Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitants d’Alcântara

 | 
Frédéric Vidal

Troisième partie. Identités et représentations professionnelles

Chapitre 6. Quelques remarques sur les identités professionnelles au Portugal durant la première moitié du XXe siècle

Texte intégral

  • 1 Américo da Graça, O Barbeiro através dos tempos e a sua decadência económica, Porto, 1926, 24 p. Ce (...)
  • 2 À Lyon à la fin du XVIe siècle, on emploie indistinctement les termes de barbier et de chirurgien p (...)

1Au début du XXe siècle, le barbier était une figure des milieux populaires urbains. Un texte de 1926 d’Américo da Graça, membre du syndicat des barbiers de la ville de Porto, permet de reconstituer le processus de construction d’une identité professionnelle plus complexe qu’il n’y paraît à première vue1. La profession est ancienne. Jusqu’au XVIIe siècle, le barbier exerçait à la fois la médecine, la chirurgie et la dentisterie2. Son destin bascula au début du XVIIIe siècle quand on lui retira le droit d’opérer ou de prescrire des remèdes. La mutation fut cependant très lente. À Porto, c’est seulement à la fin du XIXe siècle que les barbiers qui exerçaient la dentisterie durent choisir entre les deux activités. Après un simple examen de compétences à l’école de médecine, les barbiers pouvaient alors encore obtenir la carte professionnelle de dentiste. Peu à peu, d’autres services traditionnellement assurés par les barbiers se professionnalisèrent. Ces redéfinitions des compétences firent l’objet de mesures législatives ou réglementaires, ou furent parfois provoquées par de nouvelles exigences et habitudes de la population. Ainsi, au perruquier, au pédicure et manucure fut reconnue une compétence spécifique qui n’était plus désormais du ressort du barbier. Ce dernier fut aussi contraint de s’adapter aux évolutions techniques qui se diffusaient au sein de la population, comme l’utilisation du Gillette à la mode dans ces années 1920.

2Américo da Graça dresse un panorama assez sombre et décrit une profession en pleine décadence. Il existe pourtant des possibilités de reconversion. Les barbiers qui ont su diversifier leurs activités en se lançant dans le commerce de détail – parfums, savons, mais aussi tabac, coutellerie ou vin – parviennent à s’assurer des revenus décents. Cette évolution est vécue comme un déclin de la position sociale du barbier, mais force est de constater qu’elle s’impose comme le remède le plus sûr à la crise. Les nouvelles pratiques culturelles, l’apparition et l’incessante évolution des courants de mode à Paris et à Londres ouvrent aussi de nouvelles perspectives. La mode des cheveux courts pour les femmes – les coupes à la garçonne – laisse présager le développement d’un nouveau marché pour les barbiers qui peu à peu se consacreraient presque exclusivement à la coiffure. Américo da Graça se fait le défenseur d’une politique plus active et audacieuse afin de mieux contrôler la profession et les compétences de chacun. Il encourage la mise en place de formations, avec des cours spécialisés. Il s’agit de valoriser des techniques et un savoir-faire qui incluent les gestes, la capacité manuelle, mais aussi la connaissance des normes d’hygiène.

3L’histoire de la profession de barbier est traversée par une série de thématiques qui pourraient se transformer en autant de pistes possibles dans cette phase de ma recherche. Ce sont d’abord les modes de définition technique des tâches et leur reconnaissance en tant que profession qui sont évoqués. La longue durée s’impose naturellement comme cadre d’observation. L’évolution des tâches accomplies par le barbier a fait basculer cette activité, qui a côtoyé un temps l’univers des professions libérales, du côté du petit commerce. Américo da Graça espère que ses confrères seront rapidement en mesure de s’assurer définitivement une position plus noble comme celle d’artisan. Ces changements peuvent correspondre à des mesures légales ou à des usages. Cette distinction est peu marquée dans le texte cité mais on la devine essentielle. Le contexte technique et culturel est aussi pointé comme un facteur important. Enfin, la modification des tâches assurées par le barbier entraîne une altération de l’image et du prestige de la profession.

  • 3 Alain Desrosières, Laurent Thévenot, Les catégories socioprofessionnelles, op. cit., p. 31.

4Toute la difficulté consiste à intégrer ces nouvelles problématiques à mon axe de recherche. Autrement dit, ce détour méthodologique ne doit pas se transformer en dérive. Le point de départ de mon analyse demeure l’ambiguïté des déclarations professionnelles recueillies dans les actes des registres paroissiaux et de l’état civil. C’est bien parce que je ne possède pas les outils nécessaires à l’examen de ces informations que je change provisoirement de cap. En voulant étudier des listes de professions, je me place à la jonction de deux champs de recherche : une étude des hiérarchies ou des stratifications sociales et une étude des identités professionnelles. J’entends par la notion d’identité aussi bien les conditions techniques ou sociales d’exercice de ces profession, que les différentes formes de représentation qu’elles génèrent. Laissant de côté la question des représentations statistiques – la définition des catégories professionnelles – ou politiques – à travers des syndicats ou des associations professionnelles –, je vais surtout insister sur les représentations cognitives3. Dans ce chapitre, je souhaite enquêter autour des formes communes d’identification de certaines professions dans l’Alcântara du début du XXe siècle.

1. Étudier des professions, des statuts ou des représentations ?

5La première étape qui s’impose est un bilan des savoirs élaborés ailleurs en étant attentif aux sources utilisées, car dans ce domaine les problématiques changent aussi en fonction de la documentation mobilisée. Après avoir balisé le terrain, il sera plus facile de situer mon propos et d’expliquer mes choix.

a) Bilans et perspectives de recherche

• De nouveaux objets d’étude

  • 4 Y. Lequin, S. Vandecasteele, « Pour une histoire sociale de l’entreprise », introduction à L’usine (...)
  • 5 Ibid., pp. 15-17. Je me réfère ici aux travaux réalisés dans le cadre de l’axe de recherche « Lieux (...)

6En s’intéressant aux lieux de travail, les historiens ont peu à peu défini de nouveaux objets d’étude. L’attention portée aux carrières professionnelles, à l’organisation et au fonctionnement des ateliers, aux hiérarchies internes à l’entreprise, aux formations et aux cycles de vie a permis de renouveler une histoire ouvrière traditionnelle qui restait attachée aux temps et aux structures du politique4. Dans un champ de recherche en constante évolution, le vocabulaire s’est fait plus précis. Il est notamment nécessaire de bien faire la part entre ce qui relève de la qualification – correspondant à un temps de formation – et du savoir-faire ou du métier – une connaissance pratique qui peut être acquise sur le tas –, de distinguer les statuts définis par des textes – lois, conventions collectives – et les fonctions et les modes d’organisation du travail parfois propres à chaque entreprise5.

  • 6 Pour un bilan sur ces recherches : « The meaning and measurement of skill », Work and Occupations ( (...)
  • 7 Steven Peter Vallas, « The Concept of Skill, a critical review », in « The meaning and measurement (...)
  • 8 Kenneth I. Spenner, « Skill, Meanings, Methods, and Measures », in « The meaning and measurement of (...)
  • 9 Steven P. Vallas, op. cit., p. 387.
  • 10 Ronnie J. Steinberg, « Social Construction of Skill. Gender, power, and comparable worth », dans «  (...)

7Le souci de mieux connaître les formes de stratification sociale et les processus de construction des catégories professionnelles, qu’ils soient le fait des acteurs sociaux sur le terrain ou des choix des scientifiques ou des gouvernants, a conduit les sociologues américains à enquêter sur la notion de skill (la qualification, la compétence ou l’aptitude), soulignant le rôle central de la technologie dans la définition des formes de travail6. Un autre courant de pensée – deskilling theory – s’est cependant attaché à critiquer toute idée de déterminisme technologique, en pointant la composante relationnelle de la définition du skill7. Celle-ci a du mal à se plier aux exigences d’une classification construite à partir de données quantitatives, d’où les réserves soulevées par des initiatives comme le Dictionary of Occupational Titles8. Ainsi, selon Steven Peter Vallas, les études sur le travail sont parvenues à démontrer que « la reconnaissance de la qualification (skill) est davantage une affaire de liens relationnels, qui sont fondamentalement de nature sociale et politique, qu’une simple prise en compte des exigences techniques »9. On peut donc parler de processus de construction sociale de la qualification/compétence (social construction of skill) et s’interroger sur les distinctions entre qualifications réelles et fictives (real and counterfeit skills). Le niveau de reconnaissance de chaque qualification par la société est sans cesse renégocié. Ce processus est particulièrement mis en évidence quand on s’intéresse à la différenciation de la reconnaissance des qualifications entre hommes et femmes10.

  • 11 Trois démonstrations particulièrement réussies bien que de nature très différente : Marie-Emmanuell (...)
  • 12 Jürgen Kocka, Les employés en Allemagne 1850-1980 : Histoire d’un groupe social, Edition EHESS, Par (...)
  • 13 Un ensemble de processus qu’on retrouve par exemple autour des métiers du soudage : Anne-Catherine (...)
  • 14 Delphine Gardey, « Du veston au bas de soie : identité et évolution du groupe des employés de burea (...)

8L’histoire des professions occupe une place importante dans la production historiographique récente. Cet axe de recherche s’attache d’abord à retracer la naissance de nouvelles activités qui peinent souvent à s’imposer dans la société en tant que profession à part entière. À travers le prisme d’une profession ou d’un secteur professionnel, ces études, qui s’intéressent aussi bien au rôle des organisations professionnelles et aux parcours individuels qu’aux représentations mouvantes dont sont porteuses ces nouvelles activités, analysent des mutations économiques, sociologiques mais aussi techniques et culturelles de l’ensemble de la société11. On pense bien sûr aux nouvelles professions du secteur tertiaire avec, en particulier, l’émergence et la lente différenciation du groupe des employés, un processus bien connu dans le cas particulier de l’Allemagne12. Mais la diffusion de techniques modernes entraîne aussi des changements dans l’organisation du travail en usine ou en atelier, à travers la constitution de nouvelles filières professionnelles, formalisées par des statuts spécifiques et assorties de la mise en place de formations spécialisées13. Là encore, c’est l’incertitude initiale des conditions et la lenteur de la reconnaissance sociale qui semblent être la règle. Dans les bureaux, l’évolution technique, telle notamment l’apparition de la machine à écrire durant l’entre-deux-guerres, conduit au contraire à un double mouvement de féminisation et de dévalorisation de la fonction14.

  • 15 D’où la difficulté d’exporter les modèles et les manières de faire dans ce domaine. André Grelon, « (...)
  • 16 Des études sur l’impact du marché de l’emploi et du système éducatif sur l’organisation du travail (...)
  • 17 A. Desrosières, Laurent Thévenot, op. cit., p. 28.

9Ces différents apports enrichissent ma propre réflexion sur la société lisboète. Mais justement, l’une des conclusions auxquelles les historiens sont parvenus tient à l’importance des contextes nationaux. L’histoire de l’organisation et des méthodes de travail ou de la culture scientifico-technique s’inscrit dans un cadre national15. Le niveau de développement économique ou technique de chaque secteur et les différences sociétales agissent aussi sur la répartition et sur la reconnaissance des qualifications16. Ces spécificités nationales dans la construction des groupes sociaux sont d’ailleurs l’un des principaux obstacles aux comparaisons internationales des statistiques socioprofessionnelles. Les nomenclatures utilisées sont liées à l’histoire sociale, aux modes de représentation, aux ressources linguistiques propres à chaque pays17.

• Le contexte portugais

  • 18 Il s’agit en effet d’un champ de recherche assez peu exploré, notamment par les historiens. La soci (...)
  • 19 Compte tenu de la nature de l’univers social d’Alcântara, mon attention s’est surtout portée sur le (...)
  • 20 Ce domaine de recherche a connu de profonds renouvellements. C’est aussi l’aspect structurel et org (...)

10Face à ce vaste domaine de recherche, une des approches possibles serait de se livrer à une synthèse des connaissances. Malheureusement, peu d’études sur le cas spécifique de la société portugaise peuvent répondre à mes attentes18. J’ai déjà eu l’occasion de le signaler, la recherche portugaise se place généralement dans le cadre du politique19. Le monde ouvrier a surtout été approché dans ses relations au pouvoir à travers les luttes, les mouvements revendicatifs et révolutionnaires, notamment anarchosyndicalistes20. Ce n’est encore que de manière très épisodique que le monde du travail apparaît sans passer par le filtre des discours des organisations syndicales ou politiques et de leurs dirigeants.

  • 21 Maria Filomena Mónica, Artesãos e operários, Lisbonne, Edições do Instituto de Ciências Sociais da (...)
  • 22 Ibid., p. 207.

11Maria Filomena Mónica demeure l’un des rares auteurs portugais à s’être intéressé au monde ouvrier en appuyant sa réflexion sur des monographies précises de groupes professionnels. Cette socio-historienne a successivement consacré des travaux aux chapeliers, aux verriers de Marinha Grande, célèbre centre industriel des environs de Leiria, aux métallurgistes de Lisbonne, et enfin aux tisserands de coton. Ce projet de recherche qui s’est échelonné sur plusieurs années sous la forme d’une série d’études fragmentaires a donné lieu à une publication globale qui en montre la cohérence21. La logique du choix des groupes étudiés et l’intitulé des différents chapitres de ce recueil éclairent sur la nature du propos : « la mort d’une aristocratie ouvrière » pour les chapeliers, « une communauté ouvrière » pour les verriers de Marinha Grande, « industrie et démocratie » pour les métallurgistes de Lisbonne, et enfin les « ouvriers de l’industrie » pour les tisserands. Nous disposons là d’un panorama relativement précis des formes et des degrés d’industrialisation et de leurs conséquences sociales et politiques au Portugal entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe : les reliquats des anciens modes de production, les différents pôles d’industrialisation dans les villes mais aussi en milieu rural, les pratiques sociales et politiques. Si la démarche monographique permet de souligner l’hétérogénéité du monde ouvrier, en mettant l’accent sur la diversité des conditions et des modes de production, Maria Filomena Mónica ambitionne avant tout d’écrire une histoire globale de la société portugaise contemporaine et non des formes de travail. Ses conclusions générales portent sur la manière dont l’industrialisation a affecté le Portugal. Elle adopte en particulier un point de vue comparatif, en démontrant que les formes d’industrialisation n’y ont pas été foncièrement distinctes. Il y a seulement eu des différences de rythme, d’intensité et de degré d’autonomie par rapport aux autres pays européens22.

  • 23 M. F. Mónica a contribué par ailleurs à dresser un inventaire précis de la presse ouvrière portugai (...)
  • 24 M. F. Mónica, Artesãos…, op. cit., p. 107. On ne comprend pas bien pourquoi l’auteur choisit plus p (...)

