Version classiqueVersion mobile

Les vies de Pierre Naville

 | 
Françoise Blum

Quatrième partie. L'orienteur et le sociologue

Pierre Naville et l’orientation professionnelle

Odile Henry

Texte intégral

  • 1 « Pierre Naville : entretien avec Véronique Grappe » (1978), voir infra p. 374-429. Sauf indication (...)

1La fin des années 1930 marque un tournant dans la trajectoire de Naville : en 1939, il quitte la IVe Internationale et décide de se consacrer à un travail intellectuel, délaissé au cours de la décennie précédente par des activités militantes absorbantes. C’est alors qu’il entreprend de compléter ses connaissances en économie politique par une lecture ordonnée des textes de Ricardo, Smith et surtout de Marx, dont il retient « ce qui est présenté sous le mode du calcul », laissant de côté « tout le fatras philosophique »1, c’est-à-dire la philosophie marxienne de l’aliénation. Simultanément, il investit les questions relevant de la psychologie individuelle, auxquelles Marx ne donne pas de réponse, et privilégie les approches scientifiques expérimentales ou issues de la neuro-physiologie. Inscrit en 1941 à l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP), il obtient en 1943 un poste de directeur de Centre d’orientation professionnelle.

  • 2 Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne, conseiller d’orientation, Paris, Éditions L (...)
  • 3 François Denord et Xavier Zunigo, « Révolutionnairement vôtre. Économie marxiste, militantisme inte (...)

2Que sous Vichy, un homme de gauche comme Pierre Naville s’oriente vers la psychologie et le secteur de l’orientation professionnelle peut surprendre. Le désengagement politique de Naville à la fin des années 1930 permet sans doute de comprendre qu’il investisse une institution fondée sur l’ambition d’offrir une réponse rationnelle à l’anomie sociale, ce mal de l’infini, comme dit Durkheim, à l’origine de conflits sociaux toujours renaissants. L’orientation professionnelle est avant tout une « œuvre rationaliste qui entend transformer les rapports de force sociaux en négociations conscientes et rationnelles »2, elle a pour vocation la construction d’un espace social apaisé, d’un ordre social fondé sur le juste placement de chacun et rejette les visions du monde basées sur les hiérarchies ou les antagonismes de classes. Sous le régime de Vichy, les finalités politiques de l’orientation professionnelle prennent un tour franchement autoritaire, ce qui met en question la contribution spécifique apportée à cet ordre nouveau par les psychologues appartenant aux fractions qui, avant guerre, se définissaient comme les plus progressistes. C’est seulement après guerre, lorsqu’il renoue avec la lutte politique (notamment à travers La Revue internationale fondée en 1946 avec Charles Bettelheim3), que Naville semble prendre conscience de la « plus ou moins grande incompatibilité » entre ses engagements professionnels et ses convictions politiques. Boursier du CNRS depuis fin 1944 au laboratoire de psychobiologie de l’enfant dirigé par Henri Wallon, où il mène des recherches en psychologie du comportement, il abandonne la psychologie à la fin des années 1940, peu après sa titularisation comme attaché de recherche au CNRS (1948). Il entreprend alors une nouvelle reconversion, vers la sociologie cette fois, qui aboutit à la soutenance d’un doctorat d’État en Lettres en 1956.

3Nous nous proposons ici de saisir les aspects de la trajectoire de Naville qui lui ont permis d’épouser, même provisoirement, les traits structurels d’un domaine, l’orientation professionnelle, marqué par une longue série de luttes entre fractions laïques et plutôt progressistes et fractions plus conservatrices liées à la bourgeoisie économique catholique. Pour cela, il convient de mettre en perspective deux histoires, celle qui est incarnée dans la trajectoire singulière de Naville et celle qui est réifiée dans un ensemble d’institutions.

Le refus des métiers tout faits

  • 4 Johan Heilbron, « Les métamorphoses du durkheimisme, 1920-1940 », Revue française de sociologie, XX (...)

4Pendant la première moitié du xxe siècle, tandis que progressent les effectifs des étudiants inscrits dans les facultés de lettres, le nombre de postes d’enseignants reste stable. Ce blocage des carrières rend encore moins attrayantes les disciplines nouvelles, comme la sociologie, mal établies au sein de l’université et donc considérées comme risquées. Même les agents les mieux dotés scolairement, comme Georges Friedmann ou Jean Stoetzel, sont portés à des stratégies de reconversion hors de l’enseignement supérieur et beaucoup d’entre eux tentent de réinventer le travail intellectuel en le rendant plus compatible avec l’engagement politique. Pierre Naville, qui avait pour camarades à la Sorbonne Henri Lefebvre et Georges Politzer, appartient à cette génération ayant fréquenté les facultés de lettres lors des années 1920. Il partage cette humeur anticonformiste, en « sympathie spontanée pour tout ce qui s’opposait aux idées reçues », ce « sentiment de révolte vis-à-vis de l’establishement universitaire »4, qui s’exprime notamment par le mépris pour les métiers tout faits comme celui de professeur, constitué en symbole des luttes républicaines menées par les intellectuels de la génération précédente, ou pour les disciplines les plus hautes comme la philosophie.

5Ayant fréquenté l’école Alsacienne (tout comme son grand-père, qui en fut l’un des fondateurs, son père, ses oncles et tous ses frères), Naville se rappelle la tristesse et le sentiment de vide qu’il a ressenti lorsqu’il a dû quitter ce milieu scolaire élitiste, « n’ayant aucune envie d’aller (à la Sorbonne) pour devenir professeur ou quelque chose du même genre ». Disposant de ressources économiques et sociales, conditions nécessaires de l’élaboration d’un rapport désintéressé au savoir, Naville se présente comme relativement marginal par rapport à ses camarades « qui faisaient de la philosophie vers 1922-1923 [et] se destinaient tout bêtement à devenir professeur » : des « gens peu ordinaires qui pensaient à faire l’agrégation ou même à entrer à l’école Normale et cherchaient un poste dans les écoles du secondaire quand leurs familles n’avaient pas d’argent. […] Personne n’était là pour simplement étudier sans savoir que faire ». Il affiche un mépris plus grand encore pour les étudiants inscrits en histoire, des « types qui voulaient être professeurs et venaient de milieux assez traditionalistes, [qui] embouchaient la trompette patriotique sans même s’en rendre compte ».

  • 5 Pierre Naville, « Après Bergson », Cahiers du Sud, 271, 1945 republié dans Psychologie, marxisme, m (...)

6C’est à l’école Alsacienne qu’il a découvert la philosophie bergsonienne pour laquelle il se passionne. Être bergsonien à la Sorbonne présente alors certains profits de distinction puisque Bergson ne figurait ni au programme des classes de philosophie des grands lycées publics parisiens, ni à l’université où dominait, selon ses propos, un positivisme inspiré de Comte et incarné par Abel Rey, Léon Brunschvicg, André Lalande. Éprouvant pour le philosophe une « admiration sans borne », qui prend un tour personnel puisqu’il pourra, grâce à un oncle éloigné (Paul Painlevé), être admis à la rencontre organisée à la Société de philosophie entre Bergson et Einstein, Naville doit à Bergson (« jeune professeur de philosophie qui faillit devenir professeur de mathématiques »5) son goût pour la philosophie des sciences puis pour « l’épistémologie des sciences, la validité scientifique des idées et des pratiques, la logique formelle ». Mais peu à peu cet intérêt décline : « Bergson cédant pour moi sous les coups d’Aristote ». Les révolutions scientifiques qui ont marqué les premières décennies du xxe siècle (la physique mathématique de la théorie de la relativité et la psychologie du comportement) semblent confirmer, aux yeux de Naville, la fin de la philosophie générale : « la philosophie générale n’existait plus. Bergson n’avait pas de successeur ». Se faisant peu à peu à l’idée que la philosophie « c’est très intéressant pour les grands savants de l’Antiquité » mais qu’il n’a pas l’esprit métaphysique, il s’inscrit, parallèlement à sa licence d’enseignement, en biologie à la faculté des sciences. C’est sans doute à cette double orientation de ses études qu’il doit son inclinaison pour la psychologie, discipline nouvelle située au croisement de ces deux domaines scientifiques.

