour employer le langage de Bourdieu :

  • 25 Pierre Naville, Théorie de l’orientation professionnelle, op. cit., p. 249.

« M. Piéron, nous l’avons vu, considère que la “vraie” science est indépendante des facteurs sociaux ; il faudrait donc admettre que l’orientation professionnelle, si elle est une science devrait être aussi indépendante des facteurs sociaux. Mais, nous l’avons assez montré, c’est tout le contraire qui est vrai. A la fois dans sa réalité pratique quotidienne et dans ses fondements théoriques reconnus (théorie de l’aptitude) l’orientation professionnelle subit profondément l’empreinte des facteurs sociaux ; elle en est même pour une part l’émanation ».25

  • 26 Extraits de la correspondance entre Pierre Naville et René Zazzo dans Michel Huteau, « Pierre Navil (...)
  • 27 Henri Piéron, « La notion d’aptitude, à propos d’une théorie de l’orientation professionnelle », BI (...)
  • 28 Michel Huteau, « Pierre Naville : le marxisme, la psychologie et l’orientation professionnelle », l (...)
  • 29 Annick Ohayon, L’impossible rencontre…, op. cit., p. 241.
  • 30 Michel Huteau, « Pierre Naville : le marxisme… », loc. cit., p. 206-207.
  • 31 Nous sommes moins loin qu’il y paraît des conceptions développées par Marcel Mauss dans « les techn (...)

11L’ouvrage fit l’effet d’une bombe dans le petit milieu de la psychologie appliquée. Avant la fin de la guerre, Naville avait fait lire le manuscrit à son ami René Zazzo, qui l’avait mis en garde. Dans un courrier du 14 mai 1944, celui-ci affirmait son accord avec de nombreuses thèses de l’ouvrage, mais regrettait son ton polémique : « Vous avez une façon de choquer, de traumatiser le lecteur qui n’est pas un des moindres attraits de votre livre »26. La réponse ne se fit pas attendre. Henri Piéron fait dès sa parution une critique de l’ouvrage27, puis rompt radicalement avec Naville, sur lequel il fondait de grandes espérances. Dès 1946, Naville est exclu de la charge de cours qu’il avait à l’INOP et de l’équipe qui préparait alors sous la direction de Piéron le Traité de psychologie appliquée28. D’après Hélène Gratiot-Alphandéry, qui enseignait à l’INOP dès la Libération, « il était alors impossible de mentionner ce livre [la Théorie de l’orientation professionnelle] dans les cours, pas plus que le nom de son auteur »29. C’est dans ce contexte que Naville va, à l’invitation de Georges Gurvitch, rejoindre les maigres rangs des sociologues du CNRS. Naville a toutefois poursuivi des travaux de psychologie jusqu’en 1950 et ce n’est qu’en 1949 qu’il signale dans une lettre à son père son changement d’orientation30. Ce transfert de la psychologie vers la sociologie était d’ailleurs assez virtuel puisqu’il n’y avait alors qu’une seule commission psychologie-sociologie au CNRS. Paradoxalement, c’est l’adhésion au béhaviorisme, qu’il ne reniera jamais, qui facilite le mouvement de Naville de la psychologie vers la sociologie. Dès 1942 en effet, il s’appuyait sur le béhaviorisme pour critiquer l’héréditarisme en psychologie : puisque les « comportements » sont le résultat d’un conditionnement, ils ne résultent pas d’une hérédité biologique, mais sont au contraire socialement transmis31.

  • 32 Pierre Naville, La Vie de travail et ses problèmes, Paris, Armand Colin, « Cahiers de la Fondation (...)
  • 33 Pierre Naville, Essai sur la qualification du travail, Paris, Marcel Rivière, « Recherches de socio (...)
  • 34 Stoetzel avait pris en 1956 la succession de Friedmann à la direction du Centre d’étude sociologiqu (...)

12Le rejet par Naville de la métrologie psychotechnique ne le conduit pas pour autant à rejeter le principe même de la mesure, apprise des psychologues. Il va au contraire tenter de dégager les voies d’une métrologie adaptée à l’étude des phénomènes sociaux. Il adopte à cet égard, à partir de la fin des années 1940, deux types de démarches. La première consiste à se pencher avec un regard de statisticien sur la « vie de travail » : évolution de la durée de la vie de travail, de la répartition professionnelle selon les âges et les sexes, de la structure des qualifications. En 1954, il réunit un ensemble de ses études dans La vie de travail et ses problèmes32, puis publie, en 1956, son Essai sur la qualification du travail, dont la deuxième partie constitue une tentative de construction d’un « indice de qualification de la main d’œuvre pour la région parisienne » à partir des données du recensement de 194633. Ces travaux sociaux-démographiques, menés avec grand soin, permettent de comprendre le respect intellectuel dans lequel le tenait, malgré leur antagonisme idéologique, Jean Stoetzel, qui le prit comme adjoint pour la direction du Centre d’études sociologiques34 :

  • 35 Entretien de Jean Stoetzel avec Elisabeth Pradoura, 14 octobre 1986 (http://picardp1.ivry.cnrs.fr/S (...)

« J’avais fait désigner Naville comme directeur adjoint. Ca ne l’intéressait pas beaucoup mais je pensais qu’il aurait pu être un bon directeur. Nous n’avons pas les mêmes idées politiques, lui et moi, mais qu’est-ce que ça peut faire : j’ai confiance dans Naville, c’est un homme intelligent, intègre, qui a fait de très bonnes choses. »35

  • 36 Pierre Naville, De l’aliénation à la jouissance. La genèse de la sociologie du travail chez Marx et (...)
  • 37 Alain Cuenot (Biographie intellectuelle…, thèse citée, p. 354) cite les articles de presse alors pa (...)
  • 38 Pierre Naville, Le Nouveau Léviathan, 7 vol., 1970-1989 (cf. « Bibliographie », infra, p. 431-434). (...)
  • 39 Louis Althusser, Pour Marx, Paris, Maspéro, 1965, 261 p., qui regroupe un ensemble d’articles publi (...)
  • 40 Maximilien Rubel, Karl Marx, Essai de biographie intellectuelle, Paris, Marcel Rivière, 1957.
  • 41 Pierre Naville, préface à la réédition (1967) de De l’aliénation à la jouissance…, op. cit. L’expre (...)

