Version classiqueVersion mobile

Les caves de Douai

 | 
Jean-Denis Clabaut

Préface

Pierre Demolon

Texte intégral

1Des périodes les plus anciennes de notre histoire lointaine, on a tendance à penser qu’il ne reste plus de traces, excepté dans les sous-sols, et encore… Et pourtant à y bien regarder, l’archéologie préventive de ces vingt dernières années a montré que même dans les paysages aujourd’hui les plus arasés, dans nos mornes plaines, dès que l’on décape des surfaces un peu importantes, les vestiges apparaissent. Maigres traces, s’il en est, de ces trous de poteaux, de ces maisons tout en bois et en torchis. Maigres traces de leurs habitants, ici une incinération qui n’est qu’un petit tas de cendres, de charbons de bois et quelques os incinérés blanchis par le feu, sans même qu’ils soient accompagnés d’objets. Témoignage de ces fossés qui, si on les suit, dessinent un parcellaire et au delà, un paysage tout entier. Telle est à priori la vocation de l’archéologue que d’interpréter ces faibles vestiges de nos campagnes.

2Que dire alors de nos villes, dont on se souvient à quel point elles furent détruites, rasées même, notamment au cours des deux dernières guerres. Que l’on songe à Arras, sur la ligne de front, où il ne restait que quelques rares pans de murs debouts, que l’on songe aux bombardements massifs qui ont détruit d’énormes quartiers sur Calais, Dunkerque, Boulogne-sur-mer. Dans ces conditions, peut-on imaginer qu’il reste encore quelque chose d’ancien dans ces centres urbains qui ont particulièrement soufferts. La réponse est clairement oui. À quelques dizaines de centimètres sous le macadam des alentours de la cathédrale de Boulogne-sur-mer, apparaissent les fondations de bâtiments romains. À l’occasion d’une fouille pratiquée à Calais, les substructions de l’église Saint-Éloi se révèlent dans un état de conservation intéressant. À Douai, où le rang nord de la grand place est dynamitée en 1918, la réfection de la place a permis de révéler des étalages du marché au 12e siècle, l’abreuvoir ou la fosse à rejets du cordonnier qui vivait là vers 1150-1200. Et que dire de l’influence sur le patrimoine médiéval, des grands travaux urbains de la fin du Moyen Âge qui ont bouleversé l’essentiel de nos centres urbains ? C’est vrai, et pourtant, à cinquante centimètres de profondeur sous le bitume de la place Saint-Amé se trouvait le sol de l’église carolingienne construite sans doute par Arnoult Ier vers 950. À cinquante centimètres de profondeur ! Bien sûr, l’histoire était passée sur ces vestiges. La Révolution d’abord avait rasé la collégiale, puis les récupérateurs de pierres avaient enlevé toutes les fondations, mais l’essentiel des informations archéologiques subsistaient. Et la fouille en 2004-2005 de cette vaste place a permis de reconstituer une histoire continue depuis l’origine de la bourgade de Douai jusqu’au 18e siècle.

3Mais ici, il s’agit de fouilles. Les vestiges au dessus du sol, dira-t-on, ont bien évidemment disparu. Le chercheur attentif et curieux s’apercevra bientôt qu’il n’en est rien. Ainsi, sans parler du grand ensemble monumental de Bavay, bien connu, peut-on apercevoir, au détour d’une prairie, qu’à Famars, non loin de Douai, subsistent encore des tourelles en élévation de la muraille romaine qui entourait cette petite bourgade. À Boulogne-sur-mer, grande ville romaine s’il en est, l’essentiel a certes disparu, mais dans l’entrelacs des murs, on devine encore, à proximité de la cathédrale, des murs romains encore debout sur six à sept mètres de hauteur ! Il faut cependant un œil de spécialiste particulièrement aiguisé. Ainsi donc, si des vestiges gallo-romains vieux de près de 2000 ans subsistent encore en élévation, rares il est vrai, pourquoi n’existerait-il pas aussi des vestiges médiévaux encore bien conservés ?

4Il y a bien sûr ceux que tout le monde voit comme les églises, certains bâtiments publics, un château, éventuellement, comme à Montigny-en-Ostrevent, Le Bours, Saint-Vaast, parfois même quelques maisons, la maison espagnole à Cambrai, des remparts aussi bien sûr… mais tout ça est très visible et bien connu.

