Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitants d’Alcântara

 | 
Frédéric Vidal

Deuxième partie. Les relations interpersonnelles dans deux rues d'Alcântara : la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa

Chapitre 3. L’usage d’une source pauvre

Texte intégral

  • 2 On se heurte aussi aux conditions de conservation des documents. Dans les archives municipales de L (...)
  • 3 Teresa Rodrigues a mis en évidence les multiples difficultés posées par l’utilisation des róis de c (...)

1Si l’on souhaite étudier la population d’une ville du Portugal au début du XXe siècle à travers un repérage nominatif des situations et des parcours, le recours à l’état civil s’impose. Ce choix est fait a posteriori étant donné la rareté des sources nominatives homogènes et après l’élimination d’autres types de documents qui peuvent être valables pour d’autres époques (les XVIIIe et XIXe siècles notamment) ou pour d’autres milieux (le monde rural par exemple). Les listes électorales sont peu adaptées à l’étude de la population d’un quartier populaire de Lisbonne au début du XXe siècle. Les pratiques électorales ne donnent pas les garanties nécessaires à une étude microsociale2. Pour l’époque qui m’intéresse, certaines sources perdent en qualité et en niveau de représentativité de la société portugaise, en particulier de sa composante urbaine. Au début du XIXe siècle, les róis de confessados – recensements effectués par l’Église – donnaient encore une image fidèle, bien qu’imparfaite, de la population lisboète. En revanche, difficile de se fier à ce type de données pour les années 1900-19403.

  • 4 Daniel Milo, « Pour une histoire expérimentale ou le gai savoir », dans Daniel S. Milo et Alain Bou (...)
  • 5 Sur le sens de la notion d’expérimentation dans la pratique de l’historien : J. C. Passeron, J. Rev (...)
  • 6 La ville de Lisbonne est divisée en différents bureaux de l’état civil nommés Conservatórias de Reg (...)

2Le titre de ce chapitre fait référence à un texte de Daniel Milo où est préconisé l’appauvrissement des sources historiques4. Les données brutes contenues dans les actes de l’état civil sont de nature démographique. Elles visent essentiellement à répertorier et à comptabiliser des naissances, des mariages et des décès. Mais elles permettent aussi d’établir des relations entre des individus. Seul un cadre expérimental précis peut garantir la validité de la lecture et de l’interprétation de ces informations5. L’usage de l’état civil comme source historique pour l’étude de la population d’un espace urbain se heurte à des contraintes : une source unique mais pas uniforme, une documentation vaste, une grande densité de population. Des coupes dans l’espace et dans le temps sont souvent nécessaires. Ces choix d’échelle et de mode d’observation présupposent une certaine orientation de la recherche. Ils doivent donc être contrôlés. J’ai cherché au préalable à évaluer la qualité et l’homogénéité des données, les possibilités de contrôle, et l’adéquation entre les informations sélectionnées ou sélectionnables et les questions que je voulais traiter. Dans les paragraphes qui suivent, je souhaite, à partir de l’analyse des conditions de production de cette source, énoncer les critères précis qui ont orienté la démarche et qui ont permis de délimiter le champ d’étude. La plupart des choix ont été effectués au fur et à mesure que je découvrais le terrain. C’est ce parcours que je souhaite retracer ici6.

1. L’état civil et l’étude des populations

3Pour travailler sur la période 1900-1940, il est nécessaire d’utiliser deux types d’état civil : les registres paroissiaux et, à partir de 1911, l’état civil laïque. Cette rupture dans la cohérence de la série documentaire ne manque pas de soulever un certain nombre de questions : s’agit-il de documents identiques ? L’évolution des règlements ou des pratiques a-t-elle entraîné des modifications de contenus ? Parmi les actes de naissance, de décès ou de baptême, quels sont les documents les mieux adaptés à mes objectifs ?

a) L’état civil comme source des sciences sociales

  • 7 En unifiant les pratiques d’une discipline, la démographie historique, la méthode Henry a permis d’ (...)

4Le succès de la méthode Henry a contribué à faire de l’état civil une source indispensable de la démographie historique7. Je ne souhaite pas ici retracer l’évolution de disciplines, telles la démographie historique et plus récemment l’histoire sociale, qui ont peu à peu élaboré les outils conceptuels ou méthodologiques nécessaires au traitement de cette documentation. Il s’agit seulement d’illustrer la diversité des usages. Au Portugal, l’état civil a été exploité dans le cadre de travaux d’histoire mais aussi d’anthropologie. En France, dans un autre contexte institutionnel, celui d’une grande enquête collective, l’analyse des actes de l’état civil fut à l’origine d’une forte inflexion des débats historiographiques. Ces travaux français ou portugais se sont attachés à résoudre les difficultés pratiques et méthodologiques spécifiques à cette source. D’où aussi l’intérêt de tirer parti de ces expériences.

• L’enquête des « 3 000 familles »

  • 8 Sur les conditions d’élaboration de cette enquête voir : J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), La soci (...)
  • 9 Outre les études publiées dans le livre dirigé par J. Dupâquier et D. Kessler, on citera : Maurizio (...)

5Du point de vue des conditions et des méthodes de recherche, l’enquête dite des « 3 000 familles » possède un statut très particulier au sein de l’historiographie récente. Lors de son lancement, cette vaste entreprise collective dirigée par Jacques Dupâquier avait affiché son ambition de renouveler en profondeur les problématiques et les objets d’étude de l’histoire sociale8. Ce travail a demandé du temps et a mobilisé des moyens importants : plusieurs dizaines de chercheurs secondés par un vaste réseau de correspondants qui ont dépouillé les tables décennales de mariages et les registres d’état civil dans toute la France. L’enquête des « 3 000 familles », dans sa conception initiale, reste inachevée mais elle a permis de constituer un vaste fichier informatique – 45 000 mariages pour le seul XIXe siècle – qui a servi de base à une première série d’études9. Les connaissances sur les mobilités géographiques et sociales en France ont été renouvelées. Ces études ont en commun un certain goût pour l’expérimentation et tentent de remettre en cause les modèles historiques traditionnels comme l’exode rural ou les classifications sociales usuelles.

  • 10 J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), op. cit., p 23.
  • 11 Pour plus de précisions, je renvoie au texte de J. Dupâquier et de D. Kessler, ibid.

6Rappelons que cette enquête proposait de suivre sur une longue période – XIXe et XXe siècles – l’évolution de 3 000 lignées familiales représentatives de la population française. La reconstitution précise des lignages devait permettre de « restituer l’évolution des groupes sociaux dans toutes leurs dimensions, dans toute leur continuité, dans tout leur dynamisme »10. Cette étude devait être menée à partir des actes de la vie civile (naissances, mariages, décès, divorces) et patrimoniale (successions) de la population. Le principe de l’enquête reposait sur l’extension au champ de l’histoire sociale de la technique de la reconstitution des familles mise au point par Louis Henry. Pour mettre en évidence les mobilités géographiques et sociales, il convenait de s’affranchir du cadre étroit des monographies villageoises ou communales. La méthode employée était celle des généalogies descendantes, reconstituées à partir de 3 000 couples ayant vécu en France au début du XIXe siècle. La reconstitution des lignées familiales suivait une méthode patronymique, les noms des familles étudiées commençant par les lettres TRA11. L’étude était basée sur la technique du sondage à partir de l’élaboration d’un échantillon composé d’un contingent de 3 000 familles-souches selon une répartition spatiale proportionnelle à la population de chaque département. Le choix des familles par tirage au sort garantissait une bonne représentativité sociale. La définition de l’échantillon a obéi à des critères précis et les auteurs espéraient généraliser les conclusions de l’enquête à l’ensemble de la société française des XIXe et XXe siècles.

  • 12 J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), op. cit., p. 32.

7Trois types de problèmes se sont cependant posés : la représentation de l’aristocratie (dont le patronyme comporte une particule) ; la représentation des branches féminines (la descendance des femmes TRA mariées échappe à l’observation) ; la contribution des étrangers à la formation de la population française. Dans le premier et le troisième cas, il fut prévu de corriger l’échantillon en y ajoutant, suivant des critères précis, des familles issues des groupes non représentés. Malgré tout, les auteurs reconnaissent les limites de l’échantillon. Celui-ci permet de mesurer la mobilité géographique et sociale de la population tout entière. Il autorise aussi certaines conclusions à l’échelle régionale et pour les grands groupes sociaux, mais cesse d’être valable à l’échelle du département et pour des groupes professionnels plus restreints12.

  • 13 P. A. Rosental, Les sentiers invisibles…, op. cit., pp. 22-23.

8L’enquête des « 3 000 familles » appelle une autre lecture de ces sources. Elle permet d’appliquer certains principes hérités de la microhistoire, notamment l’observation concrète des mécanismes sociaux, à des « terrains a priori défavorables » car marqués par la pauvreté archivistique ou par l’instabilité des liens entre les personnes13. Les données issues des fichiers constitués au cours de cette enquête combinent en effet deux qualités : elles sont représentatives de l’ensemble de la société française du XIXe et du XXe mais elles restent nominatives. Tout en cherchant à retracer les évolutions d’une société entière et donc en s’appuyant sur un traitement quantitatif des données, les premiers résultats de cette enquête, ou des études qui ont utilisé le fichier des 3 000 familles, s’attachent à construire leurs analyses sur une observation directe des comportements individuels. Les outils et les méthodes employés sont alors élaborés en fonction du terrain choisi et des questions abordées. Ils gardent souvent un caractère circonstanciel.

• Le contexte portugais

9Le contenu, l’organisation et les conditions de conservation des archives influencent aussi les choix scientifiques. Les contextes nationaux sont ici déterminants. Sur bien des points, l’état civil portugais ressemble à l’état civil français, mais les chercheurs portugais n’ont pas forcément eu le même usage de cette source. Au Portugal, jusqu’à aujourd’hui, aucune grande enquête collective n’a été lancée dans ce domaine. Les travaux existants ont été exécutés par des chercheurs isolés ou par des équipes restreintes. Les objectifs sont donc plus modestes.

  • 14 Voir entre autres : Maria Norberta Amorim, Uma metodologia de reconstituição de paróquias, Braga, U (...)

10Il faut cependant noter l’originalité d’une démarche au départ individuelle mais qui s’est progressivement transformée en entreprise collective. L’historienne démographe Maria Norberta Amorim est à l’origine d’une série de recherches importantes qui s’appuient essentiellement sur les données brutes de l’état civil. Avec son équipe de l’Université du Minho, elle a mis au point une méthode complexe, dite de reconstitution des paroisses (reconstituição de paróquias), qui a été décrite et appliquée à plusieurs reprises14. Le procédé consiste à croiser différentes sources (actes de baptême, de mariage et de décès) et à reconstituer des biographies individuelles et familiales. La méthodologie de reconstitution des familles de Louis Henry a une fois de plus servi de modèle. Maria Norberta Amorim propose cependant d’élargir l’objet de la recherche. Il s’agit de reconstituer la population de paroisses en étudiant non seulement les phénomènes de fécondité et de nuptialité, mais aussi de mortalité et de mobilité.

11Ce long travail de terrain a permis de dresser un inventaire des difficultés posées par le traitement de ces sources dans le cas spécifique de la société portugaise. Ce type d’étude demande une connaissance précise d’un grand nombre de pratiques sociales nationales, voire locales, qui peuvent influencer la nature et l’organisation des données recueillies. L’instabilité des règles de transmission du nom de famille peut par exemple empêcher d’établir des liens de filiation ou de parenté entre des individus. Maria Norberta Amorim conseille donc de regrouper systématiquement plusieurs types de renseignements – le nom et la date de naissance par exemple –, les individus étant identifiés par leur prénom et non par leur nom de famille.

  • 15 J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), La société…, op. cit., p. 27.
  • 16 M. Norberta Amorim, Uma metodologia…, op. cit., pp. 16-17.
  • 17 Ibid., p. 32. M. Noberta Amorim reconnaît que sa méthode convient davantage à l’étude des populatio (...)
  • 18 Ce n’est sans doute pas par hasard si les résultats les plus intéressants ont été obtenus à partir (...)