7Mais très vite Naville ressent l’université comme un lieu clos, étranger à la vie sociale « réelle », qui se passe au dehors. Suscité par les grandes grèves ouvrières des années 1919-1920, l’intérêt de Naville pour les luttes sociales, le mouvement ouvrier et la révolution russe se confirme. « Peu intéressé par le milieu universitaire et déjà travaillé par des idées sociales et littéraires », il abandonne alors ses études pour rejoindre, après sa rencontre avec Louis Aragon en 1923-1924, La Révolution Surréaliste. Conjuguée avec des origines sociales élevées, favorisant l’anticipation de l’encombrement du marché du travail universitaire (médiocrité des débuts de carrières en lycée pour les non agrégés, rareté des postes d’enseignant-chercheur), la fréquentation de l’avant-garde artistique que constituaient alors les groupements surréalistes a sans doute conforté son rejet des carrières enseignantes.

8Mobilisé en 1940 puis prisonnier de guerre, Naville est libéré au début de l’année 1941 pour raisons médicales. Il a alors 35 ans et ne possède aucun diplôme ni aucune qualification professionnelle précise. Le contexte de la guerre puis de l’Occupation rend beaucoup moins stables les ressources économiques et sociales dont il disposait grâce à la situation de son père. Il est alors contraint de trouver un travail. Il décide d’abord d’achever la licence d’enseignement préparée seize ans plus tôt à la Sorbonne. C’est alors qu’il prépare le certificat de licence de psychologie qui lui manquait et se passionne pour le béhaviorisme. Il entreprend la traduction de l’ouvrage de J. B. Watson, Psychology from the standpoint of a behaviorist (publié en 1919), qui inspire le livre La psychologie, science du comportement. Le béhaviorisme de Watson, qu’il publie en 1942 chez Gallimard. À l’automne 1941, Pierre Naville se résigne à en rabattre et cherche, sans succès, un travail de professeur. Grâce à une rencontre fortuite, il s’inscrit à l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP) pour préparer le diplôme de conseiller d’orientation professionnelle qu’il obtient un an plus tard : « je ne savais pas du tout ce qu’était l’orientation professionnelle ni comment cela fonctionnait », dira-t-il à Véronique Grappe en 1978. De la formation proposée par l’INOP, il retient les cours d’économie politique donnés par Maurice Halbwachs et surtout les travaux pratiques, en physiologie, en médecine et en mathématiques (c’est alors qu’il entreprend la traduction du livre de Godfrey H. Thompson, L’analyse factorielle des aptitudes humaines, publié en 1950 aux PUF). Il complète sa formation en économie politique par la lecture des travaux les plus récents, comme ceux de Keynes qu’il découvre alors. Recruté en novembre 1942 comme psychotechnicien par la Fondation pour l’étude des problèmes humains, créée par Alexis Carrel en 1941, il s’installe finalement en janvier 1943 à Agen où il occupe le poste de directeur du Centre d’orientation professionnelle du Lot-et-Garonne.

Conseiller d’orientation, un nouveau métier

  • 6 Michel Huteau, Jacques Lautrey, « Les origines et la naissance du mouvement d’orientation », L’orie (...)
  • 7 Thomas Le Bianic, Les ingénieurs des âmes. Savoirs académiques, professionnalisation et pratiques d (...)
  • 8 Le « marché » de l’enfance inadaptée se constitue lentement, au terme d’une longue histoire marquée (...)

9À l’inverse des carrières universitaires, le métier de conseiller d’orientation professionnelle est, à la fin des années 1930, voué à un bel essor. L’orientation professionnelle constitue un des premiers terrains d’application pratique de la psychologie du travail, domaine de recherches qui émerge au début du siècle, au croisement des sciences du travail (comme la physiologie) et de la psychologie expérimentale. L’orientation professionnelle puise en partie ses origines dans la crise de l’apprentissage qui frappe le xixe siècle6. En effet, l’abolition des corporations n’a pas seulement eu pour conséquence la disparition des formes traditionnelles d’encadrement (et de protection) de la main-d’œuvre ouvrière, donc d’apprentissage, mais l’élimination des obstacles à la concentration industrielle. En dévalorisant les anciennes qualifications, l’industrialisation provoque un désintérêt des jeunes ouvriers pour la formation professionnelle. Aussi, jusqu’aux années 1920, l’industrie française souffre-t-elle d’une pénurie chronique de main-d’œuvre dotée des nouvelles formes de compétences, pénurie que le taylorisme, la mécanisation ou la psychotechnique s’efforceront de combler en préconisant des solutions techniques très différentes. Au-delà des réponses qu’elle prétend apporter à la crise de l’apprentissage, l’orientation professionnelle réunit des agents occupant un espace positionnel relativement large, à l’intersection des champs scientifique et politique, et désireux de résoudre par la science la « question sociale »7. Indissociablement liés, les combats en faveur de l’école obligatoire, de l’orientation professionnelle, de l’apprentissage et de la moralisation d’une jeunesse ouvrière « désœuvrée » et « vouée à la délinquance » sont menés principalement dans les dernières décennies du xixe siècle par des associations philanthropiques laïques, telle que la Ligue de l’enseignement présidée par Ferdinand Buisson. Avec l’arrivée au pouvoir des républicains, ces associations disputent alors à la bourgeoisie économique catholique le terrain de la protection de l’enfance constitué au cours du xixe siècle à travers un vaste dispositif d’œuvres sociales privées8. Après 1919 et le vote de la loi Astier qui réglemente l’apprentissage, l’orientation professionnelle devient un rouage important permettant d’améliorer l’organisation du travail en favorisant l’adéquation entre les « aptitudes » des apprentis et celles exigées pour chaque métier. Liée à l’enseignement technique, l’orientation professionnelle est alors constituée comme enjeu de luttes entre le ministère de l’Éducation nationale et celui du Commerce, puis du Travail.

  • 9 Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne…, op. cit., 1988
  • 10 Médecin de formation et docteur ès sciences, Henri Laugier dirige, à partir de 1923, le laboratoire (...)
  • 11 Agrégé de philosophe et docteur ès sciences, Henri Piéron est le successeur en 1912 d’Alfred Binet (...)

10Cependant, l’héritage philanthropique marquera fortement l’orientation professionnelle au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire au moment où Naville investit ce secteur professionnel. Ainsi, avant la guerre, la plupart des conseillers d’orientation, ou de « vocation » comme on disait alors, sont des bénévoles qui tirent leur légitimité de leur dévouement, de leurs qualités morales plus que d’une formation spécifique ou de qualités professionnelles précises : en 1926, ils sont principalement recrutés chez les instituteurs en retraite, les employés ou les directeurs des offices publics de placement de la main-d’œuvre, les inspecteurs du travail, les médecins, les directeurs des écoles d’apprentissage9. Ces agents, qui tirent leur autorité des positions établies qu’ils occupent, trouvent dans l’orientation professionnelle un complément honorifique à leurs activités professionnelles. L’absence de qualification professionnelle, et de professionnalisation, est en partie liée aux difficultés rencontrées, en France, par la psychologie du travail pour s’imposer sur le plan institutionnel. D’un côté, longtemps considérée comme une branche de la philosophie, la psychologie scientifique ou expérimentale a dû lutter contre l’hostilité des philosophes spiritualistes qui récusaient l’idée d’une connaissance objective de l’homme. De l’autre, inscrite dans les facultés de médecine et pratiquée presque exclusivement par des médecins, la physiologie pouvait difficilement conquérir son autonomie vis-à-vis du savoir médical. Deux grandes figures du monde scientifique, Henri Laugier (médecin et physiologue, 1888-1973)10 et Henri Piéron (philosophe et professeur de physiologie des sensations au Collège de France, 1881-1964)11, ont joué un rôle important dans la professionnalisation de la psychologie, en créant, aux marges de l’université, un enseignement de psychologie appliquée au travail. En 1928, ils fondent, avec Julien Fontègne, l’Institut national d’orientation professionnelle et mettent en place à partir de 1929 une formation spécifique d’une durée d’un an (de deux à partir de 1934) qui débouche sur l’obtention d’un diplôme de conseiller d’orientation.

