Version classiqueVersion mobile

Les vies de Pierre Naville

 | 
Françoise Blum

Préface

André Kaspi

Texte intégral

1Je n’ai pas connu Pierre Naville. Je ne suis pas issu du même milieu que lui. Je ne partage aucune de ses convictions politiques. Il a beaucoup lu les philosophes, Bergson d’abord, puis Aristote, Leibniz, Kant et Hegel. Il s’est passionné pour l’embryologie, parce qu’il voulait « connaître la vie sexuelle ». À défaut, il obtint une licence de philosophie. Je suis historien. Je ne ressemble pas à ces historiens qui, dans les années vingt, « embouchaient la trompette patriotique sans même s’en rendre compte », mais je fais partie de ces « types qui voulaient être professeurs ». Bref, rien ne me qualifie pour écrire la préface des vies parallèles de Pierre Naville.

2Et pourtant, la lecture de ces contributions, de ces souvenirs ne m’a pas laissé indifférent. C’est un homme aux multiples facettes qui surgit de ces pages. Le fils d’une famille bourgeoise de Genève ? Certainement pas. Un révolutionnaire ? Sans doute. Au lendemain de la Grande Guerre, il adhère au mouvement surréaliste, bien avant que ce mouvement limite ses excentricités au monde littéraire. Il passe ensuite au Parti communiste. Le stalinisme lui déplaît profondément. C’est Léon Trotsky, « LD » comme il l’écrit, qui le séduit. Pour le fondateur de l’Armée rouge, le dissident, l’exilé, il éprouve une sympathie inébranlable, une admiration sans bornes, une véritable fascination. Ce qui n’exclut ni les divergences ni les fâcheries. L’assassinat du grand homme en 1940 le traumatise. Toutefois, il ne veut pas être qualifié de trotskyste. De 1945 à sa mort, en 1993, il milite dans des groupuscules de la gauche, espère que le PSU parviendra à unifier ceux qui rejettent le communisme soviétique, irrémédiablement stalinien, et la SFIO, trop encline à la social-démocratie.

3Bref, Naville fut un révolutionnaire déçu et non aigri, assagi et non désespéré, optimiste malgré tout. Il n’empêche qu’à feuilleter les moments successifs de son existence, on reste surpris par son inertie au temps de l’Occupation. Il a repris ses études, écrit et publié la bibliographie de D’Holbach, puis un ouvrage sur La psychologie, science du comportement. On le retrouve dans le voisinage de la fondation d’Alexis Carrel. Il devient conseiller d’orientation professionnelle. Un Français moyen, attentiste comme des millions d’autres. Impossible, dans ces conditions de faire de Naville un des héros d’une France qui en compta si peu.

4Sa carrière scientifique est brillante. Ses ouvrages, ses talents de chercheur, son immense culture lui confèrent le statut de référence. Il est l’un des fondateurs de la sociologie du travail. Au sein du Centre d’études sociologiques (CES), le premier laboratoire de sociologie du CNRS, qui compte 140 personnes et que dirige Jean Stoetzel dans les années soixante, Pierre Naville accède en 1963 au poste de sous-directeur. Ses fonctions, il les exerce pendant huit ans. Lors des événements de 1968, il occupe le poste de directeur administratif. Il siège au Comité national de la recherche scientifique de 1955 à 1967, ainsi qu’au directoire et au conseil d’administration du CNRS. Pierre Naville, administrateur ? Oui, un administrateur attentif, soucieux des intérêts de son laboratoire, « proche des patrons de sa discipline », nous dit Cédric Lomba qui ajoute : « Les égards, sincères ou feints, des sociologues envers Naville, dont témoignent les lettres qui lui sont envoyées, sont notables : le vouvoiement est systématiquement de rigueur et le ton est souvent déférent. » Bien plus, lors des élections au Comité national de 1963, Pierre Naville combat l’intervention des syndicats dans l’établissement des listes de candidats. Il précise sa pensée : « Le comité national scientifique du CNRS est avant tout un organisme scientifique. Le syndicat peut recommander certains noms parmi les candidatures, mais il doit laisser sa liberté de choix au corps électoral comme aux syndiqués, sans faire intervenir un principe disciplinaire qui paraît peu compatible avec le rôle de notre syndicat ». La déclaration ne manque pas de clarté. Elle pourrait, telle quelle, être reprise aujourd’hui. Décidément, l’homme ne supporte pas les étiquettes traditionnelles. Investi de lourdes responsabilités, il ne ressent aucun attrait pour la direction de la recherche. Militant syndicaliste, il demande que la recherche ne soit pas exagérément liée au syndicalisme.

5En fin de compte, de cette vie ou de ces vies que présente le volume, que retenir ? L’homme est complexe. On aimerait, d’ailleurs, découvrir ses pensées intimes, ses ressorts cachés, ses doutes également. Il est parfois irritant et insaisissable, toujours séduisant par la qualité de la réflexion, la profondeur de sa culture, les contradictions inhérentes à son comportement. À sa manière, il incarne les espoirs, les illusions, les errements d’une génération qui a connu deux guerres mondiales, affronté les horreurs du stalinisme, traversé près d’un demi-siècle de guerre froide. Il illustre aussi l’histoire du CNRS. Avec une pointe de nostalgie. Comme s’il était inévitable de regretter le temps où cet organisme faisait confiance aux individus plus qu’aux laboratoires, où ses dimensions réduites l’empêchaient de sombrer dans les complexités de la bureaucratie, où la recherche restait l’objectif primordial, le seul qui comptât.

6Bref, les vies de Pierre Naville sont exemplaires à bien des égards. Elles révèlent un homme, une époque, un milieu. C’est pourquoi je les ai découvertes avec un intérêt qui ne s’est jamais affaibli. Je les recommande à la lecture du plus grand nombre.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search