12En fait, si on sort un peu du cadre purement démographique et si l’on s’intéresse aussi aux mobilités géographiques, c’est surtout la définition spatiale de cette méthode qui pose problème. En choisissant la paroisse comme espace de référence, Maria Norberta Amorim suit la logique de l’organisation de cette source. Jusqu’au début du XXe siècle, les registres de l’état civil sont en effet constitués dans le cadre des paroisses. Cette méthode peut donc conduire aux mêmes impasses dénoncées par Jacques Dupâquier et Denis Kessler à propos des monographies communales15. On ne saisit ici que les individus nés, mariés et morts dans la même paroisse. Ce cadre géographique trop étroit peut donner l’image trompeuse d’une société immobile. Noberta Amorim est évidemment contrainte de tenir compte du volume d’informations à traiter16. Elle a choisi de travailler sur des paroisses rurales ou des petites villes comme Guimarães au nord du pays. Consciente des problèmes posés pas cette limitation excessive du cadre d’étude, elle souligne que cette méthode peut s’appliquer à un ensemble de paroisses contiguës, en particulier si l’étude porte sur un espace urbain17. Il est aussi prévu de corriger ces biais en croisant les données recueillies, au fur et à mesure que seront multipliées les monographies18. À l’heure actuelle, il semble cependant difficile d’envisager d’utiliser cette technique pour un espace densément peuplé comme le quartier d’Alcântara. Les chercheurs qui ont travaillé sur Lisbonne ont d’ailleurs adopté d’autres méthodes.

  • 19 Teresa Rodrigues, Lisboa no século XIX. Dinâmica populacional e crises de mortalidade, Tese de Dout (...)
  • 20 Ibid., pp. 55-82.
  • 21 Ibid., p. 107.

13La thèse de doctorat de Teresa Rodrigues porte sur les dynamiques démographiques et sur les crises de mortalité à Lisbonne au XIXe siècle19. Pour ces thèmes et pour cette époque, les sources sont abondantes : sources statistiques comme les dénombrements, les recensements, les mouvements de population ; sources nominatives comme les registres d’hôpitaux, les registres de sépulture des cimetières ou les registres paroissiaux20. Teresa Rodrigues a sélectionné certains types de données, notamment les tableaux des recensements et les actes de décès des registres paroissiaux, afin de construire des indicateurs généraux sur la population urbaine en recoupant les différentes sources21. Ainsi, et pour donner un simple aperçu de la méthode, les tableaux des recensements aident à reconstituer les dynamiques démographiques générales et les registres paroissiaux fournissent des indications plus fines sur les ruptures et les crises. Grâce aux actes de décès, il est possible d’effectuer un comptage saisonnier de la mort, de décrire l’évolution des causes des décès selon les lieux de résidence et d’étudier la microdynamique des crises de mortalité.

  • 22 Teresa Rodrigues, « Os movimentos migratórios em Lisboa. Estimativa e efeitos na estrutura populaci (...)
  • 23 T. Rodrigues, « Os movimentos… », op. cit., p. 47.

14Teresa Rodrigues s’est aussi intéressée aux mouvements migratoires à Lisbonne au XIXe siècle22. Elle s’est fixée des objectifs modestes : donner une vision d’ensemble sur le long terme, tout en essayant de différencier les comportements en fonction des espaces urbains23. Cette étude s’appuie essentiellement sur les résultats des recensements de la population. Des indicateurs statistiques permettent de dégager les grandes tendances et, selon le même principe que pour l’étude des crises de mortalité, les données de l’état civil de deux paroisses complètent les informations issues des recensements. La logique des grands nombres est conservée : l’étude des registres d’état civil ne sert qu’à illustrer ou à affiner des résultats plus généraux. Toutefois, l’utilisation d’outils appropriés et diversifiés, la prudence dans l’analyse permettent à l’auteur d’atteindre son objectif : présenter un bilan global des phénomènes migratoires à Lisbonne au XIXe siècle, souligner certaines différences de comportement entre les quartiers et avancer quelques hypothèses pour expliquer ces évolutions. Teresa Rodrigues attire par ailleurs l’attention sur l’importance du choix du cadre spatial de l’étude qui peut influencer la lecture des sources et donc la compréhension des phénomènes sociaux.

  • 24 Graça Índia Cordeiro, Um lugar na cidade : quotidiano, memória e representação no Bairro da Bica, L (...)
  • 25 Ibid., p. 133.
  • 26 Ibid., p. 137.

15L’état civil a pu aussi pallier l’absence d’autres sources nominatives, et notamment de listes de recensement. L’étude de l’anthropologue Gracia Índias Cordeiro sur le quartier de la Bica en est certainement l’une des meilleures illustrations24. Ce quartier ne correspond à aucune division administrative figurant dans les tableaux des recensements. L’état civil s’impose alors comme l’unique source contenant des informations détaillées sur l’histoire de la population de cet espace urbain. À partir de l’étude des actes de baptême et de naissance, Graça Índias Cordeiro retrace l’évolution du peuplement de ce quartier sur une longue durée, de 1886 à 1970. Elle s’intéresse en particulier aux lieux de naissance des habitants et à leur situation professionnelle. Bien qu’elle reconstitue des lignées familiales, en s’appuyant aussi sur les résultats d’une enquête orale, les données de l’état civil sont traitées essentiellement à l’échelle individuelle ou du couple, puis regroupées en catégories statistiques. L’auteur repère cependant qu’au-delà des informations sur les parents des enfants les registres de baptême et de naissance conservent les traces de « petits réseaux de relations relativement diversifiés »25. Graça Índias Cordeiro souligne l’intérêt de l’étude des relations interindividuelles entre les parents, les grands-parents et le parrain ou la marraine de l’enfant. Elle dresse même un véritable programme de recherche autour de ces thèmes et propose d’étudier les réseaux familiaux et de voisinage en relation avec différentes caractéristiques démographiques et sociales : modes d’habitation, niveaux d’alphabétisation (grâce aux signatures), mobilités résidentielles et sociales, etc.26.

*

16Les différences de méthode dans l’utilisation des actes de l’état civil illustrent la variété des approches et des positions au sein des sciences sociales. Ces travaux ont cependant quelques points en commun. Les auteurs recréent l’objet de leur étude avec une finalité prédéfinie. Les paramètres qui servent de fondement à ces analyses sont issus d’une reconstitution plus ou moins directe des faits et des comportements sociaux : parcours individuels ou familiaux, relations familiales ou interpersonnelles, etc. Les choix méthodologiques influencent donc la nature des résultats. Des phénomènes peuvent être perçus comme importants par le seul fait que l’on ait décidé, plus ou moins consciemment, de les mettre en évidence : on peut conclure à la faible mobilité d’une population parce que l’on étudie les seuls individus immobiles.

17Ces reconstitutions nécessitent de longues et laborieuses manipulations des données qui doivent être rendues intelligibles : lecture des actes, saisie informatique, regroupement et recoupement des informations, etc. Le volume des opérations implique souvent de limiter la taille de la population étudiée c’est-à-dire généralement, compte tenu du mode d’élaboration et de conservation de la source, de réduire le cadre spatial de l’étude. Seul le nombre élevé de collaborateurs rend possible une enquête comme celle des « 3 000 familles ». La définition a priori d’un cadre spatial étroit peut affaiblir la portée heuristique des informations obtenues. Ces contraintes sont parfois difficilement conciliables. Elles sont porteuses de contradictions dans la méthodologie suivie et dans les résultats espérés. Il faut donc engager un effort particulier dans la définition des objectifs. Il s’agit de choisir un point de vue précis. Quelle est la nature des données à notre disposition ? Que veut-on observer ? Que peut-on observer ?

b) Registres d’état civil et registres paroissiaux

• Laïciser l’état civil

  • 27 Dès le 25 décembre 1910, un décret rend obligatoire le mariage civil avant la cérémonie religieuse.(...)
  • 28 Decreto do 28 de Novembro de 1878, Lisbonne, 1878, p. 4. Voir en particulier l’introduction de Thom (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., p. 9. En 1878, le Portugal continental était divisé en 266 concelhos (cantons).

18Au Portugal, l’inscription à l’état civil des naissances, des mariages et des décès, est rendue obligatoire par le décret du 18 février 1911. Il s’agit de l’une des premières mesures importantes de la Ie République, quelques semaines après la Révolution du 5 octobre 191027. Avant cette date, les registres paroissiaux tenus par l’Église enregistraient les différents actes de l’existence de chaque individu. Au cours du XIXe siècle, la question de l’organisation des registres de naissance, de mariage et de décès prit une véritable dimension politique. Pour une partie de l’élite politique et intellectuelle portugaise, l’absence d’état civil laïque symbolisait l’influence trop importante de l’Église dans la société portugaise et surtout contribuait à perpétuer cette toute puissance cléricale. Pourtant, dès la Révolution libérale de 1820, les principes semblaient bien établis. Le projet de création d’un registre d’état civil fut mentionné pour la première fois dans un décret datant de 183228. La création d’un état civil était aussi prévue dans le Code civil de 1867, adopté par la Monarchie constitutionnelle. Mais il a fallu attendre le décret du 28 novembre 1878 pour qu’un état civil laïque soit formellement organisé au Portugal. Celui-ci resta cependant facultatif. Les individus non catholiques pouvaient désormais avoir recours à des registres civils de naissance, de mariage et de décès29. La tenue de ces registres, nommés « livres de l’administration », était confiée à un service administratif installé dans chaque chef-lieu de concelho30.

  • 31 Fernado Catroga, O Republicanismo em Portugal…., op. cit., pp. 337-338.
  • 32 Archives SPEP.
  • 33 Ibid.

19Dès lors, les républicains firent de l’instauration du registre d’état civil obligatoire l’une des mesures phare de leur projet politique qui devait conduire à la laïcisation de la société et, sur le plan institutionnel, à la séparation de l’Église et de l’État. En 1876, une Associação Promotora do Registo Civil fut fondée. Elle fut surtout active à partir de la fin des années 189031. Quelques échos de ce débat ont pu parvenir aux habitants du quartier d’Alcântara. Le 4 février 1906, Brito Camacho, directeur du journal républicain A Lucta, donna une conférence au siège de la Sociedade Promotora de Educação Popular. Il déplorait les réticences de la population vis à vis du registre d’état civil32. Le 19 mars 1907, l’Associação Promotora do Registo Civil organisa un nouveau débat, toujours au siège de la Promotora, portant sur les « conceptions mystiques et leur incompatibilité avec la raison et la science »33. Ce mouvement, farouchement anticlérical, était alors proche de la Libre pensée.

  • 34 Selon les termes de Thomás Antonio Ribeiro Ferreira, dans l’introduction au : Decreto do 28 de Nove (...)
  • 35 Ibid.

20Jusqu’en 1911, les registres paroissiaux gardèrent le quasi-monopole de l’inscription des actes de naissance – de baptême dans ce cas –, de mariage et de décès. Des « livres de l’administration » étaient théoriquement mis à la disposition des populations mais, jusqu’à la veille de la Ie République, ils restèrent peu utilisés. Nous en aurons la confirmation avec l’exemple d’Alcântara. Étant donné les faiblesses du maillage administratif prévu par le décret de 1878, une grande partie de la population rurale dont le domicile était éloigné du chef-lieu du concelho était de toute façon forcée d’opter pour les registres paroissiaux. Pour le législateur, ces contraintes dans l’organisation de l’état civil constituaient le principal argument en faveur du caractère facultatif de cet enregistrement. La mise en place du registre d’état civil obligatoire demandait un investissement financier important. Le constat est simple : au moment de la rédaction du décret de 1878, l’État portugais ne pouvait se permettre de désigner des fonctionnaires compétents et « rétribués comme il se doit » dans chacune des divisions administratives, de taille suffisamment réduite et spécialement créées pour cet usage ou déjà préexistantes comme la paroisse34. Le législateur se contentait donc de prévoir la création d’un service d’état civil laïque dans chaque chef-lieu de concelho, les registres paroissiaux devant répondre aux besoins des populations éloignées des agglomérations. Il admettait que cette solution ne pouvait être que provisoire mais il estimait répondre ainsi aux exigences des non-catholiques qui résidaient essentiellement dans les villes35.

