Version classiqueVersion mobile

Les habitants d’Alcântara

 | 
Frédéric Vidal

Quatrième partie. Proximités et distances sociales

Introduction de la quatrième partie

Texte intégral

  • 1 J. Rémy, « Les sociabilités urbaines… », op. cit., p. 507. Cité en introduction.

1Dans les années 1930, l’image de l’Alcântara populaire n’est pas celle d’un espace social indifférencié. Elle intègre au contraire un certain niveau de diversité de peuplement. L’évolution des images associées à Alcântara tend à indiquer une augmentation de cette diversité sociale – du quartier ouvrier au quartier populaire – mais aussi des contacts entre les groupes sociaux – du quartier ghetto au quartier village – entre la fin du XIXe siècle et les années 1940. Ces représentations traditionnelles d’Alcântara font état de l’existence d’un milieu ou d’un espace social mais ne donnent qu’une idée très sommaire des modes de cohabitation entre groupes sociaux. En partant des données recueillies dans l’état civil, je suis parvenu à mieux saisir certains niveaux de différenciation des parcours et des identités : les origines, les liens avec la ville, les professions et les statuts sociaux sont autant de facteurs qui font de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa, un milieu composite. J’ai une idée de la « pluralité des trajectoires ». Reste à comprendre les formes de « convergence » et de « solidarité d’effet »1.

  • 2 Je reprends le titre d’un article de Susanna Magri : Susanna Magri, « Villes, quartiers : proximité (...)

2En introduisant le paramètre de la profession dans l’étude de relations interindividuelles, on franchit naturellement une étape importante. On ne saurait remettre en cause le fait que le statut professionnel est un facteur de distinction sociale et, par conséquent, de cohésion entre individus de même rang. Mais la profession n’explique pas tout. Elle ne peut être notamment tenue comme l’unique composante des identités individuelles. La diversité des formes de cohabitation entre des groupes socioprofessionnels dans des milieux urbains – des quartiers – ne relève ni d’un processus d’homogénéisation sociale – la proximité physique peut aller de pair avec la distance sociale –, ni d’une stricte hiérarchisation entre des groupes totalement distincts. Au lieu de hiérarchies ou de groupes, je parlerai plus volontiers de distances ou de proximités sociales. Je souhaite ainsi insister sur la fluidité de phénomènes qui vont être ici saisis à travers des contacts effectifs entre des individus2.

Notes

1 J. Rémy, « Les sociabilités urbaines… », op. cit., p. 507. Cité en introduction.

2 Je reprends le titre d’un article de Susanna Magri : Susanna Magri, « Villes, quartiers : proximités et distances sociales dans l’espace urbain », Genèses, no 13, 1993, pp. 151-165.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search