Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitants d’Alcântara

 | 
Frédéric Vidal

Troisième partie. Identités et représentations professionnelles

Chapitre 5. Les modes de déclaration

Texte intégral

1Tout comme la déclaration de la résidence est loin de nous renseigner pleinement sur la nature du lien établi avec un territoire, la déclaration de la profession ne donne qu’une indication imparfaite du statut professionnel de chaque individu. Dans les documents que j’analyse, la profession des individus apparaît comme un renseignement secondaire. Les registres paroissiaux puis les actes de l’état civil ont pour unique objectif d’enregistrer des actes civils ou religieux – des naissances ou des baptêmes, des mariages et des décès – en identifiant au mieux les parties en présence. Dans sa conception, ce corpus documentaire a donc une dimension purement démographique. Les professions ne sont mentionnées que parce qu’elles donnent des informations supplémentaires sur l’identité de chaque individu. Elles font partie de l’identité des personnes, au même titre que le nom, la date et le lieu de naissance et l’adresse. De nos jours, l’état civil portugais ne mentionne d’ailleurs plus la profession des parents ou des témoins dans les actes de naissance.

  • 3 Claude Motte et Jean-Pierre Pélissier, « La binette, l’aiguille et le plumeau. Les mondes du travai (...)

2Pour étudier la structure professionnelle d’une population, les historiens se réfèrent généralement à des enquêtes industrielles ou à des données statistiques souvent issues de recensements. Dans ce cas, le chercheur doit se poser la question de la méthode utilisée par les enquêteurs ou par les agents recenseurs : les modes opératoires, les modèles scientifiques ou idéologiques qui transparaissent dans la présentation des informations brutes, le type de classification adoptée. En travaillant à partir de données des registres de l’état civil, je peux espérer limiter les médiations qui contribuent à dissimuler la réalité des positions sociales. La matière que j’étudie est en effet issue de déclarations spontanées. Le premier réflexe face à cette information est de souligner sa dimension humaine, qui apparaît comme un gage de restitution fidèle des vécus individuels3. Cette première impression ne résiste pas à un examen plus approfondi. De nombreux indices signalent l’influence des usages culturels et des pratiques administratives dans la rédaction des déclarations professionnelles. Les mécanismes en jeu sont complexes et multiformes. Ils se déclinent souvent en fonction des types de populations – rurales ou urbaines –, des espaces régionaux ou nationaux. Surtout, contrairement aux méthodes des recensements et des enquêtes, ils n’ont pas laissé de trace écrite.

  • 4 Je pense notamment aux textes réunis dans : J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), La société française (...)

3Le parcours a déjà été défriché et je ne suis pas entièrement en terrain inconnu4. Dans un premier temps, l’objectif de ce chapitre est de mesurer la valeur et la validité des informations et, éventuellement, d’examiner les possibilités de contrôle. Le chapitre s’ouvre sur la constatation la plus évidente qui résume à elle seule toute l’ambiguïté de cette source : la quasi-absence d’informations sur les professions des femmes.

1. Avoir une profession, un privilège masculin

4L’étude des déclarations professionnelles des femmes doit suivre un cheminement particulier. Elle revient en effet essentiellement à examiner les raisons d’une absence de déclaration. Ce n’est pas le travail féminin qui surgit au détour des pages des registres de l’état civil, mais bel et bien un aspect du regard que la société portugaise a pu porter sur celui-ci. Dans les actes de l’état civil d’Alcântara de la première moitié du XXe siècle, ce regard se fige dans une déclaration stéréotypée : doméstica. Il serait vain de voir dans les déclarations des femmes des indices de la position sociale des couples. Plus que sur l’emploi féminin, je suis donc amené à me pencher sur des pratiques administratives. Pour cette raison, il était inutile de traiter séparément les déclarations des mères et des marraines.

  • 5 Regulamento do Registo Paroquial, op. cit., p. 35.
  • 6 Ibid., p. 36.
  • 7 Código do Registo Civil, op. cit., p. 51.
  • 8 Rappelons que toutes ces déclarations sont de simples déclarations orales, qui ne nécessitent aucun (...)

5La formulation des règlements des registres paroissiaux et civils témoigne du manque d’intérêt porté à l’enregistrement de la profession des femmes. Les deux textes qui me servent de référence, les règlements de 1862 de 1932, pèchent tous les deux par leur manque de précision. L’article 13 du règlement du registre paroissial de 1862 stipule que l’acte de baptême doit donner le « nom, le prénom des parents, leur profession, leur lieu de naissance, la paroisse où ils ont célébré leur mariage, la paroisse de leur domicile, et leur adresse »5. Plus loin, l’alinéa 10 du même article définit la nature des informations recueillies sur le parrain et la marraine : le nom, le prénom et la profession du parrain et, curieusement, seulement le nom et le prénom de la marraine6. Dans l’esprit des rédacteurs du règlement, la profession de la marraine était donc jugée superflue. Le règlement de 1932 n’est guère plus explicite. Lui aussi parle de la déclaration de la « profession des parents » et les témoins doivent indiquer leur nom, état civil, profession et domicile7. Un des témoins étant généralement la marraine de l’enfant, je peux espérer obtenir par ce biais des indications sur la profession de la marraine. La mention de la profession des mères et des marraines ne fait donc pas l’objet de disposition particulière. En dehors du cas des marraines des actes de baptême, une application scrupuleuse du règlement aurait dû conduire à un enregistrement des professions des femmes comme de celles des hommes. Les faits montrent que les ecclésiastiques, et surtout les officiers de l’état civil, ont interprété l’expression « profession des parents » comme signifiant la seule profession des pères8.

a) Des mères et des marraines « domésticas »

  • 9 Michelle Perrot (dir.), « Métiers de femmes », Le Mouvement social, no 140, juillet-septembre 1987.

6Les études sur le monde du travail conduisent encore souvent à des lectures séparées des phénomènes, en fonction des catégories sexuelles. Depuis longtemps, les historiens ont souligné la spécificité des « métiers de femmes »9, notamment à l’époque contemporaine. Cette singularité résiste aux mutations économiques – de la toute puissance de l’industrie textile au développement des emplois dans le secteur tertiaire à partir de la fin du XIXe siècle – et renvoie au partage plus ou moins strict des rôles dans les sociétés occidentales, entre univers masculin (le travail) et féminin (la famille). Les données brutes directement puisées dans les sources donnent une perception immédiate de la différence de statuts sociaux entre les hommes et les femmes. Dans mon cas, je pourrais résumer mes résultats en une formule laconique : les hommes (pères ou parrains) ont une profession, les femmes (mères ou marraines) n’en ont pas.

  • 10 Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir, op. cit., p. 34.
  • 11 Virgínia do Rosário Baptista, As Mulheres no Mercado de Trabalho em Portugal : Representações e Quo (...)
  • 12 Ibid., p. 15.
  • 13 Dans le quartier du Soleil, plus de la moitié des actives sont des jeunes filles ou des jeunes femm (...)
  • 14 Se pose le problème de la présentation des données et notamment de la traduction de la terminologie (...)

7Dans leurs approches sur les univers féminins des sociétés passées, les historiens et historiennes continuent bien souvent à utiliser des catégories adaptées au seul monde masculin. Il y a quelques années, Jean-Paul Burdy soulignait déjà que des catégories comme « l’activité » et « l’inactivité » ne permettaient pas d’apprécier « l’évolution longitudinale des flux d’entrée et de sortie qui caractérisent le travail des femmes »10. Comment appréhender ces parcours discontinus qui mettent à mal la notion même de carrière, implicite dans l’examen des statuts professionnels masculins ? La longue discussion menée par Virgínia do Rosário Baptista sur les catégories utilisées dans les recensements portugais entre 1890 et 1940 s’inscrit dans cette réflexion11. Pour les femmes, plusieurs questions se posent avec une particulière insistance : comment définir le concept de femme active ? Doit-il faire uniquement référence au travail rémunéré ? Dans un tel cas, comment classer les emplois auxiliaires qui correspondent à des « activités de production dans la sphère familiale » et les femmes désignées comme « domestiques » (domésticas) qui sont « prestataires de biens ou de services gratuits, exclus de la sphère marchande » ?12 Chez les femmes davantage que chez les hommes, la situation professionnelle doit être aussi analysée en fonction du déroulement du cycle de vie. Le mariage ou la maternité entraînent souvent une mise à l’écart, plus ou moins définitive, du monde du travail13. Dans mon étude, le fait d’observer le statut professionnel des femmes au moment où celles-ci connaissent la maternité n’est pas sans importance. Il peut s’agir d’un biais susceptible d’influencer la nature des résultats. La profession des marraines pourrait alors servir de contrepoint et de contrôle14.

