Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitants d’Alcântara

 | 
Frédéric Vidal

Quatrième partie. Proximités et distances sociales

Chapitre 7. Les liens père/parrain

Texte intégral

  • 3 Jean-Claude Kaufmann, Ego – Pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan, 2001, p. 240. Sur les (...)
  • 4 Yannick Lemel, Stratification et mobilité sociale, Paris, Armand Colin, 1991, p. 16.
  • 5 Simona Cerutti remarquait que cette perspective n’est pas neuve en histoire sociale. Voir par exemp (...)

1La mixité sociale de la population résidante dans la Rua da Cruz et dans la Rua Feliciano de Sousa n’implique pas une absence d’organisation et de structuration des relations. Dans les sociétés modernes, l’individu est en principe entièrement libre de choisir ses relations. Cette liberté est même un élément constitutif de ces sociétés. Elle ne se retrouve guère dans les sociétés traditionnelles, anciennes ou holistes3. En l’absence de contraintes absolues et de règles rigoureuses, la qualité du réseau de relations de chaque individu est à elle seule un facteur de distinction. À l’échelle de la rue, il est possible de décrire des stratifications, c’est-à-dire des inégalités de fortune, de prestige, de revenu, de richesse relationnelle, en soulignant que les positions de chaque habitant sont potentiellement illimitées et sont toujours susceptibles d’évoluer4. La description de ces stratifications à travers l’analyse des relations interindividuelles peut constituer en soi un objectif5. Dans mon étude, ces stratifications peuvent être appréhendées de plusieurs façons : à travers des liens entre des professions (celles des pères et des parrains), mais aussi entre des individus qui possèdent des trajectoires singulières, ou entre des groupes d’individus (couples père/mère et parrain/marraine). En repérant des proximités sociales entre ces groupes à partir de combinaisons de critères qu’il faudra définir, on peut espérer être en mesure de proposer une stratigraphie plus ou moins fine du milieu étudié.

  • 6 Daniel S. Milo, Alain Boureau, Alter Histoire. Essais d’histoire expérimentale, op. cit. Le terme e (...)

2Présentée de cette façon, cette démarche semble relativement simple. Elle pose pourtant de nombreuses difficultés dans la mise en œuvre. C’est d’abord la question du contrôle des observations, c’est-à-dire essentiellement de la nature du lien social entre les pères et les parrains, qui est posée. Ce problème a déjà été abordé lorsque j’ai décidé de privilégier l’étude des liens avec des parrains plutôt que ceux avec des témoins. Mais cette étape de contrôle n’est plus un préalable. Elle va désormais occuper une toute autre place dans le cours de la recherche. La critique et la vérification de la documentation sont des exercices banals pour les historiens. En revanche, remettre en cause ce que l’évidence montre et refuser sciemment de prendre en compte une information pourtant essentielle est chose plus rare. Pendant un instant, je vais être particulièrement soupçonneux et je vais considérer les relations père/mère/parrain/marraine comme des relations douteuses dont la nature reste à être définie. Sans s’engager dans une voie aussi inventive que celle prônée par les tenants de l’Alter Histoire, je propose plus modestement de me livrer à un petit exercice qui reste cependant expérimental6. Il s’agit d’effectuer une série de tests pour tenter de mieux cerner le potentiel heuristique de la relation père/parrain dans l’étude des relations sociales de deux rues d’Alcântara au début du XXe siècle.

3La source impose ses règles. Si au bout du compte c’est la relation père/parrain qui sera placée au centre de la recherche, je ne peux faire l’impasse sur les faisceaux de liaisons qui existent entre les deux couples père/mère d’une part, et parrain/marraine d’autre part. Au mieux, je connais du parrain et de la marraine le nom, la profession et, pour les années 1930 seulement, le domicile. Je peux donc tester cette relation en fonction de ces trois composantes. En quoi la résidence influence-t-elle le choix des parents ? Qu’en est-il de la parenté ? Mais le lien de parrainage est-il un lien social banal ? Peut-on faire abstraction de la pratique séculaire à l’origine de cette relation ? L’objet étudié se définit au fur et à mesure de la progression. En fin de compte, que représentent ces relations ? Quelles informations apportent-elles sur les habitants des deux rues et sur le milieu d’Alcântara ? Ce chapitre est construit autour d’un double discours : une critique de la source et une critique de l’objet.

1. Tester un lien social

a) Des parents et des voisins

• Le voisinage

4L’ambiguïté de la notion de résidence a déjà été évoquée au cours de cette recherche. Un même domicile peut correspondre à différents degrés d’investissement dans l’espace et dans la communauté. D’où le problème posé par la réduction du statut résidentiel à des catégories administratives, c’est-à-dire des adresses. Le recensement de la résidence des parrains n’échapperait pas à cette règle. Je m’apprête à effectuer une opération légèrement différente. Je veux mesurer des distances et des proximités résidentielles entre les parrains et les parents. C’est la notion de quotidien que je souhaite introduire. Je considère que le partage d’une même zone résidentielle entraîne l’inscription de la relation dans le quotidien des individus, et qu’inversement une plus grande distance implique une plus grande formalisation de la relation qui peut revêtir un caractère plus exceptionnel.

  • 7 Il n’est pas question ici de procéder comme pour l’âge des parents (chapitre 3).
  • 8 Au Portugal, le développement du transport de passagers par voie ferrée a été plus rapide et plus c (...)

5Malheureusement, on connaît le domicile des parrains uniquement pour la seconde période, les années 1930-1939. Il s’agit là sans doute de la faille la plus importante de cette source. On peut très bien imaginer que le mode de recrutement des parrains évolue dans le temps. Rien ne permet d’extrapoler les résultats d’une période à l’autre7. Seule la corrélation avec le développement des transports peut servir de point de repère. En effet, l’éloignement résidentiel entre des individus qui appartiennent à un même réseau de relations peut être compensé par la qualité et l’accessibilité – le coût – des transports, dans la ville mais aussi à l’extérieur de la ville. Le développement et la démocratisation des transports individuels mais surtout collectifs ont probablement entraîné une diversification des relations personnelles des habitants du quartier au-delà de l’espace de résidence. Je peux donc émettre l’hypothèse d’un élargissement spatial des réseaux de relations entre le début du siècle et les années 19308.

6Le test concerne donc uniquement les naissances des années 1930. Il porte sur 291 liens père/parrain pour la Rua da Cruz et 200 pour la Rua Feliciano de Sousa. Sont exclus les cas où le père est inconnu. J’ai procédé en déterminant des degrés de proximité définis selon les critères suivants :

  • « Domicile identique » : le registre de l’état civil précise que le domicile est identique.

  • « Adresse identique » : l’adresse est identique, sans que l’on sache si les personnes habitent le même domicile ou le même immeuble.

  • « Voisinage » : j’ai arbitrairement défini que des personnes possédaient un lien de voisinage si elles habitaient le même ensemble de rues, relativement isolé dans l’espace du quartier d’Alcântara : Rua da Cruz, Rua Feliciano de Sousa, Rua Alvito, Travessa de Gibraltar, Travessa de Sibeiro, Travessa S. Jerónimo, Rua Cascalheira, Travessa Surradores.

  • « Alcântara » : j’ai ensuite distingué les individus habitant la freguesia d’Alcântara, mais en dehors de l’ensemble précédemment défini.

  • « Sans lien résidentiel » : j’ai considéré qu’il n’existait pas lien résidentiel si le parrain ou la marraine habitaient en dehors de la freguesia d’Alcântara.

  • « Domicile inconnu » : l’adresse du domicile du parrain est incomplète ou ne permet pas de connaître précisément la zone de résidence.

7Les résultats sont très nets et concordants entre les deux rues. Je peux donc énoncer des tendances fortes. Les parrains sont dans leur grande majorité recrutés dans un espace très proche du lieu de résidence des parents. Près de la moitié sont issus du cercle restreint du voisinage et une proportion non négligeable partage le même immeuble, voire le même logement. Plus des deux tiers habitent Alcântara. Cette forte proximité résidentielle entre parrains et parents incite à formuler l’hypothèse selon laquelle le parrainage ne serait pas un moyen de renouer formellement des liens distendus par l’éloignement mais plutôt de consolider une relation déjà inscrite dans le vécu quotidien des individus, au moment du baptême ou de l’acte civil. En fonction de ce qui a été dit précédemment sur le processus d’élargissement spatial des réseaux relationnels, cette hypothèse demeurerait valable pour les relations de parrainage établies au début du siècle.

Tableau 7.1. : Comparaison entre la résidence des parents et celle du parrain (1930-1939)

Tableau 7.1. : Comparaison entre la résidence des parents et celle du parrain (1930-1939)

8La grande majorité des parrains qui habitent en dehors de la paroisse d’Alcântara sont en fait lisboètes. Ils sont le plus souvent domiciliés dans les paroisses voisines d’Alcântara (Santos, Ajuda, Santa Isabel). Seul un petit groupe – 20 parrains – réside à la périphérie de la ville (Linda-a-Velha, Algés, Amadora) ou sur la rive sud du Tage (Seixal, Montijo, Almada, Moita). Dans deux cas seulement, la distance entre la résidence des parents et la résidence du parrain est plus importante. En 1936, le couple Gonçalves de la Rua da Cruz choisit comme parrain de leur fils Rui Manuel un marin résidant à Olhão dans le district de Faro, au sud du Portugal. João Gonçalves, marin lui aussi, et son épouse Maria sont tous les deux originaires du concelho d’Alportel voisin de celui d’Olhão. Le parrainage recoupe ici un lien communautaire, entre individus partageant une même origine géographique et accessoirement une même profession. Même cas de figure chez un couple de la Rua Feliciano de Sousa, originaire de Montemor-o-Velho, dans le district de Coimbra : le parrain réside dans cette même ville où il exerce la profession d’employé des chemins de fer (empregado ferroviário). Les liens de type communautaire – une origine géographique commune – justifient rarement à eux seuls un choix en matière de parrainage. Dans les deux cas cités, les parrains exercent une profession liée aux transports. Ce n’est certainement pas un hasard et l’hypothèse sur l’influence de la démocratisation des modes de transport sur le choix des parrains s’en trouve, au passage, renforcée.

• La part du lien familial

9La relation entre les parents et les parrains des enfants baptisés ou déclarés a déjà été examinée comme indice de la présence de lignées familiales dans le peuplement des deux rues étudiées (4e chapitre). On connaît donc déjà la part des liens familiaux dans cette relation. Je me contenterai ici de rappeler les principaux résultats.

10Les liens familiaux sont plus fréquents dans les années 1930 qu’au début du siècle. Les résultats observés au niveau des deux rues sont concordants. Environ 20 % de liens de type familial pour la première période et un tiers entre 1930 et 1939. Le parrain est plus souvent issu de la lignée paternelle et la marraine de la lignée maternelle. Les résultats sont moins probants sur ce dernier point. De même, il semble possible d’envisager l’idée d’une mobilisation plus fréquente de la parenté éloignée pour les femmes – proportion des liens familiaux déterminés sur une base patronymique – et de la parenté proche pour les hommes – fratrie, grands-parents paternels. Mais les résultats doivent également être lus en tenant compte de la méthode d’observation utilisée. Le mode de reconstitution des liens familiaux à partir du patronyme tend en effet à sous-évaluer l’apport de la lignée maternelle.

11Toutefois, la parenté ne suffit pas à décrire la nature des liens père/mère/parrain/marraine. En considérant la relation dans sa dimension la plus large – des liens entre des couples –, on parvient au mieux, à expliquer la moitié des choix des parents. Par ailleurs, il faut noter que le lien de parenté est presque toujours associé à une forte proximité résidentielle, une remarque qui vaut évidemment uniquement pour les années 1930 (tableau 7.2.). La corésidence ou le voisinage immédiat – même domicile ou même adresse – correspond à près d’un tiers des statuts résidentiels de cette catégorie spécifique de parrains, une proportion nettement supérieure à celle observée dans l’ensemble des liens père/parrain. Le partage du domicile est davantage pratiqué Rua da Cruz que Rua Feliciano de Sousa. Il s’agit là de l’un des rares facteurs de différenciation entre les deux rues. Les habitants de la Rua Feliciano de Sousa ont tendance à faire appel à des membres de leur famille avec qui ils partagent un environnement résidentiel immédiat mais pas forcément le domicile, c’est-à-dire à des « voisins de palier » qui ont la même adresse.

Tableau 7.2. : Comparaison entre la résidence des pères et celle des parrains qui possèdent un lien de parenté (1930-1939) (lignées paternelles et maternelles)

Tableau 7.2. : Comparaison entre la résidence des pères et celle des parrains qui possèdent un lien de parenté (1930-1939) (lignées paternelles et maternelles)
  • 9 Un parrain, marin de l’Artillerie, est aussi domicilié au siège de sa brigade.

12Le lien de parenté se combine parfois avec un certain éloignement résidentiel. Un quart des parrains qui résident à l’extérieur de la capitale possèdent un lien de parenté avec l’un des parents. Sont domiciliés en dehors des limites de la commune de Lisbonne 5 parrains : 4 pour la Rua da Cruz et 1 seul pour la Rua Feliciano de Sousa9. La zone géographique où habitent ces individus reste bien circonscrite, sans être spécifique à cette catégorie de parrain. Elle correspond toujours à la périphérie immédiate de Lisbonne (Algés, Cruz Quebrada) ou aux villes de la rive sud du Tage (Seixal, Moita, Barreiro).

13La logique du choix du parrain n’est cependant pas exactement la même dans les deux cas. Les parrains de la périphérie de Lisbonne sont choisis par des familles originaires du centre du pays, les régions de Viseu et de Castelo Branco. Le parrainage d’un enfant semble donc être ici l’occasion de resserrer les liens à l’intérieur d’une même lignée familiale – paternelle dans les deux cas –, dont les membres auraient suivi le même parcours entre la province et la capitale, certains s’étant fixés en proche banlieue, probablement pour des raisons professionnelles. Le parrain domicilié à Algés est douanier.

  • 10 Léon Poinsard, Le Portugal inconnu, Paris, 1910, p. 252.