13Parallèlement à ces travaux de sociologie quantitative, Naville opère un retour à ses sources intellectuelles dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat sur la genèse de la sociologie du travail chez Marx et Engels. Il la soutient en janvier 1956, avec un jury composé de Raymond Aron, Georges Friedmann, Georges Gurvitch, Jean Hyppolite et Ernest Labrousse36. La soutenance fut, semble-t-il, tumultueuse ; pour critiquer la présentation rationaliste de Marx que Naville défendait, Aron lui avait en effet notamment demandé : « A-t-on depuis un siècle calculé la plus-value ? »37. Lors de son édition en 1957, il fit de cette thèse le premier volume de ce qu’il conçut comme son œuvre majeure : Le Nouveau Leviathan, finalement composée de sept gros volumes38. Dans sa thèse comme dans toute son œuvre ultérieure, Naville défend, dans le prolongement direct de ses polémiques des années 1930-1940, la figure d’un Marx rationaliste, qui aurait clairement rompu avec l’hégélianisme de sa jeunesse. À certains égards, sa démarche évoque celle, contemporaine, de Louis Althusser39. Mais Naville n’affirma pas aussi radicalement qu’Althusser l’idée d’une « coupure épistémologique » (selon le concept épistémologique repris de Gaston Bachelard), qui serait fondatrice du matérialisme historique, science marxiste de l’histoire. L’analyse, plus tempérée de Naville, est en ce sens plutôt à rapprocher de celle de son ami Maximilien Rubel, dont la biographie intellectuelle de Marx paraît la même année que la thèse de Naville40. Mais surtout Naville n’était pas, à la différence d’Althusser, à la recherche du marxisme « authentique ». Tout au contraire, il entendait dégager d’une lecture libre de Marx des instruments théoriques pour penser le présent. Il se méfiait en ce sens de tout marxisme philosophique, celui des existentialistes, comme celui des « antihumanistes » : « On ne sauvera donc pas le marxisme en lui cherchant un nouveau masque philosophique, même si c’est pour parler d’une “pratique théorique” qui regarde en arrière plutôt qu’en avant »41.

  • 42 Ce point est examiné par Naville dans une communication très suggestive présentée le 1er décembre 1 (...)
  • 43 Naville signale ce point dans De l’aliénation à la jouissance, op. cit., p. 392-393.

14La thématique de la mesure est omniprésente dans cet ouvrage (le terme figure dans pas moins de cinq sous-têtes de chapitre). Naville se penche notamment sur les tentatives de mesure énergétique du travail et s’intéresse au rapport de Marx aux mathématiques en suggérant des comparaisons avec la démarche « néoclassique » (il cite Cournot, Dupuit, Jevons…). Sa lecture « analytique » de Marx l’amène à manifester un grand intérêt, non exempt d’esprit critique, pour l’économie politique moderne de type néoclassique. Ce point mérite d’être souligné, tant une telle posture est rare chez les sociologues en général et a fortiori chez les sociologues marxistes. Nul rejet chez lui de la formalisation mathématique en économie, si souvent décriée par les sociologues. Tout au contraire, la théorie du comportement rationnel, conjointe aux économistes et aux psychologues, lui semble devoir faire l’objet d’une analyse attentive42. Au contraire, les faiblesses de l’économie marxiste lui paraissent résulter de ses limites formelles, qui s’expliquent selon lui en partie par les limites personnelles de Marx en la matière (malgré l’intérêt de celui-ci pour le calcul différentiel43) mais aussi par les traces d’hégélianisme dans son œuvre. Ainsi, dans les trois volumes ultérieurs du Nouveau Léviathan consacrés au « salaire socialiste » et aux « échanges socialistes », puis dans le septième Sociologie et logique, Naville reviendra abondamment sur les possibilités de traduction de l’œuvre de Marx dans un langage mathématique moderne et sur les travaux réalisés en ce sens, notamment par les économistes des pays « socialistes », dont il avait une connaissance rare.

15Naville pratique ainsi la mathématique en science sociale sous ces deux registres : métrologique (statistique) et logique (théorique). Le second registre prendra le pas sur le premier. Il y a là des explications conjoncturelles liées à sa carrière intellectuelle. Mais le problème est aussi, me semble-t-il, plus profond. La mesure statistique des faits sociaux, dans laquelle il fondait des espoirs dans ses travaux des années 1950, semble progressivement lui apparaître comme peu adaptée à l’élucidation du cœur du problème : la construction d’une grammaire sociologique apte à faire de cette discipline une véritable science.

De la statistique sociale à la sociologique

  • 44 Sur cette seconde période de l’œuvre sociologique de Pierre Naville, voir Mireille Dadoy, « Pierre (...)

16Le primat peu-à-peu attribué par Naville à la logique sociale sur la métrique sociale me semble trouver sa source dans sa théorie de l’automation. Ses travaux en la matière s’étalèrent sur une bonne demi-douzaine d’années, du lancement du programme en 1956 à la publication en 1963 de son ouvrage de synthèse : Vers l’automatisme social ?44

  • 45 Alain Touraine, L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, Éditions du CNRS, 1955, 2 (...)
  • 46 Archives Pierre Naville, Bibliothèque du CEDIAS-Musée social, Paris [abrégées par la suite en APN]. (...)
  • 47 APN, Dossier « automation », échange de courriers entre G. Friedmann et P. Naville, décembre 1960.
  • 48 Georges Friedmann, Préface à Alain Touraine, L’évolution du travail ouvrier…, op. cit., p. 6. Pour (...)

17Cette recherche s’inscrit au départ dans la poursuite des grandes enquêtes de sociologie du travail lancées par Georges Friedmann dans les années 1950 dans le contexte de la reconstruction. Ces travaux sur la modernisation industrielle, initiés par les études d’Alain Touraine sur les Usines Renault (1948-1954), de Michel Verry sur les laminoirs ardennais, de Viviane Isambert-Jamati sur l’industrie horlogère du Doubs se poursuivirent notamment avec la série d’enquêtes menées sur les laminoirs du Mont-Saint-Martin (1954-1957)45. A l’origine, Naville n’apparaît d’ailleurs que comme le sous-traitant d’une recherche placée par le Commissariat général à la productivité sous la maîtrise d’œuvre de Friedmann46. Très vite, il prend en totalité la direction du projet, sur lequel Friedmann n’interviendra plus en quelconque manière, ce qui ne sera pas sans provoquer un conflit entre les deux hommes, quand Naville lancera l’édition du rapport d’enquête sans en avertir préalablement Friedmann47. En fin de compte, cet ensemble de recherches contraste notablement avec les enquêtes antérieures, tant en raison de l’ampleur du travail sociographique réalisé que de son inscription dans un projet théorique original en rupture avec les conceptions de Friedmann, qui se montrait très circonspect à l’égard du thème de l’automation. En témoigne par exemple la vive critique qu’essuie Alain Touraine, pour s’être trop aventuré dans ce sens, dans la préface que Friedmann rédige pour la publication en 1955 de l’étude sur Renault48.

  • 49 Voir sur ce point notamment Mireille Dadoy, « Pierre Naville et la question de l’automation », loc. (...)
  • 50 Le titre devient en 1962 Cahiers d’études de l’automation et des sociétés industrielles, puis en 19 (...)
  • 51 À sa retraite, cette revue, qui devait être reprise par Pierre Rolle, est supprimée par la directio (...)