12L’essentiel de la réflexion de Maria Filomena Mónica s’arrête cependant aux portes des ateliers et des usines. En témoignent les sources utilisées : pour une large part des données statistiques (rapports, enquêtes industrielles, recensements) et la presse ouvrière (des journaux souvent publiés par des organisations syndicales ou corporatives)23. La manière dont est résolue la question de l’unité du groupe des métallurgistes illustre bien, de mon point de vue, les limites de cette approche. L’auteur est conscient du problème soulevé par le regroupement sous cette appellation d’un ensemble de métiers dont la réalité quotidienne est parfois très diverse. Elle conçoit que le terme de « métallurgiste » soit en toute rigueur anachronique pour le XIXe siècle. Mais selon elle, à partir de la création du Syndicat unique métallurgiste – Sindicato Único Metalúrgico – en 1919, la question peut être considérée comme résolue24. Le groupe social est ici clairement identifié à l’organisation. L’existence et la cohérence du groupe procèdent uniquement de l’histoire des organisations qui sont censées le représenter. Or c’est justement le lien entre ces organisations et le mode de formation du groupe social qui aurait dû être placé au cœur de la problématique.

  • 25 João Freire, Anarquistas e Operários. Ideologia, Ofício, e Práticas sociais : o anarquismo e o oper (...)
  • 26 J. Freire, Anarquistas e Operários…, op. cit., chapitre 2 : « As Profissões », pp. 81-117.
  • 27 Ibid., p. 82.

13Ce sont des thèmes quelque peu différents que nous invite à suivre João Freire25. Ce sociologue a bâti un modèle théorique relativement ambitieux visant à expliquer le succès de l’idéologie anarchiste et anarchosyndicaliste dans la société portugaise de la première moitié du XXe siècle. À la veille de l’instauration de l’Estado Novo, le monde industriel portugais était encore marqué par les anciens modes de production. Dans la majeure partie du pays, le système du « métier » imposait ses structures, son mode de production et ses pratiques sociales : l’importance du savoir-faire, le type de production unitaire, la forte identification entre l’ouvrier et la production, le rôle important de l’apprentissage, la capacité de décision professionnelle et une certaine reconnaissance sociale. Selon João Freire, l’anarchisme trouve ici ses origines sociales. Si le discours est une fois de plus essentiellement tourné vers le politique, la recherche suit une méthodologie singulière. Un chapitre entier de l’ouvrage est consacré aux réalités techniques et sociales qui entourent l’exercice de certaines professions26. En décrivant des professions, João Freire souhaite apporter « des éléments d’information synthétiques, qui peuvent donner de la consistance au modèle théorique et au concept de système de métier ». Il ne s’agit donc pas d’ébaucher des monographies, mais seulement de « souligner les éléments empiriques présents dans certaines situations de travail typiques auxquelles on peut associer les notions de profession ou de métier »27.

  • 28 João Freire a aussi recueilli de nombreux témoignages oraux dont les cassettes sont conservées par (...)
  • 29 Ibid., p. 95. Souvenons-nous des biscuitiers. Dans l’industrie alimentaire, João Freire note que la (...)

14L’originalité des travaux de João Freire dans le contexte scientifique portugais tient aussi aux sources utilisées. En dehors des statistiques, des rapports officiels et de la presse ouvrière, l’auteur a consulté des documents portant sur les aspects techniques du travail, telles les publications de la Bibliothèque d’instruction professionnelle et les monographies professionnelles éditées par l’Institut d’orientation professionnelle « Maria Luisa Barbosa de Carvalho », dont j’aurai l’occasion de reparler28. Le plan du chapitre consacré aux « professions » suit la division des secteurs économiques et des grandes branches d’activité de l’industrie. L’exhaustivité de l’analyse en limite forcément la portée. Sur un plan général, João Freire se préoccupe davantage de décrire les structures et les permanences que les changements et les processus de construction des faits sociaux examinés. Cependant, le texte fourmille de détails sur les procédés de production. C’est la diversité des situations entre secteurs d’activité, métiers et niveaux de qualification qui retient l’attention de l’auteur. Un des enseignements de cette étude est qu’il n’existe pas une ligne de partage très claire entre les activités qui ont droit à un nom – et qui sont parfois considérées, un peu hâtivement, comme correspondant à des « métiers » – et les autres (les trabalhadores). Si on admet l’idée que l’industrie portugaise des années trente est encore dominée par le « système du métier », on doit aussi savoir déceler les conséquences de la mécanisation et de la parcellisation du travail. Durant la première moitié du XXe siècle, certaines activités auxquelles est attribuée une dénomination professionnelle précise ne correspondent pas forcément à une qualification particulière. Il s’agit souvent d’emplois dans des secteurs où la production est fortement mécanisée. On retrouve ici la confusion qui apparaît parfois dans les déclarations professionnelles de l’état civil, entre le nom du métier ou de la profession et le secteur d’activité de l’entreprise. Ainsi, les cloutiers (pregueiros mecânicos) sont affectés à des tâches répétitives, aux commandes de machines spéciales qui ne nécessitent pas de qualification spécifique29.

  • 30 Nuno Luís Madureira, « The word and the things : occupational titles in the wool industry of Covilh (...)
  • 31 Nuno Luís Madureira (dir.), História do Trabalho e das Ocupações. Vol. I : A Indústira Têxtil, Oeir (...)

15Cette discussion autour des travaux de Maria Filomena Mónica et de João Freire ne donne pas un panorama exhaustif de la recherche portugaise dans le domaine de l’histoire sociale de l’industrialisation et du salariat aux XIXe et XXe siècles. L’historien Nuno Luís Madureira s’est intéressé aux catégories socioprofessionnelles dans l’industrie lainière de la région de Covilhã entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle30. L’accent est mis sur l’évolution du vocabulaire qui révèle les changements de techniques mais aussi de modes de production. Tout n’est pas cependant ramené à une réalité langagière. Ce sont aussi les liens entre les formes de rémunération, les types de relations contractuelles entre propriétaires et employés, et les niveaux de hiérarchisation du travail qui sont pointés. Ces travaux ont débouché sur la publication en trois volumes d’une « Histoire du travail et des occupations » qui se limite cependant aux trois secteurs les plus importants de l’économie portugaise jusqu’à une période très récente : l’industrie textile, la pêche et l’agriculture. Le volume sur l’industrie textile se présente sous la forme d’un dictionnaire des dénominations professionnelles ayant cours au Portugal entre les XVe et XXe siècles31. C’est donc une fois de plus l’étude de l’évolution conjointe du vocabulaire professionnel et de la définition technique des tâches qui est privilégiée.

  • 32 A. F. da Costa, Sociedade de Bairro…, op. cit., pp. 358-370.

16D’autres éléments de réflexion sont disséminés dans des écrits aux visées plus larges. C’est le cas par exemple dans le livre d’António Firmino da Costa sur le quartier d’Alfama, où en quelques pages stimulantes sont retracées les transformations qu’a connues le monde des dockers entre les XIXe et XXe siècles32. Il s’agit peut-être là de l’apport le plus directement en phase avec mes propres objectifs. J’y reviendrai en détail plus loin. Cependant, les références bibliographiques sur Lisbonne et la société urbaine portugaise sont finalement peu nombreuses. Elles ne peuvent répondre entièrement à mes interrogations sur la nature des déclarations professionnelles des pères de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa. Elles n’apportent que peu de lumière sur les mécanismes sociaux qui se dissimulent derrière les listes de déclarations recueillies.

17J’ai donc dû recourir à une documentation primaire. L’approche monographique ne paraissait pas la mieux adaptée : quelles professions choisir et sur quels critères fonder ce choix ? Il m’a semblé préférable de répondre à une série de questions simples à partir d’exemples précis. Les thèmes abordés sont ceux qui sont apparus comme les plus décisifs pour l’ensemble de la recherche. Ce choix est donc fait a priori et se base essentiellement sur une intuition personnelle. C’est bien là la limite de ma démarche. L’analyse de la bibliographie portugaise laisse entrevoir les grandes questions soulevées par les processus de transformation du monde du travail au Portugal. C’est d’abord une permanence que je relève, celle du métier comme principal mode de définition des identités sociales tout au long de la première moitié du XXe siècle. Je peux tenter de tracer les limites de ce qui a pu être présenté comme l’une des caractéristiques de la société portugaise de cette époque. Encore faut-il déterminer quelles sont les sources susceptibles de nourrir mon propos.

b) Le point sur les sources

18J’ai renoncé à me plonger dans le dédale des archives d’entreprises ou d’associations professionnelles. Au Portugal, cette documentation demeure difficile d’accès. Ce choix a pour principal inconvénient de m’enfermer dans un point de vue général qui ne s’appuie qu’exceptionnellement sur des situations individuelles. Suivant l’exemple de João Freire, je me suis dans un premier temps intéressé aux collections d’ouvrages qui traitent de la formation professionnelle. Au tournant du siècle, Thomaz Bordallo Pinheiro lance, avec plusieurs de ses collègues professeurs de l’enseignement technique, la Biblioteca de Instrução Profissional. La plupart de ces livres ont été réédités, parfois à plusieurs reprises. Ils sont encore en circulation dans les années 1930 et même au-delà. Ces ouvrages sont généralement très standardisés. Plus que leur contenu, c’est souvent le choix éditorial qui peut être significatif. Mais une autre collection s’est avérée plus intéressante, d’autant plus que nous en connaissons parfaitement la genèse. Il s’agit des monographies professionnelles publiées par l’Institut d’orientation professionnelle (IOP).

• L’enquête de l’Institut d’orientation professionnelle

  • 33 Maria Luisa Barbosa de Carvalho était la nièce d’une mécène de l’Institut.
  • 34 Les bulletins de l’IOP, publiés à partir de 1928, permettent de retracer les grandes lignes de l’ac (...)
  • 35 Faria de Vasconcelos, « A escolha da profissão », IOP-ANTT, s.d.
  • 36 De 1933 à 1937, l’IOP publie 18 brochures. Il ne s’agit pas uniquement de monographies professionne (...)
  • 37 Cette documentation est rassemblée dans les archives de l’IOP déposées, pour la période allant de l (...)

19L’Institut d’orientation professionnelle « Maria Luisa Barbosa de Carvalho » (IOP) a été fondé en 1925, sous l’auspice de la Provedoria Central da Assistência de Lisboa33. Faria de Vasconcelos, professeur à l’École normale supérieure de Lisbonne, réputé pour ses travaux dans le domaine de l’orientation professionnelle et de la pédagogie, en prend la direction. L’activité de conseil de l’Institut est accompagnée d’un effort de réflexion autour des questions de la formation, du choix de la carrière professionnelle et de l’adéquation entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi34. Faria de Vasconcelos prône une méthode scientifique reposant sur l’examen des aptitudes physiques et mentales du candidat, mais aussi sur la prise en compte des potentialités futures des différentes professions35. C’est sur ce point qu’intervient le projet des enquêtes sur les professions. En 1926 et 1927, des employés de l’IOP se rendent dans les ateliers, dans les usines ou dans les bureaux, pour obtenir une description précise des professions les plus courantes. Une partie des résultats de cette étude a été publiée dans des brochures sous la forme de monographies36. J’ai pu aussi avoir accès à une documentation interne à l’IOP qui renseigne sur les conditions de réalisation de ces enquêtes : prospections restées inédites, rapports parfois quotidiens des enquêteurs, correspondances échangées entre les membres de l’Institut, etc37.

  • 38 Certaines professions ont fait l’objet de plusieurs enquêtes effectuées par différents fonctionnair (...)
  • 39 E. Costa, « Inquéritos », Boletim IOP, no 1, avril 1928, pp. 67-71.
  • 40 A priori cette série d’enquêtes devait s’intéresser à l’ensemble du Portugal. Dans les faits, il se (...)
  • 41 Lettre E. Costa, 12-01-1926, IOP-ANTT.

20À la date du 30 septembre 1926, 57 enquêtes ont été réalisées sur 50 professions38. Six enquêteurs se sont répartis le travail. Un questionnaire précis a été élaboré, portant sur les aptitudes nécessaires à l’exercice de la profession (aptitudes et qualités physiques, niveau d’instruction, position du corps, partir du corps la plus sollicitée, degrés de concentration nécessaire), le mode d’organisation du travail (travail en équipe ou individuel), les risques encourus (maladies, accidents, déformations physiques), et sur les conditions économiques ou sur le milieu où s’exerce la profession (salaires, horaires, avantages, conditions d’apprentissage, état du marché du travail, et aussi vie associative)39. Ce questionnaire devait être adressé à des personnes qui connaissaient d’une manière ou d’une autre l’activité ou la profession. Celles-ci pouvaient exercer la profession en question, être responsable d’une entreprise ou d’un atelier, professeur de l’enseignement technique, ou être dirigeant ou simple membre d’une association professionnelle ou d’un syndicat. Le choix semblait un peu aléatoire et variait d’une profession à l’autre. Surtout le réseau de connaissances de l’enquêteur devait jouer un rôle essentiel40. L’organisation et l’utilisation de ce questionnaire a soulevé quelques controverses au sein du groupe des enquêteurs : un questionnaire trop complexe et mal adapté à certaines professions, comment définir l’objet de chaque enquête, qui interroger ?41. Les hésitations des enquêteurs sont une source importante d’information sur la définition des identités professionnelles et sur les personnes qui les véhiculent.

  • 42 Entre 1933 et 1937, les monographies professionnelles de l’IOP sont publiées dans l’ordre suivant :(...)
  • 43 La démarche originale de l’IOP a débouché sur un projet plus ambitieux d’histoire des professions, (...)

21Je me suis donc intéressé autant à la méthode suivie et à la manière de résoudre les différentes difficultés rencontrées par les enquêteurs qu’aux résultats concrets de l’enquête de l’IOP. Ces résultats sont d’ailleurs très variables selon les professions : cela va de la brochure publiée, complétée par une série de rapports circonstanciés sur les conditions de réalisation de l’enquête, au simple rapport plus laconique ou, assez fréquemment, à une note très succincte qui récapitule les différentes professions d’un secteur d’activité donné42. Les enquêtes de l’IOP conjuguent deux qualités rares à ma connaissance dans les sources portugaises du début du XXe siècle : d’une part, elles ne se présentent pas sous la forme de données statistiques agrégatives mais d’informations qualitatives précises et souvent personnalisées ; d’autres part, ces enquêtes n’émanent ni d’un mouvement politique ou syndical, ni du pouvoir central administratif. Il s’agit d’un regard qui a une prétention scientifique et qui vise avant tout à mettre en lumière une connaissance technique in situ43. Quand les enquêteurs de l’IOP tentent de répondre à la question « qu’est-ce qu’un serralheiro ? », ils désirent connaître la nature technique de l’activité professionnelle – ce que fait le serralheiro et comment il le fait – ainsi que la situation sociale qui en résulte. Les enquêteurs de l’IOP essayent de produire des définitions techniques et sociales des activités professionnelles. Ils décrivent des savoir-faire, des statuts plus ou moins solidement établis, des positions explicites ou implicites, et des savoirs ou des reconnaissances populaires liés à telle ou telle profession. Il s’agit en quelque sorte d’un état des lieux de processus en cours. Les difficultés confessées par le personnel de l’IOP à certains stades de l’investigation peuvent être analysées comme étant des zones d’incertitude dans la définition des identités professionnelles. Dans ma confrontation avec les déclarations professionnelles recueillies dans l’état civil du quartier d’Alcântara, c’est bien ce type d’information que je recherche.