14En revanche, les parrains de la rive sud du Tage – un oncle paternel et deux membres de la lignée familiale paternelle – habitent la commune de naissance du père de l’enfant. Le déménagement à Lisbonne n’a pas été un motif de rupture avec la famille de la région d’origine. Lieux de naissance et lieux de résidence à l’âge adulte sont ici relativement proches. C’est par ailleurs toujours dans le même univers professionnel que les liens père/parrain coïncident avec des distances résidentielles les plus importantes. Pour deux de ces pères qui exercent la profession de marin, le Tage ne constitue probablement pas un obstacle infranchissable. Il n’est pas si loin le temps où le français Léon Poinsard, en visite d’étude au Portugal, notait que le prix de la traversée du Tage suffisait à empêcher les visites réciproques au sein d’une même famille10.

b) Des proches

15J’ai jusqu’ici considéré la relation entre les parents et les parrains à partir des informations directement issues de la source. Mais le parrainage doit aussi être envisagé comme le produit d’une pratique séculaire qui possède sa propre histoire et dont les règles spécifiques ont pu évoluer dans le temps, en fonction des contextes sociaux.

• Un contrechamp : jalons pour une histoire du parrainage11

  • 11 Cette partie a fait l’objet d’une publication où certains points sont approfondis : F. Vidal, « As (...)
  • 12 Agnès Fine, Parrains, marraines : la parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1994, 389 p. Pou (...)
  • 13 En 819, le concile de Mayence interdit définitivement aux parents d’être les parrains de leurs enfa (...)

16L’origine du parrainage de baptême remonte aux premiers temps du christianisme. Son histoire, retracée par Agnès Fine, s’inscrit sur une très longue durée12. À travers le parrainage, l’Église a peu à peu défini les cadres d’une véritable « parenté spirituelle » qui allait s’imposer comme l’un des piliers des relations sociales traditionnelles en Europe pendant plus de quatorze siècles, de la mise en place des règles canoniques qui organisent les rituels au VIe siècle jusqu’à l’époque contemporaine. Pour l’Église, le parrainage doit correspondre à une relation particulière entre parrains – le parrain et la marraine – et filleul(e) s, distincte du lien de filiation consanguine et dont la fonction est d’assurer l’éducation chrétienne de l’enfant13.

17Très tôt, cette relation s’est avérée relativement complexe. Le droit canon y a d’abord associé une série d’interdits, comme l’interdit sexuel qui excluait le mariage entre parrains et filleuls. Mais le parrainage s’est aussi construit en dehors du cadre strictement religieux. Le baptême, conçu comme une seconde naissance, correspond à un « don » symbolique de l’enfant. Il instaure dès lors une série d’échanges symboliques ou matériels entre les différents acteurs. Si cette relation lie des individus sur terre, des « liens entre vifs » selon l’expression d’Agnès Fine, elle se prolonge aussi au-delà de la mort. Les fonctions traditionnellement réservées aux parrains, comme donneurs – d’où les cadeaux aux filleuls –, tuteurs ou parents adoptifs potentiels, font du choix du parrain et de la marraine du nouveau-né un acte primordial pour la famille et pour l’ensemble de la communauté. Ainsi s’expliquent les différences de positions sociales souvent notées entre les parents et les parrains, ces derniers devant être forcément bien installés dans la vie pour remplir leur mission.

  • 14 Ibid., pp. 28-34.
  • 15 Le parrainage peut être doublement extensif, dans la mesure où la naissance d’un enfant peut être p (...)

18Le parrainage est donc à l’origine de la constitution de réseaux de relations qui peuvent se superposer ou non avec la parenté de sang. Agnès Fine reprend la distinction entre les régions de compérage « intensif », lorsque les parrains ou compères sont choisis dans la parenté proche, et celles de compérage « extensif », lorsque les compères sont recrutés hors de la parenté14. Le compérage extensif est caractéristique des régions méditerranéennes. Il a été notamment observé dans les Balkans et en Italie du Sud. Dans ce cas, le parrainage est l’occasion de formaliser et d’intensifier des liens sociaux en dehors de la communauté familiale15. L’habitude de choisir les parrains au sein de la parenté a contribué à minimiser l’importance des liens de compérage. Au contraire, dans les régions de parrainage extensif, ces liens ont pu perdurer sur la base de codes précis, s’inspirant notamment du modèle de la fraternité.

  • 16 Agnès Fine cite ici l’exemple de la Corse du début du siècle. Son propos sur le parrainage comme re (...)
  • 17 Ibid., chapitre 5, pp. 164-190.

19Dans certaines régions, le compérage a permis de stabiliser les rapports sociaux en élargissant les solidarités familiales et les réseaux des alliés. Ces relations ont pour particularité de nouer des alliances entre des groupes socialement différents. Elles s’opposent sur ce point au mariage. Ce type de parrainage, qui s’apparente à une forme de clientélisme, peut se présenter sous la forme d’un patronage politique16. Là encore, les pratiques sont très variables d’une région à l’autre. La relation entre compères ou commères correspond à une « amitié ritualisée ». Agnès Fine fait ici intervenir la notion de « bonne distance sociale »17. Cette relation passe en effet par une série de marques de politesse et de respect réciproques. L’un des traits essentiels en est le vouvoiement qui, fait exceptionnel, peut succéder au tutoiement entre deux amis ou deux parents.

  • 18 Voir sur ce point les remarques de C. Klapisch-Zuber, op. cit., p. 744.
  • 19 Une observation de S. Mintz et E. Wolf, citée par A. Fine, op. cit, p. 34.
  • 20 La chronologie reste ici très floue. C’est notamment la place des parents lors de la cérémonie du b (...)

20Le modèle décrit par Agnès Fine correspond grosso modo à l’Europe de l’époque moderne, mais on en trouve encore de nombreuses traces jusqu’au milieu du XXe siècle. Cependant, l’institution du parrainage n’est pas atemporelle. Son histoire peut, dans un premier temps, être retracée à partir de l’évolution du droit canon. La codification du rituel du baptême a été modifiée au fil des siècles. Le poids et le nombre des interdits liés au parrainage ont été réévalués. Les parents, longtemps écartés de la liturgie, retrouvent au XXe siècle un rôle essentiel dans la cérémonie, en particulier depuis Vatican II. Du côté des pratiques populaires, les différences entre les régions européennes sont aussi fonction de l’évolution structurelle des sociétés. Les formes de parrainage intensives, plus proches de la vision chrétienne, se sont développées là où l’État est parvenu très tôt à réguler les antagonismes dans la communauté. Au contraire, les liens de compérage extensifs ont eu un rôle pacificateur quand l’État tardait à s’imposer. Cette évolution ne fut pas uniforme. De nombreuses régions de l’Europe du Nord n’ont vraisemblablement jamais connu la pratique du compérage extensif18. D’autres facteurs de transformation des règles du parrainage ont pu par ailleurs résider dans les processus d’adaptation aux grands bouleversements sociaux de l’époque contemporaine, avec en tête l’industrialisation et l’urbanisation. Une mutation qui peut se résumer par l’idée qu’au milieu du XXe siècle, le compérage n’était plus qu’une « coutume paysanne de l’Europe méridionale »19. À plusieurs reprises, Agnès Fine fixe aux environs des années 1930 l’époque du basculement entre parrainage traditionnel et parrainage moderne20.

  • 21 Nuno Daupiás D’Alcochete, À margem do registo paroquial, Lisbonne, 1966, p. 22.

21La nature des liens de compérage varie donc suivant les époques et en fonction des traditions régionales. Cette remarque me conduit tout naturellement à m’interroger sur le type de parrainage qui s’est développé au Portugal. S’agit-il dans ce cas d’un parrainage extensif ou intensif ? Des indices pointent plutôt l’existence de pratiques de parrainage extensif. C’est d’abord l’emploi courant, encore aujourd’hui, des termes compadre et comadre – compère et commère – pour désigner les individus liés par des relations de parrainage. Cet emploi est surtout caractéristique des régions situées au sud du Tage et notamment de l’Alentejo. Le compérage s’accompagne alors de marques de respect et d’échanges de services, comme le décrit Agnès Fine. L’usage de la troisième personne du singulier, l’équivalent en portugais du vouvoiement français, est notamment de rigueur. Le parrainage a pu aussi être utilisé pour s’assurer la protection d’un puissant ou d’un personnage important de la région. Dans les registres paroissiaux portugais des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, il est fréquent de rencontrer des individus de la noblesse parrainer des enfants issus des couches populaires de la société. Le contraire était évidemment beaucoup plus rare sauf, et cela ne fait que confirmer la règle, dans le cadre de l’accomplissement d’une promesse. Un membre de la noblesse pouvait alors choisir comme parrain de son enfant le « pauvre le plus pauvre du village »21.

  • 22 Ibid., p. 23.

22Cependant, d’autres signes attestent de l’existence d’une tradition de parrainage intensif qui se restreint aux membres de la parenté proche. Mais les règles ne sont pas stables : « si dans certains endroits, les grands-parents étaient prioritaires, ailleurs ils n’étaient quasiment jamais choisis et la primauté était donnée aux oncles et tantes directs, puis aux grands-oncles et aux grandes-tantes, puis aux cousins germains des parents, etc. Il arrivait aussi, parfois fréquemment, que le parrain et la marraine soient frère et sœur ou cousins germains. D’autres fois, mère et fils ou père et fille, en particulier quand ils appartenaient à une classe supérieure à celle des parents du baptisé »22. L’opposition entre parrainage intensif et parrainage extensif semble correspondre au Portugal, comme en Europe, à une opposition nord/sud. Au nord du pays où le contrôle de l’Église était plus serré, la pratique du parrainage est demeurée fidèle aux principes chrétiens. Dans ces régions, les phénomènes de réinterprétation ou de réappropriation du parrainage en fonction des règles de fonctionnement des communautés rurales ou villageoises, ont certainement été plus limités que dans le sud du pays.

  • 23 Dans certaines régions du Portugal, comme l’Alentejo, on distinguait les « padrinhos de registo » [ (...)

23L’histoire du parrainage au Portugal n’est pas encore écrite. Par rapport à mon propre sujet d’étude, son incidence se limite à la question de la nature des liens de parrainage et de compérage en milieu urbain et à l’époque contemporaine. Sur ce point, une première remarque découle directement des conditions d’élaboration de mon enquête. La tradition du parrainage devait être suffisamment forte dans l’Alcântara des années 1930 pour laisser une trace dans quasiment tous les registres de naissance de l’état civil, en dehors de toute obligation légale ou de contrôle. L’inscription du nom et de la profession du parrain et de la marraine avait un caractère spontané23. Cette habitude signifie-t-elle le maintien, en ville, de la tradition qui voyait dans le parrainage un moyen de s’assurer le soutien de notables locaux dans le cadre d’une relation de type clientéliste ?

  • 24 Gervasio Lobato, Lisboa em Camisa, Lisbonne, 1931 (1re édition : 1880).

24Un des personnages du roman de Gervasio Lobato, Lisboa em Camisa, illustre ce type de comportement24. Nous sommes à Lisbonne dans les années 1880. M. Antunes, fonctionnaire de l’administration des travaux publics, vit avec sa famille – sa femme, sa sœur et son neveu – dans la Rua dos Fanqueiros, au cœur du quartier de la Baixa. Fraîchement débarqué de son village natal de l’Algarve, il n’a pas encore complètement intégré les usages et les coutumes de la capitale. Un épisode du livre est consacré aux préparatifs du baptême de son premier fils. L’événement est important, car à plus de cinquante ans, M. Antunes n’avait toujours pas de descendance. Le choix du parrain se porte tout naturellement et sans grande discussion sur le voisin de palier. Mais celui-ci n’est pas choisi au hasard. M. Torres – le Concelheiro Torres – est un homme de loi, un avocat (concelheiro). Dans ce cas, le lien de compérage permet de nouer une relation entre deux individus qui appartiennent à des groupes sociaux bien différenciés. Le ton du livre est ironique et la satire n’est pas loin. M. Antunes représente la figure typique du provincial. Les parents se sentent piégés quand ils croient par erreur que le parrain se prénomme Moysés. Ils sont en effet censés donner le même prénom à leur fils. En fait, Moysés était le surnom que le Concelheiro Torres avait reçu à l’armée. De cet épisode de la littérature populaire portugaise de la fin du XIXe siècle ressort l’impression que les relations de compérages traditionnelles, imprégnées de clientélisme, sont la marque d’un certain archaïsme qui persiste dans un Portugal provincial et rural. En ville, elles perdent de leur valeur et deviennent quelque peu ridicules.

  • 25 Quand le compérage prend la forme d’une relation entre « patrons » et « clients », un même individu (...)

25Dans mon corpus, le premier signe du déclin des modes traditionnels de compérage est l’absence de parrainage multiple, en dehors des cas très spécifiques, j’y reviendrai, où le parrain est employé de l’église25. Le rôle acculturant de la ville semble ici fortement jouer. Cependant, les tests portant sur la signification des liens de parrainage, et notamment ceux qui ont établi une forte proximité résidentielle entre parents et parrains, permettent de réévaluer la nature de ce processus. Ce ne serait pas forcément la perte ou le changement de repères culturels qui conduirait à une évolution des formes de parrainage en ville, mais plutôt l’apparition de nouvelles contraintes, dans ce cas précis liées à l’acte de déclaration. Les parents font appel au plus proche, notamment en terme de résidence. Vivre en ville implique d’être confronté à une redistribution des ressources dans l’espace et conduit donc à élaborer de nouvelles formes d’adaptation. C’est dans ce cadre que je défends l’idée d’une informalisation de la relation du parrainage dans le Lisbonne du début du siècle.

  • 26 Cette remarque vaut pour le milieu social que j’étudie, c’est-à-dire les couches populaires de la s (...)

26Un des moyens de vérifier cette hypothèse est d’observer le comportement des couples qui possèdent un lien privilégié avec la Beira intérieure, une région où le parrainage était plutôt de tradition intensive. Or ces couples n’adoptent pas un mode de parrainage particulier (tableau 7.3.). Il semble même exister un déficit dans la présence de la parenté proche parmi ces liens de compérages. La parenté plus éloignée est sollicitée selon la même fréquence. Les couples de la Beira intérieure n’orientent donc pas particulièrement les liens du parrainage en direction de leur famille proche ou plus éloignée. Par contre, la proximité résidentielle des parrains est chez eux plus accentuée. Le réseau de connaissances sollicité au moment du parrainage d’un enfant reste davantage circonscrit à l’espace restreint du voisinage. C’est un rapport à la ville différent qui semble se dessiner. Les couples lisboètes de souche seraient en mesure d’élargir leur choix à d’autres secteurs résidentiels, Alcântara ou d’autres quartiers de la ville. On peut donc émettre l’hypothèse qu’en ville, plus que le poids des traditions, c’est la structure des réseaux de relations individuelles qui finit par influencer le choix du parrain26.

