Version classiqueVersion mobile

Les caves de Douai

 | 
Jean-Denis Clabaut

Catalogue des caves recensées et étudiées

Texte intégral

1Toutes les caves qui ont été repérées lors de la phase d’inventaire ont fait l’objet de relevés les plus précis possible. Parfois, l’extrême encombrement de certaines d’entre elles, notamment à cause des épaisseurs de déblais accumulés, n’a pas permis d’effectuer des mesures de détail ; dans ce cas, les plans proposés tiennent compte des mesures effectuées et celles estimées.

2Pour les autres caves, les plans et coupes reprennent les mensurations des différentes architectures, en mettant parfois en valeur certains éléments de détail.

3Il n’a pratiquement été fait aucun relevé « pierre à pierre » pour plusieurs raisons. La première tient à la quantité de caves recensées en liaison avec le temps imparti pour les traiter : le travail de terrain était déjà suffisamment long, les conditions de travail en cave souvent difficiles et de tels relevés auraient pris un temps précieux, utilisé d’abord pour couvrir l’ensemble du territoire de la paroisse concernée. Ensuite, il ne nous est pas apparu primordial d’effectuer de tels relevés et, en accord avec les archéologues de la ville, les plans de masse et les coupes ont été jugés suffisant, se réservant toutefois la possibilité de travailler en détail si le besoin s’était fait sentir, notamment dans le cas de reprises de maçonnerie délicates, ce qui n’a cependant jamais été observé.

 

4Chaque fiche est constituée d’une partie descriptive organisée comme suit :

5Situation-désignation : reprend l’adresse de la cave, suivi de sa cote d’enregistrement par ordre alphabétique des rues.

6Dimensions : indique les grandes dimensions actuelles de la cave et, quand cela a été possible, les dimensions restituées.

7Plan-niveaux : décrit sommairement le plan de la cave et indique le nombre de niveaux observés.

8Voûtement : décrit la technique utilisée pour couvrir la cave.

9Description : le texte rédigé permet de reconnaître rapidement les dispositions principales de la cave ainsi que ses accès et ses supports éventuels.

10Spécificités : détaille certains éléments observés dans la cave, qui constituent une caractéristique technique particulière ou un élément repris dans les hypothèses de datation.

11Bibliographie : indique, quand elles existent, les sources mentionnant la présence de la cave dans les archives.

12Des plans et coupes enrichissent la fiche technique et permettent de visualiser le plan général de la cave, son volume et ses accès, ses différents niveaux quand ils existent et son emprise globale par rapport à la voirie.

Situation-désignation. 56, rue de Bellain. Cote d’enregistrement : 1a

13Dimensions

14Second niveau. Largeur : 5,5 m. Longueur : 8 m. Surface : 44 m2. Hauteur : 2 m.

15Plan-niveaux

16La cave ancienne se trouve en second niveau, sous une petite cave en brique construite en retrait de la rue. Le plan de la seconde cave dessine un rectangle perpendiculaire à la rue qui s’allonge jusqu’à la façade.

17Voûtement

18C’est une voûte en berceau construite en petits moellons de grès qui couvre le second niveau de la cave et retombe jusqu’au sol.

19Description

20Un premier escalier en brique situé en arrière du bâtiment permet de rejoindre le premier niveau de cave, où de forts murs de briques séparent des espaces de petite dimension. Un second escalier permet d’accéder à la cave inférieure où les parois qui composent la façade et le mur arrière sont en brique. À l’extrémité nord de la façade, un escalier en brique condamné monte jusqu’au niveau du trottoir.

21Spécificités

22Aucun élément caractéristique.

23Bibliographie

24Pas de mention de cette cave.

Situation-désignation. Angle rue de Bellain et rue des Ferronniers, cote d’enregistrement : 1b

25Dimensions.

26Longueur : 9,6 m. Largeur : 7,8 m. Surface : 75 m2. Hauteur : 2,4 m.

27Plan-niveaux.

28Construite sur un seul niveau, la cave dessine un plan globalement rectangulaire parallèle à la rue, divisé en trois pièces de surfaces inégales par des murs en brique.

29Voûtement.

30Les trois volumes sont couverts de voûtes en berceau maçonnées en briques qui s’ancrent à mi-hauteur des parois.

31Description.

32L’escalier d’accès moderne en brique se situe à l’arrière de la cave. Il ouvre dans la plus vaste des trois pièces qui composent la cave, dont le niveau de sol est plus bas que dans les deux autres. C’est aussi celle dans laquelle il subsiste le plus d’éléments médiévaux puisque trois des murs sont intégralement montés en moellons de grès jusqu’au niveau du départ de la voûte en berceau. Dans la paroi nord, deux arcs clavés maçonnés en moellons assez grossiers sont conservés, dont la partie inférieure, vide, est profonde de près d’un mètre. En façade, deux ouvertures sont en partie conservées, l’une large d’un mètre et la seconde, plus étroite, qui s’élève en pan incliné jusqu’au niveau du trottoir.

33Les deux autres pièces de la cave sont entièrement maçonnées en briques. Il ne subsiste de trace d’élévation en grès que dans la paroi arrière où quelques assises sont encore en place sur la moitié de la longueur du mur.

34Aucun élément ne permet de proposer une restitution de la surface totale de la cave ni de son mode de couvrement, plancher ou voûte maçonnée.

35Spécificités.

36Cette cave ne se singularise que par la présence des deux arcs qui sont maçonnés en grès particulièrement frustres et peu taillés.

37Bibliographie.

38Pas de mention précise de la cave.

Situation-désignation. Angle de la rue Bellegambe et de la rue des Ferronniers. Cote d’enregistrement : 2a

39Dimensions

40Caves sous rue. Largeurs : 3,3 m et 3,4 m. Longueurs : 9,5 m. Surfaces cumulées : 64 m2. Hauteur : 2,10 m.

41Caves sous le bâtiment.

42Appendice arrière. Largeur : 3,80 m. Longueur : 6,5 m. Surface : 24,7 m2.

43Hauteur : 2,3 m.

44Volume principal. Largeur : 9 m. Longueur : 10,5 m. Surface : 94,5 m2.

45Hauteur : 2,3 m.

46Surface cumulée de l’ensemble : 184 m2.

47Plan-niveaux

48Construite sur un seul niveau, la cave est composée de plusieurs volumes associés. Sous la maison, la partie principale développe un plan rectangulaire divisé en deux volumes par un mur de refend longitudinal et s’étire perpendiculairement à la rue Bellegambe. Un appendice de petite taille, globalement carré, se greffe à l’arrière de l’ensemble. Deux caves parallèles allongent leurs plans rectangulaires parallèles sous la rue Bellegambe.

49Voûtement

50Les deux caves sous rue sont voûtées de berceaux en grès aux profils perturbés dont les reins fléchissent par endroit. Un passage couvert par un petit berceau de briques lié à la maçonnerie de grès fait communiquer ces deux caves. Sous le bâtiment, les voûtes en berceaux qui couvrent le volume principal sont en briques, perpendiculaires à la rue Bellegambe.

51Description

52C’est dans la petite cave située en arrière de parcelle que débouche l’escalier actuel. Trois des parois sont intégralement maçonnées en moellons de grès jusqu’à la retombée de la voûte en berceau de brique. Un escalier condamné permettait d’accéder à la rue des Ferronniers.

53Un passage aux montants de grès, ménagé dans le mur oriental, communique avec le volume principal de la cave, divisé en deux parties par un mur en grès largement masqué par la maçonnerie de brique qui supporte les voûtes. Les parois sont toutes montées en moellons de grès. Dans le mur de façade, Deux ouvertures étaient percées qui permettaient d’accéder aux caves sous la rue ; seule la porte sud est encore ouverte alors que la seconde est murée.

54Les voûtes qui couvrent les caves sous la rue sont montées en moellons assez grossièrement taillés et les parois qui ferment les deux volumes, situées au centre de la chaussée, révèlent une maçonnerie aux assises peu régulières. Deux niches sont percées dans ces murs, à un mètre du sol constitué de terre battue très humide. Ces caves communiquent entre elles par le passage couvert d’une courte voûte en brique situé le long de la façade.

55Spécificités

56L’élément le plus significatif est la présence de la brique utilisée dans la maçonnerie et structurellement liée avec le grès ce qui témoigne de son utilisation dés la construction des caves. Le volume situé sous la maison devait à l’origine être couvert par un plancher qui reposait sur le mur de refend qui sépare les deux volumes principaux. Contrairement à ce qui peu s’observer dans d’autres caves, cette paroi n’est pas constituée par une arcature sur colonne mais par un mur plein percé d’un unique passage à son extrémité septentrionale.

57Bibliographie

58En 1374, mention de la vente de quatre maisons « avec celliers et boves… à l’opposée du Dragon faisant touquet aux rues Saint-Pierre et des Dracquiers » (FF 678, 2 °, NO 7945, 19.12.1374).

Situation-désignation No 3, rue Bellegambe. Cote d’enregistrement : 2b

59Dimensions

60Largeur : 7 m. Longueur : 7 m. Surface : 49 m2. Hauteur : 2,10 m.

61Plan-niveaux

62La cave développe un plan carré coupé par des murs de refend en brique, sur un seul niveau. Une cave sous rue attestée par la propriétaire aurait été comblée dans les années1980.

63Voûtement

64L’ensemble est couvert par des voûtes de brique en berceau, à l’exception de l’angle nord-ouest de la cave où c’est encore un plancher qui est en place.

65Description

66Le mur de façade ainsi que les murs sud et nord sont en grès sur la totalité de leur élévation ; seule la paroi orientale est montée en brique, à côté de laquelle se trouve l’escalier de bois permettant l’accès à la cave. Deux arcs clavés côte à côte rythment l’ensemble de la paroi nord de la cave. Il n’existe pas d’aménagement spécifique en façade à l’exception de l’ancien accès vers la cave sous rue dont les montants et le linteau son parfaitement visible au centre de la paroi. À l’extrémité nord de ce mur, l’escalier en grès qui communiquait directement avec le trottoir est encore en place, muré en brique. Un pilier carré peu saillant occupe l’extrémité sud de cette même paroi.

67Spécificités

68Le plancher qui couvre une partie de cette cave est un cas unique conservé à Douai qui témoigne de l’utilisation de ce type de couvrement. Il repose en partie sur un corbeau dans le mur nord mais n’a pas pu être observé en détail à cause de l’encombrement extrême de la cave.

69Bibliographie

70Pas de texte se rapportant à cette cave.

Situation-désignation. 28, rue des Blancs Mouchons. Cote d’enregistrement : 3a

71Dimensions

72Longueur moyenne : 13,75 m, largeur moyenne : 7,75 m, surface : 106,45 m2. Hauteur : 2, 55 m.

73Plan-niveaux

74Plan rectangulaire perpendiculaire à la rue, divisé en trois volumes inégaux par des murs de refends en brique, sur un seul niveau.

75Voûtement

76Les différents volumes de la cave sont couverts de berceaux en brique, parallèles à la façade, qui s’appuient sur les murs de refend.

77Description

78L’accès actuel s’effectue par un escalier situé dans la partie centrale de la cave, dont la largeur est de moitié inférieure à celle des espaces avant et arrière, de dimensions identiques. Dans l’angle nord de la façade subsiste l’escalier d’accès vers la rue, large d’1,2 m, entièrement en grès. Trois des parois de la cave sont maçonnées en moellons de grès, conservées sur 2,50 m de hauteur pour les longs côtés et 1,25 m en façade dans laquelle est ancrée la voûte en brique. Au centre de cette paroi subsiste la partie basse d’un pilier peu saillant, à droite duquel s’ouvre une niche. Le départ d’un arc en grès est visible au fond de cette niche. Il existe quatre autres niches ouvertes dans le mur nord, deux dans la partie avant, une dans le volume intermédiaire et la dernière dans la partie arrière, ainsi que deux autres dans le mur sud, toutes deux dans le volume de façade.

79Spécificités

80À l’exception de la base du pilier de façade, aucune trace de support intermédiaire et de corbeau n’est visible dans cette grande cave qui devait être couverte par un plancher. Il n’existe en effet aucune trace de départ ou d’arrachement de voûte dans les parois longitudinales. Il faut supposer qu’il existait une arcature de refend qui s’étirait du milieu de la façade en prenant appui sur le pilier observé, jusqu’au centre de la paroi arrière qui n’est pas conservée.

81Bibliographie

82Pas de mention précise de cette cave.

Situation-désignation 74, rue des Blancs Mouchons. Cote d’enregistrement : 3b

83Dimensions

84Longueur moyenne : 7,40 m, largeur moyenne : 6 m, surface : 44,40 m2.

85Hauteur : 2,20 m.

86Plan-niveaux

87Cave de plan rectangulaire parallèle à la rue, sur un seul niveau.

88Voûtement

89La cave est couverte par deux berceaux de briques perpendiculaires à la façade, qui reposent sur un mur de refend en brique.

90Description

91C’est par un escalier en brique situé à l’arrière de la cave et qui communique avec l’intérieur des bâtiments de surface que l’on accède à la moitié sud de la cave. Au centre de la façade existe un second escalier, aujourd’hui condamné, dont subsiste le linteau en grès supporté par deux coussinets qui indique l’emplacement de l’accès d’origine. Les quatre parois de la cave sont montées en moellons de grès, conservées sur 2,2 m en façade et en arrière et 1 m avant le départ des berceaux de briques pour les murs latéraux.

92Un corbeau est visible dans le mur de façade, à 2,10 m de hauteur, qui témoigne de l’existence d’un plancher comme couverture de la cave à l’origine. La paroi du fond est rythmée par deux arcades peu profondes de portées différentes. Un puits est maçonné le long de la plus large d’entre elles, au cuvelage circulaire en grès à l’intérieur, noyé dans un massif de brique cubique à l’extérieur. La seconde arcade est à moitié cachée par l’escalier arrière.

93Spécificités

94la conservation du linteau et des coussinets sur lesquels il repose donne la hauteur d’origine de l’ouverture vers le trottoir, élément qui est très rarement conservé puisque les façades ont largement été remaniées au fil des siècles.

95L’arcade masquée en partie par le puits est visible dans le cuvelage. Un linteau a été maçonné sous l’arc et permet à l’arrondi du puits de se développer totalement dans la partie inférieure.

96Bibliographie

97Pas de mention de cette cave.

Situation-désignation. 74, rue des blancs mouchons. Cote d’enregistrement : 3c

98Dimensions.

99Longueur moyenne : 6,25 m, largeur moyenne : 5,25 m, surface : 32,80 m2. Hauteur : 2,45 m.

100Plan-niveaux.

101Cave de plan carré, sur un seul niveau, très en retrait de la rue et profondément enterrée.

102Voûtement.