  • 36 Je ne me prononce pas sur la validité de ces arguments. Ces questions doivent être traitées dans le (...)
  • 37 Thomás Antonio Ribeiro Ferreira, op. cit., p. 10.

21Il ne m’appartient pas ici de poursuivre l’analyse de ces positions et des éventuelles réactions qu’elles ont pu susciter, en particulier du côté du mouvement républicain36. Il est toutefois important de retenir qu’à la fin du XIXe siècle, l’administration portugaise ne reconnaissait pas de différence de nature entre les registres paroissiaux et les registres d’état civil : « Pour beaucoup (…), le registre paroissial n’est pas le registre civil et ceux-ci pourraient croire que durant cette période intérimaire, où le registre prescrit par le Code civil n’est utilisé que par une partie de la population, les catholiques et les non-catholiques vont se trouver dans des positions inégales ou différentes. Il convient de corriger cette erreur, en soulignant que le registre paroissial a toujours été et est aujourd’hui encore considéré comme civil, dans la tradition comme devant la loi »37.

• Réglementer et organiser l’état civil

  • 38 Nuno Daupiás d’Alcochete, « Registo paroquial », Dicionário da História de Portugal, vol. III, p. 2 (...)
  • 39 M. L. Coelho da Silva, Regulamento do Registo Paroquial anotado, Porto, 1888, 98 p.
  • 40 Abstraction faite des problèmes liés à l’interprétation et à l’application concrète du règlement, c (...)
  • 41 Pour la période étudiée, on s’est référé surtout au Code de 1932 : Código do Registo Civil (Decreto (...)

22La laïcisation relativement tardive de l’état civil s’explique donc en partie par les difficultés rencontrées par l’État pour mobiliser les moyens nécessaires à l’organisation, dans tout le pays, d’un nouveau service administratif. Les hésitations concernant le statut de l’état civil portugais n’ont pas empêché de solides avancées sur le plan du cadre légal et réglementaire. Jusqu’à la moitié du XIXe, les registres paroissiaux étaient organisés selon les dispositions du droit canon – Concile de Trente de 1563, Rituel romain de Paul VI – et des différentes constitutions diocésaines38. En 1859, le fonctionnement des registres paroissiaux fut uniformisé dans tout le pays. Le décret du 19 août 1859 imposa l’usage de formulaires qui devaient dorénavant servir de modèles lors de la rédaction des différents actes. Les registres paroissiaux furent finalement dotés d’un règlement général, publié par décret le 2 avril 186239. À la fin du XIXe siècle, les registres paroissiaux étaient tenus selon des règles précises qui laissaient peu de place aux pratiques improvisées en fonction des habitudes du prêtre de la paroisse ou de l’individu qui le représentait lors de la rédaction des actes40. Les registres paroissiaux constituent donc, au moins pour la période qui m’intéresse et au même titre que les registres d’état civil, une source homogène. Après 1911, la tenue des registres d’état civil fut aussi uniformisée suivant l’application d’un code précis. Comme nous le verrons par la suite, de nombreuses dispositions antérieures furent reprises41.

  • 42 Pour Lisbonne, selon Teresa Rodrigues, les registres paroissiaux du XIXe siècle présentent une bonn (...)

23Évidemment, les aléas liés au comportement de la population – l’absence de déclaration –, à l’archivage et à l’état de conservation des documents sont aussi des paramètres à prendre en compte pour évaluer la qualité des informations42. Celle-ci dépend aussi de la compétence et de l’application des individus chargés de leur rédaction. Il s’agit là sans doute du principal facteur de dévalorisation des informations disponibles. Au-delà de l’application stricte du règlement, il est difficile d’évaluer la rigueur ou la simple bonne foi des rédacteurs, cela quelle que soit l’époque considérée, avant ou après 1911. Le faible niveau d’alphabétisation général de la population limitait sans doute la portée des vérifications directes des usagers confrontés à des déclarations écrites. Ainsi, récemment, les médias portugais se sont fait l’écho de la situation d’un village de l’Alentejo où la plupart des individus nés dans les années 1920 sont officiellement fils ou filles de mère inconnue. À cette époque, un employé de l’état civil peu consciencieux, avait pris l’habitude de ne pas enregistrer l’identité des mères pourtant connues de tous dans cette petite communauté villageoise. Cette négligence a entraîné de graves complications au moment de la transmission des patrimoines. En travaillant sur un ensemble de registres rédigés dans le même bureau d’état civil, on peut espérer être en mesure de repérer facilement ce type d’errements.

24Ces premières indications nous confortent dans l’idée que l’utilisation croisée et à une échelle réduite des registres paroissiaux et des registres d’état civil peut être envisagée sans craindre d’introduire un biais dans les résultats. L’historique de l’état civil portugais, ici rapidement retracé, permet cependant de souligner la singularité des années 1911 et 1912, années de transition. Durant cette période, les documents ont été élaborés dans un contexte bien particulier qui a pu entraîner une modification passagère des habitudes et des comportements. En 1911 et 1912, le bureau de l’état civil dont dépend la freguesia d’Alcântara a reçu un nombre inhabituel de déclarations de naissances. Au lendemain de la proclamation de la République, certaines familles ont vraisemblablement enregistré à l’état civil laïque des enfants qui avaient été auparavant baptisés. La situation s’est rapidement normalisée par la suite.

c) Les actes de baptême et de naissance comme source privilégiée

25Les différentes techniques de reconstitution des dynamiques démographiques et, dans un second temps, sociales par l’analyse croisée des actes de l’état civil – actes de naissance ou de baptême, de mariage et de décès – peuvent difficilement s’appliquer à l’étude d’un espace urbain et d’une population que l’on suppose mobile. Outre les contraintes liées à la densité de peuplement et donc au volume des données à traiter, la stricte délimitation spatiale du champ d’étude empêcherait toute conclusion solide sur la nature des comportements observés. J’ai donc suivi une autre méthode qui repose essentiellement sur l’étude intensive d’une source unique.

• L’exclusion des actes de décès et de mariage

26Les actes de naissance ou de baptême, de mariage et de décès n’ont pas la même valeur en tant que source. Il existe tout d’abord des différences de densité d’information. Sur ce point, dans la perspective d’une étude des relations sociales, et non d’une étude purement démographique, les documents les plus pauvres sont les actes de décès. Ils contiennent seulement des renseignements sur le défunt – domicile, âge et lieu de naissance, cause du décès, profession et état civil –, et éventuellement sur le conjoint ou sur les parents s’il s’agit d’un enfant en bas âge.

  • 43 Voir en particulier les remarques de Jacques Dupâquier et de Denis Kessler, dans La société françai (...)
  • 44 Les tables annuelles des mariages sont organisées selon l’ordre alphabétique des prénoms des époux. (...)
  • 45 Voir par exemple : Graça Índias Cordeiro, Um bairro no…, op. cit., p. 133.

27L’élimination des actes de décès s’explique par l’inadéquation entre les informations contenues dans ces documents et mes objectifs. En ce qui concerne les actes de mariage, ce sont les modes de production des informations qui ont attiré mon attention. Les actes de mariage sont des documents relativement riches. Ils donnent des informations sur les époux (nom, profession, état civil, âge et lieu de naissance, domicile) et sur leurs parents (nom, profession, domicile et lieu de naissance). Les témoins du mariage (en général, deux témoins par époux) sont aussi identifiés par leur nom, leur profession, et leur domicile. Ces documents permettent donc d’établir des liens entre de nombreux individus. Ils semblent particulièrement adaptés à l’étude de l’évolution des modes de peuplements et des relations sociales43. Mais le mariage, notamment dans les milieux populaires, est un acte qui renvoie à des pratiques spécifiques. L’étude de la population d’un espace urbain, à partir des seuls actes de mariage, pourrait conduire à l’introduction de biais difficilement maîtrisables. Il s’agirait tout d’abord d’étudier les seuls habitants d’Alcântara dont le mariage est enregistré dans le bureau de l’état civil dont dépend la paroisse d’Alcântara44. Ensuite, par définition, on ne pourrait recueillir des informations que sur les couples mariés. Or, de nombreux auteurs ont déjà eu l’occasion de souligner l’importance de la pratique du concubinage et des unions « illégitimes » dans les milieux populaires45.

  • 46 En voulant étudier la mobilité géographique de la population française au XIXe siècle, à partir des (...)
  • 47 Quelques éléments de réflexion sur le mariage peuvent être trouvés dans : « Le mariage, règles et p (...)

28Ce qui pose problème, ce n’est pas le fait que les actes de mariage ne concernent qu’une partie de la population, mais c’est l’existence possible d’une logique cachée dans cette sélection. Baser une étude à une échelle réduite sur une documentation, sans suffisamment maîtriser les conditions d’élaboration des informations, peut entraîner de sérieuses distorsions dans la reconstitution des phénomènes sociaux. Les mariages ne sont pas forcément célébrés dans le lieu de résidence des époux. Les comportements peuvent aussi être différenciés en fonction des appartenances sociales. Je fais ici allusion en particulier à la tradition plus ou moins respectée du mariage dans la région, dans la ville ou dans le quartier d’origine de la future épouse. Ainsi, comment interpréter le cas rencontré au cours de ma recherche d’un homme et d’une femme qui ont un premier enfant en 1901 sans être mariés, puis déclarent un autre enfant en 1910, après s’être mariés dans le quartier de Santos d’où ni l’un ni l’autre ne sont originaires, sachant qu’entre 1901 et 1910 leur domicile dans le quartier d’Alcântara n’a pas changé ? Que peut-on en conclure ? Le couple a quitté le quartier d’Alcântara pendant quelque temps ? Ils se sont mariés pour une raison inconnue dans le quartier de Santos tout en continuant à habiter le quartier d’Alcântara ? Les exemples comme celui-ci sont nombreux. Il s’agit là de questions complexes. Pris isolément, les actes de mariage de l’état civil ne permettent pas d’éclairer et de comprendre ces pratiques46. J’ai donc limité la collecte des données aux seuls actes de naissance et de baptême. Toutefois, au cours de la recherche, je réintroduirai parfois, sous contrôle, certaines informations issues des actes de décès ou de mariage47.

• Les actes de baptême et de naissance

  • 48 En revanche, les parents peuvent changer de domicile entre la naissance et le baptême, les deux évè (...)

29Les actes de baptême et de naissance donnent des informations sur l’enfant, sur les parents et les grands-parents, sur les témoins ou sur le parrain et la marraine. Après 1911, les naissances doivent être obligatoirement déclarées au bureau de l’état civil du lieu de naissance. Jusqu’aux années 1940, l’accouchement à domicile était une pratique quasi généralisée. Pour la période antérieure à 1911, certaines naissances, attestées seulement par l’acte de baptême, peuvent théoriquement nous échapper. Le baptême pouvait en effet avoir lieu en dehors de la paroisse de résidence. Le règlement du registre paroissial prévoyait d’ailleurs dans ce cas la transcription de l’acte dans le registre du lieu de résidence. Le baptême d’un enfant en dehors du lieu de résidence des parents peut être considéré comme un fait relativement marginal. Je n’en ai pas trouvé la trace dans les registres48. Les actes de baptême et de naissance distinguaient toutefois le lieu de naissance du domicile des parents. Ils prévoyaient d’indiquer deux adresses différentes, mais dans les actes examinés ces deux lieux sont toujours identiques.

  • 49 Graça Índias Cordeiro a même vu dans l’existence de ces déclarations multiples l’un des principaux (...)