Tableau 7.3. : Nature du parrainage en fonction de l’origine des couples (% du nombre total de liens observés)

Tableau 7.3. : Nature du parrainage en fonction de l’origine des couples (% du nombre total de liens observés)

A – couples dont les deux partenaires sont nés dans la Beira intérieure
B – ensemble des couples
1 parenté directe (filiation directe, frère, beau-frère)
2 autre lien de parenté et lien familial de nature non déterminée
3 corésidence et voisinage
4 habite Alcântara

• Des réseaux d’interconnaissance

  • 27 Pour reprendre l’expression de Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers, op. cit., p. 133.

27Jusqu’ici, j’ai considéré que le parrainage pouvait correspondre à des liens résidentiels, familiaux ou rituels. Ces paramètres n’épuisent pas la multitude de liens possibles pouvant exister entre les pères et les parrains. Ces relations ont pu se nouer sur le lieu de travail, au cours d’une activité de loisir ou militante. Elles peuvent simplement correspondre à des liens d’amitié anciens aux origines plus ou moins identifiables. Mes sources ne permettent pas de saisir cette toile de réseaux complexes. Ces différents paramètres ne sont pas d’ailleurs exclusifs les uns par rapport aux autres : un ami peut être voisin, un frère peut être collègue de travail, etc. L’idée est ici de montrer que les relations père/mère/parrain/marraine peuvent être un bon exemple de la superposition des liens – parenté, voisinage, milieu de travail, etc. – dans un quartier populaire organisé sur le modèle des « petites communautés »27.

  • 28 L’enquête « Proches et parents » réalisée à l’INED en est un bon exemple Les premiers résultats ont (...)
  • 29 Maurizio Gribaudi (dir.) Espaces, temporalités, stratifications : exercices sur les réseaux sociaux (...)
  • 30 M. Gribaudi, Espaces, temporalités,…, p. 17. Pour la généalogie des disciplines qui se consacrent à (...)
  • 31 M. Gribaudi, « La discontinuité du social », op. cit., p. 192.
  • 32 Une référence doit être citée, celle de Fredrick Barth. Ce sont en effet les mêmes principes qui se (...)

28Les outils méthodologiques ont longtemps fait défaut pour retracer l’évolution de ces sociétés urbaines structurées sous la forme de réseaux denses de relations interindividuelles. La critique de notions aussi enracinées dans les pensées comme la famille et la parenté fut un premier pas : la définition de la « famille utile » (J.- P. Burdy) ou le repérage de « fronts de parenté » (G. Levi) permettaient de se dégager des structures préétablies. C’est cependant en s’éloignant du territoire habituel de l’historien que l’on parvient à mieux suivre les changements de perspectives à l’origine de nouvelles méthodes de recherche et de nouvelles grilles de lecture des structures sociales28. Une réflexion systématique sur les réseaux sociaux a ainsi été engagée dans le cadre d’une enquête coordonnée par Maurizio Gribaudi à l’EHESS29. Cet exercice consistait à analyser des réseaux de relations d’individus témoins choisis dans des milieux sociaux homogènes – des professeurs, des médecins et des ingénieurs, domiciliés dans des grandes villes européennes – et qui avaient accepté de consigner dans des cahiers, selon un protocole précis, une multitude de renseignements sur leurs rencontres quotidiennes. Ce projet s’est inspiré des travaux issus du vaste champ de recherche regroupé sous l’étiquette de la structural analysis mais aussi, et plus directement, de l’approche de l’École de Manchester qui se base sur l’analyse de situations au niveau local, un niveau considéré comme le « point nodal de processus et de mécanismes globaux »30. Dans ces exercices, et malgré l’homogénéité des groupes sociaux étudiés, les réseaux individuels prennent une multitude de formes. À travers cette diversité peuvent se lire « les traces de l’histoire des interactions et des négociations qui ont eu lieu entre chaque individu et les milieux sociaux dont il est issu et qu’il a traversé tout au long de son parcours social »31. Même si cette enquête insiste sur la discontinuité des formes de cohésion et de stratification de l’espace social, en valorisant le rôle de l’individu et de son intentionnalité, elle ne nie pas le poids des contextes. D’où l’importance de la notion de « gammes des possibles » qui repose à la fois sur le refus des déterminismes et sur l’idée de l’existence d’une marge de manœuvre précise et contrôlée, les possibles étant toujours en nombre fini32.

  • 33 Simona Cerutti, « Processus et expérience : individus, groupes et identités à Turin au XVIIe siècle (...)
  • 34 Roger Chartier, « Conscience de soi et lien social », avant-propos de Norbert Elias, La société des (...)
  • 35 Norbert Elias, La société des individus, op. cit., p. 56. Ce texte a été rédigé en 1939, mais publi (...)

29Ce type d’approche repose sur une conception particulière du rapport entre individu et milieu environnant. L’individu est conçu comme un être à la fois rationnel et social qui poursuit des objectifs. L’intentionnalité des acteurs sociaux est donc reconnue. L’attention est portée sur l’étude de liens et de comportements directement observés. Les analyses se focalisent sur les interactions individuelles dans les différents contextes sociaux plutôt que sur les structures et les institutions33. L’examen des relations entre les personnes met l’accent sur les variations des logiques selon les contextes sociaux où évoluent les individus. À l’opposition traditionnelle entre liberté individuelle et déterminisme social, est substituée une approche où l’individu est considéré dans ses rapports avec les réseaux d’interdépendance dans lequel il s’inscrit34. Ce changement de perspective était au cœur de l’œuvre de Norbert Elias qui invitait à « rompre avec la pensée sous forme de substances isolées » et à engager une réflexion sur des rapports et des fonctions35.

  • 36 M. Gribaudi, « Réseaux egocentrés et inscriptions sociales », dans Espaces, temporalités,…, op. cit (...)

30Les liens père/parrain pourraient être perçus comme des indices du mode de structuration de réseaux sociaux dans la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa. Les interactions entre les différents paramètres repérés jusqu’ici – l’origine des couples, les professions des pères et des parrains, la résidence des parrains quand celle-ci est connue – s’imposeraient alors comme autant de pistes de réflexion possibles. Cependant, il ne faudrait pas tomber dans le piège de la surinterprétation d’observations parcellaires. La proximité résidentielle ou l’étroite corrélation entre voisinage et parenté, visibles à travers le prisme de la relation parents/parrains, ne doivent pas faire dériver mon propos vers la démonstration de l’existence d’un ghetto physique et social. Plus que l’unicité de la relation étudiée, c’est l’absence de référence aux mobilités individuelles et aux processus qui sont à l’origine des différents liens qui posent problème. La nature du lien entre deux personnes varie dans le temps et ne peut être comprise qu’en fonction de l’ensemble des dynamiques relationnelles qui entourent les individus. Ces dynamiques m’échappent. Je vais me contenter d’examiner des liens entre des professions, en essayant de les replacer dans des contextes précis, aussi bien par rapport à ce que je sais des parcours et des situations individuels qu’en tenant compte des modes de construction des identités et des statuts professionnels. Il ne s’agit donc pas d’étudier des bribes de réseaux egocentrés, mais des distances sociales36. Toutefois, cette approche ne doit pas conduire à isoler la profession des autres composantes des identités individuelles comme le lieu de naissance et la nature du lien avec la ville. Certains facteurs peuvent se combiner, d’autres agir de façon plus autonome. Les premiers résultats sur l’étude des liens interprofessionnels vont me guider dans l’analyse de ces combinaisons.

c) La profession

31Il est temps maintenant de réintroduire la profession comme composante de la relation entre le père et le parrain. Les premières étapes du test ont permis de dégager deux caractéristiques du lien de compérage tel que je peux l’observer dans la Rua da Cruz et dans la Rua Feliciano de Sousa au début du XXe siècle : il s’agit d’une relation entre proche, qui est vécue au quotidien ; les pratiques traditionnelles qui encadraient autrefois le parrainage en milieu rural s’estompent en ville, au moins dans les milieux populaires, et la relation de parrainage tend à devenir de plus en plus informelle. De là à conclure que les liens père/parrain correspondent à de banales relations de camaraderie, il y a un pas que je ne franchirai pas. Si les soupçons qui pèsent sur la nature exacte des liens père/parrain ne brisent pas, selon moi, la valeur heuristique de cette relation en tant qu’indice de la structuration des rapports sociaux dans le milieu étudié, ils doivent cependant conduire à recadrer l’objet de mon étude.

  • 37 Il s’agit en fait d’une précaution relativement formelle, les parrains grands-pères de l’enfant bap (...)

32Je peux me livrer à trois réflexions supplémentaires : (1) Le lien père/parrain est différent du lien parrain/père. La relation entre le père et le parrain peut être déséquilibrée. Elle peut être définie comme un lien de dépendance, où le père serait dans une position inférieure. La relation père/parrain est une relation orientée. (2) La déclaration professionnelle du parrain a, dans ce corpus, une valeur différente de la déclaration professionnelle du père. Si la profession du père correspond à un statut social effectif – avec toutes les réserves déjà exposées –, la profession du parrain pourrait être considérée comme le « modèle social », le « domaine du possible », « l’ambition » pour le père et pour les membres de sa famille. (3) Tous les liens père/parrain n’ont pas la même valeur et ne peuvent contribuer de la même manière à la description des rapports sociaux existants dans ces deux rues. Ainsi ne faut-il pas confondre proximité sociale et reproduction sociale. Un traitement particulier devra être réservé aux liens de parrainage qui recoupent des liens de filiation, c’est-à-dire aux cas où le parrain est le grand-père paternel ou maternel de l’enfant37.

  • 38 C’est notamment la démarche de W. Sewell dans Structure and mobility : the men and women of Marseil (...)

33Les auteurs qui ont analysé de telles séries de liens effectifs entre des professions s’accordent généralement à donner une signification particulière à ces informations, le plus souvent recueillies dans des actes de mariage à travers la relation entre témoins et époux. C’est l’interprétation des résultats qui fait débat. Ces liens ont parfois été utilisés pour ordonner les professions selon une échelle de prestige. Dans ce cas, la nature des choix des parents ou des époux permet de déterminer quelles sont les professions les plus valorisées38. Une telle démarche peut sembler en contradiction avec mon propre projet de recherche qui, à travers ces mêmes liens, vise à étudier des points de contact entre des professions et des univers sociaux. D’un coté la relation est a priori perçue comme marquant une distance – le prestige –, de l’autre comme signifiant une proximité. Cette polysémie potentielle de l’information recueillie doit faire l’objet de toute mon attention.

• La liste des professions des parrains

  • 39 Entre 1900 et 1910, 14,4 % des parrains choisis par les habitants de la Rua da Cruz sont employés d (...)

34Encore faut-il que la liste des professions des parrains ne vienne pas ruiner toutes mes hypothèses en laissant entrevoir un large fossé social entre les parrains et les pères. La première anomalie de ces listes est l’existence, entre 1900 et 1910, de parrains « employés de l’église ». Je suis là en présence d’un parrainage que je pourrais qualifier de fictif et de purement formel, bien que reconnu par l’Église. J’aurais pu tout simplement exclure ces cas du corpus39. Cette solution aurait pu être retenue si les parrains employés de l’église se répartissaient de manière uniforme quelle que soit la profession du père. Or un rapide sondage permet d’observer une plus grande propension à choisir un parrain employé de l’église chez les pères trabalhadores et chez les mères d’enfants de père inconnu. Ce choix a une signification sociologique. Je peux d’ores et déjà émettre l’hypothèse qu’il est le signe d’un relatif isolement dans la communauté et d’une absence de perspective pour le couple père/mère ou pour la mère. Les informations sur les parrains employés de l’église ont donc été conservées.

  • 40 La liste complète des professions des parrains se trouve en annexe.

35Une première lecture de la liste brute des professions permet de s’assurer que les pères et les parrains appartiennent à des univers sociaux relativement proches. Certes, la simple confrontation entre les déclarations des pères et des parrains laisse apparaître un léger décalage sociologique. Les trabalhadores sont moitié moins nombreux du côté des parrains que du côté des pères, ceci quelle que soit la rue ou l’époque considérée. Les parrains semblent globalement issus de couches sociales légèrement supérieures à celles des pères. Les employés de commerce sont proportionnellement mieux représentés, et surtout ils côtoient un assez grand nombre de « commerçants », une déclaration assez rare du côté des pères. Et puis il y a les « propriétaires », dont je reparlerai plus en détail. Évidemment, certaines caractéristiques de la composition sociologique du groupe des parrains n’apparaissent pas directement à travers la liste brute des déclarations professionnelles. Ainsi les militaires, plus nombreux chez les parrains, notamment au début du siècle, se trouvent dispersés entre les différents grades et corps d’armée40. Reste qu’il n’existe pas de grand bouleversement des hiérarchies des déclarations les plus fréquentes entre les listes de professions des pères et des parrains. Les « employés de l’église » mis à part, les professions les plus représentées demeurent les manœuvres, les employés de commerce ou les commerçants et une poignée de métiers d’où se détachent immanquablement les serruriers et dans une moindre mesure, les chaudronniers. Au début du siècle, les « propriétaires » font cependant une apparition parmi les déclarations citées au moins 3 fois (tableau 7.4. et 7.5.).

36Mais, à ce stade de l’analyse, c’est surtout le net élargissement de l’éventail des professions qui surprend (tableau 7.8.). Chez les parrains, on note en particulier une plus grande précision dans les déclarations. La spécialisation de certaines professions est plus souvent revendiquée. Les parrains n’hésitent pas, par exemple, à se déclarer serrurier mécanique au lieu de simple serrurier : trois déclarations de ce type pour la Rua Feliciano de Sousa entre 1930 et 1939. Le statut professionnel des parrains est mieux valorisé. La raison en est parfois toute simple : les parrains mettent en avant leur statut, car celui-ci est singulier et bien défini. C’est notamment la présence plus fréquente de l’employeur dans les déclarations des parrains qui permet d’observer ce phénomène : on rencontre des parrains employés des Hôpitaux civils (Rua Feliciano de Sousa en 1938), contrôleurs de la Companhia Portuguesa de Moagens (Rua da Cruz, 1906), ou encore employés à l’Empresa Nacional de Navegação (Rua da Cruz, 1906). C’est aussi le secteur d’activité qui est plus volontiers indiqué, comme pour ce parrain employé bancaire (Rua da Cruz, 1938).

