Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les vies de Pierre Naville

 | 
Françoise Blum

Première partie. Expériences fondatrices, capitaux hérités, espaces de référence et posture

Poésie ou politique : « une sorte d’offre de services qui ne savait où se situer »

De l’engagement poétique à l’engagement politique chez Pierre Naville

Norbert Bandier

Texte intégral

Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe. Prise de vue réalisée par Nicolas Quenette, en septembre 2004.

  • 1 Pierre Naville, Mémoires imparfaites. Le temps des guerres, Paris, La Découverte, 1987, p. 14.
  • 2 Cette première manifestation du 1er mai après la guerre a donné lieu à des affrontements très viole (...)

1Dans ses Mémoires imparfaites, Naville écrit : « J’avais vu, en 1919, des gardes républicains à cheval charger des manifestants populaires dans le quartier de l’Opéra, rue Auber. On parlait d’agitation gréviste, et même révolutionnaire. Ces explosions coïncidaient avec la tension de mes jeunes ressorts. Tout ce qu’on rapportait sollicitait en moi une sorte d’offre de services qui ne savait où se situer »1. À partir de ce « souvenir » de Naville, on peut examiner son passage à travers l’univers poétique de l’après-guerre en France. Cette charge de « manifestants populaires » à laquelle le jeune Naville assiste depuis le bureau de son père, rue Auber, a sans doute eu lieu le 1er mai dans l’après-midi, au moment où la police disperse violemment une grande manifestation interdite mais appelée par l’Union des syndicats de la Seine pour l’application rapide de la loi sur « la journée de huit heures »2. L’évocation de cette période d’agitation à Paris qui « sollicite » ce jeune homme de quinze ans coïncide en effet, chez lui, avec l’appel de l’expression artistique.

La transmission familiale d’un amour de l’art

  • 3 Gide écrit à Victor Serge en 1937 : « Pierre Naville formé par le milieu familial pour une grande a (...)

2Victor Serge et Raymond Queneau ont tous deux rapporté des propos d’André Gide attestant d’une forme d’ambition familiale pour Pierre le poussant très tôt vers une destinée artistique3. Outre les soins apportés à une éducation scolaire solide, la transmission familiale d’un « amour de l’art » est évidente dans le cas de Pierre Naville. La pratique de la musique, de la peinture et du dessin ou de la littérature accompagne toute sa jeunesse.

  • 4 Archives Pierre Naville, Bibliothèque du CEDIAS-Musée Social, Paris [abrégées par la suite en APN], (...)
  • 5 Voir aussi à ce sujet : Rémy Ponton, supra, p. 17-35.
  • 6 Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 82.

3Son milieu social d’origine est propice à cet investissement culturel. L’enfance de Pierre Naville s’accomplit dans une atmosphère familiale où la lecture attentive occupe une place importante. Ainsi dans une lettre du 8 mai 1918, Pierre, alors pensionnaire au lycée Malherbe de Caen, demande à son père : « Quand nous retrouverons-nous, le soir, toi lisant quelque livre à haute voix et maman cousant ou tricotant ? »4. La « tribu » Naville, qui vit à cheval sur la Suisse et la France, doit surtout son aisance au grand-père paternel, Pyrame Naville (1848-1921) qui a été directeur de la Banque Ottomane à la fin du xixe siècle et a fait fortune avec les emprunts internationaux. Le père de Pierre, Arnold, est banquier et consacre ses loisirs à la littérature. Lecteur de la Nouvelle Revue Française, il connaît et admire André Gide, ainsi que Gaston Gallimard. Le gidisme d’Arnold Naville constitue même l’une des « traditions familiales »5. Ainsi Naville note dans ses Mémoires imparfaites : « Gide avait été avant que j’en aie pris conscience une sorte d’objet familial, et plus précisément paternel »6. Par exemple en mars 1919, le gidisme du père mobilise la collectivité familiale, Gide est invité à venir entendre dans l’appartement des Naville une interprétation de ce Philoctète où le père et les enfants tiennent les différents rôles tandis qu’un quatuor interprète, en coulisse, des morceaux de Franck et de Schumann.

Pierre Naville aux côtés de sa sœur Renée, de son père et de sa mère, à Silvaplana, en août 1935.

Pierre Naville aux côtés de sa sœur Renée, de son père et de sa mère, à Silvaplana, en août 1935.

Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social

  • 7 Le rez-de-chaussée de ce bâtiment, 15 rue de Grenelle, sera le siège du « Bureau central de recherc (...)
  • 8 APN, Dossier État civil.

4À la différence d’autres poètes qui rejoindront le groupe surréaliste, nulle révolte contre les contraintes morales ou sociales ne semble couver dans la jeunesse de Pierre Naville. La vie familiale se partage alors entre l’hôtel particulier de la rue de Grenelle7, dans le VIIe arrondissement de Paris, et le château familial de Vernier en Suisse, dans le canton de Genève. Comme l’atteste une photographie prise aux environs de 19178, des concerts familiaux sont organisés avec Pierre au piano, ses frères Jacques et Marc, respectivement au violon et au violoncelle. On joue souvent au tennis en famille, pendant les vacances scolaires les séjours de la mère et des enfants sont nombreux dans des stations balnéaires de l’Océan Atlantique, à Beg-Meil, (Finistère), à Villers-sur-Mer (Calvados), et à Biarritz, ou encore en montagne dans le Jura ou dans le Valais suisse.