  • 12 26,9 % des femmes diplômées sont conseillères d’orientation, 28,8 % d’entre elles ont rejoint le se (...)

11Entre 1929 et 1939, 176 étudiants (dont 143 étudiants français, 39 hommes et 104 femmes) ont obtenu ce diplôme mais la proportion de ces nouveaux diplômés qui exercent ensuite le métier de conseiller d’orientation est extrêmement faible : environ 25 %. À l’issue de la formation, alors que les femmes sont plus souvent que les hommes en attente d’une situation, les hommes sont plus nombreux à rejoindre les carrières enseignantes12. Ce taux très bas de diplômés exerçant le métier de conseiller d’orientation est un révélateur de la faiblesse des débouchés professionnels offerts avant la guerre à des agents spécialisés. En effet, ceux qui occupent le terrain de l’orientation restent majoritairement, jusqu’à la guerre, des hommes (ce qui contraste avec le pourcentage élevé de femmes inscrites à l’INOP) dont l’activité principale est autre mais qui sont amenés à offrir des conseils en orientation, le plus souvent à titre bénévole. Pour doter de compétences spécifiques cette population, l’INOP organise des formations courtes (15 jours par an). Entre 1930 et 1939, 223 conseillers d’orientation « à titre secondaire » ont suivi ces formations courtes et forment un « bénévolat laïc » constitué principalement de petits fonctionnaires, d’origine sociale modeste, dont les deux tiers viennent de l’Éducation nationale (directeurs d’école, inspecteurs, instituteurs ou professeurs des écoles techniques mais aussi inspecteurs du travail, directeurs des bureaux de placement de la main-d’œuvre). L’exercice de telles activités « désintéressées » permet à ces fonctionnaires d’augmenter leurs chances objectives de promotion, c’est-à-dire de trouver un substitut à l’absence de perspective de carrière dans leurs corps d’origine. Ceux qui se sont consacrés à l’orientation seront ensuite nombreux à être recrutés dans les fonctions nouvellement créées, comme inspecteur d’apprentissage ou directeur d’office d’orientation professionnelle. Souvent déçus par les carrières éducatives (le métier d’instituteur est décrit comme ennuyeux), alors même qu’elles marquent objectivement une ascension sociale, ces agents ont pour point commun un ensemble de dispositions à prolonger la mobilité sociale, qui s’expriment par des investissements successifs de disciplines différentes.

12Lorsque Naville s’engage en 1941 dans la voie de l’orientation professionnelle, il est, du point de vue des origines sociales et de la trajectoire scolaire, un déclassé : « j’en savais plus qu’il n’était nécessaire dans certaines branches […]. J’avais pour collègue un docteur en médecine et des instituteurs, quelques jeunes femmes qui avaient aussi une licence de philosophie ». C’est incontestablement un des traits spécifiques des professions nouvelles, floues, à faire plutôt que faites, dont le secteur de l’orientation professionnelle est un exemple, que de réunir à la fois des agents, comme Naville, dotés d’un ensemble d’assurances sociales sur l’avenir leur permettant d’investir des carrières relativement risquées (offrant peu de garanties mais n’exigeant pas de qualifications précises et n’excluant aucun avenir) et des agents « nouveaux », engagés dans la poursuite de l’ascension sociale et cherchant à obtenir de leur titre scolaire un rendement social plus grand que celui proposé par les carrières toutes faites et mieux balisées des secteurs plus anciens.

  • 13 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, contribution à une sociologie politique de l’ord (...)
  • 14 Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne…, op. cit., 1988.
  • 15 J. Jaur est directrice du centre d’orientation professionnelle de Marseille. Pierre Naville, « Un p (...)

13Le renouvellement de la population des conseillers d’orientation, auquel participe Naville, coïncide avec l’écho favorable que rencontre, sous le gouvernement de Vichy, l’orientation professionnelle et contribue à l’essor et à la valorisation symbolique du métier. Intégrées au régime corporatif, les activités de conseil en orientation sont désormais rattachées aux comités d’organisation professionnelle. Avec l’application massive des nouveaux tests psychologiques dérivés de la biotypologie (qui, pour le docteur Carrel, serait en mesure de remplacer la démocratie), le pouvoir des médecins sur l’ensemble des techniques d’orientation s’affirme au détriment de celui des enseignants, les valeurs laïques étant décriées par le nouveau régime13. Simultanément, le métier de conseiller d’orientation connaît alors une véritable expansion et acquiert une légitimité institutionnelle : un diplôme d’État de conseiller d’orientation est créé sous l’Occupation (décret-loi du 27/01/44) ainsi qu’un « ordre », qui naît du regroupement corporatif des trois associations professionnelles existantes (voir infra). Vichy sera également à l’origine de la fondation de deux nouveaux centres de formation des conseillers d’orientation, l’un à Clermont-Ferrand, l’autre à Caen, qui concurrencent l’INOP. La profession attire désormais des agents mieux dotés scolairement, comme l’atteste la part croissante des titulaires d’une licence dans l’ensemble des étudiants recrutés par les centres de formation. Avec l’arrivée de ces nouveaux conseillers d’orientation, la profession devient plus technique, plus savante et voit ses effectifs progresser de manière significative : on compte environ 300 directeurs et conseillers d’orientation en 1945 contre à peine 40 en 193914. Avec la création, en juillet 1943, d’un conseil technique de l’enfance déficiente et en danger moral puis le lancement au cours de la même année, par la Fondation Carrel, d’une vaste enquête visant à évaluer les capacités mentales de 100 000 enfants de 6 à 14 ans, la fonction d’orientation professionnelle se trouve enfin consacrée, le métier de conseiller d’orientation étant alors considérablement revalorisé et, selon une étude de J. Jaur publiée en novembre-décembre 1943 dans Économie et Humanisme, bientôt placé « au niveau social de l’ingénieur, du médecin et de l’agrégé »15.

Pierre Naville, psychologue et praticien de l’orientation professionnelle

14Pour comprendre, au-delà des affinités entre les propriétés sociales d’un agent singulier et les traits morphologiques d’un métier « nouveau », l’attrait exercé par l’orientation professionnelle et plus globalement par la psychologie expérimentale sur Pierre Naville, il faut prendre en compte son insertion dans deux univers à la fois séparés et en constante interdépendance : celui des producteurs de savoirs « purs », c’est-à-dire relativement étrangers à toute visée pragmatique, et celui des praticiens chargés d’expérimenter sur le terrain les modèles théoriques. Si les savants contribuent à offrir une certaine rigueur scientifique à une activité sociale nouvelle (l’orientation professionnelle contribue à la genèse du métier de psychologue du travail), les praticiens offrent aux savoirs proposés une base empirique et un terrain d’application pratique, donc participent à la création d’une demande sociale soutenant ces savoirs nouveaux. Sans entrer dans le détail des luttes qui ont marqué l’histoire de l’orientation au cours de la première moitié du xxe siècle, il convient de préciser le type de clivages, très différents, qui organisent d’une part l’univers savant, de l’autre le monde des praticiens, et constituent les traits structuraux du métier.