8Quand une activité est attribuée aux mères ou aux marraines de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa, dans l’immense majorité des cas, et systématiquement pour les mères de la période 1930-1939, il s’agit de celle de doméstica. J’ai bien distingué l’absence de déclaration – rien n’est indiqué au sujet de la profession de la mère ou de la marraine – des mentions comme doméstica (tableaux 5.1 et 5.2), qui peuvent être interprétées comme une absence de profession. À Alcântara, la manière d’enregistrer la profession des femmes mères change radicalement entre le début du siècle et les années trente. J’ignore la majeure partie des statuts professionnels des mères de la première période. Pour 95 % des mères de la Rua da Cruz et 97 % des mères de la Rua Feliciano de Sousa, il n’existe aucune mention. Deux décennies plus tard, toutes les mères du corpus sont « domésticas ». Ce non-enregistrement de la profession des femmes n’est pas uniquement lié à la maternité. Je n’ai en effet guère plus de renseignements sur les professions ou sur les statuts professionnels des marraines qui sont souvent des jeunes filles. Pour le début du siècle, l’explication peut être assez simple. L’ecclésiastique qui rédigeait les actes n’avait pas en effet pour consigne de recueillir la profession des marraines et, sur ce point, il suivait semble-t-il le règlement à la lettre. Mais dans les années trente, les marraines sont elles aussi, dans une proportion supérieure à 90 %, domésticas. Je peux donc paradoxalement avancer l’hypothèse d’une affirmation du statut social spécifique des mères durant les premières décennies du XXe siècle. Au début du siècle, c’est l’absence de réponse qui domine et la plupart des mères n’ont aucun statut social. À cette époque, le fait que ces femmes puissent ou non exercer une profession apparaît comme un élément négligeable dans la définition de leur identité. Au contraire, dans les années trente, toutes les mères acquièrent une identité sociale, celle de doméstica.

Tableau 5.1. : Les professions des mères (effectifs - toutes mentions confondues)

Tableau 5.1. : Les professions des mères (effectifs - toutes mentions confondues)
  • 15 Effectif inférieur à celui des mères car certains actes ne mentionnent pas l’existence d’une marrai (...)

Tableau 5.2. : Les professions des marraines (effectifs - toutes mentions confondues)15

Tableau 5.2. : Les professions des marraines (effectifs - toutes mentions confondues)15
  • 16 Pour la période 1900-1910, je tiens compte de la déclaration doméstica, deux occurrences pour la Ru (...)

9Parmi les quelques professions féminines recueillies, j’exclus d’emblée les deux professions masculines – travailleur et marin – déclarées par des marraines dans les années trente. Il s’agit vraisemblablement d’erreurs commises par l’officier de l’état civil lors de la rédaction de l’acte. Dans les deux cas, les parrains exerçaient la même profession que les marraines. Ce paragraphe devrait avoir pour objectif de présenter quelques observations au sujet de l’évolution du travail féminin dans les deux rues. Mes résultats sont maigres et discontinus d’une période à l’autre. Je peux cependant m’interroger sur la particularité de ces femmes qui déclarent une profession à l’état civil, adoptant ainsi un comportement assez exceptionnel. Malheureusement, rien ne semble distinguer ces femmes des autres. Pour les 23 mères qui ont déclaré une profession au début du siècle – 17 pour la Rua da Cruz et 6 pour la Rua Feliciano de Sousa –, il est impossible de déterminer une quelconque corrélation ni avec la profession des pères, ni avec l’origine des deux partenaires16. La faiblesse de l’effectif étudié rend de toute façon aléatoire une recherche de ce type. Seul un facteur quasi constant et donc improbable – tous les couples concernés seraient par exemple originaires d’Alcântara – pourrait être repéré. Le fait d’assister ou non à la rédaction de l’acte ne peut être tenu comme un facteur explicatif. Parmi ces mères qui ont une profession, aucune ne signe le registre de baptême. Rien n’atteste leur présence au moment de la déclaration.

  • 17 Nous verrons plus loin que, du côté des pères, le terme operário est bien plus fréquent au début du (...)
  • 18 M. Perrot, op. cit. ; S. Schweitzer, op. cit.
  • 19 C. Motte et J. P. Pélissier, op. cit.

10La plupart des mères qui déclarent une profession au début du siècle se disent « ouvrière » : 12 ouvrières pour 23 déclarations. Rua Feliciano de Sousa, trois de ces déclarations ont été effectuées par la même personne. Par trois fois, en 1900, 1903 et 1906, pour une mère originaire de Leiria, est mentionnée la profession d’operária (ouvrière). Le père originaire de Cascais déclare chaque fois exercer la profession de tecelão (tisserand). Il s’agit du seul cas de déclaration multiple concordante observable du côté des mères. Rua da Cruz, une seule mère possédant une profession – toujours celle d’ouvrière – effectue d’autres déclarations : en 1901, elle est ouvrière, puis en 1902 et 1904 elle n’a plus de profession, le père est chaque fois operário (ouvrier)17. En dehors des ouvrières, on peut repérer quelques femmes issues du monde des employées domestiques : criada de servir, et éventuellement doméstica. Les couturières et les vendeuses ambulantes de poisson sont aussi représentées, deux métiers typiquement féminins18. Dans les années trente, du côté des marraines, on voit poindre l’univers des « demoiselles »19 : étudiante, employée de commerce, ou même modiste et sage-femme diplômée. Cette dernière déclaration sonne comme un rappel de la part du travail féminin dans le processus de transformation des formes d’emploi et de construction de statuts complexes, sur la base de diplômes ou de formations officiellement reconnues. À partir de ces données, il est donc possible de repérer des signes de mutation de la société portugaise contemporaine. L’exercice est d’autant plus facilité que ces signes ne sont en rien spécifiques au contexte d’Alcântara ou de Lisbonne.

b) Pratiques administratives à l’usage des femmes : la diffusion de l’emploi de la catégorie doméstica

  • 20 Pour le cas français voir : Ibid., p. 260. Des variations régionales qui concernent aussi les noms (...)

11Comme le laissait présager le règlement des registres paroissiaux et le Code de l’état civil, peu de soin était apporté à l’enregistrement des professions ou des statuts professionnels des femmes. Dans ce domaine, l’évolution des pratiques, les habitudes personnelles des employés chargés de la rédaction des actes et les mentalités de l’époque jouent un rôle primordial. Une étude à une plus grande échelle permettrait certainement d’identifier des différences dans les modes de déclaration et d’enregistrement selon les régions et les milieux, notamment entre les villes et les campagnes portugaises20.

  • 21 Virgínia do Rosário Baptista, As mulheres no Mercado de Trabalho…, op. cit., notamment p. 16 et pp. (...)
  • 22 Ibid., p. 62.

12Virgínia do Rósario Baptista a retracé l’évolution des taxinomies professionnelles féminines utilisées dans les recensements portugais entre 1890 et 194021. Elle souligne la grande instabilité des critères de classification. Le terme portugais doméstica est ambigu : il peut aussi bien être traduit par ménagère que par travailleuse à domicile, ou encore par domestique. Dans les premiers recensements, la catégorie des « travaux domestiques » (trabalhos domésticos) n’est pas uniquement réservée aux femmes. Entre 1890 et 1925, cette nomenclature pouvait correspondre à des professions masculines : cocher, cuisinier, portier, garçon d’écurie ou même sacristain. Du côté des femmes, un doute persiste quant à la signification de l’expression « travail domestique ». En 1900, les instructions du recensement donnent l’exemple d’une famille modèle où « des femmes mariées, sans activité professionnelle spécifique, indiqueraient comme profession “travail domestique” ». Les instructions du recensement de 1925 précisent à leur tour que les « membres de la famille exerçant une activité de service à domicile non rémunérée doivent indiquer comme profession « services domestiques » (serviços domésticos) ». Finalement, ce n’est qu’en 1940 que le recensement distingue de façon explicite les femmes « domésticas », regroupées avec les individus de « conditions non professionnelles ». Cependant, dans ce même recensement, une catégorie intitulée « services domestiques et similaires » regroupe toutes les personnes des deux sexes qui exercent un travail à domicile (doméstico), rémunéré ou non22.

  • 23 Ibid., p. 154.
  • 24 Cf. S. Schweitzer, Les femmes ont toujours…, op. cit., chapitre II : « La cécité statistique ». Cet (...)

13Virigínia do Rósario Baptista replace l’évolution des catégories socioprofessionnelles utilisées lors des recensements dans le contexte politique de l’époque. Elle fait notamment référence à la mise en place progressive d’un régime autoritaire conservateur - la dictature militaire à partir de 1926, puis l’Estado Novo dans les années 1930 – qui aurait modifié les mentalités et l’idéologie dominantes23. Je serais pour ma part moins catégorique. L’occultation du travail féminin n’est pas spécifique aux recensements portugais des premières décennies du XXe siècle. Qu’il soit observé sur la base des listes nominatives des recensements ou dans les actes de l’état civil du XIXe siècle, ou même à travers des récits de vie, ce phénomène dépasse le simple cadre d’un contexte politique national24.

  • 25 Les recensements donnent malgré tout une vision plus contrastée du travail féminin. Virgínia do Ros (...)