• Les publications officielles

  • 44 Avant cette date, à ma connaissance, le seul document officiel qui rassemble des données brutes sur (...)

22Les traces laissées par les processus de formation des groupes sociaux peuvent être repérées dans les publications officielles, que celles-ci se présentent sous la forme de classifications conçues dans un but statistique – les recensements – ou de documents à caractère juridique témoignant des relations contractuelles impliquant des secteurs professionnels spécifiques. Au Portugal, à l’aube du XXe siècle, l’État avait davantage pris l’habitude de compter les entreprises que les personnes qui y travaillaient. Les grandes enquêtes du XIXe siècle (1814, 1881, 1890) donnaient des panoramas plus ou moins complets du paysage industriel portugais. Les classifications de la population par profession sont en revanche rares. Si depuis 1890 les recensements comportent des classifications socioprofessionnelles, nous n’en connaissant ni les modes de réalisation ni les codes qui ont permis d’associer à chaque profession une classe. Il faut attendre 1940 pour obtenir, toujours à travers un recensement, une liste relativement exhaustive de professions exercées dans le pays, avec plus de 500 références44.

  • 45 Taxas de Remuneração de Trabalho oficialmente estabelecidas 1934-1944, INE, Lisbonne, 1945, 483 p.
  • 46 Fátima Patriarca, A questão social no Salazarismo…, op. cit., vol. 1, 2  partie. La principale cons (...)
  • 47 Cette publication est le résultat partiel d’une enquête lancée en 1939 et qui devait être menée sur (...)
  • 48 Huit types d’accords ont été recensés : accords collectifs de travail, accord de travail, contrat c (...)

23Une autre publication, plus tardive, s’est révélée d’un grand intérêt. En 1945, l’Institut national des statistiques (INE) fait paraître les « taux de rémunération du travail officiellement établis entre 1934 et 1944 »45. Il s’agit d’une compilation systématisée de tous les taux de rémunération du travail fixés par décisions ministérielles, accords, conventions ou contrats, au cours des dix premières années écoulées depuis la promulgation en septembre 1933 du Statut du Travail National (Estatuto do Trababalho Nacional - ETN) par l’Estado Novo46. Ce volume de l’INE se présente sous la forme d’un tableau comportant environ 10 000 rangées47. Sont mentionnés le nom de la profession, la branche ou la sous-branche d’activité, la zone géographique concernée par l’accord, la nature et la date de l’accord, et le taux fixé. Le tableau est ordonné selon l’ordre alphabétique des noms des professions. D’après l’INE, à de rares exceptions près, les termes exacts des documents consultés ont été conservés. Dans le texte de présentation de la publication, l’INE reconnaît cependant le manque de précision de la nomenclature, d’où les difficultés pour associer à chaque profession l’une des 28 branches d’activité de la classification recommandée par la Société des Nations. C’est un véritable pan de l’histoire du salariat au Portugal qui peut être reconstitué à partir de ce document. Évidemment, une telle entreprise demanderait d’approfondir de nombreux points, concernant notamment la définition juridique exacte des accords recensés48. Je me contenterai d’utiliser ces données comme indices de la diversité des statuts et des conditions qui peuvent se dissimuler derrière une même nomenclature professionnelle.

2. Des modes de définition des statuts sociaux

24L’examen de la liste des déclarations professionnelles des habitants de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa me sert de guide. En analysant les séquences de déclarations instables, j’ai pu repérer que l’usage à un moment donné d’une dénomination précise, censée renvoyer à une qualification spécifique, n’entraînait pas forcément une stabilisation de la déclaration. Le métier n’est pas le cadre unique de diffusion des identités professionnelles. Ma réflexion s’est donc construite autour d’une double opposition : profession/spécialisation et métier/emploi. En quoi le niveau de spécialisation est-il un élément pertinent dans l’analyse de la construction des identités professionnelles ? Cet élément est-il toujours perceptible dans la nomenclature professionnelle courante, notamment celle utilisée dans les déclarations à l’état civil ? Pendant la période étudiée, les statuts professionnels ou les types d’emploi ne prennent-ils pas l’ascendant sur le métier comme principal mode de définition de la position sociale ? Mon enquête va s’appuyer sur des exemples précis que j’ai jugés représentatifs du milieu social d’Alcântara mais aussi des phénomènes que je souhaite mettre en évidence. Trois thèmes ont été retenus : les transformations d’un secteur d’activité traditionnel avec la métallurgie, la professionnalisation de nouvelles activités avec les électriciens et les chauffeurs, le cas particulier des employés d’une grande entreprise avec la compagnie Carris de transport en commun.

a) Un secteur d’activité traditionnel : la métallurgie

  • 49 M. Verret, La culture ouvrière, op. cit.
  • 50 Susanna Magri, Christian Topalov, « Pratiques ouvrières et changements structurels dans l’espace de (...)
  • 51 Rapports de Manuel Subtil, 12-06-1922 et 21-06-1922, IOP-ANTT.
  • 52 Ibid.

25Historiquement, la cohérence du groupe des métallurgistes procède du politique. L’activisme syndical et militant a été un puissant catalyseur identitaire, la plupart des métallurgistes étant dépositaires d’une même « culture de scène »49. Les grands conflits sociaux qui agitent les grandes villes européennes dans les années 1917-1920 constituent un tournant dans l’histoire de ce groupe social50. Au Portugal – l’étude de Maria Filomena Mónica le confirme – la chronologie est identique. Les enquêteurs de l’IOP ont bien sûr été sensibles à cette réalité. Alors que l’Institut s’intéresse aux professions, dans le cas de la métallurgie, c’est un secteur d’activité qui est ciblé. Rien dans les rapports de l’enquêteur Manuel Subtil n’explique ce glissement dans le choix de l’objet. Les sources d’information sont aussi spécifiques à ce groupe. Les enquêteurs contactent d’abord des syndicats. Manuel Subtil s’adresse à la Confederação Geral do Trabalho puis au Sindicato Metalúrgico et au Sindicato dos Serralheiros Civis où il est reçu par deux membres de la direction. Il note le bon accueil de ces militants qui se montrent intéressés par le travail de l’IOP. Ces derniers craignent cependant la « politisation de ce type d’initiative »51. C’est seulement après ces premières démarches que l’enquêteur de l’IOP prend conscience de l’étendue de la tâche et de l’hétérogénéité du groupe des métallurgistes. Il dit se rendre compte combien « cette enquête est vaste, en raison de la grande quantité de professions rassemblées sous cette désignation de métallurgistes »52.

  • 53 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, Paris, Armand Colin, 1989, pp. 146-148.

26La position singulière de la métallurgie dans l’histoire ouvrière s’explique aussi par le rôle de ce secteur dans le processus de rationalisation des formes de travail à partir de la Première Guerre mondiale. Le mouvement d’automatisation croissante de la production et de déqualification de la main d’œuvre y est particulièrement sensible. Si l’essentiel des tâches est désormais peu à peu confié aux OS, les ouvriers professionnels qui possèdent des connaissances techniques – les matériaux, la classification des métaux, les traitements thermiques – et des savoir-faire – les différentes formes de coupe, les constructions, l’usinage – peuvent compter sur une consolidation de leur position dans l’échelle sociale53. Ce modèle ne peut être appliqué tel quel à la métallurgie portugaise. Le rythme et la nature du développement économique national ont produit d’autres formes d’organisation du travail. C’est ce que je veux examiner de plus près maintenant.

• Des métiers et des spécialités

  • 54 J. Freire, op. cit., p. 92.
  • 55 Ibid., p. 95.

27João Freire décrit l’usine métallurgique typique de la première moitié du XXe siècle comme une « fédération d’ateliers » où chaque métier règne en maître dans un « espace qui lui est propre et qu’il domine complètement, sans le partager avec aucun autre »54. La division en métiers correspond à une répartition des tâches : travail de fonderie, de ferronnerie, pose de charpente métallique, réalisation de produits finis (boîtes, clous, canalisations…). D’un métier ou d’une technique à l’autre, les modes de différenciation et la rigidité des clivages varient. Les serralheiros (serruriers) peuvent être considérés comme des généralistes du travail des métaux. On les rencontre dans de nombreux secteurs d’activité : les ateliers de métallurgie mais aussi le bâtiment, la construction navale, etc. Si l’apprentissage s’effectue généralement à partir du « métier de base », la carrière professionnelle se construit autour de spécialisations en fonction des secteurs d’activité qui exigent la maîtrise de techniques particulières : d’où l’apparition, par exemple, du serralheiro civil, serralheiro mecânico, torneiro mecânico (serrurier civil, serrurier mécanique, tourneur mécanique). Chez les caldeireiros (chaudronniers), c’est en fonction du matériau travaillé que s’opèrent des divisions. Ainsi, distingue-t-on les caldeireiros de ferro (sur fer) et les caldeireiros de cobre (sur cuivre). Si certains métiers nécessitent un apprentissage parfois très long – 12 ans pour faire un bon serralheiro civil – d’autres recrutent en fonction de qualités physiques innées. Dans l’exercice quotidien de leur métier, tout autant que la maîtrise du geste technique, ce sont la robustesse et la résistance physique qui peuvent déterminer la valeur d’un caldeireiro ou d’un ferreiro (ferronnier). Dans ce cas, les savoir-faire se trouvent en concurrence avec les prédispositions individuelles. Par ailleurs, dans les plus grands ateliers, une part importante de la main d’œuvre est composée de travailleurs sans qualification – les fameux trabalhadores ou serventes – le plus souvent affectés à des tâches de transport ou de manutention55.

  • 56 Rapport de Manuel Subtil, 21-06-1922, IOP-ANTT.

28Le dépouillement des rapports de l’IOP permet de préciser ces observations. Les enquêteurs de l’IOP se sont en effet interrogés sur la limite entre professions et spécialités. Certaines activités n’ont pas droit à des dénominations très précises. Dans la serralheira civil, des ouvriers peuvent se consacrer uniquement à la fabrication de portails, de grilles, de fourneaux ou de poêles, d’autres à celle de balances ou de coffres, et enfin un troisième groupe à la fabrication de serrures et de clefs. Dans l’enquête de l’IOP, toutes ces activités sont rassemblées dans une même fiche car, selon l’enquêteur, « il s’agit de petites ramifications d’une même profession ». Ainsi est fixée la limite à ce qui peut être reconnu comme constituant une profession : « il est évident qu’il doit y avoir de légères différences dans les aptitudes requises pour la réalisation de chacun de ces groupes de travail. Mais il n’est pas moins évident que l’apprentissage doit se réaliser de façon à ce que l’ouvrier soit apte et habilité à exécuter chacune de ces fonctions ». En ce qui concerne l’orientation professionnelle, « le diagnostique d’aptitude doit être fait sans tenir compte de ces ramifications » qui, selon l’enquêteur, restent « purement occasionnelles »56.

  • 57 Manual de Serralharia Mecânica, Lisbonne, Biblioteca de Instrução Profissional, s.d., p. 4.
  • 58 Faria de Vasconcelos, Manuel Subtil, Fernando da Costa Cabral, O Serralheiro Mecânico, Lisbonne, IO (...)

29Une activité qui reçoit une dénomination doit-elle pour autant être considérée comme une profession à part entière ? Au début du siècle, un manuel de serrurerie mécanique publié dans la collection de la Biblioteca de Instrução Profissional définit trois types de tâches : le traçage, l’ajustage et le montage. Ces différentes tâches sont effectuées, respectivement, par des traceurs, des ajusteurs et des monteurs. Cependant pour l’auteur du manuel, l’ingénieur Carlos Pedro da Silva, « un bon professionnel [de serrurerie mécanique] doit toutes les connaître à fond et les exécuter de manière indifférente »57. Quelques années plus tard, l’IOP ne dit pas autre chose quand il explique que l’apprentissage du « métier » de serrurier mécanique commence par l’ajustage et se termine par le montage, dernier échelon de la carrière58. Le répertoire de l’INE ne mentionne d’ailleurs pas les professions de traceur, d’ajusteur et de monteur. Ces termes n’apparaissent pas non plus dans les déclarations que j’ai recueillies. Nous avons affaire ici à une taxinomie interne au monde du travail qui n’a pas conduit à l’élaboration d’identités professionnelles socialement reconnues.

30Dans les registres paroissiaux et civils consultés, le terme serralheiro apparaît dans sept types de déclarations : serralheiro, serralheiro mecânico, serralheiro electricista, serralheiro naval, ajudante de serralheiro, aprendiz de serralheiro, ajudante de serralheiro mecânico. Le terme de serralheiro peut donc se décliner en fonction d’une spécialisation (mecânico), du secteur d’activité (naval), ou d’une hiérarchie professionnelle (ajudante, aprendiz). Il peut aussi être associé à une autre profession (electricista). Intéressons-nous plus particulièrement au binôme : serralheiro/serralheiro mecânico. Les publications de la Biblioteca de Instrução Profissional et de l’IOP relèvent une autre appellation professionnelle très courante à la même époque, celle de serralheiro civil. Comment peut-on expliquer son absence dans cette liste de déclarations ? La distinction entre serralheiro civil et serralheiro mecânico est bien établie dans les différentes publications consultées. Le premier est plutôt lié au vaste secteur du bâtiment et peut travailler en atelier ou à l’extérieur. Le deuxième se rencontre surtout dans les ateliers de métallurgie proprement dits. Dans les faits, il n’existe pas de grandes différences entre les fonctions du serralheiro et celles du serralheiro civil. D’après la publication de l’INE de 1945, les serralheiros se rencontrent dans à peu près tous les secteurs : la construction, mais aussi l’industrie des métaux, dans différents types de fabriques – de vaisselle, d’allumettes, de filatures, de boutons –, dans les entreprises minières ou dans le secteur des transports. En revanche, l’appellation de serralheiro civil, comme celle de serralheiro mecânico, est réservée au secteur de la métallurgie. Dans ce cas, les différences de dénomination correspondent davantage à des usages particuliers à des secteurs qu’à l’élaboration d’une nouvelle identité professionnelle. La mention d’une spécialisation fait état de l’appartenance à un secteur d’activité qui possède lui-même une identité assez marquée. Ainsi, se déclarer serralheiro civil permet de se distinguer des serralheiros qui travaillent en dehors de la branche métallurgique.

• Modes de production et types d’emplois

  • 59 E. Costa, « Inquéritos », Boletim IOP, 1928, no 1

31Les sources consultées donnent une impression de faible spécialisation des fonctions. L’existence de quelques professions phares – des métiers, le vocabulaire des brochures de la Biblioteca de Instrução Profissional et de l’IOP est fluctuant – s’explique surtout par la structure économique de cette branche. Les remarques d’Emílio Costa dans le premier numéro du Bulletin de l’IOP valent particulièrement pour le secteur de la métallurgie : « au Portugal, on peut dire que c’est seulement à Lisbonne et à Porto, et pas toujours, qu’une spécialité peut être rémunérée (…) dans un pays de vie industrielle peu intense, l’ouvrier très spécialisé tend à venir grossir le bataillon des chômeurs »59.