18Des travaux de Naville sur l’automation date ainsi la césure, qui marquera pour les décennies suivantes la sociologie du travail française, entre les disciples de Friedmann, et ceux, plus rares et moins organisés, de Naville49. Alors que les jeunes « lieutenants » de Friedmann (Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine, Jean-René Tréanton) lancent en 1959 la revue Sociologie du travail, Naville crée Les Cahiers d’études de l’automation. Cette publication connaîtra sous des formes diverses, huit livraisons entre 1957 et 196750, date à laquelle le CNRS leur supprime sa subvention. Les premiers numéros sont consacrés à une large revue de la littérature française et étrangère sur la question de l’automation, tandis que les suivants rendent compte des enquêtes originales se déroulant de 1957 à 1959 sous la direction de Naville. L’ensemble de ces monographies fait l’objet en 1961 d’une imposante publication : L’automation et le travail humain. Après l’arrêt des Cahiers d’études, Sociologie du travail, où Naville et ses collaborateurs sont très peu présents, incarnera donc exclusivement ce champ de la sociologie française. Entre-temps, Naville était passé à un autre objet : l’Épistémologie sociologique, titre de la dernière revue du CNRS qu’il dirigea de 1964 à sa retraite en 197351.

  • 52 Voir Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste (1974), Paris, Maspéro, 1976, 360 p. ; – B (...)
  • 53 J’ai personnellement défendu cette thèse dans La fluidité industrielle, Paris, Méridiens-Klincksiec (...)
  • 54 La polémique est lancée par Naville qui accuse Friedmann de « proudhonisme » (« Nouvelles recherche (...)

19Malgré leur relatif échec institutionnel (celui des Cahiers, dont la diffusion resta confidentielle), les travaux de Naville sur l’automation n’en ont pas moins une grande importance, pour son itinéraire intellectuel personnel d’une part, pour la sociologie du travail d’autre part. Ces travaux n’ont pas eu à l’époque le retentissement qu’ils auraient mérité et furent oubliés dans les années 1970 au profit de la diffusion d’un marxisme radical, d’inspiration maoïste, qui soutenait absurdement la thèse de la déqualification généralisée du travail52. Mais ils furent relus à partir des années 1980 par de nombreux auteurs. En effet, il apparût alors que l’idée fondamentale de Naville – celle d’une tendance inéluctable au découplage de l’activité des hommes et de celle des machines – fournissait bien la clé de lecture de l’évolution de la société industrielle53. Avec retard, Vers l’automatisme social ?… est ainsi devenu une référence majeure pour de nombreux sociologues du travail, qui ont oublié (ou plus souvent ignorent tout) des conflits des années 1960 entre Naville et Friedmann54.

  • 55 Les correspondances entre Naville et Friedmann montrent que ce travail a été entamé en 1954. Mais, (...)
  • 56 La notion de « conscience » est assurément problématique dans la sociologie de Naville ; le chapitr (...)
  • 57 Alain Touraine, La conscience ouvrière, Paris, Seuil, 1966, p. 28 et 315. Touraine situe l’analyse (...)
  • 58 Serge Mallet, La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Seuil, coll. « Esprit. La cité prochaine », 1963, (...)

20Sur le plan de la biographie intellectuelle de Naville, ces travaux sur l’automation ont consacré définitivement son autonomie vis-à-vis de Friedmann. Parallèlement, la sortie en 1961 du premier tome du Traité de sociologie du travail en co-direction avec Friedmann confère à Naville le statut symbolique de « co-leader » de cette discipline55. Mais ces recherches dénotent aussi une inflexion profonde de ses questionnements, que retrace bien l’ouvrage de 1963. Vers l’automatisme social ? débute en effet par des développements statistiques sur l’automation, ses conséquences sur l’emploi, le chômage, la qualification de la main d’œuvre. Mais il apparaît vite que l’essentiel n’est pas là. La statistique sociale peine à prendre en considération le changement profond induit par l’automation qui est la nature même du travail et tout particulièrement les combinaisons nouvelles qui s’opèrent entre l’activité des hommes et celles des machines. Seule une étude véritable, in situ, de l’activité de l’opérateur peut permettre de comprendre les changements macro-sociaux qui caractérisent l’évolution de la société industrielle, comme, par exemple, la structuration des temps de travail ou celle de la « conscience ouvrière »56. Les travaux de Naville inspireront Alain Touraine, qui voit dans l’automation analysée par Naville la source d’une « politisation » de la conscience ouvrière, en raison de l’autonomie nouvelle acquise par l’ouvrier par rapport à l’exercice du travail concret57. Il faut citer aussi l’ouvrage antérieur de Serge Mallet sur La Nouvelle classe ouvrière, qui tire de l’analyse navillienne de l’automation des conclusions politiques léninistes, en concevant les travailleurs de l’automation comme une nouvelle aristocratie ouvrière, fer de lance de la Révolution, ce que Naville lui-même n’avait jamais écrit ni même laissé entendre58.

  • 59 Le chapitre 8 de l’ouvrage est entièrement consacré à la discussion de l’échelle des niveaux d’auto (...)
  • 60 Naville fait allusion à l’écriture automatique dans l’introduction de l’ouvrage (p. 9) ; symétrique (...)

21Naville continue à se préoccuper de la mesure. Le chapitre 7 de Vers l’automatisme social ?… est consacré à « quelques précisions sur la mesure de la polyvalence de l’emploi » et, surtout, toute la deuxième partie à un examen des possibilités de mesurer le « niveau de l’automatisation »59. Mais, cette partie s’achève sur une « esquisse d’une sémiotique industrielle » (chapitre 10). Ce tournant linguistique de la problématique de Naville exprime bien ses nouvelles préoccupations. La voie qu’il trace à la sociologie est dorénavant moins la recherche d’une métrologie adaptée (statistique sociale) que celle d’un nouveau langage, d’une grammaire du social. Ici, l’enjeu est de penser le dialogue homme-machine qui caractérise l’industrie moderne et marque, de ce fait, toute la société salariale. Pour réfléchir à cette question, Naville renoue curieusement avec le surréalisme de sa jeunesse, celui de « l’écriture automatique », et réalise ainsi l’ouvrage le plus poétique de son œuvre scientifique60. À cet égard, il est amusant de voir Naville – à qui on a tant reproché ses convictions béhavioristes, mécanicistes, en psychologie – évoquer dans cet ouvrage la psycho-pathologie des machines :

  • 61 Pierre Naville, Vers l’automatisme social…, op. cit., p. 42.

« Certains systèmes cybernétiques en arrivent à se conduire de façon aussi névrotique que des organismes vivants réagissant à des stimuli contradictoires, lorsqu’ils affrontent des instructions mal coordonnées. L’instabilité de certains systèmes d’action et de contrôle peut être conçue, au dire des ingénieurs, comme une sorte de “folie” »61.

