Version classiqueVersion mobile

Les habitants d’Alcântara

 | 
Frédéric Vidal

Troisième partie. Identités et représentations professionnelles

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Simona Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin XVIIe-XVIIIe sièc (...)
  • 2 S. Cerutti, « Processus et expérience… », op. cit.

1Depuis les travaux de Simona Cerutti sur la société turinoise des XVIIe et XVIIIe siècles, on connaît mieux la nature du processus par lequel le fait de pratiquer un métier est devenu un critère de stratification sociale1. L’un des premiers enseignements de cette étude est de souligner que ce phénomène est datable et peut être reconstitué. À travers l’analyse des cérémonies et des rituels urbains, il est en effet possible d’observer l’évolution de l’image de la ville de Turin, d’une stratification simplifiée, où « seuls se détachent quelques grands groupes », à une « représentation fragmentée » du tissu social2. Les métiers ou les professions n’ont pas toujours été des facteurs incontestés de différenciation sociale. Si le développement économique de la ville n’est pas étranger à cette transformation de l’image de la société turinoise, l’apport de Simona Cerutti est aussi d’avoir démontré qu’il n’existe pas de correspondance absolue entre divisions techniques et sociales.

2Dans une ville industrialisée du début du XXe siècle comme Lisbonne, la profession occupe une place centrale dans la définition des identités individuelles. J’ai déjà pu m’en rendre compte lors de l’étude des images et des représentations produites autour d’Alcântara entre la fin du XIXe siècle et les années 1940. Je ne remets pas en cause l’existence de cette forme de distinction sociale. En revanche, j’en ignore la nature exacte. Les déclarations à l’état civil font-elles état de hiérarchies ou d’oppositions techniques, de prestige ou de statut social ? Dans quelle mesure mon dispositif de recherche permet-il de répondre à ces questions ? Comment déclara-t-on une profession à l’administration religieuse ou civile d’Alcântara ou, plus exactement, quelle signification peut-on donner à l’acte de déclaration ? Cette troisième partie est donc centrée sur le lien problématique entre deux objets : la profession des individus et la déclaration qu’ils en font à l’administration. Pour progresser, je dois définir une grille de lecture, au moins sommaire, de ces déclarations : déterminer en quoi elles peuvent être le reflet des processus de construction des statuts et des identités professionnels dans ce milieu. Cette étude doit s’enraciner dans un contexte local.

Notes

1 Simona Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, 262 p. Voir aussi du même auteur : « Processus et expérience… », op. cit.

2 S. Cerutti, « Processus et expérience… », op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search