La naissance d’une psychologie expérimentale

  • 16 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin…, op. cit.
  • 17 Patrice Pinel, « L’invention de l’échelle métrique de l’intelligence », Actes de la recherche en sc (...)
  • 18 Le nombre de laboratoires de recherches en psychologie est, au cours de la première moitié du siècl (...)

15En tant que première tentative d’application des outils et concepts psychologiques au monde du travail, l’histoire de l’orientation professionnelle est prise dans l’histoire plus générale de la psychologie scientifique. Au début du siècle, le monopole de la définition scientifique de l’enfance anormale (et du discours scientifique sur l’anormalité) et la question de la prise en charge institutionnelle de cette nouvelle catégorie d’enfants dits « déficients » – par l’école (avec la création de classes de perfectionnement) ou par le champ médical (création de services spéciaux dans les structures d’internement) – constituent les enjeux majeurs des luttes de concurrence entre médecins et philosophes convertis à la psychologie16. Dans ce combat, Alfred Binet (1857-1911), qui n’est ni philosophe, ni médecin, favorisera l’autonomisation de la psychologie, à la fois par rapport à la médecine et par rapport à la philosophie : bénéficiant du soutien des représentants des forces républicaines et laïques (il deviendra en 1902 le président de la Société libre pour l’étude de l’enfant, SLEPE, créée en 1899 par Ferdinand Buisson), il sera l’inventeur en 1905 d’une « échelle métrique de l’intelligence » qui permet de diagnostiquer le niveau intellectuel des enfants anormaux et de distinguer les « anormaux pédagogiques » des « anormaux médicaux »17. Ce nouveau classement scientifique de l’anormalité – qui inaugure selon Alfred Binet une révolution de la psychologie expérimentale – réduit à portion congrue la population qui relève des aliénistes et remet fortement en cause la compétence de ces médecins à statuer sur les questions d’anormalité. Binet élaborera à la demande de M. Chaintreau, un autre représentant des mouvements philanthropiques laïcs favorables à l’orientation professionnelle, un questionnaire permettant de détecter les aptitudes des enfants en âge de choisir un métier. Ces différents instruments de mesure seront les ancêtres des tests psychologiques que les savants, successeurs de Binet, vont promouvoir en vue d’une orientation professionnelle scientifique, définie positivement par rapport à un savoir médical négatif qui ne peut, au mieux, que détecter des contre-indications. L’orientation professionnelle semble donc offrir une occasion nouvelle à une nouvelle génération de psychologues de renforcer l’autonomie de la psychologie scientifique par rapport aux savoirs philosophiques et médicaux18. Au cours de ces luttes entre médecins et savants, qui mériteraient d’être analysées dans le détail, c’est la question des fondements de l’autorité morale, et non plus seulement technique, à laquelle aspirent aussi bien les médecins que les psychologues qui, semble-t-il, est centrale : d’un côté les médecins mobilisent une notabilité ancienne qui s’inscrit dans le prolongement des œuvres sociales de la bourgeoisie éclairée du xixe siècle et prétend à l’omniscience, de l’autre les psychologues, hommes nouveaux, entendent agir sur le « corps social » au nom de savoirs positifs et spécialisés.

  • 19 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1860-1967, Paris, Armand Colin, 1968.

16Comme nous l’avons évoqué plus haut, le combat mené par ces savants pour engager la psychologie sur les voies de la science, combat qui suscitera l’opposition des philosophes idéalistes, est indissociable des luttes politiques menées par une fraction de ces savants en faveur de la justice sociale, de l’égalité des chances, de l’émancipation individuelle. Pendant la Première Guerre mondiale, Henri Laugier participe au mouvement des Compagnons de l’Université nouvelle, dont il devient le président, qui milite en faveur d’une école unique. Outre Édouard Toulouse, qui prend parti dès 1905 pour l’école unique, l’idée que l’école doit sélectionner les meilleurs, en dépit des origines de classes, séduit, au cours des années 1920 et 1930, d’autres psychologues comme Henri Piéron – qui participe à la commission d’orientation professionnelle créée par les Compagnons de l’Université – et Henri Wallon. En effet, pour que l’école devienne « l’école pour tous », il faut au préalable que soient forgés les instruments scientifiques capables de détecter les véritables aptitudes individuelles, en l’occurrence des tests d’aptitude permettant d’améliorer la sélection et l’orientation. Avec la victoire du cartel des gauches, une commission de l’école unique est créée, dont H. Ducos est le rapporteur. Mais l’opposition, au nom de la liberté et du droit des familles, des fractions de classe utilisatrices du système scolaire puis l’absence de consensus politique entre les divers partis de gauche sur cette question (qui ne figure pas au programme du Rassemblement Populaire) font échouer ce projet de démocratisation scolaire19.

  • 20 Pierre Naville, Psychologie, marxisme matérialisme, Paris, Éditions Marcel Rivière, 1948, cité par (...)
  • 21 « Pierre Naville : entretien avec Véronique Grappe », 1978, texte cité.
  • 22 Pierre Rolle, « Pierre Naville, de la psychologie à la sociologie », L’orientation scolaire et prof (...)
  • 23 Jérôme Gautié, « Les développements récents de l’économie standard face à la sociologie : vers un n (...)

17S’il est probable que Naville ait été sensible à un discours, largement porté devant l’opinion publique, remettant en cause les privilèges scolaires des catégories sociales dominantes, tout porte à croire que ce sont d’autres raisons, indissociablement politiques et scientifiques, qui ont alimenté, à la fin des années 1930, ses investissements intellectuels en faveur de la psychologie scientifique et plus particulièrement des approches comportementalistes. En tant que marxiste, davantage séduit par les analyses économiques que par la philosophie marxienne, Naville saisit tout l’intérêt d’une analyse matérialiste des comportements psychologiques qui tordrait définitivement le cou à des notions telles que la conscience, l’âme, l’esprit ou la vocation véhiculées par l’idéologie religieuse et par la philosophie idéaliste. Enraciné dans les sciences naturelles, le béhaviorisme de Watson nie complètement les phénomènes de conscience ou de psychisme et semble alors constituer pour Naville les fondements d’une psychologie marxiste définie comme la « dialectique des comportements biophysiques et sociaux »20. Tous les comportements étant, pour Watson, acquis, déterminés par le milieu et donc modifiables, ce qui élimine la question de l’hérédité, cette psychologie peut, aux yeux de Naville, être combinée avec une analyse plus sociologique des classes sociales et avec un projet de transformation radicale de l’homme rendu possible par l’action sur l’environnement économique. Bien que cette hypothèse mérite d’être approfondie, il est probable que la psychologie de Watson lui ait paru compatible avec l’économie keynésienne que Naville découvre presque au même moment21. En effet, à l’opposé de l’individu interchangeable, rationnel, égoïste, doté de désirs illimités et de préférences stables que postule l’économie néoclassique, Keynes attribue aux personnes des propensions qui sont des schémas de réactions psychologiques, ensembles d’habitudes et d’expériences résultant d’une adaptation active au contexte social, mobilisant ainsi certains éléments de la théorie comportementaliste22. Bien que rapidement considérées comme dépassées par les psychologues expérimentalistes, en raison de leurs difficultés à comprendre des comportements complexes, les théories comportementalistes ne cessent d’être réinventées, et tout particulièrement aujourd’hui par certains économistes marxistes américains fondateurs de la « behavioral economics »23.