103Quatre voûtes d’arêtes, construites en petits grès grossièrement taillés recouverts d’un enduit épais, prennent appuis sur un pilier carré central et des pilastres au centre et aux angles de chacun des murs.

104Description.

105L’accès à cette cave se fait par un unique escalier donnant dans la cour arrière du bâtiment, avec un palier juste avant l’entrée de la cave, dont la paroi est distante de deux mètres du parement externe du mur.

106La cave est particulièrement bien conservée malgré les réfections en briques qui ont détruit la face est. Les parois montées en moellons de grès grossièrement taillés composent des assises irrégulières qui ne se poursuivent pas sur les pilastres débordant au centre de chacune des faces et qui supportent les retombées des arêtes de la voûte à 1,60 m du sol.

107Une ouverture avec un linteau de bois, murée de briques, permettait l’accès vers un espace aujourd’hui condamné qui se situait entre la cave et la chaussée. Dans le mur nord, une unique niche de petite dimension s’ouvre à 1,50 m du sol, à côté du trou rebouché ménagé par la défense passive.

108Un second escalier de faible largeur et muré en brique permettait de remonter à l’intérieur du bâtiment, maçonné en même temps que les réfections en briques de la partie est.

109Spécificités.

110Le pilier central carré possède une base plate, carrée, à laquelle répond un tailloir de dimensions identiques. Les pierres qui le composent sont taillées avec soin et correctement assisées, à l’inverse de l’élévation des parois. L’enduit présent sur la voûte ne permet d’en observer la structure qu’à de rares endroits ; elle est maçonnée en pierres de petits modules, peu taillées et assemblées avec beaucoup de mortier.

111À gauche de l’escalier, à la base du mur, le départ d’un arc composé de grès peu taillés et de dimensions variables est visible. Le départ d’un second arc se devine au ras du sol, à la jonction avec le côté refait en brique et caché par celui-ci. Il n’en existe pas au bas des autres parois et leur fonction devait répondre à un souci de stabilité ponctuel qui n’a cependant pas été déterminé.

112Bibliographie.

113Pas de mention précise de cette cave.

Situation-désignation. 89, rue des Blancs Mouchons. Cote d’enregistrement : 3d

114Dimensions

115Longueur moyenne : 10,50 m. Largeur moyenne : 5,50 m. Surface : 57,75 m2. Hauteur : 2,70 m.

116Plan-niveaux

117La cave développe un plan rectangulaire, perpendiculaire à la rue, divisé en trois volumes. Un espace sensiblement carré occupe la partie en front à rue ; à l’arrière, en léger contre-haut un couloir sépare deux petites pièces et ouvre sur la partie arrière.

118Voûtement

119La partie face à rue est voûtée d’un berceau de grès qui retombe sur des courtes parois verticales et se prolonge dans le volume central. La partie arrière est couverte par un berceau transversal en brique. Le petit appendice ouvert dans la paroi située à l’aplomb de la façade et qui s’étire sous le trottoir, est couvert par un berceau en grès.

120Description

121On accède à cette cave située à 1,50 m sous le sol de la rue, par un escalier récent ouvert à l’arrière de la cave. Il n’y a pas d’escalier de façade mais un soupirail ouvert au niveau du trottoir qui se prolonge jusqu’à la voûte de la cave par un plan incliné maçonné qui s’évase vers le bas. Son ouverture dans la voûte se situe à l’aplomb de l’appendice voûté ouvert dans le mur de façade qui se prolonge sous le trottoir. Une fosse de profondeur inconnue comblée en briques s’ouvrait dans le sol, face à cette arcade et sous le plan incliné.

122Le berceau de grès qui couvre la cave se prolongeait jusqu’au mur de grès qui cloisonne l’espace arrière ; dans cette paroi, des arcs clavés sont visibles de chaque côté de la porte, qui témoignent du profil de la voûte qui couvre l’ensemble du volume avant. La porte au linteau chanfreiné s’ouvre au milieu du mur de grès et met en communication les parties avant et arrière de la cave. Dans cette dernière, il subsiste un corbeau en haut du mur sud, sous le berceau de brique, qui témoigne de l’existence d’un plancher aujourd’hui disparu.

123Spécificités

124L’absence d’escalier de façade est la principale particularité de cette cave, ainsi que les aménagements de façade à l’aplomb du soupirail, dont l’usage n’a pas pu être reconnu.

125Bibliographie

126Pas de texte précis concernant cette cave.

Situation-désignation. 47, rue du Clocher Saint-Pierre, sous les bâtiments arrières. Cote d’enregistrement : 4a

127Dimensions

128Largeur : 4 m. Longueur : 9 m. Surface : 36 m2. Hauteur : 1,80 m.

129Plan-niveaux

130Plan rectangulaire parallèle à la rue du clocher saint Pierre, en retrait de la rue, sur un seul niveau.

131Voûte-sol

132La cave est voûtée d’un berceau en brique qui s’ancre dans les murs longitudinaux en grès.

133Description

134C’est par un couloir en grès prolongé par un escalier en brique que l’on pénètre dans la cave. À la jonction entre le couloir et la cave principale, une feuillure de porte est bien visible formant un retrait de la maçonnerie de 10 cm de chaque côté. Dans le volume principal les parois longitudinales sont en grès, visibles sur 0,8 m de hauteur alors que les petits côtés sont conservés jusqu’au sommet de la voûte. Le mur ouest est percé d’une niche et un corbeau est encore visible en haut du mur oriental.

135Spécificités

136Le corbeau permet de restituer un plancher comme couverture de la cave, dont la largeur de quatre mètres correspond tout à fait aux portées observées pour ce type de couverture.

137Bibliographie

138Aucune mention de cette cave.

Situation-désignation Rue des dominicains, à l’angle du passage Leborgne. Cote d’enregistrement : 5a, 5b et 5c

139Dimensions

1405a : Largeur : 7,5 m. Longueur : 8 m. Surface : 60 m2. Hauteur : 1,8 m.

1415b : Largeur : 4 m. Longueur : 6 m. Surface : 24 m2. Hauteur : 2 m.

1425c : vestiges conservés sur une longueur de 9 ; 8 m

143Restitution : Largeur : 7,5 m. Longueur : 26 m. Surface : 197 m2. Hauteur : 3,9 m.

144Plan-niveaux

145La cave ne possède qu’un seul niveau. Elle développe aujourd’hui un plan assez complexe où les vestiges sont répartis dans trois caves différentes. La cave 5a est globalement carrée, amputée à l’arrière d’une partie de sa surface par un mur de brique. Au-delà de ce mur s’étire la cave 5b, composée d’un angle de la 5a sur lequel se greffe un volume globalement rectangulaire s’étirant vers l’arrière. Les vestiges conservés dans la cave 5c se situent sous le mur de façade d’une grande cave rectangulaire parallèle à la rue.

146Voûtement

147Tous les volumes conservés sont voûtés d’arêtes qui prennent appui sur des piliers massifs en façade et des colonnes centrales noyées dans le comblement accumulé. Les sommets des voûtes de la cave 5a sont singulièrement affaissés.

148Description

149Un escalier en brique percé dans la voûte en grès permet d’accéder à la cave 5a. La paroi de façade est entièrement montée en petits moellons de grès assemblés avec une forte épaisseur de liant. Deux grands arcs s’y développent qui reposent sur de forts pilastres saillants largement de la façade. Sous l’arc nord, quatre corbeaux sont encore en place, disposés en carré de part et d’autre d’une ouverture murée. La paroi arrière ne possède pas d’arcs et les retombées de la voûte sont simplement reçues par un pilastre débordant très peu de la paroi. Seul le chapiteau de la colonne qui supporte les voûtes au centre de la cave est visible, sous une couche de béton. Il est totalement lisse et se présente sous la forme d’un tronc de cône. Une partie d’un second est visible à la jonction entre le massif d’escalier et le mur de brique qui compose la paroi nord de la cave. Une colonne entière a été réutilisée pour soutenir un sommet de voûte défaillant et présente son fût composé de tambours réguliers qui supportent le chapiteau tronconique.

150Un épais mur de brique qui soutient le mur mitoyen des maisons de surface sépare cette cave de la 5b, dans laquelle l’escalier en grès d’origine est conservé qui donne accès à l’arrière de la maison. Il est droit, de faible largeur et s’inscrit entre deux parois de grès. Plusieurs linteaux de grès assurent la jonction entre l’escalier et la voûte de la cave. L’extrémité ouest est constituée par l’angle amputé de la cave 5a, où une retombée de voûte est visible, supportée par un chapiteau en tronc de cône. Le volume principal de la cave prend l’aspect d’un couloir de faible largeur où les voûtes reposent le long des murs sur des pilastres peu saillants. À l’extrémité orientale, vers le fond de parcelle, une élévation en brique perturbe la lecture de cette partie de la cave. La paroi sud est montée en petits moellons et prolongée par un mur en moellons cubiques correctement taillés qui correspondent à une phase ancienne de restructuration de l’ensemble.

151La dernière partie des vestiges est rassemblée dans la cave 5c. Ils composent l’ensemble de mur de façade et se présentent sous la forme d’arcs qui reposent sur de puissants piliers débordant de la façade, identiques à ceux observés dans la cave 5a. Les dernières assises des retombées des voûtes sont encore visibles sur ces pilastres. A l’extrémité nord de la façade, le montant d’une porte en grès témoigne de l’emplacement d’une ouverture de façade. Le reste de la cave est intégralement construit en brique.

152Spécificités

153Ces trois caves sont les vestiges d’un grand bâtiment divisé en plusieurs parcelles et lentement démoli au cours du temps. Cette cave est la plus grande de celles recensées à Douai et ses particularités sont nombreuses. La première concerne son plan, seul exemple de surface rectangulaire parallèle à la rue. Les supports des voûtes et notamment les chapiteaux sont aussi très particuliers et ne trouvent de comparaison dans aucun édifice local. Située à proximité immédiate de la Scarpe, la cave était pourtant profondément enterrée et mesurait près de quatre mètres sous voûte. Le couloir greffé à l’arrière du volume principal, dans lequel s’ouvre l’escalier conservé, témoigne d’une disposition qui n’a pas non plus été observée dans une autre cave Douaisienne. C’est au total un ensemble de vestiges particulièrement intéressant qui témoigne de l’importance et de l’ancienneté de l’occupation du quartier du « castel Bourgeois », premier noyau urbain sur la rive orientale de la rivière.

154Bibliographie

155Première mention de cellier lors d’une vente en 1549 « icelle grande maison pour partie tournant à ruyne et pour autre partie démolie… avec court, gardin, chelier… » (FF 847, vente du 19.06.1549). L’histoire de ce bâtiment se suit néanmoins pas à pas depuis 1251, date à laquelle il est mentionné pour la première fois ; les successions sont assez clairement établies, avec une division du bâtiment originel en deux parties dès le XIVe siècle.

156Nombreux textes collectés par Wagon (1II92 et 1II26 AMD).

Hypothèse de restitution

Hypothèse de restitution

Situation-désignation. 27, bis rue des Ferronniers, à l’angle avec la rue Gambetta. Cote d’enregistrement : 6a

157Dimensions

158Largeur : 7 m. Longueur : 16,7 m. Surface : 117 m2. Hauteur : 4,50 m. D’après le relevé du président Wagon.

159Plan-niveaux

160La cave est sur deux niveaux mais le plan ne concerne que le second. Il dessine un rectangle parallèle à la rue Gambetta divisé en deux volumes égaux par un mur, avec un appendice carré sous la rue des Ferronniers.

161Voûtement

162La cave est couverte par une voûte en berceau maçonnée en grès, avec des arêtes ou des pénétrations.

163Description

164Cette cave ne nous est connue que par un plan du président Wagon, dressé en 1934 sur lequel ne figurent que les grandes dimensions et pas les détails. La cave, à laquelle on accède par un escalier situé dans la partie centrale, développe des dimensions assez importantes. Il est difficile de préciser quelles sont les parties de la cave qui sont encore en grès et il faut noter que le mur qui sépare les deux volumes arrières est de la même épaisseur que celui situé sous la façade. Dans la partie centrale de la cave, un puits s’ouvre au niveau du sol, sans précision sur les matériaux et son état de conservation, alors que deux trappes sont mentionnées, l’une au-dessus de l’escalier et la seconde dans le volume arrière. Il n’y a apparemment pas de trace d’escalier menant directement vers la rue. La hauteur sous voûte est tout à fait considérable pour une cave voûtée en berceau, de même que la largeur, mais il ne semble pourtant pas y avoir de trace de retombée centrale. Le dessin ainsi que les photographies de la retombée A laissent supposer que la couverture de l’ensemble est faite d’un berceau à pénétrations ou de voûtes dont il est impossible de donner le tracé et l’emplacement exacts.

165Spécificités.

166La première des particularités de cette cave est l’ampleur de ses dimensions et la présence d’un épais mur de refend entre les différents volumes, qui pourrait être interprété comme l’emplacement d’une maison voisine, annexée dans la parcelle ainsi que sa cave. Le détail du pilier A est la seconde caractéristique de l’élévation, qui est à comparer avec les techniques d’assemblage des arêtes que l’on peut observer dans la cave 8j et la 10b, mais aussi dans toutes les caves voûtées d’arêtes à Lille, bien que le matériau utilisé ne soit pas le grès mais la pierre calcaire locale.

167Bibliographie

168Dans les comptes des ventes de vin des années 1310-1314 (CC745), les mentions des « grandes et petites boves du dragon » sont nombreuses. Cette brasserie est bien située au coin des rues des Ferronniers et Gambetta dans de nombreux actes. La maison existe au moins depuis 1288, date de la première mention de la « brasserie dou draghon » mentionnée lors d’une cession de rentes (FF 665).

169De nombreux textes concernant cette cave ont été collationnés par le président Wagon et sont conservés dans ses dossiers aux archives municipales (1II31).

Situation-désignation. No 89, rue des Ferronniers. Cote d’enregistrement : 6b

170Dimensions

1711er niveau. Largeur moyenne : 8,40 m. Longueur moyenne : 8,75 m. Surface : 75,5 m2.

1722e niveau. Largeur : 4,5 m. Longueur : 8,5 m. Surface : 38,25 m2.

173Plan-niveaux

174Cave sur deux niveaux. Le premier est composé de deux parties inégales séparées par un mur de refend qui dessinent des surfaces rectangulaires perpendiculaires à la rue.

175Le second niveau se situe sous la partie ouest de la cave mais décalé vers l’arrière de la parcelle : les parois avant et arrière ne sont donc pas à l’aplomb de celles du niveau supérieur.

176Voûtement

177Le premier niveau est couvert par deux berceaux de briques perpendiculaires à la rue, alors que le niveau inférieur est voûté d’un berceau de grès d’orientation identique.