5Issu d’une lignée suisse et protestante où les pédagogues et les pasteurs étaient nombreux, le père de Pierre semble accorder une grande importance aux études de ses enfants. Comme beaucoup de membres de sa famille paternelle, Pierre Naville accomplit une bonne partie de sa scolarité à l’École Alsacienne, un établissement privé du VIe arrondissement, réputé pour sa rigueur et ses innovations pédagogiques. Il apprend l’allemand, l’anglais, le latin et le grec. Lorsqu’il est éloigné de son père, Pierre lui rend compte régulièrement par courrier de ses résultats scolaires et de ses nombreuses lectures.

  • 9 Cf. Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 235. Naville précise que son oncle Jean l’a (...)
  • 10 Paul-Albert Laurens était l’ami de Gide qui l’accompagna lors de son voyage en Algérie et en Tunisi (...)

6Dès l’âge de douze ans, il peint. Ainsi dans une lettre du 2 septembre 1916 à son père, il lui précise qu’il a « déjà fait quelques aquarelles ». La peinture représente l’autre expression artistique qui le « sollicite » fortement car non seulement il continue à peindre et à dessiner, dès qu’il a quelques loisirs, mais cette « vocation » semble cultivée par son entourage familial. Il rappelle dans ses Mémoires imparfaites que son oncle Jean Naville, architecte, l’avait conduit entre mars et août 1918 chez le peintre Luc Olivier Merson (1846-1920) qui lui avait conseillé de « dessiner beaucoup »9. Naville précise également qu’il avait travaillé à l’atelier de Paul-Albert Laurens, et auparavant avec Louis Roger en ajoutant : « Et pourtant, je ne me sentais pas du tout “artiste”. On me disait que j’avais des dons ; […] Mais moi je ne ressentais rien de ces dons, et pas la moindre ambition de les développer, s’ils existaient. » On ignore à quelle période Naville a travaillé dans les ateliers de Louis Roger (1874-1953), mais ce peintre a enseigné aux Beaux-Arts entre 1919 et 1921. Quant au peintre, graveur et dessinateur Paul-Albert Laurens (1870-1934), il était sans doute assez proche du réseau de connaissances de la famille Naville. Ce fils du peintre Jean-Paul Laurens (1838-1921) avait été élève de l’École Alsacienne et était l’ami de Gide en 189310. P.-A. Laurens avait, entre 1910 et 1923, un atelier à l’Académie Julian et aux Beaux-Arts comme son père auparavant.

Jacques, Pierre et Marc Naville, en 1917.

Jacques, Pierre et Marc Naville, en 1917.

Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social

Dessin d’enfant de Pierre Naville.

Dessin d’enfant de Pierre Naville.

Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe

7Comme on peut le constater, contrairement au patronage littéraire gidien, encore considéré comme novateur après-guerre, les professeurs et les « conseillers » en peinture de Pierre privilégiés par sa famille sont situés plutôt du côté de l’académisme triomphant. Luc Olivier Merson est un peintre « académique », souvent qualifié de « pompier ». Louis Roger a obtenu le prix de Rome en peinture en 1899, et Paul-Albert Laurens est spécialisé dans la peinture religieuse, historique et classique.

Une éducation imprégnée de gidisme

  • 11 Cf. Albert Thibaudet, La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927, p. 9-14. L’ouvrage a été (...)

8Aucun domaine (y compris le sport) n’a été négligé dans l’éducation reçue par Pierre Naville et cette formation peut laisser augurer une orientation vers les voies réservées à l’élite de la France du « Bloc National » : les études de Droit et l’École Libre de Sciences Politiques, célébrées par Albert Thibaudet dans sa République des professeurs11 ou encore vers celle qui favorisera, selon le même Thibaudet, la victoire du « Cartel des gauches » : l’École Normale Supérieure. Nul projet de cette nature n’apparaît dans la correspondance avec son père, mais on peut remarquer que la position de cadet dans la fratrie préserve Pierre d’une stratégie familiale projetée vers la reproduction a minima de la situation sociale et économique du père qui s’exerce sans doute davantage sur l’aîné, Jacques.

  • 12 Outre les relations de son père avec Gide, sa tante Renée Naville (1870-1897) a été mariée avec Mau (...)

9Si, dans une perspective sociologique, on envisage les conditions sociales qui favorisent le développement du goût pour l’expression artistique chez Pierre Naville, on peut affirmer qu’outre le capital économique, les volumes importants de capital culturel et de capital social (en particulier dans le champ littéraire12 et artistique) dont il hérite, alimentés par un investissement familial puissant dans le domaine culturel, le prédisposent à une carrière artistique.

  • 13 APN, Dossier E.
  • 14 Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 84.
  • 15 Ibid., p. 86.