37Ces différences dans les modes de déclaration renvoient parfois à des distinctions de position sociale. Le compérage tel qu’il est pratiqué à Alcântara au début du siècle permet dans certains cas de nouer des liens qui dépassent les oppositions traditionnelles entre groupes sociaux. Mais si cette relation peut être une voie d’ouverture vers d’autres mondes sociaux, elle garde cependant une logique de type socioprofessionnel. La simple confrontation entre les deux listes de déclarations permet de préciser mon hypothèse au sujet de la nature des liens père/parrain. J’envisage les liens père/parrain comme des axes d’ouverture vers l’extérieur, des ponts jamais infranchissables entre des milieux sociaux plus ou moins éloignés et qui se confondent parfois. Ces liens peuvent être ou non synonymes de mobilité potentielle. L’opportunité qu’ils peuvent signifier peut être saisie ou ignorée, je ne le sais pas. Je peux en revanche tenter de mesurer les proximités et les distances sociales qu’ils représentent.

Tableau 7.4. : Les professions des parrains les plus fréquentes Rua da Cruz 1900-1910

effectif

%

caldeireiro (chaudronnier)

3

0,9

empregado no Caminho-de-ferro (employé des Chemins de fer)

3

0,9

fundidor (fondeur)

3

0,9

soldado da Guarda municipal (soldat de la Garde municipale)

3

0,9

barbeiro (barbier)

4

1,3

fogueiro (chauffeur d’une forge)

4

1,3

guarda-fiscal (garde fiscal)

4

1,3

pedreiro (maçon)

4

1,3

maquinista (machiniste)

5

1,6

marítimo (marin)

5

1,6

proprietário (propriétaire)

5

1,6

sapateiro (cordonnier)

6

1,9

carpinteiro (menuisier/charpentier)

7

2,2

estudante (étudiant)

7

2,2

marinheiro da Armada (marin de l’Armada)

7

2,2

operário (ouvrier)

10

3,1

serralheiro (serrurier)

11

3,4

comerciante (commerçant)

14

4,4

empregado no comércio (employé de commerce)

21

6,6

empregado nesta Igreja (employé de cette église)

46

14,4

trabalhador (manœuvre)

57

17,8

autres déclarations

91

28,4

Total

320

100

Tableau 7.5. : Les professions des parrains les plus fréquentes Rua F. de Sousa 1900-1910

effectif

%

ferreiro (ferronnier)

3

1,6

fundidor (fondeur)

3

1,6

marinheiro da Armada (marin de l’Armada)

3

1,6

proprietário (propriétaire)

3

1,6

sapateiro (cordonnier)

3

1,6

carpinteiro (menuisier /charpentier)

3

1,6

pedreiro (maçon)

4

2,1

empregado no comércio (employé de commerce)

5

2,6

estudante (étudiant)

6

3,2

marítimo (marin)

8

4,2

operário (ouvrier)

8

4,2

comerciante (commerçant)

9

4,8

serralheiro (serrurier)

14

7,4

empregado nesta Igreja (employé de cette église)

23

12,2

trabalhador (manœuvre)

28

14,8

autres déclarations

66

34,9

Total

189

100

Tableau 7.6. : Les professions des parrains les plus fréquentes Rua da Cruz 1930-1939

effectif

%

empregado de escritório (employé de bureau)

3

1,1

empregado do estado (employé de l’État / fonctionnaire)

3

1,1

ferreiro (ferronnier)

3

1,1

marinheiro (marin)

3

1,1

ourives (ciseleur, bijoutier, orfèvre)

3

1,1

confeiteiro (confiseur)

4

1,5

ferroviário (cheminot)

4

1,5

fogueiro (chauffeur d’une forge)

4

1,5

soldador (soudeur)

4

1,5

barbeiro (barbier)

5

1,8

operário (ouvrier)

5

1,8

ajudante de caldeireiro (aide chaudronnier)

6

2,2

motorista (chauffeur)

6

2,2

carpinteiro (menuisier / charpentier)

6

2,2

electricista (électricien)

7

2,6

sapateiro (cordonnier)

9

3,3

serralheiro (serrurier)

9

3,3

comerciante (commerçant)

10

3,7

marítimo (marin)

13

4,8

caldeireiro (chaudronnier)

15

5,5

empregado no comércio (employé de commerce)

28

10,3

trabalhador (manœuvre)

32

11,7

autres déclarations

91

33,3

Total

273

100

Tableau 7.7. : Les professions des parrains les plus fréquentes Rua F. de Sousa 1930-1939

effectif

%

agente de polícia (agent de police)

3

1,6

funcionário público (fonctionnaire)

3

1,6

maquinista (machiniste)

3

1,6

pedreiro (maçon)

3

1,6

proprietário (propriétaire)

3

1,6

serralheiro mecânico (serrurier mécanique)

3

1,6

caldeireiro (chaudronnier)

4

2,1

condutor de carroças (conducteur de charrette)

4

2,1

lapidador (tailleur de pierre)

5

2,7

operário (ouvrier)

5

2,7

carpinteiro (menuisier / charpentier)

6

3,2

marítimo (marin)

6

3,2

comerciante (commerçant)

11

5,9

serralheiro (serrurier)

12

6,4

empregado no comércio (employé de commerce)

15

8

trabalhador (manœuvre)

17

9

autres déclarations

85

45,2

Total

188

100

Tableau 7.8. : La diversité des déclarations professionnelles

(a)

(b)

Rua da Cruz 1900-1910

95

75

Rua Feliciano de Sousa 1900-1910

70

59

Rua da Cruz 1930-1939

102

77

Rua Feliciano de Sousa 1930-1939

87

59

(a) nombre de déclarations professionnelles différentes chez les parrains
(b) rappel du nombre de déclarations professionnelles différentes chez les pères

• Quelques relations suspectes

38En résumé, cette étude repose sur l’hypothèse que la relation père/parrain correspond à un lien social informel qui témoigne des rapports entre groupes sociaux dans l’Alcântara de la première moitié du XXe siècle. Je me suis attaché à contrôler cette hypothèse. Cela m’a conduit à préciser l’objet de ma recherche en définissant la relation père/parrain comme un lien orienté. J’ai pu conclure que les liens père/parrain n’étaient pas dénués de sens du point de vue sociologique, ou plus exactement qu’ils recouvraient des réalités sociales et économiques, et non uniquement politiques ou culturelles. En d’autres termes, et dit de manière plus expéditive, j’ai vérifié que les parrains n’étaient pas tous avocats, médecins ou ingénieurs.

  • 41 On recense 5 propriétaires et 1 négociant-propriétaire parmi les parrains choisis par les habitants (...)

39Deux déclarations professionnelles des parrains sont cependant le signe de statuts sociaux nettement plus élevés : industriel et propriétaire. Ces parrains pourraient avoir été choisis en raison du prestige que leur confère leur statut social. Je serais là en présence d’une relation que je pourrais qualifier de clientéliste. Ces déclarations ne sont pas fréquentes et je pourrais les ignorer en considérant qu’il s’agit là de situations atypiques qui ne viennent pas contredire la généralité du propos41. Il me semble cependant intéressant d’examiner de plus près quels sont les couples qui adoptent une attitude aussi singulière. Est-il possible de trouver des explications à ces comportements ?

  • 42 Ces remarques reposent en particulier sur l’analyse des professions des dirigeants de la Sociedade (...)

40Le premier élément de réponse concerne la nature exacte des statuts qui se dissimulent derrière les déclarations d’industriel ou de propriétaire. Ces deux termes peuvent renvoyer au même type de condition, à savoir un petit entrepreneur local ou même un simple artisan indépendant. La dénomination d’industriel est plus fréquente dans les années 1930 – dans mon corpus je ne la rencontre pas au début du siècle –, mais les deux termes peuvent être synonymes. Même si on ne se situe plus dans le monde du salariat industriel, on n’est pas forcément en présence de statuts sociaux très élevés42. Dans ce cas, ces parrainages ne seraient qu’un témoignage supplémentaire de la proximité des conditions entre ouvriers et petits patrons ou artisans, dans les milieux populaires.

  • 43 Funcionário público – En portugais, le mot fonctionnaire n’est pas réservé aux employés de la fonct (...)

41Le deuxième point touche à la position sociale des pères. Ces derniers déclarent des professions plutôt qualifiées. Il n’y a aucun manœuvre parmi eux. Certains appartiennent même aux couches sociales les plus élevées du corpus. En 1904, ce sont deux commerçants, l’un de la Rua da Cruz et l’autre de la Rua Feliciano de Sousa, qui choisissent un parrain propriétaire. En 1932, un « fonctionnaire »43 de la Rua Feliciano de Sousa, né à Belém, choisit comme parrain de sa fille un propriétaire domicilié à Algés. Rua da Cruz, en 1930, c’est un officier de la marine marchande, né à Alcântara, qui fait appel à un voisin de la Rua S. Jeronymo, industriel. D’autres pères ayant établi le même type de relation exercent une activité qui peut très bien correspondre à une relative aisance sociale : c’est le cas, par exemple, d’un barbier, voire d’un serrurier, d’un chaudronnier ou d’un forgeron. Je me heurte à nouveau à l’imprécision des déclarations. Mais compte tenu de ce que je sais du parrainage en milieu urbain, je peux toujours supposer que ces pères se rattachent davantage au monde des petits entrepreneurs qu’à celui des ouvriers.

42Pour les années 1930, la résidence des parrains permet de préciser la nature de ces relations. Il existe quasiment toujours un lien de voisinage entre le père et le parrain. Le plus souvent le parrain habite la même rue que le père. Cette relation s’inscrit dans un quotidien. Deux cas seulement font exception : un parrain d’Algés, dont j’ai déjà évoqué l’existence, et un autre de Benfica, un quartier du nord de Lisbonne, assez éloigné d’Alcântara. Pour mieux connaître l’environnement relationnel du couple, il est enfin possible de reconstituer une partie des parcours individuels. Cet exercice a pu être mené pour trois cas.

43On retrouve ici Abel Matos, déjà croisé lors de l’analyse des déclarations multiples. La famille d’Abel Matos a suivi un parcours complexe. En 1887, Abel Matos naît à Vimioso dans le district de Bragança, à l’extrême nord-est du Portugal. En 1925, déjà âgé de 38 ans, il épouse, dans la paroisse d’Alcântara, Maria Luisa née à Montijo, district de Setúbal. Grâce au registre de mariage, on connaît l’origine des parents des deux époux. Le père d’Abel Matos est originaire de Góis, dans le district de Coimbra, à la limite de la Serra de Estrela. Sa mère est née à Agueda, dans le district d’Aveiro. Les deux villages sont distants d’une bonne cinquantaine de kilomètres. Après un passage par Vimioso, la famille a dû s’installer à Lisbonne, puisqu’en 1925 la mère vit Rua Possidónio da Silva, dans le quartier d’Alcântara. À cette époque le père est décédé et on ne connaît pas la profession qu’il exerçait. Les parents de Maria Luisa sont tous les deux nés à Montijo. Le père y demeure encore, la mère est décédée. Lors du mariage de sa fille, le père de Maria Luisa déclare être trabalhador (manœuvre). Avant son mariage, Abel Matos est domicilié dans le quartier d’Ajuda, où il exerce la profession de forjador mecânico (forgeron mécanique). Sa future épouse vit dans un appartement de la Rua da Cruz où le couple s’installe. C’est là qu’on le retrouve dans les années 1930. En 1925, l’environnement relationnel du couple peut être reconstitué à travers l’identité des témoins du mariage. Il s’agit d’un univers assez diversifié. Augusto da Silva, employé de commerce, et sa femme qui ne déclare aucune profession, tous les deux domiciliés dans le quartier d’Ajuda et voisins d’Abel Matos, forment le premier couple. Deux autres témoins sont présents : Fernando Pereira, garde civil, demeurant Rua Gil Vicente à Alcântara, et Renato Bento, serrurier, demeurant Rua da Cruz, et époux de la sœur de Maria Luisa. Au cours des années 1930, le couple Abel Matos/Maria Luisa déclare la naissance de trois enfants, les parrains de ces derniers sont à chaque fois mentionnés dans les actes. En 1932, c’est le même Renato Bento, témoin au mariage, qui est choisi. Il est toujours serrurier. En 1934, le parrain est Paolo Luz, un « propriétaire » demeurant Rua da Cruz. En 1939, le couple désigne comme parrain un voisin, Carlos Sá, de profession ferblantier. Au cours de toutes ces années, la profession d’Abel Matos ne change pas. Cependant, en 1939, sa déclaration est moins précise : elle se limite au terme forgeron.

44Abel Matos et son couple évoluent dans un milieu relativement stable. Lui-même semble faire carrière dans sa profession, comme le montre la constance des déclarations. Les proches du couple déclarent tous une profession qualifiée – et dans ce cas dans le même secteur d’activité qu’Abel Matos – ou un emploi typique de l’univers citadin comme celui d’employé de commerce. En fonction de ces informations, le couple Abel Matos/Maria Luisa semble avoir su développer un réseau de relations appréciable qui correspond vraisemblablement à un positionnement favorable au sein de la communauté d’habitants d’Alcântara. La relation entre le père et le parrain « propriétaire », prise isolément, cache une grande partie de cette réalité. Cette information partielle n’est pas réellement représentative de la sociabilité de ce couple. Pour autant, elle n’induit pas vraiment en erreur. Elle ne produit pas de contresens. Elle incite à conclure à une position privilégiée d’Abel Matos et de sa famille ce qui, après tout, n’est pas faux.

45Le cas de João Moura Silva semble assez différent. Cet aide serrurier, né à Alcântara en 1913, déclare en 1931 un fils à l’état civil. Sa compagne, Manuela Rodrigues, est elle aussi originaire d’Alcântara. Le couple habite Rua da Cruz. Le parrain de leur enfant est industriel et habite Benfica. Cette relation apparaît particulièrement suspecte. La distance résidentielle et l’écart apparent entre les statuts sociaux du père et du parrain incitent à considérer ce lien comme un service rendu et non comme une relation sociale informelle. En 1932, le couple se marie. On apprend à cette occasion que les familles de João Moura Silva et de Manuela Rodrigues sont installées à Lisbonne au moins depuis une génération. Les époux n’ont pas déménagé entre temps. João Moura Silva déclare alors exercer la profession de serrurier. Trois témoins sont présents lors du mariage : J. Machado, un serrurier demeurant Travessa de Alcântara, non loin de la Rua da Cruz, et deux femmes, voisines du couple, Maria de Jesus et Irene de Jesus Machado, sœur de la mariée. Les informations que l’on possède sur ce couple sont moins riches que celles réunies autour d’Abel Matos et de son épouse. Cependant, le parrain apparaît quelque peu étranger à l’environnement relationnel de João Moura Silva. Il peut s’agir d’une relation nouée dans un cadre professionnel, le parrain étant peut-être l’employeur de João Moura Silva, mais le lien observé ici peut difficilement être retenu comme indice d’une proximité entre deux professions.