Les conseillers d’orientation, entre État et initiatives privées

18Des divergences à la fois scientifiques et politiques apparaissent dès le début des années 1920 entre les psychologues savants, animés par un projet de réforme sociale prenant appui sur des analyses scientifiques rigoureuses, et les praticiens de l’orientation professionnelle, enclins à préférer à un tel projet un pragmatisme capable d’intégrer les définitions des aptitudes exigées par les employeurs. Mais les praticiens forment eux-mêmes un groupe hétérogène et clivé. Ainsi, même si les divergences quant au rôle social de l’orientation professionnelle paraissent bien faibles – tous semblent d’accord pour voir dans l’orientation une fonction permettant une meilleure régulation d’un marché du travail bouleversé par les nouveaux besoins de l’économie industrielle – une polémique éclate au cours des années 1920, elle oppose Julien Fontègne, directeur du service d’orientation rattaché à la chambre des métiers de Strasbourg et professeur dans l’enseignement technique, à F. Mauvezin, ingénieur centralien, fondateur de la chambre des métiers de Bordeaux au sein de laquelle il crée un service d’orientation professionnelle. Cette querelle autour de l’orientation professionnelle, qui paraît incompréhensible dans la mesure où il est difficile de distinguer ce qui différencie les objectifs finaux que les deux hommes attribuent à l’orientation professionnelle, est révélatrice de désaccords plus profonds hérités des luttes scolaires qui ont marqué les débuts de la Troisième République et que réactivent les débats portant sur l’enseignement technique. Tandis que Fontègne défend le prolongement de la scolarité et la mise en place d’un enseignement technique, Mauvezin se fait le porte-parole des petits patrons hostiles à l’extension des prérogatives de l’institution scolaire sur la formation professionnelle. Pour Fontègne, l’intérêt général, incarné par l’État, doit l’emporter sur les intérêts particuliers, aussi revendique-t-il pour les conseillers d’orientation le statut de fonctionnaire. Mauvezin, au contraire, se présente comme le défenseur de la famille, unité de base de la société, et promeut une vision libérale du métier. Fontègne élabore une vision progressiste de l’orientation professionnelle qui tient pour exemplaires les cas de promotion sociale, Mauvezin, à l’instar de Maurice Barrès, considère l’ascension sociale par l’école comme dangereuse pour l’unité familiale et donc pour l’ordre social, les déracinés étant prédisposés à devenir des révolutionnaires.

  • 24 Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne…, op. cit., 1988. En 1936-37, seuls 14 des 6 (...)

19Le pôle laïc, incarné par Fontègne, semble toutefois mieux représenté. Souvent adossés à l’État, de par leurs activités professionnelles principales, les conseillers d’orientation se distinguent des autres travailleurs sociaux en majorité liés à des œuvres privées. Toutefois, au cours des années 1930, ce constat doit être nuancé. Jusqu’à la guerre, les offices d’orientation professionnelle sont greffés sur des institutions existantes, le plus souvent les offices de placement de la main-d’œuvre rattachés aux municipalités ou aux chambres des métiers, qui réunissent les notables locaux animés par un esprit de patronage et engagés dans les mouvements d’éducation de la jeunesse, comme la Jeunesse ouvrière catholique. Les rapprochements entre ces mouvements de jeunesse, contrôlés par les représentants de l’église catholique, et les mouvements en faveur de l’orientation professionnelle atténuent alors considérablement l’esprit laïc qui prévalait dans les années 1920. Par exemple, accusés de refléter les hiérarchies scolaires et de vouloir « peser les âmes », les tests d’orientation sont souvent rejetés au profit de jeux plus traditionnels empruntés au scoutisme24.

  • 25 Selon les propos de E. Gauthier dans un rapport sur les activités d’orientation professionnelle rem (...)
  • 26 Les disciples français de Toulouse défendent une psychologie « structurelle », « qui cherche à déga (...)

20Mais la défiance à l’égard des valeurs scolaires n’est pas le seul facteur explicatif de la propension des conseillers d’orientation à rejeter les méthodes d’évaluation scientifique des aptitudes, issues de la psychotechnique, et à leur préférer une forme de « placement raisonné » construite à partir de questionnaires informés par les enfants et d’observations recueillies par les instituteurs et les médecins. Cette propension est aussi la conséquence de l’écart entre les objectifs d’efficacité économique poursuivis par les praticiens soumis aux pressions des industries locales – l’orientation professionnelle permet, selon eux, de combattre les préjugés des enfants et des familles à l’encontre des métiers manuels25 – et les efforts déployés par les savants pour construire la notion d’aptitude contre les préjugés du sens commun, qui déduisent les aptitudes des enfants de la position sociale occupée par les familles. La complexité des protocoles d’administration des tests psychologiques, lesquels visent avant tout à produire une connaissance exacte des aptitudes potentielles d’un individu (qui sont différentes des performances observables), les rend difficilement applicables hors des laboratoires de recherche, par des agents n’ayant pas reçu une formation spécialisée. En effet, contrairement à leurs homologues anglo-saxons, les savants français de l’Entre-deux-guerres, psychologues ou psychophysiologistes, rejettent les évaluations unidimensionnelles qui ont fait le succès de l’échelle métrique d’intelligence de Binet ou des tests américains utilisés dans les pratiques de sélection professionnelle, notamment lors de la constitution de l’armée américaine en 1916. Leurs tests sont conçus pour être appliqués individuellement et non collectivement, ce qui rend impossible toute « industrialisation » de la psychologie. À la notion de facteur général d’intelligence, ou à celle de quotient intellectuel théorisée par Lewis Terman en 1913, les disciples d’Édouard Toulouse substituent celle de mosaïque d’aptitudes différenciées et non forcément hiérarchisées26. Le recours au modèle psychotechnique dans la pratique de l’orientation professionnelle sera toutefois renforcé par le décret de loi voté en mai 1938 à l’initiative de Jean Zay, qui pose les fondements d’un service public de l’orientation professionnelle, prévoit la création d’un centre d’orientation professionnelle par département, rend obligatoire le diplôme de l’INOP pour tous les conseillers d’orientation et impose à tout jeune de moins de 17 ans qui souhaite entrer en apprentissage un examen d’orientation professionnelle (les futurs apprentis étant « libres » de suivre ou non les conseils prodigués). Cette nouvelle réglementation favorise, selon Michel Huteau, l’essor de la psychotechnique, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, cet essor ne peut s’accomplir sans une « américanisation » des méthodes qu’elle utilise et un renoncement aux objectifs politiques réformistes des savants de l’Entre-deux-guerres.

  • 27 On compte durant l’entre deux guerres 700 000 petites et moyennes entreprises et seulement 28 000 e (...)
  • 28 Commission d’organisation commerciale et industrielle de la CCP, Rapport d’E. Dalbouze, 1930. Archi (...)