10En 1919 précisément « la tension de ses jeunes ressorts » trouve également un exutoire dans la littérature, car Pierre écrit alors un « roman » intitulé Alexandre, richement illustré et dédié à son père. Déjà en 1918, alors qu’il était pensionnaire au lycée de Caen, son « sens littéraire » s’était manifesté dans le cadre scolaire, au point d’écrire à son père le 11 mai 1918 : « Laisse-moi tout de suite te dire que je suis 1er en composition de Narration avec 17 […]. Le prof. m’a dit que j’avais un sens littéraire marqué, un bon style, des développements habiles »13. Dès le début des années vingt, c’est surtout une « agréable complicité » avec Gide qui caractérise les essais artistiques de Naville, comme il le rapporte dans Mémoires imparfaites : « Il lui arrivait de lire ce que j’écrivais, de regarder mes peintures »14. Si Gide pense alors écrire pour la génération de Pierre ainsi qu’il le confie en 1920 à Arnold Naville : « Cette génération qui s’élève, c’est pour elle, me semble-t-il, que j’écris et combien je vous envie les conversations que vous pouvez avoir avec ce grand garçon d’esprit si ferme et si vif. »15, Pierre a aussi un « besoin irrépressible de s’évader des traditions familiales » et donc de l’influence de Gide.

Page de titre d’Alexandre

Page de titre d’Alexandre

Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social

Dédicace de Pierre Naville à son père.

Dédicace de Pierre Naville à son père.

Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social

Alexandre, pages X et XI.

Alexandre, pages X et XI.

Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social

Les débuts dans l’écriture poétique d’un jeune « lettré »

  • 16 Cf. APN, Lettre du 8 juin 1918 à son père.

11C’est seulement en 1922 que le nouvel étudiant Pierre Naville semble songer à la création littéraire, avec cette fois pour modèle poétique Paul Valéry. Dès l’âge de quatorze ans, il entendait faire des études de philosophie16 et depuis novembre 1921 il est inscrit à la Sorbonne. Aucun projet professionnel ne semble présider à sa formation en philosophie qui est surtout caractérisée par l’influence intellectuelle de Bergson. Tout en vivant chez ses parents, il semble alors souscrire à toutes les « obligations » d’un étudiant « sérieux ». Malgré l’agitation créée dans l’univers littéraire autour du mouvement Dada par le groupe de la revue Littérature, sa correspondance des années 1921-1922 ne fait aucune référence aux innovations poétiques. Le premier poème, auquel il attache de l’importance puisqu’il souhaite le voir publié, est un poème, en alexandrins, composé à Florence en septembre 1922.

Alexandre, pages XXVI et XXVII.

Alexandre, pages XXVI et XXVII.

Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social

12Singulièrement, dans les Mémoires imparfaites, quand Naville évoque ses essais poétiques, il associe la poésie à une exigence qui dépasse la littérature et relève davantage du sens de la vie. Il affirme tout d’abord que, par contraste avec le plaisir pris à la lecture des œuvres de Gide, les textes de Valéry, en particulier Une soirée avec Monsieur Teste, lui suggèrent surtout une « règle de vie ». Ensuite, quand il aborde le thème de la religion, il établit immédiatement une analogie avec la poésie. Il écrit :

  • 17 Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 178.

« J’avais été baptisé le même jour dans l’église catholique de Sainte-Clotilde et dans le temple protestant de Pentemont. Cette dualité résultait des traditions divergentes de mes deux familles. Il en résulta pour moi un scepticisme bien marqué à l’égard de ces croyances fantastiques, qui n’appelaient rien en moi qui ressemblât à ce qu’on appelle la foi. Laquelle pouvait bien être la vraie ? C’était à peine de la curiosité. La poésie m’en délivra »17.

13Plus loin Naville précise à propos de son « éducation protestante » et des « bouffées de religiosité subies étant jeune homme » :

  • 18 Ibid., p. 234.

« Au temple, je n’avais promené en tout temps qu’un regard hébété… Ce qu’il y avait en moi d’aspirations vagues […] prit à ce moment-là la forme du culte de l’art et du goût de la métaphysique »18.

14La poésie, le culte de l’art viennent donc se substituer à des interrogations relatives à la religion, chez le jeune Naville partagé entre « bouffées de religiosité », « aspirations vagues », et doute. Mais des lettres du jeune homme de quatorze ans permettent également de comprendre comment un contexte socio-historique – un lycée bourgeois de province et l’hystérie nationaliste entretenue par la presse – offre l’occasion à ces « aspirations vagues » de se manifester dans un patriotisme très lyrique. Ainsi deux lettres à son père, en mai et juin 1918, révèlent cet élan patriotique ; dans celle de mai, à propos des « poilus », Naville note :

« au moment même où je t’écris des hommes tombent, les hommes meurent et les femmes pleurent, et tout ça pour que je puisse tranquillement t’écrire […]. Quel poète, quel musicien, quel écrivain nous viendra qui, tel Homère, tracera dans des vers immortels ou des notes impérissables (l’aventure de ?) ceux qui sauvèrent le monde du fléau le plus redoutable qui ait jamais existé […]. Les soldats actuels se battent pour le triomphe du Droit et de la Justice, quel monde meilleur et épuré sortira de leurs mains ? ».

