Version classiqueVersion mobile

Les habitants d’Alcântara

 | 
Frédéric Vidal

Épigraphe

Texte intégral

1« Être sociable, c’est déjà prendre part à l’injustice, en donnant l’illusion que le monde de froideur où nous vivons maintenant est un monde où il est encore possible de parler les uns avec les autres ; tel propos affable et sans conséquence contribue à perpétrer le silence, car les concessions que l’on fait à son interlocuteur le rabaissent doublement – en lui-même et en la personne de celui qui s’adresse à lui. Dans les rapports affables, il y a toujours eu un principe mauvais qui, avec l’esprit égalitaire, se développe dans toute sa brutalité. Être condescendant ou penser qu’on ne vaut pas mieux que les autres, cela revient au même. En s’adaptant à la faiblesse des opprimés, on justifie dans une telle faiblesse les conditions de domination qu’elle présuppose et l’on développe soi-même ce qu’il faut de grossièreté, d’apathie et de violence pour exercer cette domination. Quand en plus, dans la phase toute récente où nous nous trouvons, la pose condescendante a disparu et qu’on ne voit plus que le rapprochement égalisateur, alors le rapport de classes qui se trouve ainsi nié ne s’en impose que d’une façon d’autant plus implacable, car le pouvoir reste complètement masqué. Une solitude intangible est pour l’intellectuel la seule attitude où il puisse encore faire acte de solidarité. Dès qu’on rentre dans le jeu, dès qu’on se montre humain dans les contacts et dans l’intérêt qu’on témoigne aux autres, on ne fait que camoufler une acceptation tacite de l’inhumain. Il faut être du côté des souffrances des hommes ; mais chaque pas que l’on fait du côté de leurs joies est un pas vers un durcissement de la souffrance. »
Theodor W. Adorno, Minima Moralia – Réflexions sur la vie mutilée, Payot, 1980 (traduit de l’allemand par Eliane Kaufholz et Jean-René Ladmiral)

2« Elle sourit.
VÉRONIKA. (…) Alors vous m’avez attendue longtemps. Ça m’ennuie.
ALEXANDRE. Je vous ai dit : ça n’a aucune importance. Au contraire. Je dirais même que ça m’a arrangé. Il y a longtemps qu’on ne m’avait pas posé de lapin. C’est un mot que j’avais presque oublié. Vous l’avez fait ressurgir du passé, comme d’autres mots que l’on n’entend plus. Par exemple on n’entend plus jamais le mot « limonade ». Personne ne dit : « j’ai bu une excellente limonade à midi ».
Je pensais à ça en vous attendant. Et même quand je ne vous attendais plus car je restais là. Je pensais : si elle arrive maintenant je vais lui parler de limonade. Pour voir la tête que vous auriez fait.
Et puis je n’ai jamais compris les gens qui sans se connaître, trouvent des sujets de conversation.
(…)
En ne venant pas hier, vous m’avez permis aujourd’hui de parler de votre absence. Alors qu’hier je n’avais rien à vous dire. Vous avez installé quelque chose entre nous.
Vous ne croyez pas ?
VÉRONIKA. Je ne sais pas. »
Jean Eustache, La maman et la putain - scénario, Cahiers du Cinéma, 1986

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search