14Les registres de l’état civil se révèlent donc peu loquaces sur la question du travail féminin. Il est clair que si mes résultats témoignent de pratiques administratives ou de modes de perception et de représentation du statut social des femmes, ils n’ont en revanche que peu de valeur sur le plan statistique25. À la lumière de la recherche de Virgínia Baptista, on peut penser que le terme doméstica n’a pas la même valeur au début du siècle et dans les années 1930. Dans le premier cas, les mères domésticas exercent probablement une fonction d’employée domestique. Vingt ans plus tard, le ou la déclarant(e) fait valoir à travers cette même déclaration le statut premier de « femme au foyer ».

15Peut-on néanmoins conclure à l’existence d’un processus qui a conduit au non-enregistrement absolu du travail féminin dans les années trente. L’occultation, déjà forte au début du siècle, devient en effet totale au cours de la seconde période d’observation. Ce processus serait déjà largement engagé à la fin du XIXe siècle. Sur ce point, je voudrais seulement apporter un élément de réflexion qui touche à l’existence probable de glissement de l’emploi de certains termes et catégories entre les recensements et l’état civil. Il semble que l’on puisse établir un lien entre l’utilisation systématique dans les années trente de la déclaration « doméstica » et la construction de cette même catégorie par l’administration chargée des recensements durant les premières décennies du XXe siècle. Les pratiques en cours dans l’administration de l’état civil, qu’elles soient considérées du point de vue des fonctionnaires ou du point de vue des usagers, peuvent donc être en phase avec les méthodes définies à l’occasion des recensements.

  • 26 Cette source a été utilisée dans le chapitre 1.
  • 27 L’INE (Instituto Nacional de Estatística) ne fut créé qu’en 1935. Sur l’histoire de la statistique (...)
  • 28 Código do Registo Civil, Decreto com força de lei de Fevereiro de 1911, Coimbra, 1911, Capítulo X, (...)
  • 29 Código do Registo Civil, Decreto de Dezembro de 1932, op. cit., Capítulo III, Art. 443.

16Dès le début du XIXe siècle, la production statistique du gouvernement portugais se basait en partie sur les données issues des registres paroissiaux. À la fin du siècle étaient publiés avec une certaine régularité les « Mouvements de la population » qui récapitulaient les nombres de naissances et de décès durant l’année écoulée26. Après une interruption entre 1896 et 1916, ces publications reprirent sous la Ie République. À la fin de la Monarchie, l’ecclésiastique chargé de la rédaction des registres paroissiaux devait donc communiquer les actes de décès et de naissance aux services qui centralisaient ces données statistiques27. Avec la généralisation de l’usage de l’état civil sous la Ie République, le lien entre les deux administrations s’intensifia. Le règlement de l’état civil de février 1911 prévoyait la communication par le conservateur ou l’officier de l’état civil de tableaux mensuels des statistiques des naissances, mort-nés, divorces, reconnaissances, légitimation et décès à la direction générale du ministère de l’Intérieur28. L’article 443 du Code de 1932 était encore plus contraignant. Les fonctionnaires de l’état civil devaient envoyer chaque lundi des relevés à la direction générale de la statistique. Là encore était fait mention des données relatives aux registres des naissances, mariages, décès et des mort-nés29.

  • 30 C. Motte et J. P. Pélissier, « La binette, l’aiguille,… », op. cit., p. 266. Cette comparaison entr (...)

17La communication des données de l’état civil ne concernait pas a priori les professions des individus. Mais j’ai mis en évidence un lien institutionnel qui a pu entraîner une diffusion des pratiques et des modes de représentation de la société. Il est évidemment difficile de déterminer l’influence de l’officier chargé de rédiger l’acte dans les déclarations des individus : la mention « doméstica » correspond-elle à une déclaration effective et spontanée des parents de l’enfant ou bien à l’inscription automatique d’une mention par l’administration ? Je pencherais évidemment pour la seconde solution. Tout comme les catégories utilisées dans les recensements, les statuts professionnels féminins tels qu’ils sont retranscrits dans les actes de l’état civil seraient donc eux aussi le reflet des modes de représentation dominants adoptés par le pouvoir administratif et politique. Malgré leur caractère a priori plus personnalisé et spontané, les déclarations professionnelles féminines à l’état civil d’Alcântara ne permettent pas de contourner les difficultés posées par l’emploi de catégories socioprofessionnelles préétablies et parfois inadaptées. Elles peuvent être elles-mêmes, par glissement, le reflet de ces mêmes catégories. Je reste cependant dans le cadre d’une hypothèse. Pour le cas français, Claude Motte et J.P. Pélissier ont souligné l’existence de phénomènes inverses. Selon ces auteurs, en recommandant de « donner aux femmes qui n’ont pas de profession particulière celle de leur mari, lorsqu’elles concourent à l’exercice de cette profession », les instructions du recensement de 1851 n’ont fait qu’entériner une évolution des mentalités déjà perceptible dans les déclarations faites à l’état civil. Au cours du XIXe siècle par exemple, les femmes ou les filles de cultivateurs se définissent de plus en plus souvent comme cultivatrices30.

*

18Dans cette première étape de l’analyse, j’ai pu constater que les registres de baptême ou de naissance de l’état civil ne permettent pas de retracer l’évolution de l’activité professionnelle des femmes. J’ai aussi mis en évidence la complexité du lien entre les déclarations et les positions socioprofessionnelles féminines effectives. Ce lien ne revêt pas un caractère systématique. Je ne peux évidemment pas exclure que les listes de professions masculines élaborées à partir des actes de l’état civil subissent les mêmes types de distorsions ou de filtrages. Cependant, contrairement aux mères et aux marraines, tous les pères – et tous les parrains, comme nous le verrons plus tard – ont une profession.

2. Du côté des pères, une liste de professions

19Je m’intéresse ici exclusivement à la profession des pères. Le dispositif que je mets peu à peu en place vise en effet à orienter la recherche sur les liens professionnels entre les pères et les parrains. Je traiterai donc dans un second temps de la profession des parrains. Mais ne brûlons pas les étapes. La présentation des résultats et la rédaction du texte suit la progression qu’a connue la recherche : d’abord la confrontation avec des données brutes difficilement intelligibles, puis un contrôle et une critique de la source, et enfin l’élaboration d’un nouvel objet d’étude.

a) Des rues populaires

  • 31 La liste complète des professions des pères est reproduite en annexe.

20J’ai donc systématiquement relevé toutes les déclarations professionnelles des pères dans leur intégralité. Je n’ai effectué aucun regroupement ou aucune simplification qui auraient pu être jugés, a priori, commodes. J’ai par exemple distingué des déclarations comme « empregado no Caminho de Ferro » et « empregado na Companhia de Caminho de Ferro », respectivement « employé des Chemins de fer » et « employé de la Compagnie de chemin de fer ». Certains pères ont déclaré plusieurs fois leur profession au cours des périodes d’observation, les résultats sont donc présentés sous deux formes : la liste des professions en tenant compte uniquement de la première mention repérée au cours de la période pour chaque individu (une mention par individu) ; la liste des professions des pères relevées dans l’ensemble des actes de naissance étudiés (toutes mentions confondues). Je présente ici seulement les listes des professions citées au moins trois fois dans chaque sous-groupe du corpus31. Cette série de tableaux ne peut appeler qu’un commentaire relativement bref.

  • 32 Pour les pères de la Rua da Cruz, on relève 75 et 77 déclarations différentes, pour les périodes 19 (...)
  • 33 A. Blum et M. Gribaudi, « Des catégories aux liens individuels… », op. cit.
  • 34 A. Guerreau, « À propos d’une liste de fréquences des dénominations professionnelles dans la France (...)

21J’enregistre les traces d’un paysage social diversifié, du moins si je m’en tiens au nombre de déclarations professionnelles : au total 166 déclarations différentes pour les deux périodes32. La fréquence de chaque profession est très irrégulière. Une seule déclaration, celle de trabalhador, dépasse systématiquement le seuil des 20 %. Les employés de commerce (empregado no comércio) représentent dans un seul cas, la Rua da Cruz dans les années trente, plus de 10 % des déclarations. Une petite dizaine de professions représentent entre 2 et 5 % des déclarations des pères. Enfin, environ un tiers des professions – un peu moins Rua da Cruz, un peu plus Rua Feliciano de Sousa – sont déclarées seulement par un ou deux individus. Ce type de répartition des activités professionnelles au sein d’un groupe a déjà pu être observé ailleurs : un nombre limité de professions très fréquentes et une longue liste de professions plus ou moins rares. C’est notamment le cas dans des résultats présentés par Maurizio Gribaudi et Alain Blum33. Alain Guerreau remarquait que de telles séries de distribution des professions au sein d’une population étaient de type parétien et vérifiaient la loi de répartition 20/80 : dans ce cas, 80 % des individus exercent 20 % des professions. Mes propres listes se rapprochent de ce modèle. La taille restreinte de l’échantillon n’y change rien34.