15En juin 1918, Pierre affirme :

« les rudes épreuves par lesquelles nous passons nous procurerons un bonheur très grand doublé de l’expérience et de la foi […]. Pauvres veuves ! Pauvres pères et mères ! Pauvre Terre de France […], la petite Terre, boule infime qui roule dans l’espace, roulant à l’infini dans les cieux, poussée par la main maîtresse en toute chose, de Dieu ! »

16Débarrassées d’un environnement propice à l’exaltation patriotique, les « aspirations vagues », les « bouffées de religiosité » de Pierre vont trouver après la guerre leurs conditions de sublimation dans un élan poétique où la poésie peut être hypostasiée en « règle de vie ». Cependant, cet élan s’accomplit dans un rapport particulier à la littérature, fortement marqué par les ressources sociales et culturelles dont bénéficie le jeune aspirant.

17Naville présente ainsi sa conversion au modèle de Valéry :

  • 19 Ibid., p. 87.

« Valéry, je le savais bien, enchâssait la poésie dans un système verbal fort classique ; le symbolisme préconisé par Mallarmé lui avait pourtant légué un imaginaire des plus sophistiqués qui m’impressionnait beaucoup. J’en ressentais la proximité au point de m’engager dans sa lumière. »19

  • 20 « Florence et le Dôme », L’Œuf dur, no 13, printemps 1923.
  • 21 Jacques Rivière, « La crise du concept de littérature », La Nouvelle Revue française, février 1924, (...)

18Quand Naville s’engage dans la « lumière » de l’imaginaire symboliste et écrit donc le poème intitulé « Florence et le Dôme »20, le rapport qu’il entretient avec la littérature relève d’une culture « lettrée » et savante, largement imprégnée par le « classicisme » de La NRF. Le capital culturel familial et la scolarité dans les sections classiques, donc un apprentissage précoce du latin et du grec, constituent les fondements de cette culture qui se manifeste, à travers les courriers à son père, dans les commentaires écrits à propos de ses nombreuses lectures. Pierre Naville appartient donc à cette cohorte des « lettrés » nourrie au régime des humanités classiques et dotée d’une culture symboliquement dominante, car valorisée par toute l’institution scolaire. Comme en témoignent ses lettres, l’attention portée au choix des mots, au style, à la syntaxe, ainsi qu’à la juste transcription des émotions et sensations révèle chez lui un rapport particulier à la littérature. Dans celui-ci, le mode de réception et d’évaluation de l’œuvre écrite suppose une pratique de lecture très éloignée de la consommation rapide de livres que génère le développement du marché littéraire de masse. À l’exemple de cette lecture « cultivée » recommandée en 1923 par le professeur de khâgne du lycée Henri IV, Alain, dans ses Propos sur l’esthétique, dans laquelle la tradition doit guider les « pieux interprètes » vers « la patience de relire vingt fois ». Ce public restreint de lettrés cherche surtout dans la littérature cet « arrangement heureux de lettres et de mots autour d’un sentiment et d’une idée déjà connus, déjà conquis par le sujet écrivant », comme l’écrira en février 1924 le professeur du collège Stanislas, également directeur de La NRF, Jacques Rivière21. Cependant, on l’a vu, dans cet humus lettré, les « jeunes ressorts » de Pierre Naville sont sollicités par une vie sociale plus complexe et plus agitée que celle qui est postulée par la forme « censitaire » de la culture « lettrée ». Cela le conduit à douter du formalisme au profit de l’idée, en particulier à propos de Gide. Par exemple, le 10 octobre 1921, Pierre Naville explique à son père :

  • 22 APN, Dossier E.

« j’ai lu les Nourritures – que j’ai trouvées, avant tout, d’une langue prodigieuse, si prodigieuse même que c’est au détriment de l’idée – Ce qui ne me plaît pas : c’est la forme générale. Ce sont trop visiblement, des réflexions, des notes, des bouts de carnets de voyage, et des pages entières d’évidemment pure imagination, pas cousues – on souhaiterait plus de cohésion. Enfin, les idées restent un peu rudimentairement ébauchées »22.

19Alors que son attente à l’égard de la littérature change, le rapport, attentif et laborieux, qu’il établit avec les textes de Valéry reste profondément marqué par sa culture scolaire. Le 22 juillet 1922, il précise à son père : « Nous continuons avec Boiffard, à pénétrer Valéry, et nous avançons ; mais La Jeune Parque, malgré des soirées de travail, reste impénétrable ! ».

L’entrée dans le champ littéraire

20Le poème en alexandrins de septembre 1922 est sans doute d’emblée destiné à la publication, mais c’est en 1923 que Naville entre véritablement dans l’univers littéraire. Néanmoins, en ce qui concerne ses projets d’expression artistique, cette année 1923 correspond aussi à une période d’incertitude. En effet, tandis qu’il commence à établir des relations de nature « professionnelle » avec le champ littéraire et que ses premiers textes paraissent en revue, il pense aussi pouvoir « se lancer » dans la peinture.