  • 60 Manual de Serralharia Mecânica, Biblioteca de Instrução Profissional, Lisbonne, s.d., p. 3. Les ver (...)

32Encore faut-il distinguer la conjoncture du début du siècle et celle des années trente. Les manuels de la Biblioteca de Instrução Profissional sont confiants dans le devenir du secteur et insistent volontiers sur l’augmentation des cadences de production et sur le caractère de plus en plus répétitif des gestes des ouvriers. Ils évoquent l’existence dans les grands ateliers ou fabriques métallurgiques « d’ouvriers spécialisés en fonction de leurs aptitudes, dans [les fonctions de traceur, d’ajusteur et de monteur] et qui sont employés exclusivement dans l’une d’entre elles, qui s’entraînent et se perfectionnent ainsi au maximum ». Cette évolution est jugée positive : « ce système donne un très bon rendement, très supérieur à celui produit par l’emploi cumulé de l’ouvrier dans toutes les phases du travail de métallurgie (serralharia mecânica), mais ceci est uniquement valable dans la grande industrie où les tâches se répètent constamment »60. La figure de l’OS n’est pas très loin, bien qu’on hésite encore entre spécialisation et professionnalisation.

  • 61 J. Freire, ibid., p. 177.

33Deux décennies plus tard, l’IOP insiste davantage sur la nécessité de former de bons professionnels « généralistes » que sur la rationalisation des modes de production, une évolution qui n’est d’ailleurs jamais évoquée. Au Portugal, on ne trouve guère de traces d’un processus de déqualification dans le secteur de la métallurgie. Si je m’en tiens à mes sources qui ne donnent bien sûr qu’une vision partielle des phénomènes, c’est même plutôt l’inverse qui semble se produire. Pour João Freire, l’automatisation de certaines productions industrielles, et en premier lieu de la métallurgie, a sans doute contribué à affaiblir le « système de métier » au cours des premières décennies du XXe siècle. Mais cette évolution n’a probablement pas été perçue comme un facteur global de déqualification des ouvriers61.

  • 62 F. de Vasconcelos, E. Costa, F. da Costa Cabral, O Serralheiro Civil, op. cit., p. 12. L’IOP évalue (...)
  • 63 Il s’agissait de l’Empresa Industrial Portuguesa installée à Santo Amaro – cf. chapitre 1.
  • 64 Sur l’ensemble du territoire portugais, Fernando Rosas a recensé une vingtaine d’entreprises dans l (...)

34En somme, l’organisation du secteur de la métallurgie répond à une nécessité économique, dictée par la persistance d’un certain type de production – des objets de consommation courante, relativement peu sophistiqués – plutôt assurée par des entreprises de taille modeste. Il n’existe donc pas de mentalité propre au Portugal qui aurait fait du métier le paradigme indépassable de l’organisation du travail. Les brochures d’instruction professionnelle font toujours référence à la modernité des techniques, mais jamais à la tradition des métiers. Il faudrait certainement davantage insister sur les conséquences de la lenteur du mouvement général de modernisation de la production industrielle. Les responsables de l’IOP s’en font d’ailleurs l’écho : « [au Portugal], il n’existe pas bien sûr d’industrie sidérurgique et la métallurgie ne connaît pas de grand développement, elle se limite à peine à la serrurerie (serralheira) et à un peu de fonderie ».62 Au moment où l’IOP lance son enquête, la seule entreprise portugaise à avoir un temps tenté d’introduire la sidérurgie au Portugal vient de fermer ses portes63. La production de biens d’équipement – machines agricoles, machines industrielles, équipements pour les automobiles, équipements des compagnies de chemin de fer – pouvait être à l’origine de grandes concentrations de main d’œuvre. Mais nous connaissons très mal les formes de travail et de salariat qui existaient dans ces établissements. L’enquête de l’IOP se contente de donner une vision globale de la situation de cette branche d’activité en privilégiant la réalité la plus courante, c’est-à-dire celle des ateliers de dimension modeste. Les productions plus singulières, qui revêtent pourtant une grande importance sur le plan économique, sont ignorées. Quoi qu’il en soit, les conclusions de l’IOP reflètent sans aucun doute assez bien l’état du tissu industriel urbain et notamment celui d’Alcântara64.

  • 65 Faria de Vasconcelos, Investigações Experimentais X : « Os motivos da escolha da carreira, estudo d (...)
  • 66 La construction navale portugaise possède une longue tradition qui remonte aux temps des Grandes Dé (...)

35On aurait donc tort de décrire les « métallos » d’Alcântara uniquement du seul point de vue de la tradition du métier. L’exemple de la compagnie Carris, que je traiterai plus loin, montre que certains emplois du secteur industriel en ville pouvaient être associés à des statuts complexes, où le lien avec l’entreprise prenait le pas sur le métier. Dès le début du XXe siècle, de nombreux indices attestent des limites du « système des métiers » décrit par João Freire. La profession de serralheiro occupe une place centrale dans l’univers industriel de Lisbonne durant la première moitié du XXe siècle. Les remarques de João Freire et mes propres observations à partir des actes de l’état civil vont dans le même sens. Le serralheiro serait en quelque sorte l’archétype du métier possédant une forte identité. Le pouvoir d’attraction exercé par cette profession sur les jeunes générations semble le confirmer. Parmi les 600 élèves interrogés par l’IOP à la fin des années vingt, près du tiers des garçons (30,2 %) déclarent spontanément vouloir exercer la profession de serralheiro. Celle-ci arrive en tête des vœux exprimés. Selon Fario de Vasconcelo, auteur du rapport, ce chiffre est comparable à ceux observés dans d’autres pays européens65. Mais l’information la plus intéressante réside dans l’explication donnée à ce résultat, une explication qui devient spécifique au Portugal et plus particulièrement à Lisbonne. Selon une enquête complémentaire, une grande majorité des garçons souhaitent choisir la carrière de serralheiro dans l’espoir d’intégrer les arsenaux militaires, notamment ceux de la marine66.

  • 67 A Candidatura d’um operário, s.d., BN-RES.
  • 68 Emídio Santana, Memórias de um militante anarco-sindicalista, Lisbonne, Perspectivas e Realidades, (...)
  • 69 Je fais référence ici à un personnage du Galã d’Alcântara. Armando Ferreira, O galã d’Alcântara, op (...)

36C’est donc la recherche d’un emploi assurant une position confortable, et non le lien affectif avec un métier, qui motiverait le choix de la carrière professionnelle. Malgré la faiblesse endémique de ce secteur, travailler pour les arsenaux a toujours été perçu comme un privilège. Ceci certainement à juste titre comme le montre le parcours, près d’un siècle auparavant, de José Maria Chaves, un serralheiro embauché dans les ateliers de l’Arsenal militaire (Arsenal do Exército) dans les années 1830. Grâce à sa position professionnelle, il eut la possibilité de suivre des cours du soir à l’Académie de la Marine. Il put ainsi étudier la mécanique, la géométrie, mais aussi le français et l’anglais. Sa participation très active aux mouvements révolutionnaires qui agitaient le Portugal durant ces années-là lui valut d’être renvoyé de l’Arsenal militaire. Il intégra alors le Conservatoire des arts et métiers (Conservatório das Artes e Ofícios) et décrocha un nouvel emploi à l’Arsenal de la marine. Peu après, il se mit à son compte et devint à la fois « patron et ouvrier d’un établissement de métallurgie ». Par la suite, il sera rédacteur du journal ouvrier « O Eco dos Operários » et s’engagera dans la vie politique en se présentant à diverses élections67. Deux générations plus tard, au début du XXe siècle, les établissements militaires sont encore le lieu idéal où un ouvrier bien formé peu espérer faire carrière. Car c’est bien une élite ouvrière qui est employée dans ces chantiers. D’où probablement les nombreux témoignages de militants syndicalistes et politiques – les rares ouvriers qui écrivent – où sont évoqués les arsenaux. Ainsi, le militant anarchosyndicaliste Emídio Santana, fils de « métallurgiste », fut un temps tenté d’entrer dans les arsenaux militaires. Son témoignage est assez éloquent : « Mon oncle maternel, Agostinho de Carvalho, militant socialiste, était à l’époque Maître de l’atelier mécanique de l’Arsenal de la Marine. Il était bien considéré. Ma mère pensait qu’à travers lui, j’aurais pu entrer à l’Arsenal. Le personnel des établissements industriels militaires bénéficiait de bons salaires, de jours fériés, de congés payés, de la retraite et le travail était protégé par les statuts »68. Au début du XXe siècle, quand on est employé de l’Arsenal, on se dit volontiers « ouvrier à l’Arsenal », même si on exerce une profession qualifiée69.

  • 70 Les montants des salaires et des pensions sont indiqués en escudo (symbole $).
  • 71 Les noms des entreprises concernées ne sont pas précisés. Nous ne connaissons que le secteur d’acti (...)

37L’exemple des ouvriers des arsenaux militaires permet d’insister sur les différences de condition et de statut au sein d’une même profession. Je ne donne ici qu’un rapide aperçu d’un phénomène assez bien illustré par les taux de rémunération enregistrés par l’INE. Pour les serralheiros civis et mecânicos –, ces salaires sont presque toujours fixés à la journée. On ne note quasiment qu’une seule exception avec les entreprises de chemin de fer où des arrêtés fixent des salaires mensuels. Inégalités dans les modes de rémunération mais aussi inégalités dans les revenus, cela va du simple au double : 14 $8070 la journée pour des serralheiros d’une fabrique d’allumettes de Lisbonne (fixé par un contrat collectif de travail signé en 1938) et jusqu’à 32 $80 la journée pour la même profession dans des entreprises de transports de la capitale (un arrêté de 1943)71. Le troisième type d’inégalité de condition tient aux possibilités de carrière. Ainsi, dans ces mêmes entreprises de transport, les salaires sont fixés en fonction de la spécialisation et des années d’ancienneté, de 25 $60 à 32 $80 la journée. Dans la fabrique d’allumettes, un seul niveau de rémunération est prévu. Les entreprises de métallurgie distinguent en général les serralheiros de première, de deuxième et de troisième classe. Sinon, ce sont les vielles catégories d’apprenti (parfois pré-apprenti) et d’aide (ajudante) qui font fonction de hiérarchie dans les ateliers. En tout cas, plus que le métier exercé, c’est bien le statut offert par l’employeur qui semble déterminant dans la définition de la position sociale.

b) La formation de nouvelles identités professionnelles

  • 72 Pour paraphraser Michel Verret, qui faisait la même remarque à propos des formes de culture.

38Les techniques voyagent plus vite que les structures sociales et économiques72. Entre la fin du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle, la diffusion à grande échelle de l’énergie électrique et, quelque temps plus tard, la vulgarisation de l’automobile bouleverse les sociétés européennes. En marge de ces révolutions techniques, on assiste à la création de nouvelles filières professionnelles. C’est ce processus que je souhaite examiner de plus près maintenant.

• L’électricien

  • 73 Pour une histoire de l’implantation de l’énergie électrique au Portugal : Paulo de Barros, História (...)
  • 74 Pour les références exactes : Daniel Marques, Memorandum do Electricista, 3 éditions : 1916, 1924, (...)
  • 75 D. Marques, Memorandum do Electricista, Lisbonne, 3e édition, 1938, préface. L’édition concerne tou (...)

39Au début du XXe siècle, les métiers de l’électricité sont en plein développement73. Le nombre et le succès des publications qui leur sont consacrées en témoignent. J’ai recensé dans le catalogue de la Bibliothèque nationale portugaise quatre manuels pour un total de six éditions entre 1910 et 1940 : Memorandum do Electricista (trois éditions entre 1916 et 1938) ; Novo Manual do Electricista (deux éditions avant 1939) ; A Chave da Electricidade (publié en 1933) ; et le manuel de l’IOP, O Montador Electricista, publié au début des années trente74. La brochure de l’IOP exceptée, ces livres sont avant tout des précis techniques qui font le point sur des connaissances théoriques et sur les différentes applications de l’électricité. Ils hésitent d’ailleurs à se fixer comme thème « l’électricité » ou « l’électricien », et de ce fait à donner davantage de place aux connaissances (les lois physiques et chimiques qui régissent le phénomène électrique) ou aux applications (les différents types de courants, de piles ou de moteurs). Le « Mémorandum de l’électricien » apporte une touche légèrement différente à l’ensemble. Il accorde une large place aux conseils pratiques : les tenues de travail recommandées, les précautions à prendre dans certaines situations – lors du maniement d’accumulateurs ou des interventions dans les centrales à haute tension –, la conduite à suivre en cas d’accident. Ce manuel est finalement le seul à faire référence à une pratique professionnelle. Il sera d’ailleurs celui qui aura le plus de succès, puisqu’il connaîtra trois éditions pour un total de 25 000 exemplaires75.

  • 76 IOP-ANTT.
  • 77 E. Costa, « Elementos para uma monografia das indústrias eléctricas », février 1926, IOP-ANTT. Dans (...)

40Dans ce contexte éditorial, la brochure d’une douzaine de pages publiée par l’IOP dans les années trente apparaît comme un document atypique. Ici, les connaissances sur l’électricité sont passées sous silence. Les auteurs s’intéressent uniquement aux conditions d’exercice de la profession. On connaît assez précisément le déroulement de l’enquête qui a abouti à cette brochure. Un premier document conservé dans les archives de l’IOP, vraisemblablement rédigé au début de l’année 1926, permet de mieux situer l’électricien dans les classifications professionnelles courantes à Lisbonne, à cette époque. Il s’agit d’un tableau intitulé : « spécialités professionnelles - métallurgistes »76. Deux colonnes le composent : à gauche, des professions (serruriers, chaudronniers, fondeurs, etc.), à droite des spécialités (serruriers mécaniques, serruriers de construction, chaudronniers de fer, chaudronniers de cuivre, etc.). Parmi les professions apparaît « électricien » avec comme subdivisions : monteurs, monteurs de ligne, construction d’appareils, bobinage, de tableau, contrôle de machines. J’avais déjà repéré la proximité entre serruriers et électriciens à travers la déclaration d’un père de la Rua Feliciano de Sousa de profession « serralheiro electricista ». La présence de l’électricien parmi les professions de la métallurgie ne doit pas surprendre. Elle ne fait qu’entériner une double réalité. Sur le plan de la représentation syndicale, les électriciens et leurs différentes spécialités sont affiliés au Sindicato Único Metalúrgico. La réunion de ces deux univers professionnels naît aussi d’une proximité, au moins initiale, entre des techniques et des savoir-faire. Dans les centrales électriques où la mécanisation est importante, les électriciens utilisent les mêmes outils que les « serruriers »77. Dans les cursus de l’enseignement technique, et notamment à l’école industrielle Marquês de Pombal d’Alcântara, l’électricité est enseignée comme une branche particulière de la métallurgie.

  • 78 Lettre E. Costa, 15-12-1926, IOP-ANTT.