21Si les savants français sont, pour des raisons scientifiques, réservés face aux applications massives de la psychologie, ils sont également beaucoup moins sollicités que leurs homologues américains par les dirigeants du champ économique, l’industrie française étant très faiblement concentrée en comparaison avec l’industrie américaine27. Or, au cours des années 1930, les mouvements d’ingénieurs favorables à la rationalisation économique s’intéressent à l’orientation professionnelle et diffusent ces idées auprès des dirigeants d’entreprise. Jusqu’alors, les psychologues du travail, partisans de l’orientation professionnelle, et les ingénieurs tayloriens, favorables à une division du travail fondée sur la généralisation de la sélection professionnelle, forment deux groupes concurrents. D’un côté, les premiers artisans d’une psychologie appliquée, comme Jean-Marie Lahy, ont rejeté fermement le taylorisme dans la mesure où ce système ne s’intéresse qu’à la sélection des plus aptes et n’offre aucune réponse à la question sociale. De l’autre, le traducteur de Taylor, Henry Le Chatelier s’est vivement opposé au mouvement des Compagnons de l’Université (membre en 1911 de la Ligue pour la culture française, il considère l’école unique comme une utopie dangereuse) et refuse toute collaboration avec les représentants de l’orientation professionnelle. En 1929, lorsque la Chambre de commerce de Paris crée un Institut d’organisation commerciale et industrielle (IOCI), elle s’efforce de rapprocher ces deux tendances, accordant une subvention annuelle de 50 000 francs aux groupements de propagande en faveur de l’organisation du travail (40 000 francs pour le Comité national de l’organisation française, CNOF, et 10 000 pour la Commission d’organisation scientifique du travail de la CGPF, Cgost puis Cégos) et une subvention équivalente à répartir entre le laboratoire de Physiologie du travail que tente de développer Henri Laugier au CNAM et celui de Psychologie appliquée que dirige Jean-Marie Lahy à l’École pratique des hautes études28. L’arrivée au sein du CNOF d’une nouvelle génération de spécialistes de l’organisation du travail, comme le polytechnicien Jean Coutrot, et le discrédit des méthodes tayloriennes engendré par les crises économique et sociale des années 1930 se conjuguent pour que certains administrateurs du CNOF tentent d’assouplir le taylorisme en lui adjoignant une science de l’homme censée restaurer l’ordre moral.

  • 29 Odile Henry, « De la sociologie comme technologie sociale. La contribution de Jean Coutrot, 1895-19 (...)

22S’inscrivent dans cette perspective, le Centre d’études des problèmes humains (CEPH) créé par Coutrot en 1937 puis l’Institut de psychologie appliquée (IPSA) qu’il fonde en 1938. Suivant la voie tracée quelques décennies plus tôt par les ingénieurs tayloriens américains, Coutrot accorde alors à la psychologie appliquée une place centrale : non seulement cette nouvelle science doit permettre l’affectation optimale des individus aux différentes tâches mais elle est chargée d’élaborer une nouvelle thérapeutique sociale fondée sur la recherche de « l’efficience personnelle », l’intériorisation des limites propres à chaque individu et l’adoption d’une discipline intérieure capable de tremper les caractères29. En décalage complet avec l’esprit du décret-loi de mai 1938, les termes dans lesquels ce texte est commenté par ces conseillers patronaux spécialistes d’organisation du travail sont à rapprocher des propos tenus par une partie des conseillers d’orientation :

  • 30 Delbauffe, ingénieur-conseil et ancien inspecteur départemental de l’enseignement technique, Bullet (...)

« Visant à l’utilisation rationnelle des forces humaines, la loi d’orientation professionnelle répartira scientifiquement les valeurs individuelles dans les différents domaines d’activités, elle contribuera à l’amélioration de la race […] Les centres départementaux d’orientation professionnelle auront pour mission de renseigner l’élève sur les principaux métiers qui s’offrent à lui et d’évaluer les enfants du point de vue de leurs possibilités professionnelles, d’orienter chaque enfant après le primaire en tenant compte des aptitudes, de la volonté des parents, des besoins de la famille et du milieu social […] Il faudra faire céder les préjugés, tel que la supériorité des métiers intellectuels, et détourner les jeunes filles des matières réservées aux garçons et incompatibles avec les devoirs qu’elles auront plus tard à remplir et les diriger vers des professions qu’elles pourront exercer chez elles quand elles auront créé un foyer »30.

  • 31 Francine Muel-Dreyfus, « La rééducation de la sociologie sous le régime de Vichy », Actes de la rec (...)

23Avec Vichy, les finalités de la fonction orientation sont redéfinies politiquement et les tendances les plus conservatrices désignées plus haut l’emportent sur les partisans d’un certain progressisme social. Les prises de position de Pierre Naville pendant cette période demeurent assez ambiguës et soulèvent encore beaucoup d’interrogation. D’une part, il écrit à son père que le métier de directeur du centre d’orientation ne lui prend pas beaucoup de temps et lui permet de se consacrer à d’autres activités intellectuelles (il rédige alors semble-t-il ce qui deviendra la Théorie de l’orientation professionnelle, publiée en 1945 aux éditions Gallimard). Dans une autre lettre, datée de mai 1943, il écrit que « les familles se désintéressent de l’orientation professionnelle et qu’elles ont bien raison ». Mais en même temps il participe en 1943 à l’enquête sur les 100 000 enfants (Fondation Carrel) et en devient le responsable pour le secteur sud-ouest de la France. Francine Muel-Dreyfus a montré que les enjeux de cette enquête sont beaucoup plus inquiétants et ambitieux que ceux de l’enquête projetée en 1936 (dont celle de 1943 ne serait, selon certains auteurs, que le prolongement) : en 1936, il s’agissait d’évaluer la proportion d’enfants déficients dans les écoles alors qu’en 1943, il s’agit de « mesurer à l’échelle du pays entier la proportion d’“inadaptés sociaux” dans une perspective d’“appréciation des ressources humaines du pays” devant conduire à une “évaluation du capital actif de l’enfance d’âge scolaire, autant qu’à la valorisation du passif récupérable tout en appréciant l’importance du déchet” »31.

  • 32 « Le bureau de psychologie industrielle », Hommes et techniques, 23-24, décembre 1946.
  • 33 M. Charbonneaux, « Les applications aux Manufactures de l’État de la psychologie industrielle », in (...)
  • 34 Le contexte de la guerre puis celui de l’Occupation ont permis à certains industriels de remettre à (...)

24La généralisation de l’usage des tests sous le gouvernement de Vichy, corollaire de la technicisation du métier de conseiller d’orientation, ne concerne pas seulement le secteur public de l’éducation. Si certaines entreprises, le plus souvent paternalistes, ont créé avant guerre leurs propres services de sélection et d’orientation (comme Schneider ou Michelin) et recrutent des conseillers d’orientation ou des ingénieurs-conseils proposant ce type de prestation, avec Vichy, la Cégos, qui est devenue un cabinet de conseil, propose aux entreprises de les aider à moderniser la gestion de leur personnel, notamment en rationalisant leurs procédés de recrutement grâce à la psychotechnique. Entre 1941 et 1944, la Cégos organise différents cycles de perfectionnement aux « techniques de direction du personnel » qui attirent des conférenciers comme Jean Stoetzel, Suzanne Brésard, le docteur Martigny, Pierre Janet ou Henri Piéron dont bon nombre sont des collaborateurs de la Fondation Carrel. En février 1942, à l’issue du second cycle, est créé au sein de la Cégos le Bureau de psychologie industrielle (BPI), « Centre de formation des sélectionneurs et laboratoire d’examens psychologiques » dirigé par Guy Palmade de 1943 à 1947. Entre 1942 et 1946, ce laboratoire a formé environ 80 sélectionneurs et psychotechniciens et a fait passer plus de 2000 examens auprès de cadres supérieurs32. Une des réalisations les plus connues du BPI a été l’application en 1943 des méthodes de la psychologie industrielle (analyse des postes de travail et tests psychotechniques) pour le recrutement des ouvriers et des agents de maîtrise d’une entreprise industrielle publique, les Manufactures de l’État33. Contrairement aux premières applications de la psychologie dans les entreprises, comme celles réalisées dans les années 1920 par Lahy à la Société des transports en commun de la région parisienne, les usages sociaux de la psychotechnique au sein des entreprises privées semblent correspondre, sous le régime de Vichy, beaucoup plus à un objectif d’accroissement des rendements et d’augmentation de la productivité industrielle qu’à un effort pour développer une science du travail dont les bienfaits (réduction du nombre d’accidents du travail, du surmenage et de la fatigue des ouvriers et des employés) profiteraient à l’ensemble du « corps social »34.