  • 23 Anthologie de la nouvelle poésie française, publiée par Philippe Soupault avec la collaboration de (...)
  • 24 Cette collaboration est antérieure au 28 mai 1923, si on se fonde sur la lettre à son père du 28 ma (...)
  • 25 Sur Naville et les revues, voir également : Gérard Roche, infra, p. 101-104.

21Dès 1923, il correspond avec Francis Gérard, l’animateur de la petite revue de poésie L’Œuf dur. On ne sait exactement de quand datent les relations de Naville avec Gérard, mais la présence au comité de rédaction de cette revue d’étudiants en philosophie tels Francis Gérard, Pierre Villoteau ou Georges Duveau, autorise l’hypothèse d’une rencontre à la Sorbonne en 1922. Placée sous les auspices d’André Salmon, cette petite revue éclectique, dont le premier numéro date de mars 1921, représente pour Naville ses premiers contacts avec le secteur avancé de la poésie novatrice des années vingt. Francis Gérard est un cousin de Max Jacob, il a été au lycée Carnot le condisciple de Pierre André-May qui a fondé en janvier 1922 la petite revue Intentions. En 1923, Francis Gérard, qui a alors 19 ans, est déjà en relation avec les ex-dadaïstes et futurs surréalistes, Soupault et Aragon. Dès le mois de mars, Gérard écrit des comptes rendus d’ouvrages pour l’hebdomadaire Paris-Journal, alors dirigé par Aragon, et il collabore à La Revue européenne animée par Philippe Soupault, depuis son premier numéro. Ainsi, par l’intermédiaire de Francis Gérard, Naville qui est chargé de rédiger des notices pour l’Anthologie de la Nouvelle Poésie Française, préparée par Philippe Soupault pour les éditions Kra23, collabore sous pseudonyme à Paris-Journal24 et publie des notes sur les ouvrages parus dans La Revue européenne dès le numéro quatre en juin 1923. Son poème « Florence et le Dôme » est publié dans la livraison de printemps de L’Œuf dur et, dès cette période, il collabore à la gestion de cette revue25. Attentif à la réception critique de son poème, au point de préciser à son père dans une lettre du 28 mai : « La critique est muette sur mon poème, mais Maurice de Coppet m’accuse de parti pris, d’obscurité ! en m’envoyant sa souscription et son chèque », Naville entre donc dans la carrière littéraire par la voie du secteur de la poésie novatrice, mais avec une forme d’écriture déjà dépassée par rapport aux expérimentations d’avant-garde.

22Dans le numéro de L’Œuf dur daté de l’automne 1923, paraît le deuxième poème de Naville intitulé « Naissance ». Dans une lettre de décembre 1924 à Denise, Pierre Naville révèle qu’il a été écrit en 1922 et explique :

« Le poème Naissance… est très mauvais, parce que… je me trouvais dans une espèce de période de libération, mais attaché à une forme poétique qui me satisfaisait assez, si bien qu’il y a désaccord entre le fond et la forme ; c’est très voulu dans l’expression, cela m’a demandé un travail énorme. »

  • 26 Si la fascination pour Valéry a été partagée par les dadaïstes au cours de leurs débuts littéraires (...)

23Or, en 1923, ce « travail énorme » sur l’expression, inspiré par la poétique de Valéry et de Mallarmé, apparaît très lié à une forme d’écriture symboliste que les jeunes poètes novateurs, en particulier ceux du groupe « Littérature » qu’il commence à fréquenter, considèrent comme une « vieillerie poétique »26.

L’incertitude et les doutes

  • 27 Pierre Naville, Le Temps du surréel. L’espérance mathématique, I, Paris, Éd. Galilée, 1977, p. 114.

24Par l’intégration à son écriture d’objets et de thèmes, profanes, méprisés par le public formé aux humanités classiques car liés à la modernité la plus récente (l’urbain, les machines, la dynamique, la publicité, le cinéma), la jeune poésie novatrice des années vingt se construit alors contre la culture « lettrée ». En 1923, Naville semble éloigné de cette forme d’écriture. Ceci explique peut-être une forme d’hésitation, accusée par les déclarations de certains des représentants de cette poésie nouvelle qui affirment, au nom d’une certaine exigence morale, vouloir renoncer à la littérature. Breton par exemple déclare le 7 avril 1923 au Journal du peuple : « J’ai l’intention de ne plus écrire d’ici très peu de temps… Nous (Breton, Desnos et Éluard) publierons un dernier manifeste signé de nos trois noms ». À propos de cette période Naville explique dans Le Temps du surréel : « Tout invitait ceux qui me frayaient la voie, sinon à se taire, du moins à ne plus écrire, et surtout à ne rien publier »27. Retrouvant dans les propos de Breton, les critiques de l’activité littéraire qu’il a découvertes dans la lecture de Monsieur Teste, Naville décide, dès l’été 1923, de se consacrer assez sérieusement à la peinture. Le 29 août 1923, alors qu’il séjourne à Vernier, il annonce à son père : « La peinture marche bien et c’est le salon d’oncle Jean qui me sert, avec soin, d’atelier… J’ai en train un portrait de Boiffard ». Pendant l’automne 1923, il se rend même à Pont-Aven avec le peintre Pierre-Eugène Clairin (1897-1980), pour parfaire sa technique tout en affirmant renoncer à se lancer en littérature. Il explique donc dans une lettre à son père, le 27 octobre 1923 : « (M. Gide) a tort de penser que “je me lance” vu qu’il ne relira pas souvent de mes poèmes ». Dans ses Mémoires imparfaites, il présente ainsi son passage à Pont-Aven :

  • 28 Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 235.