178Description

179Deux escaliers permettaient d’accéder à cette cave. L’un se situe à l’angle ouest de la façade est dessert d’une seule volée les deux niveaux superposés, sans palier intermédiaire ; il est intégralement maçonné en grès. Le second se situe à l’arrière de la cave, dans le volume est. Il est de faible largeur et tourne à angle droit après avoir traversé l’épaisseur du mur : il est donc hors d’œuvre et se trouvait probablement intégré dans une tourelle.

180Le mur de refend sur lequel s’appuient les deux berceaux de briques est en grès. Une épaisseur de brique a été rajoutée du côté ouest sur laquelle repose le berceau de la voûte. Il en est de même dans le mur mitoyen à l’est où la paroi en grès est visible en coupe dans le passage de la défense passive, derrière une épaisseur de briques. Les autres murs sont en grès, conservés sur une hauteur de 1,00 m.

181Dans la paroi arrière du premier niveau, une large ouverture est murée en brique, dans l’angle ouest.

182L’ensemble du second niveau est en grès, à l’exception de la façade à côté de l’escalier où un mur de briques a été maçonné entre deux piliers de grès. Il condamne visiblement un accès en direction de la rue. Les reins de la voûte sont soutenus en deux endroits par des piliers massifs maçonnés en grès ; un puits s’ouvre le long de la paroi et dont la margelle est en brique mais le cuvelage, ainsi que son prolongement dans la voûte, sont en grès.

183Spécificités

184Il n’existe pas d’éléments qui permettent de renseigner sur le type de couvrement du premier niveau à l’origine. Le mur de refend en grès laisse supposer qu’il devait s’agir d’un plancher dont les poutres principales reposaient sur les murs longitudinaux et le refend.

185L’escalier de façade qui permet la communication directe depuis la rue jusqu’au niveau inférieur ne se retrouve à l’identique que dans la cave 10b, rue de Paris. L’escalier arrière, entièrement maçonné en grès et de faible largeur, est parfaitement bien conservé dans la partie basse ; c’est une particularité de cette cave et un des rares témoins des accès secondaires destinés à la communication directe avec les niveaux supérieurs.

186Bibliographie

187Pas de mention dans les textes.

Situation-désignation. Rue des Ferronniers, cote d’enregistrement : 6c

188Dimensions

189Premier niveau. Longueur moyenne : 7 m. Largeur : 6 m. Surface : 42 m2.

190Hauteur : 2 m.

191Second niveau. Longueur : 8,2 m. Largeur : 5,7 m. Surface : 47 m2.

192Hauteur actuelle : 2 m. Hauteur restituée : 3,5 m.

193Plan-niveaux

194Les deux niveaux superposés de la cave développent des plans identiques dans leurs grandes lignes, qui dessinent un rectangle perpendiculaire à la chaussée.

195Voûtement

196Le premier niveau est couvert de petits voûtains en briques qui reposent sur des poutres en bois, perpendiculaires à la rue. Les voûtes d’arêtes du niveau inférieur sont entièrement maçonnées en moellons de grès et reposent au centre de la cave sur deux colonnes dont seuls les chapiteaux émergent des remblais accumulés.

197Description

198C’est dans la cour à l’arrière de la maison du XVIIIe siècle que s’ouvre l’escalier qui permet d’accéder au premier niveau de cave. Il est contemporain de la maison, entièrement maçonné en briques, et divisé en deux parties de surfaces inégales par un mur de refend perpendiculaire à la façade. Une trappe ménagée dans le sol de la pièce où débouche l’escalier est le seul accès possible vers le second niveau.

199À l’exception de réfections aux extrémités avant et arrière de la travée orientale, l’ensemble de l’architecture est monté en moellons de grès et dessine un plan de deux nefs divisées en trois travées égales par deux colonnes. L’escalier devait se situer dans la partie droite de la façade, remplacé par un important massif de maçonnerie en brique.

200Les aménagements se concentrent dans la paroi longitudinale ouest. Une niche s’ouvre sous un arc clavé dans la travée centrale et, dans la dernière travée, un puits comblé au cuvelage circulaire précédé d’un petit passage est encore en place. Une porte dont subsistent la feuillure et les gonds permettait d’en fermer l’accès.

201Les chapiteaux qui couronnent les supports sont les seuls éléments visibles des supports, noyés dans les remblais accumulés dans la cave. Ils sont décorés de tiges stylisées qui prennent naissance à l’astragale et s’épanouissent jusqu’aux angles, sans toutefois s’enrouler en forme de crochets comme on peut l’observer dans la cave 10b par exemple.

202Spécificités

203La disposition globale des deux niveaux de la cave par rapport à la rue permet de supposer qu’il n’y avait qu’un seul niveau à l’origine. La cave du XVIIIe siècle est en effet peu enterrée et sa faible hauteur sous voûte interdit de restituer une cave antérieure contemporaine du niveau inférieur qui aurait été détruite à l’occasion de la construction de la maison. Ces constatations permettent de supposer que le niveau de la rue a ici été exhaussé d’un peu plus d’un mètre depuis le moyen âge.

204Les chapiteaux sont particuliers par l’absence de crochets enroulés aux angles, ce qui les différencie des autres supports observés à Douai mais aussi à Lille. Ils sont à rapprocher des colonnes de la crypte de l’abbaye Saint-Martin de Tournai, construite à la fin du XIIe siècle.

205Le puits est un élément particulier de la cave par sa position à l’extérieur des fondations. Il devait être accessible par le sol et s’ouvrait à l’extérieur de la maison.

206Bibliographie.

207Pas de mention précise de la cave.

Situation-désignation Rue Gambetta, à côté du No 6, sous la sortie du cinéma de la rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 7a

208Dimensions

209Cave ouest. Largeur : 4,4 m. Longueur : 6,7 m. Surface : 29,5 m2.

210Hauteur : 2,10 m.

211Cave est. Largeur : 4,4 m. Longueur : 13,5 m. Surface : 49,4 m2. Hauteur : 2,20 m.

212Surface totale : 79 m2.

213Plan-niveaux

214La cave actuelle se situe en second niveau, sous des caves récentes en brique et béton. Elle est composée de deux modules perpendiculaires, l’un dessinant un rectangle peu allongé perpendiculaire à la rue Gambetta, à l’arrière duquel se greffe le second dont le plan rectangulaire étiré est légèrement coudé.

215Voûtement

216Les deux volumes de la cave sont couverts de voûtes en berceau maçonnées en grès qui retombent jusqu’au sol.

217Description

218Une trappe ménagée au sommet de la voûte de la cave occidentale est le seul accès actuel à ces caves. Un cône de déblais jetés par cette trappe emplit la majeure partie du volume. La paroi située sous la façade du bâtiment est la seule maçonnée en brique. A l’arrière, le mur est maçonné en moellons cubiques qui composent des assises soignées. Une niche s’ouvre dans cette paroi, à côté d’un large arc clavé en tiers-point qui permet d’accéder au second volume de la cave. Des massifs de parpaings et briques y sont maçonnés, destinés vraisemblablement à soutenir les reins de la voûte en berceau qui dessine un coude léger vers le nord. Une porte murée s’ouvrait dans la paroi sud sous un arc segmentaire et communiquait avec des caves perpendiculaires à la rue de la Mairie, aujourd’hui détruites.

219Spécificités

220La position perpendiculaire des deux parties de la cave est une singularité qui n’a pas été observée ailleurs, mais qui correspond bien à une construction simultanée comme l’indique l’arc de communication entre les deux volumes. L’ouverture murée dans la paroi sud de la cave arrière correspond sans doute à une seconde phase de travaux, destinés à mettre en communication plusieurs caves qu’il est particulièrement dommage de ne plus pouvoir observer.

221Bibliographie

222La première mention de cellier date de 1459 lors de la vente d’une « grande maison et taverne… en le rue du Pont amont (rue de la Mairie)… qui se prend et a yssue sur le rue Saint-Pierre (rue Gambetta) » (FF 758) ; cette taverne est mentionnée pour la première fois en 1446 (FF 617, NO 2442) et il est possible que les caves observées correspondent à la partie arrière de ce bâtiment, à la jonction avec la rue Gambetta actuelle, ancienne rue Saint-Pierre.

Situation-désignation. Rue Gambetta, No 73. Cote d’enregistrement : 7b

223Dimensions

224Largeur : 8,2 m. Longueur : 10 m. Surface : 82 m2. Hauteur : de 2,7 m à 3,2 m.

225Plan-niveaux

226Sur un seul niveau, plan rectangulaire perpendiculaire à la rue.

227Voûte-sol

228La cave est couverte de deux voûtes de brique en anse de panier qui reposent sur un mur de refend perpendiculaire à la rue au centre, et sont ancrées au sommet des parois latérales de la cave.

229Description

230Il n’y a pas d’accès direct à cette cave et il faut passer par la cave voisine pour trouver un passage, ménagé à l’arrière de la paroi nord, qui permet d’entre dans la cave. Les quatre parois conservées sont en grès et maçonnées en assises soignées composées de grès cubiques. Elles sont toutes conservées sur 1,3 m de hauteur, à l’exception de la paroi sud où le grès est visible jusqu’au départ de la voûte, à 2,9 m du sol. Aucun aménagement n’est visible.

231Spécificités

232Les murs conservés permettent de restituer la surface d’origine de la cave. Elle devait être couverte par un plancher puisqu’il n’y a aucune trace de départ de voûte, notamment dans le mur sud conservé sur toute sa hauteur ; il est alors possible qu’un mur ou une arcature de refend ait été nécessaire comme support intermédiaire, à l’emplacement de la paroi en brique actuelle.

233Bibliographie

234Pas de mention précise de cette cave.

Situation-désignation. Rue Gambetta, No 64, sous le trottoir. Cote d’enregistrement : 7c

235Dimensions

236Largeur : 3,5 m. Longueur : 7,75 m. Surface : 27 m2. Hauteur : actuelle : 2 m.

237Plan-niveaux

238Cave de plan rectangulaire formé de l’association de deux modules carrés, construite sur un seul niveau.

239Voûtement

240Les deux modules sont voûtés de croisées d’ogives à peine brisées, séparés par un arc doubleau. Les importants remblais rendent le sol invisible.

241Description

242La cave, située sous le trottoir, est aujourd’hui divisée en deux par un mur en brique qui sépare les deux croisées d’ogives. Ce mur prolonge la limite entre les deux parcelles et chacun des modules appartient donc à un propriétaire différent. Des escaliers en briques de quelques marches percent les murs de façade et permettent d’atteindre les deux parties de la cave.

243L’ensemble de l’architecture est en grès, ainsi que les arcs à peine brisés aux arêtes chanfreinées, qui reposent sur des culots maçonnés dans les parois. Deux niches s’ouvrent dans la paroi occidentale et une autre dans le mur sud, en partie masquées par l’important remblai accumulé dans la cave.

244Spécificités

245La première particularité de cette cave est sa position entièrement sous le trottoir. Il ne s’agit pas des restes d’une cave plus grande qui aurait été amputée lors de la construction des bâtiments actuels, mais bien d’une petite cave simplement composée de deux travées. Sa position fortement enterrée s’explique sans doute par le souci de la mettre le plus possible hors d’atteinte des infiltrations.

246L’utilisation de voûtes sur croisées d’ogives est la seconde particularité car ce type de voûte ne se retrouve à Douai que dans des caves de grandes dimensions. Les supports polygonaux et le profil des ogives aux angles simplement abattus, correspondent à ce qui a été observé dans les caves 8c, 8f, 8h et 9a.

247Bibliographie

248Pas de mention de cette cave.

Situation-désignation. 80, rue Gambetta. Cote d’enregistrement : 7d

249Dimensions

250Largeur moyenne : 7,6 m. Longueur : 12,7 m. Surface : 94,5 m2. Hauteur : 2,20 m.

251Plan-niveaux

252La cave s’étend sur un niveau et développe un plan rectangulaire perpendiculaire à la rue qui s’élargit en fond de parcelle. De nombreux murs de refend en brique divisent la cave en quatre volumes principaux séparés par un couloir.

253Voûtement

254La couverture est assurée par deux berceaux de brique perpendiculaires à la rue qui reposent sur le mur de refend principal orienté est-ouest.

255Description

256L’escalier d’accès actuel en brique se trouve le long du mur sud, conservé en grès sur 1,25 m de hauteur jusqu’au départ des berceaux de brique. En vis-à-vis, la paroi nord est rythmée par trois arcs clavés en grès noyés dans la voûte en brique, mais dont les extrémités sont visibles ainsi que l’intrados des arcs, grâce à des ouvertures profondes ménagées dans la paroi sous les arcs. En fond de parcelle, le mur est intégralement maçonné en brique alors que l’élévation en grès est visible dans le mur de façade sur près d’un mètre. Un pilier de grès à l’élévation très perturbée par la brique se trouve au milieu de la paroi, sans doute un témoin d’une arcature de refend primitive, à côté duquel une ouverture murée dans le bas du mur permettait d’accéder à une cave sous la rue.

257Spécificités

258Il est assez curieux de constater la présence d’arcs accolés dans une seule des parois de la cave. Leur construction devait répondre à des impératifs liés aux bâtiments de surface ou au voisinage, qui nous échappent aujourd’hui. Cette cave devait être couverte par un plancher qui reposait sur une arcature longitudinale, dont les vestiges du pilier de façade pourraient être la trace.

259Bibliographie

260Pas de mention précise de la cave.

Situation-désignation. Rue Gambetta, No 63, cote d’enregistrement : 7e

261Dimensions

262Longueur maximum : 10 m. Largeur maximum : 7,5 m. Surface : 54 m2. Hauteur : 2,3 m.

263Plan-niveaux

264La cave est composée de deux rectangles de longueurs inégales juxtaposés, perpendiculaires à la rue. Il n’y a qu’un seul niveau.

265Voûtement

266La cave est couverte de petits voûtains sur fer « I » parallèles à la façade.

267Description

268Les vestiges en grès conservés se situent à l’arrière de la cave, dans le volume le plus long. Vers la façade, l’intégralité de l’élévation est en brique et date vraisemblablement du XIXe siècle, ainsi que l’escalier d’accès qui débouche dans la cave méridionale.

269Trois parois en grès sont conservées à l’arrière sur plus de deux mètres de hauteur, montées en moellons cubiques régulièrement assisés. Dans la paroi sud, cinq corbeaux alignés disposés à intervalles réguliers de 30 cm témoignent de la couverture planchéiée d’origine de la cave, dont les dimensions globales ne peuvent être restituées. Aucun corbeau n’est cependant visible dans la paroi nord, en vis-à-vis.

270Spécificités

271La régularité de la disposition des corbeaux est la principale caractéristique de cette cave.

272Bibliographie

273Pas de mention de cette cave dans les textes.