22Que nous apprennent ces listes ? L’examen de cette énumération de professions est sans surprise. On peut facilement discerner quelques signes qui viennent confirmer des faits bien connus. Comme on pouvait s’y attendre, la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa sont des rues populaires où se côtoient des ouvriers, des artisans, le monde du petit commerce et quelques employés auxquels il faudrait ajouter les fonctionnaires de la police ou de l’armée. Des secteurs d’activité émergent de cet ensemble. Les ouvriers du fer et des métaux – en un mot les métallos, fundidores, serralheiros, caldeireiros, torneiros… soit respectivement les fondeurs, serruriers, chaudronniers, tourneurs – constituent une part essentielle de l’effectif des ouvriers qualifiés. Mais, quelles que soient la rue ou l’époque, ce sont les travailleurs sans qualification particulière (les trabalhadores) qui dominent largement le paysage social. Entre le début du siècle et les années trente, leur poids se réduit cependant de près de moitié Rua da Cruz et de près du tiers Rua Feliciano de Sousa. Si, dans les années 1900, les pères de la Rua da Cruz semblent occuper des positions sociales nettement inférieures à celles des pères domiciliés dans la Rua Feliciano de Sousa, dans les années trente il existe une plus grande homogénéité sociale entre les habitants des deux rues.

Tableau 5.3. : Les professions des pères - Rua da Cruz (1900-1910) (effectifs et %)

Tableau 5.3. : Les professions des pères - Rua da Cruz (1900-1910) (effectifs et %)

* professions citées moins de trois fois.

Tableau 5.4. : Les professions des pères - Rua da Cruz (1930-1939) (effectifs et %)

Tableau 5.4. : Les professions des pères - Rua da Cruz (1930-1939) (effectifs et %)

23En comparant les deux périodes, on repère aussi quelques signes de l’évolution d’une société urbaine gagnée peu à peu, encore que bien timidement, par le monde des « cols blancs ». Dans ce cas, ce ne sont pas toujours les professions les plus fréquentes qui apportent le plus d’informations, les évolutions se font à la marge. Dans les années trente, les « employés » sont plus nombreux : employés de commerce surtout mais aussi de bureau ou dactylographes (un cas Rua Feliciano de Sousa). Toujours dans les années trente, on note l’émergence de professions liées à l’activité portuaire : les estivadores, descarregadores, soit dockers et déchargeurs/portefaix. Au début du siècle, les pères qui travaillent dans ce secteur sont moins nombreux. Faut-il voir là les signes d’une évolution de nature économique, c’est-à-dire la conséquence du développement du commerce maritime ? Avant de pouvoir répondre à ce genre de question, il faudrait découvrir quels types d’activités se cachent derrière le terme de « trabalhador ».

Tableau 5.5. : Les professions des pères - Rua Feliciano de Sousa (1900-1910) (effectifs et %)

Tableau 5.5. : Les professions des pères - Rua Feliciano de Sousa (1900-1910) (effectifs et %)

Tableau 5.6. : Les professions des pères - Rua Feliciano de Sousa (1930-1939) (effectifs et %)

Tableau 5.6. : Les professions des pères - Rua Feliciano de Sousa (1930-1939) (effectifs et %)

24L’analyse diachronique permet aussi de saisir des évolutions liées aux mutations techniques : l’apparition ou l’essor de nouveaux métiers – tourneur mécanique, électricien – ou, de manière plus anecdotique, la disparition d’anciennes professions comme conducteur d’Américains, les omnibus hippomobiles. En revanche, aucune trace du processus de déqualification au sein du groupe des ouvriers. Les « métiers » semblent au contraire occuper une position de plus en plus dominante, au moins dans le secteur industriel. La persistance des métiers dans l’organisation de la production est un thème central des débats historiographiques et sociologiques sur le Portugal contemporain. J’aurais l’occasion d’y revenir. Les traces des nomenclatures professionnelles laissées dans les registres paroissiaux et de l’état civil par les déclarants dénoncent en effet le faible impact social de la rationalisation de la production industrielle. Dans les années trente, on compte peu de techniciens, peu d’indices de hiérarchies internes aux entreprises, pas d’équivalent aux ouvriers spécialisés, mais en revanche de plus en plus de serruriers, chaudronniers, fondeurs, mécanicien, etc.

  • 35 L’appellation « chauffeur » pose le même type de problème aux historiens qui travaillent sur la soc (...)
  • 36 Les « fromagers » bretons soulèvent les mêmes interrogations. cf. N. Souchard, « Déclaration des pr (...)
  • 37 Cette remarque vaut aussi bien pour les déclarations des pères que des parrains.

25Toutefois, en essayant de faire coïncider à tout prix mes observations et les connaissances sur l’évolution de la société portugaise, je néglige un point essentiel : je travaille à partir de déclarations professionnelles qui obéissent forcément à des logiques spécifiques. Ces informations brutes ne permettent pas de déterminer les qualifications réelles et les conditions d’exercice des professions. Il existe bien sûr des imprécisions dans le vocabulaire professionnel qui change en fonction des époques ou des branches d’activité. Dans les années 1930, un « chauffeur » conduit en général un véhicule. Au XIXe siècle et sans doute encore dans les années 1900, il s’agit plutôt d’un ouvrier chargé d’entretenir une forge ou une machine à vapeur35. Comment être sûr des usages en cours à Alcântara, durant la première moitié du XXe siècle ? Des déclarations identiques peuvent désigner des univers professionnels très différents : les serralheiros, ou les divers métiers qu’on pourrait grossièrement regrouper dans le groupe des « métallos », sont-ils issus du monde de l’usine ou de celui de l’artisanat, du petit atelier ou de la grande fabrique ? Cette liste fait à la fois référence à des métiers (serralheiro) et à des statuts (ouvrier, employé). Certaines dénominations professionnelles renvoient directement à la spécialité d’un établissement et non à un métier proprement dit : les bolacheiros (« biscuitiers ») sont-ils porteurs d’un réel savoir-faire, ou sont-ils de simples ouvriers non qualifiés d’une fabrique de biscuit ?36 Assez fréquente au début du siècle, la déclaration « charretier » (carroceiro) laisse la place à la dénomination de « conducteur de charrette » (conductor de carroça) dans les années 1930. Comment expliquer cette évolution lexicale ? Vraisemblablement, cette nouvelle technicité de la nomenclature professionnelle ne recouvre pas un changement de tâche ou de type d’emploi. Y a-t-il eu dans ce cas un glissement dans l’usage du vocabulaire, au nom d’une lointaine parenté avec les professions des transports en plein développement à l’époque ? Un autre exemple de l’ambiguïté de ces déclarations est l’absence du nom de l’employeur avec cependant quelques exceptions : les employés de l’État (y compris la police, les douanes et l’armée), les employés des grandes sociétés de transport (transport urbain avec la compagnie Carris ou les sociétés de chemin de fer), et enfin quelques grandes sociétés industrielles comme la Companhia de União Fabril (CUF), l’Empresa Nacional de Navegação ou la Companhia Portuguesa de Moagens37.

  • 38 C. Motte, J.-P Pélissier, « La binette, l’aiguille et le plumeau… », op. cit., p. 247.
  • 39 A. Guerreau, « À propos d’une liste de fréquences… », op. cit., p. 984.
  • 40 Émile Durkheim et Marcel Mauss, « De quelques formes primitives de classification », Année sociolog (...)
  • 41 Ibid., p. 227.
  • 42 Ibid., p. 229.

26Confrontés aux données de l’enquête des « 3 000 familles », Claude Motte et Jean-Pierre Pélissier ont bien résumé les difficultés posées par l’examen de ce type de déclarations professionnelles : « profession, métier, travail, emploi, activité, chacun de ces termes fait référence à une structuration tantôt économique (secteur d’activité), tantôt sociale (statut ou fonction) ou tantôt technique (métier) de l’espace social. Les réponses (et à plus forte raison les non-réponses) à la question : « Quelle est votre profession ? » ne permettent pas, hélas ! de caractériser précisément tous les individus en fonction de ces trois critères réunis »38. On rajoutera que ce type de déclaration renvoie aussi à la perception que chaque individu peut avoir de sa position sociale. Alain Guerreau apparente de telles listes de déclarations professionnelles à une taxinomie indigène. Dans ce sens, elles se caractériseraient par le fait qu’elles sont redondantes, fluctuantes, d’ampleur indéterminée, qu’elles incluent un ordre hiérarchique, mais seulement de manière implicite, partielle et plus ou moins aléatoire39. Il ne s’agit pas d’opposer systématiquement des classifications indigènes aux classifications scientifiques. Toutes deux constituent des systèmes hiérarchisés qui ont pour fonction d’unifier la connaissance40. Mais les déclarations de profession, dont le caractère humain et spontané était présenté en introduction à ce chapitre comme un gage de restitution fidèle des vécus individuels, témoignent aussi de logiques affectives. À ce sujet, Émile Durkheim et Marcel Mauss évoquent la part d’émotion et de sentiments : « les différences et les ressemblances qui déterminent la façon dont [les choses] se groupent sont plus affectives qu’intellectuelles. Voilà comment il se fait que les choses changent, en quelque sorte, de nature suivant les sociétés ; c’est qu’elles affectent différemment les sentiments des groupes. Ce qui est conçu ici comme parfaitement homogène est représenté ailleurs comme essentiellement hétérogène »41. Introduire à tout prix une logique scientifique dans un système de classification indigène c’est se tromper d’objet de recherche : « l’histoire de la classification scientifique est, en définitive, l’histoire même des étapes au cours desquelles cet élément d’affectivité sociale s’est progressivement affaibli, laissant de plus en plus la place libre à la pensée réfléchie des individus »42. Les identités et distinctions professionnelles, dont les déclarations sont pour une part le produit, se construisent aussi en fonction de sentiments individuels ou partagés à l’échelle locale ou nationale. Leur définition ne peut être exclusivement la conséquence des contextes techniques, économiques et sociaux.