30Le choix des actes de naissance limite le risque de sélectionner accidentellement un certain type de population. En relevant les naissances déclarées au bureau de l’état civil d’Alcântara par les habitants du quartier durant une période donnée, on peut raisonnablement espérer obtenir une série d’informations sur tous les habitants du quartier qui ont eu un enfant durant cette période. Ce choix répond aussi à un objectif de recherche précis : recueillir des informations sur l’origine des individus, leur horizon professionnel, des bribes de réseaux relationnels. Des couples peuvent déclarer plusieurs naissances au cours de la période étudiée. Ces déclarations multiples, qui sont par définition spécifiques aux actes de naissance – sauf en cas de remariage, mais le phénomène est beaucoup plus exceptionnel –, permettent d’accompagner l’évolution de nombreux couples père/mère, en particulier sur le plan professionnel. Cette propriété de cette source se révèlera particulièrement intéressante pour la suite de la recherche49.

2. Une méthode d’observation des individus et des relations interindividuelles

31La nature et le contenu de la source sont désormais mieux connus. L’orientation des choix à venir se profile. Il s’agit maintenant de définir le champ d’étude, les cadres géographiques et chronologiques, présenter la méthode de collecte et d’organisation des données et préciser les limites de l’enquête. C’est-à-dire déterminer quels sont les comportements sociaux qui, en raison de la nature des informations recueillies, ne pourront pas être observés. Ce qui est hors champ.

a) L’étude de deux rues

32Dans les années 1930, on enregistrait environ 800 naissances par an dans la freguesia d’Alcântara. Pour mener à bien cette recherche, il convenait de limiter le cadre spatial de l’étude. Plus que de la taille du corpus, le succès d’une telle entreprise dépend en effet de la qualité et l’exhaustivité de l’analyse. Pour restreindre ce cadre spatial, j’aurais pu utiliser les subdivisions d’Alcântara, les « quartiers » à l’intérieur du « quartier » : Santo Amaro ou la zone de Calvário, par exemple. Cette option aurait permis de trouver, un peu maladroitement, un moyen terme, en restant dans le cadre de l’étude de quartier ou d’un espace a priori homogène. J’ai préféré une solution plus tranchée, en choisissant comme objet d’étude la population de deux rues.

• La rue comme espace social

  • 50 Jean-Loup Gourdon, La rue – Essai sur l’économie de la forme urbaine, La Tour d’Aigues, Éditions de (...)

33Dans les sciences sociales, la rue est le plus souvent étudiée comme un espace urbain public et non comme une unité sociologique particulière. Elle est étudiée davantage du point de vue de ses usagers que du point de vue de ses habitants, même si souvent il s’agit des mêmes personnes. Si l’on se place clairement dans le cadre de l’étude du fait urbain, la rue peut devenir la « plus petite synthèse partielle de la ville ». Elle s’impose alors comme un « thème » qui se décline en fonction des approches, et non comme un « sujet » proprement dit50.

  • 51 Pour reprendre les termes de Pierre Mayol dans : Michel de Certeau, Luce Giard, Pierre Mayol, L’inv (...)
  • 52 Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir : un quartier de Saint-Etienne 1840-1940, Lyon, PUL-Centre Pierre L (...)
  • 53 Au hasard des lectures : « La ville », Le courrier du CNRS, no 91, 1994. Notamment les articles d’I (...)
  • 54 I. Joseph, ibid., p. 23.
  • 55 Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Armand Collin, 1996, 422 p.
  • 56 Ibid., pp. 98-122.
  • 57 Michel Verret, La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan1988, p. 99.

34La rue peut être perçue comme une portion de l’espace communautaire. Avec la rue, c’est le quartier qui commence ou qui s’achève, selon qu’on y entre ou que l’on en sort. On peut l’étudier comme un lieu exemplaire où peuvent être observées les différentes pratiques que l’on associe volontiers à la vie citadine. La rue permet alors d’approcher au plus près le quotidien et les « tactiques » mises au point par les individus pour « s’approprier » et maîtriser un espace urbain qui reste accessible à « l’usager »51. Il peut aussi s’agir d’un espace de transition ou d’apprentissage. Dans la rue, par le vêtement, le paraître ou l’attitude s’affichent clairement les rôles et les fonctions52. Le mot rue peut donc être utilisé comme synonyme d’espace public53. Le terme désigne de manière très générale tout ce qui se passe à l’extérieur, le dehors, l’espace de contact entre les individus ou de circulation des personnes. S’il existe une logique sociale perceptible à l’échelle de la rue, il faut la chercher justement dans ces rencontres ou dans ces passages plus ou moins informels : « Une rue, mais aussi bien une gare, une station de métro, une galerie commerciale ou un parking, en tant qu’ils sont susceptibles d’être accessibles à tout un chacun, se déploient entre les territoires familiers du chez-soi, comme autant d’espaces de rencontres socialement organisées par des rituels d’exposition ou d’évitement qui n’ont peu de choses à voir avec la convivialité réputée de la vie de quartier et des relations de voisinage »54. Chez Pierre Sansot, la rue, comme la gare, les faubourgs, ou les trajets entre ces différents lieux, sont appréhendés à travers leur symbolique55. La rue peut devenir un des espaces du politique. Elle renvoie au défilé, à la manifestation, à la grève ou à l’insurrection, ce que Pierre Sansot nomme « l’appropriation révolutionnaire de la ville »56. La rue c’est aussi l’endroit où l’on donne libre cours au « plaisir de la fête »57.

  • 58 Deux exemples récents : Antoine Prost, « La rue de la Goutte-d’Or et la rue Polonceau entre les deu (...)

35Qu’en est-il de la rue vue du coté de ses habitants ? Ici ou là on rencontre des études sur des rues, en général des rues populaires. Ces travaux s’intéressent aux manières d’habiter, aux origines des habitants ou aux relations sociales observables à cette échelle. Ils explorent notamment la notion de ségrégation sociale58. Tous ont un point en commun : aucun ne donne à la rue le statut d’un espace social structuré selon des règles spécifiques. La rue est définie comme la partie essentielle d’un quartier ou d’un espace urbain que ces travaux cherchent à caractériser, ou alors comme l’échelle idéale pour une étude microdémographique. J’ai plutôt choisi de travailler selon cette deuxième option.

36Les deux rues choisies, la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa, ne sont pas des espaces singuliers. Je n’ai pas voulu étudier des rues jugées représentatives du quartier d’Alcântara. Il ne s’agit pas de procéder par sondage pour comprendre un tout. Les conclusions auxquelles j’espère parvenir ne concerneront pas l’organisation sociale d’un espace, mais des modes de relation dans un milieu populaire qui lui, en revanche, peut être en partie défini du point de vue de son insertion dans l’espace urbain. Le choix de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa tente avant tout de répondre au mieux à des exigences méthodologiques.

• La Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa

37La densité de peuplement s’est imposée comme un paramètre important. Il fallait travailler sur des rues peuplées. Ce critère a conduit sans doute à préférer un profil sociologique particulier. Plutôt que de densité, il faudrait parler de la taille de la population concernée : je me suis efforcé de repérer le plus grand groupe possible d’individus habitant la même rue. Avant d’arrêter mon choix sur deux rues, j’ai procédé à une rapide étude préalable. Les rues devaient être assez importantes – pas de traverses ou de petites rues – et surtout, leur morphologie ne devait pas changer au cours du demi-siècle qui m’intéressait. J’ai effectué un premier sondage sur quatre rues au profil différent : deux rues populaires de la périphérie du quartier (la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa) et deux rues du centre du quartier (Rua d’Alcântara et Rua das Fontainhas). En cinq ans (1930-1935), seules 34 et 14 naissances ont été déclarées par des individus respectivement domiciliés dans la Rua d’Alcântara et dans la Rua das Fontainhas. J’ai donc concentré mes efforts sur la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa qui semblaient assez bien correspondre à mes exigences. J’ai en fait sélectionné deux rues, parmi les plus peuplées d’Alcântara.

  • 59 Noberto de Araújo, Perigrinação em Lisboa, Livro IX, Lisbonne, 1939, p. 27.
  • 60 Notamment, O Século, 6 et 7 avril 1908.

38La Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa se situent au nord du quartier d’Alcântara, sur le versant ouest du vallon. Elles surplombent la Rua Fábrica da Polvora et, au XIXe siècle, la rivière d’Alcântara. Ces rues nous sont déjà un peu familières. J’ai déjà évoqué ce secteur d’Alcântara au cours de cette enquête. On se souvient que le lieu n’a pas vraiment bonne réputation au début du XXe siècle. Norberto de Araújo situe là le cœur de l’Alcântara populaire ce qui, sous sa plume, signifie plutôt populeux et besogneux : « …à l’ouest de la ligne de chemin de fer, partent les rues de Alvito, Cruz d’Alcântara et Fábrica da Pólvora qui se perdent dans les contreforts de la Serra de Monsanto, toutes avec un aspect pauvre et populaire, proche du rustre et du vétuste »59. Lors des événement qui ont suivi les élections d’avril 1908, plusieurs journaux rapportent la présence d’habitants de la Rua da Cruz parmi les fauteurs de troubles60. Quand on parle de la Rua da Cruz, c’est souvent en mal.

  • 61 Duarte José Fava, Carta topográphica de Lisboa e seus subúrbios, 1807 (publiée en 1831). La Rua Fel (...)

39Qui parcourt aujourd’hui la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa ressent une sensation d’isolement et d’abandon. Les aménagements urbains, les avenues et les voies rapides ont répondu aux besoins d’une agglomération en expansion, sacrifiant les intérêts des habitants d’une zone délaissée. La Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa sont pourtant des rues anciennes. Elles apparaissent déjà sur un plan de Lisbonne de 180761. Au début du XIXe siècle, il s’agit de l’une des zones les plus urbanisées de la partie occidentale de la ville. La topographie du lieu ne change guère par la suite. L’espace urbain tel qu’il est organisé, au moins à la fin du XVIIIe siècle, demeure identique plus d’un siècle plus tard.

  • 62 Les pátios de Lisbonne ont fait l’objet d’une enquête municipale au début du XXe siècle. Malheureus (...)

40La Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa se prolongent respectivement sur environ 600 mètres et 400 mètres, bordées par de petits immeubles de un ou deux étages, la plupart construits durant la première moitié du XIXe siècle. Les logements sont assez modestes et uniformes. Il existe aussi un autre type d’habitat plus typiquement ouvrier. Dans ce secteur, entre la Rua da Cruz et la Rua da Fábrica da Polvora, quelques industriels ont fait construire des pátios – semblables aux courées du nord de la France – pour loger leurs ouvriers. On peut citer entre autres le Pátio do Vapor qui appartenait à une famille belge, les Dargent ; le Pátio do Cabrinha ou Vila Cabrinha construit par la Companhia Têxteis & Sul. Ce dernier ensemble est un bon exemple des vilas, ces nouvelles formes de logements ouvriers mieux planifiés qui voient le jour à la fin du XIXe siècle. La Vila Cabrinha est composée de 36 immeubles étroits de 4 étages. Seule une partie de ces logements donnent sur la Rua da Cruz. Le reste dépend en principe de la Rua da Fábrica da Polvóra et de l’Avenida de Ceuta62.

  • 63 Les calculs se basent sur les données suivantes :
    (...)

41Difficile de mesurer précisément la taille de la population de ces deux rues. La seule méthode est de rapporter le nombre moyen de naissances déclarées ou de baptêmes réalisés chaque année parmi les habitants des deux rues aux taux de natalité d’Alcântara. On peut ainsi estimer grossièrement que la Rua da Cruz possédait un peu plus de 1 200 habitants au début du siècle et environ 1 150 dans les années 1930, et la Rua Feliciano de Sousa, un peu plus de 700 habitants au début du siècle et un peu moins de 770 dans les années 193063.

Figure 3.1. : La Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa à Alcântara

Figure 3.1. : La Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa à Alcântara

b) La collecte des données

  • 64 Le règlement du registre paroissial ne donne aucune indication sur la déclaration de la profession (...)
  • 65 Art. 13 du règlement du registre paroissial de 1862. Lors de la cérémonie, le parrain et la marrain (...)