Situation-désignation. Rue Gambetta, No 7. Cote d’enregistrement : 7f

274Dimensions

2751er niveau. Longueur : 11,4 m. Largeur : 7 m. Surface : 80 m2. Hauteur : 2,1 m.

2762e niveau. Longueur : 7,4 m. Largeur : 3,4 m. Surface : 25 m2. Hauteur : 3,2 m.

277Plan-niveaux

278Le premier niveau se compose de trois pièces parallèles qui forment un ensemble rectangulaire perpendiculaire à la rue. La cave du niveau inférieur se trouve sous la pièce méridionale. Elle développe un plan rectangulaire perpendiculaire à la façade qui se prolonge sous la rue.

279Voûtement

280Les trois volumes de la cave supérieure sont couverts de voûtes en brique aux profils en anse de panier. La seconde cave développe une voûte en berceau en brique sous le bâtiment et une autre en grès plus haute sous la rue : le berceau d’origine en grès a été démoli lors de la construction des caves actuelles.

281Description

282Un bel et large escalier en bois permet d’accéder aux caves du premier niveau, très encombrées, où l’architecture est entièrement maçonnée en brique. Les caves s’étendent exactement sous l’emprise de la maison actuelle construite au XVIIIe siècle. L’escalier qui permet de descendre au niveau inférieur est en brique. Il se situe le long de la façade, et débouche dans la pièce du milieu.

283La seconde cave est régulièrement inondée. Les parois sont en grès jusqu’à l’accroche de la voûte en brique sous le bâtiment. À l’aplomb de la façade, un large mur en brique a été maçonné, percé d’un passage qui communique avec le prolongement de la cave sous la rue où l’architecture est entièrement conservée en grès. La voûte en berceau s’élève à plus d’un mètre au-dessus de celle en brique maçonnée dans la partie située sous le bâtiment. Un mur de brique ferme la cave sous la rue, probablement maçonné lors de la pose des canalisations dans la rue qui ont vraisemblablement amputé la cave de son extrémité et suintent à travers le mur ce qui provoque l’inondation de la cave.

284Spécificités

285C’est la position de la seconde cave par rapport au bâtiment qui est la principale particularité. Elle se prolonge en effet en partie sous la rue et la maison montre que le bâtiment d’origine devait avoir une façade décalée vers la rue qui a donc été élargie avant le XVIIIe siècle. La hauteur de la voûte en grès conservée sous la rue indique qu’il n’y avait pas la place pour construire un niveau supérieur au-dessus de cette cave ; il y a aujourd’hui 1,5 m entre la voûte et le sol de la rue ce qui indique un exhaussement de la chaussée depuis la construction.

286Bibliographie.

287Pas de mention précise de la cave.

Situation-désignation. 1, rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 8a

288Dimensions

289Longueur : 4,1 m. Largeur : 3,8 m. Surface : 15,7 m2. Hauteur : 2,1 m.

290Plan-niveaux

291Le plan développé par la cave située sous la rue est perturbé par des adjonctions importantes en brique. Il est globalement rectangulaire et devait s’allonger parallèlement à la façade de la maison. Il n’existe qu’un seul niveau.

292Voûtement

293La partie conservée de la cave est couverte par une voûte en berceau qui retombe jusqu’au sol, maçonnée en moellons de grès, dont l’axe est parallèle à la façade.

294Description

295Située sous le trottoir et la rue, cette cave n’est accessible que depuis la cave en brique sous la maison du XVIIIe siècle qui forme l’angle de la rue de la Mairie et de la place d’Armes. Une ouverture suivie de quelques marches est percée dans le mur de façade et communique avec la cave sous la rue située en contrebas. La partie orientale de la cave est conservée en grès alors que des réfections en briques, qui ont vraisemblablement coupé la cave en deux volumes distincts, occupent la partie occidentale. Le berceau qui couvre la cave retombe jusqu’au sol sous la rue et se noie dans le mur en brique qui soutient la façade, ce qui atteste l’antériorité de la cave sur la maison.

296Spécificités

297Enterrée à près d’un mètre sous le niveau actuel de la rue, la cave était à l’origine visiblement plus grande. Elle a été coupée en deux volumes au moment de la reconstruction des maisons actuelles puisque les murs de brique qui y sont maçonnés s’alignent sur les limites de parcelles actuelles. Sa longueur restituée correspond à la largeur des deux parcelles mitoyennes et permet de restituer les dimensions de la maison médiévale qui occupait l’angle de la rue.

298Bibliographie

299Pas de mention de la cave.

Situation-désignation. 37, rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 8b

300Dimensions

3011er niveau. Largeur : 9 m. Longueur : 10 m. Surface : 90 m2. Hauteur actuelle : 2,60 m, 3,60 m à 3,80 m restituée.

3022e niveau. Largeur moyenne : 3,50 m. Longueur en développé : 50 m. Surface : 170 m2 Hauteur moyenne : 2,05 m.

303Plan-niveaux

304Les importantes structures qui forment cet ensemble sont conservées sur deux niveaux mais ne sont pas superposées. Le premier dessine un plan globalement carré situé en retrait de la rue de la Mairie. Le second est composé d’une succession de caves rectangulaires, perpendiculaires à la chaussée et parallèle pour l’extrémité sud. Plusieurs petites caves se greffent sur les côtés de ce réseau.

305Voûtement

306Le premier niveau est actuellement voûté de berceaux de briques mais possédait un plancher à l’origine. Tous les volumes du second niveau sont couverts de voûtes en berceau maçonnées en grès, qui retombent jusqu’au sol ou sont soutenues par des murs verticaux.

307Description

308Au premier niveau, les murs en grès sont conservés dans la plupart des parois, avec des réfections de brique plus ou moins importantes. Un mur de refend en grès constitué de deux arcs aux arêtes en quart de rond, soutenus par un pilier carré, coupe la cave au tiers de sa longueur. Seul le sommet du pilier, composé d’un tailloir carré sans chapiteau, émerge du sol moderne en béton. Plusieurs corbeaux sont encore visibles en haut de ce mur sur les deux faces. Dans l’angle sud-ouest, un puits comblé est encore accessible.

309Une pièce rectangulaire entièrement maçonnée en brique sépare la cave de la rue. C’est dans cette pièce que s’ouvre l’escalier en grès aujourd’hui muré qui communiquait avec le réseau situé en second niveau. Il est couvert d’une succession de forts linteaux en grès et s’étire entre deux parois maçonnées. Il s’ouvre dans l’extrémité nord du réseau, au bord de la rue de la Mairie. Le second niveau est composé de cinq volumes distincts, dont les différences de largeur et de hauteur sous voûtes montrent que leur construction n’a pas été simultanée.

310Deux d’entre elles s’étirent selon un axe nord-sud ; à la jonction entre ces deux volumes, une ouverture murée permettait d’accéder au puits observé au niveau supérieur. En face de l’escalier en grès s’ouvre une petite cave rectangulaire greffée sur le volume principal, dans laquelle quatre niches sont maçonnées dans chacune des parois.

311À l’extrémité sud de ces deux caves, un petit couloir a été ménagé qui communique avec une seconde petite cave, de dimensions très restreintes, où une seule niche est maçonnée dans la paroi sud.

312Une longue cave s’accroche perpendiculairement à l’extrémité sud de ce réseau et s’étire vers l’ouest, en direction de la cour à l’arrière de la mairie. Un escalier en brique y est maçonné qui communique avec les caves de la mairie et a été aménagé par la défense passive en 1940 comme l’indiquent encore des inscriptions. L’extrémité occidentale de cette cave présente une paroi qui n’est pas maçonnée, où le terrain naturel constitue la face d’attente, peut-être ménagée pour un agrandissement éventuel de la cave.

313Spécificités

314Les vestiges observés dans la cave du premier niveau permettent de restituer une couverture planchéiée à l’origine, reposant sur les corbeaux conservés et sur deux arcades soutenues chacune par un pilier, dont une seule est conservée. Le réseau du niveau inférieur n’est pas contemporain de cette première cave et il faut noter que les différentes caves qui le composent contournent soigneusement les fondations de la cave carrée plus ancienne.

315L’ensemble des caves du second niveau compose une structure qui s’apparente à un souterrain, dont la chronologie de construction est difficile à établir mais qui servait au stockage et pas au passage des personnes. L’extrémité nord de ce réseau s’avance un peu sous la rue de la Mairie où c’est une paroi en brique qui est maçonnée ; il n’a pas été possible de vérifier si le réseau se prolongeait au-delà.

316Bibliographie

317Première mention en 1391 lors d’un arrentement d’une « maison et ténement con dist del esquequier » dans lequel on ne pourra « faire aucune nouvellité en le celier… ne aucune cose qui puist grever ni empirer les boves » (FF 695 le 19.10.1391).

318Nombreux textes concernant cette cave collectés par Wagon (1II59).

Situation-désignation. Sous la mairie, rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 8c

319Dimensions

320Salle Ouest. Largeur : 8 m. Longueur : 8,7 m. Surface : 70 m2. Hauteur : 4 m.

321Salle Est. Largeur : 6 m. Longueur : 8,7 m. Surface : 53 m2. Hauteur : 4 m. Surface totale : 123 m2.

322Plan-niveaux

323Il s’agit de la « halle aux draps » actuelle, conservée sur un seul niveau en contrebas d’un mètre par rapport au sol extérieur. Située contre le beffroi, elle est divisée en deux pièces de tailles inégales et d’un petit local inséré entre les contreforts du beffroi.

324Voûtement

325Les deux pièces principales sont couvertes par des voûtes sur branches d’ogives en grès qui reposent sur des colonnes de même matériau au centre de chacune d’elles. La disposition des dix voûtains n’est pas régulière dans la salle principale, où l’on observe quatre branches d’ogives qui reposent dans les parois nord et est, alors qu’il n’y en a que trois dans les autres parois. Dans la seconde salle, ce sont huit voûtains régulièrement disposés qui composent l’ossature de la voûte.

326Description

327Il existait plusieurs escaliers qui permettaient de descendre dans la halle, orientés vers la rue et le passage couvert qui communique avec la cour à l’arrière de la mairie : seul celui-ci est conservé et sert d’accès principal à la cave, qui est éclairée par deux fenêtres étroites vers la rue. L’ensemble de la construction est construit en brique sur trois assises de grès, matériau qui est aussi utilisé pour les encadrements des ouvertures. Un mur épais de plus d’un mètre, percé d’une unique porte en son milieu, sépare les deux salles de la halle.

328Les deux colonnes qui supportent les voûtes au centre des pièces reposent sur des socles constitués de tailloirs récupérés et retournés. Les bases sont épaisses et frustres et supportent des fûts monolithes ; ils sont couronnés par des chapiteaux polygonaux. Dans les parois, les culs-de-lampe qui reçoivent les voûtains sont composés de deux parties assemblées, taillés avec soin et orientés en fonction de l’axe de la branche d’ogive.

329Spécificités

330La première particularité de cet ensemble est son enterrement très faible, qui en fait un exemple à part dans l’ensemble des caves Douaisiennes. C’est aussi la seule cave qui associe La brique avec le grès dans son architecture, mais peut-on parler de cave ?

331Les supports sont assez étonnants car ils montrent des traces évidentes de récupération, pour les fûts et les socles notamment : les bases hypertrophiées paraissent taillées en fonction des éléments récupérés à disposition qu’il convenait d’assembler correctement. Dans les autres caves à supports couronnés de chapiteaux polygonaux, les colonnes ne montrent jamais l’utilisation flagrante de morceaux récupérés et sont visiblement taillées pour la construction de la cave.

332Bibliographie

333La construction de ce bâtiment est détaillée dans les comptes de la ville des années 1464 et 1465 (CC 230, 231).

Situation-désignation. Rue de la Mairie, à droite du passage qui mène dans la cour à l’arrière de la mairie. Cote d’enregistrement : 8d

334Dimensions

335Largeur moyenne : 8 m. Longueur : 8,5 m. Surface totale : 68 m2. Hauteur : 3,9 m.

336Plan-niveaux

337La cave développe sur un seul niveau un plan globalement carré divisé en deux espaces de surface inégale par un mur de refend à arcades soutenant les voûtes disposées perpendiculairement à la façade.

338Voûtement

339Les deux volumes sont voûtés de berceaux de grès, à peine brisé dans le volume principal et nettement plus dans le second.

340Description

341C’est par un escalier récent en brique, percé dans la paroi arrière et qui communique avec les sous-sols des bâtiments municipaux, que l’on accède à la cave. L’escalier d’origine orienté vers la rue est encore parfaitement conservé dans l’angle ouest de la façade. Il développe une longue volée de marche soutenue par un segment d’arc appuyé contre le mur de façade. La voûte de cet escalier est composée d’une succession d’arcs brisés à arêtes chanfreinées disposés en ressauts. L’ensemble de l’architecture de la cave est en grès et conserve son état originel.

342Un épais mur de grès sépare les deux volumes de la cave. Il est percé de trois ouvertures voûtées en plein-cintre régulièrement percées dans ce mur, qui supporte les voûtes des deux volumes. Une ouverture percée au sommet de la voûte se prolonge par un conduit maçonné en grès et ouvrait à l’origine dans le passage qui mène dans la cour arrière de la mairie.

343Spécificités

344La hauteur sous voûtes, voisine de quatre mètres, est une particularité de cette cave. Son profil en arc brisé est identique à celui du passage du rez-de-chaussée.

345L’escalier à ressauts ne trouve de comparaison que dans la cave 10a, dans des dimensions plus réduites ; il révèle une grande maîtrise de la construction qui se retrouve dans l’ensemble de la cave, maçonnée avec un soin extrême.

346Bibliographie

347Cette cave est parfaitement datée et sa construction est décrite intégralement dans les comptes de la ville dans le courant de l’année 1464 (CC229, 230, 231). Les noms des maçons et charpentiers payés à « ouvrer les chintres pour tourner les vaulsures » y sont mentionnés, de même que le nombre de claveaux utilisés pour les arcs et le nom des « briseurs de grès » qui les ont fournis.

Situation-désignation. À l’angle de la ruelle des Juifs et de la rue de la Mairie. Cote d’enregistrement 8e

348Dimensions

349Longueur : 13,7 m. Largeur : 3 m. Surface : 41 m2. Hauteur : 2,8 m.

350Plan-niveaux

351La cave dessine un rectangle allongé perpendiculairement à la rue de la Mairie, sur un seul niveau.

352Voûtement

353L’ensemble de la voûte est constitué de petits voûtains en brique sur fer « I ».

