Version classiqueVersion mobile

Les habitants d’Alcântara

 | 
Frédéric Vidal

Deuxième partie. Les relations interpersonnelles dans deux rues d'Alcântara : la Rua da Cruz et la Rua Feliciano de Sousa

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Jacques Dupâquier, « Pour une autre histoire sociale », dans J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), La (...)

1Le dialogue continu entre l’histoire et les autres sciences sociales rend désormais aléatoire la définition de champs de recherche propres à chaque discipline. En fonction des questions rencontrées sur le terrain, les historiens ont pris l’habitude de s’approprier des outils conceptuels et méthodologiques d’origine très variée. Les études de quartier ou des espaces de relations ou d’interactions à l’échelle microlocale ne reposent pas sur une conception figée des prérogatives scientifiques. Cependant les échanges n’ont pas entièrement effacé les héritages et les traditions. La matière de l’historien, ce sont les évolutions, les mutations, le temps, les chaînes de causalité plus que les structures. L’étude de relations ou de liens inter-individuels n’est pas encore un exercice très courant en histoire. Les techniques et les méthodes de recherche se chargent aussi de faire perdurer les distinctions. Les questionnaires ou les entretiens du sociologue, l’observation participante de l’anthropologue, la confrontation avec des textes ou des documents chez l’historien constituent sans doute des regards complémentaires. Mais ces techniques contribuent aussi à préserver un langage et des approches spécifiques. La première question que je souhaite poser dans cette deuxième partie, c’est celle de l’apport et de l’intérêt des techniques de l’historien dans l’étude des relations interindividuelles au sein d’un groupe d’habitants d’un quartier. Est-il possible, à partir d’une documentation comme les registres de l’état civil, de reconstituer des fragments de réseaux de relations ? Sinon, quelles sont les pratiques sociales qui sont mises à jour dans ces documents ? Le prochain chapitre ne doit toutefois pas être abordé comme une longue parenthèse méthodologique dans le cours de l’exposé. La méthode envisagée dans cette recherche détourne l’usage qui est traditionnellement fait d’une source banale. Mais en apprenant à lire ces documents, on repère aussi de nouveaux objets et de nouvelles manières d’aborder l’analyse des relations entre individus et entre groupes sociaux à Alcântara. Le renouvellement des perspectives en histoire sociale conduit à un changement dans les méthodes d’observation : à l’analyse de l’ordonnancement de statistiques agrégatives, on préfère désormais le suivi de comportements individualisés. Mais pour parvenir à des conclusions fondées, il ne suffit pas d’accumuler des exemples nominatifs. Il faut aussi apprendre à observer scientifiquement1. L’exposé de la méthode n’est pas un simple préalable à la recherche. Il en est une partie constituante.

Notes

1 Jacques Dupâquier, « Pour une autre histoire sociale », dans J. Dupâquier et D. Kessler (dir.), La société française au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1992, p. 10.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search