42Les actes de baptême mentionnent les informations suivantes : la date du sacrement ; l’église, la chapelle, ou le lieu de la cérémonie ; le nom de la personne qui a effectué le sacrement ; le sexe et le prénom de l’individu baptisé ; le lieu de naissance ; la date et si possible l’heure de la naissance ; s’il s’agit d’un enfant légitime, illégitime, ou d’un enfant abandonné (exposto) ; les noms et prénoms des parents, leurs professions, leur lieu de naissance, le lieu de leur mariage, leur(s) domicile(s) ; les noms et prénoms des grands-parents paternels et maternels de l’individu baptisé ; le nom, le prénom et la profession du parrain ; le nom et prénom de la marraine64. Le parrain et la marraine doivent signer le registre ou l’acte de baptême doit comporter la mention « le/la parrain/marraine n’a pas signé (e) le registre car il/elle ne sait pas écrire »65. Après 1911, les actes de naissance de l’état civil laïque mentionnent les mêmes informations, sauf en ce qui concerne le mariage des parents. Les actes de baptême indiquent toujours si les parents sont mariés (recebidos) et, si c’est le cas, le lieu du mariage. Le Code de l’état civil ne rend pas cette mention obligatoire. Après 1911, c’est la mention « enfant légitime » ou « enfant illégitime » qui indique si les parents sont mariés ou non. Les actes de naissance mentionnent aussi le domicile des témoins ou du parrain et de la marraine de l’enfant ainsi que l’âge du père et de la mère de l’enfant.

  • 66 Ces mentions dépendent aussi de la qualité de la circulation de l’information entre les différents (...)

43En dehors de ces rubriques toujours présentes – les règlements et les formulaires sont bien respectés –, les actes peuvent contenir d’autres types d’informations. La mention des mariages ou du décès en marge des actes de naissance des individus devient obligatoire en 1959. Les actes de naissance datant de la fin des années 30 comportent donc un certain nombre d’indications sur le devenir des individus : le lieu et la date du mariage, le nom et le lieu de naissance de l’époux, éventuellement le lieu et la date du décès. Au fur et à mesure que l’on recule dans le temps, ces indications se font plus rares. Ici, la règle ne correspond pas toujours à l’usage : des mentions en marge sont effectuées bien avant qu’elles ne soient obligatoires, mais une fois la règle établie son application reste approximative. Par ailleurs, le mode de rédaction de ces mentions change suivant les périodes. On ne précise pas toujours la freguesia (la paroisse) du mariage ou du décès, ni le lieu de naissance de l’époux ou de l’épouse66.

  • 67 Art. 233 du Code de l’état civil. Código de Registo Civil…, op. cit. La présence des parents n’est (...)
  • 68 Ces remarques valent uniquement pour les actes conservés dans le 4e bureau de l’état civil de Lisbo (...)

44La référence au parrain et à la marraine de baptême disparaît du Code de l’état civil. En revanche, chaque acte de naissance doit être rédigé en présence de témoins, qui déclarent leurs noms et prénoms, domiciles et professions. Ces témoins signent le registre67. Le fait que des actes officiels laïques ne tiennent pas compte d’une tradition chrétienne comme le parrainage n’a rien de surprenant. Dans les actes de l’état civil d’Alcântara, la mention du parrain et de la marraine de l’enfant est rare après 1911. Dans les années 1920, elle est presque toujours absente. En revanche, dans les années 1930, les actes de naissance donnent presque systématiquement des informations sur le parrain et la marraine (nom, prénom, domicile, et profession). Ces changements dans le contenu des actes peuvent être dus à l’évolution des pratiques de l’administration portugaise, mais ils ne correspondent à aucune règle formelle. Ils relèvent uniquement de l’usage68.

  • 69 J’ai bien distingué les parrains des simples témoins. Voir sur ce point le paragraphe suivant sur l (...)
  • 70 L’année 1907 est exclue de l’étude car le registre correspondant était en trop mauvais état pour êt (...)

45Compte tenu de la taille de la population à étudier, l’idée de procéder par coupe chronologique s’est assez vite imposée. Je pouvais envisager de collecter les données sur toute la période, mais je risquais alors de sacrifier la qualité de l’analyse des informations, sans pour autant obtenir un gain heuristique substantiel. La nature des sources a orienté mon choix : l’information disponible n’étant pas identique durant toute la période, il a fallu cibler les coupes chronologiques en fonction des problématiques retenues. L’étude, même rapide, de l’évolution de l’organisation de l’état civil portugais apporte un éclairage précieux. Les années 1911-1912 sont des années de transition. Les informations récoltées durant cette période peuvent être partielles et partiales. Par ailleurs, les actes de naissance de l’état civil d’Alcântara des années 1920 ne mentionnent pas l’existence des parrains69. J’ai donc choisi d’effectuer deux coupes chronologiques de dix années : 1900 à 1910 et 1930 à 193970.

Tableau 3.1. : Le contenu type des fiches baptême ou naissance

Tableau 3.1. : Le contenu type des fiches baptême ou naissance

46J’ai relevé, pour les deux périodes, tous les actes de naissance ou de baptême concernant des enfants dont au moins l’un des parents habite la Rua de Cruz ou la Rua Feliciano de Sousa. J’ai constitué une base de données, chaque fiche informatique correspondant à une naissance ou un baptême. Le contenu des fiches a été élaboré d’après une liste type de variables regroupées en 71 rubriques (tableau 3.1.). En pratique, la plupart des fiches ne contiennent qu’une partie des informations sélectionnées. Il existe des variations suivant la situation ou le parcours de chaque individu – enfant de mère célibataire, un seul mariage ou absence de mariage –, ou suivant l’évolution des pratiques administratives, notamment en ce qui concerne les mentions en marge. Le contenu de certaines rubriques a parfois nécessité une définition préalable. Pour les années 1900-1910, j’ai pris en compte la date de baptême et non la date de naissance, celle-ci étant parfois omise ou remplacée par l’âge. En général, il n’existe que quelques semaines de décalage. La présence des parents lors du baptême pose aussi problème. Il semble que quand les parents sont présents – les deux ou l’un des deux et plus fréquemment seul le père – cela soit mentionné de manière explicite. Mais parfois, la déclaration est faite « perante o padrinho » ou « os padrinhos » (en présence du parrain ou du parrain et de la marraine), sans référence aux parents de l’enfant. J’ai uniquement enregistré les présences mentionnées explicitement, ce qui a pu avoir pour conséquence de minimiser la fréquence réelle de la présence des parents. Enfin, les déclarations des professions ont été relevées telles qu’elles figurent dans les registres, en tenant compte de toutes les mentions annexes : spécialité, parfois employeur, etc. J’aurai l’occasion de revenir sur ce point plus en détail.

47Une fois le travail de collecte des données en archive achevé, j’ai rajouté une rubrique à chaque fiche correspondant au numéro de famille. J’appelle « famille » l’ensemble des frères et sœurs connus – rien n’indique que je les connaissais tous – issus du même couple père/mère. Une famille correspond au père, à la mère et à leurs enfants en commun. En raison de la faible diversité et de l’instabilité des noms et des prénoms au Portugal, le nom seul (nom et prénom) ne permet pas d’identifier correctement un individu. J’ai donc considéré que deux pères ou deux mères correspondaient aux mêmes individus quand ils avaient le même nom et le même lieu de naissance. Le terme « couple » désigne l’ensemble père/mère. Je n’ai pas rencontré de cas d’individu constituant plusieurs familles : un homme déclarant être père d’enfants de femmes différentes ou le contraire.

48J’ai relevé un peu plus d’une trentaine de naissances par an en moyenne pour la Rua da Cruz (35,5 pour les années 1900-1910 et 31,2 pour les années 1930-1939) et une vingtaine pour les habitants de la Rua Feliciano de Sousa (20,8 pour les années 1900-1910 et 20,7 pour les années 1930-1940). Le cas des couples qui ont déclaré plusieurs enfants au cours de la période étudiée permet d’introduire la notion de « déclarations contrôlables ». Les déclarations contrôlables peuvent être confrontées à d’autres déclarations du même couple. On peut donc contrôler ou évaluer leur validité.

49J’ai obtenu le corpus suivant :

Tableau 3.2. : Le corpus et les déclarations contrôlables

Tableau 3.2. : Le corpus et les déclarations contrôlables

(1) nombre de déclarations (nombre d’actes de naissance ou de baptême)
(2) nombre de couples
(3) nombre de couples ayant effectué plusieurs déclarations
(4) proportion de couples ayant effectué plusieurs déclarations
(5) nombre de déclarations contrôlables
(6) proportion de déclarations contrôlables par rapport au nombre total de déclarations

c) La logique d’un corpus

50Avant de se lancer dans l’analyse proprement dite, il est nécessaire de préciser la nature de ce corpus, s’interroger sur la logique sous-jacente à l’opération qui consiste à réunir ces individus, ces couples et ces familles, pour le besoin d’une enquête. En quoi ce corpus peut être utile à l’examen de certains aspects des relations sociales à Alcântara pendant la première moitié du XXe siècle ? Il s’agit aussi de déceler les fausses évidences, pour toujours mieux délimiter le champ d’étude et le cadre des problématiques.

• L’étude de deux générations ?

  • 71 Cité par Daniel S. Milo, Trahir le temps (Histoire), Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 179.
  • 72 D. S. Milo, ibid., pp. 179-190. Dans son étude sur le parcours de deux « générations » d’électeurs (...)

51Le dispositif mis en place, deux coupes à vingt ans d’intervalle, peut laisser penser que je m’engage vers l’étude de deux générations d’habitants de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa. La notion de génération est difficile à cerner. Pour être opératoire, elle doit rester une « notion souple », selon l’expression de Marc Bloch71. Le concept de génération est commode car il renvoie à des réalités très banales. Mais il ne permet pas de concilier ce qui relève de l’individuel et ce qui relève du collectif, c’est-à-dire des continuités et des discontinuités entre les individus ou les groupes d’individus, les transmissions et les oppositions entre les générations72. On ne peut pas définir l’existence d’une communauté d’intérêts et de comportements à partir de ce simple lien générationnel. Toutefois, ce n’est pas la pertinence et la valeur de la notion de « génération » qui m’intéresse ici directement. Une autre question me semble plus essentielle : savoir si le fait de devenir père ou mère durant la même période suffit pour appartenir à la même génération, au sens le plus courant du terme. Autrement dit, ne va-t-il pas y avoir de différences d’âge trop importantes entre les individus, certains d’entre eux étant observés à un seul moment de leur existence ?

52Pour la période 1900-1909, les actes de baptême ne mentionnent pas les âges des pères et des mères. Mes observations portent donc sur la seule période 1930-1939, pour laquelle on connaît l’âge de la plupart des pères et des mères, malgré quelques lacunes légèrement plus fréquentes pour les mères que pour les pères.

53L’âge moyen des individus se situe autour de la trentaine. Les mères sont en moyenne plus jeunes que les pères. Les pères et les mères de la Rua da Cruz sont globalement légèrement plus âgés que ceux de la Rua Feliciano de Sousa. Les données sur les âges maximums et minimums semblent indiquer une grande dispersion des âges. Les répartitions des pères et des mères par classes d’âges puis par années de naissance tendent à infirmer cette première impression.

  • 73 En étudiant les roís de confessados (recensements nominatifs effectués par l’Église) d’une paroisse (...)