5Et l’on découvre, dans l’ouvrage qui suit qu’il est aussi une catégorie de vestiges bien conservés mais particulièrement invisibles : ce sont les caves.

6Certes, certaines d’entre-elles sont retrouvées à l’occasion de fouilles archéologiques, mais elles subsistent généralement à l’état de traces pas toujours faciles à interpréter et, dans les meilleurs cas, il ne reste que quelques assises superposées, bien souvent pillées pour récupérer les grès, matériau précieux dans nos contrées. D’ici à imaginer que les caves médiévales ont toutes disparu, remplacées dans nos villes fortement restructurées au 17 et 18e siècle, par des caves en berceau de briques, il n’y a qu’un pas, mais qu’il ne faudrait pas franchir. Il y a près de vingt ans, à l’occasion de l’ouverture de la grand place d’Arras, on s’apercevait qu’il existait des boves, c’est à dire des caves, quelques fois sur plusieurs niveaux, en parfait état de conservation et datant pour certaines de la pleine époque médiévale. Elles étaient généralement inconnues, ou en tout cas, n’avaient pas été identifiées comme telles, ni par les historiens, ni par les archéologues. Douai était elle-aussi une ville à l’économie prospère au Moyen Âge et il était légitime de se demander s’il n’y subsistait pas aussi des constructions en sous-sol. C’est la question que s’est posée Jean-Denis CLABAUT, il y a déjà quelques années, dans le cadre d’un diplôme universitaire, centré sur le recensement et l’étude des caves anciennes de la ville. C’était à l’époque, pour la France, une opération pionnière.

7Il fallait cependant être convaincu, puis persuasif et enfin méthodique.

8Convaincu parce qu’à priori, à part quelques caves sous l’hôtel de ville actuel de Douai, il y avait peu de mentions récentes de cave médiévales. Mais, après tout, quelques caves sous l’hôtel de ville n’était ce pas là le début d’une grande série ?

9Déterminé aussi car si les caves sont encore en bon état, cela signifie qu’elles sont toujours utilisées et ainsi, pour avoir accès aux documents historiques et archéologiques, il fallait convaincre les propriétaires de ces caves afin d’y prendre des mesures, des photos, dans des lieux somme toute, très privés. La persuasion, un contact facile, une passion pour ces vestiges enfouis ont permis à Jean-Denis CLABAUT de vaincre bien des résistances et d’accéder enfin à l’objet de son étude.

10Méthodique, enfin, parce qu’il fallait d’abord faire des relevés précis, opérer de nombreuses vérifications et surtout, ordonner un ensemble de données hétéroclites. En effet, comme dans tout monument utilisé en permanence depuis sa construction, il avait affaire à des structures parfois profondément transformées où il fallait distinguer l’ancien du plus récent.

11Un premier mémoire sur les caves de Douai fut donc présenté et souleva, pour le service archéologique de Douai, les historiens du Nord et les archéologues, un grand enthousiasme à tel point que, dans la foulée, il lui fut demandé d’effectuer le même type de recensement sur les caves de Lille. Aujourd’hui Saint-Omer, Condé-sur-Escaut… sont tentés d’engager une telle démarche.

12L’originalité enfin du travail sur Douai réside dans le fait que la ville dispose d’un service archéologique important. Ainsi, de nombreuses fouilles ont pu y être menées qui ont mis au jour un nombre important de caves médiévales. Grâce au travail mené en sous-sol, il est maintenant possible de comparer les vestiges trouvés en fouille des caves encore debout, les uns aidant à la compréhension des autres. De surcroît les archives municipales auxquelles Jean-Denis CLABAUT a attaché plus particulièrement son attention, ont fourni une multitude de renseignements, à la fois techniques et financiers, permettant parfois de reconnaître l’usage de ces caves qui servent, bien sûr, de remises, mais sont aussi parfois des espaces privatifs ou des réserves d’hôtellerie. Ainsi donc, il convient de saluer le remarquable ouvrage qui suit car il témoigne tout à la fois que la volonté et la passion d’un homme, historien et compétent, permet de faire encore des découvertes importantes pour l’histoire de nos villes.

13Il montre ainsi comment l’intelligence de l’historien permet de croiser l’ensemble des données qui forment les trois sources de cette histoire, c’est à dire le texte, l’archéologie et l’existant.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search