41L’identité des personnes contactées au cours de l’enquête de l’IOP renseigne sur l’image de l’électricien dans la société portugaise de la fin des années vingt. Ici, pas question de s’adresser à des représentants institutionnels ou à des dirigeants syndicaux. Ce sont des techniciens, des hommes de terrain qui sont interrogés et le panel est assez diversifié : « un bon ouvrier électricien qui connaît son métier et son aspect social », « un gérant technique de la Société Herman Lda », « un monteur qui travaille pour son compte », « un petit industriel », « un professeur belge directeur d’installations électriques »78.

  • 79 F. de Vasconcelos, M. Subtil, F. da Costa Cabral, O Montador Electricista, op. cit., p. 5.

42Les enquêteurs de l’IOP parviennent ainsi à dresser un portrait des « industries de l’électricité ». On notera l’emploi du pluriel qui renvoie à l’ambiguïté de l’objectif de l’enquête. S’agit-il de réunir des éléments sur un secteur d’activité, un métier, des professions ou des spécialités ? Le métier, c’est celui d’électricien. La première phrase de la brochure « O montador electricista » le confirme : « le métier d’électricien a pour objet les différentes fonctions liées aux applications de l’électricité dans la vie courante »79. Pour autant, les subdivisions en spécialités sont complexes. Elles renvoient à des réalités professionnelles très éloignées les unes des autres et la taxinomie proposée par l’IOP suggère l’existence d’une hiérarchie implicite qui irait de l’ouvrier à l’ingénieur. Le terme « métier » devient ici synonyme de « branche professionnelle ». Des missions très variées sont en effet confiées aux différentes spécialités :

  • Le monteur électricien installe et monte les fils, les interrupteurs, les tableaux pour la lumière et pour les sonnettes, les lignes téléphoniques. Certains monteurs électriciens installent des moteurs, des postes de transformateur, des stations centrales.

  • Des ouvriers spécialisés s’occupent du montage des aériennes et souterraines.

  • Certains électriciens construisent exclusivement des appareils électriques de petite ou de grande dimension : machines, générateurs, etc.

  • Des « ouvriers électriciens spécialisés » traitent du bobinage d’électrodes ou d’inducteurs.

  • Des ouvriers sont spécialisés dans le contrôle des tableaux des centrales, ou des moteurs électriques, des générateurs et des distributeurs de courant.

    • 80 Ibid. Je reprends ici les termes de la brochure publiée par l’IOP.

    Les « ingénieurs électriciens », formés dans des écoles supérieures, exercent enfin les plus hautes fonctions dans « le domaine des professions de l’électricité »80.

43Pour conclure cette énumération, les enquêteurs de l’IOP soulignent la « diversité des métiers de l’électricité ». En un paragraphe, on est passé du « métier d’électricien » aux « métiers de l’électricité ». L’organisation de la brochure rajoute à la confusion. Consacrée initialement à la profession de « monteur électricien », elle finit par aborder indistinctement la fonction et les conditions de travail des « bobineurs » ou des « serruriers électriciens de haute tension ». Le texte de l’IOP reproduit l’instabilité de la nomenclature professionnelle. Certes, la définition précise des différentes professions, par opposition aux simples spécialités, ne faisait pas forcément partie des objectifs de l’Institut. L’exercice aurait été de toute façon assez vain. Il n’aurait correspondu qu’à une photographie instantanée, valable le temps de l’observation. Une telle classification est par nature provisoire. Elle évolue sans cesse, en fonction de la diffusion des progrès techniques et des transformations du marché du travail.

  • 81 E. Costa, « Elementos para uma monografia das indústrias eléctricas », février 1926, IOP-ANTT.
  • 82 Une remarque d’E. Costa à propos du regroupement des professions de l’électricité dans le syndicat (...)

44La situation des « industries électriques » est paradoxale. Après bien d’autres auteurs, les enquêteurs de l’IOP voient dans cette activité un symbole de la modernité. Pour l’Institut, ces différentes spécialités professionnelles sont des métiers d’avenir. Mais cette affirmation repose davantage sur un constat général de l’évolution technologique que sur une observation précise du marché du travail : « toute la vie des sociétés modernes est étroitement liée aux applications de l’électricité, (…) ces professions constituent donc un vaste domaine ouvert à l’orientation professionnelle et à l’apprentissage »81. À la fin des années vingt, les enquêteurs découvrent un secteur en crise. Les difficultés d’embauche et les périodes de chômage sont fréquentes. Le contexte économique défavorable en est en partie responsable. Mais un autre phénomène, cette fois spécifique à cette branche d’activité, est évoqué. Certaines tâches peuvent être en effet facilement exécutées par des individus habiles mais sans grande préparation technique. Ainsi, les électriciens professionnels sont-ils souvent concurrencés par de nombreux « amateurs ou curieux », notamment pour des interventions ou des réparations chez des particuliers ou dans de petites entreprises. En toute rigueur, le terme amateur est ici impropre, puisque tout indique que ces services sont rémunérés. Il renvoie à une différence de qualification et de pratique. Dans l’esprit des enquêteurs de l’IOP, qui reproduisent ici certainement l’opinion des « professionnels » interrogés, ces « amateurs » seraient moins compétents. La société leur reconnaît cependant un savoir-faire suffisant puisqu’ils parviennent à concurrencer les électriciens « professionnels ». Selon l’IOP, l’absence au Portugal d’institutions de placement et de contrôle des nouveaux apprentis ne fait que renforcer ce « retard dans la professionnalisation » de l’activité. Il ne faut pas non plus compter sur un autocontrôle de la part des électriciens car il n’existe pas de « forte solidarité entre ces ouvriers »82.

  • 83 Ces problématiques sont développées dans le dossier « Amateurs et professionnels » de la revue Genè (...)
  • 84 Entre les amateurs et les professionnels, E. Costa distingue aussi une autre catégorie : les « semi (...)

45On peut donc exercer l’activité d’électricien sans pour autant être reconnu comme professionnel à part entière. Le document ne précise pas où se situe la frontière exacte entre électriciens « amateurs » et électriciens « professionnels ». La nature de la formation contribue sans doute à séparer les deux groupes. Nous serions donc en face d’une double opposition classique entre « amateurs » autodidactes et « professionnels », dont la qualification est sanctionnée par une formation ou un apprentissage officiellement reconnus83. Le caractère exclusif de l’activité doit probablement s’imposer comme un autre critère de reconnaissance du degré de professionnalisation : l’électricien professionnel serait celui dont l’activité consiste exclusivement, ou pour l’essentiel – cela reste à déterminer –, à exercer cette profession84. Ces questions restent en suspens. Je retiens cependant que dans le cas des électriciens, le savoir-faire et une certaine pratique ne sont pas suffisants pour assurer la reconnaissance d’une identité professionnelle spécifique. Il existe différents degrés de professionnalisation selon les parcours individuels. À ces degrés de professionnalisation correspondent des différences de prestige et de position dans les hiérarchies sociales.

  • 85 Toutes ces citations sont extraites du rapport d’E. Costa de février 1926, IOP-ANTT.

46En s’intéressant à ce secteur d’activité, l’IOP s’est heurtée à la subtilité des distinctions de statut et de condition que les nomenclatures professionnelles ne parviennent pas toujours à traduire. Il existe des différences dans les périodes de travail au long de l’année et dans les niveaux de rémunération suivant les spécialités. Les « ouvriers monteurs » travaillent par exemple moins en été et en automne. Ils connaissent plus fréquemment le chômage et sont moins bien payés que les bobineurs. Mais les formes d’emploi sont aussi pointées comme des facteurs discriminants. Ainsi est soulignée la spécificité des « employés des centrales électriques » qui, au passage, perdent le statut de simples ouvriers85.

47C’est cette même diversité des formes d’emploi qu’enregistre l’INE en 1945. Dans la catégorie « électricien », on distingue un groupe relativement homogène. Il s’agit des électriciens employés dans les entreprises de « production et de distribution d’électricité », dans les « entreprises de transports urbains par voie ferrée » et dans les « chemins de fer ». La plupart sont payés au mois, leur revenu progresse à l’ancienneté et il existe au sein de ces entreprises des hiérarchies internes à partir desquelles peuvent se construire des carrières. Ces hiérarchies peuvent coexister avec les catégories traditionnelles d’apprenti, d’aide et d’ouvrier de métier. Les salaires débutent autour de 700 $ par mois dans les compagnies de chemin de fer et il est prévu une marge de progression de 30 %. Dans les entreprises de production et de distribution d’électricité, le salaire mensuel d’un chef électricien peut atteindre 2700 $. Les autres types d’emploi sont beaucoup moins avantageux. On les trouve dans toutes sortes d’entreprises : fabriques de pâtes alimentaires, ateliers d’appareils et d’articles électriques, fabrique d’allumettes et dans le secteur de la minoterie, pour s’en tenir à des exemples lisboètes. Dans ces cas, les salaires sont fixés à la journée : de 25 $ à 30 $ pour un électricien de première classe, de 10 $ à 15 $ pour un aide, et autour de 5 $ pour un apprenti. Les statuts professionnels se déclinent exclusivement en fonction des hiérarchies traditionnelles : ouvriers de métier (oficiais), aides et apprentis ou parfois, et cela revient au même, ouvriers de 1re, 2e et 3e classe.

48Dans la publication de l’INE, le secteur de l’électricité n’apparaît qu’à travers la profession d’électricien. Il n’est fait référence ni aux monteurs, ni aux bobineurs ou aux techniciens électriciens. On trouve des salariés bobineurs mais seulement dans les fabriques de tissage, où cette dénomination correspond à d’autres tâches, sans rapport avec l’électricité. Le terme technicien est lui absent du recueil. La profession d’ingénieur électricien n’est pas non plus mentionnée. Ainsi, à la fin des années 1930, les professions de l’électricité se caractérisent par une faible diversité de la nomenclature professionnelle, tant sur les lieux de travail que dans les usages courants, mais aussi par une forte hiérarchisation des statuts en fonction des niveaux de qualification et des types d’emploi.

• Le chauffeur ou motorista

  • 86 Dans le répertoire de l’INE, on distingue les « motoristas de veículos automóveis » et les « motori (...)

49Le transport automobile est aussi à l’origine de nouvelles activités professionnelles, tels les conducteurs de voiture, de camion ou de camionnette. Dans quelle mesure cette ou ces activité(s) se transforme(nt)-elle(s) en profession(s) ? C’est encore une fois l’instabilité de la nomenclature qui retient l’attention. L’IOP utilise le terme de « chauffeur d’automobiles » (chauffeur de automóveis) pour désigner toutes les personnes qui ont pour profession de conduire des voitures, mais aussi des camions ou des camionnettes. Dans le répertoire de l’INE, la profession de « chauffeur » n’apparaît pas. C’est uniquement le terme « motorista » qui est employé dans les accords salariaux. Jusqu’à la fin des années trente, les mots « chauffeur » et « motorista » sont parfois employés pour nommer d’autres activités qui n’ont qu’un lointain rapport avec les transports : le responsable de l’approvisionnement en combustible d’une machine à vapeur pour le premier ; celui qui contrôle le fonctionnement d’une machine motorisée pour le second86. Le terme motorista finira par désigner quasiment exclusivement la personne qui conduit un véhicule.

  • 87 Rapport d’E. Costa, « Chauffeur de automóveis », décembre 1926 – IOP-ANTT.
  • 88 Ibid.

50Selon l’enquête de l’IOP, à la fin des années vingt, il existe bien au Portugal la profession de « chauffeur d’automobiles »87. Il est même possible de dresser la liste des aptitudes physiques requises pour exercer cette profession. À cette époque, conduire un véhicule automobile n’était pas de tout repos. Les directions des vieux modèles de voitures sont « raides ». Actionner les pédales d’embrayage et les manivelles des véhicules qui ne sont pas équipés d’un démarreur automatique exigent une « grande force musculaire » dans les bras et dans les jambes. Changer une roue et gonfler un pneumatique peut aussi se transformer en une véritable épreuve physique88. L’IOP enregistre ici les traces d’une gestuelle professionnelle qui peut être perçue comme le point de départ de l’élaboration d’une culture de métier. Dans cet univers professionnel, la masculinité est valorisée. Le culte de la force physique et de l’individualisme tient une place importante.

  • 89 Op. cit. p. 14.

51Si la tâche et le savoir-faire du chauffeur sont facilement identifiables, on ne peut pas en dire autant des formes de professionnalisation. Au moment où est effectuée l’enquête de l’IOP, cette profession n’est organisée que sur la base du code de la route. Les travailleurs isolés sont les plus nombreux. Comme pour les électriciens peut se poser la question de la distinction entre professionnels et non-professionnels. L’IOP évoque l’existence de « chauffeurs amateurs », en particulier en dehors des grandes villes. L’amateur est celui qui ne respecte pas les dispositions légales qui réglementent la conduite : en un mot, ces chauffeurs amateurs n’ont pas le permis de conduire. L’activité rémunérée de chauffeur ne se présente pas forcément sous la forme d’un travail continu et à temps plein. Dans O Galâ d’Alcântara, l’un des personnages emprunte la voiture d’un ami « chauffeur » pour amener des touristes visiter les environs de Lisbonne89. Le service est payé mais il ne correspond pas à une activité professionnelle proprement dite. Dans ce cas, « être chauffeur » est juste un moyen de se faire ponctuellement un peu d’argent.

  • 90 INE, Taxas de remuneração…, op. cit., p. IX. En novembre 1909, la société « Empreza de Automóveis d (...)

52Cependant, cette première impression d’une faible reconnaissance sociale de cette profession s’efface quand on s’intéresse plus précisément aux hiérarchies internes et aux formes d’emploi que l’on parvient à identifier. Déjà dans les années 1930, il existe plusieurs spécialités. Les chauffeurs de service privé et de « camionnage » – les camionneurs – sont les mieux payés. Les chauffeurs de taxis ont de plus faibles revenus. Le répertoire de l’INE permet aussi de corriger l’image d’une profession aux contours mal définis, correspondant à des activités précaires. Entre 1934 et 1944, les accords qui concernent des « motoristas de veículos automóveis » ne sont pas rares et surtout ils démontrent une certaine unité de condition. Pour ces chauffeurs qui travaillent sur des véhicules légers pour passagers, des véhicules légers de transport de marchandises ou des véhicules poids lourd de transport de passagers ou de marchandises, les salaires sont toujours versés à la semaine. Il existe cependant une échelle très nette des revenus : les chauffeurs de véhicules légers gagnent moins que ceux de véhicules poids lourd et le transport de marchandise est mieux rémunéré que le transport de passager. En fonction de ces différents postes, les salaires peuvent aller de 100 $ à près de 200 $ la semaine. Une autre distinction s’opère entre les employés des « services publics » et ceux des « services particuliers ou privés ». Le salaire peut inclure ou non l’alimentation. Le « service public » concerne la conduite des véhicules automobiles mis à la disposition du public pour le transport de passagers ou de marchandises. Le « service privé » se rapporte aux autres cas et notamment aux employés qui travaillent exclusivement pour un ou plusieurs individus ou pour le personnel d’une entreprise90.