46Le troisième exemple sélectionné laisse moins de place au doute, puisque on y décèle clairement les traces de pratiques traditionnelles de compérage. Pedro Santos, un peintre de la Rua Feliciano de Sousa, choisit par deux fois, en 1905 et en 1908, le même parrain : Ernesto Bento qui déclare à chaque fois, en guise de profession, être « propriétaire ». Le multi-parrainage – lorsqu’un même individu est choisi plusieurs fois pour être parrain par une ou plusieurs familles – est l’une des manifestations les plus fréquentes de ce compérage traditionnel souvent teinté de clientélisme. Je ne l’ai quasiment pas rencontré à Alcântara. La relation entre Pedro Santo et Ernesto Bento semble pourtant relever de ce type de parrainage.

*

  • 44 Des professions plus rares qui peuvent se trouver au centre des stratégies relationnelles, comme le (...)

47Le test des liens père/parrain permet de valider le postulat sur lequel repose mon projet de recherche. Cette relation peut être étudiée comme un exemple des multiples liens interindividuels présents dans un espace urbain structuré selon le modèle de la petite communauté. Le parrain peut être, exclusivement ou de manière cumulée, un parent, un voisin ou un proche. Dans le milieu observé, cette relation est généralement informelle. Elle repose la plupart du temps sur une proximité réelle entre des individus et non sur des rituels ou des pratiques hérités des formes traditionnelles de compérage. Ces liens peuvent être analysés sur la base de principes simples, inspirés des études de réseaux. Il s’agit d’examiner des relations effectives, réellement constatées entre des individus qui agissent en fonction des ressources mises à leur disposition Le contrôle des liens père/parrain n’a cependant pas totalement évacué la possibilité de biais qui pourraient limiter la portée de mes observations en créant des distorsions autour de l’objet de recherche. Le lien père/parrain pourrait en effet être, dans certains cas, le fruit de pratiques singulières en décalage avec l’existence quotidienne dans le milieu observé. L’interprétation de ces liens ne peut donc se limiter à la prise en compte du seul paramètre de la profession des individus. Les contacts observés entre les professions peuvent revêtir plusieurs sens. Cette polysémie de l’objet étudié implique la mobilisation d’autres types d’information. La relation entre le père et le parrain doit être aussi analysée, quand cela est possible, en fonction de l’origine et des parcours des individus ou de la nature des professions en cause. La difficulté à saisir la valeur exacte de cette relation pose par ailleurs la question du contrôle des liens entre des professions dont on ne possède qu’une seule trace. Les caractéristiques du milieu social – une assez grande diversité de professions – et mon mode opératoire tendent à privilégier l’étude de la position des professions les plus fréquentes, et donc à négliger le rôle des professions plus rares44. Le recours à des catégories s’impose donc, au moins dans un premier temps, pour tenter d’y voir un peu plus clair dans ces listes de cas individuels difficilement intelligibles en l’état.

2. Les liens interprofessionnels : le recours à des catégories

  • 45 Depuis les travaux d’Alain Desrosières et de Laurent Thévenot sur l’histoire de la statistique et d (...)
  • 46 Cependant je ne suis pas dans une logique de recensement d’une population. Il s’agit d’étudier la s (...)

48La nécessité de synthétiser les données justifie l’introduction de catégories socioprofessionnelles. Le filtrage opéré par le processus d’agrégation est double. Il correspond d’abord à une construction préétablie qui vise à privilégier tel ou tel aspect des structures socioéconomiques. Le phénomène a été souvent signalé45. Mais dans le cadre de cette enquête, le travail sur des données agrégées présente un autre type de risque. Mon objectif étant de mettre en évidence des liens entre des professions ou entre des groupes professionnels, l’usage de catégories peut masquer la diversité des comportements en faisant apparaître des compatibilités sociales là où il n’y a qu’une série d’attractions ou de répulsions intracatégorielles. Toutefois, l’usage de catégories statistiques peut paradoxalement se justifier par les inconvénients de ce procédé. En choisissant des catégories définies selon des principes connus et clairement énoncés, je peux espérer voir en quoi ces dits principes fournissent des clefs pour comprendre les modes de structuration des relations sociales dans l’espace étudié. Les tableaux statistiques que je vais dresser ont pour objectif non pas de coller au plus près à la réalité, mais de saisir des logiques comportementales46.

  • 47 A. Blum et M. Gribaudi, « Des catégories… », op. cit.

49C’est encore par des séries de tests que je progresse. Deux types de classement ont été retenus : le premier repose sur le secteur d’activité et s’inspire des catégories utilisées dans les recensements portugais du début du XXe siècle ; le deuxième est défini en fonction du niveau et du type de qualification, une voie suggérée par de récents acquis historiographiques. Je m’inspire de la démarche suivie par Alain Blum et Maurizio Gribaudi dans un article cité précédemment47. Mais contrairement à ces auteurs qui étudient la logique des classements socioprofessionnels, je m’attache plus particulièrement aux résultats concrets, en essayant de déterminer quels sont les facteurs qui influencent le plus la structure des relations sociales.

a) Les catégories contemporaines

• La définition des catégories

  • 48 António Pinto Ravara, « A classificação socioprofissional em Portugal (1806-1930) », Análise Social (...)
  • 49 Le recensement de 1920 ne contient aucune classification socioprofessionnelle. En 1930, de nouvelle (...)

50Le premier recensement portugais à inclure une classification socioprofessionnelle de la population date de 1890. Les congrès internationaux de statistiques qui se tenaient depuis le milieu du XIXe siècle prônaient une uniformisation des méthodes dans tous les États modernes. L’administration portugaise, assez en pointe dans ce domaine, adopta avec de légères modifications la classification élaborée par Jacques Bertillon entre 1889 et 189348. Cette classification sera reprise, dans ses grandes lignes, dans les recensements successifs jusqu’en 1930. La classification de Bertillon telle qu’elle a été utilisée au Portugal repose sur la définition de 12 classes, intitulées de la façon suivante dans le recensement de 1925 : exploitation de la superficie du sol, extraction des matières minérales, industrie, transports, commerce, force publique, administration publique, professions libérales, personnes vivant exclusivement de leurs rentes, travaux domestiques, désignations générales sans indication de profession, improductifs et professions inconnues. Dans les recensements de 1890, 1900 et 1911, les classifications publiées ne vont pas au-delà de ces grandes divisions. En 1925 et 1930 sont identifiées respectivement 61 et 58 sous-classes49. La classification du recensement de 1925 peut servir de référence.

51Pour mon étude, l’utilisation de cette classification ramenée aux 12 grands groupes socioprofessionnels ne soulève pas de gros problèmes, moyennant quelques adaptations : la suppression des deux premières classes qui sont orphelines lorsque la classification est appliquée à la population de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa ; la création d’une classe réservée aux parrains « employés de l’église ». Voulant éviter de créer des classes trop restreintes, seule la sous-classe « industrie de la métallurgie » a été conservée. J’ai donc utilisé la classification suivante, reprenant les codes chiffrés du recensement de 1925 :

Classe

Intitulé

3

Industrie (industrie de la métallurgie exclue)

3a

Industrie de la métallurgie

4

Transports

5

Commerce

6

Force publique

7

Administration publique

8

Professions libérales

9

Personnes vivant exclusivement de leurs rentes

10

Travaux domestiques

11

Désignations générales, sans indication de profession

12

Employé de l’église

  • 50 Le recensement français de 1896 contient ce type d’information en annexe. Le classement socioprofes (...)

52La réalisation concrète de cette opération de classification pose en revanche de nombreuses difficultés méthodologiques. En effet, en l’absence de table alphabétique des professions qui dévoilerait les logiques de classement adoptées par l’administration portugaise dans les recensements publiés entre 1890 et 1930, on ne peut se guider qu’à partir des sous-classes mentionnées en 1925 et 193050. L’exercice est périlleux. Les éventuelles erreurs d’interprétation des intentions des statisticiens portugais doivent être cependant relativisées. Dans quelques cas, je suis même allé sciemment à l’encontre de ces intentions. Je me contente en effet de reprendre une logique de classement que j’applique à une population spécifique. L’important est de bien spécifier les options choisies.

  • 51 On ne rencontre la déclaration « chauffeur » que dans les actes des années 1930/1939. Tenant compte (...)
  • 52 Il se peut qu’un individu déclarant comme profession marinheiro fasse en fait partie de la Marine d (...)

53La classification socioprofessionnelle élaborée par Bertillon est donc construite en fonction du secteur d’activité. La classe 4 concerne par exemple toutes les professions liées aux transports : route, chemin de fer, maritime et fluvial. Y sont regroupées les professions du type chauffeur, employé de la Carris, employé des chemins de fer, marin (marítimo et marinheiro), mais aussi les facteurs et les employés des postes51. La classe 6, intitulée « force publique », est divisée en trois sous-classes dans le recensement de 1925 : armée, marine (Armada), et une troisième sous-classe regroupant la garde républicaine, la police et la garde fiscale. J’y ai rajouté les pompiers et pompiers municipaux qui ne faisaient pas explicitement partie de cette catégorie. Pour être incluse dans cette catégorie, la déclaration doit spécifier le corps où la profession est exercée : ainsi la déclaration marinheiro a été classée dans la classe 4 des « transports », et celle de marinheiro da Armada dans la classe 6 de la « force publique »52. Les classes 7 à 12 n’ont pas posé de problème particulier. Le terme profession libérale doit être compris dans un sens très large : professeur – y compris de l’enseignement public –, acteur, médecin, etc. La classe 7 est réservée aux employés de l’administration publique nationale ou communale. La classe 9 regroupe uniquement les déclarations « propriétaire » et « industriel ». La classe 10 concerne les employés domestiques : employé de maison, jardinier, portier, etc. Dans la classe 11 sont regroupées les déclarations comme étudiant ou élève, et les mentions non professionnelles qui correspondent le plus souvent à l’âge du parrain quand celui-ci est mineur.

  • 53 Je ne respecte pas ici les principes du classement de Bertillon qui prévoyait de classer les artisa (...)

54Les classes 3 (industrie) et 5 (commerce) ont suscité plus d’interrogations. Le classement élaboré par Bertillon ne distingue ni le statut d’artisan ni celui d’employé. En dehors des déclarations qui relèvent des transports, ces deux groupes professionnels sont dispersés entre l’industrie et le commerce. Pour ma part, j’ai regroupé les métiers de l’artisanat qui peuvent être associés au monde de la boutique dans la classe du commerce. Ainsi les boulangers, les barbiers, les coiffeurs ou les tailleurs côtoient les employés de commerce et les commerçants. En revanche, les professions qui pouvaient être exercées indifféremment dans un cadre artisanal ou industriel ont été incluses dans la classe 3. Les ouvriers boulangers (manipulador de pão), les cordonniers, les métiers du bâtiment sont ainsi classés dans la catégorie industrie53. Cette opération peut paraître hasardeuse. Pour nombre de ces professions, il est difficile de distinguer ce qui relève de la vente ou de la fabrication. Toutefois, il m’a semblé important de considérer le terme « industrie » dans son sens le plus étroit et donc d’exclure de son champ d’application les déclarations qui renvoient le plus souvent au statut de petit producteur/vendeur indépendant.

55Quant à la sous-classe industrie de la métallurgie (3a), sa composition ne va pas non plus de soi. Dans un chapitre précédent, l’incertitude des contours du groupe professionnel des « métallurgistes » a déjà été mentionnée. Sur la base de la structure des organisations syndicales ou des cursus de formation, les électriciens pouvaient en faire partie. En me référant à la sous-classe de l’industrie de la métallurgie présente dans le recensement de 1940, j’ai pu limiter la liste des professions associées à ce secteur d’activité. Les électriciens en sont exclus.

  • 54 On pourra consulter en annexe la table alphabétique des professions avec les codes de classificatio (...)

56La classe 5 regroupe aussi les employés du secteur privé : employés de bureau, employés bancaires, comptables. Ce choix correspond à la logique de la classification retenue. Dans le recensement de 1925, la classe 5 comporte une sous-catégorie « banques, établissements de crédit, assurances ». Il n’existe d’ailleurs pas d’alternative. Si cette option a peu de conséquences pour la période 1900-1910, elle est en revanche plus problématique pour les années 1930. L’opération technique qui consiste à associer à chaque profession une classe a relativement bien fonctionné pour la première période, mais elle a posé plus de difficultés et a demandé davantage de compromis pour la deuxième. Cette classification, conçue à la fin du XIXe siècle, est dans l’ensemble peu adaptée à une société plus moderne et urbaine qui est peu à peu gagnée par le secteur tertiaire54.

• Les résultats

57Les tableaux 7.9. à 7.12. présentent les effectifs des liens professionnels entre les pères et les parrains des deux rues et aux deux époques. Quand les effectifs le permettent, les données sont présentées sous forme de pourcentages arrondis à l’unité. Ces chiffres apparaissent en italique dans chaque case, en dessous des effectifs. Le chiffre de gauche correspond au pourcentage colonne et le chiffre de droite au pourcentage rangée. Par exemple, dans le tableau 7.9., pour la première colonne de la première rangée, on doit lire que 90 pères qui exercent une profession de la classe industrie sont liés à un parrain de la classe industrie, ce qui correspond à 75 % des parrains de cette catégorie et à 45 % des pères.

58Le commentaire de cette série de tableaux passe par une remarque préalable. Malgré mes précautions dans l’opération de classement des professions, le poids numérique de la classe de l’industrie reste écrasant. Au début du siècle, les individus des classes « industrie » et « métallurgie » représentent près de 80 % du total des pères et près de la moitié des parrains. Si l’horizon social des deux rues se diversifie un peu dans les années 1930, la classification de Bertillon limitée aux 12 grandes classes n’est toujours pas assez discriminante. L’ampleur du groupe des professions de l’industrie dissimule sans aucun doute de nombreux comportements et phénomènes sociaux. Mais l’intérêt de cet exercice est justement de voir ce qu’une classification basée sur le secteur d’activité permet de distinguer. Le reste pourra être observé d’une autre façon.