  • 62 Voir Mickael Rose, Servants of post-industrial power ? Sociologie du travail in modern France, Lond (...)
  • 63 Les ouvrages de Benjamin Coriat (Science, technique et capital, op. cit., L’atelier et le chronomèt (...)

22Jusque-là plutôt considéré comme un adepte d’une sociologie positiviste, Naville prend ainsi avec cet ouvrage la figure d’un futurologue aventureux62. Par ailleurs, les sociologues marxistes des années 1970, qui – en partie inspirés par Foucault – interprétaient alors la technique comme un dispositif de disciplination63, ne pouvaient adhérer à une analyse de l’automation, qui concluait finalement à une possible libération de l’homme par le développement technique :

  • 64 Pierre Naville, Vers l’automatisme social ?…, op. cit., p. 258.

« L’esprit de la technique moderne pourvu qu’on lui donne la possibilité pacifique de s’épanouir, est celui d’une disponibilité plus grande de l’homme dans la nature et dans la société. »64

23Faut-il en conclure que Naville aurait renoncé au projet d’une authentique sociologie scientifique appuyée sur une interprétation rationaliste du marxisme ? Qu’il aurait troqué l’analyse statistique raffinée des processus de domination sociale pour une fantasmagorie futuriste et apologétique ? Ce serait là un contresens comme en témoigne la suite de son œuvre qui fait une large place à la question des formes modernes du salariat et de l’exploitation et reprend, sur un nouveau mode, sa question centrale : quels fondements épistémologiques donner à la sociologie ?

  • 65 Pierre Naville, Sociologie et logique…, op. cit., p. 270.
  • 66 Cet article est repris dans Sociologie et logique…, op. cit., chapitre 4.
  • 67 Les premières livraisons ronéotées de la revue (1964-1968) sont reliées en volume en 1970.
  • 68 Pierre Naville cite abondamment Raymond Boudon dans Sociologie et logique…, op. cit. Nous ne savons (...)
  • 69 Entretien avec Elisabeth Pradoura, op. cit.

24L’achèvement des études de Naville sur l’automation est, en effet, contemporain de l’ouverture d’un nouveau grand chantier dans son œuvre, qui, d’une certaine manière, les prolonge : celui de la recherche de cadres logiques adaptés à la science du social, d’une « sociologique » selon l’expression qu’il suggère en 198265. Ce travail démarre dès 1960 avec la publication dans L’Année sociologique d’un important article « classes logiques et classes sociales »66. Il s’incarne surtout dans la constitution autour de Naville d’un « groupe d’épistémologie sociologique » au sein du Centre d’études sociologique. La revue qui en publie les travaux aura seize livraisons de 1964 à 197367. Parmi les contributeurs, on trouve quelques auteurs, qui, dans la représentation commune du « champ » sociologique, paraissent fort éloignés de Naville : Bernard Lécuyer, Raymond Boudon68, Jacques Lautman… Le rapprochement est moins incongru qu’il n’y paraît, si l’on songe que Naville est alors un collaborateur régulier de L’Année sociologique, où il contribue notamment, depuis la création de la « troisième série » en 1951 et jusqu’en 1985, à la rubrique de sociologie du travail, et qu’il publie également régulièrement dans les premiers numéros de la Revue française de sociologie, créée en 1960 « par deux ou trois amis dont Edgar Morin sans l’appui du CNRS au départ » selon son témoignage69. Ce n’est qu’après 1968 que la sociologie française sera marquée par une rupture radicale entre pro- et anti-marxistes.

  • 70 Dans la conclusion de Sociologie et logique, Naville propose de distinguer trois branches de la soc (...)

25Naville réunit un certain nombre de ses travaux d’épistémologie sociologique dans Sociologie d’aujourd’hui, en 1981 et dans Sociologie et logique, en 1982, ouvrage qu’il conçut comme le septième et dernier volume du Nouveau Léviathan. Il est difficile d’en faire le résumé, car il est passablement composite, comme bien des livres de Naville. Une nouvelle fois, Naville invite à dire « adieu à Hegel » et à interpréter d’un point de vue rationaliste l’enseignement de Marx et d’Engels. Il fait le bilan des « moyens mathématiques de la sociologie » et, en s’appuyant sur la logique néo-positiviste, insiste sur la nécessité de dépasser l’empirisme de la démarche statistique, qui, selon ses termes, relève de la « sociographie », pour élaborer une authentique « sociologique »70. Selon lui, c’est à ce prix que la sociologie pourra véritablement accéder au statut de science. Pour cela, il faut considérer les objets de la sociologie, non comme des « ensembles concrets », mais comme des « réseaux abstraits » :

  • 71 Pierre Naville, Sociologie et logique…, op. cit., p. 268.

« La science sociale ne peut être déductive […] que si elle étudie les ordres, les relations et les opérations, envisagés comme des quantificateurs spécifiques et formalisés. »71

  • 72 Ibid., p. 269.

26La plus grande difficulté à cet égard est la prise en considération rationnelle du principe de contradiction, qui lui paraît constitutif des phénomènes sociaux. Enfin, il invite à une stricte neutralité axiologique : « La science sociale est exclusive de toute considération de valeur morale autonome, quelle que soit la forme de celle-ci »72.

  • 73 Jean-Michel Berthelot, retranscription des débats dans Michel Éliard, Naville, La passion de la con (...)
  • 74 Voir les pages de garde du tome V, publié en 1972 (avant le tome IV) : La bureaucratie et la révolu (...)

27Faut-il en conclure, avec Jean-Michel Berthelot, que Naville aurait « changé de camp », que le vieux lutteur marxiste se serait mué en sociologue néo-positiviste, abandonnant toute ambition de contribuer au changement social par le travail théorique : « on ne peut être que frappé par l’un de ses derniers ouvrages Sociologie et logique, terriblement désenchanté, donnant en dernière analyse, la parole plutôt à une sociologie de type positif qu’à une sociologie de type critique »73 ? Cette thèse ne peut être retenue, pour deux raisons. D’une part, Sociologie et logique était conçu depuis longtemps par Naville comme la clé de voûte théorique de son Nouveau Léviathan sous le titre d’Esquisse d’une sociologie des relations74. Mais surtout, comme j’ai tenté de le montrer, toute son œuvre est hantée par la recherche d’une positivité du savoir sociologique appuyée sur la mathématique. Il n’y a là pour lui nulle contradiction avec son engagement révolutionnaire. En effet, et c’est ici encore l’héritier des Lumières qui s’exprime, pour Naville, le calcul est intrinsèquement révolutionnaire.

  • 75 Ibid., p. 253.