53Le document de l’INE enregistre uniquement des accords au sein d’entreprises. Les travailleurs indépendants auxquels faisaient allusion les enquêteurs de l’IOP sont ici ignorés. Je peux néanmoins émettre l’hypothèse que le statut professionnel du chauffeur se définit surtout en fonction des formes d’emploi. À l’époque qui m’intéresse, la nomenclature est rudimentaire : chauffeurs de voiture particulière, chauffeurs routiers, chauffeurs de taxi, chauffeurs livreurs, toutes ces professions sont nommées de la même manière. Pourtant, il existe déjà au sein de certaines entreprises des statuts précis et différenciés qui laissent entrevoir les multiples manières d’exercer ces activités.

c) Des métiers aux formes particulières d’emploi

  • 91 Dans le secteur des chemins de fer, pour chaque accord est précisé le nom du réseau concerné : rése (...)

54L’examen rapide de quelques secteurs professionnels permet d’ores et déjà d’entrevoir les limites d’une approche qui consisterait à voir le métier comme critère unique de définition des identités professionnelles dans la société portugaise, et plus particulièrement lisboète, de la première moitié du XXe siècle. Dans les exemples présentés, le nom d’une profession ou d’un métier dissimule de multiples formes d’emploi. C’est notamment grâce aux données rassemblées par l’INE que j’ai pu mesurer cette diversité des conditions sociales au sein d’une même profession. J’ai identifié des secteurs d’emploi où une profession parvenait à bénéficier d’un statut particulier. Dans le recueil de l’INE, le secteur des transports – « chemin de fer » et « transports urbains par voie ferrée » – se distingue par une organisation complexe et des hiérarchies strictes qui s’ordonnent en fonction des échelles des salaires (selon l’ancienneté ou la spécialisation) ou des formes de rémunération (à la journée, mensuelle, etc.). Pour en savoir plus, il faudrait directement enquêter sur l’organisation de chaque entreprise. Mais, à l’exception du secteur des chemins de fer, le nom des établissements où sont appliqués ces accords ne figurent pas dans le répertoire de l’INE91. Toutefois, la présence massive du secteur des « transports urbains » m’a incité à m’intéresser au cas particulier de la compagnie Carris dont les ateliers de maintenance sont installés à Alcântara.

• La compagnie Carris

  • 92 La contribution la plus importante à l’histoire de la Carris demeure à ce jour inédite. Il s’agit d (...)

55L’histoire de la Companhia Carris de Ferro de Lisboa est encore quasiment entièrement à écrire. Si nous connaissons plus ou moins bien les grandes étapes du développement de cette compagnie fondée en 1872 et qui a joué un rôle essentiel dans les mutations de l’espace mais aussi de la société lisboètes, nous n’avons qu’une très vague idée de l’évolution de son organisation interne92.

  • 93 Diário do Governo, II série, no 44, 22 février 1943. Des rectifications sont publiées dans le Diári (...)

56Durant la première moitié du XXe siècle, la Carris a connu une forte expansion. Entre 1900 et 1940, son effectif a été multiplié par dix (tableau 6.1.). Dès les années 1910, cette compagnie est l’un des principaux employeurs de la capitale. Grâce à un barème des rémunérations et des salaires minimums du personnel titulaire de la Carris publié dans le journal officiel du gouvernement portugais – O Diário do Governo – en février 1943, on peut facilement se faire une idée des différentes formes d’emplois présents au sein de l’entreprise à cette époque93. Les salariés sont classés en sept catégories : personnel technique (chefs de service, ingénieurs consultants, machinistes et contrôleurs des chaudières…) ; personnel de bureau (chefs des différents services, comptables, correspondants, commis…) ; personnels des ateliers, des générateurs et des centrales électriques (où sont référencés les serruriers, tourneurs, électriciens, chaudronniers…) ; le personnel roulant (conducteurs et contrôleurs de tramways, chauffeurs, contrôleurs de bus…) ; le personnel chargé des travaux et de l’entretien des voies (où sont mentionnées là encore les professions les plus diverses : serruriers, peintres, menuisiers, réparateurs de lignes…) ; les services complémentaires (médecins, infirmiers, coiffeurs, cuisiniers…) ; et enfin le personnel subalterne (gardiens, personnel de nettoyage…). Pour toutes ces catégories, le barème prévoit quatre niveaux de rémunération : au moment de la titularisation, à partir de la 3e année, de la 8e année, de la 13e année, et de la 18e année. Le nouveau règlement des conditions de travail au sein de la Carris accorde des congés sans perte de salaire aux employés titulaires depuis plus de 3 ans : 3 jours de congé pour un salarié ayant de 3 à 7 années de service ; 6 jours pour 8 à 12 années de service ; 9 jours pour 13 à 17 années de service ; et 12 jours pour 18 ans et plus de service.

Tableau 6.1. : L’évolution de l’effectif des employés de la Carris

Années

Effectifs

1901

348

1910

1 786

1920

2 296

1930

3 038

1940

4 018

1948

5 301

1955

6 382

source : Sande e Castro, 4e partie, chap. V

  • 94 Respectivement : serralheiros, carpinteiros, funileiros, fundidores et pintores.
  • 95 J’indique ici les salaires des ouvriers de métier (oficiais) qui sont supérieurs à ceux des aides ((...)

57Le barème qui réglemente le statut des employés de la Carris fonctionne donc essentiellement à l’ancienneté aussi bien pour l’échelle des revenus que pour les avantages en terme de congés payés par exemple. Mais ce barème est aussi à l’origine de hiérarchies et de différences de carrière au sein d’un même corps de métier. Nous pouvons étudier de plus près le destin des serruriers, menuisiers, ferblantiers, fondeurs, et peintres94. Dans la catégorie du personnel des ateliers, les serruriers appartiennent au groupe I, avec entre autres les menuisiers. Le salaire de ce groupe est fixé de 28 $ 80 à 32 $ 80 la journée, en fonction de l’ancienneté. Dans le groupe II de cette même catégorie figurent les ferblantiers, fondeurs et peintres. Pour ces employés, les salaires vont de 26 $ 40 à 30 $ 40 la journée95. Ces mêmes professions sont répertoriées dans la catégorie du personnel chargé des travaux et de l’entretien des voies. La hiérarchie entre les différents emplois ne suit pas la même logique : les serruriers et les ferblantiers sont rattachés au groupe A des salariés les mieux rémunérés (de 25 $ 60 à 30 $ 40) ; les fondeurs, menuisiers et peintres appartiennent au groupe B (leurs salaires varient de 25 $ 60 à 28 $ 80). Ainsi, plusieurs logiques de différenciation président à l’organisation de l’entreprise : les hiérarchies traditionnelles (opposition entre cols bleus et cols blancs, entre ouvriers et apprentis) coexistent avec des distinctions propres à l’entreprise (les 7 catégories de salariés qui correspondent à 7 secteurs d’activité au sein de l’entreprise). Ce que nous devons retenir une fois de plus c’est que le métier ou la profession ne définissent pas à eux seuls une position sociale. Il serait évidemment intéressant de parvenir à reconstituer l’évolution de la définition des formes d’emploi au sein de la Carris durant la première moitié du XXe siècle. Les documents auxquels j’ai pu avoir accès ne le permettent pas. Au stade actuel de mes connaissances, je peux juste me prononcer sur deux aspects très généraux : le premier concerne la situation singulière des salariés de la Carris à Lisbonne durant la première moitié du XXe siècle, et le second touche à la diversité des professions présentes au sein de cette entreprise.

  • 96 A. P. de Sande e Castro, A Carris e a expansão de Lisboa…, op. cit., 1ère partie, chap. X.
  • 97 Ibid., 4e partie, chap. V.
  • 98 Elles ont d’ailleurs été arrachées après de violents conflits entre le personnel et la direction de (...)

58Certains signes invitent en effet à conclure que durant la première moitié du XXe siècle, les employés de la Carris occupent une position privilégiée. En prenant comme référence la publication de l’INE, on peut noter qu’un serrurier ou un menuisier de la Carris ont des salaires supérieurs aux ouvriers qui exercent les mêmes professions dans d’autres entreprises. C’est aussi en termes d’avancement, de perspective de carrière et des conséquences sur les projets de vie individuels que les salariés de la Carris peuvent se distinguer. Les employés de la Carris sont mieux protégés. Ils sont constitués en association depuis 1885, soit treize ans seulement après la fondation de la compagnie. En 1878, est créé un fonds spécial destiné à secourir les employés malades ou accidentés96. Dans son étude, Sande e Castro énumère aussi les avancées salariales successives accordées par la direction à son personnel : + $03 par jour le 18 novembre 1910, + 10 % les 1er juillet 1916 et 1917, + $30 par jour le 9 février 1918 et + 10 % le 6 mai de la même année. Ce jour-là la compagnie prend aussi en charge la totalité des dépenses de la Caisse de prévoyance des salariés97. Sande e Castro omet toutefois de préciser que ces augmentations ont eu lieu dans un contexte économique marqué par une très forte inflation98.

59Du point de vue de l’organisation du travail au sein de l’entreprise, les années 1920 constituent sans aucun doute un tournant. La Carris a été fondée sur le modèle d’une compagnie de transport. Son personnel était essentiellement composé des « roulants », épaulés et dirigés par des administratifs. Les tramways étaient alors importés des Etats-Unis. Après la Première Guerre mondiale, face à l’augmentation constante du coût des importations, la Carris décide de concevoir entièrement ses tramways. Le premier véhicule sort des ateliers de Santo Amaro en 1924. Dès lors, durant au moins deux décennies, l’activité de production des tramways va occuper une place croissante au sein de l’entreprise. Cette activité ne déclinera qu’après la Seconde Guerre mondiale et surtout dans les années cinquante, quand les tramways commenceront à être progressivement remplacés par les autobus. Cet aspect de l’histoire de la Carris est assez méconnu. C’est pourtant là que se joue l’influence de cette entreprise dans la vie économique et industrielle de Lisbonne, et singulièrement celle d’Alcântara, durant la première moitié du siècle. À cette époque, la Carris était non seulement une entreprise de transport, mais aussi un établissement de construction et de réparation mécanique. L’activité roulante n’occupait probablement qu’une minorité du personnel de la compagnie durant l’entre-deux-guerres. Au stade actuel de mes connaissances, difficile de reconstituer l’évolution des effectifs de la Carris en fonction des secteurs d’emploi. Sur ce sujet, la seule information relativement précise date de 1955 (tableau 6.2.). Cette année-là, les roulants (conducteurs de tramway et chauffeurs d’autobus) ne représentaient guère plus de la moitié du personnel (52 %). Au moment où l’activité de construction des tramways était déjà déclinante, on voit combien étaient vastes et diversifiées les offres d’emploi au sein de cette entreprise. Les seuls ateliers nécessitaient de plus de 900 personnes pour fonctionner et on connaît déjà quelques-unes des multiples professions concernées.

• Formes d’emploi et sentiments identitaires

Tableau 6.2. : Les différentes catégories d’employés et de salariés de la Carris en 1955

Catégories

Effectifs

Employés

813

techniciens

175

bureau

325

correcteurs et expéditeurs

313

Salariés

5 569

conducteurs

2 865

chauffeurs (autocars)

458

aiguilleurs et nettoyeurs de voies

185

divers (service des roulants)

116

générateur et sous-stations

68

dépôts

395

ateliers

940

ligne

195

bâtiments

20

magasins

23

section électrique

221

ascenseurs

13

gardes, concierges, etc.

70

Total

6 382

  • 99 Ce chiffre tient compte de l’effectif des employés et des membres de leurs familles. Companhia Carr (...)

source : Sande e Castro, 4e partie, chap. V99

60Dans les années cinquante, la Carris évalue à 18 000 le nombre d’individus vivant directement ou indirectement grâce à l’entreprise99. D’une vision du monde du travail ordonné en fonction des métiers, nous glissons peu à peu vers un autre type de cohésion autour de l’entreprise. La Carris a su développer des sentiments identitaires. L’existence des ateliers de Santo Amaro a fait du quartier d’Alcântara un espace privilégié de diffusion de cette « culture d’entreprise ». Durant la première moitié du siècle, travailler à la Carris signifiait certainement être mieux soigné et mieux nourri. L’entreprise fournissait médecins et médicaments. En 1921, au sein de la structure du Fundo de Previdência, plus tard baptisé Caixa de Previdência, sont regroupées toutes les aides auxquelles peuvent prétendre les employés et dans certains cas les membres de leur famille : pensions de maladie, retraites, allocations familiales, assurances en cas d’accident ou de décès. Les employés ont aussi accès à un réfectoire de plus de 500 places situé dans les locaux de Santo Amaro. La nourriture y est fournie à bas prix. À partir de 1949, les repas peuvent être pris à la cantine de l’entreprise. Très tôt, la Carris a aussi encouragé l’usage de codes physiques et vestimentaires. Ce sont surtout les roulants, en contact avec le public, qui sont concernés. On pense bien sûr au port de l’uniforme mais aussi à un soin particulier accordé à l’apparence : chaque employé a droit à deux coupes de cheveux gratuites par mois et peut aller deux fois par semaine chez le barbier. Sous l’égide de la Carris se sont aussi développées toute une série de pratiques culturelles et sportives qui se sont imposées comme une composante essentielle de la vie du quartier d’Alcântara. Fin 1914 est fondé le Groupe sportif de la Carris. Au départ centré sur la pratique du football et de la natation, il se diversifie peu à peu et propose du basquet, des excursions, du camping, etc. Pour les enfants des employés sont organisés des séjours en colonie en bord de mer. À partir de 1929, la fanfare de la Carris est présente dans toutes les fêtes populaires. Dans les années trente, les chauffeurs de tramway sont aux premiers rangs de la Marche populaire qui représente le quartier d’Alcântara, à l’occasion des fêtes de la Saint-Antoine. Enfin, sur un tout autre plan, les luttes sociales au sein de l’entreprise ont bien sûr aussi contribué à diffuser ces sentiments identitaires protéiformes.

  • 100 A. F. da Costa, Sociedade de Bairro…, op. cit., pp. 358-370.

61Je manque de points de comparaison pour évaluer la spécificité de la position de la Carris à Lisbonne. Le lien entre l’évolution des formes d’emploi et la diffusion de pratiques et d’identités culturelles au sein d’une communauté – dans ce cas une communauté de quartier – est admirablement décrit par António Firmino da Costa dans son livre sur le quartier d’Alfama. En quelques pages, l’auteur retrace les transformations qu’a connues en un siècle le monde des dockers100. Dans ce secteur, l’évolution du statut professionnel accompagne les changements dans le mode de gestion de la main d’œuvre. Au XIXe, les hommes qui chargeaient et déchargeaient les navires étaient encore recrutés sur les quais, au jour le jour, de manière informelle. Durant les premières décennies du siècle suivant, la gestion de la main d’œuvre se fit peu à peu essentiellement en fonction des réseaux de connaissances interpersonnelles qui se trouvaient être aussi à la base de l’organisation des associations syndicales. En 1935 fut créée la Caisse de prévoyance des dockers du port de Lisbonne. Dans les années 1950/1960, les syndicats prenaient le contrôle des circuits d’embauche. La profession s’organisa et différents statuts furent définis : le journalier (« l’homme de la rue »), le suppléant, et le titulaire. Enfin, après la Révolution des oeillets (25 avril 1974), le système s’institutionnalisa. La carte professionnelle devint obligatoire et la profession de docker apparut comme une profession favorisée tant sur le plan des salaires que des statuts qui la réglementaient. La reconversion violente de la fin des années quatre-vingt brisa les effectifs mais ne modifia pas le statut.