59L’analyse peut tout d’abord être menée en terme de classes valorisées ou non lors du parrainage, c’est-à-dire en comparant les proportions de chaque classe chez les pères et chez les parrains. Durant la première période, les classes de l’industrie et de la métallurgie apparaissent comme les grandes perdantes. Leurs proportions diminuent fortement du coté des parrains. Ce sont les individus qui appartiennent au groupe du « commerce » qui semblent bénéficier des faveurs de la population. Leur nombre est près de trois fois supérieur dans le groupe des parrains. Les parrainages assurés par des « employés de l’église » révèlent un autre phénomène. Cette pratique est quasiment exclusivement le fait des pères de la classe de l’industrie. La différence est frappante avec ceux de la classe de la métallurgie.

60La proportion d’autocompérage, c’est-à-dire de pères qui recrutent le parrain dans leur propre catégorie sociale, constitue un autre point d’observation. Pour chaque classe, environ 20 % des pères adoptent ce type de comportement. Deux exceptions cependant : dans la classe de l’industrie l’autocompérage est nettement plus fort, mais le poids numérique de ce groupe est si important qu’il est difficile d’en tirer une quelconque conclusion. Un autre cas est plus significatif : celui de la classe de la « force publique », où l’autocompérage avoisine le tiers des relations dans la Rua da Cruz et la moitié dans la Rua Feliciano de Sousa. Enfin, il faut souligner l’étonnante cohérence de ces résultats entre les deux rues. On notera cependant la plus forte présence de la classe de la métallurgie dans la Rua Feliciano de Sousa. Cette présence s’accompagne d’une plus grande diffusion des parrainages issus de cette classe en direction des autres catégories.

61Vingt ans plus tard, les choses ont légèrement évolué. La classe de l’industrie demeure peu valorisée, mais le contraste est moindre par rapport à la première période. En revanche, la proportion de la classe de la métallurgie est désormais stable entre les pères et les parrains. La classe du commerce reste nettement valorisée. Cependant l’origine sociale des parrains se diversifie en direction des classes des transports, de la force publique et aussi de l’administration publique. L’autocompérage n’a pas non plus le même impact. Celui-ci avoisine le tiers des pères de chaque classe. Il est donc nettement plus élevé qu’au début du siècle. Ce taux est plus élevé (50 %) dans la classe de l’industrie, mais il est beaucoup plus faible dans la classe de la force publique. Dans les années 1930, les résultats sont une fois de plus très proches d’une rue à l’autre.

  • 55 M. Verret, Le travail ouvrier, op. cit., p. 13.
  • 56 Des chiffres évidemment sujets à caution tant les classifications de l’époque sont aléatoires. Yves (...)

62Cette série de tableaux donne une image bien précise du milieu étudié. En regroupant une grande partie des professions recensées dans les catégories « industrie » ou « métallurgie », la classification de Bertillon fait ressortir le caractère ouvrier de la population de ces rues. Michel Verret l’avait remarqué, la C. S. P. ouvrière est en définitif celle qui se compte le mieux55. C’est donc un modèle relativement classique qui est mis en lumière par l’utilisation de ce type de classification. Au tournant du siècle, la population de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa est essentiellement ouvrière et, je l’avais déjà noté en examinant la liste brute des professions, entre les années 1900 et les années 1930, les secteurs du commerce et des services gagnent en importance. Il a dû certainement exister un décalage chronologique avec des pays comme la France où le mouvement tend à se faire sentir dès la fin du XIXe siècle, alors que depuis longtemps les villes comptaient de 15 % à 20 % d’employés56. Encore faudrait-il étudier d’autres espaces lisboètes plus diversifiés pour en avoir la certitude. Les mouvements perceptibles dans ces rues ne sont pas forcément représentatifs. Mais, le processus est bel et bien enclenché. Le sens de l’évolution est le même.

Tableau 7.9. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua da Cruz 1900-1910

Tableau 7.9. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua da Cruz 1900-1910

Tableau 7.10. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua Feliciano de Sousa 1900-1910

Tableau 7.10. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua Feliciano de Sousa 1900-1910

Tableau 7.11. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua da Cruz 1930-1939

Tableau 7.11. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua da Cruz 1930-1939

Tableau 7.12. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua Feliciano de Sousa 1930-1939

Tableau 7.12. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua Feliciano de Sousa 1930-1939
  • 57 M. Verret, L’espace ouvrier, op. cit., p. 212.
  • 58 M. Verret, Le travail ouvrier, op. cit., p. 74.

63Ces remarques s’appuient sur la composition de la population des pères. Les liens père/parrain permettent de souligner un autre phénomène : la proximité entre ces groupes sociaux, une proximité commune aux deux époques. Les « combinaisons de quartier »57 ne se résument pas uniquement à des proximités résidentielles. Elles imprègnent aussi la structure des relations interindividuelles. Parmi les pères issus du secteur industriel, la part des liens avec le monde du commerce, du transport ou de l’administration publique tend à augmenter. Le phénomène est encore plus visible dans la Rua da Cruz, notamment chez les métallurgistes. Dans les années 1930, la grande nouveauté est peut-être la contribution, encore modeste certes, de l’administration publique. Au début du siècle, ce sont les parrains de la classe de la « force publique » qui cristallisent une part des espérances placées dans les professions au service de l’État. Comment ne pas rapprocher ces évolutions avec les processus de mobilité sociale ? Au début du XXe siècle, les « échappées de classe », pour reprendre l’une des belles expressions de M. Verret, se font en effet essentiellement en direction des employés58. J’enregistre des espoirs plus que des réalités, et je ne sais pas à quel point ces contacts préfigurent des changements d’activité. Et pour quelle génération, celle des pères ou celle des fils ?

64La rigidité des catégories ne permet pas d’avancer beaucoup plus dans l’analyse. À partir des secteurs d’activité définis par Bertillon, on ne parvient pas à se faire une idée très précise de la nature des relations interindividuelles. Les parrainages qui établissent un contact direct entre la classe de l’industrie et celle du commerce peuvent aussi bien être analysés comme l’expression de la modernité de la société d’Alcântara – des liens entre ouvriers et employés – ou d’un certain traditionalisme – des liens entre ouvriers et artisans. Les parrainages à l’intérieur de la catégorie industrie sont eux aussi sujets à caution, cette classe incluant autant d’artisans et d’ouvriers qualifiés que de manœuvres.

65Mais c’est sur un autre aspect des données contenues dans les tableaux 7.9. à 7.12. que je veux conclure cette analyse, soulignant par la même occasion la grande ambiguïté de ces résultats. Dans les années 1930, la disparition de la catégorie « employé de l’église » du coté des parrains profite à toutes les autres catégories, sauf à celle de l’industrie. La proportion de parrains qui appartiennent à cette dernière catégorie diminue entre les deux époques. Elle passe d’environ 60 % dans les années 1900 à environ 45 % dans les années 1930. Il s’agit même du résultat le plus constant entre les deux rues. Il n’en va pas de même pour les métallurgistes : la proportion de parrains de cette catégorie est soit constante (Rua Feliciano de Sousa), soit en légère augmentation (Rua da Cruz). En fait, la proportion de parrains de la catégorie industrie progresse pour un seul type de pères : ceux issus de cette même catégorie. Dans les années 1930, les pères de la catégorie industrie font plus souvent appel à des parrains de cette même catégorie : une proportion de 45 % au début du siècle, et près de 50 % dans les années 1930, pour les deux rues. Ce phénomène doit être analysé dans un contexte d’augmentation générale de l’autocompérage, comme je l’ai déjà souligné. Les références sur l’évolution générale des sociétés industrielles manquent pour interpréter ces résultats. Dans ce milieu, assistons-nous à un repliement généralisé des réseaux relationnels sur le groupe social d’origine de chaque individu ? Ou ce phénomène n’est-il que l’effet d’une construction du regard à partir de catégories mal adaptées ? En changeant justement de catégories et donc d’angle d’observation, on peut espérer y voir plus clair.

b) Les catégories historiographiques

• La définition des catégories

  • 59 William H. Sewell, Structure and mobility…, op. cit., chap. 3 « The occupational structure », pp. 4 (...)

66Je reprends ici la classification élaborée par William H. Sewell dans son étude sur la population de Marseille au XIXe siècle59. Cherchant à décrire l’évolution de la structure socioprofessionnelle d’une population, Sewell a conçu une classification qui repose sur les fonctions économiques et les types de tâches réalisées. Pour William H. Sewell, la classification n’a pas vocation à être universelle. Elle est utilisée comme un outil spécifique dans un contexte programmatique précis. Une classification en fonction du secteur industriel serait plus adaptée à une étude des évolutions économiques. Par ailleurs, Sewell renvoie explicitement la question de la hiérarchie des prestiges et des statuts à une autre étape de sa recherche où est mis en place un autre mode opératoire.

  • 60 Chez Sewell, les catégories sont les suivantes : businessmen and professionals ; rentiers ; sales a (...)

67En annexe de son ouvrage, W. H. Sewell fournit une grille de classification des déclarations qui m’a servi de référence. Je me suis cependant livré à quelques ajustements qui, sans changer la logique du classement, permettent de mieux l’adapter au terrain d’étude et aux types de données recueillies. Comme chez Sewell, mon classement repose sur la définition de dix catégories60 :

  • businessmen and professionals/rentiers – J’ai fusionné deux catégories qui sont distinctes chez Sewell. Ce groupe correspond aux couches supérieures de la société : entrepreneurs, négociants, dirigeants d’entreprises, mais aussi professions libérales et intellectuelles (avocats, médecins, professeurs, artistes). Contrairement à Sewell qui classe les « propriétaires » parmi les rentiers, je ne fais pas de distinction entre industrial et proprietário. Le faible effectif de cette catégorie contraint en effet à certains regroupements et j’ai déjà eu l’occasion de pointer la similitude probable des positions sociales pour ces deux dénominations.

    • 61 W. Sewell, op. cit., p. 47.

    Sales and clerical employees – Cette catégorie est composée des « employés salariés et subordonnés effectuant des tâches non manuelles »61. Sont ici rassemblés les employés de commerce, les fonctionnaires et les employés du secteur public, mais aussi les salariés de la force publique (police, garde municipale, garde nationale républicaine, douane). Figurent aussi dans cette catégorie les employés de la compagnie Carris et des chemins de fer. Les cheminots (ferroviários) ont été classés dans cette catégorie, même si le nom de l’employeur n’est pas mentionné dans le registre. J’ai en effet considéré que les individus qui déclaraient cette profession étaient forcément salariés des chemins de fer.

    • 62 W. Sewell a corrigé les résultats obtenus en se basant sur les données d’une enquête de la Chambre (...)

    Small businessmen – Cette catégorie est composée des propriétaires de petits établissements industriels ou commerciaux indépendants. C’est avant tout l’univers de la boutique qui est ici représenté. Les individus salariés en sont en théorie exclus. La distinction entre propriétaires et employés est rarement perceptible dans la terminologie des déclarations. Bien souvent un artisan indépendant effectue une déclaration identique à celle d’un ouvrier qualifié qui exerce la même profession mais en tant que salarié. Dans mon cas, les déclarations retenues comme faisant partie de l’univers des petits entrepreneurs sont peu nombreuses : barbiers, épiciers (merceeiros), commerçants – que je distingue ici des employés de commerce – et fabricants (fabricante ou manufactor). J’ai respecté les indications de Sewell, en excluant notamment de cette catégorie les menuisiers, charpentiers, cordonniers, etc. Une telle option conduit immanquablement à sous-estimer le poids du groupe des small businessmen au profit de celui des artisans62.

  • Artisan – Il s’agit de la catégorie la plus importante sur le plan de l’effectif. Elle correspond approximativement à ce que João Freire nomme les « ouvriers de métier ». En effet, ce sont des caractéristiques très proches qui définissent les deux groupes : une qualification (skill) reconnue qui nécessite souvent une période d’apprentissage, un revenu supérieur aux travailleurs non qualifiés, un degré d’autonomie important dans l’accomplissement des tâches quotidiennes, une présence active des organisations professionnelles. Si on retrouve dans cette catégorie les professions de l’artisanat traditionnellement exercées au sein d’ateliers ou de petites entreprises de dimension modeste – on pense aux métiers du bâtiment (les charpentiers, maçons, menuisiers, carreleurs) mais aussi à toutes les professions qui témoignent de la diversité des activités des grandes villes (les cordonniers, typographes, boulangers, bijoutiers, etc.) –, Sewell y inclut aussi les professions de l’industrie mécanique et métallurgique et le groupe plus marginal mais qui représente une force sociale importante dans l’économie marseillaise des travailleurs du port (portefaix et emballeurs). En fin de compte, la réalisation technique du classement conduit à ranger du coté des métiers qualifiés toutes les activités qui possèdent une dénomination précise. Or on sait que dans certains cas l’utilisation d’une nomenclature stable ne correspondait pas forcément à un savoir-faire spécifique. Et que dire de la distinction entre bolacheiro et manipulador de bolacha (littéralement biscuitier et manipulateur de biscuit), ou padeiro et manipulador de pão (boulanger et manipulateur de pain) ? Là encore, j’ai presque toujours conservé la logique du classement de Sewell en respectant les indications de la grille de classification des professions. Je n’opère pas de distinction entre les professions très et peu qualifiées. Ainsi un serrurier naval se retrouve-t-il dans la même catégorie que certains ouvriers peu qualifiés de l’industrie textile ou alimentaire.

  • Service workers – Sont regroupés dans cette catégorie les employés qui effectuent des tâches manuelles dans la production de services et non de biens. On retrouve ici les domestiques et les employés de maison, mais aussi certains salariés des entreprises ou des commerces : gardiens, chauffeurs, cochers, cuisiniers, garçons (mossos) de magasins ou garçons boulanger. J’ai aussi inclus dans cette catégorie le groupe résiduel des vendeurs ambulants qui, chez Sewell, sont renvoyés parmi les « divers ». J’ai en effet estimé qu’il existait une forte similitude de condition entre ces différents emplois.

  • Unskilled workers – Cette catégorie correspond à seulement quatre déclarations – trabalhador, operário, serventuário, carroceiro (manœuvre, ouvrier, aide, charretier) – mais représente un effectif important. Ce groupe se définit par une très faible qualification et souvent une précarité de l’emploi. À noter que l’on distingue les cochers (cocheiros) des charretiers (carroceiros), les premier étant inclus dans le groupe service workers. Dans ce cas, la terminologie professionnelle correspond bel et bien à une différence de condition et de type d’emploi.

  • Armée – Voulant tenir compte de la particularité de l’univers social étudié, j’ai créé cette catégorie qui n’existe pas chez Sewell. Cette catégorie rassemble tous les militaires de métier des différents corps armés, y compris la Marine (Armada). Du point de vue du statut professionnel ces individus sont employés de l’État, mais leur mode de vie (leur résidence, leur grande mobilité et les absences fréquentes) en fait un groupe à part.