« Il est vrai que nous nous maintenons en société – et c’est une cohérence de fait – en raison de communications entre les membres qui s’établissent et durent, contrairement à ce que l’on croit le plus souvent, parce qu’elles sont vagues et floues, fuyantes, peu exactes, variables à l’extrême, inconsistantes et outrageusement affectives. […] Dès que l’on construit et utilise un langage rigoureux, de type mathématique ou logique, que les termes de toutes les relations sont définis avec rigueur dans leurs propriétés, que l’on entre dans le calcul, la stabilité sociale se dégrade, acquise au prix de balbutiements, d’essais et erreurs, d’abandons et de nonchalance. La rigueur, voilà le principe destructeur des liens sociaux établis ; aussi les États la détestent-ils. On se confie alors, pour se livrer à la subversion, aux passions. Mais les passions n’ébranlent que les liens individuels, même si ceux-ci se présentent en faisceaux et en masse ; si leur logique est forte, c’est d’une force interne, enchaînée. La logique du calcul est libre. L’explosif le plus énergique, c’est peut-être la passion dans le calcul. Ne dites donc pas que la société se maintient par sa rationalité ; elle ne se soutient que par une irrationalité faible, celle du langage ordinaire. »75

  • 76 Pierre Naville, « Sade et l’érotisme aujourd’hui », in Le marquis de Sade, Paris, Armand Colin, 196 (...)
  • 77 Voir son ouvrage sur Thomas Hobbes, op. cit., sa préface à Carl von Clausewitz, De la guerre, Paris (...)
  • 78 Communication personnelle de Pierre Rolle.

28La « passion dans le calcul ». On ne saurait mieux résumer la figure de Pierre Naville, dans toutes les dimensions de sa vie et de son œuvre. Cette conviction du caractère radicalement subversif du calcul, de la rigueur dans l’exercice de la raison, exprime son désir de prolonger l’œuvre de Marx, ce révolutionnaire qui avait en son temps pensé que le meilleur service qu’il pouvait rendre à la cause prolétarienne était de se plonger des décennies durant dans un travail théorique des plus ardus. Mais c’est ici aussi le commentateur passionné de la philosophie rationaliste du xviiie siècle français qui s’exprime : philosophie de Diderot, de d’Holbach, mais aussi de Sade76. C’est également le polémologue qui traque chez les auteurs les plus apparemment “cyniques” (Hobbes, Clausewitz, ou l’amiral américain Alfred T. Mahan77) les instruments de la subversion et qui, dans le même temps, assure des formations auprès des officiers supérieurs de la France gaullienne78 ! C’est enfin le poète surréaliste, qui résume sa propre biographie sous le titre de l’Espérance mathématique.

29On peut, ou non, être sensible à la philosophie intime de Naville que, malgré la grande pudeur de l’homme, l’œuvre laisse abondamment transpirer, pour peu qu’on la regarde avec un minimum d’attention. Ayant eu le privilège d’avoir connu l’homme, je ne saurais cacher ma sympathie personnelle pour cette pensée inquiète, rigoureuse et batailleuse tout à la fois. Cela ne m’a pas empêché pour autant de tenter un bilan sans concession de l’œuvre sociologique de Naville. Celui-ci est contrasté, car il est évident que cette œuvre n’a pas débouché sur une construction d’ensemble cohérente, sur laquelle on pourrait s’appuyer de façon directe. Les conceptions sociologiques de Naville sont stimulantes et lumineuses sur certains points (et tout particulièrement, c’est en tout cas ma conviction, en ce qui concerne la théorie de l’automation). Mais Naville n’a assurément pas réussi à élaborer la grande algèbre du social qu’il appelait de ses vœux. Il le reconnaît lui-même dans une note de 1985 :

  • 79 Pierre Naville, Extraits des Cahiers manuscrits, in Michel Éliard, Naville, la passion de la connai (...)

« On peut discuter du caractère rigoureux éventuel d’une sociologie. S’agit-il vraiment d’une science à l’égal de la logique mathématique ou de la physique ? Ou bien faut-il se limiter à un art, au sens d’un moyen d’action, d’une intervention orientée dans le cours des choses, c’est-à-dire dans les comportements associés et dissociés ? Pour le moment je ne m’en tire qu’en admettant qu’en pratique il s’agit d’un art (politique), de même qu’en économie ; mais que l’on peut tenter à partir de là de découvrir les lois scientifiques auxquelles cet art doit obéir, ou tenter de se régler. Position que j’ai défendue dans mes ouvrages récents mais qui ne paraît intéresser personne en France »79.

  • 80 Ne donnons qu’un exemple. Dans Les hommes et les machines (Paris, Métaillé, 1995, 385 p.), Nicolas (...)
  • 81 Michel Éliard (Naville, la passion de la connaissance, op. cit., présentation, p. 10) notait déjà, (...)

30L’échec, si échec il y a, est à la hauteur de l’ambition. Naville n’aura assurément pas été le grand rénovateur épistémologique de la sociologie qu’il aurait peut-être aimé être. Cela justifie-t-il pour autant l’oubli dans lequel sa sociologie est, très généralement, tombée ? L’histoire de la sociologie du travail française a retenu comme figure tutélaire le nom de Georges Friedmann alors que la contribution positive de Naville à cette discipline est à mon sens d’une valeur incontestablement supérieure80. Mais au cours de ce rapide périple dans l’œuvre de Naville, on a croisé bien d’autres traditions de la sociologie française contemporaine, dont l’examen de la genèse exige, pour le moins, un détour par cet auteur : la conception structurelle de la domination développée par Pierre Bourdieu, la théorie du changement social d’Alain Touraine, la recherche d’une logique du social par Raymond Boudon. Sans doute, dans chacun de ces exemples, on pourra trouver d’autres sources, peut-être plus importantes, mais aussi plus légitimes (par exemple, Maurice Halbwachs pour le premier, Daniel Bell pour le deuxième, Paul Lazarfeld pour le troisième). Mais cela justifie-t-il le silence quasi général sur les apports considérables et novateurs de Naville à la sociologie française de la seconde moitié du xxe siècle ?81

Notes

1 Je remercie Pierre Rolle et Gwenaële Rot pour une première lecture de ce texte et pour m’avoir fait bénéficier de leurs connaissances, personnelle pour le premier, d’archives pour la seconde, de Pierre Naville et de son œuvre.

2 Extraits choisis par Michel Éliard des Cahiers manuscrits (1955-1990) in « Pierre Naville, 1942-1960 : une sociologie des relations », in Michel Éliard (dir.), Naville, la passion de la connaissance, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1996, p. 175-196 et p. 190-191.

3 L. Tanguy, « Pierre Naville, 1942-1960 : une sociologie des relations », in Michel Éliard, Naville, la passion de la connaissance…, op. cit., p. 55-67, plus part. p. 66.

