Version classiqueVersion mobile

La pierre et la terre

 | 
Sylvain Vigneron

Préface

P. Guignet

Texte intégral

1C’est un plaisir que d’introduire le lecteur à la découverte d’une thèse aussi exemplaire que celle de M. Sylvain Vigneron, dont nous avons eu l’honneur d’accompagner la genèse au cours de six ans d’un labeur inlassable. C’est un véritable tour de force que notre collègue, actuellement professeur agrégé de lycée, a accompli en surmontant les affres du coureur de fond capable de saisir sans aide extérieure près de 34000 actes de vente et d’écheniller patiemment 250 rôles fiscaux. S. Vigneron ne se contente pas d’être un sage découvreur et un infatigable défricheur d’archives, il sait en extraire avec rigueur les conclusions les mieux étayées. Il pratique l’histoire régionale comme il convient de la conduire, en ayant toujours le souci d’aborder les problèmes généraux en liaison avec les dernières réflexions de la recherche vivante.

2M. Vigneron est au vrai un homme de tradition qui est aussi un novateur. Il renoue avec une riche tradition d’histoire économique et sociale, trop dédaignée aujourd’hui, qui avait trouvé en G. Lefebvre un héraut qu’on avait cru trop vite difficile à égaler. G. Béaur lors de la soutenance félicita M. Vigneron d’avoir ignoré les effets de mode et réussi à faire vivre les interrogations les plus fécondes d’une « histoire totale, passionnément quantitative et courageuse en un temps qui doute du chiffre et de sa représentativité ». De fait, M. Vigneron réagit contre la tendance fâcheuse quand on prétend comprendre une société, qui consiste à reléguer au second plan des préoccupations l’étude toujours si nécessaire des conjonctures, des prix, des revenus, des redistributions, des richesses, des modes et des rythmes de circulation différenciée de la propriété. Il fait par ailleurs œuvre neuve en ne s’en tenant pas à l’étude des structures foncières et de l’état de la propriété urbaine par la juxtaposition d’une approche statique et d’une approche « cinématique » telle que la proposait et la pratiquait Pierre de Saint-Jacob. L’ambitieux dessein de l’auteur tend à explorer à la fois le marché de la terre et celui des immeubles urbains, à percevoir de façon entrecroisée la structure et la conjoncture de la propriété, tout en se plaçant dans la longue durée (environ cent vingt ans). Pour mener à bien cette vaste entreprise, M. Vigneron a choisi de scruter deux zones centrées sur Lille et Cambrai, deux villes importantes, bien qu’elles soient de taille différente et s’inscrivent dans des niveaux de fonctionnalité inégaux. Les espaces visés, la Flandre wallonne et le Cambrésis, sont vastes, bien peuplés et intègrent des villages aux activités essentiellement agricoles, comme d’autres emportés dans le vaste mouvement de la proto-industrialisation textile. Ces contrées sont riches de communautés urbaines situées à des paliers heureusement diversifiés de la hiérarchie.

3La matière rassemblée est, on le devine, d’une richesse peu commune et présentée dans un texte bien structuré, dans un style sobre et clair, parfois teinté d’humour. Les relations villes – campagnes sont incontestablement l’axe principal de la recherche, mais en fait c’est l’ensemble des mouvements de la propriété foncière et immobilière dans le monde urbain et dans le platpays que M. Vigneron s’est employé à appréhender. Bref, c’est l’étude de la rencontre compliquée entre deux mondes, celui des campagnes et celui des villes, que l’auteur prend en charge. Pour faire route avec M. Vigneron dans ce patient dévoilement, le lecteur abordera l’ouvrage selon les trajectoires correspondant le mieux à ses postulations intellectuelles et à l’orientation de ses propres travaux. On nous permettra simplement ici de distinguer trois grands domaines, dans lesquels l’auteur apporte vraiment beaucoup.