  • Maritime – Il s’agit là de la marine civile, représentée par des déclarations comme marinheiro et marítimo. Là aussi, plus que le type de travail – des travailleurs manuels qualifiés –, c’est le mode de vie qui constitue la cohérence du groupe.

  • Divers – Sont rassemblées dans cette catégorie les déclarations qui ne correspondent pas à des professions ou à des emplois. Il peut s’agir d’une absence de déclaration – la profession est inconnue – ou, dans le cas des parrains, de l’âge du déclarant.

  • Employés de l’église

• Les résultats

68Dans la présentation des résultats, je propose de conserver les notions de groupes valorisés et d’autocompérage. La classification de W. H. Sewell permet de faire un pas important dans la compréhension de la structuration des relations sociales dans ces deux rues d’Alcântara (tableaux 7.13. à 7.16.). Le niveau de qualification (skill) apparaît en effet comme un facteur essentiel dans l’orientation des choix en matière de parrainage. Je savais que les manœuvres étaient moins nombreux du coté des parrains, je peux maintenant préciser mon observation : la catégorie unskilled est la moins valorisée de toutes les catégories. Les parrains issus de ce groupe sont dans une large proportion choisis uniquement par des pères de la même condition sociale.

69Au début du siècle, si on en croit le choix des familles de la Rua da Cruz en matière de parrainage, ce sont les groupes des employés (sales and clerical) et des petits entrepreneurs (small business) qui sont particulièrement valorisés : leur proportion est multipliée par deux dans le premier cas, par trois dans le second, dans la population des parrains par rapport à celle des pères. Cependant, ces deux groupes ne représentent guère plus d’un cinquième des parrainages (22,5 % exactement). À cette époque et dans cette rue, une part essentielle des parrainages se joue entre le groupe des salariés qualifiés (artisan) et celui des non qualifiés (unskilled). Toutefois, si ces deux groupes occupent encore une place importante dans la population des parrains, ils ne le doivent qu’à leur poids initial du coté des pères. Près de la moitié des parrains sont issus de ces deux catégories, contre 80 % des pères. Les parrains de la catégorie unskilled sont quasi exclusivement choisis (à hauteur de 94 %) par des pères des catégories unskilled ou artisan. En revanche, l’autocompérage ne représente qu’un tiers des relations pour la catégorie unskilled, c’est-à-dire que seulement un tiers des pères de cette catégorie choisissent un parrain de la même catégorie. Dans la catégorie artisan, l’autocompérage est plus fréquent (41 % des pères), mais les parrains de ce groupe sont rarement choisis par les pères des autres catégories, en dehors des ouvriers sans qualification. Autre résultat brut : plus de la moitié des pères de la catégorie des employés (sales and clerical) choisissent un parrain du même groupe social. Les parrains de cette catégorie sont régulièrement choisis par les pères de toutes les catégories, en particulier par les ouvriers non qualifiés et dans une moindre mesure par les ouvriers qualifiés, ces derniers optant en revanche plus souvent que les ouvriers non qualifiés pour un parrain issu du groupe des propriétaires de boutique et des petits entrepreneurs (small businessmen). Enfin, les parrains « employés de l’église » sont dans une large majorité (61 %) désignés par des ouvriers sans qualification.

70En me limitant aux trois catégories dont les effectifs sont les plus significatifs (unskilled, artisan, sales and clerical) et aux comportements des habitants de la Rua da Cruz du début du siècle, je peux synthétiser les résultats de la façon suivante :

  • Les ouvriers non qualifiés apparaissent comme le groupe le plus dévalorisé. Peu de catégories sociales cherchent à tisser des liens avec eux. En revanche, les individus de ce groupe ne se contentent pas de pratiquer l’autocompérage et parviennent à se rapprocher des autres catégories. Ils sont proportionnellement plus nombreux que les ouvriers qualifiés à convaincre un employé (catégorie sales and clerical) de parrainer leur enfant. Selon ce mode d’observation, les ouvriers non qualifiés ne se sentent guère plus proches du groupe des ouvriers qualifiés que de celui des employés. Restent que la part importante des parrains « employés de l’église » chez les pères ouvriers non qualifiés peut être interprétée comme le signe d’un relatif isolement de ce groupe.

    • 63 L’autoparrainage correspondant à la proportion de parrains d’une catégorie donnée qui se trouvent l (...)

    Les ouvriers qualifiés bénéficient d’une forte cohésion à l’intérieur de leur propre groupe. Que le lien de parrainage soit observé dans le sens père/parrain ou parrain/père, les individus de cette catégorie sont avant tout proches de leurs semblables et leurs contacts avec les autres groupes, et notamment avec les employés, demeurent limités. Il est d’ailleurs intéressant d’observer que pour cette catégorie, le taux d’autocompérage (41 %) est relativement proche de ce que l’on peut appeler l’autoparrainage (55 %)63. Dans un quart des relations qui incluent un père de cette catégorie, le lien de parrainage n’est que l’occasion de célébrer une relation avec un ouvrier non qualifié ou un « employé de l’église ». En d’autres termes, pour les ouvriers qualifiés, en dehors des individus de même catégorie sociale, il ne semble guère y avoir d’échappée possible. Quand ils se détournent du groupe dont ils sont issus, ils parviennent rarement à enrichir leur réseau de relation à l’occasion d’un parrainage. C’est uniquement auprès des petits entrepreneurs ( small businessmen) qu’ils bénéficient d’un meilleur positionnement par rapport aux ouvriers sans qualification.

  • Le troisième point concerne les employés (sales and clerical). Là aussi, on peut noter une forte cohésion au sein de ce groupe, symbolisé par le taux d’autocompérage le plus important parmi ceux enregistrés (plus de 50 %). En revanche, l’autoparrainage est relativement faible, ce qui signifie que d’autres catégories sociales souhaitent se lier avec les employés. Les individus de cette catégorie recherchent avant tout des relations avec leurs semblables, mais sont sollicités par toutes les autres catégories et acceptent de se rapprocher de tous les groupes sociaux et notamment des ouvriers non qualifiés. Malgré son effectif encore limité, le groupe des employés imprègne fortement la nature des relations sociales dans la Rua da Cruz. Il est à l’origine d’un jeu de relations relativement équilibré. Pour les ouvriers, la possibilité de tisser un lien avec un membre de ce groupe ne semble pas vraiment dépendre du niveau de qualification.

71Les formes de parrainage observées à la même époque pour les habitants de la Rua Feliciano de Sousa peuvent être comparées au modèle dont je viens d’ébaucher les contours. Dans la Rua Feliciano de Sousa des années 1900, les relations de parrainage s’organisent plus nettement autour de l’univers de la production de biens, représenté ici par les catégories des ouvriers qualifiés et non qualifiés. Le rôle des employés est un peu plus effacé. Pour la catégorie des ouvriers non qualifiés, l’autocompérage est légèrement plus fréquent (36 % des pères de cette catégorie), mais la pratique de l’autoparrainage est un peu moins répandue (tout en concernant encore 64 % des parrains de cette catégorie). Dans cette rue, les pères de cette catégorie se lient plus fréquemment aux ouvriers qualifiés, mais sont moins souvent en contact avec les employés. Le groupe des ouvriers qualifiés est quant à lui davantage replié sur lui-même, comme le montrent le taux d’autocompérage toujours important (42 %) et le taux d’autoparrainage plus fort que dans la Rua da Cruz (61 % contre 51 %). Les autres comportements sont constants entre les deux rues. Les pères ouvriers qualifiés se lient toujours moins fréquemment que les pères ouvriers non qualifiés au groupe des employés. Le parrainage des « employés de l’église » est avant tout adopté par les ouvriers sans qualification et, dans une moindre mesure, par les ouvriers qualifiés, dans un ordre de grandeur de respectivement un cinquième et un dixième des pères de chaque catégorie.

72Dans les années 1930, la logique des choix des pères des deux rues en matière de parrainage ne s’est pas fondamentalement modifiée. Le niveau de qualification apparaît toujours comme un critère important dans l’orientation des relations. C’est toujours chez les ouvriers sans qualification que l’on observe les taux d’autoparrainage les plus importants. Ce groupe social est le moins valorisé. Les employés sont en contact avec toutes les couches de la société, y compris les ouvriers qualifiés qui étaient plus distants de ce groupe social au cours de la période précédente. Ce type de comportement peut être observé dans les deux rues et n’est plus le privilège des seuls pères de la Rua da Cruz, bien que l’on note toujours dans cette rue une plus grande proximité entre ouvriers non qualifiés et employés : 23 % des pères de la Rua da Cruz choisissent un parrain employé contre seulement 18 % dans la Rua Feliciano de Sousa. De manière générale, entre le début du siècle et les années trente, on observe une fois de plus que les comportements des pères des deux rues tendent à s’harmoniser.

73J’ai focalisé mon analyse sur les trois groupes les plus représentés dans le corpus aux deux époques et dans les deux rues. Mes commentaires négligent notamment le rôle des catégories « armée », « maritime » et « service workers ». Leur place dans le tissu des relations sociales est difficile à évaluer compte tenu des faibles effectifs en jeu. Le poids quantitatif de chacune de ces catégories est à chaque fois très comparable chez les pères et chez les parrains. Difficile d’identifier des comportements réguliers susceptibles d’indiquer une proximité entre ces groupes et d’autres populations du corpus. Il semble a priori que toutes les catégories sociales, ouvriers qualifiés ou non et employés, peuvent à un moment ou un autre se lier avec un parrain ou un père de l’un de ces groupes. J’atteins sans doute là les limites de cet exercice qui a cependant permis de dégager quelques idées importantes.

Tableau 7.13. : Les liens professionnels père/parrain catégories historiographiques Rua da Cruz 1900-1910

Tableau 7.13. : Les liens professionnels père/parrain catégories historiographiques Rua da Cruz 1900-1910

Tableau 7.14. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua Feliciano de Sousa 1900-1910

Tableau 7.14. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua Feliciano de Sousa 1900-1910

Tableau 7.15. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua da Cruz 1930-1939

Tableau 7.15. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua da Cruz 1930-1939

Tableau 7.16. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua Feliciano de Sousa 1930-1939

Tableau 7.16. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua Feliciano de Sousa 1930-1939

*

74La représentation des liens entre les professions varie en fonction de la classification utilisée. Ce ne sont pas les mêmes phénomènes qui sont mis en évidence. La classification en fonction du niveau de qualification – catégories historiographiques – est plus opérante que celle définie selon le secteur d’activité – catégories contemporaines. Le niveau de qualification est donc un facteur important qui explique en partie l’organisation des relations interpersonnelles dans l’espace étudié. À la lumière de ces résultats, je ne peux pas pour autant me contenter de conclure à l’existence d’une hiérarchie stable qui irait des ouvriers non qualifiés aux employés, avec pour niveau intermédiaire les ouvriers qualifiés. Une proportion non négligeable des ouvriers qualifiés sont proches de l’univers des employés et inversement la possession d’une qualification peut aller de pair avec un certain isolement au sein de la communauté, ici perceptible à travers le choix d’un « employé de l’église » comme parrain. Le niveau de qualification n’explique pas tout. D’autres facteurs doivent vraisemblablement être pris en compte : la nature de l’emploi – quand on peut l’apprécier –, l’origine des pères, la nature du lien avec la ville. Enfin, dernière observation possible à ce stade de l’enquête, il existe une évolution diachronique qui se devine notamment à travers le jeu de comparaison entre les deux rues. Au début du siècle, il s’agit de deux espaces autonomes qui possèdent chacun leurs caractéristiques. Dans les années 1930, la population de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa adoptent des comportements plus en phase. Que peut-on en conclure du point de vue des formes d’inscription dans l’espace des pratiques relationnelles ? S’agit-il uniquement d’une conséquence d’un rapprochement dans la composition sociale du peuplement des deux rues ?

Notes

3 Jean-Claude Kaufmann, Ego – Pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan, 2001, p. 240. Sur les fondements historiques de la notion d’individu : Brigitte Miriam Bedos-Rezak et Dominique Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge, Paris, Aubier, 2005, 368 p.

4 Yannick Lemel, Stratification et mobilité sociale, Paris, Armand Colin, 1991, p. 16.

5 Simona Cerutti remarquait que cette perspective n’est pas neuve en histoire sociale. Voir par exemple : Roland Mousnier, « Recherches sur les structures sociales parisiennes en 1634, 1635, 1636 », Revue Historique, no 249, 1973, pp. 35-58. Une tentative plus récente à partir de l’étude d’actes de mariage : M. Garden, « Mariages parisiens à la fin du XIXe siècle… », op. cit.

6 Daniel S. Milo, Alain Boureau, Alter Histoire. Essais d’histoire expérimentale, op. cit. Le terme expérimental garde ici un sens métaphorique et ne renvoie pas à une méthode formalisée de raisonnement. Voir : Jean-Claude Passeron, Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, EHESS, 2005, 291 p.

7 Il n’est pas question ici de procéder comme pour l’âge des parents (chapitre 3).

8 Au Portugal, le développement du transport de passagers par voie ferrée a été plus rapide et plus constant que celui de marchandises. Entre 1900 et 1930, le taux de croissance est de 3,1 % par an. Depuis la fin du XIXe siècle, les lignes périurbaines contribuent fortement à ce développement. Il est vrai que le phénomène s’accélère surtout après la Seconde Guerre mondiale. cf. Magda Pinheiro, « Lisboa e a rede ferroviária portuguesa : os caminhos de ferro da capital », Ler História, no 26, 1994, pp. 77-92.

9 Un parrain, marin de l’Artillerie, est aussi domicilié au siège de sa brigade.

10 Léon Poinsard, Le Portugal inconnu, Paris, 1910, p. 252.

11 Cette partie a fait l’objet d’une publication où certains points sont approfondis : F. Vidal, « As relações de compadrio na cidade : tradição ou rede ? », Ler História, no 46, 2004, pp. 223-238.

12 Agnès Fine, Parrains, marraines : la parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1994, 389 p. Pour un commentaire : Christiane Klapisch-Zuber, « Parrains et compères : à propos d’un “bon” rapport social (note critique) », Annales HSS, mai-juin 1999, no 3, pp. 739-745. Sur le contexte des sociétés méditerranéennes, voir par exemple : John Davis, People of the Mediterranean. An essay in comparative social anthropology, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1977, 288 p.