  • 43 Cité par A. Blum et M. Gribaudi, « Les déclarations professionnelles : pratiques, inscriptions, sou (...)
  • 44 A. Blum et M. Gribaudi, ibid., p. 993.
  • 45 P. Ricœur, ibid., p. 183.

27Mais la nature de cette source soulève un autre type d’interrogation. Au-delà des modes de construction des taxinomies professionnelles, ce sont les actes de déclaration et de transcription dans les registres qui posent problème. Dans le troisième chapitre de ce livre, j’ai tenté d’établir les conditions juridiques et les formes d’adaptation pratique qui ont présidé à la rédaction de ces documents. La question est loin pour autant d’avoir été épuisée. Le cas de la déclaration « doméstica » pour les femmes a mis en exergue la probable ingérence de l’administration, en la personne de l’officier de l’état civil, dans la rédaction des mentions professionnelles. En parlant de taxinomie indigène, c’est un autre niveau de médiation qui est mis en évidence. Dans tous les cas, on remet en cause la fonction des déclarations comme mode d’enregistrement spontané et direct des vécus. Une autre notion s’impose alors : celle d’inscription telle que l’utilise Paul Ricœur43. Alain Blum et Maurizio Gribaudi l’ont déjà constaté : construire un corpus à partir de ce type de déclarations professionnelles revient à rechercher la signification de « traces » données par les inscriptions44. Les déclarations professionnelles qui forment mon corpus constituent des inscriptions dans le sens qu’elles forment bel et bien des « marques extérieures adoptées comme appuis et relais pour le travail de la mémoire »45. Sur le processus de mise en archive, de transformation de la mémoire du « stade déclaratif » à la « preuve documentaire », sur les différents acteurs de ce processus et sur leur mode d’intervention, on se sait quasiment rien.

28Décrire les structures sociales qui affleurent dans l’espace urbain constitué par ces deux rues d’Alcântara et en saisir les évolutions au cours des premières décennies du XXe siècle reviendrait à parcourir les différents niveaux d’analyse que je viens d’évoquer. Le dispositif que j’ai mis en place jusqu’ici ne le permet pas. Le mode et l’échelle d’observation – les individus et non les parcours individuels, un espace-temps limité – sont inadaptés. La nature de la source – de simples déclarations – constitue une autre contrainte et une étude à une échelle différente ne permettrait pas de s’en dégager. Ces déclarations prises isolément ne nous apprennent rien que nous ne sachions déjà. Le recours à des classements ou à des catégories sociales serait à ce stade particulièrement maladroit et de toute façon inefficace. En revanche, la dimension relationnelle des formes d’organisation sociale peut ici être facilement mise en évidence, notamment par l’étude du lien entre les pères et les parrains.

  • 46 Sylvie Schweitzer, « Industrialisation, hiérarchies au travail et hiérarchies sociales au XXe siècl (...)

29Auparavant, une autre piste peut être explorée. Elle nécessite de faire un détour par les ateliers, les usines ou par les entreprises, c’est-à-dire par les lieux où se forgent les statuts socioprofessionnels et qui contribuent à façonner les modèles de hiérarchies sociales46. Une telle démarche implique la mobilisation de sources complémentaires afin de glaner quelques informations sur les forces en jeu et sur les processus en cours tout au long de la période étudiée. J’envisage donc de prendre du champ, en m’éloignant temporairement de mon terrain d’étude. Un premier pas peut être cependant franchi tout en restant dans le cadre de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa, grâce à l’analyse des déclarations multiples qui conduit à exercer un contrôle sur les informations.

b) Le contrôle des déclarations

30Rappelons qu’une déclaration multiple correspond au cas où une même famille – un couple père/mère – fait enregistrer plusieurs naissances au cours de la période d’observation. Dans les deux rues et aux deux époques, un minimum de 38 % et un maximum de 46 % des déclarations recueillies sont contrôlables, c’est-à-dire comparables à d’autres déclarations effectuées par les mêmes individus. J’ai là un moyen d’observer la logique des séquences de déclarations et éventuellement de tester leur validité. De nombreuses informations peuvent ainsi être recoupées. On pense en particulier au domicile ou au patronyme. Mais, conformément à mes objectifs, je me suis intéressé ici uniquement à la déclaration qui peut apparaître par ailleurs comme la plus suspecte : la déclaration de la profession du père.

• Les déclarations instables

31Les déclarations multiples de profession, effectuées dans un laps de temps relativement court – un maximum de dix ans –, permettent de repérer des phénomènes de mobilité ou d’instabilité professionnelle. À travers elles, on peut aussi espérer souligner l’ambiguïté du vocabulaire utilisé ou des dénominations, sans qu’il soit toujours possible de discerner ce qui relève des caractéristiques propres à l’univers social étudié ou des imprécisions et des déformations liées à la nature de la source.

32J’ai donc comparé systématiquement les déclarations professionnelles des pères qui apparaissent plusieurs fois dans le corpus. Deux déclarations professionnelles sont considérées comme identiques seulement si tous les termes sont identiques. Ont été considérées comme différentes des déclarations qui renvoient vraisemblablement à une même réalité professionnelle telles que polícia et agente de polícia (policier et agent de police), des déclarations effectuées successivement en 1931 puis en 1932 par un dénommé João Pedro, habitant de la Rua Feliciano de Sousa.

33On peut définir trois types de logiques possibles. Il y a réellement eu changement de profession, changement d’activité, de statut ou de qualification. Il peut s’agir d’une logique à l’œuvre au niveau de l’acte de déclaration lui-même, d’ordre psychologique ou psychosocial : attachement ou identification plus ou moins important au métier exercé, désir de bien paraître et donc de surévaluer sa position sociale à un moment donné. Enfin, on ne peut évidemment pas négliger les possibilités d’erreurs ou d’omissions, qu’elles soient imputables à l’officier de l’état civil chargé de rédiger les actes ou au déclarant.

34J’ai représenté sous forme de tableau les différentes séquences de déclarations professionnelles dites instables (tableau 5.7.). Chaque séquence est ordonnée chronologiquement. Elles sont composées des déclarations professionnelles d’un même individu classées dans l’ordre où celles-ci apparaissent dans les séries d’actes de baptême ou de naissance consultées. Ainsi, et pour reprendre l’exemple de João Pedro, à partir des deux actes de naissances relevés où ce dernier apparaît en tant que père, on peut établir la séquence polícia/agente de polícia.

Tableau 5.7 : les séquences de déclarations instables

Tableau 5.7 : les séquences de déclarations instables

35Observons de plus près quelques cas particuliers et intéressons-nous tout d’abord au début du siècle. En 1900, Paulo Freire domicilié Rua da Cruz fait baptiser son fils. Il déclare alors la profession de trabalhador (manœuvre). Deux ans plus tard, le jour du baptême de sa fille, Paulo Freire déclare exercer la profession de carroceiro (charretier). En 1905, lors du baptême d’une deuxième fille, il dit toujours travailler comme carroceiro. Je perds ensuite la trace de cette famille. Le parcours professionnel de cet habitant d’Alcântara durant ces cinq années ne soulève pas d’interrogation particulière. Vraisemblablement, après avoir travaillé sans qualification particulière, Paulo Freire est parvenu à faire reconnaître une compétence dans un domaine précis et a pu dès lors revendiquer une spécialisation dans son activité même s’il ne déclare qu’un métier peu qualifié. Entre-temps sa situation professionnelle a dû se stabiliser puisque trois ans après avoir déclaré pour la première fois être carroceiro, il conserve la même profession.