54Il faut faire attention aux effets de seuil, les mères de la classe d’âge 16-20 ans sont dans leur grande majorité des femmes de 20 ans73. Dans les années trente, environ deux tiers des pères et plus des trois quarts des mères ont entre 20 et 35 ans au moment de l’observation. Ce sont des « trentenaires ». Ils s’en approchent – surtout pour les femmes – ou ils s’en éloignent – davantage pour les hommes –, mais ce cap des trente ans (25-35) donne une assez bonne idée de la classe d’âge des individus étudiés. Ces individus sont nés pour la plupart entre 1890 et les années 1910, très peu avant, quelques-uns uns après, surtout du côté des mères. Il s’agit donc de la génération née au tournant du siècle, entre les dernières années de la Monarchie et les débuts de la République. Il existe cependant un nombre relativement important de pères qui ont largement dépassé ce cap de la trentaine : Rua da Cruz, 20 % des pères ont plus de 40 ans (20,2 %) ; Rua Feliciano de Sousa, ils sont moins de 10 % (8,9 %). Par ailleurs, en fonction de ce critère de la classe d’âge, les pères et les mères de la Rua Feliciano de Sousa semblent constituer une population plus homogène que ceux de la Rua da Cruz.

Tableau 3.3. : Âge moyen des pères et des mères (1930-1939)

Tableau 3.3. : Âge moyen des pères et des mères (1930-1939)

Rua da Cruz : 297 pères et 284 mères dont l’âge est connu.
Rua Feliciano de Sousa : 203 pères et 194 mères dont l’âge est connu.

55L’analyse reste superficielle. Il faudra sans doute veiller à ne pas minimiser les différences d’âges entre les couples. Les naissances des pères et des mères s’étalent au mieux sur une vingtaine d’années. Il n’est pas exclu que l’âge – la génération – soit un facteur de distinction au sein de cette population. Par ailleurs, on ne possède aucune information sur l’âge des pères et des mères entre 1900 et 1910. En supposant que l’écart entre les deux périodes ne soit pas trop important, on peut se livrer à une simple extrapolation. Les âges moyens des pères et des mères sont quasi identiques Rua da Cruz et Rua Feliciano de Sousa : autour de 31 ans pour les pères, autour de 27 ans pour les mères. Cet âge étant relativement stable, on peut admettre que ces moyennes sont probablement valables pour les années 1900-1910, la marge d’erreur ne pouvant être que relativement faible. La plupart des pères et des mères de la première période sont donc vraisemblablement nés dans les années 1870 et 1880.

Tableau 3.4. : Proportions des 20-35 ans

Tableau 3.4. : Proportions des 20-35 ans

Tableau 3.5. : Effectifs des pères et des mères par année de naissance

Tableau 3.5. : Effectifs des pères et des mères par année de naissance

• La mobilité occultée et la notion de résidence

56La population que je souhaite étudier est définie par son espace résidentiel. Ces individus sont ici regroupés pour la seule raison qu’ils ont habité au moins durant un certain temps, entre 1900 et 1910 ou entre 1930 et 1939, dans la même rue.

57Sauf en cas de déclarations multiples – plusieurs naissances dans la même famille au cours de la période –, il m’est difficile de mesurer la stabilité résidentielle de la population. Je ne sais que peu de choses des mobilités résidentielles dont il est maintenant clairement établi qu’elles sont un facteur essentiel d’explication de l’évolution des sociétés urbaines. Contrairement aux études élaborées à partir de listes nominatives de recensements, je ne dispose pas de profondeur temporelle. A priori, je ne sais pas depuis combien de temps ces personnes résident dans ces rues. La comparaison entre le lieu de naissance et le lieu de résidence au moment de l’observation donne une idée très imprécise des itinéraires. Pour les personnes nées hors d’Alcântara, je ne peux pas déterminer la date ou la période d’arrivée dans le quartier. Je ne sais pas, en particulier, si l’individu est arrivé encore enfant ou très tôt dans sa vie d’adulte. Le lieu de mariage, quand il est connu, apporte certes un éclairage. Mais pour les individus nés dans la freguesia d’Alcântara, je suis contraint d’ignorer les éventuels départs provisoires. En d’autres termes, les familles qui viennent de s’installer ou celles qui ne font qu’un bref passage dans ces rues ont initialement, dans ce corpus, le même statut que les familles qui ont établi une relation plus durable avec le quartier, sur une ou plusieurs générations.

  • 74 Regulamento do Registo Paroquial, op. cit., p. 7.
  • 75 Décret du 9 septembre 1863, cité par M. L. Coelho da Silva, ibid., p. 9.
  • 76 Teresa Rodrigues, Lisboa no século XIX…, op. cit., p. 99.

58Je dois aussi m’interroger sur la valeur de la notion de résidence. Quand on cherche à recenser une population, ou à enregistrer des naissances, des mariages et des décès, la résidence est souvent perçue comme un élément problématique de l’identification des individus. Il s’agit tout d’abord de décider qui compter ou qui enregistrer. Sur ce point, le règlement du registre paroissial adopté en 1862 est peu précis. M. L. Coelho da Silva attire l’attention sur des non-dits qui peuvent prêter à confusion. Où doit être rédigé l’acte de décès ? Sur le registre paroissial dont dépend le lieu de décès, sur celui du lieu de sépulture ou sur celui du domicile de l’individu décédé ?74 L’administration a prévu d’effectuer la transcription des actes rédigés en dehors du lieu de résidence des individus, sur le registre paroissial dont dépend le domicile75. Ces imprécisions dans les règlements, dans les normes et dans les usages administratifs peuvent mettre en cause la fiabilité des registres. Au XIXe siècle, on cherche surtout à limiter au maximum les doubles déclarations dans deux lieux différents ou, au contraire, les omissions76.

  • 77 Ibid., p. 102.

59Si le cadre réglementaire peut être pris à défaut, l’enregistrement de certaines catégories de population reste de toute façon problématique. C’est le cas des individus sans domicile fixe bien sûr, mais aussi de ceux qui exercent des professions qui supposent de nombreux déplacements. À Lisbonne, l’enregistrement des décès des marins obéissait à une réglementation particulière. Au XIXe siècle, les marins qui décédaient pendant une escale dans le port de Lisbonne devaient obligatoirement être inscrits sur les registres de la paroisse de São Paulo, quel que soit leur lieu de résidence habituel77.

  • 78 Censo da população do Reino de Portugal no 1  de Dezembro de 1890.
  • 79 VIII Recenseamento Geral da População no continente e ilhas adjacentes em 12 de Dezembro de 1940, p (...)

60Lors des recensements de la population, on retrouve ces mêmes hésitations autour de la notion de résidence. À partir de 1890, les recensements distinguent la « population présente » (população de facto) de la « population habituellement résidente » (população de residência habitual). La população de facto est définie comme étant celle « présente à l’occasion du recensement »78. Ces catégories sont utilisées dans tous les recensements de la première moitié du XXe siècle. La publication du recensement de 1940 est accompagnée d’une préface où sont définies ces différentes notions. La population présente correspond à « l’ensemble des personnes qui étaient présentes dans chaque lieu le 12 décembre 1940 à 00 h ou qui, n’ayant pas été déclarées présentes à cette heure en un autre endroit, y parvient ce jour-là avant 12 h ». La population résidente est définie comme « l’ensemble des personnes qui avaient leur résidence habituelle dans chaque endroit considéré ». La résidence habituelle est « la localité où les personnes recensées habitent la plus grande partie de l’année »79.

  • 80 Je m’appuie ici sur les définitions données dans : Código do Registo Civil (Decreto no 22 : 018, do (...)

61L’état civil relève d’une autre logique que les dénombrements ou les recensements. Pour l’état civil, l’uniformisation des pratiques semble plus importante que la définition des catégories. L’imprécision et l’ambiguïté de la notion de résidence peuvent constituer une source d’erreurs, somme toute minimes, pour les registres d’état civil pris dans leur ensemble. Mais dans le cadre d’une étude microsociale à l’échelle de la rue, les doubles déclarations ou les omissions n’ont que peu d’incidence. De mon point de vue, ce n’est pas la fiabilité des registres d’état civil en tant qu’instrument de comptage des actes de la vie de chaque individu qui importe, mais la valeur attribuée à la notion même de résidence. Après 1911, l’administration portugaise a voulu tenir compte de l’opposition théorique entre domicile de droit et domicile de fait. Il apparaît parfois dans les actes de naissance la mention « residente e domiciliado ». Dans les années 1930, la norme, imposée par les textes des formulaires des registres d’état civil, était l’emploi du terme « domiciliado ». Il s’agissait de distinguer la résidence – là où la personne vit au moment de l’acte civil – du domicile – le lieu reconnu comme résidence habituelle80. Dans les faits, la retranscription du statut réel de la résidence dans un simple acte d’état civil s’est avérée impossible.

  • 81 Voir à ce sujet les remarques de Paul-André Rosental, Les sentiers…, op. cit., p. 15.
  • 82 Bernard Derouet, « Territoire et Parenté : pour une mise en perspective de la communauté rurale et (...)
  • 83 Ibid., p. 652.

62On retrouve cette distinction entre domicile de droit et domicile de fait, sous différentes modalités, dans de nombreux textes qui s’intéressent à l’organisation des communautés villageoises en Europe occidentale. Cette distinction illustre les différentes conceptions possibles de l’appartenance spatiale81. Bernard Derouet a ainsi retracé la genèse de l’articulation entre l’organisation des anciennes communautés rurales et les formes de reproduction familiale82. Pour expliquer la régulation de l’accès aux biens collectifs, il décrit les pratiques mises en place par les communautés d’habitants face aux nouveaux venus. Les communautés qui souhaitaient garder l’usage exclusif de leurs biens envisageaient au moins deux modes de protection par rapport aux personnes extérieures au groupe. Le premier consistait à empêcher ou à contrôler fortement l’installation de nouveaux venus, avec la mise en place de périodes probatoires, de droits d’entrée ou de demandes d’agrément. La deuxième méthode consistait à donner aux nouveaux venus un « statut particulier », en dissociant « le fait d’habiter et l’appartenance pleine et entière à la communauté d’habitants »83. C’est le même type de distinction qui est à l’origine de la notion de bourgeoisie.

63Ce détour par l’histoire des communautés rurales anciennes me permet de préciser l’objet de mon étude. En regroupant dans un même corpus les habitants de deux rues d’un quartier populaire de Lisbonne, je ne reconstitue pas une petite communauté urbaine, le terme communauté étant ici utilisé selon son acceptation moderne. La corésidence ne suffit pas à définir un même degré d’appartenance au territoire urbain. Il ne s’agit pas seulement d’étudier un groupe d’habitants de Lisbonne, mais bien de s’interroger sur cette notion d’habitant. Je m’intéresse donc aux différentes manières d’habiter la ville, ainsi qu’aux différents modes ou degrés d’insertion dans ce milieu urbain. Plus qu’à travers des parcours individuels, cette diversité des comportements et des situations sera observée grâce à l’étude de logiques relationnelles.

• Deux thèmes, trois perspectives

  • 84 On pourrait relativiser la portée de ce choix. Dans les années 1930, le parrain et la marraine font (...)

64Les actes de baptême ou de naissance permettent de saisir différents types de population. Le père et la mère forment un couple que l’on peut supposer stable. On sait de toute façon s’ils sont ou non mariés. Grâce aux registres de l’état civil, ce couple peut être mis en relation avec d’autres individus : les grands-parents, le parrains, la marraine et les témoins. L’identification de ces individus est plus ou moins précise. On se heurte à une grande disparité d’informations en fonction du statut de chacun. On connaît par exemple relativement bien les parents, mais on dispose de peu d’informations sur les grands-parents. Dans ce cas on peut avoir recours aux actes de mariage des parents, dans des conditions précises qui devront être exposées. Au moment de la rédaction des actes, tous ces individus n’ont pas la même fonction. Leur présence aux cotés des parents ne peut être interprétée de la même façon et ils n’ont vraisemblablement pas la même place dans le réseau de relations des parents. Mon étude va reposer sur l’examen des liens entre les parents, le parrain et la marraine. Les individus identifiés comme simples témoins seront exclus. D’après le Code de l’état civil, le témoin doit obligatoirement signer le registre. Le choix des parents est donc conditionné. Il m’a semblé que cette condition pouvait rendre suspecte la relation entre le témoin et les parents. Rien n’indique qu’il s’agit là d’une relation sociale stable (familiale, amicale, professionnelle, etc.) et non d’une relation purement occasionnelle (un service rendu)84.