13 En 819, le concile de Mayence interdit définitivement aux parents d’être les parrains de leurs enfants. Cette interdiction a été maintenue jusqu’à nos jours puisque le dernier Code de droit canon publié en 1983 la reprend. Agnès Fine, op. cit., p. 17.

14 Ibid., pp. 28-34.

15 Le parrainage peut être doublement extensif, dans la mesure où la naissance d’un enfant peut être prétexte à créer des liens de parrainage en dehors de la liturgie et des dogmes ecclésiastiques, par le toucher de l’oreille de l’enfant baptisé ou par le lavage des langes par exemple.

16 Agnès Fine cite ici l’exemple de la Corse du début du siècle. Son propos sur le parrainage comme relation entre client et patron s’appuie sur l’observation des sociétés traditionnelles des Balkans, de l’Italie du Sud et des îles méditerranéennes (Sicile, Sardaigne et Corse). Ibid., pp. 127-163.

17 Ibid., chapitre 5, pp. 164-190.

18 Voir sur ce point les remarques de C. Klapisch-Zuber, op. cit., p. 744.

19 Une observation de S. Mintz et E. Wolf, citée par A. Fine, op. cit, p. 34.

20 La chronologie reste ici très floue. C’est notamment la place des parents lors de la cérémonie du baptême qui indique la valeur du lien de parrainage qui est en train de se mettre en place. Jusqu’aux années trente, les parents sont exclus. Peu à peu, ils sont symboliquement réintégrés dans leur fonction, les pères en premier. En ville, le processus est plus ancien et les parents occupent très tôt au XXe siècle une place centrale dans la cérémonie. op. cit.

21 Nuno Daupiás D’Alcochete, À margem do registo paroquial, Lisbonne, 1966, p. 22.

22 Ibid., p. 23.

23 Dans certaines régions du Portugal, comme l’Alentejo, on distinguait les « padrinhos de registo » [parrains de registre] et les « padrinhos de agua benta » [d’eau bénite], les premiers n’étant pas aussi bien considérés. Voir par exemple : José Cutileiro, A Portuguese Rural Society, Oxford University Press, 1971, p. 296.

24 Gervasio Lobato, Lisboa em Camisa, Lisbonne, 1931 (1re édition : 1880).

25 Quand le compérage prend la forme d’une relation entre « patrons » et « clients », un même individu qui occupe une place importante dans la communauté peut être parrain de plusieurs dizaines d’enfants. A. Fine, op. cit., pp. 128-139.

26 Cette remarque vaut pour le milieu social que j’étudie, c’est-à-dire les couches populaires de la société. Les traditions en matière de parrainage peuvent demeurer solides en ville, dans d’autres groupes sociaux, notamment la bourgeoisie et l’aristocratie.

27 Pour reprendre l’expression de Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers, op. cit., p. 133.

28 L’enquête « Proches et parents » réalisée à l’INED en est un bon exemple Les premiers résultats ont été publiés dans la revue Population, no 1, 1993, pp. 83-110. Voir aussi C. Bonvalet, A. Gotman, Y. Grafmeyer (dir.), La famille et ses proches : l’aménagement des territoires, Paris, INED/PUF, 1999, 296 p.

29 Maurizio Gribaudi (dir.) Espaces, temporalités, stratifications : exercices sur les réseaux sociaux, Paris, EHESS, 1998, 346 p. Un premier ensemble de réflexions a été publié par M. Gribaudi dans « Les discontinuités du social », Les formes de l’expérience, sous la direction de Bernard Lepetit, Paris, Albin Michel, 1995, pp. 185-225.

30 M. Gribaudi, Espaces, temporalités,…, p. 17. Pour la généalogie des disciplines qui se consacrent à l’analyse des réseaux sociaux, on se reportera au long avant-propos de M. Gribaudi. Pour une présentation très claire de l’utilisation de l’approche situationnelle dans les étude urbaines : Michel Agier, « Les savoirs urbains de l’anthropologie », Enquête, no 4, 1996, pp. 35-58.

31 M. Gribaudi, « La discontinuité du social », op. cit., p. 192.

32 Une référence doit être citée, celle de Fredrick Barth. Ce sont en effet les mêmes principes qui se retrouvent au cœur des modèles génératifs décrits par cet anthropologue norvégien. La notion de valeurs occupe une place centrale. Celles-ci correspondent aux paramètres pris en compte dans les décisions individuelles. Une présentation détaillée de la pensée de Fredrick Barth est faite dans : Paul-André Rosental, « Fredrick Barth et la microstoria », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard - Le Seuil, 1996, pp. 141-159. F. Barth reprend des éléments de la théorie mathématique des jeux : « l’incertitude au niveau interindividuel n’empêche pas l’apparition de régulation au niveau agrégé », op. cit., p. 148.

33 Simona Cerutti, « Processus et expérience : individus, groupes et identités à Turin au XVIIe siècle », dans Jeux d’échelles…, op. cit., p. 175.

34 Roger Chartier, « Conscience de soi et lien social », avant-propos de Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard/Agora, 1991, p. 17.

35 Norbert Elias, La société des individus, op. cit., p. 56. Ce texte a été rédigé en 1939, mais publié pour la première fois en langue allemande seulement en 1987.

36 M. Gribaudi, « Réseaux egocentrés et inscriptions sociales », dans Espaces, temporalités,…, op. cit., pp. 71-120.

37 Il s’agit en fait d’une précaution relativement formelle, les parrains grands-pères de l’enfant baptisé omettant souvent de déclarer leur profession.

38 C’est notamment la démarche de W. Sewell dans Structure and mobility : the men and women of Marseille, 1820-1970, Cambridge University Press/Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1985, chap. 4 « Occupational status », pp. 74-100.

39 Entre 1900 et 1910, 14,4 % des parrains choisis par les habitants de la Rua da Cruz sont employés de l’église. Ils sont 12,2 % Rua Feliciano de Sousa.

40 La liste complète des professions des parrains se trouve en annexe.

41 On recense 5 propriétaires et 1 négociant-propriétaire parmi les parrains choisis par les habitants de la Rua da Cruz entre 1900 et 1910, et 3 propriétaires pour la Rua Feliciano de Sousa. Dans les années 1930, on a rencontré 2 propriétaires et 2 industriels pour la Rua da Cruz et 3 propriétaires et 1 industriel pour la Rua Feliciano de Sousa.

42 Ces remarques reposent en particulier sur l’analyse des professions des dirigeants de la Sociedade Promotora de Educação Popular d’Alcântara. Certains se déclarent indistinctement industriel ou propriétaire, voir parfois industriel-propriétaire. Dans les années trente, un parrain de la Rua Feliciano de Sousa déclare comme profession empreiteiro. Selon l’usage moderne, ce terme signifie entrepreneur, auquel cas il renverrait probablement à une condition sociale semblable à celle de l’industriel ou du propriétaire. Cependant au XIXe siècle, en particulier dans l’industrie textile, l’empreiteiro était aussi un ouvrier payé à la tâche, au mètre de tissu ou au poids de matière travaillée. N. L. Madureira (dir.), História do Trabalho…, op. cit., p. 236. Difficile de trancher sur la signification réelle de cette déclaration.

43 Funcionário público – En portugais, le mot fonctionnaire n’est pas réservé aux employés de la fonction publique. On peut être funcionário d’une entreprise privée.

44 Des professions plus rares qui peuvent se trouver au centre des stratégies relationnelles, comme le montre l’étude de Juliette Hontebeyrie et de Paul-André Rosental sur la rue Wacquez-Lalo à Loos. J. Hontebeyrie, P.-A. Rosental, « Ségrégation sociale de l’espace et dynamiques longues de peuplement… », op. cit.

45 Depuis les travaux d’Alain Desrosières et de Laurent Thévenot sur l’histoire de la statistique et des catégories socioprofessionnelles, ces questions sont bien connues. À propos des mécanismes qui sous-tendent les opérations de regroupement en catégories et des liens entre données agrégées et modèles de stratification, on se reportera au débat ouvert par A. Blum et M. Gribaudi. A. Blum et M. Gribaudi, « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », Annales ESC, novembre-décembre 1990, no 6, pp. 1365-1402 ; Alain Guerreau, « À propos d’une liste de fréquences des dénominations professionnelles dans la France du XIXe siècle », Annales ESC, juillet-août, 1993, no 4, pp. 979-986 ; et la réponse des auteurs dans le même numéro de la revue : A. Blum et M. Gribaudi, « Les déclarations professionnelles : pratiques, inscriptions, sources », pp. 987-995. J’envisage le problème de la construction des catégories sociales uniquement à travers la question des nomenclatures professionnelles. Le processus d’agrégation des données individuelles suppose bien d’autres types de conventions, comme l’a montré Christian Topalov, dans « L’individu comme convention. Le cas des statistiques professionnelles du XIXe siècle en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis », Genèses, no 31, juin 1998, pp. 48-75.

46 Cependant je ne suis pas dans une logique de recensement d’une population. Il s’agit d’étudier la structuration des liens entre des individus en fonction de la profession déclarée par chaque acteur de la relation. L’unité d’observation est la relation et non l’individu. Concrètement, cela signifie que dans le cas des déclarations multiples des pères, chaque relation établie avec un parrain est prise en compte.

47 A. Blum et M. Gribaudi, « Des catégories… », op. cit.

48 António Pinto Ravara, « A classificação socioprofissional em Portugal (1806-1930) », Análise Social, no 103-104, 1988, pp. 1161-1184.

49 Le recensement de 1920 ne contient aucune classification socioprofessionnelle. En 1930, de nouvelles sous-classes apparaissent : population nomade, industrie du tabac, industrie du liège, industrie du papier, transport par automobiles… Bien qu’il soit facile de les repérer, les désignations des 12 classes ne sont pas spécifiées en 1930. Comme l’a souligné Virgínia do Rosário Baptista, la similitude des catégories ne signifie pas une correspondance totale entre elles. Une analyse fine permet de déceler de nombreuses altérations qui peuvent poser problème si on souhaite comparer les différents recensements. V. do R. Baptista, As Mulheres no Mercado de Trabalho em Portugal…, op. cit., notamment p. 19.

50 Le recensement français de 1896 contient ce type d’information en annexe. Le classement socioprofessionnel adopté par le recensement portugais de 1940 aurait été sur ce point plus pratique. Chaque sous-classe y est en effet détaillée en fonction des principales professions qui la composent. Cependant ce classement, spécifique à ce recensement et qui prend comme facteur discriminant à la fois le secteur d’activité et le statut professionnel, m’a semblé trop complexe et trop confus pour l’usage que je souhaitais en faire. Le classement de Bertillon a le mérite de simplifier au maximum les divisions professionnelles.

51 On ne rencontre la déclaration « chauffeur » que dans les actes des années 1930/1939. Tenant compte de l’usage le plus commun à l’époque, j’ai retenu le sens de « chauffeur de véhicule » et non « chauffeur de forge ».

52 Il se peut qu’un individu déclarant comme profession marinheiro fasse en fait partie de la Marine de Guerre. Cependant le prestige de la fonction devait certainement inciter les soldats à déclarer leur statut exact à l’officier de l’état civil.

53 Je ne respecte pas ici les principes du classement de Bertillon qui prévoyait de classer les artisans plutôt du côté de l’industrie. Dans les tables du recensement français de 1896, les boulangers figurent dans la classe industrie. Dans le recensement portugais de 1940, qui n’utilise plus la classification de Bertillon, les coiffeurs et les barbiers constituent une catégorie à part, nommée « autres professions » et qui regroupait une liste hétérogène d’activités avec entre autres les infirmiers, les musiciens, et les guides-interprètes.

54 On pourra consulter en annexe la table alphabétique des professions avec les codes de classification.

55 M. Verret, Le travail ouvrier, op. cit., p. 13.

56 Des chiffres évidemment sujets à caution tant les classifications de l’époque sont aléatoires. Yves Lequin, « Les citadins, les classes et les luttes de sociales », dans La ville de l’âge industriel, sous la direction de Maurice Agulhon, Paris, Seuil - Points Histoire, 1998 (1re édition 1983), p. 578.

57 M. Verret, L’espace ouvrier, op. cit., p. 212.

58 M. Verret, Le travail ouvrier, op. cit., p. 74.

59 William H. Sewell, Structure and mobility…, op. cit., chap. 3 « The occupational structure », pp. 44-73. Je suis toujours les traces de Maurizio Gribaudi et d’Alain Blum. M. Gribaudi et Alain Blum, « Des catégories aux liens individuels… », op. cit.

60 Chez Sewell, les catégories sont les suivantes : businessmen and professionals ; rentiers ; sales and clerical employees ; small businessmen, artisans ; service workers ; maritime workers ; agriculturalists ; miscellaneous.

61 W. Sewell, op. cit., p. 47.

62 W. Sewell a corrigé les résultats obtenus en se basant sur les données d’une enquête de la Chambre de commerce de Marseille de 1848. Le poids statistique des Small busnessmen a ainsi été réévalué à la hausse, au dépend du groupe des Artisans. Dans ce cas, la classification doit permettre d’analyser l’évolution quantitative de chaque groupe professionnel. D’où le recours à des méthodes de correction.

63 L’autoparrainage correspondant à la proportion de parrains d’une catégorie donnée qui se trouvent liés à un père de la même catégorie sociale.

Table des illustrations

Titre Tableau 7.1. : Comparaison entre la résidence des parents et celle du parrain (1930-1939)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 7.2. : Comparaison entre la résidence des pères et celle des parrains qui possèdent un lien de parenté (1930-1939) (lignées paternelles et maternelles)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 7.3. : Nature du parrainage en fonction de l’origine des couples (% du nombre total de liens observés)
Légende A – couples dont les deux partenaires sont nés dans la Beira intérieure B – ensemble des couples 1 parenté directe (filiation directe, frère, beau-frère) 2 autre lien de parenté et lien familial de nature non déterminée 3 corésidence et voisinage 4 habite Alcântara
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 7.9. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua da Cruz 1900-1910
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 7.10. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua Feliciano de Sousa 1900-1910
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 7.11. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua da Cruz 1930-1939
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 7.12. : Les liens professionnels père/parrain – catégories contemporaines Rua Feliciano de Sousa 1930-1939
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 7.13. : Les liens professionnels père/parrain catégories historiographiques Rua da Cruz 1900-1910
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 7.14. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua Feliciano de Sousa 1900-1910
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 7.15. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua da Cruz 1930-1939
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 7.16. : Les liens professionnels père/parrain – catégories historiographiques Rua Feliciano de Sousa 1930-1939
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56505/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540