Tableau 5.8 : Le contrôle de la déclaration professionnelle des pères

R. da Cr. 00-10

R. F. S. 1900-10

R. da Cr. 1930-39

R. F. S. 1903-39

(1)

135

94

136

95

(2)

55

41

53

41

(3)

6

5

21

18

(4)

19

12

55

38

(5)

10,91 %

12,2 %

39,62 %

43,9

(6)

14,07 %

12,77 %

40,44 %

40 %

(1) nombre de déclarations contrôlables (dont le père est connu).
(2) nombre de pères ayant effectué plusieurs déclarations.
(3) nombre de pères dont la déclaration professionnelle change entre deux actes.
(4) nombre de déclarations instables (différentes des autres déclarations du même individu).
(5) proportion de pères dont la déclaration professionnelle est instable : % de (3) par rapport à (2).
(6) proportion de déclarations instables : % de (4) par rapport à (1).

  • 47 En 1905, la déclaration exacte est « empregado no Caminho de Ferro ».

36Il est plus difficile de reconstituer les parcours de deux autres habitants de la Rua da Cruz. En 1904 et en 1905, Fernando Carmo fait baptiser deux filles. Il déclare les deux fois être empregado nos Caminhos de Ferro (employé aux Chemins de fer)47. En 1908, à l’occasion d’un nouveau baptême, d’un fils cette fois, le même Fernando Carmo n’est plus que trabalhador. Le déclin semble donc dramatique dans cette famille puisqu’en trois ans, le père passe d’un statut qui pouvait sembler prometteur – employé d’une compagnie importante – à celui de simple manœuvre. Je ne peux pas exclure un accident dans le parcours personnel, mais je suis en droit de poser la question d’une surévaluation de la situation professionnelle lors des deux premières déclarations. C’est aussi ce type d’interrogation que soulève le cas de Jacinto Gomes, ajudante de serralheiro (aide-serrurier) en 1906 et trabalhador en 1908. Y a-t-il eu perte de qualification et déclassement professionnel, ou surévaluation du statut la première fois ?

37Au cours de la première période étudiée, les déclarations multiples sont cependant relativement stables. Les cas de changement de profession ou de modification de la déclaration sont finalement peu nombreux. Respectivement 6 et 5 pères sont concernés pour la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa, ce qui correspond à un peu plus de 14 % et de 12 % des déclarations contrôlables (tableau 5.8.). Dans un grand nombre de cas, l’instabilité des déclarations s’explique par les fluctuations dans l’usage de la terminologie professionnelle : ainsi peut-on se dire indifféremment corneteiro da Armada ou músico da Armada (trompette de l’Armada ou musicien de l’Armada), cocheiro ou condutor de carroças (cocher ou conducteur de charrette), deux exemples choisis parmi les habitants de la Rua Feliciano de Sousa.

38Dans les années trente, la situation est plus complexe. Les déclarations instables sont nettement plus nombreuses et représentent près de la moitié du nombre total de déclarations contrôlables (40 %). On retrouve les mêmes hésitations autour de qualifications revendiquées ou non. Par exemple, durant cette période, Francisco Santos déclare 5 enfants au bureau de l’état civil d’Alcântara : en 1931 et 1932 il est trabalhador, en 1933 il déclare le métier de serralheiro (serrurier), puis en 1936 il est operário (ouvrier), et en 1938 de nouveau simple trabalhador. Même type de parcours en apparence pour José Brito, habitant de la Rua da Cruz et voisin de Francisco Santos : en 1931 et 1933 il déclare à l’état civil être trabalhador, en 1935 il est tecelão (tisserand), mais en 1937 il se déclare de nouveau comme simple trabalhador. On pourrait multiplier les exemples, tel cet habitant de la Rua Feliciano de Sousa qui en 1932 est caldeireiro (chaudronnier) et en 1934 trabalhador. Par deux fois au moins, on observe des régressions illogiques dans la hiérarchie professionnelle : Raul Gomes, habitant de la Rua da Cruz, déclare en 1931 être caldeireiro, en 1933 il n’est plus que ajudante de caldeiro (aide chaudronnier) ; António Ribeiro de la Rua Feliciano de Sousa opère le même renversement, en effectuant des déclarations similaires en 1930 et en 1934. Le cas de Júlio Gonçalves, lui aussi de la Rua Feliciano de Sousa, est encore plus singulier : il hésite entre le statut de padeiro (boulanger) en 1932 et en 1939, et celui de manipulador de pão (ouvrier boulanger) en 1935 et 1937.

39Dans les années 1930, les fluctuations des déclarations professionnelles ont aussi pour origine la prise en compte ou non du niveau de spécialisation dans la profession exercée. Dans la Rua da Cruz, Abel Matos est forjador (forgeron). Cela ne semble faire aucun doute. Cependant, si en 1939 il déclare bien être forjador, auparavant, en 1932 et 1934, il définissait sa profession comme étant celle de forjador mecânico (forgeron mécanique). Même type de comportement pour José Mateas : serralheiro naval (serrurier naval) en 1935, simple serralheiro en 1938. Des changements de dénominations qui, on le sent bien, renvoient à une incertitude sur les statuts sociaux et économiques.

40Mais, il y a plus surprenant encore, et cela constitue un fait nouveau par rapport au début du siècle. Dans les années 1930, en comparant les déclarations d’un même individu, on observe des basculements entre des univers professionnels différents. Quelques exemples : Carlos Cardosa habitant de la Rua da Cruz, est marceneiro (menuisier) en 1930, condutor de automóveis (conducteur d’automobiles) en 1934, et simple trabalhador en 1935 ; Mario Gusmão, toujours de la Rua da Cruz, ajudante de caldeireiro (aide chaudronnier) en 1931 et ajudante de motorista (aide chauffeur) en 1935 ; ou encore Carlos Nunes, domicilié Rua Feliciano de Sousa, qui déclare la profession de caldeireiro (chaudronnier) en 1933 et de cravador (perforateur dans la cordonnerie) en 1936.

41Ces données peuvent être l’indice de phénomènes de mobilité professionnelle. Je n’exclue pas des réorientations dans les carrières professionnelles de certains individus, des changements d’activité dont les raisons et les causes sont inconnues. Je détecte en arrière-plan des phénomènes sociaux complexes, mais je ne les place pas au centre de mes interrogations. Pour l’instant, j’ai pour simple objectif d’examiner les formes que prennent les déclarations professionnelles, de mieux comprendre la signification d’un certain nombre de termes et l’usage qui en est fait. À ce stade, je n’étudie pas les statuts professionnels des individus de mon corpus, mais l’image ou la représentation qu’en donnent ces mêmes individus. À partir de l’analyse de cette série de déclarations instables, je peux élaborer quelques hypothèses sur la valeur de l’ensemble des déclarations.

• La valeur des déclarations

  • 48 Maurice Garden, « Mariages parisiens à la fin du XIXe siècle : une micro-analyse quantitative », An (...)

42Les déclarations faites devant l’officier de l’état civil, à l’occasion d’un baptême ou d’une naissance, sont des actes publics, effectués devant témoin. On considère généralement que le principal moyen de contrôle des déclarations des parents mais aussi de celles des témoins, des parrains ou des marraines, en particulier des déclarations concernant les professions et les statuts sociaux, procède de l’autocontrôle, lié aux réseaux d’interconnaissance48. La diversité des déclarations professionnelles présentes dans les actes de l’état civil rassure aussi sur la qualité des informations recueillies. Mes propres observations vont dans ce sens. Ces remarques peuvent être cependant complétées par une série de mises en garde.

  • 49 Yves Lequin, « Le métier », dans Les lieux de mémoire, Pierre Nora (dir.), Paris, Gallimard, 1986, (...)

43Les séquences du tableau 5.7., et plus particulièrement les exemples nominatifs cités plus haut, laissent apparaître des usages approximatifs de certains termes. La déclaration militar (militaire) peut tout aussi bien correspondre à une profession qu’à un statut provisoire non professionnel (le service militaire). La double déclaration « caldeireiro/ajudante de caldeireiro », qui semble témoigner d’un déclassement social, jette une suspicion sur l’emploi du qualificatif ajudante (aide). La présence ou l’absence de ce terme se révèle problématique : faut-il y voir l’indice d’un réel statut professionnel ? Nous avons vu que certaines doubles ou triples déclarations peuvent témoigner d’une instabilité professionnelle. L’apparition du terme trabalhador après une première déclaration correspondant à un métier qualifié peut s’expliquer par un parcours personnel atypique. Cependant, en rapprochant l’univers des manœuvres (trabalhadores) de celui des professions qualifiées, ces cas de figure illustrent les différences de valeurs que peut revêtir une même déclaration. Ceci est d’autant plus vrai quand les professions concernées sont traditionnellement associées à des pratiques identitaires particulièrement fortes, des professions qui, encore dans les années trente, peuvent être revendiquées comme véritables « métiers ». Déclarer un métier à l’état civil ne signifie pas pour autant l’exercer durant toute une vie. Si certaines déclarations reflètent une réelle stabilité professionnelle et indiquent l’insertion dans ce qui est le « cadre privilégié qui fait se dérouler toute l’ascension d’une vie »49, d’autres au contraire ne sont que la trace d’une activité précaire, plus ou moins éphémère et qui, en tout cas, ne garantit pas forcément un avenir et une « bonne place » dans la société.