  • 101 Cette évolution du groupe social des dockers n’est pas spécifique au Portugal. Les problèmes posés (...)

62Cette longue évolution de l’organisation de la profession s’est accompagnée d’une modification de l’identité sociale du docker, étudiée ici à partir du quartier d’Alfama. Ce sont deux images antinomiques qui peuvent être observées aux deux extrémités de la période : à la fin du XIXe siècle, les travailleurs du port sont couramment associés à une mentalité marquée par le culte de la forme physique, du courage et par une posture facilement agressive. Un siècle plus tard, la même profession renvoie à l’idée d’une position relativement privilégiée et enviée101. La transformation de l’organisation du travail a eu un autre type de conséquence : les réseaux sociaux très concentrés dans l’espace urbain et qui puisaient leur cohérence dans les échanges constants entre le monde du travail et l’univers du quartier ont perdu petit à petit de leur importance.

63Ainsi, à travers l’exemple de l’activité portuaire, on se rend compte dans quelle mesure l’évolution structurelle d’un secteur économique, les changements dans le mode de gestion d’un type de main d’œuvre, la transformation des réseaux interindividuels dans un espace urbain et en fin de compte la modification des identités sociales locales peuvent procéder d’un même mouvement historique.

*

  • 102 Y. Lequin, « Le métier », op. cit.

64Au terme de ce parcours, je retiens deux grandes idées. Au Portugal jusqu’au milieu du XXe siècle, le type de production et la nature du tissu industriel entraînent généralement une spécialisation limitée des professions. Ce contexte se reflète en particulier dans la faible diversité de la nomenclature professionnelle communément utilisée, notamment dans le secteur de la métallurgie. Une spécialisation dans certaines tâches entraînait rarement la formation d’une identité professionnelle spécifique. Le paysage social s’ordonne ainsi autour de quelques professions phares que l’on retrouve dans tous les lieux de production, et notamment dans les petits ateliers qui sont encore régis par le « système du métier ». Le deuxième enseignement de cette étude donne une toute autre image des formes de salariat au Portugal à cette époque. C’est en effet une impression de grande diversité et de complexité des statuts qui domine. Plus que la nature du « métier », c’est bien le type d’emploi qui définit la position sociale. Tous les secteurs d’activité semblent être concernés pas cette évolution. Pour les nouvelles professions comme électricien ou chauffeur, la nature de l’emploi devient un élément essentiel de définition d’identités sociales difficilement perceptibles dans les usages peu différenciés des dénominations communes. En somme, à cette époque, les métiers conservent parfois leur rôle de creusets identitaires, mais on se trouve déjà dans un monde où l’important est d’avoir un bon emploi102. Cette vision n’est pas neuve dans un contexte européen. Mais dans le cas portugais, les études réalisées jusqu’ici n’ont pas suffisamment insisté sur cette double réalité.

Notes

1 Américo da Graça, O Barbeiro através dos tempos e a sua decadência económica, Porto, 1926, 24 p. Cette brochure reprend le texte d’une conférence donnée en 1924 au siège de l’União dos Lojistas Barbeiros do Porto.

2 À Lyon à la fin du XVIe siècle, on emploie indistinctement les termes de barbier et de chirurgien pour désigner la même activité. O. Zeller, Les recensements lyonnais…, op. cit., p. 168.

3 Alain Desrosières, Laurent Thévenot, Les catégories socioprofessionnelles, op. cit., p. 31.

4 Y. Lequin, S. Vandecasteele, « Pour une histoire sociale de l’entreprise », introduction à L’usine et le bureau. Itinéraires sociaux et professionnels dans l’entreprise, XIXe et XXe siècles, Lyon, P.U.L./Centre Pierre Léon, 1990, pp. 5-17.

5 Ibid., pp. 15-17. Je me réfère ici aux travaux réalisés dans le cadre de l’axe de recherche « Lieux et acteurs de l’industrialisation, XVIIIe-XXe siècle », Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, UMR 5599 du CNRS. Quelques éléments de réflexion issus d’études récentes dans : Sylvie Schweitzer (dir.) « Métiers et statuts », Bulletin du Centre Pierre Léon, no 1-2, 1999. Pour le XXe siècle, avec différentes approches conjuguant l’histoire de longue durée et la démarche ethnographique : « Recomposition du salariat », Genèses, no 42, mars 2001.

6 Pour un bilan sur ces recherches : « The meaning and measurement of skill », Work and Occupations (special issue), ed. by Steven Peter Vallas, vol. 17, no 4, 1990.

7 Steven Peter Vallas, « The Concept of Skill, a critical review », in « The meaning and measurement of skill », op. cit., p. 381.

8 Kenneth I. Spenner, « Skill, Meanings, Methods, and Measures », in « The meaning and measurement of skill », op. cit., pp. 399-421.

9 Steven P. Vallas, op. cit., p. 387.

10 Ronnie J. Steinberg, « Social Construction of Skill. Gender, power, and comparable worth », dans « The meaning and measurement of skill », op. cit., pp. 449-482.

11 Trois démonstrations particulièrement réussies bien que de nature très différente : Marie-Emmanuelle Chessel, La publicité. Naissance d’une profession, 1900-1940, Paris, CNRS Éditions, 1998, 252 p. ; Dominique Kalifa, Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherches en France, 1832-1942. Paris, Plon, 2000, 334 p. ; Delphine Gardey, La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau (1890-1930), Paris, Belin, 2001, 336 p. Ces recherches sur les professions ne se limitent pas à l’époque contemporaine, comme le montre la série de comptes rendus d’ouvrages publiée il y a quelques années par les Annales. Annales HSS, no 2, mai-juin 1999, pp. 507-553.

12 Jürgen Kocka, Les employés en Allemagne 1850-1980 : Histoire d’un groupe social, Edition EHESS, Paris, 1989, 220 p. (édition originale : Die Angestellten in der Deutschen Geschichte 1850-1980, 1981). Si ces questions sont généralement abordées sur la longue durée, les groupes sociaux peuvent aussi avoir une existence plus éphémère mais tout aussi marquante dans un contexte national précis, c’est le cas par exemple des employés du secteur privé en Hongrie avant la Seconde Guerre mondiale : Zsombor Body, « La formation du groupe social des « Magántisztviselö » en Hongrie 1890-1930 », Genèses, no 42, mars 2001, pp. 106-120.

13 Un ensemble de processus qu’on retrouve par exemple autour des métiers du soudage : Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, « Les métiers du soudage en France et la création de filières de formation », Le Mouvement Social, no 193, octobre-décembre 2000, pp. 29-59.

14 Delphine Gardey, « Du veston au bas de soie : identité et évolution du groupe des employés de bureau (1890-1930) », Le Mouvement social, no 175, 1996, pp. 55-77.

15 D’où la difficulté d’exporter les modèles et les manières de faire dans ce domaine. André Grelon, « Genèse des métiers modernes », Le Mouvement Social, no 193, octobre-décembre 2000, pp. 3-7. Pour une optique de comparaison internationale, dans le même numéro de cette revue : Élisabeth Touchet, « La création de l’arsenal de Yokosuka : la naissance de corps d’ingénieurs et d’ouvriers d’État au Japon », pp. 9-27.

16 Des études sur l’impact du marché de l’emploi et du système éducatif sur l’organisation du travail ont été menées. Steven P. Vallas, « The Concept of Skill… », op. cit., pp. 389-390.

17 A. Desrosières, Laurent Thévenot, op. cit., p. 28.

18 Il s’agit en effet d’un champ de recherche assez peu exploré, notamment par les historiens. La sociologie du travail portugaise est par ailleurs active. La revue Sociologia : Problemas e Práticas publie régulièrement un état des lieux sur la question.

19 Compte tenu de la nature de l’univers social d’Alcântara, mon attention s’est surtout portée sur le petit salariat et notamment les ouvriers. Les autres groupes sociaux ont pu faire l’objet, ici ou là, de recherches éparses. Voir par exemple : Maria Paula Pires dos Santos Diogo, A construção de uma identidade profissional : a associação dos engenheiros civis portugueses 1869-1937, Dissertação de Doutoramento em História e Filosofia das Ciências, Universidade Nova de Lisboa – Faculdade de Ciência e Tecnologia, Lisbonne, 1994, 472 p. ; Helena Costa Araújo, Pioneiras na Educação. As Professoras Primárias na Viragem do Século. 1870-1933, Lisbonne, Instituto de Inovação Educacional, 2001, 431 p.

20 Ce domaine de recherche a connu de profonds renouvellements. C’est aussi l’aspect structurel et organisationnel qui a pu attirer l’attention. On se reportera en particulier aux travaux de Maria de Fátima Patriarca, A questão social no salazarismo 1930-1947, Lisbonne, Imprensa National – Casa da Moeda, 1995, 2 vols. 336 p. et 315 p. Du même auteur, sur la grève générale de 1934 : Sindicatos contra Salazar. A revolta do 18 de Janeiro de 1934, Lisbonne, Imprensa de Ciências Sociais, 2000, 556 p. Un bilan de ces recherches a été fait dans mon mémoire de D. E. A. : Frédéric Vidal, La formation d’une culture politique : les ouvriers de Lisbonne au début du XXe siècle (1900-1926), D. E. A. d’histoire contemporaine, Université Lumière Lyon II, 1996, 113 p.

21 Maria Filomena Mónica, Artesãos e operários, Lisbonne, Edições do Instituto de Ciências Sociais da Universidade de Lisboa, 1986, 228 p.

22 Ibid., p. 207.

23 M. F. Mónica a contribué par ailleurs à dresser un inventaire précis de la presse ouvrière portugaise. Maria Filomena Mónica, Luís Salgado de Matos, « Inventário da imprensa operária (1834-1934) », Análise Social, no 67-68-69, 1981, pp. 1013-1078.

24 M. F. Mónica, Artesãos…, op. cit., p. 107. On ne comprend pas bien pourquoi l’auteur choisit plus particulièrement cette date comme moment fondateur. Si la création du syndicat unique marque sans nul doute un passage important dans la création d’une « identité de classe », le processus qui en est à l’origine est passé sous silence. L’auteur retrace seulement les soubresauts de la marche vers l’unité syndicale, de la toute fin du XIXe siècle au lendemain de la Première Guerre mondiale. L’étude que Rui Manuel Brás a consacrée aux cordonniers de Lisbonne suit le même type de raisonnement. Rui Manuel Brás, « Os sapateiros de Lisboa e o liberalismo económico (1850-1926) », Ler História, no 34, 1998, pp. 85-104.

25 João Freire, Anarquistas e Operários. Ideologia, Ofício, e Práticas sociais : o anarquismo e o operariado em Portugal 1900-1940, Lisbonne, Ed. Afrontamento, 1992, 439 p.

26 J. Freire, Anarquistas e Operários…, op. cit., chapitre 2 : « As Profissões », pp. 81-117.

27 Ibid., p. 82.

28 João Freire a aussi recueilli de nombreux témoignages oraux dont les cassettes sont conservées par l’Arquivo Histórico Social, dans les locaux de la Bibliothèque nationale à Lisbonne.

29 Ibid., p. 95. Souvenons-nous des biscuitiers. Dans l’industrie alimentaire, João Freire note que la main-d’œuvre est généralement composée d’un noyau stable d’ouvriers qualifiés qui exercent des fonctions à hautes responsabilités et d’un groupe beaucoup plus vaste de travailleurs peu qualifiés dont l’effectif et la durée de présence au sein des entreprises sont très variables. Ici qualification et stabilité de l’emploi vont de pair. Ibid., p. 105.

30 Nuno Luís Madureira, « The word and the things : occupational titles in the wool industry of Covilhã, Portugal (1750-1850) », dans Diederiks, Herman et Balkestein (dir.), Occupational titles and their classification, Göttingen, Max Planck Institut für Geschichte, 1995, pp. 137-152 ; Nuno Luís Madureira, « O critério antropológico : categorias ocupacionais nos lanifícios da Covilhã », Ler História, no 30, 1996, pp. 97-119.

31 Nuno Luís Madureira (dir.), História do Trabalho e das Ocupações. Vol. I : A Indústira Têxtil, Oeiras, Celta Editora, 2001, 297 p.

32 A. F. da Costa, Sociedade de Bairro…, op. cit., pp. 358-370.

33 Maria Luisa Barbosa de Carvalho était la nièce d’une mécène de l’Institut.

34 Les bulletins de l’IOP, publiés à partir de 1928, permettent de retracer les grandes lignes de l’action de l’Institut. Entre avril 1928 et décembre 1938 sont publiés 26 numéros du Boletim do Intituto de Orientação profissional « Maria Luísa barbosa de Carvalho » (Boletim IOP). À la mort de Faria de Vasconcelos en 1940, une nouvelle série voit le jour. L’IOP est toujours en activité à Lisbonne.

35 Faria de Vasconcelos, « A escolha da profissão », IOP-ANTT, s.d.

36 De 1933 à 1937, l’IOP publie 18 brochures. Il ne s’agit pas uniquement de monographies professionnelles. Certaines traitent du fonctionnement général de l’Institut, d’aspects particuliers de la procédure de l’orientation professionnelle (les tests psychologiques, les critères de choix des élèves, etc.).

37 Cette documentation est rassemblée dans les archives de l’IOP déposées, pour la période allant de la fondation de l’Institut aux débuts des années cinquante, aux Archives Nationales Torre do Tombo (IOP-ANTT). Les archives de l’IOP ne se limitent pas à cette enquête. Je n’ai examiné qu’une petite partie de la documentation présente. On y trouve aussi les registres d’examens d’orientation professionnelle et plusieurs centaines de dossiers d’épreuves des candidats, ainsi qu’une correspondance abondante qui montre l’importance de cette institution dans les années 1930 et 1940.

38 Certaines professions ont fait l’objet de plusieurs enquêtes effectuées par différents fonctionnaires. C’est le cas en particulier des tailleurs, menuisiers, électriciens et typographes. Rapport, IOP-ANTT, s.d.

39 E. Costa, « Inquéritos », Boletim IOP, no 1, avril 1928, pp. 67-71.

40 A priori cette série d’enquêtes devait s’intéresser à l’ensemble du Portugal. Dans les faits, il semble que ce soit surtout le contexte lisboète qui ait été retenu. Il est parfois fait référence à Porto, ou à une opposition entre villes et campagnes ou « grandes » et « petites » villes dans certains cas.