« Je désirais peindre ; et Clairin m’avait invité à le suivre à Pont-Aven, où il faisait des séjours réguliers, peignant “sur le motif”. Il m’initiait à quelques procédés nouveaux, mais à pas grand-chose d’autre »28.

25Cette incertitude sur l’orientation de ses velléités artistiques se double néanmoins d’une sensibilité croissante aux problèmes politiques, et en particulier d’une sympathie pour le léninisme soviétique. Il faut rappeler ici qu’en juin 1922, dans une dissertation de « Sociologie et Morale », dont le sujet donné par Fauconnet est « Étudiez la nature des forces morales qui favorisent ou contrarient le progrès de la moralité internationale », Naville écrit :

  • 29 APN, Dossier XXX (bis).

« Pour cela il faut détruire le régime existant, capitaliste, individualiste, et dont le principal ressort moral est l’égoïsme. Dans un pays déjà l’ouvre s’est accomplie ; le communisme a vu le jour ; et communisme ne signifie pas uniformité, égalité absolue, mais avant tout solidarité. Le communisme c’est la production collective et la garantie matérielle de l’existence à tous les membres de la communauté, c’est un pacte d’union et de solidarité mutuelle pour transformer, utiliser toutes les forces, toutes les richesses du passé, et toute la production, matérielle et intellectuelle, du présent. »29

Le choix de l’écriture automatique

  • 30 Pierre Naville, Le Temps du surréel…, op. cit., p. 421.

26Au cours de l’année universitaire 1923-1924, au moment où il prépare sa licence de philosophie, tout en s’investissant davantage dans la gestion de la revue L’Œuf dur, le rapprochement entre les animateurs de cette publication et les membres de la revue Littérature se concrétise. Le 31 mai 1924, la publication dans le Journal Littéraire d’une lettre signée par Louis Aragon, André Breton, Philippe Soupault, à propos de Reverdy, manifeste publiquement ce rapprochement entre ceux qu’on appelle déjà les surréalistes et certains collaborateurs de L’Œuf dur, Gérard, Lübeck, Honnert et Naville. Dans cette lettre, on peut lire que « Reverdy, en effet a influencé Max Jacob, Tzara, Delteil, Crevel, Arland, Vitrac, Limbour, Morise, Desnos, Malraux, Gérard, Lübeck, Honnert, Naville,…, Picabia et nousmêmes ». Dans la même période Naville adopte une nouvelle forme d’écriture, « l’écriture automatique ». En effet, les textes écrits pour une brochure destinée à la publication sous le titre Les reines de la main gauche sont achevés le « 30 mai 1924 » si l’on en juge par la date imprimée dans le volume. Selon Naville, qui l’indique dans Le Temps du surréel : « Il s’agit d’un exemple d’écriture automatique, rédigé d’un trait sur une table de café au printemps de 1924 »30.

27Un texte collectif intitulé Hommage à Picasso, publié dans Paris-Journal le 20 juin 1924, scelle la fusion des deux groupes, car aux côtés des surréalistes les jeunes écrivains de L’Œuf dur, Boiffard, Gérard et Naville, apposent leurs signatures au bas d’une protestation relative à des incidents provoqués par Aragon, Breton, Gérard, Boiffard et Naville lors d’un ballet au théâtre de La Cigale quelques jours auparavant. Ces incidents ont eu lieu lors des « Soirées de Paris » organisées par le comte Étienne de Beaumont. Or ces « Soirées » rassemblent aux yeux des surréalistes un certain nombre de caractéristiques condamnables : l’origine mécénique et aristocratique d’un projet organisé par un ami de Cocteau, le patronage politique par des représentants du gouvernement du Bloc National qui vient de perdre les élections législatives, et enfin le public où se côtoient les fractions mondaines de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie. En dehors des raisons circonstancielles qui président à la rédaction de cet Hommage à Picasso, cette déclaration collective révèle une forme de radicalisation éthique des prises de position du groupe rassemblé autour d’André Breton. Ce sont précisément les deux dimensions qui caractérisent le mouvement surréaliste naissant, l’investissement éthique et l’écriture automatique, qui vont motiver Naville dans son adhésion au surréalisme.

Esquisse et toile de Pierre Naville, 1952.

Esquisse et toile de Pierre Naville, 1952.

Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe

Esquisse et toile de Pierre Naville, 1952.

Esquisse et toile de Pierre Naville, 1952.

Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe. Prise de vue réalisée par Nicolas Quenette, en septembre 2004.