44À ce stade de l’enquête est-il possible d’énoncer des règles concernant les modes de déclaration ? Face à la diversité des cas individuels, je suis tenté de conclure que chaque déclaration est un cas particulier. On a pu cependant voir ce qui relève des fluctuations de la terminologie ou des changements réels ou supposés de profession ou de qualification. Les années trente sont marquées par une plus grande complexité des catégories professionnelles qui se subdivisent selon des spécialisations de plus en plus précises : les déclarations professionnelles ont du mal à prendre en compte ces nouveaux critères de différenciations. Les qualifications techniques sont souvent omises et constituent un facteur d’instabilité dans les déclarations. En revanche, quand il n’est plus question de définition technique de la profession mais du statut social et économique, les dénominations se font plus stables : empregado no comércio (employé de commerce) en est un bon exemple.

  • 50 Les fréquences dans la liste des déclarations contrôlables dépendent de la fréquence globale des dé (...)

45Toutes les professions ne sont pas touchées de la même manière par les fluctuations des déclarations. Il est possible d’élaborer des indices de stabilité des déclarations les plus fréquentes pour la période 1930-1939. Ces indices correspondent au rapport entre le nombre de fois qu’une déclaration donnée intervient dans une séquence de déclarations instables et la fréquence globale de cette même déclaration dans le corpus. Ces indices vont de 0 à 1, par ordre croissant d’instabilité. Le corpus étant restreint, j’ai limité mes calculs aux seules déclarations les plus fréquentes parmi les déclarations contrôlables50.

  • 51 Cette étude vise à comparer les réponses de 17 000 individus à un questionnaire de recensement puis (...)
  • 52 Ibid., p. 37.

46Cet exercice a comme inconvénient majeur de confondre deux phénomènes très différents. Ces indices ne distinguent pas ce qui relève de l’instabilité professionnelle de ce qui touche à l’instabilité des dénominations professionnelles. En ce sens, une étude comme celle de Laurent Thévenot sur la fluctuation des noms d’occupation possède un net avantage. L’auteur a pu auparavant vérifier que les individus témoins n’avaient pas changé d’occupation entre les différents moments d’observation51. Dans ce cas, la stabilité professionnelle n’empêchait pas des fluctuations des dénominations qui entraînaient parfois des codifications statistiques dans des rubriques très éloignées. Toutefois, les indices que j’ai élaborés semblent témoigner de phénomènes analogues à ceux mis en évidence par l’enquête de Laurent Thévenot. En rompant avec la tradition des métiers, les modes de production adoptés par certains secteurs d’activité favorisent la fluctuation des dénominations professionnelles. Ainsi, « aux métiers qui ont conservé un nom (coiffure, cuir, alimentation, bâtiment) s’opposent les emplois dans des industries très capitalistiques (sidérurgie, verre, matière plastique) dont les processus de production en continu font obstacle à une définition nette des attributions et à la formation d’un nom de métier. »52

Tableau 5.9. : Indice de stabilité des déclarations les plus fréquentes (quatre mentions parmi les déclarations contrôlables)

descarregador (déchargeur, portefaix)

0

pedreiro (maçon)

0

carpinteiro (menuisier, charpentier)

0

marítimo (marin)

0,14

estivador (docker)

0,2

trabalhador (manœuvre)

0,22

operário (ouvrier)

0,25

sapateiro (cordonnier)

0,25

empregado no comércio (employé de commerce)

0,26

serralheiro (serrurier)

0,27

caldeireiro (chaudronnier)

0,4

ajudante de caldeireiro (aide chaudronnier)

0,8

47Dans les donnés recueillies sur les habitants de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa, le phénomène le plus frappant est la forte instabilité des déclarations liées au secteur de la métallurgie (serralheiro, et surtout caldeireiro et ajudante de caldeireiro). Ces professions que l’on associe traditionnellement à un puissant sentiment identitaire, véhiculé entre autres par un activisme syndical et associatif, basculent ici dans une zone plus indécise de l’espace social. En revanche, des professions comme descarregador (déchargeur/portefaix), pedreiro (maçon) et carpinteiro (menuisier) se trouvent plus solidement ancrées dans les identités sociales ayant cours dans l’Alcântara des années trente.

*

  • 53 Ceux dont on connaît le numéro du registre de mariage.
  • 54 Des déclarations comme fundidor et operário fundidor (fondeur et ouvrier fondeur), condutor de carr (...)

48En guise conclusion à ce chapitre, un ultime contrôle peut consister à comparer les déclarations professionnelles effectuées lors d’un mariage et lors de la première naissance enregistrée. Je me suis livré à cet exercice pour la période 1930-1939 et pour les couples mariés dans le 4e bureau de l’état civil de la ville de Lisbonne53. L’examen porte sur 130 couples. On observe un assez grand nombre de changements de désignation professionnelle : 41,8 % en ce qui concerne les habitants de la Rua da Cruz et 43,2 % pour ceux de la Rua Feliciano de Sousa. Mais si on ne tient pas compte des cas où interviennent les termes « trabalhador », « ajudante » et « militar », les changements de déclaration ne représentent plus que respectivement 25,5 et 21,2 % des cas. On parvient même à des taux de 17,3 et 15,2 % si on comptabilise uniquement les changements d’activité54. On peut donc noter une relative stabilité des déclarations, ou plutôt une instabilité à l’intérieur d’un cadre bien précis : les changements observés proviennent le plus souvent d’un gain ou d’une perte – réels ou liés uniquement à l’acte de déclaration – de qualification – apparition ou disparition des termes ajudante ou trabalhador – mais plus rarement d’un changement de profession. Si les terminologies professionnelles peuvent varier au gré des circonstances – des déclarations –, la profession reste un élément essentiel de la définition des identités individuelles et de l’orientation des rapports sociaux. Encore faut-il bien distinguer les situations suivant les secteurs d’activité, comme y invitent les indices de stabilité par profession.

49L’examen des déclarations professionnelles des pères et des mères pose la question de la viabilité des informations recueillies mais aussi de leur valeur. Il a été démontré que les données recueillies ne correspondaient pas à des statuts professionnels effectifs et qu’il pouvait exister différents types de filtrages. L’analyse des séquences de déclarations instables a permis de vérifier que le niveau de spécialisation pouvait être un facteur d’instabilité de la déclaration. J’ai aussi émis l’hypothèse de l’influence des formes de travail et d’emploi, la précarité des statuts pouvant entraîner une instabilité des déclarations. Enfin, le début du siècle se caractérise par une stabilité plus marquée des déclarations. Faut-il y voir le signe d’une définition plus rigide des statuts et un poids plus fort des identités sociales ? Le prochain chapitre permettra d’apporter un autre éclairage sur ces questions.

Notes

3 Claude Motte et Jean-Pierre Pélissier, « La binette, l’aiguille et le plumeau. Les mondes du travail féminin », dans La société française au XIXe siècle, op. cit, p. 242.

4 Je pense notamment aux textes réunis dans : J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), La société française, op. cit. Voir aussi : Nadine Souchard, « Déclarations des professions et structure sociale : les salariés de l’industrie laitière en Bretagne orientale (1891-1936) », Genèses, no 18, janvier 1995, pp. 97-109. À ma connaissance, les déclarations professionnelles dans l’état civil portugais n’ont pas encore fait l’objet d’une étude approfondie.

5 Regulamento do Registo Paroquial, op. cit., p. 35.

6 Ibid., p. 36.

7 Código do Registo Civil, op. cit., p. 51.

8 Rappelons que toutes ces déclarations sont de simples déclarations orales, qui ne nécessitent aucune justification.

9 Michelle Perrot (dir.), « Métiers de femmes », Le Mouvement social, no 140, juillet-septembre 1987.

10 Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir, op. cit., p. 34.

11 Virgínia do Rosário Baptista, As Mulheres no Mercado de Trabalho em Portugal : Representações e Quotidianos (1890-1940), Lisboa, CIDM, 1999, 235 p.

12 Ibid., p. 15.

13 Dans le quartier du Soleil, plus de la moitié des actives sont des jeunes filles ou des jeunes femmes non mariées. J-P Burdy, op. cit., p. 37. Virgínia do Rosário Baptista souligne la forte présence d’ouvrières célibataires dans l’industrie. V. do R. Baptista, op. cit., p. 142. Inversement, le travail féminin engendre une plus forte proportion au célibat définitif : Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé – Une histoire du travail des femmes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Editions Odile Jacob, 2002, pp. 69-76.