25En 1943, alors que le Bulletin de l’INOP a cessé de paraître (son directeur, H. Piéron, faisant l’objet de propos calomnieux de la part des idéologues du régime), Naville édite le Bulletin de l’Association amicale des conseillers d’orientation professionnelle (ACOP) qui deviendra le Bulletin d’orientation professionnelle, et confie à son père son espoir d’en faire une revue scientifique importante. Le 2 mars 1943, il écrit à René Zazzo :

  • 35 Extraits de la correspondance entre Pierre Naville et René Zazzo (1942-1944), L’orientation scolair (...)

« Ce qui manque maintenant c’est une publication périodique analogue à la Presse médicale, où l’on publie les travaux scientifiques originaux, plus toutes les rubriques de la psychologie dans la vie, suivant l’actualité, avec des comptes rendus permanents […] On ne peut se suffire du fantôme verdâtre et clandestin du Journal de psychologie. La psychologie doit retrouver la vie réelle (la psychologie de laboratoire aussi). Il faut vivre sur la place publique, provoquer les confrontations nécessaires, bref utiliser des méthodes un peu “américaines”. Si cette place n’est pas prise par des gens sérieux, les charlatans l’occupent, et ils ne manquent pas pour le moment ! »35.

  • 36 Thomas Le Bianic propose la liste suivante : Michelin, Alsthom, Merlin-Gerin, Péchinet, les Chantie (...)
  • 37 Après guerre, ce groupement devient le Syndicat du personnel des services d’orientation professionn (...)

26Il dira à la Libération avoir défendu, contre l’idéologie de Vichy, la fraction la plus progressiste de cet univers, incarnée avant guerre par Henri Piéron et Henri Wallon, en maintenant à travers sa propre revue la ligne scientifique qui caractérisait le BINOP. Dans les faits, Naville a surtout tenté d’éliminer de la revue les psychotechniciens les plus contestés sur le plan scientifique, c’est-à-dire ceux appartenant à l’école d’Alfred Carrard, un ingénieur suisse dont les techniques sont mises en œuvre dans un grand nombre d’entreprises36. Toutefois, la revue laisse une place à des articles inspirés de la physiognomonie, comme celui de Suzanne Brésard publié dans le numéro 5 de janvier juin 1945. Naville est aussi un des artisans du rapprochement en 1943 entre l’ACOP, présidée par R. Chabot, l’Association générale des orienteurs de France (AGOF) et l’Association des anciens élèves de l’Institut national d’orientation professionnelle (AEINOP) et de la fondation d’un groupement professionnel unique (d’un « ordre ») chargé de défendre la corporation, le Groupement professionnel des conseillers d’orientation37. Groupement dont il écrit à René Zazzo en février 1944 « qu’il contient le pire », « des non-valeurs complètes » qu’il faut pour le moment tolérer.

  • 38 Parce qu’elle ne reconnaît aucune spécificité à la conduite humaine, qu’elle présente comme une rép (...)

27En 1945, la publication de Théorie de l’orientation professionnelle vaut à Naville sa mise à l’écart de l’INOP : ses cours ne sont pas renouvelés et il n’est pas sollicité par Piéron qui coordonne le Traité de psychologie appliquée (dont le livre I paraît aux PUF en 1949). Cette rupture se solde, quatre ans plus tard, par l’abandon de la psychologie et la réorientation de Naville vers la sociologie du travail. La thèse développée dans Théorie de l’orientation professionnelle oppose une psychologie inspirée par Watson et solidement ancrée dans les sciences naturelles38, dont Naville se fait le défenseur, à la psychologie développée par Piéron qui repose sur la notion d’aptitude. C’est cette notion que conteste Naville : l’aptitude n’est que l’expression moderne et laïque de l’âme ou de la vocation, elle est une forme renouvelée de personnalisme et accorde un poids trop important à l’hérédité biologique. À l’inverse, parce que le béhaviorisme bannit de son domaine d’étude des notions comme « la conscience », « la volonté », « l’intention », « l’esprit » (etc.) qu’il est impossible de saisir par la méthode positive, ce courant met l’accent sur la plasticité des conduites (elles sont le produit des effets physico-chimiques de l’apprentissage, c’est-à-dire des stimuli venant de l’environnement) et relativise l’influence de l’hérédité biologique sur les dispositions professionnelles. Cet attachement de Naville aux thèses de Watson est plus politique que scientifique : compatible avec une analyse marxienne des classes sociales, le béhaviorisme réinterprété par Naville lui permet de mettre en évidence les corrélations entre le milieu social et l’efficience intellectuelle que mesurent les tests psychotechniques, donc la force des déterminismes économiques sur le « psychologique ». En affirmant que les praticiens de l’orientation professionnelle ne font pas ce qu’ils prétendent faire, que les différences psychologiques individuelles qu’ils mesurent ne préexistent pas aux situations professionnelles mais sont la conséquence d’une division du travail qui s’impose de manière coercitive aux individus, la Théorie de l’orientation professionnelle contient alors une critique de l’ensemble de ce courant, à la fois intellectuel et professionnel, qui n’est pas sans évoquer les travaux de la sociologie de l’éducation des années 1970. Définie comme le résultat d’interactions entre les formes biologiques et sociales des groupements humains, l’aptitude n’est pour Naville qu’une forme d’adaptation : dire qu’un être humain dispose de certaines aptitudes revient à dire que la société exige de lui certaines formes d’activités économiques et techniques. Mais, et c’est sans doute là une des limites de l’analyse critique de Naville, il ne propose (encore) aucune piste permettant d’analyser de façon rigoureuse ces « processus d’adaptation », ces opérations, à la fois individuelles et collectives, de construction subjective du monde qui donnent leur force aux déterminismes économiques. Formé à la psychologie appliquée à partir des catégories de classement du béhaviorisme et du marxisme mais aussi dans un contexte social et politique marqué par la mainmise des médecins sur les techniques psychologiques de sélection et d’évaluation, Naville néglige cette voie et se tourne, en 1945, vers la médecine pour rationaliser, par l’évaluation du potentiel biologique et physiologique de l’individu, l’orientation professionnelle.

Notes

1 « Pierre Naville : entretien avec Véronique Grappe » (1978), voir infra p. 374-429. Sauf indications contraires, les citations de Pierre Naville sont extraites de ce texte.

2 Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne, conseiller d’orientation, Paris, Éditions L’Harmattan, 1988, p. 57.

3 François Denord et Xavier Zunigo, « Révolutionnairement vôtre. Économie marxiste, militantisme intellectuel et expertise politique chez Charles Bettelheim », Actes de la recherche en sciences sociales, 158, juin 2005.

4 Johan Heilbron, « Les métamorphoses du durkheimisme, 1920-1940 », Revue française de sociologie, XXVI-2, mars-avril 1985.

5 Pierre Naville, « Après Bergson », Cahiers du Sud, 271, 1945 republié dans Psychologie, marxisme, matérialisme, Librairie Marcel Rivière et Cie, Paris, 1948.

6 Michel Huteau, Jacques Lautrey, « Les origines et la naissance du mouvement d’orientation », L’orientation scolaire et professionnelle, 1, 1979.

7 Thomas Le Bianic, Les ingénieurs des âmes. Savoirs académiques, professionnalisation et pratiques des psychologues du travail de l’entre deux guerres à nos jours, Thèse de Doctorat en sociologie, Université Aix Marseille II, 2005.