28On peut affirmer que Naville participe directement à l’activité du groupe surréaliste au cours de l’été 1924. Or, contrairement à l’importance que semblent lui accorder ses amis de L’Œuf dur, et malgré le capital culturel dont il dispose, Naville souffre d’un certain nombre de handicaps par rapport aux animateurs du mouvement surréaliste. Face aux trentenaires (Breton, Aragon, Éluard, Soupault) qui paraissent orienter les prises de position du groupe, sa jeunesse le place dans une situation difficile au point qu’il en éprouve encore les inconvénients en décembre 1924, quand il écrit à Denise au sujet de ses rapports avec Aragon : « du haut de ses trente ans, il m’a traité de gosse, etc., le regard méprisant… Comme cela m’a blessé ». Par ailleurs, à la différence de ces trentenaires, il ne maîtrise pas complètement l’histoire du secteur avancé de la littérature d’après-guerre. En revanche, son entrée en littérature à l’âge de vingt ans l’autorise à imaginer pour son devenir une multitude de possibles, alors que les trentenaires qui animent le groupe, engagés depuis de nombreuses années dans la vie littéraire, visent la pérennité d’une position d’avant-garde dans le champ littéraire. De ce point de vue, la multitude de possibles ouverts aux plus jeunes des surréalistes alimente potentiellement chez eux une forme de radicalité, qui les conduit souvent à remettre en cause à l’intérieur du groupe des pratiques qu’ils estiment trop semblables à celles des « littérateurs ».

29La nouvelle « offre » poétique que représente le surréalisme dans le champ littéraire repose surtout sur l’écriture automatique. Cette forme d’écriture permet alors au groupe d’incarner une véritable originalité créatrice qui se distingue à la fois du « réalisme » du roman, mais aussi de l’écriture poétique traditionnelle associée aux anciennes générations, et condamnée par sa consécration académique. Cette écriture automatique, qui interdit à terme toute forme de carrière littéraire si elle est pratiquée exclusivement, représente la dimension la plus radicale du projet surréaliste. C’est cette dimension que Naville s’approprie pour se faire une place dans le groupe quand est publié à compte d’auteur, au cours du mois de juin 1924, le petit volume Les reines de la main gauche. À son sujet, il note dans Le Temps du surréel :

  • 31 Ibid., p. 421.

« En imprimant ce texte en brochure… j’espérais que d’autres m’imiteraient, que nous disposerions bientôt d’un arsenal dont l’analyse, la multiplication, nous pousseraient hors des voies classiques du poème ou du récit. Il n’en fut pourtant pas ainsi »31.

  • 32 Cf. Gérard Rosenthal, Avocat de Trotsky, Paris, Robert Laffont, 1975, p. 55.

30La dimension éthique, mais surtout politique, permet également à Naville de s’affirmer, voire de se singulariser, dans le groupe. C’est en effet Gérard et Naville qui poussent le groupe vers des prises de position explicitement politiques. On peut imaginer que, dans ce domaine, Naville se sent plus à l’aise face à Breton qui, selon les souvenirs de Gérard, est, au début du mouvement, assez éloigné de toute préoccupation politique32. Si Naville a déjà manifesté un intérêt pour le régime naissant en URSS lors de ses études de philosophie à la Sorbonne, Gérard, fils d’un médecin militant du Parti radical, est déjà en 1924 un lecteur assidu de L’Humanité.

31Ainsi le passage de Naville dans le groupe surréaliste relève davantage d’une étape dans sa trajectoire sociale, au cours de laquelle ces « aspirations vagues » à l’expression artistique sont confrontées à la réalité concrète de l’existence collective d’un groupe poétique. Tandis que sa place de « néophyte » dans le groupe lui interdit les initiatives décisives auxquelles sa formation et ses ressources en capital social et culturel lui permettent de prétendre, sa participation au mouvement lui donne l’occasion de nouer des relations durables avec certains poètes et de rencontrer sa future femme, Denise, la cousine de Simone Breton. L’hypothèse d’une position malaisée à l’intérieur du groupe permet donc de comprendre pourquoi Naville privilégie dans sa participation au surréalisme les voies qui peuvent limiter le prestige interne des trentenaires.

Notes

1 Pierre Naville, Mémoires imparfaites. Le temps des guerres, Paris, La Découverte, 1987, p. 14.

2 Cette première manifestation du 1er mai après la guerre a donné lieu à des affrontements très violents entre les manifestants et la police, en particulier sur les grands boulevards et dans les quartiers de l’Opéra et de la Place de la Concorde. Cf. Danielle Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue. Crise politique et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998, p. 52-53 ; – Michel Rodriguez, Le 1er mai, Paris, Gallimard/Julliard, coll. « Archives », 1990, p. 53-54 ; – Maurice Dommanget, Histoire du Premier Mai, Paris, Éd. du Monde Libertaire, 1986, p. 74-75.

3 Gide écrit à Victor Serge en 1937 : « Pierre Naville formé par le milieu familial pour une grande ambition. Être Rubens ou Beethoven… ». Selon Queneau, Arnold Naville aurait dit à Gide que Pierre était doué pour tout : peinture, poésie, philosophie, musique. « Sera-ce Michel-Ange, Shakespeare, Beethoven ? » (cf. Raymond Queneau, Journaux, 1914-1965, Paris, Gallimard, 1996, p. 623).