4 Pierre Naville, Sociologie et logique. Esquisse d’une théorie des relations, Paris, PUF, 1982, 280 p.

5 Michel Huteau, « Pierre Naville : marxisme, psychologie et orientation professionnelle », L’Orientation scolaire et professionnelle, no spécial « Pierre Naville », vol. 26, no 2, juin 1997, p. 195-213, plus part. p. 196 ; voir aussi l’entretien de Pierre Naville avec Elisabeth Pradoura, le 18 février 1987 (http://picardp1.ivry.cnrs.fr/Naville.html). Pour une biographie intellectuelle de Naville, voir Alain Cuenot, Biographie intellectuelle d’un révolutionnaire marxiste : Pierre Naville (1904-1993), Thèse, Université Paris XIII, octobre 2002. Cette thèse est malheureusement focalisée sur la dimension politique de l’itinéraire intellectuel de Naville au détriment de sa dimension proprement scientifique.

6 Alain Drouard, Une inconnue des sciences sociales : la fondation Alexis Carel 1941-1954, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1992, p. 426.

7 Lors de sa publication, il en critiqua toutefois la méthodologie : Pierre Naville, « Remarques sur l’enquête nationale sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire », Enfance, 1951, p. 377-384. Voir sur cette question Michel Huteau, « Pierre Naville, marxisme… », loc. cit., p. 202.

8 Ibid., p. 201. Voir aussi Annick Ohayon, L’impossible rencontre. Psychologie et psychanalyse en France (1919-1969), Paris, La Découverte, 1999, p. 240-241.

9 Pierre Naville avait traduit pendant la guerre un traité de psychométrie américain. Il publie sa traduction après guerre : G. H. Thomson, L’analyse factorielle des aptitudes humaines, Paris, PUF, 1950. Michel Huteau (« Pierre Naville, marxisme… », loc. cit., p. 208-209) souligne la connivence entre les conceptions psychologiques de Naville et l’orientation de cet ouvrage, qui récuse la conception « réaliste » de l’aptitude de Spearman et Thurstone (le « facteur g » comme mesure synthétique de l’intelligence).

10 Pierre Naville, La psychologie, science du comportement. Le béhaviorisme de Watson, Paris, Gallimard, coll. « L’avenir de la science », 1942, 253 p. ; – Paul Thiry d’Holbach et la philosophie scientifique au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1943, 471 p.

11 Henri De Man, Au delà du Marxisme, Bruxelles, L’Églantine, 1926, 1ère éd. (allemande), Iéna, 1926, 2e éd. (française), Paris, Alcan, 1929, 406 p.

12 Selon Michel Huteau (« Pierre Naville : marxisme… », loc. cit., p. 198-200.) qui soutient l’idée que Naville utilisa le béhaviorisme de Watson, plus comme « métaphore » que véritablement comme outil conceptuel. Pierre Rolle défend au contraire l’idée d’une adhésion stricte de Naville au béhaviorisme, dont il donne, il est vrai, une définition plus large (« Pierre Naville, De la psychologie à la sociologie », L’orientation scolaire et professionnelle, 1997, 26, no 2, p. 221-247).

13 Pierre Naville, Psychologie, marxisme, matérialisme. Essai critique, Paris, Marcel Rivière, coll. « Bibliothèque philosophique », 1946, 206 p. Cité d’après la 2e éd., 1948. Le cœur de cet ouvrage (p. 43-170) est constitué d’un essai critique contre « Au delà du Marxisme » daté de 1928-1930. L’ouvrage est augmenté d’une préface, de notes nouvelles et de textes complémentaires datant des années 1944-1946. Voir sur cet ouvrage, Matéo Alaluf, « Pierre Naville contre Henri De Man », in Michel Burnier, Sylvie Célerier, Jan Spurk (dir.), Des sociologues face à Pierre Naville ou L’archipel des savoirs, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1997, p. 17-31.

14 Pierre Naville, Psychologie, marxisme, matérialisme, op. cit., p 12sq.

15 Ibid., p. 124sq.

16 Ibid., p. 151.

17 Pierre Naville, « Après Bergson », Cahiers du Sud (1945), repris in Pierre Naville, Psychologie, marxisme, matérialisme, op. cit., p. 259-283.

18 Pierre Naville, Les conditions de la liberté, Paris, Éditions du Sagittaire, 1947, 193 p. Naville critiquait déjà l’Esquisse d’une théorie des émotions (1940) de Sartre en 1942 (La psychologie, science du comportement, op. cit., p. 120 et 247-248).

19 J.-P. Sartre, L’existencialisme est un humanisme (1945), Paris, Gallimard, 1996, 113 p. On trouve dans cette édition l’intervention de Naville et la réponse de Sartre, p. 85-109. Sur les relations conflictuelles de Naville avec Sartre, voir Jan Spurk, « Les polémiques Naville-Sartre », in Michel Burnier, Sylvie Célerier, Jan Spurk (dir.), Des sociologues face à Pierre Naville…, op. cit., p. 33-56 et Gisèle Sapiro, supra, p. 127-141.

20 Sur le bergsonisme du jeune Naville, voir ses Mémoires imparfaites, Paris, La Découverte, 1987, p. 269-279. Sur le cheminement inverse de Friedmann, voir F. Vatin, « Marxisme, machinisme, humanisme : Georges Friedmann avant et après guerre », Sociologie du travail, no 46, 2004, p. 205-223.

21 Jean-Michel Berthelot souligne aussi que Naville « est le premier à avoir introduit la conception de la reproduction » (in Michel Eliard, Naville ou la passion de la connaissance, op. cit., p. 81).

22 Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), cité par Pierre Naville, Théorie de l’orientation professionnelle, op. cit., p. 69.

23 Ibid., p. 143.

24 La psychotechnique visait en effet à fournir un instrument objectif d’évaluation afin de combattre l’arbitraire patronal ou celui de l’encadrement intermédiaire. Voir François Vatin, Le travail, sciences et société, Bruxelles, éditions de l’Université de Bruxelles, 1999, chapitre IV.

25 Pierre Naville, Théorie de l’orientation professionnelle, op. cit., p. 249.

26 Extraits de la correspondance entre Pierre Naville et René Zazzo dans Michel Huteau, « Pierre Naville : le marxisme… », loc. cit., p. 214-219 et 249.

27 Henri Piéron, « La notion d’aptitude, à propos d’une théorie de l’orientation professionnelle », BINOP, 1945, I, p. 169-175.

28 Michel Huteau, « Pierre Naville : le marxisme, la psychologie et l’orientation professionnelle », loc. cit., p. 206-207.

29 Annick Ohayon, L’impossible rencontre…, op. cit., p. 241.

30 Michel Huteau, « Pierre Naville : le marxisme… », loc. cit., p. 206-207.

31 Nous sommes moins loin qu’il y paraît des conceptions développées par Marcel Mauss dans « les techniques du corps », in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 363-386. Mauss y fait notamment usage de la notion d’habitus, ultérieurement reprise par Pierre Bourdieu.

32 Pierre Naville, La Vie de travail et ses problèmes, Paris, Armand Colin, « Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, no 56 », 1954, 159 p. Voir sur cet ouvrage le commentaire de Viviane Isambert-Jamati, « Vie de travail et exploitation », L’orientation scolaire et professionnelle, juin 1994, vol. 26, no 2, p. 259-268.