4La thèse comporte d’importants apports sur la socio-topographie et les manières d’habiter à Lille et à Cambrai. Dans les deux villes, la répartition de la propriété à travers les paroisses et les quartiers montre à la fois les diverses formes et les limites de la cohabitation des différents groupes sociaux. Se dessine au cours du XVIIIe siècle une tendance à la ségrégation des élites. À Lille, dans le dédale des ruelles et des « courettes » de Saint-Sauveur et de Saint-Maurice, persistent des îlots homogènes de population laborieuse, démunie, voire misérable. Peut-être peut-on penser que ces pôles de fixation de la population la plus pauvre contribuent au maintien d’une certaine mixité sociale dans d’autres paroisses de la ville. Une batterie de cartes minutieusement composées, relatives aux revenus locatifs ou à l’implantation résidentielle des diverses strates de capités accompagne et éclaire la démonstration. M. Vigneron prend en effet à bras-le-corps la question de la propriété et de la location ; il dévoile au passage l’ampleur en ville de la sous-location qui fait figure d’élément supplémentaire de précarité pour ceux qui n’ont que le travail pour patrimoine. Assurément, la proportion des maisons occupées par les propriétaires est plus élevée dans les petites villes aux maisons moins chères. Lorsque le marché immobilier est onéreux, les propriétaires de leur logement deviennent très minoritaires, jusqu’à ne plus former à Lille que 10,7 % des résidents, soit une proportion plus faible encore qu’à Rouen où les 17 % de propriétaires calculés par J.-P. Bardet paraissaient pourtant un taux déjà très bas. M. Vigneron ne laisse rien ignorer des structures et des fluctuations conjoncturelles animant les marchés immobiliers urbains au demeurant très segmentés où on relève assez peu de grands rassembleurs de maisons. On mesure donc à quel point il serait réducteur de n’identifier dans la thèse de M. Vigneron qu’une recherche axée essentiellement sur les équilibres et les mouvements de la propriété foncière. Le recteur Poussou était fondé à souligner lors de la soutenance que l’étude du marché immobilier de Lille tout à fait passionnante, qui est proposée ici, n’a pas dans l’historiographie son équivalent pour aucune autre ville de cette importance.

5L’étude des répartitions et des mutations dans la propriété foncière occupe l’essentiel des chapitres IV à VIII. On ne s’étonnera pas de la persévérance de l’auteur à effectuer des « pesées globales » destinées à évaluer la part du sol détenu par les trois ordres. La propriété roturière majoritaire en Flandre wallonne (56 %) contraste avec sa faiblesse relative dans le Cambrésis (31 %), où la part du sol détenue par le clergé est d’une ampleur asphyxiante pour le marché foncier. M. Vigneron réévalue en effet, avec des arguments probants, le poids de la propriété ecclésiastique tel que l’avait supputé G. Lefebvre. Alors que le premier ordre ne détient que 16,5 % des superficies en Flandre wallonne, dans le Cambrésis, ce n’est pas 40,1 %, mais, la proportion est exceptionnelle, 52,7 % des terres que concentrent les grands domaines des abbayes et des chapitres, comme les parcelles, au vrai plus ou moins émiettées, des cures et des fabriques. La propriété nobiliaire en Flandre wallonne et dans le Cambrésis, avec respectivement 27 % et 16 % de propriété, s’inscrit en quasi négatif de celle du clergé.

6Les logiques d’inscription dans l’espace des propriétés foncières selon les niveaux sociaux et la domiciliation des acteurs sociaux sont patiemment révélées au fil d’une étude qui se recommande toujours par le souci de critiquer les données, de justifier les procédés d’analyse et de peser la validité des résultats. L’auteur oppose deux grands modèles spatiaux. Tout atteste de l’affaiblissement du rayonnement de Cambrai qui peine à organiser son espace régional. Tout autre est le modèle flamand, tant la châtellenie de Lille, même s’il y a quelques angles morts notamment dans la Pévèle, est couverte en grande partie par l’aire foncière de la cité de la Deûle. Dans une telle configuration, les petites villes sont cantonnées dans un rôle subalterne. On serait tenté d’appliquer aux bassins fonciers des villes le « théorème de J. - P. Poussou » qui concerne les aires de migration matrimoniale. À taille égale, deux villes voisines sont dotées de bassins démographiques presque imperméables les uns aux autres ; on rencontre alors une succession d’espaces juxtaposés dont les recoupements sont marginaux. En revanche, lorsqu’une ville écrase la pyramide urbaine (c’est le cas à l’époque de Lille), c’est le modèle de surimposition qui domine. De fait, les contours des bassins fonciers décrits par M. Vigneron permettent de constater que les espaces polarisés par les petites villes flamandes ont certes une consistance, mais sont recouverts par le territoire contrôlé par la ville primatiale.