65Dans les chapitres qui suivent je vais m’intéresser à deux paramètres qui contribuent à caractériser la position des individus dans leur milieu social : l’origine et l’horizon professionnel. Ces questions seront traitées selon trois approches, combinées en fonction des problèmes posés. Les fiches constituées d’après les actes de baptême et de naissance permettent tout d’abord d’ébaucher une liste nominative des habitants de la Rua da Cruz et de la Rua Feliciano de Sousa pour les périodes de 1900 à 1910 et de 1930 à 1939. Il s’agit évidement d’une liste approximative. La méthode de construction du corpus implique en particulier que seuls les habitants ayant eu au moins un enfant durant cette période sont pris en compte. Les individus isolés qui n’ont pas fondé de famille ou les familles qui n’ont pas connu de naissances durant cette période restent insaisissables. Cette première approche se situe donc à l’échelle de l’individu.

  • 85 Norbet Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1991, p. 156 (1r (...)
  • 86 Ibid., p. 121.

66La deuxième approche consiste à proposer une lecture configurationelle des faits observés. Il s’agit de retravailler chaque information en passant de l’échelle individuelle à celle des relations entre individus. Norbert Elias définit les configurations comme des figures globales, toujours mouvantes, au centre desquelles s’établit un équilibre fluctuant de tensions. Cette notion permet de penser l’individu et la société comme des « niveaux différents mais inséparables de l’univers humain » et non comme des « objets qui existeraient séparément »85. Elle peut être appliquée à des groupes restreints ou plus complexes : un groupe d’amis ou l’ensemble d’une société. La diversité de ces configurations naît fondamentalement de la forme et de l’évolution des chaînes d’interdépendance. J’adopte une démarche et un point de vue, en sélectionnant une série d’objets d’étude : les réseaux d’interrelations, les interdépendances et les processus qui résultent de ces interdépendances86.

  • 87 Je reprends ici les trois modalités du rapport au monde social définies par Roger Chartier. R. Char (...)

67Enfin, et c’est la troisième approche, les informations collectées sont issues de déclarations. Je privilégie ici un autre aspect de cette source et une autre dimension des rapports sociaux. Ces déclarations permettent d’accéder aux représentations collectives et aux identités sociales. En affinant ma grille de lecture grâce à l’utilisation de documentations complémentaires, je souhaite enquêter autour des classements professionnels, des identités sans cesse en construction et des formes d’existence des groupes87.

Notes

2 On se heurte aussi aux conditions de conservation des documents. Dans les archives municipales de Lisbonne, je suis parvenu à retrouver seulement les listes électorales du quartier d’Alcântara des années 1900 à 1908 et de l’année 1925. En 1900, la paroisse d’Alcântara compte 1 312 électeurs inscrits, 2 130 en 1908 et 3 832 en 1925. Pour une tentative d’exploitation de ces listes à travers l’étude d’une circonscription électorale de Porto, à une époque où le droit de vote était relativement élargi : Maria Antonieta Cruz, « Os eleitores de Rodrigues de Freitas em 1871 e 1878 », dans António Almodovar, Jorges Fernandes Alves, Maria do Pilar Gracia (dir.), Rodrigues de Freitas : a obra e os contextos, Porto, CLC-FLUP, 1997, pp. 173-188. Il est intéressant de noter que cet article annonce dans son titre les limites de l’exercice : il s’agit d’étudier les électeurs d’un homme politique de Porto et non la population d’un espace donné.

3 Teresa Rodrigues a mis en évidence les multiples difficultés posées par l’utilisation des róis de confessados. Teresa Rodrigues, « A estrutura familiar urbana nos inícios do século XIX : a freguesia de Santiago em Lisboa », Ler História, no 38, 2000, pp. 29-53.

4 Daniel Milo, « Pour une histoire expérimentale ou le gai savoir », dans Daniel S. Milo et Alain Bourreau, Alter Histoire. Essais d’histoire expérimentale, Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 46.

5 Sur le sens de la notion d’expérimentation dans la pratique de l’historien : J. C. Passeron, J. Revel (dir.), Penser par le cas, op. cit.

6 La ville de Lisbonne est divisée en différents bureaux de l’état civil nommés Conservatórias de Registo Civil. Ces bureaux recueillent les déclarations - les directeurs de ces Conservatórias célèbrent les mariages - et conservent les différents registres durant au moins cent ans. La paroisse d’Alcântara appartient au 4e Conservatória. La consultation des registres anciens est soumise à autorisation de l’administration centrale. Mon travail a été grandement facilité par l’aide du personnel du 4e Conservatória et en particulier de la directrice Mme Maria Helena Frutuoso das Neves Menezes Galvão. Je tiens ici à les remercier.

7 En unifiant les pratiques d’une discipline, la démographie historique, la méthode Henry a permis d’envisager une analyse globale de l’état civil, avec comme objectif l’étude par sondage de la population française à l’époque moderne. René Le Mée, « De la naissance de la démographie historique à l’enquête Henry », Population, no 6, 1995, pp. 1475-1488 ; Paul-André Rosental, « Treize ans de réflexion : de l’histoire des populations à la démographie historique française (1945-1958) », Population, no 6, 1996, pp. 1211-1238.

8 Sur les conditions d’élaboration de cette enquête voir : J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), La société française au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1992, 529 p., en particulier le chapitre 1 « L’enquête des 3 000 familles » par Jacques Dupâquier et Denis Kessler. On pourra aussi se reporter au bulletin de liaison biannuelle de l’enquête : Bulletin des 3 000 familles, Laboratoire de démographie historique, EHESS.

9 Outre les études publiées dans le livre dirigé par J. Dupâquier et D. Kessler, on citera : Maurizio Gribaudi et Alain Blum, « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », Annales ESC, novembre-décembre 1990, no 6, pp. 1365-1402 ; Paul André Rosental, Les sentiers invisibles : espace, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Éditions EHESS, Paris, 1999, 250 p. ; Jérôme Bourdieu, Gilles Postel-Vinay, Akiko Suwa-Eisenmann, « Défense et illustration de l’enquête des 3 000 familles : l’exemple de son volet patrimonial », Research Unit Working Papers 0407, Laboratoire d’Economie Appliquee, INRA, 2004.

10 J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), op. cit., p 23.

11 Pour plus de précisions, je renvoie au texte de J. Dupâquier et de D. Kessler, ibid.

12 J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), op. cit., p. 32.

13 P. A. Rosental, Les sentiers invisibles…, op. cit., pp. 22-23.

14 Voir entre autres : Maria Norberta Amorim, Uma metodologia de reconstituição de paróquias, Braga, Universidade do Minho, 1991, 42 p ; Maria Noberta Amorim (dir.), Informatização normalizada de arquivo : reconstituição de paróquias e história das populações, um projecto interdisciplinar, Braga, Universidade do Minho, 1995, 55 p. Pour des applications concrètes et toujours du même auteur : Método de exploração dos livros de registos paroquiais. Cardanha e a sua população de 1573 a 1800, Lisbonne, Centro de Estudos Demográficos do INE, 1980, 135 p. ; Guimarães de 1580 a 1819. Estudo demográfico, Lisbonne, INIC, 1987, 528 p.

15 J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), La société…, op. cit., p. 27.

16 M. Norberta Amorim, Uma metodologia…, op. cit., pp. 16-17.

17 Ibid., p. 32. M. Noberta Amorim reconnaît que sa méthode convient davantage à l’étude des populations rurales de l’Ancien Régime, jugées plus stables. Pour tenir compte de l’instabilité des familles urbaines, elle propose de croiser les résultats avec des informations issues d’autres sources, notamment les róis de confessados. Cf. Maria Norberta Amorim, « Instabilidade da Família Urbana de Antigo Regime – Um ensaio sobre Guimarães », Ler História, no 29, 1995, pp. 27-43.

18 Ce n’est sans doute pas par hasard si les résultats les plus intéressants ont été obtenus à partir d’un contexte insulaire, dans ce cas l’étude d’une communauté de familles d’une paroisse d’une île des Açores : Maria Norberta Amorim, « Reprodução social da família no século XIX : Estudos de caso », em Benedicta Maria Duque Vieira (org.), Grupos Sociais e Estratificação Social em Portugal no século XIX, Lisbonne, CEHCP-ISCTE, 2004, pp. 165-191.

19 Teresa Rodrigues, Lisboa no século XIX. Dinâmica populacional e crises de mortalidade, Tese de Doutoramento em História Económica e Social do século XIXe XX, FSCH-UNL, Lisbonne, 1993, 444 p. + 17 p. En partie publié sous le titre Viver e Morrer na Lisboa Oitocentista (Migrações, Mortalidade e Desenvolvimento), op. cit.

20 Ibid., pp. 55-82.

21 Ibid., p. 107.

22 Teresa Rodrigues, « Os movimentos migratórios em Lisboa. Estimativa e efeitos na estrutura populacional urbana de Oitocentos », Ler História, no 26, 1994, pp. 45-75. Cet article reprend l’essentiel d’un chapitre de la thèse de l’auteur.

23 T. Rodrigues, « Os movimentos… », op. cit., p. 47.

24 Graça Índia Cordeiro, Um lugar na cidade : quotidiano, memória e representação no Bairro da Bica, Lisboa, Publicaçôes Dom Quixote, 1997, 414 p.

25 Ibid., p. 133.

26 Ibid., p. 137.

27 Dès le 25 décembre 1910, un décret rend obligatoire le mariage civil avant la cérémonie religieuse. Cf. Fernando Catroga, O Republicanismo em Portugal, da formação ao 5 de Outubro de 1910, Coimbra, Faculdade de Letras, 1991, p. 338.

28 Decreto do 28 de Novembro de 1878, Lisbonne, 1878, p. 4. Voir en particulier l’introduction de Thomás Antonio Ribeiro Ferreira, alors secrétaire d’Etat chargé des affaires ecclésiastiques et de justice.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 9. En 1878, le Portugal continental était divisé en 266 concelhos (cantons).

31 Fernado Catroga, O Republicanismo em Portugal…., op. cit., pp. 337-338.

32 Archives SPEP.

33 Ibid.

34 Selon les termes de Thomás Antonio Ribeiro Ferreira, dans l’introduction au : Decreto do 28 de Novembro de 1878, op. cit., p. 9.

35 Ibid.

36 Je ne me prononce pas sur la validité de ces arguments. Ces questions doivent être traitées dans le contexte plus général des relations entre l’Église et l’État au Portugal au cours du XIXe siècle. Les références bibliographiques sont nombreuses. Outre les travaux de Fernando Catroga déjà cités, je peux renvoyer à un ouvrage plus récent : Vítor Neto, O Estado, a Igreja e a Sociedade em Portugal (1832-1911), Lisbonne, INCM, 1998, 619 p.

37 Thomás Antonio Ribeiro Ferreira, op. cit., p. 10.

38 Nuno Daupiás d’Alcochete, « Registo paroquial », Dicionário da História de Portugal, vol. III, p. 258.

39 M. L. Coelho da Silva, Regulamento do Registo Paroquial anotado, Porto, 1888, 98 p.

40 Abstraction faite des problèmes liés à l’interprétation et à l’application concrète du règlement, comme le souligne M. L. Coelho da Silva, ibid., p. 6. Certains de ces problèmes seront évoqués par la suite.

41 Pour la période étudiée, on s’est référé surtout au Code de 1932 : Código do Registo Civil (Decreto no 22.018, de 22 de Dezembro de 1932), Coimbra, Coimbra Editora Lda, 1933.

42 Pour Lisbonne, selon Teresa Rodrigues, les registres paroissiaux du XIXe siècle présentent une bonne cohérence globale, malgré quelques manques en ce qui concerne les quartiers populaires. T. Rodrigues, Lisboa no século XIX…, op. cit.

43 Voir en particulier les remarques de Jacques Dupâquier et de Denis Kessler, dans La société française au XIXe siècle, op. cit., chap. 1, pp. 23-61.