33 Pierre Naville, Essai sur la qualification du travail, Paris, Marcel Rivière, « Recherches de sociologie du travail, no 1 », 148 p. Ce dernier ouvrage constitue en fait sa « petite thèse », la grande étant De l’aliénation à la jouissance ; voir infra.

34 Stoetzel avait pris en 1956 la succession de Friedmann à la direction du Centre d’étude sociologique. Très pris par la direction parallèle de l’Institut français d’opinion publique (IFOP), il fit nommer Naville comme directeur adjoint en 1963. Directeur intérimaire du Centre après le retrait de Stoetzel en mai 1968, Naville démissionne au bout de quelques semaines et en laisse la charge à Raymond Boudon. Voir sur cette dimension de la vie de chercheur de Naville, Cédric Lomba, infra, p. 267-279

35 Entretien de Jean Stoetzel avec Elisabeth Pradoura, 14 octobre 1986 (http://picardp1.ivry.cnrs.fr/Stoetzel.html). Dans cet entretien, Stoetzel se définit comme un « sociophysicien » par opposition aux « socio-ousio-logues » qui recherchent l’essence des choses. Il classe Henri Mendras parmi les premiers et Georges Gurvitch et Alain Touraine dans les seconds. Le cas de Naville n’est pas évoqué en ces termes.

36 Pierre Naville, De l’aliénation à la jouissance. La genèse de la sociologie du travail chez Marx et Engels, Paris, Rivière, 1957 ; réédité comme le tome 1 du Nouveau Léviathan, Paris, Anthropos, 1967, 514 p.

37 Alain Cuenot (Biographie intellectuelle…, thèse citée, p. 354) cite les articles de presse alors parus sur cette soutenance : Jean Piatier, « Un Karl Marx savant contre un Karl Marx philosophe », Le Monde, 4 janvier 1956, ainsi que Raymond Aron dans le Figaro littéraire du 9 mars 1956. Ce dernier est revenu sur cet épisode dans ses Mémoires, Paris, Julliard, 1983, p. 348-349.

38 Pierre Naville, Le Nouveau Léviathan, 7 vol., 1970-1989 (cf. « Bibliographie », infra, p. 431-434). La référence à Hobbes ne sera clairement explicitée que dans l’ouvrage qu’il publie sur cet auteur en 1988 : Pierre Naville, Thomas Hobbes, Paris, Plon, 275 p.

39 Louis Althusser, Pour Marx, Paris, Maspéro, 1965, 261 p., qui regroupe un ensemble d’articles publiés entre 1960 et 1965.

40 Maximilien Rubel, Karl Marx, Essai de biographie intellectuelle, Paris, Marcel Rivière, 1957.

41 Pierre Naville, préface à la réédition (1967) de De l’aliénation à la jouissance…, op. cit. L’expression de « pratique théorique » est une référence transparente à Althusser (voir Louis. Althusser, Pour Marx, op. cit., p. 186sq).

42 Ce point est examiné par Naville dans une communication très suggestive présentée le 1er décembre 1951 à la Société française de psychologie et publiée par la Revue économique sous le titre « Les schémas du comportement utilisés par les psychologues et les économistes », Revue économique, 1953, p. 394-415, repris dans Sociologie d’aujourd’hui. Nouveaux temps, nouveaux problèmes, Paris, Anthropos, 1981, p. 113-136.

43 Naville signale ce point dans De l’aliénation à la jouissance, op. cit., p. 392-393.

44 Sur cette seconde période de l’œuvre sociologique de Pierre Naville, voir Mireille Dadoy, « Pierre Naville et la question de l’automation », L’orientation scolaire et professionnelle, vol. 26, no 2, juin 1997, p. 269-299.

45 Alain Touraine, L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, Éditions du CNRS, 1955, 202 p. ; – MauriceVerry, Les laminoirs ardennais, Paris, PUF, 1955, 156 p. ; – Viviane Isambert-Jamati, L’industrie horlogère dans la région de Besançon, Paris, PUF, 1955 ; 119 p. ; – Jacques Dofny et alii, Les ouvriers et le progrès technique. Étude de cas un nouveau laminoir, Paris, A. Colin, coll. « Sciences sociales du travail, 1 », 1966, 273 p.

46 Archives Pierre Naville, Bibliothèque du CEDIAS-Musée social, Paris [abrégées par la suite en APN]. Dossier « automation », Rapport de Pierre Naville sur l’état de « L’enquête sur le effets sociaux de l’automation », octobre 1958.

47 APN, Dossier « automation », échange de courriers entre G. Friedmann et P. Naville, décembre 1960.

48 Georges Friedmann, Préface à Alain Touraine, L’évolution du travail ouvrier…, op. cit., p. 6. Pour une étude plus détaillée sur ce point voir Gwenaële Rot et François Vatin, « Les avatars du “travail à la chaîne” dans l’œuvre de Georges Friedmann (1931-1966) », Genèses, 57, décembre 2004, p. 23-40.

49 Voir sur ce point notamment Mireille Dadoy, « Pierre Naville et la question de l’automation », loc. cit.

50 Le titre devient en 1962 Cahiers d’études de l’automation et des sociétés industrielles, puis en 1963 Cahiers d’études des sociétés industrielles et de l’automation.

51 À sa retraite, cette revue, qui devait être reprise par Pierre Rolle, est supprimée par la direction du CNRS au grand regret de Naville (communication personnelle de Pierre Rolle).

52 Voir Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste (1974), Paris, Maspéro, 1976, 360 p. ; – Benjamin Coriat, Science, technique et capital, Paris, Le Seuil, 1976, 242 p. et L’atelier et le chronomètre, Paris, Christian Bourgois, 1979, 301 p. ; – Michel Freyssenet, La division capitaliste du travail, Grenoble, Savelli, 1977, 225 p.

53 J’ai personnellement défendu cette thèse dans La fluidité industrielle, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1987, 218 p., ouvrage que Pierre Naville a bien voulu préfacer.

54 La polémique est lancée par Naville qui accuse Friedmann de « proudhonisme » (« Nouvelles recherches sur la division du travail », Cahiers d’études de l’automation et des sociétés industrielles, no 3, 1962, p. 7-18). Friedmann répliqua dans Sociologie du travail : « Proudhonien ? Optimiste ? », no 4, 1962, p. 395-399.

55 Les correspondances entre Naville et Friedmann montrent que ce travail a été entamé en 1954. Mais, du fait des difficultés personnelles croissantes de Friedmann, la direction effective du Traité revint essentiellement à Naville, associé à Jean-René Tréanton qui assurait le lien entre les deux co-directeurs, lesquels entretenaient des rapports difficiles. Voir à ce propos : Jean-René Tréanton, infra, p. 281-288.

56 La notion de « conscience » est assurément problématique dans la sociologie de Naville ; le chapitre 11 de l’ouvrage porte pourtant bien sur la « conscience personnelle des ouvriers face à l’automatisation ».