14 Se pose le problème de la présentation des données et notamment de la traduction de la terminologie professionnelle. Cette question aura d’autant plus d’importance quand il s’agira de présenter la liste des professions masculines beaucoup plus diversifiées. La terminologie professionnelle n’a pas forcément une correspondance exacte d’une langue à l’autre. La traduction directe des termes portugais en français peut entraîner une perte d’information en passant sous silence l’ambivalence de certaines déclarations. C’est le cas par exemple pour le terme doméstica qui peut se traduire aussi bien par « ménagère », « femme au foyer » ou « domestique ». Les traductions proposées sont données à titre indicatif et je me référerai parfois dans le texte aux termes portugais. J’ai souvent préféré traduire mot à mot la terminologie ou proposer plusieurs correspondances possibles dans la langue française, plutôt que de rechercher coûte que coûte une traduction unique, souvent insatisfaisante. Pour un récapitulatif des choix de traduction, je renvoie au glossaire en annexe. Mon dictionnaire de référence a été : António de Morais Silva, Grande Dicionário da Língua Portuguesa, Lisbonne, Ed. Confluência 12 vol., 1949 (12e édition).

15 Effectif inférieur à celui des mères car certains actes ne mentionnent pas l’existence d’une marraine.

16 Pour la période 1900-1910, je tiens compte de la déclaration doméstica, deux occurrences pour la Rua da Cruz.

17 Nous verrons plus loin que, du côté des pères, le terme operário est bien plus fréquent au début du siècle que dans les années trente. Il peut exister une concordance dans l’évolution de l’usage des terminologies professionnelles féminines et masculines.

18 M. Perrot, op. cit. ; S. Schweitzer, op. cit.

19 C. Motte et J. P. Pélissier, op. cit.

20 Pour le cas français voir : Ibid., p. 260. Des variations régionales qui concernent aussi les noms de métier.

21 Virgínia do Rosário Baptista, As mulheres no Mercado de Trabalho…, op. cit., notamment p. 16 et pp. 61-74.

22 Ibid., p. 62.

23 Ibid., p. 154.

24 Cf. S. Schweitzer, Les femmes ont toujours…, op. cit., chapitre II : « La cécité statistique ». Cette « cécité » n’est pas uniquement le fait de l’administration. Parfois les femmes elles-mêmes ont du mal à se reconnaître comme actives : cf. Jean-Paul Burdy, Mathilde Dubesset, Michelle Zancarini-Fournel, « Rôles, travaux et métiers de femmes dans une ville industrielle : Saint-Etienne, 1900-1950 », dans Le Mouvement social, no 140, juillet-septembre 1987, pp. 27-53.

25 Les recensements donnent malgré tout une vision plus contrastée du travail féminin. Virgínia do Rosário Baptista décrit la féminisation de certains secteurs économiques, notamment dans l’industrie textile mais aussi dans les professions libérales au cours de la première moitié du XXe siècle.

26 Cette source a été utilisée dans le chapitre 1.

27 L’INE (Instituto Nacional de Estatística) ne fut créé qu’en 1935. Sur l’histoire de la statistique au Portugal : Fernando de Sousa, História da Estatística em Portugal, Lisboa, INE, 1995, 335 p.

28 Código do Registo Civil, Decreto com força de lei de Fevereiro de 1911, Coimbra, 1911, Capítulo X, Art. 323º.

29 Código do Registo Civil, Decreto de Dezembro de 1932, op. cit., Capítulo III, Art. 443.

30 C. Motte et J. P. Pélissier, « La binette, l’aiguille,… », op. cit., p. 266. Cette comparaison entre les pratiques administratives de ces deux pays ne se justifie pas uniquement par le tropisme national d’un historien français qui étudie une réalité portugaise. La statistique française a eu une influence considérable au Portugal, notamment à travers l’usage des différents classements socioprofessionnels élaborés par J. Bertillon à la fin du XIXe siècle.

31 La liste complète des professions des pères est reproduite en annexe.

32 Pour les pères de la Rua da Cruz, on relève 75 et 77 déclarations différentes, pour les périodes 1900-1910 et 1930-1939 respectivement, et 59 déclarations Rua Feliciano de Sousa, pour chaque période.

33 A. Blum et M. Gribaudi, « Des catégories aux liens individuels… », op. cit.

34 A. Guerreau, « À propos d’une liste de fréquences des dénominations professionnelles dans la France du XIXe siècle », Annales ESC, juillet-août 1993, no 4, pp. 979-986. La dimension du corpus rend cependant inutile toute recherche de paramètres statistiques propres à de telles distributions. Les basses fréquences surviennent ici très tôt dans la liste. Cependant, le simple fait que la loi de Pareto soit quasi vérifiée tend à prouver que je travaille sur des populations de taille raisonnable.

35 L’appellation « chauffeur » pose le même type de problème aux historiens qui travaillent sur la société française des XIXe et XXe siècles. Voir Jean-Luc Pinol, Les mobilités de la grande ville…, op. cit., p. 367.

36 Les « fromagers » bretons soulèvent les mêmes interrogations. cf. N. Souchard, « Déclaration des professions et structure sociale… », op. cit., notamment p. 100.

37 Cette remarque vaut aussi bien pour les déclarations des pères que des parrains.

38 C. Motte, J.-P Pélissier, « La binette, l’aiguille et le plumeau… », op. cit., p. 247.

39 A. Guerreau, « À propos d’une liste de fréquences… », op. cit., p. 984.

40 Émile Durkheim et Marcel Mauss, « De quelques formes primitives de classification », Année sociologique, no 6, 1903, repris dans Marcel Mauss, Essais de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1968, pp. 162-230.

41 Ibid., p. 227.

42 Ibid., p. 229.

43 Cité par A. Blum et M. Gribaudi, « Les déclarations professionnelles : pratiques, inscriptions, sources », Annales ESC, 1993, no 4, pp. 987-995 ; Paul Ricoeur, La mémoire, l’historie et l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 675 p.

44 A. Blum et M. Gribaudi, ibid., p. 993.

45 P. Ricœur, ibid., p. 183.

46 Sylvie Schweitzer, « Industrialisation, hiérarchies au travail et hiérarchies sociales au XXe siècle », Vingtième siècle, no 54, avril-juin 1997, pp. 103-115.

47 En 1905, la déclaration exacte est « empregado no Caminho de Ferro ».

48 Maurice Garden, « Mariages parisiens à la fin du XIXe siècle : une micro-analyse quantitative », Annales de Démographie Historique, 1998, p. 127. Le choix des actes de baptême ou de naissance soulève sur ce point davantage d’interrogations. Le baptême, et à plus forte raison les déclarations de naissance, sont des évènements beaucoup moins solennels que le mariage. Le nombre de personnes susceptibles d’exercer cet « autocontrôle » s’en trouve limité.

49 Yves Lequin, « Le métier », dans Les lieux de mémoire, Pierre Nora (dir.), Paris, Gallimard, 1986, tome 3, vol. 2, p. 408.

50 Les fréquences dans la liste des déclarations contrôlables dépendent de la fréquence globale des déclarations, mais aussi du nombre de naissances déclarées par chaque couple. Pour chaque séquence de déclarations instables, je n’ai pris en compte qu’une seule déclaration identique par individu. Ainsi, pour la séquence « caldeireiro/caldeireiro/trabalhador », dans le calcul de l’indice de stabilité de la déclaration caldeireiro, je n’ai totalisé qu’une seule déclaration caldeireiro. Le choix inverse reviendrait à dévaloriser les déclarations effectuées par les pères les plus procréateurs. Par ailleurs, le fait de prendre comme référence la liste des déclarations contrôlables modifie la hiérarchie des fréquences : ainsi, dans les années 1930 et dans les deux rues, neuf individus déclarent à un moment ou à un autre exercer la profession de commerçant. Parmi eux deux seulement effectuent plusieurs déclarations et dans les deux cas il s’agit de déclarations instables. À ce niveau de grandeur, tout indice perd son sens. J’ai donc gardé, comme seuil acceptable, quatre mentions parmi les déclarations contrôlables.

51 Cette étude vise à comparer les réponses de 17 000 individus à un questionnaire de recensement puis à une enquête sur l’emploi. Les résultats sont commentés dans : Alain Desrosières, Laurent Thévenot, Les catégories socioprofessionnelles, op. cit., pp. 36-39.

52 Ibid., p. 37.

53 Ceux dont on connaît le numéro du registre de mariage.

54 Des déclarations comme fundidor et operário fundidor (fondeur et ouvrier fondeur), condutor de carroças et carroceiro (conducteur de charrette/carrosse et charretier) sont alors considérées comme identiques.

Table des illustrations

Titre Tableau 5.1. : Les professions des mères (effectifs - toutes mentions confondues)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 5.2. : Les professions des marraines (effectifs - toutes mentions confondues)15
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 5.3. : Les professions des pères - Rua da Cruz (1900-1910) (effectifs et %)
Légende * professions citées moins de trois fois.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 5.4. : Les professions des pères - Rua da Cruz (1930-1939) (effectifs et %)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56490/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 5.5. : Les professions des pères - Rua Feliciano de Sousa (1900-1910) (effectifs et %)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 5.6. : Les professions des pères - Rua Feliciano de Sousa (1930-1939) (effectifs et %)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56490/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 5.7 : les séquences de déclarations instables
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56490/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540