7Un troisième grand domaine de réflexions se dégage et porte sur le décryptage des mouvements des biens-fonds pendant les cent vingt ans considérés. M. Vigneron s’interroge naturellement sur le sens des transferts globaux de propriété, en notant les progrès de la bourgeoisie des villes, le recul de la noblesse, l’ascension de la bourgeoisie rurale et d’une fraction de la paysannerie (les laboureurs, davantage d’ailleurs que les fermiers). Avec une tranquille assurance, il remet toutefois en cause quelques poncifs, à commencer par celui de la progressive et régulière conquête bourgeoise du sol. L’emprise urbaine certes croît du milieu du XVIIe siècle à 1690, mais tel n’est pas le cas au-delà. Des années 1690 au milieu du XVIIIe siècle, les citadins se replient sur les environs de leur ville, dans un contexte de marché foncier assez modérément actif, en un temps où le taux de rentabilité du capital foncier est assez bas. Le grignotage paysan et le recul concomitant des citadins dans le premier XVIIIe siècle sont révélateurs d’un renversement de tendance déjà décelé dans d’autres régions. M. Vigneron observe toutefois un retour en force de la ville dans les trois dernières décennies du siècle, tandis que les échanges deviennent plus actifs.

8On ne manquera pas de méditer les belles pages, dans lesquelles l’auteur démonte les effets des crises qui se déchaînent dans les vingt-cinq dernières années du Grand Règne. Deux grandes conclusions se dégagent : d’une part, les prix se tassent, alors que se multiplient les transactions, d’autre part, ces mutations foncières ne coïncident pas avec une expropriation des ruraux, ne serait-ce que parce que les opérations relevées portent surtout sur de petites ventes. C’est du reste un des leitmotive de la thèse que de mettre en évidence la pulvérisation des possessions foncières et la lenteur de l’évolution des équilibres fonciers à la campagne. L’auteur, qui, répétons-le, a manipulé des dizaines de milliers d’actes notariés, était en mesure de mettre en lumière les caractéristiques majeures des acteurs du marché. Seule une petite minorité de la population participe aux échanges fonciers et plus des trois-quarts des opérations mettent en présence des habitants des campagnes, même s’il est attesté que les plus grosses transactions échappent aux ruraux. Seuls 2 à 5 % des ménages urbains sont au vrai attirés par les acquisitions foncières. Un des acquis inédits de la recherche est l’examen des degrés d’engagement des différentes catégories citadines. La moindre surprise réservée par cette démonstration vraiment magistrale concerne l’activité longtemps plus significative de la bourgeoisie d’Ancien Régime (conseillers, officiers, hommes de loi, rentiers…). Ce n’est qu’une fois le milieu du XVIIIe siècle dépassé que les milieux du négoce, comme les artisans (notamment ceux du bâtiment), se mêlent avec quelque entrain au grand jeu des acquisitions foncières.

9Au total, M. Vigneron a mené à bien une grande thèse d’histoire économique et sociale comparée. Labor improbus omnia vincit. L’auteur prouve une fois de plus que pour tester la pertinence des idées antérieures et découvrir de nouvelles réalités, il faut creuser en profondeur. La recherche historique ne risque pas de cesser de se renouveler tant qu’elle sera animée par des chercheurs de cette trempe. On ne saurait trop dire aux Presses du Septentrion la gratitude que nous éprouvons pour avoir accueilli cet ouvrage qui fait honneur à l’école historique française et à l’université qui en soutenant les travaux de M. Vigneron, a accueilli un de ses plus valeureux doctorants.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search