57 Alain Touraine, La conscience ouvrière, Paris, Seuil, 1966, p. 28 et 315. Touraine situe l’analyse de Naville dans le prolongement de son propre ouvrage de 1955. L’automation lui paraît mettre en cause la définition de la classe ouvrière de Maurice Halbwachs, fondée sur le rapport direct à la matière.

58 Serge Mallet, La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Seuil, coll. « Esprit. La cité prochaine », 1963, 265 p. Cet ouvrage, publié avant la thèse d’Alain Touraine, s’inscrit dans le sillage des premiers travaux de celui-ci, qui en rend par ailleurs compte élogieusement dans Sociologie du travail (no 1, 1964). Dans sa réédition en 1969 et notamment dans la nouvelle préface qu’il rédige à cette occasion, Mallet cite abondamment la thèse de Touraine. Il diagnostique par ailleurs dans les événements de mai-juin 1968 une confirmation de ses vues. Ces conclusions politiques aventureuses ont probablement contribué à l’abandon dans les années 1970 de la conception navillienne de l’automation.

59 Le chapitre 8 de l’ouvrage est entièrement consacré à la discussion de l’échelle des niveaux d’automatisation proposée par James Bright en 1958 ; le chapitre 9 présente d’autres systèmes de classification.

60 Naville fait allusion à l’écriture automatique dans l’introduction de l’ouvrage (p. 9) ; symétriquement, il évoquera Vers l’automatisme social ? dans ses souvenirs du surréalisme publiées en 1977 (Pierre Naville, Le Temps du surréel, L’Espérance mathématique, I, Paris, Éd. Galilée, 1977, p. 113). Voir aussi sur ce point : Pierre Rolle, « Essai sur Pierre Naville, du surréalisme à la sociologie », Futur antérieur, janvier 1994, ainsi que « L’automatisme ou les spontanéités construites » in Michel Burnier, Sylvie Célerier, Jan Spurk (dir.), Des sociologues face à Pierre Naville…, op. cit., p. 201-218.

61 Pierre Naville, Vers l’automatisme social…, op. cit., p. 42.

62 Voir Mickael Rose, Servants of post-industrial power ? Sociologie du travail in modern France, Londres, Macmillan, 1979, 226 p. Si M. Rose reconnaît la qualité analytique du marxisme de Naville en économie marxiste, il lui reproche la « spéculation philosophique fumeuse » qui marquerait son ouvrage de 1963 (p. 81). L’idée est reprise par Anson Rabinbach qui cite Rose et présente cet ouvrage (non sans le confondre avec celui de 1961) comme « spéculatif » (The human motor, Berkeley, University of California Press, 1992, p. 298). Christiane Barrier-Lynn, qui avait collaboré à l’enquête sur l’automation, évoque de même la « futurologie de Naville » (« Souvenirs de conversations avec Pierre Naville » in Michel Burnier, Sylvie Célerier, Jan Spurk (dir.), Des sociologues face à Pierre Naville…, op. cit., p. 169-181, plus part. p. 178.).

63 Les ouvrages de Benjamin Coriat (Science, technique et capital, op. cit., L’atelier et le chronomètre, op. cit.) sont tout-à-fait suggestifs à cet égard.

64 Pierre Naville, Vers l’automatisme social ?…, op. cit., p. 258.

65 Pierre Naville, Sociologie et logique…, op. cit., p. 270.

66 Cet article est repris dans Sociologie et logique…, op. cit., chapitre 4.

67 Les premières livraisons ronéotées de la revue (1964-1968) sont reliées en volume en 1970.

68 Pierre Naville cite abondamment Raymond Boudon dans Sociologie et logique…, op. cit. Nous ne savons pas que Raymond Boudon ait jamais de son côté évoqué sa collaboration au « groupe d’épistémologie sociologique » et les travaux de Naville en la matière.

69 Entretien avec Elisabeth Pradoura, op. cit.

70 Dans la conclusion de Sociologie et logique, Naville propose de distinguer trois branches de la sociologie : la « sociologique », la « sociologie pratique » et la « sociographie » (p. 270). Dans une note inédite de 1985 consacrée à Leibniz, il se flatte de la convergence de ce projet avec celui de ce dernier : « Et je m’aperçois que ce programme [celui de Leibniz] est un peu celui que j’ai proposé pour la sociologie dans Sociologie et logique. Ce qui me rassure et me flatte diablement ! » (Extraits des Cahiers manuscrits, in Michel Éliard, Naville, La passion de la connaissance, op. cit., p. 196).

71 Pierre Naville, Sociologie et logique…, op. cit., p. 268.

72 Ibid., p. 269.

73 Jean-Michel Berthelot, retranscription des débats dans Michel Éliard, Naville, La passion de la connaissance, op. cit., p. 81.

74 Voir les pages de garde du tome V, publié en 1972 (avant le tome IV) : La bureaucratie et la révolution, Paris, Anthropos, 1972.

75 Ibid., p. 253.

76 Pierre Naville, « Sade et l’érotisme aujourd’hui », in Le marquis de Sade, Paris, Armand Colin, 1969, p. 289-305 et Le temps du surréel, op. cit., chapitre 5.

77 Voir son ouvrage sur Thomas Hobbes, op. cit., sa préface à Carl von Clausewitz, De la guerre, Paris, Minuit, 1955 (traduction de Denise Naville), p. 24-37 et son ouvrage sur la stratégie navale d’Alfred Thayer Mahan (1840-1914), Mahan et la maîtrise des mers, Paris, Berger-Levrault, 1981, 217 p.

78 Communication personnelle de Pierre Rolle.

79 Pierre Naville, Extraits des Cahiers manuscrits, in Michel Éliard, Naville, la passion de la connaissance, op. cit., p. 194-195.

80 Ne donnons qu’un exemple. Dans Les hommes et les machines (Paris, Métaillé, 1995, 385 p.), Nicolas Dodier se livre à une critique de la tradition de sociologie du travail française, qu’il identifie de fait à la seule œuvre de Friedmann, pour développer sa propre conception de la « solidarité technique ». Il ne cite pas Vers l’automatisme social ? de Naville qu’il semble ignorer. Or il aurait trouvé dans cet ouvrage bien des éléments en faveur du point de vue qu’il entendait défendre.

81 Michel Éliard (Naville, la passion de la connaissance, op. cit., présentation, p. 10) notait déjà, en 1996, la faiblesse des références à Naville dans les manuels de sociologie français. Dix ans plus tard, il en est toujours de même. Ainsi le Dictionnaire de la pensée sociologique récemment publié sous la direction de Massimo Borlandi et alii, (Paris, PUF, coll. « Quadrige. Dicos poche », 2005, 770 p.), non seulement ne consacre pas d’article à Naville, mais ne lui fait aucune place dans les entrées d’index.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search