354Description

355Situées à l’extrémité arrière de la parcelle, deux parois maçonnées en moellons de grès sont conservées, qui marquent l’emplacement de l’escalier d’origine dont les marches sont aujourd’hui en brique. Les parois avant et arrière de la cave sont conservées en moellons sur pratiquement toute leur hauteur, ainsi que dans la paroi le long de la ruelle, masquée dans sa partie arrière par des réfections en brique. Deux arcs clavés accolés sont en partie visibles à cet endroit. Un corbeau est conservé, curieusement positionné sous l’arc qui occupe le milieu du mur ; il en existe un second dans le mur arrière. En façade, un soupirail récent a été ménagé à travers la paroi en grès.

356Spécificités

357Il est assez curieux de constater que les arcs n’ont été maçonnés que dans la partie arrière du mur qui longe la ruelle. La présence du corbeau sous la courbe de l’un d’eux est aussi une singularité ; il permet, avec le second conservé dans la paroi arrière, de restituer un plancher comme couverture d’origine de la cave. Il ne reste pas de vestiges de construction médiévale dans la cave voisine, mais il semble cependant que les deux parcelles devaient être réunies pour ne former qu’une seule maison. L’escalier à l’arrière de la cave est un des rares exemples conservé, qui devait communiquer avec l’extérieur du bâtiment.

358Bibliographie

359Pas de mention précise de cette cave.

Situation-désignation. 147, rue de la Mairie, à l’angle de la rue des Minimes. Cote d’enregistrement : 8f

360Dimensions

361Largeur : 2,75 m. Longueur : 6,25 m. Surface : 17 m2.

362Largeur restituée : 6,75 m. Longueur restituée : 7,5 m. Surface restituée : 50,6 m2.

363Plan-niveaux

364La cave actuelle s’articule sur deux niveaux superposés, de plans rectangulaires, perpendiculaires à la rue de la Mairie. Seul le second niveau, dont les parois sont en retrait vers le centre de la parcelle par rapport aux murs du bâtiment, possède des caractéristiques médiévales.

365Voûtement

366Le premier niveau est voûté de berceaux de brique qui reposent sur des parois de matériau identique. Le second niveau est voûté en grès sur croisées d’ogives. Les murs sont en grès au nord et à l’est et les deux autres, mitoyens avec les maisons voisines, sont en briques.

367Description

368L’accès au premier niveau se fait par un escalier de bois en arrière de parcelle, alors que les traces de celui de façade, muré, sont encore visibles. Ce niveau est intégralement bâti en briques et ne présente pas de caractères anciens.

369Le second niveau est visiblement amputé de la moitié de sa surface, qui doit encore se trouver sous la maison voisine mais n’a pas été repéré. Le mur de brique qui noie la retombée des branches d’ogives dans la paroi sud, montre que cette partie a aussi été amputée.

370Le volume conservé dessine deux travées carrées dont les ogives se rassemblent et se noient dans la paroi mitoyenne ouest, à l’emplacement d’une colonne qui n’a pas été reconnue. La travée de façade présente des voûtes irrégulières où quatre branches d’ogives sont inégalement disposées alors que la clef de voûte montre cinq départs de voûte. Dans la seconde travée, les ogives sont au nombre de trois pour une clef prévue pour quatre.

371Spécificités

372La particularité de cette cave réside dans l’organisation des voûtes du second niveau particulièrement irrégulier, tant par le nombre d’ogives de chaque travée ne correspondant pas aux clefs, que par les angles des voûtains entre eux, notamment dans la première travée.

373Cependant, si l’on prolonge les ogives afin de restituer le voûtement complet d’origine, la première travée pourrait être non pas irrégulière mais au contraire spécifiquement aménagée en fonction de l’escalier d’origine, peut-être situé dans l’angle et d’autres ouvertures aujourd’hui disparues. Les voûtains inexistants, pourtant attestés par les clefs de voûte, pourraient avoir été démontés lors de l’édification des murs de briques qui ont définitivement divisé la cave.

374Le plan du second niveau, en décalage par rapport à celui du premier niveau, pourrait témoigner de l’emprise originelle des bâtiments.

375Bibliographie

376Première mention en 1380 de cellier et cave associés à la « maison des Royelles » située à l’angle des deux rues lors d’un mariage (FF587, no 248 du 21.01.1380) ; la « maison as roiielles » est connue depuis 1310 et son nom est associé à celui d’un bourgeois, « renier as roielles » dés 1291.

Situation-désignation. No 160, rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 8g

377Dimensions

378Largeur : 6 m. Longueur : 13 m. Surface : 78 m2. Hauteur : 2,20 m.

379Plan-niveaux

380Cave de plan rectangulaire, perpendiculaire à la rue, un seul niveau visible.

381Voûtement

382La cave est entièrement couverte par un long berceau de grès qui retombe jusqu’au sol.

383Description

384L’accès actuel s’effectue par un escalier arrière récent en brique. L’escalier de façade toujours utilisé pour les besoins de la boulangerie, est lui aussi en briques.

385Les parois latérales sont formées par les retombées du berceau en grès. Le mur de façade utilise le même matériau, à l’inverse de celui en fond de parcelle presque entièrement de briques. Le volume de la cave est occupé par deux constructions en parpaing, le long des parois latérales. Le mur de façade présente de nombreux ressauts en grès ; à l’est, une niche de faible hauteur au niveau du sol s’ouvre en direction de la chaussée, à côté de laquelle deux piliers de grès encadrent une paroi de brique qui condamne une ancienne ouverture, correspondant peut-être à l’escalier primitif. L’escalier actuel a été percé dans l’épaisseur du mur de grès et entièrement maçonné en briques.

386Un large conduit en grès, obturé par une maçonnerie en brique, s’ouvre dans la voûte à l’aplomb de l’escalier primitif.

387Spécificités

388Le mur de façade ne se situe pas à l’aplomb de la façade du bâtiment actuel, mais en retrait de près de deux mètres. Il témoigne de l’implantation ancienne du bâtiment. La portée du berceau de la voûte est une particularité de cette cave, alors que ce type de voûtement est d’habitude réservé aux caves de faibles largeurs.

389Bibliographie

390Pas de mention précise de la cave.

Situation-désignation. 190, rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 8h

391Dimensions

3921er niveau. Largeur : 10 m. Longueur : 11,3 m. Surface : 110 m2.

3932e niveau. Grande cave : Largeur : 7,5 m. Longueur : 16,8 m. Surface : 126 m2. Hauteur : 2,4 m.

394Cave sous la rue : Largeur : 7 m. Longueur : 7 m. Surface : 49 m2.

395Hauteur : 2,4 m.

396Surface totale du second niveau : 175 m2.

397Plan-niveaux

398Le premier niveau développe un plan globalement carré, alors que le second, sous la maison, dessine un rectangle perpendiculaire à la rue sur lequel se greffe une cave carrée sous la chaussée.

399Voûtement

400Le premier niveau est couvert de berceaux de brique perpendiculaires à la rue. Le second est voûté d’ogives dans la partie arrière et couvert d’arêtes très grossières sous la rue.

401Description

402Au premier niveau, la base des murs est en grès jusqu’à la hauteur d’ancrage des berceaux de brique, à l’exception du mur oriental entièrement maçonné en brique, le long de laquelle s’ouvre l’escalier d’accès au niveau inférieur. La cave est séparée en plusieurs pièces par des murs de refend en brique sur lesquels s’appuient les voûtes.

403Le volume principal du second niveau est constitué de deux nefs de trois travées, couvertes d’ogives et renforcées par de nombreux piliers en brique. A l’arrière, deux petits volumes voûtés en berceau prolongent chacune des deux travées ; des ouvertures étaient percées dans les voûtes et s’ouvraient dans la cour à l’arrière du bâtiment.

404Les deux nefs voûtées d’ogives ne se prolongent pas jusqu’à la façade. Elles en sont séparées par un massif plein à l’ouest dans lequel des traces d’ouvertures murées sont visibles ; il s’agit de l’emplacement de l’escalier qui ouvrait en droite ligne vers la rue. Un espace grossièrement carré couvert d’un berceau en grès prolonge la cave à l’est du massif ; un puits comblé au cuvelage en grès y est conservé. Cet espace communique avec la cave sous rue par un petit passage ménagé dans le fort mur de brique maçonné en renfort contre la paroi d’origine en grès, où l’on observe encore l’arc qui couvrait la large ouverture menant sous la rue.

405La cave qui s’y trouve est grossièrement carrée, fortement encombré par des gravats et soutenue en quatre points par des piliers de renforts en brique. Au centre, un pilier massif reçoit les arêtes très grossières des voûtes, soutenues dans la paroi nord par un pilastre saillant légèrement du mur. Un second devait exister dans la paroi sud, noyé aujourd’hui dans la maçonnerie de brique. Une branche d’ogive a été maçonnée dans l’angle nord-ouest afin de soulager une défaillance de la voûte.

406Spécificités

407Les deux colonnes qui soutiennent les branches d’ogives ont des chapiteaux polygonaux sans tailloir ni astragale à la base, et reposent sur une courte colonne posée sur une base à tore aplatie. Le sondage qui a mis au jour l’une de ces bases a révélé l’existence d’un sol de craie damée à 60 cm sous le sol actuel. Le long des parois latérales, ce sont des impostes polygonales soutenues par des piliers massifs de plans identiques qui supportent les retombées des voûtes. Cette élévation est à comparer avec celles des caves 8c, 8f, 7c et 9a.

408La présence du puits ouvert directement dans la cave est peut-être à mettre en relation avec une activité spécifique pratiquée dans la cave, à moins qu’il s’agisse d’une glacière, ce qui n’a pas pu être observé à cause des remblais.

409La cave sous la rue est tout à fait particulière notamment par l’archaïsme de sa structure, qui suggère une construction antérieure à celle de la cave voûtée d’ogives. Aucun élément ne permet cependant d’apporter plus de précision.

410Bibliographie

411La première mention de « chelier » est tardive et date de 1512 (FF 819), auquel sont associées des « boves » lors d’une vente en 1526 (FF824, No 28719).

8h

8h

Douai, ruelle de l’Évêque, site 225. Section à travers les caves médiévales. 1 : Sol de la cave, état actuel, 2. : Sol extérieur, état XVe-XVIe siècles. 3. : Sol du rez-de-chaussée actuel. 4. : Cave premier niveau, état actuel. 5. : Rue de la Mairie, état actuel. 6. : Sol du premier niveau de cave de la Période IIIA. 7 : Cave voûtée à nervures d’ogives. 8. : Puits. 9. : Cave annexe, sous la rue.

Situation-désignation. 164, rue de la Mairie, à l’angle de la ruelle des Juifs. Cote d’enregistrement : 8i

412Dimensions

413Largeur : 4 m. Longueur : 8 m. Surface : 32 m2. Hauteur : 1,85 m

414Plan-niveaux

415La cave est construite sur un seul niveau et développe un plan rectangulaire perpendiculaire à la rue de la Mairie. Entre la façade et la cave ancienne, un petit espace rectangulaire parallèle à la rue a été ménagé, en contre-haut du niveau de la cave.

416Voûtement

417La cave est couverte d’un berceau de grès retombant jusqu’au sol.

418Description

419C’est un escalier en brique qui permet d’accéder au fond de la cave. Un second escalier en grès communique avec le petit espace en contrehaut, situé à l’aplomb de la façade et dépourvu d’ouvertures vers la rue. Les parois latérales sont en grès et correspondent à la retombée de la voûte jusqu’au sol. La paroi arrière est aussi maçonnée en grès, alors qu’une épaisseur de brique a été maçonnée le long de l’élévation en grès du mur vers la rue, visible dans les parois de l’escalier de façade jusqu’à la hauteur du sommet de la voûte. Un demi-arc clavé assure la liaison entre le berceau et le mur de l’escalier.

420La jonction entre la voûte en berceau qui couvre la cave et l’ouverture de l’escalier est assurée par une arête partant du sol qui soutient le linteau limitant la trémie de l’escalier. Ces éléments montrent qu’il s’agit bien de l’escalier d’origine.

421Une ouverture est ménagée dans la voûte, au milieu du côté ouest, en direction de la ruelle des Juifs.

422Spécificités

423Cette petite cave est remarquable par la qualité des liaisons entre la voûte et l’escalier de façade et par sa position à deux mètres en retrait de la rue de la mairie, situation identique à celle de la cave voisine 8g. Ces deux caves témoignent de la position des façades antérieures aux alignements actuels.

424Bibliographie

425Pas de mention de cette cave.

Situation-désignation. 182, rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 8j

426Dimensions

4271er niveau : Longueur : 19,50 m. Largeur : 4,75 m. Surface : 92,60 m2. Hauteur : 2,40 m.

4282e niveau : Longueur : 18,90 m. Largeur : 4,50 m. Surface : 78,25 m2. Hauteur : 2,35 m.

429Plan-niveaux

430Plan rectangulaire très allongé, perpendiculaire à la rue, sur deux niveaux de plan identiques.

431Voûtement

432Le premier niveau est voûté dans sa moitié avant par un berceau de brique qui repose en partie sur des élévations en grès. La moitié arrière est couverte par un berceau en grès rythmé par des pénétrations ménagées entre des pilastres largement saillants des parois. La trappe d’accès au second niveau s’ouvre dans le sol de la seconde partie.

433Le niveau inférieur est voûté d’un long berceau de grès, avec cinq pénétrations du côté Est et quatre conservées du côté Ouest. La qualité de l’architecture, composée de moellons correctement taillés aux arêtes particulièrement soignées est supérieure à celle du 1er niveau supérieur.

434Description

435Premier niveau.

436L’escalier d’accès actuel en brique se situe au milieu de la cave, à l’extrémité arrière de la partie voûtée en brique. Il en existe un second en façade, toujours utilisé, maçonné le long d’un fragment de paroi en grès masquée au-delà par l’architecture de brique. Un corbeau subsiste dans cette paroi. L’élévation primitive en grès se retrouve vers l’arrière où un arc clavé en grès est masqué dans sa partie centrale par l’escalier de brique ; dans la paroi en vis-à-vis, le soubassement du mur de grès est conservé sur 1 m de hauteur avant le départ de la voûte de brique et sur une longueur de 2 m.

437Dans la partie arrière, les arêtes des pénétrations reposent sur des piliers largement saillants à l’ouest. Du côté est, les retombées des voûtes sont engagées dans la paroi exceptée celle du centre où se sont deux corbeaux juxtaposés qui soutiennent la voûte. Deux trappes condamnées s’ouvrent dans la voûte à l’arrière de la cave, en face de l’accès au puits muré en brique.

438Second niveau.

439On y accède par une trappe située devant le puits. Une seconde trappe murée s’ouvrait en façade et permettait l’accès au niveau supérieur, mais aucune trace d’escalier n’est visible.

440L’ensemble de ce niveau est rythmé par les pénétrations et les piliers massifs qui les séparent, qui constituent un ensemble à l’architecture très homogène. En façade, le long du mur ouest, un massif de grès prolongé en brique occupe l’ensemble de la première travée, emplie de gravats jusqu’au sommet de la voûte.