44 Les tables annuelles des mariages sont organisées selon l’ordre alphabétique des prénoms des époux. Elles ne comportent aucune indication sur la résidence.

45 Voir par exemple : Graça Índias Cordeiro, Um bairro no…, op. cit., p. 133.

46 En voulant étudier la mobilité géographique de la population française au XIXe siècle, à partir des données issues de l’enquête TRA et en saisissant les individus au moment de leur mariage, Didier Blanchet et Denis Kessler ont envisagé plusieurs sortes de biais, en particulier le lien possible entre nuptialité et mobilité qui peut se traduire par une surnuptialité des mobiles ou par une surmobilité des individus mariés. Dans le cas de l’enquête des 3 000 familles, la question de la définition spatiale de l’étude ne se pose pas avec la même acuité. Didier Blanchet et Denis Kessler, « La mobilité géographique de la naissance au mariage », dans La société française au XIXe siècle, op. cit., pp. 349-353.

47 Quelques éléments de réflexion sur le mariage peuvent être trouvés dans : « Le mariage, règles et pratiques », Annales de démographie historique, 1998. L. Henry a fait un choix inverse au mien. Pour étudier la fécondité de la population, il ne comptabilisait pas les couples dont la présence n’était attestée seulement par un acte de naissance. Il voulait éviter ainsi de sélectionner involontairement les seules familles fécondes. cf. J. Dupâquier et D. Kessler, La société…, op. cit., p. 26.

48 En revanche, les parents peuvent changer de domicile entre la naissance et le baptême, les deux évènements étant parfois très décalés dans le temps. Dans le cadre de ma recherche, cela n’a que peu d’importance car je m’intéresse aux habitants d’un espace à une période donnée et non aux naissances au cours de cette même période.

49 Graça Índias Cordeiro a même vu dans l’existence de ces déclarations multiples l’un des principaux arguments pour expliquer le choix des actes de naissance pour son étude du quartier de la Bica. G. I. Cordeiro, Um lugar…, op. cit., p. 133.

50 Jean-Loup Gourdon, La rue – Essai sur l’économie de la forme urbaine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001, p. 16.

51 Pour reprendre les termes de Pierre Mayol dans : Michel de Certeau, Luce Giard, Pierre Mayol, L’invention du quotidien 2. habiter, cuisiner, op. cit. Dans son étude sur le quartier de la Croix-Rousse à Lyon, Pierre Mayol consacre quelques pages à la rue Rivet sans que ce changement d’échelle ne corresponde à un changement de problématique.

52 Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir : un quartier de Saint-Etienne 1840-1940, Lyon, PUL-Centre Pierre Léon, 1989, p. 155.

53 Au hasard des lectures : « La ville », Le courrier du CNRS, no 91, 1994. Notamment les articles d’Isaac Joseph, « La rue et la conversation », ibid., pp. 23-24 et de Dominique Fleury « Rendre lisible la rue », ibid., pp. 25-26.

54 I. Joseph, ibid., p. 23.

55 Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Armand Collin, 1996, 422 p.

56 Ibid., pp. 98-122.

57 Michel Verret, La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan1988, p. 99.

58 Deux exemples récents : Antoine Prost, « La rue de la Goutte-d’Or et la rue Polonceau entre les deux guerres », Le Mouvement Social, no 182, janvier-mars 1998, pp. 9-28 ; Juliette Hontebeyrie et Paul-André Rosental « Ségrégation sociale de l’espace et dynamiques longues de peuplement : la rue Wacquez-Lalo à Laoos (1866-1954) », dans Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain, Lyon, PUL, 1998, pp.. 73-100.

59 Noberto de Araújo, Perigrinação em Lisboa, Livro IX, Lisbonne, 1939, p. 27.

60 Notamment, O Século, 6 et 7 avril 1908.

61 Duarte José Fava, Carta topográphica de Lisboa e seus subúrbios, 1807 (publiée en 1831). La Rua Feliciano de Sousa se nomme alors São Jeronymo. Elle sera rebaptisée seulement dans les années 1920. Afin d’éviter de compliquer inutilement mon exposé, j’ai toujours utilisé le nom de « Feliciano de Sousa », y compris pour le début du siècle.

62 Les pátios de Lisbonne ont fait l’objet d’une enquête municipale au début du XXe siècle. Malheureusement, celle-ci n’a jamais été achevée et seuls les patios de 24 paroisses civiles ont été recensés. Ceux d’Alcântara n’en font pas partie. Les résultats partiels publiés en 1903 et 1905 donnent cependant une idée de la nature de ce type d’habitat. Des 258 pátios inspectés, près de la moitié (117) sont jugés en mauvais état et insalubres. La proportion est encore plus forte à l’ouest de la ville, dans les paroisses de Santos ou de Santa Isabel. En tout, 7 418 individus vivent dans 1 865 logements, soit une proportion moyenne de 3,9 individus par logement. Là encore, la densité de peuplement par logement est plus importante et les conditions de vie sans doute plus difficiles dans l’ouest de la capitale. Inqueritos aos Pateos de Lisboa, Lisbonne, CML, 2 vol., 1903 et 1905.

63 Les calculs se basent sur les données suivantes :
Image 10000000000001D10000005EA69CDA6836AE4107.jpg
(a) nombre de naissances ou de baptêmes moyen par an d’après les registres de l’état civil.
(b) taux de natalité (années de référence : 1914 et 1925 – sources : Mouvements de population).
(c) population estimée (résultat arrondi à l’unité supérieure)

64 Le règlement du registre paroissial ne donne aucune indication sur la déclaration de la profession de la marraine. L’alinéa 10 de l’article 13 est rédigé comme suit : « [les actes de baptême doivent mentionner] le nom, le prénom et la profession du parrain et le nom et le prénom de la marraine ». M. L. Coelho da Silva, Regulamento…, op. cit.

65 Art. 13 du règlement du registre paroissial de 1862. Lors de la cérémonie, le parrain et la marraine peuvent cependant se faire représenter en remettant à un tiers une procuration signée de leur main (art. 9). M. L. Coelho da Silva, Regulamento…, op. cit., pp. 30-47.

66 Ces mentions dépendent aussi de la qualité de la circulation de l’information entre les différents services du pays, ou entre les services et le bureau central chargé de collecter les informations sur les individus vivant à l’étranger.

67 Art. 233 du Code de l’état civil. Código de Registo Civil…, op. cit. La présence des parents n’est obligatoire ni lors du baptême, ni lors de la déclaration de naissance. Le Code de l’état civil prévoit la présence d’un déclarant qui doit seulement signer le registre (il s’agit presque toujours de l’un des parents).

68 Ces remarques valent uniquement pour les actes conservés dans le 4e bureau de l’état civil de Lisbonne. La mention des parrains et des marraines dans les actes de naissance de l’état civil était toutefois une pratique très répandue. Au Portugal, on en est venu à distinguer les « padrinhos de registo » [parrains de l’état civil] des « parrains de baptême ». Je reviendrai plus en avant sur la signification du parrainage en milieu urbain. Pour une étude plus approfondie, toujours à partir du cas d’Alcântara : F. Vidal, « As relações de compadrio na cidade : tradição ou rede ? », Ler História, no 46, 2004, pp. 223-238.

69 J’ai bien distingué les parrains des simples témoins. Voir sur ce point le paragraphe suivant sur la « logique du corpus ».

70 L’année 1907 est exclue de l’étude car le registre correspondant était en trop mauvais état pour être consulté. Je ne tiens pas compte des « livres de l’administration » qui contiennent les actes de naissance, enregistrés avant 1911. Pour la période 1900-1911, il existe seulement trois registres de ce type pour tout le 4e Quartier (4° bairro). Le premier registre ne contient qu’une seule naissance déclarée par des habitants de la Rua da Cruz et aucune pour la Rua Feliciano de Sousa.

71 Cité par Daniel S. Milo, Trahir le temps (Histoire), Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 179.

72 D. S. Milo, ibid., pp. 179-190. Dans son étude sur le parcours de deux « générations » d’électeurs lyonnais entre la fin du XIXe et les premières décennies du XXe, Jean-Luc Pinol préfère parler de « cohortes » d’individus. Il utilise le terme génération dans une acceptation démographique stricte. Pour cet auteur, le terme génération fait référence à des individus nés, au plus, à deux ans d’intervalle. Jean-Luc Pinol, Les mobilités de la grande ville, op. cit., p. 348. ; Jean-Luc Pinol, « Ville et générations », dans Le Courrier du CNRS, no 81, 1994, pp. 57-58.

73 En étudiant les roís de confessados (recensements nominatifs effectués par l’Église) d’une paroisse de Lisbonne au début du XIXe siècle, Teresa Rodrigues a mis en évidence certains biais dans les déclarations des âges, avec en particulier une surreprésentation des âges qui terminent en 0. La surreprésentation des femmes de 20 ans (en particulier dans la Rua da Cruz) dans mon propre corpus, semble confirmer ces observations. Les déclarations des âges sont subjectives et peu précises. Certains âges qui possèdent un caractère symbolique ou qui sont vécus comme un cap franchi au cours de la vie (20 ans et toutes les dizaines par exemple) sont surreprésentés. Teresa Rodrigues, « A estrutura familiar urbana nos inícios do século XIX : a freguesia de Santiago em Lisboa », Ler História, no 38, 2000, p. 31.

74 Regulamento do Registo Paroquial, op. cit., p. 7.

75 Décret du 9 septembre 1863, cité par M. L. Coelho da Silva, ibid., p. 9.

76 Teresa Rodrigues, Lisboa no século XIX…, op. cit., p. 99.

77 Ibid., p. 102.

78 Censo da população do Reino de Portugal no 1  de Dezembro de 1890.

79 VIII Recenseamento Geral da População no continente e ilhas adjacentes em 12 de Dezembro de 1940, p. 8.

80 Je m’appuie ici sur les définitions données dans : Código do Registo Civil (Decreto no 22 : 018, do 22 de Dezembro de 1932), Coimbra, Coimbra Editora Lda, 1933 ; Código Civil Português, Coimbra Editora, 1938, 725 p. ; Ana Prata, Dicionário jurídico, Coimbra, Almedina, 1989, 621 p.

81 Voir à ce sujet les remarques de Paul-André Rosental, Les sentiers…, op. cit., p. 15.

82 Bernard Derouet, « Territoire et Parenté : pour une mise en perspective de la communauté rurale et des formes de reproduction familiale », Annales HSS, mai-juin 1995, no 3, pp. 645-686.

83 Ibid., p. 652.

84 On pourrait relativiser la portée de ce choix. Dans les années 1930, le parrain et la marraine font souvent office de témoin. L’acte indique alors que les témoins déclarent être le parrain et la marraine de l’enfant. Il existe cependant des cas où le parrain, et plus fréquemment la marraine, ne sachant pas écrire, une autre personne signe l’acte en qualité de simple témoin.

85 Norbet Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1991, p. 156 (1re édition : Was ist Soziologie ? 1970).

86 Ibid., p. 121.

87 Je reprends ici les trois modalités du rapport au monde social définies par Roger Chartier. R. Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, novembre-décembre 1989, no 6, p. 1514.

Table des illustrations

Titre Figure 3.1. : La Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa à Alcântara
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 3.1. : Le contenu type des fiches baptême ou naissance
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 3.2. : Le corpus et les déclarations contrôlables
Légende (1) nombre de déclarations (nombre d’actes de naissance ou de baptême) (2) nombre de couples (3) nombre de couples ayant effectué plusieurs déclarations (4) proportion de couples ayant effectué plusieurs déclarations (5) nombre de déclarations contrôlables (6) proportion de déclarations contrôlables par rapport au nombre total de déclarations
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 3.3. : Âge moyen des pères et des mères (1930-1939)
Légende Rua da Cruz : 297 pères et 284 mères dont l’âge est connu. Rua Feliciano de Sousa : 203 pères et 194 mères dont l’âge est connu.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 3.4. : Proportions des 20-35 ans
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56469/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 3.5. : Effectifs des pères et des mères par année de naissance
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56469/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540