41 Lettre E. Costa, 12-01-1926, IOP-ANTT.

42 Entre 1933 et 1937, les monographies professionnelles de l’IOP sont publiées dans l’ordre suivant : o serralheiro civil, o compositor tipógrafo manual, o alfaiate, o montador electricista, o entalhador, a modista de vestidos, a bordadora, o serralheiro mecânico. Il semble par ailleurs qu’une partie des résultats des enquêtes de l’IOP ait été perdue. Certains rapports évoquent l’existence de fiches sur des professions. Ces fiches auraient été remises à la direction de l’Institut mais ne figurent pas dans les archives consultées.

43 La démarche originale de l’IOP a débouché sur un projet plus ambitieux d’histoire des professions, à travers la création d’un « musée des activités professionnelles » qui aurait eu pour objectif d’étudier « l’organisation du travail dans ses aspects les plus variés et complexes ». Eduardo Marrecas Ferreira, « Museu das Actividades Profissionais – Evolução das Profissões – Sua Arqueologia », Boletim IOP, 1935, no 23, pp. 39-49.

44 Avant cette date, à ma connaissance, le seul document officiel qui rassemble des données brutes sur des professions émane de la Direction générale des contributions directes. Il s’agit d’un tableau qui récapitule le « nombre d’industries et de professions, par ordre alphabétique, collectées dans les districts du continent du royaume (1879-1880) ». Le titre de ce tableau est ambigu. Ce document mélange en effet dans une même série statistique des professions et des entreprises. La distinction entre artisans et ouvriers est par exemple effectuée sur une base fiscale et non en fonction d’une différence de statut professionnel. Ministério das Obras Públicas do Comercio e da Industria/Repartição de Estatística, Anuário Estatístico de Portugal - 1884, 1886, Tableau 14.

45 Taxas de Remuneração de Trabalho oficialmente estabelecidas 1934-1944, INE, Lisbonne, 1945, 483 p.

46 Fátima Patriarca, A questão social no Salazarismo…, op. cit., vol. 1, 2  partie. La principale conséquence de l’instauration de l’ETN est la mise en place d’un nouveau corporatisme, avec la fin des libertés syndicales, un seul syndicat par profession et par district étant officiellement reconnu.

47 Cette publication est le résultat partiel d’une enquête lancée en 1939 et qui devait être menée sur la base des données contenues dans les feuilles de paie. Mais l’administration s’est heurtée aux problèmes posés par la grande dispersion de la source et par la nature de la structure industrielle du pays, essentiellement des petites unités de production. En guise d’étape intermédiaire ont donc été publiées les données portant uniquement sur les salaires fixés officiellement. En introduction à ce volume, l’INE annonce la publication prochaine du reste de l’enquête. Je n’en ai pas trouvé la trace.

48 Huit types d’accords ont été recensés : accords collectifs de travail, accord de travail, contrat collectif de travail, contrat collectif sur les salaires, contrat collectif de travail, conditions de travail, conventions de travail, arrêté sur les salaires minimums.

49 M. Verret, La culture ouvrière, op. cit.

50 Susanna Magri, Christian Topalov, « Pratiques ouvrières et changements structurels dans l’espace des grandes villes du premier XXe siècle. Quelques hypothèses de recherche », dans Villes ouvrières 1900-1950, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 18. Voir aussi Y. Lequin, « À propos de l’identité des groupes ouvriers », op. cit., notamment pp. 371-372.

51 Rapports de Manuel Subtil, 12-06-1922 et 21-06-1922, IOP-ANTT.

52 Ibid.

53 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, Paris, Armand Colin, 1989, pp. 146-148.

54 J. Freire, op. cit., p. 92.

55 Ibid., p. 95.

56 Rapport de Manuel Subtil, 21-06-1922, IOP-ANTT.

57 Manual de Serralharia Mecânica, Lisbonne, Biblioteca de Instrução Profissional, s.d., p. 4.

58 Faria de Vasconcelos, Manuel Subtil, Fernando da Costa Cabral, O Serralheiro Mecânico, Lisbonne, IOP, 1938, p. 4.

59 E. Costa, « Inquéritos », Boletim IOP, 1928, no 1

60 Manual de Serralharia Mecânica, Biblioteca de Instrução Profissional, Lisbonne, s.d., p. 3. Les verbes « entraîner » et « répéter » sont en italique dans le texte original.

61 J. Freire, ibid., p. 177.

62 F. de Vasconcelos, E. Costa, F. da Costa Cabral, O Serralheiro Civil, op. cit., p. 12. L’IOP évalue à 3 000 le nombre de serralheiro civil au Portugal, dont 1 200 à Lisbonne, et à 7 000 le nombre de serralheiro mecânico, dont 4 000 à Lisbonne.

63 Il s’agissait de l’Empresa Industrial Portuguesa installée à Santo Amaro – cf. chapitre 1.

64 Sur l’ensemble du territoire portugais, Fernando Rosas a recensé une vingtaine d’entreprises dans le secteur de la métallurgie et de la mécanique, qui emploient à la fin des années 1930 chacune plusieurs centaines de salariés. À cette époque, Alcântara n’est plus en pointe dans ce secteur d’activité. La grande industrie est alors en recul dans le quartier. Ce type de production se concentre à l’extrême périphérie de l’agglomération et notamment sur la rive sud du Tage. Fernando Rosas, « O Estado Novo (1926-1974) », dans História de Portugal, sous la direction de José Mattoso, Lisbonne, Círculo de Leitores, 1994, vol. 7, p. 75.

65 Faria de Vasconcelos, Investigações Experimentais X : « Os motivos da escolha da carreira, estudo de 600 processos de alunos », Lisbonne, IOP, 1934, 13 p.

66 La construction navale portugaise possède une longue tradition qui remonte aux temps des Grandes Découvertes. L’activité se maintient jusqu’aux années 1930, avec une forte poussée au moment de la Première Guerre mondiale. En 1936, le dernier navire de guerre construit par l’Arsenal de la Marine de Lisbonne est achevé. Peu après, l’activité est transférée à Alfeite, sur la rive sud du Tage. M. F. Mónica, Artesãos e operários, op. cit., pp. 113-115 ; Carlos Gomes de Amorim Loureiro, Estaleiros Navais Portugueses - I Arsenal da Marinha, Lisboa, 1960, 102 p.

67 A Candidatura d’um operário, s.d., BN-RES.

68 Emídio Santana, Memórias de um militante anarco-sindicalista, Lisbonne, Perspectivas e Realidades, 1985, p. 42. Emídio Santana parle des « quadros » qui régulent les conditions de travail. Le mot fait à la fois référence au statut mais aussi au personnel qui en bénéficie. Appartenir aux « quadros », c’est être embauché définitivement par l’entreprise, avec un contrat.

69 Je fais référence ici à un personnage du Galã d’Alcântara. Armando Ferreira, O galã d’Alcântara, op. cit. L’armée portugaise gérait aussi d’autres établissements industriels où étaient produits des biens de consommation courante : alimentation, matériel, armement, etc. Ces établissements ont pu aussi générer une grande diversité d’emplois et de statuts.

70 Les montants des salaires et des pensions sont indiqués en escudo (symbole $).

71 Les noms des entreprises concernées ne sont pas précisés. Nous ne connaissons que le secteur d’activité. Nous pouvons au passage souligner la différence de salaire entre un ouvrier de métier, dans ce cas serralheiro, et un ouvrier spécialisé (oficial especializado) : à Lisbonne le salaire dans une fabrique de métallurgie va de 8 $ 80 pour un ouvrier spécialisé de 2e classe à 10$ 40 pour un ouvrier spécialisé de 1re classe (arrêté sur les salaires minimaux de 1943).

72 Pour paraphraser Michel Verret, qui faisait la même remarque à propos des formes de culture.

73 Pour une histoire de l’implantation de l’énergie électrique au Portugal : Paulo de Barros, História da Electricidade, Lisbonne, Seara Nova, 1939, 88 p. ; Mário Mariano, História da Electricidade, Lisbonne, A. P. Edições, 1993, 215 p.

74 Pour les références exactes : Daniel Marques, Memorandum do Electricista, 3 éditions : 1916, 1924, 1938 ; H. Pinto Morais Sarmento, Novo Manual do Electricista, Biblioteca de Instrução Profissional, 2 éditions : s.d., 1939 ; Olivia Junior, A Chave da Electricidade, Biblioteca de Ensino Técnico, 1933 ; Faria de Vasconcelos, Manuel Subtil, Fernando da Costa Cabral, Monografias profissionais IV : O Montador Electricista, Lisbonne, IOP, s.d.

75 D. Marques, Memorandum do Electricista, Lisbonne, 3e édition, 1938, préface. L’édition concerne tous les pays de langue portugaise : le Portugal et ses colonies africaines mais aussi le Brésil.

76 IOP-ANTT.

77 E. Costa, « Elementos para uma monografia das indústrias eléctricas », février 1926, IOP-ANTT. Dans l’industrie textile, les électriciens sont très présents au XXe siècle, comme toutes les professions qui assurent la maintenance des machines. Pour ces fonctions, les répartitions entre les différentes professions changent au fur et à mesure de la diffusion des progrès techniques : au XXe siècle, les serruriers et les électriciens remplacent peu à peu les menuisiers. N. L. Madureira (dir.), História do Trabalho…, op. cit., pp. 208-210.

78 Lettre E. Costa, 15-12-1926, IOP-ANTT.

79 F. de Vasconcelos, M. Subtil, F. da Costa Cabral, O Montador Electricista, op. cit., p. 5.

80 Ibid. Je reprends ici les termes de la brochure publiée par l’IOP.

81 E. Costa, « Elementos para uma monografia das indústrias eléctricas », février 1926, IOP-ANTT.

82 Une remarque d’E. Costa à propos du regroupement des professions de l’électricité dans le syndicat de la métallurgie. E. Costa, « Elementos para uma monografia das indústrias eléctricas », février 1926, IOP-ANTT.

83 Ces problématiques sont développées dans le dossier « Amateurs et professionnels » de la revue Genèses, no 36, septembre 1999. Voir notamment la présentation de Florence Weber et d’Yvon Lamy, pp. 2-5.

84 Entre les amateurs et les professionnels, E. Costa distingue aussi une autre catégorie : les « semi-professionnels ». Rapport du 4-12-1925, IOP-ANTT.

85 Toutes ces citations sont extraites du rapport d’E. Costa de février 1926, IOP-ANTT.

86 Dans le répertoire de l’INE, on distingue les « motoristas de veículos automóveis » et les « motoristas (outros) ». Il est difficile de connaître la fonction exacte de ces derniers. La plupart étant employés dans l’industrie des métaux, on peut penser qu’il s’agit en fait d’ouvriers spécialisés dans l’utilisation de certaines machines. INE, Taxas de remuneração…, op. cit. p. 340.

87 Rapport d’E. Costa, « Chauffeur de automóveis », décembre 1926 – IOP-ANTT.

88 Ibid.

89 Op. cit. p. 14.

90 INE, Taxas de remuneração…, op. cit., p. IX. En novembre 1909, la société « Empreza de Automóveis de Aluguer » met en service dans les rues de Lisbonne six voitures munies de taximètres. Ce sont les premiers taxis de la capitale. D’après António Paes de Sande e Castro, A Carris e a expansão de Lisboa – Subsídios para a História dos Transportes Colectivos da Cidade de Lisboa, Musée de la Carris, étude dactylographiée, 1956, 3e partie, chap. I.

91 Dans le secteur des chemins de fer, pour chaque accord est précisé le nom du réseau concerné : réseau de la Beira Alta, réseau de la Companhia Nacional de Caminhos de Ferro, réseau de la Companhia dos Caminhos de Ferro Portugueses, réseau de la région nord, réseau de la Sociedade Estoril, réseau du Vale de Vouga.

92 La contribution la plus importante à l’histoire de la Carris demeure à ce jour inédite. Il s’agit de l’étude d’un employé de la compagnie dans les années 1950, António Paes de Sande e Castro. Un exemplaire dactylographié peut être consulté à la bibliothèque du Musée de la Carris à Lisbonne. Un chapitre est consacré au personnel de l’entreprise dans les années 1950. Jusqu’à aujourd’hui, l’histoire de la Carris a surtout été étudiée sous l’angle de la problématique des transports urbains. Depuis quelques années, la société Carris a développé une politique de valorisation de son patrimoine historique. L’inauguration en 1999 du Musée de la Carris à Santo Amaro et l’ouverture au public – encore partielle au moment où j’y ai eu accès – d’une bibliothèque et d’une partie des archives, devraient encourager les initiatives des chercheurs. António Paes de Sande e Castro, A Carris e a expansão de Lisboa – Subsídios para a História dos Transportes Colectivos da Cidade de Lisboa, Musée de la Carris, étude dactylographiée, 1956, xxx p. ; António Lopes Vieira, Os Transportes Públicos de Lisboa Entre 1830 e 1910, Lisbonne, Imprensa Nacional/Casa da Moeda, 1982.

93 Diário do Governo, II série, no 44, 22 février 1943. Des rectifications sont publiées dans le Diário do Governo, II serie, no 130, 5 juin 1943.

94 Respectivement : serralheiros, carpinteiros, funileiros, fundidores et pintores.

95 J’indique ici les salaires des ouvriers de métier (oficiais) qui sont supérieurs à ceux des aides (ajudantes) et des ouvriers en second (meios oficiais).

96 A. P. de Sande e Castro, A Carris e a expansão de Lisboa…, op. cit., 1ère partie, chap. X.

97 Ibid., 4e partie, chap. V.

98 Elles ont d’ailleurs été arrachées après de violents conflits entre le personnel et la direction de la compagnie. J’y ai fait allusion dans le 1er chapitre. Durant la période républicaine, la Carris n’est pas toujours une entreprise modèle sur le plan social. À titre d’exemple, la journée de 8 heures n’est appliquée par la compagnie qu’en novembre 1919, soit sept mois après la publication d’une loi qui rend obligatoire cette disposition (loi du 10 mai 1919). Sur le contexte inflationniste de cette période, on se reportera à l’article de Miriam Halpern Pereira, « Niveaux de consommation et niveaux de vie au Portugal (1874-1922) », Annales ESC, mars-juin 1975, pp. 610-631.

99 Ce chiffre tient compte de l’effectif des employés et des membres de leurs familles. Companhia Carris de Ferro de Lisboa, 50 anos de tracção eléctrica, Lisbonne, 1951, p. 25.

100 A. F. da Costa, Sociedade de Bairro…, op. cit., pp. 358-370.

101 Cette évolution du groupe social des dockers n’est pas spécifique au Portugal. Les problèmes posés par la gestion de la main d’œuvre dans cette profession où le travail est irrégulier, ou par le rôle des syndicats dans la définition des statuts se retrouvent dans d’autres contextes nationaux et notamment en France : Michel Pigenet, « Les dockers, retour sur le long processus de construction d’une identité collective en France, XIXe-XXe siècles », Genèses, no 42, mars 2001, pp. 5-25.

102 Y. Lequin, « Le métier », op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540