441Le puits à cuvelage de grès en forme de U s’ouvrait aussi à ce niveau, dont la profondeur n’a pas été reconnue.

442Spécificités

443La différence de qualité d’élévation entre les deux niveaux est une première particularité. Le premier est maçonné en moellons grossiers et les retombées ne sont pas symétriques, alors que la régularité est la qualité de la taille des moellons est la caractéristique du second. C’est particulièrement remarquable au niveau des arêtes des voûtes dont le détail est donné par les photographies. À ce niveau, dans la seconde travée à l’ouest, une ouverture murée en brique était ménagée et permettait d’accéder à un espace qui n’a pas été reconnu.

444Au niveau supérieur, les deux corbeaux qui supportent un court linteau sur lequel repose la voûte constituent une singularité. La restitution de la partie avant est délicate car le profil de la voûte en grès de la moitié arrière montre des traces d’arrachements qui pourraient laisser penser que le même voûtement se prolongeait vers l’avant ; cependant, la présence de l’arc clavé dans la paroi ouest semble indiquer une rupture dans le type de couverture de la cave, qui aurait aussi pu être un plancher jusqu’en façade.

445Bibliographie

446Pas de mention précise de cette cave.

Situation-désignation. 184, rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 8k

447Dimensions

448Longueur moyenne : 14,50 m. Largeur moyenne : 10,00 m. Surface : 145 m2. Hauteur : 2,80 m.

449Plan-Niveaux

450Plan rectangulaire perpendiculaire à la rue, avec un appendice carré établi en léger contrebas sous le jardin. Il n’existe qu’un seul niveau.

451Voûtement

452La cave principale est voûtée de deux berceaux de brique perpendiculaires à la rue qui reposent sur une paroi épaisse en brique, divisés en quatre pièces de dimensions inégales par des murs peu épais. La petite cave arrière est voûtée d’un berceau de grès de même orientation que ceux en brique.

453Description

454Deux escaliers condamnés accédaient au trottoir, à chaque extrémité du mur de façade. C’est un escalier interne en brique qui permet d’accéder aujourd’hui dans la partie arrière de la cave.

455Les murs arrière et de façade sont en grès, ainsi que le mur ouest sur une hauteur d’un mètre cinquante avant le départ de la voûte de brique. Deux ouvertures murées existent dans le mur de façade, qui communiquaient selon les propriétaires vers des caves sous rue qui seraient encore entières. Deux piliers massifs sont en partie visibles dans la paroi arrière et le mur latéral ouest ; ils pourraient témoigner de l’existence d’un système d’arcature soutenant le plancher d’origine.

456La petite cave qui se greffe à l’arrière, de plan presque carré, communique par un court escalier à la cave principale. Dans la paroi arrière, une niche est maçonnée ainsi qu’une ouverture qui se prolonge vers le jardin.

457Spécificités

458Il n’existe qu’un seul corbeau repéré à côté de l’escalier sud de la façade, qui pourrait témoigner de la couverture d’origine de la cave. À sa droite, l’accès vers la cave sous la rue est parfaitement visible ; les deux retraits successifs de la maçonnerie laissent un passage qui mesurait 0,90 m.

459Il n’existe aucune trace d’accès à un niveau inférieur, malgré la présence dans le second niveau de la cave voisine (8j) d’un passage muré.

460Bibliographie

461Pas de mention de cette cave.

Situation-désignation. 210, rue de la Mairie. Cote d’enregistrement : 8l

462Dimensions

463Largeur : 4,10 m. Longueur : 15,6 m. Surface : 64 m2. Hauteur : 2,35 m.

464Plan-niveaux

465Plan rectangulaire perpendiculaire à la rue, sur un seul niveau.

466Voûtement

467La moitié arrière est couverte d’un berceau en grès alors que dans la partie avant le berceau, moins large, est en brique.

468Description

469L’accès à cette cave s’effectue par un escalier prolongé d’un couloir qui conduit dans la moitié arrière. Le mur du fond est en brique et le grès n’est visible que dans la voûte qui retombe jusqu’au sol actuel. Deux marches permettent d’accéder à la moitié avant, entièrement maçonnée en brique. Dans l’angle ouest de la façade subsiste l’escalier condamné.

470Spécificités

471Bien qu’il n’existe pas de témoin, il est possible de supposer la présence d’un plancher sur la partie avant. Les murs de brique ont probablement été maçonnés devant ceux en grès, comme le montre le décalage de la largeur d’une brique entre les maçonneries avant et arrière ; de plus, la voûte de grès en berceau, à sa jonction avec celle de brique, n’est pas abîmée, mais au contraire parfaitement saine et présente un profil aux claveaux bien taillés. Un mur plat en grès conservé sur quelques assises témoigne de l’arrêt de la voûte à cet endroit dès la construction. C’était donc une cave à couverture mixte, voûtée à l’arrière et planchéiée à l’avant.

472Bibliographie

473Première mention en 1374 d’une « maison, chelier, eschoppes con dist dou blanch chelier, séant au pont aval, à l’opposite de le croix des poulles con dist de la rue des foullons, joignant as hallettes au pain et haboutant par derrière sur le rue de la triperie » (Brassart, 1534.4, p 122), qui pourrait correspondre à cette cave.

Situation-désignation. 37, rue de la Mairie, cave sous la rue des Minimes. Cote d’enregistrement : 9a

474Dimensions

475Actuelles. Largeur : 5,25 m. Longueur : 6,25 m. Surface : 46 m2. Hauteur : 2,00 m.

476Restituées. Largeur : 10,5 m. Longueur : 11,5 m. Surface 120 m2. Hauteur : 4 m.

477Plan-niveaux

478La cave conservée est rectangulaire, parallèle aux bâtiments. Elle est constituée de deux nefs de trois travées et un seul niveau a été observé.

479Voûtement

480La cave est entièrement voûtée d’ogives reposant sur deux colonnes sous le mur de façade du bâtiment actuel et des consoles dans les murs. Les voûtes sont sectionnées à la clef sous le mur de façade et le sol est composé d’une épaisseur de remblai importante qui noie totalement les colonnes supportant les voûtes de la cave.

481Description

482Cette cave est aujourd’hui condamnée suite à des travaux de voirie effectués au cours de l’été 2002. On y accédait en passant par la cave en brique sous le bâtiment formant l’angle de la rue. Deux ouvertures communiquaient avec les vestiges sous la rue. L’ensemble de l’architecture est en grès, hormis une cloison en brique au sud qui condamne la dernière travée, conservée cependant mais inaccessible.

483Sous la façade, les voûtes et branches d’ogives ont été coupées lors de la construction du bâtiment au XVIIIe siècle et des piliers en briques reliés par des cloisons ont été maçonnés, ainsi qu’un puits aujourd’hui muré. Les culs de lampe qui reçoivent les arcs doubleaux s’ancrent dans de forts piliers qui séparent des arcades profondes de 0,80 m dans la paroi ouest, située dans l’alignement de la rue, et de 0,30 m dans le mur nord. Les colonnes semblent être monolithe comme l’a révélé un court sondage effectué en 1995. Elles sont couronnées de chapiteaux octogonaux.

484Malgré les amputations des voûtes, le plan originel peut être restitué. La cave développait un plan carré de trois nefs à trois travées, avec quatre colonnes disposées en carré au centre pour soutenir les voûtes.

485Spécificités

486Le niveau du sol ainsi que sa nature n’ont pu être observés, le sondage effectué ayant révélé la présence de l’eau à 40 cm de profondeur.

487Dans l’angle nord-ouest, qui correspondait au coin de la maison, les branches d’ogives sont curieusement décalées et ne retombent pas sur les supports prévus à cet effet. Ce décalage n’est pas sans rappeler celui observé dans la cave 8f qui forme l’autre angle de la rue des Minimes et se trouve donc en vis-à-vis de celle-ci. Il s’agit sans doute de l’emplacement de l’escalier d’origine qui ouvrait, dans chacune des deux caves, sur l’angle de la maison et a imposé la modification du système de voûtement pour en ménager le passage.

488Bibliographie

489Première mention de caves en 1374 lors d’une vente (FF 678, 1 °, vente du 26.09.1374) de la maison « séans sur le rue con dist dou pont amont à Douay en partie et l’autre sour le rue dou gran més faisant touquet au pont croisiet... comme elles sont en boves, cheliers... ».

Situation-désignation. 32, rue des Minimes. Cote d’enregistrement : 9b

490Dimensions

491Largeur : 4,75 m. Longueur : 11 m. Surface : 52,25 m2. Hauteur : 2,25 m.

492Plan-niveaux

493La cave développe un plan rectangulaire perpendiculaire à la rue, sur un seul niveau.

494Voûtement

495Un berceau en grès retombant jusqu’au sol couvre l’ensemble du volume de la cave.

496Description

497L’accès actuel se fait par un escalier en brique à l’arrière de la cave. Au sud de la façade, un escalier en grès parfaitement conservé est toujours en service. Le mur du fond de la cave est en totalité maçonné en grès, alors que c’est une paroi de brique qui est maçonnée sous la façade, condamnant sans doute un accès vers un appendice sous la chaussée. L’escalier de façade s’inscrit entre la paroi latérale de la cave et un mur maçonné en grès qui présente quatre corbeaux jumelés et superposés à son extrémité supérieure. Ils témoignent d’un aménagement aujourd’hui disparu et supportaient sans doute le linteau primitif qui ménageait l’ouverture de l’escalier. Celui-ci est en effet couvert d’une voûte en grès, prolongée par de la brique dans sa partie haute, qui paraît être un aménagement postérieur. Une trappe verticale condamnée, aux parois de grès, s’ouvre dans la voûte à l’aplomb du mur de brique en façade.

498Spécificités

499Il n’y a pas d’élément remarquable dans cette cave.

500Bibliographie

501Pas de mention de cette cave dans les textes.

Situation-désignation. 15, rue des Minimes, moitié sous le bâtiment et moitié sous le trottoir. Cote d’enregistrement : 9c

502Dimensions.

503Largeur moyenne : 7 m. Longueur moyenne : 8 m. Surface : 56 m2. Hauteur : 2 m.

504Plan-niveaux.

505La cave sur un seul niveau présente un plan très irrégulier dû aux réaménagements successifs, grossièrement trapézoïdal, parallèle à la rue.

506Voûtement.

507La moitié située sous le bâtiment est couverte par un berceau en grès. Sous le trottoir, le berceau est pourvu d’une pénétration qui prend appui sur le sommet d’une paroi à trois arcades ; les deux colonnes qui la soutiennent sont situées sous le mur de façade du bâtiment.

508Description.

509C’est un escalier en brique intérieur qui permet de descendre dans la cave dont les petits côtés sont maçonnés en brique. Sous le mur de façade, dans l’axe du sommet de la voûte, un mur en brique a été construit pourvu de piliers massifs afin de soutenir l’élévation. Il longe une arcature en grès composée de trois arcs qui ne sont pas chanfreinés et construits en grès grossièrement taillés. À l’extrémité nord, l’arc repose sur un pilier massif en grès pourvu d’une console alors que celui situé à l’extrémité sud se noie dans le mur de brique sans que sa retombée soit visible. Deux colonnes à fûts monolithes supportent l’ensemble de l’élévation. Elles reposent sur des bases circulaires à deux tores mises en évidence par un sondage et sont couronnées par des chapiteaux pourvus de crochets sphériques très saillants, dont la rondeur est adoucie par une ligne incisée dans la diagonale du chapiteau. À la verticale de la colonne nord, quatre corbeaux juxtaposés deux à deux et superposés émergent du mur, qui témoignent de l’existence d’un plancher dans un état antérieur.

510Spécificités.

511Les chapiteaux sont un élément remarquable de cette cave. Ils se caractérisent par leur aspect extrêmement lisse, sans les ornementations caractéristiques des chapiteaux à crochets que sont les tiges de feuilles stylisées, qui prennent naissance à l’astragale et viennent s’enrouler aux crochets. La présence des corbeaux indique que les voûtes, en berceau sous le bâtiment et à pénétration sous le trottoir, correspondent à une étape de réaménagement de la construction qui a conservé le refend supportant le plancher d’origine. L’état primitif serait alors un bâtiment avec une cave planchéiée. Comme les vestiges conservés sont situés à prés d’un mètre de profondeur sous le sol et que la cave est en partie sous la rue, cela permet de restituer le niveau du sol primitif un mètre plus bas qu’aujourd’hui et l’emplacement de la façade du bâtiment vers le milieu de la chaussée, donc une rue plus étroite.

512Bibliographie

513Pas de mention précise de cette cave.

Situation-désignation. Rue de Minimes, à l’arrière des bâtiments municipaux formant l’angle de la rue. Cote d’enregistrement : 9d

514Dimensions

515Largeur : 3,7 m. Longueur : 5,75 m. Surface : 21,3 m2. Hauteur : 2,30 m.

516Plan-niveaux

517Sur un seul niveau, de plan globalement rectangulaire.

518Voûtement

519La cave est voûtée d’un berceau de grès qui repose sur des murs droits d’une hauteur voisine d’un mètre.

520Description

521L’accès se fait par la cave des bâtiments municipaux qui forment l’angle de la rue. Les deux caves sont au même niveau, ainsi que la cave 9e. L’ouverture actuelle est percée dans la paroi sud en grès, dans laquelle un montant de la porte d’origine couverte par un linteau sur coussinet est encore en place.

522Spécificités

523Le linteau de la porte se situe à 1,20 m au-dessus du sol, ce qui laisse supposer que le niveau de sol primitif devait être plus bas. Au centre du linteau, un grès vertical semble être la clef d’un arc de décharge disparu dans sa moitié gauche à cause de l’ouverture actuelle, dont l’autre moitié, aux claveaux irréguliers se devine à droite de la porte d’origine.

524Les dimensions sont identiques à celles de la cave 9e. Les accès à ces deux caves sont face-à-face ; elles pourraient faire partie d’un ensemble construit simultanément, dont l’élément central qui faisait la jonction entre les deux volumes aurait été remplacé par la cave en brique actuelle lors de la reconstruction des bâtiments au xviiie siècle.

525Bibliographie

526Pas de mention de cette cave.

Situation-désignation. Sous la rue des Minimes, à côté du coude qu’elle forme pour rejoindre l’arrière de la mairie. Cote d’enregistrement : 9e

527Dimensions

528Largeur : 3,6 m. Longueur : 5,75 m. Surface : 20,7 m2. Hauteur : 1,80 m.

529Plan-niveaux

530Sur un seul niveau, de plan globalement rectangulaire parallèle à la façade du bâtiment.

531Voûtement

532La cave est voûtée d’un berceau de grès parallèle à la rue qui retombe jusqu’au sol.