4 Archives Pierre Naville, Bibliothèque du CEDIAS-Musée Social, Paris [abrégées par la suite en APN], Dossier E (lettres de P. Naville à son père).

5 Voir aussi à ce sujet : Rémy Ponton, supra, p. 17-35.

6 Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 82.

7 Le rez-de-chaussée de ce bâtiment, 15 rue de Grenelle, sera le siège du « Bureau central de recherches surréalistes » en 1924.

8 APN, Dossier État civil.

9 Cf. Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 235. Naville précise que son oncle Jean l’a conduit chez Merson, « un jour de 1918 où tombaient encore les obus de la Bertha ». Or, les obus des « Canons de Paris » sont tombés sur Paris entre le 23 mars et le 9 août 1918.

10 Paul-Albert Laurens était l’ami de Gide qui l’accompagna lors de son voyage en Algérie et en Tunisie. C’est lui qui a fait le portrait de Gide ornant la première édition des Caves du Vatican en 1914.

11 Cf. Albert Thibaudet, La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927, p. 9-14. L’ouvrage a été écrit pendant l’automne 1924.

12 Outre les relations de son père avec Gide, sa tante Renée Naville (1870-1897) a été mariée avec Maurice de Coppet (1868-1930) qui, par exemple en 1923, est un des souscripteurs de la revue L’Œuf dur, cf. lettre du 28 mai 1923, APN, Dossier E (lettres de Pierre Naville à son père).

13 APN, Dossier E.

14 Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 84.

15 Ibid., p. 86.

16 Cf. APN, Lettre du 8 juin 1918 à son père.

17 Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 178.

18 Ibid., p. 234.

19 Ibid., p. 87.

20 « Florence et le Dôme », L’Œuf dur, no 13, printemps 1923.

21 Jacques Rivière, « La crise du concept de littérature », La Nouvelle Revue française, février 1924, p. 167.

22 APN, Dossier E.

23 Anthologie de la nouvelle poésie française, publiée par Philippe Soupault avec la collaboration de Léon Pierre-Quint, Francis Gérard et Mathias Lübeck, Paris, Le Sagittaire/Simon Kra, coll. « Documents », 1924.

24 Cette collaboration est antérieure au 28 mai 1923, si on se fonde sur la lettre à son père du 28 mai 1923 où il écrit : « (à propos de ma note dans Paris-Journal, il paraît que Gallimard a été furieux, qu’il a attrapé la direction). Eux étaient assez embêtés parce que Gallimard leur promet plus ou moins de leur éditer des livres ! Et puis le pseudonyme les intriguait ».

25 Sur Naville et les revues, voir également : Gérard Roche, infra, p. 101-104.

26 Si la fascination pour Valéry a été partagée par les dadaïstes au cours de leurs débuts littéraires, elle a été remplacée dès 1921 parmi les participants au groupe « Littérature » par une série de critiques qui visent autant sa position dans le champ littéraire que sa forme de poésie. En février 1923, la tonalité ironique d’une lettre signée par les membres du groupe « Littérature », en réponse à la question « Le symbolisme a-t-il dit son dernier mot ? » posée par la revue belge Le Disque vert, manifeste bien leur volonté de se distinguer de ce qui « reste encore » de cette « école ». La réponse de Soupault est encore plus claire : « Le symbolisme est mort depuis longtemps. Il y a toujours des suiveurs, des croque-morts et des fleuristes pour tombes. J’ai horreur des concessions à perpétuité ». Cf. « Liquidation », Littérature, no 18, mars 1921, et Tracts surréalistes et déclarations collectives, tome I : 1922-1939, Paris, Le Terrain vague, 1980, p. 10 et 361-362.

27 Pierre Naville, Le Temps du surréel. L’espérance mathématique, I, Paris, Éd. Galilée, 1977, p. 114.

28 Pierre Naville, Mémoires imparfaites…, op. cit., p. 235.

29 APN, Dossier XXX (bis).

30 Pierre Naville, Le Temps du surréel…, op. cit., p. 421.

31 Ibid., p. 421.

32 Cf. Gérard Rosenthal, Avocat de Trotsky, Paris, Robert Laffont, 1975, p. 55.

Table des illustrations

Crédits Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe. Prise de vue réalisée par Nicolas Quenette, en septembre 2004.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Pierre Naville aux côtés de sa sœur Renée, de son père et de sa mère, à Silvaplana, en août 1935.
Crédits Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Jacques, Pierre et Marc Naville, en 1917.
Crédits Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Dessin d’enfant de Pierre Naville.
Crédits Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Page de titre d’Alexandre
Crédits Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Dédicace de Pierre Naville à son père.
Crédits Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Alexandre, pages X et XI.
Crédits Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Alexandre, pages XXVI et XXVII.
Crédits Fonds Naville, bibliothèque du CEDIAS-Musée social
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Esquisse et toile de Pierre Naville, 1952.
Crédits Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Esquisse et toile de Pierre Naville, 1952.
Crédits Archives privées de Véronique Nahoum-Grappe. Prise de vue réalisée par Nicolas Quenette, en septembre 2004.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56669/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540