8 Le « marché » de l’enfance inadaptée se constitue lentement, au terme d’une longue histoire marquée, tout au long du xixe siècle, par les situations de concurrence (idéologiques et pratiques) entre initiatives privées (œuvres confessionnelles et philanthropie laïque) et administrations publiques. Francine Muel-Dreyfus, Le métier d’éducateur, Paris, Éditions de Minuit, 1983.

9 Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne…, op. cit., 1988

10 Médecin de formation et docteur ès sciences, Henri Laugier dirige, à partir de 1923, le laboratoire de physiologie appliquée à la prophylaxie mentale de l’hôpital Henri-Rousselle. Il est nommé en 1928 professeur sur la chaire de physiologie du travail du Conservatoire National des Arts et Métiers et occupera ce poste jusqu’en 1937. En 1933, il est Chef du laboratoire de physiologie du travail à la Société des chemins de fer de l’État et contribuera à la création, en 1936, du Service Central de la Recherche Scientifique qu’il dirigera. Il est en 1939 le premier directeur du CNRS.

11 Agrégé de philosophe et docteur ès sciences, Henri Piéron est le successeur en 1912 d’Alfred Binet à la direction du laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne. Il occupe le poste de professeur de physiologie des sensations au Collège de France de 1923 à 1951.

12 26,9 % des femmes diplômées sont conseillères d’orientation, 28,8 % d’entre elles ont rejoint le secteur libéral ou sont en attente d’une situation, 23 % d’entre elles travaillent dans le service social et 21 % dans l’enseignement. 51 % des hommes sont enseignants et seulement 23 % d’entre eux sont conseillers d’orientation. Voir Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne…, op. cit., 1988.

13 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

14 Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne…, op. cit., 1988.

15 J. Jaur est directrice du centre d’orientation professionnelle de Marseille. Pierre Naville, « Un programme d’organisation de l’O.P. », Bulletin d’orientation professionnelle, avril 1944, pp. 18-19.

16 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin…, op. cit.

17 Patrice Pinel, « L’invention de l’échelle métrique de l’intelligence », Actes de la recherche en sciences sociales, 108, juin 1995.

18 Le nombre de laboratoires de recherches en psychologie est, au cours de la première moitié du siècle, assez restreint : outre le laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne dirigé par Henri Piéron, on compte le laboratoire de psychologie expérimentale créé par Edouard Toulouse (1865-1947) à Villejuif et rattaché en 1900 à l’Ecole pratique des hautes études (dans lequel travailleront Henri Piéron, Jean-Marie Lahy et Henri Wallon), le laboratoire de physiologie appliquée à la prophylaxie mentale de l’hôpital Henri-Rousselle, créé par E. Toulouse et dirigé par Henri Laugier, le laboratoire créé Jean-Marie Lahy à la Société des transports parisiens, l’éphémère laboratoire de recherches sur le travail musculaire professionnel, dirigé par Jules Amar au CNAM (1913-1920).

19 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1860-1967, Paris, Armand Colin, 1968.

20 Pierre Naville, Psychologie, marxisme matérialisme, Paris, Éditions Marcel Rivière, 1948, cité par Michel Huteau, « Pierre Naville : le marxisme, la psychologie et l’orientation professionnelle », L’orientation scolaire et professionnelle, 2, avril mai juin 1997, page 197.

21 « Pierre Naville : entretien avec Véronique Grappe », 1978, texte cité.

22 Pierre Rolle, « Pierre Naville, de la psychologie à la sociologie », L’orientation scolaire et professionnelle, 2, avril-mai-juin 1997.

23 Jérôme Gautié, « Les développements récents de l’économie standard face à la sociologie : vers un nouvel impérialisme ? », Communication au premier congrès de l’AFS, février 2004, à paraître.

24 Jean-Pierre Maniez et Claude Pernin, Un métier moderne…, op. cit., 1988. En 1936-37, seuls 14 des 69 offices départementaux d’orientation professionnelle utilisaient les tests d’orientation. Michel Huteau, « Édouard Toulouse et les débuts de la psychotechnique en France », Psychologie et Histoire, vol. 3, 2002.

25 Selon les propos de E. Gauthier dans un rapport sur les activités d’orientation professionnelle remis au ministère du Travail en 1922, cité par Michel Huteau, Jacques Lautrey, « Les origines et la naissance du mouvement d’orientation », loc. cit.

26 Les disciples français de Toulouse défendent une psychologie « structurelle », « qui cherche à dégager les structures générales des processus psychologiques valables pour tout individu ». Ce courant s’oppose à la psychologie « différentielle » anglo-saxonne qui, en proposant « un classement entre différents individus au sein d’une population » de référence, répond plus étroitement aux besoins des industriels et rend possible des applications à grande échelle. Thomas Le Bianic, Les Ingénieurs des âmes…, op. cit., 2005, p 126 et 131.

27 On compte durant l’entre deux guerres 700 000 petites et moyennes entreprises et seulement 28 000 entreprises de plus de 50 personnes dans l’industrie ou de plus de 10 dans le commerce. Ingo Kolboom, La revanche des patrons. Le patronat face au Front populaire, Paris, Flammarion, 1986.

28 Commission d’organisation commerciale et industrielle de la CCP, Rapport d’E. Dalbouze, 1930. Archives de la Chambre de commerce de Paris, I-2.74 (90).

29 Odile Henry, « De la sociologie comme technologie sociale. La contribution de Jean Coutrot, 1895-1941 », Actes de la recherche en sciences sociales, 153, juin 2004.

30 Delbauffe, ingénieur-conseil et ancien inspecteur départemental de l’enseignement technique, Bulletin du CNOF, mars 1939.

31 Francine Muel-Dreyfus, « La rééducation de la sociologie sous le régime de Vichy », Actes de la recherche en sciences sociales, 153, juin 2004, page 74. Henri Wallon lui-même, qui était chargé de diriger l’enquête de 1936 et qui rejoint la Résistance en 1941, dénonce après guerre l’amalgame inacceptable qui est fait entre les deux entreprises.

32 « Le bureau de psychologie industrielle », Hommes et techniques, 23-24, décembre 1946.

33 M. Charbonneaux, « Les applications aux Manufactures de l’État de la psychologie industrielle », in L’organisation dans les administrations publiques, Journées d’études du Comité de l’organisation française des 17-18 mars 1944, Paris, CNOF, 1945.

34 Le contexte de la guerre puis celui de l’Occupation ont permis à certains industriels de remettre à l’ordre du jour les impératifs de productivité et de réintroduire les méthodes d’organisation scientifique du travail contestées lors des grèves ouvrières de la seconde moitié des années 1930. Patrick Fridenson et Jean-Louis Robert, « Les ouvriers dans la France de la Seconde Guerre mondiale, un bilan », Le Mouvement social, 158, janvier mars 1992.

35 Extraits de la correspondance entre Pierre Naville et René Zazzo (1942-1944), L’orientation scolaire et professionnelle, 2, avril mai juin 1997.

36 Thomas Le Bianic propose la liste suivante : Michelin, Alsthom, Merlin-Gerin, Péchinet, les Chantiers Navals de Penhoët à laquelle on peut ajouter les usines de Pont-à-Mousson repliées dans le Lot-et-Garonne. Thomas Le Bianic, Les ingénieurs des âmes…, op. cit., 2005.

37 Après guerre, ce groupement devient le Syndicat du personnel des services d’orientation professionnelle et scolaire et de psychométrie affilié à la CGT.

38 Parce qu’elle ne reconnaît aucune spécificité à la conduite humaine, qu’elle présente comme une réponse mécanique à des stimulus, le béhaviorisme est habituellement classé parmi les théories « naturalistes ». Dominique Guillo, Sciences sociales et sciences de la vie, Paris, Presses universitaires de France, 2000, p. 146.

Auteur

Sociologue, Centre de sociologie européenne, Université Paris 9

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search