533Description

534On accède à cette cave par celle située sous le bâtiment qui forme l’angle de la rue. Les deux caves sont au même niveau et le passage qui les relie correspond à l’épaisseur des fondations du bâtiment. L’ensemble de la cave est maçonné en grès.

535Spécificités

536Aucune caractéristique.

537Bibliographie

538Pas de mention précise de cette cave.

Situation-désignation Rue des Minimes. Cote d’enregistrement : 9f

539Dimensions

540Largeur : 7,25 m. Longueur : 12 m. Surface : 87 m2. Hauteur : 2,60 m.

541Plan-niveaux

542Plan globalement rectangulaire perpendiculaire à la rue, sur un seul niveau. Un mur de refend en brique sépare la cave en deux volumes inégaux. Une ouverture murée en façade permettait d’accéder à la cave 9g située sous la rue.

543Voûtement

544La cave est couverte de deux berceaux de brique, perpendiculaires à la rue, qui s’accrochent dans les parois longitudinales en grès.

545Description

546Ménagé le long de la paroi ouest, un escalier en brique constitue l’accès actuel à la cave qui disposait d’un escalier de façade d’origine vers le trottoir dans l’angle nord-est de la façade. Les parois visibles sont maçonnées en grès proprement taillés et assisés. Dans le mur ouest, deux forts massifs de maçonnerie de grès sont saillants de la paroi, ainsi que la base d’un pilier de faible largeur vers le milieu de la façade, pourvu d’un corbeau à un mètre du sol. L’ouverture murée, contemporaine de la construction du mur de façade, se trouve à la gauche de ce pilier. Elle ouvrait sur un couloir voûté en berceau formant un demi-cercle qui débouchait dans la cave sous la rue.

547Une unique niche s’ouvre dans le mur à côté de l’escalier de façade.

548Spécificités

549Malgré les dimensions assez considérables de cette cave, il n’y a pas de trace de pilier intermédiaire ni de corbeau dans les murs arrière ou de façade qui permettrait de confirmer l’hypothèse d’un plancher à l’origine. Il n’y a pas non plus de trace de départ de voûte sur les piliers massifs du mur ouest. Comme la voûte actuelle mesure plus de 0,8 m d’épaisseur, les corbeaux éventuels y sont peut-être noyés.

550Le pilier de façade avec son corbeau pourrait être le seul vestige d’un système d’arcatures de refend destinées à soutenir un plancher, car même si ses proportions semblent grêles, sa situation au tiers de la largeur permet la restitution d’un second pilier en façade à égale distance, ainsi que deux autres en vis à vis dans le mur du fond, invisibles car noyés dans les maçonneries de briques.

551Le raccordement avec la cave sous la rue est une singularité de cette cave. Lors de la construction, cet aménagement a permis de réutiliser une cave plus ancienne dont les ouvertures d’origine étaient condamnées. Cette constatation permet d’établir une chronologie relative entre ces deux caves ce qui, mis en relation avec les autres caves relevées à l’angle de la rue des minimes, permet de comprendre l’évolution de la voirie dans le secteur.

552Bibliographie

553Pas de mention de cette cave.

Situation-désignation. Sous la rue des Minimes, derrière la mairie. Cote d’enregistrement : 9g

554Dimensions

555Longueur : 10,40 m. Largeur : 5,20 m. Surface : 54,8 m2. Hauteur : 3,00 m.

556Plan-niveaux

557La cave affecte un plan rectangulaire sur lequel se greffe un couloir semi-circulaire. Un seul niveau.

558Voûtement

559L’ensemble du volume est couvert par un berceau de grès qui semble reposer sur des parois verticales d’une hauteur voisine de 0,80 m.

560Description

561Située sous la rue, cette cave a été ouverte à l’occasion des travaux effectués sur la voirie au cours de l’été 2002. L’emplacement de l’escalier a été mis au jour et conservé, fermé par une plaque d’égout qui constitue l’accès actuel à la cave. Fortement remblayée et en partie inondée, le relevé de la cave n’a pu être effectué que dans les grandes dimensions. Elle compose globalement un rectangle voûté d’un berceau de grès et fermé à l’extrémité est par une cloison de grès dans laquelle s’ouvrent l’ouverture d’un puits et l’extrémité d’un couloir semi-circulaire. Cette paroi témoigne d’un réaménagement de la cave puisqu’elle vient se caler sous le berceau principal et, à l’aplomb du puits, condamne une trappe ouverte dans la voûte primitive.

562Le couloir semi-circulaire qui s’ouvre dans cette paroi est entièrement voûté d’un berceau de grès et contourne le cuvelage du puits. Il s’ouvre dans la cave par un arc clavé, ancré dans la maçonnerie du berceau principal, et communiquait avec la cave 9f par une porte aujourd’hui murée.

563Spécificités

564Cette cave correspond à l’emplacement d’une maison comme en témoigne la trappe dans la voûte qui n’ouvrait pas au milieu de la chaussée. Il y a donc eu un remaniement important de la voirie à cet endroit. Le puits semble avoir été réintégré dans la maçonnerie de la paroi et s’ouvrait en cave et au niveau supérieur. La condamnation de son ouverture correspond à la phase de construction du mur et du couloir semi-circulaire, qui paraît contemporain de l’édification de la cave 9f. Il semble donc que la cave, condamnée à cause du percement de la rue, a été annexée à une autre cave et reliée par un couloir, à une époque qu’il est difficile de préciser.

565Bibliographie

566Pas de mention de la cave.

Situation-désignation. 5 rue des Minimes, cote d’enregistrement 9h

567Dimensions

568Actuelles : Longueur : 9 m. Largeur : 6 m. Surface : 54 m2. Hauteur : 2 m.

569Restituées : Longueur : 10 m. Largeur : 9 m. Surface : 90 m2. Hauteur : 3,5 m.

570Plan – niveau

571Les parties conservées de la cave se présentent sous la forme d’un rectangle peu allongé parallèle à la rue et divisé en deux volumes identiques par un mur en brique qui se superpose à une élévation en grès antérieure. Un seul niveau visible.

572Voûtement

573Les deux parties de la cave sont couvertes par des voûtes de brique affectant un profil d’arcs segmentaires.

574Description

575L’escalier récent en brique se trouve au centre de la paroi arrière de la cave et longe le mur de refend. Il n’existe pas de trace d’un autre accès notamment orienté vers la rue. La plupart des parois de la cave sont en brique et il reste peu d’éléments conservés en grès. Noyés dans le mur de refend, deux arcs clavés composés de moellons grossièrement taillés sont en partie visibles. Ils se rejoignent au centre de la paroi et doivent reposer sur un support qui n’a pas été reconnu puisque le sol est bétonné. En façade, un arc clavé en grès est conservé dans la moitié sud de la cave et devait reposer sur un support au centre de la paroi, qui n’a pas été dégagé. L’arcade de refend qui sépare les deux volumes de la cave devait aussi se raccorder sur ce support, comme l’indiquent la taille et l’orientation de l’arc vers la façade, amputé de moitié. Sous l’arc noyé dans le mur de façade, la paroi est en brique et semble cloisonner un volume sous la rue qui pourrait être conservé.

576Dans les parois latérales de la cave, certains petits fragments d’élévation sont conservés qui permettent de proposer la restitution du volume d’origine de l’ensemble.

577Spécificités

578À l’image de la cave 9c conservée sur le même rang de maison, cette cave devait être couverte par un plancher qui reposait sur un système d’arcatures longitudinales et transversales. Des sondages ménagés à la verticale des retombées pourraient permettre de dégager les supports et d’observer les types de chapiteaux qui les couronnent afin d’améliorer les critères de datation. Le percement de la paroi en brique vers la rue pourrait être aussi intéressant et permettre de restituer l’emprise originelle de la cave. Cette position, en partie sous la rue et le bâtiment, est à comparer avec celles des caves 9c et 9a : elle témoigne de l’élargissement de la rue qui correspond à l’alignement des façades XVIIIe qui forment l’ensemble de ce côté de la rue.

579Bibliographie.

580Pas de mention de cette cave.

Situation-désignation. 44 rue de Paris, à l’angle avec la rue Godin. Cote d’enregistrement : 10a

581Dimensions

5821er niveau. Largeur : 5 m. Longueur : 12 m. Surface : 60 m2. Hauteur : 2,90 m.

5832e niveau. Largeur : 5 m (est) et 3,8 m (ouest). Longueur : 12 m (est) et 4,5 m (ouest). Surface totale : 77 m2. Hauteur : 2,20 m.

584Plan-niveaux

585Deux niveaux de caves.

586Au premier niveau, deux caves rectangulaires perpendiculaires à la rue, juxtaposées et séparées par un épais mur de brique. Celle à l’angle des deux rues est plus courte que la seconde.

587Le second niveau est situé sous la plus grande des deux caves. Il est divisé en deux parties ; la première développe un plan rectangulaire perpendiculaire à la rue, de dimensions identiques à la cave du niveau supérieur. La seconde dessine un rectangle plus petit et moins régulier, greffé à l’arrière de la cave de façade.

588Voûtement

589Au premier niveau, les caves sont voûtées de berceaux en brique perpendiculaires à la façade. Les voûtes en grès du niveau inférieur ont un profil d’arc segmentaire et reposent sur des parois verticales de faible hauteur. La voûte du volume arrière s’élevant moins haut qu’à l’avant le profil en arc segmentaire y est encore plus prononcé.

590Description

591Un seul escalier moderne permet d’accéder à l’ensemble des caves, par celle située à l’angle des rues. Il en existait un second dans la grande cave, aujourd’hui muré. Il y avait un escalier en façade dont il ne subsiste que les traces de l’emplacement dans les voûtes en brique.

592Les vestiges d’élévation en grès se trouvent dans le mur de façade de la petite cave où un arc clavé est encore visible, et dans la grande cave. L’intégralité du mur arrière est en grès où un arc clavé se dessine nettement, au-dessus duquel subsiste un corbeau esseulé. Des arcs du même type rythment l’ensemble de la paroi nord mais sont en grande partie masqués par la retombée du berceau de brique ; ils sont visibles à chaque extrémité et au fond de niches ménagées dans la paroi. En façade, une large porte murée aux montants en grès qui permettait d’accéder à un appendice sous la rue selon le propriétaire, est le seul élément en grès conservé.

593Il faut emprunter un escalier en grès qui longe la paroi de séparation des caves du premier niveau pour accéder à la cave inférieure. À la jonction avec la voûte de la cave, l’escalier est couvert par deux arcs en tiers points à arêtes chanfreinées, formant une courte voûte à ressauts. Le volume principal de la cave inférieure est largement encombré par une masse de remblai. On y observe néanmoins une large trappe ménagée au sommet de la voûte vers la façade, ainsi que la structure de l’escalier qui ne repose pas sur un massif plein mais un segment d’arc qui s’appuie dans les reins de la voûte. A l’arrière, une porte couverte par un segment d’arc, dont les gonds des vantaux subsistent, permet d’accéder à la petite cave dans laquelle une unique niche s’ouvre dans la paroi du fond. Dans la voûte, à l’aplomb de la niche, subsiste une trappe murée qui témoigne de la présence d’un niveau supérieur aujourd’hui disparu.

594Spécificités

595Au premier niveau, le corbeau dans le mur ouest témoigne de l’existence d’un plancher aujourd’hui disparu, couvrant la cave nord. Il est difficile d’affirmer que les deux caves du premier niveau ne formaient qu’un seul volume à l’origine. L’ensemble des arcs dans les parois de la grande cave est aussi une particularité de la construction, qui se retrouve à l’identique dans la cave 7d.

596La principale caractéristique du second niveau réside dans la qualité de la construction où les grès qui composent voûtes et parois sont taillés avec un soin extrême. Cette technique de construction, associée à la présence de l’arc qui supporte l’escalier et de la voûte à ressaut, se rapproche des particularités techniques de la cave 8d.

597Bibliographie

598La première mention de cave, tardive, date de 1568 à l’occasion de l’élaboration d’un document fiscal, qui mentionne à cet endroit la location pour 12 Livres d’un « celier sur rue » (DD272, Fo 28).

Situation-désignation. 46 rue de Paris, à l’angle de la rue Godin. Cote d’enregistrement : 10b

599Dimensions

6001er niveau : Longueur : 12,5 m. Largeur : 6,5 m. Surface : 81 m2. Hauteur : 2,9 m.

6012e niveau : Longueur : 9,25 m. Largeur : 6,5 m. Surface 69 m2. Hauteur 3,7 m.

602Plan-niveaux

603Cave de plan rectangulaire, perpendiculaire à la rue de Paris, sur deux niveaux. La seconde cave n’occupe qu’une partie de la surface développée par celle du premier niveau.

604Voûtement

605Le premier niveau est voûté d’un berceau de brique parallèle à la rue Godin et pavé de grès. Le second est voûté d’arêtes reposant sur deux colonnes au centre de la cave et sur des piliers saillant des parois le long des murs latéraux. Le sol est remblayé sur près d’1,5 m.

606Description

607C’est par l’arrière de la parcelle que l’on accède à la cave par un escalier droit et large en grès. Les parois et les marches sont conservées ainsi que les corbeaux qui supportaient le linteau disparu. Un second escalier existe encore dans l’angle nord de la façade, qui dessert d’une seule volée de marches les deux niveaux de la cave.

608Les parois latérales et la façade de la cave supérieure sont en brique et l’ensemble est couvert par une voûte en berceau qui retombe jusqu’au sol. Elle est vraisemblablement maçonnée devant l’élévation en grès d’origine qui est visible sous le soupirail ouvrant vers la rue Godin. À cet endroit, on peut remarquer l’extrémité d’une niche couverte en bâtière par deux pierres. Le mur du fond est intégralement monté en grès. Deux niches en bâtière s’ouvrent au ras du sol à côté de plusieurs forts linteaux en grès inclinés à 45° qui couvrent un conduit menant à la cave inférieure. Ce conduit recoupe une troisième niche dont quelques traces sont encore visibles. Un corbeau est conservé en haut de cette paroi au sommet de laquelle une large surface plate est ménagée ; l’orifice du conduit s’y ouvre, encore protégé par une forte grille, en vis-à-vis d’une ouverture ménagée dans la paroi vers la cour arrière de la maison.

609L’escalier de façade est l’unique accès à la cave du second niveau. Elle est entièrement construite en grès, parfaitement conservée malgré l’épais remblai qui noie les supports jusqu’au niveau du tailloir des colonnes. L’ensemble est voûté d’arêtes et les parois sont rythmées par des arcs brisés dans chacune des travées. Des niches s’ouvrent sous chacun de ces arcs. À l’angle sud de la paroi du fond, une ouverture est pratiquée dans la paroi qui permet d’accéder à un couloir de faible largeur, couvert par une succession de linteaux en grès, qui permettait au bout de quelques mètres d’atteindre une autre cave, aujourd’hui comblée, dont seule la porte a été repérée. Une trappe est ménagée au centre de la voûte de la travée arrière, qui correspond à l’extrémité du conduit observé au niveau supérieur. Les colonnes qui supportent les voûtes sont composées d’un fût monolithe posé directement sur une plinthe carrée, sans l’intermédiaire d’une base. Les chapiteaux qui les couronnent sont du type « à crochets », parfaitement bien conservés. Le sol, observé lors du nettoyage d’un sondage pratiqué afin de mettre au jour la colonne, est composé d’une couche de calcaire pilé très compacté.

610Spécificités

611Les niches du premier niveau constituent la première particularité de cette cave et ne se rencontrent dans aucune autre. Il est délicat de préciser quelle pouvait être leur fonction, particulièrement dans la paroi arrière où il y en a trois alignées. Elles s’ouvrent aujourd’hui au ras du sol, position qui témoigne d’un remaniement interne de la cave, probablement le creusement du second niveau postérieur au premier comme l’indique le conduit qui coupe l’une des niches. La cave devait être couverte par un plancher à l’origine comme en témoigne le corbeau conservé, mais sa grande largeur suppose l’utilisation d’une arcature de refend dont il ne subsiste aucune trace.

612Les arcs brisés qui rythment les côtés de la seconde cave sont aussi une spécificité de la construction, ainsi que le couloir de communication souterrain, réaménagé comme le montre la distorsion des assises de grès à l’endroit de l’ouverture dans la paroi. Il est particulièrement dommage de ne pas pouvoir observer la cave dans laquelle il communiquait.

613Bibliographie

614Première mention en 1385 lors du louage de « le moitié du hault celier au lez sur le rue avec toute le bove de la maison… » (FF 689. 15.08.1385).

615De nombreux textes concernant la cave ont été rassemblés par (1II59 et 1 II29, AMD).

Situation-désignation. 144 rue de Paris. Cote d’enregistrement : 10c

616Dimensions

617Avant. Largeur : 6,5 m. Longueur : 10,2 m. Surface : 66 m2. Hauteur : 2,6 m.

618Arrière. Largeur : 4,5 m. Longueur : 4,7 m. Surface : 21 m2. Hauteur : 1,9 m.

619Plan-niveaux

620Sur un seul niveau, cave en deux parties, composée d’un espace rectangulaire perpendiculaire à la rue et divisée par un mur de refend parallèle à la façade ; à l’arrière un petit appendice de plan carré se greffe sur le volume principal.

621Voûtement

622La partie avant est voûtée de deux berceaux en brique reposant sur le mur de refend intermédiaire et la partie arrière est couverte d’une voûte d’arêtes dont le centre est occulté par une maçonnerie moderne.

623Description

624Un escalier récent en brique permet d’accéder le long de la paroi latérale nord, derrière le mur de refend. À l’aplomb de la façade, la paroi est intégralement montée en briques d’où émergent, à l’angle nord-est et au centre, deux piliers de grès dont les parties hautes sont noyées dans la voûte en berceau. Un troisième pilier occupe l’angle sud-ouest à l’arrière de la cave. Un arc en grès, composé de pierres de dimensions variées et très peu taillées, est visible dans le mur sud, à proximité de la façade, intégré dans les réfections en briques.

625La petite cave arrière carrée communique avec le volume de façade par un court passage aux montants en grès, prolongé en brique vers l’est. La lecture des parois de cette cave est difficile à cause des enduits et des reprises de la maçonnerie en briques. Les angles visibles sont montés en moellons de grès ainsi que les parois, à l’exception du mur sud qui semble être intégralement monté en brique. Un petit soupirail aux montants en brique, percé au centre de la paroi nord, prend le jour dans la cour de la maison.

626Spécificités

627L’arc maçonné grossièrement avec des grès peu taillés est le seul témoin de l’élévation des parois d’origine du volume de façade. Les piliers en grès qui débordent encore des maçonneries de brique ne révèlent aucune trace de départ de voûte, ce qui laisserait supposer que l’ensemble de la partie avant était couvert par un plancher.

628Bibliographie

629Pas de mention précise de cette cave.

Situation-désignation. Place d’armes, bâtiment du « Dauphin ». Cote d’enregistrement : 11a

630Dimensions

631Largeur : 5,5 m. Longueur : 6,5 m. Surface : 35,75 m2. Hauteur : 2,40 m.

632Plan-niveaux

633Cave rectangulaire parallèle à la rue, sur un seul niveau, située à l’arrière du bâtiment de façade.

634Voûtement

635La cave est couverte par un berceau en grès qui repose sur des courtes parois verticales.

636Description

637Il faut passer par les caves du bâtiment du XVIIIe siècle situé en front de rue pour accéder à l’escalier en brique de quatre marches, ménagé dans la paroi orientale de la cave. À cet endroit, la voûte présente des traces d’arrachements qui montrent que la cave a été amputée d’une partie de sa surface. À l’inverse, l’extrémité orientale de la voûte n’est pas abîmée et s’interrompt nettement. Elle est prolongée par une courte voûte en brique qui repose sur le mur occidental qui ferme la cave construite dans le même matériau.

638La voûte en berceau qui couvre la cave est maçonnée en moellons soigneusement taillés et repose sur des murs verticaux de faible hauteur. Un sondage effectué le long de la paroi sud a révélé la présence du sol d’origine, constitué d’une couche de calcaire pilé et fortement compactée posée sur le terrain naturel, 0,30 m sous le sol actuel.

639Spécificités

640De longs grès grossièrement taillés ont été employés pour le soubassement du mur sud, probablement issus d’une récupération. Aucun autre élément particulier n’existe dans cette cave. Sa situation le long de la place d’armes seule en fait une structure particulière, puisqu’elle est l’unique témoin des nombreuses caves médiévales construites autour de la place et révélées par les textes, détruites lors des deux guerres.

641Bibliographie

642En 1373, lors de la vente de parts d’une maison, dite « la bretesque », il est précisé qu’il y a « un cellier situé du côté vers la porte de la cour… et les deux autres joignant ensemble situés du côté de la porte du marché » (FF 677, NO 7798, le 28.01.1373). Cette maison fut rachetée pour construire le bâtiment actuel.

Situation-désignation. Lycée agricole rue de l’Université. Cote d’enregistrement : 12a

643Dimensions

644Largeur : 12,7 m. Longueur : 14,7 m. Surface : 187 m2. Hauteur : 2,5 m.

645Plan-niveaux

646La cave ne dispose que d’un seul niveau. Elle développe un plan rectangulaire parallèle à la rue, en léger retrait, divisé en trois volumes par de larges murs de refend en brique.

647Voûtement

648L’ensemble est entièrement couvert par trois berceaux de brique, perpendiculaires à la rue, qui reposent au centre sur deux murs dont les assises inférieures sont en grès jusqu’au départ des voûtes en brique qui sont posées sur un ressaut de la maçonnerie en grès.

649Description

650L’accès à cette cave s’effectue par un escalier moderne le long de la paroi nord. Il longe une paroi dont les soubassements sont en grès et qui se raccorde sur le premier mur de refend transversal par un petit arc clavé en grès. Face à cet escalier, un second arc reposant sur deux pilastres saillant des parois est conservé. Il en existe quatre autres qui sont situés à chacune des extrémités des deux parois de refend et permettent le passage entre chacun des volumes. Quelques traces d’élévation en grès ont été relevées dans les parois, entièrement maçonnées en briques.

651Spécificités

652Les deux murs de refend présentent un retrait de la maçonnerie de 15 cm à 80 cm du sol. Ce ressaut a permis d’ancrer les berceaux qui couvrent les différentes parties de la cave, mais servait probablement de support à des aisseliers soutenant les poutres du plancher d’origine. Les distances entre les principaux murs sont voisines de cinq mètres ce qui fait une portée assez importante pour des poutres, d’où la nécessité d’utiliser des pièces de bois pour soulager les têtes de poutre.

653Bibliographie

654La première mention de celier date de 1401 lors d’une vente, précisant qu’il y a « deux celiers séans dessoubz ledite grande maison » (FF 705, le 24.01.1401), dont l’histoire peut être remontée pas à pas jusqu’en 1269, date à laquelle la maison apparaît pour la première fois à l’occasion d’un testament (archives municipales, extraits, P 1106).

Situation-désignation. Rue de l’Université. Cote d’enregistrement : 12b

655Dimensions

656Longueur : 20 m. Largeur : de 7 m à 10,5 m. Surface : 175 m2. Hauteur : 3,10 m.

657Plan-niveaux

658Cave sur un seul niveau, de plan globalement rectangulaire s’élargissant vers l’Est et l’arrière de la parcelle. Elle est divisée par des murs de refend en brique en trois pièces identiques dans le tiers Est, et deux volumes de largeur différente à l’Ouest.

659Voûtement

660Les différentes pièces délimitées par les murs de brique sont couvertes de berceaux en brique perpendiculaires à la façade du bâtiment.

661Description

662Deux escaliers, l’un en grés dans un angle de la façade, et l’autre en briques en vis-à-vis dans le mur arrière, permettent d’accéder à cette cave.

663Les parois de la cave sont montées en moellons globalement cubiques, de bonne taille et disposés en assises régulières, à l’exception de la paroi nord. Celle-ci est composée de pierres peu taillées qui composent des arcs de décharge grossiers, au-dessus desquels des fragments de tegulae calent régulièrement les moellons. Cette maçonnerie a été reprise en sous-œuvre au moyen de grès cubiques identiques à ceux des autres parois. L’extrémité arrière de ce mur est en brique, maçonnées contre la paroi en grès, et supporte le berceau de brique qui couvre chacun des volumes arrière.

664Dans les murs sud et est, des niches rythment les parois et s’ouvrent en moyenne à un mètre au-dessus du sol de la cave. Les deux niches à l’extrémité de la paroi sud, vers la façade, s’ouvrent étonnamment très bas. Les voûtes de brique en berceau qui couvrent l’ensemble des volumes de la cave prennent appui dans les parois en grès au-dessus des niches. Situé à peu prés au centre de la cave, un puits dont le cuvelage est en grès sous le niveau de la cave et en briques au-dessus, n’est accessible que depuis le rez-de-chaussée.

665De larges corbeaux maçonnés à un mètre de hauteur se font face globalement au centre des parois avant et arrière.

666Spécificités

667La présence des deux corbeaux disposés face à face, permet de restituer une arcature de refend primitive sur laquelle s’appuyait le plancher d’origine. D’autres arcs de refend devaient être maçonnés transversalement, comme en témoignent les traces d’arrachement visibles à intervalles réguliers dans la paroi sud.

668Cette cave a été construite en réutilisant un mur plus ancien au nord, renforcé et remanié par endroit.

669Bibliographie

670Il n’existe pas de mention précise de la cave.

Répartitions des caves recensées dans le parcellaire actuel

Caves de premier niveau rue de la Mairie

Caves de premier niveau rue de la Mairie

1 : Rue de la Mairie – 2 : Rue des Minimes – 3 : Rue Gambetta – 4 : rue des Foulons

Caves de second niveau

Caves de second niveau

Caves de premier niveau rue de Paris

Caves de premier niveau rue de Paris

1 : Place d’Armes – 2 : Rue de Paris – 3 : Rue de la Mairie

Caves de second niveau

Caves de second niveau

Caves de premier niveau rue des Ferronniers

Caves de premier niveau rue des Ferronniers

1 : Rue Gambetta – 2 et 4 : Rue des ferronniers – 3 : Rue Jean Bellegambe

Caves de second niveau

Caves de second niveau

Cave rue des Dominicains

Cave rue des Dominicains

Caves Rue des blancs mouchons

Caves Rue des blancs mouchons

1 : Rue des Blancs Mouchons – 2 : Rue du clocher saint Pierre – 3 : Rue du Béguinage

Caves Rue Gambetta

Caves Rue Gambetta

Caves Rue de l’Université

Caves Rue de l’Université

1 : Rue de l’Université – 2 : Rue de la Comédie – 3 : Rue de Paris

Cave premier niveau rue de Bellain

Cave premier niveau rue de Bellain

1 : Place d’Armes – 2 : Rue de Bellain – 3 : Rue des Ferronniers

Cave second niveau

Cave second niveau

1 : Place d’Armes – 2 : Rue de Bellain – 3 : Rue des ferronniers

Table des illustrations

Titre 1a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 1b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 2a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 2a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 2b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 3a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 3a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 3b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 3c
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 3d
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 3d
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 4a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 5abc
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Hypothèse de restitution
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 6b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 6c
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 7a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 7b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 7c
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 7c
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 7d
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 7e
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 7f
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 8a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 8b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 8c
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 8d
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 8e
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 8f
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 8g
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 8h
Légende Douai, ruelle de l’Évêque, site 225. Section à travers les caves médiévales. 1 : Sol de la cave, état actuel, 2. : Sol extérieur, état XVe-XVIe siècles. 3. : Sol du rez-de-chaussée actuel. 4. : Cave premier niveau, état actuel. 5. : Rue de la Mairie, état actuel. 6. : Sol du premier niveau de cave de la Période IIIA. 7 : Cave voûtée à nervures d’ogives. 8. : Puits. 9. : Cave annexe, sous la rue.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 8i
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 8j
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 8k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 8k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 8l
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 9a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 9b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 9c
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 9d
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 9e
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 9f
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 9g
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 9h
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 10a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 10b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 10c
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 11a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 12a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 12b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Caves de premier niveau rue de la Mairie
Légende 1 : Rue de la Mairie – 2 : Rue des Minimes – 3 : Rue Gambetta – 4 : rue des Foulons
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Caves de second niveau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Caves de premier niveau rue de Paris
Légende 1 : Place d’Armes – 2 : Rue de Paris – 3 : Rue de la Mairie
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Caves de second niveau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Caves de premier niveau rue des Ferronniers
Légende 1 : Rue Gambetta – 2 et 4 : Rue des ferronniers – 3 : Rue Jean Bellegambe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Caves de second niveau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Cave rue des Dominicains
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Caves Rue des blancs mouchons
Légende 1 : Rue des Blancs Mouchons – 2 : Rue du clocher saint Pierre – 3 : Rue du Béguinage
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Caves Rue Gambetta
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Caves Rue de l’Université
Légende 1 : Rue de l’Université – 2 : Rue de la Comédie – 3 : Rue de Paris
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Cave premier niveau rue de Bellain
Légende 1 : Place d’Armes – 2 : Rue de Bellain – 3 : Rue des Ferronniers
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Cave second niveau
Légende 1 : Place d’Armes – 2 : Rue de Bellain – 3 : Rue des ferronniers
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56610/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search